Version classiqueVersion mobile

Translatio

 | 
Gisèle Sapiro

Première partie. Flux de traduction et hiérarchie des langues

Chapitre 3. Situation du français sur le marché mondial de la traduction

Gisèle Sapiro

Texte intégral

1L’évolution des flux de traduction depuis le début des années 1980 révèle deux grandes tendances de ce marché en voie d’unification. Tout d’abord, une hausse globale du nombre de traductions. Ensuite, sur le plan linguistique, se dessine une double orientation : d’une part, la domination croissante de l’anglais, de l’autre, la diversification des échanges. Deuxième langue centrale après l’anglais, le français a vu sa position fragilisée pendant cette période.

2L’analyse qui suit s’appuie sur les données de l’Index Translationum et sur celles du Syndicat national de l’édition (SNE). Tout en tenant compte des biais de ces sources (voir chapitre 2) et en n’utilisant les chiffres qu’à titre indicatif, il est possible, par recoupement, de faire apparaître des évolutions assez nettes du marché de la traduction dans ces deux dernières décennies, et de la situation de la langue française sur ce marché.

Intensification et diversification des échanges culturels internationaux

3Premier constat, l’ensemble des traductions dans toutes les langues a augmenté de 50 %, passant de 50 000 à près de 75 000 livres traduits (rééditions incluses) entre 1980 et 2000, selon l’Index Translationum. La moyenne annuelle de livres traduits augmente de 20 % entre les années 1980 et 1990.

4La hausse des flux de traduction est une bonne mesure de l’intensification des échanges culturels internationaux. Différents facteurs, on l’a vu au chapitre 1, concourent à ces échanges : les relations politiques et diplomatiques, les intérêts économiques, les enjeux identitaires et proprement culturels. Les intérêts économiques ont sans conteste une part de plus en plus importante dans la hausse des flux de traduction. Expression directe des processus de concentration de l’édition autour des centres du marché international du livre et de la volonté de conquérir de nouveaux marchés, ces intérêts s’inscrivaient plus indirectement dans une conjoncture propice à l’intensification des échanges culturels, à la faveur notamment des négociations du GATT entamées en 1986 dans le cadre du cycle de l’Uruguay en vue de la libéralisation des échanges commerciaux dans le secteur des services, donc des biens culturels.

5Ces intérêts économiques ne sont pas exempts d’enjeux idéologiques les représentants du livre des pays périphériques mentionnent aussi, lors d’entretiens, la volonté d’hégémonie, voire de « colonisation culturelle », pour reprendre les termes d’un éditeur, des groupes et maisons d’édition situés dans les centres des aires linguistiques comme l’Espagne par rapport à l’Amérique latine, ou la France par rapport aux autres pays francophones. Les petits éditeurs d’Amérique latine ont engagé un combat pour « récupérer en Amérique latine un espace de traduction et avoir un vrai échange entre les pays de la langue [d’origine], et pas seulement à travers une seule voix, de l’Espagne vers l’Amérique latine […]. Comme si l’Amérique latine ne produirait pas d’idées ou des traductions, par exemple, qui évidemment – les traductions – jouent un rôle important aussi dans la littérature locale et dans l’exercice de la création », ainsi que nous l’a expliqué un éditeur chilien (entretien réalisé le 26 mars 2008).

  • 1 Bernard Gournay, Exception culturelle et mondialisation, op. cit. ; Serge Regourd, L’Exception cult (...)

6L’emprise croissante de la logique commerciale sur la circulation des biens culturels a suscité des résistances et des oppositions qui ont contribué à leur tour à l’intensification des relations éditoriales. Ainsi la mobilisation pour la défense de « l’exception culturelle », visant à soustraire, ou à tout le moins protéger du libre-échange les produits culturels, au motif qu’ils ne sont pas des marchandises comme les autres. Mené par la France, le combat pour la défense de l’exception culturelle a favorisé le développement, dans certains pays, de politiques d’aide à la diversification des échanges culturels la politique française d’aide à l’intraduction mise en place à partir de 1989, sur laquelle on reviendra ci-dessous, en est un exemple. En 1993, le Parlement européen a adopté une résolution de ralliement à ce principe de « l’exception culturelle ». Jugée trop défensive et protectionniste, privilégiant en outre les œuvres culturelles consacrées par la tradition occidentale, au détriment des autres cultures nationales ou régionales, la notion d’« exception culturelle » a été toutefois remplacée par celle de « diversité culturelle », qui renvoie plus largement aux systèmes de valeurs, aux pratiques et aux productions des différentes sociétés. Cette notion a été adoptée par l’UNESCO dans sa « Déclaration universelle sur la diversité culturelle » du 2 novembre 20011.

  • 2 Selon les données constituées par Germain Barré à partir des données de l’Index, qui incluent aussi (...)

7L’intensification des échanges s’est accompagnée d’une diversification, qui justifie qu’on parle de mondialisation au sens géographique. Elle peut s’observer à travers le nombre de langues traduites : en français, il varie de 25 à 42 par an, à tout le moins, entre 1997 et 20022 ; de 2001 à 2005, les éditeurs français ont acquis les droits pour la traduction de titres en 55 langues différentes, selon les données du SNE. On remarque en particulier l’accroissement des flux vers et à partir de langues autrefois peu présentes sur le marché de la traduction, notamment les langues asiatiques. Le nombre annuel de traductions du chinois en français a augmenté de 50 %, passant d’une moyenne de 192 livres par an dans les années 1980 à 288 dans les années 1990. Inversement, des traductions du français en Thaï, en Hindi, en Bengali et en Khmer ont été engagées dans la période récente. Cette évolution concerne aussi les langues des petits pays. Par exemple, à partir des années 1990, la littérature hébraïque est traduite dans un nombre de langues de plus en plus élevé, le chinois, le turc, le coréen s’ajoutant aux langues européennes. Un tel essor tient au développement de l’édition dans ces pays, sous l’effet de la dynamique enclenchée par la formation d’un marché éditorial mondialisé et de la mise en place de politiques d’aide à la traduction dans beaucoup de cas (c’est le cas par exemple en Corée, en Grèce, en Pologne, et tout récemment en Tunisie). Pourtant, malgré une réelle diversification des échanges, l’expansion du marché international de la traduction ne profite pas à toutes les langues de manière égale.

Domination de l’anglais et diversification des langues traduites

8La traduction est un échange asymétrique du point de vue économique, politique et culturel, le rapport de force entre les langues est, comme on l’a vu, inégal. Conquête de marché, influence politique, hégémonie culturelle, les fonctions de la traduction peuvent être multiples selon les types d’intérêts qui sont investis dans cette activité. C’est pourquoi il ne suffit pas de rapporter les écarts entre les langues traduites du point de vue du nombre de titres à la taille du marché de la culture source. Comme les exportations, le taux d’extraductions est un indicateur de la centralité d’une langue – ou plus précisément du pôle éditorial qu’elle représente – sur le marché international du livre : plus une langue est centrale, plus on traduit d’ouvrages de cette langue ; plus elle est périphérique, moins de livres en sont traduits (voir chapitre 1).

  • 3 Johan Heilbron, « Towards a Sociology of Translation », art. cité.

9Au début de la période étudiée, environ la moitié des livres traduits dans toutes les langues l’étaient de l’anglais, placé en position hyper-centrale3. Loin derrière, l’allemand, le français et le russe représentaient entre 10 % et 12 % du marché mondial des traductions. Huit langues, dont l’espagnol et l’italien, occupaient une position semi-périphérique, avec une part variant entre 1 % et 3 %. Avec une part de moins d’un pour cent du marché, toutes les autres langues se situaient dans une position périphérique.

  • 4 Pour une analyse plus détaillée des évolutions entre 1988 et 1999, selon une périodisation différen (...)

10En une décennie, les écarts se sont creusés. La domination de l’anglais s’est accrue, approchant désormais les deux tiers des parts du marché, selon l’Index Translationum : les traductions de l’anglais passent en effet d’une moyenne de 45 % dans la décennie 1980 à 59 % dans la décennie 1990 (voir tableau 1). Ce taux de 59 % est atteint dès 1992, et continue d’augmenter, dépassant les 60 % à partir de 19954. Entre 1980 et 2000, le nombre de traductions de l’anglais a doublé. L’évolution des traductions de l’anglais suit la même courbe que l’évolution globale des traductions, ce qui atteste le poids de cette langue dans l’intensification des échanges culturels internationaux (voir graphique 1). Notons que si la contribution de pays anglophones autres que les États-Unis et le Royaume Uni à cette hausse est indéniable, elle demeure statistiquement très marginale et donc inapte à l’expliquer.

11La langue qui a subi le plus grand effondrement est évidemment le russe, passant d’une part moyenne de 11,5 % de l’ensemble des livres traduits dans les années 1980 à 2,5 % dans les années 1990. Il est ainsi relégué du statut de langue centrale à celui de langue semi-périphérique, sa part tombant en dessous de l’italien et de l’espagnol. Provoquée par la fin du régime communiste, cette chute commence en 1990. En 1991, la part des traductions du russe tombe brusquement à 3,9 %, puis, en 1992, à 2,3 %, et elle continue à décliner jusqu’en 2000 (1,4 %). Ces années étant exactement celles de la progression de l’anglais dans la même proportion, on peut en déduire que la chute du russe a contribué à renforcer la position hypercentrale de l’anglais.

12Seules deux des trois langues centrales, l’allemand et le français, ont maintenu leur position, qui représente respectivement 9 % et 10 % de l’ensemble. Mais l’analyse de leur évolution pendant la période signale une progression pour l’allemand, qui passe d’une moyenne de 8,6 % dans les années 1980 à 9,3 % dans les années 1990, tandis que le français connaît un léger déclin, de 10,8 % à 10 % en moyenne (ce taux tombe en dessous de 9 % en 2001 et 2002, il s’établit à 9 % en 2003 et à 8 % en 2004, tandis que l’allemand continue sa progression et reste en tout cas supérieur à 9 %). Qui plus est, si le nombre de traductions de l’allemand croît dans la même proportion que l’ensemble des traductions, soit un peu plus de 50 %, l’évolution des traductions du français est plus irrégulière : après une hausse au début des années 1990, leur nombre chute au milieu de la décennie, pour remonter ensuite, la progression moyenne entre 1980 et 2000, de moins de 20 % seulement, étant très inférieure à celle de l’allemand (voir graphique 2).

13Marginalisées par la domination écrasante de l’anglais, les traductions du français sont également concurrencées par les langues latines, notamment dans le domaine de la littérature. On assiste, en effet, au renforcement de la position de certaines langues semi-périphériques comme l’espagnol et l’italien. La première connaît l’augmentation la plus spectaculaire, à la faveur de l’essor de l’édition en langue espagnole après la fin des dictatures : elle passe d’une moyenne de 1,7 % de la part de l’ensemble des traductions dans les années 1980 à 2,5 % dans les années 1990, pour atteindre 3,3 % en 2003, avec une progression de près de 160 % du nombre de traductions entre 1980 et 2000. L’italien s’est maintenu autour de 2,9 % durant les deux décennies, mais il atteint, à partir de 1997, 3 % et plus, tendance qui se confirme jusqu’en 2004 (avec un pic de 3,4 % en 2003).

Tableau 1. Évolution de la moyenne annuelle de livres traduits dans les années 1980 et 1990, par langues d’origine.

Langue

1980-1989*

1990-1999

Hausse**

Anglais

24251

39808

64 %

%

44,7

59,1

32 %

Allemand

1678

6234

33 %

%

8,6

9,3

7 %

Espagnol

893

1737

94 %

%

1,6

2,6

57 %

Français

5853

6609

13 %

%

10,8

10

– 8 %

Italien

1595

1963

23 %

%

2,9

2,9

– 1 %

Russe

6213

1565

– 75 %

%

11,5

2,5

– 78 %

Total trads

54138

66964

24 %

Source : Index Translationum
* Moyennes arrondies. Pourcentage en colonne.
** Pourcentage en ligne calculé à partir des moyennes avec décimales.

Graphique 1. Évolution du nombre de livres traduits de l’anglais et de toutes les langues, 1980-2002.

Graphique 1. Évolution du nombre de livres traduits de l’anglais et de toutes les langues, 1980-2002.

Source : Index Translationum

Graphique 2. Évolution du nombre global de livres traduits de l’allemand, de l’espagnol, du français, de l’italien et du russe, 1980-2002.

Graphique 2. Évolution du nombre global de livres traduits de l’allemand, de l’espagnol, du français, de l’italien et du russe, 1980-2002.

Source : Index Translationum

  • 5 En 1998, la part de l’anglais dans le nombre de titres acquis pour la traduction en français s’élev (...)

14La domination croissante de l’anglais est visible à tous les niveaux linguistiques et nationaux, au centre comme à la périphérie, avec des variations dues à des facteurs géopolitiques et culturels. Entre les décennies 1980 et 1990, la proportion des traductions de l’anglais dans l’ensemble des livres traduits en français augmente d’une moyenne annuelle de 58 % à 66 % (le taux, de 57 % en 1980, atteint un pic de 67 % en 2000) ; si l’on ne considère que les traductions en français publiées en France, cette part avait déjà atteint la moyenne de deux tiers dans les années 1980 et s’y est maintenue5. La progression est encore plus importante pour les traductions de l’anglais en allemand et en espagnol, qui passent respectivement de 56 % à près de 70 % et de 47 % à 59 % entre 1980 et 2000.

  • 6 Marta Pragna Dantas, « La traduction de la littérature française au Brésil dans le contexte de la g (...)

15Dans les petits pays fortement orientés vers les États-Unis, comme les Pays-Bas et Israël, la part de l’anglais atteint, voire dépasse les trois quarts des livres traduits, au détriment de l’allemand et du français : ce taux est atteint pour les traductions de l’anglais en néerlandais en 1997 (voir chapitre 11) ; entre et la part de l’anglais passe de 74 % à 90 % des traductions en hébreu, dont le nombre a doublé (voir chapitre 14). Au Brésil, le nombre de livres traduits de l’anglais a presque doublé pendant la période considérée, quand l’évolution des traductions du français n’a été que de +25 % (ce qui fait passer le rapport entre traductions de l’anglais et du français de 5 à 8 pour 1)6.

  • 7 Pour une mise en perspective historique des enjeux de la traduction en arabe, voir Richard Jacquemo (...)

16La hausse s’observe aussi dans les contrées autrefois fermées aux productions anglo-américaines, comme les pays arabes et ceux d’Europe de l’Est. En arabe, la part de l’anglais augmente progressivement d’une moyenne de 35,1 % dans la décennie 1980 à 55,3 % dans la décennie 1990 pour atteindre les deux tiers entre 2000 et 2005 (voir chapitre 13 qui propose une réévaluation de ces données). La hausse la plus spectaculaire concerne les pays d’Europe de l’Est : en Hongrie, par exemple, on passe d’une moyenne de 22,3 % dans la décennie 1980 à 57 % dans la décennie 1990, alors que les traductions de l’allemand ne progressent que de 12,5 % à 20 %, que le français stagne autour de 7 %, et que le russe chute de 17,5 % à 1,5 %. S’il faut, comme pour les pays arabes7, imputer cette augmentation brutale à un processus de « rattrapage » après une longue période de fermeture à la production angloaméricaine, la rapidité du « rééquilibrage » n’en est pas moins frappante.

17Ainsi, la diversification des échanges accompagne la domination croissante de l’anglais, qui, malgré les tentatives du français et de l’allemand de maintenir leur position, apparaît, de plus en plus, comme un règne sans partage. Le tableau 2 récapitule de manière synthétique l’évolution de la part globale des traductions des trois langues centrales dans diverses langues pour les décennies 1980 et 1990, avec une comparaison des années 1980 et 2002 qui donne une estimation de la progression.

Le français, deuxième langue centrale

18La position de la langue française sur le marché mondial de la traduction peut être estimée à partir de plusieurs indicateurs. Premièrement, la part des traductions du français dans les flux de traduction en toutes langues ; deuxièmement, la part des traductions en français dans ces flux ; troisièmement, le rapport entre extraduction et intraduction. Pour les deux premiers indicateurs, nous nous appuyons sur l’Index Translationum ; pour le troisième, sur les données du SNE.

19On vient de voir que malgré la domination croissante de l’anglais, le français est resté une langue centrale. Première langue traduite aux États-Unis et au Royaume Uni (suivie de très près par l’allemand), le français arrive dans beaucoup de pays en deuxième position après l’anglais du point de vue du nombre de titres traduits. C’est surtout le cas, d’après les statistiques de l’Index Translationum, dans les pays de langue latine, Italie, Espagne, Brésil, Argentine, Roumanie, ainsi que dans les pays arabes et en Israël. En revanche, aux Pays-Bas, en Suède et, depuis 1989, dans la plupart des pays d’Europe de l’Est (Pologne, Hongrie, Tchécoslovaquie), le français arrive en troisième position après l’anglais et l’allemand. Le français et l’allemand occupent une position très proche au Japon et en Corée, où leur part est dix fois inférieure à celle de l’anglais.

20Après une chute au milieu des années 1990, le nombre de traductions de livres du français en d’autres langues a repris sa courbe ascendante. Le français semble avoir regagné sa centralité sur le marché mondial de la traduction, par un renforcement de sa position au niveau européen (les traductions en espagnol, en italien et en allemand, premières langues traductrices du français au niveau européen, semblent avoir augmenté) et par une conquête du marché asiatique.

  • 8 Les chiffres concernant les traductions en russe en 2000 sont étonnement bas, ce qui est sans doute (...)

21Cette position centrale semble cependant menacée à terme. On enregistre en effet en deux décennies un net recul de la part des traductions du français dans différentes langues, au profit de l’anglais, qui progresse partout. Même lorsqu’elle augmente, comme dans les pays d’Europe l’Est, dont les marchés se sont ouverts à la traduction après la chute du mur, c’est dans une proportion très inférieure à l’anglais, comme l’illustre l’exemple du hongrois (voir tableau 2). Les tentatives de percée sur ce marché, où la concurrence avec l’anglais, pour occuper la place qui était celle du russe, est rude, restent inégales. La Pologne et la Tchécoslovaquie semblent plus réceptives que la Roumanie ou la Hongrie, pays qui se caractérisaient pourtant par leur « francophilie » par le passé. Pour la Russie elle-même, si le pourcentage de traduction du français a doublé entre les décennies 1980 et 1990, cette augmentation est moindre que pour l’anglais, dont la part augmente de 24 % à 59 % en outre, très élevée après la chute du mur (près de 18 % entre 1990 et 1995), la part des traductions du français a décru, pour retomber à 7,7 % dans la deuxième moitié de la décennie ; elle était de 7 % en 1999, contre 67 % pour l’anglais, celle de l’allemand s’établissant à 5,5 %8.

22Vivement ressentie dès la fin des années 1980, cette menace de marginalisation du livre en français sur un marché international en pleine expansion a entraîné la rationalisation des politiques d’aide à l’exportation et la mise en place de politiques spécifiques d’aide à la traduction dans les pays francophones, en particulier la France et le Québec. On se concentrera ici sur le cas de la France.

Tableau 2. Part des langues centrales dans les traductions en allemand, espagnol, arabe, hébreu, hongrois et russe : comparaison des décennies 1980 et 1990 et des années 1980 et 2000.

Langues

1980-1989

1990-1999

80-89 %

90-99 %

1980

2000

1980 %

2000 %

Nb trads en allemand

91451

104902

8644

105574

dont de l’anglais

51321

70243

56,1 %

67,0 %

4826

7335

55,8 %

69,4 %

dont du français

11645

11105

12,7 %

10,6 %

1206

1063

14,0 %

10,1 %

Nb trads en espagnol

77463

66137

6470

8415

dont de l’anglais

40318

38589

52,0 %

58,3 %

3016

4948

46,6 %

58,8 %

dont du français

13810

10127

17,8 %

15,3 %

1348

1179

20,8 %

14,0 %

dont de l’allemand

7673

6057

9,9 %

9,2 %

709

670

11,0 %

8,0 %

Nb trads en arabe

3167

2874

374

774

dont de l’anglais

1111

1589

35,1 %

55,3 %

166

540

44,4 %

69,8 %

dont du français

425

431

13,4 %

15,0 %

47

72

12,6 %

9,3 %

dont de l’allemand

132

124

4,2 %

4,3 %

16

24

4,3 %

3,1 %

Nb trads en hébreu

2720

1940

226

775

dont de l’anglais

2010

1589

73,9 %

81,9 %

166

697

73,5 %

89,9 %

dont du français

217

107

8,0 %

5,5 %

18

31

8,0 %

4,0 %

dont de l’allemand

177

89

6,5 %

4,6 %

16

15

7,1 %

1,9 %

Nb trads en hongrois

9570

17702

766

2821

dont de l’anglais

2136

10114

22,3 %

57,0 %

111

1623

14,5 %

57,5 %

dont du français

681

1373

7,1 %

7,8 %

60

259

7,8 %

9,2 %

dont de l’allemand

1198

3552

12,5 %

20,1 %

91

607

11,9 %

21,5 %

dont du russe

1681

268

17,6 %

1,5 %

183

18

23,9 %

0,6 %

Nb trads en russe

23977

32791

2294

429

dont de l’anglais

5804

19326

24,2 %

58,9 %

605

134

26,4 %

31,2 %

dont du français

1651

4589

6,9 %

14,0 %

128

14

5,6 %

3,3 %

dont de l’allemand

1835

2296

7,7 %

7,0 %

176

42

7,7 %

9,8 %

Source Index Translationum

  • 9 Yves Surel 1997, L’État et le livre, op. cit., pp. 289-300 ; François Rouet, Le Livre. op. cit., pp (...)
  • 10 Voir le rapport réalisé par Marie Blondiaux, Les Aides à l’extraduction du Centre national du Livre(...)

23L’aide à l’extraduction, avait été transférée en 1976 du ministère des Affaires étrangères à la nouvelle Direction du livre et de la lecture (DDL), rattachée au ministère de la Culture. Elle a été confiée, en 1998, au Centre national du livre (CNL), qui en dépend. En 1991, les missions concernant les aides à l’exportation, qui étaient jusque-là éclatées entre différents organismes (Fonds culturel, Opef, regroupements par spécialités), furent attribuées à France-Édition9. En 2003, l’Office de promotion internationale est devenu le Bureau international de l’édition française (BIEF), structure associative soutenue par les ministères de la Culture et de la communication et des Affaires étrangères, qui travaille en collaboration avec le Syndicat national de l’édition, le Centre d’exportation du livre français (CELF) et la Centrale de l’édition. Outre le soutien à la distribution du livre français à l’étranger par la réduction des coûts de transport et les subventions aux libraires, ces aides incluent la promotion de projets de co-édition avec des éditeurs étrangers et d’évènements comme les foires et salons. En 1998, des subventions à l’extraduction ont été accordées à 376 ouvrages pour un montant de près de 4,6 millions de francs. Actuellement, le CNL consacre 1 million d’euros, soit 4 % de son budget global pour aider plus de 500 ouvrages par an10.

  • 11 Entretiens avec Yves Mabin, directeur de la division de l’écrit et des médiathèques au ministère de (...)
  • 12 Par exemple, sur l’édition israélienne (1994) et sur l’édition anglaise (2006). Ces rapports m’ont (...)
  • 13 Notamment des éditeurs de petites maisons d’édition aux États-Unis, dans les pays arabes, en Israël (...)

24Le ministère des Affaires étrangères (MAE), qui privilégiait traditionnellement la défense de la langue française dans le monde, a mis en place en 1990 un Programme d’aide à la publication (PAP) de traductions d’ouvrages français, en particulier du 20e siècle, dans tous les domaines : littéraire, artistique, technique et scientifique. Ce programme s’appuie sur trois principaux moyens : la prise en charge des droits d’auteurs, les aides à la traduction et le soutien promotionnel comme, par exemple, l’invitation de l’auteur11. La réorientation de la politique de diffusion du livre français à l’étranger s’est effectuée en étroite coopération avec les acteurs du marché du livre. Outre le bureau du livre français, mis en place à New York en coopération avec le ministère de la Culture et le Syndicat national de l’édition, dans nombre de pays (comme la Turquie ou Israël) des postes de chargés du livre ont été créés au sein des services culturels français, des enquêtes ont été menées sur le marché éditorial local et sur la situation du livre français dans ces pays12. Au vu du rééquilibrage de la part des traductions du français sur le marché mondial et plus particulièrement dans les pays où elle a été mise en place, on peut penser que cette politique a porté ses fruits, ce que confirment la plupart des éditeurs qui en ont bénéficié, parmi ceux qui nous ont accordé un entretien13.

L’évolution des traductions en français

25La part des livres traduits en français dans le marché mondial des traductions est passée de 10 % à 13 %, soit une hausse d’un tiers (graphique 3). Le nombre de traductions annuelles en français, rééditions et réimpressions incluses, a doublé entre 1980 et 2002, passant, d’après les données de l’Index Translationum, de 5 000 à 10 000 environ. Environ trois quarts de ces traductions ont paru en France : 3 698 et 7 833 respectivement.

26Cette hausse de 100 % est deux fois plus élevée que le taux d’augmentation de l’ensemble des traductions dans le monde, qui est de 50 % comme on l’a vu. La progression a été cependant irrégulière. La part des traductions en français s’est réduite de moitié au début de la période, passant de 10 % en 1980 à 5 % en 1986, avant de remonter dans les années 1990. L’écart tient au fait que le nombre global de traductions tend à augmenter jusqu’en 1986, alors que le nombre de traductions en français a diminué, passant de 5 000 en 1980 à 3 300 en 1986 ; cette chute est due aux traductions publiées en France, qui se divisent par deux, tombant à 1 800 titres en 1986 (mis à part une hausse en 1984). Ce n’est qu’à partir de 1987 que l’augmentation est constante (voir graphique 4), au point d’inverser le rapport dans les années 1990, le nombre de traductions en français croissant plus que l’ensemble des traductions.

Graphique 3. Évolution de la part des traductions en français dans le nombre total des livres traduits : littérature et tous domaines confondus, 1980-2002.

Graphique 3. Évolution de la part des traductions en français dans le nombre total des livres traduits : littérature et tous domaines confondus, 1980-2002.

Source : Index Translationum

Graphique 4. Évolution du nombre de traductions en français par comparaison à l’ensemble des traductions dans le monde, 1980-2002.

Graphique 4. Évolution du nombre de traductions en français par comparaison à l’ensemble des traductions dans le monde, 1980-2002.

Source : Index Translationum

  • 14 La Quinzaine littéraire, 1er avril 1966. Il n’est pas précisé si le chiffre concernant les traducti (...)
  • 15 Claire Girou de Buzareingues, « Les traductions en 1979 », Livre-Hebdo, n° 7, 17 février 1981.
  • 16 Valérie Ganne et Marc Minon, « Géographies de la traduction », in François Barret-Ducrocq (dir.), T (...)
  • 17 Fabrice Piault, « Littérature étrangère : la pente anglaise », Livres-Hebdo, n° 646, 19 mai 2006, p (...)

27Que la courbe de l’évolution des traductions en français ne coïncide pas avec celle de l’évolution globale du nombre de traductions dans le monde montre bien que la croissance de ce marché au niveau national n’est pas le reflet mécanique de la conjoncture internationale. Cette évolution ne semble pas non plus être le simple reflet de la croissance du marché français. En premier lieu, la part des traductions dans la production nationale a sensiblement augmenté, passant de 10 % au plus dans les années 1960 (moins de 2 000 titres14) à 14 % en 197015 et de 15 % à 18 % entre 1985 et 1991, ce qui renvoie pour cette dernière période à une hausse de plus de 50 % de livres traduits par an (d’environ 3 000 à 4 400 nouveaux titres)16. Ce taux a continué d’augmenter avant de retomber au début du deuxième millénaire : en 2005, il se situait à 15,9 %, ce qui représente néanmoins deux fois plus de nouveaux titres traduits qu’au début des années 1990 (8512)17.

  • 18 Voir le tableau « Production en titres : total, nouveautés et nouvelles éditions, réimpressions. Év (...)

28Par ailleurs, à l’exception du pic de 1984, la courbe du nombre de traductions diverge de l’évolution du marché du livre national, qui a vu le nombre global de livres (nouveautés et réimpressions) chuter au début des années 1980 pour remonter de façon constante de 1981 à 1986 – avec cependant une baisse du nombre de réimpressions en 198518 –, alors que le nombre de traductions continue de dégringoler jusqu’en 1983, puis à nouveau après 1984. En revanche, à partir de 1987, l’évolution des traductions semble coïncider plus étroitement avec la conjoncture du marché national, qui a connu une hausse soudaine entre 1988 et 1990 (+8,8 % et +7 %), puis un léger recul en 1992 (-2,2 %) et en 1999 (-2,2 %), la progression au milieu des années 1990 ayant été ralentie, selon les données du SNE.

29On peut émettre l’hypothèse que les traductions ont accusé un retard par rapport à la croissance du marché éditorial français au début des années 1980, retard qui tient non seulement aux délais de traduction mais aussi à la spécificité de ce secteur, plus coûteux, caractérisé, de ce fait, par une plus grande prudence. En revanche, pris dans la dynamique internationale, ce secteur a connu un très fort développement à partir de 1987, avec un pic au début des années 1990, puis un autre à la fin de la décennie. Cette dynamique, sans doute favorisée par la conjoncture économique des négociations du cycle de l’Uruguay, par la multiplication des discours sur la mondialisation et sur la diversité culturelle, par la perspective politique de la construction européenne, a été soutenue par la mise en place de la politique d’aide à l’intraduction et investie par un ensemble d’acteurs (éditeurs, agents littéraires, traducteurs).

  • 19 Entretien avec Marc Olivier Baruch, directeur d’études à l’EHESS, ancien chef du département du liv (...)
  • 20 Valérie Ganne et Marc Minon, « Géographies de la traduction », art. cité, p. 68. Voir aussi Dominiq (...)

30Outre la politique d’aide à l’extraduction de livres français, dont on trouve des équivalents dans de nombreux pays, un système d’aides à l’intraduction d’ouvrages de littérature et de sciences humaines et sociales a en effet été institué en 1987, à l’initiative de Jean Gattégno, alors directeur du livre et de la lecture, lui-même traducteur de l’anglais (notamment de Lewis Carroll et Oscar Wilde)19. L’enveloppe globale du CNL est passée de 4 millions de francs en 1990 à 7 millions en 1991. Les éditeurs pouvaient désormais compter sur des aides importantes à la traduction : le CNL a, par exemple, contribué à l’édition de 209 traductions en 1990 et 271 en 199120. On note cependant une baisse relative de la part des ouvrages traduits au sein des ouvrages subventionnés, de près de la moitié en 1992 à un tiers en 1998. Ce système, qui inclut la prise en charge d’une partie des frais de traduction, après examen par les commissions spécialisées du Centre national du livre, et l’organisation de manifestations comme « Les Belles étrangères », consacrées tous les deux ans à la littérature d’un pays, est une spécificité française. En effet, lorsque de telles aides existent, comme en Israël, elles sont généralement réservées aux classiques érigés au rang de chefs-d’œuvre de la littérature universelle. S’il ne contribue que pour une part très limitée à l’augmentation de nombre de traductions, le soutien à l’intraduction a un poids qualitatif très important dans la diversité de l’offre, notamment du point de vue des langues d’origine.

31En effet, si l’on s’interroge à présent sur les langues traduites, il apparaît que, conformément à la tendance mondiale, c’est le nombre de traductions de l’anglais en français qui a connu la plus forte hausse en chiffres absolus : leur nombre (rééditions comprises) a plus que doublé, passant de 2 800 en 1980 à 6 400 en 1999, chiffre qui se maintient au début des années 2000 (la progression a été régulière après une chute en 1986). Si l’on ne considère que les traductions publiées en France, l’évolution est un peu moindre (on passe de 2 373 à 5 665). En effet, alors que la part des traductions de l’anglais en français dans le monde a globalement augmenté, de 57 % à 66 % environ (pourcentage atteint dès 1988), pour les traductions parues en France elle s’élevait d’ores et déjà à deux tiers au début des années 1980 et n’a donc pas varié, même si un record de 73 % a été atteint en 1988. Le décalage d’environ 10 % avec la moyenne mondiale, qui est passée, rappelons-le, de 45 % dans la décennie 1980 à 59 % dans la décennie 1990, s’explique par la place que les traductions du français occupent sur ce marché, dont elles représentent précisément environ 10 %. En revanche, la France se singularise donc par la stabilité relative de la part des traductions de l’anglais. Le fait que ce pourcentage n’ait pas évolué tient sans doute en bonne partie à la politique active d’aide à l’intraduction par le Centre national du livre (CNL) qui a, depuis la fin des années 1980, permis de maintenir, voire d’accroître la diversité culturelle sur le marché du livre, au pôle de production restreinte (voir chapitre 4 et 6) : ainsi, par exemple, entre 2003 et 2006, le CNL a accordé des aides à des ouvrages traduits de plus de trente langues.

32L’allemand est, de loin, la langue la plus traduite en français après l’anglais : elle représente 10 % des traductions en français pendant la période, avec une moyenne annuelle de 672 livres (rééditions et réimpressions comprises), soit six fois moins que l’anglais (4100). De l’italien proviennent 5 % des traductions (321 par an en moyenne), de l’espagnol et du russe 3 % (224 et 215). Cette répartition correspond à la structure du marché mondial de la traduction, exposée ci-dessus, à ceci près que l’italien et l’espagnol, langues latines proches du français, sont légèrement surreprésentées (mais l’écart est surtout, comme pour l’anglais, un effet mathématique de la redistribution entre les langues en l’absence des traductions du français). Viennent ensuite le japonais (106), l’arabe (50), l’hébreu (36) et le suédois (32) (voir tableau 3).

Tableau 3. Nombre annuel moyen de traductions en français, par langues d’origine, 1980-2002.

Langue

Nombre annuel moyen de traductions en français

Anglais

4 100

Allemand

672

Italien

321

Espagnol

224

Russe

215

Japonais

106

Arabe

50

Hébreu

36

Suédois

32

Source : Index Translationum

  • 21 Pour l’allemand, le nombre de traductions passe de 670 en 1980 à 400 en 1986. Pour l’italien, ce no (...)
  • 22 Pour une analyse détaillée de l’évolution des traductions d’Europe de l’Est, voir le chapitre 9.

33Ces moyennes masquent toutefois la forte évolution qui s’est opérée pendant cette période (voir graphique 5). Similaires pour les traductions en français de l’allemand, de l’italien et de l’espagnol, les courbes suivent nettement l’évolution générale, avec une baisse d’un peu plus d’un tiers entre 1980 et 198621, puis une progression régulière. À la fin de la période, le nombre annuel de traductions atteint environ 1 000 pour l’allemand, près de 600 pour l’italien et 400 pour l’espagnol, soit presque le double de la moyenne de la période pour ces deux dernières langues. L’augmentation s’est cependant effectuée dans des proportions différentes, les traductions de l’allemand n’ayant augmenté que de 50 % entre 1980 et 2002, contre 150 % pour l’italien et plus de 200 % pour l’espagnol. Les traductions de langues asiatiques sont parmi celles qui ont connu le plus fort développement, tandis que celles d’Europe de l’Est ont chuté à la suite des évènements de 198922.

Graphique 5. Évolution du nombre de traductions de l’italien, l’espagnol et l’allemand en français, 1980-2002.

Graphique 5. Évolution du nombre de traductions de l’italien, l’espagnol et l’allemand en français, 1980-2002.

Source : Index Translationum

Position du français par rapport aux autres langues

34L’évolution du ratio des flux de traductions entre le français et les langues centrales ou semi-périphériques constitue un indicateur de stabilité ou au contraire de variation. Le ratio des traductions de l’anglais en français et du français en anglais a quasiment doublé entre 1980 et 2002, ce qui signifie que la hausse des premières n’a pas eu d’équivalent dans l’autre sens ; la progression est encore plus marquée pour les traductions littéraires, qui ont donc fortement contribué à creuser l’écart entre les flux dans les deux sens (voir graphique 6). Le ratio des traductions du français en allemand et de l’allemand en français s’est en revanche presque divisé par deux au cours de la période (voir graphique 7). Avec l’espagnol, l’écart entre le début et la fin de la période est encore plus important (voir graphique 8). Les trois courbes montrent que le creux des traductions en français au milieu des années 1980 était un phénomène conjoncturel spécifique au marché français. En revanche, la tendance générale est bien à un relatif affaiblissement de la centralité du français. On notera la croissance spectaculaire du flux des traductions littéraires de l’anglais en français par rapport au flux en sens inverse. Si la présence de la littérature française en Allemagne demeure plus importante que celle de la littérature allemande en France, les auteurs espagnols sont parvenus à s’imposer sur le marché français pendant la période.

Graphique 6. Évolution du ratio des traductions de l’anglais en français et du français en anglais, 1980-2002 – littéraires et tous domaines confondus.

Graphique 6. Évolution du ratio des traductions de l’anglais en français et du français en anglais, 1980-2002 – littéraires et tous domaines confondus.

Source : Index Translationum

Graphique 7. Évolution du ratio des traductions du français en allemand et de l’allemand en français, 1980-2002 – littérature et tous domaines confondus.

Graphique 7. Évolution du ratio des traductions du français en allemand et de l’allemand en français, 1980-2002 – littérature et tous domaines confondus.

Source : Index Translationum

Graphique 8. Évolution du ratio des traductions du français en espagnol et de l’espagnol en français, 1980-2002 – littérature et tous domaines confondus.

Graphique 8. Évolution du ratio des traductions du français en espagnol et de l’espagnol en français, 1980-2002 – littérature et tous domaines confondus.

Source : Index Translationum

35Le ratio entre le nombre annuel de contrats de cession et d’acquisition de droits pour la traduction signés par les éditeurs français, à partir des données recueillies par le SNE, permet de compléter ces indicateurs concernant la position de l’édition française sur le marché mondial de la traduction, en donnant une idée plus précise des échanges concernant la production contemporaine (les classiques étant libres de droits).

36Dans toutes les langues, l’anglais excepté, les éditeurs français vendent plus de titres pour la traduction qu’ils n’en acquièrent, signe de leur position à la fois centrale et dominante sur ce marché, même si cette position se trouve fragilisée par la part croissante de la production en langue anglaise. À part l’anglais pour lequel il est inférieur à 1, le ratio des cessions/acquisitions est, pour toutes les langues, supérieur à 2, et peut atteindre jusqu’à 95 (c’était le cas avec le portugais en 2004).

  • 23 Faute de données concernant les acquisitions pour l’année 1996, nous avons calculé cette moyenne su (...)

37La comparaison du nombre de titres dont les droits de traduction ont été cédés et acquis par les éditeurs français en 1993 et 2004 permet d’évaluer de manière plus précise les variations au cours de la période qui nous intéresse (voir tableaux 8 à 10). Ces années nous serviront de référence, mais il ne faut cependant pas surinterpréter les chiffres qui ne sont présentés ici qu’à titre indicatif des tendances générales, en l’absence de données antérieures, surtout pour l’année 1993 : les variations conjoncturelles d’une année sur l’autre sont trop importantes, et dues en partie au fait que la liste des éditeurs ayant fourni les renseignements nécessaires est variable, pour qu’on puisse leur accorder une signification en tant que telles. Afin de pondérer ces données assez aléatoires et de distinguer les variations conjoncturelles des évolutions structurelles, on a établi des moyennes sur cinq ans (1996-200023 et 2001-2005) qui permettent d’appréhender les évolutions au cours de la décennie 1996-2005 (tableaux 4, 6 et 10).

  • 24 5 956 en 2003, 6 077 en 2004 ; l’année 2002 a cependant connu une baisse, avec 4 698 cessions. Voir (...)

38Le nombre de titres dont les droits ont été cédés par des éditeurs français pour la traduction a presque doublé entre le début des années 1990 (3 359 en 1993) et le début des années 2000, moment où il se stabilise autour de 6 00024. Cette augmentation concerne toutes les langues à l’exception de l’anglais, où l’on constate une baisse très importante : alors que 505 titres avaient été cédés en 1993 pour la traduction en anglais, il n’y en avait plus que 304 en 2004. Intervenue dès le milieu des années 1990, cette chute n’a rien de conjoncturel, semble-t-il. Le nombre annuel moyen de titres cédés entre les années 1996-2004 et 2001-2005 tombe de 378 à 347. La baisse des traductions du français en anglais est largement compensée par l’augmentation des titres cédés pour les autres langues, comme en témoigne le fait que la part de l’anglais parmi les contrats de cessions tombe de 15 % en 1993 à une moyenne de 7 % de 1997 à 2004, soit la moitié.

Tableau 4. Évolution de la moyenne annuelle de titres cédés par les éditeurs français 1996-2000 et 2001-2005.

Langues

1996-2000*

2001-2005*

Progression**

Anglais

378

347

– 8,3 %

Allemand

357

321

– 10,1 %

Arabe

49

70

43,4 %

Bulgare

77

87

13,0 %

Chinois

218

371

70,0 %

Coréen

323

425

31,4 %

Espagnol

562

665

18,3 %

Grec

247

231

– 6,5 %

Hongrois

70

71

1,4 %

Italien

509

550

8,1 %

Japonais

220

204

– 7,3 %

Néerlandais

181

173

– 4,6 %

Polonais

165

177

7,4 %

Portugais

463

520

12,4 %

Roumain

212

200

– 5,5 %

Russe

123

213

73,5 %

Serbe

39

75

92,3 %

Tchèque

103

118

15,0 %

Turc

159

173

9,1 %

Total langues

5 259

5 697

8,3 %

Source : SNE
* Moyenne arrondie à l’unité
** Pourcentage calculé à partir des moyennes avec décimales

39Le constat d’une augmentation des traductions du français vers d’autres langues doit cependant être relativisé dans la mesure où elle est nettement inférieure à la croissance de la production en nombre de titres : celle-ci a plus que triplé pendant la période, passant de 20 709 en 1993 à 65 745 en 2003 selon les données du SNE, alors que le nombre de cessions n’a évolué que de 80 % (il passe de 3 359 à 6077).

40En outre, étant donné le rôle de l’anglais comme langue de médiation dans certains pays, rôle accru du fait du recul général de la maîtrise du français, elle risque d’avoir des répercussions, à terme, sur les traductions du français en d’autres langues. En effet, la rareté des compétences linguistiques joue en faveur de l’anglais : le vivier des traducteurs est plus important et la compétition entre eux plus serrée, ce qui permet d’abaisser les coûts de traduction pour des produits équivalents (le calcul inverse intervient, toutefois, notamment pour les petits éditeurs, lorsque les droits d’acquisition de l’anglais sont trop coûteux).

41Le rôle de médiation, sinon pour la traduction, du moins pour l’accès premier à un texte, est une propriété des langues centrales. Deuxième langue centrale, le français reste une langue de médiation, notamment vers l’anglais et l’espagnol. Pour accéder à des œuvres écrites en langues périphériques, les éditeurs du continent américain ont en effet souvent recours à la traduction en français, qui sert de premier contact avec l’œuvre, avant de rechercher un lecteur et/ou un traducteur compétent dans la langue. « Si on me soumet un livre en néerlandais, j’attends qu’il soit traduit en français. Et je le lis », raconte cette éditrice de la marque (imprint) littéraire d’un grand groupe américain, qui explique que l’allemand joue le même rôle pour les livres d’Europe de l’Est (entretien réalisé le 5 octobre 2007 ; traduit de l’anglais). De même cet éditeur d’une petite maison chilienne évoque l’exemple d’ouvrages en danois et en arabe pour lesquels le français a servi de médiation :

« […] une bonne partie de nos traductions vient de la lecture du français avant, particulièrement en littérature. L’anglais évidemment, il y a plusieurs [personnes] dans le comité éditorial qui le parlent, mais la plupart des traductions du russe que l’on a faites, la plupart des traductions de l’allemand que l’on a faites, on a lu les livres en français. » (entretien réalisé le 26 mars 2008).

42Sous ce rapport, on peut dire que, en partie grâce à la politique d’aide à l’intraduction évoquée ci-dessus, le français contribue au maintien d’une certaine diversité linguistique sur le marché mondial de la traduction, au pôle de production restreinte. Avec l’essor de l’édition en Espagne, la langue espagnole joue de plus en plus un rôle équivalent, notamment dans l’édition américaine, où elle commence à supplanter le français.

43Depuis le milieu des années 1990, ce n’est plus l’anglais qui arrive en tête du point de vue du nombre de titres d’ouvrage en français cédés pour la traduction, mais l’espagnol, avec 713 titres acquis en 2004, soit deux fois plus qu’en 1993. Sa part s’est cependant maintenue à 11 % des cessions en moyenne. Le nombre moyen de titres cédés annuellement pour être traduits en espagnol passe de 550 entre 1996 et 2000 à 665 entre 2001 et 2005.

44Il est suivi, pour la période, de l’italien (11 % des cessions en moyenne) et du portugais (9 % des cessions en moyenne). Dans les deux cas, le nombre moyen de titres cédés annuellement est en hausse : entre 1996-2000 et 2001-2005, on passe de 520 à 462 titres cédés pour la traduction en portugais (dont 60 % au Portugal et 40 % au Brésil), et de 500 à 550 pour l’italien.

45La part de l’allemand dans l’ensemble des cessions est équivalente à celle de l’anglais pour la période, 7 % en moyenne, avec une légère tendance à la baisse : entre 1996-2000 et 2001-2005, on passe d’une moyenne de 357 à 321 titres cédés annuellement.

46L’augmentation la plus spectaculaire du nombre de contrats de cession de droits pour la traduction du français concerne les langues asiatiques, le coréen (6 % des cessions en moyenne) et le chinois (4 %), pour lesquels ils ont été multipliés par cinq ou six (ils passent respectivement de 61 et 73 à 389 et 368). Entre 1996-2000 et 2001-2005, la moyenne annuelle passe de 323 à 425 titres cédés pour le coréen et de 218 à 371 pour le chinois. Cette évolution les a hissées en quatrième et cinquième position des langues traduisant le plus de français, à la place qu’occupaient auparavant l’allemand et l’anglais (voir tableau 5).

  • 25 Entretien avec Corinne Quentin, directrice du Bureau des copyrights français de Tokyo, 26 mars 2007

47En revanche, au Japon, où le marché éditorial est plus développé et les traductions du français déjà bien implantées, notamment grâce au travail du Bureau des copyrights en français (BCF), fondé en 1952, la hausse du nombre de titres cédés n’a pas été significative, sa part se maintenant autour de 4 % de l’ensemble des cessions. On relève même plutôt une tendance à la baisse, le nombre moyen de titres cédés annuellement était tombé de 220 entre 1996 et 2000 à 204 entre 2001 et 2005, alors que le nombre de traductions du japonais en français a été multiplié par quatre, à la faveur de la vogue des mangas, notamment, atteignant près de 100 titres par an (soit environ 7 % des acquisitions contre 1 % auparavant). Pourtant, nombre de petites et moyennes maisons d’édition nées dans les années 1980 ont investi dans la littérature française, à la suite du retentissement de L’Amant de Marguerite Duras. Les écrivains contemporains y trouvent un public : La Salle de Bain de Jean-Philippe Toussaint y a eu un écho sans équivalent ailleurs, y compris en France ; les tirages des traductions d’Hubert Mingarelli dépassent ceux des éditions originales, et si la littérature à grande diffusion n’est pas négligée, les éditeurs japonais recherchent aussi des œuvres plus exigeantes comme celles de Marie NDiaye25. En sciences humaines et sociales, l’intérêt pour les ouvrages en français est médiatisé, ici comme ailleurs, par le succès aux États-Unis de la French Theory, dont les auteurs-phares sont traduits dans le monde entier : Baudrillard – qui fait l’objet d’un véritable culte au Japon –, Foucault, Deleuze, Derrida, Barthes, auxquels s’ajoute Bourdieu, à côté d’ouvrages pour le grand public, comme ceux du philosophe Comte-Sponville.

48Les traductions du français en arabe et en hébreu ont également connu un important développement pendant la période : le nombre de contrats a été multiplié par quatre entre 1993 et 2004 (de 10 à 45 et de 18 à 80 respectivement). Entre 1996-2000 et 2001-2005, la moyenne annuelle de titres cédés est passée de 49 à 70 pour l’arabe et de 27 à 44 pour l’hébreu.

49Comme pour l’espagnol et le portugais, cette évolution n’est pas conjoncturelle, mais correspond à une tendance de longue durée, due au développement des marchés éditoriaux dans les pays concernés, sur lesquels les livres français trouvent des débouchés, notamment chez les petits éditeurs indépendants. Elle est également le fruit de la mise en place du Programme d’aide à la traduction (PAP) par le ministère des Affaires étrangères, comme on le verra pour le cas des traductions du français en hébreu (voir chapitre 14).

50En Europe, l’accroissement de la demande de traductions du français varie entre 20 % et 200 % c’est en Grèce, au Portugal et en Espagne qu’elle est la plus élevée (le nombre de titres cédés double ou triple entre 1993 et 2004), en rapport avec le développement de l’édition dans ces pays à partir des années 1990. Il en va de même, mais plus modérément, dans certains pays d’Europe de l’Est, à la faveur de l’ouverture de leurs marchés après la chute du communisme : le nombre de titres cédés pour être traduits en russe, en serbe et, dans une moindre mesure, en tchèque, est en hausse. En revanche, pour les autres langues, il n’y a pas de véritable évolution : le nombre de titres cédés stagne autour de 200 en moyenne pour le roumain et varie entre 100 et 200 par an pour le polonais, entre 60 et 80 pour le hongrois.

51Enfin, en Amérique latine, pour laquelle nous ne disposons de ventilation par pays que depuis 1996, la situation semble se caractériser par une évolution très modérée, due aux limites auxquelles se heurte la volonté d’expansion de l’édition dans les pays hispanophones face à la domination croissante de groupes espagnols comme Planeta sur le marché latino-américain. On note cependant, sans doute à la faveur de la mise en place du PAP, une augmentation des traductions du français dans les centres éditoriaux, au Mexique, où elle paraît significative et durable (avec une moyenne de 46 titres par an), malgré de fortes variations, et en Argentine où, après une hausse très substantielle entre 1996 et 1998, de 22 à 91, le nombre de titres cédés est retombé à une soixantaine, puis à une quarantaine (pour une moyenne de 54 titres par an). Cette hausse semble avoir eu des répercussions dans d’autres pays (Chili, Colombie), mais celles-ci sont demeurées ponctuelles.

  • 26 Une telle politique a été adoptée à la suite de la création d’un ministère de la Culture, à l’insti (...)
  • 27 Entretien avec Alain Bourdon, attaché culturel auprès de l’Ambassade de France à Santiago du Chili, (...)

Au Chili, pays où, en l’absence d’une politique publique jusqu’à une date récente26, et du fait de la TVA de 19,6 %, le livre coûte cher (son prix est trois fois plus élevé qu’en Argentine) et se vend peu, le PAP Neruda aide à la traduction d’environ six ou sept ouvrages du français par an, ce qui représente la moitié du nombre annuel de nouveaux titres traduits du français dans ce pays (ce chiffre inclut les classiques libres de droit, il est donc supérieur aux nombres de contrats de cession)27. Les droits des ouvrages de littérature contemporaine les plus demandés étant acquis par les maisons espagnoles, à quelques exceptions près (les éditions Lom ont ainsi acheté récemment les droits de traduction d’un récit de Laurent Mauvignier), cette politique a été recentrée depuis quelques années sur les sciences humaines et sociales, en fonction de la demande des éditeurs, et, plus récemment, sur les livres illustrés pour la jeunesse.

  • 28 Entretien avec Laurent Bonneau, conseiller régional de coopération à Santiago du Chili, 26 mars 200 (...)

52Face aux grands groupes espagnols, les petits éditeurs indépendants d’Amérique latine tentent de former un réseau et de profiter des aides de l’État français là où elles sont le plus avantageuses, pour diffuser l’ouvrage dans les autres pays, ce qui limite la signification des variations par pays. Plutôt que de véritables coéditions d’un même livre, il s’agit souvent d’un cofinancement de la traduction, chaque maison faisant ensuite sa propre édition et la diffusant sur le territoire national, comme nous l’a expliqué un éditeur chilien. En effet, la circulation des livres sur l’ensemble du marché latino-américain est loin d’être acquise. La France a mis en place une politique visant à favoriser la régionalisation des activités culturelles dans le cône sud, notamment les coéditions et la circulation des traductions du français, ainsi que les aides à la publication28.

53Au Brésil, en revanche, on note une progression assez régulière, bien que légère, du nombre de contrats de cession, qui dépasse les 200 depuis 1998. On a vu cependant que la progression du nombre de traductions du français était bien inférieure à celle de l’anglais.

54Concernant les acquisitions, les résultats sont encore plus aléatoires, en l’absence de chiffres de certains éditeurs ayant une importante activité de traduction, et en l’absence de données pour l’année 1996 : nous avons donc calculé cette fois la moyenne pour les années 1997-2000. En outre, comme le signalait le président de la commission internationale du Syndicat national de l’édition, Jean Mattern, les variations de ce marché sont très importantes en raison de l’achat de séries (en BD et en jeunesse, notamment).

55La part d’acquisitions de titres de l’anglais s’établissait en moyenne à deux tiers (dont la moitié en provenance des États-Unis et un tiers de Grande-Bretagne), soit le même pourcentage que nous avons relevé pour l’ensemble des traductions (rééditions comprises) publiées dans les années précédentes. Mais cette moyenne masque de fortes variations pendant cette période : dans les années 1990, la part de l’anglais avait atteint les trois quarts du nombre total de titres dont les droits ont été acquis pour être traduits en français ; cette part chute brusquement à partir de 1998, tombant à un tiers en 2002, pour remonter l’année suivante à deux tiers, puis à 70 % en 2004. Cette baisse est aussi significative en valeurs absolues : le nombre de titres acquis de l’anglais s’est divisé par deux entre 1993 et 2000 (de 1 224 à 630), pour remonter ensuite, sans dépasser les mille. D’une moyenne annuelle de 847 entre 1997 et 2000, il a baissé à 822 entre 2000 à 2005 (voir tableau 6).

Tableau 5. Les vingt langues arrivant en tête des cessions (par ordre décroissant).

1996-2000

2001-2005

Espagnol

Espagnol

Italien

Italien

Portugais

Portugais

Anglais

Coréen

Allemand

Chinois

Coréen

Anglais

Grec

Allemand

Japonais

Grec

Chinois

Russe

Roumain

Japonais

Néerlandais

Roumain

Polonais

Polonais

Turc

Néerlandais

Russe

Turc

Tchèque

Tchèque

Bulgare

Bulgare

Hongrois

Serbe

Catalan

Hongrois

Danois

Catalan

Arabe

Arabe

Source : SNE

Tableau 6. Évolution de la moyenne annuelle de titres acquis par les éditeurs français entre 1997-2000 et 2001-2005.

Langues

1997-2000*

2001-2005*

Progression*

Allemand

79

103

30,8 %

Anglais

847

822

– 3 %

Arabe

5

8

77,8 %

Chinois

8

28

273,3 %

Espagnol

36

75

111,3 %

Grec

3

14

366,7 %

Hébreu

4

12

200 %

Hongrois

3

8

166,7 %

Italien

152

92

– 39,3 %

Japonais

40

106

165 %

Néerlandais

8

29

262,5 %

Norvégien

4

7

86,7 %

Polonais

3

8

146,2 %

Portugais

7

28

314,8 %

Roumain

2

8

255,6 %

Russe

5

25

426,3 %

Suédois

6

16

178,3 %

Tchèque

3

10

300 %

Turc

4

8

88,2 %

Total

1 244

1 474

18,5 %

Source : SNE
* Moyenne arrondie à l’unité
** Pourcentage calculé à partir des moyennes avec décimales

56La baisse proportionnelle des traductions de l’anglais en 2002, année où le nombre total d’acquisitions a été inhabituellement élevé (2216), est due à une augmentation en valeurs absolues des traductions d’autres langues, et tout particulièrement les langues asiatiques : 200 contrats d’acquisition pour des titres japonais ont été signés cette année-là par des éditeurs français, une centaine de titres chinois et une centaine de coréens (contre entre un et vingt d’ordinaire). 163 des 200 titres japonais acquis cette année-là sont des bandes dessinées (sans doute des mangas), environ la moitié des titres chinois et coréens sont des livres pour la jeunesse. Pour le Japon, la hausse est tendancielle, grâce aux mangas précisément : le nombre de titres acquis par an est passé d’une vingtaine au début de la période à plus de cinquante à partir de 2001, la moyenne annuelle des contrats d’acquisition étant supérieure à cent dans les années 2001 à 2005. La part des titres japonais parmi l’ensemble des acquisitions a augmenté de 1 % à 7 % en moyenne, comme on l’a vu.

57Si celle des titres allemands achetés reste stable (autour de la moyenne de 7 %), la part des traductions de l’italien est en baisse, tandis que celle des traductions de l’espagnol augmente. Pour l’italien, on ne peut dire si la baisse est le simple contrecoup du pic de 183 titres acquis en 2002, année où l’Italie était l’invitée d’honneur du Salon du livre, ou si elle marque la fin de la « mode italienne » (voir chapitre 7). Le relatif désintérêt pour les pays d’Europe de l’Est est manifeste dès le début de la période : seuls quelques titres publiés dans ces pays sont achetés chaque année, à l’exception de l’année 2002, qui marque une augmentation comme pour toutes les langues. Ce désintérêt est illustré par la chute du nombre de contrats signés pour des traductions du tchèque, de 22 en 1993, puis 16 en 1994, à moins de six par an (à part en 2001 et 2002, où respectivement 11 et 30 titres sont acquis). Néanmoins, la moyenne a nettement remonté pour tous ces pays dans les années 2000-2005.

58Le ratio entre cessions et acquisitions semble avoir été particulièrement bas en 1993 (2). Doit-on y voir le signe d’un affaiblissement de la position du français sur le marché mondial de la traduction, ou d’un surinvestissement des éditeurs français dans la traduction à cette époque ? Il est impossible de trancher en l’absence de chiffres pour les années antérieures. Toujours est-il que ce ratio est monté à 4,2 dans la deuxième moitié des années 1990, pour redescendre légèrement à 3,9. L’écart entre l’accroissement du nombre de cessions et la relative baisse des acquisitions explique la hausse du ratio cessions/acquisitions au milieu des années 1990. En revanche, la croissance des acquisitions a été deux fois plus élevée que celle des cessions dans la période 2000-2005 (18,5 % contre 8,3 %).

59Ce ratio n’est pas seulement fonction de la taille des marchés respectifs. Comme on l’a vu, des facteurs conjoncturels ou structurels, d’ordre politique ou culturel, peuvent l’expliquer en partie. En outre, les échanges entre pays ne peuvent être appréhendés isolément, les langues entrant en concurrence dans le choix éditoriaux. Bien que les données réunies ici ne permettent pas encore de dégager de règle générale, on peut en tirer quelques observations.

Tableau 7. Les vingt langues arrivant en tête des acquisitions (par ordre décroissant).

1997-2000

2001-2005

Anglais

Anglais

Italien

Japonais

Allemand

Allemand

Japonais

Italien

Espagnol

Espagnol

Néerlandais

Néerlandais

Chinois

Chinois

Portugais

Portugais

Suédois

Russe

Russe

Suédois

Arabe

Grec

Turc

Hébreu

Hébreu

Tchèque

Norvégien

Arabe

Polonais

Hongrois

Grec

Polonais

Hongrois

Roumain

Tchèque

Turc

Roumain

Norvégien

Source : SNE

60En premier lieu, il en ressort clairement que l’intensification des échanges ne s’opère pas de manière symétrique. L’augmentation des contrats de cession et d’acquisition ne se fait pas en parallèle. En comparant les courbes des cessions et des acquisitions, on constate un décalage assez régulier entre les deux : aux pics de vente de titres succèdent des périodes d’achat plus intensif. Ce décalage peut s’expliquer en partie par des raisons économiques : les éditeurs réinvestissent dans l’importation les gains réalisés sur les exportations. Mais ces réinvestissements ne s’effectuent pas nécessairement – et évidemment pas proportionnellement – dans les pays qui ont acheté les droits d’ouvrages français, même si on peut parler de véritables échanges au sens où les éditeurs des pays périphériques parviennent, à travers les contrats de cession, à nouer des contacts avec ceux des pays centraux, et sans doute à susciter leur intérêt.

61Ainsi, pour les marchés en expansion, comme les marchés asiatiques (la Chine notamment), les vagues d’acquisition semblent succéder à une forte poussée des cessions, entraînant une diminution du ratio. La remontée spectaculaire des traductions du russe, qui ont été multipliées par cinq dans la dernière période, tandis que le nombre de titres français acquis par les éditeurs russe doublait, semble correspondre également à une expansion de ce marché, qu’on observe aussi, dans une moindre mesure, pour les autres pays d’Europe de l’Est. Mais cette hypothèse demanderait à être vérifiée sur une durée plus longue ; elle n’est en tout cas qu’un facteur explicatif parmi d’autres, les échanges devant être resitués dans l’espace de concurrence entre les langues. En outre, avec les marchés établis comme l’italien, l’évolution peut être disparate, le nombre de cessions augmentant tandis que le nombre d’acquisitions baissent, sans doute au profit de l’espagnol (voir tableau 10). Enfin, là où la concurrence avec l’anglais est la plus rude, à savoir les pays nordiques, le ratio des cessions/acquisitions est très bas : entre 3 et 4 pour le suédois et le norvégien, soit l’équivalent de l’allemand et de l’italien, comme le montre le tableau 11, qui établit le ratio des cessions-acquisitions pour la période 1997-2004.

  • 29 Jusqu’en 1998, cette catégorie inclut la religion et le spiritualisme (qui représente en moyenne 3  (...)
  • 30 La bande dessinée n’est isolée dans les données du SNE qu’à partir de l’année 1998. Elle passe rapi (...)
  • 31 Cette catégorie n’est isolée dans les données du SNE qu’à partir de 1994 : nous ne savons pas si ce (...)

62L’analyse doit également tenir compte des catégories d’ouvrages traduits. Il apparaît ainsi que la part de la littérature, qui constituait près de la moitié des cessions et plus de la moitié des acquisitions au début des années 1990, a significativement baissé, tombant au-dessous d’un tiers, au profit d’autres genres, notamment les essais en sciences humaines et sociales (environ 25 %)29 ; les livres pour la jeunesse, dont le marché se développe fortement à cette époque, sa part passant de moins de 10 % à plus de 15 % des cessions (voir chapitre 4) ; la bande dessinée (environ 8 %)30 ; et les livres d’actualité, documents et biographies (environ 7 %)31.

Tableau 8. Nombre de contrats de cessions et d’acquisition signés par les éditeurs en France comparaison 1993 et 2004*.

Langues

Cessions

Acquisitions

1993

2004

Variation

1993

2004

Variation

Anglais Total

515

304

– 41 %

1 224

983

– 20 %

dont américain

165

161

– 2 %

722

555

– 23 %

dont anglais

350

222

– 37 %

502

387

– 23 %

Allemand

280

338

21 %

118

89

– 25 %

Espagnol

357

713

100 %

57

45

– 21 %

Italien

431

594

38 %

146

54

– 63 %

Arabe

18

80

344 %

5

4

– 20 %

Chinois

73

368

404 %

1

12

1 100 %

Coréen

61

389

538 %

2

2

0 %

Grec

87

225

159 %

3

4

33 %

Hébreu

10

45

350 %

10

11

10 %

Hongrois

62

77

24 %

7

0

– 100 %

Japonais

174

216

24 %

18

98

444 %

Néerlandais

115

174

51 %

11

17

55 %

Polonais

114

207

82 %

6

4

– 33 %

Portugais

182

569

213 %

2

6

200 %

Roumain

164

216

32 %

1

2

100 %

Russe

145

207

43 %

9

20

122 %

Suédois

31

37

19 %

8

16

100 %

Tchèque

81

151

86 %

22

2

– 91 %

Total Langues**

3 359

6 077

81 %

1 671

1 404

– 16 %

Source : SNE
** Nous n’avons retenu que les langues pour lesquelles les échanges sont les plus significatifs.
** Le total correspond à l’ensemble des droits acquis ou cédés cette année-là, et non à la somme de la colonne.

63La baisse de la part de la littérature dans les acquisitions est plus tardive : elle se maintient à plus de la moitié jusqu’en 1998, pour tomber à un tiers à partir de 2000. Cette chute n’est pas seulement relative : elle est due à un véritable effondrement du nombre de titres acquis, qui a été divisé par deux entre le début et la fin de la période. C’est donc à un désintérêt pour les littératures étrangères qu’est due la diminution globale du nombre de contrats d’acquisition. En effet, la part des livres pour la jeunesse est restée à peu près stable (autour de 18 %), comme celle des sciences humaines et sociales (autour de 7 %, hormis un pic de 15 % en 2001-2002). En revanche, les acquisitions de livres et guides touristiques, d’encyclopédies et dictionnaires sont en progression. Il reste à s’interroger sur la place que les différents genres occupent parmi les traductions de chaque langue.

Tableau 9. Ratio du nombre de titres cédés et acquis par les éditeurs en France en 1993 et en 2004, par langues.

Langues

Cessions 1993

Acquisitions 1993

Ratio 1993

Cessions 2004

Acquisitions 2004

Ratio 2004

Anglais Total

515

1 224

0,4

304

983

0,3

dont Américain

165

722

0,2

161

555

0,3

dont Anglais

350

502

0,7

222

387

0,6

Allemand

280

118

2,4

338

89

3,8

Espagnol

357

57

6,3

713

45

15,8

Italien

431

146

3

594

54

11

Arabe

18

5

3,6

80

4

20

Chinois

73

1

73

368

12

30,7

Coréen

61

2

30,5

389

2

194,5

Grec

87

3

29

225

4

56,3

Hébreu

10

10

1

45

11

4,1

Hongrois

62

7

8,9

77

0

77

Japonais

174

18

9,7

216

98

2

Néerlandais

115

11

10,5

174

17

10

Polonais

114

6

19

207

4

51,8

Portugais

182

2

91

269

6

94,8

Roumain

164

1

164

216

2

108

Russe

145

9

16,1

207

20

10,4

Suédois

31

8

3,9

37

16

2,3

Tchèque

81

22

3,7

151

2

75,5

Total langues

3 359

1 671

2

6 077

1 404

4,3

Source : SNE

Tableau 10. Moyenne annuelle et ratio des titres acquis et cédés par les éditeurs en France, par langues : comparaison 1997-2000 et 2001-2005.

Langues

1996-2000*

Acquisitions 1997-2000*

Ratio**

Cessions 2001-2005*

Acquisitions 2001-2005*

Ratio**

Allemand

378

79

4,8

347

103

3,4

Anglais

357

848

0,4

321

822

0,4

Arabe

49

5

10,8

70

8

8,8

Chinois

218

8

29,1

371

28

13,3

Espagnol

562

36

15,8

665

75

8,9

Grec

247

3

82,3

231

14

16,5

Hongrois

70

3

23,3

71

8

8,9

Italien

509

152

3,4

550

92

6

Japonais

220

40

5,5

204

106

1,9

Néerlandais

181

8

22,7

173

29

6

Polonais

165

3

50,7

177

8

22,1

Portugais

463

7

68,6

520

28

18,6

Roumain

212

2

94,0

200

8

25

Russe

123

5

25,9

213

25

8,5

Tchèque

103

3

41,0

118

10

11,8

Turc

159

4

37,3

173

8

21,6

Total

5 259

1 244

4,2

5 697

1 474

3,9

Source : SNE
* Moyenne arrondie à l’unité
** Ratio calculé à partir des moyennes non arrondies

Tableau 11. Ratio des cessions-acquisitions 1997-2004 (moyenne annuelle par langues).

Langues

Cessions*

Acquisitions*

Ratio**

Anglais

382

836

0,5

Japonais

217

72

3,0

Suédois

34

11

3,1

Allemand

343

95

3,6

Norvégien

25

6

4,1

Italien

542

128

4,2

Hébreu

38

9

4,2

Arabe

57

7

8,1

Néerlandais

183

18

10,2

Espagnol

625

59

10,6

Hongrois

71

6

11,8

Chinois

298

21

14,2

Tchèque

113

7

16,1

Russe

169

8

21,1

Coréen

387

18

21,5

Turc

152

7

21,7

Polonais

169

7

24,1

Grec

245

10

24,5

Portugais

535

20

26,7

Roumain

207

6

34,5

Bulgare

83

2

41,7

Source : SNE
* Moyenne arrondie à l’unité
** Ratio calculé à partir des moyennes non arrondies

Les catégories de livres traduits du et en français

  • 32 Johan Heilbron, « Towards a sociology of translation », art. cité.

64Outre le nombre de traductions faites à partir d’une langue, la diversité des catégories de livres traduits constitue un autre indicateur de sa centralité32. Le classement proposé par l’Index Translationum permet de comparer les différentes langues sous ce rapport. On peut le compléter, pour la période récente, par les données du Syndicat national de l’édition concernant les contrats de cession et d’acquisition signés par les éditeurs français pour différentes catégories de livres.

65Le tableau 12 présente la répartition par genre des traductions du français vers d’autres langues et de huit langues en français (indépendamment du lieu de publication) parues entre 1980 et 2002 selon l’Index. L’anglais, le français et l’allemand sont les seules langues à partir desquelles est traduit un nombre significatif d’ouvrages relevant de toutes les catégories. L’hébreu apparaît sans surprise comme la langue la plus périphérique de toutes. Il faut cependant prendre en compte le fait que dans les petits pays comme les Pays-Bas ou Israël, une partie significative de la production scientifique, y compris dans les sciences humaines et sociales, se fait directement en anglais : cela vaut non seulement pour les articles mais aussi pour les livres.

Tableau 12. Répartition par catégories des ouvrages traduits en français de différentes langues 1980-2002.

Catégories

Anglais

All.

Italien

Esp.

Hébreu

Néérl.

Russe

Roum.

Toutes trads en français

Trads. du français vers autres langues

Trads. dans le monde

Littérature

55 %

31,7 %

36,3 %

54,0 %

25,1 %

12 %

33,4 %

44,1 %

51,6 %

46,7 %

48,9 %

Philo, Psycho

4,9 %

9,2 %

5,9 %

3 %

1,3 %

3,9 %

1,9 %

1,3 %

5,1 %

7,0 %

6 %

Droit, Éducation, Sciences Soc.

6 %

9,8 %

4,8 %

5,5 %

1,8 %

7,2 %

38,8 %

14,1 %

7,4 %

8,8 %

9,1 %

Histoire, Géo, Biographies

6,9 %

12,7 %

11,9 %

13 %

5,5 %

10,5 %

2,9 %

4,8 %

8,2 %

11,1 %

6,7 %

Sciences naturelles exactes

4 %

3,5 %

3,6 %

0,9 %

0 %

3,2 %

5,9 %

12,3 %

3,6 %

2,7 %

4,1 %

Sciences appliquées

11,4 %

15,7 %

10,1 %

2,9 %

0,4 %

13,7 %

8,8 %

16,4 %

9,8 %

7,8 %

11,5 %

Arts, Jeux, Sports

6,9 %

10,7 %

17,9 %

14,2 %

0,7 %

44,1 %

6,3 %

3,9 %

7,8 %

7,9 %

5,9 %

Religion, Théologie

3,9 %

6,1 %

9,1 %

6,1 %

65,2 %

4,6 %

1,9 %

1,2 %

5,8 %

7,2 %

6,7 %

Généralités, Bibliographies

1,0 %

0,6 %

0,4 %

0,4 %

0 %

0,8 %

0,2 %

1,9 %

0,8 %

0,8 %

1,1 %

Nombre total titres traduits

90 998

15 254

7 367

5 023

822

1 337

4 963

689

155 088

150 611

1 465 059

Source : Index Translationum

66Les variations entre les langues accusent cependant des écarts importants. Elles indiquent non seulement la position plus ou moins centrale de la langue sur le marché mondial des traductions, mais aussi la composition du capital symbolique accumulé par chaque langue ou espace linguistique, comme la religion pour l’hébreu et l’arabe (voir chapitre 13), les sciences humaines, en particulier la philosophie pour l’allemand et le français, l’art pour le néerlandais et l’italien.

67Le genre de livres le plus traduit du français et en français est, comme pour l’ensemble des traductions dans le monde, la littérature. La part des traductions du français dans ce domaine, de 46,7 %, est à peu près équivalente à sa part sur le marché mondial des livres traduits pendant la même période. La littérature est en revanche légèrement surreprésentée parmi les traductions parues en langue française (51 %), et atteint 59 % pour les traductions en français publiées en France. Sa part varie toutefois selon la langue d’origine de 55 % pour celles de l’anglais et de l’espagnol, taux supérieur à la moyenne de 51 %, à 12 % pour le néerlandais, en passant par 25 % pour l’hébreu, l’italien, l’allemand et le russe se situant autour d’un tiers. La littérature arrive largement en tête des genres de livres traduits pour la plupart des langues d’origine, à l’exception notable de l’hébreu, du néerlandais et du russe.

68Des variations s’observent aussi pour les essais, qui constituent la deuxième catégorie la plus importante de livres traduits, après la littérature. Selon les données de l’Index Translationum, ils représentent environ 22 % de l’ensemble des livres traduits (à partir de toutes les langues confondues) entre 1980 et 2002, si l’on additionne les catégories « Droit, éducation, sciences sociales » « Philosophie, psychologie » et « Histoire, géographie, biographies ». Pour les traductions faites à partir de langues qui ont une tradition intellectuelle ancienne dans ces domaines, comme l’allemand et le français, les proportions sont même supérieures à cette moyenne. Ainsi, près d’un tiers des ouvrages traduits de l’allemand et plus d’un quart (27 %) de ceux traduits du français en toutes langues de 1980 à 2002 sont des essais incluant les sciences humaines et sociales, contre un livre sur cinq pour l’anglais et l’espagnol. On retrouve la part de 25 % à 26 % de titres de sciences humaines en moyenne parmi les contrats de cessions de droit de traduction signés par les éditeurs français entre 1993 et 2004 (voir tableau 13 ; le pourcentage varie légèrement selon qu’on le calcule en ligne ou en colonne, du fait qu’il s’agit de moyennes arrondies). La hausse du nombre de titres de sciences humaines cédés tient sans doute en partie au développement des aides avec la mise en place du PAP du ministère des Affaires étrangères, qui s’ajoute au soutien du CNL, dont 40 % des subventions à l’extraduction sont allouées aux essais. Mais il reflète – les entretiens menés avec des éditeurs de divers pays l’ont confirmé – une véritable demande, notamment pour les auteurs-phare de la French Theory, dont la diffusion mondiale, médiatisée par leur réception aux États-Unis, s’opère avec un certain décalage temporel.

Tableau 13. Nombre total de titres cédés par les éditeurs français pour la traduction

Année

Total

dont Litt

% Litt

dont SHS

% SHS

1993

3 359

1 580

47 %

768

23 %

1994

4 619

1 489

32 %

1 091

24 %

1996

5 109

1 468

29 %

1 604

31 %

1997

4 732

1 348

28 %

1 791

38 %

1998

5 085

1 492

29 %

1 560

31 %

1999

5 423

1 706

31 %

1 658

31 %

2000

5 947

1 689

28 %

1 185

20 %

2001

5 736

1 302

23 %

1 313

23 %

2002

4 698

1 099

23 %

993

21 %

2003

5 956

1 620

27 %

1 139

19 %

2004

6 077

1 817

30 %

1 285

21 %

Moyenne

5 158

1 510

29 %

1 308

25 %

Source : Syndicat national de l’édition

69Les pays les plus exportateurs dans ce secteur semblent en revanche leur réserver une part moindre parmi les livres qu’ils traduisent, comme l’indique l’exemple de la France : la part des traductions de sciences humaines et sociales publiées en France tombe à 17 % (contre 20,7 % pour l’ensemble des traductions en français), les traductions relevant de la catégorie « Droit, éducation, sciences sociales » étant sous-représentées. On a vu ci-dessus que les contrats d’acquisition dans ce domaine ne représentaient que 7 % de l’ensemble des titres achetés annuellement par les éditeurs déclarant leurs données au SNE (sauf en 2001-2002), l’écart révélant l’importance des classiques dans ce marché. L’analyse comparée de la part des genres doit cependant être relativisée au regard des chiffres absolus, qui font apparaître le faible nombre de traductions en anglais publiées aux USA (145 titres par an en moyenne), par comparaison à l’Allemagne (470) et même à la France (200) (voir tableau 14).

Tableau 14. Part des traductions de livres de « Droit, éducation, sciences sociales », 1980-2002.

Langue de traduction

Total

Droit, Éducation, Sciences sociales

%

Traductions en anglais (USA)

34 536

3 329

9,6 %

Traductions en allemand (Allemagne)

189 337

10 810

5,7 %

Traductions en français (France)

118 795

4 621

3,9 %

Source : Index Translationum

70Au sein des traductions en français, la part des essais est plus élevée parmi les traductions de l’allemand, dont ils représentent un tiers si l’on additionne les catégories « histoire, géographie et biographies » (13 %), « droit, éducation, sciences sociales » (10 %) et « philosophie, psychologie » (9 %), alors qu’ils ne constituent en moyenne qu’un cinquième des livres traduits toutes langues confondues. La catégorie « droit, éducation, sciences sociales » arrive en tête pour les traductions du russe (39 %), surpassant à elle seule la littérature, ce qui s’explique par l’abondance des ouvrages traitant de politique.

71Dans le domaine scientifique, les ouvrages de science appliquée circulent deux fois plus que les ouvrages de sciences naturelles et exactes (12 % contre 4 %) mais cet écart tient en partie au fait que la production scientifique de recherche privilégie la diffusion des résultats par voie d’articles et non de livres. Leur part est moindre pour les traductions faites du français et en français, et elle est encore plus faible pour les traductions faites en France (8 % et 3 % respectivement). Dans ce domaine, certaines langues, comme l’espagnol et l’hébreu, sont hors jeu (mais il faut tenir compte du fait que les publications se font plus souvent en anglais directement). Si les traductions de l’anglais arrivent largement en tête en chiffre absolu, l’allemand est la langue dont provient le taux le plus élevé d’ouvrages de science appliquée (15 %), ce taux étant également élevé (14 %) pour le néerlandais.

72Enfin, les catégories « religion, théologie » et « arts, jeux, sports » représentent respectivement 7 % et 6 % de l’ensemble des traductions pendant cette période, le français privilégiant plutôt la deuxième (8 % contre 6 %, ce taux baissant à 7 % et 5 % pour les traductions parues en France). Le domaine religieux arrive en tête des genres d’ouvrages traduits de l’hébreu, dont il représente deux tiers. Le néerlandais se distingue par la surreprésentation de la catégorie « art, sports, jeux » (44 %), qui recouvre essentiellement des livres sur l’art, en particulier la peinture. De même, la part des ouvrages d’arts parmi les traductions de l’italien (18 %) est plus élevée que pour les autres langues, ce qui reflète le poids du patrimoine culturel du pays. On peut toutefois émettre l’hypothèse que cette surreprésentation des catégories « religion » et « art » tient en bonne partie aux rééditions et réimpressions, incluses dans la base de l’Index Translationum, et qu’elle serait moins significative si l’on ne considérait que les nouveautés.

73Les traductions en français ont connu, pendant la période considérée, une évolution générale comparable au mouvement global du marché mondial de l’édition : hausse du nombre de traductions, domination croissante de l’anglais, diversification des langues traduites. Cependant, comme on l’a vu, leur évolution n’est pas strictement parallèle à cette tendance globale, il y a des fluctuations qui leur sont propres. Le phénomène le plus marquant de la période concerne l’intensification des échanges avec les pays asiatiques, en particulier la Chine, mais c’est sans doute celui qui est le plus directement l’effet de l’encastrement dans le marché mondial des traductions. La densification des relations avec les langues latines, l’italien et l’espagnol notamment (voir chapitres 7 et 8), est beaucoup plus spécifique, puisqu’elle s’ancre dans une tradition lettrée ancienne, même si l’essor de l’édition espagnole s’inscrit dans le processus de concentration et de conquête de marchés, en Amérique latine notamment. Elle compense l’affaiblissement de la position du français dans les pays nordiques face à la domination croissante de l’anglais. Adossé à une politique d’aide de l’État, le développement des échanges avec les pays périphériques obéit à la même logique de compensation, mais selon des modalités différentes qu’il faut étudier pour chaque cas (voir chapitres 11-14). La chute et la remontée de l’intérêt pour les pays de l’Europe de l’Est nécessite une explication articulant des facteurs politiques et économiques (voir chapitre 9).

74De manière générale, si la politique d’aide à l’extraduction a permis de conserver ou de reconquérir la position du français comme deuxième ou troisième langue centrale dans nombre de pays, le soutien à l’intraduction joue un rôle significatif dans le maintien de la diversité des langues traduites non seulement en France mais sur le marché mondial de la traduction, du fait de son rôle de médiation. Cette diversité, variable selon les catégories de livre, concerne principalement le pôle de production restreinte, qui jouit d’une relative autonomie par rapport aux contraintes économiques, comme on va le voir à présent à travers un examen des traductions en français de livres de sciences humaines et sociales (chapitre 4) et de littérature (chapitre 5 et 6).

Notes

1 Bernard Gournay, Exception culturelle et mondialisation, op. cit. ; Serge Regourd, L’Exception culturelle, op. cit id. ; (dir.), De l’exception à la diversité culturelle, op. cit.

2 Selon les données constituées par Germain Barré à partir des données de l’Index, qui incluent aussi les publications hors commerce, le nombre de langues et dialectes traduits en français passerait d’une soixantaine en 1980 à environ quatre-vingt dans les années 2000.

3 Johan Heilbron, « Towards a Sociology of Translation », art. cité.

4 Pour une analyse plus détaillée des évolutions entre 1988 et 1999, selon une périodisation différente, voir la thèse d’Anaïs Bokobza, Translating literature, op. cit.

5 En 1998, la part de l’anglais dans le nombre de titres acquis pour la traduction en français s’élevait également à deux tiers, ce qui corrobore le constat du point de vue des nouveautés et non plus seulement de l’ensemble des livres publiés. Jacqueline Favero, « Les cessions de droits à l’étranger », L’Édition 1998-1999, Paris, Syndicat national de l’édition, 2000, p. 51.

6 Marta Pragna Dantas, « La traduction de la littérature française au Brésil dans le contexte de la globalisation éditoriale », in Gisèle Sapiro (dir.), Les Contradictions de la globalisation éditoriale, op. cit.

7 Pour une mise en perspective historique des enjeux de la traduction en arabe, voir Richard Jacquemond, « Translation and cultural hegemony : the case of France-Arabic translation », in Lawrence Venuti (dir.), Rethinking Translation. Discours, Subjectivity, Ideology, London and New York, Routledge, 1992, pp. 139-158.

8 Les chiffres concernant les traductions en russe en 2000 sont étonnement bas, ce qui est sans doute dû à un problème de recensement cette année-là. C’est pourquoi nous préférons nous appuyer sur l’année 1999, qui enregistre 3625 traductions en russe, chiffre plus plausible par rapport aux autres années.

9 Yves Surel 1997, L’État et le livre, op. cit., pp. 289-300 ; François Rouet, Le Livre. op. cit., pp. 351 sq.

10 Voir le rapport réalisé par Marie Blondiaux, Les Aides à l’extraduction du Centre national du Livre, rapport pour le CNL, novembre 2007.

11 Entretiens avec Yves Mabin, directeur de la division de l’écrit et des médiathèques au ministère des Affaires étrangères, juillet 2005 et Roselyne Déry, attachée pour le livre et l’écrit auprès de l’Ambassade de France en Israël, 26 mai 2005.

12 Par exemple, sur l’édition israélienne (1994) et sur l’édition anglaise (2006). Ces rapports m’ont été aimablement communiqués par Roselyne Déry et Hervé Ferrage.

13 Notamment des éditeurs de petites maisons d’édition aux États-Unis, dans les pays arabes, en Israël et au Chili.

14 La Quinzaine littéraire, 1er avril 1966. Il n’est pas précisé si le chiffre concernant les traductions inclut les réimpressions, mais si c’est le cas, la proportion est encore moindre.

15 Claire Girou de Buzareingues, « Les traductions en 1979 », Livre-Hebdo, n° 7, 17 février 1981.

16 Valérie Ganne et Marc Minon, « Géographies de la traduction », in François Barret-Ducrocq (dir.), Traduire l’Europe, Paris, Payot, 1992, p. 79.

17 Fabrice Piault, « Littérature étrangère : la pente anglaise », Livres-Hebdo, n° 646, 19 mai 2006, p. 7.

18 Voir le tableau « Production en titres : total, nouveautés et nouvelles éditions, réimpressions. Évolution 1977-1986 », in Syndical national de l’édition, Données statistiques sur l’édition de livres en France. Année 1986, Cercle de la librairie, 1987, p. 22.

19 Entretien avec Marc Olivier Baruch, directeur d’études à l’EHESS, ancien chef du département du livre et des bibliothèques du CNL, 7 mars 2006.

20 Valérie Ganne et Marc Minon, « Géographies de la traduction », art. cité, p. 68. Voir aussi Dominique Colas, « Les politiques d’aide », in François Barret-Ducrocq (dir.), Traduire l’Europe, op. cit., p. 97-124.

21 Pour l’allemand, le nombre de traductions passe de 670 en 1980 à 400 en 1986. Pour l’italien, ce nombre baisse de 240 à 160, soit une diminution d’un tiers, ce qui est un peu moins que l’allemand (baisse de 40 %) et l’anglais (baisse de 37 %). De même, le nombre de traductions de l’espagnol passe de 124 en 1980 à 80 en 1986, soit une baisse de 35 %. Rappelons qu’on ne peut pas tirer de conclusions sur les différences entre ces pourcentages, en raison de la fiabilité très limitée des données de l’Index (voir chapitre 2).

22 Pour une analyse détaillée de l’évolution des traductions d’Europe de l’Est, voir le chapitre 9.

23 Faute de données concernant les acquisitions pour l’année 1996, nous avons calculé cette moyenne sur quatre ans (1997-2000).

24 5 956 en 2003, 6 077 en 2004 ; l’année 2002 a cependant connu une baisse, avec 4 698 cessions. Voir Jean Mattern, « Stabilités », Repères statistiques. International, Syndicat national de l’édition, 2004. Ces chiffres n’ont qu’une valeur indicative, rappelons-le, parce que le nombre d’éditeurs les déclarant varie d’une année sur l’autre, ce qui entraîne de fortes variations, renforcées également par les acquisitions en série.

25 Entretien avec Corinne Quentin, directrice du Bureau des copyrights français de Tokyo, 26 mars 2007.

26 Une telle politique a été adoptée à la suite de la création d’un ministère de la Culture, à l’instigation de l’association des éditeurs indépendants, universitaires et autonomes, qui ont élaboré une proposition, mais elle n’a pas encore été véritablement mise en place. Editores de Chile, Una política de Estado para el libro y la lectura. Estrategia integral paral el fomento de la lectura y el desarrollo de la industria editorial en Chile, Santiago, Fundación Chile Veintiuno et Asociación de Editores de Chile, 2005 ; Consejo Nacional de la Cultura y las Artes, Política nacional del libro y la lectura, Chile, 2006.

27 Entretien avec Alain Bourdon, attaché culturel auprès de l’Ambassade de France à Santiago du Chili, 31 mars 2008.

28 Entretien avec Laurent Bonneau, conseiller régional de coopération à Santiago du Chili, 26 mars 2008.

29 Jusqu’en 1998, cette catégorie inclut la religion et le spiritualisme (qui représente en moyenne 3 % des contrats de cession), ce qui conforte notre constat d’une augmentation des exportations dans ce domaine.

30 La bande dessinée n’est isolée dans les données du SNE qu’à partir de l’année 1998. Elle passe rapidement de 250 à plus de 500 titres cédés annuellement, soit environ 8 % de l’ensemble des contrats de cession.

31 Cette catégorie n’est isolée dans les données du SNE qu’à partir de 1994 : nous ne savons pas si ce type d’ouvrage était auparavant classé en littérature ou en sciences humaines. Dans le premier cas, cela relativiserait notre constat sur la baisse de l’exportation de la littérature, dans le second, cela renforcerait celui sur l’augmentation des contrats de cession pour des ouvrages de sciences humaines.

32 Johan Heilbron, « Towards a sociology of translation », art. cité.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution du nombre de livres traduits de l’anglais et de toutes les langues, 1980-2002.
Légende Source : Index Translationum
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 2. Évolution du nombre global de livres traduits de l’allemand, de l’espagnol, du français, de l’italien et du russe, 1980-2002.
Légende Source : Index Translationum
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9475/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Graphique 3. Évolution de la part des traductions en français dans le nombre total des livres traduits : littérature et tous domaines confondus, 1980-2002.
Légende Source : Index Translationum
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9475/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Graphique 4. Évolution du nombre de traductions en français par comparaison à l’ensemble des traductions dans le monde, 1980-2002.
Légende Source : Index Translationum
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9475/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Graphique 5. Évolution du nombre de traductions de l’italien, l’espagnol et l’allemand en français, 1980-2002.
Légende Source : Index Translationum
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9475/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Graphique 6. Évolution du ratio des traductions de l’anglais en français et du français en anglais, 1980-2002 – littéraires et tous domaines confondus.
Légende Source : Index Translationum
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9475/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Graphique 7. Évolution du ratio des traductions du français en allemand et de l’allemand en français, 1980-2002 – littérature et tous domaines confondus.
Légende Source : Index Translationum
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9475/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Graphique 8. Évolution du ratio des traductions du français en espagnol et de l’espagnol en français, 1980-2002 – littérature et tous domaines confondus.
Légende Source : Index Translationum
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9475/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© CNRS Éditions, 2008

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search