Version classiqueVersion mobile

Translatio

 | 
Gisèle Sapiro

Introduction

Gisèle Sapiro

Texte intégral

  • 1 La première thèse prévaut dans les Cultural Studies, qui insistent sur l’autonomie de la sphère cul (...)
  • 2 Pour une analyse sociologique des effets de la mondialisation sur le marché de l’art, voir notammen (...)

1La mondialisation favorise-t-elle les échanges culturels internationaux et l’hybridation des cultures ou est-elle avant tout l’expression d’un impérialisme économique qui s’accompagne d’une hégémonie culturelle1 ? Le marché de la traduction constitue un bon terrain d’observation pour apporter des éléments de réponse à cette question qui se pose pour un nombre croissant d’espaces sociaux. D’une part, le livre demeure un medium majeur de la diffusion culturelle. De l’autre, l’édition est un univers où enjeux économiques, politiques et culturels sont étroitement imbriqués. Or la circulation des œuvres et des idées, à la différence d’autres biens symboliques comme les arts plastiques ou la musique2, se heurte non seulement aux frontières nationales mais aussi aux barrières linguistiques, qui ne se recoupent souvent pas. À la traduction revient la tâche de faire dialoguer les cultures par-delà les différences et les divergences.

  • 3 Emily Apter, « On Translation in a Global Market », Public Culture, vol. 13, n° 1, 2001, pp. 1-12.
  • 4 Voir notamment Lawrence Venuti, The Scandals of Translation. Towards an ethics of difference, Londo (...)

2La notion de traduction peut être employée dans un sens large ou restreint. La question de la « traductibilité » des œuvres culturelles dans un espace mondialisé se pose bien évidemment au-delà de la traduction au sens linguistique strict3. Néanmoins, traduire, en cette acception restreinte, qui sera la nôtre ici, suppose un travail spécifique, qui requiert des compétences et a un coût en temps, ainsi qu’en argent, depuis que cette activité s’est professionnalisée. Un ensemble d’agents et d’institutions y investissent des intérêts d’ordre culturel, politique et économique. En fonction de ces intérêts, les fonctions de la traduction peuvent être diverses, entre circulation des idées et rapports d’hégémonie, construction des identités collectives et influence politique, accumulation de capital symbolique et conquête de marchés4. Ces fonctions ne sont pas spécifiques à la traduction, elles peuvent s’observer au sein des aires linguistiques qui se structurent également selon des rapports de force entre centre et périphérie et où la circulation des biens symboliques répond à des enjeux culturels, économiques et politiques. Mais le marché international de la traduction a des logiques, des instances, des agents et une économie qui lui sont propres, lesquels nécessitent une étude spécifique.

  • 5 Les jalons d’une telle approche ont été posés notamment par Johan Heilbron, « Échanges culturels tr (...)
  • 6 Voir par exemple Geneviève Contamine (dir.), Traduction et traducteurs au Moyen âge, Paris, Édition (...)
  • 7 Sur le rôle des transferts culturels dans la construction des identités nationales, Michel Espagne (...)
  • 8 Roger Chartier et Henri-Jean Martin, Histoire de l’édition française, Paris, 1990, tomes 2 et 3.

3Loin d’être un phénomène nouveau, la circulation mondiale des biens culturels s’inscrit dans un processus pluriséculaire d’échanges entre communautés5. Avant d’être un enjeu économique, la traduction fut un enjeu idéologique et culturel, comme l’illustrent notamment l’histoire des traductions de la Bible ou celle des traductions du grec en arabe au Moyen-Age6. La traduction a également joué un rôle déterminant dans la construction des cultures nationales, par la stabilisation de normes linguistiques et l’introduction de modèles d’écriture7. La formation d’un marché de la traduction est ainsi liée historiquement à l’émergence d’une production intellectuelle en langue vernaculaire et au développement corrélatif du marché du livre. Étroitement contrôlé sous les régimes monarchiques, ce marché se libéralisa progressivement au 19e siècle, au moment de son industrialisation, les éditeurs en devenant les principaux acteurs8. La circulation transnationale des biens symboliques, encore peu réglementée, connut alors une forte expansion.

  • 9 Anne-Marie Thiesse, La Création des identités nationales. Europe xviie siècle-xxe siècle, Paris, Se (...)
  • 10 La formation des États-nations d’Amérique latine a ainsi favorisé le développement d’une littératur (...)

4Comme celui du livre dans lequel il est encastré, le marché de la traduction est doublement structuré par les aires linguistiques et par les États-nations, qui non seulement ne se recoupent pas, mais sont eux-mêmes structurés par l’opposition entre centre et périphérie. Les centres éditoriaux se sont d’emblée concentrés autour de quelques villes comme Leipzig, Londres et Paris. Si le marché du livre s’est développé en lien étroit avec la formation des identités nationales, la logique économique de conquête de nouveaux marchés associée aux politiques impérialistes à visée culturelle a conduit à la formation d’espaces éditoriaux transnationaux dans les aires linguistiques hispanophone, anglophone, germanophone, francophone ou arabophone, dominés par ces mêmes centres. Née en partie d’une réaction à l’hégémonie culturelle exercée par ces centres9, l’affirmation des cultures nationales, selon un modèle qui se diffusa de pays en pays, contribua à leur remise en cause, tant entre les aires linguistiques qu’en leur sein10.

  • 11 Blaise Wilfert, Paris, la France et le reste… Importations littéraires et nationalisme culturel en (...)
  • 12 Voir, notamment, Ioana Popa, « Un transfert littéraire politisé. Circuits de traduction des littéra (...)

5Dès la fin du 19e siècle se mirent en place des politiques de réglementation des marchés et des échanges visant à endiguer les effets du libéralisme économique et à protéger les marchés nationaux et les monopoles des éditeurs les plus puissants de la contrefaçon. En 1886 fut signée la Convention internationale de Berne sur le droit d’auteur, à laquelle de nombreux pays adhérèrent au début du 20e siècle. La circulation transnationale des biens symboliques, dotés d’une valeur à la fois symbolique et idéologique, s’inscrivait alors dans le cadre des relations diplomatiques entre États-nations11. Dans les régimes non libéraux, fascistes ou communistes, où la production culturelle était instrumentalisée à des fins de propagande, ainsi que dans les périodes de guerre, la politique d’exportation et d’importation des œuvres était subordonnée en priorité à des enjeux idéologiques12.

6Dans l’édition, le processus de formation d’un marché international de la traduction s’observe à travers une série de phénomènes. En premier lieu, le processus de spécialisation et de professionnalisation d’un ensemble d’agents, éditeurs, traducteurs, agents littéraires, dont témoigne la division du travail éditorial entre la production nationale et l’exportation ou l’importation, avec la création d’un secteur de vente et d’acquisition de droits, et le rôle croissant que jouent les agents littéraires dans l’intermédiation ils vont fortement contribuer à la rationalisation et à l’harmonisation des modes de fonctionnement de ce marché. Cette professionnalisation accompagne l’institutionnalisation des échanges culturels dans le cadre des relations diplomatiques entre les États-nations et des institutions internationales la Convention de Berne de 1885 sur le droit d’auteur réglemente la circulation des livres en 1931, l’Institut pour la Coopération Intellectuelle de la Société des nations, ancêtre de l’UNESCO, constitue l’Index Translationum à la demande d’organisations internationales d’auteurs, d’éditeurs et de bibliothécaires.

  • 13 Voir notamment Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde, op. cit., p. 136.

7Après la Deuxième Guerre mondiale, la libéralisation des échanges économiques, dans le cadre de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), signé en 1947, va contribuer à l’unification progressive d’un marché mondial des biens culturels dans les domaines du disque, du livre et du cinéma, tout en favorisant le développement des industries culturelles nationales. Ce processus s’accélère avec le tournant néo-libéral des années 1970, marqué par l’abandon du thème du développement pour celui de la mondialisation, en vue de l’ouverture des frontières à la libre circulation des biens et des capitaux13.

  • 14 Voir François Rouet, Le Livre. Mutations d’une industrie culturelle, Paris, La Documentation frança (...)

8Dans l’édition, la multiplication des instances spécifiques comme les foires internationales du livre, sur le modèle ancestral des foires de Leipzig et de Francfort, est à la fois le signe et l’un des ressorts de l’unification et de la structuration du marché mondial de la traduction. Celle de Londres s’est tenue pour la première fois en 1964 et devient, à partir de 1971, l’une des plus importantes en Europe après Francfort ; aujourd’hui, chaque ville culturelle a désormais la sienne, de Pékin à Guadaljara, en passant par New Delhi, Ouagadougou et Tunis, tandis qu’un nombre croissant de pays participe à ces manifestations. Plus récemment, l’internationalisation de grands groupes tels que Bertelsman, Vivendi Universal ou Rizzoli, à la faveur de la concentration croissante de l’édition et du resserrement de la compétition entre eux14, contribue à la dénationalisation de ce marché, parallèlement à la critique intellectuelle des cultures nationales, qui se sont construites au détriment des minorités, des étrangers, des femmes.

  • 15 Yves Surel, L’État et le livre : les politiques publiques du livre en France : 1957-1993, Paris, L’ (...)

9L’emprise croissante de la logique marchande sur les échanges culturels internationaux a contraint les États à réorienter leurs politiques d’exportation. Initialement inscrites dans le cadre des relations diplomatiques et destinées à assurer le rayonnement des cultures nationales quand elles n’avaient une visée plus directement hégémonique dans le cadre des luttes d’influences entre grandes puissances, les politiques publiques spécifiques, comme les aides à l’exportation du livre et à la traduction, ont également pour double objectif de favoriser les échanges économiques et de contrecarrer les effets de la marchandisation dans le domaine du livre. En France, si l’on peut faire remonter les prémices d’une politique de promotion du livre français à l’étranger à la Première Guerre mondiale, elle s’organise de façon plus systématique à partir de 1948 autour de deux principes la défense de la langue française dans le monde et la promotion de la culture française, dont le livre est considéré comme un des vecteurs les plus importants. Avec la mise en place d’une politique du livre dans les années 1970 et la réorientation des missions du Centre national des lettres (devenu Centre national du livre en 1992), de l’aide à la création à l’aide à la production15 s’ajoute le soutien commercial à un secteur qui représente, dans les années 1980, un quart du chiffre d’affaires de l’édition.

  • 16 Conseil de l’Europe, « Les politiques publiques du livre en Europe », rapport établi par Marc Olivi (...)

10De nombreux pays ont élaboré des dispositifs d’aide à la traduction des œuvres de la littérature nationale, conçue comme « clé de voûte de la présence culturelle à l’étranger » et « support d’échanges culturels »16. L’Allemagne a ainsi mis en place depuis 1978 un centre européen consacré à la traduction à Straelen. Depuis 1977, le Centre d’information sur la littérature finlandaise propose six programmes de traduction. Ce mouvement s’est intensifié depuis les années 1980 et se poursuit à ce jour. L’Institut portugais du livre et des bibliothèques, créé au début des années 1980, a promu la traduction de la littérature portugaise auprès des éditeurs français à une époque où celle-ci suscitait peu d’intérêt. La Tunisie a créé en 2007 un Centre national de la traduction, qui a établi un programme de traductions de l’arabe et en arabe, supervisé par des commissions spécialisées.

11Cependant, signe de l’emprise croissante de la logique économique, les organismes étatiques de promotion des cultures nationales tendent désormais, dans nombre de pays, à se transformer en agents littéraires intervenant auprès des acteurs du marché du livre. Ils ont été conduits à reconsidérer leur rôle en termes de médiation entre les éditeurs des deux pays. L’Institut de traduction de la littérature hébraïque, fondé en 1962, a par exemple réorienté son activité depuis les années 1980 dans cette direction. C’est aussi le cas de la politique française depuis les années 1990, comme on va le voir.

  • 17 Voir Bernard Gournay, Exception culturelle et mondialisation, Paris, Presses de Sciences Po, 2002 S (...)

12Le renforcement de ces politiques depuis les années 1980 est étroitement lié à la mondialisation et aux débats suscités par les négociations du GATT dans le cadre du cycle de l’Uruguay (1986-1994). Elles avaient pour objet d’étendre au domaine des services – et donc aux biens immatériels ou incorporels, produits culturels inclus – la libéralisation des échanges, réservés jusque là au commerce des marchandises. Cette extension menaçait le statut d’exception réservé dans nombre de pays aux biens culturels, et qui leur vaut d’être protégés de la logique mercantile pure, provoquant une vive réaction, en France notamment. Elle a entraîné l’adoption par le Parlement européen en 1993 d’une résolution de ralliement au principe de « l’exception culturelle », remplacé à la fin de la décennie par la notion de « diversité culturelle » à l’instigation de l’UNESCO, qui l’a proclamée officiellement en 200117.

13Les débats concernaient en premier lieu l’audiovisuel, plus directement visé par les négociations. Cependant, l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle touchant au commerce (ADPIC ou TRIPS en anglais), signé en 1994 dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (GATT-OMC), adoptait la convention de Berne sur la protection de la propriété littéraire et artistique, à l’exception des dispositions relatives aux droits moraux, en particulier son caractère inaliénable, qui distingue le droit d’auteur français de la législation anglo-saxonne sur le copyright. Or le caractère cessible du droit moral contribue à faire des biens culturels des marchandises comme les autres, selon la conception qui prévaut dans le copyright.

14Les négociations sur la libéralisation des échanges de service dans le cadre du cycle de l’Uruguay ont sans doute contribué à créer une conjoncture propice à l’intensification des échanges culturels internationaux. Bien que le livre ne fût pas directement concerné, on observe en effet une forte augmentation globale des flux de traduction à partir de cette période. L’analyse de leur évolution depuis les années 1980 montre que s’il y a bien intensification et diversification des échanges culturels par l’intermédiaire du livre, ceux-ci ne sont pas exempts de phénomènes de domination et de luttes d’hégémonie. Et si les rapports de force économiques sont de plus en plus prégnants, ces échanges sont inscrits dans un système de relations asymétriques entre cultures également régis par des enjeux politiques et intellectuels.

  • 18 Cf. Abram de Swaan, « The Emergent World Language System », International Political Science Review, (...)
  • 19 Johan Heilbron, « Towards a Sociology of Translation. Book Translations as a Cultural World System  (...)
  • 20 Si l’on peut établir une corrélation entre le nombre de traductions qui sont faites d’une langue ou (...)

15Instruments des luttes d’influence, les langues participent en effet de la structuration de ce système mondial des relations interculturelles18. Leur part dans les flux de traduction de livres constitue un bon indicateur de l’état des rapports de force constitutifs du système19, à condition de prendre en compte la médiation du marché du livre20. Le cas de la langue française, autrefois hégémonique, est particulièrement intéressant de ce point de vue. L’évolution de sa position dans les flux de traduction est un révélateur des transformations du système et de sa reconfiguration à l’ère de la mondialisation.

16L’examen des traductions en français depuis les années 1980 offre en retour un prisme pour appréhender les répercussions de la mondialisation sur le marché du livre national. Ceci soulève la question de l’autonomie relative du marché de la traduction dans différents pays par rapport à deux marchés dans lesquels il est encastré d’un côté, celui de l’édition locale, de l’autre, le marché mondial de la traduction. Il faudrait aussi pouvoir s’interroger plus qu’il n’a été possible de le faire ici sur la circulation des traductions entre la France et les autres espaces francophones, qui reflètent l’évolution des rapports de force entre centre et périphérie. Mais le marché de la traduction en France, tout en constituant un débouché pour des éditeurs francophones d’autres pays, jouit d’une certaine autonomie qui justifie de l’isoler comme objet d’étude.

  • 21 Pierre Bourdieu, « La production de la croyance contribution à une économie des biens symboliques » (...)
  • 22 Les éditeurs qui combattent les effets de l’industrialisation du livre opposent « le livre produit (...)

17Une analyse des catégories et genres de livres traduits permet par ailleurs de montrer que ce marché se structure, comme le marché du livre, autour de l’opposition entre un pôle de grande diffusion et un pôle de diffusion restreinte21 alors que le premier est régi par le mode de production industriel et par la logique du profit économique, le second fonctionne selon des méthodes artisanales et obéit à des logiques intellectuelles avant tout22. Un des résultats de la présente recherche est que le nombre de langues traduites, qui constitue un indicateur de la diversité culturelle, est beaucoup plus élevé au pôle de production restreinte qu’au pôle de grande production.

  • 23 L’enquête, menée avec le soutien du ministère de la recherche dans le cadre d’une Action concertée (...)
  • 24 Voir la bibliographie.

18Ce livre est issu, en grande partie, d’une enquête collective réalisée entre 2003 et 2007 sur les flux de livres de littérature et de sciences humaines et sociales traduits en français depuis les années 198023. Les travaux menés précédemment ou parallèlement par les chercheurs qui y ont contribué ont fourni une perspective historique de plus longue durée ainsi que des éléments sur les traductions du français vers d’autres langues24. Par-delà l’étude du marché de la traduction en France, l’objectif de cette enquête était de développer une sociologie empirique de la mondialisation dans le domaine de la culture à travers une analyse concrète des enjeux, des instances, des agents et des types de produits qui circulent.

  • 25 Esther Allen, To be translated or not to be, Pen/IRL report on the international situation of liter (...)

19La première partie appréhende la structure des rapports de force constitutifs du marché mondial des traductions et la position du français sur ce marché à travers les flux de traduction et la hiérarchie des langues. Les différentes logiques, politique, économique et culturelle, à l’œuvre dans la circulation transnationale des livres, ainsi que les agents qui y participent, seront présentées au premier chapitre, lequel propose un cadre théorique et méthodologique pour une approche sociologique et historique de la traduction comme vecteur des échanges culturels. Comme le notait Esther Allen dans son rapport sur la traduction pour le PEN Club25, une des difficultés auxquelles se heurtent les tentatives d’analyser l’évolution des traductions est l’absence de données fiables. C’est cette difficulté que nous avons tenté de surmonter. Le deuxième chapitre présente les principales sources utilisées dans ce rapport pour l’analyse quantitative des flux de traduction. Elles sont au nombre de quatre : l’Index Translationum de l’UNESCO, la base professionnelle de données bibliographiques Electre, les données du Syndicat national de l’édition (SNE), les catalogues d’éditeurs. Tout en tenant compte des biais bien connus de ces sources, et en n’utilisant les chiffres qu’à titre indicatif, il est possible, par recoupement des données, de faire apparaître des évolutions assez nettes du marché de la traduction dans ces deux dernières décennies. L’analyse quantitative a été complétée et affinée à l’aide d’une analyse qualitative des bases de données que nous avons constituées, d’une campagne d’entretiens réalisés auprès d’éditeurs, directeurs de collection, agents littéraires, représentants des politiques publiques, traducteurs, et d’une consultation de la presse nationale et professionnelle. Le chapitre 3 décrit la situation du français sur le marché mondial de la traduction, notamment face à la domination croissante de l’anglais. Le chapitre 4 est consacré aux traductions de livres de sciences humaines et sociales en français. L’importation de cette catégorie de livre présente des spécificités, qui témoignent d’une relative autonomie par rapport aux tendances générales du marché et du poids des logiques intellectuelles dans la circulation transnationale des idées.

20Il en va de même pour les traductions littéraires, auxquelles est consacrée la deuxième partie de l’ouvrage. Celles-ci ont connu une hausse très importante en France depuis les années 1980. Une description comparée de l’évolution des flux de traductions littéraires à partir de différentes langues (anglais, allemand, italien, espagnol, néerlandais, polonais, roumain, hongrois, tchèque, suédois et hébreu) est proposée au chapitre 5, tandis que le chapitre 6 analyse de manière transversale la structure de l’espace éditorial de la littérature traduite en français à travers les domaines et collections de littérature(s) étrangère(s). Suivent ensuite des études de cas par langues et/ou aires géographiques. Alors que l’engouement pour la littérature latino-américaine remonte aux années 1960-70, les littératures italienne et espagnole ont connu une vogue en France dans les années 80, qui tient à la fois à leur transformation et aux succès rencontrés par des auteurs comme Umberto Eco et Manuel Vazquez Montalbán (chapitres 7 et 8). La réception des littératures hispaniques est toutefois plus politisée. Les enjeux idéologiques ont largement déterminé la réception des traductions des littératures des pays d’Europe de l’Est jusqu’en 1989, leur intégration à l’économie de marché ayant entraîné un relatif désintérêt à leur égard leur cas permet aussi d’interroger les effets des crises politiques sur la circulation internationale des biens culturels (chapitre 9). Une étude spécifique a été consacrée au roman noir, genre qui a connu une forte croissance parmi les traductions et une diversification du point de vue des langues d’origine, signe de son implantation partout dans le monde. Les traductions ont participé de sa légitimation (chapitre 10).

21La dernière partie aborde la question de la traduction comme vecteur des échanges culturels à partir de quatre études de cas. Tout en étant profondément ancrées dans des spécificités historiques dont les chapitres qui leur sont consacrés proposent un aperçu à différents niveaux, les échanges intellectuels entre la France et les Pays-Bas (chapitre 11), la Finlande (chapitre 12), les pays arabes (chapitre 13) ou Israël (chapitre 14) saisis à travers les flux de traduction dans les deux sens ont en commun d’être des relations asymétriques qui ont connu une évolution plus ou moins convergente dans la période considérée, avec d’un côté l’affirmation de ces cultures périphériques et leur accession à la reconnaissance en France, de l’autre la fragilisation de la position de la culture française en leur sein face à la présence accrue des traductions de l’anglais.

  • 26 Voir le Time magazine (édition européenne), 3 décembre 2007, et la réaction du Monde le 20 décembre (...)

22Si ces deux phénomènes sont liés, faut-il y voir un signe du déclin relatif de la position de la culture française dans le monde L’ouverture réelle aux littératures étrangères ne serait-elle qu’un trompe-l’oeil masquant la mort annoncée d’une culture autrefois hégémonique26 Ou l’effet d’un impérialisme économique de plus en plus agressif, qui s’est emparé du domaine culturel ? L’analyse sociologique des agents, individus et institutions, ainsi que des intérêts spécifiques qui y sont investis permet de sortir de cette alternative réductrice qui tend à faire des échanges interculturels de simples reflets mécaniques de la force intrinsèque de ces entités abstraites que sont les cultures ou les marchés, et à proposer une vision plus nuancée des effets de la mondialisation sur le marché de la traduction.

Notes

1 La première thèse prévaut dans les Cultural Studies, qui insistent sur l’autonomie de la sphère culturelle et sur la diversité des modes d’appropriation et « d’indigénisation » des mêmes produits culturels voir par exemple, Arjun Appadurai, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, trad. fr., Paris, Payot, 2001 [1996] ; elle s’oppose principalement à l’approche économiciste des théories néomarxistes du développement et celle du système-monde développée par Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des systèmes-monde, trad. fr., Paris, La Découverte, 2006 [2004] dans une perspective marxiste également, David Harvey emploie quant à lui la notion de « rentes de monopole » pour expliquer l’intérêt capitaliste croissant dans les biens culturels Géographie de la domination, Paris, Les prairies ordinaires, 2008 [2001].

2 Pour une analyse sociologique des effets de la mondialisation sur le marché de l’art, voir notamment Raymonde Moulin, Le Marché de l’art. Mondialisation et nouvelles technologies, Flammarion, Champs, nouvelle édition 2003 Alain Quemin, L’Art contemporain international. Entre les institutions et le marché, Jacqueline Chambon/Artprice, 2002 et « Globalization and Mixing in the Visual Arts. An Empirical Survey of “High Culture” and Globalization », International Sociology, vol. 21, n° 4, 2006, pp. 522-550.

3 Emily Apter, « On Translation in a Global Market », Public Culture, vol. 13, n° 1, 2001, pp. 1-12.

4 Voir notamment Lawrence Venuti, The Scandals of Translation. Towards an ethics of difference, London, Routledge, 1998. Sur les enjeux littéraires, voir Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999 et « Consécration et accumulation de capital littéraire. La traduction comme échange inégal », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 144, septembre 2002, pp. 7-20.

5 Les jalons d’une telle approche ont été posés notamment par Johan Heilbron, « Échanges culturels transnationaux et mondialisation : quelques réflexions », Regards sociologiques, n° 22, 2001, pp. 141-154.

6 Voir par exemple Geneviève Contamine (dir.), Traduction et traducteurs au Moyen âge, Paris, Éditions du CNRS, 1989. Sur les enjeux politiques de la traduction de la Bible en Afrique, voir Jean-Loup Amselle, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion, 2001, pp. 74-75.

7 Sur le rôle des transferts culturels dans la construction des identités nationales, Michel Espagne et Michael Werner (dir.), Transferts. Relations interculturelles franco-allemandes (xviiie-xixesiècle), Paris, Éd. Recherche sur les Civilisations, 1988, et Philologiques, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1990-1994 (3 vol.), Itamar Even-Zohar, « The Position of Translated Literature within the Literary Polysystem » [1978], Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990 ; Gideon Toury, Descriptive Translation Studies and Beyond, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 1995 et Gustavo Sora, « Un échange dénié. La traduction d’auteurs brésiliens en Argentine », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 145, 2002, pp. 61-70.

8 Roger Chartier et Henri-Jean Martin, Histoire de l’édition française, Paris, 1990, tomes 2 et 3.

9 Anne-Marie Thiesse, La Création des identités nationales. Europe xviie siècle-xxe siècle, Paris, Seuil, 1999.

10 La formation des États-nations d’Amérique latine a ainsi favorisé le développement d’une littérature et d’une édition locale qui ont pu s’épanouir pendant la période franquiste. Le centre de l’espace anglophone s’est progressivement déplacé depuis les années 1960 de Londres à New York. Longtemps défiée sans succès par les éditeurs belges, la domination de Paris est aujourd’hui contestée par l’édition québécoise qui a émergé après la Deuxième Guerre mondiale, favorisée, là encore, par les conditions politiques de l’Occupation allemande en France, qui a imposé une limitation des échanges avec les autres pays. Sur l’Amérique latine, voir notamment Gustavo Sora, Traducir el Brasil. Una antropologia de la circulacion internacional de ideas, Buenos Aires, Libros del Zorzal, 2003 ; sur l’édition en Belgique, Pascal Durand et Yves Winkin, « Des éditeurs sans édition. Genèse et structure de l’espace éditorial en Belgique francophone », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 130, 1999, pp. 48-65.

11 Blaise Wilfert, Paris, la France et le reste… Importations littéraires et nationalisme culturel en France, 1885-1930, Thèse de doctorat d’histoire, sous la direction de Christophe Charle, Université Paris I, 2003.

12 Voir, notamment, Ioana Popa, « Un transfert littéraire politisé. Circuits de traduction des littératures d’Europe de l’Est en France 1947-1989 » Actes de la recherche en sciences sociales, n° 144, 2002, pp. 55-59.

13 Voir notamment Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde, op. cit., p. 136.

14 Voir François Rouet, Le Livre. Mutations d’une industrie culturelle, Paris, La Documentation française, 1992, rééd. 2007 Fabrice Piault, « De la “rationalisation” à l’hyperconcentration », in Pascal Fouché (dir.), L’Édition française depuis 1945, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1998, pp. 628-639 ; Jean-Yves Mollier, « L’évolution du système éditorial français depuis l’Encyclopédie de Diderot » et Ahmed Silem, « Les deux géants du livre français : Havas Publications Édition et Hachette livre », in Jean-Yves Mollier (dir.), Où va le livre ? Paris, La Dispute, 2000, rééd. 2007, chap. 1 et 2 Jean-Yves Mollier, « Les stratégies des groupes de communication à l’orée du xxie siècle », in Gisèle Sapiro (dir.), Les Contradictions de la globalisation éditoriale, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2008, chap. 1 (sous presse).

15 Yves Surel, L’État et le livre : les politiques publiques du livre en France : 1957-1993, Paris, L’Harmattan, 1997.

16 Conseil de l’Europe, « Les politiques publiques du livre en Europe », rapport établi par Marc Olivier Baruch, 25 mars 1993.

17 Voir Bernard Gournay, Exception culturelle et mondialisation, Paris, Presses de Sciences Po, 2002 Serge Regourd, L’Exception culturelle, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2002 et Id. (dir.), De l’exception à la diversité culturelle, Paris, La Documentation française, 2004.

18 Cf. Abram de Swaan, « The Emergent World Language System », International Political Science Review, vol. 14, n° 3, juillet 1993 Words of the World : The Global Language System, Cambridge Polity Press, 2001.

19 Johan Heilbron, « Towards a Sociology of Translation. Book Translations as a Cultural World System », European Journal of Social Theory, vol. 2, n° 4, 1999, p. 429-444 (une version remaniée de cet article paraît en français dans Gisèle Sapiro (dir.), Les Contradictions de la globalisation éditoriale, op. cit.).

20 Si l’on peut établir une corrélation entre le nombre de traductions qui sont faites d’une langue ou d’un pays et le nombre de titres produits dans cette langue ou ce pays, ainsi que l’a suggéré Anthony Pym, cette relation n’a cependant rien de mécanique et d’autres facteurs interviennent, comme on le verra au premier chapitre ; cf. Anthony Pym et Grzegorz Chrupala, « The quantitative analysis of translation flows in the age of an international language », in Albert Branchadell, and Margaret West Lovell (eds.), Less Translated Languages, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 2005, pp. 27-38.

21 Pierre Bourdieu, « La production de la croyance contribution à une économie des biens symboliques », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 13, 1977, pp. 3-43 « révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 126/127, mars 1999, pp. 3-28.

22 Les éditeurs qui combattent les effets de l’industrialisation du livre opposent « le livre produit de l’industrie de l’entertainment » au « livre issu de l’édition artisanale », selon les termes d’Eric Hazan, « Assez de larmes », in Roland Alberto et al., Le Livre : que faire ? Paris, La Fabrique, 2008, p. 7.

23 L’enquête, menée avec le soutien du ministère de la recherche dans le cadre d’une Action concertée incitative, programme « Terrains, techniques, théorie » a donné lieu à un rapport dont ce livre est une version largement remaniée et complétée par de nouvelles contributions Gisèle Sapiro (dir.), La Traduction comme vecteur des échanges culturels internationaux : circulation des livres de littérature et de sciences sociales et évolution de la place de la France sur le marché mondial de l’édition de 1980 à 2004, rapport de recherche, CSE, septembre 2007.

24 Voir la bibliographie.

25 Esther Allen, To be translated or not to be, Pen/IRL report on the international situation of literary translation, Institut Ramon Lull, 2007.

26 Voir le Time magazine (édition européenne), 3 décembre 2007, et la réaction du Monde le 20 décembre 2007.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search