Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique et métropole

 | 
Vincent Hoffmann-Martinot
, 
Jefferey Sellers

Chapitre 5. Vers une américanisation des aires métropolitaines françaises ?

Vincent Hoffmann-Martinot

Texte intégral

1Ce chapitre porte sur les aires urbaines françaises (voir carte 1), qui englobent les villes-centres, les banlieues et les communes périurbaines.

2Rappelons qu’il existe deux catégories statistiques officielles de l’urbanisation établies par l’INSEE (Julien, 2000) :

  • l’unité urbaine, qui correspond au concept d’agglomération, inclut soit une agglomération urbaine regroupant des communes constituant un espace bâti continu d’au moins 2 000 habitants, soit une commune isolée atteignant au moins la même dimension démographique. La France comptait 1 995 unités urbaines selon le recensement de 1999 ;

  • introduite en 1996 afin de mesurer plus précisément le phénomène de périurbanisation, l’aire urbaine, correspondant à ce qui est appelé à l’échelle internationale l’aire métropolitaine, qui est composée d’un pôle urbain (une unité urbaine concentrant au moins 5 000 emplois et dont moins de 40 % de la population active travaille à l’extérieur) et une couronne périurbaine.

3Selon le dernier recensement conduit en 1999, on compte 354 aires urbaines regroupant 77 % de la population (45 millions d’habitants), par rapport à 73 % en 1990. En 1999, 3,8 millions d’habitants supplémentaires ont été dénombrés dans les aires urbaines. Cet accroissement est la conjonction de deux phénomènes. D’une part, la population a augmenté de 1,5 million dans les limites de 1990 des aires urbaines. D’autre part, 2,3 millions d’habitants ont été gagnés par l’extension géographique des aires urbaines entre 1990 et 1999.

Carte 1. Aires urbaines de plus de 200 000 habitants, 1999

Carte 1. Aires urbaines de plus de 200 000 habitants, 1999

Source : INSEE, Recensement général de la population, 1999. Cartographie : Monique Perronet-Menault, CNRS, 2003.

Métropolisation et étalement urbain dans les aires urbaines françaises

4Même si la notion d’aire urbaine n’a été appliquée qu’à partir du dernier recensement de 1999, il est possible de reconstituer les aires urbaines depuis 1968 par rétropolation, en s’appuyant notamment sur les travaux de Julien (2003). Il apparaît alors que le nombre d’aires urbaines est resté relativement stable : 319 en 1968, 347 en 1975, 359 en 1982, 361 en 1990, et 354 en 1999. Au niveau global, la figure 1 montre que l’étalement urbain a certes affecté les pôles urbains ou agglomérations au sens traditionnel, le nombre de communes qu’ils englobent augmentant de 48 % en trois décennies (de 2 098 à 3 100). Mais l’essentiel de cette évolution a touché la ceinture des banlieues plus éloignées, appelées en France communes périurbaines, dont le nombre de communes est multiplié sur la même période par 651 % (de 1 440 à 10 808). Alors que la ville est traditionnellement définie par la contiguïté de l’habitat, on appelle périurbaine une ceinture située en dehors de la ville et prenant la forme d’un espace mixte où se trouvent à la fois des ménages occupant des emplois urbains et des agriculteurs. Le périurbain est donc un espace rural au sens où l’essentiel des sols y sont dédiés à des activités productives agricoles; mais c’est aussi un espace urbain au sens où la majorité de la population active qui y habite travaille dans une ville, en effectuant des migrations alternantes (sur le développement des communes périurbaines : Cavailhès et al, 2002; Péguy, 2000).

Figure 1. La mesure de l’étalement urbain dans l’ensemble des aires urbaines françaises : évolution du nombre de communes dans les pôles urbains et les couronnes périurbaines entre 1968 et 1999

Figure 1. La mesure de l’étalement urbain dans l’ensemble des aires urbaines françaises : évolution du nombre de communes dans les pôles urbains et les couronnes périurbaines entre 1968 et 1999

Source : Julien (2003).

5Si les actifs travaillent effectivement dans l’agglomération dense, ils habitent de plus en plus dans des quartiers excentrés qui se densifient alors petit à petit. Cette tendance illustre aussi parfois la perte de dynamisme des communes périphériques : incapables d’offrir des emplois en remplacement des emplois traditionnels (agriculteurs, artisans), ces petites communes deviennent de plus en plus dépendantes économiquement du pôle à proximité, obligeant leur population à une mobilité accrue.

642 aires urbaines comptent plus de 200 000 habitants, les aires sont représentées dans le tableau 1, la figure 2 et les cartes 2 et 3.

Tableau 1. Les 42 aires métropolitaines de plus de 200 000 habitants, 1999

Aire urbaine

Population totale

Paris

11 173 886

Lyon

1 647 722

Marseille-Aix-en-Provence

1 516 086

Lille

1 142 887

Toulouse

964 914

Nice

933 551

Bordeaux

925 429

Nantes

711 241

Strasbourg

611 971

Toulon

564 740

Douai-Lens

552 635

Rennes

521 183

Rouen

518 340

Grenoble

514 586

Montpellier

459 946

Metz

429 544

Nancy

410 405

Clermont-Ferrand

409 533

Valenciennes

399 581

Tours

376 131

Caen

370 752

Orléans

355 770

Angers

332 737

Dijon

326 886

Saint-Étienne

321 953

Brest

303 528

Le Havre

296 795

Le Mans

293 094

Reims

291 701

Avignon

290 524

Amiens

270 809

Mulhouse

270 752

Bethune

268 435

Dunkerque

265 906

Perpignan

249 041

Limoges

247 881

Besançon

222 388

Nîmes

221 380

Pau

216 868

Bayonne

214 039

Genève-Annemasse

212 451

Poitiers

209 250

Médiane

363 261

N = 6 785.
Source : INSEE.

Figure 2. La fragmentation géopolitique des 42 aires urbaines françaises de plus de 200 000 habitants

Figure 2. La fragmentation géopolitique des 42 aires urbaines françaises de plus de 200 000 habitants

7Le recensement de 1999 illustre deux phénomènes : la polarisation toujours plus forte autour de grandes métropoles et la confirmation de l’étalement urbain (Hoffmann-Martinot, 2000). Aujourd’hui, la moitié de la croissance démographique entre 1990 et 1999 est assurée par 11 aires urbaines, quand il en fallait 19 au début des années 80.

8L’accroissement démographique se fait donc autour de quelques grandes villes, avec toujours en tête Paris, Lyon et Toulouse. Cependant, la progression démographique de Paris ralentit (+ 0,32 % annuel) et se situe en dessous de la moyenne nationale. À l’inverse, plusieurs métropoles ont connu un dynamisme extrêmement fort avec un accroissement de leur population au moins deux fois plus important que dans le reste du pays : Montpellier d’abord (+ 1,88 % annuel), Toulouse, Rennes et Nantes par exemple. Globalement, c’est dans le grand Sud-Est et dans le Val de Loire que le dynamisme est le plus fort.

9Alors que l’aire urbaine de Paris ne couvrait en 1968 que 22 % de l’Île-de-France, elle est aujourd’hui un vaste territoire de 14 518 km2 qui dépasse de 21 % la superficie de l’Île-de-France, décalé vers le nord-ouest par rapport aux limites administratives de la région Île-de-France. Elle couvre entièrement 7 des 8 départements franciliens (Essonne, Hauts-de-Seine, Paris, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val-d’Oise, Yvelines), 79 % du territoire de la Seine-et-Marne, et déborde des frontières régionales, dans six départements limitrophes. 99 % de la population francilienne vit dans l’aire urbaine de Paris.

Carte 2. L’aire urbaine de Paris en 1999

Carte 2. L’aire urbaine de Paris en 1999

Source : INSEE, Recensement général de la population, 1999. Cartographie : Monique Perronet-Menault, CNRS, 2003.

10Composée aujourd’hui de 1 584 communes (carte 2), dont près de 400 hors Île-de-France, l’aire urbaine de Paris s’est agrandie, entre 1990 et 1999, de 429 communes. Dans sa partie francilienne, elle a progressé sur les deux départements qu’elle ne couvrait pas entièrement, l’Essonne et la Seine-et-Marne. En 1999, seulement 89 communes franciliennes sur 1 281, toutes au sud-est de la Seine-et-Marne, échappent à l’aire urbaine de Paris. Cette extension vers l’est a débordé sur trois départements voisins, raccrochant à la couronne périurbaine parisienne 23 communes de l’Aisne, 3 de la Marne et 10 du Loiret. Mais c’est au nord et à l’ouest de la région, dans l’Oise, l’Eure et l’Eure-et-Loir que l’attraction de l’agglomération parisienne et de sa couronne est la plus forte. Entre 1990 et 1999, 135 nouvelles communes se sont raccrochées à l’aire urbaine de Paris dans ces trois départements : l’Oise a cédé 52 communes supplémentaires, l’Eure 45, et l’Eure-et-Loir 38. Globalement, elles étaient en 1990, à parts égales, soit multipolarisées soit dans un espace à dominante rurale.

Carte 3. L’aire urbaine de Bordeaux en 1999

Carte 3. L’aire urbaine de Bordeaux en 1999

Source : INSEE, Recensement général de la population, 1999. Cartographie : Monique Perronet-Menault, CNRS, 2003.

11Particulièrement spectaculaire dans l’aire urbaine de Paris, l’étalement urbain est également manifeste dans les autres grandes métropoles. De 90 communes en 1968, celle de Toulouse s’est progressivement étendue à 152 en 1975, 195 en 1982, 255 en 1990, et 342 en 1999. Elle couvre désormais la majeure partie du département de la Haute-Garonne (308 des 588 communes) et déborde sur les départements de l’Ariège (6), l’Aude (2), le Gers (7), le Tarn (14) et le Tarn-et-Garonne (5).

12On observe la même tendance extensive dans nos autres aires urbaines de plus de 200 000 habitants : le nombre de communes s’élève ainsi sensiblement à Besançon (de 186 à 234), Bordeaux (149 à 191), Clermont-Ferrand (99 à 147), Limoges (53 à 78), Pau (91 à 142), Poitiers (56 à 83), Rouen (142 à 189), Strasbourg (128 à 182).

  • 1 Dans les analyses de cette étude, seule la partie française de cette région urbaine frontalière est (...)

13Cette évolution souligne cruellement le caractère obsolète du découpage territorial en collectivités territoriales créées il y a deux siècles comme les départements. Ceux-ci sont notamment chargés d’aider au développement de la coopération et de la solidarité intercommunales à l’intérieur de leurs territoires respectifs, notamment dans les secteurs des transports collectifs, de l’aide sociale et de l’éducation. Or la configuration actuelle des aires urbaines comme nouveaux espaces de travail et de consommation déborde largement le cadre départemental classique pour la majorité d’entre elles (outre Paris et Toulouse, on peut citer comme exemple l’aire urbaine de Lyon qui s’étend à la fois sur l’Ain, l’Isère, la Loire et le Rhône), voire régional (aires urbaines d’Avignon, de Paris ou de Reims), ou même national (aire urbaine de Genève-Annemasse1).

14Un même constat d’obsolescence ou d’inadaptation institutionnelle s’applique aux organismes inter- ou supra-communaux qui continuent à gérer une partie devenue fort réduite des aires urbaines en extension. Mise en place en 1968, la Communauté urbaine de Bordeaux demeure ainsi compétente pour ce qui constituait l’essentiel de l’aire urbaine de l’époque ou du moins de son pôle urbain, soit 27 communes aujourd’hui noyées dans un espace d’interactions urbaines beaucoup plus vaste.

Un niveau élevé et variable de fragmentation géopolitique

15Le territoire français est particulièrement fragmenté : le nombre de communes est de loin le plus élevé du continent européen puisqu’il s’élève selon le dernier recensement à 36 565 pour la France métropolitaine. Il correspond donc approximativement au nombre de municipalités (19 429) et de townships (16 504) des États-Unis (U.S. Census Bureau, 2002). La plupart des communes françaises sont peu peuplées : 76 % d’entre elles ont moins de 1 000 habitants regroupant seulement un Français sur six. Dans 3 011 communes, la population est inférieure à 500 habitants, et on en compte même sans population, en particulier, dans le département de la Meuse, les 6 communes-martyres « mortes pour la France » à la suite des terribles combats de la région de Verdun au cours de la Première Guerre mondiale (Beaumont-en-Verdunois, Bezonvaux, Cumières-le-Mort-Homme, Fleury-devant-Douaumont, Haumont-près-Samogneux, et Louvement-Côte-du-Poivre).

  • 2 Hintze, 1962, p. 227.

16Parmi les raisons expliquant ce niveau général particulièrement élevé de fragmentation territoriale, l’une a été brillamment exposée en 1924 devant l’Académie de Prusse par Hintze (1962). Selon lui, la constitution des États européens entre le Moyen Âge et le xixe siècle a suivi deux voies distinctes selon la structure de la féodalité qu’ils ont ou non expérimentée. Dans les pays où la féodalité fut absente, faiblement ou tardivement présente, ou bien où elle ne s’accompagnait pas d’une transmission héréditaire des bénéfices (aboutissant à la fragmentation des biens) – l’Angleterre, le Danemark, la Norvège, la Suède, la Pologne, la Hongrie, la Bohême, l’Italie du Sud, et la Castille –, les anciens grands territoires ruraux se sont maintenus et ont donné naissance à des collectivités territoriales supracommunales (höhere Kommunalverbände tels que les counties anglais, les voïvodies polonaises ou les comitats hongrois), éclipsant en grande partie les unités de base, les municipalités. En revanche, les pays qui formaient l’ancien empire carolingien – la France, l’Allemagne à l’Ouest de l’Elbe, l’Italie du Nord et du Centre, l’Aragon – ont connu entre le xe et le xiie siècle un scénario inverse : la logique des successions héréditaires inscrite dans le développement de la féodalité a entraîné un éclatement, une véritable « pulvérisation »2 des vastes entités territoriales traditionnelles (comtés, provinces) et un redécoupage complet opéré par les autorités seigneuriales et monarchiques basé sur de petites collectivités.

17Mais, à partir du xixe siècle, alors que plusieurs vagues de fusions vont contribuer à réduire sensiblement le nombre de communes allemandes – le dernier grand mouvement des années 1960-1970 qui divise par trois leur nombre en Allemagne de l’Ouest (de 25 000 à 8 500) ne fait que prolonger une tendance de fond amorcée dès les années 1880 –, les limites des communes françaises demeurent quasiment inchangées en France depuis des siècles, ce qui distingue nettement les villes françaises des cités allemandes et nord-européennes qui ont englobé progressivement une partie de leurs périphéries (Hoffmann-Martinot, 2002). Même un pays par tradition fortement attaché au maintien de ses nombreuses petites communes comme la Suisse a poursuivi depuis les années 90, notamment dans 11 de ses cantons, une politique de regroupement des municipalités (Kübler et Ladner, 2003 Ladner et Steiner, 2003).

18La grande majorité des Français vivent donc aujourd’hui dans des aires urbaines, la moitié d’entre eux dans celles de plus de 200 000 habitants et plus d’un sixième (11 173 886) dans la seule aire urbaine de Paris. La fragmentation générale du territoire se reflète également à leur échelle (tableau 2).

19Comme l’indique clairement le tableau 2, le nombre de communes n’est pas proportionnel à la population. Certes, l’aire urbaine de Paris (cf. tableau 2) domine largement les autres non seulement pas son poids démographique mais aussi par le nombre d’unités communales qui la composent : 1 584. Mais 2 aires urbaines de taille démographique équivalente peuvent enregistrer des niveaux de fragmentation territoriale fort variables : avec plus de 900 000 habitants chacune, Toulouse (342 communes) apparaît de ce point de vue trois fois plus fragmentée que Nice(117). De même, avec une population plus réduite de 220 000 habitants, l’aire urbaine de Besançon (234 communes) compte cinq fois plus d’unités que celle de Nîmes (46).

Tableau 2. La fragmentation géopolitique des 42 aires métropolitaines de plus de 200 000 habitants, 1999

Aire urbaine

Population totale

Nombre de communes

Nombre de communes/100 000 hab.

Population ville-centre

Population ville-centre/population aire urbaine (%)

Indice de fragmentation géopolitique*

Amiens

270 809

210

78

135 449

50

16

Angers

332 737

89

27

151 322

45

6

Avignon

290 524

44

15

85 937

30

5

Bayonne

214 039

40

19

40 113

19

10

Besançon

222 388

234

105

117 691

53

20

Béthune

268 435

73

27

27 781

10

26

Bordeaux

925 429

191

21

215 374

23

9

Brest

303 528

51

17

149 649

49

3

Caen

370 752

240

65

114 007

31

21

Clermont-ferrand

409 533

147

36

137 154

33

11

Dijon

326 886

214

65

150 138

46

14

Douai-Lens

552 635

105

19

42 812

8

25

Dunkerque

265 906

56

21

70 834

27

8

Genève (CH)-Annemasse

212 451

111

52

27 238

13

41

Grenoble

514 586

119

23

153 426

30

8

Le Havre

296 795

72

24

190 924

64

4

Le Mans

293 094

90

31

146 064

50

6

Lille

1 142 887

131

11

184 647

16

7

Limoges

247 881

78

31

133 924

54

6

Lyon

1 647 722

296

18

445 274

27

7

Marseille-Aix-en-Provence

1 516 086

82

5

797 491

53

1

Metz

429 544

237

55

123 704

29

19

Montpellier

459 946

93

20

224 511

49

4

Mulhouse

270 752

62

23

110 141

41

6

Nancy

410 405

225

55

103 552

25

22

Nantes

711 241

82

12

270 343

38

3

Nice

933 551

117

13

343 123

37

3

Nîmes

221 380

46

21

133 406

60

3

Orléans

355 770

90

25

113 089

32

8

Paris

11 173 886

1 584

14

2 125 851

19

7

Pau

216 868

142

65

78 800

36

18

Perpignan

249 041

61

24

105 096

42

6

Poitiers

209 250

83

40

83 507

40

10

Reims

291 701

175

60

187 181

64

9

Rennes

521 183

140

27

206 194

40

7

Rouen

518 340

189

36

106 560

21

18

Saint-Étienne

321 953

41

13

180 438

56

2

Strasbourg

611 971

182

30

263 941

43

7

Toulon

564 740

39

7

160 712

28

2

Toulouse

964 914

342

35

390 301

40

9

Tours

376 131

80

21

132 677

35

6

Valenciennes

399 581

102

26

41 251

10

25

Médiane

363 261

104

25

136 302

37

8

* indice Zeigleг-Brunn (1980) ; valeur la plus élevée ; valeur la plus basse.
N = 6785.
Source : INSEE.

20Afin de contrôler la taille démographique, nous avons standardisé cette mesure en calculant pour chaque aire urbaine le nombre de communes pour 100 000 habitants. Si l’on compare les valeurs obtenues avec celles des grandes aires métropolitaines américaines, il apparaît que la fragmentation est plus sensible dans les métropoles françaises dont la valeur médiane est de 25, soit bien au-dessus des valeurs américaines les plus élevées comme celle de Pittsburgh (17,7 en incluant les municipalités, les townships et les comtés) (voir Altschuler et al., 1999; Orfield 2002). L’usage de cet indicateur nous permet de relativiser le cas de l’aire urbaine de Paris – avec un taux de 14, elle se situe dans la catégorie des aires somme toute moins fragmentées, de même que les deux plus grandes aires qui la suivent, Lyon (18) et Marseille-Aix-en-Provence (5). Besançon atteint à l’autre extrémité un score impressionnant de 105. Souvent, des communes ont une population minuscule, à l’image de Lemenil-Mitry, la plus petite composante de l’aire urbaine de Nancy avec ses 2 habitants, le maire élu depuis 1977, Henri de Mitry, noble descendant de chevaliers du Moyen Âge et propriétaire de deux domaines : Le Ménil et Le Mitry, et son épouse… Mais 30 autres de cette aire urbaine qui en compte 225 n’ont pas plus de 100 habitants, soit 13 % du total. Cette proportion de très petites unités atteint 18 % dans l’aire urbaine de Besançon. La moitié des 6 785 communes composant nos 42 aires urbaines ont moins de 826 habitants et les trois quarts moins de 2 499 habitants.

21Afin de tenir également compte du degré de concentration ou de dispersion de la population à l’intérieur de chaque aire urbaine et donc de la fragmentation non plus seulement territoriale mais également démographique, nous avons complété ce premier indicateur par un second mesurant la proportion de la population de la ville-centre par rapport à celle de sa banlieue (cf. tableau 2 et figure 2).

22Dans 34 des 42 aires urbaines, la banlieue regroupe aujourd’hui une population supérieure à celle des villes-centres. Le poids démographique de la ville-centre est d’autant plus faible que celle-ci coexiste avec d’autres villes de taille comparable ou substantielle. Il en est ainsi de l’aire de Douai-Lens dont la population de la ville-centre (42 812 habitants) ne concentre que 8 % de la population en raison de la taille concurrente d’un réseau de villes voisines constitué par Lens (36 192), Liévin (33 463), Hénin-Beaumont (25 204) et 10 autres municipalités de plus de 10 000 habitants. Une même configuration caractérise les aires urbaines de Béthune (10 % de la population totale), de Valenciennes (10 %), d’Annemasse (13 %), de Lille (16 %), ou de Paris (19 %). En revanche, la ville du Havre (190 924 habitants) attire les deux tiers de la population de son aire urbaine, dont les communes les plus importantes après elles sont par ordre décroissant Montivilliers (16 553 habitants) puis Gonfreville-L’Orcher (9 939). Une macrocéphalie du même ordre se retrouve à Reims, ville de 187 181 habitants, soit 64 % de la population de son aire urbaine, précédant de loin la deuxième ville de cette aire, Tinqueux qui ne compte que 10 079 habitants.

23À partir des deux indicateurs précédents – le nombre de communes/ 100 000 habitants et le pourcentage de la population de la ville-centre par rapport à celle de l’aire urbaine –, nous avons mesuré la fragmentation géopolitique de chaque aire urbaine en recourant à l’indice de Zeigler-Brunn (1980). Cet indice est calculé en divisant le nombre de communes pour 10 000 habitants par le pourcentage de la population de la ville-centre par rapport à celle de l’aire urbaine. Il se confirme que les valeurs obtenues – qui s’échelonnent de 1 à Marseille-Aix-en-Provence à 41 à Annemasse – sont nettement plus élevées et dispersées que pour les 25 plus grandes aires métropolitaines américaines. Pas moins de 12 aires françaises ont un indice supérieur à l’indice maximal de 12 enregistré aux États-Unis pour Pittsburgh (Orfield, 2002, p. 134). L’utilisation de cet indice conduit à réordonner les aires urbaines en fonction du critère du nombre de communes : ainsi Besançon qui apparaissait comme l’aire la plus fragmentée territorialement l’est bien moins démographiquement puisque plus de la moitié de sa population (53 %) demeure concentrée dans la ville-centre. Aussi apparaît-elle à travers sa valeur d’indice (20) certes plus fragmentée globalement que la moyenne des aires urbaines mais tout de même moins que celles d’Annemasse (indice de 41), de Béthune (26), de Douai-Lens et Valenciennes (25) ou de Nancy (22). Second constat : les plus grandes aires urbaines ne sont pas les plus fragmentées. Parmi celles de plus de 900 000 habitants, seules celles de Bordeaux et de Toulouse affichent un score de 9 légèrement plus élevé que la valeur médiane de 8. De manière significative, la valeur la plus basse de l’ensemble des aires est atteinte par Marseille-Aix-en-Provence avec 1 – on y compte que 5 communes pour 100 000 habitants, et 53 % vivent à Marseille et 9 % supplémentaires à Aix-en-Provence –, tandis que les valeurs de Paris, Lyon, Lille, et Nice sont respectivement de 8, 7, 7, et 3.

Comparaisons entre aires urbaines

24Longtemps dominantes dans leur espace d’influence, les villes-centres ont perdu progressivement de leur capacité d’attraction. Leur population a généralement décliné au profit de leurs banlieues en expansion rapide et semble s’être stabilisée entre les deux derniers recensements de 1990 et 1999 (pour plus de détails, voir Hoffmann-Martinot, 2000). Leur physionomie socio-économique varie sensiblement, contribuant au maintien de fortes disparités entre elles. Nous allons tenter de les comparer entre elles en utilisant les mesures d’urban hardship proposées par Nathan et Adams dans leurs analyses comparatives des métropoles américaines (1976 et 1989).

25Rappelons que ces deux auteurs avaient retenu six mesures destinées à appréhender le niveau d’urban hardship dans chaque métropole :

  • le chômage (pourcentage de chômeurs dans la population active) ;

  • la dépendance (pourcentage de personnes de moins de 18 ans et de plus de 64 ans dans la population totale) ;

  • l’instruction (pourcentage de personnes de 25 ans ou plus de niveau inférieur au baccalauréat) ;

  • le niveau de revenu (revenu par habitant) ;

    • 3 La mesure comparative du surpeuplement dans les villes a été entreprise dès les années 30 par le Bu (...)

    le surpeuplement (pourcentage d’unités de logement habitées par plus d’une personne par pièce)3 ;

  • la pauvreté (pourcentage de familles à revenu inférieur à 125 % du niveau de bas revenu).

26Grâce au concours de l’INSEE, du LASMAS-Institut du Longitudinal et à la coopération établie entre le CNRS et l’INSEE, nous avons rassemblé les données issues du dernier recensement de l’INSEE pour les 6 785 communes composant les 42 aires urbaines de plus de 200 000 habitants afin de construire les cinq premières mesures, celle de la pauvreté n’étant pas disponible en France. Pour la mesure de l’instruction, l’équivalent français du niveau inférieur au twelfth grade est le niveau inférieur au baccalauréat. Le niveau de revenu est le revenu médian par habitant issu de l’exploitation par la DGI – Direction générale des impôts – de la déclaration des revenus 2000 : on doit souligner que cette mesure précise de la richesse municipale est pour la première fois aisément et publiquement accessible en France grâce à la diffusion par l’INSEE en 2003 du cédérom Revenus fiscaux des ménages. Année 2000. France métropolitaine par commune. Pour des raisons de confidentialité et de protection de l’anonymat des contribuables, ces données de revenu ne sont pas disponibles pour les communes comptant moins de 50 ménages, si bien qu’en raison de cette limitation plusieurs indicateurs portant non pas sur les villes-centres mais sur leurs banlieues (cf. infra) n’ont pu être calculées que pour 6 273 communes.

27Pour chaque mesure retenue, nous avons construit un indice permettant de standardiser les ratios obtenus pour chaque ville entre 0 et 100 à partir de la formule :

28X = (Y – Ymin) 100

29Y max– Y min

30Avec : X = ratio standardisé à créer

31Y = ratios calculés à partir des données

32Ymax = valeur maximale de Y

33Ymin = valeur minimale de Y

34Par exemple, pour le ratio de chômage, les valeurs maximale et minimale sont : 24,69 pour Perpignan et 12,03 pour Paris. On attribue la valeur 100 à 24,69 et 0 à 12,03. Avec 15,68 % de chômage, le ratio standardisé d’une ville comme Angers s’établira par conséquent à : ((15,68 – 12,03)/ (24,69 – 12,03)) 100 = 29.

35Prévue pour s’appliquer à des ratios, cette formule a dû cependant être adaptée pour la mesure de revenu qui se présente en Euros par habitant. Nous avons modifié alors la formule de la manière suivante :

36X = (Y – Ymax) 100

37Ymin – Ymax

38Une fois chacun des indices calculés pour chaque ville, on construit alors un Intercity Composite Index (ICCI) – la moyenne des valeurs des 5 indices – qui permet de classer nos 42 villes dans le tableau 3.

39Pour qu’une ville atteigne un ICCI de 0, elle devrait enregistrer 0 pour chacun des indices composants, et pour atteindre 100 obtenir également 100 pour chacun des indices.

40Le classement obtenu permet de différencier assez clairement les villes-centres prospères de celles qui sont confrontées à d’importantes difficultés socio-économiques. L’ICCI présente un double avantage. Il permet d’abord de prendre en considération une pluralité de dimensions (emploi, dépendance, instruction, logement, revenu) qui ne se recoupent pas nécessairement : une ville globalement aisée comme Paris connaît cependant des problèmes de logement beaucoup plus aigus que dans les autres villes, et une ville en difficulté comme Mulhouse connaît un taux de chômage relativement limité. Cet indice nous permet ensuite d’établir des comparaisons avec d’autres pays où il a déjà été appliqué (États-Unis) ou il pourrait facilement l’être (dans plusieurs pays du réseau OIM, selon la disponibilité des données).

41Le score varie substantiellement entre ses deux valeurs extrêmes, de 21 pour la ville la plus prospère, Nancy, à 81 pour la deuxième ville de France et la plus en difficulté, Marseille. Il est à souligner que la plupart des villes enregistrant l’ICCI le plus élevé appartiennent au Sud-Est du pays – outre Marseille, Perpignan (81), Toulon (77), Avignon (74), Nîmes (72), Nice (70) – et au Nord – Le Havre (80), Douai (78), et Béthune (69).

42La capitale Paris appartient aux villes les plus favorisées avec les niveaux les plus bas de toutes les villes françaises de chômage (12 %), de faible instruction (41 % seulement des Parisiens ayant 25 ans et plus ont un niveau d’instruction inférieur au baccalauréat), et de bas revenu (niveau de revenu médian par habitant de 13 731 euros). À l’opposé, Perpignan cumule trois records : 25 % de chômeurs, 42 % de personnes dépendantes, et un niveau de revenu médian quasiment deux fois plus faible qu’à Paris avec 7 559 euros par habitant. On constate par conséquent que la situation socio-économique des villes-centres françaises est loin de l’image réductrice tendant à les opposer à leurs homologues américaines : alors que celles-ci seraient globalement rongées par le déclin et la crise urbaine, les villes françaises maintiendraient leur statut de poumon économique et de lieux de concentration des populations les plus favorisées. Le poids toujours écrasant de Paris et de sa région sur le reste du pays (Hoffmann-Martinot, 2003) contribue bien entendu à concentrer l’intérêt des médias et de nombreux observateurs sur la capitale lorsqu’ils se penchent sur les particularités et l’évolution des grandes métropoles, ville incontestablement riche et à l’abri des difficultés socio-économiques (même si pauvreté et exclusion sociale n’y sont pas absentes). Lorsqu’on y regarde de plus près, le paysage général des villes-centres apparaît beaucoup plus contrasté que ne le laissent entrevoir les zooms habituels sur Paris, ou en province sur des villes bourgeoises traditionnelles comme Lyon ou Bordeaux.

Tableau 3. Indices de problèmes urbains des villes-centres

Ville-centre

Chômage

Dépendance

Instruction

Logement

Revenu

Indice global

Marseille

89

77

74

78

87

81

Perpignan

100

100

81

23

100

81

Le Havre

67

80

100

63

92

80

Douai

81

71

78

65

93

78

Toulon

75

99

80

48

82

77

Avignon

73

76

78

45

100

74

Nîmes

85

80

73

31

91

72

Mulhouse

34

63

89

79

93

72

Nice

30

92

67

92

71

70

Béthune

68

62

82

40

92

69

Amiens

63

42

72

72

91

68

Bayonne

61

78

79

24

86

66

Annemasse

23

50

88

84

80

65

Dunkerque

54

69

81

36

84

65

Saint-Etienne

39

74

81

42

79

63

Valenciennes

57

54

67

31

85

59

Lille

63

66

81

15

61

57

Montpellier

82

22

30

39

88

52

Reims

32

32

70

29

77

48

Metz

18

30

61

41

75

45

Strasbourg

12

30

45

64

69

44

Caen

45

25

52

34

62

44

Pau

39

52

55

5

64

43

Brest

31

43

63

0

74

42

Angers

29

39

59

10

72

42

Orléans

7

39

49

49

61

41

Tours

33

34

61

14

62

41

Rouen

44

20

48

24

64

40

Limoges

11

7

38

52

91

40

Nantes

45

33

43

16

61

39

Besançon

19

28

52

23

70

39

Grenoble

32

23

34

39

64

38

Lyon

4

38

71

6

58

35

Clermont-Ferrand

18

15

61

12

69

35

Le Mans

24

34

30

44

39

34

Bordeaux

55

20

31

12

53

34

Toulouse

53

10

27

16

60

33

Dijon

0

21

48

22

48

28

Poitiers

24

0

43

6

65

28

Paris

0

16

0

100

0

23

Rennes

10

5

37

9

55

23

Nancy

14

2

22

13

53

21

N = 42.
Source : INSEE-DGI.

Tableau 4. Indices de problèmes urbains des banlieues

Banlieue

Chômage

Dépendance

Instruction

Logement

Revenu

Indice global

Douai

94

97

100

73

98

92

Valenciennes

100

85

94

55

100

87

Béthune

82

92

100

46

87

81

Dunkerque

77

49

87

50

89

70

Perpignan

73

90

67

20

74

65

Nice

63

100

33

83

32

62

Toulon

77

93

45

46

47

62

Lille

65

63

59

43

58

58

Avignon

63

60

54

34

65

55

Saint-Étienne

51

72

66

35

50

55

Lyon

48

41

82

49

36

51

Le Havre

50

39

69

54

43

51

Amiens

53

32

71

51

47

51

Rouen

61

54

65

31

43

51

Nîmes

66

45

48

27

63

50

Metz

48

46

68

30

50

48

Bayonne

57

89

41

19

35

48

Caen

53

34

59

36

50

46

Angers

41

62

52

16

53

45

Marseille-Aix

73

20

28

60

40

44

Le Mans

43

53

43

21

52

43

Tours

48

42

49

20

36

39

Brest

37

71

39

0

48

39

Nantes

43

44

47

17

44

39

Mulhouse

33

40

57

49

10

38

Nancy

47

35

47

21

36

37

Paris

50

13

15

100

8

37

Besançon

33

43

46

19

40

36

Pau

42

57

33

7

41

36

Orléans

36

37

46

34

22

35

Dijon

43

30

42

26

33

35

Bordeaux

58

16

41

17

36

34

Reims

39

26

54

22

23

33

Rennes

30

35

38

11

40

31

Limoges

36

46

37

4

30

31

Montpellier

59

24

0

31

33

29

Poitiers

38

19

44

6

38

29

Strasbourg

30

10

45

42

11

28

Toulouse

47

24

15

13

28

25

Clermont-Ferrand

42

11

39

9

24

25

Grenoble

47

12

5

38

22

25

Annemasse

34

0

19

42

0

19

Source : INSEE.

43Nous avons ensuite procédé de la même façon pour comparer les banlieues entre elles, à partir des mêmes indicateurs et indices s’appliquant au territoire de l’ensemble de chaque zone suburbaine (tableau 4).

44Contrairement aux variables de chômage, de dépendance, d’instruction et de logement, on ne dispose pas de données sur le revenu médian de l’ensemble du territoire des banlieues. Le revenu médian n’est en effet diffusé par la DGI qu’à l’échelle de chaque commune. Pour chaque banlieue d’aire urbaine, nous avons donc construit et utilisé la variable de substitution suivante :

45( ? (revenu médian municipal x population municipale))/population totale des communes composant la banlieue.

46Le tableau 4 montre que la variation de l’ISCI (Intersuburbs Composite Index) est encore plus forte que celle de l’ICCI puisqu’elle s’échelonne de 92 pour la banlieue de Douai à 19 pour celle d’Annemasse. De même que nos données sur les villes permettent de corriger bon nombre d’approximations diffusées dans les médias voire dans la littérature scientifique, il apparaît que la réalité des banlieues françaises mesurée par l’indice ISCI contredit le cliché couramment répandu dans la presse et bien ancré dans de nombreux esprits selon lequel les banlieues constitueraient en France l’équivalent fonctionnel des villes-centres aux États-Unis. En se focalisant sur une certaine catégorie de banlieues en difficulté, on tend à ainsi à sous-estimer la grande variété des contextes suburbains et en particulier l’existence voire le développement rapide de banlieues relativement riches et prospères. Les deux tiers des espaces suburbains enregistrent en effet un score ISCI inférieur à 50 qui reflète un niveau relativement faible de difficultés socio-économiques.

47En suivant la même approche méthodologique que celle utilisée par Nathan et Adams (1976), nous avons essayé de comparer le classement des villes (ICCI) et de leurs banlieues (ISCI) afin de mesurer l’amplitude des correspondances ou des décalages éventuels. Des classements identiques – ville A et banlieue A classées en 1re place, ville B et banlieue B classées en 2e place, et ainsi de suite – tendraient à indiquer un parallélisme entre le statut relatif des villes et celui de leur environnement. À l’inverse, une non-concordance totale entre les deux classements signifierait une absence d’homologie entre villes-centres et banlieues.

48Le tableau 5 présente sur deux colonnes les classements respectifs des villes et de leurs banlieues en distinguant les six sextiles. Dans le tableau 6, nous avons distingué trois types de relations entre les villes et leurs banlieues selon le degré de disparité ou de proximité des valeurs d’une ville et de sa périphérie.

49L’observation du Type 1 (disparité significative) fait ressortir, parmi les 12 cas, deux types de configurations assez contrastées. Dans les aires urbaines de Marseille, Nîmes, Mulhouse, Annemasse, Montpellier, Reims, et Strasbourg, la ville-centre semble globalement être plus en difficulté que sa banlieue. Certes, il est nécessaire de le rappeler, cette dernière est globalement considérée alors qu’elle est composée d’une pluralité de communes plus ou moins nombreuses et hétérogènes. À ce modèle s’oppose celui des villes suivantes que sont Lyon, Rouen, Le Mans, Nancy et Paris où la disparité se manifeste dans l’autre sens puisqu’elles se caractérisent par un statut plus favorisé à l’intérieur de leur groupe que leurs banlieues à l’intérieur du leur.

50Le Type 2 (valeurs toutes les deux élevées) regroupe pour l’essentiel d’anciennes métropoles industrielles du Nord et du Sud-Est dont aussi bien les villes-centres que leurs banlieues semblent également affectées par les dynamiques de crise et de reconversion économique.

Tableau 5. Comparaison des indices de problèmes urbains entre villes-centres et entre banlieues

Indices de problèmes urbains

Ville-centre

Banlieue

Marseille-Aix-en-Provence

81

Douai-Lens

92

Perpignan

81

Valenciennes

87

Le Havre

80

Béthune

81

Douai-Lens

78

Dunkerque

70

Toulon

77

Perpignan

65

Avignon

74

Nice

62

Nîmes

72

Toulon

62

Mulhouse

72

Lille

58

Nice

70

Avignon

55

Béthune

69

Saint-Étienne

55

Amiens

68

Lyon

51

Bayonne

66

Le Havre

51

Annemasse

65

Amiens

51

Dunkerque

65

Rouen

51

Saint-Étienne

63

Nîmes

50

Valenciennes

59

Metz

48

Lille

57

Bayonne

48

Montpellier

52

Caen

46

Reims

48

Angers

45

Metz

45

Marseille-Aix-en-Provence

44

Strasbourg

44

Le Mans

43

Caen

44

Tours

39

Pau

43

Brest

39

Brest

42

Nantes

39

Angers

42

Mulhouse

38

Orléans

41

Nancy

37

Tours

41

Paris

37

Rouen

40

Besançon

36

Limoges

40

Pau

36

Nantes

39

Orléans

35

Besançon

39

Dijon

35

Grenoble

38

Bordeaux

34

Lyon

35

Reims

33

Clermont-Ferrand

35

Rennes

31

Le Mans

34

Limoges

31

Bordeaux

34

Montpellier

29

Toulouse

33

Poitiers

29

Dijon

28

Strasbourg

28

Poitiers

28

Toulouse

25

Paris

23

Clermont-Ferrand

25

Rennes

23

Grenoble

25

Nancy

21

Annemasse

19

Source : INSEE-DGI.

51Dans la dernière catégorie, le Type 3 (valeurs toutes les deux basses) se retrouvent les métropoles relativement aisées où villes et banlieues partagent un profil relativement proche marqué par des conditions de vie et de travail plus favorables que dans la moyenne des métropoles françaises grâce notamment au dynamisme du secteur tertiaire, s’appuyant sur une solide tradition commerciale à Nantes ou à Bordeaux, le développement de nouvelles industries et technologies à Toulouse, où le renforcement de l’innovation scientifique et culturelle à Grenoble ou à Rennes.

Tableau 6. Classement par sextiles des villes-centres et des banlieues en fonction de leurs indices de problèmes urbains [a]

Type 1 [b]

Type 2 [c]

Type 3 [d]

Air urbaine

Ville-centre

Banlieue

Aire urbaine

Ville-centre

Banlieue

Air urbaine

Ville-centre

Banlieue

Marseille-Aix

1

3

Perpignan

1

1

Caen

4

3

Nîmes

1

3

Le Havre

1

2

Angers

4

3

Mulhouse

2

4

Douai-Lens

1

1

Pau

4

5

Annemasse

2

6

Toulon

1

1

Brest

4

4

Montpellier

3

6

Avignon

1

2

Nantes

5

4

Reims

3

5

Nice

2

1

Tours

4

4

Strasbourg

3

6

Béthune

2

1

Besançon

5

4

Lyon

5

2

Amiens

2

2

Limoges

5

5

Rouen

4

2

Bayonne

2

3

Grenoble

5

6

Le Mans

5

3

Dunkerque

2

1

Clermont-Ferrand

5

6

Nancy

6

4

Saint-Etienne

3

2

Orléans

4

5

Paris

6

4

Valenciennes

3

1

Dijon

6

5

Lille

3

2

Bordeaux

6

5

Metz

3

3

Rennes

6

5

Poitiers

6

6

Toulouse

6

6

[a] Ce classement indique le sextile dans lequel se place chaque ville-centre ou banlieue selon son indice de problèmes urbains. Les villes-centres et les banlieues codées 1 appartiennent au sextile supérieur, caractérisé par le niveau le plus élevé de difficultés socio-économiques.
[b] Les cas du Type 1 se caractérisent par une « disparité significative » : une différence de deux sextiles ou plus sépare les classements de la ville-centre et de sa banlieue.
[c] Les cas du Type 2 enregistrent des valeurs « toutes les deux élevées ». La ville-centre et sa banlieue se situent toutes les 2e dans le 3e, le 2e ou le 1er sextile, reflétant un niveau élevé de difficultés dans les deux espaces.
[d] Les cas du Type 3 enregistrent des valeurs « toutes les deux de sextile intermédiaire ou inférieur ». La ville-centre comme sa banlieue se caractérisent par des indices de 3e, 4e, 5e et 6e sextile, reflétant des niveaux faibles de problèmes urbains.

Comparaisons intramétropolitaines

52En utilisant les mêmes 5 indicateurs de chômage, de dépendance, d’instruction, de logement, et de revenu, nous avons cherché à apprécier dans quelle mesure, pour chaque aire urbaine, la ville-centre expérimente plus ou moins de difficultés socio-économiques que sa banlieue, toujours considérée comme une unité globale. Pour cela, nous avons construit un City-Suburb Harship Disparity Index (CSHDI).

53Pour chaque mesure retenue, nous avons construit un indice permettant de standardiser les ratios obtenus pour chaque ville entre 0 et 100 à partir de la formule :

X = (Y – Ymin) 100

Ymax – Y min

54Avec : X = ratio standardié à créer

Y = ratios ville-centre/banlieue des taux de chômage (ou de dépendance, d’instruction, de logement)

Ymax = valeur maximale de Y

Ymin = valeur minimale de Y

55Par exemple, pour le ratio ville-banlieue de taux de chômage, les valeurs maximale et minimale sont : 2,16 et 0,85. On attribue la valeur 100 à 24,69 et 0 à 12,03. Avec 18,97 % de chômage pour la ville-centre et 13,14 % pour la banlieue, le ratio standardisé d’une ville comme Bordeaux s’établira par conséquent à:

56[((18,97/13,14)- 0,85)/ (2,16-0,85)] * 100 = (0,59/1,31) * 100 = 45

57Prévue pour s’appliquer à des ratios, cette formule a dû cependant être adaptée pour la mesure de revenu qui se présente en Euros par habitant. Nous avons modifié alors la formule de la manière suivante :

X = (Y – Ymax) 100

Ymin – Ymax

58Pour chaque ville, nous avons ajouté les valeurs des 5 indicateurs puis les avons divisées par 5. On obtient l’indicateur non ajusté figurant dans le tableau 7. Ainsi, pour Bordeaux :

(45 + 35 + 21 + 28 + 23)/5 = 152/5 = 30,4

59Dans une deuxième étape, nous avons ajusté cet index afin de distinguer les villes socialement privilégiées des villes défavorisées par rapport à leurs banlieues. De même que pour les analyses de type Nathan-Adams, un indice global a été calculé pour une ville fictive dont les 5 indicateurs seraient identiques à ceux de sa périphérie.

60Pour une telle ville son indicateur :

  • de chômage serait : ((1 – 0,85)/1,31) * 100 = 12

  • de dépendance serait : ((1 – 0,781)/ (1,077-0,781)) * 100 = 74

  • d’instruction serait : ((1 – 0,66)/(1,15-0,66) * 100 = 69

  • de logement serait : ((1 – 0,71)/(1,40 – 0,71) * 100 = 42

  • de revenu serait : ((1 – 0,80)/(1,36 – 0,80) * 100 = 36

  • composite non ajusté serait donc : (12 + 74 + 69 + 42 + 36)/5 = 233/5 = 47

Tableau 7. Indice de disparités socio-économiques entre villes-centres et banlieues

Aire urbaine 1999

Chômage

Dépendance

Instruction

Logement

Revenu

Indice global non ajouté

Indice global ajouté

Annemasse

82

80

100

100

88

90

191

Mulhouse

100

73

72

77

100

84

180

Le Havre

74

93

76

45

65

71

151

Marseille-Aix-en-Provence

43

100

77

55

61

67

143

Bayonne

53

66

73

51

64

61

130

Strasbourg

88

50

34

69

61

60

129

Avignon

49

77

64

54

56

60

127

Nîmes

52

90

62

43

45

58

124

Reims

76

44

55

53

62

58

123

Perpignan

50

88

58

42

47

57

121

Amiens

62

53

47

62

60

57

121

Le Mans

92

69

73

25

19

56

119

Toulon

29

85

72

37

48

54

115

Saint-Étienne

47

70

59

46

41

53

112

Montpellier

63

34

45

51

69

52

111

Brest

82

36

57

46

37

51

110

Nice

19

75

66

40

46

49

105

Pau

73

53

52

38

31

49

104

Limoges

53

42

67

51

32

49

104

Orléans

55

47

38

61

42

49

103

Besançon

82

32

41

47

38

48

102

Clermont-Ferrand

51

31

55

51

51

48

102

Grenoble

50

41

47

37

46

44

94

Toulouse

69

20

32

49

36

41

88

Nantes

76

37

31

37

25

41

88

Angers

66

35

44

27

30

40

86

Metz

35

33

38

56

37

40

84

Tours

50

39

49

25

32

39

83

Poitiers

70

10

33

41

34

38

80

Rennes

86

9

29

33

22

36

76

Caen

48

33

34

31

22

33

71

Dunkerque

18

75

47

12

11

33

69

Béthune

20

48

42

25

22

31

67

Bordeaux

45

35

21

28

23

30

65

Dijon

31

29

39

29

20

30

63

Douai-Lens

16

54

38

22

13

29

61

Rouen

33

18

27

23

29

26

55

Lille

5

0

20

48

50

24

52

Lyon

41

39

2

26

11

24

50

Nancy

35

5

9

20

24

19

40

Paris

16

31

0

30

0

16

33

Valenciennes

0

42

30

0

3

15

32

N = 6273.
Source : INSEE-DGI.

61Si 47 est ajusté à 100, il suffit ensuite, par une règle de trois, d’ajuster les valeurs non ajustées pour produire le CSHDI ajusté. Nous avons classé les aires urbaines par ordre décroissant de CSHDI (tableau 7) et figuré leurs positions respectives sur la figure 3. Dans les aires pour lesquelles la valeur de l’indice est supérieure à 100, la situation de la ville-centre est plus difficile que celle de sa banlieue, et inversement si la valeur est inférieure à 100.

62L’observation des valeurs du CSHDI infirme la thèse selon laquelle les villes-centres seraient dans l’ensemble davantage en difficulté que leurs banlieues mais aussi la thèse inverse. En effet, on observe une répartition à peu près égale entre les 20 villes qui affichent une meilleure « santé socio-économique » que leur périphérie, et les 22 enregistrant au contraire un différentiel qui leur est défavorable.

63La comparaison avec les scores des 55 plus grandes aires métropolitaines standardisées des États-Unis correspondant au même indice (calculé à partir des 5 mêmes indicateurs + celui de pauvreté) révèle deux différences fondamentales entre la France de 1999 et les États-Unis de 1980 (Nathan et Adams, 1989) :

  • contrairement à leurs homologues françaises, dans la plupart des SMSA (49 sur 55), les hardship conditions sont plus fortes dans les villes que dans leurs banlieues

  • les valeurs du CSHDI sont nettement plus élevées : elles dépassent 200 dans 24 cas alors que ce niveau n’est atteint nulle part en France, atteignant des niveaux particulièrement élevés à Hartford (536), Newark (509), ou Cleveland (385).

64En dehors des groupes situés aux extrêmes – celui des villes défavorisées par rapport à leur banlieue comme Annemasse, Mulhouse et Le Havre, et celui des villes favorisées par rapport à leur banlieue comme Valenciennes, Paris et Nancy –, le tableau 7 et la figure 3 révèlent qu’une grande partie des aires urbaines françaises enregistre un score de CSHDI proche de 100. Globalement, les disparités entre le ville et sa périphérie apparaissent donc modérées. Certes, mais les indices utilisés gomment les disparités potentielles existant entre les différentes communes périphériques. Or, il est indispensable de se pencher sur les caractéristiques éminemment variables des différentes mosaïques suburbaines afin d’échapper au risque de généralisation excessive tendant à considérer l’espace périphérique comme relativement homogène. L’hétérogénéité démographique et socio-économique des banlieues est largement sous-estimée et inexplorée dans de nombreux pays. De récents travaux comme celui de l’urbaniste Hayden (2003) ou des politologues Dreier et al. (2001) permettent de réévaluer et de différencier l’image communément admise et répandue aux États-Unis de standardized places réservées aux classes moyennes Wasp. D’une autre nature, la complexité qui caractérise les banlieues françaises est au moins aussi importante. Il suffit pour cela d’examiner la distribution de notre indicateur de richesse municipale (le revenu médian par habitant) à l’intérieur de chacune de nos 42 aires urbaines.

65La figure 4 représente cette distribution par aire urbaine dans les 6 273 communes pour lesquelles le revenu médian par habitant est publié et diffusé par la Direction générale des Impôts (DGI). Nous avons représenté cette distribution par une ligne reliant les valeurs minimale et maximale, indiquant les différents quartiles ainsi que par un rond plein et foncé la position de la ville-centre. Ainsi, pour l’aire urbaine d’Amiens, le revenu médian par habitant le plus faible est celui de la commune de Saint-Ouen avec 6 675 euros, le plus élevé celui de Saint-Fuscien avec 15 591 euros, le premier quartile se situe à 8 319 euros, la médiane à 9 255 euros, le troisième quartile à 10 022 euros, et la ville-centre, Amiens, à 8 118 euros.

Figure 3. Indice de disparités socio-économiques entre villes-centres et banlieues

Figure 3. Indice de disparités socio-économiques entre villes-centres et banlieues

Figure 4. Distribution du revenu municipal médian par habitant en euros, 2000

Figure 4. Distribution du revenu municipal médian par habitant en euros, 2000

66Parmi les éléments d’observation les plus marquants, relevons la grande variation de la distribution du revenu médian d’une aire urbaine à l’autre. Une relative homogénéité caractérise de ce point de vue les aires urbaines de Bayonne – où les valeurs s’étagent de 7 227 euros à Biarritz à 10 943 euros à Bassussarry – ou de Perpignan – de 6 037 euros à Opoul-Perillos à 9 603 euros à Cabestany –, mais le niveau de concentration est sans doute favorisé par le nombre relativement faible de communes qui les composent. À l’inverse, l’aire urbaine de Paris connaît l’écart le plus important et le plus impressionnant entre des communes urbaines de la France « une et indivisible » : le revenu médian par habitant est tout simplement cinq fois plus faible à Clichy-sous-Bois (4 482 euros) qu’à Neuilly-sur-Seine (22 731 euros), deux villes qui sont respectivement la plus pauvre et la plus riche à l’échelle de l’ensemble des 42 aires urbaines. Bien que moindre, le ratio de 3,5 est également substantiel dans l’aire urbaine de Toulouse entre Auribail (5 338 euros) et Vieille-Toulouse (18 886 euros).

67Deuxième constat : la médiane municipale varie assez régulièrement autour de 9 000 euros dans la plupart des aires urbaines, s’établissant au-dessous de 8 000 euros seulement à Béthune (7 907 euros), Douai-Lens (7 738 euros), Dunkerque (7 850 euros), Perpignan (7 636 euros) et Valenciennes (7 813 euros), et dépassant 10 000 euros uniquement dans les aires de Annemasse (11 275 euros), Grenoble (10 020 euros), Mulhouse (10 939 euros), Paris (10 945 euros), et Strasbourg (10 586 euros).

68Les niveaux les plus élevés de pauvreté – que nous pouvons observer sur la figure 4 au-dessous du niveau de 6 000 euros – et de richesse – au-dessus de 15 000 euros – ne se trouvent pas dans les villes-centres mais dans les banlieues. Les différences socio-économiques apparaissent considérables entre les banlieues favorisées et défavorisées, comme en témoignent trois paires de communes les plus riches et les plus pauvres au sein de leurs aires urbaines respectives à partir de nos cinq indicateurs de chômage (IC : taux de chômage), de dépendance (ID : % personnes de moins de 18 ans ou de plus de 64 ans dans la population municipale totale), d’instruction (II : % de personnes de 25 ans et plus ayant un niveau d’instruction inférieur au baccalauréat), de logement (IL : % de logements occupés par plus d’une personne par pièce), et de revenu (IR : revenu médian par habitant) :

Aires urbaine

IC

ID

II

IL

IR

Paris

Clichy-sous-Bois

24

410

808

34

4 482

Neuilly-sur-Seine

9

40

28

9

22 731

Lyon

Vaulx-en-Velin

23

39

82

19

5 342

Saint-Didier-au-Mont-d’or

7

38

39

6

16 404

Metz

Woippy

23

37

82

17

5 607

Sainte-Ruffine

6

39

47

1

16 206

69Les villes-centres sont-elles plus riches que les communes qui les entourent? Oui et non. La relation entre ville et banlieues ne peut être ramenée à un modèle unique. En effet, dans 19 aires urbaines sur 42, soit un peu moins que la moitié des cas, la ville-centre appartient à la moitié la moins riche des communes de son aire. Dans le premier quartile – soit le quart des communes les moins riches – figurent pas moins de 10 villes-centres : Amiens, Avignon, Bayonne, Annemasse (la troisième commune la plus pauvre de son aire avec 8 767 euros), Le Havre, Lille, Marseille, Montpellier, Mulhouse (la commune la plus pauvre de son aire avec 8 003 euros), et Strasbourg. On trouve ensuite 9 villes-centres dans le second quartile : Grenoble, Metz, Nice, Nîmes, Orléans, Perpignan, Reims, Saint-Étienne, et Toulon. Les autres villes se répartissent pour 9 d’entre elles dans le troisième quartile (Besançon, Béthune, Brest, Caen, Clermont-Ferrand, Douai, Dunkerque, Toulouse et Valenciennes), et pour 14 dans le quatrième quartile regroupant les communes les plus aisées (Angers, Bordeaux, Dijon, Limoges, Lyon, Le Mans, Nancy, Nantes, Paris, Pau, Poitiers, Rennes, Rouen, et Tours).

70Paris est incontestablement une ville globalement prospère, en tout cas la plus riche des villes-centres avec un revenu médian de 13 731 euros par habitant, suivie de Lyon (11 308 euros), puis de Dijon (10 799 euros). Mais, à l’intérieur de son aire urbaine, on compte pas moins de 183 banlieues dont le revenu médian dépasse le niveau déjà élevé de la capitale, et même souvent de façon substantielle. En dehors de Neuilly, les exemples sont nombreux de banlieues peuplées de manière dominante par les classes les plus favorisées, comme Saint-Nom-La-Bretèche, Le Vesinet, Saint-Cloud, Sceaux, Jouy-en-Josas, ou Maisons-Laffitte.

71Les différentes données sociodémographiques que nous avons présentées et commentées jusqu’à présent nous permettent d’établir quelques constats principaux :

  • on a assisté, depuis surtout les années 70, à une extension continue des aires urbaines dont la croissance a profité en particulier aux communes périurbaines au détriment des villes-centres et de leurs banlieues immédiates ;

  • le modèle français d’étalement urbain partage des caractéristiques communes avec le modèle des aires métropolitaines américaines tant dans ses causes qu’à travers ses conséquences. Ainsi, alors que la suburbanisation des années 1950-1960 a été largement guidée et favorisée par des programmes étatiques de desserrement des villes-centres (politique des grands ensembles, création des villes nouvelles dans la région parisienne, ZUP), le mouvement amorcé à parti des années 80 correspond, comme aux États-Unis, non pas à une politique top-down mais à des stratégies beaucoup plus privées et individualisées. Pour des raisons à la fois économiques et liées à leurs aménités historiques et culturelles, les villes-centres demeurent cependant en France plus qu’aux États-Unis des pôles d’attraction forts qui ont empêché un mouvement massif de fuite des classes moyennes vers la périphérie (pour une approche théorique comparative basée sur les aménités : Brueckner et al, 1999). Le modèle urbain français demeure donc plus monocentrique ;

  • à une échelle nationale et globale, les disparités socio-économiques entre les villes-centres et leurs banlieues apparaissent relativement limitées et plus différenciées qu’aux États-Unis, ainsi que l’attestent la comparaison franco-américaine des indices Nathan-Adams et les mesures de richesse classiques telles que le revenu médian par habitant ;

  • il existe néanmoins des variations importantes des profils municipaux tant entre les aires urbaines qu’entre les communes appartenant à une même aire urbaine, rendant indispensable une exploration approfondie de la relation entre la ville-centre et ses banlieues.

Dans quelle mesure les attitudes politiques des citoyens sont-elles déterminées par leur commune de résidence ?

72Notre hypothèse centrale est que le mouvement de suburbanisation qui s’est développé en France en gros depuis les années 70 s’apparente dans sa structure et dans ses conséquences sur les attitudes politiques des citoyens à la tendance générale observée aux États-Unis. Pour reprendre les termes de Putnam (2000, p. 209) : « Cependant, avec la progression de la suburbanisation, les banlieues elles-mêmes se sont fragmentées en une mozaïque sociologique collectivement hétérogènes mais individuellement homogènes, au fur et à mesure que les habitants fuyant la ville se sont regroupés dans des “enclaves fondées sur le style de vie” en fonction d’une ségrégation reposant sur le race, la classe, l’instruction, l’âge et ainsi de suite. »

73Cette tendance à la ségrégation résidentielle a été davantage observée et étudiée à l’échelle des quartiers d’une grande ville qu’entre les communes et notamment entre celles qui ont connu la croissance démographique la plus importante au cours de ces dernières années, les communes périurbaines. Mais plusieurs études récentes confirment que la polarisation économique et sociale de l’espace urbain français ne cesse de s’accroître depuis les années 80 (voir notamment Bessy, 1998; Chenu et Tabard, 1994 ; Rouxel, 2003).

74De nombreuses communes suburbaines récentes attirent en majorité des membres des nouvelles classes moyennes, les « néo-périurbains », souvent de jeunes parents avec des enfants en bas âge, en quête d’espace et de ruralité, de confort de logement, de sécurité (l’enquête permanente Conditions de vie – Vie de quartie réalisée par l’INSEE révèle que le sentiment d’insécurité est beaucoup moins élevé dans ce type de communes que dans les communes anciennes à forte concentration d’habitat collectif. Voir Le Toqueux, 2003), de distance suffisante par rapport à la grande ville bruyante, compacte et stressante. Bref, échapper à tout prix à l’engrenage « métro, boulot, dodo ». La qualité de vie, un certain retour à une campagne idéalisée mais pas trop éloignée de la ville et de ses opportunités d’emploi grâce à la proximité de réseaux de transports routiers, autoroutiers et ferroviaires, le coût du logement et notamment l’accès plus facile à la propriété, le niveau plus avantageux de pression fiscale locale constituent autant de facteurs qui expliquent la périurbanisation contemporaine. Plusieurs études récentes documentent ces stratégies de localisation résidentielle dans les communes périurbaines et de dissociation croissante entre de lieux d’habitat et d’emploi (sur l’aire urbaine de Lyon : Andan et al, 1999). L’humoriste Alphonse Allais était donc prophétique lorsqu’il énonçait au xixe siècle : « Les villes devraient être construites à la campagne. L’air y est tellement plus pur ! » Exploitant les enquêtes Logement de l’INSEE, Cavailhès et Goffette-Nagot (2003) la loi de l’économie urbaine selon laquelle les ménages font un arbitrage entre le coût des déplacements domicile-travail et le coût du logement. Pour qu’ils soient indifférents à habiter un peu plus près ou un peu plus loin du centre, il faut que si le coût du déplacement s’accroît, c’est-à-dire si la distance augmente, la rente foncière baisse. Ils montrent clairement, en étudiant l’ensemble des aires urbaines françaises, que plus la distance au centre augmente, plus la part des maisons individuelles et de la surface habitable tendent à croître en raison de la diminution de la rente foncière. En distinguant quatre catégories de communes – communes-centres, communes de banlieue, périurbain en deçà de 20 km et périurbain au-delà de 20 km –, leur étude montre enfin qu’en 1996 le revenu moyen des ménages pour l’ensemble des aires urbaines françaises était le plus élevé dans les communes périurbaines et que la progression la plus forte depuis 1984 était enregistrée dans le périurbain au-delà de 20 km (+ 85 %).

75Le « retour à la nature » comme antidote à la grande ville pernicieuse et dangereuse, véritable lieu de perdition a, comme on le sait, fortement influencé le mouvement de suburbanisation aux États-Unis. Cette aspiration à fort soubassement chrétien est également très présente en France où les origines catholiques et paysannes de la majeure partie de la population favorisent un rapport de défiance voire de rejet à l’égard de la grande ville et de son « amoralité » et une volonté de s’en distancier autant que possible grâce au développement des transports individuels et collectifs. Comme le soulignent Sauvage et al. (2002, p. 56) à travers les transformations de l’aire urbaine de Rennes, « le monde de l’origine rurale a longtemps été perçu, représenté, rêvé comme le paradis originel; l’obligation de venir en ville fut, pour de nombreux contingents de ruraux, l’occasion de se joindre aux files des nouveaux urbains destinés à s’établir dans “l’enfer des grands ensembles”… ».

76La forme urbaine, le type d’habitat et la composition sociale des banlieues se sont régulièrement différenciés depuis leur développement rapide dans la seconde moitié du xixe siècle, que nous illustrerons à travers quatre banlieues aux profils bien contrastés de l’aire urbaine de Bordeaux (cf. tableau 8). Autour de la ville-centre s’est d’abord constituée une première couronne de banlieues dont la densité bâtie tend à augmenter; une partie d’entre elles, de tradition industrielle, conservent un appareil productif tout en se tertiarisant. La banlieue industrielle et populaire jouxtant Bordeaux en est un exemple : 60 % de ses logements furent construits avant 1967, 74 % avant 1975, souvent des pavillons pour ouvriers et employés, l’habitat collectif représentant 37 % du total des logements. Banlieue donc ancienne, longtemps seul bastion communiste de l’agglomération, elle connaît depuis la fin des années 80 une certaine forme de gentrification attirant à présent les classes moyennes en quête de maisons individuelles et de jardins à un coût plus abordable qu’à Bordeaux (on compte seulement 30 % de propriétaires à Bordeaux, contre 49 % à Bègles). La progressive diversification sociale et culturelle de cette banlieue provoquée par la migration de ces nouvelles couches sociales explique en grande partie la transition en 1989 d’un communisme municipal traditionnel à un new politics leadership incarné par le médiatique député écologiste Noël Mamère.

Tableau 8. Anciennes et nouvelles banlieues de l’aire urbaine de Bordeaux, 1999

Population

Unités de logement

Construites avant 1949

Construites entre 1949-1974

Construites depuis 1975

Logements collectifs

Revenu médian

Propriétaires de logements (%)

(%)

Bègles

22 538

10 317

37

37

26

37

9 332

49

Lormont

21 340

8 646

10

59

31

71

6 082

30

Le Haillan

8 134

3 142

8

29

63

19

11 240

63

Martignas/Jalle

5 581

1 848

4

15

81

2

11 109

83

Source :INSEE.

77C’est dans cette même première couronne qu’ont été construits dans les années 60 les grands ensembles immobiliers sociaux, à la désormais triste réputation, dans le cadre de l’urbanisme opérationnel et des zones à urbaniser en priorité (ZUP). Ces opérations, destinées notamment à accueillir les enfants du baby-boom, les vagues de migrants d’origine rurale mais aussi les rapatriés d’Algérie ont été concentrées sur des programmes massifs, 60 % des ZUP construites en France offrant une capacité d’accueil comprise entre 2 000 et 5 000 logements. Comme le souligne Burgel (dans Pinol, 2003, p. 690), certaines sont entrées dans la légende des quartiers qualifiés plus récemment de difficiles : Lyon-La Duchère (1958, 6 000 logements), Caen-Hérouville (1962, 8 000), Nantes-Saint-Herblain (1962, 7 500), Marseille-ZUP Nord n° 3 (1964, 25 000), ou Toulouse-Le Mirail (1964, 23 000). Dans l’agglomération de Bordeaux, Lormont appartient à cette catégorie de banlieues caractérisées par la construction de tours et de barres massives de logements sociaux dans les années 1960-1970 : 59 % de ses logements actuels ont été construits en l’espace de seulement onze ans, soit entre 1968 et 1981. Plus tardivement urbanisée que Bègles, Lormont concentre aujourd’hui de nombreux problèmes économiques et sociaux et enregistre, parmi toutes les communes de l’aire urbaine, les taux les plus bas de richesse municipale (6 082 euros par personne de revenu médian) et de propriétaires (30 %), et une forte proportion d’immigrés, près d’un habitant sur cinq.

78À l’ouest de l’agglomération bordelaise, Le Haillan présente un profil urbanistique et sociodémographique tout à fait différent de celui de Lormont. Comme celle-ci, la commune du Haillan est longtemps resté un petit bourg rural peuplé de quelques maraîchers : 8 % seulement des logements existants furent construits avant 1949, et son développement est encore plus récent puisqu’il date surtout des années 1980-1990 ; 63 % des logements ont été construits depuis 1975. Ici, les logements collectifs sont limités (19 %) au profit des pavillons et de l’habitat individuel. La commune attire surtout des cadres moyens et supérieurs, notamment du pôle aéronautique voisin, dotés d’un patrimoine suffisant pour acquérir – niveau de revenu médian de 11 240 euros, soit pratiquement le double de celui de Lormont, et taux de 63 % de propriétaires – plus souvent que louer des maisons spacieuses avec jardins ou parcs. Le prix élevé du foncier découle du niveau élevé de qualité de vie résultant du dynamisme économique, de très bonnes liaisons avec le cour de l’agglomération, de la proximité des lacs, du Médoc et du littoral atlantique, du bon tissu de commerces de proximité, d’infrastructures culturelles et d’équipements sportifs.

79La commune de Martignas-sur-Jalle est une banlieue encore plus jeune dont 81 % des logements ont été construits depuis 1975, presque tous des maisons individuelles (98 % du parc immobilier) et où le pourcentage de propriétaires est l’un des plus élevés de l’aire urbaine (83 %). Comme Le Haillan, ses responsables misent sur ses atouts de qualité de vie et ses aménités pour attirer une population jeune (moyenne d’âge de 35 ans), qualifiée et aisée (11 109 euros de revenu médian) à la recherche d’espace (avec 2 639 hectares, le territoire très boisé est particulièrement étendu puisqu’il représente 53 % de la superficie de la ville de Bordeaux). On peut lire sur le site internet de la municipalité la « publicité » suivante (http:// www.martignas.org/) : « À 18 kilomètres à l’ouest de Bordeaux, à mi-temps des quais de la capitale aquitaine et de l’océan Atlantique, Martignas-sur-Jalle présente tous les atouts d’une ville à la campagne. L’odeur des pins des Landes qui lui servent d’écrin, la douceur de l’air marin, le calme des bords de Jalle offrent aux Martignassais un cadre forestier où il fait bon vivre, à quelques pas d’une des grandes métropoles françaises. »

80Le développement récent de communes périurbaines telles que Martignas confirme en France une tendance de fond observable non seulement aux États-Unis mais également dans d’autres pays industrialisés. La suburbanisation dépend de plus en plus non pas de contraintes exercées par de grands agents publics (État) ou privés (entreprises), mais de stratégies individuelles de migration et de localisation de la part de ménages guidés par les arbitrages auxquels ils procèdent en fonction de leurs préférences résidentielles.

81Historiquement, comme le soulignent Thisse et al. (2003), la répartition des populations et des activités au sein des villes a, pendant longtemps, été dictée par des logiques non économiques. Les règles d’affectation du sol y étaient principalement régies par la coutume, la religion ou le pouvoir politique, ce qui, dans certains cas, pouvait favoriser une plus grande mixité sociale au sein des mêmes quartiers, voire dans les mêmes logements. Dans ces sociétés, toutefois, la proximité spatiale allait souvent de pair avec une distance sociale très grande entre groupes sociaux et individus.

82Lorsque émergèrent la propriété privée des sols et le droit de les aliéner, l’achat et la vente de parcelles conduisirent à une spécialisation croissante des localisations fondée sur leur rentabilité relative. En bref, l’existence de marchés fonciers est devenue un élément structurant de l’espace urbain qui conduit à une séparation progressive des lieux de travail, de résidence et de loisir.

83Le principe de base expliquant la formation du prix du sol – la rente foncière – et l’organisation des activités au sein de l’espace urbain en fonction des variations de ce prix a été énoncé dès 1826 par von Thünen dans son étude de la rente agricole. Ce principe reste valable pour les sols urbains : tout se passe comme si, de manière implicite, chaque ménage comparait toutes les localisations possibles et évaluait pour chacune d’elle le montant maximum (ci-après appelé « enchère ») qu’il serait disposé à payer pour y résider. Chaque lot est alors attribué au ménage ayant l’enchère la plus élevée pour le lot en question. L’enchère d’un ménage pour une localisation particulière dépend de nombreux facteurs tels que la qualité du logement et de son voisinage immédiat, les facilités existantes à proximité et les moyens de transport disponibles. La distance au centre d’emploi où doivent se rendre les membres du ménage reste un des facteurs fondamentaux, même si son rôle décline avec les progrès réalisés dans le domaine du transport.

84Le logement étant un bien essentiel dont la consommation augmente avec le revenu, quand on passe d’une catégorie socio-économique à une autre plus riche, les ménages ont tendance à être plus éloignés du centre-ville afin de pouvoir consommer de plus grandes surfaces. Dans ce cas, ce seraient les ménages les plus pauvres qui s’installeraient près du centre-ville et y utiliseraient de petites surfaces, tandis que les ménages les plus riches devraient résider en périphérie, phénomène effectivement observé dans la plupart des villes américaines, mais également dans des pays d’Europe. Il n’est pas inutile d’insister sur le fait que cette stratification est le résultat d’une concurrence pour l’occupation du sol entre utilisateurs possédant des disponibilités à payer différentes; il n’est en rien le produit de mécanismes de discrimination, quand bien même ceux-ci peuvent, dans la réalité, venir la renforcer.

85La baisse du coût des migrations alternantes, jointe à la hausse des revenus des ménages, constitue la raison majeure de l’étalement caractéristique des villes modernes, y compris en France, beaucoup moins compactes que les villes anciennes (urban sprawl).

86Les choix de localisation des jeunes ménages – qui tendent à se sédentariser après l’âge approximatif de 45 ans – résultent donc d’un arbitrage entre leurs revenus disponibles et la recherche d’un niveau optimal d’aménités locales. Dans de nombreuses aires métropolitaines des États-Unis, le niveau général des aménités disponibles s’est considérablement détérioré dans les villes-centres, contribuant à l’exode massif des catégories supérieures. En revanche, en France, une bonne partie des villes-centres ont longtemps maintenu un niveau élevé d’aménités (patrimoine historique, écoles, institutions culturelles, restaurants, spectacles…) leur permettant de maintenir ou d’attirer sur leur territoire une proportion nettement plus élevée de cadres moyens et supérieurs (voir la comparaison éclairante États-Unis – Allemagne – France de Sellers, 1999). Mais la croissance au cours des dernières années d’une série de désaménités dans les villes-centres françaises – parc immobilier insuffisant et devenu de plus en plus coûteux, problèmes devenus aigus de circulation et de stationnement automobile, pollution croissante dont les effets dangereux sur la santé sont de plus en plus connus et vulgarisés, insécurité perçue comme en augmentation sensible… – a incité une proportion croissante de jeunes ménages à s’installer à une distance suffisante du centre pour acquérir une maison dans une commune périurbaine. Plus le différentiel d’aménités naturelles (topographie), historiques (patrimoine architectural et culturel), et économiques et socioculturelles (commerces, écoles, institutions culturelles) tend à être déséquilibré au détriment de la ville-centre, plus les ménages à statut économique et culturel élevé auront tendance à quitter la ville-centre.

87

Figure 5. Typologie des communes urbaines selon le statut socio-économique et l’homogénéité sociale

Figure 5. Typologie des communes urbaines selon le statut socio-économique et l’homogénéité sociale

88Cette périurbanisation paraît suivre le « modèle US » dans la mesure où elle semble accentuer la ségrégation socio-économique des populations municipales. Nous l’avons vu à travers l’examen des profils du Haillan et de Martignas, deux banlieues parmi les plus récentes et les plus aisées de l’aire urbaine de Bordeaux. Les motifs d’installation et les caractéristiques de leurs habitants illustrent cette tendance à la constitution d’enclaves favorisées. Ces ménages ont les moyens d’acquérir des terrains et des maisons spacieuses bien reliées au centre d’emploi principal de Bordeaux, et de payer un ticket d’entrée qui exclut de facto les groupes sociaux moins favorisés. Il n’est donc pas surprenant que la variation des revenus soit moins importante dans les communes périurbaines que dans les autres des aires urbaines (Caruso, 2003).

89La figure 5 représente une typologie des communes des aires urbaines françaises en quatre catégories dressée selon leur niveau d’homogénéité sociale et de statut socio-économique. Ces deux dimensions paraissent en effet fondamentales pour comprendre les logiques de ségrégation croissante à l’œuvre conditionnant les variations des comportements politiques en fonction des lieux de résidence. Les villes-centres demeurent dans l’ensemble caractérisées en France par un niveau relativement élevé d’hétérogénéité sociale : richesse et pauvreté coexistent sur leur territoire comme en témoignent, sur le territoire d’une même ville, la diversité des profils de leurs quartiers : il suffit de comparer le très prospère 7e arrondissement de Paris (revenu médian de 21 246 euros par personne en 2000) au 19e (8 728 euros) ou, à Marseille, le 8e (12 424 euros) au 3e arrondissement (4 028 euros). Les anciennes banlieues regroupent les banlieues dont le développement s’est effectué pour l’essentiel avant les années 80. On ne peut pas les réduire à un modèle unique tant elles sont socio-économiquement différenciées. Elles se répartissent par conséquent dans les quatre catégories de communes : elles peuvent en effet être socialement hétérogènes et riches comme Mérignac dans l’aire urbaine de Bordeaux, ou relativement pauvres mais en voie de gentrification comme Bègles on trouve également des anciennes banlieues socialement homogènes, composées essentiellement d’ouvriers et d’employés comme Lormont, ou à dominante de population aisée comme Le Bouscat. En revanche, les new suburbs présentent un profil beaucoup plus spécifique puisque, à l’image du Haillan et encore plus de Martignas-sur-Jalle, elles sont socialement homogènes et fortement ségrégées en faveur des couches les plus qualifiées et aisées de la population.

90La ségrégation socio-économique entre communes n’est donc pas un phénomène nouveau : il y a 30 ans déjà, on savait très bien, dans l’aire urbaine de Bordeaux, que selon que vous habitiez Le Bouscat ou Lormont, vous tendiez à être classé comme plutôt riche ou plutôt pauvre. Mais, depuis, les dynamiques de ségrégation résidentielle se sont à la fois diversifié, affiné, et accentué. Les nouvelles banlieues sont la plus claire manifestation de cette évolution. Deux conséquences majeures sont à attendre de cette suburbanisation ségrégative sur les comportements politiques : le déclin de la participation politique d’une part, le développement du conservatisme fiscal d’autre part.

91Plus les communes sont ségrégées les unes par rapport aux autres et par conséquent socialement homogènes, moins les enjeux politiques municipaux feront l’objet de débats et de conflits faute de dissensus, conduisant à une faible mobilisation politique des citoyens. L’atténuation des clivages sociaux et de la conflictualité politique favorise nettement l’abstention aux élections locales (comme le montre l’analyse anglo-française multivariée de Hoffmann-Martinot, Rallings et Thrasher, 1996). On peut donc supposer que toutes choses égales par ailleurs – c’est-à-dire à mobilité géographique et structure de la compétition politique équivalentes – la participation électorale devrait être supérieure dans les villes-centres et les banlieues socialement hétérogènes que dans celles socialement homogènes. Parmi ces dernières, on peut également formuler l’hypothèse que la surreprésentation des propriétaires dans les nouvelles banlieues – une catégorie de citoyens plus intéressée par les enjeux politiques locaux pour des raisons liées aux effets directs des politiques municipales (fiscales, urbanistiques, d’infrastructures…) sur leur patrimoine immobilier – devrait favoriser un niveau relativement plus élevé de participation électorale que dans les anciennes banlieues.

92Jusque dans les années 80 et à la mise en œuvre progressive de la réforme de décentralisation, la fiscalité locale était étroitement contrôlée par l’État notamment à travers la fixation des taux. Depuis cette époque, elle a sensiblement augmenté et constitue un élément désormais déterminant dans les choix de localisation des entreprises et des ménages, ce qui singularise sans doute la France par rapport aux autres pays européens. Comme le rappelle Gilbert (1999), d’une part l’autonomie fiscale locale est particulièrement élevée en France à travers la marge de manœuvre dont disposent les collectivités locales pour fixer les quatre impôts directs (taxe professionnelle, taxe d’habitation, taxe foncière sur les propriétés bâties, et taxe foncière sur les propriétés non bâties), et d’autre part cette autonomie varie considérablement d’un territoire à l’autre en raison du degré très élevé de fragmentation géopolitique. En d’autres termes, la théorie du vote avec les pieds de Charles Tiebout, dont on connaît certes les limites d’application, trouve en France un terrain d’illustration et de manifestation certainement plus pertinent que dans des pays européens territorialement plus consolidés où l’autonomie fiscale municipale est plus limitée comme l’Allemagne ou les Pays-Bas. Le citoyen français peut espérer trouver sur « le marché de la localisation » un large éventail de rapports qualité/prix lui permettant d’arbitrer en fonction de ses préférences entre un nombre élevé de combinaisons de coûts, d’avantages et d’aménités. Au sein d’une même région urbaine, cette offre tendra à être d’autant plus diversifiée que le territoire global sera fragmenté. À niveau équivalent de coûts (foncier et de transports) et d’aménités, les ménages relativement aisés souhaitant s’installer en banlieue privilégieront les communes à faible pression fiscale, souvent localisées à l’extérieur des agglomérations et de leurs structures intercommunales telles que les communautés urbaines ou les districts. L’attractivité dans l’aire urbaine de Bordeaux d’une banlieue comme Cestas, qui borde le territoire de la lourde et chère Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) sans lui appartenir (par conséquent à la fois proche géographiquement et distante fiscalement), tient précisément à la charge fiscale locale sensiblement moins lourde qu’elle impose à ses habitants en comparaison des 27 communes de la CUB.

93Les stratégies fiscales individuelles de ce type tendent à se développer en particulier dans les aires urbaines dont la situation socio-économique de la ville-centre est défavorable ou en détérioration et la contraint à augmenter sa pression fiscale. La poursuite de la décentralisation, qui se traduit par un progressif désengagement financier de l’État notamment pour le financement d’équipements lourds de centralité (opéras, musées, bibliothèques…), ainsi que la concentration croissante de populations dépendantes dans les villes-centres (personnes âgées, pauvres notamment) ont sensiblement accru le fiscal stress pesant sur les villes-centres. En comparaison, la charge fiscale locale par habitant apparaît généralement bien moindre dans des banlieues à population réduite, aisée, et homogène, bénéficiant en outre de la présence de quelques entreprises dynamiques contribuant substantiellement au budget municipal via la taxe professionnelle. L’objectif de payer moins d’impôts dans une commune menant une politique modérée de dépenses détermine par conséquent le comportement de localisation des ménages dans les nouvelles banlieues, plutôt que dans les autres communes urbaines. Même si l’on doit examiner avec une grande prudence la relation entre composition sociale et couleur politique d’une municipalité, remarquons cependant que la migration de classes moyennes et supérieures à la périphérie tend objectivement à réduire l’assise électorale de la droite. Il y a encore 20 ans, la structure plus bourgeoise des villes-centres facilitait leur contrôle par des majorités de droite : c’était le cas en 1983 des deux tiers environ (27) des centres de nos 42 aires urbaines. Vingt ans plus tard, la droite n’en dirige plus que la moitié (21).

94Ce conservatisme fiscal atteint des degrés et s’exprime politiquement selon des formes différentes selon le type de banlieues. Rejoignant l’argument de Gainsborough (2001) appliqué aux États-Unis, notre hypothèse est que les nouveaux suburbains, étant donné leur choix de résidence et d’existence, sont porteurs de préférences économiques et fiscales conservatrices influençant directement le choix de leurs leaders locaux et les policy outputs de leurs municipalités. Ce conservatisme fiscal plus ou moins explicite et accentué peut certes se combiner avec un libéralisme socioculturel en recomposant une New Political Culture (Clark et Hoffmann-Martinot, 1998) susceptible d’être incarnée par des élus indépendants et de droite, mais aussi par des leaders de gauche modérés tels que des socialistes pragmatiques. Aussi générale soit-elle, une telle évolution ne peut être ramenée ou réduite à un modèle unique et uniforme de conservatisme. Pour ces new suburban, qui ne sont pas uniquement mûs par le self-interest, il ne s’agit pas de bannir ou de limiter systématiquement tout interventionnisme public municipal : ils pourront au contraire souhaiter le développement d’équipements scolaires et socioculturels. Si leur sociotropisme leur permet de rechercher non pas la simple conservation mais aussi l’amélioration de leur localité, la structure sociale homogène et l’esprit de celle-ci ne doivent cependant pas être fondamentalement modifiés.

Notes

1 Dans les analyses de cette étude, seule la partie française de cette région urbaine frontalière est cependant prise en considération.

2 Hintze, 1962, p. 227.

3 La mesure comparative du surpeuplement dans les villes a été entreprise dès les années 30 par le Bureau international du Travail à l’échelle européenne, Cf. Pinol, 2003 (vol. II, 229 sq.). Sur l’évolution des statistiques depuis le recensement de 1891 et la baisse tendancielle du surpeuplement des logements à Paris, voir Fijalkow, 1998.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Aires urbaines de plus de 200 000 habitants, 1999
Légende Source : INSEE, Recensement général de la population, 1999. Cartographie : Monique Perronet-Menault, CNRS, 2003.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9458/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 1. La mesure de l’étalement urbain dans l’ensemble des aires urbaines françaises : évolution du nombre de communes dans les pôles urbains et les couronnes périurbaines entre 1968 et 1999
Légende Source : Julien (2003).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9458/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 2. La fragmentation géopolitique des 42 aires urbaines françaises de plus de 200 000 habitants
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9458/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Carte 2. L’aire urbaine de Paris en 1999
Légende Source : INSEE, Recensement général de la population, 1999. Cartographie : Monique Perronet-Menault, CNRS, 2003.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9458/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Carte 3. L’aire urbaine de Bordeaux en 1999
Légende Source : INSEE, Recensement général de la population, 1999. Cartographie : Monique Perronet-Menault, CNRS, 2003.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9458/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 3. Indice de disparités socio-économiques entre villes-centres et banlieues
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9458/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 4. Distribution du revenu municipal médian par habitant en euros, 2000
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9458/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 5. Typologie des communes urbaines selon le statut socio-économique et l’homogénéité sociale
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9458/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site