Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Linguistique Translatio Chapitre 4. Traduire les sciences...

Translatio

 | 
Gisèle Sapiro

Première partie. Flux de traduction et hiérarchie des langues

Chapitre 4. Traduire les sciences humaines et sociales : logiques éditoriales et enjeux scientifiques

Gisèle Sapiro et Ioana Popa

Texte intégral

1À la différence de la littérature, fortement liée à la langue et à la nation, dont elle contribue à construire l’identité culturelle, la science revendique son caractère transnational et tend à adopter un langage commun plus ou moins formalisé, l’anglais servant, comme autrefois le latin, de langue de communication privilégiée. Même si cette polarisation doit être nuancée historiquement, elle prévaut tant sur le plan institutionnel que sur le plan des représentations. Les sciences humaines et sociales occupent une position intermédiaire entre ces deux pôles, la proximité à l’un ou à l’autre variant selon les disciplines. Certaines disciplines (comme l’économie) ou sous-disciplines (comme la littérature comparée) se caractérisent par une circulation internationale élevée. Néanmoins, l’ancrage de la plupart d’entre elles dans des traditions nationales, soit sur le plan théorique, soit du point de vue des objets, demeure indéniable. Qui plus est, comme pour la littérature, certaines langues ont accumulé un capital symbolique spécifique dans certains domaines, à l’instar de l’allemand en philosophie.

  • 1 Dominique Desjeux, Isabelle Orhant, Sophie Taponier, L’Édition en sciences humaines. La mise en scè (...)
  • 2 Voir le rapport de Sophie Barluet, Édition de sciences humaines et sociales: le cœur en danger, Par (...)
  • 3 Valérie Ganne et Marc Minon, « Géographies de la traduction in François Barret-Ducrocq (dir.), Trad (...)

2Les facteurs qui pèsent sur la circulation internationale des ouvrages de sciences humaines et sociales par voie de traduction, dépendent de deux logiques : éditoriale et académique. Dans la production éditoriale, ils relèvent de la catégorie des essais (ou « non fiction »), qui arrive, comme on l’a vu, en deuxième position parmi les livres traduits en français (environ un livre traduit sur cinq est un essai selon l’Index Translationum, cette part étant un peu moindre – 17 % – pour les livres publiés en France). Au sein de cette catégorie, les ouvrages de sciences humaines et sociales se situent au pôle de circulation restreinte et de rotation lente1. L’économie éditoriale dans ce secteur repose donc en grande partie sur les subventions2. Le coût de la traduction et la faible rentabilité des livres à court terme font que le taux d’intraduction y est bas, autour de 10 %, contrairement à la littérature, où il est trois à quatre fois supérieur3. On peut penser que ce taux est particulièrement réduit en France, où il existe une importante production de sciences humaines en langue originale.

  • 4 L’investissement des éditeurs de littérature générale dans les sciences humaines a débuté dans les (...)
  • 5 Leur rôle dans l’introduction d’ouvrages de l’étranger est en outre très limité.
  • 6 Comme l’a montré Bruno Auerbach, L’Édition en sciences sociales, une approche socio-épistémologique (...)

3Les traductions d’ouvrages de sciences humaines et sociales ne dérogent pas aux spécificités de l’édition dans ce secteur en France. Une des particularités françaises tient au fait que l’édition de littérature générale joue un rôle prépondérant dans la publication de cette catégorie de livres, à côté de l’édition savante plus ou moins spécialisée (comme les PUF ou Vrin)4, les presses universitaires étant moins développées et dotées d’une moindre légitimité culturelle et scientifique que dans l’aire anglophone5. Ceci contribue à l’éclatement de l’édition dans ce secteur et n’est pas sans conséquences sur les logiques de sélection6. La dispersion tient également à la moindre concentration autour d’un petit nombre d’auteurs par comparaison avec la littérature. En effet, la production d’ouvrages en sciences humaines et sociales est généralement plus coûteuse en temps, et elle n’est pas l’unique moyen de restitution des résultats scientifiques, puisque l’article joue un rôle prépondérant – l’importance relative du livre et de l’article étant variable selon les disciplines.

  • 7 Les éditions Leo Scheer, La Découverte et PUF ont fait paraître un titre. Deux ont vu le jour chez (...)

4Comme les ouvrages littéraires dotés d’une légitimité culturelle, les livres de sciences humaines et sociales paraissent très souvent dans des collections ayant plus ou moins accumulé un capital symbolique par la publication de grands noms ou de titres devenus classiques, ce capital fonctionnant comme un label de qualité pour les nouveaux titres qui y paraissent. Toutefois, à la différence du secteur littéraire, où le nombre de titres traduits est beaucoup plus élevé, les collections ne séparent pas les livres en langue française des traductions, ce qui décloisonne ces dernières, mais participe aussi de leur dispersion. La concurrence éditoriale autour des auteurs à fort capital symbolique constitue un facteur de dispersion supplémentaire, comme l’illustre récemment le cas de Judith Butler, dont dix titres ont été traduits par cinq éditeurs depuis 20027.

  • 8 J. B. Thompson, Books in the Digital Age. Op. cit., André Schiffrin, The Business of Books, op. cit (...)
  • 9 Pierre Bourdieu, Homo Academicus, Paris, Minuit, 1984.

5La circulation internationale des ouvrages de sciences humaines et sociales est, comme on l’a dit, relativement autonome des logiques de marché, sans y échapper complètement. La traduction impliquant un coût élevé et une faible rentabilité à court terme, on traduit plutôt des ouvrages ayant subi un certain processus de sélection. Si les presses universitaires anglo-américaines sont elles-mêmes de plus en plus soumises à des impératifs de rentabilité économique8, leur fonctionnement relève de logiques propres au champ académique, dont l’autonomie est également relative9. En France, en raison de l’inscription des ouvrages de sciences humaines et sociales dans l’édition littéraire, ils sont tiraillés entre deux logiques, celle du champ académique, qui se caractérise par la spécialisation et le cumul des connaissances, et celle du champ intellectuel, qui tend à valoriser l’originalité de la pensée, l’inscription dans des débats d’actualité et le style.

  • 10 Rappelons qu’à la différence de l’économie, née dans les facultés de droit, la philosophie, l’histo (...)
  • 11 Sur les conditions de l’imposition du paradigme « scientifique » dans les sciences sociales, voir, (...)

6Ce tiraillement concerne plus directement les disciplines dites « littéraires » par leur rattachement historique aux « humanités » – devenues « sciences humaines »10 comme la philosophie, la critique, l’histoire, qui sont également celles où le livre joue, par rapport à l’article, un rôle prépondérant. Il s’atténue à mesure qu’on évolue vers celles qui ont adopté le modèle de restitution des résultats scientifiques des sciences de la nature, telles que l’économie ou la psychologie, modèle allant de plus en plus souvent de pair avec l’adoption de l’anglais comme langue de communication11.

7Il faut aussi prendre en compte la relative autonomie des disciplines les unes par rapport aux autres, même si les frontières entre elles sont parfois floues. En effet, certains auteurs comme Habermas, dont les œuvres s’inscrivent pour partie en philosophie et en sociologie, sont difficiles à classer. Il en va de même de certaines spécialités, comme la philosophie politique, qui relève à la fois de la philosophie et de la science politique. Ces difficultés de classement reflètent le caractère inachevé du processus de différenciation de ces disciplines par rapport à la philosophie. Elles tracent les limites de tout classement en vue d’un traitement statistique et imposent la prudence dans l’interprétation des résultats.

8À ceci s’ajoute le fait que le classement par discipline peut se modifier dans le cadre de la circulation internationale des œuvres, les textes circulant sans leur contexte, comme le suggérait Bourdieu à la suite de Marx. Ainsi, Habermas est perçu en France comme un philosophe plutôt que comme un sociologue. L’œuvre de Charles Tilly, professeur de sociologie, a été reçue en France par les historiens et les politistes plutôt que par les sociologues.

  • 12 Voir Johan Heilbron, Remi Lenoir et Gisèle Sapiro (dir.), Pour une histoire des sciences sociales. (...)
  • 13 Jean-Louis Fabiani, Les Philosophes de la République, op. cit.

9Une étude approfondie des conditions de circulation et de réception des ouvrages de sciences humaines et sociales nécessiterait non seulement une enquête sur le champ éditorial, mais aussi une analyse de la structure du monde académique et de la hiérarchie des disciplines dans les différents espaces nationaux pris en compte, ainsi que des échanges scientifiques, analyse qui dépasse le cadre de cette recherche12. Notons seulement, à titre d’exemple, que le prestige dont jouissent les traductions de philosophie allemande en France ne tient pas uniquement au rôle tout à fait central de l’édition littéraire dans cette importation, mais aussi à la position dominante de la philosophie dans la tradition académique française, où elle constituait la discipline de couronnement13, position sans équivalent dans le continent américain où l’anthropologie occupe, en revanche, une position de surplomb par rapport aux autres disciplines de sciences humaines et sociales. Même si la place prépondérante de la philosophie a été remise en cause depuis les années 1960 au sein du champ académique français, elle reste marquée par ce prestige passé et demeure un atout dans les rapports de force constitutifs du champ intellectuel.

10L’étude qui suit s’appuie principalement sur la base de données Electre pour onze langues anglais, allemand, espagnol, italien, russe, néerlandais, polonais, tchèque, hongrois, roumain, suédois. Ces données, comme celles de l’Index, n’incluent pas uniquement les ouvrages savants, mais aussi les livres de vulgarisation, les essais et les livres pratiques. Nous avons procédé à un tri de manière à ne retenir, dans la mesure du possible, que la production scientifique ou académique, même si les frontières avec les essais non académiques demeurent dans certains cas floues. C’est pourquoi les données en valeurs absolues ne doivent être lues qu’à titre indicatif. Comme pour la littérature, nous nous sommes limitées aux nouveautés et nouvelles traductions. La critique littéraire se répartissant entre le domaine littéraire et l’édition savante, nous avons choisi de la traiter avec le premier, auquel elle est étroitement associée chez les éditeurs généralistes, ce qui explique son absence de l’étude qui suit. L’analyse s’est concentrée sur l’évolution des flux de traductions et leur répartition par langue, disciplines ou domaines, auteurs, éditeurs, ainsi que sur l’identification des principaux lieux de réception éditoriale. Une recherche sur les logiques d’intermédiation à la fois éditoriales et académiques reste à faire.

Les langues traduites : un indicateur de la diversité des échanges intellectuels

  • 14 On passe de 2 355 nouveaux titres et nouvelles éditions de sciences humaines en 1986 à 5 564 en 200 (...)

11Entre l’année 1980 et l’année 2000, le nombre absolu d’ouvrages de sciences humaines traduits en français a connu une hausse de 50 %, selon l’Index Translationum, évolution proportionnelle à la croissance générale des traductions. Selon la base Electre, la moyenne annuelle des nouveautés traduites en français dans ce secteur augmente de 26 % entre la deuxième moitié des années 1980 et la première moitié des années 1990 (voir tableau 2). On passe d’une moyenne de 131 titres par an entre 1985 et 1989 à 172 pendant la décennie 1990 pour l’ensemble des livres de sciences humaines et sociales traduits de l’anglais, de l’allemand, de l’italien, de l’espagnol, du néerlandais, du suédois, du russe, du polonais, du hongrois, du tchèque et du roumain en français (les quatre premières langues représentant la part la plus importante des traductions dans ce secteur comme dans d’autres ; pour une répartition annuelle de ces flux des traductions, voir graphique 1). La progression est plus ou moins régulière de 1987 à 1997. Elle est suivie d’une chute en 1998, puis d’une reprise en 2002, année où un pic de plus de 220 ouvrages de sciences humaines et sociales traduits est atteint. Cette évolution semble toutefois inférieure à la croissance du nombre de nouveautés et de nouvelles éditions en sciences humaines et sociales, qui a été multiplié par 2,3 entre 1986 et 2003, soit une croissance supérieure à l’évolution globale de la production en français (1,9), leur part au sein de celle-ci passant de 14,5 % à 18 % entre ces deux dates, selon les données du SNE14.

Graphique 1. Évolution du nombre de nouveaux titres de sciences humaines, traduits en français des onze langues considérées, 1985-2002.

Graphique 1. Évolution du nombre de nouveaux titres de sciences humaines, traduits en français des onze langues considérées, 1985-2002.

Source : Electre

12Comme pour la littérature, dans la catégorie des livres de sciences humaines et sociales, l’anglais prédomine en tant que langue d’origine des textes traduits. Mais à l’instar de la littérature à rotation lente (les collections de littératures étrangères ; voir chapitre 6), les traductions de l’anglais y sont nettement moins représentées que dans les genres les plus commerciaux tels que les biographies. Cette sous-représentation, qui témoigne d’une plus grande diversité des échanges intellectuels au pôle de production restreinte, est d’autant plus significative qu’un certain nombre de chercheurs de pays périphériques, voire même semi-périphériques, choisissent d’écrire et de publier directement en anglais. Ainsi, la traduction du livre de l’historien israélien Ilan Pappé sur La Guerre de 1948 en Palestine, parue à La Fabrique en 2000, a été faite de l’anglais et non de l’hébreu.

13Les traductions réalisées à partir de l’anglais constituent ainsi un peu plus de la moitié des nouveautés de sciences humaines et sociales traduites en français à partir des onze langues considérées ici, contre un quart pour l’allemand, un livre sur dix étant traduit de l’italien et moins d’un sur vingt de l’espagnol. Suivent, par ordre décroissant, le russe (langue à partir de laquelle sont faites 2,9 % des traductions), le néerlandais (1,3 %), le polonais (1,1 %) et, enfin, en dessous de 1 % de l’ensemble des traductions, le tchèque, le hongrois, le roumain et le suédois (voir tableau 1).

Tableau 1. Répartition par langue du nombre de nouveaux titres de sciences humaines et sociales traduits en français, 1985-2002.

  • 15 Il s’agit des cas (très peu nombreux) des traductions d’ouvrages publiés en deux langues différente (...)

Langue de Traduction

Nombre de Traductions

Pourcentage

Anglais

1 555

52,7 %

Allemand

736

25,0 %

Italien

315

10,7 %

Espagnol

120

4,1 %

Russe

84

2,9 %

Néerlandais

38

1,3 %

Polonais

32

1,1 %

Tchèque

19

0,6 %

Hongrois

17

0,6 %

Roumain

14

0,5 %

Suédois

7

0,2 %

Autre15

13

0,4 %

Total

2 950

100 %

Source : Electre

14Qui plus est, la moyenne annuelle des traductions a moins progressé pour l’anglais que pour les autres langues entre la deuxième moitié des années 1980 et la première moitié des années 1990, elle augmente de 20 %, contre 24 % pour l’allemand, 37 % pour l’italien, 93 % pour l’espagnol, 100 % pour le suédois, 133 % pour le néerlandais (voir tableau 2). Par-delà le phénomène plus général de l’intensification des échanges culturels à cette époque, on peut faire l’hypothèse d’un effet spécifique de la conjoncture de l’unification européenne, la Commission européenne ayant encouragé les relations scientifiques au sein du continent par des contrats de financement de la recherche et des subventions de publications, mais cette hypothèse reste à vérifier et elle ne doit pas masquer le fait que l’anglais est la langue privilégiée dans les échanges intra-européens. D’autant que la hausse est passagère la croissance est freinée pour toutes ces langues entre 1995 et 1999, sauf pour l’italien, qui continue d’augmenter de 47 %. Il faudrait aussi se demander si ce phénomène n’est pas spécifique à la France, où la résistance à la domination de l’anglais est plus grande.

  • 16 Les données à partir desquelles ces constats sont énoncés ne prennent pas en compte ici les traduct (...)

15Pendant les années 1990-1994, la progression de la moyenne annuelle des titres traduits de l’anglais est moindre même par rapport aux moyennes annuelles des traductions en provenance de l’ancien bloc communiste (sauf pour le hongrois) : par comparaison avec la période 1985-1989, ces moyennes augmentent de 75 % pour le tchèque, de 50 % pour le polonais, de 37 % pour le russe et de 33 % pour le roumain. Mais leur essor est interrompu à partir du milieu des années 1990 (voir tableau 2). Cette tendance – croissance temporaire du nombre des traductions en français pendant la première moitié des années 90, suivie d’un tarissement, voire d’une baisse – est contraire aux évolutions de la production nationale dans ces pays, où le nombre de titres originaux publiés décroît au tournant des années 1990, en raison des transformations en cours du système académique et de l’espace éditorial, puis augmente progressivement dans la deuxième moitié de la décennie. Par-delà le décalage temporel entre la publication en langue originale et la traduction, cette évolution, semblable à la tendance enregistrée pour la traduction littéraire (voir chapitre 9), est due aux logiques spécifiques d’importation qui régissent l’espace français de réception16.

Tableau 2. Taux de progression, par langues, du nombre de nouveaux titres de sciences humaines et sociales traduits en français entre les périodes 1985-1989, 1990-1994, 1995-1999.

Langue d’origine

Progression 90-94/85-89

Progression 95-99/90-94

Allemand

24 %

10 %

Anglais

20 %

– 2 %

Espagnol

93 %

74 %

Italien

37 %

47 %

Néerlandais

133 %

– 21 %

Suédois

100 %

0 %

Russe

37 %

12 %

Polonais

50 %

11 %

Roumain

33 %

25 %

Hongrois

– 63 %

– 33 %

Tchèque

75 %

– 14 %

Ensemble

26 %

8 %

Source : Electre

Spécificités disciplinaires

16Le poids relatif des disciplines au sein des livres de sciences humaines et sociales traduits en français entre 1985 et 2002 varie fortement, de 1,6 % pour le droit à 35,8 % pour l’histoire (ce qui représente plus de 1 000 titres). Entre ces deux extrêmes, les autres disciplines se répartissent, par ordre croissant, comme suit la psychologie représente 4,1 % de l’ensemble ; l’économie, 6,2 % ; la science politique, 8,1 % ; la sociologie, l’anthropologie et l’ethnologie 18,1 ; enfin, la philosophie, 26 % (voir tableau 3.1).

Tableau 3.1. Répartition par disciplines des nouveaux titres de sciences humaines et sociales traduits en français, 1985-2002.

Discipline

Nombre de traductions

Pourcentage

Droit

46

1,6 %

Économie

184

6,2 %

Histoire

1 057

35,8 %

Philosophie

768

26 %

Psychologie

121

4,1 %

Science politique

239

8,1 %

Sociologie, anthropologie, ethnologie

535

18,1 %

Total des traductions

2 950

100 %

Source : Electre (base recodée)

Tableau 3.2. Évolution du nombre de titres traduits en français par disciplines : 1985-1989, 1990-1994 et 1995-1999.

Disciplines

1985-1989

1990-1994

1995-1999

Variation 90-94/85-89

Variation 95-99/90-94

Droit

6

18

16

200,0 %

– 11,1 %

Économie

54

50

53

- 7,4 %

6,0 %

Histoire

271

287

291

5,9 %

1,4 %

Philosophie

157

227

246

44,6 %

8,4 %

Psychologie

18

18

49

0,0 %

172,2 %

Science politique

49

59

81

20,4 %

37,2 %

Sociologie Anthropologie

103

169

156

64,1 %

- 7,7 %

Source : Electre (base recodée)

  • 17 Yves Gingras, « Les formes spécifiques de du champ scientifique », Actes de la recherche en science (...)
  • 18 Pour une analyse de l’internationalisation différenciée d’une discipline académique en fonction de (...)
  • 19 Selon les données du SNE, en 1986, 435 nouveautés historiques sont parues contre 271 de sciences éc (...)
  • 20 Ainsi qu’on l’a suggéré plus haut, l’importation du modèle étasunien des sciences sociales en Europ (...)

17Abstraction faite des frontières floues et des zones de recoupement, les écarts entre disciplines doivent être interprétés à la lumière de facteurs d’ordre structurel : le volume global de la production scientifique d’une discipline dans chaque espace national, le degré d’internationalisation de cette discipline17 et son support de publication privilégié – livre ou article18. Ainsi, dans les sciences humaines comme l’histoire et la philosophie, plus attachées, de ce point de vue, à la tradition lettrée, le livre occupe une place prépondérante, tandis que dans les sciences formalisées que sont l’économie et la psychologie, c’est la publication en articles qui est d’usage, et qui se fait directement en anglais le plus souvent (à la différence de la psychanalyse, plus présente de ce fait dans le corpus des livres traduits)19. La sociologie et l’anthropologie occupent une position intermédiaire entre ces deux pôles20. La surreprésentation de l’histoire et de la philosophie reflète ainsi à la fois leur position dans l’espace des disciplines au pôle des humanités et leur place dans la production éditoriale en France, où elles font partie de la littérature générale, à la différence de nombreux pays où elles sont cantonnées à l’édition universitaire.

  • 21 Nous avons rapporté le total du nombre de livres traduits selon les données Electre aux données du (...)

18À ceci s’ajoute le fait que le pourcentage de livres traduits n’est pas le même dans toutes les disciplines. D’après un sondage que nous avons réalisé pour les années 1986, 1991, 1994 et 2000, les livres traduits des langues prises en considération ici représentaient en moyenne 5,5 % de la production dans les disciplines concernées21. Or ce taux varie fortement entre les disciplines : il est le plus élevé en histoire (entre 7 % et 15 %) et le plus faible en droit (entre 0 % et 2 %), la catégorie des « sciences humaines générales », qui inclut, rappelons-le, la philosophie, la psychologie, la sociologie, l’ethnologie et l’anthropologie, étant plus proche de la moyenne.

  • 22 On passe de 6 % en 1986 à 5,9 % en 1991, 5,5 % en 1994, 4,5 % en 2000. Si l’écart (assez faible) en (...)
  • 23 Alors qu’elles étaient en hausse jusque-là, leur nombre se réduit même en chiffres absolus entre 19 (...)
  • 24 Elle tient peut-être dans ce cas à la comptabilisation de livres qui n’étaient pas répertoriés préc (...)
  • 25 La hausse des traductions en sociologie et en philosophie entre la fin des années 1980 et le début (...)

19Si l’on s’interroge à présent sur les évolutions pendant la période considérée, la part des traductions dans la production des sciences humaines en français tend progressivement à baisser de 6 % en 1986 à 4,5 % en 200022. Ceci tient notamment au fait que la forte augmentation de la production dans la catégorie « sciences humaines générales » entre 1994 et 2000 ne s’est pas accompagnée d’une augmentation du nombre de traductions23. Il en va de même pour les sciences économiques24. Toujours est-il qu’on enregistre d’importantes variations entre les disciplines. En effet, l’évolution du nombre de traductions s’y est faite de manière décalée (voir tableau 3.2) : les sciences sociales, la philosophie et le droit enregistrent une hausse au début des années 1990, alors qu’elle est manifeste en psychologie à partir du milieu des années 1990, la science politique connaissant une progression plus régulière, tandis que l’histoire et l’économie demeurent stables. L’explication de ces variations, qu’il ne faut pas surestimer, nécessiterait la prise en compte de nombreux facteurs (et de séries plus longues) qui dépassent le cadre de la présente recherche, mais elles révèlent l’évolution des rapports de force entre disciplines dans le champ académique ainsi que dans le champ éditorial25. Cette répartition varie aussi fortement selon les langues.

20L’histoire, qui forme donc un tiers de l’ensemble des nouveautés de sciences humaines et sociales traduites des langues citées en français pendant la période considérée, est aussi la discipline qui arrive en tête pour toutes les langues centrales et semi-périphériques, excepté l’allemand, dont on traduit plus d’ouvrages philosophiques ; cette exception concerne aussi les langues périphériques que sont le tchèque et le roumain (voir tableau 4). Plus de la moitié des livres d’histoire traduits en français proviennent de l’anglais. Suivent, loin derrière, l’allemand et l’italien. Environ 12 % des auteurs ont plus d’un titre traduit (114 auteurs, en valeur absolue), parmi lesquels on compte le britannique Eric Hobsbawm et les américains Eugen Weber, Robert Darnton et Steven Kaplan. Significativement, ces trois derniers sont des spécialistes de la France et ont noué de longue date des liens étroits avec le monde universitaire français.

  • 26 Les treize traductions d’ouvrages faites à partir de deux langues différentes (par exemple, alleman (...)

Tableau 4. Répartition par langues26 et par discipline des nouveaux titres de sciences humaines et sociales traduits en français, 1985-2002 (en valeurs absolues et en %).

Tableau 4. Répartition par langues26 et par discipline des nouveaux titres de sciences humaines et sociales traduits en français, 1985-2002 (en valeurs absolues et en %).

Source Electre (base recodée)

Né en 1943 à New York, d’une famille juive immigrée d’Europe de l’Est, Steven Kaplan a fait des études de premier cycle à Princeton, puis un master et un PHD d’histoire à Yale. Lors d’un séjour à Paris en 1962 dans le cadre d’un stage universitaire, il découvre le pain français, expérience fondatrice dont il se souviendra quand il devra choisir un sujet de thèse. Le pain constitue la clé d’entrée dans l’univers corporatiste de l’Ancien Régime et dans son économie, dominée par le grain. Publiée sous le titre Le Pain, le peuple et le roi : la bataille du libéralisme sous Louis XV, cette thèse soutenue en 1974 inaugure une série d’ouvrages sur la filière blé-farine-pain replacée dans son contexte politique, culturel et socio-économique, dont les traductions paraissent chez Fayard à partir de 1988 (Les Ventres de Paris, 1988 ; Le Meilleur Pain du monde les boulangers à Paris au xviiie siècle, 1996). Assistant, puis associate professor à l’Université de Cornell, il y est promu professeur d’études européennes en 1980. À partir de 1976, il est régulièrement invité en France, notamment à l’École des hautes études en sciences sociales. En 1993, il publie, toujours chez Fayard, un livre sur le bicentenaire de la Révolution intitulé Adieu 89. À la croisée de l’histoire de la mémoire et de l’histoire sociale des sciences sociales, cette vaste enquête sur les enjeux intellectuels et politiques des débats autour de la commémoration, qui brosse un tableau sociologique sans complaisance de la recherche historique française, se heurte à un barrage d’une partie du milieu académique, lequel aurait empêché, en activant de multiples réseaux, que ce livre trouve l’écho qu’il méritait dans la presse. C’est avec un ouvrage de vulgarisation intitulé Le Retour du bon pain : une histoire contemporaine du pain, de ses techniques, et de ses hommes (paru chez Perrin en 2002) et son guide des meilleures boulangeries de Paris, Cherchez le pain (paru chez Plon en 2004) que Steven Kaplan se fait connaître du grand public. En 2001, année de la publication de son maître ouvrage La Fin des Corporations chez Fayard, il a été distingué Chevalier de l’Ordre national du Mérite et récompensé par le prix littéraire « États-Unis-France » de l’Association France-Amériques. Ayant choisi de partager son temps entre les États-Unis et la France à la suite de son remariage avec une Française, il enseigne depuis 2003 à l’Université de Versailles-Saint-Quentin en Yvelines, tout en conservant des responsabilités à Cornell. Avec son dernier livre, Le Pain maudit. Retour sur la France des années oubliées, 1940-1958 (Fayard, 2008), écrit directement en français, Steven Kaplan a franchi l’ultime étape de sa pleine intégration au milieu historique français.

  • 27 Voir Gabriele Lingelbach, « Un intérêt traditionnellement faible. Transfert Allemagne-France », in (...)

21Avec les grandes synthèses et les approches comparatives, les ouvrages d’histoire ayant le plus de chance d’être traduits en français sont en effet ceux qui traitent de la France ou de l’Europe, comme l’Histoire sociale de la France depuis 1789 de Heinz-Gerhard Haupt (Éditions de la MSH, 1993). Les études sur l’histoire du national-socialisme, comme le livre de Norbert Frei, L’État hitlérien et la société allemande : 1933-1945 (Seuil, 1994) rencontrent également un intérêt auprès des éditeurs français, les ouvrages à succès comme ceux de Peter Reichel (traduits chez Odile Jacob en 1997 et 1998) et/ou controversés comme ceux d’Ernst Nolte ou Les Bourreaux volontaires de Hitler de Daniel Goldhagen (Seuil, 1997), étant plus susceptibles d’être traduits rapidement, selon une logique éditoriale plutôt qu’académique (sachant que le délai moyen entre la publication originale et la traduction française est de 7,9 ans pour les ouvrages d’histoire traduits de l’allemand27).

22La philosophie est la deuxième discipline la plus traduite. Près de la moitié de l’ensemble de 762 traductions proviennent de l’allemand (voir tableau 4). 359 nouveautés ou nouvelles traductions de philosophie allemande ont paru en français pendant cette période, dont nombre de classiques. Les auteurs classiques (parmi lesquels Kant, Nietzsche, Hegel, Husserl, Heidegger, Fichte, Schopenhauer, Schelling, Cassirer) concentrent en effet le nombre de traductions le plus élevé. En revanche, parmi les philosophes allemands contemporains, Habermas est le seul à avoir plus de dix titres traduits pendant la période. La philosophie de langue anglaise représente, quant à elle, presque un tiers de l’ensemble des traductions de philosophie, à travers des auteurs comme Locke, Searle ou Popper.

  • 28 Sur les traductions de la sociologie américaine en français, voir Alain Chenu, « US Sociology throu (...)

23La sociologie, l’anthropologie et l’ethnologie arrivent en troisième position, avec une part de 18,2 % de l’ensemble. Elles sont en deuxième position après l’histoire parmi les traductions faites de l’espagnol (une sur quatre), de l’anglais (une sur cinq) et de l’italien (une sur dix), et en troisième position parmi les livres traduits de l’allemand, avec des auteurs classiques comme Max Weber, Norbert Elias et Georg Simmel, qui ont cinq titres et plus traduits ou retraduits pendant la période, au détriment d’auteurs contemporains (un théoricien contemporain comme Niklas Luhmann n’ayant que trois titres traduits)28. Un auteur sur dix (54 au total) a plus d’un nouveau titre traduit, parmi lesquels Immanuel Wallerstein (6), Albert Hirschman (5), Manuel Castells (4), Nigel Barley (4), Jack Goody (4), Malinowski (4), Clifford Geertz (3) et Erwin Goffman (3).

  • 29 Cf. Mathieu Hauchecorne, « Le “professeur Rawls” et le “Nobel des pauvres”. La politisation différe (...)

24La part de l’économie (6,3 % de l’ensemble des traductions) est la plus importante parmi les traductions de l’anglais et du russe (autour de 10 %, contre moins de 2 % pour l’allemand, l’espagnol et l’italien), mais il faut rappeler que dans cette discipline, l’anglais est la langue de publication même pour des auteurs non anglophones. Un économiste sur dix (vingt auteurs au total) a plus d’un livre traduit. On trouve parmi eux des auteurs classiques comme, par exemple, Galbraith (10 traductions), Keynes (3 traductions) et Milton Friedman (2 traductions), mais aussi des économistes contemporains, comme le lauréat du prix Nobel de 1998 Amartya Sen (4 traductions), dont le recueil L’Économie est une science morale, paru à La Découverte, a fait un auteur de référence des opposants à la mondialisation29, ou comme le Hongrois établi aux États-Unis, Janos Kornai, professeur à Harvard et spécialiste des économies socialistes (4 traductions faites à partir du hongrois et de l’anglais).

  • 30 Sauf pour le hongrois, mais cette exception n’est pas significative, puisque en valeurs absolues, l (...)
  • 31 Voir Mathieu Hauchecorne, « Le ‘professeur Rawls’ et le ‘Nobel des pauvres’ », art. cité.

25La part de la science politique, qui représente, rappelons-le, 8,1 % de l’ensemble des traductions des sciences humaines et sociales, se situe en dessous des 10 % pour toutes les langues étudiées (voir tableau 4)30. Cette catégorie disciplinaire a été construite en éliminant de la base les nombreux essais politiques traduits, du fait de leur caractère hétéroclite au regard des sujets traités et des trajectoires non-académiques des auteurs. Telle que nous l’avons définie ici, la catégorie « science politique » inclut, en revanche, non seulement des livres dont les auteurs occupent des positions universitaires, mais aussi des textes et des auteurs qui sont inclus (ou susceptibles de l’être) dans le canon académique (à l’instar de Rosa Luxembourg, Trotsky ou Clausewitz, par exemple). Elle comprend les principaux domaines de la science politique, avec, par exemple, des ouvrages de philosophie politique (signés par des auteurs comme Carl Schmitt, Karl Popper, Hannah Arendt), d’histoire des idées politiques (Albert Hirschman, Quentin Skinner), de sociologie politique ou de politiques publiques. À côté des auteurs classiques, ou récemment redécouverts pour certains, comme le juriste et théoricien politique allemand Carl Schmitt (7 titres), notons, parmi les auteurs contemporains les plus traduits dans ce domaine, Michael Walzer (8 titres) et John Rawls (6 titres). Loin d’être strictement académique, la réception de ces auteurs a été prise dans les débats politiques des années 1990 sur les limites du libéralisme démocratique pour Schmitt (voir infra), sur le communautarisme pour Walzer et sur la question de l’égalité pour Rawls. Perçue comme progressiste aux États-Unis, la théorie de la justice de ce dernier a été ainsi réappropriée en France par des penseurs de droite comme Alain Minc pour remettre en cause le principe d’égalité, après avoir été introduite par des représentants de la deuxième gauche qui y ont vu un moyen de réconcilier l’économie de marché et la justice sociale31.

26Avec un pourcentage de 1,5 % de traductions, le droit illustre le cas-limite d’une discipline à la fois très spécialisée (caractéristique qui entraîne un potentiel relativement limité de travaux de vulgarisation) et fortement liée au cadre national. Ce n’est que parmi les traductions de l’italien et du néerlandais en français qu’il s’élève à plus de 3 % (mais les valeurs absolues enregistrées sont très faibles : respectivement 10 et 2 traductions ; voir tableau 4) ; on y trouve significativement des approches historiques ou sociologiques du droit. Avec quatre titres en français, le théoricien allemand Hans Kelsen apparaît comme l’auteur traduit le plus important dans le domaine juridique pendant la période considérée. Notons que peu de traductions sont publiées chez des éditeurs spécialisés en droit.

27Le poids de la psychologie et de la psychanalyse – qui ne représentent que 4,1 % de l’ensemble des traductions – varie également selon les langues. Ces domaines ne dépassent 10 % que dans le cas des traductions du hongrois, de l’espagnol et de l’italien. Cependant, en valeurs absolues, ce sont les traductions de l’anglais (61) et de l’italien (34) qui restent les plus nombreuses (voir tableau 4). La psychanalyse demeure très présente, mais on voit apparaître à partir du milieu des années 1990 des ouvrages de psychologie cognitive et de neuropsychologie.

  • 32 Sur la science politique dans les anciens pays communistes, voir Hans-Dieter Klingemann, Ewa Kulesz (...)

28Enfin, si l’on regarde de plus près la répartition par disciplines des traductions faites à partir des langues des pays (ex-)communistes (russe, polonais, hongrois, tchèque et roumain), on constate la prééminence de l’histoire (45 % des livres traduits à partir de ces cinq langues réunies) – avec des auteurs comme Michel Heller (traduit du russe), Istvan Bibo ou Jeno Szucs (traduits du hongrois), Bronislaw Geremek ou Hanna Zaremska (traduits du polonais), Sorin Antohi (traduit du roumain) –, suivie de la philosophie (30 %). En revanche, les sciences sociales sont sous-représentées par comparaison aux autres langues (8 % pour la sociologie, l’anthropologie, et l’ethnologie), tandis que la science politique, qui commence à s’institutionnaliser comme discipline académique en se démarquant du marxisme scientifique dans les années 199032, ne constitue que 4 % des traductions de ces langues.

Historien médiéviste spécialisé dans l’histoire sociale de la pauvreté, de l’exclusion et de la marginalité, Bronislaw Geremek est également un homme politique : ancien leader de Solidarnosc, il est élu député au Parlement européen en 2004, après avoir successivement été député à la Diète polonaise, ministre des Affaires étrangères de Pologne et président de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe. Né en 1932 à Varsovie, dans une famille d’intellectuels juifs, Bronislaw Geremek grandit dans le ghetto de sa vie natale, qu’il parvient à quitter en 1943 avec sa mère, tandis que son frère aîné survit à la déportation à Bergen-Belsen et que son père meurt à Auschwitz. Revenu à Varsovie à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il achève son cycle d’enseignement secondaire et entame des études d’histoire à l’Université de Varsovie, dont il sera diplômé en 1954. Il prépare ensuite une thèse de doctorat (qu’il soutiendra à l’Institut d’histoire de l’Académie des sciences polonaises en 1960), tout en bénéficiant à partir de 1956, de plusieurs bourses d’étude à l’École pratique des hautes études de Paris, où il devient un disciple et un proche de Fernand Braudel, Jacques le Goff ou Georges Duby. Nommé directeur du Centre de civilisation polonaise de l’Université de Paris, entre 1960 et 1965, il soutient en 1972, cette fois en France, une thèse sur le thème des marginaux parisiens aux xive et xve siècles (publiée en traduction française chez Flammarion, en 1976, après la parution, quelques années auparavant, de l’édition originale en polonais). Pendant l’année universitaire 1992-1993, Geremek sera le titulaire de la chaire internationale du collège de France « Histoire sociale : exclusions et solidarités »: Le « Grand prix de la francophonie » lui sera attribué en 2002.

29Les différences entre les disciplines dont nous venons de faire le constat pour l’ensemble des langues analysées se reflètent non seulement dans le nombre de titres traduits et dans la part que chacune d’entre elles représente dans les différents flux nationaux de traductions, mais aussi dans les taux de concentration du nombre des traductions par auteur il est le plus élevé en philosophie (1,73), le plus faible en psychologie (0,96), mais les autres disciplines ne dépassent pas 1,2 (voir tableau 5).

30Cependant, lorsqu’on regarde le nombre d’auteurs ayant trois livres traduits ou plus, les rapports entre les disciplines sont légèrement différents : 59 auteurs sur 443 (soit 13,3 ont au moins 3 titres traduits en philosophie ; 10 auteurs sur 207 (soit 4,8 %) en science politique ; 2 auteurs sur 44 (soit 4,5 %) en droit ; 32 auteurs sur 992 (soit 3,2 %) en histoire, 15 auteurs sur 516 (soit 2,9 %) en sociologie, anthropologie, ethnologie ; 7 auteurs sur 182 (soit 3,8 %) en économie ; 3 auteurs sur 126 (soit 2,3 %) en psychologie. Ceci témoigne de l’existence d’une politique d’auteur dans le domaine des sciences humaines et sociales, comme en littérature, même si c’est dans une moindre proportion, la part d’auteurs ayant publié au moins trois titres n’étant ici que de 4 % en moyenne, contre un quart à un tiers dans les collections de littérature étrangère (voir chapitre 6).

31Par-delà le biais induit par le découpage chronologique, l’écart tient aussi, comme on l’a dit, au fait que le livre n’est pas le seul support de publication dans le champ académique et que la grande majorité des chercheurs ne publient qu’un titre ou deux durant leur carrière. Ainsi, presque 94 % des auteurs n’ont qu’un ou deux titres traduits, quand 16 seulement en ont plus de dix (totalisant presque 8 % de l’ensemble des titres ; voir tableaux 6.1 et 6.2). La surreprésentation des classiques parmi ces derniers reflète à la fois les transformations des modes de production des sciences humaines et sociales avec leur spécialisation et leur professionnalisation et les logiques spécifiques au monde éditorial, en particulier les modes d’accumulation de capital symbolique qui conduisent à privilégier les grands noms et la construction d’une œuvre, réactualisée par la publication d’inédits ou de textes méconnus, de nouvelles traductions, etc.

Tableau 5. Nombre d’auteurs et de titres traduits par disciplines ; nombre d’auteurs ayant au moins trois livres traduits par disciplines ; taux de concentration du nombre des traductions par auteur pour chaque discipline.

Discipline

Nombre d’auteurs ayant au moins 3 livres traduits

Nombre d’auteurs traduits

Nombre de titres traduits

Taux de concentration

Philosophie

59

443

768

1,73

Histoire

32

922

1 057

1,15

Science politique

10

207

239

1,15

Sociologie, Anthropologie

15

516

535

1,04

Droit

2

44

46

1,05

Économie

7

182

184

1,01

Psychologie

3

126

121

0,96

Tableau 6.1. Concentration du nombre de titres traduits par auteur.

  • 33 Ces pourcentages sont calculés par rapport à un total de 2 339 auteurs traduits (qui ne correspond (...)

Nombre de titres par auteur

Nombre d’auteurs

Pourcentage des auteurs33

Nombre de titres traduits

Pourcentage des titres traduits (du total des 2 950 titres)

+ de 10 titres traduits

16

0,7 %

233

7,9 %

+ de 5 titres traduits

54

2,3 %

459

15,6 %

1 ou 2 titres traduits

2 192

93,7 %

2 423

82,1 %

1 titre traduit

1 961

83,8 %

1 961

66,5 %

Tableau 6.2. Auteurs ayant au moins 10 titres traduits en français entre 1985 et 2002.

Nom de l’auteur

Nombre de traductions

Kant, Emmanuel

23

Habermas, Jürgen

18

Nietzsche, Friedrich

18

Hegel, Georg Wilhelm Friedrich

17

Heidegger, Martin

17

Husserl, Edmund

16

Schelling, Friedrich Wilhelm Joseph von

15

Strauss, Leo

15

Fichte, Johann Gottlieb

13

Arendt, Hannah

12

Cassirer, Ernst

12

Lewis, Bernard

12

Patocka, Jan

12

Schopenhauer, Arthur

12

Popper, Karl Raimund

11

Galbraith, John Kenneth

10

L’espace éditorial

32L’interprétation des différents indicateurs permettant d’analyser la réception éditoriale des traductions de sciences humaines et sociales doit tenir compte des spécificités de l’édition en ce domaine : ainsi, les rééditions sont plus rares qu’en littérature (les classiques mis à part) ; les tirages sont faibles ; les taux de concentration n’ont pas le même sens, comme on vient de le voir. En France, l’édition en sciences humaines et sociales se caractérise en outre par son relatif éclatement : l’ensemble des livres traduits sont publiés par 526 maisons d’édition différentes. Une cinquantaine d’entre elles ont fait paraître au moins dix titres pendant la période, totalisant presque deux tiers de l’ensemble des nouveautés traduites dans ce domaine. On retrouve la même structure de marché compétitif qu’en littérature, avec une forte concentration d’un côté et une grande dispersion de l’autre, la concentration étant cependant bien moins élevée, en raison de la plus grande spécialisation éditoriale. Parmi les principaux éditeurs d’ouvrages de sciences humaines et sociales, on trouve en effet aussi bien des éditeurs de littérature générale (Gallimard, Seuil, Fayard, Albin Michel) que des éditions savantes comme les PUF, qui arrivent en tête avec 212 titres traduits pour la période.

33Les éditeurs de littérature générale comme Gallimard, Le Seuil, Fayard, Flammarion, Calmann-Lévy ou Laffont privilégient les livres d’histoire, qui représentent environ la moitié des titres de sciences humaines et sociales qu’ils traduisent, mis à part Le Seuil, où ils constituent plus d’un tiers, suivis de la philosophie et de la sociologie (voir tableau 7). Du côté des éditions savantes, il faut distinguer celles qui accueillent des ouvrages de toutes les disciplines, comme les PUF, lesquelles réservent une place importante à la philosophie (notamment des classiques mais aussi quelques auteurs du 20e siècle dont Husserl, Russel, Goodman et Rorty), et les maisons spécialisées, comme Vrin pour la philosophie, les Belles Lettres pour la critique littéraire et l’histoire, Economica et Dunod, pour l’économie, LGDJ et Bruylant pour le droit.

  • 34 Le Goethe Institut-Inter Nationes est aujourd’hui la principale organisation pour la promotion de l (...)

34La langue la plus traduite pour la plupart de ces éditeurs est l’anglais. Les quelques-uns qui traduisent plus d’ouvrages de l’allemand sont presque tous (à l’exception d’Actes Sud) des éditeurs savants, comme Vrin et les éditions de la Maison des sciences de l’homme (MSH) – établissement académique dont les liens scientifiques avec l’Allemagne ont été renforcés par la mise en place, à partir des années 1980, d’un programme de traduction –, ou encore, des éditeurs catholiques comme Le Cerf et Bayard. Inter Nationes, en association avec le Goethe-Institut, contribue aussi à soutenir les traductions de l’allemand en français34. Les Éditions de l’Éclat, petite maison savante installée dans le Sud de la France, traduit plus de livres de l’italien. Certains éditeurs se spécialisent dans une langue, comme de Vecchi pour l’italien ou l’Age d’Homme pour le russe (voir tableau 8).

Tableau 7. Les principaux éditeurs de sciences humaines et sociales : répartition du nombre de nouveaux titres traduits par discipline, 1985-2002.

Tableau 7. Les principaux éditeurs de sciences humaines et sociales : répartition du nombre de nouveaux titres traduits par discipline, 1985-2002.

Source : Electre

Tableau 8. Les principaux éditeurs de sciences humaines et sociales : répartition du nombre de nouveaux titres traduits par langue, 1985-2002.

Tableau 8. Les principaux éditeurs de sciences humaines et sociales : répartition du nombre de nouveaux titres traduits par langue, 1985-2002.

Source : Electre

35Chez Gallimard, qui se concentre sur l’histoire et la philosophie, il faut signaler, outre la parution de l’œuvre de Machiavel dans la « Bibliothèque de la Pléiade », l’entreprise de publication, dans les années 1980, des œuvres complètes de Nietzche et de Heidegger et la nouvelle traduction d’Être et temps par Emmanuel Martineau, dans la prestigieuse collection « Bibliothèque de la philosophie ». En regard de l’éclatement des traductions de Heidegger en anglais, cette entreprise illustre le poids des spécificités nationales dans la circulation des ouvrages de sciences humaines, en l’occurrence, la position de la philosophie comme discipline reine en France, sa place centrale dans le champ intellectuel, l’importance de la philosophie allemande, qui a fortement marqué la production française. Cette collection, qui rassemble près de deux tiers des ouvrages de philosophie traduits chez Gallimard pendant la période, compte surtout des traductions, à côté des œuvres de Maurice Merleau-Ponty et Jean-Paul Sartre. Elle accueille majoritairement des œuvres du 20e siècle, à part celles de Hegel, traduites dans la période précédente, et la correspondance de Kant, rares étant en effet les classiques qui ne soient pas publiés en poche. On y trouve aussi, pour la période considérée, des ouvrages de Heinrich Rickert, Hans-Georg Gadamer, Max Scheler et Léo Strauss. La philosophie continentale prédomine avec ses domaines de prédilection, métaphysique, philosophie de la connaissance, phénoménologie, éthique, herméneutique, et une préférence marquée pour l’idéalisme. On ne relève, chez Gallimard, que quelques rares titres de philosophie analytique, de Hilary Putnam ou John Searle, dans la collection NRF Essais, où paraissent aussi deux livres de Jürgen Habermas.

  • 35 Voir Le Monde des livres, 6 et 20 décembre 2002.

36La philosophie analytique et pragmatique a trouvé en revanche abri aux éditions du Seuil, avec des traductions de William Orman Quine, Saul Kripke, Hilary Putnam et Richard Rorty dans la collection « L’ordre philosophique », très orientée vers les États-Unis. Cette veine semble cependant s’être tarie au milieu des années 1990, après quoi apparaissent des titres de Hannah Arendt et Carl Schmitt. Si cela tient sans doute en partie à une réorganisation des collections de la maison (après l’interruption de la collection « libre examen » où avait paru auparavant un ouvrage d’Arendt), l’inscription de ces auteurs dans cette collection fait aussi écho à la vogue qu’ils connaissent actuellement outre-Atlantique, en particulier Schmitt, dont deux livres, sur la dictature et sur le Léviathan, ont été traduits en 2000 et en 2002, suscitant une polémique en raison du passé nazi de l’auteur35.

  • 36 Pour une biographie intellectuelle de Julien Freund, voir Pierre-André Taguieff, Julien Freund, au (...)
  • 37 Sur le GRÈCE, voir notamment Anne-Marie Duranton-Crabol, Visages de la Nouvelle Droite. Le GRÈCE et (...)
  • 38 François Vergniolle de Chantal, « Carl Schmitt et la “révolution conservatrice” américaine », Raiso (...)
  • 39 Voir Pierre Muller, Carl Schmitt et les intellectuels français, la réception de Schmitt en France, (...)

Introduite en français en 1928 et traduite partiellement jusqu’en 1942 – mais sans que ses principaux ouvrages, Théologie politique et La Notion du politique, parus en allemand respectivement en 1922 et 1933, voient le jour dans l’hexagone –, l’œuvre de Carl Schmitt cesse d’y être importée aux lendemains de la Deuxième Guerre mondiale. Juriste, théoricien du droit et philosophe du politique, Schmitt est en effet interrogé au moment de l’instruction du procès de Nuremberg (sans être finalement inculpé) en raison de sa participation active au régime du IIIe Reich, dont il avait été l’un des théoriciens (conseiller d’État – nommé dans cette fonction par Hermann Göring –, professeur à l’université de Berlin – où il avait été le détenteur de la chaire de droit public –, Schmitt avait aussi été le responsable de la revue juridique officielle national-socialiste).
En 1972, La Notion de politique. Théorie du partisan paraît chez Calmann-Lévy (qui le rééditera en 1992), avec une préface de Julien Freund. Le profil intellectuel et politique de cet importateur36 – préfacier de plusieurs ouvrages de Schmitt en français – contribue à mieux éclairer le contexte et les logiques de la reprise des traductions de Schmitt en français ancien résistant – il a appartenu au mouvement Libération, fondé par Jean Cavaillès, puis au groupe Combat, dirigé par Jacques Renouvin –, philosophe du politique, Freund est professeur à l’Université de Strasbourg, où il sera l’un des principaux fondateurs, puis le doyen de la faculté des sciences sociales. C’est aussi un des traducteurs de Max Weber. En 1965, il soutient sa thèse de doctorat devant Raymond Aron (qui en est le directeur), Jean Hyppolite, Paul Ricoeur et Georges Canguilhem. Conduisant à la publication de L’Essence du politique, la réflexion que Freund propose dans sa thèse est déjà fortement marquée, entre autres, par la pensée de Carl Schmitt. Se rapprochant, par la suite, de la Nouvelle Droite et du Groupe de recherche et d’études sur la civilisation européenne (GRÈCE)37, Freund collabore notamment à l’une des revues du GRÈCE, Nouvelle École, éditée par les Éditions du Labyrinthe. C’est chez cet éditeur que paraît, en 1985, dans la collection « Les Cahiers de la Nouvelle droite », Terre et mer : un point de vue sur l’histoire mondiale, avec une introduction et une postface de Freund.
En 1988, deux grands éditeurs généralistes se lancent dans la traduction de cet auteur – Le Seuil (avec une édition préfacée par Pasquale Pasquino, chercheur au CNRS, spécialiste de la pensée politique et constitutionnelle de l’Europe moderne et contemporaine) et Gallimard (dans la prestigieuse collection « Bibliothèque des sciences humaines »). À partir de cette date, de nouvelles traductions (ou rééditions) des œuvres de Schmitt paraissent régulièrement. Dans cette diffusion, on remarque la jonction avec les circuits de l’édition savante, puisque ce sont les PUF qui investissent dans la traduction des textes les plus strictement juridiques de cet auteur à partir de 1993 : Théorie de la constitution paraît dans la collection « Léviathan » avec une préface d’Olivier Beaud, professeur de droit constitutionnel et spécialiste en théorie de l’État, suivi des Trois Types de pensée juridique et du Nomos de la terre. Si certains voient en lui un inspirateur des néoconservateurs américains38, Schmitt est aussi devenu une référence pour des philosophes d’extrême gauche tels que Georgio Agamben, Toni Negri ou Étienne Balibar. Ceux-ci trouvent en effet dans son œuvre des éléments de réflexion sur les limites du libéralisme démocratique, qui se révéleraient dans les situations extrêmes décrétés « états d’exception » et justifiant une criminalisation totale de l’ennemi au nom de la « guerre juste » comme dans la lutte contre le terrorisme ou la guerre en Irak39.

  • 40 Voir Hervé Serry, « “Faire l’Europe” : enjeux intellectuels et enjeux éditoriaux d’une collection t (...)

37Le Seuil est également plus ouvert que les autres grands éditeurs littéraires aux sciences sociales et politiques, qui constituent plus d’un quart des traductions. Elles se répartissent entre les différentes collections de la maison la prestigieuse « Librairie du xxe siècle » où paraissent trois titres pendant la période, dont le livre de Jack Goody sur L’Orient en Occident et celui d’Antony Grafton sur l’histoire des notes de bas de page ; « La couleur des idées », qui accueille des auteurs de référence de la « troisième voie » (Anthony Giddens et Tony Blair), et du communautarisme (Charles Taylor, Michael Walzer et Michael Sandel), à côté d’anthropologues comme Gregory Bateson et Edward T. Hall ; la collection « libre examen », qui n’a duré que quelques années, a publié, outre Hannah Arendt, le livre de Yirmiahu Yovel sur Spinoza. Dans la collection « Économie et société » ont paru notamment les livres de Galbraith. Les livres d’histoire paraissent pour la plupart dans la collection « L’Univers historique », mais aussi dans la nouvelle collection « Faire l’Europe » lancée au début des années 1990, et qui publie de 1993 à 2001 treize titres ayant trait à l’Europe et émanant d’auteurs dotés d’un fort capital symbolique comme Aron Gourevitch, Charles Tilly, Jack Goody40. Dans « L’histoire immédiate » paraissent les titres qui sont le plus en prise sur l’actualité. Signalons enfin les quelques titres classiques de Reinhardt Koselleck, E. P. Thompson et Marshall Sahlins coédités par Gallimard et Le Seuil, dans la collection de l’École des hautes études en sciences sociales.

  • 41 Voir Sophie Noël, « La petite édition indépendante face à la globalisation du marché du livre : le (...)

38Depuis la fin des années 1980, l’édition savante connaît un renouvellement. À côté des maisons anciennes tournées vers le monde académique comme les PUF, Vrin, Dalloz, etc., de petits éditeurs engagés sont apparus, qui se situent résolument dans le champ intellectuel, à la charnière entre champ savant et champ politique41. Nourrir le débat intellectuel et la pensée critique par une réflexion à la croisée de la théorie et de l’action, avec des textes d’intervention brefs et incisifs, telle est l’ambition de ces petites maisons, souvent adossées à une revue. Ce phénomène n’est pas spécifique à la France. On trouve l’équivalent aussi bien au Royaume Uni (avec Verso) et aux États-Unis (avec par exemple Seven Stories) que dans des petits pays périphériques comme Israël (les éditions Resling ; voir chapitre 14) ou le Chili (les éditions Lom). Leur contribution à l’importation de livres de sciences humaines et sociales en France demeure modeste jusqu’en 2002, mais les livres traduits ont eu un impact non négligeable sur les débats de la gauche intellectuelle. Si les éditions Raisons d’agir, fondées en 1997 par Pierre Bourdieu, publient peu de traductions (un titre de Quentin Skinner a paru dans la collection « cours & travaux »), on en trouve chez Exils, qui ont publié Des étoiles à la terre d’Adorno et Empire de Hardt et Negri, chez Agone (Karl Kraus et Howard Zinn) et à La Fabrique, qui participent du renouvellement de la pensée marxiste (en retraduisant par exemple Walter Benjamin ou des commentaires de Marx) et se spécialisent sur la question israélo-palestinienne (Ilan Pappé) ainsi que sur les nouvelles approches critiques de l’histoire de la Shoah (Norman Finkelstein, Zygmunt Bauman). Leur rôle dans l’importation d’ouvrages de l’étranger s’est accru à la faveur de l’apparition de nouvelles structures plus spécialisées dans la traduction comme les Éditions Amsterdam qui, depuis leur fondation en 2003, ont introduit des textes fondateurs des cultural studies (Stuart Hall), des gender et queer studies (Judith Butler), des postcolonial studies (dont, jusqu’à la parution des Lieux de la culture d’Homi Bhabha en 2007 chez Payot, Edward Saïd était le seul auteur traduit en français), ainsi que des philosophes critiques contemporains tels qu’Antonio Negri et Slavoj Žižek (elles publient aussi depuis 2007 La Revue internationale des livres et des idées, calquée sur le modèle de la London Review of Books, dont sont tirés nombre des articles qui y sont traduits). Plus récemment, les Prairies ordinaires ont lancé une collection de traductions intitulée « Penser/Croiser », où paraissent des textes de références du postmodernisme (Fredric Jameson, Stanley Fish) et des ouvrages critiques sur la mondialisation (David Harvey), le néolibéralisme et le néoconservatisme (Wendy Brown).

39Au sein d’un secteur éditorial des sciences humaines en pleine expansion, les traductions ont connu une croissance proportionnelle à la hausse de l’ensemble des traductions en français, mais cette croissance a été inférieure à l’essor de la production en langue originale. Les raisons de ce décalage restent à comprendre.

40Comme pour la littérature à rotation lente, les traductions en sciences humaines et sociales sont tributaires de logiques spécifiques à ce secteur, irréductibles à la logique commerciale. Tiraillées entre l’édition littéraire et l’édition savante, elles obéissent en France à des principes qui relèvent aussi bien du champ intellectuel que du champ académique. La relative sous-représentation de l’anglais au regard de l’ensemble des traductions en français, ainsi que la forte présence de premières traductions et de nouvelles traductions de classiques illustrent le poids de l’histoire de ces champs et du capital symbolique accumulé par certains auteurs et certaines langues dans tel ou tel domaine, comme l’allemand pour la philosophie. En outre, le constat d’une moindre diversité des langues d’origine qu’en littérature et d’une moindre présence des langues périphériques doit être pondéré par le recours d’une partie des chercheurs des pays dominés à la langue anglaise.

  • 42 François Cusset, French Theory, op. cit.

41Il faudrait également pouvoir approfondir cette analyse en fonction des disciplines, de leur degré d’autonomie à l’égard des contraintes économiques et politiques, de leur prise sur l’actualité, de l’ancienneté des échanges scientifiques, des aides dont ils peuvent bénéficier (programmes d’aide à la traduction, politiques de soutien, etc.), de l’existence et de la diversification de filières de médiateurs, ainsi que de leur degré de spécialisation (on peut s’interroger, par exemple, sur le rôle des universitaires agrégés d’allemand dans l’importation de la philosophie allemande), ou encore, de la médiation d’un pays dominant dans ces échanges, comme ce fut le cas des États-Unis pour la diffusion internationale de la French Theory (on peut ainsi se demander dans quelle mesure les États-Unis jouent aujourd’hui un rôle dans la détermination de l’actualité internationale en sciences humaines et sociales, y compris pour la France, depuis le milieu des années 1990)42. L’étude de la réception des traductions d’ouvrages de sciences humaines et sociales nécessite en dernière instance de s’interroger sur les différentes logiques qui ont présidé à leur importation dans le ou les champ(s) – académique, intellectuel et/ou politique – d’accueil, ainsi que sur les usages qui en sont faits dans les luttes internes à ce(s) champ(s)

Notes

1 Dominique Desjeux, Isabelle Orhant, Sophie Taponier, L’Édition en sciences humaines. La mise en scène des sciences de l’Homme et de la Société, Paris, L’Harmattan, 1991 et Marc Minon, « L’édition en sciences humaines et sociales face aux modifications de son environnement », in Pascal Fouché (dir.), L’Édition française depuis 1945, op. cit., pp. 109-117.

2 Voir le rapport de Sophie Barluet, Édition de sciences humaines et sociales: le cœur en danger, Paris, PUF, 2004.

3 Valérie Ganne et Marc Minon, « Géographies de la traduction in François Barret-Ducrocq (dir.), Traduire l’Europe, op. cit., p. 70.

4 L’investissement des éditeurs de littérature générale dans les sciences humaines a débuté dans les années 1950-1960 ; voir Remi Rieffel, « L’édition de sciences humaines et sociales », in Pascal Fouché (dir.), L’Édition française depuis 1945, op. cit., pp. 88-108.

5 Leur rôle dans l’introduction d’ouvrages de l’étranger est en outre très limité.

6 Comme l’a montré Bruno Auerbach, L’Édition en sciences sociales, une approche socio-épistémologique : production et marchés, évaluation et sélection, mise en texte et mise en livre, thèse de sociologie, sous la direction de Jean-Louis Fabiani, EHESS, 2006.

7 Les éditions Leo Scheer, La Découverte et PUF ont fait paraître un titre. Deux ont vu le jour chez EPEL. Ce sont les éditions Amsterdam qui concentrent le nombre le plus élevé, avec quatre titres (dont un livre d’entretiens) et un cinquième annoncé pour 2008.

8 J. B. Thompson, Books in the Digital Age. Op. cit., André Schiffrin, The Business of Books, op. cit., pp.136-141.

9 Pierre Bourdieu, Homo Academicus, Paris, Minuit, 1984.

10 Rappelons qu’à la différence de l’économie, née dans les facultés de droit, la philosophie, l’histoire et la sociologie étaient rattachées en France aux facultés de lettres, qui furent autorisées à partir de 1958 à ajouter « sciences humaines » à leur titre officiel. Si dès leur institutionnalisation, l’histoire et la sociologie ont tenu à se démarquer de la culture littéraire en important le modèle scientifique allemand, elles sont restées imprégnées de la tradition lettrée, la sociologie ayant cependant évolué à partir des années 1950 suivant l’exemple des sciences sociales étasuniennes. La philosophie s’est subdivisée dès la fin du 19e siècle entre un pôle humaniste et un pôle plus tourné vers les sciences de la nature (épistémologie, histoire des idées). Voir Jean-Louis Fabiani, Les Philosophes de la République, Paris, Minuit, 1988. Sur le premier moment de l’institutionnalisation de la sociologie, voir Wolf Lepenies, Les Trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, trad. fr., Paris, Ed. de la MSH, 1990.

11 Sur les conditions de l’imposition du paradigme « scientifique » dans les sciences sociales, voir, pour la France, Michael Pollak, « La planification des sciences sociales », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 2, 1976, pp. 105-121 (en ligne : http://www.persee.fr) et, pour les États-Unis, George Steinmetz (ed.), The Politics of Method in the Human Sciences. Positivism and its epistemological others, Durham/London, Duke UP, 2005.

12 Voir Johan Heilbron, Remi Lenoir et Gisèle Sapiro (dir.), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, 2004.

13 Jean-Louis Fabiani, Les Philosophes de la République, op. cit.

14 On passe de 2 355 nouveaux titres et nouvelles éditions de sciences humaines en 1986 à 5 564 en 2003, alors que le nombre global de nouveautés et nouvelles éditions passe de 16 211 à 30 963. Nous avons comptabilisé les sciences humaines générales (qui incluent la philosophie, la sociologie, l’anthropologie, etc.), l’histoire, la géographie le droit, les sciences économiques et les sciences politiques, et avons exclu la religion et l’ésotérisme. Notons que ces catégories n’incluent pas que des ouvrages scientifiques selon une définition académique, mais aussi, comme dans l’Index Translationum, des essais. Bien que nous ayons additionné les mêmes sous-catégories pour ces années, les chiffres ne doivent être, une fois de plus, pris qu’à titre indicatif, les principes de ventilation ayant pu varier. On peut ainsi s’étonner que la catégorie « sciences économiques » passe brutalement de 260 titres en 1993 à 735 en 1994. À part le droit, qui passe de 276 à 478 titres entre 1994 et 2000, les autres catégories présentent des évolutions plus régulières. Sur les problèmes que posent les catégories du SNE, voir Bruno Auerbach, « Publish and Perish. La définition légitime des sciences sociales au prisme du débat sur la crise de l’édition SHS », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 164, septembre 2006.

15 Il s’agit des cas (très peu nombreux) des traductions d’ouvrages publiés en deux langues différentes (par exemple, allemand et tchèque, anglais et chinois etc.).

16 Les données à partir desquelles ces constats sont énoncés ne prennent pas en compte ici les traductions faites, pendant la deuxième moitié des années 1980, à travers le circuit d’exportation mis en place par les différents pays de l’Est y compris dans le domaine des traductions des sciences humaines et sociales, étant donné le caractère extrêmement hétérogène de la production ainsi diffusée et donc la difficulté d’identifier en son sein les ouvrages proprement académiques. Pour une définition du circuit d’exportation, voir le chapitre 9.

17 Yves Gingras, « Les formes spécifiques de du champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 141-142, 2002, pp. 31-45.

18 Pour une analyse de l’internationalisation différenciée d’une discipline académique en fonction de ces deux types distincts de support, voir Ioana Popa, « La Structuration internationale des études européennes un espace scientifique dissymétrique », dans Didier Georgakakis, Marine de Lassalle (dir.), La « Nouvelle Gouvernance européenne ». Genèses et usages politiques d’un livre blanc, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2007, pp. 117-148.

19 Selon les données du SNE, en 1986, 435 nouveautés historiques sont parues contre 271 de sciences économiques ; en 1991, 671 contre 207. En 1994, la tendance paraît s’inverser cependant le nombre de livres d’économie atteint brusquement 735, comme on l’a vu, contre 540 en histoire, pour retomber, en 2000, à 561 contre 420. Notons cependant que la chute de 1994 en histoire est en bonne partie due à la disjonction de la catégorie « Mémoires, témoignages et biographies », dont les titres étaient auparavant comptabilisés en « histoire » (elle compte 103 nouveautés cette année-là et 360 en 2000). La baisse de la production de livres d’histoire est donc moindre que ne laisseraient paraître les chiffres. Notons aussi qu’on ne peut isoler les disciplines de sciences sociales, qui sont incluses, avec la philosophie et la psychologie, dans la catégorie « sciences humaines », la plus importante de toutes : 936 nouveautés en 1986, 1433 en 1991, 1658 en 1994, 2423 en 2000. La science politique a la production la plus faible, ce qui tient aussi à la taille de la discipline, mais elle est passée de 71 à 204 titres entre 1986 et 2000, soit une croissance plus élevée que les autres qui reflète son développement dans la décennie 1990.

20 Ainsi qu’on l’a suggéré plus haut, l’importation du modèle étasunien des sciences sociales en Europe à partir des années 1950 a contribué à faire évoluer la discipline vers une approche quantitativiste et moins historique, au moment de sa refondation comme discipline universitaire, avec la création de la licence de sociologie en 1958. Pour une mise en perspective historique, outre le livre cité de Wolf Lepenies, voir Johan Heilbron, The Rise of Social Theory, Cambridge, Polity Press, 1995. Une analyse de la tension épistémologique qui traverse la discipline est proposée par Jean-Claude Passeron, Le Raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991.

21 Nous avons rapporté le total du nombre de livres traduits selon les données Electre aux données du SNE pour les disciplines concernées. Que toutes les langues ne soient pas représentées ne suffit pas à expliquer ce faible pourcentage de traductions – presque deux fois inférieur à celui qui est avancé par Valérie Ganne et Marc Minon (qui ne précisent pas la source de ces données) –, car nous avons inclus celles dont on traduit le plus. Il tient plutôt au fait que, comme nous l’avons expliqué plus haut, nous avons trié la base de données d’Electre pour ne retenir que les ouvrages strictement scientifiques, alors que les données du SNE incluent des essais destinés au grand public. On peut cependant supposer que l’écart résultant du tri est moins significatif pour les disciplines comme le droit et l’histoire, dont les frontières sont plus clairement délimitées, que pour la science politique.

22 On passe de 6 % en 1986 à 5,9 % en 1991, 5,5 % en 1994, 4,5 % en 2000. Si l’écart (assez faible) entre 1991 et 1994 peut s’expliquer par la hausse des livres sciences économiques évoquée à la note 14 (et que ne compense qu’en partie la disjonction de la catégorie « Mémoires, témoignages, biographies » signalée à la note 19), celui entre 1994 et 2000 reflète bien une baisse de 1 %.

23 Alors qu’elles étaient en hausse jusque-là, leur nombre se réduit même en chiffres absolus entre 1994 et 2000 de 130 à 90, leur part tombant, pour les langues considérées, de 6,2 % à 3,7 %. Il faudrait pouvoir vérifier quelle a été la contribution des différentes disciplines à cette hausse de la production globale des livres de « humaines générales

24 Elle tient peut-être dans ce cas à la comptabilisation de livres qui n’étaient pas répertoriés précédemment dans cette catégorie, comme le suggérerait la hausse brutale de 1994 signalée à la note 14, alors que le nombre de traductions est demeuré stable.

25 La hausse des traductions en sociologie et en philosophie entre la fin des années 1980 et le début des années 1990 correspond ainsi à l’essor de la production dans la catégorie « sciences humaines générale » entre ces années (on passe de 936 nouveautés en 1986 à 1 en 1994), mais le mouvement de traduction ne suit plus l’évolution de la production en français dans la deuxième moitié des années 1990, le nombre de traductions étant en baisse en chiffres absolus. Pour les autres disciplines, cependant, on n’observe pas de telle concomitance dans les variations.

26 Les treize traductions d’ouvrages faites à partir de deux langues différentes (par exemple, allemand et tchèque, anglais et chinois, etc.) ne figurent pas dans ce tableau.

27 Voir Gabriele Lingelbach, « Un intérêt traditionnellement faible. Transfert Allemagne-France », in Fritz Nies (dir.), Les Enjeux scientifiques de la traduction. Échanges franco-allemands en sciences humaines et sociales, Paris, Éditions de la MSH, 2004, p. 121.

28 Sur les traductions de la sociologie américaine en français, voir Alain Chenu, « US Sociology through the Mirror of French Translation », Contemporary Sociology, vol. 30, n° 2, 2001, pp. 105-109. Pour une analyse comparée des traductions en français d’ouvrages de sociologie et de science politique parus à l’origine en allemand entre 1994 et 2000, voir Vincent Hoffmann-Martinot, « Weber, Simmel, Habermas – et voilà tout ? Transfert Allemagne-France », in Fritz Nies (dir.), Les Enjeux scientifiques de la traduction, ibid., pp. 215-238.

29 Cf. Mathieu Hauchecorne, « Le “professeur Rawls” et le “Nobel des pauvres”. La politisation différenciée des théories de la justice de John Rawls et d’Amartya Sen dans les années 1990 en France » Actes de la recherche en sciences sociales, à paraître en 2009.

30 Sauf pour le hongrois, mais cette exception n’est pas significative, puisque en valeurs absolues, le pourcentage représentant les livres de science politique traduits à partir de cette langue correspond à deux ouvrages seulement.

31 Voir Mathieu Hauchecorne, « Le ‘professeur Rawls’ et le ‘Nobel des pauvres’ », art. cité.

32 Sur la science politique dans les anciens pays communistes, voir Hans-Dieter Klingemann, Ewa Kulesza, Annette Legutke (eds.), The State of Political Science in Central and Eastern Europe, Berlin, Éditions Sigma, 2002. Sur les transformations que connaissent aussi d’autres disciplines relevant des sciences sociales, voir également Max Kaase, Vera Sparschuh, Three Social Science Disciplines in Central and Eastern Europe. Handbook on Economics, Political Science and Sociology (1989-2001), Social Science Information Centre (IZ)/Collegium Budapest, Berlin, Budapest, 2002. Voir, enfin, Maxime Forest, Georges Mink (dir.), Post-communisme les sciences sociales à l’épreuve, Paris/Budapest/Torino, L’Harmattan, 2004.

33 Ces pourcentages sont calculés par rapport à un total de 2 339 auteurs traduits (qui ne correspond pas à la somme du nombre d’auteurs traduits par discipline indiqué dans le tableau 5 puisqu’un même auteur peut être codé dans deux disciplines différentes, en fonction du type d’ouvrage traduit)

34 Le Goethe Institut-Inter Nationes est aujourd’hui la principale organisation pour la promotion de la langue et de la culture allemande à l’étranger. Structure issue de la fusion, en 2001, du Goethe-Institut (fondé en 1951) et de Inter Nationes (fondé en 1952), elle est officiellement chargée de mener une politique culturelle extérieure, à travers une infrastructure consistant notamment en 128 instituts dans 76 pays, et qui anime différents programmes de médiation culturelle. Sur les politiques d’aide aux traductions de l’allemand en français, voir notamment Nicole Reinhardt, « Zwischen Blockade und Voluntarismus. Der französische Übersetzungsmarkt in den Geistes- und Sozialwissenschaften », in O. Blaschke, H. Schulze (dir.), « Geschichtswissenschaft und Buchhandel in der Krisenspirale ? Eine Inspektion des Feldes in historischer, internationaler und wirtschaftlicher Perspektive», Historische Zeitschrift, Beiheft 42, 2006, pp. 139-156.

35 Voir Le Monde des livres, 6 et 20 décembre 2002.

36 Pour une biographie intellectuelle de Julien Freund, voir Pierre-André Taguieff, Julien Freund, au cœur du politique, Paris, La Table ronde, 2008. Voir également le numéro « Critique des théories du social et épistémologie des sciences humaines : études en l’honneur de Julien Freund » consacré par la Revue européenne des sciences sociales, 19, nº 54-55, Droz, Genève 1981.

37 Sur le GRÈCE, voir notamment Anne-Marie Duranton-Crabol, Visages de la Nouvelle Droite. Le GRÈCE et son histoire, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1988.

38 François Vergniolle de Chantal, « Carl Schmitt et la “révolution conservatrice” américaine », Raisons politiques n° 19/3, 2005, pp. 211-229.

39 Voir Pierre Muller, Carl Schmitt et les intellectuels français, la réception de Schmitt en France, Mulhouse, Éditions de la FAEHC, 2003 et Jean-Claude Monod, Penser l’ennemi, affronter l’exception, réflexions critiques sur l’actualité de Carl Schmitt, Paris, La Découverte, 2007.

40 Voir Hervé Serry, « “Faire l’Europe” : enjeux intellectuels et enjeux éditoriaux d’une collection transnationale », in Gisèle Sapiro (dir.), Les Contradictions de la globalisation éditoriale, op. cit.

41 Voir Sophie Noël, « La petite édition indépendante face à la globalisation du marché du livre : le cas des éditeurs d’essais “critiques” », in Gisèle Sapiro (dir.), Les Contradictions de la globalisation éditoriale, op. cit.

42 François Cusset, French Theory, op. cit.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution du nombre de nouveaux titres de sciences humaines, traduits en français des onze langues considérées, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau 4. Répartition par langues26 et par discipline des nouveaux titres de sciences humaines et sociales traduits en français, 1985-2002 (en valeurs absolues et en %).
Légende Source Electre (base recodée)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9476/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 7. Les principaux éditeurs de sciences humaines et sociales : répartition du nombre de nouveaux titres traduits par discipline, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9476/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 8. Les principaux éditeurs de sciences humaines et sociales : répartition du nombre de nouveaux titres traduits par langue, 1985-2002.
Légende Source : Electre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9476/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search