Version classiqueVersion mobile

Translatio

 | 
Gisèle Sapiro

Première partie. Flux de traduction et hiérarchie des langues

Chapitre 2. L’analyse des flux de traductions et la construction des bases de données

Anaïs Bokobza et Gisèle Sapiro

Texte intégral

1Pour analyser, aussi bien qualitativement que quantitativement, l’évolution des flux de traduction en français, plusieurs types de données sont nécessaires. Celles sur lesquelles s’appuient les enquêtes présentées dans ce volume proviennent de plusieurs sources, qui permettent de varier les échelles et le niveau d’analyse. Une première approche concerne les flux internationaux de livres combien de livres sont traduits, de et en quelle langue, dans quelles catégories de livres. Une seconde consiste à analyser très précisément certains types de flux, par exemple les traductions d’une langue donnée en français, ou encore l’évolution des traductions, en français toujours, d’une catégorie de livres, d’un genre littéraire particulier ou d’une discipline.

2C’est sur les livres traduits en français et du français, dans le domaine de la littérature et des sciences humaines et sociales en particulier, que nous nous sommes concentré-e-s. Le support du livre a été privilégié car il présente des données quantifiables, qui renseignent sur le marché de la traduction, lequel a ses éditeurs, ses circuits de distribution, ses logiques et dynamiques propres, même s’il interfère avec les champs littéraire, intellectuel ou scientifique, par le biais desquels s’opèrent les traductions en revue. Si les revues doivent être prises en compte dans les études qualitatives portant sur la réception d’un auteur étranger, le rôle de médiation qu’elles ont pu jouer par le passé dans le processus de traduction des œuvres de littératures et de sciences humaines et sociales semble s’être atténué, pour le champ littéraire à tout le moins (et bien qu’elles conservent un rôle central dans le champ scientifique, il ne semble pas déterminant dans la prise de décision de traduire un auteur). Il faut néanmoins préciser ce que l’on entend par « livres », car les définitions de ce support varient selon les sources on appellera ici « livres » les imprimés publiés qui ne sont pas périodiques, à l’exclusion des brochures.

3Ce chapitre ne se bornera pas à présenter les sources et les méthodes employées. Il s’agit aussi d’attirer l’attention sur les questions soulevées par l’utilisation des chiffres. La production de chiffres est une pratique sociale. Dans une perspective sociologique, la question n’est pas seulement « comment utiliser ces données ? » mais « qui produit quoi et pour qui ? ». Afin de ne pas tomber dans le fétichisme du chiffre, il faut se donner les moyens de comprendre les conditions de production et la validité des données utilisées.

4La première partie du chapitre est consacrée à l’Index Translationum de l’UNESCO, seule source donnant accès aux données nationales d’un grand nombre de pays, et donc permettant l’analyse des flux internationaux de livres. Son utilisation n’est pas sans poser des problèmes, mais on montrera que cette base de données reste très utile pour certaines comparaisons. La deuxième partie traite des données nationales françaises. On évoquera les données de la Bibliothèque nationale de France (BNF) et celles du Syndicat national de l’édition (SNE) sur les livres publiés en français, en montrant les avantages et les inconvénients de ces sources. Une troisième partie est consacrée à la construction des données de l’enquête sur les flux de traduction d’ouvrages de littérature et de sciences humaines en français pour les langues étudiées.

Les flux de traductions : l’index translationum

Histoire et fonctionnement de l’Index Translationum

5L’Index est né en 1931, sur l’initiative de l’Institut pour la Coopération Intellectuelle de la Société des nations, à la demande d’organisations internationales d’auteurs, d’éditeurs et de bibliothécaires, qui réclamaient un inventaire des traductions. L’Index sortit d’abord sous la forme d’un bulletin trimestriel où figuraient les traductions publiées dans six pays : l’Allemagne, l’Espagne, la France, le Royaume Uni, l’Italie et les États-Unis. Quand la publication fut suspendue, en janvier 1940, il avait déjà élargi l’information à 14 pays. Et il fallut presque dix ans pour que l’Index réapparaisse sous les auspices de l’UNESCO. Suite à une réunion des Ministres de l’Éducation des Alliés à Londres en 1945, le projet fut relancé. Leurs recommandations furent approuvées par la Première Conférence Générale de l’UNESCO (récemment créée), qui eut lieu à Paris en novembre et décembre 1946, puis à nouveau à la Troisième Conférence Générale, en décembre 1948. À cette occasion, le Directeur Général de l’UNESCO fut mandaté pour reprendre les publications de l’Index Translationum. La nouvelle série sortit sous forme d’un unique volume publié chaque année. Le premier, en 1948, regroupait environ 8570 traductions publiées dans 26 pays dont le Brésil, le Canada, le Chili, l’Égypte et la Turquie. L’après-guerre fut marqué par un important changement d’échelle dû, d’une part, au développement mondial de l’activité éditoriale et, de l’autre, au nombre croissant d’États.

6Chaque année, l’UNESCO envoie des formulaires aux 184 institutions nationales chargées de fournir les données, généralement la bibliothèque nationale, parfois une bibliothèque universitaire. Celles-ci sont censées les renvoyer avant une certaine date, qui permet la saisie et la mise à jour rapide des données.

7Depuis 1979, l’Index existe en version informatisée et les mises à jour annuelles se cumulent donc avec les données des années précédentes. Récemment, il a été partiellement mis à jour pour les années antérieures, mais on n’a aucune indication sur la fiabilité de l’actualisation ni sur celle des données. L’Index est la plus grosse base de données de l’UNESCO en termes de volume d’information. C’est le Secteur culturel qui est en charge du recueil, de la mise aux normes, de la saisie et du contrôle des données, ainsi que de leur mise à jour.

  • 1 http://databases.unesco.org/xtrans/xtra-form.html

8Aujourd’hui, la base de données de l’Index Translationum (XTRANS), comporte plus de 1 400 000 références issues de plus d’une centaine de pays, de l’Albanie au Zimbabwe, et ce dans tous les domaines : agriculture, architecture, art, biographie, droit, économie, éducation, gestion, histoire, littérature, médecine, philosophie, psychologie, religion, sciences et technologie, sciences exactes et naturelles, sciences sociales, sport, etc. En tout, 250 000 auteurs et plus de 500 langues sont répertoriés. Chaque notice indique l’auteur, le titre de l’ouvrage traduit, le traducteur, l’éditeur, l’année de publication, la langue originale, souvent le titre original et le nombre de pages. Le thème est mentionné selon les catégories de la Classification décimale universelle (CDU). Tous les ans, environ 100 000 nouvelles références sont ajoutées. L’Index est disponible sur Internet1 et permet de faire des tris croisés selon plusieurs critères : langue d’origine, langue de traduction, pays d’origine, pays de publication, auteur, traducteur, éditeur, genre et date.

9Le schéma ci-dessous illustre le processus d’élaboration des données de l’index pour la France.

Avantages et limites de l’Index Translationum

10Le principal avantage de l’Index est qu’il permet de mesurer et comparer les flux de traduction entre langues (ou d’une langue vers toutes les autres), par année ou pour une période donnée. Qui plus est, pour la langue cible, le lieu de publication peut être précisé, permettant la distinction entre langues et pays.

11Ainsi, les traductions en français peuvent être ventilées selon le pays d’accueil, principalement la France, la Belgique, la Suisse et le Canada, l’édition en Afrique francophone étant moins développée et pratiquant moins la traduction.

12Bien que le regroupement de données provenant de sources hétérogènes multiplie les biais et risques d’erreur (voir infra), nous avons choisi de privilégier la langue comme unité de comparaison. En effet, c’est une des particularités de la logique de marché, accentuée par la mondialisation, que de tendre vers une expansion par-delà le territoire national par des réseaux de distribution, des filiales ou des coéditions, ce qui rend la variable du lieu de publication de la traduction moins pertinente que celle de la langue, laquelle dessine plus clairement un marché potentiel. Héritage de l’impérialisme économique, politique ou culturel, ces marchés éditoriaux transnationaux formés par la langue se structurent selon une opposition centre-périphérie. Ainsi, entre 1980 et 2002, parmi l’ensemble des livres traduits en français, plus de trois quarts ont paru en France.

  • 2 Voir par exemple les études d’Hélène Buzelin, « Traduire un concept ou la coédition de l’Ancien au (...)
  • 3 Voir Luc Pinhas, Éditer dans l’espace francophone, Paris, Alliance des éditeurs indépendants, 2005 (...)

13Nous nous sommes donc concentré-e-s sur les traductions en français, sans les limiter à celles publiées en France, sauf mention explicite, ceci pour ne pas exclure certaines maisons étrangères francophones (comme L’Âge d’homme en Suisse) qui distribuent leurs livres en France. Leur inclusion s’imposait d’autant plus pour aborder la question des traductions que les éditeurs suisses ou belges jouent parfois un rôle important dans l’introduction sur le marché français d’ouvrages traduits de certaines langues comme l’allemand ou le néerlandais. C’est moins le cas des traductions publiées au Québec, mais leur part dans l’ensemble était inférieure à 10 % durant la période étudiée (situation qui est en train d’évoluer, les éditeurs québécois développant des stratégies multiples pour s’imposer dans l’espace francophone2). Le choix inverse – ne s’occuper que des traductions publiées en France – aurait eu l’inconvénient de ne pas prendre en compte tous les livres accessibles aux lecteurs français et d’écarter des médiateurs importants dans un espace francophone en pleine recomposition3.

14La richesse de ces données et des analyses qu’elles permettent ne doivent pas faire oublier les problèmes qu’elles posent et leurs limites. Première limite à laquelle se heurte la tentative d’exploitation statistique de l’Index pour mesurer les flux de traduction : l’Index répertorie de la même façon, sans possibilité de les trier, les nouveautés, les rééditions et les réimpressions, puisque c’est le Dépôt légal qui est pris en compte. C’est, avec le choix de ne pas restreindre le lieu de publication au territoire national, une des raisons du décalage avec les données de la base Electre, comme on le verra ci-dessous. À quoi s’ajoute le fait que, comme les bibliographies nationales à partir desquelles il est constitué, il inclut aussi des livres publiés par des instances à vocation non lucrative et non commercialisées, contrairement à la base Electre.

15Deuxième difficulté, la classification en domaines. Parmi la série de transactions qui permet la transmission de l’information de l’éditeur à l’Index Translationum, la plus problématique est la catégorisation CDU des données. Quand un livre arrive à la Bibliothèque Nationale, il est enregistré et la personne chargée du référencement doit décider quel code CDU lui attribuer. Dans certains cas, l’opération ne pose aucun problème (les manuels scolaires, l’histoire de l’art, les sciences…), mais il existe aussi un certain nombre de cas situés à la frontière entre plusieurs catégories. Par exemple, un livre de philosophie de la religion peut être classé en 1 (philosophie, psychologie) ou 2 (religion, théologie). De même, un roman traitant de voyage peut être classé en 823 (romans, nouvelles, récits, contes) ou en 91 (géographie, voyage). Ces deux exemples montrent que le choix ne se fait pas toujours au sein d’une même catégorie de premier niveau, ce qui ne poserait alors pas de problème pour l’Index puisqu’il n’offre pas de classification plus détaillée. Ceci explique pourquoi ces difficultés de catégorisation se retrouvent même dans l’Index. On touche ici au problème plus général de la classification des livres.

16Par ailleurs, l’Index Translationum soulève un autre problème, qui ne concerne pas particulièrement la France. En effet, la question de la construction des statistiques du livre peut avoir, selon les pays, un caractère plus ou moins sensible. Par exemple, dans certains pays en pleine « transition » démocratique, le fait de fournir une liste exhaustive peut être interprété comme la preuve d’une adaptation aux exigences des organisations internationales. Pour d’autres pays, cela peut témoigner du soin accordé à la construction des statistiques nationales, dont les enjeux diffèrent d’un pays à l’autre.

17Enfin, signalons que les données étaient moins fiables avant 1988. Cette date ne correspond pas à une rupture, à un changement net dans le mode de recueil et de saisie des données, mais seulement à une reformulation de la lettre adressée chaque année aux institutions nationales chargées de recenser les livres. Depuis 1988, cette lettre spécifie que « tous les documents entrés à la Bibliothèque Nationale au cours de l’année » doivent être référencés. Auparavant, l’obligation d’exhaustivité n’était pas formulée. Quoi qu’il en soit, il est difficile de mesurer l’impact de ce changement. Pour la France, ceci s’ajoute aux problèmes de fiabilité propres à la catégorisation de la BNF avant 1991. Les données de l’Index Translationum sont par conséquent à prendre avec beaucoup de précautions.

18Malgré ces difficultés, l’Index Translationum demeure un outil irremplaçable. En premier lieu, il présente l’avantage de permettre l’analyse des flux de traductions non seulement vers le français, mais aussi vers toutes les autres langues. En outre, notre enquête nécessitait de comparer les flux des traductions en français en fonction des différentes langues d’origine. Pour ceci, il aurait fallu une base française unifiée, or il n’en existe pas, notamment du fait que le catalogue de la BNF n’est pas utilisable dans ce sens, comme on va le voir. Electre, catalogue à l’usage des professionnels auquel nous avons eu accès pour construire nos bases de données, présente deux inconvénients : d’une part son utilisation est très lourde (le moteur de recherche n’est pas conçu pour isoler un grand nombre de données à la fois) ; d’autre part, il n’offre pas la possibilité de regrouper toutes les traductions (toutes langues d’origine confondues), mais seulement les traductions de telle ou telle langue donnée. Il fallait donc trouver un outil plus adapté à l’analyse de flux plus larges.

19L’Index Translationum constitue donc un outil utile, puisqu’il n’a pas d’équivalent, mais aussi délicat, comme en témoignent les problèmes liés à sa construction que l’on vient d’évoquer. Dans notre enquête, il sera utilisé pour indiquer des tendances, voire comparer des flux entre eux, mais il faudra garder constamment à l’esprit ses limites, ses biais (inclusion des rééditions et réimpressions, ainsi que de publications non commercialisées), les erreurs qu’il contient et son manque d’exhaustivité.

Les données nationales françaises

La Bibliographie Nationale Française

20La principale source publique nationale est la Bibliographie Nationale Française qui existe sous la forme d’un CD-rom consultable à la Bibliothèque Nationale de France. Tous les livres y figurant sont ceux pour lesquels il y a eu un dépôt légal par l’éditeur. Aujourd’hui, le dépôt légal en France est régi par la loi n° 92-546 du 20 juin 1992, selon le décret d’application n° 93-1429 du 31 décembre 1993. Son but est de permettre la conservation de tous les documents publiés, produits ou distribués en France, la constitution et la diffusion de la bibliographie nationale, et enfin la consultation publique de tous ces documents, à moins qu’ils ne soient soumis au secret. Pour chaque livre, l’éditeur a l’obligation de fournir cinq copies (quatre pour la Bibliothèque Nationale, une pour le Ministère de l’Intérieur), et en plus l’imprimeur doit fournir deux copies (à la BN s’il est à Paris, sinon à une bibliothèque locale assignée). En tout, sept copies de chaque livre doivent donc être fournies pour le dépôt légal. Ceci peut être contraignant dans le cas de livres chers (notamment les livres d’art), ou encore si l’éditeur est une petite maison au capital économique faible, et constitue donc une limite à l’exhaustivité du critère du dépôt légal. Notons qu’avant 1993, seules deux copies devaient être remises, ce qui était moins contraignant pour l’éditeur.

21Cependant, les données de la Bibliographie nationale ne pouvant être exportées sous forme de tableau Excel, leur usage est limité à des tris croisés par langue d’origine. Cette base présente un deuxième inconvénient les données ne sont pas fiables pour les livres traduits avant 1992. En effet, avant cette date, la catégorie « langue d’origine » ne figurait pas parmi les entrées à remplir obligatoirement lors de la saisie d’un livre, et elle n’était donc généralement pas précisée. Elle n’a figuré parmi les champs à remplir obligatoirement qu’à partir de 1992. Le troisième inconvénient tient au fait que la base recense toutes les catégories de livres, qu’il s’agisse de nouveautés, de rééditions ou de réimpressions. On ne peut donc pas isoler les nouveautés.

22La BNF a également un catalogue informatisé, le catalogue BN Opale Plus, accessible notamment sur Internet, qui répertorie tous les livres qui y sont conservés, mais le moteur de recherche ne permet pas de faire de tris croisés, ni d’exporter des données pour pouvoir en faire un traitement statistique. Nous ne l’avons donc utilisé que pour des vérifications ponctuelles des bases construites et pour des compléments.

La base de données bibliographiques Electre

23La deuxième source existante pour les données françaises est la base Electre. Filiale commerciale du Cercle de la Librairie, organisme interprofessionnel de promotion du livre créé en 1847, Electre produit les outils d’information de référence des professionnels du livre : la revue Livres Hebdo, des ouvrages spécialisés édités par les Éditions du Cercle de la Librairie et la base bibliographique Electre. La base est constituée à partir des informations recueillies auprès des éditeurs, et dépend donc de leur déclaration. Y figurent principalement les éditeurs commerciaux.

24D’abord éditée sous forme papier, cette base a été informatisée dans sa forme actuelle en 1984. Les ouvrages indisponibles sont alors conservés ainsi que les résumés des ouvrages. À l’occasion du Salon du Livre de 1986, le Cercle de la Librairie présente le service Minitel Electre, « nouvel outil informatique des professionnels du livre ». Par la suite, Electre ne cesse d’innover et de s’adapter aux nouvelles technologies. En octobre 1989, le CD-Rom Electre Biblio est créé. Trois cent mille sont alors disponibles. La base est enrichie de nouvelles fonctionnalités en 1995. La classification par niveau de lecture fait son apparition ainsi que la recherche par table des matières pour les ouvrages de Sciences, Techniques, Médecine et Droit. Enfin, en octobre 1997, la première version du site Internet electre.com voit le jour. Aujourd’hui, elle est mise à jour quotidiennement et compte près de 900 000 titres, dont 12 000 « à paraître ».

25Electre collecte les programmes des éditeurs (livres « à paraître » ) et les ouvrages eux-mêmes afin de produire une notice bibliographique complète. Les informations des distributeurs interviennent après parution, permettant la mise à jour des prix et des disponibilités. Les informations disponibles sont immédiatement intégrées à la base, qui recense les ouvrages publiés en langue française dans 76 pays et ceux paraissant en France quelle que soit la langue de publication. Ces ouvrages doivent être ou avoir été disponibles dans les circuits de distribution du livre – ce qui exclut les ouvrages publiés par des institutions et associations hors du circuit commercial – et répondre aux critères de référencement d’Electre.

26Electre assure le respect des règles bibliographiques ainsi que la cohérence et la clarté des différents fichiers de la base : auteurs, éditeurs, collections… Pour des données homogènes et des accès normalisés, des fichiers « autorité » ont été créés : un auteur, un éditeur, une collection ont une seule entrée dans la base avec d’éventuels renvois. Chaque livre est catalogué dans le strict respect de la norme Afnor Z 44-073. Notons enfin qu’Electre est la seule base bibliographique en France à fournir deux niveaux d’indexation thématiques (Dewey et Rameau)4.

27Outre sa fiabilité élevée, la base de données Electre présente l’avantage de permettre un tri par langue d’origine. L’équipe d’Electre nous ayant donné accès gracieusement à la base de données, elle a constitué une de nos principales sources pour l’enquête quantitative, dont nous exposerons les principes ci-dessous, en évoquant les problèmes et les limites.

Les données du Syndical national de l’édition

  • 5 Voir Bruno Auerbach, « Publish and Perish. La définition légitime des sciences sociales au prisme d (...)

28Les données statistiques produites par le Syndicat national de l’édition (SNE) sont également issues de la déclaration des éditeurs, variable d’une année sur l’autre, ce qui induit un biais qu’il faut prendre en compte lorsqu’on les utilise. Ces données ne distinguent pas les traductions des ouvrages écrits en français. Nous les avons utilisées néanmoins pour comparer l’évolution des flux de traduction à l’évolution de la production globale en français par catégorie (littérature et sciences sociales), par genre (roman, polar, poésie, etc.), et tous domaines confondus. Cette source a le mérite de différencier les grands formats des formats de poche, et au sein de chacune de ces catégories, les nouveautés, nouvelles éditions, rééditions et réimpressions. Cependant, la classification a varié au cours de la période, les nouveautés ayant été parfois regroupées avec les nouvelles éditions, ce qui complexifie la comparaison et la construction de séries longues. En outre, les découpages des catégories de premier niveau et les principes de ventilation ont aussi changé (dans le cas de sciences humaines en particulier5), ce qui nécessite d’opérer des regroupements à partir des catégories de deuxième niveau (genres littéraires ou disciplines), sans être certain que cela recouvre toujours le même type de production.

29Par ailleurs, le SNE produit depuis les années 1990 des données sur le nombre annuel de contrats de cession et d’acquisition de droits pour la traduction d’ouvrages signés par des éditeurs français avec leurs confrères étrangers, par langue et par genre, les catégories ayant été peu à peu affinées (aux langues s’ajoutent depuis 1996 une classification par pays). Ces données offrent une autre perspective sur les traductions. En premier lieu, elles restituent le sens concret de la notion d’« échange », tel qu’il est conçu et perçu par les acteurs eux-mêmes, et permet de calculer le ratio des contrats de cession-acquisition avec les autres langues et/ou pays pour les nouveautés. Ces données donnent donc la mesure des échanges économiques par la traduction. Elles sont en outre utilisées comme instrument de travail et de réflexion sur l’état du marché de la traduction, leur permettant de s’ajuster en fonction des tendances observées. Enfin, les livres traduits ne paraissent qu’au terme d’un processus d’acquisition et de travail de traduction qui prend entre quelques mois et plusieurs années. Si l’on peut tenir compte de ce décalage dans le cadre d’une approche qualitative centrée sur des études de cas, il est impossible de mesurer ces écarts de manière systématique en l’absence de données dont le recueil et le codage serait extrêmement fastidieux et complexe, pour un résultat incertain. C’est pourquoi, sans qu’on puisse les croiser avec les données sur la publication, l’évolution des acquisitions et des cessions donne des indications précieuses sur l’état des échanges entre langues et pays, ainsi que sur les moments d’accroissement de l’intérêt pour la littérature d’un pays particulier, ou pour un genre particulier.

La construction et le traitement des données de l’enquête

  • 6 Sauf mention contraire, les entretiens ont été réalisés par l’auteur du chapitre où ils sont cités. (...)

30Outre l’utilisation des données de l’Index Translationum et du Syndicat national de l’édition, l’enquête s’est appuyée sur plus d’une centaine d’entretiens avec des éditeurs, directeurs de collection, agents littéraires, représentants des pouvoirs publiques, traducteurs6, sur des sources documentaires (la presse nationale et professionnelle notamment) et sur des bases de données que nous avons construites à cette fin, à partir de sources diverses, la principale étant le catalogue Electre.

31Ces bases ont été constituées pour les nouveautés et nouvelles éditions de livres de littérature et de sciences humaines traduits en français en grand format entre 1985 et 2002 (les livres en format poche ont été isolés et traités séparément quand il y avait lieu de même, la littérature pour la jeunesse a été traitée séparément). Pour les sciences humaines, où les logiques disciplinaires prévalent sur les origines linguistiques, la base analysée au chapitre 4 réunit les titres traduits des différentes langues. En revanche, en littérature, où le nombre de titres traduits est plus important et où ce sont les logiques identitaires qui priment, une base a été construite pour chaque langue d’origine : anglais, allemand, espagnol, italien, hébreu, néerlandais, suédois, russe, roumain, tchèque, slovaque, hongrois, polonais. Après une vue d’ensemble sur les évolutions globales comparées au chapitre 5, des études de cas, étayées par des analyses quantitatives et/ou qualitatives (entretiens, presse), sont proposées pour l’italien, l’espagnol, les littératures d’Europe de l’Est, le néerlandais, le finnois, l’arabe et l’hébreu. Ces études particulières selon la langue d’origine sont complétées par une analyse transversale de l’espace de la littérature traduite fondée sur l’examen des collections et domaines de littérature(s) étrangère(s) à partir de catalogues de quelques maisons et d’entretiens avec des éditeurs et directeurs de collection ; ceci afin de dégager les logiques éditoriales et la concurrence entre les langues au sein des maisons d’édition, en prenant en compte des langues absentes de notre étude (chapitre 6). Dans la même optique, un chapitre est consacré à un genre qui a connu un grand essor pendant la période étudiée : le polar, et pour lequel une base spécifique, non limitée aux langues retenues, a été construite (chapitre 10). Enfin, le chapitre 3 et les études sur les échanges intellectuels qui composent la troisième partie s’appuient aussi sur des bases de traductions du français en d’autres langues dans une perspective de plus longue durée (anglais, néerlandais, finnois, arabe, hébreu).

32Pour les traductions en français, la principale source était, comme déjà indiqué, la base de données Electre, que nous avons retraitée en apportant des compléments. Mais nous avons pu également, pour certaines langues (l’italien, l’hébreu, le polonais, le hongrois, le tchèque et le roumain), nous appuyer sur des bases de données construites dans le cadre de recherches antérieures ou parallèles. Dans ces cas-là, les sources sont variables.

  • 7 Anaïs Bokobza, Translating literature. From romanticised representations to the dominance of a comm (...)

33Pour l’italien, Anaïs Bokobza a utilisé la Bibliographie des traductions de l’italien depuis 1900 de Danièle Valin, ainsi que l’Index Translationum de l’UNESCO et la Bibliographie Nationale française7. Une vérification croisée avec Electre a été réalisée (voir chapitre 7).

  • 8 Pour les choix et les problèmes spécifiques que la construction de ces données a impliqués en raiso (...)

34Pour les langues des pays d’Europe de l’Est (roumain, polonais, tchèque, slovaque, hongrois ; voir chapitre 9), Ioana Popa a construit les bases de données8 en confrontant systématiquement plusieurs sources l’Index Translationum, La Bibliographie européenne des travaux sur l’URSS et l’Europe de l’Est (MSH-Institut d’Études Slaves), La Bibliographie de France, les fichiers de la Bibliothèque Nationale de France, des catalogues des maisons d’édition, certains recensements partiels (notamment L’Œil de la lettre, établi par le syndicat des libraires pour la littérature de chaque pays) ou des bibliographies d’ouvrages d’histoire littéraire. Pour certaines périodes (notamment celles qui sont antérieures aux années 1990), des données ont également pu être vérifiées auprès de différents informateurs et enquêtés. Les données Electre ont été ajoutées à ces différentes sources dans le cadre de la présente recherche.

  • 9 Elle a été construite avec le concours de Dorrit Shilo, dans le cadre d’un programme de coopération (...)

35Pour l’hébreu (chapitre 14), la base de données a été constituée par Gisèle Sapiro d’après les bibliographies périodiques de l’Institut de traduction de la littérature hébraïque et complétée par une vérification systématique dans les catalogues de la BNF et de la bibliothèque de l’Alliance israélite universelle9.

  • 10 À l’exception de l’arabe, pour lequel Richard Jacquemond a retraité les données de l’Index Translat (...)

36Pour les autres langues (anglais, allemand, espagnol, néerlandais, suédois)10, nous nous sommes appuyé-e-s sur la base de données d’Electre, qui permet une recherche par langue d’origine du livre, par catégorie et par date. Elle nous a également permis de vérifier et compléter les données recueillies précédemment.

  • 11 Par exemple, europolar.eu.com et noircommepolar.com.

37Anaïs Bokobza a constitué par ailleurs une base de données de polars traduits, à partir des bases que nous avons extraites d’Electre, complétées, pour les autres langues, par les catalogues en-ligne de certains éditeurs (notamment Gallimard) et par d’autres sources comme le catalogue de la Bibliothèque des littératures policières et les sites Internet spécialisés dans le polar (chapitre 10)11.

  • 12 Hervé Serry, « Constituer un catalogue littéraire », art. cité.

38Les catalogues d’éditeurs ont été explorés par Gisèle Sapiro (chapitre 6), soit pour l’ensemble des littératures traduites dans telle ou telle maison (Le Seuil, Fayard), soit ponctuellement, en consultant le catalogue en ligne. Hervé Serry a constitué une base de données de la littérature traduite par les éditions du Seuil12. Les éditions Fayard et Albin Michel nous ont aimablement communiqué la base correspondant à leur catalogue de littératures étrangères.

39Pour les traductions du français vers d’autres langues, les sources sont encore plus diverses.

  • 13 Johan Heilbron, « Nederlandse vertalingen wereldwijd. Kleine landen en culturele mondialisering », (...)

40Johan Heilbron a mis à jour les résultats d’une enquête antérieure sur les traductions en néerlandais de 1900 et 1997 (voir chapitre 11), fondée sur les données annuelles produites par la Stichting Speurwerk betreffende het Boek, fondation pour la recherche du livre et sur les bibliographies de la Bibliothèque royale à La Haye13.

  • 14 Fennica / Suomen Kansallisbibliografia (Bibliographie nationale de Finlande) : http://fennica.linne (...)
  • 15 Simo Sjöblom, Rikoskirjallisuuden bibliografia 1864-1984, Hämeenlinna, Karisto, 1985.

41La base des traductions du français en finnois de 1951 à 1990 analysée au chapitre 12 a été constituée par Yves Gambier à partir de la bibliographie nationale Fennica14, disponible sous forme de livre et de Cédérom avant 2000, puis en ligne après 2000, des catalogues bibliothèques universitaires (celle d’Helsinki notamment, où s’effectue le dépôt légal), des bibliographies spécialisées (sur les romans policiers et d’espionnage par exemple)15 , les catalogues des dix plus grands éditeurs (les petits souvent disparaissant sans laisser de traces ni d’archives), quelques histoires des littératures.

42Pour les traductions du français en arabe, Richard Jacquemond a procédé à un retraitement des données de l’Index Translationum selon des principes détaillés au chapitre 13, ainsi que par une exploration de la base (incomplète) construite par le Bureau du livre de l’Ambassade de France à Beyrouth dans le cadre du « Plan traduire » du ministère des Affaires étrangères.

  • 16 Ces données ont fait l’objet d’un traitement plus détaillé, bien qu’encore provisoire, dans Gisèle (...)

43Les données sur les traductions du français en hébreu proviennent de deux bases constituées par l’Ambassade de France en Israël, l’une, sans doute lacunaire, qui va du début du siècle à 1995, l’autre couvrant la décennie 1995-2005. Elles ont été retraitées et exploitées par Gisèle Sapiro (chapitre 14)16.

  • 17 Nous avons supprimé aussi, en cours de route, l’année 1984 pour les bases provenant des données Ele (...)

44La période étudiée va de 1985 à 2002. La raison principale est que les données antérieures ne sont pas fiables : la base Electre n’inclut pas les livres épuisés avant cette date17. Pour réinscrire ces évolutions dans un cycle un peu plus long, nous avons cependant utilisé les données de l’Index Translationum à partir de 1980. Concernant la fin de la période, lorsque nous avons entrepris cette recherche en 2004, les données ultérieures à 2002 n’étaient encore à jour ni pour la base Electre ni pour l’Index. Dans quelques cas, nous avons pu toutefois ajouter des données pour 2003 et 2004 afin de donner une idée des évolutions plus récentes.

45Les deux grandes catégories retenues sont la littérature et les sciences humaines. Elles ont été circonscrites comme suit :

  • « Littérature » : tous les livres de fiction ainsi que les témoignages et les essais participant de l’œuvre d’un écrivain, à quoi s’ajoute la critique littéraire, classée en « littérature » et non en « sciences humaines » parce qu’elle est souvent intégrée aux collections de littératures étrangères dans les catalogues d’éditeurs et rarement dans les collections de sciences humaines. On a en revanche écarté les anthologies, plus rares, et qui nécessitent un traitement qualitatif plutôt que quantitatif, en raison de la particularité de ce type de projet, ainsi que les correspondances. Si l’on a retenu la littérature pour la jeunesse pour en mesurer le poids relatif dans l’augmentation des traductions, on a exclu cette catégorie du traitement statistique des bases de littérature (voir chapitre 5). En effet, même si les frontières de ce genre ne sont pas clairement délimitées, le marché de la littérature pour la jeunesse suit des règles bien particulières, et le traitement isolé de la littérature pour adultes permet une analyse plus fine des différences entre genres et entre langues. Ces genres sont, outre la littérature pour la jeunesse, déjà évoquée, le roman, le roman noir, la science fiction, les nouvelles, le théâtre, la poésie, la critique, les essais (reportages, essais témoignages)

  • « Sciences humaines » : les bases ont été triées pour ne retenir que les ouvrages à visée scientifique, dans la mesure du possible. Ont été écartés les essais, documents, actualité, biographies et correspondances, qui relèvent de logiques éditoriales distinctes. On n’a pas retenu non plus la géographie, catégorie « limite » en ce sens qu’elle incluait trop de textes non universitaires (livres de voyage, guides touristiques, etc.). La critique littéraire, comme déjà spécifié, est classée avec la littérature. Les sous-catégories de classement d’Electre renvoient ici aux disciplines : philosophie, histoire, politique (science politique, politique, administration), sociologie (sociologie, ethnologie, anthropologie), psychologie (psychologie, psychiatrie), économie (théorie de l’économie), droit (théorie et philosophie du droit). Il a fallu souvent opérer des reclassements, en raison des nombreuses erreurs de codage (voir chapitre 4).

46Dans le cadre de la présente enquête, nous nous sommes limité-e-s à l’exploitation de douze variables principales : la langue d’origine ; le pays d’origine ; le nom de l’auteur ; le genre (ou la discipline) du livre traduit ; l’année de publication de la traduction le nombre de rééditions pendant la période ; l’éditeur ; la collection ; l’existence d’une édition de poche ; la date de l’édition de poche ; le nom du ou des traducteurs et son (leur) sexe.

47En dépit de sa fiabilité, la base Electre soulève plusieurs problèmes pratiques. Certains tiennent en partie au fait qu’Electre est une base professionnelle à destination des libraires, et que nous en avons fait un usage pour lequel elle n’était pas prévue. Tout fichier Excel extrait d’Electre nécessite d’être travaillé et mis en forme pour être facilement lisible et utilisable. Par-delà les questions techniques se posent des problèmes de fond.

48En premier lieu, Electre enregistre toutes les éditions d’un même livre, ce qui oblige à opérer des tris pour distinguer les rééditions et les livres en format de poche. Or pour mesurer l’évolution des flux de traductions, il faut pouvoir isoler les nouveautés et nouvelles éditions ou traductions. Une partie du travail de tri et de retraitement à donc consisté à construire, pour les sciences humaines et pour les littératures dans chaque langue, deux bases l’une de nouveautés et nouvelles éditions parues entre 1985 et 2002 en grand format (le nombre de rééditions pendant la période étant transformé en variable) une seconde comprenant les rééditions en grand format, en semi-poche ou en poche (les réimpressions n’ont pas été prises en compte). Cette solution n’est pas entièrement satisfaisante, car nombre de nouveautés paraissent directement en poche, mais cette pratique s’est développée plutôt à la fin de la période considérée, d’abord dans des genres comme le polar, où nous l’avons prise en considération, et elle reste statistiquement marginale pour les traductions en littérature et en sciences humaines jusqu’en 2002.

49Deuxième problème, certains classements opérés par la base Electre sont instables ou erronés. Ainsi, la distinction entre anglais et américain s’est révélée fausse pour un nombre d’ouvrages tellement important qu’il a fallu prendre le parti d’y renoncer et de fusionner les bases en langue anglaise, en attendant de pouvoir y consacrer une recherche plus approfondie. Le classement par genre était quant à lui fluctuant, un même livre pouvant apparaître sous plusieurs catégories. La combinaison des variables « genre » et « indice Dewey » permet cependant de classer le livre dans une catégorie. Pour les sciences humaines, la ventilation par discipline s’est aussi révélée erronée ou problématique dans bien des cas, nous avons donc procédé à des reclassements.

50Troisième problème, lorsqu’on compare les bases ainsi constituées avec d’autres sources (l’Index Translationum, les catalogues d’éditeurs, etc.), on ne trouve quasiment jamais les mêmes chiffres par année. En procédant à des sondages par langue et par année, on a pu identifier certains problèmes et expliquer nombre d’écarts :

    • 18 Hervé Renard et François Rouet, « L’économie du livre, de la croissance à la crise », in Pascal Fou (...)

    À la différence de l’Index Translationum, nos bases excluent les réimpressions et les publications hors du circuit commercial, ce qui explique en partie le décalage entre nos données et celles de l’Index, décalage bien connu des spécialistes de l’édition : il est du même ordre que celui qui ressort de la comparaison entre les données du Dépôt légal et celles du Syndicat national de l’édition18.

  • La comparaison avec l’Index Translationum a permis de soulever un autre problème le fait d’avoir inclus certaines catégories seulement (romans, théâtre…) rend plus difficile la comparaison avec des bases qui prennent en compte l’ensemble la catégorie 8 de l’index Dewey (« Littérature et rhétorique »). Par exemple, les bandes dessinées ne figurent pas dans nos bases, mais notre choix correspond à l’évolution actuelle des recensements du SNE, qui tendent à isoler les bandes dessinées dans une catégorie à part, séparée de la littérature pour la jeunesse, puisque c’est devenu un genre important notamment dans les échanges internationaux.

  • Les publications des toutes petites maisons d’édition (comme par exemple Caractère) ne figurent pas toujours dans la base Electre qui est un service payant. Par contre ce sont des items qui existent dans d’autres bases comme la Bibliographie nationale française et l’Index Translationum, ces éditeurs respectant le dépôt légal pour tous leurs livres. En revanche, ils ne déclarent pas toutes leurs publications à Electre.

    • 19 Il convient de garder à l’esprit qu’Electre est une base destinée avant tout aux libraires, qui ont (...)

    On a remarqué que les nouveautés figurent parfois sur Electre à des dates postérieures à celles qu’on trouve pour un même titre dans l’Index, voire dans les catalogues d’éditeurs. Par recoupements, on suppose que dans le cas où un livre est réimprimé, Electre prend en compte la date de la dernière réimpression. De même, quand un livre existe en plusieurs éditions dont les premières sont épuisées, il arrive qu’Electre ne prenne en compte que la dernière édition19.

  • Enfin, s’il permet de saisir les nouveautés, le système qu’on a adopté ne permet pas de connaître le nombre exact de parutions annuelles, puisqu’on a exclu les rééditions successives, transformées en variable (nombre de rééditions pendant la période, sans indication de date pour faciliter les comptages).

51Au final, nous avons pu néanmoins expliquer la majorité des différences entre nos bases et l’Index Translationum, ainsi qu’avec les catalogues d’éditeurs, et le croisement des sources réduit de beaucoup la marge d’erreur. Ce bilan attire l’attention sur la nécessité de prendre un certain nombre de précautions dans l’interprétation de ces données, et surtout de toujours définir précisément son objet pour analyser les bases construites à partir du catalogue Electre. L’important est de garder une cohérence d’ensemble, c’est-à-dire de faire les mêmes choix pour toutes les langues. S’il ne faut donc donner aux chiffres que nous produirons qu’une valeur indicative, cela ne devrait pas remettre en cause la validité des tendances que nous avons repérées ni des analyses que nous proposons.

52Rappelons en outre qu’on a mis en évidence plusieurs définitions du livre, institutionnelles ou empiriques. Ainsi, le dépôt légal adopte la définition la plus large de la publication, puisqu’il inclut tous les éditeurs de livres mais aussi les brochures et les revues. La base Electre ne prend en compte que les livres publiés chez les éditeurs qui se déclarent eux-mêmes, et n’inclut donc pas les publications de tous petits éditeurs hors du circuit commercial. Ces différences peuvent avoir des conséquences sur les statistiques du livre par exemple, la proportion de livres traduits par rapport à l’ensemble des publications est plus faible avec les chiffres de la BNF qu’avec ceux d’Electre, puisque les premiers sont par définition plus larges. Il faut donc garder à l’esprit que la nature des données que l’on utilise peut intrinsèquement modifier les statistiques que l’on en tire.

53D’une manière plus générale, ce chapitre visait à mettre en évidence les difficultés inhérentes à l’utilisation des données quantitatives concernant les livres. On a montré qu’il n’existe pas de données exhaustives, et donc pas de statistiques exactes, ni sur les traductions ni sur les publications. Pour toutes les analyses statistiques qui figurent dans cette enquête, on indiquera très précisément de quelles données il s’agit (nouveautés, rééditions ou ensemble des livres publiés, grand format ou poches, dates, sources, etc.), et les résultats ne pourront être lus que dans un contexte donné. Il nous semblait indispensable d’attirer l’attention d’une part sur ces précautions à prendre, d’autre part sur les enjeux à la fois méthodologiques et théoriques des questions soulevées par la construction des statistiques du livre.

Notes

1 http://databases.unesco.org/xtrans/xtra-form.html

2 Voir par exemple les études d’Hélène Buzelin, « Traduire un concept ou la coédition de l’Ancien au Nouveau Monde » et de Martin Doré, « Stratégie d’un éditeur canadien dans le champ éditorial francophone international », in Gisèle Sapiro dir., Les Contradictions de la globalisation éditoriale, Paris, Nouveau Monde Édition, 2008 (sous presse).

3 Voir Luc Pinhas, Éditer dans l’espace francophone, Paris, Alliance des éditeurs indépendants, 2005 et « La Francophonie face à la globalisation éditoriale : politiques publiques et initiatives privées », in Gisèle Sapiro dir., Les Contradictions de la globalisation éditoriale, op. cit.

4 Toutes ces informations sont disponibles sur le site www.electre.com

5 Voir Bruno Auerbach, « Publish and Perish. La définition légitime des sciences sociales au prisme du débat sur la crise de l’édition SHS Actes de la recherche en sciences sociales, n° 164, septembre 2006.

6 Sauf mention contraire, les entretiens ont été réalisés par l’auteur du chapitre où ils sont cités. Certains ont été effectués dans le cadre d’enquêtes antérieures ou parallèles des membres de l’équipe. Leur exploitation dans ce volume n’est que très partielle, car elle eût impliqué des études spécifiques sur des maisons d’éditions ou des trajectoires de médiateurs qui dépassent notre propos et qui font l’objet de travaux individuels achevés ou en cours, cités ci-dessous. Nous avons choisi, dans la plupart des cas, de maintenir l’anonymat des personnes citées.

7 Anaïs Bokobza, Translating literature. From romanticised representations to the dominance of a commercial logic : the publication of Italian novels France 1982-2001, thèse citée.

8 Pour les choix et les problèmes spécifiques que la construction de ces données a impliqués en raison des contraintes politiques qui pèsent sur la traduction des livres en provenance des pays de l’Est avant la chute des régimes communistes, voir Ioana Popa, La Politique extérieure de la littérature, thèse citée et « Translation Channels. A Primer on Politicized Literary Transfert », Target. International Review of Translation Studies, n° 18 (2), 2006, pp. 205-228.

9 Elle a été construite avec le concours de Dorrit Shilo, dans le cadre d’un programme de coopération « Arc-en-ciel » entre Gisèle Sapiro (Centre de sociologie européenne) et Zohar Shavit et Gideon Toury (The Unit for Culture Research de l’Université de Tel-Aviv) ; elle a également bénéficié d’un financement de l’Israël Science Foundation. Cf. Gisèle Sapiro, « L’importation de la littérature hébraïque en France : entre universalisme et communautarisme », art. cité.

10 À l’exception de l’arabe, pour lequel Richard Jacquemond a retraité les données de l’Index Translationum en comparant l’évolution des traductions en français à celle en d’autres langues.

11 Par exemple, europolar.eu.com et noircommepolar.com.

12 Hervé Serry, « Constituer un catalogue littéraire », art. cité.

13 Johan Heilbron, « Nederlandse vertalingen wereldwijd. Kleine landen en culturele mondialisering », in Johan Heilbron, Wouter de Nooy, Wilma Tichelaar (éd.), Waarin een klein land. Nederlandse cultuur in internationaal verband, Amsterdam, Prometheus, 1995, pp. 206-252.

14 Fennica / Suomen Kansallisbibliografia (Bibliographie nationale de Finlande) : http://fennica.linneanet.fi

15 Simo Sjöblom, Rikoskirjallisuuden bibliografia 1864-1984, Hämeenlinna, Karisto, 1985.

16 Ces données ont fait l’objet d’un traitement plus détaillé, bien qu’encore provisoire, dans Gisèle Sapiro, « De la construction d’une culture nationale à la mondialisation : les traductions du français en hébreu », in Anna Boschetti (dir.), Pour un comparatisme réflexif, à paraître.

17 Nous avons supprimé aussi, en cours de route, l’année 1984 pour les bases provenant des données Electre, parce que le recensement nous est apparu incomplets.

18 Hervé Renard et François Rouet, « L’économie du livre, de la croissance à la crise », in Pascal Fouché (dir.), L’édition française depuis 1945, op. cit., pp. 684-685.

19 Il convient de garder à l’esprit qu’Electre est une base destinée avant tout aux libraires, qui ont besoin de connaître la référence de la version d’un livre disponible à la vente.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search