Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique et métropole

 | 
Vincent Hoffmann-Martinot
, 
Jefferey Sellers

Chapitre 2. Métropolisation et politique aux États-Unis : d’un modèle unique à des configurations multiples

Jefferey Sellers

Note de l’auteur

L’auteur remercie Abigail Ross et Yooil Bae pour leur assistance inestimable dans ces recherches, de même que le Centre d’études internationales, le Centre de culture religieuse et civique, et le Département de science politique de l’Université de Californie du Sud pour leur soutien.

Texte intégral

1On considère généralement les États-Unis comme la première nation suburbaine. Au cours de la dernière décennie, les banlieues sont devenues la composante majeure de la population, et par là-même de l’électorat, dépassant ainsi la population rurale et purement urbaine. Les publications américaines, qu’elles soient à caractère politique, sociologique ou historique, sont pleines d’affirmations péremptoires sur la spécificité de la suburbanisation américaine. Cependant, peu d’investigations systématiques ont été conduites afin de comparer ce processus et ses conséquences à ceux identiques dans d’autres pays. La prolifération des zones métropolitaines aux États-Unis (en 2000, le Bureau de recensement américain indiquait 167 zones métropolitaines de plus de 200 000 habitants) a rendu plus difficile encore ce travail de comparaison. Les zones métropolitaines de cette taille contiennent plus de 76 % de la population des États-Unis. Toutefois, même les analyses des évolutions métropolitaines limitées aux seules villes américaines se concentrent habituellement sur un sous-groupe composé des plus grandes villes. Les études de cas comparatives prennent généralement pour cible les villes « globales » les plus notoires telles New York, Los Angeles, Chicago (cf. Sassen, 1991 ; Abu-Langhod, 1999 ; Fiorina, 2005), ou tout au plus l’univers des zones métropolitaines les plus grandes (cf. Orfield, 2002). Pourtant, ces zones dont la population est comprise entre 200 000 et 1 million d’habitants englobent une plus grande partie de la population (24 %) que ces 3 villes-régions globales combinées (21 %). Les zones métropolitaines de 3 millions d’habitants ou moins contiennent plus de la moitié (51 %) de la population métropolitaine des États-Unis.

2Un tour d’horizon des diverses configurations de la nature de ces zones métropolitaines en 2000 révèle l’absence d’un modèle standard de métropolisation et de suburbanisation. En effet, une analyse typologique (cluster analysis) exploratoire permet de faire apparaître au moins 4 types distincts de configurations. Bien qu’ils aient tous des points communs avec d’autres zones métropolitaines dans le monde, et quelques caractéristiques générales spécifiquement américaines, ces types présentent des différences significatives dans leurs composantes économiques et sociales, leur forme dans l’espace, ou encore dans leurs orientations politiques. Une analyse basée sur ces types fait encore ressortir des spécificités américaines partagées, mais démontre aussi des disparités subnationales majeures. En outre ces dernières vont au-delà des contrastes régionaux soulignés par les médias américains et les analystes politiques pour justifier la division entre les États « bleus » (conservateurs, républicains) et « rouges » (libéraux, orientés à gauche), (Fiorina, 2005). En effet, avec les changements incessants de population et d’économie urbaine, les variations des régions urbaines et de leurs caractéristiques politiques remettent de plus en plus en question les schémas régionaux traditionnels de la culture politique américaine.

Métropolisation et suburbanisation aux États-Unis

3Comme la plupart d’autres pays fortement industrialisés, les États-Unis sont une nation métropolitaine depuis des décennies. Cependant, plus encore qu’ailleurs, la métropolisation a progressivement pris la forme de zones résidentielles grandissant à l’extérieur des centres urbains, mais à l’intérieur des limites des métropoles. Ces zones suburbaines sont apparues comme des lieux où la majorité de la population vit généralement, et qui varient considérablement en importance selon les régions. Les zones métropolitaines basées sur les classifications du recensement américain, malgré quelques anomalies liées à des particularités de juridiction locales dans certaines parties du pays, donnent une vue d’ensemble de ces tendances.

  • 1 La documentation sur les définitions actuelles et antérieures des aires métropolitaines provient de (...)

4Depuis le recensement de 1970, le Bureau du recensement américain a rendu largement accessibles des statistiques détaillées sur les zones métropolitaines. Celles-ci sont composées de groupes contigus de comtés – ou, comme c’est le cas en Nouvelle-Angleterre, de villes – dénommés Aires statistiques métropolitaines (ASM). On emploie généralement pour les définir un standard à critères multiples, qui comprend la densité de la population, les modes d’occupation de l’espace urbanisé, les migrations alternantes, et dans certains cas, la croissance de la population. Ainsi, dans les définitions appliquées ici à l’ensemble des données (en utilisant celle de 1999), des taux de migrations alternantes supérieurs à 50 % qualifieraient un comté à faible densité de population ou des zones urbaines. En revanche, un taux de migrations alternantes de 15 % serait suffisant, dans la mesure où le comté a une densité, un espace urbanisé et une croissance de la population plus élevés. Avec le temps, le Bureau de recensement a ajusté la définition à plusieurs reprises de façon à tenir compte de modes d’urbanisation émergents, y compris une mobilité croissante1.

5Les définitions métropolitaines américaines ont en général été développées sans accorder une grande importance à la possibilité de comparaisons avec d’autres pays. Des améliorations par rapport à celles plus claires et transposables venant de l’étranger ont cependant été introduites. Outre les ajustements qui ont permis aux délimitations métropolitaines de refléter une mobilité croissante, une nouvelle catégorie globale d’Aire statistique métropolitaine consolidée (ASMC) est venue renforcer récemment les définitions standards. Cette catégorie a permis d’y englober des régions urbaines de plus en plus interconnectées dans celles les plus urbanisées du pays, comme les côtes Est et Ouest. Comme le montre la carte 1, les 18 ASMC englobent des zones fonctionelles plus larges, analogues aux aires urbaines françaises, pour la plupart des plus grandes régions métropolitaines du pays. Au-delà de centres comme Los Angeles et New York, ces délimitations rattachent San Francisco à la région de la Silicon Valley qui entoure San Jose, et Washington DC à Baltimore.

Carte 1. Aires statistiques métropolitaines (ASM) aux États-Unis (définition de 1999)

6En même temps, la définition de limites métropolitaines suivant celles des comtés, au lieu de celles des municipalités utilisées dans la plupart des pays développés, pose un obstacle potentiel aux comparaisons internationales. Il n’y a qu’en Nouvelle-Angleterre que le Bureau du recensement a modifié cette façon de procéder, pour utiliser la municipalité comme unité de base. Étant donné la nature des limites municipales à peu près partout aux États-Unis, il est difficile de contester ce choix en la matière. Parce que le processus de constitution des municipalités et de leurs frontières varie considérablement dans la plupart des États et dépend des préférences de la population, des portions entières d’aires métropolitaines en restent en dehors. En outre, à cause d’annexions fréquentes et des créations de nouvelles municipalités, leurs limites peuvent changer radicalement dans le temps. Dans ces conditions, les comtés offrent les seules limites stables et cohérentes utilisables pour définir les métropoles. Toutefois, la taille relativement importante des comtés font de leurs limites une mesure seulement approximative de l’endroit où débute et où s’achève l’aire métropolitaine. Comme le montre la carte 1, par exemple, la définition résultante de l’ASMC de Los Angeles englobe la vaste étendue inhabitée du désert Mojave, qui s’étend depuis la fin réelle de l’aire métropolitaine jusqu’à la frontière de l’Arizona. Si le fait d’inclure des zones peu peuplées plus importantes pose des difficultés relativement limitées en ce qui concerne les comparaisons basées sur le nombre d’habitants, on doit faire preuve de plus de prudence lorsque l’on compare des territoires composés d’unités différentes, telles que des comtés et des communes.

7Dès l’an 2000, les zones métropolitaines définies de cette façon contenaient 218,6 millions de personnes, soit 80,2 % de la population des États-Unis. Près de 97 % de ces résidents soit 211,5 millions, vivaient dans les aires métropolitaines de plus de 200 000 habitants qui sont incluses dans la base de données IMO pour les États-Unis (cf. carte 1). Comme le montre le tableau 1, les formes métropolitaines avaient déjà suffisamment grandi dès 1970 pour constituer le type prédominant d’habitat dans le Nord Est, le Middle Atlantic et le long de la Côte Pacifique. À cette époque, la vision gottmanienne d’une « mégalopole » (1961) gigantesque et étalée présentait un contraste bien marqué avec les types d’habitats visibles à peu près partout dans le reste du pays. Plus de la moitié de la population dans une grande partie du Midwest et du Sud moyen, et plus d’un tiers dans les États montagneux et le reste de ces régions, vivaient encore en dehors des aires métropolitaines. Le changement le plus radical des trois dernières décennies a été la diffusion rapide de la métropolisation aux parties du pays largement voire majoritairement rurales. Dès l’an 2000, bien plus de la moitié de la population des régions du Nord-Ouest et du Centre-Sud-Est habitaient ces aires. En 30 ans, cette proportion dans les régions du Sud et celles des montagnes est passée de 14,9 à 21,7 %. Dans les aires les plus métropolisées, comme le Pacifique et la Nouvelle-Angleterre, leurs populations sont restées stables, ou ont même légèrement régressé dans les années 90 tandis que certains résidents métropolitains ont franchi les limites de la métropole ou l’ont quittée. Bien que les différences de définition selon les recensements restreignent les possibilités de comparaison dans le temps et entre les pays, la conclusion globale est irréfutable. Les aires métropolitaines sont devenues la forme prédominante de peuplement partout aux États-Unis.

Tableau 1. Métropolisation aux États-Unis, 1970-2000, par région

Population métropolitaine

Population totale (%)

Changement (%)

1970

1980

1990

2000

1970

1980

1990

2000

1970-2000

1990-2000

États-Unis

140 091 624

169 374 534

198 478 073

218 606 870

69,3

74,8

79,8

80,2

10,9

0,4

Nord-Est

40 141 692

41 741 766

45 475 871

46 341 688

82,6

85,0

89,5

89,4

6,8

-0,1

Nouvelle-Angleterre

8 718 488

9 461 489

11 128 361

11 345 406

76,5

76,6

84,3

84,1

7,6

-0,2

Moyen Atlantique

31 423 204

32 280 277

34 347 510

34 996 282

84,5

87,7

91,3

91,3

6,8

0,0

Middle West

37 658 182

41 712 881

43 691 403

46 588 079

66,6

70,9

73,2

73,7

7,1

0,4

Centre-Nord-Est

29 738 301

32 558 489

33 391 109

35 323 983

73,9

78,1

79,5

79,5

5,6

0,0

Centre-Nord-Ouest

7 919 881

9 154 392

10 300 294

11 264 096

48,5

53,3

58,3

59,9

11,4

1,6

Sud

35 206 379

50 330 983

63 361 799

72 598 672

56,1

66,8

74,1

75,3

19,2

1,1

Atlantique Sud

17 698 935

26 032 474

34 296 410

39 361 749

57,7

70,4

78,7

79,4

21,7

0,7

Centre-Sud-Est

5 400 272

7 611 883

8 761 525

9 705 238

42,2

51,9

57,7

58,5

16,3

0,8

Centre-Sud-Ouest

12 107 172

16 686 626

20 303 864

23 531 685

62,7

70,3

76,0

77,6

14,9

1,6

Ouest

27 085 371

35 588 904

45 949 000

53 078 431

79,3

82,4

87,0

86,8

7,5

-0,2

Montagnes

4 714 148

7 172 982

9 944 452

12 714 773

59,3

63,1

72,8

74,2

14,9

1,4

Pacifique

22 371 223

28 415 922

36 004 548

40 363 658

85,3

89,4

91,9

91,7

6,4

-0,2

Note : Désignation des régions par État : Nouvelle Angleterre : Connecticut, Maine, Massachusetts, Rhode Island ; Moyen Atlantique : New Jersey, New York, Pennsylvanie ; Centre-Nord-Est : Illinois, Indiana, Michigan, Ohio, Wisconsin ; Centre-Nord-Ouest : Iowa, Kansas, Minnesota, Nebraska, Dakota du Nord, Dakota du Sud ; Atlantique Sud : Delaware, District de Columbia, Floride, Géorgie, Maryland, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Virginie, Virginie Occidentale ; Centre-Sud-Est : Alabama, Kentucky, Mississippi, Tennessee ; Centre-Sud-Ouest : Arkansas, Louisiane, Mississippi, Oklahoma, Texas ; Montagnes : Arizona, Colorado, Idaho, Montana, Nevada, Nouveau Mexique, Utah, Wyoming ; Pacifique : Alaska, Californie, Hawaï, Oregon, Washington (sans Puerto Rico). À propos des changements des définitions métropolitaines dans le temps, voir le texte.
Source : Données du recensement.

  • 2 Afin de collecter les données dans la base OIM pour les États-Unis, nous avons appliqué une définit (...)

8Les observateurs de ces évolutions et de leurs conséquences ont porté davantage d’attention à la suburbanisation qu’à la métropolisation. Comme l’ont souligné à la fois historiens (Jackson, 1986 ; Nicolaides, 2001) et analystes politiques (Schneider, 1992) ce qui caractérise la croissance métropolitaine et ses conséquences politiques et sociales aux États-Unis, c’est qu’elle s’est surtout manifestée dans des zones situées au-delà des limites des villes-centres. La définition extensive que le Bureau de recensement américain a adoptée pour définir les villes-centres (qui a ainsi pour résultat de recenser 14 villes-centres à l’intérieur de l’ASMC de Los Angeles) rend délicate l’évaluation de l’ampleur globale de cette tendance2. Cependant, même ces données révèlent un important mouvement vers les zones suburbaines (tableau 2). Comme l’a montré en particulier Jackson, l’une des caractéristiques les plus singulières de la suburbanisation dans certaines parties des États-Unis est que le processus a commencé très tôt. En 1970, à la suite d’évolutions amorcées sur la côte Est dès le siècle précédent, les États de la côte Pacifique et du Middle Atlantic étaient déjà à moitié suburbains. En 2000, les habitants des banlieues s’avéraient être légèrement majoritaires dans la population du pays. Contrairement à l’expansion métropolitaine en général, la suburbanisation s’est propagée à travers le pays tout au long des années 90. Beaucoup des régions qui étaient restées plus qu’à moitié rurales jusqu’en 1970, comme les aires du Centre-Sud-Est et du Nord-Ouest, conservaient en 2000 des taux de suburbanisation bien inférieurs à la moitié de la population. L’expansion suburbaine s’est concentrée dans ces aires, mais aussi dans les régions des montagnes et celles de l’Atlantique Sud. Comme nous le verrons plus loin, l’extension des limites municipales dissimule souvent des phénomènes encore plus spectaculaires de croissance territoriale.

Tableau 2. Suburbanisation aux États-Unis, 1970-2000, par région

Population métropolitaine

Population totale (%)

Changement (%)

1970

1980

1990

2000

1970

1980

1990

2000

1970-2000

1990-2000

États-Unis

85 765 193

101 474 674

119 429 052

140 581 876

42,2

44,8

48,0

50,0

7,8

2,0

Nord-Est

24 704 191

25 769 791

29 273 300

31 280 994

50,4

52,4

57,6

58,4

8,0

0,8

Nouvelle-Angleterre

5 771 079

6 073 753

7 432 913

7 977 493

48,7

49,2

56,3

57,3

8,6

1,0

Moyen Atlantique

18 933 112

19 696 038

21 840 387

23 303 501

50,9

53,5

58,1

58,7

7,8

0,7

MiddleWest

22 666 129

25 388 503

26 364 592

29 776 578

40,1

43,1

44,2

46,2

6,2

2,1

Centre-Nord-Est

18 234 513

20 182 130

20 533 528

22,960,390

45,3

48,4

48,9

50,8

5,5

2,0

Centre-Nord-Ouest

4 431 616

5 206 373

5 831064

6 816 188

27,2

30,3

33,0

35,4

8,3

2,4

Sud

21 877 714

29 066 125

37 706 243

47 605 317

34,8

38,6

44,1

45,7

12,7

3,4

Atlantique Sud

13 195 468

17 508 799

23 775 630

29, 979 302

43,0

47,4

54,6

58,0

14,9

3,4

Centre-Sud-Est

3 407 809

4 056 830

4 838 131

5 877 025

26,6

27,7

31,9

34,5

7,9

2,7

Centre-Sud-Ouest

5,274,437

7 500 496

9 092 482

11 748 990

34,0

31,6

27,3

37,4

10,1

3,3

Ouest

16 517 159

21 250 255

26 084 917

31 918 987

49,4

49,2

47,5

50,5

3,0

1,1

Montagnes

2 286 889

3 798 506

4 865 159

7 105 083

27,6

33,4

36,6

39,1

11,5

3,5

Pacifique

14 230 270

17 451 749

21 219 758

24 813 904

53,7

54,9

54,2

55,1

1,5

0,9

Note : La population suburbaine inclut les habitants des aires métropolitaines qui résident à l’extérieur des villes-centres. Pour la définition des régions, voir le tableau 1.
Source : Données du recensement.

9En dépit des tendances générales à la métropolisation et à la suburbanisation, les nombreuses variantes régionales suggèrent que les régions métropolitaines aux États-Unis ont en réalité suivi des voies différentes. Un examen plus attentif à l’échelle des aires métropolitaines individuelles renforce cette idée de contrastes régionaux par une série d’autres variations liées à des zones métropolitaines spécifiques.

Les différents types d’aires métropolitaines aux États-Unis : une classification

10Les caractéristiques communes des aires métropolitaines américaines, qui les différencient de celles d’autres pays, ont souvent conduit des comparatistes à les traiter comme identiques. Cependant, si l’on prête attention à la variété individuelle des contextes métropolitains, il est difficile de considérer l’un d’entre eux – que ce soit Chicago, Los Angeles ou Peoria – comme typique des États-Unis. Il est nécessaire de définir des modes d’analyse comparative aptes à révéler à la fois d’aspects spécifiquement nationaux applicables à la plupart de ces lieux, et des variations qui rendent peu pertinente l’évocation d’un « modèle » américain. L’analyse typologique constitue un instrument particulièrement utile permettant d’explorer ces différences et ces ressemblances. Une fois que des groupes de types distincts d’aires métropolitaines présentant des caractéristiques identiques sont différenciés grâce à cette méthode, ils peuvent être comparés afin de cerner leurs ressemblances et leurs différences.

  • 3 Cette procédure a été menée avec SPSS. Bien que 4 groupes similaires à ceux-ci soient ressortis aut (...)

11Nous avons procédé à une analyse typologique en deux étapes afin de différencier 4 groupes d’aires métropolitaines à partir des 164 de plus de 200 000 habitants3. En utilisant un critère d’information Bayesien, la procédure s’est faite en deux temps, pour déterminer les centres de types initiaux, et pour définir leur forme, en partie grâce à la suppression d’éléments extérieurs. Cette procédure avait l’avantage de pouvoir tenir compte d’une variable de catégorie (ici, la région) en même temps que d’échelle pour constituer ces types. Au total 29 variables ainsi qu’une catégorisation régionale ont été employées. Outre les indicateurs de problèmes urbains, de fragmentation et de ségrégation, étudiés dans les sections suivantes, l’analyse typologique a intégré d’autres paramètres caractérisant les différents types d’aires métropolitaines, telles que la composition raciale et ethnique, les résidents nés à l’étranger, la population totale et sa densité, les logements construits avant 1950, le niveau d’instruction supérieure, les professions libérales et les cadres, et la métropolisation de la région environnante. Cette analyse ne représente que l’une de celles qui ont servi à dégager les principaux types. La plupart des méthodes utilisées ont révélé des variations similaires pour les types d’aires métropolitaines qui suivent.

12Comme le montre le tableau 3, l’analyse typologique fait ressortir des variations majeures pour de nombreux aspects de contextes métropolitains qui servent généralement à caractériser les aires métropolitaines américaines en tant que groupe. Bien que la diversité raciale et ethnique reste en général plus élevée que dans les contextes européens, elle varie dans les groupes prédominants tout autant qu’au niveau global. Les formes urbaines américaines sont généralement d’origine plus récente que les européennes, mais d’importantes différences distinguent les aires métropolitaines américaines construites bien avant la Seconde Guerre mondiale de celles essentiellement constituées après ce conflit. À partir de 1950, les transports automobiles largement répandus d’une part, et la législation sur les droits civiques d’autre part ont créé des conditions très variables de développement des métropoles. Bien que la ségrégation raciale et sociale soit plus marquée dans les aires métropolitaines américaines que dans d’autres pays, les conditions historiques d’évolution urbaine ont entraîné des variations substantielles selon les régions. Comme à l’étranger, les aires métropolitaines diffèrent également dans leurs efforts et leurs capacités à attirer en nombre des habitants disposant d’un niveau supérieur d’instruction, de revenus élevés, et appartenant aux catégories des cadres supérieurs et professions libérales. Notre analyse typologique nous a permis de distinguer 4 catégories générales d’aires métropolitaines.

13Les aires métropolitaines traditionnelles du Sud. Un premier groupe, comptant le nombre le plus élevé d’aires métropolitaines (63, soit 38 %), est composé des régions du sud situées entre le Maryland et le Texas. De population en moyenne plus faible, ces aires se caractérisent par une proportion plus élevée d’Afro-Américains, une part plus faible d’Asiatiques et d’Hispaniques, et le pourcentage le plus réduit d’habitants nés à l’étranger. Étant donné la croissance qu’a connue le Sud depuis la Seconde Guerre mondiale, même les plus anciennes aires métropolitaines de ce groupe enregistrent aujourd’hui une part relativement faible d’habitations anciennes. La ségrégation des Afro-Américains y reste élevée, même si elle y est plus limitée que dans les villes dont l’habitat est plus ancien, tandis que d’autres formes de ségrégation demeurent comparativement modestes. La part de professions d’un statut social plus élevé et de diplômés de l’Université est quelque peu inférieure à la moyenne de l’ensemble des aires métropolitaines. Les mesures de problèmes urbains y sont également en général plus accrues, tandis que la fragmentation géopolitique y est plus faible. La condition des villes-centres par rapport à leurs banlieues y est relativement moins difficile. Moins privilégiées que la deuxième catégorie d’aires métropolitaines méridionales, ces régions apparaissent également comme moins polarisées.

Tableau 3. Caractéristiques de quatre types métropolitains américains

Types métropolitains

Variables

ASM

Traditionnelles du Sud

Tertiaires nouvelles

Ouvrières latinos

Anciennes

Total

Population

Moyenne

649 284

2 030 962

480 231

1 738 177

1 286 752

Écart type

636 303

3 081 837

207 381

3 259 991

2 448 379

Afro-Américains (%)

Moyenne

18,7

7,0

3,2

8,8

11,8

Écart type

12,1

7,8

2,1

5,6

10,5

Asiatiques (%)

Moyenne

1,4

5,2

3,9

1,8

2,5

Écart type

0,6

8,1

3,4

1,2

4,1

Latinos/Hispaniques (%)

Moyenne

71,6

67,9

37,9

83,4

72,4

Écart type

12,3

17,7

15,7

8,3

17,1

Proportion d'Unités d'habitations construites avant 1950 (%)

Moyenne

12,0

11,9

13,1

32,7

19,1

Écart type

5,5

6,1

4,4

7,9

11,7

Professions Libérales et emplois de direction (%)

Moyenne

31,0

36,2

27,5

33,0

32,5

Écart type

3,3

4,5

1,5

4,0

4,4

Etudes supérieures (%)

Moyenne

21,8

29,5

15,0

24,0

23,6

Écart type

4,3

5,8

3,1

4,9

6,0

Ségrégation par tranches de revenus, plus hauts ou plus bas (%)

Moyenne

35

40

36

35

36

Écart type

6

6

5

5

6

Ségrégation des Afro-Américains

Moyenne

55

47

47

64

56

Écart type

9

13

10

10

12

Ségrégation des résidents Latinos

Moyenne

38

41

43

46

41

Écart type

9

11

8

12

11

Etrangers de naissance (%)

Moyenne

4,8

12,9

21,4

5,0

7,7

Écart type

3,1

8,3

6,6

4,0

7,1

N

63

33

12

56

164

Source : Données de ségrégation (calculées à partir des Aires statistiques métropolitaines [ASM] et, pour les Aires statistiques métropolitaines consolidées [ASMC], des ASM comptant la plus forte population) provenant du Centre de recherche urbaine Lewis Mumford. Les autres données ont été calculées à partir du recensement américain de 2000.

14Les nouvelles aires tertiaires métropolitaines. Un deuxième groupe de 33 aires métropolitaines (soit 20 %) rassemble certaines des régions du Sud, une poignée de celles du Nord et du Middle West, et la majorité de celles de l’Ouest. Outre leur habitat beaucoup plus récent, ces lieux se distinguent des autres par une moyenne plus élevée de diplômés et une proportion plus forte de professions libérales ou de cadres supérieurs. Bien que la ségrégation raciale des Afro-Américains y demeure plus limitée, la ségrégation mesurée par l’écart entre les quartiles de revenus supérieurs et inférieurs y est nettement plus accentuée qu’ailleurs. La proportion de résidents nés à l’étranger y est plus importante. Comparativement privilégiés, comme les anciennes aires métropolitaines du Nord, ces lieux se distinguent par des niveaux relativement faibles de fragmentation géopolitique et de problèmes rencontrés par les villes-centres.

15Les aires urbaines ouvrières latinos. Les plus pauvres appartiennent à un petit groupe (12, soit 7 %) situé en Californie et au Texas, avec une population moyenne de seulement 480 000 habitants. Ce sont des régions à majorité hispanique ou latino (52 %), comptant une population née à l’étranger 4 fois plus élevée que la moyenne (21 %). La plupart des mesures de problèmes urbains enregistrent les niveaux les plus élevés, en particuler pour l’éducation et le revenu, mais elles sont plus favorables pour les villes-centres que dans les autres régions.

16Les aires métropolitaines anciennes. Un dernier groupe de 56 (soit 34 %) englobe les régions plus anciennes, comptant en moyenne 20 % de plus de logements construits avant 1950 qu’ailleurs. Bien que la plupart soient situées dans le Nord et le Middle West, 4 d’entre elles (Baltimore-Washington, Kansas City, Louisville, et Saint Louis) se trouvent dans le Sud. En général, elles comprennent davantage d’Afro-Américains, et moins d’habitants d’origine hispanique, asiatique ou de résidents nés à l’étranger. Reflétant des structures d’habitat mises en place avant le passage des lois sur les droits civiques, la ségrégation des Afro-Américains, et à un degré moindre celle des Latinos, y sont nettement plus fortes ici qu’ailleurs. Il en résulte que la ségrégation en termes de revenus y demeure légèrement plus faible. Comme nous allons le voir dans les sections suivantes, ces aires métropolitaines se caractérisent par des niveaux plus élevés de fragmentation géopolitique et des problèmes plus aigus dans les villes-centres. Elles bénéficient en outre d’un niveau sensiblement accru d’avantage métropolitain global en comparaison avec d’autres régions.

17Cette classification permet de dégager au moins quatre réalités métropolitaines différentes aux États-Unis. Bien que de nature exploratoire, une analyse typologique de ce genre sert à décrire au moins une partie de la diversité des aires métropolitaines américaines. On peut établir certains parallèles entre ces types et d’autres contextes nationaux.

Dispersion de la population et fragmentation géopolitique

18Notre classification fragilise l’une des affirmations les plus largement partagées, soulignant la dispersion de la population métropolitaine américaine et la fragmentation géopolitique qui en résulte. Nos quatre groupes révèlent à la fois des différences substantielles de densité de population entre les régions métropolitaines américaines, et des variations encore plus marquantes de fragmentation des gouvernements métropolitains. Dans l’ensemble, la densité des aires métropolitaines américaines demeure faible selon les critères européens, mais celle des plus anciennes se rapproche de celle des régions européennes. Le niveau de fragmentation gouvernementale des nouvelles aires métropolitaines est comparable au niveau européen.

19L’habitat plus dispersé des régions métropolitaines américaines a souvent servi de base de comparaison entre les aires métropolitaines américaines et celles d’Europe ou même du Canada. Dès le milieu du xixe siècle, des conditions spécifiques aux États-Unis ont permis l’expansion de l’habitat à la périphérie des centres urbains (Jackson, 1986) : la terre y était peu coûteuse, les matériaux de construction abondants, les transports relativement peu onéreux, et les structures comme les politiques juridiques encourageaient à la fois l’expansion territoriale et l’accession à la propriété individuelle.

20À partir du début du xxe siècle et du New Deal, les politiques fédérales de transport, de logement et d’impôt ont fourni une série d’incitations encourageant les familles des classes moyennes à s’installer dans les banlieues. Une panoplie de dispositifs adoptés par les gouvernements locaux ont renforcé cette tendance, aussi bien à travers le droit du sol que dans le domaine de l’enseignement primaire et secondaire (Nivola, 1999). On ne doit pas sous-estimer le rôle joué par les différences de race et de classe sociale dans le déroulement de ce processus. La suburbanisation a permis aux blancs aisés ou même appartenant aux classes moyennes de prendre leurs distances vis à vis des populations urbaines de nouveaux immigrants. À partir du début du xxe siècle elle a établi une séparation à la fois entre les blancs des classes supérieure et moyenne, et les Afro-Américains immigrant massivement dans de nombreuses villes du Nord et de l’Ouest.

  • 4 Pour une analyse plus complète des dimensions multiples du terme étalement, voir Galster et al. (20 (...)

21Avec la généralisation de l’habitat métropolitain à l’ensemble des principales régions des 48 États contigus, ce mode de dispersion apparaît comme un trait général spécifique des aires métropolitaines américaines. Il se manifeste aussi bien dans les banlieues que dans les villes-centres. Si l’étalement urbain équivaut à un développement résidentiel dipersé, comme l’affirment Lopez et Hynes (2003), alors les États-Unis sont depuis longtemps la nation par excellence de l’étalement, et ils le resteront certainement4. Mais toute comparaison avec d’autres pays doit prendre en considération la variété des types métropolitains américains et la différenciation en particulier entre aires anciennes et nouvelles.

22À cause de distorsions statistiques introduites par l’utilisation des comtés pour définir les aires métropolitaines, la densité de population des villes-centres révèle nettement les différences avec d’autres contextes nationaux. Il est nécessaire de distinguer les exceptions les plus familières des tendances globales. La ville de New York, avec plus de 10 000 personnes/km2, est l’un des endroits du monde les plus densément peuplés. Un petit nombre d’autres grands centres américains, comme Chicago, Philadelphie, et Miami, enregistrent également des densités de population équivalentes aux principaux plus grands centres urbains. Même les densités de Los Angeles et de San Francisco/San Jose, avec respectivement 3 041 et 2 913 personnes/km2, dépassent le seuil de beaucoup de villes européennes (habituellement plus petites). Cependant, dans l’ensemble, les villes-centres plus anciennes ressemblent de plus en plus en termes de densité aux contextes urbains européens et canadiens plus peuplés, à l’inverse des centres d’autres aires métropolitaines (tableau 4). Avec une densité moyenne de 1930, les villes-centres des aires moins récentes sont bien plus fortement peuplées que toutes les autres, à l’exception des plus grandes villes scandinaves ou canadiennes. Dans les villes des nouvelles aires tertiaires métropolitaines, la densité moyenne diminue de 30 % en dépit d’une population moyenne légèrement supérieure. Dans les autres zones métropolitaines du Sud, la densité moyenne des villes-centres baisse encore presque de moitié, pour atteindre 678 personnes/km2. Si cette densité s’apparente aux seuils des villes de l’Ouest Canadien de taille comparable, elle serait exceptionnelle en Europe.

Tableau 4. Densité métropolitaine et fragmentation géopolitique, par type d’aire métropolitaine

ASM du Sud traditionnel

ASM tertiaires nouvelles

ASM ouvrières latinos

ASM anciennes

Total

Moyenne

Ecart type

Moyenne

Ecart type

Moyenne

Ecart type

Moyenne

Ecart type

Moyenne

Ecart type

Superficie km2*

5 689

2 712

16 249

21 972

8 314

6 787

7 264

5 935

8 544

11 327

Population

649 284

636 303

2 030 962

3 081 837

480 231

207 381

1 738 177

3 259 991

1 286 752

244 8379

Personnes/km2 : ASM*

107,6

59,7

147,4

129,4

93,6

72,0

186,1

132,9

141,4

110,7

Ville-centre

678,0

268,4

1 364,5

749,2

1 353,5

689,3

1 929,9

1 513,6

1 293,0

1 108,9

Banlieues

74,6

52,2

103,3

108,7

49,6

34,9

141,1

100,3

101,3

88,6

Gouvernement/ 100 000 personnes

9,2

5,7

5,7

4,9

6,3

3,6

29,6

18,5

15,3

15,6

Population dans la ville-centre (%)

36,8

17,9

39,7

17,4

42,5

18,5

27,7

13,2

34,7

17,1

Indice* de fragmentation géopolitique

3,2

2,9

1,7

1,4

1,8

1,3

13,7

14,3

6,4

10,1

(Incluant les districts spécifiques)*

6,0

5,1

4,9

3,4

7,7

4,9

21,2

21,5

11,1

14,9

N

63

33

12

56

164

Note : Indice de fragmentation géopolitique de Zeigler-Brunn (1980). * indiquent des données non utilisées comme variables dans l’analyse typologique.
Sources : Calcul à partir des données du recensement de 2000 et du recensement des gouvernements de 2002.

23La définition à partir des comtés des limites métropolitaines aux États-Unis rend évidemment plus délicate l’analyse comparative des densités des banlieues. La densité moyenne de 141 personnes au km2 dans les aires métropolitaines anciennes se rapproche de la moyenne suburbaine des régions métropolitaines scandinaves ; si l’on utilisait des données à l’échelle des municipalités plutôt que des comtés, elle serait nécessairement plus élevée. Toutefois, en Nouvelle-Angleterre, la seule région où les municipalités déterminent les limites métropolitaines, la densité suburbaine s’élève en moyenne à seulement 245 habitants, avec un minimum de 117 (à Portland, dans le Maine). Comme celle des villes-centres, la densité des banlieues est encore plus basse dans les autres types, plus récents, d’aires métropolitaines, atteignant 103 habitants dans les nouvelles aires tertiaires, et même des valeurs encore moindres dans certains lieux. Dans les aires ouvrières latinos et dans celles du Sud, où exploitations agricoles et terres essentiellement rurales persistent souvent dans les parties reculées des comtés suburbains, la densité s’établit en moyenne à 50 à 75 personnes au km2.

24Dans l’ensemble, au-delà des tendances observables dans les plus grandes métropoles, la densité urbaine et suburbaine des aires métropolitaines anciennes est moins éloignée de celle des autres pays étudiés que des niveaux atteints dans les nouvelles aires tertiaires, le Sud traditionnel ou les régions ouvrières latinos. Dans la mesure où l’étalement urbain concerne d’abord les zones de peuplement de faible densité, il prédomine clairement en dehors des anciennes aires métropolitaines. On pourrait s’attendre à ce que cet étalement s’accompagne d’une géopolitique croissante. Or la fragmentation des gouvernements locaux est plus importante dans les aires métropolitaines anciennes qu’ailleurs, et est fréquemment supérieure à celle d’autres zones caractérisées par des densités de population élevées. Nombreuses sont les aires métropolitaines récentes où la dispersion territoriale de la population est particulièrement élevée à l’échelle internationale et qui ont également atteint des niveaux de consolidation gouvernementale se rapprochant fort des systèmes réorganisés localement propres aux pays du Nord de l’Europe (cf. tableau 4).

25La raison de ce contraste, que l’on retrouve également mais dans une moindre mesure entre les aires métropolitaines de l’Est et de l’Ouest du Canada (cf. Collin et al. dans cet ouvrage), tient notamment à l’évolution historique plus tardive du peuplement et de l’urbanisation des régions autres que le Nord du pays. Dans le Nord-Est et le Middle West, les agendas de réforme du début du xxe siècle, prévoyant une administration centralisée, naquirent de confrontations avec des institutions déjà bien établies. Dans des régions comme le Sud-Ouest, ces calendriers ont par contre fourni des principes directeurs à mise en place de gouvernements locaux (cf. Bridges, 1997). Même aujourd’hui, des procédures d’annexion et de création de municipalités continuent à être utilisées pour consolider les gouvernements de ces régions moins densément peuplées, inexistantes dans le Nord-Est (Rusk, 1993). Il en résulte des différences importantes entre les ASM anciennes d’une part et les nouvelles aires tertiaires ou celles ouvrières latinos d’autre part. Ces dernières ne comptent en moyenne qu’entre 6 et 9 gouvernements, alors que les ASM anciennes en ont conservé 30 pour 100 000 personnes.

26La proportion d’habitants vivant dans les villes-centres s’élève seulement à 27,7 % dans les ASM anciennes, contre 40 % dans les plus récentes. L’indice de Zeigler et Brunn (1980) montre que les ASM anciennes se classent parmi les aires les plus fragmentées à l’échelle internationale, dépassant même la moyenne nationale particulièrement élevée de la France. Les nouvelles aires tertiaires et ouvrières latinos présentent des niveaux beaucoup plus bas. Comme dans les ASM du Sud, les valeurs y approchent et à l’occasion y excèdent celles des pays Européens qui ont une longue tradition de consolidation municipale, comme la Suède ou la Norvège. Comme le révèle le tableau 4, l’inclusion des gouvernements des districts spéciaux qui prennent en charge une large partie des responsabilités de gouvernement local explique en partie cette variation. Mais l’indice moyen augmente de près de 7,5 points en incluant ces unités pour les aires anciennes, et de seulement de 3-6 points pour les autres types.

27Que l’on contrôle ou non leur population, la mesure du nombre de gouvernements locaux dans les aires métropolitaines les plus importantes, indique une grande variété de tendances locales qui correspondent de façon complexe aux différences entre les villes (National Academies Press, 1999 ; Orfield, 2002). Notre analyse montre que non seulement la fragmentation mais aussi la dispersion de la population divergent de manière systématique, ce qui entraîne des conséquences majeures pour la comparaison avec les aires métropolitaines d’autres pays. Alors que pour un type une densité élevée ira de pair avec une fragmentation élevée, dans un autre, de faibles densités s’accompagneront d’un niveau faible de fragmentation.

Les disparités villes-centres/banlieues

28Dans les métropoles américaines, étalement urbain et fragmentation géopolitique ont souvent eu pour corollaire le développement d’inégalités spatiales. Depuis des décennies, une tradition de recherche bien établie portant sur les plus grandes aires métropolitaines a souligné le décalage opposant les difficultés des villes-centres aux privilèges des banlieues. Dans une perspective comparative plus précise, on doit non seulement prendre en compte les changements qui modifient ce clivage, mais aussi les variations internes aux États-Unis. Le niveau de problèmes urbains que connaissent les villes et les banlieues de nos 4 types métropolitains reflète une variété considérable de contextes américains. Une grande partie des différences signalées dans les travaux antérieurs demeurent certes bien présentes dans un certain nombre de contextes, mais elles ne représentent qu’une partie de la réalité. Dans la plupart des régions métropolitaines, les villes-centres continuent d’être relativement désavantagées. Cependant les disparités globales apparaissent sensiblement moins marquées dans un grand nombre d’aires plus récentes.

29Dans les années 70 et 80, caractérisées par une austérité financière aigue pour les gouvernements locaux à travers le pays, les problèmes qui affectèrent les villes-centres donnèrent lieu à une littérature considérable. On y vit le résultat d’une plus forte concentration des plus défavorisés, mais aussi la manifestation d’un isolement politique croissant des villes dans les processus politiques nationaux et subnationaux (cf. Mollenkopf, 1983).

30L’une des mesures les plus systématiques des problèmes des villes-centres a été proposée par Nathan et Adams (1976, 1989). Ils ont mis au point 6 indicateurs conçus pour saisir différentes dimensions : le chômage (% de la population active sans emploi) ; la dépendance (% de personnes de moins de 18 ans ou de plus de 64 ans dans l’ensemble de la population) ; l’éducation (% de personnes de 25 ans ou plus sans baccalauréat) ; le niveau de revenu (revenu par habitant) ; la surpopulation des logements (% d’unités d’habitation comptant plus d’une personne par pièce) ; et la pauvreté (% de familles ayant un revenu inférieur à 125 % du seuil de faible revenu) (1976, p. 49).

31Le cœur de cette analyse porte sur le calcul de ratios entre banlieues et villes-centres pour chacune de ces variables dans 55 des 65 plus grands États américains à partir de 1970. Les données agrégées des banlieues d’une aire métropolitaine sont comparées à celles des villes-centres. Pour comparer la position relative de chaque partie d’une aire par rapport à d’autres contextes, Nathan et Adams ont standardisé les mesures sur une échelle à 100 points, et ont comparé séparément les moyennes pour toutes les villes-centres et pour l’ensemble des banlieues. Ils ont par ailleurs utilisé les mêmes indicateurs pour construire une mesure de difficulté relative ville-banlieue pour chaque ville, calculée à partir des ratios entre les mesures de ville-centre et de banlieue pour chaque indicateur. Pour mesurer de manière cumulative les disparités existantes, les différences standardisées entre les mesures de ville-centre et celles de banlieue pour les 6 indicateurs ont été additionnées, puis à nouveau standardisées sur une base de 100. Les résultats des calculs ont révélé que « largement plus de la moitié des villes-centres des aires métropolitaines… semblent confrontées à des problèmes urbains » (p. 60). Les plus grandes disparités furent enregistrées dans un certain nombre de régions urbaines du Nord-Est et du Middle West. Une seconde étude appliquant cette analyse au recensement de 1980 indique que les phénomènes précédemment mis en valeur ont perduré et se sont même accentués (Nathan et Adams, 1989).

  • 5 Pour corriger les variations régionales du coût de la vie, Nathan et Adams ont procédé à un ajustem (...)

32La plupart de ces indicateurs étant devenus largement accessibles, l’indice Nathan-Adams constitue un outil pratique et transparent de mesure dans une perspective comparative internationale de la position relative des villes et des banlieues (cf. le chapitre de Hoffmann-Martinot dans ce volume). Nous avons à notre disposition pour conduire cette comparaison entre pays non seulement les aires métropolitaines incluses dans les travaux de Nathan et Adams, mais également une centaine de régions supplémentaires, l’ensemble de ces données ayant été intégrées dans la base de données américaine de l’OIM. Nathan et Adams ont commencé leur analyse en sélectionnant les aires de 500 000 habitants et plus en 1970, catégorie qui en comptait 27 nouvelles en 2000. Nous y avons ajouté un grand nombre de régions dont la population est comprise entre 200 000 et 500 000 habitants, et qui partagent des caractéristiques urbaines semblables. Notre analyse tient également compte de la nouvelle catégorie des ASMC (Aires statistiques métropolitaines consolidées). Des villes secondaires comme Newark, dans le New Jersey, qui font partie de systèmes métropolitains plus vastes, sont traitées comme des composantes d’aires métropolitaines plutôt que comme des villes-centres à part entière5.

  • 6 La présence relativement importante de personnes dépendantes dans les banlieues est élevée dans cer (...)

33Malgré ces modifications, l’indice Nathan-Adams montre qu’en 2000 les villes-centres américaines se caractérisent par un niveau élevé de problèmes urbains (tableau 5). Pour 5 des 6 indicateurs, les villes-centres apparaissent collectivement comme plus défavorisées que leurs banlieues6. Avec un niveau de 160, l’indice aggrégé indique également que ces dimensions de problèmes urbains sont souvent cumulatives. Cependant, par rapport aux résultats antérieurs de Nathan et Adams portant sur les plus grandes aires, les disparités globales apparaissent comme moins radicales. L’indicateur global de disparités demeure largement inférieur au niveau moyen enregistré en France ou en Suède, mais il ne se différencie pas de façon significative de la moyenne des aires métropolitaines canadiennes (voir Collin et Robertson, dans cet ouvrage). Parmi les ratios ville/banlieue correspondant aux indicateurs spécifiques, l’un (le surpeuplement) est inférieur de 0,49 à la moyenne canadienne ; les autres affichent des valeurs supérieures de seulement 0,01, 0,02, 0,12, 0,19 et 0,27. Ces résultats suggèrent qu’une ville-centre américaine « moyenne » est confrontée à un désavantage relatif, mais pas nécessairement à des problèmes par rapport à ses banlieues.

34Comme le montrent les analyses par types d’aires métropolitaines, une telle conclusion serait trompeuse. Les différentes réalités métropolitaines à travers le pays varient largement à la fois quant aux niveaux de problèmes entre aires métropolitaines, mais aussi en ce qui concerne les disparités entre villes-centres et banlieues. Si la polarisation analysée par Nathan et Adams demeure forte dans certains contextes, dans d’autres les disparités apparaissent bien plus modérées.

35Dans les ASM anciennes, le diagnostic de Nathan et Adams reste valable. Souvenons-nous que ces endroits contiennent des proportions non négligeables d’Afro-Américains, en même temps que modes d’habitat plus anciens qui accentuent la ségrégation affectant les Noirs et d’autres minorités dans les villes-centres. Ceci explique en partie que les disparités ville-centre/banlieue persistent dans ces régions à des niveaux beaucoup plus élevés que dans les autres. Pour 3 des indicateurs, les scores des villes-centres sont en moyenne 1,98 fois plus élevés que la moyenne des banlieues environnantes. Avec une valeur de 229, l’indice ajusté y est considérablement supérieur que dans les autres types. Comme les indices interbanlieues et inter-villes le montrent également, ceci n’est qu’en partie la conséquence de la concentration de problèmes dans les villes-centres des ASM anciennes. La moyenne de problèmes urbains telle qu’elle est mesurée par l’indice inter-villes dépasse la moyenne métropolitaine nationale de seulement 2 points, et reste bien en deçà des valeurs des aires ouvrières latinos. L’indice inter-banlieues est également plus bas qu’ailleurs, 4 points en-dessous de la moyenne de n’importe quel autre groupe et 8 points en-dessous de celle de toute les aires métropolitaines. Les fortes concentrations de banlieues privilégiées dans les ASM anciennes tendent à accroître l’ampleur des disparités territoriales.

Tableau 5. Mesures des problèmes dans les villes-centres, les banlieues, et entre elles

ASM du Sud traditionnel

ASM nouvelles tertiaires

ASM ouvrières latinos

ASM anciennes

Total

Moyenne

Écart type

Moyenne

Écart type

Moyenne

Écart type

Moyenne

Écart type

Moyenne

Écart type

Revenu par habitant (ASM)

20 497

2 601

22 779

3 089

15 414

3 010

22 391

2 349

21 231

3 251

Ratio ville-centre/banlieue

1,01

0,19

1,05

0,15

0,98

0,29

1,30

0,22

1,12

0,24

Taux de pauvreté (ASM) (%)

13,1

2,8

12,1

3,5

22,2

6,5

9,9

1,8

12,5

4,3

Ratio ville-centre/ banlieue

1,66

0,63

1,78

0,60

1,09

0,38

2,88

0,89

2,06

0,94

Logement surpeuplé (ASM) (%)

3,9

1,6

7,3

4,1

16,8

4,2

2,3%

1,3

5,0

4,5

Ratio ville-centre/ banlieue

1,44

0,47

1,41

0,47

1,03

0,48

2,41

1,09

1,74

0,89

Niveau inférieur d'instruction (ASM) (%)

16,3

3,4

12,0

4,0

30,0

7,0

13,2

2,7

15,4

5,8

(Ratio ville-centre/ banlieue)

1,00

0,29

1,20

0,45

0,89

0,37

1,62

0,41

1,24

0,47

Chômage (ASM) (%)

5,6

1,1

5,7

1,4

11,0

1,7

5,1

1,0

5,9

1,9

Ratio ville-centre/ banlieue

1,57

0,57

1,33

0,38

0,98

0,35

1,98

0,56

1,62

0,60

Personnes dépendantes (ASM) (%)

38,4

2,8

36,5

3,0

42,2

2,0

38,5

1,4

38,3

2,7

Ratio ville-centre/ banlieue

0,99

0,08

0,89

0,09

0,99

0,04

1,00

0,06

0,97

0,09

Indice inter-villes

40

7

37

11

62

12

44

9

42

11

Indice inter-banlieues

29

7

26

8

66

17

21

5

29

14

Indice de disparité (moy.)

32

9

30

8

24

10

48

13

36

14

Indice ajusté de disparités

130

54

117

50

86

63

229

76

158

81

N

63

33

12

56

164

Note : Indice de fragmentation géopolitique de Zeigler-Brunn (1980). * indiquent des données non utilisées comme variables dans l’analyse typologique.

Source : Calcul à partir des données du recensement de 2000 et du recensement des gouvernements de 2002.

36Pour les autres groupes de régions, la majorité des indicateurs reflètent un certain équilibre entre ville-centre et banlieue. Nathan et Adams ont également souligné l’existence de métropoles caractérisées par de faibles disparités ; mais environ deux tiers des ASM actuelles comptant plus de 200 000 échappent à leur échantillon. Les types de problèmes sont sensiblement différents selon les catégories. Dans les ASM tertiaires nouvelles, la moyenne des plus hauts revenus métropolitains par habitant varie seulement de 5 % entre les banlieues et les villes-centres, et l’indice ajusté de disparités est de 112 points inférieur à celui des ASM anciennes. Pour les ASM du Sud, dont les revenus métropolitains sont bien inférieurs, une parité similaire est observée pour 2 des indicateurs, mais l’indice agrégé y est supérieur de 1,3 point.

37Les ASM ouvrières latinos enregistrent le niveau le plus élevé de problèmes, aussi bien pour les banlieues que pour les villes-centres, et de disparités internes. Les indices de problèmes atteignent une valeur moyenne de 20 points plus élevée que la moyenne nationale pour les villes-centres, et de 37 points pour les banlieues, soit au moins 2 fois plus que pour les autres types. Quelle que soit la mesure considérée, les valeurs des banlieues sont en moyenne approximativement les mêmes que celles des villes-centres. Dans l’ensemble plus petites et comptant souvent un grand nombre de travailleurs agricoles peu rémunérés à la périphérie, ces aires reflètent une réalité métropolitaine qui, jusqu’à présent, est largement passée inaperçue dans la littérature urbaine. L’analyse des phénomènes d’inégalité urbaine aux États-Unis devrait davantage en tenir compte.

38En partie en raison de la diversité des aires métropolitaines incluses dans notre analyse, les inégalités métropolitaines apparaissent beaucoup plus différenciées que dans les travaux de Nathan et Adams. La figure 1 permet de comparer l’indice inter-banlieues avec l’indice inter-villes, d’une part pour les aires étudiées par Nathan et Adams (cf. figure 1a), d’autre part pour celles intégrées dans la base de données OIM. La ligne diagonale à 45 degrés représente la parité entre indices pour chaque partie des différentes aires métropolitaines. Dans aucune des ASM de Nathan et Adams l’indice de la banlieue n’est supérieur à celui de la ville-centre. À l’exception de 3, elles enregistrent des indices de problèmes dans les banlieues inférieurs à 35. Ces exceptions, Los Angeles, Miami et San Diego, outre qu’elles sont des ASM tertiaires nouvelles, sont des villes du Sud, à forte population d’immigrants qui, comme beaucoup d’habitants latinos des ASM ouvrières latinos, résident de plus en plus souvent dans la périphérie métropolitaine. Pour la plupart des villes-centres, on observe des indices supérieurs à 40 reflétant des problèmes aigus. Parmi les quelques villes-centres dont les indices sont relativement bas et se rapprochent des valeurs de leurs banlieues, 4 d’entre elles – Portland, Minneapolis, Seattle et San Diego – font figure de leaders de programmes de revitalisation des villes-centres et de planification des métropoles.

Figure 1. Indices agrégés comparés de problèmes des villes-centres et des banlieues

39Dans les autres aires métropolitaines, caractérisées par davantage de variation des 2 indices, les villes-centres apparaissent relativement moins défavorisées par une concentration de problèmes socio-économiques (cf. figure 1b). Certes, une forte proportion de villes-centres enregistrent également des niveaux élevés de difficultés. Mais leurs banlieues sont en même temps confrontées à des problèmes plus importants que celles des plus grandes villes. Pratiquement toutes les régions présentant un niveau élevé de problèmes à la fois en ville-centre et en banlieue appartiennent aux ASM ouvrières latinos. Si on les retire du groupe, l’indice de problèmes urbains des villes-centres voit sa valeur médiane s’abaisser à 40 ou moins. Dans le groupe des ASM tertiaires nouvelles, qui comprend Madison (Wisconsin), Fort Collins (Colorado), Charlotte et Raleigh-Durham (Caroline du Nord), les problèmes des banlieues, mais aussi des villes-centres, apparaissent beaucoup moins importants que dans les plus grandes métropoles. Dans nombre de ces régions, les villes-centres ont autant, voire moins de difficultés que leurs banlieues.

40Fondée sur les indices Nathan-Adams, notre analyse actualisée et étendue à l’ensemble des aires métropolitaines américaines a permis de rendre compte de la diversité des concentrations de problèmes socio-économiques. La vision communément partagée de banlieues uniformes et privilégiées entourant des villes-centres appauvries correspond seulement à une partie de la réalité. Dans un nombre non négligeable de régions urbaines américaines, les villes-centres ont globalement maintenu un statut équivalent, voire même parfois supérieur à celui de leur périphérie. Il arrive que des problèmes très aigus affectent non seulement les villes mais aussi leurs banlieues. Ces tendances globales sont souvent le résultat de changements au sein de groupes de banlieues, tels que la diffusion de problèmes depuis l’une d’entre elles (Orfield, 2002 ; Katz et Lang, 2003).

41Des recherches récentes s’intéressent aux types territoriaux de disparités métropolitaines, en développant des catégorisations de banlieues reposant sur des critères telles que la composition sociale et ethnique, la taille et le mode de croissance (par exemple, Orfield, 2002).

Comportement politique et suburbanisation aux États-Unis

42Selon William Schneider (1992), l’avènement d’une majorité suburbaine dans l’électorat national à partir de 1990 inaugure le « siècle de la banlieue » dans la politique américaine. Dans un pays jusque-là divisé quasiment à égalité entre des centres urbains démocrates, et des zones rurales acquises au Parti républicain, les banlieues sont devenues une force politique centrale qui détermine les scrutins à la fois fédéraux et étatiques. Pourtant les conséquences de la suburbanisation sur le comportement politique demeurent étonnamment sous-étudiées aux États-Unis. La variété des aires métropolitaines conjuguée à la diversité croissante des banlieues rendent également difficile d’identifier avec précision le rôle joué par les banlieues, ou leurs différents types.

43L’un des thèmes principaux de la littérature américaine portant sur les relations entre suburbanisation et politique est l’émergence d’une forme de conservatisme. De nombreuses analyses soulignent de façon diverse cette évolution. Elles relèvent d’approches en termes de choix public (Fischel, 2002), d’identifications subjectives et de préférences politiques des habitants des banlieues (Gainsborough, 2001), ou de composition sociale des quartiers et des réseaux sociaux (Huckfeldt, 1986 ; 1987). Comme le suggère Sellers dans son analyse comparative de la politique à l’échelle des quartiers dans les villes françaises, allemandes et américaines (1999), la séparation physique par rapport aux groupes socialement défavorisés, la concentration des privilèges, la dispersion de l’habitat, et un niveau moindre de concentration géographique des besoins en services et en infrastructures, peuvent contribuer à réduire parmi les groupes privilégiés le soutien à l’intervention de l’État et à la fourniture publique de biens publics. D’autres travaux s’intéressent aux banlieues comme centres de mobilisation de nouveaux mouvements issus de la classe moyenne, ou même de la classe ouvrière, et qui s’opposent aux initiatives gouvernementales telles que les programmes sociaux, la déségrégation dans les écoles, les impôts sur la propriété et plus généralement l’agenda de la Great Society des années 60 (Nicolaides, 2002 ; Girr, 2001 ; Davis, 1990). L’anti-étatisme et le conservatisme financier de ces mouvements s’apparentent aux variantes conservatrices de la « nouvelle culture politique » (Clark et Hoffmann-Martinot, 2003) analysée aux États-Unis à la fin du xxe siècle.

44La suburbanisation a constitué l’une des fondations de ce que l’on a souvent décrit comme un glissement à droite de la politique américaine au cours des deux dernières décennies. La dynamique politique partisane des années 80 et 90, qui converge d’ailleurs avec l’évolution de la politique en Grande-Bretagne et dans d’autres pays, ne peut être réellement comprise qu’à la lumière de ce mouvement. Le Parti républicain a réussi à faire évoluer à droite ses programmes de politiques publiques sous Ronald Reagan et George Bush en faisant appel à cette majorité suburbaine émergente. L’administration Clinton a bâti avec succès une stratégie de victoire répétée aux élections présidentielles en se tournant vers les « papas et mamans football » de cette même majorité suburbaine. Selon la majorité des observateurs, la coalition électorale de Clinton était fondée sur une distanciation par rapport au programme démocrate traditionnel et sur des enjeux fondamentaux pour la classe moyenne comme l’équilibre du budget et la réforme des politiques sociales. Cependant même dans les années 1992-2000, durant lesquelles Clinton et Al Gore ont conquis un grand nombre de banlieues, les démocrates ont continué à y réaliser des scores plus bas que dans les villes-centres.

Tableau 6. Vote aux élections présidentielles de 2000, par type d’aire métropolitaine et de comté, en %

ASM du Sud traditionnel

ASM tertiaires nouvelles

ASM ouvrières latinos

ASM anciennes

Total

Moyenne

Écart type

Moyenne

Écart type

Moyenne

Ecart type

Moyenne

Écart type

Moyenne

Écart type

Vote pour Gore -Vote pour Bush (ASM) (%)

- 14,42

14,31

-2,26

21,20

-2,78

16,87

1,75

16,04

-5,60

17,99

Différence comtés centraux-Suburbains (%)

13,90

21,16

8,30

15,88

2,15

5,17

17,37

18,53

13,10

18,91

Vote pour Gore -Vote pour Bush (Comtés Centraux)* (%)

-4,83

18,71

4,06

16,85

-1,23

3,10

12,93

22,97

3,28

20,65

Vote pour Gore -Vote pour (Comtés Suburbains)* (%)

- 18,73

17,04

-4,24

18,79

-3,38

8,25

-4,44

16,86

-9,81

18,17

63

33

12

56

164

Note : * indiquent des données non utilisées comme variables dans l’analyse typologique.

  • 7 Dans 38 cas, un seul comté englobait l’ensemble de l’aire métropolitaine. La différence entre comté (...)

45Comme le montrent les résultats particulièrement serrés des élections présidentielles de 2000, le clivage entre villes-centre et banlieues a sensiblement varié selon les aires métropolitaines. Le tableau 6 présente les différences moyennes entre les pourcentages pour Al Gore et pour George W. Bush dans l’ensemble des régions, de même que la ventilation entre nos 4 types. En raison des difficultés rencontrées pour obtenir les résultats pour chacune des villes-centres, nous avons comparé les résultats par comtés englobant les villes-centres à ceux de tous les autres comtés. Dans la plupart des cas, cela a permis de distinguer avec suffisamment de précision les centres métropolitains de leurs comtés périphériques7.

  • 8 Dans la figure 2, le haut et le bas des rectangles des boîtes à moustaches correspondent aux 25eet (...)

46Les résultats révèlent d’importantes variations d’une métropole à l’autre, au niveau à la fois des aires centrales et des banlieues. Ces différences s’observent pour l’essentiel entre types de régions urbaines, mais aussi dans certains cas, à l’intérieur de ces catégories, ainsi que l’illustre la figure 28.

Figure 2. Vote métropolitain par région lors de l’élection présidentielle de 2000

47Un groupe fort homogène est celui des aires métropolitaines du Sud traditionnel. Comme le montre la figure 2, les résultats y sont beaucoup moins serrés qu’ailleurs. Bush l’emporte non seulement de plus de 20 % dans les comtés suburbains, mais aussi de presque 6 % dans les comtés centraux. Dans quelques aires du Texas et du Tennessee, les États d’origine des deux candidats, on observe des cas déviants aux deux extrémités d’une variation globalement faible.

48De la même façon, dans les aires du Nord-Est, le vote démocrate a une avance de 3 % dans les comtés suburbains, de 17 % dans les ceux centraux, et d’un peu moins de 7 % dans l’ensemble. Mais, comme on le voit sur la figure 2, la variation autour de ces moyennes est plus importante. Comme dans le Nord-Est, on retrouve par ailleurs une même orientation démocrate des aires les plus anciennes dans les autres régions des États-Unis, selon un schéma proche de la tendance nationale.

49Les aires tertiaires nouvelles, qui constituent la catégorie la plus représentée parmi les régions, tendent à voter démocrate 3 % de plus que la moyenne nationale. Une tendance assez semblable s’observe pour les aires ouvrières latinos, où l’on note seulement un penchant légèrement plus accentué en faveur des républicains dans les comtés centraux. Dans le Sud, le vote est principalement polarisé entre ces 2 types de contextes et ceux du Sud traditionnel : on peut ainsi opposer Charlotte à Raleigh-Durham en Caroline du Nord, et El Paso ou Austin à Houston au Texas. Dans les deux autres régions, le Centre-Nord et l’Ouest, les aires tertiaires nouvelles et les aires ouvrières latinos sont plutôt orientées vers les républicains, mais avec une avance modeste. La variation des scores apparaît importante dans les aires tertiaires. À l’exception de Provo-Orem Utah, les ASM tertiaires nouvelles de l’Ouest se répartissent à égalité entre les deux partis.

50Dans tous les groupes de métropoles, on retrouve une même tendance : les comtés suburbains tendent à voter davantage républicain que ceux centraux. Dans les ASM anciennes et celles du Sud traditionnel, l’écart est égal ou supérieur à 15 %. La différence moindre enregistrée dans les aires tertiaires nouvelles et dans les aires ouvrières latinos résulte probablement en partie d’un artefact statistique tenant aux populations plus réduites et à la taille plus large des comtés centraux qui caractérisent ces espaces. Il se peut qu’elle soit également liée à un niveau moindre de problèmes existant dans leurs centres-villes.

51Si ces variations suburbaines révèlent clairement une orientation républicaine commune aux banlieues, elles illustrent également la grande variété, et la contingence, du vote des banlieues. De nombreuses analyses supplémentaires seraient nécessaires pour comprendre les causes de ces résultats et leurs liens avec les variables sociales et spatiales examinées plus haut. Nous pourrions tenter de différencier des types de communes suburbaines et analyser la variation de leurs votes selon les régions et les catégories d’aires métropolitaines.

52Dans ce qui constitue peut-être la tentative existante la plus exhaustive dans ce sens, Orfield (2002) propose des classifications à la fois politiques et socioéconomiques des banlieues appliquées à 25 des plus grandes aires métropolitaines. Sur le plan politique, en s’appuyant sur une catégorisation fondée sur l’affiliation partisane des parlementaires des États, il utilise un « indice de stabilité » calculé à partir des résultats d’une décennie d’élections pour déterminer quelles localités à l’intérieur des aires métropolitaines tendaient à être plus ou moins démocrates ou républicaines, ou au contraire des circonscriptions plutôt changeantes et volatiles (cf. Flanagan et Zingale, 1974). En même temps, en utilisant des données locales sur la croissance, la ségrégation et les bases fiscales, il classe les banlieues en plusieurs catégories : financièrement en difficulté et ségrégée ; en difficulté et ancienne ; en difficulté et à faible densité ; commune-dortoir en développement ; et centre de professions à revenus confortables ou très confortables. Ce type d’analyse a permis d’expliquer un certain nombre de variations intra-métropolitaines de la culture politique. Les lieux politiquement volatiles se sont avérés être en majorité ou bien des banlieues en difficulté, ou bien des banlieues dortoirs en expansion, c’est-à-dire des localités où la pression du financement des services publics et des infrastructures est particulièrement forte. Les républicains contrôlent généralement des banlieues aisées et des communes-dortoirs en expansion, tandis que les démocrates tendent à être majoritaires dans les villes-centres et dans les banlieues proches en difficulté.

***

Des tendances communes mais des modèles multiples

53Plutôt que de se référer à un quelconque modèle unique de la métropole américaine, mieux vaut souligner un certain nombre de tendances globales communes. À travers le pays, l’habitat tend à se disperser à la périphérie des villes-centres. Les formes les plus aiguës de problèmes économiques métropolitains se concentrent davantage dans les villes-centres que dans les banlieues. Par rapport à d’autres pays industriels avancés, on observe des niveaux en général plus élevés de diversité ethnique et raciale, ainsi que de ségrégation raciale et, à un degré moindre, ethnique et économique, qui tend cependant à diminuer. Par ailleurs, dans l’ensemble du pays, les banlieues votent en moyenne davantage républicain.

54L’examen exhaustif des aires métropolitaines américaines montre également des variations qui ne sont pas seulement marquées mais aussi systématiques. Une série de trajectoires locales et régionales de développement économique, social et politique, de même que des différences culturelles persistantes, permettent de distinguer plusieurs types d’aires métropolitaines qui apparaissent souvent aussi éloignées les unes des autres qu’elles ne le sont de leurs homologues canadiennes, ou même françaises ou norvégiennes. Les types que nous avons différenciés et présentés dans ce chapitre, qui reflètent un certain nombre de variations de développement historique et régional, correspondent à une classification possible effectuée à des fins d’analyse comparative. Des types semblables sont susceptibles de caractériser les différences entre les aires métropolitaines d’autres pays.

Annexes

Les aires métropolitaines américaines de plus de 200 000 habitants, 2000, par type métropolitain

Aires anciennes :

Albany-Schenectady-Troy, NY, Allentown-Bethlehem-Easton, PA, Appleton-Oshkosh-Neenah, WI, Binghamton, NY, Boston-Worcester-Lawrence, MA-NH-ME-CT CASM, Buffalo-Niagara Falls, NY, Canton-Massillon, OH, Chicago-Gary-Kenosha, IL-IN-WI CASM, Cincinnati-Hamilton, OH-KY-IN CASM, Cleveland-Akron, OH CASM, Columbus, OH, Davenport-Moline-Rock Island, IA-IL, Dayton-Springfield, OH. Des Moines, IA, Detroit-Ann Arbor-Flint, MI CASM, Duluth-Superior, MN-WI, Erie, PA, Evansville-Henderson, IN-KY, Fort Wayne, IN, Grand Rapids-Muskegon-Holland, MI, Green Bay, WI, Harrisburg-Lebanon-Carlisle, PA, Hartford, CT, Indianapolis, IN, Johnstown, PA, Kalama-zoo-Battle Creek, MI, Kansas City, MO-KS, Lancaster, PA, Lansing-East Lansing, MI, Louisville, KY-IN, Milwaukee-Racine, WI CASM, Minneapolis-St. Paul, MN-WI, New London-Norwich, CT-RI, New York-Northern New Jersey-Long Island, NY-NJ-CT-PA CASM, Omaha, NE-IA, Peoria-Pekin, IL, Philadelphia-Wilmington-Atlantic City, PA-NJ-DE-MD CASM, Pittsburgh, PA, Portland, ME, Providence-Fall River-Warwick, RI-MA, Reading, PA, Rochester, NY, Rockford, IL, Saginaw-Bay City-Midland, MI, St. Louis, MO-IL, Scranton – Wilkes-Barre – Hazleton, PA, South Bend, IN, Springfield, IL, Springfield, MA, Syracuse, NY, Toledo, OH, Utica-Rome, NY, Washington-Baltimore, DC-MD-VA-WV CASM, Wichita, KS, York, PA, Youngstown-Warren, OH.

Aires du Sud traditionnel :

Amarillo, TX, Asheville, NC, Atlanta, GA, Augusta-Aiken, GA-SC, Baton Rouge, LA, Beaumont-Port Arthur, TX, Biloxi-Gulfport-Pascagoula, MS, Birmingham, AL, Charleston-North Charleston, SC, Charleston, WV, Charlotte-Gastonia-Rock Hill, NC-SC, Chattanooga, TN-GA, Clarksville-Hopkinsville, TN-KY, Columbia, SC, Columbus, GA-AL, Daytona Beach, FL, Fayetteville NC, Fayetteville-Springdale-Rogers, AR, Fort Myers-Cape Coral, FL, Fort Pierce-Port St. Lucie, FL, Fort Smith, AR-OK.

Greensboro – Winston-Salem – High Point, NC, Greenville-Spartanburg-Anderson, SC, Hickory-Morganton-Lenoir, NC, Huntington-Ashland, WV-KY-OH, Huntsville, AL, Jackson, MS, Jacksonville, FL, Johnson City-Kingsport-Bristol, TN-VA, Killeen-Temple, TX, Knoxville, TN, Lafayette, LA, Lakeland-Winter Haven, FL, Lexington, KY, Little Rock-North Little Rock, AR, Longview-Marshall, TX, Lubbock, TX, Lynchburg, VA, Macon, GA, Melbourne-Titusville-Palm Bay, FL, Memphis, TN-AR-MS, Mobile, AL, Montgomery, AL, Naples, FL, Nashville, TN, New Orleans, LA, Norfolk-Virginia Beach-Newport News, VA-NC, Ocala, FL, Odessa-Midland, TX, Oklahoma City, OK, Orlando, FL, Pensacola, FL, Richmond-Petersburg, VA, Roanoke, VA, San Antonio, TX, Sarasota-Bradenton, FL, Savannah, GA, Shreveport-Bossier City, LA, Springfield, MO, Tampa-St. Petersburg-Clearwater, FL, Tulsa, OK, Waco, TX, Wilmington, NC.

Aires tertiaires nouvelles :

Albuquerque, NM, Austin-San Marcos, TX, Boise City, ID, Chico-Paradise, CA, Colorado Springs, CO, Dallas-Fort Worth, TX CASM, Denver-Boulder-Greeley, CO CASM, Eugene-Springfield, OR, Fort Collins-Loveland, CO, Gainesville, FL, Honolulu, HI, Houston-Galveston-Brazoria, TX CASM, Las Vegas, NV-AZ, Lincoln, NE, Los Angeles-Riverside-Orange County, CA CASM, Madison, WI, Miami-Fort Lauderdale, FL CASM, Phoenix-Mesa, AZ, Portland-Salem, OR-WA CASM, Provo-Orem, UT, Raleigh-Durham-Chapel Hill, NC, Reno, NV, Sacramento-Yolo, CA CASM, Salt Lake City-Ogden, UT, San Diego, CA, San Francisco-Oakland-San Jose, CA CASM, San Luis Obispo-Atascadero-Paso Robles, CA, Santa Barbara-Santa Maria-Lompoc, CA, Seattle-Tacoma-Bremerton, WA CASM, Spokane, WA, Tallahassee, FL, Tucson, AZ, West Palm Beach-Boca Raton, FL.

Aires ouvrières latinos :

Bakersfield, CA, Brownsville-Harlingen-San Benito, TX, Corpus Christi, TX, El Paso, TX, Fresno, CA, McAllen-Edinburg-Mission, TX, Merced, CA, Modesto, CA, Salinas, CA, Stockton-Lodi, CA, Visalia-Tulare-Porterville, CA, Yakima, WA.

Notes

1 La documentation sur les définitions actuelles et antérieures des aires métropolitaines provient de : http://www.census.gov/population/www/estimates/pastmetro.html (août 2003).

2 Afin de collecter les données dans la base OIM pour les États-Unis, nous avons appliqué une définition différente. En plus des localités les plus peuplées, nous avons inclus en tant que ville-centre toute autre localité dont la population égalait au moins la moitié de celle du plus grand centre. Nous avons ainsi obtenu seulement 27 paires de villes-centres et 5 aires métropolitaines avec 3 villes-centres, et 81 % des aires métropolitaines avec un centre seulement.

3 Cette procédure a été menée avec SPSS. Bien que 4 groupes similaires à ceux-ci soient ressortis automatiquement d’analyses conduites à partir de certaines combinaisons de variables, l’analyse présentée ici a été produite sur la base de 4 groupements bien précis. Dans le but de l’analyse qui nous intéresse, nous avons exclu les 2 aires métropolitaines de Porto Rico parce qu’il nous manquait certaines données les concernant, et Anchorage en Alaska, pour laquelle l’équivalence entre les limites des zones municipales et métropolitaines rendait impossible de séparer une ville-centre du reste de l’aire métropolitaine. Bien qu’Honolulu pose un problème similaire, les définitions du recensement ont permis de distinguer pour elle un lieu central. Les variables utilisées dans cette analyse ont inclus toutes celles des tableaux 3 et 5, ainsi que celles des tableaux 4 et 6 sans astérisques.

4 Pour une analyse plus complète des dimensions multiples du terme étalement, voir Galster et al. (2003).

5 Pour corriger les variations régionales du coût de la vie, Nathan et Adams ont procédé à un ajustement des 2 indicateurs liés aux revenus, basé sur le coût de la vie pour une famille de 4 personnes dans différentes régions du pays (Nathan et Adams, 1976, p. 62). Étant donné qu’un ajustement de cette sorte serait difficile à concevoir à l’échelle internationale, l’analyse qui suit repose sur des données non ajustées qui reflètent les variations aussi bien régionales que métropolitaines. En effet les plus grandes régions urbaines diffèrent des autres aires notamment en raison de ces variations régionales globales (voir Sellers, 2002, chap. 2).

6 La présence relativement importante de personnes dépendantes dans les banlieues est élevée dans certaines des aires métropolitaines les plus riches, comme Naples en Floride et peut résulter d’une proportion élevée de familles nombreuses et de retraités fortunés. Il est possible que cet indicateur ne soit plus réellement pertinent en tant qu’indicateur de problèmes urbains ; nous l’avons tout de même inclus à des fins de comparaison.

7 Dans 38 cas, un seul comté englobait l’ensemble de l’aire métropolitaine. La différence entre comté central et comtés périphériques a alors été fixée à zéro. L’utilisation des comtés n’a entraîné aucune différence pour l’ensemble des résultats métropolitains. En ce qui concerne les aires métropolitaines de Nouvelle-Angleterre, les statistiques du Bureau de Recensement sont établies par municipalités plutôt que par comtés.

8 Dans la figure 2, le haut et le bas des rectangles des boîtes à moustaches correspondent aux 25eet 75e centiles. Les moyennes sont indiquées à l’intérieur des rectangles.

Table des illustrations

Légende Carte 1. Aires statistiques métropolitaines (ASM) aux États-Unis (définition de 1999)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9455/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 1. Indices agrégés comparés de problèmes des villes-centres et des banlieues
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9455/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 2. Vote métropolitain par région lors de l’élection présidentielle de 2000
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9455/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540