Version classiqueVersion mobile

Translatio

 | 
Gisèle Sapiro

Première partie. Flux de traduction et hiérarchie des langues

Avant-propos

Gisèle Sapiro

Texte intégral

1Les flux de traduction constituent un indicateur de l’évolution des échanges entre cultures. S’ils font apparaître le caractère asymétrique de ces échanges entre langues centrales, semi-périphériques et périphériques, ces flux ne peuvent être réduits ni à un impérialisme économique, ni à un effet mécanique de la taille des marchés du livre (nombre de titres produits) dans chaque pays et langue, même si l’on observe une corrélation évidente. Le réductionnisme économique occulte, en effet, d’autres types de facteurs qui régissent ces échanges de même qu’ils conditionnent le fonctionnement du marché du livre et la production culturelle en général, à savoir ceux qui relèvent d’enjeux politiques et idéologiques, et ceux qui procèdent de logiques plus spécifiquement culturelles et plus ou moins propres à des domaines ou secteurs particuliers, comme la littérature, l’art ou la science. Trois logiques, économique, politique et culturelle, président donc aux échanges interculturels dans des proportions et selon des combinaisons qui varient dans l’espace, dans le temps et dans les différents domaines ou secteurs considérés. Elles sont incarnées par des agents, institutions et individus, et permettent de rendre compte de la diversité des fonctions sociales que remplit la traduction, comme il est expliqué au premier chapitre, qui propose un cadre théorique général.

2Ces instances de médiation sont les principales productrices de données sur les flux de traductions. Les bases de données qu’elles ont constituées peuvent servir à une étude empirique de la circulation des livres traduits, à condition d’en bien comprendre la logique, laquelle varie selon qu’on passe des institutions étatiques (bibliographies nationales, bases de données constituées par les instituts de promotion des cultures nationales à l’étranger) ou interétatiques (Index Translationum de l’UNESCO), aux instances professionnelles du marché du livre (base de donnée bibliographique Electre, destinée aux libraires, données du Syndicat national de l’édition, catalogues d’éditeurs), ou encore aux bases constituées dans un cadre académique. Après une présentation de ces différentes sources, les usages qui peuvent en être faits et leurs limites, le chapitre 2 expose plus spécifiquement le travail de construction des bases de données réalisé dans le cadre de l’enquête collective et des recherches individuelles réunies ici, les variables retenues, les obstacles rencontrés. Par-delà le présent ouvrage, ce chapitre entend jeter les bases méthodologiques d’une analyse empirique des flux de traduction.

3Le chapitre 3 propose une analyse globale de l’évolution de la structure du marché mondial de la traduction et de la place de la langue française sur ce marché, à partir des données de l’Index Translationum et de celles du Syndicat national de l’édition sur les contrats de cession et d’acquisition. L’augmentation des flux de traduction depuis les années 1980 révèle l’intensification des échanges interculturels. Marquée avant tout par la domination de l’anglais, cette intensification s’accompagne cependant d’une diversification des échanges. Si le français a maintenu sa position de deuxième langue centrale après l’anglais, suivi de très près par l’allemand, cette position a été fragilisée au cours des années 1990, et s’est rétablie notamment grâce à la mise en place de politiques spécifiques d’aide à l’extraduction en France et au Québec. La politique française d’aide à l’intraduction contribue en outre à faire du français une langue de médiation, notamment des langues périphériques vers les langues centrales comme l’anglais et l’allemand, ou semi-périphériques comme l’espagnol, et donc un facteur assurant la diversité culturelle et linguistique sur le marché mondial de la traduction.

4Cette analyse d’ensemble doit cependant être nuancée selon les catégories de livres traduits, qui révèlent de fortes variations entre les langues. De telles variations reflètent à la fois la position de la langue sur le marché mondial de la traduction, la diversité des catégories de livres traduits croissant selon qu’on passe des langues périphériques ou langues centrales, et le capital symbolique spécifique accumulé par une langue (ou plutôt une culture) dans un domaine spécifique, comme la religion pour l’hébreu et l’arabe, ou la philosophie pour l’allemand.

5L’analyse des livres de sciences humaines et sociales traduits pour la première fois ou retraduits en français entre 1985 et 2002, proposée au chapitre 4, montre ainsi l’autonomie relative de ce secteur par rapport aux logiques de marché. Non seulement l’anglais y est-il globalement sous-représenté par comparaison aux flux globaux de traduction, mais une simple répartition par disciplines fait apparaître des spécificités qui tiennent à des facteurs culturels l’allemand arrive par exemple en tête parmi les ouvrages de philosophie traduits. Ces facteurs relèvent aussi bien du champ intellectuel que du champ académique, en raison notamment du rôle que joue en France l’édition de littérature générale dans la publication des livres de sciences humaines et sociales – rôle variable, certes, selon les disciplines, comme le confirme l’analyse des principaux éditeurs ayant fait paraître des traductions dans ce domaine. Ils ne sont pas non plus exempts, de ce fait, d’enjeux idéologiques comme en témoigne l’investissement de ce domaine par de petits éditeurs engagés.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search