Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique et métropole

 | 
Vincent Hoffmann-Martinot
, 
Jefferey Sellers

Chapitre 6. L’émergence du fait métropolitain en Espagne

Carlos Alba et Carmen Navarro

Texte intégral

Les auteurs remercient Jose Luis Nicolás, Sonsoles González et Pablo Fidalgo (Direction générale de l’urbanisme et de la politique foncière, ministère du Logement) de leur avoir apporté une aide précieuse en leur fournissant les données et les cartes utiles à cette étude. Ce travail de recherche a également été rendu possible grâce à l’aide financière de l’Action intégrée HF2002-074.

1Les deux tiers des Espagnols vivent aujourd’hui dans des communes urbaines, 40 % dans des villes de plus de 100 000 habitants et 54,6 % dans une aire métropolitaine.

2La transition d’une économie agricole à l’industrialisation et à la vie urbaine a commencé beaucoup plus tardivement que dans le reste de l’Europe et elle s’est déroulée durant presque le xxe siècle. En 1960, la moitié de la population vivait encore dans des municipalités de moins de 20 000 habitants. Les villes espagnoles ont ensuite connu la période de développement la plus rapide de leur histoire, avec une croissance considérable de population au cours des années 1960-1970, qui s’est ralentie depuis 1975.

3C’est en 1959 – avec les possibilités offertes par la situation internationale et l’échec des politiques économiques autarciques maintenues jusque-là par le régime franquiste – qu’une série d’actions permettant la transformation des structures productives et urbaines du pays ont été menées. Ces politiques nouvelles ont surtout induit une industrialisation accélérée. Mais comme les infrastructures existantes et la tradition industrielle dans la majeure partie du territoire étaient très faibles, ce développement a été très polarisé. Les investissements ont eu tendance à se concentrer sur un nombre limité de régions urbaines. D’intenses mouvements migratoires d’une partie importante de la population espagnole originaire de régions rurales se sont orientés vers ces quelques régions.

4Ainsi, entre 1960 et 1975, les 5 principales villes espagnoles (Madrid, Barcelone, Valence, Séville et Bilbao) ont enregistré de très importants apports de population. Madrid, qui était déjà la plus grande du pays, est passée, avec son aire métropolitaine, de 2,3 à 4 millions d’habitants, soit une augmentation de 76 %. L’expansion de la population a été tout aussi spectaculaire dans les aires métropolitaines de Barcelone (59,1 %) Valence (55,4 %) Bilbao (60 %) et (dans une proportion moindre, mais au dessus de la moyenne nationale) Séville (26 %) (Nel-Lol, 2001).

5Cette croissance a été caractérisée par une importante carence en planification et en investissements publics due à son rythme très rapide et à l’absence de mécanismes démocratiques à cette époque. Les premières banlieues qui se sont développées alors autour des grandes villes manquaient cruellement d’équipements et de services.

6Au milieu des années 70, l’économie espagnole a connu comme le reste de l’Europe un processus d’adaptation structurelle important, qui allait entraîner la disparition de certains secteurs industriels et la montée du secteur tertiaire. Cette évolution s’est accompagnée d’un ralentissement de la croissance démographique dans les grandes agglomérations urbaines, résultant notamment du fléchissement des mouvements migratoires vers les aires métropolitaines, du contexte de crise économique, des changements de modes de vie, et d’une moindre concentration territoriale des processus de production (Castañer et Boix, 2002). L’urbanisation s’est ralentie à partir des années 80 et est devenue plus diffuse.

7Depuis une dizaine d’années, l’Espagne connaît par ailleurs, là encore plus tardivement que d’autres pays européens, une immigration relativement massive, provenant essentiellement d’Amérique latine et d’Afrique du Nord.

  • 1 Cette augmentation a été encore plus forte dans les quatre dernières années : alors qu’en 1996-2000 (...)

8La population est passée de 39,7 millions d’habitants en 1996 à plus de 43 millions en 2004, dont 2,5 millions d’étrangers qui sont arrivés sur le territoire espagnol au cours des sept dernières années1. La population immigrée tend à se concentrer dans les aires métropolitaines, qui constituent les principaux centres économiques et de production du pays. L’impact de l’immigration en Espagne est un phénomène majeur pour l’analyse duquel on manque malheureusement de données sociodémographiques fiables.

Définition des aires métropolitaines

9Contrairement à un certain nombre de pays étudiés par l’Observatoire international des métropoles (OIM), il n’existe pas en Espagne de définition officielle standard des aires métropolitaines. Les « zones métropolitaines » sont bien mentionnées dans la Constitution de 1978, mais elles ne correspondent pas à une définition fonctionnelle reposant notamment sur le critère des migrations alternantes. Celles-ci ne sont mesurées systématiquement et de manière précise que depuis le recensement de 2001.

10Comme les autres pays européens influencés par le modèle napoléonien d’administration territoriale, l’Espagne a longtemps été caractérisée par un système de gouvernement local essentiellement uniforme. L’absence d’autonomie locale et le traitement identique des unités municipales au mépris de leurs spécificités étaient la règle. Durant la période démocratique de la Seconde République (1931-1936), quelques experts ont évoqué les particularités de Madrid, à propos de sa taille et de son statut de capitale, et aussi de Barcelone. Mais c’est seulement en 1944 que le gouvernement a créé le Grand Madrid. Cet intérêt nouveau pour la zone métropolitaine madrilène a été suivi de réglementations appliquées à Valence (1949), Bilbao (1946), et Barcelone (carte 1). Ces textes ont été mis en œuvre dans le but de favoriser une planification urbaine plus efficace et de promouvoir une fusion des unités de petite taille. En 1957, des lois ont été adoptées établissant un régime particulier pour Madrid et Barcelone. Ces mesures étaient davantage une réponse aux défis créés dans les municipalités soumises à une croissance anarchique qu’elles ne traduisaient un réel souci pour les questions métropolitaines ou supramunicipales. Les dispositions particulières à l’égard de Barcelone (1960) ou de Madrid (1963) ont marqué le début d’une nouvelle phase dans le processus régulateur encore inachevé de mise en œuvre de systèmes municipaux spécifiques pour ces villes et leurs zones métropolitaines respectives.

Carte 1. L’Espagne et ses aires métropolitaines

Carte 1. L’Espagne et ses aires métropolitaines

Source : Direction générale de l’urbanisme, ministère du Logement.

11Pour mieux comprendre leurs nouvelles structures institutionnelles, il convient de souligner que le gouvernement, à cette époque, souhaitait d’abord renforcer l’encadrement administratif, notamment vis-à-vis des « corps représentatifs » (assemblées locales non démocratiques). Le maire devenait une sorte de manager et tout l’appareil institutionnel était structuré autour de comités exécutifs, d’autorités de district, de conseils techniques et de nouveaux systèmes d’encadrement et de planification. Dès le début des années 40, la régulation supramunicipale était assurée par plusieurs corps administratifs et techniques, sous le contrôle autoritaire du gouvernement central. Le Grand Madrid, le Grand Valence et le Grand Bilbao ont été créés selon ces principes. Ces corps – dans le secteur notamment de la planification urbaine –, ainsi que des organismes spécifiques (comme pour la gestion du Canal Isabel II d’approvisionnement en eau de Madrid ou bien les autorités de transport métropolitain pour les services de transport), ont été des acteurs précurseurs de ce que nous appelons aujourd’hui la gouvernance métropolitaine (Barrero Rodríguez, 1993).

12Quelques années plus tard, la Constitution de 1978 a attribué aux nouveaux gouvernements régionaux, les Communautés autonomes, le pouvoir d’organiser et de gérer leur propre territoire, y compris en créant des « aires métropolitaines ». La législation a prévu la mise en place de structures institutionnelles pour unifier la planification et la coordination de services spécifiques et de politiques par des « réseaux intégrés de municipalités liées sur le plan économique et social au sein de grandes agglomérations urbaines » (art. 43 de de la loi 7/1985 sur le gouvernement local). L’existence de ces liens économiques et sociaux est laissée à l’appréciation des gouvernements régionaux. Comme on pouvait s’y attendre, ceux-ci n’ont pas montré d’enthousiasme excessif à l’idée de créer des institutions capables de s’opposer à leur pouvoir récent et en phase d’affirmation. Seules quelques-unes des 17 Communautés autonomes ont ainsi créé ces nouveaux types d’organisations supramunicipales (Barcelone et Valence) de manière très limitée et sectorielle (tels la distribution d’eau, le traitement des eaux usées, ou la coordination des transports publics). Les aires institutionnellement reconnues en Espagne ne correspondent par conséquent qu’à une partie seulement de la réalité métropolitaine du pays.

13Malgré la pénurie d’informations systématiques et la grande variété de dispositifs institutionnels, plusieurs études, conduites par des chercheurs universitaires ou par des administrations, peuvent nous aider à cerner la réalité des aires métropolitaines. Nous avons utilisé en particulier les travaux d’une équipe de l’Université polytechnique de Barcelone (Roca Cladera, 2001 ; 2004) qui porte sur les 7 aires les plus peuplées : Madrid, Barcelone, Valence, Séville, Bilbao, Malaga et Saragosse. Les autres analyses existantes ne concernent généralement qu’une région particulière ou quelques cas isolés (Castañer et al, 2000).

14Parmi les études ministérielles, le rapport sur les grandes villes publié par le ministère d’Administration publique (MAP, 2001) repose sur des critères de proximité spatiale entre municipalités, en incluant dans une aire métropolitaine l’ensemble des municipalités situées à une distance maximale de 35 km de la ville-centre, selon la définition appliquée à l’échelle européenne dans le rapport URBAN (Commission européenne, 2000). Cette approche a cependant été critiquée par plusieurs géographes qui lui ont reproché de ne pas tenir suffisamment compte du niveau élevé d’hétérogénéité et de la topographie spécifique du territoire espagnol.

  • 2 Les experts estiment que les trajets quotidiens domicile-travail ne permettent qu’imparfaitement de (...)

15Finalement, la tentative la plus cohérente de définition et de délimitation des aires métropolitaines espagnoles a été menée par la Direction générale du logement et de l’urbanisme, précédemment intégrée au ministère des Travaux publics et qui relève maintenant du ministère du Logement. Cet organisme a publié en 1998 l’Atlas statistique des aires urbaines en Espagne, mis à jour en 2000 et en 2004. L’objectif d’y rassembler une série d’indicateurs sociaux, économiques et démographiques concernant les grandes aires urbaines. Sur la base des informations provenant du recensement, les dimensions suivantes sont retenues pour les définir : la taille de la population de la ville-centre (plus de 50 000 habitants) et des communes environnantes (plus de 1 000), la densité de population, la dynamique démographique récente, la mobilité, le logement, les processus d’urbanisation et les réseaux de transports existants. Bien que cette définition ne retienne pas les migrations alternantes comme critère fondamental2, elle représente néanmoins à nos yeux l’approche la plus pertinente pour bâtir notre analyse.

16Selon cette définition, les analyses qui suivent portent par conséquent sur les 27 grandes zones urbaines de plus de 200 000 habitants, de Madrid (plus de 5 millions d’habitants) à Carthagène (200 000).

La dynamique métropolitaine : expansion, étalement urbain et spécialisation fonctionnelle

17La distribution de la population sur le territoire espagnol est profondément déterminée par le phénomène métropolitain. Comme la France, l’Espagne, avec plus de 8 100 municipalités, est territorialement très fragmentée. Mais sa population est loin d’être uniformément répartie entre toutes ces unités. Plus de 95 % des communes (celles qui comptent moins de 20 000 habitants) concentrent seulement 34 % de la population (tableau 1), alors que 40,5 % des Espagnols résident dans les grandes villes de plus de 100 000 habitants. Mais l’Espagne n’est pas seulement urbaine, elle est aussi métropolitaine puisque 56,4 % de sa population vit dans les aires métropolitaines de plus de 200 000 habitants.

Tableau 1. Taille et population des municipalités, 2002

% de municipalités

Taille (habitant)

Population

% de population

95,95

0/5 000

6 114 592

14,61

34,30

5 001/20000

8 236 982

19,69

4,04

20 001/50 000

6 070 295

14,51

65,70

50 001/100 000

4 458 891

10,66

+ 100 000

16 957 134

40,53

41 837 894

100,00

100,00

18Source : Direction générale de l’administration locale et Institut national de statistiques.

Tableau 2. Aires métropolitaines, 2001

Aire métropolitaine

Population 2001

Évolution démographique 1960-2001 (%)a

Madrid

5 135 225

110,10

Barcelone

4 391 196

71,00

Valence

1 359 743

77,50

Séville

1 160 241

83,50

Bilbao

895 769

52,60

Asturies

799 971

39,30

Malaga

762 468

124,20

Saragosse

655 050

86,90

Cadix

577 756

54,70

Alicante-Elx

570 938

160,30

Las Palmas

492 876

89,40

Vigo-Pontevedra

545 711

70,60

Grenade

444 121

72,50

Murcie

539 587

68,70

Saint-Sébastien

383 043

57,80

Valladolid

374 083

113,10

La Corogne

369 709

86,60

Ténériffe

374 720

72,00

Majorque

432 743

130,60

Cordoue

308 072

55,50

Pampelune

283 631

142,30

Castellôn

250 247

112,40

Tarragone-Reus

289 053

161,30

Vitoria

216 852

189,40

Santander-Torrelavega

304 620

60,90

Algésiras

202 078

33,20

Carthagène

199 227

47,20

Total

21 117 779

83,10

Espagne

40 847 371

33,50

a. On compare ici la superficie et le nombre de municipalités qui font aujourd’hui partie des aires métropolitaines aux mêmes territoires et à leur population en 1960.
Source : Recensement et ministère des Travaux publics.

19En tête de ces aires, Madrid (5,1 millions d’habitants) et Barcelone (4,4 millions) se détachent comme d’authentiques métropoles, non seulement espagnoles mais aussi européennes, suivies de Valence (1,4 million), Séville (1,2 million) et Bilbao (0,9 million), et en 6e position figure le triangle asturien Gijón-Oviedo-Avilés constituant une aire métropolitaine.

20Comme le montre le tableau 2, la structure des aires métropolitaines espagnoles révèle d’importantes variations entre les mégamétropoles de Madrid et Barcelone, qui représentent 42,7 % de la population totale des aires, et les autres, moins peuplées (seules Valence et Séville ont une population supérieure à un million d’habitants).

21La dynamique des aires métropolitaines au cours des dernières années se caractérise par une expansion spatiale et démographique, un étalement urbain et enfin une spécialisation économique et sociale interne.

L’expansion spatiale et démographique

22Au cours des quarante dernières années, l’Espagne a connu une augmentation démographique de 33,5 % (tableau 2). Sa population est passée de 30,5 millions d’habitants en 1960 à 41 millions en 2001. Mais cette évolution a été encore plus importante dans les 27 aires métropolitaines de plus de 200 000 habitants, où elle a atteint en moyenne 83,1 %, et des niveaux très élevés à Vitoria (189,4 %), Tarragone (161,3 %), Alicante (160,3 %), Pampelune (142,3 %), Malaga (124,2 %) et Madrid (110,1 %).

23En comparant les données de 1996 à celles du dernier recensement de 2001, nous pouvons vérifier le même phénomène (tableau 3). L’évolution démographique est en moyenne de 1,37 % pour la population totale du pays et de 1,76 % pour les aires métropolitaines, avec des valeurs bien supérieures à Santander (46,7 %), Majorque (37,1 %), Murcie (28,9 %), Tarragone et Vigo (25 %), et Madrid et Ténériffe (15,1 %).

24Cette expansion s’est traduite par la croissance du nombre de communes composant les aires métropolitaines (tableau 3). Ce nombre est passé à Madrid de 28 municipalités à 52, à Saragosse de 2 à 14, à Vigo de 6 à 14, à Murcie de 3 à 10, à Majorque de 2 à 8, à Ténériffe de 2 à 6, à La Corogne de 6 à 10, à Valladolid de 4 à 17, à Santander de 2 à 9, et à Tarragone de 5 à 15.

L’étalement urbain

25La seconde évolution qui caractérise les aires métropolitaines est la tendance de la population et de ses activités à se disperser sur tout le territoire (étalement urbain). Nous pouvons identifier des différentiels de croissance très prononcés à l’intérieur des espaces métropolitains. Alors que les villes-centres tendent à perdre des habitants (tableau 3 bis), une augmentation affecte la ceinture suburbaine.

Tableau 3. Population et superficie des aires métropolitaines, 1996-2001

1996

2001

Aire métopolitaine

Population

Total pop. (%)

Nombre communes

Population

Total pop.

(%)

Nombre communes

Évolution pop. 1996-2001

Madrid

4 462 363

11,1

28

5 135 225

12,6

52

15,1

Barcelone

4 226 900

10,5

164

4 391 196

10,8

165

3,9

Valence

1 342 317

3,3

44

1 359 743

3,3

45

1,3

Séville

1 141 807

2,8

25

1 160 241

2,8

24

1,6

Bilbao

914 542

2,3

37

895 769

2,2

35

-2,1

Asturies

720 786

1,8

7

762 468

1,9

8

5,8

Malaga

808 194

2,0

18

799 971

2,0

18

-1,0

Saragosse

610 749

1,5

2

655 050

1,6

14

7,3

Alicante-Elx

547 109

1,4

6

570 938

1,4

6

4,4

Cadix

572 276

1,4

6

577 756

1,4

6

1,0

Vigo-Pontevedra

434 007

1,1

6

545 711

1,3

14

25,7

Murcie

418 740

1,0

3

539 587

1,3

10

28,9

Las Palmas

469 671

1,2

3

492 876

1,2

4

4,9

Majorque

320 430

0,8

2

432 743

1,1

8

35,1

Grenade

418 982

1,0

30

444 121

1,1

30

60

Ténériffe

325 556

0,8

2

374 720

0,9

6

15,1

Saint-Sébastien

382 761

0,9

13

383 043

0,9

13

0,1

La Corogne

331 222

0,8

6

369 709

0,9

10

11,6

Valladolid

337 748

0,8

4

374 083

0,9

17

10,8

Cordoue

306 248

0,8

1

308 072

0,8

1

0,6

Santander-Torrelavega

207 721

0,5

2

304 620

0,7

8

46,7

Tarragone-Reus

231 154

0,6

5

289 053

0,7

15

25,1

Pampelune

235 650

0,6

16

283 631

0,7

18

20,4

Castellón

231 217

0,6

6

250 247

0,6

6

8,2

Vitoria

214 234

0,5

1

216 852

0,5

1

1,2

Algésiras

*

-

-

202 078

0,5

4

-

Carthagène

*

-

-

199 227

0,5

2

-

Total

21 916 877

54,4

25

21 117 779

54,6

27

1,76

Espagne

40 296 595

100,0

40 847 371

100,0

1,37

* Population de moins de 200 000 habitants, 1996.
Source : Recensement 2001 et Institut national de statistiques.

26Faible à l’échelle de l’ensemble du territoire (79,8 hab./km2), la densité est forte dans les aires métropolitaines, en particulier dans les villes-centres (tableau 4). On constate aussi que l’augmentation de la population au cours de la dernière décennie s’est produite dans les banlieues d’une certaine taille mais aussi dans de petites communes, reflétant une dispersion croissante de l’urbanisation sur tout le territoire.

27Les raisons des migrations vers la périphérie sont complexes, mais la plus évidente est la situation du marché du logement dans les grandes villes, et les grandes différences de coûts du foncier entre la ville et les zones suburbaines. De nombreux jeunes ménages et familles sont notamment contraints de s’installer à la périphérie de villes devenues pour eux inabordables.

Tableau 3 bis. Évolution de la population dans les villes-centres des aires métropolitaines, 1996-2001

Aire métopolitaine

1996

2001

Évolution 1996-2001

Madrid

2 937 493

2 938 723

0,04

Barcelone

1 543 314

1 503 884

-2,55

Valence

770 999

738 441

-4,22

Séville

719 779

684 633

-4,88

Bilbao

361 025

349 972

-3,06

Asturies

265 606

266 419

0,31

Malaga

562 362

524 414

-6,75

Saragosse

629 995

614 905

-2,40

Alicante

248 546

284 580

0,01

Cadix

183 416

183 273

-0,08

Vigo-Pontevedra

288 791

280 186

-2,98

Murcie

356 456

370 745

4,01

Las Palmas

361 181

354 863

-1,75

Majorque

316 413

333 801

5,50

Grenade

277 067

240 661

-13,14

Ténériffe

206 334

188 477

-8,65

Saint-Sébastien

181 634

178 377

-1,79

La Corogne

249 452

236 379

-5,24

Valladolid

334 497

316 580

-5,36

Cordoue

314 696

308 072

-2,10

Santander

190 397

180 717

-5,08

Tarragone

114 873

113 129

-1,52

Pampelune

176 258

183 964

4,37

Castellón

140 053

147 667

5,44

Vitoria

217 963

216 852

-0,51

Algésiras

102 209

101 468

-0,72

Carthagène

175 595

184 686

5,18

Moyenne

12 262 404

12 025 868

-1,93

Source : Recensement et ministère des Travaux publics.

28Les logiques de localisation se modifient : alors qu’entre 1960 et 1975, l’évolution démographique des métropoles était surtout influencée par les migrations interrégionales liées au marché de l’emploi, ce sont aujourd’hui des migrations intramétropolitaines qui dominent, liées au marché du logement.

29Les aires urbaines évoluent vers un modèle d’étalement relatif selon lequel les villes-centres ont tendance à perdre leurs habitants, et les périphéries métropolitaines moins densément peuplées à croître.

30Comme le montre le tableau 4, les aires métropolitaines sont particulièrement hétérogènes en termes de surface et de densité. Celle de Barcelone est la plus étendue, 3 286 km2, suivie d’assez loin par Madrid, 2 888 km2, Saragosse (2 202 km2), puis Séville, Cadix, Valladolid et Murcie (plus de 1 000 km2). 10 aires ont une superficie comprise seulement entre 256 et 500 km2.

31Valence enregistre la plus forte densité (2 157 hab./km2) et, tandis que celles de Madrid, Bilbao, Barcelone, Las Palmas et Santander sont supérieures à 1 000.

Tableau 4. La superficie et la densité de population des aires métropolitaines et de leurs villes-centres, 2001

Aire métopolitaine

Population

Superficie (km2)

Densité

Densité standardisée (base = 100)

Superficie ville-centre en % de l’aire

Densité ville-centre

Densité banlieue

Madrid

5 135 225

2 888

1 778

82

21,0

4 855

1 077

Barcelone

4 391 196

3 286

1 336

62

3,4

15 327

1 521

Valence

1 359 743

631

2 157

100

21,9

5 394

2 961

Séville

1 160 241

1 616

718

33

9,2

5 001

1 288

Bilbao

895 769

503

1 781

83

10,1

8 133

1 883

Asturies

799 971

815

981

46

12,8

1 352

1 182

Malaga

762 468

1 465

520

24

48,3

1 466

469

Saragosse

655 050

2 202

297

14

48,1

581

109

Alicante-Elx

577 756

686

843

39

0,8

1 409

669

Cadix

570 938

1 803

317

15

29,3

8 927

599

Vigo-Pontevedra

545 711

747

730

34

15,4

2 562

374

Murcie

523 970

1 233

425

20

72,0

413

1 089

Las Palmas

492 876

261

1 890

88

38,8

3 524

640

Majorque

444 121

918

484

22

10,3

1 597

138

Grenade

432 743

829

522

24

22,9

2 696

737

Ténériffe

383 043

399

961

45

17,9

1 244

488

Saint-Sébastien

374 720

376

995

46

38,0

3 443

707

La Corogne

374 083

496

755

35

26,5

6 394

300

Valladolid

369 709

1 253

295

14

7,7

1 605

2 077

Cordoue

308 072

745

413

0

100,0

246

0

Santander-Torrelavega

304 620

256

1 188

55

13,5

5 153

684

Tarragone-Reus

289 053

358

806

37

17,4

1 782

475

Pampelune

283 631

392

723

34

7,0

7 995

2 761

Castellón

250 247

294

850

39

37,2

1 352

414

Vitoria

216 852

277

783

36

100,0

783

0

Algésiras

202 078

583

347

16

14,7

1 181

349

Carthagène

199 227

584

341

16

95,7

330

295

Total

22 303 113

25 898

23 237

1 058

moyenne 3 509

moyenne 862

Valeur la plus élevée ; valeur la plus basse.
Source : Recensement, 2001.

32La variation du poids de la ville-centre en superficie apparaît également très élevée. Dans deux cas, ceux de Cordoue et Vitoria, l’aire métropolitaine coïncide exactement avec la ville-centre. Il en est presque de même à Carthagène (95 %), dont l’aire est composée de seulement deux communes. La ville-centre occupe pratiquement la moitié de l’aire métropolitaine à Malaga et à Saragosse, et les trois quarts à Murcie. La disparité est également forte entre les aires les plus peuplées, Madrid occupant 21 % de l’espace métropolitain et Barcelone seulement 3,4 %.

33Les différences de densité entre villes-centres et banlieues illustrent l’ampleur de l’étalement urbain. Valladolid constitue à ce titre une exception, la densité y étant plus élevée à la périphérie que dans la ville-centre (figure 1).

Figure 1. La densité de population dans les aires métropolitaines, villes-centres et banlieues, 2001

Figure 1. La densité de population dans les aires métropolitaines, villes-centres et banlieues, 2001

La spécialisation fonctionnelle

34La troisième composante de la dynamique métropolitaine espagnole est la spécialisation fonctionnelle – et, dans certains cas, la spécialisation sociale – des différentes zones qui constituent les métropoles. L’un des effets les plus notables de la transformation qui s’est produite au cours des dernières années est la réduction des disparités sociales et économiques entre les villes-centres et leur environnement métropolitain. Comme nous l’avons indiqué plus haut, les débuts de la métropolisation ont eu lieu à une époque où la planification urbaine et les politiques sociales faisaient défaut. Ainsi, au milieu des années 70, les banlieues étaient socialement beaucoup plus défavorisées que les villes-centres, et connaissaient de sérieux déficits d’infrastructures, d’équipements et de services (Quirón et Linares, 2001 ; Borja, 1991). Au cours des vingt dernières années, la mise en œuvre de politiques sociales par les autorités locales, en même temps que la dynamique métropolitaine elle-même, ont transformé cette situation.

35Le niveau socio-économique des nouveaux habitants des banlieues s’est amélioré et diversifié depuis plusieurs années. La production économique s’est également diffusée à la périphérie des centres-villes traditionnels. Une aire comme celle de Barcelone est ainsi devenue particulièrement polycentrique, puisque l’on compte autour de la ville de Barcelone 14 centres secondaires. Celle de Madrid apparaît moins décentralisée, mais compte tout de même 13 pôles territoriaux autour d’elle (Roca Cladera, 2004).

36L’amélioration des infrastructures et des équipements des banlieues ne signifie pas qu’elles tendent à s’homogénéiser. Elles sont au contraire soumises à un processus de spécialisation sociale et fonctionnelle. Ainsi les disparités de services et de qualité de vie entre les communes du sud de l’aire métropolitaine de Madrid – qui se sont développées dans les années 60 et 70 – et la capitale se sont considérablement réduites au cours des deux dernières décennies, mais le niveau des loyers de ces municipalités demeure relativement bas en comparaison de celui des banlieues qui se sont constituées dans les années 80 et 90.

37Traditionnellement les villes espagnoles se caractérisaient par leur niveau élevé de densité démographique, la structure compacte de leurs centres, et par leur mixité sociale. La métropolisation actuelle bouleverse ce modèle d’urbanisation. Les usages du sol se diversifient et se complexifient entre les industries, les habitations et le secteur tertiaire. La dispersion spatiale des activités ainsi que la spécialisation intramétropolitaine croissante, entraîne une augmentation en nombre et en durée des migrations alternantes (Nel-Lo, 2001).

38Les villes-centres ne sont pas affectées par un processus de dualisation sociale aiguë comparable à celui enregistré dans d’autres pays occidentaux. Elles connaissent cependant une tendance commune, le vieillissement de leur population, résultant en grande partie du coût élevé du logement, contraignant de nombreux jeunes ménages à migrer vers la banlieue.

La fragmentation géopolitique

39Comme l’indique le tableau 3, la population espagnole n’est pas répartie de façon homogène dans les aires métropolitaines. Madrid et Barcelone, qui sont les plus peuplées, concentrent 23,4 % de l’ensemble de la population espagnole, et 42,7 % de la population des aires.

40Mais ces deux plus grandes métropoles comptent aussi le plus grand nombre de communes. Barcelone est de loin un cas isolé et exceptionnel avec un nombre très élevé de municipalités (165) par rapport à la moyenne, trois fois plus que la Madrid (52 municipalités). Toutes deux englobent 40,2 % de l’ensemble des municipalités appartenant aux aires espagnoles.

Tableau 5. La fragmentation géopolitiques des aires métropolitaines de plus de 200 000 habitants, 2001

Population totale

Nombre de communes

Nombre de communes/ l00 000 hab.

Population ville-centrea

% population ville-centre/ aire métro.

Indice de fragmentation géopolitique*

Madrid

5 135 225

52

1,0

2 938 723

57,2

0,18

Barcelone

4 391 196

165

3,8

1 503 884

34,2

1,10

Valence

1 359 743

45

3,3

738 441

54,3

0 61

Séville

1 160 241

24

2,1

684 633

59,0

0,35

Bilbao

895 769

35

3,9

349 972

39,1

1,00

Asturies

799 971

18

2,3

467 573

58,4

0,38

Malaga

762 468

8

1,0

524 414

68,8

0,15

Saragosse

655 050

14

2,1

614 905

93,9

0,23

Alicante-Elx

570 938

6

1,1

285 580

50,0

0,21

Cadix

577 756

6

1,0

316 636

54,8

0,19

Vîgo Pontevedra

545 711

14

2,6

280 186

51,3

0,50

Murcie

523 970

10

1,9

370 745

70,8

0,27

Las Palmas

492 876

4

0,8

354 863

72,0

0,11

Majorque

432 743

8

1,8

333 801

77,1

0,24

Grenade

444 121

30

6,8

240 661

54,2

1,25

Ténériffe

374 720

6

1,6

188 477

50,3

0,32

Saint-Sébastien

383 043

13

3,4

178 377

46,6

0,73

La Corogne

369 709

10

2,7

236 379

63,9

0,42

Valladolid

374 083

17

4,5

316 580

84,6

0,54

Cordoue

308 072

1

0,3

308 072

100,0

-

Santander-Torrelavega

304 620

8

2,6

180 717

59,3

0,44

Tarragone-Reus

289 053

15

5,2

202 135

69,9

0,74

Pampelune

283 631

18

6,3

183 964

64,9

0,98

Castellón

250 247

6

2,4

147 667

59,0

0,41

Vitoria

216 852

/

0,5

216 852

100,0

-

Âlgésiras

202 078

4

2,0

101 468

50,2

0,39

Carthagène

199 227

2

1,0

184 686

92,7

0,11

Moyenne

826 041

20

2,5

461 125

64,3

0,47

a. Lorsque ľaire métropolitaine a une structure bipolaire avec deux grandes villes, la ville-centre est celle qui a la plus forte population.
* Indice Zeigler-Bгunn. Valeur la plus élevée ; valeur la plus basse.
Source :
Ministère des Travaux publics, 2001.

41Des disparités importantes existent également parmi les aires de dimension démographique moyenne (entre 400 000 et 600 000 habitants). L’aire de Grenade (444 121 habitants) est ainsi, avec 30 communes, composée de plus de sept fois plus de municipalités que celle de Las Palmas aux îles Canaries (432 743 habitants, 4 localités), cinq fois plus que celles d’Alicante et Cadix, et deux fois plus que celles de Saragosse ou Vigo.

42Les aires de moins de 400 000 habitants connaissent autant de variations. Avec une population équivalente, La Corogne, Saint-Sébastien, Ténériffe et Valladolid comptent de 6 (Ténériffe) à 17 (Valladolid) communes. En ce qui concerne la population de ces composantes municipales, l’aire de Barcelone est constituée de nombreuses petites localités, 20,4 % entre 5 000 et 10 000 habitants et 43,6 % de moins de 5 000 habitants. Celles de Madrid, Valence et Séville ont respectivement 36,5 %, 50 % et 37,5 % de communes de moins de 10 000 habitants. L’aire de Bilbao apparaît de ce point de vue la plus fragmentée avec 65,7 % de municipalités de moins de 10 000 habitants et presque la moitié de moins de 5 000 habitants.

43Nous avons calculé pour chaque aire métropolitaine l’indice Zeigler-Brunn qui permet de combiner la mesure de la fragmentation démographique avec celle de la fragmentation territoriale. En termes de fragmentation démographique, seules 3 aires se caractérisent par une population suburbaine plus importante que celle de la ville-centre (Barcelone, Bilbao et Saint-Sébastien), et 4 par un équilibre entre les deux parties (figure 2). Dans la majorité des cas, les villes-centres dominent donc leur territoire sur le plan démographique. En dehors des deux cas où elle occupe toute l’aire métropolitaine, la ville-centre représente à Saragosse et à Valladolid respectivement 93,9 % et 84,6 % de la population métropolitaine. La moyenne, qui s’établit à 64,3 %, est dépassée dans 11 aires.

Figure 2. La fragmentation géopolitique des 27 aires métropolitaines de plus de 200 000 habitants

Figure 2. La fragmentation géopolitique des 27 aires métropolitaines de plus de 200 000 habitants

44Le classement des villes selon l’indice de Zeigler-Brunn diffère de ceux fondés sur les deux indicateurs qui le composent. La fragmentation géopolitique apparaît la plus forte à Grenade (1,25), suivie de Bilbao (1) et de Pampelune (0,98), puis de 5 aires dont les indices se situent au-dessus de la moyenne de 0,47. En comparaison avec des pays comme la France, l’Espagne présente une fragmentation géopolitique modérée de ses aires métropolitaines.

45Leur taille n’est pas corrélée avec leur fragmentation. Parmi les 5 plus peuplées : Madrid, Barcelone, Valence, Séville et Bilbao figurent 2 aires plus géopolitiquement fragmentées : Barcelone et Bilbao, 2 dont l’indice est exactement deux fois moins élevé : Valence et Séville, et enfin Madrid dont la valeur atteint le cinquième de celle de Barcelone.

Comparaison des aires métropolitaines

46Afin de comparer le profil socio-économique des aires métropolitaines, nous avons sélectionné 4 mesures de problèmes urbains : le chômage, la dépendance (pourcentage de personnes de moins de 16 ans et de plus de 65 ans dans la population totale), l’éducation et le niveau de revenu (revenu par habitant). Ces données proviennent du recensement de la population de 2001 et de l’Annuaire économique publié par La Caixa (2001). Les pourcentages ont été standardisés et, à partir de ces valeurs, un indice composite a été construit. Les tableaux 6 et 7 présentent les différents indicateurs respectivement pour les villes-centres et pour les banlieues.

Tableau 6. Le profil socio-économique des villes-centres

Ville-centre

Indice de

Chômage

Dépendance

Instruction

Revenu

Composite

Algesiras

82

56

100

100

85

Cadix

100

36

57

86

70

Cordoue

81

69

48

71

67

Séville

76

55

52

71

64

Malaga

67

55

51

57

58

Grenade

56

78

21

71

57

Carthagène

20

73

53

71

54

Murcie

30

73

37

71

53

Las Palmas

65

18

63

57

51

Asturies

38

44

26

86

48

Alicante-Elx

28

55

36

71

48

Ténérife

58

18

52

57

46

Vigo-Pontevedra

28

18

45

71

41

Majorque

23

36

66

29

38

Santander-Torrelavega

36

55

23

29

36

Barcelone

10

100

27

0

34

Madrid

23

73

23

14

33

Bilbao

30

78

19

0

32

Valence

29

49

17

29

31

La Corogne

26

36

3

57

31

Saragosse

16

55

21

29

30

Tarragone-Reus

9

56

26

14

26

Castellón

0

36

36

29

25

Valladolid

29

7

29

29

24

Saint-Sébastien

11

69

0

0

20

Pampelune

10

56

1

0

17

Vitoria

6

0

36

14

14

Valeur la plus élevée ; valeur la plus basse.
Source 
: Recensement de 2001, ministère des Travaux publics, 2001, et Anuario Económico de la Caixa, 2003.

Tableau 7. Le profil socio-économique des banlieues

Banlieue

Indice de

Chômagea

Dépendance

Instruction

Revenu

Composite

Algesiras

95

83

73

100

88

Cadix

100

54

72

100

82

Carthagène

43

84

100

83

78

Séville

86

51

66

83

72

Grenade

62

80

58

83

71

Malaga

66

59

73

67

66

Palmas de Gran Canada

68

43

64

67

61

Valence

36

100

36

50

56

Vigo-Pontevedra

33

53

51

83

55

Alicante-Elx

29

61

62

67

55

Asturies

47

76

0

83

51

Murcie

0

34

60

100

49

Sta. Cruz Ténériffe

59

35

47

50

48

La Corogne

34

58

22

67

45

Saragosse

16

65

59

33

43

Barcelone (Région I)

32

48

32

43

39

Santander-Torrelavega

32

49

11

50

35

Valladolid

31

5

55

50

35

Palma de Majorque

43

35

62

0

35

Saint-Sébastien

29

39

48

17

33

Tarragone-Reus

36

49

24

17

32

Castellón de la Plana

11

72

8

33

31

Madrid

44

0

38

41

31

Bilbao

42

42

7

17

27

Pampelune

26

27

4

0

14

Cordoue

-

-

-

-

-

Vitoria

-

-

-

-

-

Valeur la plus élevée ; valeur la plus basse.
a. L’indice de chômage est calculé à partir de la population active (de plus de 16 ans).

47La ville de Barcelone enregistre l’indice de revenu le plus élevé, avec Saint-Sébastien et Pampelune mais elle est aussi en tête de l’indice de dépendance. Des aires ayant un indice de revenu plus bas (par exemple Castellón) peuvent atteindre un excellent niveau de chômage. À ce stade de notre recherche, nous ne pouvons identifier des relations d’interdépendance entre les différents indicateurs. Selon l’indice composite, les deux villes basques de Vitoria et de Saint-Sébastien sont les plus favorisées, alors que les villes-centres d’Andalousie apparaissent comme les plus défavorisées.

48Le tableau 8 permet de mesurer le degré de correspondance entre les villes-centres et leurs banlieues. On remarque que les banlieues des villes les plus prospères le sont également. Ce rapprochement s’observe également dans les métropoles les plus défavorisées (quintile de tête). Les disparités entre centre et banlieue caractérisent plutôt les second, troisième et quatrième quintiles. Il en est ainsi des 7 aires métropolitaines dans lesquelles les banlieues sont plus agréables à vivre que les villes-centres (notamment à Santander, Majorque, les Asturies, Madrid et Bilbao) et, au contraire, des 9 aires où les villes-centres sont plus favorisées que leurs banlieues (Valladolid, Saint-Sébastien, La Corogne, Valence, Vigo, Carthagène, Saragosse, Barcelone et Ténériffe). Dans tous ces cas, la différence entre villes-centres et banlieues est d’un quintile, excepté à Valence et à Saragosse où elle est plus grande. On doit également rappeler que ce qui est appelé « banlieue » correspond à une réalité très variée et hétérogène. Les disparités socio-économiques existent par conséquent non seulement entre ville-centre et banlieue, mais également à l’intérieur des espaces périphériques.

Tableau 8. Indice de problèmes urbains

Ville centre

Indice de difficulté

Banlieue

Indice de difficulté

Algesiras

85

Algesiras

88

Cadix

70

Cadix

82

Cordoue

67

Carthagène

78

Séville

64

Séville

72

Malaga

58

Grenade

71

Grenade

57

Malaga

66

Carthagène

54

Las Palmas

61

Murcie

53

Valence

56

Las Palmas

51

Vigo-Pontevedra

55

Asturies

48

Alicante-Elx

55

Alicante-Elx

48

Asturies

51

Ténériffe

46

Murcie

49

Vigo-Pontevedra

41

Ténérife

48

Majorque

38

La Corogne

45

Santander-Torrelavega

36

Saragosse

43

Barcelone

34

Barcelone

39

Madrid

33

Santander-Torrelavega

35

Bilbao

32

Valladolid

35

Valence

31

Palma de Majorque

35

La Corogne

31

Saint-Sébastien

33

Saragosse

30

Tarragone-Reus

32

Tarragone-Reus

26

Castellón

31

Castellón

25

Madrid

31

Valladolid

24

Bilbao

27

Saint-Sebastián

20

Pampelune

14

Pampelune

17

Vitoria

-

Vitoria

14

Córdoba

-

Source : Ministère des Travaux publics, 2001, et Anuario Económico de la Caixa, 2001.

La participation électorale dans les aires métropolitaines : abstentionnisme ou mobilisation politique ?

49Nous partons de l’hypothèse selon laquelle les habitants des aires métropolitaines auraient des attitudes et des comportements politiques qui d’une façon ou d’une autre diffèrent de ceux des citoyens vivant dans des espaces non métropolitains. Dans la tradition des études électorales, des caractéristiques sociodémographiques conditionnent les croyances, les valeurs et le comportement politique. Il en est ainsi du lieu de résidence, urbain ou rural, ou de la taille de la commune. De nombreuses questions se posent dans le cadre de l’OIM : comment l’appartenance à un territoire urbain ou suburbain affecte-t-elle la façon dont les citoyens perçoivent la politique et se comportent sur le plan politique ? Peut-on envisager l’existence d’un « citoyen métropolitain » doté d’attitudes et de comportement politiques spécifiques ? Les habitants des villes-centres sont-ils différents de ceux de la périphérie ? Pouvons-nous considérer les villes-centres comme des systèmes totalement intégrés par opposition aux banlieues qui sont plus segmentées ?

50Dans le cas de l’Espagne il est important d’opérer une distinction entre différents types de banlieues : a) les nouvelles zones résidentielles, homogènes et organisées de manière bien séparée ; b) les banlieues accolées aux villes-centres, comme les cités-dortoirs ouvrières de la première couronne ; c) et enfin d’autres municipalités qui ont développé des liens importants avec la ville-centre (essentiellement des liens de travail). Toutes ces municipalités ont des tailles et des structures sociales différentes. Certaines sont même parfois situées en dehors des limites de la région politico-administrative de la ville-centre.

51Nous avons collecté pour l’ensemble des 540 municipalités des 27 aires métropolitaines espagnoles les données sur la participation aux dernières élections nationales (1989-1993, 1996-2000 et 2004) et locales (1987, 1991, 1995, 1999 et 2003).

52Selon les travaux espagnols consacrés à la participation électorale (Astorkia, 1995 ; Justel, 1995 et Font 1992 ; 1995), trois cycles peuvent être distingués : une participation élevée de près de 80 % lors des premiers scrutins démocratiques (par exemple, en 1982 avec l’arrivée des socialistes au pouvoir et en 1996 lors du succès du Parti populaire) ; une participation faible oscillant entre 50 et 60 %, notamment lors des élections nationales de 1979, locales de 1991 ou européennes de 1989 ; un niveau moyen, qui se situe entre 68 et 71 %.

53En Espagne, l’abstention est généralement plus forte aux élections locales (de 30 à 40 %) que nationales (de 20 à 30 %) (Delgado Sotillos, 1997).

54Les records de participation aux élections nationales sont enregistrés à Madrid, dans les deux Castille (Espagne centrale), sur la côte Est, en Extremadure et en Aragon. La Catalogne, l’Andalousie et le Pays Basque présentent des valeurs moyennes, les régions les plus abstentionnistes étant la Galice et les îles Canaries.

55On retrouve à peu près la même répartition géographique aux élections locales. La Galice enregistre ainsi le plus fort taux d’abstention avec une moyenne de 39 à 42 %, suivie des Asturies et de Barcelone entre 36 et 39 %, du centre de l’Espagne autour de 30 %, de la côte Est et de l’Extremadure avec moins de 30 %.

56Des travaux de recherche ont également montré qu’en Espagne les électeurs des villes tendent à participer plus que ceux des zones rurales, alors que généralement, à l’échelle internationale, les municipalités rurales, donc de petite taille, sont moins abstentionnistes (Justel, 1995).

57Notre hypothèse principale est que les banlieues homogènes caractérisées par de faibles clivages sociaux et des conflits politiques atténués devraient être plus abstentionnistes que les villes-centres ou les banlieues socialement hétérogènes. Mais nos données révèlent une participation électorale plus élevée dans les banlieues.

  • 3 Nous ne considérons pas les aires de Cordoue et de Vitoria car elles ne sont constituées que d’une (...)

58Les résultats des scrutins nationaux dans les 25 aires métropolitaines3 sont en moyenne relativement homogènes. Les banlieues sont plus participationnistes. C’est le cas de Barcelone et Valence, Séville et Bilbao (à l’exception des élections de 2000), Malaga, les Asturies, Saragosse, Valladolid, Santander (avec un écart plus important), Tarragone, Ténériffe (avec les différences les plus élevées, de 10 % de plus dans les banlieues), Las Palmas et Algésiras (avec aussi une importante différence), Grenade, Murcie, Castellón et Carthagène. Cependant, dans plus d’un quart de nos aires métropolitaines (7 au total), on observe une tendance inverse ou différente : soit les villes-centres présentent une plus forte participation électorale que les banlieues, soit l’écart entre les deux types de communes fluctue de manière irrégulière. Cadix correspond ainsi au premier scénario avec une avance de 2 à 4 % de la ville-centre, La Corogne, Vigo et Alicante au second. Vigo, l’aire métropolitaine du Sud-Ouest de la Galice, a connu deux cycles : de 1989 à 1996, la participation électorale des banlieues était inférieure à celle de la ville-centre, alors que cette tendance s’est inversée depuis 1996. Une tendance assez semblable caractérise Alicante, avec un écart croissant des taux de participation depuis 1996 (5 % de plus dans la ville-centre).

59Dans plusieurs aires métropolitaines, la participation aux scrutins nationaux est généralement supérieure à la moyenne à Madrid, Barcelone, Valence, Séville, les Asturies, Saragosse, Alicante, Murcie, Santander, Grenade, Valladolid, Cordoue et Castellón. Elle est par contre inférieure à Algésiras, Malaga, Cadix, Las Palmas, Majorque, Ténériffe, Saint-Sébastien et La Corogne, tandis qu’aucune tendance précise par rapport à la moyenne nationale ne se dégage à Carthagène, Vitoria et Tarragone.

60De même, pour les élections locales, certaines aires enregistrent des niveaux de participation de 8 à 15 % supérieurs à la moyenne nationale, comme Valladolid, Murcie, Saragosse, Valence et Santander, alors qu’une tendance inverse s’observe dans les deux aires métropolitaines de Cordoue et Vitoria, qui n’ont pas de banlieues, ainsi qu’à Malaga, Cadix, Algésiras, et Carthagène.

61On remarquera enfin qu’à l’exception de 8 d’entre elles, les aires métropolitaines espagnoles présentent la même tendance de participation aux scrutins nationaux et locaux. Parmi les 8 aires où celle-ci varie selon le type d’élections, 5 d’entre elles participent davantage aux élections locales (Bilbao, Vigo, Las Palmas, Majorque et Ténériffe), 2 ont un profil irrégulier (Tarragone et Vitoria), tandis que Cordoue vote plus aux élections nationales.

Notes

1 Cette augmentation a été encore plus forte dans les quatre dernières années : alors qu’en 1996-2000 le taux d’augmentation était de 1,3 %, il s’est élevé à 6,4 % entre 2000 et 2004.

2 Les experts estiment que les trajets quotidiens domicile-travail ne permettent qu’imparfaitement de mesurer les phénomènes métropolitains en Espagne en raison des caractéristiques spécifiques de certaines aires dans lesquelles des relations fonctionnelles existent même si elles ne reposent pas sur la mobilité liée au travail. C’est le cas de toutes celles situées dans des lieux de tourisme (Alicante, Malaga, Palma de Majorque, Las Palmas de Gran Canaria ou Santa Cruz de Ténériffe) dans lesquelles il existe des relations fonctionnelles et des mouvements quotidiens entre unités municipales.

3 Nous ne considérons pas les aires de Cordoue et de Vitoria car elles ne sont constituées que d’une seule ville.

Table des illustrations

Titre Carte 1. L’Espagne et ses aires métropolitaines
Légende Source : Direction générale de l’urbanisme, ministère du Logement.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 1. La densité de population dans les aires métropolitaines, villes-centres et banlieues, 2001
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9459/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 2. La fragmentation géopolitique des 27 aires métropolitaines de plus de 200 000 habitants
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9459/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site