Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique et métropole

 | 
Vincent Hoffmann-Martinot
, 
Jefferey Sellers

Chapitre 7. Le processus de métropolisation et ses effets en République tchèque

Tomáš Kostelecký et Daniel Čermák

Note de l’auteur

Cette analyse a été conduite grâce à la subvention 403/04/1330 allouée par l'Agence de subventions de l'Académie des sciences de la République tchèque ainsi qu'avec le soutien d'une bourse Marie-Curie de l'Union européenne (MEIF-CT-2005-009953). Les auteurs remercient Jana Vobecká pour son aide dans la collecte des données.

Texte intégral

Définition des aires métropolitaines

Aperçu historique

1Il n’existe pas à ce jour de définition officielle des aires métropolitaines, ni de circonscriptions administratives leur correspondant. Peu après l’établissement de la Tchécoslovaquie indépendante en 1918, le Bureau tchécoslovaque des Statistiques a mené un recensement de la population (Scítání lidu, 1921). Dès ce premier recensement, des « agglomérations résidentielles » (sídelní aglomerace) ont été définies, catégories destinées à faciliter la planification urbaine. À la suite du coup d’état communiste de 1948, le nouveau gouvernement a changé tout le système d’administration territoriale et de gouvernement local : l’autonomie locale a été pratiquement supprimée, les conseils municipaux transformés en comités nationaux de type soviet, qui ne sont rien de plus que des antennes territoriales de l’État, complètement assujetties aux directives du gouvernement central. Il en a été de même pour les collectivités territoriales supramunicipales. La délimitation des différentes unités à des fins de planification est une question hautement politique car les différentes solutions peuvent signifier que les territoires concernés sont ou à l’intérieur ou à l’extérieur des zones d’investissement prioritaires de l’État (dans les secteurs de l’industrie, des infrastructures ou du logement). Les dissensions politiques entre représentants locaux et régionaux du parti et administrateurs d’État, conjuguées aux opinions naturellement variables des différents groupes d’experts impliqués dans la définition des agglomérations résidentielles, ont conduit à des changements fréquents de contours.

2La chute du régime communiste n’a pas seulement changé le système politique national, elle a aussi représenté un tournant important pour celui de l’administration territoriale et de gouvernement local. Les toutes premières mesures prises par le nouveau gouvernement postcommuniste ont inclus l’abolition des régions en tant qu’unités d’administration territoriale, et la réintroduction du principe de l’autonomie locale. En réaction au programme de fusions autoritaires mis en œuvre par les communistes lors des décennies précédentes, la population a souvent initié des référendums locaux qui ont entraîné des scissions. Entre seulement 1990 et 1992, le nombre de municipalités tchèques est passé de 4 000 environ à plus de 6 000. Ainsi, la structure territoriale « déconcentrée » traditionnelle, caractérisée par un grand nombre de localités très petites, devient encore plus fragmentée (figure 1).

Figure 1. Taille de la population des municipalités, 1991

Figure 1. Taille de la population des municipalités, 1991

Source : Illner, 1998.

3De la même façon, en réaction à l’excès de planification de la période communiste, tous ses instruments, y compris régionaux et urbains, ont été considérés comme démodés et ont pratiquement disparu de l’agenda politique. Nombre d’institutions investies dans ce domaine ont été dissoutes ou privatisées, puis transformées en agences d’aménagement ou d’équipement et leur importance dans l’administration des grandes villes a considérablement diminué. La situation a commencé à changer dans la seconde moitié des années 90. Le ministère du Développement local a été créé en 1996, incluant des services chargés de la planification régionale. La nécessité d’adapter le cadre institutionnel à celui des pays de l’Union européenne pour pouvoir accéder aux fonds structurels deveint un moteur important du développement de ce domaine. Des collectivités régionales sont ainsi rétablies en 2000. Les régions nouvellement créées (kraje) deviennent responsables de la planification de leur territoire. Malgré certaines évolutions récentes, les métropoles ne sont cependant pas l’objet d’un mouvement d’institutionnalisation. En parcourant la documentation sur « les plans d’aménagement des grandes unités territoriales » tels qu’ils figurent dans l’article de Markvart et Chmelař (2001), on arrive facilement à la conclusion que la méthode traditionnelle de délimitation ad hoc des aires métropolitaines est restée immuable en dépit des changements administratifs et politiques récents. Certaines zones urbanisées ne sont toujours pas dotées de plans d’aménagement. Là où ces plans existent, le découpage de l’aire métropolitaine est essentiellement basé sur l’agglomération de plusieurs districts administratifs adjacents aux villes-centres. Dans certains cas, les auteurs des plans territoriaux eux-mêmes ont précisé que les « vraies aires métropolitaines » en tant qu’unités fonctionnelles composées d’une ville-centre et de sa périphérie se différencient des « grandes unités territoriales », mais justifient leurs décisions de délimitation par des impératifs d’ordre politique. Dans d’autres cas, les responsables des plans ne font que reprendre les documents d’aménagement existants. Il apparaît finalement que l’on ne peut recourir à ces définitions tant elles manquent de cohérence et rendent quasiment impossible tout travail de comparaison systématique.

Définition de l’aire métropolitaine

4Étant donné l’absence d’une définition nationale de référence des aires métropolitaines nous avons dû élaborer un ensemble de critères permettant de les identifier dans le cadre de l’Observatoire international des métropoles (OIM). Quatre villes-centres ont été retenues – Prague, Brno, Ostrava et Pilsen qui, avec les zones suburbaines qui les entourent, forment des aires métropolitaines de plus de 200 000 habitants. Ces quatre villes diffèrent aussi par leur statut administratif. Alors que toutes les autres ne sont que des municipalités, Brno, Ostrava, et Pilsen ont elles le double statut : de municipalité et de district administratif. Prague, la capitale, a en outre celui de région administrative (kraj). Nous avons ensuite sélectionné les communes devant faire partie de ces aires en fonction de l’intensité des migrations alternantes.

5Les données montrent que l’intensité des trajets quotidiens, qui varie d’environ 20 % à plus de 70 %, décroît avec l’éloignement de la ville-centre. Nous avons délimité deux couronnes : la première inclut l’ensemble des municipalités dont plus de 40 % d’habitants effectuent des navettes, tandis que l’autre comprend celles dont 30 à 40 % de la population réalisent des trajets quotidiens. Des municipalités contiguës mais n’atteignant pas tout à fait le chiffre de 30 % ont été également incluses dans la seconde couronne. De même, malgré un niveau de migrations alternantes inférieur à notre critère de définition, certaines villes industrielles situées à l’Est d’Ostrava ont été incluses dans son aire métropolitaine, car elles sont étroitement liées à cette agglomération d’un point de vue fonctionnel.

La dynamique de la croissance métropolitaine

6Les changements historiques, politiques et économiques radicaux que l’Europe centrale a connus au xxe siècle ont aussi profondément affecté le développement des aires métropolitaines. L’évolution des métropoles en République tchèque est très différente de celle observée en Amérique du Nord, et est plus proche des modèles d’Europe de l’Ouest. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les grandes villes ont globalement suivi le schéma traditionnel de croissance urbaine stimulé par le développement industriel et alimenté à la fois par un taux élevé de natalité et un important exode rural. La figure 2 illustre l’augmentation de la population sur le territoire des quatre villes sélectionnées.

7Les taux de croissance y sont très élevés durant la période comprise entre 1869 et 1930. Après le ralentissement causé par la Seconde Guerre mondiale, la croissance reprend pendant 20 ans, avant de se ralentir à partir de 1970, et finalement de décliner dans les années 90. La plus grande ville de la région est Prague, capitale traditionnelle du royaume tchèque, et centre administratif de ce territoire. La croissance de la population des trois autres villes observées est alimentée par le développement rapide de l’industrie et le flot considérable d’immigrants en provenance des zones rurales. La ville dont la croissance la plus rapide a été Ostrava, autrefois ville modeste, où un boom démographique a accompagné le développement du charbon et de l’acier. La figure 3 montre l’augmentation du poids relatif des quatre grandes villes dans la population vivant sur le territoire de l’actuelle République tchèque.

Figure 2. Évolution de la population dans les territoires des villes-centres des aires métropolitaines, 1869-2001

Figure 2. Évolution de la population dans les territoires des villes-centres des aires métropolitaines, 1869-2001

Note : Les données de la période 1869-1970 se réfèrent au territoire des municipalités au 1er janvier 1972. Les données de 1980-2001 concernent le territoire des municipalités aux recensements correspondants.

Source : Recensement de la population, Bureau tchèque (tchécoslovaque) des Statistiques, Lexique rétrospectif des municipalités.

Figure 3. Proportion de la population habitant l’une des quatre plus grandes villes, 1869-2001

Figure 3. Proportion de la population habitant l’une des quatre plus grandes villes, 1869-2001

Source : Recensements de la population, Bureau tchèque (tchécoslovaque) des Statistiques, Lexique rétrospectif des municipalités.

8La part de ces villes dans la population totale a augmenté régulièrement entre 1869 et 1930, car la croissance de leur population dépasse largement celle du reste du pays. Cette hausse était cependant davantage une conséquence des années de guerre et d’après-guerre, marquées par de nombreux décès et l’expulsion de la minorité allemande du territoire, que le résultat de la seule croissance métropolitaine. À l’époque communiste, les villes qui grandissent le plus rapidement sont Ostrava et Pilsen, centres d’industrie lourde.

9Par rapport cependant à l’avant-guerre, cette croissance relative des aires métropolitaines a ralenti et s’est stabilisée pendant la période communiste.

Le processus de suburbanisation en République tchèque

10Les premiers signes de suburbanisation dans les territoires tchèques sont déjà décrits dans l’entre-deux-guerres. Exploitant le recensement de 1930, Moschelesová (1937) utilise les données relatives au nombre d’employées de maison pour 100 foyers et au nombre de travailleurs pour 100 actifs afin de proposer une typologie des quartiers de Prague. Son analyse révéle le caractère concentrique de la polarisation sociale de la ville, avec un centre riche et des quartiers périphériques ouvriers plus pauvres. La seule exception à cette règle est le développement de quelques cités-jardins suburbaines construites en dehors des limites administratives de la ville au cours des années 20 et 30 (Ryšavý, Link et Velíšková, 1994). Cependant, la construction de ces zones d’habitation ne suit que partiellement le modèle de suburbanisation nord-américain. Elle est limitée à la fois socialement et spatialement. Des banlieues de ce type émergent presque exclusivement à l’intérieur de quelques couloirs autour des principales voies ferrées. Socialement, elles se limitent aux habitants les plus riches, et en aucun cas ne deviennent la norme pour la classe moyenne. Par ailleurs, le désir de la classe moyenne d’échapper à un environnement urbain congestionné pour profiter de la beauté de la nature autour des villes est satisfait par le développement de « maisons de vacances » et de chalets qui sont construits en masse sur de petites parcelles bon marché plus éloignées du centre des villes. Ces résidences secondaires sont généralement situées en deçà de la distance de trajet hebdomadaire lié au travail dans les grandes villes, et servent de lieux de week-end et de vacances, mais non de résidences permanentes. À une échelle plus réduite, des évolutions semblables caractérisent d’autres grandes villes durant la même période de l’entre-deux-guerres.

11La Seconde Guerre mondiale transforme complètement la physionomie des grandes villes. Les courbes antérieures d’immigration vers les villes s’inversent, ce qui, combiné au le déclin du taux de naissances, engendre une baisse de leur population. La minorité juive est presqu’entièrement exterminée par les nazis, alors que la majorité des Allemands est contrainte de quitter le pays après la guerre. Bien que les villes tchèques soient été relativement moins endommagées par la guerre que bien d’autres en Europe, des dizaines de milliers d’appartements sont tout de même endommagés ou détruits. La construction de logements s’étant pratiquement arrêtée pendant et juste après la guerre (Ourednícek, 2002), il s’ensuit une forte pénurie de logements. La population des plus grandes villes décline et deveint presque complètement homogène sur le plan ethnique. À long terme cependant, la mise en place du gouvernement communiste après le coup d’état de 1948 influençe l’évolution des villes encore plus profondément que la guerre. La politique de réduction des différences conduite par les gouvernements communistes favorise le développement de petites ou moyennes villes érigées en chefs-lieux de districts administratifs (Hampl et Kuhnl, 1993), tout en contenant d’une manière artificielle le potentiel de développement de plusieurs grandes villes telle Prague. La suburbanisation classique de type nord-américain ne peut donc pas apparaître à l’époque communiste. La construction de maisons individuelles n’y est pas encouragée, alors que les urbanistes favorisent la construction d’immeubles à plusieurs étages et une densité de population plus élevée dans les zones nouvellement construites. À la périphérie des villes-centres, les communes défavorisées manquant à la fois d’infrastructures et de prestige social n’attirent pas la classe aisée. L’État fournit des terrains à bâtir à un prix qui est le même sur tout le territoire de la ville. Les ménages riches qui veulent bâtir une maison individuelle cherchent naturellement à acquérir un terrain dans les quartiers les plus prestigieux, comme les quartiers de type villas d’avant-guerre ou les zones adjacentes. Bien que Ryšavý, Link, et Velíšková (1994) aient souligné que, sous le communisme, la croissance de la population à la périphérie des grandes villes était en général plus soutenue que dans la plupart des villes-centres, cette croissance se limite en réalité à un nombre restreint de plus petites villes qui recevaient d’importants investissements industriels et dont la population augmente essentiellement grâce à un taux de naissances plus élevé et à l’immigration en provenance des villages agricoles environnants. Ouředníček (2002) assimile ce type de développement à la poursuite d’une urbanisation, et non à une suburbanisation, faute de flux migratoires importants des villes-centres vers des zones d’habitation suburbaines. Vers la fin de l’époque communiste, les régions métropolitaines tchèques sont largement homogénéisées, sur un plan tant social qu’ethnique, par rapport aux autres métropoles occidentales. Les villes-centres se retrouvent en piètre état, et les municipalités de la périphérie sont en général sous-développées.

12La chute du régime communiste est suivie de nombreux changements radicaux dans la société tchèque. Le rétablissement d’une économie de marché se fait en plusieurs étapes cruciales pour l’évolution des métropoles : l’abandon de la construction par l’État de logements locatifs, la libéralisation des prix de l’immobilier et des terrains, la restitution d’immeubles locatifs anciens à leurs propriétaires, la privatisation de tous les locaux de commerce et de la majorité des entreprises industrielles. En conséquence, les coûts des logements augmentent en général à une vitesse dépassant le niveau général d’inflation. La réintroduction d’une évaluation des terrains selon les règles du marché entraîne également des différences considérables des valeurs foncières, à la fois entre les régions de la République tchèque (Kostelecký, 2000) et à l’intérieur des aires métropolitaines et de leurs villes-centres (Ouředníček, 2002). Comme les prix des terrains à bâtir disponibles dans les endroits les plus attrayants des villes (surtout dans les centres-villes, les parties résidentielles peuplées avant-guerre par la classe moyenne et les quartiers de villas proches du centre) montent en flèche, une forte pression économique apparait, visant à convertir le stock résidentiel existant en centre-ville en locaux commerciaux et en bureaux (Enyedi, 1998 ; Matlovič et al., 2002). Alors que le code de la construction en vigueur limite la liberté des propriétaires d’immeubles de transformer des appartements en bureaux ou en boutiques, de telles transformations sont réalisées en dépit des réglementations. Les résultats du recensement de 2001 montrent que le nombre d’unités de logement dans les parties centrales des grandes villes est en général en baisse.

13Les changements économiques s’accompagnent d’un changement assez radical de comportement démographique. Le taux de fertilité totale déjà très faible tombe en quelques années à des niveaux très bas, comparables à seulement quelques pays dans le monde. La population de la République tchèque commençe par conséquent à décliner, car le taux des décès dépasse celui des naissances. Jusqu’à un certain point, cela est compensé par l’immigration croissante d’étrangers, permettant une stagnation du nombre total de personnes résidant sur le territoire national. L’évolution de la population des aires métropolitaines suit globalement cette tendance générale de stagnation/déclin de la population. Mais un changement s’opère progressivement à l’intérieur des zones métropolitaines. Alors que les villes-centres subissent une perte de population causée à la fois par le déclin démographique général et par une migration vers la périphérie, les banlieues, qui pendant des décennies avaient été plutôt négligées par les urbanistes communistes, deviennent de plus en plus attrayantes pour les « nouveaux riches » et par la suite également pour la classe moyenne supérieure (tableau 1). Les migrants des villes-centres privilégient dans leurs choix de localisation de petites localités conjuguant un paysage attrayant et la proximité par rapport à la grande ville.

Tableau 1. Évolution de la population dans les aires métropolitaines, villes-centres, banlieues, 1980-2001

Aire métropolitaine

Population

Évolution (%)

Densité de population (km2)

1980

1991

2001

1980-1991

1991-2001

Prague

Ville-centre

1 182 186

1 214 174

1 169 106

2,7

-3,7

2 357

Première couronne

114 548

108 417

118 084

- 5,4

8,9

157

Deuxième couronne

50 870

53 854

55 989

5,9

4,0

103

Total

1 347 604

1 376 445

1 343 179

2,1

- 2,4

751

Pilsen

Ville-centre

170 701

173 008

165 259

1,4

- 4,5

1 322

Première couronne

47 400

43 469

44 537

- 8,3

2,5

98

Deuxième couronne

21 446

23 254

23 894

8,4

2,8

56

Total

239 547

239 731

233 690

0,1

- 2,5

232

Brno

Ville-centre

371 463

388 296

376 172

4,5

- 3,1

1 636

Première couronne

100 600

97 552

99 890

- 3,0

2,4

134

Deuxième couronne

39 279

38 118

38 807

- 3,0

1,8

93

Total

511 342

523 966

514 869

2,5

- 1,7

370

Ostrava

Ville-centre

322 073

327 371

316 744

1,6

- 3,2

1 480

Première couronne

65 059

64 539

64 978

- 0,8

0,7

225

Deuxième couronne

293 719

294 950

290 225

0,4

- 1,6

764

Total

680 851

686 860

671 947

0,9

- 2,2

761

Source : Recensements de la population, Bureau tchèque (tchécoslovaque) des Statistiques.

14La suburbanisation a toujours été liée à la construction de maisons individuelles, à la baisse de densité de population, et à l’utilisation de véhicules privés au lieu des transports en commun. Une telle évolution s’est amorcée en République tchèque dans les années 90, bien que l’ampleur de ce processus soit encore modérée. Plusieurs travaux de recherche sur les préférences résidentielles montrent que la maison individuelle est considérée comme le type idéal de logement par la majorité de la population (Lux et al., 2002), mais le boom potentiel de la construction de maisons individuelles est largement limité par le faible pouvoir d’achat des ménages des classes moyennes et par les coûts élevés du foncier (Lux et al., 2002). La proportion de maisons individuelles dans l’ensemble des logements nouvellement construits augmente rapidement (Anderle, 1999), en particulier dans les zones proches des villes-centres des aires métropolitaines. En termes absolus, le nombre de personnes migrant vers les banlieues demeure certes encore limité et ne bouleverse pas la concentration de la population des métropoles dans les villes-centres. Mais l’utilisation de véhicules privés pour le transport personnel entre les banlieues et les villes-centres, et à l’intérieur des villes-centres rapidement augmente dans les années 90. Les voitures de luxe sont un symbole de statut pour les riches, tandis que l’acquisition de voitures d’occasion bon marché est devenue fonctionnelle notamment pour les consommateurs qui se rendent régulièrement dans les grands hypermarchés et centres commerciaux fleurissant en périphérie de toutes les grandes villes. Malgré la baisse du nombre de passagers, les transports en commun demeurent tout de même dans les métropoles une alternative bien développée et plutôt efficace aux transports individuels, en particulier dans les quartiers centraux et compacts des villes-centres.

La fragmentation géopolitique des aires métropolitaines

15À l’époque communiste, la solution la plus courante aux problèmes liés au gouvernement des métropoles consiste à agrandir les villes-centres. C’est une décision relativement facile à prendre pour les fonctionnaires, car les habitants des petites municipalités fusionnées ne pouvaient ni s’opposer ni même protester. Le changement de régime donne aux habitants des municipalités autrefois indépendantes une chance de restaurer l’autonomie de leur commune. Pradoxalement, la vague intensive de scissions municipales de 1990-1991 n’affecte pas les métropoles. Pas un seul arrondissement de Prague, Brno, Pilsen ou Ostrava ne devient une municipalité indépendante. Ces grandes villes établissent plutôt une structure de gouvernement local à deux niveaux, avec un « administration municipale centrale » chargée des finances et des décisions stratégiques les plus importantes concernant l’ensemble de la ville, et les « services municipaux locaux » responsables de la plupart des besoins quotidiens des citoyens. Ces administrations municipales, centrales comme locales, sont dotées d’un conseil élu, d’un maire et de services. Ainsi, chaque citoyen d’une métropole vote deux fois aux élections municipales, pour l’assemblée municipale et pour le conseil d’arrondissement. En droit, les instances inframunicipales dépendent de l’administration centrale, mais elles parviennent à concentrer de fait un pouvoir non négligeable. Cet arrangement apaise le désir d’indépendance des quartiers, et laisse la capacité de décision stratégique entre les mains des gouvernements municipaux centraux.

16Cependant, l’existence d’un gouvernement municipal à deux niveaux dans les villes-centres complique quelque peu l’analyse du degré de fragmentation politique dans les aires métropolitaines tchèques. Pour les chercheurs, le problème le plus important est que la plupart des données statistiques sont organisées et disponibles au niveau municipal et non inframunicipal. Or le « processus de suburbanisation » se déroule à l’intérieur des limites administratives des villes-centres. Ces difficultés méthodologiques ont été rencontrées dans l’analyse des politiques du logement suburbain. Des spécialistes des phénomènes de suburbanisation en République tchèque observent qu’un assez grand nombre de maisons individuelles datant des années 90 ont été construites à l’intérieur des limites administratives des villes-centres (Anderle, 1999), mais dans les quartiers extérieurs (Ptáček, 1997 ; Korner, 2001 ; Horáková, 2001 ; Mulíček et Olsová, 2002). Cette « suburbanisation intérieure » est une évolution intéressante qui combine des caractéristiques du modèle nord-américain avec le contexte spécifique des aires métropolitaines tchèques. Elle s’accompagne d’une montée de la ségrégation sociale à l’intérieur de la ville-centre, parallèlement à une suburbanisation du mode de vie. Par contre les problèmes de partage des ressources financières ne se posent évidemment pas dans les mêmes termes que dans une métropole pluricommunale. Quant à la question de la fragmentation territoriale, elle n’a encore émergé, mais pourrait apparaître le jour où des quartiers extérieurs aisés tenteront de se séparer de la ville-centre.

17Afin de mesurer le niveau de fragmentation géopolitique dans les aires métropolitaines de la République tchèque nous avons utilisé un ensemble d’indicateurs qui permettent d’établir des comparaisons avec la situation dans d’autres pays (tableau 2).

Tableau 2. La fragmentation géopolitique des aires métropolitaines, 2001

Aire métropolitaine

Prague

Pilsen

Brno

Ostrava

Population totale

1 343 179

233 690

514 869

671 947

Nombre de municipalités

195

82

133

54

Nombre de municipalités pour 100 000 habitants

15

35

26

8

Part de la ville-centre dans la population totale (%)

87

71

73

47

Part de la ville-centre dans la superficie totale (%)

28

12

17

24

Indice Zeigler-Brunn de fragmentation politique

1,7

5,0

3,5

1,7

Source : Calculs basés sur le Recensement de la population de 2001, Bureau tchèque des Statistiques.

18Les métropoles tchèques semblent être très fragmentées si l’on tient compte seulement du nombre de municipalités. Pour Prague il est de 15 pour 100 000 habitants, ce qui est comparable à Paris et dépasse le niveau atteint dans la plupart des aires métropolitaines américaines. Ce chiffre est beaucoup plus élevé dans les aires métropolitaines de Brno (26) et de Pilsen (35), en raison de la petite taille de la population de leurs villes-centres, et se situe au-dessus de la valeur médiane des aires métropolitaines françaises (25). La seule aire métropolitaine dont le nombre de municipalités soit relativement faible est celle d’Ostrava.

19Les autres indicateurs présentés dans le tableau ne reflètent pas un niveau élevé de fragmentation politique métropolitaine. En général, les villes-centres dominent leurs régions métropolitaines. Plus de 70 % des habitants des régions métropolitaines de Brno et de Pilsen habitent au centre. Dans le cas de Prague, ce nombre atteint presque 90 % ! Ostrava est la seule aire métropolitaine où la population de la ville-centre soit inférieure à celle de la banlieue. Mais la périphérie d’Ostrava apparaît davantage comme le produit de l’industrialisation et du développement des mines de charbon au début du xxe siècle que de la suburbanisation de l’habitat. En ce sens, les aires métropolitaines sont moins fragmentées en République tchèque qu’aux États-Unis ou en France. Le faible niveau de fragmentation géopolitique est également illustré par l’indice Zeigler-Brunn mettant en relation le nombre de municipalités pour 10 000 habitants et la part de population de la ville-centre par rapport à celle de la métropole. Les valeurs de cet indice sont très basses pour les aires métropolitaines de Prague et d’Ostrava (moins de 2). Cette situation est due, dans le premier cas, au poids démographique extrêmement important de la ville-centre de Prague et, dans le second, au nombre limité de municipalités. L’indice Zeigler-Brunn est certes plus élevé pour les métropoles de Brno et de Pilsen, mais encore bien éloigné des valeurs atteintes en France ou aux États-Unis.

La polarisation économique et sociale des métropoles

20Même si la politique égalitaire menée par les communistes pendant plus de 40 ans n’a pas créé une « société sans classes » au sens de Marx, elle a réellement réduit les inégalités économiques et sociales à un niveau à peine comparable à la plupart des sociétés occidentales. La politique communiste du logement – c’est-à-dire le contrôle total des loyers, la construction massive par l’État d’appartements de location « de qualité unifiée » et la limitation draconienne de l’accès à la propriété individuelle – a contribué au déclin de la polarisation sociospatiale dans les aires métropolitaines. La chute du communisme et la réintroduction des principes de marché ont abouti à une montée des inégalités sociales. Cette évolution a cependant été relativement lente en République tchèque, car les gouvernements de réforme postcommunistes ont évité la mise en œuvre de politiques susceptibles de provoquer des changements sociaux radicaux. L’un des obstacles les plus importants à l’accentuation de la polarisation sociospatiale dans les aires métropolitaines a été la réglementation relativement stricte des loyers qui a été maintenue par les gouvernements postcommunistes, qu’ils soient de droite ou de gauche. Les caractéristiques des structures sociospatiales des métropoles tchèques sont donc restées finalement plus proches de celles de la période communiste que des formes de polarisation des métropoles américaines (tableau 3).

21Ce tableau montre clairement l’absence d’une réelle polarisation sociale entre les villes-centres et leurs banlieues. Le chômage est un peu plus élevé dans les villes-centres que dans les banlieues des aires métropolitaines de Pilsen et de Brno, mais ce n’est pas le cas dans les deux autres métropoles. La pénurie de logements telle qu’elle est mesurée par le nombre moyen de personnes par pièce d’habitation est plus développée dans les villes-centres, mais cette différence s’explique par le fait que la plupart des banlieues ne comptent pas de grands complexes de logements, avec des appartements plus petits, construits sous le communisme. Cette différence ne résulte donc pas d’un processus de suburbanisation. La proportion de familles pauvres est également un peu plus élevée dans les villes-centres que dans les banlieues, mais l’on ne constate de différence substantielle que dans la métropole d’Ostrava. Par ailleurs, la population des villes-centres a en général un niveau d’instruction, de revenu et de statut social plus favorable que celle des banlieues. La proportion de personnes dépendantes y est enfin sensiblement la même.

Tableau 3. Indicateurs sélectionnés de polarisation sociale entre les villes-centres et banlieues des aires métropolitaines tchèques, 2001

Taux de chômage

Etudes supérieures

Personnes par pièces

Moins de 12 années de scolarité

Dépendants <15>65

Familles pauvres*

(%)

(%)

Prague

Ville-centre

5,4

20,2

1,00

46,6

35,5

2,0

Banlieue

5,1

10,7

0,87

64,9

36,5

1,4

Pilsen

Ville-centre

8,1

13,5

0,99

56,1

35,4

3,3

Banlieue

5,8

6,4

0,93

73,4

36,9

2,7

Brno

Ville-centre

9,1

19,4

1,00

51,1

36,4

4,8

Banlieue

7,1

7,3

0,93

73,3

37,9

3,8

Ostrava

Ville-centre

17,3

11,4

1,01

65,4

35,5

9,0

Banlieue

17,4

7,2

1,00

72,7

36,3

2,3

* Les familles pauvres ont été définies comme des familles ayant des revenus inférieurs à 1,2 fois le minimum officiel de subsistance.
Source : Calculs basés sur le recensement de 2001 (Bureau tchèque des Statistiques), statistiques du travail 2001 (ministère du Travail).

  • 1 Dans certaines villes tchèques, surtout celles de la région industrielle du Nord-Ouest de la Bohême (...)

22En ce qui concerne les disparités à l’intérieur des villes-centres, le niveau d’inégalités sociospatiales est encore assez bas. Bien que les modes de migration aient été socialement déterminés au cours de la période postcommuniste, alors que les prix élevés des appartements privés ou en coopérative et des loyers élevés empêchent les familles plus pauvres de s’installer dans les parties favorisées des centres-villes, la majorité absolue des appartements reste locative, avec des loyers généralement toujours réglementés. Ainsi, même si les quartiers de centre-ville connaissent un certain embourgeoisement, les habitants qui vivaient déjà dans ces zones embourgeoisées avant 1989 représentent encore la majorité, ou du moins une partie substantielle, de la population locale. La composition sociodémographique de ces quartiers est donc diversifiée tant par l’âge que par le statut social, le niveau d’éducation ou de revenu. La migration vers de nouveaux immeubles collectifs à l’intérieur de la ville-centre a été aussi plus sélective sur le plan social, puisque réservée presque exclusivement aux familles plus jeunes, dotées d’un niveau d’instruction et de revenu plus élevé (Kostelecký et Lux, 2003). Cependant, ces flux migratoires n’ont pas fondamentalement changé les structures sociales de ces quartiers, puisque le nombre d’appartements neufs reste relativement faible. De même, le maintien de la réglementation des loyers a empêché jusqu’à présent la ségrégation spatiale des pauvres, et l’apparition de quartiers de ségrégation ethnique à une plus grande échelle1. L’encadrement des loyers contribue en effet à limiter la mobilité intra-urbaine. Les familles occupant des appartements de location au loyer réglementé n’ont pas intérêt à déménager, car toute migration pourrait se solder par une augmentation conséquente de leurs frais de logement De plus, il est assez difficile à ces locataires de déménager car il risquent de perdre un statut social avantageux. Même les lotissements préfabriqués construits à l’époque communiste sont considérés comme des logements ordinaires. Les différences sociales entre quartiers des villes-centres demeurent encore assez réduites.

Les conséquences politiques de la suburbanisation

23Dans quelle mesure les évolutions des métropoles tchèques conditionnent-elles les comportements politiques des citoyens ? Il n’existe pratiquement pas de travaux scientifiques sur cette question. Les analyses publiées sur le comportement électoral en République tchèque (pour une vue d’ensemble voir Kostelecký, 2002) portent très rarement sur des municipalités. Daněk (1993) s’est intéressé aux élections législatives en explorant les relations entre orientation politique et conscience ethnique en Moravie du Sud. Il a ultérieurement mené une étude exhaustive du comportement politique dans les régions frontalières (Daněk, 2002), en soulignant les différences entre les territoires autrefois dominés par la population allemande et habités par de nouveaux immigrants après 1946, et les régions à population stable. Kostelecký (1993) a analysé les résultats des élections législatives de 1990 dans les communes de plus de 5 000 habitants, en montrant l’importance de la taille de la population et de la localisation géographique comme facteurs d’influence du comportement électoral. Les habitants des grandes villes ont tendance à voter pour des partis plus orientés à droite et à participer moins aux élections, alors que les habitants de plus petites municipalités sont plus orientés à gauche et y participent davantage. Mais l’impact de l’appartenance régionale s’avère encore plus déterminant que la dimension démographique.

24Les résultats électoraux dans 548 municipalités situées dans des districts représentant différents types d’environnement politique ont également été analysés, confirmant les conclusions précédentes. Les différences régionales s’avérent plus importantes que la taille de la population des municipalités, qui ont tendance à être politiquement plus semblables aux localités situées sur le même territoire qu’à celles qui leur étaient structurellement et fonctionnellement comparables, mais situées dans d’autres régions. On doit cependant indiquer que ces résultats électoraux concernent le début du postcommunisme, une époque caractérisée par une différenciation sociale assez faible et un électorant ayant encore peu d’expérience des procédures démocratiques et des conséquences négatives des réformes économiques. Kostelecký et Kroupa (1996) et Kostelecký (1996) ont étudié les résultats des élections locales en 1990 et 1994. Leurs recherches montrent que la taille de la population des municipalités est un facteur important qui affecte le comportement politique des citoyens lors des élections locales : en général, plus la commune est grande, plus le taux de participation est faible, et plus la tendance à voter pour des partis de droite y est forte. Les partis sont généralement absents de ces scrutins locaux dans les petites communes, où ils ne comptent guère de membres actifs.

25Les conséquences politiques possibles de l’évolution des métropoles au cours de la dernière décennie, c’est-à-dire les effets du processus émergent de suburbanisation, n’ont pas encore fait l’objet d’études spécifiques. Nous avons entrepris une telle analyse à partir de données électorales parlementaires et municipales provenant du Bureau tchèque des Statistiques. La figure ci-dessous illustre l’évolution de la participation aux élections locales dans la période postcommuniste.

26Il apparaît clairement dans la figure 4 que le niveau général de participation électorale a considérablement baissé dans les 4 aires métropolitaines observées au cours des 12 années qui ont suivi le changement de régime. De ce point de vue, les métropoles ne se sont cependant pas différenciées des tendances nationales. En moyenne, la participation dans les villes-centres a eu tendance à être inférieure à celle des banlieues. Cela correspond aux observations traditionnellement faites en République tchèque : la participation électorale dans les petites communes a toujours été plus élevée que dans les grandes. Ce constat pourrait aussi expliquer que le taux moyen de participation dans la banlieue d’Ostrava soit plus faible que dans la périphérie des 3 autres métropoles. Le processus émergent de suburbanisation ne semble pas avoir modifié les caractéristiques traditionnelles de participation. Une analyse plus approfondie des données des banlieues révèle que la participation ne dépend pas du rythme de leur croissance démographique. En d’autres termes, les municipalités suburbaines à croissance rapide, enregistrant une forte proportion de migrants des villes-centres appartenant à la classe moyenne supérieure, présentent le même niveau de participation politique que les autres communes de même taille. La suburbanisation ne semble pas influencer la participation électorale en République tchèque. Une analyse par communes de la participation aux élections législatives produit d’ailleurs des résultats comparables ; seul l’écart entre la participation des villes-centres et des banlieues s’avère plus réduit.

Figure 4. La participation aux élections locales dans les aires métropolitaines, 1990-2002, en %

Figure 4. La participation aux élections locales dans les aires métropolitaines, 1990-2002, en %

Source : Calculs basés sur les données du Bureau tchèque des Statistiques.

  • 2 Il s'agit des suffrages en faveur du parti le plus fortement orienté à droite, le Parti démocratiqu (...)

27La figure 5 présente les résultats du vote conservateur2. La forme des courbes épouse globalement les fluctuations nationales de la popularité des conservateurs, et les différences entre les aires métropolitaines reflètent les différenciations régionales de long terme. Les citoyens des villes-centres ont tendance à voter plus conservateur que ceux des banlieues. Cela correspond à un niveau d’instruction et de statut social plus élevé. Mais, dans le cas de Prague, où la suburbanisation est plus accentuée, on distingue nettement une évolution de plus en plus conservatrice de l’électorat des banlieues, notamment de celles dont la population augmente le plus vite.

28Les immigrants de la classe moyenne supérieure en provenance des villes-centres constituent en effet une proportion croissante de ces banlieues. Ce sont également les électeurs des banlieues qui tendent à soutenir de manière privilégiée les candidats indépendants (plus de 50 % de suffrages pour les indépendants en moyenne au lieu de 10 % dans les villes-centres). Cependant, cette différence s’explique en grande partie par la taille de la population des municipalités, car l’équation « plus la municipalité est petite, plus le soutien aux candidats indépendants sera large » est caractéristique de la société tchèque postcommuniste. Mais on observe aussi que le soutien aux indépendants est systématiquement plus fort dans la population des banlieues à forte proportion d’immigrants. La suburbanisation en République tchèque favorise par conséquent une évolution progressivement plus conservatrice des banlieues, et une baisse du soutien aux partis établis. L’ampleur du mouvement de suburbanisation étant encore assez limitée, la structure traditionnelle de polarisation sociale et politique entre les villes-centres plus aisées et conservatrices, et la périphérie moins favorisée et plus à gauche, n’a néanmoins pas encore été fondamentalement bouleversée.

Figure 5. Le vote conservateur aux élections législatives dans les aires métropolitaines, 1990-2002, en %

Figure 5. Le vote conservateur aux élections législatives dans les aires métropolitaines, 1990-2002, en %

Source : Calculs basés les données du Bureau tchèque des Statistiques.

Notes

1 Dans certaines villes tchèques, surtout celles de la région industrielle du Nord-Ouest de la Bohême, des formes embryonnaires de quartiers ont fait leur apparition, qui pourraient évoluer vers des concentrations plus importantes de Tziganes pauvres. La formation de ce type de quartiers résulte de décisions de conseils municipaux transférant des habitants n'ayant pas payé leur loyer (dont une forte proportion de Tziganes) vers des appartements municipaux de qualité inférieure, concentrés dans un seul quartier. Il n'existe pas jusqu'à présent de tels quartiers dans les 4 villes métropoles.

2 Il s'agit des suffrages en faveur du parti le plus fortement orienté à droite, le Parti démocratique civique.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Taille de la population des municipalités, 1991
Légende Source : Illner, 1998.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 2. Évolution de la population dans les territoires des villes-centres des aires métropolitaines, 1869-2001
Légende Note : Les données de la période 1869-1970 se réfèrent au territoire des municipalités au 1er janvier 1972. Les données de 1980-2001 concernent le territoire des municipalités aux recensements correspondants.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9460/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 3. Proportion de la population habitant l’une des quatre plus grandes villes, 1869-2001
Légende Source : Recensements de la population, Bureau tchèque (tchécoslovaque) des Statistiques, Lexique rétrospectif des municipalités.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9460/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 4. La participation aux élections locales dans les aires métropolitaines, 1990-2002, en %
Légende Source : Calculs basés sur les données du Bureau tchèque des Statistiques.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9460/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 5. Le vote conservateur aux élections législatives dans les aires métropolitaines, 1990-2002, en %
Légende Source : Calculs basés les données du Bureau tchèque des Statistiques.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9460/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site