Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Politique et métropole

 | 
Vincent Hoffmann-Martinot
, 
Jefferey Sellers

Chapitre 3. Les aires métropolitaines et leur impact politique en Allemagne

Mélanie Walter-Rogg

Author's note

Je remercie le Bureau fédéral de la Construction et la Planification régionale de m’avoir fourni les données et les images des aires métropolitaines, ainsi que Martin Sojer pour son aide précieuse dans la rédaction de ce chapitre.

Full text

1Comme dans d’autres nations industrialisées, le processus continu de suburbanisation affectant la population et les entreprises contribue en Allemagne au développement d’aires métropolitaines. Dans certains cas, la migration en provenance de régions moins développées a renforcé cette tendance. Longtemps, le phénomène spatial de suburbanisation n’était observable que dans la partie occidentale de l’Allemagne. Cependant, avec la réunification de 1989 et la généralisation de l’économie de marché, la suburbanisation a également touché l’Allemagne de l’Est. Plusieurs problèmes identifiables dans l’ensemble du pays résultent aujourd’hui de cette évolution spatiale, comme l’étalement urbain, des volumes importants de trafic routier, la baisse de la population dans les villes et une polarisation sociale accrue. La suburbanisation sape en particulier l’un des principaux fondements de l’organisation de l’espace en Allemagne : la décentralisation et la concentration en pôles de développement. Cette suburbanisation cause des problèmes à la fois aux villes-centres et aux banlieues. Les villes-centres perdent leur population tandis que leurs équipements ne sont pas pleinement utilisés, alors que les municipalités situées en périphérie sont confrontées à des difficultés dans la fourniture des services sociaux. L’urbanisation croissante autour des grandes villes répondant aux demandes de terrain pour les commerces, les habitations, et les industries réduit mécaniquement la quantité d’espace libre. Des problèmes supplémentaires sont créés par la distance croissante entre résidence, lieu de travail et espaces commerciaux, et par l’augmentation du volume de trafic qui en découle (FOBP, 2001).

2Dans ce chapitre, nous analyserons l’impact politique de la suburbanisation en Allemagne. Un important groupe de recherche s’intéresse déjà à la forme d’organisation la plus adaptée de la gestion politique des agglomérations urbaines en expansion (Benz et al., 1998 ; Heinz, 2000 ; Benz, 2003). Ces chercheurs travaillent essentiellement sur les solutions institutionnelles apportées aux changements spatiaux et, à un degré moindre, à leur impact sur les citoyens. Nous nous concentrerons surtout ici sur les attitudes politiques et le comportement des habitants des villes et des banlieues. À partir du slogan « le lieu compte », des chercheurs américains et canadiens ont souligné un processus croissant de suburbanisation associé à une polarisation sociale et à des changements dans les orientations politiques et le comportement des citoyens (Hirsch, 1968 ; Greer et Greer 1976 ; Dreier, Mollenkopf et Swanstrom, 2001 ; Sellers, 2004). Ils estiment que les habitants des banlieues se caractérisent par un plus grand conservatisme dans leurs orientations politiques (Gainsborough, 2001 Walks, 2004), une volatilité électorale plus accentuée (Fis-chel, 2001) et une moindre participation politique (Putnam, 2000).

3En nous situant par rapport à ce courant de recherche pour analyser la suburbanisation et son impact politique en Allemagne, nous essaierons de répondre aux trois questions suivantes :

  • quelle est la structure métropolitaine en Allemagne ? Varie-t-elle entre l’Est et l’Ouest ? Observe-t-on des changements dans le temps ?

  • le processus allemand de suburbanisation est-il semblable à celui des États-Unis (existe-t-il un modèle américain) ?

  • peut-on observer des différences dans les attitudes politiques et le comportement des citoyens qui vivent dans les villes et ceux qui de leur périphérie ?

  • Avant d’analyser les attitudes politiques et le comportement politique en tant que variables dépendantes, nous devons interroger la réalité territoriale de la manière suivante :

  • les banlieues constituent-t-elles une proportion croissante des aires métropolitaines et de leur population ?

  • les aires métropolitaines sont-elles de plus en plus fragmentées géopolitiquement ?

  • assiste-t-on en même temps à une polarisation sociale et économique affectant les localités composant les aires métropolitaines ?

4Notre recherche poursuit par conséquent quatre objectifs. Nous présenterons dans un premier temps des informations sur la structure du paysage métropolitain en Allemagne. Nous nous intéresserons ensuite aux problèmes de définition des aires métropolitaines, et donnerons les raisons de notre choix de mesures. La troisième partie caractérisera les 75 aires métropolitaines situées à l’Est et à l’Ouest du pays et donnera des informations sur leur croissance relative en taille et en importance. Nous tâcherons également de répondre aux questions qui se posent sur l’accentuation de la fragmentation géopolitique et de la polarisation économique et sociale dans les régions métropolitaines allemandes. Le dernier objectif est le plus important : il s’agira d’analyser les attitudes politiques et le comportement politique dans une perspective intramétropolitaine et de donner une vue d’ensemble des évolutions convergentes ou divergentes.

La structure spatiale de l’Allemagne

5À la différence de nombreux autres pays européens, où d’importantes fonctions internationales sont concentrées dans une ou deux métropoles, la structure territoriale de la République fédérale d’Allemagne est décentralisée. Alors que seulement 5 % des habitants résident à Berlin, la plus grande ville du pays, 15 % des Français vivent à Paris, 30 % des Grecs à Athènes, et également 30 % des Irlandais à Dublin (FOBP, 2001, p. 13). La distribution spatiale des « fonctions métropolitaines » est similaire à celle de la population. Si on la compare à d’autres pays européens, l’Allemagne a une densité de population particulièrement élevée avec 230 habitants au km2. Avec 116 habitants au km2 de moyenne l’Union européenne lui est bien inférieure seuls la Grande Bretagne, la Belgique et les Pays-Bas sont plus densément peuplés (FOBP, 2001, p. 7). Cette situation se reflète également dans un réseau relativement dense de grandes villes de plus de 100 000 habitants. Ainsi, la structure spatiale de l’Allemagne se distingue par une concentration décentralisée relativement équilibrée de la population, des lieux de travail et des infrastructures dans les villes, les régions urbaines et les agglomérations autant que par des zones rurales étendues.

6Dans la nomenclature de la planification étatique, les lieux centraux constituent le pivot du système urbain. Un lieu central fait référence à « une municipalité, ou une partie de zone d’habitation qui, outre qu’elle pourvoit aux besoins de sa propre population, fournit des fonctions d’approvisionnement supra local à la population de sa sphère d’influence correspondant à la fonction qu’elle occupe dans le système de lieux centraux » (FOBP, 2001, p. 14). Les 154 centres de niveau supérieur sont en général des villes-centres et de grands centres d’économie et d’emploi de plus de 100 000 habitants d’importance nationale. Plus de 1 000 centres de rang moyen ont en général entre 10 000 et 20 000 habitants. Dans les zones rurales, le système des centres de niveau supérieur et moyen est complété par des centres locaux ou mini-centres qui fournissent biens et services à la population de leurs aires respectives.

7Afin de comprendre cette structure spatiale, il est utile d’opérer une distinction entre agglomérations monocentriques et polycentriques. Les premières sont des régions urbaines dans lesquelles l’approvisionnement en services et en infrastructures, ainsi que les activités économiques sont largement concentrés dans un centre de niveau supérieur dominant. La périphérie aiblement peuplée compte très peu de grands centres. Les distances à parcourir pour atteindre les centres de services et d’emplois sont importantes. Les densités d’occupation de l’espace dans les villes-centres y sont élevées, et les logements sont de plus en plus souvent remplacés par des commerces, des bureaux et des équipements. Berlin, Hambourg et Munich en sont l’exemple. Les agglomérations polycentriques sont composées de plusieurs grandes villes dotées d’équipements équivalents. Leurs centres de niveau supérieur ont des zones d’influence plus réduites et sont donc plus faciles à atteindre. Cependant, en comparaison avec les régions monocentriques, elles sont davantage traversées par des voies de transports, et elles comptent par conséquent moins d’espaces naturels, telles les régions Rhin-Ruhr, Rhin-Main et Rhin-Neckar (FOBP, 2001, p. 15).

8Les changements économiques et sociaux tendent à fragiliser cette structure spatiale. La décennie passée a été marquée par une modernisation de l’économie et une mobilité croissante. Les industries et les commerces traditionnels ont décliné ou ont été complètement abandonnés. De nouveaux emplois se sont essentiellement développés dans le secteur des services. Les télécommunications et les innovations dans les transports ont eu une influence décisive sur l’économie et sur le mode de vie des Allemands. L’ajustement des niveaux de vie dans les nouveaux Länder n’a pas progressé autant qu’on pouvait l’espérer et les différences entre l’Est et l’Ouest expliquent des disparités régionales qui perdureront sans doute encore longtemps (FOBP, 2001, p. 23).

Les définitions des métropoles en Allemagne

9La structure territoriale de l’Allemagne et la mobilité de sa population sont étroitement liées. Dans les espaces autour des grandes villes, les modes de mobilité de la population n’ont cessé de changer en raison d’une augmentation des interconnections régionales. « La forte expansion de l’habitat autour des villes a eu pour effet que les banlieues ne peuvent plus être considérées comme de simples zones supplémentaires de la ville-centre, mais plutôt comme des espaces habités à part entière » (FOBP, 2001, p. 19). Les aires métropolitaines sont désormais structurées par des systèmes autonomes de centres développant de plus en plus des réseaux internes. Pour cette raison, les réseaux de transports se transforment également : bien que les flux dits « tangentiels » de migrations alternantes entre centres suburbains soient encore relativement restreints, leur importance ne cesse néanmoins de croître. Les voies de transport « radiales » – entre la périphérie et les villes-centres – dominent encore aujourd’hui et pénètrent encore plus loin à l’intérieur des espaces qui entourent les villes. En raison de cette évolution, la voiture particulière façonne les interrelations entre les villes et leur ceinture. Par rapport à d’autres pays, les trajets entre le domicile et le lieu de travail demeurent encore relativement courts en Allemagne, ce qui peut être interprété comme une conséquence indirecte de la décentralisation de la structure de l’habitat. Près de trois quarts des personnes soumises à des trajets quotidiens atteignent leur lieu de travail en moins d’une demi-heure (FOBP, 2001, p. 19). En dépit de la décentralisation, les villes-centres des agglomérations de même que les villes plus grandes et que les centres des zones rurales continuent à jouer un rôle dominant en tant que destination des flux de personnes effectuant un trajet quotidien vers leur lieu de travail. Les destinations les plus importantes, qui attirent aussi ces flux sur de longues distances, sont les centres des grandes agglomérations monocentriques, en tout premier lieu Hambourg, Munich et Berlin.

10L’unification des deux États allemands a donné une nouvelle actualité et un nouveau sens à l’objectif d’égalité des conditions de vie. Aux différences écologiques, sociales et économiques entre régions sont venues s’ajouter les disparités entre anciens et nouveaux Länder. L’intégration des Länder de l’Est a considérablement élargi l’éventail des différences régionales. Ces territoires essentiellement ruraux sont beaucoup moins peuplés que dans la partie occidentale. Quelques villes sont certes plus densément peuplées mais n’ont pas encore fait l’expérience de la suburbanisation à leur périphérie. Les nouveaux Länder comptent encore de vastes zones rurales, caractérisées par des faiblesses structurelles et de sévères problèmes de développement, comme par exemple à l’intérieur du Mecklenbourg-Poméranie occidentale et du Nord du Brandebourg. Ces zones ont une densité de population extrêmement faible, des infrastructures sociales et techniques dépassées, et une offre réduite de transports publics locaux. En conséquence, trop peu d’emplois nouveaux sont créés dans l’industrie de transformation et dans le secteur tertiaire pour stopper l’exode de tous ceux qui se retrouvent sans emploi à la suite des transformations affectant le secteur agricole (FOBP, 2001, p. 27).

11Néanmoins, après 15 ans de réunification, on enregistre des signes de rapprochement des dynamiques de développement régional entre l’Est et l’Ouest. De même, dans les nouveaux Länder, la croissance démographique et économique commencent à se diffuser aux banlieues et aux zones rurales. Les experts estiment que les disparités régionales entre nouveaux et anciens États fédérés vont tendre à s’atténuer. Les régions prospères d’Allemagne de l’Est prendront le pas sur les régions défavorisées de l’Ouest, si bien qu’à terme les différences entre les deux parties du pays devraient progressivement s’estomper. Les disparités se manifesteront moins entre l’Est et l’Ouest ou entre des types spatiaux différents, comme les espaces urbains et ruraux, mais davantage à l’intérieur de ces catégories (entre villes, entre régions urbaines ou entre différentes zones rurales [FOBP, 2001, p. 23]).

  • 1 Hambourg, Berlin/Brandebourg, Rhin-Ruhr, Rhin-Main, Stuttgart, Munich, Halle/Leipzig.

12Actuellement trois définitions des aires métropolitaines sont utilisées en Allemagne : les aires basées sur le concept de Boustedt (1970), les aires urbanisées et agglomérées selon la typologie régionale du Bureau fédéral de la Construction et de la Planification régionale (FOBP), et les aires agglomérées définies par la Conférence ministérielle sur la Planification régionale (MKRO). Ces définitions reposent sur 2 indicateurs, mais en les pondérant différemment : les migrations alternantes, et la structure territoriale à travers la densité ou la centralité. La pertinence de chaque définition dépend de la définition de la question de recherche. La MKRO ne retient que les 7 plus grandes aires métropolitaines d’Allemagne1 et la définition des aires agglomérées se fait à partir des Kreise et non des municipalités. Le concept de Boustedt s’avère plus adéquat pour deux raisons. D’une part, il tient compte de l’étalement urbain réel, qui ne peut être caractérisé par le découpage territorial traditionnel. D’autre part, il offre la possibilité d’analyser un vaste éventail d’aires métropolitaines nationales.

Figure 1. Délimitation des aires métropolitaines en Allemagne

Figure 1. Délimitation des aires métropolitaines en Allemagne
  • 2 Population quotidienne = population – habitants effectuant la navette vers l’extérieur de la ville (...)

Villes-centres des aires agglomérées.
Autres villes-centres et centres de premier niveau de plus de 100 000 habitants.
Autres centres de premier niveau de moins de 100 000 habitants.
Les aires centrales ont une forte densité de population (densité quotidienne2> 500) ou un équilibre positif de migrations alternantes (excédent de personnes effectuant la navette vers le centre, 50 % vers la ville-centre).
Aire de navette intérieure au moins 50 % de personnes effectuant la navette vers l’une des aires centrales.
Aire de navette extérieure 25 à moins de 50 % de personnes effectuant la navette vers l’une des aires centrales.
Source : Bureau fédéral de la Construction et de la Planification régionale, 2004, figure MWR.

13Ce modèle analytique proposé dans les années 50, définit les municipalités et leur périphérie comme des unités socio-économiques. Deux hypothèses sont essentielles dans cette approche : les municipalités se développent au-delà de leurs limites administratives et leur périphérie ressemble de plus en plus aux villes-centres ; et la banlieue fait partie d’une aire métropolitaine dont le style de vie est urbain. Le modèle de Boustedt a souvent été modifié au cours des dernières décennies, afin de l’adapter aux évolutions de l’urbanisation (Göddecke-Stellmann et Kuhlmann, 2000). La définition actuelle, établie en 2002, définit les aires métropolitaines en Allemagne de la façon suivante : le cœur de la zone métropolitaine peut se composer de 3 agglomérations différentes (cf. figure 1) : les centres-villes des aires agglomérées, les autres villes centrales et les centres de premier niveau comptant plus de 100 000 habitants, les centres de premier niveau ayant moins de 100 000 habitants. Ces espaces sont entourés d’une zone présentant des caractéristiques économiques et sociostructurelles similaires, et de 2 couronnes concentriques plus distantes correspondant à des zones proche et éloignée de migrations alternantes. La délimitation de ces 3 couronnes spatiales est effectuée à partir de données sur les migrations alternantes des salariés soumis à paiement de cotisations sociales, provenant du Bureau fédéral pour l’emploi (FOBP, 2004).

Carte 1. Aires métropolitaines allemandes en 2002 (N = 90)

Carte 1. Aires métropolitaines allemandes en 2002 (N = 90)

Source : Bureau fédérale de la Construction et de la Planification régionale, 2004.

14Selon cette définition, il existe actuellement 91 aires métropolitaines, regroupant 87 % de la population allemande (carte 1), dont 75 % comptent plus de 200 000 habitants, couvrant dans l’ensemble 7 957 municipalités et 84 % de la population allemande. 16 % des citoyens vivent en dehors de ces aires métropolitaines, un espace qui comprend 41 % des communes allemandes. On peut dans ces conditions estimer que « la structure spatiale de l’Allemagne se distingue par un bon équilibre entre les aires agglomérées et les zones rurales ainsi que par un réseau finement tissé de villes de tailles différentes » (FOBP, 2001, p. 4). En 1997, près de la moitié de la population allemande vivait dans des aires agglomérées – plus précisément 45 % dans les Länder de l’Est et 51 % dans la partie occidentale. Les agglomérations sont les territoires qui connaissent la plus forte dynamique économique. Elles enregistrent la plus forte concentration d’emplois, bien que certaines agglomérations urbaines comme la Ruhr et la Sarre soient confrontées à des taux de croissance en baisse (FOBP, 2004, p. 7). Pour analyser l’impact du processus allemand de suburbanisation, la définition plus globale d’aire métropolitaine, composée de villes-centres, de centres de premier niveau, d’aires centrales, et d’aires de navette intérieure et extérieure, nous semble plus appropriée.

La métropolisation en Allemagne

15On entend généralement par suburbanisation un « processus de délocalisation de la population, des services et des entreprises des villes vers les zones périphériques » (FOBP, 2001, p. 8 ; Friedrichs, 1995). Depuis les années 60, on a observé un tel processus à l’Ouest, de telle sorte que les banlieues ont connu une expansion relativement plus importante que les villes, et que celles-ci en ont même parfois considérablement pâti. Dans la plupart des cas, les changements de statut social ou de cycle de vie ont été à l’origine de la migration des citoyens vers les banlieues. Il s’est agi essentiellement de personnes âgés de 30 à 40 ans qui ont quitté les villes-centres, généralement des familles avec des enfants (en bas âge) qui rencontraient des difficultés à trouver des logements relativement bon marché, ou qui voulaient réaliser leur rêve d’une maison bien à eux dans un environnement verdoyant. D’autres facteurs de ce processus ont été la contraction de l’emploi dans les villes et la migration des entreprises vers la périphérie (FOBP, 2001, p. 8). Ce mouvement de suburbanisation s’est accentué d’une façon modérée mais régulière dans les années 80 et 90. Il a entraîné l’apparition de phénomènes de ségrégation résidentielle et de différenciation fonctionnelle. Récemment, l’étalement urbain a gagné les banlieues plus éloignées, engendrant une croissance de la suburbanisation dans les zones rurales et l’apparition d’une deuxième couronne de banlieues. Par exemple, dans le Land du Bade-Wurtemberg, la population des municipalités de moins de 10 000 habitants a augmenté entre 1987 et 2001 de 18 %, soit 2 fois plus que dans les 9 plus grandes villes (www.statistik-bw.de).

16En même temps, les villes continuent à se développer en partie parce qu’elles contribuent à façonner l’image des métropoles en tant que hauts lieux de la culture, de la diversité et de la différence. Par ailleurs, certains de leurs quartiers apparaissent de plus en plus comme une alternative à la monotonie de certaines banlieues et à l’anonymat des très grandes cités. La dernière décennie a enfin été marquée par un mouvement de migration des ménages et des entreprises vers la périphérie lointaine de l’aire métropolitaine (Brake et al., 2001, p. 7).

  • 3 Selon notre définition, elle se compose des aires métropolitaines de Cologne/Essen et Dortmund.

17Un exemple spectaculaire de la métropolisation en Allemagne de l’Ouest est la région Rhin-Ruhr3, qui est la plus densément peuplée du pays, avec 13,3 millions d’habitants (cf. le tableau 1a). Depuis 1980, sa population a augmenté de plus de 600 000 habitants, ce qui représente une hausse de 7,5 % ; entre 1981 et 1992, son espace d’urbanisation et de transport a augmenté de 16,9 %. Autour des agglomérations, une croissance explosive a eu lieu dans les 40 dernières années. Le boom de la construction, en particulier dans le secteur du logement, mais aussi la délocalisation continue de nombreux locaux et entrepôts commerciaux vers la périphérie, ont provoqué des dommages considérables sur l’environnement et les espaces naturels (FOBP, 2000).

18Dans les nouveaux Länder, où la suburbanisation n’a été observée qu’après la réunification, le processus opère d’une façon plus tardive mais aussi plus systématique. Il s’est d’abord manifesté par le développement de zones commerciales, si bien que les deux tiers d’entre elles sont aujourd’hui installées sur des « sites verts ». Entreprises et ménages ont suivi cette migration à la périphérie. Ce changement a été plus radical car il a été largement stimulé par la diffusion rapide des automobiles (FOBP, 2001, p. 9). L’aire métropolitaine de Leipzig offre un excellent exemple de cette soudaine suburbanisation de l’Allemagne de l’Est (Breuste et Kabisch, 1996). Peu après la réunification, 5 grands centres commerciaux ont ouvert sur des « sites verts ». Le plus connu, le « Parc Saale », constituait dès 1995 une zone commerciale de pas moins de 86 000 m2, soit 5 fois plus que celle du centre de la ville de Leipzig. Pratiquement chaque commune de cette région urbaine créa des zones d’activité économique après la réunification, parmi lesquelles seulement un petit nombre sont complètement occupées. Les avantages fiscaux attachés à la construction de nouveaux logements ont provoqué des surcapacités considérables du marché de l’immobilier collectif autour de Leipzig. De grands lotissements se sont développés, particulièrement à la périphérie des banlieues. Dans l’ensemble, ces changements ont conduit à un niveau faible d’investissement dans la ville-centre, même après que les questions liées au droit de propriété aient été clarifiées. La ville de Leipzig continue à perdre encore environ 2 % de sa population chaque année. Alors que ces pertes étaient initialement surtout dues à l’émigration vers d’autres régions, elles sont aujourd’hui essentiellement attribuées à une migration vers les zones suburbaines offrant de nouveaux logements (FOBP, 2001, p. 9).

19Grâce au soutien du gouvernement fédéral, des Länder et de la Commission européenne, des programmes importants ont permis de stimuler la construction et la modernisation de logements dans les régions orientales et de réduire les disparités de superficie par habitant entre l’Est (35 m2) et l’Ouest (39 m2) (FOBP, 2001, p. 31). La suburbanisation de l’industrie et du commerce est caractérisée par des facteurs comparables. La décision stratégique des entreprises d’être présentes sur des marchés régionaux importants a conduit à une surcapacité en zones commerciales dans les banlieues de l’Est. Ce nouveau marché attira le secteur privé pour de nombreuses raisons : la propriété des terrains et des bâtiments était encore incertaine, de nombreux sols étaient contaminés, les villes-centres manquaient d’infrastructures, et aucun aménagement de l’espace régional n’était encore prévu. De là naquirent des zones surdimensionnées où s’implantèrent supermarchés, commerces, bureaux, foires, hôtels et logements près des grandes artères routières et à la périphérie des villes. Associé à une fort déclin démographique au cours de la dernière décennie, ce processus s’est soldé par un nombre considérable d’appartements inoccupés (1,3 million en 2001) et par la multiplication de terrains délaissés par l’industrie et le commerce (1390 km2 en 2000, www.bbr.bund.de). Ainsi la suburbanisation qu’a connue l’Allemagne de l’Est a pris la forme dans bien des cas non pas d’une migration massive des ménages et des entreprises des villes-centres vers les banlieues, mais plutôt d’un processus artificiel alimenté par des espérances et des investissements dans l’avenir.

20Étant donné que l’on ne dispose pas de données empiriques concernant l’Allemagne de l’Est avant 1989, l’unification doit être le point de départ d’une analyse comparative de la métropolisation dans les deux parties du pays. À première vue, la structure territoriale des anciens et des nouveaux Länder ne présente que des différences négligeables, mais un examen plus approfondi révèle des disparités considérables. La superficie de l’Allemagne comprend 35,7 millions d’hectares, dont 70 % dans la partie occidentale (24,9 hectares) et 30 % à l’Est (10,8 hectares). Cette répartition se reflète aussi dans la structure de la population : 81 % de la population allemande vit en Allemagne de l’Ouest, et seulement 19 % à l’Est. Les densités de population diffèrent naturellement, avec des valeurs de 270 habitants/km2 à l’Ouest, et 140 à l’Est. Dans les agglomérations de l’Allemagne de l’Est, la concentration de la population dans les villes-centres apparaît beaucoup plus élevée qu’à l’Ouest, où les zones suburbaines ont déjà commencé à croître. Ces banlieues fortement peuplées présentent des caractéristiques démographiques et familiales spécifiques, de même que leur espace bâti. Il s’ensuit que la population des anciens Länder utilise davantage de zones de transports et d’habitation par habitant qu’à l’Est pour une densité de population comparable. Dans l’ensemble, l’étalement urbain est plus accentué à l’Ouest qu’à l’Est.

Tableau 1b. Corrélations entre les indicateurs

Tableau 1b. Corrélations entre les indicateurs

N = 75. *** p ≤ 0,001 ; ** p ≤ 0,01 ; * p ≤ 0,05.

21Suivant la définition en vigueur du Bureau fédéral de la Planification régionale appliquée à l’OIM, 84 % de la population vit dans une aire métropolitaine (cf. tableau 2a). Cependant, de grandes différences demeurent entre les parties orientale et occidentale. Alors que cette proportion est de 87 % à l’Ouest, elle s’élève à seulement 63 % à l’Est. La figure 2 montre les différences de structures de l’habitat entre les deux parties du pays. 57 % de la population de l’Est vit dans des banlieues lointaines ou des zones rurales, et un quart dans les villes-centres, tandis que les Allemands de l’Ouest se concentrent surtout dans et autour des villes-centres.

Tableau 2a. Population et superficie des aires métropolitaines allemandes

Tableau 2a. Population et superficie des aires métropolitaines allemandes

Source : Bureau fédéral pour la Construction et l’Aménagement régional, 2004 ; a. sans Berlin Ouest ; b. sans Berlin Est et la périphérie de l’aire métropolitaine de Berlin dans le Brandenburg ; c. sans l’aire métropolitaine de Berlin.

Figure 2. Délimitation des aires métropolitaines

Figure 2. Délimitation des aires métropolitaines

Source : FOBP, 2004 ; Bureau fédéral de statistique, 2003, Allemagne de l’Est et de l’Ouest sans l’aire métropolitaine de Berlin.

22Un autre indicateur de la métropolisation est l’augmentation constante de l’occupation du sol dans les agglomérations. En 2000, l’habitat et les réseaux de transports occupaient 43 939 km2, soit 12,3 % de la superficie totale, alors qu’en 1950, il était de 7,1 dans les anciens Länder et à Berlin-Ouest. Depuis cette époque, cette superficie a cru d’environ 2 500 km2 pour atteindre 13,8 % en 2000. Dans les nouveaux Länder incluant Berlin-Est, l’évolution a été encore plus rapide, avec une hausse de 1 100 km2 entre 1993 et 2000 et une progression de 7,9 à 9,2 %. Cette tendance se traduit par une plus forte occupation du sol par habitant, de 498 m2 en 1993 à 534 m2 actuellement. Le déclin régulier de la population dans les années 90 et l’utilisation croissante de nouveaux terrains à l’Est expliquent que la densité d’occupation du sol y soit aujourd’hui plus élevée (580 m2/habitant) qu’à l’Ouest (522 m2/habitant (FOBP, 2004).

23Une superficie d’habitat et de transports de 12 % peut sembler a priori réduite, mais les municipalités et les Kreise ont atteint leurs limites de croissance. Cette proportion varie par ailleurs sensiblement entre les petits États-cités de Berlin (69 %), Hambourg (57 %) et Brême (56 %), et les autres Länder où cette valeur est comprise entre 7 % pour le Mecklembourg-Poméranie occidentale et 21 % en Rhénanie du Nord-Westphalie (21 %). Les villes-centres des agglomérations atteignent une moyenne de 52 % et certains Kreise isolés (par ex. Munich, Oberhausen, Gelsenkirchen, Herne) jusqu’à plus de 70 % (FOBP, 2004). À l’intérieur des métropoles, cette proportion est à peu près la même dans les villes et les aires centrales (48 %) et dans les banlieues (52 %). Mais cette structure s’applique seulement aux anciens Länder (49 : 51), et pas aux nouveaux (36 : 64) où la périphérie lointaine enregistre la plus forte valeur (42 %).

24La domination métropolitaine se manifeste également si l’on considère les effectifs de salariés sur leur lieu de travail ou sur leur lieu de résidence (cf. tableau 2b). Le nombre de migrations alternantes provient de données fournies par les entreprises sur les salariés soumis au versement de cotisations sociales. La combinaison du lieu de travail et du lieu de résidence indique combien de personnes travaillent dans une municipalité donnée (le lieu de travail des salariés) et combien d’habitants doivent payer les assurances sociales (lieu de résidence des salariés).

Tableau 2b. Lieu de travail et de domicile des salariés

Tableau 2b. Lieu de travail et de domicile des salariés

Source : Bureau fédéral pour la Construction et l’Aménagement régional, 2004 ; a. sans Berlin Ouest ; b. sans Berlin Est et la périphérie de l’aire métropolitaine de Berlin dans le Brandenburg ; c. sans l’aire métropolitaine de Berlin.

Figure 3. Volume de migrations alternantes en 2002

Figure 3. Volume de migrations alternantes en 2002

Source : FOBP, 2004 ; Bureau fédéral de Statistique, 2003.

25Nous pouvons ainsi estimer combien de personnes travaillent sur leur lieu de résidence, et combien doivent effectuer des trajets quotidiens vers leur lieu de travail. À l’Ouest, 89 % des salariés payant des assurances sociales travaillent dans une aire métropolitaine. Plus de deux tiers des salariés travaillent dans des villes et des aires centrales, et seulement 22 % dans des banlieues. En Allemagne de l’Est, les zones rurales comptent un plus grand nombre de salariés sur leur lieu de travail (33 %). Cette répartition est à peu près semblable lorsque l’on considère les données concernant les salariés sur leur lieu d’habitation.

26La suburbanisation peut également se mesurer à partir du volume de migrations alternantes (cf. figure 3 et tableau 2c). La moitié des salariés qui vivent dans des villes-centres n’effectuent pas de trajets quotidiens pour se rendre sur leur lieu de travail. Dans les autres zones d’habitat, on enregistre des taux de non-migrations qui vont dans le sens attendu. Plus la ville est éloignée, plus le nombre de personnes n’effectuant pas de trajet est élevé. Le volume le plus élevé de migrations alternantes caractérise les villes et les aires centrales. 37 % des personnes travaillant dans une ville effectuent des trajets quotidiens à l’intérieur de ses limites, mais seulement 17 % vers l’extérieur. Dans les aires centrales, la proportion de personnes qui sortent de la ville pour travailler est légèrement plus forte (28 %) que la proportion de ceux qui s’y rendent (25 %).

27Il apparaît donc qu’un processus de métropolisation peut être observé actuellement en Allemagne. C’est certainement le cas dans la partie occidentale. À l’Est, les causes et les manifestations de la suburbanisation sont de nature relativement différente. Pour analyser ces différences avec davantage de précision, on doit examiner nos indicateurs dans une perspective longitudinale. Le tableau 3 synthétise l’évolution de la population, des différents espaces, et des effectifs de salariés sur leur lieu de travail, pour l’Allemagne dans son ensemble, pour les zones rurales et les aires métropolitaines.

28On peut d’abord observer qu’entre 1989 et 2002 la population allemande a augmenté de plus de 4 %. Depuis les années 60, l’évolution démographique des anciens Länder – et depuis 1990 de l’Allemagne réunifiée – a été affectée par la migration d’étrangers. Entre 1960 et 2002, 26,7 millions d’étrangers sont entrés dans le pays, et 19,2 millions l’ont quitté, si bien que leur nombre a augmenté de 6,6 millions. En outre, on a enregistré depuis la Seconde Guerre mondiale 4,3 millions de rapatriés (www.destatis.de). La comparaison des données pour l’Ouest et l’Est est éloquente. À l’Ouest, la population a augmenté dans toutes les zones d’habitation un processus de suburbanisation se manifeste par une croissance des aires suburbaines (13 %) et centrales (9 %) bien supérieure à celle des villes-centres (2 %). Cette tendance ne se limite pas à la périphérie des agglomérations puisqu’elle s’étend également aux zones rurales. L’Allemagne de l’Est perd un nombre considérable d’habitants, à la seule exception des aires centrales et de la périphérie proche. Le différentiel de migration entre les deux parties de l’Allemagne a évolué de manière irrégulière après l’unification. 383 000 personnes sont d’abord passées de l’Est à l’Ouest du pays. Ce processus a ensuite connu un arrêt. En 1997, 157 000 Allemands ont quitté l’Ouest pour l’Est et 168 000 sont allés dans l’autre direction (www.destatis.de). La période 1997-2002 se solde par une faible croissance de l’Ouest, et une légère baisse à l’Est. Dans la partie occidentale, le processus de métropolisation est toujours présent, mais il demeure limité par rapport à la décennie précédente.

Tableau 2c. Circulation automobile liée aux trajets domicile/travail

Tableau 2c. Circulation automobile liée aux trajets domicile/travail

Source : Bureau fédéral pour la Construction et l’Aménagement régional, 2004 ; a. sans l’aire métropolitaine de Berlin.

Tableau 3. Évolution de caractéristiques importantes des aires métropolitaines, en %

Tableau 3. Évolution de caractéristiques importantes des aires métropolitaines, en %

Source : Bureau fédéral pour la Construction et l’Aménagement régional 2004 ; N = 75, a. sans Berlin Ouest ; b. sans Berlin Est et la périphérie de l’aire métropolitaine de Berlin dans le Brandenburg ; c. sans l’aire métropolitaine de Berlin.

29Entre 1992 et 2000, l’étalement urbain affecte l’ensemble de l’Allemagne, avec une croissance restreinte dans les villes-centres (5 %), et plus soutenue dans les aires centrales (9 %) et les zones de navettes extérieures (10 %). Par comparaison avec la partie orientale, les possibilités d’extension de l’habitat sont fortement contraintes à l’Ouest, étant donné le niveau déjà élevé de densité démographique. Néanmoins, elles ont été observées à la périphérie des villes-centres où le prix du foncier s’établissait à un niveau relativement bas et tendait à stagner. Dans les nouveaux Länder, on observe une forte croissance des centres de niveau supérieur de moins de 100 000 habitants (27 %) et des aires centrales (23 %), et une hausse substantielle de 13 à 20 % dans les autres zones. Après la réunification allemande, l’aménagement intensif de nouveaux espaces correspondait en quelque sorte à un rattrapage du passé. Mais, fortement impulsée par les Länder, la Fédération, et la Commission européenne, cette politique d’offre a engendré des surcapacités.

30Les données concernant les effectifs de salariés sur leur lieu de travail entre 1997 et 2002 confirment que ce sont les aires centrales très proches des villes-centres qui profitent le plus de la suburbanisation des ménages et des entreprises. C’est le cas là encore pour l’Allemagne de l’Ouest, mais pas pour l’Est, où les municipalités ont perdu 10 % de leurs salariés au cours de ces six années. Dans les anciens Länder, les zones rurales enregistrent, avec 8 %, la plus forte hausse du nombre de salariés. Les villes-centres d’agglomération ont également pu accroître leur main-d’œuvre.

La fragmentation géopolitique

  • 4 Annuaire statistique des communes allemandes, 2003, p. 127.

31Avec un total de 13 416 municipalités, le territoire allemand est relativement fragmenté, mais il l’est incontestablement moins que les États-Unis (35 933) ou la France (36 565). À côté des États-cités composés de seulement une grande ville (Berlin, Hambourg) ou deux (Brême), le nombre de communes varie de 52 dans la Sarre à 2 306 en Rhénanie-Palatinat4. Les municipalités allemandes existent depuis de nombreux siècles, bien avant que la formation de structures étatiques. Bien que de nombreuses communes puissent se prévaloir d’origines très anciennes – Bonn a ainsi 2 000 ans –, l’autonomie locale telle que nous la connaissons aujourd’hui en Allemagne prend ses racines dans le code prussien de gouvernement local de 1808, élaboré par un homme d’État réformiste, le baron Karl vom Stein (Haschke, 2004). Sous le système féodal, le pays était fragmenté en de multiples autorités placées sous le contrôle d’institutions seigneuriales et royales (Hintze, 1962, p. 227). Un processus très semblable caractérisa d’autres pays de l’Empire Carolingien comme la France (voir Hoffmann-Martinot dans ce volume).

32Depuis le xixe siècle, plusieurs vagues de réformes territoriales ont conduit à une forte réduction du nombre de communes en Allemagne de l’Ouest. La réforme des années 60 et 1970 s’est traduite par la fusion des 24 357 communes existantes en 8 518 nouvelles communes. Cette de réduction de 65 % du nombre de municipalités et de 45 % de celui des Kreise visaient à rééquilibrer la relation entre un territoire et sa population tout en attribuant davantage de pouvoir à l’administration locale et plus d’autonomie politique (Mecking, 2004). Au milieu des années 90, une réforme territoriale fut également mise en œuvre dans les nouveaux Länder. Par rapport à l’expérience menée auparavant à l’Ouest, le changement n’a pas été aussi radical puisqu’il prit la forme d’une adaptation lente et progressive du système administratif centralisé précédent. Depuis la réunification, le nombre des communes d’Allemagne de l’Est a été réduit de 2 703 à 4 909 municipalités (Blach et Jonetzko 1999, p. 1 ; Mecking, 2004).

33Un objectif important de l’aménagement du territoire en Allemagne est de développer et de renforcer une « concentration décentralisée », ce qui signifie que la population, les lieux de travail et les infrastructures soient concentrés dans des villes de tailles différentes réparties de façon équilibrée à travers le pays (FOBP, 2001, p. 17). À la différence d’autres États européens, qui sont dominés par une grande métropole, l’Allemagne se caractérise par une distribution territoriale diversifiée de ses habitants et de ses emplois. Il s’agit-là de l’un des effets du modèle fédéral qui présente des avantages en termes d’efficacité économique et d’accès aux biens et services.

34Des indicateurs permettent de caractériser la fragmentation géopolitique des 75 aires métropolitaines allemandes. Dans la matrice de corrélations, on relève un nombre relativement important de fortes associations, par exemple entre la population et le nombre de communes (0,61) (cf. tableau 1b). À l’intérieur des métropoles, on observe 3 principales exceptions à la fragmentation territoriale. Il existe d’abord des aires fortement peuplées avec un nombre relativement faible de communes (par exemple Bielefeld, Hanovre, Dortmund, Münster, Sarrebruck). En second lieu, l’aire de Cologne/Essen est 2,5 fois plus peuplée que celle de Francfort-sur-le-Main, mais a moins de municipalités. Enfin certaines aires métropolitaines comptent un nombre de communes relativement élevé bien qu’elles soient moins peuplées. C’est le cas de 4 Länder de l’Ouest, la Rhénanie-Palatinat (Trêves, Kaiserslautern, Coblence), la Basse Saxe (Wolfsbourg, Lünebourg), le Schleswig-Holstein (Flensbourg, Lübeck, Kiel) et la Bavière (Würzbourg, Bayreuth, Bamberg). Ces 4 Länder ont été parmi les plus prudents dans la mise en œuvre des réformes territoriales des années 60 et 70 (Frey, 1976). Par contre, dans ceux qui, comme la Rhénanie du Nord-Westphalie, les ont conduites avec détermination, le nombre de communes est nettement plus faible alors même qu’elles sont fortement peuplées (Dortmund, Cologne/Essen, Aix-la-Chapelle, Bielefeld, Hanovre).

35Dans les Länder orientaux, les réformes territoriales ont été également menées à un rythme variable. Entre 1992 et 1997, une forte proportion de communes a fusionné en Saxe (52 %) et en Thuringe (31 %), alors que le processus de consolidation a été bien plus lent dans les autres Länder. Pour la même période, le nombre de communes du Brandebourg a baissé de 16 %, de 4 % en Saxe-Ahalt, et de seulement 2 % dans le Mecklenbourg-Poméranie occidentale (Blach et Jonetzko, 1999, p. 3). Comme à l’Ouest, 4 Länder comptent un nombre de communes relativement élevé, bien qu’ils soient moins peuplés : la Thuringe (Iéna, Gera, Erfurt), le Brandebourg (Schwerin, Cottbus, Potsdam), la Saxe-Anhalt (Dessau, Magdebourg, Haale-sur-Saale), et le Mecklenbourg-Poméranie occidentale (Neubrandebourg, Rostock).

36Si nous mesurons la fragmentation territoriale en calculant le nombre de communes pour 100 000 habitants, nous obtenons une moyenne de 13, soit nettement supérieure à celle de la France qui s’établit à 25 mais les niveaux varient sensiblement selon les régions, entre 2 (Dortmund en Rhénanie du Nord-Westphalie) et 57 (Trêves en Rhénanie-Palatinat).

Tableau 4. Nombre de communes pour 100 000 habitants dans les Länder

Land

NRW

SL

Berlin

H

Bremen

BW

S

LS

Hambourg

B

SH

BB

SA

T

MWP

RP

Aires métropolitaines

7

1

1

6

2

12

5

10

1

13

3

2

3

3

3

3

Valeurs médiane

4

5

7

9

9,5

10,5

11

11,5

13

16

28

28,5

31

32

55

56

NRW :Rhénanie du Nord-Westphalie ; SL : Sarre ; H : Hesse ; BW : Bade-Wurtemberg ; S : Saxe ; LS : Basse-Saxe ; B : Bavière ;
SH : Schleswig-Holstein ; BB : Brandebourg ; SA : Saxe-Anhalt ; T : Thuringe ; MWP : Mecklenbourg-Poméranie occidentale ;
RP : Rhénanie-Palatinat.

37Le tableau 4 présente le nombre d’aires métropolitaines et la valeur médiane du nombre de communes pour 100 000 habitants dans les 16 Länder. Nous constatons – sans grande surprise – que le plus grand nombre d’aires métropolitaines se situent dans les plus grands Länder de Bavière (13), Basse Saxe (10), Bade-Wurtemberg (12) et de Rhénanie du Nord-Westphalie (7). Il apparaît clairement que le nombre de communes pour 100 000 habitants varie en fonction du type de réforme territoriale mis en œuvre. La valeur médiane nationale gomme les différences importantes existant entre Länder.

38Pour mesurer la fragmentation à l’intérieur des aires, nous utilisons le ratio de la population de la ville-centre par rapport à celle de sa banlieue. Dans seulement 6 cas, la population de la ville-centre est supérieure à 50 % (Potsdam, Hambourg, Brunswick, Rostock et Lübeck, et jusqu’à 77 % à Berlin). Mais dans 64 % des aires métropolitaines, un tiers seulement de la population réside dans la ville-centre. La valeur médiane et moyenne de 30 % reflète un niveau élevé de dispersion territoriale à l’intérieur des métropoles.

  • 5 Il s’agit du ratio : nombre de municipalités pour 10 000 habitants/pourcentage de la population de (...)

39L’indice de Zeigler et Brunn représente une mesure de la fragmentation sociodémographique et territoriale5. Avec une valeur de 0, Dortmund constitue un cas atypique dont le niveau de dispersion territoriale et sociodémographique est très bas. À l’opposé, Coblence atteint la valeur de 31. Le nombre de communes y est particulièrement élevé (338) par rapport à la population (679 188), et une forte proportion des habitants (84 %) se trouvent à la périphérie de la ville-centre. Par rapport à la variation de 1 à 41 caractérisant la France, la fragmentation sociodémographique et territoriale des aires métropolitaines allemandes semble être légèrement inférieure, mais nous devons examiner de plus près les deux dimensions. Pour elles, la fragmentation territoriale est nettement moins accentuée, avec de 2 à 57 communes pour 100 000 habitants, au lieu de 5 à 105 communes pour 100 000 habitants en France (voir Hoffmann-Martinot dans cet ouvrage). Mais 19 des 75 d’entre elles présentent une fragmentation territoriale supérieure à la moyenne. Cela est essentiellement dû au fait que l’Allemagne de l’Est est peu peuplée, et que 4 des 5 nouveaux Länder mettent en œuvre les réformes territoriales avec beaucoup de lenteur. Cette observation est également valable dans le cas des huit régions de l’Ouest qui appartiennent aux Länder de Rhénanie-Palatinat, du Schleswig-Holstein et de la Basse-Saxe. Si l’on exclut ces 19 cas, l’éventail se resserre autour de 2 à 21 communes pour 100 000 habitants (cf. figure 4).

Figure 4. La fragmentation géopolitique des 75 aires métropolitaines allemandes

Figure 4. La fragmentation géopolitique des 75 aires métropolitaines allemandes

Aires métropolitaines d’Allemagne de l’Est.

40Par contre, la fragmentation sociodémographique intramétropolitaine apparaît plus élevée en Allemagne qu’en France. Alors que la population de la ville-centre est supérieure à 50 % dans 6 zones métropolitaines seulement, cela s’avère être le cas dans 9 régions françaises. La fragmentation institutionnelle est très élevée en particulier dans les régions polycentriques et fortement peuplées de Cologne/Essen, Francfort-sur-le-Main, Stuttgart et Mannheim. Le poids de la population de la ville-centre y est relativement faible (15-22 %), alors que celui du reste du territoire est réparti sur un grand nombre de communes (249-453). Par ailleurs, la concentration dans les villes-centres est plus élevée à l’Est (37 %) qu’à l’Ouest (29 %).

La fragmentation socio-économique

41Nous ne disposons malheureusement pas encore en Allemagne d’indicateurs de ségrégation socio-économique pour les aires métropolitaines. En raison d’un régime de stricte protection des données, les informations concernant les caractéristiques sociales ou économiques ne sont disponibles qu’au niveau du Kreis ou de l’agglomération. Pour cette raison, nous donnerons ici qu’une vue d’ensemble des conditions économiques et sociales, dans les 2 parties du pays, que nous complèterons par une approche intramétropolitaine à partir de données provenant de l’Étude électorale nationale de 2002.

42La « préservation de conditions de vie équivalentes » en Allemagne est stipulée par la loi Fondamentale (article 72, § 2). Cela ne signifie la recherche de l’égalité, par exemple en termes de capacité économique ou de développement homogène. On entend plutôt par-là que des chances égales d’accès au logement, à l’emploi, l’éducation, aux biens et services, aux conditions d’environnement et de loisirs soient garanties dans toutes les régions. Des différences de revenu existent encore entre Allemands de l’Est et de l’Ouest, mais elles tendent à s’atténuer. Les disparités de revenu selon les régions diminuent, et le niveau de richesse oppose surtout dans les deux parties du pays les régions urbanisées dotées d’un marché de l’emploi dynamique aux zones rurales. Ce sont surtout celles-ci et les territoires de « vieilles » industries et de secteurs économiques en crise, qui connaissent les plus graves difficultés pour adapter leurs structures économiques et pour atteindre des conditions de vie équivalentes (FOBP, 2004, p. 24). La distribution spatiale du chômage a très peu changé au cours des dernières années. Le taux de chômage de l’Allemagne de l’Est dépasse encore nettement celui de l’Ouest, et les régions à forte concentration d’industries traditionnelles, comme la Sarre ou la Ruhr sont particulièrement touchées par le chômage. Celui-ci caractérise aussi les zones structurellement faibles du Nord et les régions rurales périphériques de l’Est. Les régions qui ont été sévèrement affectées par des changements économiques structurels après la réunification souffrent aussi d’un chômage élevé, comme par exemple Bitterfeld ou Hoyerswerda (FOBP, 2001, p. 27).

43En complément de ces données macro, l’Étude électorale nationale de 2002 fournit un certain nombre d’informations sur les différenciations intramétropolitaines. Les réponses ont été recodées en fonction des zones de résidence des personnes interrogées : villes-centres, aires centrales, zones de navettes intérieures et zones de navettes extérieures. La figure 5 indique la représentativité de l’échantillon qui est dans l’ensemble satisfaisante malgré un léger écart pour les villes-centres et une surreprésentation des zones rurales. Nous avons par conséquent procédé à une pondération des données afin de pouvoir considérer de façon suffisamment rigoureuse l’ensemble de l’Allemagne et comparer les parties Est et Ouest du pays séparément.

Figure 5. Population des aires métropolitaines, en %

Figure 5. Population des aires métropolitaines, en %

Source : Étude électorale nationale, 2002 : V. de Cramer 0,19***.

44Selon une série d’études empiriques nord-américaines, la suburbanisation tend à favoriser plus de ségrégation résidentielle (voir Sellers Collin et Robertson dans cet ouvrage). Alors que les personnes dotées de ressources socio-économiques élevées migrent des villes vers les banlieues où ils constituent une société relativement homogène, les groupes sociaux à faibles ressources, comme les chômeurs, les étrangers ou les familles nombreuses, restent dans les villes. Étant donné la relation bien connue entre d’une part les ressources, et d’autre part l’orientation et la participation politiques, le niveau de ségrégation résidentielle n’est pas sans influence sur la variation des attitudes et du comportement politique (Huckfeldt, 1983).

45Les données de l’enquête indiquent des différences modérées mais significatives dans la structure sociodémographique des aires métropolitaines en 2002 (cf. tableau 5). Si nous considérons les données pour l’Allemagne dans son ensemble – et cette tendance correspond à la partie occidentale –, les indicateurs sociodémographiques infirment l’hypothèse, comme effet secondaire de la suburbanisation, d’une migration de la classe moyenne vers les zones périphériques. Les membres de la classe moyenne, définis selon leur profession ou leur revenu, constituent la plus importante strate sociale dans tous les types de territoires allemands et ouest-allemands, et pas seulement dans les banlieues. La situation est différente à l’Est : la classe moyenne (3 %) est beaucoup plus restreinte que dans les anciens Länder (52 %). La classe ouvrière est dominante dans chaque zone résidentielle, et en particulier à la périphérie, tandis que la classe moyenne se concentre surtout dans les villes et les aires centrales. Notre hypothèse est donc totalement contredite dans les nouveaux Länder : plus on se rapproche du cœur de la métropole, plus la classe moyenne est importante.

Tableau 5. La structure sociodémographique des aires métropolitaines, 2002, en %

Allemagne

Profession

Sans emploi / stages

Travailleurs

Salariés / fonctionnaires

Travailleurs indépendants / freelance

N

Ville-centre

12

22

56

10

1035

Aire centrale

9

25

58

8

726

Zone de navettes intérieures

6

33

55

6

556

Zone de navettes extérieures

6

41

44

9

382

Total

9

28

55

5

N

242

756

1476

225

V. de Cramer

0,10***

Revenu par ménage

<500 à <1 000 €

1 500 à <3 000 €

3 000 à 5 000 €

N

Ville centre

41

40

19

829

Aire centrale

37

39

24

589

Zone de navettes intérieures

42

38

20

425

Zone de navettes extérieures

51

39

10

302

Total

42

39

19

N

898

843

404

V. de Cramer

0,09***

Statut social

Classe ouvrière

Classe moyenne

Classe moyenne supérieure

N

Ville-centre

36

50

14

992

Aire centrale

38

50

12

711

Zone de navettes intérieures

43

45

12

539

Zone de navettes extérieures

54

41

5

359

Total

40

48

12

N

1050

1254

297

V. de Cramer

0,10***

 

Allemagne de l’Ouest

Profession

Sans emploi / stages

Travailleurs

Salariés / fonctionnaires

Travailleurs indépendants / freelance

N

Ville-centre

11

20

59

10

674

Aire centrale

7

22

62

9

564

Zone de navettes intérieures

5

33

56

7

416

Zone de navettes extérieures

7

39

43

11

234

Total

8

26

57

9

N

149

485

1077

177

V. de Cramer

0,11***

Revenu par ménage

<500 à <1 000 €

1 500 à <3 000 €

3 000 à 5 000 €

N

Ville centre

38

43

19

541

Aire centrale

33

43

24

456

Zone de navettes intérieures

38

40

22

310

Zone de navettes extérieures

45

43

12

167

Total

37

42

21

N

550

625

302

V. de Cramer

0,07*

Statut social

Classe ouvrière

Classe moyenne

Classe moyenne supérieure

N

Ville-centre

28

54

18

645

Aire centrale

33

53

14

55

Zone de navettes intérieures

40

48

12

408

Zone de navettes extérieures

43

51

6

223

Total

34

52

14

N

625

954

252

V. de Cramer

0,10***

 

Allemagne de l’Est

Profession

Sans emploi / stages

Travailleurs

Salariés / fonctionnaires

Travailleurs indépendants / freelance

N

Ville-centre

15

28

50

7

243

Aire centrale

17

43

37

3

95

Zone de navettes intérieures

12

39

46

3

113

Zone de navettes extérieures

4

44

46

5

210

Total

12

37

46

5

N

76

245

306

37

V. de Cramer

0,13***

Revenu par ménage

<500 à <1 000 €

1 500 à <3 000 €

3 000 à 5 000 €

N

Ville centre

50

33

17

193

Aire centrale

62

20

18

76

Zone de navettes intérieures

65

27

8

101

Zone de navettes extérieures

58

35

7

188

Total

57

31

12

N

320

170

68

V. de Cramer

0,13**

Statut social

Classe ouvrière

Classe moyenne

Classe moyenne supérieure

N

Ville-centre

53

42

5

233

Aire centrale

64

35

1

91

Zone de navettes intérieures

72

28

5

98

Zone de navettes extérieures

71

27

2

192

Total

63

33

4

N

389

204

21

V. de Cramer

0,13*

* p < 0,05 ; ** p < 0,01 ; *** p < 0,001.

Source : Étude électorale nationale, 2002, pondérations distinctes pour l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest.

46Pour poursuivre notre recherche dans le futur, il convient à ce stade de tirer trois conclusions de ces résultats empiriques. Tout d’abord, il est très probable que ces 3 indicateurs ne sont pas pertinents pour les différences sociodémographiques intramétropolitaines. Les Ouest-Allemands ont une forte tendance à se présenter eux-mêmes comme appartenant à la catégorie moyenne de revenu par ménage (42 %) et de statut social (52 %). Il n’est donc pas surprenant que ce groupe prédomine dans toutes les zones des anciens Länder. Dans les nouveaux, les citoyens se classent plutôt comme membres de la classe ouvrière avec des revenus faibles. La catégorie socioprofessionnelle est certes plus neutre, mais nous ne savons pas si ces auto-estimations correspondent à la réalité. Si c’est le cas, alors la plupart des salariés et des fonctionnaires résident dans les aires centrales à l’Ouest, et dans les villes-centres à l’Est. Du moins pour la partie occidentale, notre hypothèse irait donc dans la bonne direction, à condition que nous traitions la zone centrale comme la banlieue classique, au lieu des 2 zones périphériques.

47Deuxièmement, l’absence d’influence des types de zones à un moment donné n’exclut pas néanmoins la possibilité de variations. Il serait donc essentiel d’analyser les données sociodémographiques réelles des aires métropolitaines dans une perspective longitudinale. Les données de l’Étude électorale nationale ne le permettent pas actuellement. L’étape suivante consistera à collecter et à rassembler les données disponibles sur le revenu des ménages, la profession et l’éducation pour toutes les municipalités concernées, afin d’analyser plus en profondeur les différences sociodémographiques et leurs effets politiques.

48Même si l’on n’observait finalement que peu de variations de structure sociodémographique entre les métropoles, le lieu de résidence peut cependant exercer une influence indépendante sur les attitudes et le comportement politiques. L’Étude électorale nationale fournit également un certain nombre de mesures permettant d’examiner ces hypothèses.

Les attitudes et le comportement politiques dans les aires métropolitaines

49La question de l’impact politique de la suburbanisation est très importante. Que se passe-t-il dans la société quand les communes s’étendent au-delà de leurs limites administratives et que la complexité fonctionnelle des villes-centres et de leurs banlieues s’accroît régulièrement. Les espaces vécus fondamentaux tendent alors à se différencier : le travail dans la ville, le domicile et les loisirs dans les banlieues. Ces changements produisent-ils un impact sur les attitudes et le comportement politiques également ? Ne peut-on supposer que les personnes qui voient beaucoup de leurs attentes satisfaites sur leur lieu de travail et non pas sur leur lieu de résidence perdent tout intérêt pour ce-dernier et participent moins que ceux qui ne se déplacent pas ? De l’avis de Putnam (2000, p. 213), « ce n’est pas seulement le temps passé en voiture, mais aussi la fragmentation spatiale entre le domicile et le lieu de travail, qui nuit à la vie de communauté ». On peut également argumenter que ce sont essentiellement des membres de la classe moyenne qui migrent vers les banlieues et constituent des sociétés homogènes caractérisées par moins de conflits sociaux – condition importante de participation sociale et politique. Ces hypothèses – auxquelles font référence aux États-Unis l’interrogation « le lieu est-il important ? » (Dreier, Mollenkopf et Swanstrom, 2001) – n’ont pas été suffisamment explorées jusqu’à présent. Cependant, un certain nombre de travaux nord-américains soulignent que les citoyens des banlieues diffèrent de ceux des villes par leurs orientations et leur comportement politiques – et pas seulement en raison de différences sociodémographiques (Gainsborough, 2001). En Amérique du Nord, les citoyens des banlieues sont en général plus instruits et aisés. Travaillant souvent dans la « nouvelle économie », ils représentent la « droite politique moderne », votent pour les Républicains aux États-Unis (McGirr, 2001) et pour les Tories au Canada (Ibbitson, 1997 ; Dale, 1999 ; Walks, 2004).

50Il n’existe cependant pas de consensus parmi les chercheurs autour de la question : les citoyens des villes-centres diffèrent-ils, et si oui, comment, de ceux qui résident dans les banlieues ? En dehors d’arguments ad hoc isolés, plusieurs concepts théoriques ont servi de fondement à des hypothèses portant sur l’impact politique de la suburbanisation. L’argumentation se réfère en général beaucoup plus au comportement qu’aux orientations, ce qui finalement importe peu puisque les attitudes influencent au préalable le comportement (Kavanagh, 1983, p. 13). Les chercheurs se réclamant des approches « taille et démocratie », « choix public » et « capital social » perçoivent différemment les conséquences politiques de la suburbanisation. Incarnant la première de ces approches, Oliver (2001, p. 5) estime que : « L’un des principaux effets indirects de la suburbanisation est la migration des Américains des grandes aires métropolitaines vers des structures municipales plus petites Les petites unités, selon la thèse de « taille et démocratie » garantirait plus d’homogénéité, plus d’intégration politique et sociale, et une réduction des barrières à la participation : « Les banlieues valorisent la nature participative et la taille relativement modeste de leur gouvernement » (Levine, 2001, p. 307). Oliver (2000) a observé dans son étude de 800 aires métropolitaines américaines que les habitants de localités plus petites sont davantage impliqués dans les affaires de la communauté et actifs dans la vie civique que ceux des villes. Selon lui, la suburbanisation favorise donc une culture participative plus riche. La théorie « égaux mais séparés » de Costa et Kahn (2003, p. 723) confirme aussi un niveau plus élevé de une participation dans les banlieues.

51D’un autre côté, Dahl et Tufte (1973) nous rappellent que dans les petites unités, les décisions politiques sont souvent insignifiantes, ce tend qui à réduire la propension à participer. Des communautaristes comme Putnam (2000, p. 209) interprètent le niveau faible de l’intérêt et de la participation politique comme une conséquence de conflits sociaux moins nombreux, et du temps passé dans les transports entre résidence et lieu de travail. Selon cette théorie, l’étalement urbain retarde la formation du « lien communautaire » et il en résulte un faible niveau d’implication, indépendamment de la taille des banlieues (Verba et Nie, 1972 ; Waste, 1998).

52La controverse des arguments se reflète également dans les travaux de recherche. Les résultats divergent surtout sur la question de savoir si les nouvelles zones qui se développent à l’extérieur des villes-centres présentent des niveaux de participation et d’engagement en hausse ou en baisse (Kelleher et Lowery, 2004). Les tableaux 6a et 6b donnent une idée de la situation en Allemagne à partir des réponses à deux questions. Tout d’abord, le lieu de résidence est-il lié au niveau d’engagement et de participation politique ? D’autre part, le développement de localités peuplées par les classes moyenne et supérieure à l’extérieur des villes-centres crée-t-il de nouvelles bases de soutien des partis conservateurs selon le modèle américain. Les résultats tendent à conforter la thèse selon laquelle le lieu influence les orientations et la participation politiques. En effet, des orientations comme « l’identification partisane », « le choix du candidat aux élections nationales », « l’idéologie politique », ou le comportement comme « le vote à une élection nationale » ou « la participation aux blocages de la circulation » qui sont respectivement des « formes de participation à des manifestations autorisées ou violentes », ont tendance à varier – d’une manière limitée mais significative – en fonction du lieu de résidence. Les items « participation aux élections nationales de 1998 », « participation électorale en tant que devoir civique » et « intérêt politique » ne révèlent pratiquement aucune différence selon le lieu de résidence. Cela n’est pas surprenant pour les deux premiers, car l’idée que le vote est un devoir civique est très forte dans tous les groupes sociaux, et donc la participation électorale l’est également. L’intérêt politique est modéré en Allemagne de l’Ouest dans toutes les zones d’habitat, mais il est légèrement plus fort dans les villes-centres et les zones de navettes extérieures de l’Est.

53En ce qui concerne l’idéologie politique, les données de l’Étude électorale nationale de 2002 indiquent que 54 % des personnes interrogées et capables de se placer sur l’échelle gauche-droite, choisissent les 3 valeurs centrales. Un tiers des citoyens se positionnent à gauche et seulement 16 % à droite. Le lieu de résidence n’exerce qu’une influence limitée, mais cependant significative, sur cette orientation politique. En moyenne, l’ensemble des résidents se place légèrement à gauche du centre. Ceux qui habitent les zones de navettes intérieures et extérieures sont orientés au centre alors que les habitants des villes-centres et des aires centrales le sont plutôt à gauche.

54Trois autres indicateurs semblent être plus pertinents pour apprécier la position des citoyens face au clivage gauche-droite : « l’identification partisane », la « préférence d’un candidat aux élections nationales » et le « vote aux élections nationales de 1998 ». En Allemagne de l’Ouest en particulier, les résultats vont dans le sens attendu : plus on habite loin de la ville-centre, plus la préférence est marquée pour les partis de droite. Par contre, dans les nouveaux Länder, seules les zones de migration intérieures enregistrent des préférences supérieures à la moyenne pour les partis de droite ou conservateurs. Toutes les autres régions témoignent d’une préférence marquée en faveur des partis de gauche. Ce résultat est d’autant plus compréhensible que les deux tiers des personnes à l’Est s’identifient aux partis de gauche ou votent pour eux aux élections nationales.

Tableau 6a. Comportement et attitudes politiques dans les aires métropolitaines

Allemagne

Allemagne de l’Ouest

Allemagne de l’Est

Identification (gauche – droite)

Partis de gauche

Partis de droite

N

Partis de gauche

Partis de droite

N

Partis de gauche

Partis de droite

N

Ville-centre

65

35

662

64

36

436

66

34

151

Aire centrale

56

44

466

55

45

383

67

33

42

Zone de navettes intérieures

59

51

346

49

51

259

56

44

68

Zone de navettes extérieures

55

45

239

47

53

149

66

34

127

Total

58

42

56

44

64

36

N

991

722

685

542

250

138

V. de Cramer

0,12***

0,12***

0,8

Préférence de candidat aux élections nationales 1998 (chancellerie)

Candidat de gauche

Candidat de droit

N

Candidat de gauche

Candidat de droit

N

Candidat de gauche

Candidat de droit

N

Ville-centre

67

33

851

64

36

559

73

27

194

Aire centrale

63

37

595

61

39

469

72

28

72

Zone de navettes intérieures

54

46

436

54

46

333

55

45

74

Zone de navettes extérieures

64

36

288

56

44

175

74

26

159

Total

63

37

60

40

71

29

N

1360

810

923

613

353

146

V. de Cramer

0,10***

0,09*

0,14*

Participation aux élections nationales 1998

Oui

Non

N

Oui

Non

N

Oui

Non

N

Ville-centre

91

9

850

93

7

559

87

13

194

Aire centrale

90

10

616

91

9

493

85

15

67

Zone de navettes intérieures

93

7

454

92

8

341

97

3

88

Zone de navettes extérieures

92

8

320

91

9

200

92

8

170

Total

91

9

92

8

90

10

N

2042

198

1463

130

467

52

V. de Cramer

0,04

0,03

0,14*

Vote à l’élection nationale 1998 (gauche – droite)

Partis de gauche

Partis de droite

N

Partis de gauche

Partis de droite

N

Partis de gauche

Partis de droite

N

Ville-centre

66

34

761

65

35

514

68

32

164

Aire centrale

58

42

552

56

44

446

72

28

57

Zone de navettes intérieures

52

48

421

52

48

315

48

52

85

Zone de navettes extérieures

60

41

284

50

50

176

74

26

151

Total

60

40

58

42

67

33

N

1208

810

836

615

306

151

V. de Cramer

0,11***

0,11***

0,20***

* p < 0,05 ; ** p < 0,01 ; *** p < ,001.
Source : Étude électorale nationale, 2002, mesure séparée par l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest.

Tableau 6b. Comportement et attitudes politiques dans les aires métropolitaines

Allemagne

Allemagne de l’Ouest

Allemagne de l’Est

Moyenne

N

Moyenne

N

Moyenne

N

Idéologie politique

Ville-centre

5,28

946

5,49

610

4,81

227

Aire centrale

5,58

661

5,66

522

5,08

80

Zone de navettes intérieures

5,75

512

5,77

385

5,57

101

Zone de navettes extérieures

5,75

357

6,11

226

5,17

185

Total

5,53

2477

5,69

1743

5,09

593

Eta

0,10***

0,09**

0,14**

Participation électorale en tant que devoir civique

Ville-centre

4,23

1015

4,32

658

4,02

240

Aire centrale

4,33

710

4,36

561

4,12

85

Zone de navettes intérieures

4,42

552

4,47

412

4,07

112

Zone de navettes extérieures

4,18

375

4,38

231

3,89

202

Total

4,29

2651

4,37

1862

4,00

640

Eta

0,08***

0,06

0,07

Intérêt politique

Ville-centre

3,17

1037

3,21

671

3,08

247

Aire centrale

3,13

730

3,20

567

2,74

96

Zone de navettes intérieures

3,05

561

3,09

421

2,76

112

Zone de navettes extérieures

3,09

380

3,13

231

3,03

209

Total

3,12

2709

3,17

1890

2,96

664

Eta

0,05

0,05

0,14**

Participation à des barrages de la circulation

Ville-centre

1,76

1021

1,70

663

1 ,90

241

Aire centrale

1,56

722

1,56

562

1,55

94

Zone de navettes intérieures

1,54

553

1,54

415

1,55

109

Zone de navettes extérieures

1 58

378

1,58

232

1,58

205

Total

1 64

2674

1,61

1873

1,69

649

Eta

0,10***

0,07*

0,16**

Participation à des manifestations violentes

Ville-centre

1,77

1021

1,68

663

1,99

241

Aire centrale

1,59

719

1,57

563

1,68

90

Zone de navettes intérieures

1,52

555

1,50

417

1,68

109

Zone de navettes extérieures

1,59

373

1,46

232

1,79

198

Total

1,64

2668

1,58

1876

1,83

638

Eta

0,10***

0,09**

0,12*

Participation à des manifestations autorisées

Ville-centre

2,98

1017

2,87

659

3,24

241

Aire centrale

2,76

712

2,75

559

2,80

87

Zone de navettes intérieures

2,74

555

2,72

417

2,93

109

Zone de navettes extérieures

2,67

380

2,57

234

2,81

205

Total

2,83

2663

2,76

1869

2,81

205

Eta

0,09***

0,07*

0,14**

* p <, 0.05 ; ** p <, 0,01, *** p <, 0,001. Échelle de mesure des items : idéologie politique : « On parle souvent de politique de droite ou de gauche. Où vous placeriez-vous sur une échelle de 1 à 11 ? 1 : gauche, 11 : droite ; participation électorale et devoir civique : « Dans une démocratie, tout citoyen a le devoir de participer régulièrement aux élections » : depuis 1 : « je ne suis pas du tout d’accord » jusqu’à 5 : « je suis tout à fait d’accord » ; intérêt pour la politique : « vous intéressez-vous à la politique ? » : 1 « pas du tout » à 5 « très vivement ». Participation politique : « si vous souhaitiez avoir une influence politique et accentuer votre position, laquelle des choses suivantes feriez-vous ? » 1 « je ne ferais pas cela du tout » à 5 « je le ferais certainement ».

Source : Étude électorale nationale, 2002, mesures séparées pour l’Allemagne de l’Ouest et de l’Est.

55Notre analyse de données porte non seulement sur la participation traditionnelle aux scrutins nationaux ou la participation aux manifestations autorisées, mais aussi sur la propension des personnes interrogées à accomplir des activités politiques non conventionnelles, comme le blocage de la circulation ou les manifestations violentes. Pour ces 3 dernières formes, nous constatons que plus la distance par rapport à la ville-centre est élevée, moins l’engagement personnel est fort. Les résultats sont encore plus nets pour les nouveaux Länder, où la participation aux manifestations violentes ou autorisées, de même qu’aux blocages de la circulation, est relativement plus élevée dans les villes-centres que dans les 3 autres types de résidence. Dans les anciens Länder, la différence entre les zones d’habitat est seulement modérée, mais tend à valider l’interprétation communautariste selon laquelle les citoyens des banlieues participent moins en raison d’un contexte moins conflictuel, d’un investissement moins fort dans la communauté, et de trajets quotidiens domicile-travail.

56À la question « le lieu est-il important ? », les résultats de notre recherche tendent à rejoindre ceux de Gainsborough (2001) qui a montré dans son étude longitudinale sur les États-Unis que les citoyens des banlieues diffèrent peu, mais de façon significative, dans leurs attitudes et leur comportement politiques. Dans le système des élections américaines, ce phénomène a un impact politique plus direct que dans le cadre européen et en particulier allemand. Selon le scrutin majoritaire, de faibles différences d’attitudes et de comportement des électeurs peuvent provoquer un gain de mandats aux élections à la présidence ou au Congrès. En Europe, les représentants n’agissent pas essentiellement en tant que mandataires mais comme responsables de parti (Walter, 2000 ; 2001). Il en résulte que la variation des attitudes et des comportements des citoyens selon qu’ils habitent la ville ou la banlieue a moins d’impact sur les résultats des élections et les programmes politiques des partis locaux que dans le système majoritaire.

57On peut cependant penser que les différences dans les orientations et le comportement politiques vont s’accroître à l’avenir, ce qui influencera bien sûr également la politique allemande. Aux États Unis, la montée d’une politique suburbaine spécifique est un événement relativement récent bien que le processus de suburbanisation ait commencé très tôt (Gainsborough, 2001, p. 4). La capacité de réponse des leaders et des partis aux attentes de leur électorat en transformation est aussi un enjeu fondamental en Europe et en Allemagne. Mais si la polarisation devait s’accentuer entre les citoyens urbains et suburbains, la recherche de solutions politiques en sera d’autant plus délicate.

***

Conclusion et perspectives de recherche

58Comme en Amérique du Nord et dans d’autres pays d’Europe, un processus de suburbanisation peut être observé également en République fédérale d’Allemagne. Suivant la définition de Boustedt, 84 % des citoyens vivent dans 75 aires métropolitaines. Depuis la réunification de 1989, les paysages ont considérablement changé. Les espaces naturels ne cessent de se réduire parce que les municipalités ont atteint leurs limites de croissance. L’urbanisation continue à se développer pour gagner de plus en plus les zones rurales. Les villes-centres ont perdu des habitants depuis la fin des années 80, et simultanément des migrations intenses vers les aires centrales et les zones de navettes ont été enregistrées. Cette expansion touche aujourd’hui moins les banlieues proches que les zones plus éloignées et rurales.

59La particularité du cas allemand tient surtout au clivage observé entre les parties occidentale et orientale du pays. Alors que l’Allemagne de l’Ouest est très semblable à d’autres pays industrialisés, et en particulier aux États-Unis, prototype de société suburbaine, les nouveaux Länder présentent un profil tout autre. La suburbanisation n’y est apparue qu’après la réunification, de façon tardive mais concentrée. Elle a commencé avec les zones commerciales installées à la périphérie urbaine, puis les entreprises suivies des ménages, et s’est manifestée plus radicalement en raison de la généralisation rapide de l’usage de l’automobile et des programmes massifs de construction et de rénovation de logements financés par le gouvernement fédéral, les Länder et la Commission européenne. Ce processus de suburbanisation à l’Est a été dans bien des cas artificiellement entretenu par les investisseurs publics.

60Nous avons ensuite tenté d’explorer le lien entre la suburbanisation d’une part et la structure sociale et la politique dans les aires métropolitaines d’autre part. Face au manque d’indicateurs adéquats issus de l’Étude électorale nationale pour étudier la relation entre développement des banlieues et structure sociale, nous avons surtout été en mesure de vérifier l’effet du lieu de résidence sur les orientations et la participation politiques. Nous n’avons pas pu valider l’hypothèse selon laquelle la montée des classes moyenne et supérieure dans les banlieues créerait comme aux États-Unis de nouvelles bases de soutien pour les partis conservateurs. Il apparaît cependant que la distance par rapport à la ville-centre est positivement associée à une préférence pour les partis de droite et à une faible participation politique. À la question « le lieu est-il important ? », nos résultats, en particulier pour les Länder occidentaux, convergent donc avec ceux de Gainsborough (2001) établissant que les citoyens des banlieues américaines présentent des caractéristiques spécifiques d’attitudes et de comportement politiques.

61On peut supposer qu’à l’avenir les différences d’orientations et de comportement politiques s’accentueront en Allemagne, bien que ce pays soit loin de partager les mêmes caractéristiques territoriales et sociopolitiques que les États-Unis (Müller et Rohr-Zänker, 2001). Des recherches plus approfondies devraient en tout cas être menées pour mesurer avec des indicateurs plus fiables ces transformations.

62Il apparaît finalement que l’analyse de l’impact politique de son processus de suburbanisation en est encore à un stade initial. La collecte d’informations supplémentaires sur les aires métropolitaines constitue une tâche ambitieuse, dans la mesure où l’on ne dispose actuellement de données qu’au niveau des Kreise et des municipalités de plus de 20 000 habitants. Les variables dépendantes ne sont exploitables qu’à un niveau agrégé. Mais nous avons déjà entamé la collecte de données sur les élections et la composition des assemblées locales pour près de 8 000 communes, destinées aux prochaines analyses comparatives de l’OIM.

Notes

1 Hambourg, Berlin/Brandebourg, Rhin-Ruhr, Rhin-Main, Stuttgart, Munich, Halle/Leipzig.

2 Population quotidienne = population – habitants effectuant la navette vers l’extérieur de la ville + habitants effectuant la navette vers la ville.

3 Selon notre définition, elle se compose des aires métropolitaines de Cologne/Essen et Dortmund.

4 Annuaire statistique des communes allemandes, 2003, p. 127.

5 Il s’agit du ratio : nombre de municipalités pour 10 000 habitants/pourcentage de la population de la ville-centre par rapport à la population de l’aire métropolitaine (voir Zeigler et Brunn, 1980).

List of illustrations

Title Figure 1. Délimitation des aires métropolitaines en Allemagne
Caption Villes-centres des aires agglomérées.– Autres villes-centres et centres de premier niveau de plus de 100 000 habitants.– Autres centres de premier niveau de moins de 100 000 habitants.– Les aires centrales ont une forte densité de population (densité quotidienne2> 500) ou un équilibre positif de migrations alternantes (excédent de personnes effectuant la navette vers le centre, 50 % vers la ville-centre).– Aire de navette intérieure au moins 50 % de personnes effectuant la navette vers l’une des aires centrales.– Aire de navette extérieure 25 à moins de 50 % de personnes effectuant la navette vers l’une des aires centrales.Source : Bureau fédéral de la Construction et de la Planification régionale, 2004, figure MWR.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9456/img-1.jpg
File image/jpeg, 16k
Title Carte 1. Aires métropolitaines allemandes en 2002 (N = 90)
Caption Source : Bureau fédérale de la Construction et de la Planification régionale, 2004.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9456/img-2.jpg
File image/jpeg, 500k
Title Tableau 1a. Les 75 aires métropolitaines classées par ordre démographique, 2002
Caption Aires métropolitaines en Allemagne de l’Est ; a. l’aire métropolitaine de Cologne/Essen se compose de 4 villes-centres : Cologne, Essen, Düsseldorf, Duisbourg ; b. sans l’aire métropolitaine de Berlin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9456/img-3.jpg
File image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9456/img-4.jpg
File image/jpeg, 1,1M
Title Tableau 1b. Corrélations entre les indicateurs
Caption N = 75. *** p ≤ 0,001 ; ** p ≤ 0,01 ; * p ≤ 0,05.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9456/img-5.jpg
File image/jpeg, 404k
Title Tableau 2a. Population et superficie des aires métropolitaines allemandes
Caption Source : Bureau fédéral pour la Construction et l’Aménagement régional, 2004 ; a. sans Berlin Ouest ; b. sans Berlin Est et la périphérie de l’aire métropolitaine de Berlin dans le Brandenburg ; c. sans l’aire métropolitaine de Berlin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9456/img-6.jpg
File image/jpeg, 732k
Title Figure 2. Délimitation des aires métropolitaines
Caption Source : FOBP, 2004 ; Bureau fédéral de statistique, 2003, Allemagne de l’Est et de l’Ouest sans l’aire métropolitaine de Berlin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9456/img-7.jpg
File image/jpeg, 16k
Title Tableau 2b. Lieu de travail et de domicile des salariés
Caption Source : Bureau fédéral pour la Construction et l’Aménagement régional, 2004 ; a. sans Berlin Ouest ; b. sans Berlin Est et la périphérie de l’aire métropolitaine de Berlin dans le Brandenburg ; c. sans l’aire métropolitaine de Berlin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9456/img-8.jpg
File image/jpeg, 672k
Title Figure 3. Volume de migrations alternantes en 2002
Caption Source : FOBP, 2004 ; Bureau fédéral de Statistique, 2003.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9456/img-9.jpg
File image/jpeg, 16k
Title Tableau 2c. Circulation automobile liée aux trajets domicile/travail
Caption Source : Bureau fédéral pour la Construction et l’Aménagement régional, 2004 ; a. sans l’aire métropolitaine de Berlin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9456/img-10.jpg
File image/jpeg, 636k
Title Tableau 3. Évolution de caractéristiques importantes des aires métropolitaines, en %
Caption Source : Bureau fédéral pour la Construction et l’Aménagement régional 2004 ; N = 75, a. sans Berlin Ouest ; b. sans Berlin Est et la périphérie de l’aire métropolitaine de Berlin dans le Brandenburg ; c. sans l’aire métropolitaine de Berlin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9456/img-11.jpg
File image/jpeg, 492k
Title Figure 4. La fragmentation géopolitique des 75 aires métropolitaines allemandes
Caption Aires métropolitaines d’Allemagne de l’Est.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9456/img-12.jpg
File image/jpeg, 28k
Title Figure 5. Population des aires métropolitaines, en %
Caption Source : Étude électorale nationale, 2002 : V. de Cramer 0,19***.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9456/img-13.jpg
File image/jpeg, 28k

© CNRS Éditions, 2007

Terms of use: http://www.openedition.org/6540