Version classiqueVersion mobile

Translatio

 | 
Gisèle Sapiro

Deuxième partie. Littératures étrangères

Chapitre 7. La vogue de la littérature italienne

Anaïs Bokobza

Texte intégral

« L’Italie est un pays pour lequel les Français ont une forme de sentiment assez complexe. C’est à la fois de l’affection, de la condescendance et de l’agacement. Euh… ils ont une forme d’affection parce que c’est un pays sympathique, c’est le pays dont beaucoup de gens se sentent le plus proche, il leur est familier à travers tout un tas de clichés… ils ont une forme de condescendance, aussi, parce que les Français se sentent supérieurs, de toute façon, par rapport à tout le reste du monde, ils ont une forme d’arrogance, comme ça. Et puis ils ont une forme d’agacement que n’ont pas les Anglais ou les Allemands, ni les Américains non plus, parce que, qu’on le veuille ou non, l’Italie est le berceau de la culture classique européenne, et ça agace prodigieusement les Français. Les Français ne l’acceptent pas, donc il y a toujours une forme de rivalité entre la France et l’Italie pour savoir qui est le premier, finalement. » (PM, traducteur, entretien réalisé en janvier 2002)

1Cette citation, relayée par d’autres, témoigne de la complexité de l’histoire des échanges culturels franco-italiens, intense et pleine de rebondissements. Dans les années 1980, l’Italie traduisait en moyenne six fois plus de livres français que la France de livres italiens. De même, il y avait six fois plus d’élèves italiens apprenant le français que de français apprenant l’italien, soit 850000 contre 120000. Serait-ce le signe qu’en ce moment, à rebours d’une longue tradition contraire, c’est bien la France qui a le vent en poupe en Italie Les spécialistes s’accordent en effet sur l’existence d’un déséquilibre en ce sens, qui a pris racine après la Renaissance. L’Italie ne constitue plus en France la référence culturelle obligée qu’elle a été jusqu’au 17e siècle, son image s’étant même, peu à peu, teintée d’une sorte de mépris.

  • 1 Joseph Jurt, « L’“intraduction” de la littérature française en Allemagne », art. cité, p. 86.

2Ces considérations historiques définissent le contexte dans lequel il faut appréhender l’intérêt de la France pour la littérature italienne dans les années 1980, dans la mesure où l’importation des littératures étrangères soulève la question des représentations collectives, c’est-à-dire celle des images de l’autre ancrées dans un contexte national. Joseph Jurt définit les textes littéraires comme « représentations symboliques importantes d’une société, de l’ensemble des médiations en usage dans une société, dans la mesure où elles sont porteuses de sens »1.

  • 2 Johan Heilbron, « Towards a sociology of translation » art. cité.

3Au-delà des relations étroites entre ces deux cultures historiquement liées, les évolutions auxquelles on s’intéresse ne peuvent être comprises en-dehors du contexte actuel d’intensification des échanges culturels internationaux. Regarder l’évolution des traductions de l’italien vers le français n’a de sens que dans le cadre d’un modèle d’analyse plus global qui dessine les enjeux et les hiérarchies des flux mondiaux de traduction (voir chapitre 1). Le système mondial des traductions se fonde, comme on l’a vu, sur une structure centre-périphérie, où les langues peuvent être réparties sur quatre niveaux de centralité (l’hyper-centre, le centre, la semi-périphérie et la périphérie) selon le nombre relatif de traductions qui se font depuis chaque langue2. À l’hyper-centre, il y a l’anglais, qui a renforcé sa suprématie depuis les années 1980. En 1978, 40 % des traductions mondiales se faisaient de l’anglais, en 2000 ce chiffre atteint 60 %. Le français, qui est l’objet d’environ 10 % des traductions, fait partie du centre, et l’italien, avec moins de 3 %, de la semi-périphérie. Aujourd’hui, le français tend cependant à perdre de sa centralité (voir chapitre 3).

4Le cas qui nous intéresse est donc celui des traductions littéraires d’une langue semi-périphérique, l’italien, vers une langue centrale mais en perte de centralité, le français. Traduire des textes littéraires d’une langue “petite”, mais proche culturellement, peut avoir une double signification. Symbolique d’un côté, puisque traduire des auteurs importants, même d’une langue mineure, participe à la constitution d’un fonds qui assied la légitimité symbolique d’un éditeur. Économique, de l’autre : dans ce cas, l’éditeur cherche à faire un “coup”, à l’image des publications de best-sellers anglo-américains propres à assurer la pérennité économique d’une maison d’édition, mais qui sont « monopolisés » par un petit nombre d’éditeurs à très fort capital économique.

5Cette dualité reflète la structure du champ actuel de l’édition, comme on l’a vu au chapitre précédent c’est dans cette perspective que seront analysées les traductions littéraires de l’italien en français entre 1985 et 2002. On montrera comment la spécialisation permet aux éditeurs du pôle qui privilégie la valeur symbolique de mettre en place des stratégies de lutte contre la domination progressive de la logique économique dans le champ éditorial. Par « spécialisation », notion aux facettes multiples, on entend ici l’investissement dans une langue ou une aire linguistique, le suivi des auteurs, la fidélité aux traducteurs ou encore la multiplication des traductions d’un certain genre.

L’augmentation des traductions littéraires de l’italien en français

6Selon l’Index Translationum, le nombre total de traductions de l’italien a doublé pendant la période étudiée, passant de 238 en 1980 à 581 en 2002. Cette augmentation est conforme à l’évolution globale des flux de traductions en français, de près de 5000 à près de 10000 pour les mêmes années. Les traductions de l’italien représentent donc environ 5 % du nombre total de traductions en français, ce pourcentage étant resté plus ou moins stable pendant la période. Quant au nombre d’ouvrages de littérature traduits de l’italien, il a triplé, passant de 63 à 207, ce qui représente une croissance supérieure à celle de l’ensemble des traductions littéraires en français (de moins de 2500 à plus de 5200 environ), sa part dans l’ensemble des traductions littéraires en français étant passée de 2 % à 4 % environ.

7Les traductions littéraires de l’italien représentent un tiers de l’ensemble des traductions de cette langue. Le tableau ci-dessous indique la répartition selon les huit catégories de l’Index, qui correspondent au premier niveau de la classification CDU. Pour l’italien, la catégorie « Arts, jeux, sports » arrive en deuxième position, avec près de 18 % de l’ensemble, ce qui est dû à l’importance des traductions en histoire de l’art. Suivent l’histoire-géographie, les sciences appliquées et la religion, entre 10 et 12 % chacune. Les autres catégories représentent entre 0 et 6 % du nombre total de traductions. On remarque donc l’importance du nombre de traductions dans les domaines des arts, de l’histoire et de la religion, ainsi que celle, plus surprenante, des sciences appliquées. Notons que cette catégorie recouvre des réalités bien diverses : cuisine, médecine naturelle, bien-être, jardinage, manuels de chasse, pêche, etc. Il est donc difficile de tirer des conclusions quant aux raisons de sa forte représentation.

Tableau 1. Traductions de l’italien en français, 1980-2002, répartition par catégories.

Catégories

1980-1983

1984-1988

1989-1993

1994-1998

1999-2002

total

Généralités, Biblio

3

8

7

5

3

26

Philo, Psycho

42

39

76

162

117

436

Religion, Théologie

74

101

107

189

201

672

Droit, éducation, Sciences sociales

36

50

53

104

112

355

Sciences nat. et exactes

61

35

41

45

84

266

Sciences appliquées

84

68

84

227

284

747

Arts, Jeux, Sports

191

125

211

372

420

1319

Littérature

261

339

615

713

776

2673

Histoire, Géo, Biographies

117

150

171

224

211

873

Total

869

915

1365

2041

2208

7367

Source : Index Translationum

  • 3 Voir les explications au chapitre 2.
  • 4 Anaïs Bokobza, Translating literature, op. cit.

8Les analyses qui suivent s’appuient sur une base de données regroupant toutes les nouvelles traductions littéraires de l’italien en français entre 1985 et 2002 (la catégorie “nouveautés et nouvelles éditions” du SNE). Elle a été construite à partir des données Electre3ainsi que d’une base similaire construite dans le cadre d’une thèse de doctorat4. Cette base regroupe 1431 nouveaux titres littéraires, jeunesse incluse, et 1325 sans la jeunesse. Comme on l’a expliqué au chapitre 2, on a choisi de ne pas inclure les rééditions. Notons tout de même qu’il y en a eu 308 pendant la période, poches et non poches (voir tableau 2).

Tableau 2. Nombre de traductions littéraires de l’italien en français, nouveautés, poches et total, avec et sans la littérature pour la jeunesse,1985-2002.

Jeunesse comprise

Sans la jeunesse

Nouveautés

Poches

Total

Nouveautés

Poches

Total

1985

52

6

58

45

6

51

1986

50

9

59

47

7

54

1987

65

11

76

65

10

75

1988

88

9

97

85

8

95

1989

103

16

119

98

16

114

1990

84

18

102

80

17

97

1991

96

17

113

89

17

106

1992

78

20

98

77

18

95

1993

81

15

96

64

15

79

1994

83

17

100

75

15

90

1995

80

21

101

72

19

91

1996

77

21

98

72

20

92

1997

56

17

73

49

16

65

1998

85

21

106

78

19

97

1999

79

15

94

77

15

92

2000

79

22

101

77

18

95

2001

62

18

80

57

17

74

2002

133

35

168

116

27

143

Total

1431

308

1739

1325

280

1605

Source : Electre

Graphique 1. Évolution du nombre de nouveautés traduites de l’italien (littéraires sans jeunesse), 1985-2002.

Graphique 1. Évolution du nombre de nouveautés traduites de l’italien (littéraires sans jeunesse), 1985-2002.

Source : Electre

9Une analyse diachronique montre que l’augmentation des traductions littéraires de l’italien est intervenue surtout au début de la période (voir graphique 1) : le nombre de traductions a plus que doublé entre 1985et 1989, passant de 45 à 98 titres. À partir des années 1990, ce nombre diminue, sans jamais pour autant retomber au niveau du début des années 1980. Notons une chute en 1997, où 49 titres seulement sont traduits, ce qui correspond cependant à une crise générale dans le monde de l’édition, puis une autre en 2001, suivie d’une remontée spectaculaire en 2002 (le nombre de traductions double), année où l’Italie était le pays invité du salon du livre de Paris.

10Pendant la même période, les traductions de l’anglais ont augmenté de façon quasi exponentielle alors que celles des autres langues ont rarement dépassé la barre des 100 nouveaux titres par an. Comme on l’a vu au chapitre 5, les courbes ont la même forme que celle de l’italien, même si l’année pivot est un peu décalée 1989 pour l’italien, 1990 pour l’allemand, 1991 pour l’espagnol. Néanmoins, par rapport aux autres langues moyennes, l’italien a une évolution bien marquée, avec une augmentation très significative dans les années 1980, suivie d’une légère baisse. Ceci indique la relative autonomie des langues, due aux logiques de spécialisation des médiateurs, et c’est donc sur cette base qu’on va s’interroger sur les changements qualitatifs qui ont affecté la structure du sous-champ de la littérature italienne en France.

  • 5 Anaïs Bokobza, ibid., chapitre 1.

11Les romans, qui représentent entre 1985 et 2002 environ deux tiers des nouveautés littéraires traduites de l’italien (hormis les livres pour la jeunesse), suivent la même évolution générale que la courbe globale : d’abord, leur nombre fait plus que doubler entre 1985 et 1989, passant de 31 à 71. Cet essor est propre aux années 1980. En effet, le nombre annuel de romans traduits est inférieur à 20 jusqu’aux années 1950, puis oscille entre 30 et 38 jusqu’au début des années 1980, période de la vogue de la littérature italienne. À partir des années 1990, il cesse d’augmenter et baisse très légèrement, sans jamais retomber au niveau d’avant les années 19805.

Graphique 2. Évolution du nombre de romans traduits de l’italien.

Graphique 2. Évolution du nombre de romans traduits de l’italien.

Source : Electre

12Pour expliquer cet intérêt soudain et croissant pour la littérature italienne dans les années 1980, outre les facteurs liés au marché éditorial français et à l’intensification des échanges internationaux, il faut envisager deux éléments. Le premier est le succès inattendu et exceptionnel duNom de la rose d’Umberto Eco. Ce roman, publié en Italie en 1981, fut d’abord refusé par tous les éditeurs de la place parisienne, avant d’être finalement accepté par Grasset. Jean-Claude Fasquelle aurait décidé de le publier malgré un rapport de lecture négatif après avoir entendu sa femme, italienne, rire aux éclats en lisant la version originale, ce qui témoigne du rôle des compétences linguistiques et des réseaux de relations personnels dans la procédure de sélection, comme le souligne cet extrait d’un entretien avec un traducteur :

« Le Nom de la rose est un roman qui a été refusé par tous les éditeurs français. Il a été refusé par le Seuil, qui était éditeur d’Eco, il avait publié L’Œuvre ouverte, dans le sillage de Barthes. Donc, il y avait quand même un lien important entre Eco et la France, qu’il y a toujours eu… et donc, quandLe Nom de la rose est arrivé au Seuil, on l’a refusé. La réaction a été exactement la même chez Gallimard, où Hector Bianciotti a fait un rapport négatif. La même chez Grasset où Fernandez a fait un rapport négatif… et partout ailleurs aussi, où le livre a été présenté, si bien qu’on ne savait pas si le livre allait sortir en France. Et moi je vivais en Italie à cette époque. J’ai vécu dix ans à Naples, et donc je voyais dans les librairies des piles qui partaient du sol. Je n’avais vu en Italie ce phénomène que deux fois. Avec la Storia d’Elsa Morante, qui est sorti tout de suite en poche, chez Einaudi, et qui se présentait sous forme pyramidale dans les librairies, ça partait du sol. Et puis tout à coup je vois ce livre, avec une belle couverture rose, Bompiani, je l’ai acheté et je l’ai lu. Et, qu’est-ce qui s’est passé en France, il s’est passé qu’un soir Jean-Claude Fasquelle, qui est un très bon éditeur, qui est à la retraite maintenant… s’était endormi et son épouse Nicky, qui est triestine, et qui dirige le Magazine littéraire, lisait, en italien naturellement, le Nom de la rose. Et puis elle rit dans le lit, je sais pas ce qui se passe, et ça réveille son époux, qui lui demande ce qu’elle lit. Elle dit, je lis le bouquin que vous avez refusé. Et le lendemain, avec son flair habituel et son intelligence des choses, Fasquelle dit, “on va le prendre”, tant pis, rapport négatif de Fernandez, tant pis, on le prend. Et c’est comme ça que leNom de la rose a été pris chez Grasset. » (entretien avec JS, réalisé en novembre 2001).

13La traduction du roman est parue en France en 1982. En 1988, ses ventes atteignent 8 millions d’exemplaires dans le monde, 800 000 en France. Ce succès a conduit à la publication de nombreux auteurs italiens, dont aucun n’a connu la même gloire, en définitive. Comme si les éditeurs français, en quête d’un autre best-seller, avaient soudain envisagé la production italienne comme un réservoir potentiel de jeunes talents à découvrir.

14Le second facteur d’explication de l’essor des traductions littéraires de l’italien dans les années 1980 est l’émergence, en Italie, d’une nouvelle génération d’auteurs comme Tabucchi, De Carlo, Consolo ou encore Del Giudice, qui ont commencé à écrire à la fin des années de plomb et ont représenté, en quelque sorte, la fin de cette ère pour la littérature italienne. Ils ont constitué une sorte de vivier dans lequel les éditeurs français sont allés chercher un nouvel Eco (ou un nouvel écho…). Une éditrice affirme :

« Une anecdote assez amusante, et en même temps désolante : le fait que le succès d’Umberto Eco a fait traduire beaucoup d’Italiens, beaucoup… dans un insuccès total ! Les gens voulaient lire Umberto Eco. Qu’il soit italien, ils n’en avaient rien à faire ». (entretien avec LL, réalisé en novembre 2001).

15Du point de vue des genres littéraires, le roman arrive sans surprise en tête : il totalise deux tiers des traductions pendant la période (voir graphique 3). Il est suivi de loin par la poésie dont le taux est relativement élevé (9 %), puis la critique et le noir (6 % chacun), le théâtre, les nouvelles et la critique (4 % chacun), et enfin la science fiction, très peu présente (1 %). On a déjà signalé au chapitre 5 l’importance des genres littéraires à haute valeur symbolique et à faible rentabilité économique comme la poésie, le théâtre, les nouvelles et la critique pour les traductions des langues semi-périphériques.

Graphique 3 : Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’italien en français, 1985-2002.

Graphique 3 : Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’italien en français, 1985-2002.

Source : Electre

16Moteur des traductions littéraires de l’italien en France dans les années 1980, le roman connaît une chute au début des années 1990. Le déclin du nombre de nouveautés romanesques publiées annuellement est plus marqué que pour l’ensemble des traductions littéraires de l’italien en français, dont elles constituent un peu moins que les deux tiers à partir de 1993. Ceci signifie qu’à partir du début des années 1990, le roman est alors relayé par d’autres genres littéraires, que l’on va maintenant examiner de plus près.

17Les traductions de poésie progressent jusqu’en 1989 : 11,5 titres en moyenne entre 1986 et 1989, contre 6,2 sur l’ensemble de la période. On peut donc faire l’hypothèse qu’à ce moment-là la poésie aurait profité de l’intérêt pour la littérature italienne qui concernait essentiellement le roman. En effet, ces années correspondent à la découverte d’auteurs encore inconnus en France comme Ungaretti, Saba, Penna, Luzi ou encore Caproni. Le nombre de traductions atteint ensuite son niveau le plus bas en 1993 (1 titre). Globalement, le nombre de traductions de poésie tend à baisser dans les années 1990.

18Le théâtre connaît une évolution similaire, avec un déclin encore plus net à partir du milieu des années 1990 : 1,4 titres en moyenne entre 1996 et 2002, contre 3,2 sur l’ensemble de la période. L’essai, la critique et la nouvelle n’ont pas d’évolution régulière : ce sont, de toute façon, des genres marginaux avec en moyenne respectivement 4,5, 2,4 et 2,7 titres par an. Notons que les traductions de nouvelles connaissent un léger pic en 1988, ce qui renforce l’idée d’une “mode italienne”. La critique atteint un nombre de titres sans précédent en 2002 (11 titres alors que la moyenne sur la période 1985-2001 était de 2,6 par an), ce qui s’explique par le salon du livre, avec notamment la publication d’essais critiques d’écrivains reconnus ou consacrés comme Camilleri, Calasso, Primo Levi ou Lampedusa.

19Deux genres ont une évolution à part : la science fiction, qui a pris son essor dans les années 1990 (les 13 traductions de titres de ce genre sont faites après 1993) et le roman noir, dont le nombre moyen de traductions a doublé à partir de 1994 : 4,3 titres traduits en moyenne sur l’ensemble de la période, presque 8 entre 1994 et 2002. Deux principaux facteurs interviennent dans cette évolution. En premier lieu, le développement tardif de ces genres en Italie : le polar a explosé dans les années 1990, avec l’arrivée d’auteurs comme Lucarelli, Ammaniti, Fois, ou Andra Camilleri, écrivain plus âgé qui s’est mis depuis peu au roman noir, ayant connu un certain succès de librairie en France. Deuxièmement, la recherche accrue, par les éditeurs, de romans à succès qui ne soient pas anglo-saxons : le polar ou la science fiction, genres, par définition, susceptibles de se vendre, semblent prendre le relais du roman traditionnel, dans le cadre d’un processus de spécialisation et de codification des sous-genres, sur le modèle anglo-saxon. On analysera plus en détail le cas du polar au chapitre 10.

Graphique 4 : Évolution du nombre de nouveautés de romans noirs et de science fiction italiens, 1985-2002.

Graphique 4 : Évolution du nombre de nouveautés de romans noirs et de science fiction italiens, 1985-2002.

Source : Electre

Une politique d’auteur ?

20En tout, 514 auteurs ont été traduits de l’italien entre 1985 et 2002. Pour plus de la moitié d’entre eux (287), seul un titre a été traduit. Pour 98 d’entre eux, 2 titres, pour 31, 3 titres, pour 26, 4 titres et, pour 14 d’entre eux, 5 titres. Au total, 456 auteurs (soit près de 90 %) ont eu entre 1 et 5 titres traduits, les trois quarts d’entre eux, 1 ou 2 titres. Ils sont 41 à avoir eu entre 6 et 10 titres traduits, 7 entre 11 et 15, 8 entre 16 et 20, et seulement 2, plus de 20. En d’autres termes, 579 titres, soit 43 % du nombre total de titres traduits, sont l’œuvre de 58 auteurs, soit 11 %, du nombre total d’auteurs.

21Dans l’ensemble, le nombre moyen de titres par auteurs est de 2,6, avec un écart type de 3,3. Comme on l’a vu au chapitre 5, le nombre moyen de titres traduits en littérature pour les auteurs allemands est le même, mais avec un écart type de 5,5, ce qui témoigne d’une concentration plus grande des traductions pour un nombre restreint d’auteurs. En d’autres termes, le nombre d’œuvres traduites par auteur italien est plus dispersé que pour les auteurs allemands. Pour l’espagnol, la moyenne est de 2,2 et l’écart type de 2,8, ce qui témoigne d’une dispersion encore plus importante que pour l’italien.

22Dix-sept auteurs italiens ont eu plus de 10 titres traduits sur la période, ce qui représente plus du quart du nombre total de traductions. Dans l’ordre : Pier Paolo Pasolini (28 titres), Antonio Tabucchi (20), Dino Buzzati (19), Leonardo Sciascia (19), Umberto Eco (18), Luigi Pirandello (18), Andrea Camilleri (17)), Carlo Emilio Gadda (17), Giorgio Manganelli (16), Alberto Savinio (16), Alberto Moravia (15), Mario Luzi (11), Italo Calvino (11), Primo Levi (11), Anna-Maria Ortese (11), Mario Rigoni Stern (11) et Susanna Tamaro (11).

23Il s’agit surtout de littérature du 20esiècle. Seuls Pirandello (1867-1936), Savinio (1891-1936), Gadda (1893-1973), Buzzati (1906-1972) et Moravia (1907-1990) sont nés au 19e siècle ou au tout début du 20e. Cependant, à part Susanna Tamaro et Andrea Camilleri, tous ces auteurs écrivaient déjà avant les années 1980, ou ont commencé à écrire, au plus tard, au début des années 1980. Cinq d’entre eux sont morts avant 1985 (Pasolini, Buzzati, Pirandello, Gadda et Savinio), six pendant la période de notre analyse (Sciascia, Manganelli, Moravia, Calvino, Levi et Ortese). En définitive, à quatre exceptions près, les auteurs les plus traduits sont des auteurs consacrés, qui étaient déjà renommés en Italie. La “mode” italienne des années 1980 a démarré avec la recherche de jeunes talents, mais, hormis quelques cas isolés, elle aurait donc plutôt suscité un intérêt pour le patrimoine littéraire italien déjà existant, permettant de découvrir ou redécouvrir des auteurs du passé.

24Concernant la répartition des traductions de leurs œuvres sur la période, l’écart type moyen est de 1. L’écart type maximal est de 1,8 pour Camilleri, ce qui s’explique par le fait qu’il n’a été traduit qu’à partir de 1998. Les autres auteurs ayant des écarts types supérieurs à la moyenne sont Pasolini, Gadda, Sciascia, Tabucchi et Buzzati : ce sont pourtant des classiques, mais les traductions de leurs œuvres sont regroupées par années (par exemple, 4 titres de Pasolini en 1990 et 1995 contre 0 en 1986 ou 1993, 4 de Buzzati en 1988 contre 0 en 1986 ou entre 1996 et 2001, ou encore 4 de Sciascia en 1993 contre 0 en 1990 ou entre 1994 et 2000). D’autres classiques, comme Moravia, Calvino ou Primo Levi, ont des écarts types faibles, ce qui témoigne d’une répartition plus homogène de leurs traductions sur la période.

25Sur ces dix-sept auteurs les plus traduits, on ne trouve que deux femmes, Susanna Tamaro et Anna Maria Ortese, qui figurent en 15èmeet 17ème position. Néanmoins, le pourcentage de femmes parmi les auteurs traduits augmente clairement pendant la période considérée. Il est de 9 % en moyenne entre 1985 et 1990, de 18 % entre 1991 et 2002. L’augmentation est continue, avec un pic en 1997, où le pourcentage de femmes double par rapport à l’année précédente, passant de 15 % à 32 %. Précisons qu’il s’agit de quinze auteures différentes. Pour l’espagnol, l’évolution est moins nette : le pourcentage de femmes auteures, stable jusqu’en 1990, autour de 8 %, augmente alors doucement, mais sans jamais dépasser 20 %. Cette comparaison donne un éclairage intéressant sur la féminisation des écrivains italiens, suite à l’accès croissant des femmes à la publication en Italie.

La professionnalisation des traducteurs

26Il y a en tout 382 traducteurs de l’italien sur la période. Deux cent deux d’entre eux, soit plus de la moitié, n’ont traduit qu’un titre ; 70 deux titres, 27 trois titres, 18 quatre titres. En d’autres termes, 317 d’entre eux, soit 83 %, ont traduit moins de cinq titres en 18 ans. Concrètement, il s’agit souvent de traducteurs d’ouvrages dits techniques (par opposition à littéraires) qui ne sont pas insérés dans les circuits littéraires. Quand ils traduisent un roman, c’est en général pour un éditeur à faible capital symbolique et social qui n’a jamais publié d’œuvre italienne, et il s’agit souvent d’un roman « commercial ». Ces traducteurs occasionnels peuvent aussi être des universitaires ou autres qui ont été amenés, grâce à leur réseau personnel et/ou professionnel, à traduire un roman. Citons l’exemple d’un jeune journaliste germanophone, parlant l’italien pour avoir passé un an à Florence, et qui a traduit un roman chez Gallimard. Il connaissait personnellement le directeur de la collection, qui lui a proposé le contrat pour le sortir d’une mauvaise passe financière. C’est ainsi qu’il est devenu traducteur occasionnel.

  • 6 Trois en ont traduit onze, 4 douze, 3 treize, 1 quatorze, 5 entre quinze et dix-neuf, et 11 vingt o (...)

27À l’opposé, un nombre restreint de traducteurs ont pris en charge à eux seuls un tiers du total des titres traduits. Ils sont 27, soit moins d’un dixième de l’ensemble de la population, et ont traduit chacun plus de dix titres6, soit 545 en tout, plus d’un tiers du total. Les trois quarts des traducteurs sont donc, globalement, des traducteurs occasionnels (avec un ou deux titres chacun sur la période), quand vingt-et-un traducteurs réguliers ont à eux seuls assuré la traduction du tiers des œuvres italiennes traduites.

28Pour l’ensemble de la période, la moyenne est de 3,4 titres par traducteur, l’écart type de 4,25. À titre de comparaison, il y a 533 traducteurs de littérature espagnole (voir chapitre 8) ; chacun a traduit en moyenne 2,9 titres, avec un écart type de 5,7. Bien que le nombre moyen de titres par traducteur soit sensiblement le même pour ces deux langues, on constate une répartition plus concentrée pour l’italien, ce qui peut témoigner, notamment, d’une plus grande professionnalisation des traducteurs de cette langue. La différence d’écart type signifie en effet qu’il y a plus de traducteurs réguliers par rapport aux traducteurs occasionnels.

  • 7 Pour l’hébreu, voir aussi Gisèle Sapiro, « L’importation de la littérature hébraïque en France », a (...)

29Le pourcentage de femmes parmi les traducteurs de l’italien a augmenté pendant la période, passant de 40 à 50 % environ. Il est même proche de 60 % entre 1995 et 1999. Il suit la même évolution que celui des traductrices de l’espagnol et de l’hébreu (voir chapitres 8 et 14)7, ce qui témoigne d’une féminisation de cette profession en France, toutes langues confondues.

  • 8 Entretien réalisé en octobre 2002.

30Regardons maintenant les 27 traducteurs les plus actifs pendant la période, ceux qui ont traduit au moins 10 titres chacun, soit 545 titres en tout, ce qui représente 40 % de l’ensemble des traductions. Leur écart type moyen pour la répartition par année est de 1. Plus il est élevé, plus les traductions sont concentrées sur un petit nombre d’années. C’est notamment le cas de jeunes traducteurs, ou de traducteurs ayant commencé tard dans la période. Par exemple, la jeune traductrice qui a l’écart type le plus élevé (2,9) a 32 titres à son actif, mais tous après 1993. Ceci signifie que la traduction littéraire est vite devenue son activité principale. Elle présente d’ailleurs elle-même sa trajectoire comme différente de celle des autres traducteurs : « Moi, je traduis et ça me plaît, je n’ai pas la frustration de ne pas être écrivain comme pas mal de mes collègues, d’ailleurs j’ai déjà publié un roman »8. Les traducteurs réguliers ont des trajectoires sociales variées : pour certains, la traduction littéraire est leur activité principale et ils se déclarent satisfaits de cette condition. Ils sont souvent fidèles à plusieurs auteurs, et surtout à deux ou trois éditeurs avec lesquels ils ont instauré des relations de confiance. Ils n’appartiennent pas au milieu universitaire, ni au monde de l’édition. Il arrive en revanche que leur spécialisation et les relations qu’ils nouent avec les éditeurs les conduisent à diriger une collection, comme par exemple Marguerite Pozzoli, responsable des « Lettres italiennes » chez Actes Sud. Dans ce cas, c’est leur travail de traducteurs qui leur donne accès à une autre position dans le champ éditorial. Dans d’autres cas, notamment celui des universitaires, la traduction littéraire, même régulière, constitue un complément d’activité. Citons l’exemple de Danièle Valin, bibliothécaire d’une UFR d’italien, devenue la traductrice attitrée d’Erri de Luca : la traduction est pour elle une activité secondaire, dans le sens où elle ne constitue pas sa première source de revenus. On peut donc distinguer entre les traducteurs pour qui la traduction littéraire est l’activité principale et les autres, même si ces catégories sont, par définition, fluctuantes. Aucune de ces situations n’est en effet stable dans le temps (sauf peut-être pour les universitaires). Parmi ces 21 traducteurs, au moins huit sont auteurs par ailleurs, et au moins trois dirigent ou ont dirigé une collection italienne chez un éditeur (Quadruppani, Pozzoli, Simeone), mais il n’y a que deux universitaires.

Diversification et spécialisation des éditeurs

31Les éditeurs ayant publié de la littérature italienne sont au nombre de 250 environ, avec en moyenne plus de 5 titres publiés par an. Certains se sont spécialisés et publient chaque année, d’autres seulement à des moments clés comme le salon du livre. D’une manière générale, le nombre annuel d’éditeurs double dans la seconde moitié des années 1980, passant de 27 en 1985 à 50 en 1989, puis décroît (il n’est plus que de 37 en 1997) avant de remonter lentement, puis très vite sur la fin. En effet, le nombre moyen d’éditeurs est de 37 entre 1985 et 2001, puis de 64 en 2002.

32Globalement, on retiendra surtout que leur nombre fait plus que doubler dans les années 1980, ce qui semble illustrer l’effet de l’intérêt pour la littérature italienne suscité notamment par le succès duNom de la rose. En réalité, cette diversification correspond tout autant à la création de plusieurs maisons d’éditions, comme Métailié, Actes Sud et Verdier en 1979, ou Liana Levi en 1982. Ces maisons contribuent à la découverte de jeunes auteurs italiens. Verdier est la première à faire traduire Caproni (avec Le Gel du matin en 1985). Liana Levi, créée en 1982, lance Andrea de Carlo en 1984 (Oiseaux de cage et de volière) et fait redécouvrir Pier Maria Pasinetti (De Venise à Venise en 1984), dont un seul titre avait été publié jusque là, chez Albin Michel, en 1965. Enfin, les éditions Actes Sud lancent en 1986 Maria Messina (dont ils restent le seul éditeur), et publient neuf auteurs italiens différents entre 1985 et 1989.

  • 9 Voir notamment Pierre Bourdieu, « Une Révolution conservatrice dans l’édition », art. cité.

33Verdier, Liana Levi et Actes Sud ont dès le début de la période une collection spécifiquement italienne, respectivement Terra d’altri, Lettres italiennes et Bibliothèque italienne. Plus tard, d’autres collections seront créées chez Climats, POL ou encore Desjonquères : Les Chemins de l’Italie chez Desjonquères (depuis 1985), Italiques chez POL (depuis 1987), Climats d’Italie (depuis 1990). Ce sont des petits éditeurs dont le capital symbolique prévaut sur le capital économique, ce qui montre que la spécialisation dans un domaine linguistique peut faire partie de la construction de la réputation d’une maison, du projet de constituer un fonds cohérent et original9.

34La baisse du nombre annuel moyen d’éditeurs publiant de la littérature italienne dans les années 1990 (il passe de 46 en moyenne entre 1987 et 1989 à 38 entre 1990 et 1999) témoigne d’une spécialisation progressive. Les grandes maisons à fort capital symbolique comme Gallimard ou Le Seuil se mettent à publier plus d’Italiens, comme s’ils réagissaient avec un peu de retard à l’effet Umberto Eco. De “jeunes” éditeurs, comme Métailié ou Allia, joueront de leur côté un rôle clé à partir des années 1990. Cependant, les éditeurs faiblement spécialisés dans ce domaine se lancent moins souvent dans la traduction de cette littérature qu’ils connaissent mal, comme si après l’enthousiasme des années 1980 la prudence était de rigueur. Rappelons que le succès du Nom de la rose était resté inégalé et que la quête au best-seller italien avait perdu de sa vigueur. Il faudra attendre le salon du livre de 2002 pour que les publications se multiplient chez des éditeurs non spécialisés en littérature italienne.

35Si l’on regarde à présent de plus près les 16 éditeurs qui ont publié le plus de titres italiens sur la période, près de 700 titres, soit près de la moitié du nombre total, Gallimard arrive en tête, avec 157 titres en tout, soit une moyenne de 8,7 titres par an. Les publications de l’italien démarrent lentement jusqu’en 1989 puis leur nombre reste élevé, entre 7 et 14 par an. Un huitième des titres sont des romans noirs : 19 sur 157, qui représentent un quart du nombre total de polars italiens traduits en français sur la période, où il faut voir le poids de la « Série Noire ». Les autres titres se répartissent entre les collections « Du monde entier » (40 titres) et « l’Arpenteur » (35 titres), qui ne sont spécialisées ni dans un genre ni dans un domaine linguistique.

36En tout, Gallimard a publié 78 auteurs italiens. Plus de la moitié d’entre eux n’y ont fait paraître qu’un seul titre. Seul un quart d’entre eux a eu plus de 2 titres traduits, ce qui témoigne d’un faible suivi des auteurs. L’auteur le plus traduit sur la période est Carlo Lucarelli (un auteur de polars), avec 8 titres. Suivent ensuite Pasolini (7 titres), Calasso et Soldati (6 titres), Morante, Magris, Manganelli et Parise (5 titres), et enfin Camon, Citati, Montale et Ortese (4 titres). On voit ici que les classiques sont loin de représenter la majorité des publications.

37De même, cette maison n’est pas spécialement fidèle à ses traducteurs. Elle en a employé 66 en tout, soit une moyenne de 2,4 titres par traducteur, mais seuls un quart d’entre eux ont traduit plus de deux titres. Parmi les plus actifs, certains sont spécialisés dans des genres, comme Arlette Lauterbach pour les polars (11 des 13 titres qu’elle a traduits), ou encore dans des auteurs, comme Jean-Paul Manganaro pour Calasso.

38Au Seuil (68 titres en tout), l’évolution est plus heurtée : cet éditeur publie entre un et six titres par an, avec une légère augmentation vers la fin de la période, où cinq ou six titres paraissent pendant trois années consécutives – on peut donc se demander s’il y a un souffle nouveau. Comme chez Gallimard, les auteurs ne sont pas tous suivis : moins d’un quart d’entre eux (soit 7 sur 39) a plus de deux titres traduits. L’une des découvertes du Seuil dans les années 1970, Calvino, demeure le principal écrivain italien de la maison, qui avait publié dix titres de lui avant 1985, puis neuf autres jusqu’en 2002, ce qui en fait l’auteur le plus traduit. Il est suivi par Fruttero-Lucentini et Gadda (5 titres), Tondelli (4 titres) puis Del Gidudice, Fois et Rasy (3 titres).

39Comme Gallimard, le Seuil a fait travailler beaucoup de traducteurs : 27 sur la période, soit une moyenne de 2,6 titres par traducteur. Cependant, la maison n’est fidèle qu’à deux d’entre eux : Jean-Paul Manganaro, traducteur, notamment, de Calvino (8 titres sur 17), et Nathalie Bauer, qui a traduit 12 titres d’auteurs variés.

40D’une manière générale, on ne peut pas dire que les deux éditeurs les plus actifs dans le domaine de la littérature italienne, Gallimard et Le Seuil, aient une spécialisation marquée, ni par auteur, ni par traducteur. Ce sont deux éditeurs à fort capital symbolique et économique à la fois, qui occupent, de ce fait, une position intermédiaire dans le champ éditorial, comme on l’a vu au chapitre 6. Ils n’ont pas découvert de nouveaux auteurs dans les années 1980, comme a pu le faire Grasset avec Eco, et cependant, l’intérêt renouvelé qu’ils ont porté à la littérature italienne leur a permis non seulement de continuer à publier des auteurs devenus classiques (comme Pasolini ou Calvino), mais aussi de diversifier progressivement leur catalogue italien.

41Si l’on se pose la question de la spécialisation pour les treize autres éditeurs qui ont publié au moins 20 titres italiens entre 1985 et 2002, on constate que, d’une manière générale, le nombre de leurs publications n’évolue pas de façon régulière. Seuls trois éditeurs ont publié davantage vers la fin de la période : Payot & Rivages à partir de 1998, Fayard et Allia à l’occasion du salon du livre.

42Certains éditeurs ont la quasi exclusivité de la publication des œuvres de tel ou tel auteur italien. C’est le cas de Flammarion, qui a publié les deux tiers des titres d’Alberto Moravia. Robert Laffont a de même traduit la moitié des titres de Dino Buzzati. Encore une fois, il s’agit d’auteurs dont la renommée en Italie n’est plus à démontrer. On peut donc imaginer que ces éditeurs ont trouvé là un filon : le moyen de se spécialiser dans un auteur à succès, mais reconnu sur le plan littéraire, démarche à la fois sans risque et génératrice de capital symbolique (l’éditeur participe à la constitution d’un fonds français de classiques italiens). Notons également que ces maisons, toutes créées avant les années 1950, avaient déjà, dans les années 1980, les épaules suffisamment solides pour acheter les droits d’auteurs chers comme Calvino, Buzzati ou Moravia (les classiques ne sont libres de droit qu’à partir de la soixante-dixième année suivant leur mort). Mais certaines maisons se spécialisent dans les traductions d’auteurs contemporains ayant acquis une notoriété internationale dès les années 1980, comme Tabucchi (Bourgois), ou Eco (Grasset). Au début de notre période, on peut supposer qu’il n’existait pas de disparité notoire entre les coûts des droits.

43À l’opposé de cette spécialisation par auteur, certains éditeurs ont un catalogue extrêmement dispersé, comme Verdier, qui a publié 41 titres en tout, de 27 auteurs différents, soit en moyenne seulement 1,5 titres par auteur, avec un maximum de 4 titres pour Mario Luzi et Cristina Comencini. C’est aussi le cas de Denoël, qui totalise 16 auteurs pour 20 titres. N’étant pas spécialisés en littérature italienne, ces deux derniers se concentrent sur l’édition ou la réédition d’œuvres d’auteurs classiques, ce qui présente moins de risques (ils ont déjà été sélectionnés) tout en étant porteur de capital symbolique. Le cas de Verdier est différent, dans la mesure où les directeurs de la collection Terra d’Altri s’étaient donné pour mission dans les années 1980 de lancer en France un grand nombre d’auteurs italiens inconnus, tout en redécouvrant des auteurs du passé, ce qui est en un sens une forme de spécialisation, mais la politique d’auteur des petits éditeurs se heurte au monopole des grandes maisons sur les auteurs les plus connus et les plus prolifiques (voir chapitre 6). On a donc deux pôles au sein des maisons à faible capital économique : les éditeurs spécialisés, avec un catalogue concentré sur un nombre limité d’auteurs, ceux dont le catalogue est au contraire très dispersé.

44La logique est la même pour le choix des traducteurs : d’un côté, on a ce qu’on peut appeler le “pôle de la dispersion”, illustré par Fayard, qui a confié ses 51 livres à 16 traducteurs différents, soit en moyenne 3 livres à chaque traducteur sur la période. À l’opposé, au “pôle de la concentration”, se trouvent des maisons comme Actes Sud, dont la moitié des titres ont été traduits par Marguerite Pozzoli, également directrice de la collection « Lettres italiennes ». De même, la moitié des titres d’Allia ont été traduits par Monique Baccelli. Pour ces deux maisons, la fidélité aux traducteurs va de pair avec la volonté de se spécialiser et de trouver une “niche” en littérature italienne.

45Il existe d’autres formes de spécialisation, par période ou par genre. On peut citer l’exemple d’Allia, dont la moitié du catalogue italien est composé de titres classiques historiques (6 de Leopardi, 3 d’Arétin, 3 de Landolfi). Par ailleurs, certains auteurs se spécialisent par genre : un cinquième du catalogue italien de Payot & Rivages concerne des titres de science fiction, qu’ils sont quasiment les seuls à publier. Actes Sud porte enfin une attention particulière au théâtre, plus que les principaux éditeurs, concentrés sur le roman.

46L’analyse du corpus des textes littéraires italiens traduits en français entre 1985 et 2001 permet donc de cartographier le champ éditorial en fonction des différentes formes de spécialisation par auteurs, traducteurs, et même genres. On a d’un côté des maisons peu fidèles à leurs traducteurs, publiant beaucoup d’auteurs différents, souvent des écrivains consacrés ayant du succès en Italie. Ce sont aussi les maisons à fort capital économique et symbolique, comme Gallimard ou le Seuil, qui ont une collection de littérature étrangère où la littérature italienne est en concurrence avec d’autres langues. À l’opposé, au pôle de la spécialisation, on trouve de petites maisons à fort capital symbolique mais faible capital économique, comme Actes Sud ou Bourgois, qui, fidèles à leurs traducteurs, ont souvent une collection de littérature italienne, où elles tentent de suivre leurs auteurs. Mais cette politique se heurte à des limites évoquées au chapitre 6, et dont témoigne la dispersion du catalogue d’une petite maison telle que Verdier en ce qui concerne les écrivains du passé, même si elle a lancé quelques jeunes auteurs dont elle suit l’œuvre.

47Ces deux types de logiques correspondent plus ou moins aux deux principaux facteurs de l’augmentation du nombre de traductions. Dans le premier cas, les éditeurs ont suivi la mode italienne des années 1980, qui a eu un effet sur leur catalogue. Pour les autres maisons, le travail de découverte de jeunes auteurs italiens dès les années 1980 s’est fait en s’appuyant sur des spécialistes (traducteurs, directeurs de collection) qui les ont aidées à minimiser les risques financiers inhérents à la publication de traductions, en se spécialisant dans un domaine où elles n’étaient pas en concurrence directe avec les plus gros éditeurs. Cette analyse illustre donc l’une des multiples stratégies de résistance du pôle symbolique du champ éditorial face à la domination progressive, et de plus en plus irrésistible, de la logique commerciale dans les choix éditoriaux.

Notes

1 Joseph Jurt, « L’“intraduction” de la littérature française en Allemagne », art. cité, p. 86.

2 Johan Heilbron, « Towards a sociology of translation » art. cité.

3 Voir les explications au chapitre 2.

4 Anaïs Bokobza, Translating literature, op. cit.

5 Anaïs Bokobza, ibid., chapitre 1.

6 Trois en ont traduit onze, 4 douze, 3 treize, 1 quatorze, 5 entre quinze et dix-neuf, et 11 vingt ou plus (jusqu’à 44).

7 Pour l’hébreu, voir aussi Gisèle Sapiro, « L’importation de la littérature hébraïque en France », art. cité.

8 Entretien réalisé en octobre 2002.

9 Voir notamment Pierre Bourdieu, « Une Révolution conservatrice dans l’édition », art. cité.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution du nombre de nouveautés traduites de l’italien (littéraires sans jeunesse), 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9481/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Graphique 2. Évolution du nombre de romans traduits de l’italien.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9481/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Graphique 3 : Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’italien en français, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9481/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Graphique 4 : Évolution du nombre de nouveautés de romans noirs et de science fiction italiens, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9481/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search