Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique et métropole

 | 
Vincent Hoffmann-Martinot
, 
Jefferey Sellers

Chapitre 4. Différenciation sociospatiale et changement politique en Suisse1

Daniel Kübler et Urs Scheuss

Texte intégral

  • 1 Traduit de l’anglais par Patrick Csikos. Ce chapitre se base sur une recherche menée grâce à une bo (...)

1La Suisse n’est pas particulièrement réputée comme étant un pays urbain. Avant le xixe siècle, les villes helvétiques étaient de petite taille en comparaison à d’autres villes européennes. Ceci était principalement dû à l’absence de monarchie et à la décentralisation du pouvoir politique. La croissance urbaine débute approximativement au milieu du xixe siècle avec l’industrialisation (cf. Rossi, 1995 ; Schuler, 1999). Dans un premier temps, l’augmentation de la population dans les villes correspond à la croissance des emplois au sein du secteur industriel. Cette expansion était généralement contenue dans les limites territoriales et juridictionnelles des villes. Après la Première Guerre mondiale, de nouvelles habitations sont progressivement construites dans les communes voisines, accentuant la séparation entre lieu de travail et d’habitation. Il en résulte des mouvements de migrations pendulaires utilisant principalement le train comme moyen de transport. Cette tendance à la suburbanisation s’est encore accentuée après la Seconde Guerre mondiale avec une nouvelle croissance de la population urbaine, principalement due à la reprise économique. Corollaire à la démocratisation de l’automobile, de nouvelles habitations sont progressivement construites dans des communes rurales, bien loin des réseaux de chemin de fer préexistants. Un nombre croissant de pendulaires commence alors à utiliser un véhicule privé pour se rendre sur son lieu de travail. À cette époque, la majorité des emplois sont encore situés au sein des villes-centres. Cependant, l’emplacement des pôles économiques se déplace progressivement vers des aires suburbaines. À la fin de ce processus, on assiste non seulement à une décentralisation de l’habitat, mais également du système productif. À partir des années 70, avec le déclin progressif de la production industrielle, la dynamique d’urbanisation en Suisse commence à suivre un modèle postindustriel. La haute valeur ajoutée des activités de service a pour conséquence un renchérissement important du prix des terrains au sein des villes. Cela conduit les populations urbaines à rechercher des habitations moins onéreuses en dehors de la ville-centre. À cela s’ajoute le fait que la croissance des salaires des ménages a eu pour conséquence une augmentation de la demande de surfaces habitables et de logements individuels « pour se mettre au vert », d’où une situation d’exode urbain. On assiste en effet lors de cette période à un départ massif de familles aisées, qui conduit à une stagnation, voire une baisse de la population résidente des villes-centres. Pourtant, à partir du milieu des années 80, l’internationalisation croissante des échanges économiques, sociaux et culturels a ouvert un nouvel horizon cosmopolite au développement urbain en Suisse. D’une part, on assiste alors à l’émergence d’une nouvelle « élite » cosmopolite, formée de jeunes adultes hautement qualifiés, cherchant à vivre dans un environnement urbain prospère. Ce phénomène a d’ailleurs conduit, dans un nombre important de villes-centres, à la reconversion et à la « gentrification » d’anciennes friches industrielles et faubourgs ouvriers. D’autre part, du fait de l’intensification des flux migratoires internationaux, la proportion d’immigrants faiblement qualifiés s’est aussi accentuée, en particulier dans ces faubourgs ouvriers des villes-centres. Dans le même temps, on assiste continuellement à un exode des populations urbaines, qui s’installent en dehors des villes-centres. Les aires métropolitaines s’étendent alors au sein des campagnes autrefois essentiellement rurales, grâce notamment aux importantes améliorations des transports publics durant les années 90. Par conséquent, l’interconnexion croissante entre les grandes agglomérations, les agglomérations secondaires et de centres régionaux a eu pour effet l’émergence de 5 grands pôles urbains : Zurich, Genève-Lausanne, Bâle, Berne et le sud des Alpes urbain qu’est le Tessin. Fermement établis en haut de la hiérarchie urbaine nationale, ces grands pôles sont incontestablement les moteurs de l’économie suisse, et les principaux centres d’activités culturelles et sociales du pays.

2Après avoir dressé un portrait général de la situation en Suisse, l’objectif de ce chapitre est de présenter des données comparables au niveau international sur les divers aspects du processus de métropolisation de ce pays. En nous basant sur le programme de recherche défini par l’Observatoire international des métropoles, nous examinerons des agglomérations suisses en nous concentrant spécifiquement sur le processus de suburbanisation, la fragmentation géopolitique, la polarisation socio-économique, et sur la différenciation spatiale du comportement politique. Nous conclurons que les principaux aspects de la transformation métropolitaine en Suisse sont semblables au modèle nord-américain. Cependant, des réserves devront être formulées au sujet de la polarisation socio-économique et du comportement politique.

Agglomérations en suisse

Urbanisation et métropolisation

  • 2 Conceptuellement, les agglomérations helvétiques (en allemand : agglomerationen ; en italien : aggl (...)

3La statistique territoriale suisse opère une distinction entre les zones rurales et urbaines. Celles-ci sont calculées tous les dix ans sur la base du recensement fédéral de la population. Selon la définition opérée par l’Office fédéral de la statistique, les zones urbaines helvétiques sont constituées de toutes les agglomérations2, auxquelles s’ajoutent les villes dites isolées, c’est-à-dire des communes qui comptent plus de 10 000 habitants mais autour desquelles aucune agglomération ne s’est développée.

4Les agglomérations ont été définies pour la première fois lors du recensement de 1930, sur la base de critères morphologiques d’un environnement bâti continu. À la suite de celui de 1980, l’élaboration d’une nouvelle formule (Schuler, 1984) (cf. encadré 1) a permis de se focaliser plus spécifiquement sur des critères fonctionnels – tels que les flux de pendulaires – en lieu et place de critères morphologiques. Une approche similaire a été utilisée (avec quelques adaptations mineures) pour la délimitation des agglomérations lors des recensements de 1990 (Schuler, 1994) et 2000 (Schuler et al., 2005).

5Contrastant nettement avec l’image « cliché » d’un pays aux montages bucoliques, « patrie de Heidi », la Suisse s’avère être, au début du xxie siècle, un pays fortement urbanisé. À l’heure actuelle, près des trois quarts de la population helvétique vivent dans une zone urbaine (tableau 1). Les taux d’urbanisation et de métropolisation (défini ici comme la proportion de la population vivant dans une agglomération de plus de 200 000 habitants) ont ainsi fortement augmenté durant les deux dernières décennies du xxe siècle. Une comparaison des taux de croissance entre 1980 et 2000 montre que l’accroissement global de la population (+ 14,5 %) peut être expliqué par l’augmentation des populations urbaines (+ 36,5 %). En se focalisant spécifiquement sur ces zones urbaines, on constate même que la croissance de cette population est principalement le fait de l’augmentation du nombre d’habitants au sein des agglomérations (+ 43,8 %).

Encadré 1Critères de définition des agglomérations, depuis 1980

a) Les agglomérations comptent au moins 20 000 habitants et sont constituées par la réunion des territoires de communes adjacentes.
b) Chacune possède une zone centrale, généralement représentée par une ville principale (ville-centre).
c) Une commune est rattachée à l’agglomération si au moins 1/6 de sa population résidente est constituée de pendulaires se déplaçant vers la zone centrale. De plus, elle doit remplir 3 des 5 critères suivants à l’exception de la combinaison c2-c3-c5.
c1 : lien de continuité de la zone bâtie avec la commune noyau, c’est-à-dire une absence d’espaces non bâtis dépassant 200 mètres (par ex. : parcelles agricoles, forêts, etc.) ;
c2 : la densité combinée habitants/emplois en fonction de la superficie habitable dépasse 10 par hectare ;
c3 : l’augmentation de la population lors des 10 dernières années est au moins supérieure de 10 % à la moyenne nationale (ce critère ne concerne que les communes nouvellement rattachées à l’agglomération) ;
c4 : au moins un tiers des résidents actifs travaille dans la zone centrale ;
c5 : la proportion des résidents travaillant dans l’agriculture ne dépasse pas le double de la moyenne nationale.

Tableau 1. Taux d’urbanisation et de métropolisation (population)

1980

1990

2000

Population

totale

6 365 960

6 873 687

7 288 010

urbaine

3 914 904

4 737 376

5 345 452

métropolitainea

2 120 610

2 397 697

2 888 437

Taux d’urbanisation

(%)

61,5

68,9

73,3

Taux de métгopolisation

33,3

34,9

39,6

a. Population vivant dans les agglomérations comptant plus de 200 000 habitants dans l’année en question.
Source : Office fédéral de la statistique, données du recensement de la population.

  • 3 Le projet de l’OIM s’intéresse aux agglomérations comptant approximativement 200 000 habitants et p (...)

6Les agglomérations sont ainsi progressivement devenues dominantes en Suisse, et ceci non seulement en termes de population, mais aussi en termes d’entités statistiques territoriales. En effet, une analyse plus fine de la composition des zones urbaines montre que leur nombre, en tant que catégorie statistique territoriale, s’est sensiblement accru, alors que dans le même temps, le nombre de villes isolées a diminué (Bundesamt für Statistik, 2003). En 1980, 33 agglomérations ont été identifiées, contre 15 villes isolées. En 1990, on compte 48 agglomérations et 9 villes isolées. Enfin, en 2000, le recensement de la population a permis d’identifier 5 villes isolées et 50 agglomérations. Sept d’entre elles entrent dans les critères de l’Observatoire international des métropoles, ce qui nous permet de les étudier plus en détail (tableau 2)3.

Suburbanisation et étalement urbain

  • 4 Dans la mesure où la définition des agglomérations a été modifiée en 1980 dans les statistiques off (...)

7Les chiffres suivants donnent un aperçu du développement spatial des 7 agglomérations qui nous intéressent. Ils montrent bien l’extension de ces aires durant les trois dernières décennies du xxe siècle4.

Tableau 2. Population totale et taux de suburbanisation

AM

Population totale (habitants)

Population en dehors de la ville-centre (%)

1980

1990

2000

1980

1990

2000

Zurich

838 664

940 180

1 084 027*

55,9

61,2

66,5

Bâle

486 917*

559 748*

691 606*

62,6

68,1

75,9

Genève

440 169*

553 746*

636 937*

64,4

69,1

72,1

Berne

298 125

332 494

349 096

51,3

59,0

63,2

Lausanne

253 003

267 474

311 441

49,7

56,5

59,9

Lucerne

156 867

177 734

196 550

59,7

65,7

69,7

Lugano

89 453

104 547

136 032*

68,9

75,8

80,5

* y compris les communes situées sur sol étranger (agglomérations transfrontalières).
Source : Office fédéral de la statistique, données du recensement de la population.

8On constate que le modèle de développement démographique et spatial est semblable pour chacune des 7 agglomérations qui nous intéressent. Elles affichent toutes une croissance générale entre 1980 et 2000, bien que les taux varient considérablement entre elles. Cette croissance a été particulièrement dynamique à Lugano (+ 52,1 %), Genève (+ 44,7 %) et Bâle (+ 42,0 %). Elle a été plus faible à Zurich (+ 29,3 %), Lucerne (+ 25,3 %) et Lausanne (+ 23,1 %), alors qu’elle a clairement été la plus faible à Berne (+ 17,1 %). Le processus de suburbanisation explique la majeure partie de cette croissance. La part de la population située en dehors de la ville-centre a augmenté dans chacune des 7 agglomérations que nous avons examinées (tableau 2), et ceci particulièrement à Lugano, Bâle, Genève et Zurich. On constate que dans une agglomération helvétique standard, près de deux tiers des résidents se situent actuellement en dehors de la ville-centre. De plus, à l’exception de Genève, les populations des villes-centres ont sensiblement diminué entre 1980 et 2000 – une tendance qui a débuté dans les années 70 déjà. Cependant, si l’on s’attarde plus spécifiquement sur les chiffres de ce type de population, on constate que cette tendance ralentit, ou dans certains cas, s’est inversée vers la fin des années 90.

9Au sein des aires suburbaines, la croissance de la population a principalement eu lieu à la périphérie externe des agglomérations, généralement à travers un processus d’étalement sur les anciennes zones rurales. La baisse de la densité de population (tableau 3) indique que les agglomérations suisses se sont développées plus rapidement au niveau de leur surface territoriale qu’au niveau de leur population. Cependant, dans le cas de Lugano, la faible densité de population est à replacer dans un contexte topographique particulier. Elle s’est étendue sur des pentes montagneuses où les communes ont une surface territoriale importante, mais de petites zones constructibles. En termes de surface territoriale, les zones constructibles suburbaines que nous avons étudiées ont fortement augmenté et représentent actuellement plus de 90 % de l’ensemble des agglomérations (tableau 3). Cette proportion s’avère être beaucoup plus importante que leur population globale tableau 2) et illustre le fait que la densité de population diminue à mesure que l’on s’éloigne de la ville-centre.

Tableau 3. Densité de population et proportion d’aires territoriales en dehors de la ville-centre

AM

Densité d’habitants par hectare

Aire territoriale en dehors de la ville-centre (%)

1980

1990

2000

1980

1990

2000

Zurich

12,4

11,1

10,0*

87,1

89,6

95,0*

Bâle

21,6*

15,0*

10,0*

85,9*

91,2*

91,9*

Genève

17,5*

9,7*

10,3*

92,3*

96,4*

96,5*

Berne

9,2

8,1

7,3

84,1

87,4

89,3

Lausanne

12,8

10,7

10,0

79,1

85,0

86,7

Lucerne

11,5

10,6

9,9

88,4

90,6

92,0

Lugano

6,7

6,2

5,9*

89,9

92,0

93,4*

* sans les communes situées sur sol étranger (agglomérations transfrontalières).
Source : Office fédéral de la statistique, données du recensement de la population et données statistiques territoriales.

Fragmentation géopolitique

10La métropolisation a eu un impact significatif sur le développement et le remodelage des territoires fonctionnels en Suisse. Paradoxalement, la structure institutionnelle territoriale n’a quant à elle pratiquement pas changé depuis le début du xxe siècle.

11Le territoire des cantons – le niveau territorial intermédiaire entre les communes et la Confédération helvétique – n’a pour ainsi dire pas subi de changements majeurs depuis le milieu du xixe siècle. En tant qu’États fédérés, les cantons représentent les entités constitutives du fédéralisme suisse. De ce fait, les obstacles formels à tout changement de frontières cantonales sont si importants qu’ils s’avèrent pratiquement impossibles à mettre en œuvre (Germann, 1999, p. 397).

  • 5 La législation sur les communes est une compétence cantonale et diffère d’un canton à l’autre. Dans (...)
  • 6 Il convient de préciser que les chiffres cités dans ce texte se rapportent à la situation de Lugano (...)

12En ce qui concerne le niveau communal, les fusions n’ont jamais été populaires, principalement en raison d’une autonomie locale élevée5. Néanmoins, de significatives consolidations institutionnelles au sein d’agglomérations se sont produites à travers l’annexion de communes de banlieue par de grandes villes entre 1893 et 1934. Pour celles qui nous intéressent, les annexions les plus significatives ont eu lieu à Zurich (1893 : 11 communes ; 1934 : 8 communes), Bâle (1908 : 1 commune), Berne (1919 : 1 commune) et Genève (1931 : 3 communes). À l’époque, ces communes suburbaines à faibles ressources acceptèrent une fusion avec des villes-centres prospères pour lesquelles l’acquisition d’un espace territorial supplémentaire s’avérait nécessaire afin d’assurer leur développement futur. Après 1934, de telles fusions se firent très rares ou n’étaient tout simplement pas significatives en termes de population ou de surface. Seule Lugano procéda à une fusion de 2 communes suburbaines avec la ville-centre en 1972. Ce phénomène de rareté en matière de fusions peut être expliqué par la raison suivante : profitant du développement important de la suburbanisation après la Seconde Guerre mondiale, la plupart des communes suburbaines ont pu consolider leurs bases financières, tandis que les villes-centres ont commencé à sombrer dans des difficultés économiques avec la perte progressive de riches contribuables. Plus récemment, seule la ville de Lugano, ayant une forte assise financière, est parvenue, en 2004, à annexer 8 communes suburbaines, doublant ainsi pratiquement sa population6.

13Pendant les années 70, la création d’institutions régionales (c’est-à-dire situées entre les communes et le niveau cantonal) a été limitée aux régions montagneuses périphériques afin d’améliorer leur infrastructure et favoriser ainsi leur développement économique. Le projet de création d’une institution d’agglomération à Fribourg constitue, jusqu’à présent, la seule tentative visant à la création d’un gouvernement régional à deux niveaux au sein d’une agglomération en Suisse. Cependant, les perspectives de ce projet ne sont pas encore très prometteuses : après son lancement en 1995, le processus de création de l’institution est toujours loin d’être achevé, et les observateurs sont sceptiques quant à la réelle volonté politique de réaliser une institution dont la portée sera plus ambitieuse que la simple somme des parties en présence (Dafflon et Rüegg, 2001).

14La fragmentation institutionnelle des agglomérations suisses est semblable à celle observée dans des agglomérations en France ou aux États-Unis. Nous avons donc à faire à une fragmentation relativement élevée en comparaison internationale. Les chiffres de l’indice Zeigler-Brunn (1980), exprimant le nombre de communes par 10 000 habitants, divisé par la part de population au sein de la ville-centre en pourcent de la population totale de l’agglomération, nous montrent que la fragmentation institutionnelle tend à augmenter durant les deux dernières décennies du xxe siècle (tableau 4). Ces chiffres soulignent également la fragmentation extraordinairement élevée de l’agglomération de Lugano.

Polarisation socio-économique

15Comme ailleurs, le processus de suburbanisation dans les agglomérations suisses n’a pas été neutre d’un point de vue sociologique. C’est ainsi principalement les familles et les riches contribuables qui ont délaissé les villes-centres pour de nouveaux logements individuels dans la couronne extérieure verte, laissant derrière eux les segments de population défavorisés. De même, les proportions grandissantes d’immigrants peu qualifiés au sein de faubourgs ouvriers ont été considérées comme causes de difficultés urbaines dans les villes-centres helvétiques (cf. Frey, 1996). Les tentatives d’explication de ces difficultés suggèrent qu’elles sont provoquées par l’exploitation suburbaine des villes-centres : les charges de centre ne sont pas compensées et sont aisément externalisées par les communes suburbaines (cf. Conseil fédéral suisse, 1999).

Tableau 4. Nombre de communes au sein de l’agglomération, proportion de la population des villes-centres, indice de fragmentation Zeigler-Brunn

AM

Commune au sein de l’agglomération

Proportion de la population des villes-centre

Indice Zeigler-Brunn

1980

1990

2000

1980

1990

2000

1980

1990

2000

Zurich

80

101

133

44,1

38,8

33,5*

2,2

2,8

3,6*

Bâle

39

57

118

37,4

31,9

24,1

1,4*

2,1*

4,4*

Genève

62

108

127

35,6

30,9

27,9

2,9*

4,2*

4,2*

Berne

22

34

43

48,7

41,0

36,8

1,5

2,5

3,3

Lausanne

42

60

70

50,3

43,5

40,1

3,3

4,7

5,6

Lucerne

11

16

17

40,3

34,3

30,3

1,7

2,6

2,9

Lugano

53

65

77

31,1

24,2

19,2

19,1

25,7

27,1*

* sans les communes situées sur sol étranger (agglomérations transfrontalières).
Source : Office fédéral de la statistique, données du recensement de la population.

Villes-centres en détresse, communes suburbaines fortunées ?

  • 7 Plus précisément, les indicateurs sont définit comme suit :

16Suivant les travaux de Nathan et Adams (1976), nous avons identifié six indicateurs de difficultés urbaines : la proportion de personnes avec un bas niveau d’éducation, la proportion d’universitaires, la proportion de personnes dépendantes, la proportion de retraités, la proportion de chômeurs, et culturelle7. Sur la base de ces indicateurs, des indices composites ont été calculés pour les villes-centres et la banlieue (c’est-à-dire les communes suburbaines) de chaque agglomération (tableau 5). En terme de classement interagglomération, les chiffres montrent que l’agglomération de Lugano a de loin le plus grand nombre de difficultés urbaines. Dans une perspective diachronique, il n’y a pas de tendance générale vers une augmentation des difficultés urbaines au sein des villes-centres et d’une diminution parallèle de ces difficultés au sein des communes suburbaines. Si l’on peut considérer que les difficultés des villes-centres ont été en augmentation à Bâle, Lausanne, Lucerne et Lugano, elles ont par contre diminué à Zurich, Genève et Berne. Dans les aires suburbaines, les difficultés ont uniquement diminué à Lausanne et à Lugano, tandis que l’on constate une augmentation dans toutes les autres agglomérations – contrastant ainsi fortement avec la thèse de l’exploitation des villes-centres par les communes suburbaines.

Tableau 5. Indices composites de difficultés urbaines, villes-centres et banlieues

AM

Villes-centres

Banlieues

1980

1990

2000

1980

1990

2000

Zurich

33,9

30,8

24,3

20,4

20,8

21,3*

Bâle

61,9

59,8

62,9

33,0*

47,5*

48,7*

Genève

31,3

48,1

32,8

44,6*

60,5*

54,6*

Berne

27,0

37,6

17,0

22,2

33,7

25,8

Lausanne

39,9

46,8

52,5

51,7

59,6

44,8

Lucerne

34,7

40,8

41,6

53,4

46,6

57,3

Lugano

79,9

85,5

86,5

87,7

77,0

73,4*

* sans les communes situées sur sol étranger (agglomérations transfrontalières).

17On note que les indices servant à mesurer les différences en matière de difficultés des villes-centres et de leurs banlieues se dirigent dans une direction semblable (figure 1). Bien que les disparités entre les villes-centres et leurs banlieues aient globalement augmenté entre 1980 et 1990, elles ont diminué à nouveau dans la dernière décennie du xxe siècle, allant même jusqu’à descendre au-dessous des niveaux de 1980, et ceci pour tous les cas étudiés, à l’exception de Lausanne. Ce constat remet en cause la thèse de l’exploitation des villes-centres par la zone suburbaine en tant que règle générale s’appliquant aux agglomérations suisses. Ces résultats montrent plutôt que les disparités entre les villes-centres et leurs banlieues ont été réduites.

Figure 1
Indices de disparité entre les villes-centres et leur banlieue (CSHDI), 1980-2000

Ségrégation sociale

  • 8 L’indice est exprimé par la formule suivante (Massey et Denton 1988, p. 284) :

18Un autre moyen de mesurer la polarisation sociale dans les espaces urbains est l’indice de dissimilitude (dissimilarity index, Massey et Denton, 1988), par lequel la ségrégation sociale est conceptualisée en tant que distribution inégale d’un groupe minoritaire au sein des différentes unités d’une aire métropolitaine8.

  • 9 Défini en tant qu’employés ou ouvriers non qualifiés, c’est-à-dire la catégorie la plus basse dans (...)

19L’indice de dissimilitude a été calculé en employant la faiblesse du statut socio-économique pour mesurer la ségrégation sociale9, ainsi que les langues européennes non occidentales pour mesurer la ségrégation ethnique (tableau 6). En général, la ségrégation sociale et ethnique est très faible en Suisse comparativement à d’autres pays où ces chiffres sont sensiblement plus importants, et dans lesquels on peut dénoter la formation de ghettos sociaux ou ethniques (États-Unis). Une analyse focalisée sur les seules agglomérations indique que la ségrégation sociale et ethnique a augmenté dans quelques endroits seulement. Ainsi, on peut constater que ce type de ségrégation s’est brusquement élevé à Lugano, Lausanne et Lucerne tandis qu’elle a clairement été plus faible dans les autres agglomérations.

Tableau 6. Ségrégation par la faiblesse du statut socio-économique et par les langues européennes non occidentales (indice de dissimilitude)

AM

Statut socio-économique faible

Langue européennes non occidentales

1980

1990

2000

1980

1990

2000

Zurich

0,07

0,10

0,10*

0,11

0,15

0,18

Bâle

0,09*

0,10*

0, 10*

0,13*

0, 20*

0,21*

Genève

0,11*

0,13*

0,13*

0,16*

0,18*

0,16*

Berne

0,09

0,10

0,10

0,12

0,15

0,15

Lausanne

0,09

0,12

0,12

0,11

0,13

0,20

Lucerne

0,07

0,09

0,10

0,10

0,15

0,14

Lugano

0,07

0,13

0,13*

0,23

0,26

0,28*

* sans les communes situées sur sol étranger (agglomérations transfrontalières).

Source : Office fédéral de la statistique, données du recensement de la population.

Modèles complexes de disparités socio-économiques

20Au vu de ce que nous avons présenté jusqu’à maintenant, il n’y a, a priori, pas beaucoup d’indices nous permettant de définir une tendance générale à l’augmentation de la polarisation socio-économique entre les villes-centres et leurs banlieues. Cependant, ceci ne doit pas nécessairement nous faire conclure à l’absence de disparités socio-économiques dans les agglomérations suisses. En effet, une récente recherche sur leurs structures sociospatiales (cf. Joye et al., 1995 ; Huissoud et al., 1999) a permis de découvrir qu’à la différence du contexte nord-américain, la ségrégation sociale ne suit pas un modèle parfait de centre-périphérie mais est sensiblement plus complexe. Bien qu’il y ait certainement ségrégation sociale dans ces agglomérations elle ne produit pas nécessairement un contraste entre la ville-centre et le reste de l’agglomération. Alors que les villes-centres ont en général une structure sociale plutôt hétérogène, on constate que la ségrégation a plutôt lieu au sein de la couronne suburbaine (Huissoud et al., 1999, p. 139 sq.). Quelques banlieues, particulièrement celles qui sont pourvoyeuses d’emplois, présentent une large portion de population composée d’immigrants peu qualifiés. D’autres sont simplement des villages-dortoirs dont la population est composée de personnes fortement qualifiées et ayant des capacités financières significatives. Ainsi, au sein des agglomérations suisses, ce n’est pas les villes-centres qui cristallisent la ségrégation. Les clivages sociaux se manifestent plutôt au sein de la couronne suburbaine, entre les communes pourvoyeuses d’emplois et les zones résidentielles.

Une différenciation spatiale du comportement politique ?

  • 10 Afin de correspondre avec les données contextuelles de 1980, les données 1990 et 2000 du recensemen (...)

21Comme nous l’avons montré, le changement métropolitain en Suisse a mené à une réorganisation des structures spatiales et sociales au sein des agglomérations Par conséquent, il y a certaines raisons de croire que ceci a également un effet sur la distribution spatiale du comportement politique et, par extension, sur la politique métropolitaine en général. En se basant sur des données communales ayant trait aux élections nationales10, nous tenterons d’établir s’il existe une différence de comportement politique entre les villes-centres et leurs banlieues dans les 7 agglomérations qui nous intéressent.

La participation

22Comme dans la plupart des autres démocraties industrialisées, la participation électorale en Suisse a largement diminué depuis le début du xxe siècle. En comparaison internationale, la participation y est extrêmement faible, elle est même la plus basse d’Europe de l’Ouest (Wernli, 1999, p. 538). Comme le souligne Linder (1999, p. 66), il existe des explications institutionnelles à ce phénomène. Premièrement, dans le système de démocratie consensuelle helvétique (Lijphart, 1984), les élections n’ont pas pour conséquence des changements de régime politique ; la concurrence entre les partis est de ce fait très limitée. Deuxièmement, en raison du système de démocratie directe, les enjeux politiques sont souvent décidés par des votes populaires, ce qui réduit l’importance de la prise de décision par la voie représentative. En somme, l’enjeu limité des élections explique la faible participation (Klöti et Linder, 1998).

  • 11 Les « modèles de démocratie » varient considérablement d’un canton à l’autre. Pour une analyse plus (...)

23Les niveaux de participation électorale varient considérablement entre les cantons. Linder (1999, p. 67) explique ceci comme étant le résultat de la variété de pratiques et d’institutions au sein de chaque canton11. Il semble en particulier que dans les cantons germanophones, l’utilisation étendue des référendums et des initiatives populaires stimule l’intérêt pour la politique et débouche donc sur des niveaux plus élevés de participation. A contrario, le bas niveau de participation dans les cantons francophones peut s’expliquer par l’importance plus réduite de l’utilisation des instruments de la démocratie directe, ce qui a pour conséquence un intérêt plus limité pour la politique. Une autre approche part du principe que le clientélisme de parti (Vitali, 1996 ; Mazzoleni, 1999) peut expliquer la participation électorale relativement élevée dans la partie italophone du pays.

24Les chiffres de la participation aux élections nationales dans les 7 agglomérations qui nous intéressent reflètent parfaitement ces observations générales (tableau 7). La participation semble être relativement stable, bien qu’étant très basse en comparaison internationale. Elle est la plus haute dans l’agglomération italophone de Lugano, et la plus basse dans les deux régions francophones que sont Lausanne et Genève. Les agglomérations germanophones se situant, quant à elles, entre les deux tendances. Dans 5 agglomérations (Zurich, Genève, Berne, Lausanne et Lugano), la participation est plus haute dans les banlieues que dans les villes-centres. Quant aux 2 agglomérations restantes (Bâle et Lucerne), on ne distingue pas de contrastes entre les villes-centres et leurs banlieues. Ainsi, on constate que ces résultats ne vont pas dans la direction de l’hypothèse qui voudrait que le développement de nouvelles aires urbanisées en dehors des villes-centres conduise à un déclin du niveau de participation et d’engagement politique.

Tableau 7. Participation aux élections nationales, % des votants

Agglomérations

1979

1991

1999

Ville-centre

Banlieue

Ville-centre

Banlieue

Ville-centre

Banlieue

Zurich

44,8

45,8

43,9

46,5

44,0

45,1*

Bâle

38,5

42,5*

43,4

45,2*

46,4

42,8*

Genève

36,2

38,6*

36,9

41,3*

35,2

36,3*

Berne

46,4

51,3

45,3

51,2

43,9

46,2

Lausanne

35,4

36,0

37,6

38,1

31,5

33,0

Lucerne

47,2

50,9

45,2

42,6

48,3

46,6

Lugano

54,9

58,9

63,8

68,1

46,4

50,5*

Suisse

48,0

46,1

43,3

* sans les communes situées sur sol étranger (aires métropolitaines transfrontalières).
Source : Office fédéral de la statistique, données du recensement de la population.

La volatilité

25Le système partisan en Suisse est structuré selon trois clivages sociaux traditionnels (Kriesi, 1995, p. 134 sq.) : un clivage religieux (protestant-catholique), un clivage de classe (gauche-droite), et un clivage rural-urbain. En raison de l’homogénéité territoriale des groupes linguistiques et de leur représentation par l’intermédiaire de l’architecture institutionnelle fédéraliste, le clivage linguistique n’apparaît pas dans le système partisan suisse – ceci à la différence de la Belgique, par exemple. Les facteurs institutionnels tels que le fédéralisme et la décentralisation étendue, la généralisation de la règle proportionnelle lors des élections parlementaires, de même que la démocratie directe, ont mené à un système partisan fortement différencié et fragmenté : la Suisse est ainsi l’un des pays ayant le plus grand nombre de partis politiques (Ladner, 1999, p. 220).

26Malgré la forte fragmentation de ce système, le pourcentage d’électeurs de chaque parti ainsi que leur dotation en sièges au Parlement sont restés remarquablement stables au cours du temps. En comparaison internationale, la volatilité – c’est-à-dire les changements de poids électoral pour chaque parti entre deux élections consécutives – est basse en Suisse. Selon Ladner (1999, p. 224), cette étonnante stabilité du système partisan est la conséquence d’une forme de blocus oligopolistique de la concurrence entre les partis à partir des années 50, due à la pratique de la « démocratie de consensus », construite autour de larges coalitions gouvernementales à tous les niveaux. Cependant, il faut préciser que la volatilité a sensiblement augmenté durant les deux dernières décennies du xxe siècle, résultant principalement de l’arrivée des partis écologistes dans les années 80, de même que, depuis les années 90, de la montée en puissance des partis conservateurs que sont l’Union démocratique du centre (UDC) dans certains cantons germanophones et la Lega dei Ticinesi dans la partie italophone du sud des Alpes.

Tableau 8. Volatilité électorale pour les élections nationales (indices Pedersen)

Agglomérations

1979-1991

1991-1999

1979-1999

Ville-centre

Banlieue

Ville-centre

Banlieue

Ville-centre

Banlieue

Zurich

18,9

16,6

4,5

4,7

17,8

21,0

Bâle

6,9

15,7

11,7

7,7

17,8

23,4

Genève

2,6

2,9

7,5

3,5

6,8

3,9

Berne

7,7

6,6

5,3

4,8

4,7

2,1

Lausanne

7,2

6,6

7,0

5,9

10,0

8,9

Lucerne

7,1

4,5

19,9

24,3

26,1

28,8

Lugano

28,8

28,1

4,0

3,5

39,4

36,6

Suisse

9,3

4,6

13,6

Source : Office fédéral de la statistique, données sur les élections nationales.

27Les données chiffrées de la volatilité pour les élections nationales, dans les agglomérations qui nous intéressent, reflètent en grande partie la situation que nous avons décrite précédemment (tableau 8). Ainsi, la volatilité électorale pour les élections nationales des deux dernières décennies du xxe siècle s’avère être sensiblement plus importante dans les agglomérations germanophones et italophones, reflétant la mobilisation pour les partis nationaux-conservateurs dans ces régions (à l’exception de Berne). Cependant, aucun modèle clair de différenciation ne se détache au sein des agglomérations : on constate que la volatilité électorale n’est pas systématiquement plus haute dans les banlieues que dans les villes-centres.

Les orientations partisanes

  • 12 On se réfère ici au modèle de « communes suburbaines » tiré de la typologie des communes suisses (J(...)
  • 13 On se réfère ici au modèle de « communes périurbaines » et « communes riches » tiré de la typologie (...)

28Certains observateurs ont noté que la redéfinition sociale et spatiale des agglomérations suisses a contribué à l’émergence de nouveaux clivages politiques (Kübler, 2005). Ces clivages sont susceptibles d’émerger en matière de ségrégation sociale entre les villes-centres, la banlieue commerciale et industrielle pourvoyeuse d’emplois12 et la banlieue périurbaine résidentielle13.

29Premièrement, dans les villes-centres, l’exode de familles aisées pendant le processus de suburbanisation a laissé derrière elles des segments de population économiquement défavorisés. En conséquence, l’électorat et les élites politiques dans les villes-centres tendent à montrer une sensibilité plus élevée pour les politiques sociales, et leurs affinités politiques sont plutôt de gauche. Cette orientation de l’échiquier politique n’a pas évolué avec l’arrivée de nouveaux résidents urbains : leur mode de vie ainsi que l’offre culturelle qu’ils recherchaient étant totalement compatibles avec l’idée d’une intervention économique des sphères publiques dans le développement de la ville. Ainsi, la force politique que constitue une gauche traditionnelle, de type syndicaliste et ouvrière, avec une « nouvelle » gauche constituée d’intellectuels a permis la prédominance des partis sociaux-démocrates et Verts au sein des villes-centres. Deuxièmement, dans les zones suburbaines commerciales et industrielles, de nouvelles activités du tertiaire telles que le commerce de détail et les supermarchés, de même que l’industrie, ont constitué des pôles d’attraction pour des travailleurs peu qualifiés. En raison des bas salaires dans ces secteurs économiques, on constate que la proportion d’immigrants s’avère élevée parmi ce type d’employés. On remarque d’autre part que l’urbanisme a souvent été un désastre dans ces zones : les restes d’un minuscule village rural se voient souvent entourés par d’imposants immeubles locatifs, de bâtiments industriels, de même que par de vastes centres commerciaux, entourés par leurs larges parkings. À cela s’ajoute le fait que des conflits interethniques, de même qu’un sentiment d’insécurité et une certaine nostalgie pour le passé rural de la commune, constituent un terreau fertile pour les partis nationaux-conservateurs et les discours populistes. Troisièmement, les zones périurbaines résidentielles sont habitées, la plupart du temps, par des familles aisées qui peuvent financer un logement individuel. Ces dernières affichent un statut social élevé, et sont en général basées sur un modèle familial traditionnel où le mari contribue à la majeure partie du revenu du ménage. Leurs affinités politiques tendent vers le libéralisme économique et elles soutiennent majoritairement des partis de type libéral-conservateur. Ainsi, nous pouvons émettre l’hypothèse selon laquelle les structures politiques privilégiées dans les agglomérations suisses sont caractérisées par un triple clivage spaciopolitique : les villes-centres ont une orientation politique de gauche, les zones suburbaines commerciales et industrielles tendent vers une orientation nationale-conservatrice, et les zones périurbaines résidentielles vers une orientation libérale-conservatrice.

  • 14 Classement des partis politiques suisses selon les trois catégories suivantes :

30Les chiffres concernant les 7 agglomérations qui nous intéressent (tableau 9) indiquent quelques tendances générales au niveau des votes partisans14 en Suisse, mais également quelques formes de différenciations spatiales au sein des agglomérations. En premier lieu, en termes de tendances générales pendant les deux dernières décennies, on constate une augmentation de la part de l’électorat des partis nationaux-conservateurs, combinée avec une perte de voix pour les partis libéraux-conservateurs. On relève cependant quelques exceptions dans les agglomérations de Berne et de Genève. En second lieu, dans l’ensemble des agglomérations, à l’exception de celle de Lugano, la part de l’électorat des partis Verts de gauche est la plus importante dans les villes-centres, et reste relativement stable dans le temps. On constate même une légère augmentation de l’électorat pour les partis Verts de gauche dans les agglomérations de Berne et Genève. Enfin, dans la banlieue, les votes sont clairement orientés vers les partis conservateurs. Ces chiffres ne nous donnent cependant pas assez d’éléments pour nous permettre d’émettre l’hypothèse d’un autre clivage entre les préférences partisanes libérale-conservatrices et nationale-conservatrices.

Tableau 9
Orientations partisanes aux élections nationales, en % des votes pour l’ensemble des sièges à pourvoir

Tableau 9Orientations partisanes aux élections nationales, en % des votes pour l’ensemble des sièges à pourvoir

Source : Office fédéral de la statistique, données sur les nationales.

***

31La situation suisse illustre de nombreuses hypothèses proposées par le projet Observatoire international des métropoles en tant que modèles généraux de changements métropolitains. Comme dans la plupart des autres pays industrialisés, l’urbanisation et la métropolisation y ont sensiblement augmenté. Le pays est clairement dominé par ses agglomérations : elles fournissent un espace de vie pour la majorité des habitants et constituent les moteurs principaux de l’économie. On peut constater que le développement de ces agglomérations s’est essentiellement matérialisé en une croissance de surface, c’est-à-dire à travers une expansion spatiale et un étalement urbain. À cela s’ajoute le fait que, depuis les années 70, les villes-centres ont perdu une partie de leur population et ceci non seulement proportionnellement, mais aussi en chiffres absolus. La croissance démographique s’est concentrée dans les zones résidentielles en périphérie des agglomérations. En conséquence, la densité de population a clairement diminué, indiquant une dispersion croissante des zones constructibles, avec comme corollaire une augmentation des mouvements pendulaires. La fragmentation géopolitique des agglomérations suisses présente aussi des caractéristiques que l’on peut observer ailleurs. Les chiffres de cette fragmentation sont plutôt élevés en comparaison internationale (ils s’approchent de ceux relevés en France et aux États-Unis), et augmentent davantage avec l’expansion suburbaine. En matière de différenciation spatiale du comportement politique, les agglomérations suisses suivent clairement le modèle des banlieues considérées comme bases de soutien aux partis conservateurs. À cet égard, une des questions qui reste à explorer consiste à déterminer si les agglomérations sont plutôt en aval ou au contraire en amont du processus de croissance du vote national-conservateur observé dans tout le pays.

32Une partie des résultats présentés dans ce chapitre suggère que les agglomérations suisses s’écartent du modèle général sur quelques aspects importants. Premièrement, on ne perçoit pas d’augmentation sensible de la polarisation socioéconomique entre les villes-centres et les banlieues. Bien qu’en termes d’indices de difficultés urbaines (urban hardship indices) les villes-centres soient généralement moins bien positionnées que leurs banlieues, les disparités entre elles ont diminué au cours de ces deux dernières décennies. En outre, la ségrégation sociale ne semble pas suivre un modèle classique ville-centre contre banlieue, mais s’avère plus complexe. En effet, on assiste également à la concentration de segments de population à bas statut social dans des communes suburbaines commerciales et industrielles. En second lieu, au niveau du comportement politique, et c’est là peut-être le point le plus important, la participation et les orientations partisanes ne semblent pas être fortement influencées par la transformation métropolitaine. Ainsi, la participation et la volatilité peuvent différer d’une agglomération à l’autre – les tendances générales portent plus largement sur les régions linguistiques au sein desquelles se situent les agglomérations –, mais ne changent pas au sein même des agglomérations.

33En conclusion, l’image d’ensemble des agglomérations en Suisse peut être représentée par un étalement suburbain, une fragmentation géopolitique élevée et une polarisation politique. Il est incontestable qu’une telle tendance est susceptible de poser d’importantes difficultés en termes de gouvernance d’agglomération et de résolution de problèmes. Par extension, cette situation signifie également une forme de reproduction continuelle d’un modèle datant de la création de la Confédération helvétique en 1848 et qui désavantage clairement les villes par rapport aux autres territoires du pays. Dans le passé, les villes, et les intérêts qu’elles défendaient, étaient traditionnellement battues électoralement grâce au poids politique surreprésentatif attribué aux zones rurales dans les institutions cantonales ou fédérales. Le phénomène de métropolisation ne fera pas beaucoup évoluer cette situation. Le caractère dominant des intérêts ruraux dans le passé va simplement et progressivement être remplacé par une domination des intérêts des aires suburbaines.

Notes

1 Traduit de l’anglais par Patrick Csikos. Ce chapitre se base sur une recherche menée grâce à une bourse post-doctorale du Fonds national suisse (n° 8210-067632) attribuée à D. Kübler, de même que sur la recherche doctorale de U. Scheuss, soutenue par le Département de science politique de l’Université de Zurich.

2 Conceptuellement, les agglomérations helvétiques (en allemand : agglomerationen ; en italien : agglomerati) sont similaires aux metropolitan areas nord-américaines (Schuler, 1999, p. 334-340).

3 Le projet de l’OIM s’intéresse aux agglomérations comptant approximativement 200 000 habitants et plus. Six des 50 agglomérations suisses remplissent ce critère. Cependant, en se basant uniquement sur le critère de la taille de la population, seules les parties francophones et germanophones du pays se voient représentées dans l’étude, laissant de côté la partie italophone située au sud des Alpes. Il faut pourtant souligner qu’un grand nombre d’aspects touchant au comportement politique diffèrent de manière significative entre les trois régions linguistiques de la Suisse (Kriesiet al., 1996). De ce fait, et afin de mieux comprendre l’influence des facteurs culturels, Lugano a été incorporée dans notre échantillon à étudier, en tant qu’agglomération d’importance au sein de la partie italophone.

4 Dans la mesure où la définition des agglomérations a été modifiée en 1980 dans les statistiques officielles, les chiffres antérieurs ne sont pas comparables stricto sensu.

5 La législation sur les communes est une compétence cantonale et diffère d’un canton à l’autre. Dans 16 des 26 cantons, la fusion de communes ne peut être décrétée par le canton, mais nécessite l’approbation des communes concernées par référendum. Même au sein des cantons qui peuvent légalement imposer la fusion, très peu d’entre eux sont disposés à agir sans le consentement des communes concernées.

6 Il convient de préciser que les chiffres cités dans ce texte se rapportent à la situation de Lugano avant cette récente consolidation.

7 Plus précisément, les indicateurs sont définit comme suit :

  1. bas niveau d’éducation : proportion de résidents âgés de plus de 14 ans sans formation ou uniquement formation obligatoire ;

  2. proportion d’universitaires : proportion de résidents en possession d’un grade universitaire ;

  3. proportion de personnes dépendantes : proportion de la population de moins de 18 ans et de plus de 65 ans

  4. proportion de chômeurs : proportion de la population sans activité professionnelle et touchant une indemnité ;

  5. hétérogénéité culturelle : proportion de classes scolaires avec plus de 30 % d’élèves de langue maternelle étrangère.

    Source : Office fédéral de la statistique, données du recensement de la population.

8 L’indice est exprimé par la formule suivante (Massey et Denton 1988, p. 284) :

Image

où : ti : population totale de l’unité territoriale i de n communes

pi : proportion de minorités de l’unité territoriale I de n communes

T : population totale de l’agglomération

P : proportion de minorités dans l’ensemble de l’agglomération

9 Défini en tant qu’employés ou ouvriers non qualifiés, c’est-à-dire la catégorie la plus basse dans le système suisse des catégories socioprofessionnelles (Joye et Schuler, 1995).

10 Afin de correspondre avec les données contextuelles de 1980, les données 1990 et 2000 du recensement de population, les données électorales se rapportent aux élections au Conseil national (Nationalrat) de 1979, 1991 et 1999, qui sont organisées selon la règle de la proportionnelle.

11 Les « modèles de démocratie » varient considérablement d’un canton à l’autre. Pour une analyse plus détaillée, voir Vatter (2002).

12 On se réfère ici au modèle de « communes suburbaines » tiré de la typologie des communes suisses (Joye et al., 1988). Ces communes sont situées dans la couronne intérieure des aires métropolitaines et sont caractérisées par la présence d’un nombre significatif d’emplois, ainsi que par une proportion élevée d’immigrants.

13 On se réfère ici au modèle de « communes périurbaines » et « communes riches » tiré de la typologie des communes suisses (Joye et al.., 1988). Elles sont caractérisées par une proportion extrêmement élevée de pendulaires et sont généralement situées à l’extérieur des aires métropolitaines. D’autre part, leur densité de construction est basse, l’habitat est composé de maisons familiales individuelles et relativement récentes, le niveau de salaire des résidants est élevé et la population plutôt jeune.

14 Classement des partis politiques suisses selon les trois catégories suivantes :

  1. Nationaux-conservateurs : Union démocratique du centre (UDC), Parti républicain (Rep), Démocrates Suisses (SD), Eidgenössisch Demokratische Union (EDU), Parti de la liberté (PLS), Lega dei Ticinesi (Lega).

  2. Libéraux-conservateurs : Parti radical-démocratique (PRD), Parti démocrate-chrétien (PDC), Parti libéral suisse (PLS).

  3. Partis de gauche et écologistes : Parti socialiste suisse (PSS), Alliance des indépendants (AdI), Parti évangélique populaire (PEP), Parti chrétien social (PCS), Parti du travail (Pdt), Partito Socialista Autonomo (PSA), Progressive Organisationen der Schweiz (POCH), Feministische und grün-alternative Gruppierungen (FGA), Parti écologiste suisse (PES), SolidaritéS.

Table des illustrations

Légende Figure 1Indices de disparité entre les villes-centres et leur banlieue (CSHDI), 1980-2000
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9457/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 9Orientations partisanes aux élections nationales, en % des votes pour l’ensemble des sièges à pourvoir
Légende Source : Office fédéral de la statistique, données sur les nationales.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9457/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 347k

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540