Version classiqueVersion mobile

Translatio

 | 
Gisèle Sapiro

Deuxième partie. Littératures étrangères

Chapitre 5. L’essor des traductions littéraires en français

Gisèle Sapiro et Anaïs Bokobza

Texte intégral

  • 1 Un rapide sondage dans les données de l’Index Translationum montre que cette chute, de 1132 titres (...)

1La littérature est le secteur au taux de traduction le plus élevé, et celui où la diversité des langues d’origine est la plus grande. Elle représente environ la moitié des livres traduits dans le monde sa part oscille entre 45 % et 52 % pendant la période étudiée. Entre 1980 et 2000, les traductions littéraires dans le monde ont globalement évolué dans la même proportion que les traductions en général, avec une hausse de près de 50 %, selon les données de l’Index Translationum elles passent de 23 000 à 35 0000 environ, avec le même creux en 1989 et la même remontée ensuite. Alors qu’en anglais elles ont été divisées par deux1, les traductions littéraires en français, qui passent d’une moyenne d’environ 2100 titres par an dans les années 1980 à 4000 dans les années 1990, ont significativement contribué à cette hausse. Leur part dans les ouvrages littéraires traduits dans le monde a en effet augmenté pendant la période, passant de 10,1 % en 1980 à 14,7 % en 2000 (augmentation donc supérieure à celle de l’ensemble des traductions en français, qui passe comme on l’a vu de 10 % à 13 % ; voir graphique 3 au chapitre 3, p. 77).

  • 2 Cette estimation étant obtenue à partir de sources hétérogènes – Index Translationum pour les tradu (...)
  • 3 Fabrice Piault, « Littérature étrangère : la pente anglaise », Livres-Hebdo, n° 646, 19 mai 2006, p (...)

2Cette hausse n’est pas un simple reflet de l’accroissement de la production littéraire française, car la part des traductions dans les ouvrages littéraires publiés en français, rééditions comprises, a aussi nettement augmenté : elle est passée d’environ un quart, en moyenne, dans les années 1980, à un tiers dans la première moitié des années 1990, pour atteindre 40 % en 1994, taux qui s’est plus ou moins maintenu dans les années suivantes2. En 2003, les traductions représentaient 40,8 % des ouvrages de littérature publiés en France, cette part tombant à 35,9 % l’année suivante. En 2005, selon Livre-Hebdo, les traductions constituent 42,7 % des nouveautés romanesques3. Ce chapitre se propose d’analyser cette évolution en comparant les langues et les genres, avec une attention particulière aux traductions de l’anglais, de l’allemand et de la littérature pour la jeunesse, les autres langues et genres étant traités de manière plus détaillée dans les chapitres suivants.

L’évolution des traductions littéraires en français : les langues

3Un tiers des livres publiés en France dans les années 1980 étaient des ouvrages littéraires, selon les données du SNE. La part de la littérature parmi les livres traduits en français est encore plus importante : elle atteint plus de la moitié, taux légèrement supérieur à sa part dans l’ensemble des livres traduits dans le monde (mis à part une baisse significative entre 1982 et 1986 voir graphique 1). Cette proportion est plus élevée encore, comme on l’a vu au chapitre précédent, si l’on ne considère que l’édition française.

Graphique 1. Part de la littérature dans les traductions, en toutes langues et en français, 1980-2002.

Graphique 1. Part de la littérature dans les traductions, en toutes langues et en français, 1980-2002.

Source : Index Translationum

4Entre 1980 et 2002, le nombre de traductions littéraires en français a plus que doublé, passant de 2300 à 5200 environ. Cette progression, supérieure à celle du nombre total de traductions en français, est deux fois plus élevée que pour l’ensemble des traductions littéraires dans le monde (voir tableau 1). Elle est aussi supérieure à l’augmentation de l’ensemble de la production littéraire en français, qui est d’environ un tiers pendant cette période (de moins de 9 au début de la période à environ 12000 à la fin).

5La progression n’est cependant régulière qu’à partir de 1987, après une chute plus importante que pour les autres secteurs entre 1985 et 1987. Le nombre de livres traduits en littérature passe de 2500 en 1984 à 1400 en moyenne les trois années suivantes, pour remonter à 2600 en 1988, ce qui explique le fait que la part des traductions littéraires tombe alors de la moitié à un tiers de l’ensemble des livres traduits en français en 1986 (voir graphique 3 au chapitre précédent). Or, à part une chute en 1981, la progression de l’ensemble des titres littéraires publiés en français est régulière pendant toute cette période, selon les données du SNE, ce qui conforte, pour le domaine littéraire, l’idée d’une autonomie relative du rythme des traductions par rapport au marché national. Si cette progression de la production nationale s’accélère à partir de 1988, passant de 8970 en 1988 à 10505 en 1990, ce n’est pas dans une proportion qui permettrait d’expliquer le fait que le nombre de traductions littéraires double à cette époque, puisqu’elle ne dépasse pas un total de +17 % sur deux ans, suivi d’un léger recul en 1991. Il faut plutôt voir dans l’augmentation des traductions littéraires l’effet conjugué de la conjoncture mondiale d’intensification des échanges et de la mise en place de politiques d’aide à la traduction (voir chapitre 3).

Tableau 1. Progression comparée des traductions littéraires et non littéraires en français et dans le monde entre les années 1980 et 2000.

Nombre total de traductions

Nombre total traductions littéraires

Nombre total de traductions non littéraires

Traductions en français

Traductions littéraires en français

Traductions non littéraires en français

1980
2000

50251
73840

23465
34540

26786
39300

4955
9502

2359
5065

2596
4437

% hausse

+ 47 %

+ 47 %

+ 47 %

+ 92 %

+ 115 %

+ 71 %

Source : Index Translationum.

6Environ deux tiers des ouvrages de littérature étrangère publiés en français pendant cette période sont traduits de l’anglais. La part des traductions de l’anglais parmi l’ensemble des traductions en français a augmenté, comme on l’a vu au chapitre précédent, de 57 % de l’ensemble des traductions en français en 1980 à 65 % en 2002. Les traductions littéraires représentent deux tiers de l’ensemble des traductions de l’anglais en français parues de 1980 à 2002, cette proportion s’étant stabilisée dans les années 1990, après avoir connu de fortes variations dans les années 1980 (montant à près de 73,5 % en 1984 pour retomber à 48,8 % en 1986). La chute du nombre de traductions littéraires en français au milieu des années 1980 coïncide avec la baisse des traductions de l’anglais, comme le montre le graphique 2. De la même manière, la hausse des années 1990 correspond à une très forte croissance de leur nombre. On passe d’un peu plus de 600 traductions (rééditions et réimpressions comprises) parues en 1988 à 3600 à 2002, soit une multiplication par six (contre 3,7 pour l’ensemble, de 1700 à 6400). Ceci montre le rôle déterminant de la croissance du nombre de traductions littéraires de l’anglais dans l’évolution des traductions en français.

Graphique 2. Évolution des traductions de l’anglais en français et part des traductions littéraires, 1980-2002.

Graphique 2. Évolution des traductions de l’anglais en français et part des traductions littéraires, 1980-2002.

Source : Index Translationum

7Pour les langues centrales et semi-périphériques que sont l’allemand, l’espagnol et l’italien, on observe, à partir des données de l’Index, une même tendance à la diminution des traductions littéraires en français jusqu’en 1986, suivie d’une augmentation importante à la fin des années 1980, la progression étant moindre et plus irrégulière ensuite, avec une remontée pour l’allemand et l’italien en 2001-2002, à la faveur de l’invitation de l’Allemagne, puis de l’Italie au Salon du livre (voir graphique 3).

Graphique 3. Évolution du nombre de traductions littéraires de l’italien, l’espagnol et l’allemand en français, 1980-2002.

Graphique 3. Évolution du nombre de traductions littéraires de l’italien, l’espagnol et l’allemand en français, 1980-2002.

Source : Index Translationum

8La comparaison des données issues de la base Electre avec celles de l’Index Translationum nous permet de distinguer le poids relatif des nouveautés et des nouvelles éditions dans cette présence accrue de la littérature étrangère sur le marché français. En raison du problème de la fiabilité limitée des deux bases pour le début des années 1980, on se concentrera désormais sur l’évolution comparée à partir de 1985. Concernant les traductions de l’anglais, l’écart entre les données de l’Index et la somme des nouveautés et des poches répertoriés dans Electre est dû non seulement aux réimpressions, mais aussi au fait que les éditeurs les plus commerciaux, comme Harlequin, qui ne vendent pas en librairie, ne figurent dans la base Electre que depuis 2001, alors qu’ils publient massivement des traductions de l’anglais : la base de l’Index recense 8500 titres traduits de l’anglais par cet éditeur en France ou dans la filiale Québecoise, entre 1980 et 2002, la moyenne annuelle ayant doublé (de 236 à 472) entre les années 1980 et 1990. Nous l’avons cependant exclu de la base que nous avons constituée pour ne pas biaiser les données

9Les courbes des nouveautés et nouvelles éditions provenant des langues étudiées suivent globalement l’évolution de l’ensemble des livres traduits, mis à part le suédois, qui stagne à environ 20-25 titres par an, n’atteignant 30 titres qu’en 2002 (voir graphique 4 et 5). À partir de 1987-1988, le nombre de titres traduits de chaque langue double en quelques années. Le point culminant est un peu décalé : 1989 pour l’italien, 1990 pour l’allemand, 1991 pour l’espagnol et l’anglais. Cette croissance est freinée en 1992, année où, comme on l’a vu, l’ensemble de la production française connaît un léger recul par rapport à l’année précédente, recul qui concerne surtout les réimpressions pour la littérature, un recul de – 2,6 % a été enregistré en 1991, il est rattrapé en 1992. La progression est ensuite exponentielle pour les traductions de l’anglais : le nombre de nouveautés a presque triplé, passant de 433 à 1134 entre 1985 et 2002. Seules les traductions de l’espagnol connaissent une hausse équivalente, alors qu’on enregistre une stagnation, voire un recul pour les traductions d’autres langues. C’est le cas en particulier des œuvres des pays d’Europe de l’Est qui, après avoir connu en 1991 un pic de 70 nouveaux titres traduits du roumain, du hongrois, du polonais, du tchèque et du slovaque, sont confrontées à partir du milieu des années 1990 à un intérêt décroissant, jusqu’à retomber en 2002 à la moyenne d’une trentaine de titres enregistrée dans les années 1980 (voir chapitre 9). À l’opposé, les traductions de la littérature hébraïque continuent d’augmenter jusqu’en 1997 (voir chapitre 14).

10Faut-il voir dans la progression accidentée des traductions de toutes les langues étudiées, mis à part l’anglais, l’effet des fluctuations du marché du livre Selon les données du SNE, après un pic atteint en 1993, la production globale de livres de littérature a reculé en 1994. Le creux que traversent autour de 1997-1998 les traductions littéraires de toutes les langues, hormis l’anglais (mais y compris des langues comme l’hébreu et le néerlandais qui n’apparaissent pas sur le graphique), en est-il une répercussion, si l’on tient compte du décalage entre l’acquisition des droits et la publication des traductions ? Les années difficiles pour l’édition peuvent aussi conduire à différer la publication de certains titres pour lesquels les droits ont été acquis antérieurement. L’année 1999 a vu l’ensemble des nouveautés en français diminuer de 12,4 % par rapport à 1998, qui avait marqué une hausse de 8,9 % dans cette catégorie. Seules les traductions de l’allemand continuent leur courbe ascensionnelle, en prévision du salon du livre 2001 (pour retomber ensuite, ce qui est un effet mécanique du même phénomène), l’italien remontant aussi à partir de cette date à l’approche du Salon du livre de 2002. Il est difficile de déterminer dans quelle mesure ces fluctuations du marché national du livre – hausse globale à la fin des années 1980, recul en 1992 et en 1994, augmentation des nouveautés en 1998, puis recul en 1999 –, affectent les flux de traductions littéraires, mais on peut dire que c’est le circuit de production restreinte qui en subit généralement les conséquences les plus directes. Or, comme on a va le voir, l’anglais est la langue dont on traduit le plus de livres à rotation rapide, il n’est donc pas surprenant qu’elle paraisse la moins touchée par ces fluctuations.

11Les fluctuations du marché national sont toutefois contrebalancées par des facteurs liés à la logique propre des échanges culturels internationaux, dont l’invitation au Salon du livre ou les Belles étrangères, consacrées à Israël en 1994 et l’Espagne en 1998, ne sont que des exemples parmi d’autres. Les écarts entre les langues tiennent en bonne partie à l’évolution du marché du livre dans le pays d’origine, comme on l’a vu : l’essor de l’édition en Espagne, en Israël ou en Chine explique la hausse des traductions faites à partir de ces langues. Mais, comme on l’a suggéré dans les chapitres précédents, les traductions littéraires obéissent aussi à des logiques qui demeurent relativement autonomes du marché, qu’il s’agisse de logiques politiques ou de logiques spécifiquement littéraires.

12L’actualité politique peut jouer un rôle important dans l’intérêt porté à des cultures périphériques, comme l’illustre la vogue des littératures latino-américaines dans les années 1960-1970. L’évolution contrastée des traductions des littératures d’Europe de l’Est et de la littérature hébraïque atteste le poids de ce facteur alors que les littératures provenant des pays communistes avaient bénéficié d’une attention soutenue avant la chute du mur, l’intégration de ces pays dans l’économie de marché a désavantagé leur production littéraire sur le marché mondial de la traduction, creusant l’inégalité des échanges avec les langues centrales (anglais, allemand, français), massivement traduites dans ces pays depuis 1989. Outre le développement de l’édition en hébreu et la mise en place d’une politique active d’aide à l’exportation sur laquelle on reviendra au chapitre 14, la littérature hébraïque a, en revanche, bénéficié de la conjoncture politique qui, avec la première Intifada, la guerre du Golfe, les accords d’Oslo et leur échec, a braqué les feux de l’actualité sur ce petit pays.

13Le facteur politique ne constitue cependant pas un facteur suffisant. La mort de Franco et la période de transition démocratique n’a pas suffi à susciter l’intérêt pour les écrivains espagnols qui, mis à part Juan Goytisolo, réfugié en France et traduit chez Gallimard, pâtissait de l’image négative de l’Espagne en France. Les difficultés rencontrées pour introduire Manuel Vázquez Montalbán, auteur espagnol qui sera le plus traduit pendant la période considérée, en témoignent.

  • 4 Entretien avec Michèle Gazier, 14 février 2007.

Les tentatives de Michèle Gazier, alors professeure d’espagnol, pour publier la traduction qu’elle avait réalisée d’un roman de Montalbán en français dans les années 1970, se sont ainsi heurtées à la résistance des éditeurs pendant sept ans. Après avoir trouvé accueil au Sycomore, qui fait faillite, et reçu le Grand Prix de la littérature policière, il est repris par Le Seuil et par Bourgois, le premier pour les romans, le second pour les romans policiers. Mais c’est l’actualité de la coupe du monde de football de 1982 en Espagne, qu’il commente pour Télérama, et l’invitation à l’émission Apostrophe de Bernard Pivot, qui lui assurent le succès en France et dans le monde, la France ayant joué dans son cas un rôle pivot pour sa diffusion internationale4.

  • 5 Sur cette question, voir Laurent Jeanpierre, Des hommes entre plusieurs mondes. Étude sur une situa (...)

14Outre l’actualité non seulement politique mais aussi culturelle ou sportive, comme on vient de le voir, le rôle des importateurs, qui doivent parfois lutter contre des résistances tenaces pour imposer un auteur ou une littérature, est donc tout à fait capital dans le cas des littératures de langues semi-périphériques ou périphériques, ainsi que le montreront les exemples des littératures italienne, espagnole, hongroise, polonaise, tchèque, roumaine, néerlandaise, finlandaise, arabe et hébraïque (voir chapitres 7, 8, 9, 11, 12, 13 et 14). Dans les conjonctures de contrôle politique étroit, cette fonction revient en bonne partie aux intellectuels exilés5. Mais l’incidence des trajectoires migratoires n’est pas limitée aux cas d’exil et son importance dans la circulation des textes reste à mesurer. Il n’en demeure pas moins que c’est souvent à partir du succès d’un auteur comme Montalbán pour l’espagnol, Umberto Eco pour l’italien, David Shahar pour l’hébreu que commence la vogue d’une littérature nationale, la traduction d’un auteur permettant d’en introduire ou d’en « redécouvrir » d’autres (ce fut le cas pour l’écrivain espagnol Juan Marsé, « redécouvert » après le succès de Montalbán).

  • 6 L’écart-type, encore appelé déviation standard, caractérise la largeur de la distribution. Il est e (...)

15La politique d’auteur est un des principaux modes d’accumulation de capital symbolique sur le long terme au pôle de production restreinte du champ littéraire. Elle peut entrer en contradiction avec la logique de diversification des catalogues. Celle-ci tend à l’emporter sur la politique d’auteur pour les langues semi-périphériques, si l’on considère le taux de dispersion des titres par rapport aux auteurs : le nombre moyen de titres par auteur est de 2,6 pour l’allemand et l’italien, avec un écart type plus élevé pour l’allemand (5,5 contre 3,3), ce qui signifie que le nombre de titres par auteur italien est moins concentré6. Pour l’espagnol, la moyenne est de 2,2 et l’écart type de 2,8, ce qui témoigne d’une dispersion encore plus importante que pour l’italien. On reviendra sur la question de la dispersion par auteur au chapitre suivant.

  • 7 Il mériterait qu’on lui consacre une étude approfondie, qui dépasse le cadre de la présente recherc (...)

16Si l’on s’interroge à présent sur le type de littérature traduite, on constate que le genre qui contribue le plus à la hausse des traductions littéraires en français est la littérature pour la jeunesse, qui connaît alors une véritable explosion. Ce secteur spécialisé a une histoire propre inscrite dans une tradition culturelle particulière. Il ne suit pas les mêmes principes d’achat de droits, de publication, de traduction et de distribution que la littérature pour adultes. C’est pourquoi, après avoir mesuré sa contribution spécifique à l’évolution des traductions littéraires, on l’éliminera de l’analyse comparée des genres traduits7.

Graphique 4. Évolution du nombre de nouveautés littéraires traduites en français (jeunesse comprise), par langues d’origine, 1985-2002.

Graphique 4. Évolution du nombre de nouveautés littéraires traduites en français (jeunesse comprise), par langues d’origine, 1985-2002.

Source : Electre

Graphique 5. Évolution du nombre de nouveautés littéraires traduites en français (jeunesse comprise), sans l’anglais, 1985-2002.

Graphique 5. Évolution du nombre de nouveautés littéraires traduites en français (jeunesse comprise), sans l’anglais, 1985-2002.

Source : Electre

Graphique 6. Évolution du nombre de nouveautés littéraires traduites en français (jeunesse non comprise), par langues d’origine, 1985-2002.

Graphique 6. Évolution du nombre de nouveautés littéraires traduites en français (jeunesse non comprise), par langues d’origine, 1985-2002.

Source : Electre

L’essor de la littérature pour la jeunesse

17Entre 1985 et 2002, l’augmentation des traductions de livres pour la jeunesse est exponentielle. Sa courbe suit un tracé différent des autres genres littéraires, confirmant la spécificité de ce secteur spécialisé (voir graphique 7). On assiste à la formation d’un marché spécifique de livres pour enfants au niveau international. Sont surtout présents dans ce secteur les pays ayant une forte tradition de littérature enfantine, notamment les pays du nord de l’Europe, l’Angleterre, l’Allemagne, la France, la Suède, la Hollande. Des contes allemands de Grimm aux héros enfantins suédois (Nils Holgerson, Fifi Brindassier), cette tradition est fortement intégrée dans les différentes cultures européennes.

  • 8 Marta Pragna Dantas, « La traduction de la littérature française au Brésil dans le contexte de la g (...)
  • 9 Jacqueline Favero, « Les cessions de droits à l’étranger », art. cité.

18Dans cette augmentation globale, la place de la production en anglais est encore une fois prépondérante, suivie (de loin) par l’allemand et le français. Mais il ne s’agit plus seulement de rééditions de classiques, tels que les livres de Jules Verne ou d’Enid Blyton, qui figurent tout en haut de la liste du top 50 des auteurs les plus traduits selon l’Index Translationum, ni des contes de Perrault et de Grimm, qui les suivent de près. En effet, cette catégorie arrive dès 1993 en deuxième position, après la littérature, pour l’acquisition de droits de traduction par des éditeurs français, et en troisième, après la littérature et les livres de sciences humaines et sociales, pour les cessions de droits de livres français, selon les données du SNE. Au Brésil, par exemple, à partir de 1992, un livre traduit du français sur six est destiné à la jeunesse8. La tendance se poursuit jusqu’à la période récente ainsi, en 1998 comme en 2004, un livre sur cinq dont les droits ont été acquis par les éditeurs français était un livre pour la jeunesse, ceci au détriment de la littérature pour adulte notamment, qui chute de la moitié au tiers9. Si le nombre de titres pour la jeunesse acquis en 2004 est semblable à celui de 1993, qui représentait un pic (288), celui des titres français cédés à des maisons d’édition étrangères atteignait, au même moment, dans ce secteur 1062, soit deux fois plus qu’en 1993.

19Entre 1986 et 2000, le nombre de titres pour la jeunesse publiés en français a doublé, passant d’environ 4500 à plus de 9000, réimpressions comprises, selon les données du SNE. Notons que cette augmentation s’est accompagnée d’une baisse des tirages, qui passent d’une moyenne de 13 000 exemplaires en 1986 à 9 654 en 2003, selon les mêmes données, suivant une tendance plus générale.

20Les traductions y ont une part significative. D’après la base Electre, les livres pour la jeunesse représentent environ un tiers des nouveautés littéraires traduites de l’anglais (32 %) et de l’allemand (30 %) et près de 17 % du suédois, contre 10 % de l’hébreu et 7-8 % de l’italien et de l’espagnol. Le nombre de nouveautés traduites de l’anglais dans ce domaine fait plus que doubler de 1986 à 1987 (passant de 86 à 182 ; graphique 7). En 1991, il atteint un pic de près de 400 nouveautés (hormis les poches), qui représentent environ 15 % de l’ensemble des nouveautés dans tout le secteur de la jeunesse en français. En 1999, un nouveau pic est atteint avec près de 500 nouveautés. À cette époque se publient aussi de nombreuses rééditions (entre 20 et 50 par an), y compris de titres parus depuis 1990, comme par exemple la série des Harry Potter de Joanne Kathleen Rowling, dont trois volumes passent dans la collection de poche de Gallimard « Folio Junior », peu après leur première publication.

Graphique 7. Évolution comparée du nombre de nouveautés traduites pour la jeunesse de l’anglais, l’allemand, l’italien, l’espagnol et le suédois en français, 1985-2002.

Graphique 7. Évolution comparée du nombre de nouveautés traduites pour la jeunesse de l’anglais, l’allemand, l’italien, l’espagnol et le suédois en français, 1985-2002.

Source : Electre

  • 10 Les données Electre ne permettent pas de distinguer l’anglais et l’américain, mais celles du SNE le (...)

21Dans le domaine des livres pour la jeunesse, c’est le Royaume Uni qui mène le jeu10. Regardons de plus près les échanges de droits entre l’anglais et le français. En 1993, le nombre de titres anglais pour la jeunesse dont les droits ont été acquis par des éditeurs français s’élève à 144, contre 54 de l’américain. Alors que l’échange entre la France et les États-Unis paraît presque symétrique cette année-là (39 cessions), le nombre de livres cédés pour la traduction en anglais constitue un dixième des acquisitions (14). Les données de 2004, qui présentent une distinction plus fine entre les pays, confortent ce tableau. Les titres acquis auprès d’éditeurs du Royaume Uni sont au nombre de 182, contre 51 auprès d’éditeurs américains (sur un total de 240 acquisitions de livres de jeunesse en anglais, les 7 autres provenant d’Eire, d’Australie et de Belgique). Le nombre de titres français cédés pour être traduits en anglais est de 11 au Royaume Uni, 18 aux États-Unis, 8 au Canada. Le ratio de l’échange entre la France et le Royaume uni est donc ici de un pour seize, contre moins d’un pour trois avec les États-Unis.

  • 11 sur 1467 nouveautés pour l’italien hors poches, et 122 sur 1542 pour l’espagnol, selon les données (...)

22Le nombre de livres pour la jeunesse traduits de l’allemand en français connait une évolution comparable, avec une croissance régulière de 1986 à 2000 (on passe de 14 nouveautés en 1996 à 47 en 1993 et 89 en 2000). Cette croissance n’a pas son équivalent dans d’autres catégories d’ouvrages traduits de l’allemand : la part des livres pour la jeunesse dans les nouveautés traduites de l’allemand augmente de 20 % au début de la période considérée à un tiers à partir de 1993, pour atteindre près de la moitié en 2000 (cette proportion est ensuite retombée à moins d’un tiers). On enregistre aussi une assez forte concentration des auteurs, qui indique leur spécialisation dans ce domaine plus de cinquante auteurs ont au moins trois titres traduits, Marcus Pfister arrivant en tête avec 25 titres. Les années 1989-1993 ont également été marquées par une hausse des traductions de livres pour la jeunesse de l’italien et de l’espagnol mais, contrairement à l’anglais et à l’allemand, cultures fortes d’une longue tradition dans ce genre, ce sursaut a été suivi d’une chute, et la littérature pour la jeunesse représente moins d’un dixième des livres traduits de ces langues pour toute la période11, contre près d’un tiers pour l’allemand. Enfin, le développement du marché de l’édition pour la jeunesse ne se limite pas aux langues européennes, comme en témoigne le fait que 14 des 19 titres pour la jeunesse traduits de l’hébreu en français jusqu’en 2001 l’ont été à partir de 1990 il s’agit surtout des livres d’un auteur spécialisé dans ce domaine, Ouri Orlev, mais aussi de ceux d’écrivains comme Amos Oz ou Yoram Kaniuk.

23S’il existe de plus en plus d’éditeurs spécialisés dans ce secteur, nombre de grands éditeurs littéraires ont développé un département pour la jeunesse. Gallimard-jeunesse arrive ainsi en tête des éditeurs traduisant de l’anglais, avec plus de 800 nouveautés parues entre 1985 et 2002. Il est suivi, dans le domaine anglais, par Hachette Jeunesse (plus de 500 titres), puis de Castor poche-Flammarion, Gründ, L’École des loisirs, Bayard Jeunesse et Pocket Jeunesse (entre 200 et 300 titres). Pour l’allemand, ce sont les éditions Nord-Sud qui totalisent la moitié des nouveautés traduites (environ 300), suivi de Ravensburger (95) et de l’École des loisirs (59), puis de Hachette jeunesse, Casterman, Actes Sud Junior, Gallimard Jeunesse, qui ont publié entre 20 et 40 nouveaux titres pendant la période.

Les genres littéraires traduits

24Plus une langue est centrale, plus les catégories d’ouvrages traduits de cette langue sont nombreuses, comme on l’a vu au chapitre précédent. Ce constat se vérifie aussi pour les genres littéraires. Ainsi, tous les genres sont représentés parmi les traductions littéraires de l’anglais, ce qui n’est pas le cas pour toutes les langues, notamment les langues périphériques. Du point de vue des logiques qui président à la traduction, la diffusion constitue un indicateur permettant de répartir globalement les genres selon que prévaut l’intérêt commercial ou intellectuel : d’un côté les genres à grande diffusion comme le roman noir ou la science fiction, de l’autre les genres à diffusion restreinte comme la poésie, le théâtre et l’essai, le roman se situant entre ces deux pôles. Selon les données du SNE, en 1986, les romans sentimentaux et les polars tiraient en moyenne à 27 000 exemplaires, tous formats confondus, contre 4 000 pour le théâtre et la poésie et 4 819 pour les sciences humaines, les romans contemporains se situant à 15 362. Cette opposition sera nuancée par la suite pour certains genres, mais elle révèle d’ores et déjà des écarts entre les langues d’origine. On comparera d’abord la répartition des genres par langue, en rapportant les taux à la part de chacun des genres dans la production nationale (qui inclut, rappelons-le, les traductions). Puis on reviendra sur le roman noir, genre qui a connu une forte croissance pendant la période de référence.

25À défaut d’une étude approfondie du cas de l’anglais, on se bornera à dégager certaines tendances. Ce sont les traductions de romans (y compris noirs et de science fiction) qui représentent l’immense majorité des traductions littéraires de l’anglais (plus de 90 %). Si le Royaume Uni l’emporte dans le domaine de la littérature pour la jeunesse, pour les autres genres littéraires, les États-Unis sont en tête. En 1993, le nombre de titres américains de littérature (hors jeunesse) pour lesquels les droits de traduction ont été acquis s’élevait à 578, contre 177 de l’anglais (tous pays confondus).

  • 12 Selon les données du SNE pour les années 1986 (62 %), 1991 (63 %), 1994 (58,5 %), 2000 (55 %), le t (...)

26Si l’on isole le polar et la science fiction, le roman arrive toujours en tête des traductions de l’anglais en constante augmentation (voir graphique 9), il concentre environ la moitié des titres traduits. Cette part reste cependant inférieure à celle qui lui revient dans l’ensemble des nouveautés littéraires en français (traductions incluses), à savoir 60 % en moyenne pendant la période étudiée12. Le roman noir est en revanche surreprésenté, avec près de 30 % des traductions littéraires, soit un taux trois fois supérieur à sa part dans la production littéraire en français (entre 10 et 13 % pendant la période), et cinq fois plus élevé que dans les traductions d’autres langues (entre 4 et 6 %). Il est suivi de la science fiction (11 %), genre dont la part a augmenté parmi l’ensemble des nouveautés en français de 2 % en 1991 à 7 % en 2000, mais qui reste peu représenté dans les traductions des autres langues excepté l’allemand (8 % en moyenne, avec une multiplication par quatre du nombre de titres par an entre le début et la fin de la période, de trois à une douzaine, ce nombre atteignant même 22 en 2002). Par-delà la diversité des genres traduits de l’anglais, cette répartition indique donc l’importance des genres à rendement plus élevé, surreprésentés non seulement par rapport aux autres langues mais aussi par rapport à l’ensemble de la production littéraire en français.

  • 13 Il passe de 12,5 % en 1986 à 13,7 % en 1991, puis 13,1 % en 1994, pour tomber à 9,9 % en 2000, cett (...)

27Le roman constitue cependant une catégorie hétéroclite, qui inclut à la fois la littérature dite commerciale, relevant du circuit de grande diffusion et soumise à la logique de la rentabilité à court terme, et la littérature exigeante selon des critères littéraires, qui ne se diffuse que dans un circuit restreint. Or, si l’on peut isoler le roman noir et la science fiction, les statistiques d’Electre ne permettent pas de différencier les autres ouvrages relevant du genre romanesque. En se fondant sur les catalogues d’éditeurs et, surtout, sur les collections, on peut néanmoins distinguer le pôle de production restreinte du pôle de grande production (voir chapitre 6). Ainsi, trois quarts des titres publiés par la collection « Best-sellers » chez Laffont sont traduits de l’anglais (très majoritairement de l’américain). Le roman sentimental, qui représentait entre 10 % et 13 % des nouveautés en littérature dans les années 1990 selon les données du SNE13, se distingue plus encore par l’écrasante majorité des traductions de l’anglais : c’est le cas de presque tous les titres publiés chez Harlequin. Rappelons que la base Electre ne disposant des titres de cet éditeur que depuis 2000, nous ne l’avons pas inclus dans les données présentées ici, ce qui signifie que la part de l’anglais dans la circulation de la littérature (commerciale notamment) est sous-estimée. Toujours est-il qu’à en juger par sa surreprésentation dans les genres relevant de ce circuit, la domination croissante de l’anglais semble donc aller de pair avec l’emprise grandissante des enjeux économiques sur la circulation internationale de la littérature.

  • 14 François Cusset, « Made in USA la fabrique éditoriale », Critique, « American Fiction », n° 675-676 (...)

28Il ne s’agit pas de nier l’existence toujours vivace d’une littérature américaine exigeante, qui d’ailleurs trouve parfois plus facilement un débouché en France que dans son pays d’origine. En témoigne le cas, certes isolé mais significatif, de Tristan Egolf, dont le roman Le Seigneur des porcheries, a paru d’abord en traduction chez Gallimard, dans la collection « Du monde entier », en 1998, après avoir été refusé par de nombreuses maisons d’édition américaines. Mais, cet exemple l’atteste, dans un système qui fait du succès de vente le principal critère de la valeur d’un livre, négligeant le jugement des pairs et des critiques, le pôle de production restreinte est davantage soumis qu’ailleurs aux contraintes du pôle de grande diffusion, qui tend de plus en plus à intégrer le livre dans l’industrie du divertissement, quand il est en France comme dans d’autres pays l’objet de politiques publiques visant précisément à l’en démarquer (le processus de rachat d’éditeurs indépendants et de concentration autour de grands groupes étant un des moyens par lesquels s’exerce cette contrainte) 14. L’exportation massive de la littérature « commerciale », voire « très commerciale », selon les catégories utilisées par les agents littéraires dans les échanges internationaux, reflète bien la situation de l’édition américaine, où prévaut la logique marchande, ce qui n’empêche pas que, parallèlement, soit introduite en France une littérature plus exigeante, par le biais des collections de littérature étrangère des grands éditeurs ou par de petites maisons, comme Bourgois (qui a traduit 248 titres de l’anglais de 1985 à 2002).

  • 15 Les nouvelles ne sont pas isolées dans la classification du SNE.

29Comme le montre la série des graphiques 8.1-8.6, la répartition par genre des traductions littéraires, à l’exclusion de la littérature pour la jeunesse, sur l’ensemble de la période, est à peu près la même pour l’allemand, l’italien et l’espagnol, à quelques variations près. Le roman est le genre le plus traduit. Sa part dans les traductions littéraires de l’allemand est la même que pour l’ensemble des nouveautés romanesques en français (60 % en moyenne), et elle s’élève à deux tiers des nouveautés littéraires traduites de l’italien et de l’espagnol. Le théâtre est deux fois plus souvent traduit de l’allemand que des autres langues. C’est le cas aussi de la poésie espagnole et hébraïque (15 % et 14 % respectivement contre 9 % pour l’italien et 8 % l’allemand). Mais le fait le plus marquant est que ces deux genres, qui ne représentent ensemble que 3 à 7 % des nouveautés littéraires publiées en français pendant la période selon le SNE, sont surreprésentés parmi les traductions des langues semi-périphériques et même d’une langue périphérique comme l’hébreu. On trouve des nouvelles parmi les traductions de l’hébreu (10 %) et de l’italien (4 %), contre 0,2 % pour l’anglais et aucun titre pour l’allemand et l’espagnol15. Les cas des littératures italienne, espagnole et hébraïque feront l’objet d’une analyse détaillée aux chapitres 7, 8 et 14.

30Un constat se dégage donc de cette comparaison les genres les plus commerciaux, surreprésentés parmi les traductions de l’anglais, sont nettement sous-représentés parmi les traductions des autres langues, au profit des genres les plus littéraires, à circulation restreinte. Les variations touchent au capital littéraire spécifique accumulé par les différentes langues dans tel ou tel genre le théâtre pour l’allemand, la poésie pour l’espagnol ou l’hébreu, la nouvelle pour l’italien et l’hébreu. Les traductions du suédois sont marquées par la part écrasante des romans (88 %) (outre la littérature pour la jeunesse, qui n’est pas comptabilisée ici).

Graphique 8.1. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’anglais, 1985-2002.

Graphique 8.1. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’anglais, 1985-2002.

Source : Electre

Graphique 8.2. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’allemand, 1985-2002.

Graphique 8.2. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’allemand, 1985-2002.

Source : Electre

Graphique 8.3. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’espagnol, 1985-2002.

Graphique 8.3. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’espagnol, 1985-2002.

Source : Electre

Graphique 8.4. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’italien, 1985-2002.

Graphique 8.4. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’italien, 1985-2002.

Source : Electre

Graphique 8.5. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites du suédois, 1985-2002.

Graphique 8.5. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites du suédois, 1985-2002.

Source : Electre

Graphique 8.6. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’hébreu, 1985-2002.

Graphique 8.6. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’hébreu, 1985-2002.

Source : Electre

Graphique 9. Évolution comparée des nouveautés littéraires traduites de l’anglais, par genres, 1985-2002.

Graphique 9. Évolution comparée des nouveautés littéraires traduites de l’anglais, par genres, 1985-2002.

Source : Electre

Le roman noir

31La catégorie du roman noir, qui inclut les romans policiers, thrillers et romans d’espionnage, est, après la littérature pour la jeunesse, le deuxième genre à avoir connu une forte croissance pendant cette période, parmi l’ensemble des traductions littéraires en français. Entre 1992 et 2002, le nombre de nouveautés traduites dans ce domaine double largement, passant d’au moins 150 à 350 titres par an si l’on inclut les rééditions en poche, ce nombre est multiplié par trois, passant de 180 à 540 environ.

  • 16 Voir Annie Collovald et Érik Neveu, « Le néo-polar : du gauchisme politique au gauchisme littéraire (...)

32Cet engouement correspond au renouvellement du roman noir en France depuis les années 1970, marqué par son institutionnalisation autour de collections spécialisées et sa structuration en trois pôles un pôle intellectuel, formé par le néo-polar, qui redéfinit le genre en l’ancrant dans une description naturaliste et critique des réalités sociales, un pôle plus traditionnel et un pôle populaire16. Cependant, la part du noir dans les nouveautés littéraires en français (hors poches) n’a pas augmenté, elle a même fortement diminué entre 1986 et 1991, passant de 13,8 % (620) à 7,5 % (400), pour remonter à 10,4 % (534) en 1994, puis à 8,9 % (524) en 2000. La baisse tient peut-être en partie au fait qu’à partir des années 1990, le nombre d’inédits paraissant directement en poche semble croître on en compte ainsi 135 en 1993, mais cela ne suffit pas à expliquer ce déclin, après le pic du milieu des années 1980.

  • 17 Le nombre de polars parus en poche en 2000 s’élevait à 1319, chiffre supérieur à celui de la public (...)

33Toujours est-il que la part des traductions parmi les romans noirs inédits publiés en français a augmenté pendant la période, passant d’un peu plus d’un tiers à deux tiers des nouveautés en format ordinaire, selon ces données. De même, si le nombre global de réimpressions s’est accru, c’est également dans une proportion moindre que les traductions réimprimées : il passe de 852 à 1138 entre 1986 et 2000 (sa part dans l’ensemble de la production littéraire en français chute de 10,1 % à 7,6 % entre 1986 et 1991, pour se stabiliser à entre 9 % et 10 % en 1994 et 2000 ; en 2003, elle monte à 12 %) ; parallèlement, l’édition en poche double entre 1993 et 2000, passant de 629 à 1 31917.

  • 18 Gérard Meudal, « “Série Noire” : la “French collection” », Le Monde, 21 2006.

34Le poids de l’anglais est prédominant dans cette croissance : 9 polars sur 10 sont traduits de cette langue, qui fut le berceau du genre et la source de son développement en France après la guerre, avec notamment la « série noire » créée en 1945 chez Gallimard par Marcel Duhamel18. Les nouveaux titres traduits de l’anglais ont doublé entre 1994 et 1997, mais après avoir atteint un pic de près de 325 cette année-là, ils retombent à 280 par an, en moyenne. Leur part dans l’ensemble des polars traduits baisse de 93 % à 88 %, au profit d’autres langues, qui se diversifient : outre les langues européennes, apparaissent des traductions du japonais, de l’hébreu, du chinois, du coréen ou du pakistanais, signe du développement du roman noir dans d’autres pays également. Inscrite dans la tendance générale à la diversification des échanges évoquée plus haut, cette évolution concerne surtout le pôle intellectuel du roman noir, désormais représenté par des auteurs comme l’espagnol Montalbán, que ses homologues du néo-polar français ont consacré, et l’italien Andrea Camillieri, qui rend hommage au précédent dans son œuvre, les pôles traditionnels et populaires restant largement dominés par l’anglais, avec des auteurs comme Mary Higgins Clark ou Patricia Cornwell (pour une analyse plus détaillée, voir le chapitre 10).

Les principaux éditeurs de littérature étrangère en français

35Le marché de la traduction littéraire se présente comme un marché très compétitif, structuré par l’opposition entre une forte concentration de la plus grosse partie de la production par un petit nombre d’éditeurs d’un côté, une grande dispersion du reste des titres de l’autre. Près de 500 maisons publient des traductions de l’anglais pour environ 10500 nouveautés, autour de 250 en font paraître de l’allemand, l’espagnol et l’italien pour environ 1 nouveautés, une soixantaine éditent des ouvrages traduits de langues périphériques comme le néerlandais, le suédois et l’hébreu pour 150 à 250 nouveautés. Mais une trentaine de ces maisons concentre les deux tiers de la production par langue, et une quinzaine publie la moitié des titres pour les langues centrales et semi-périphériques (elles sont huit à dix pour les langues périphériques).

36Gallimard arrive en tête pour toutes les langues centrales et semi-périphériques. On retrouve ensuite, parmi les vingt à trente éditeurs les plus importants de littératures étrangères, à une place qui varie selon les langues et les genres, et en fonction des domaines de spécialisation, les grandes maisons d’édition littéraires qui ont développé un domaine de littérature étrangère Le Seuil, Fayard, Albin Michel, Grasset, Flammarion, Laffont. Mais figurent aussi dans ce groupe, pour les langues semi-périphériques et périphériques en particulier, de moyens et petits éditeurs qui, en raison de la forte concurrence et du prix élevé des droits pour les traductions de l’anglais, tendent à investir dans les autres langues, se spécialisant parfois dans un domaine linguistique ou selon d’autres principes (thèmes, genres, etc.), selon la stratégie de « niche ».

  • 19 Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l’édition », art. cité, et Hervé Serry, « Cons (...)

37Nombre d’entre eux sont apparus depuis le milieu des années 1970 et se sont spécialisés dans la traduction, qui occupe une part importante de leur catalogue, rejoignant des aînés comme José Corti, éditeur des surréalistes qui a développé son domaine étranger dans les années 1980, ou comme Bourgois, fondé en 1966 : c’est le cas d’Actes Sud, Métailié, Liana Levi, La Différence, Verdier, Jacqueline Chambon, Maren Sell, Philippe Picquier ou encore des éditions de l’Aube, qui ont joué un rôle actif dans l’introduction des littératures semi-périphériques et périphériques en France dans les années 1980. Actes Sud est ainsi le premier éditeur de certaines langues périphériques comme le suédois et l’hébreu. À la différence des éditeurs dotés d’une forte légitimité littéraire, dans le catalogue desquels la littérature étrangère occupe une part très restreinte (comme dans le cas des éditions de Minuit), ces nouveaux venus trouvent dans la traduction un moyen d’accumuler du capital symbolique19. Leur multiplication contribue à expliquer la forte dispersion observée, à quoi s’ajoutent des éditeurs francophones, qui jouent parfois le rôle de médiateurs entre aires culturelles par exemple, L’Âge d’homme pour les littératures des pays d’Europe de l’Est ou, autre maison suisse de création plus récente, les éditions Zoé pour la littérature en langue allemande.

38Les quelque 10500 nouveautés littéraires traduites de l’anglais se répartissent entre 497 éditeurs. Un tiers d’entre eux en ont publié les trois quarts, douze plus de la moitié (avec plus de deux cents chacun). Gallimard a traduit 889 titres, dont deux tiers de romans noirs (593). Il est suivi par Payot & Rivages (620) et par la Librairie des Champs Élysées (615), éditeur notamment de la collection « Le Masque » et d’autres collections de romans noirs (Pulp séries). Les dix premiers éditeurs de nouveautés en anglais pendant la période de référence sont ceux qui publient des romans noirs et de science fiction (Fleuve noir et Denoël arrivent en tête dans ce genre, avec respectivement 313 et 218 titres publiés et des auteurs phares comme Christopher Pike, Ray Bradbury ou Philip Kindred Dick), ou encore des best-sellers (Albin Michel, Belfond, Laffont).

39Avec des auteurs consacrés comme les Américains Philip Roth (lauréat du prix Médicis étranger en 2002 pour La Tache) et John Updike, ou l’Irlandaise Iris Murdoch, publiés dans la collection « Du Monde entier », qui compte aussi l’écrivaine d’origine indienne Bharati Mukherjee et des représentants de la nouvelle génération, tels que le britannique Jonathan Coe (lauréat du Médicis étranger en 1998), Gallimard est un de principaux importateurs des romanciers anglophones. Il arrive encore en tête pour les genres à circulation restreinte, théâtre, poésie, critique, essais (une soixantaine de titres au total), avec toutefois plus d’auteurs devenus classiques que de contemporains : outre les tragédies de Shakespeare dans la prestigieuse bibliothèque de la Pléiade, il a publié des recueils d’Ezra Pound ou de Rabindranath Tagore et des pièces d’Harold Pinter. Il est suivi pour ces genres d’Actes Sud, qui a publié une cinquantaine titres, dont deux tiers de pièces de théâtre (de David Mamet notamment) – et de Bourgois, éditeur de trente-quatre titres, dont un tiers de recueils de poèmes (parmi lesquels ceux d’Allen Ginsberg). Éditeur notamment de William Burroughs, Toni Morrison, Vidiadhar Surajprasad Naipaul, ce dernier se situe à l’avant-garde de l’espace de la littérature traduite de l’anglais. Actes Sud a su imposer des écrivains comme Paul Auster, lauréat du prix Médicis étranger en 1993, Russel Banks et Don Dellilo, qui ont rencontré un certain succès en France, supérieur, dans le cas d’Auster, à sa reconnaissance aux États-Unis.

  • 20 Hervé Serry, « L’essor des Éditions du Seuil et le risque littéraire. Les conditions de la création (...)

40Parmi les principaux éditeurs de traductions littéraires de l’anglais pendant la période analysée (231 titres), Le Seuil occupe une position intermédiaire, avec d’un côté des romans noirs (un tiers des traductions publiées au Seuil) et des auteurs à succès comme John Le Carré, de l’autre des écrivains à diffusion restreinte comme Thomas Pynchon, John Hawkes ou Robert Coover, la plupart des titres de ces trois derniers ayant paru dans la prestigieuse collection « Fiction & Cie », qui mêle ouvrages écrits en français et traductions20. Dans sa collection de littérature étrangère « Cadre vert », Le Seuil compte des auteurs consacrés comme l’Anglais John Irving, l’Écossais William Boyd et le sud africain John Maxwell Coetzee, deux fois lauréat du Booker Prize, en 1983 et 1999, et dont l’œuvre a été couronnée par le prix Nobel en 2003 il a obtenu le prix Fémina étranger en 1985 pour son premier titre traduit au Seuil, Michael K, sa vie, son temps. Enfin, les éditions de l’Olivier, fondées en 1991 en association avec le Seuil avant de devenir un département de la maison en 1995 (puis redevenir une filiale en 2006), ont publié 137 titres de l’anglais pendant la période étudiée, en particulier des romanciers américains contemporains comme Raymond Carver, Richard Ford, E.L. Doctorow, Robert Stone, Jonathan Franzen, Jay McInerney, ou des écrivains anglophones comme Will Self, Robertson Davies, John Berger et Michael Ondaatje, prix Médicis étranger en 2000.

41Deux cent cinquante éditeurs ont traduit quelque 1700 nouveautés littéraires de l’allemand de 1985 à 2002. Parmi eux, vingt ont fait paraître 20 titres ou plus, soit près de deux tiers de l’ensemble. En tête arrivent Fleuve noir (136), qui publie surtout de la science fiction (124), dont il est le principal éditeur dans cette langue aussi, et Gallimard (135). Ils sont suivis d’Actes Sud, l’Arche, Fayard, Bourgois et Albin Michel (entre 50 et 110 titres publiés pendant la période). Gallimard, Actes Sud et Fayard ont publié entre 60 et 80 romans chacun pendant la période. Les œuvres d’écrivains contemporains consacrés comme les autrichiens Thomas Bernhard et Peter Handke, ainsi que celles d’auteurs redécouverts comme le Suisse Robert Walser, sont venus enrichir le catalogue de la collection « Du monde entier ». Fayard publie notamment les écrivains Est-allemands Christa Wolf et Ingo Schulze, Actes Sud édite l’œuvre d’Ingeborg Bachmann et a introduit Hanns-Josef Ortheil, dont Le Seuil et Jacqueline Chambon se partagent à présent les traductions. L’un des principaux éditeurs de la littérature allemande d’après-guerre, Le Seuil, a par ailleurs poursuivi la publication des œuvres d’écrivains désormais consacrés tels que Günter Grass, Heinrich Böll et Peter Härtling, tout en lançant quelques nouveaux auteurs comme Michael Krüger, récompensé par le prix Médicis étranger en 1996 pour Himmelfarb. Parmi les éditeurs ayant publié, comme Le Seuil, entre 30 et 50 traductions littéraires de l’allemand, Jacqueline Chambon a également introduit en France dès 1989 l’écrivaine autrichienne Elfriede Jelinek, reprise ensuite par Le Seuil, et dont l’œuvre a été couronnée par le prix Nobel en 2004. Autre petit éditeur assumant le rôle de découvreur, Verdier, qui a traduit 23 titres de l’allemand pendant la période considérée dans sa collection « Der Doppelgänger », a fait notamment connaître au public français les œuvres de Gert Jonke et Josef Winkler. Le catalogue de Bourgois fait de son côté une place non négligeable aux genres à diffusion plus restreinte, essais (émanant d’écrivains du 20e siècle comme Ernst Jünger, Walter Benjamin, Peter Handke), poésie (avec des recueils de Paul Celan notamment) et, dans une moindre mesure, théâtre. Mais c’est La Différence qui arrive en tête des éditeurs de poésie allemande avec 16 titres publiés pendant la période, dans la collection « pour la plupart, qui comprend surtout des classiques comme Hofmannsthal et Hölderlin. Spécialisé dans le théâtre, l’Arche est le principal éditeur traduisant de l’allemand dans ce genre (65 titres), avec au catalogue des pièces de Bertolt Brecht, Botho Strauss et Franz Kroez.

42Dans les domaines italien et espagnol, qui seront étudiés aux chapitres 7 et 8, Le Seuil arrive loin derrière Gallimard, avec environ moitié moins de titres que son concurrent (68 contre 158 pour l’italien, 86 contre 154 pour l’espagnol). Suivent d’assez près Actes Sud et Bourgois (respectivement 83 et 69 titres pour l’espagnol, environ 50 titres pour l’italien), ainsi que Fayard et Payot & Rivages pour l’italien, Métailié pour l’espagnol. Si Métailié joue un rôle central dans l’introduction des littératures d’Amérique latine en France, Bourgois et Verdier ont beaucoup contribué à faire connaître les prosateurs espagnols contemporains, tandis que les éditions de La Différence et Corti, qui publient comme les précédents des traductions d’œuvres du passé et du présent en langue espagnole et portugaise, font une large part à la poésie. La collection « Ibériques » de Corti publie ainsi des recueils en édition bilingue de poètes comme Juan Ramon Jimenez ou, plus contemporaine, Amparo Amoros. Avec 41 traductions de l’italien, parues pour la plupart dans la collection « d’Altri Verdier joue aussi un rôle important dans la diffusion d’écrivains italiens du 20e siècle, y compris des contemporains tels qu’Erri de Luca ou Cristina Comencini, ainsi que de poètes reconnus, comme Attila Bertolucci et Mario Luzi.

  • 21 Voir Ioana Popa, « Politique des éditeurs ou politiques éditoriales ? Logiques d’importation en Fra (...)

43De 1968 à 1989, 130 éditeurs ont publié 524 traductions du polonais, du hongrois, du tchèque et du roumain, parmi lesquels 22 ont traduit au moins cinq titres, et une douzaine, plus de dix21. Premier importateur des littératures des pays d’Europe de l’Est avant 1989, Gallimard le reste après cette date, mais il ne concentre plus que 8,8 % des traductions dans ce domaine, soit deux fois moins qu’auparavant. Si L’Âge d’homme, Laffont, Albin Michel, Le Seuil et Actes Sud continuent aussi à traduire de ces langues, l’édition des littératures de ces pays connaît désormais une plus forte dispersion, à la faveur du rôle accru joué par de petits éditeurs qui ont investi ce domaine, à l’instar de Verdier, Maren Sell, Jacqueline Chambon ou les éditions de l’Aube (voir chapitre 9). Les éditions Verdier ont par exemple fait découvrir ou redécouvrir des auteurs russes méconnus du 20e siècle comme Sigismund Krzyzanowski, publié dans la collection « russe Slovo », ou des textes (fiction et documents) ayant trait à l’histoire russe dans la collection « russe Poustiaki ».

44Actes Sud, maison spécialisée dans la traduction et qui joue depuis les années 1980 un rôle tout à fait central dans l’importation des littératures étrangères en France, arrive en revanche en tête pour les langues périphériques comme le suédois ou l’hébreu. Sa création et son développement, sur lesquels on reviendra au chapitre suivant, sont révélateurs du processus de spécialisation dans les échanges littéraires internationaux pendant la période étudiée, qui est un des indicateurs du phénomène de la mondialisation culturelle.

45Les traductions littéraires en français ont connu une hausse supérieure à la fois aux traductions littéraires dans le monde et à la production littéraire en français pendant la période étudiée. Cette hausse est largement due aux traductions de l’anglais, et au développement de genres à grande diffusion, notamment les livres pour la jeunesse, le polar, les best-sellers, mais les langues semi-périphériques et périphériques, où ce sont les genres littéraires à diffusion restreinte qui sont surreprésentés, ont également vu le nombre de traductions doubler. Elles ont bénéficié de la stratégie de « qui, face aux éditeurs à fort capital économique concentrant la plus grosse part des traductions de l’anglais, pousse les petites maisons d’édition à se distinguer en publiant les écrivains des pays dominés. Cependant, si le rôle de découvreur que jouent les petits éditeurs dans l’engouement pour des littératures de langues semi-périphériques ou périphériques (comme dans d’autres domaines) serait à porter au jour – ainsi le rôle de Bourgois pour la littérature espagnole, de Métailié pour celle d’Amérique latine, de Philippe Picquier pour les ouvrages d’Extrême-Orient –, il n’en reste pas moins que le ton est donné par les grandes maisons littéraires, qui ont les moyens de consacrer une littérature nationale non seulement par un choix de traductions, mais aussi en l’inscrivant dans le calendrier des événements littéraires (invitation au Salon du livre, Belles étrangères, obtention de prix, etc.). Ceci paraît attesté par le rôle central que jouent les grands éditeurs littéraires dans l’importation des littératures étrangères, et que nous allons analyser plus en détail au chapitre suivant.

Notes

1 Un rapide sondage dans les données de l’Index Translationum montre que cette chute, de 1132 titres en 1980 à 683 en 2002, tient à la quasi disparition des traductions littéraires au Royaume Uni dans les années 1990, alors qu’aux États-Unis, il passe de 389 à 335 entre les deux dates, ce qui laisse penser qu’il s’agit plutôt d’un problème de recensement pour le Royaume Uni. L’Index ne compte que 123 traductions littéraires de toutes langues parues au Royaume Uni de 1990 à 2002, alors que ce chiffre correspond au nombre de traductions littéraires faites du français uniquement selon une base de données constituée par le Bureau du livre à New York, pourtant elle-même lacunaire.

2 Cette estimation étant obtenue à partir de sources hétérogènes – Index Translationum pour les traductions, SNE pour le nombre de titres littéraires –, la part des traductions est sans doute surestimée, les listes de l’Index incluant les publications hors commerce et les réimpressions. En revanche, l’évolution devrait rester identique même si cette part devait être diminuée. Ces taux recoupent cependant ceux que donnent, pour le début des années 1990, Valérie Ganne et Marc Minon, « Géographies de la traduction », in François Barret-Ducrocq (dir.), Traduire l’Europe, op. cit., p. 70.

3 Fabrice Piault, « Littérature étrangère : la pente anglaise », Livres-Hebdo, n° 646, 19 mai 2006, p. 7.

4 Entretien avec Michèle Gazier, 14 février 2007.

5 Sur cette question, voir Laurent Jeanpierre, Des hommes entre plusieurs mondes. Étude sur une situation d’exil. Intellectuels français réfugiés aux États-Unis pendant la Deuxième Guerre mondiale, thèse de doctorat de sociologie, Paris, EHESS, 2004 et Ioana Popa, La Politique extérieure de la littérature…, op. cit.

6 L’écart-type, encore appelé déviation standard, caractérise la largeur de la distribution. Il est exprimé mathématiquement comme étant la racine carrée de la variance, celle-ci mesurant la distribution des valeurs autour du centre de la courbe. En d’autres termes, il permet de déterminer la répartition de la population autour de la valeur moyenne. Généralement, plus les valeurs sont largement distribuées, plus l’écart-type est élevé.

7 Il mériterait qu’on lui consacre une étude approfondie, qui dépasse le cadre de la présente recherche.

8 Marta Pragna Dantas, « La traduction de la littérature française au Brésil dans le contexte de la globalisation éditoriale », in Gisèle Sapiro (dir.), Les Contradictions de la globalisation éditoriale, op. cit.

9 Jacqueline Favero, « Les cessions de droits à l’étranger », art. cité.

10 Les données Electre ne permettent pas de distinguer l’anglais et l’américain, mais celles du SNE les font apparaître.

11 sur 1467 nouveautés pour l’italien hors poches, et 122 sur 1542 pour l’espagnol, selon les données provenant de la base Electre.

12 Selon les données du SNE pour les années 1986 (62 %), 1991 (63 %), 1994 (58,5 %), 2000 (55 %), le taux remontant, après cette chute, à 66 % en 2003. Nous avons additionné les nouveautés et nouvelles éditions des romans classiques et contemporains, et avons rapporté cette somme au total pour la catégorie « qui inclut, rappelons-le, les traductions. Pour les années 1986 et 1991, nous avons retranché la catégorie « reportages, actualité, documents », qui disparaît de la catégorie « littérature dans les statistiques des années suivantes, et conservé la catégorie « analyses, essais ». Ceci correspond aux catégories de la base Electre que nous avons gardées pour la littérature étrangère. Nous avons procédé de la même manière pour le roman noir et la science fiction.

13 Il passe de 12,5 % en 1986 à 13,7 % en 1991, puis 13,1 % en 1994, pour tomber à 9,9 % en 2000, cette chute ne s’expliquant pas par la part croissante des publications d’inédits en poche, puisque le nombre de nouveautés en poches (qui inclut inédits, premières parutions au format poche et nouvelles éditions), chute aussi, en valeurs absolues, de 700 en 1993 à 578 en 2000, et en pourcentage, de 29 % (taux qui paraît exceptionnel) à 13 %. Il semble donc bien y avoir eu un pic de publications dans ce genre au milieu des années 1990. Si l’on inclut les réimpressions (hors poches), cette part est successivement de 7,3 %, 9,1 %, 9,6 %, 6,2 %. Rappelons néanmoins que les fluctuations de genre peuvent tenir, plus que d’autres, au fait que les éditeurs spécialisés ne déclarent pas régulièrement leur production au SNE.

14 François Cusset, « Made in USA la fabrique éditoriale », Critique, « American Fiction », n° 675-676, août-septembre 2003, pp. 606-617.

15 Les nouvelles ne sont pas isolées dans la classification du SNE.

16 Voir Annie Collovald et Érik Neveu, « Le néo-polar : du gauchisme politique au gauchisme littéraire », Sociétés & Représentations, n° 11, 2001, pp. 77-94.

17 Le nombre de polars parus en poche en 2000 s’élevait à 1319, chiffre supérieur à celui de la publication au format ordinaire, contre 629, dont 135 inédits, en 1993. Pour l’année 2000, il n’est pas possible d’isoler les inédits, regroupés avec les premières parutions en poche et les nouvelles éditions (nous donnons ici le total avec les réimpressions). Leur part semble cependant avoir crû depuis le milieu des années 1990.

18 Gérard Meudal, « “Série Noire” : la “French collection” », Le Monde, 21 2006.

19 Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l’édition », art. cité, et Hervé Serry, « Constituer un catalogue littéraire » art. cité.

20 Hervé Serry, « L’essor des Éditions du Seuil et le risque littéraire. Les conditions de la création de la collection “Fiction & Cie” par Denis Roche », in Olivier Bessard-Banquy (dir.), L’Édition littéraire aujourd’hui, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2006, pp. 165-190.

21 Voir Ioana Popa, « Politique des éditeurs ou politiques éditoriales ? Logiques d’importation en France des littératures d’Europe de l’Est à partir des années 70 Regards sociologiques, n° 33-34, 2006, pp. 163-180.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Part de la littérature dans les traductions, en toutes langues et en français, 1980-2002.
Légende Source : Index Translationum
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9479/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Graphique 2. Évolution des traductions de l’anglais en français et part des traductions littéraires, 1980-2002.
Légende Source : Index Translationum
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9479/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 3. Évolution du nombre de traductions littéraires de l’italien, l’espagnol et l’allemand en français, 1980-2002.
Légende Source : Index Translationum
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9479/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Graphique 4. Évolution du nombre de nouveautés littéraires traduites en français (jeunesse comprise), par langues d’origine, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9479/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Graphique 5. Évolution du nombre de nouveautés littéraires traduites en français (jeunesse comprise), sans l’anglais, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9479/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Graphique 6. Évolution du nombre de nouveautés littéraires traduites en français (jeunesse non comprise), par langues d’origine, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9479/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Graphique 7. Évolution comparée du nombre de nouveautés traduites pour la jeunesse de l’anglais, l’allemand, l’italien, l’espagnol et le suédois en français, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9479/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Graphique 8.1. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’anglais, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9479/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Graphique 8.2. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’allemand, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9479/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Graphique 8.3. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’espagnol, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9479/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Graphique 8.4. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’italien, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9479/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Graphique 8.5. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites du suédois, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9479/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre Graphique 8.6. Répartition par genres des nouveautés littéraires traduites de l’hébreu, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9479/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Graphique 9. Évolution comparée des nouveautés littéraires traduites de l’anglais, par genres, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9479/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search