Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique et métropole

 | 
Vincent Hoffmann-Martinot
, 
Jefferey Sellers

Chapitre premier. Déploiement et recomposition de l’espace métropolitain au Canada : une analyse politique

Jean-Pierre Collin, Mélanie Robertson et Mathieu Charron

Note de l’auteur

Merci à Jaël Mongeau, qui a également collaboré à cette étude.

Texte intégral

  • 1 Notre traduction.

1Au Canada comme dans les autres pays industrialisés, le phénomène de la métropolisation a entraîné depuis la Seconde Guerre mondiale une concentration croissante des populations et de l’activité économique dans quelques grandes métropoles. La transformation de l’écoumène induite par cette concentration s’accompagne de nombreux autres phénomènes. Les régions métropolitaines ont été soumises à une suburbanisation accélérée et multiforme, à des mouvements de polarisation, ainsi qu’à de nouveaux types de ségrégation spatiale. De surcroît, on assiste à la transformation des fonctions urbaines et du cadre bâti. Analysant l’évolution de l’occupation du sol à l’aide des concepts de transition et de continuité, Filion et al . distinguent 3 phases dans l’urbanisation du Canada : « le développement des villes, achevé vers la fin de la Seconde Guerre mondiale ; l’essor des métropoles, entre la guerre et le milieu des années 70 ; puis le déploiement de la banlieue, qui sans doute se prolongera1 » (Filion, Bunting et Gertler, 2000, p. 6).

2Ce passage de l’urbain au métropolitain, allié à la consécration de la banlieue, a des conséquences politiques. Il entraîne notamment des redécoupages territoriaux : depuis le début des années 90, des réformes municipales ou régionales ont eu lieu dans toutes les provinces canadiennes (Desrochers et Blais, 2002). En outre, les grandes villes se font de plus en plus présentes sur la scène nationale. Elles réclament, d’une part, un nouveau statut constitutionnel, et d’autre part, la mise en place d’une politique urbaine pancanadienne (Collin et Léveillée, 2003 ; Hah et al., 2002 ; Wolfe, 2003 ; Sancton et Young, 2004).

3Le système urbain canadien s’insère dans la dynamique métropolitaine nord-américaine, mais il présente des particularités qu’il convient de signaler. La première, à caractère politique, est que la suburbanisation de ses villes n’a pas suivi le modèle américain. Au Canada, la polarisation entre villes centrales et périphéries urbaines est moins marquée ; en outre, de manière générale, les villes centrales conservent une plus grande part de la population et de l’activité économique de leur région. Aussi ne paraissent-elles pas spécialement désavantagées quand on les compare à leur banlieue, contrairement aux villes centrales américaines, en forte régression depuis la Seconde Guerre mondiale. Il faut signaler que la réorganisation du monde municipal canadien emprunte bien davantage la voie de solutions institutionnelles mises en œuvre par les gouvernements provinciaux, lesquels sont dotés de beaucoup plus de pouvoir sur l’organisation municipale que les gouvernements des États américains. D’où par exemple cette autre spécificité : au Canada, les régions métropolitaines et celles des capitales provinciales sont relativement peu morcelées. « Banlieue » peut donc prêter à confusion dans le contexte canadien, car il n’est pas rare que les villes centrales canadiennes incluent des zones suburbaines (et les cas se multiplient avec les fusions municipales).

4Ce chapitre se divise en 5 parties. Dans la première, après avoir situé la dynamique canadienne dans le contexte nord-américain, d’une part, nous verrons les méthodes servant à définir les aires urbaines et métropolitaines au Canada et, d’autre part, nous examinerons sommairement l’évolution de la distribution de la population urbanisée depuis 1971, ceci afin d’éclairer les transformations du paysage urbain. Dans la deuxième partie, nous relèverons les conclusions significatives de la littérature consacrée au système urbain canadien en ce qui a trait aux processus démographiques, économiques et socioculturels. Puis, nous nous intéresserons aux enjeux de développement des villes centrales et des banlieues qui forment les 17 régions métropolitaines (200 000 habitants et plus). Dans la troisième partie, afin de comparer les métropoles canadiennes et étatsuniennes, nous examinerons les inégalités spatiales et la polarisation au sein de ces dernières, à l’aide des indices de « problèmes urbains » conçus par Nathan et Adams. Dans la quatrième partie, nous étudierons la réorganisation des régions métropolitaines en cours depuis le milieu des années 90, en soulignant le faible niveau de fragmentation politique des métropoles canadiennes. Dans la dernière partie, nous verrons comment la métropolisation et la suburbanisation croissantes ont fait évoluer les comportements politiques et électoraux de la société, et esquisserons un programme de recherche sur l’évolution des politiques urbaines touchant les régions métropolitaines au Canada.

Métropoles et banlieues : une poussée continue

5Après la Seconde Guerre mondiale et surtout depuis les années 70, le développement du Canada est marqué par la croissance des régions métropolitaines (Claval, 1991). Les contours éclatent et se redessinent, tandis que la banlieue envahit les zones rurales (Tomalty, 1997). Le trait principal de ce phénomène complexe d’étalement urbain est la dispersion non planifiée de la population et des activités qui modifie, en même temps que le système urbain, la démographie, l’économie, les structures sociales et l’organisation politique (Bryant, 1990).

6Il n’entre pas dans notre propos de recenser les facteurs qui ont façonné la croissance des régions métropolitaines du Canada ou de départager leurs influences Nous concentrerons notre attention sur quelques éléments qui ont joué un rôle clé dans la configuration – le devenir des principales régions, à commencer par les transformations récentes du système urbain.

Spécificités canadiennes dans le cadre nord-américain

  • 2 Voir notamment Simmons et Bourne, 1984, 1989 ; Casetti et Krakover, 1990 ; Simmons, 1991 ; Preston, (...)

7De nombreux auteurs ont étudié le développement urbain du Canada et des États-Unis, et la plupart ont relevé deux constantes qui, depuis l’ère de la colonisation, sont communes aux deux pays : 1) le déplacement vers l’ouest du centre de gravité du peuplement et de l’activité économique (déplacement qu’illustre la perte du titre de métropole économique par Québec au profit de Montréal dans les années 30, et par Montréal au profit de Toronto dans les années 60) ; et 2) la concentration croissante de la population au sein des régions métropolitaines2.

8Le système urbain canadien fait incontestablement partie du système urbain nord-américain, mais il s’en distingue à plusieurs égards. Dans un ouvrage paru en 1986, partant de l’idée que la réalité canadienne ne différait pas fondamentalement de la réalité américaine, Goldberg et Mercer ont voulu étudier le développement urbain, métropolitain et suburbain du Canada en le situant dans la dynamique continentale. Diverses hypothèses expliquaient, selon eux, que les régions urbaines aient rarement été étudiées en référence au contexte métropolitain, contrairement à celles des États-Unis. Par rapport aux métropoles américaines, ils ont constaté que les métropoles canadiennes étaient plus denses, que le déclin de la croissance économique de la ville centrale au profit de la banlieue en raison du déplacement de l’emploi vers cette dernière y était plus lent, qu’elles continuaient d’attirer les ménages et qu’elles présentaient un taux de criminalité plus faible. En conséquence, le profil démographique, socio-économique et ethnoculturel de la ville centrale canadienne était plus proche de celui de sa banlieue, d’où un meilleur équilibre au sein de la région métropolitaine dans son ensemble. En somme, la perte de qualité de vie dans les villes centrales qui caractérisait la dynamique américaine n’était pas observée au Canada, où les villes centrales ne semblaient pas particulièrement défavorisées par rapport à leur banlieue. Ces constats, il est vrai, se rapportaient aux villes et régions métropolitaines de grande taille : le fossé entre centre et frange suburbaine se révélait moins profond dans les agglomérations américaines de taille moyenne ou petite (voir le chapitre de Sellers dans ce volume ; Gardner, 2001).

9Goldberg et Mercer attribuaient ces différences à une conjugaison de facteurs : les valeurs davantage axées sur la communauté au Canada favorisaient l’intervention de l’État dans les affaires sociales et l’économie ; les minorités visibles étaient moins nombreuses dans les villes ; les institutions parlementaires fédérales et provinciales fournissaient un cadre permettant aux gouvernements de définir et d’appliquer plus facilement certaines mesures rendues nécessaires par les problèmes urbains finalement, les gouvernements provinciaux avaient plus de pouvoir sur les affaires municipales. Grâce à cette autorité des provinces, Goldberg et Mercer estiment que les régions métropolitaines du Canada avaient échappé aux lourdes séquelles de la décentralisation orchestrée par les ambitieux programmes du gouvernement fédéral américain.

10Par contraste, Ewing (1992), a fait valoir de son côté que, si les facteurs de la croissance métropolitaine sont les mêmes au Canada qu’aux États-Unis, le rythme et l’ampleur des phénomènes y sont différents. À ses yeux, les 3 variables les plus importantes dans le développement suburbain au Canada sont la proportion de la population établie en milieu métropolitain, la composition ethnique et le ratio entre la population du noyau central et celle de la banlieue. Dans une analyse plus politique, Garber et Imbroscio (1992) reprochent à Goldberg et Mercer d’accorder trop d’importance au facteur culturel et pas assez aux institutions et aux rapports de force, affirmant que les différences entre le développement des villes canadiennes et celui des cités américaines sont dues à deux facteurs d’ordre institutionnel : 1) le droit à la propriété privée n’étant pas explicitement protégé par la Constitution canadienne, le gouvernement peut intervenir sur les marchés immobiliers en fonction de ses priorités sociales ; 2) les provinces canadiennes, contrairement aux États américains, surveillent de près ce qui se passe dans les municipalités, et celles-ci doivent respecter les orientations collectives définies au niveau provincial en matière de développement régional et économique.

11Tous les chercheurs reconnaissent que la structuration des régions métropolitaines est liée au développement de la banlieue et que celui-ci, sous ses multiples formes, est ancré dans la dynamique métropolitaine nord-américaine. Tous soulignent également que la décentralisation est au cœur de l’évolution sociale et économique actuelle des villes canadiennes et américaines. Néanmoins, au point de vue politique, les choses se présentent différemment de part et d’autre de la frontière. Au Canada, la polarisation entre le centre et la périphérie est moins marquée, et la plupart des villes centrales ont mieux préservé leur part de la population et de l’activité économique. En fin de compte, on se trouve ramené aux moyens employés par les autorités municipales, provinciales et fédérales pour influencer le développement et l’organisation des métropoles, et placé devant le fait que l’évolution des politiques urbaines peut avoir des répercussions considérables sur la gouverne de ces dernières.

Tableau 1. Poids démographique des provinces canadiennes, 1971-2001

Provinces

Population 1971

Part de la pop. totale 1971

Population 2001

Part de la pop. totale 2001

Variation 1996-2001

Terre-Neuve et Labrador

522 104

2,4

512 930

1,7

– 7,0

Île-du-Prince-Édouard

111 641

0,5

135 294

0,5

0,5

Nouvelle-Écosse

788 960

3,7

908 007

3,0

– 0,1

Nouveau-Brunswick

634 557

2,9

729 498

2,4

– 1,2

Québec

6 027 764

27,9

7 237 479

24,1

1,4

Ontario

7 703 106

35,7

11 410 046

38,0

6,1

Manitoba

988 247

4,6

1 119 583

3,7

0,5

Saskatchewan

926 242

4,3

978 933

3,3

– 1,1

Alberta

1 627 874

7,5

2 974 807

9,9

10,3

Colombie-Britannique

2 184 621

10,1

3 907 738

13,0

4,9

Canada

21 568 311

100

30 007 094

100

4,0

Source : Statistique Canada et calculs des auteurs.

L’urbain et le métropolitain au Canada

12Le Canada s’étend sur près de 10 millions de km2 et compte plus de trente millions d’habitants. Pourtant, sa population est de plus en plus concentrée dans les grandes villes. Pour commencer, le poids démographique des diverses provinces au sein de l’ensemble national a évolué depuis trente ans (tableau 1). Entre 1971 et 2001, l’Alberta, l’Ontario et la Colombie-Britannique ont vu croître leur part de la population du pays. Depuis 1996, la croissance démographique est surtout accaparée par 2 provinces : l’Alberta, nettement en tête, puis l’Ontario où elle y est principalement attribuable aux migrations internes. Dans les autres provinces, la croissance est surtout due à l’immigration internationale (Simmons et McCann, 2000).

13Ces données montrent que la pression de la croissance urbaine n’est pas égale dans toutes les provinces, bien que le processus de concentration de la population dans les régions métropolitaines ait progressé partout de 1996 à 2001 (tableau 2). Son niveau est en effet lié à la population initiale. Il dépasse ainsi 70 % en Ontario, et 60 % au Québec, en Colombie-Britannique, en Alberta et au Manitoba, mais reste inférieur à 40 % ailleurs au pays. Globalement, entre 1996 et 2001, la population des régions métropolitaines a plus augmenté (5,7 %) que la population canadienne (4 %) (tableau 3).

14Bref, les régions métropolitaines prennent de plus en plus d’importance. À cet égard, Bourne et Simmons (2003) constatent un lien entre taux de croissance démographique et taille urbaine : entre 1996 et 2001, la population des régions métropolitaines (plus de 100 000 habitants) s’est accrue de 6,2 % et celle des agglomérations de recensement (10 000-100 000 habitants) de 1,5 %. Les taux des localités non comprises dans une région urbaine ont légèrement fléchi (de 0,4 %). Plus exactement, Bourne et Simmons observent que, durant cette période, les localités proches d’une région métropolitaine ou d’un noyau urbain ont enregistré une croissance de 3,7 %, tandis que celles plus isolées ont subi une baisse légère ou moyenne. Ces résultats tendent à montrer que la croissance démographique diminue lorsque la distance au centre des régions métropolitaines augmente. Ils corroborent aussi les conclusions de Shearmur et Polèse (2001) sur la localisation de l’emploi.

Tableau 2. Poids démographique des régions métropolitaines dans les provinces canadiennes, 1996-2001

Provinces

1996

2001

Terre-Neuve et Labrador

31,5

33,7

Île-du-Prince-Édouard

0,0

0,0

Nouvelle-Écosse

37,7

39,6

Nouveau-Brunswick

17,0

16,8

Québec

62,3

66,5

Ontario

66,3

73,7

Manitoba

59,9

60,0

Saskatchewan

41,7

42,8

Alberta

62,5

63,5

Colombie-Britannique

61,0

62,6

Canada

63,3

64,3

Source : Statistique Canada et calculs des auteurs.

Tableau 3. Poids démographique des régions métropolitaines de recensement (RMR), 1996-2001

1996

2001

Variation 1996-2001 (%)

Population

Part de la pop. totale

Population

Part de la pop. totale

Canada

28 846 760

30 007 094

4,0

RMR

18 254 199

63,3

19 301 126

64,3

5,7

Source : Statistique Canada et calculs des auteurs. NB : Les RMR sont définies dans le texte.

15Cette « répartition très inégale de la croissance dans la trame urbaine du pays » (Bourne et Simmons 2003, p. 24) a bousculé la hiérarchie urbaine. Les recensements canadiens captent deux aspects de cette réalité. Les deux découpages utilisés, soit la classification traditionnelle en régions rurales et urbaines et la classification en régions métropolitaines et non métropolitaines, permettent de cerner l’urbanisation en tant que processus de concentration de la population et de structuration du territoire bâti. Ces catégories se recoupent jusqu’à un certain point, mais révèlent deux facettes distinctes de la structure urbaine.

16Étant donné le seuil de population utilisé au Canada comme critère pour départager le rural et l’urbain, toutes les agglomérations d’au moins 1 000 habitants et d’une densité d’au moins 400 personnes/km2 sont des régions urbaines. Selon cette méthode, seuls le Nunavut et l’Île-du-Prince-Édouard sont « très faiblement » urbanisés (carte 1). Mais le paysage des autres régions n’est pas uniforme pour autant. Si, au recensement de 2001, près de 80 % de la population du pays était établie dans des zones suffisamment denses pour être qualifiées d’urbaines, le poids de la population urbanisée était plus élevé en Alberta, en Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec que dans l’ensemble du pays, mais plus faible en Saskatchewan et au Manitoba ; il était inférieur à 60 % et même à 50 % de la population totale dans les Maritimes, au Yukon et dans les territoires du Nord-Ouest.

Carte 1. Poids de la population urbanisée, 2001

Carte 1. Poids de la population urbanisée, 2001

Source : Statistique Canada. Cartographie INRS-UCS, 2004

17Dans le recensement canadien, on appelle RMR (Région Métropolitaine de Recensement) les régions du sommet de la hiérarchie urbaine, formées d’un centre urbain et de municipalités urbaines et rurales qui lui sont contiguës et lui sont fortement intégrées au plan social et économique (Murphy et Puderer, 2002 ; McNiven, Mendelson et Lefebvre, 2001 ; Robertson et Collin, 2003). Les limites des RMR sont définies selon des critères morphologiques et fonctionnels, c’est-à-dire compte tenu de la population, de la densité et des mouvements pendulaires (Rambeau et Todd, 2000 ; McNiven, Puderer et Janes, 2000). L’approche morphologique sert à définir le centre urbain, dont la population doit égaler ou dépasser 100 000 habitants. L’approche fonctionnelle permet de déterminer si une municipalité fait ou non partie de la RMR, étant donné son niveau d’intégration, mesuré par l’intensité des mouvements pendulaires entre elle et le centre. Selon ces critères, en 2001, le Canada comptait 27 RMR, dont 17 de plus de 200 000 habitants.

18Si on ne tient compte que de ces 17 grandes RMR, une autre image de l’urbanisation au Canada apparaît. Le niveau d’urbanisation relativement faible de certaines provinces et territoires relève de l’évidence (carte 2). La distribution inégale de la population ressort davantage, tout comme la concentration croissante de l’urbanisation en certains endroits. Visiblement, le processus de métropolisation a succédé à celui d’urbanisation.

Carte 2. Poids de la population métropolitaine, 2001

Carte 2. Poids de la population métropolitaine, 2001

Source : Statistique Canada. Cartographie INRS-UCS, 2004

La forme urbaine : dispersion et concentration

19À l’échelle locale et à l’échelle régionale, urbanisation signifie, en Amérique du Nord, déconcentration de la population et étalement urbain. À l’échelle nationale, urbanisation signifie processus de concentration dans les zones métropolitaines. Cette définition fait ressortir le fait que les villes sont plus décentralisées que les métropoles.

20Ce double processus de dispersion et de concentration a entraîné une recomposition géographique de la population et de l’activité économique. Bryant, Coppack et Mitchell (2000) ont proposé un modèle explicatif de la dynamique démographique, économique et sociale associée à cette reconfiguration (figure 1). Les 4 stades du modèle illustrent comment la population a suivi les transformations du système socio-économique, à mesure que la société industrielle urbanisée a cédé la place à une société post-industrielle « métropolisée ». Le processus a différé selon les villes, en fonction de leur densité initiale, de la pression exercée par la croissance régionale et de la plus ou moins grande similitude entre le milieu résidentiel et commercial du centre et celui de la banlieue.

Figure 1. Stades de croissance de la ville-région

21Le premier stade est celui de la consolidation du centre, propice à l’expansion urbaine : un processus continu de concentration, allié au progrès des technologies du transport (usage de l’automobile, investissements publics dans le réseau routier autour des grands centres), induit la dispersion résidentielle. Au deuxième stade, la distribution de la population de la région est modelée par la dispersion de certains composants urbains en direction de noyaux urbains voisins de plus petite taille. Le centre conserve sa position dominante de bassin d’emplois et de services. Le développement de la ville est soumis à des forces centrifuges puissantes (écarts entre les zones centrales, la banlieue et la campagne en ce qui concerne les coûts de logement, le prix des terrains, les niveaux de taxation, la qualité de vie, etc.). S’ensuit une redistribution de l’activité économique liée à l’accroissement de la densité démographique en banlieue. Et à mesure que de nouveaux noyaux suburbains d’activité apparaissent, la répartition de la population de la région gagne en complexité : c’est le troisième stade, celui atteint aujourd’hui par la plupart des RMR canadiennes. Au quatrième et dernier stade surgit la région « mégalopolitaine », caractérisée par l’intégration de plusieurs zones urbaines voisines et par la présence de facteurs qui, de l’intérieur, continuent de favoriser la dispersion de la population et des activités. Au Canada, on trouve un exemple de ce type de développement dans le sud-ouest de l’Ontario, dans la région appelée Golden Horseshoe, où une dynamique complexe résulte de la proximité de noyaux d’activité dont les aires d’influence se rejoignent (carte 3).

Carte 3. Population des régions métropolitaines de plus de 200 000 habitants, 2001

Carte 3. Population des régions métropolitaines de plus de 200 000 habitants, 2001

Source : Statistique Canada. Cartographie INRS-UCS, 2004.

22Les données présentées au tableau 4 attestent le phénomène de dispersion à l’échelle métropolitaine au Canada. Si on compare la croissance démographique des villes centrales à celle des zones urbaines environnantes, on constate que, dans la plupart des RMR, les banlieues se sont développées beaucoup plus vite que les villes centrales entre 1996 et 2001. À Sherbrooke, Sudbury, St. John’s et Regina, les villes centrales ont même subi un déclin, alors que la population du reste de la RMR s’accroissait de 2 à 41 %. Dans d’autres RMR, le taux de croissance a été de deux à dix fois plus élevé en banlieue que dans le noyau central. Les écarts sont encore plus grands si on tient compte du fait que souvent, au cours des dernières décennies, les villes centrales canadiennes ont absorbé des zones suburbaines. Par contre, deux RMR, Thunder Bay et Kitchener, ont vu leur population suburbaine décliner fortement entre 1996 et 2001. Dans les deux cas, cela s’explique par une redéfinition du territoire de la ville centrale. En outre, dans certaines régions métropolitaines de plus petite taille (moins de 200 000 habitants), la population a diminué au centre et en banlieue. Une autre réalité ressort du tableau 4 : la densité des banlieues est beaucoup plus faible que celle des villes centrales. Au sein des régions métropolitaines, on constate à la fois que les villes-centres conservent leur population, et que la croissance démographiques des banlieues est relativement importante.

Tableau 4. Croissance démographique et densité dans les villes centrales et la banlieue, RMR canadienne, 1996-2001

RMR

Population 2001

Évolution 1996-2001 (%)

Densité habitants/km2

Villes centrales

Banlieues

Villes centrales

Banlieues

Abbotsford (C.-B.)

147 370

9,5

2,7

321

119

Thunder Bay (Ont.)

121 986

4,3

– 52,8

346

3

Saint-Jean (N.-B.)

122 678

– 3,9

– 0,4

220

17

Trois-Rivières (Qc)

137 507

– 4,5

– 0,3

594

113

Kingston (Ont.)

146 838

1,4

2,3

253

22

Sherbrooke (Qc)

153 811

– 1,1

7,0

1 305

74

Chicoutimi-Jonquière (Qc)

154 938

– 3,9

– 2,0

735

25

Greater Sudbury (Ont.)

155 601

– 6,1

35,5

46

2

St. John’s (T.-N.-Labr.)

172 918

– 2,7

2,2

222

205

Regina (Sask.)

197 000

– 1,2

41,7

1 501

5

Saskatoon (Sask.)

225 927

1,6

14,6

1 326

5

Oshawa (Ont.)

296 298

3,5

17,0

954

207

Windsor (Ont.)

307 877

5,4

11,6

1 727

110

Victoria (C.-B.)

311 902

0,8

3,0

3 766

351

Halifax (N.-É.)a

359 183

4,7

65

St. Catharines-Niagara (Ont.)

377 009

0,1

2,7

677

153

Kitchener (Ont.)

414 284

6,7

– 13,8

1 391

324

London (Ont.)

432 451

3,3

5,5

797

50

Hamilton (Ont.)

662 401

4,8

9,9

438

675

Winnipeg (Man.)

671 274

0,2

6,4

1 331

14

Québec (Qc)a

682 757

1,1

1,8

1 819

167

Edmonton (Alb.)

937 845

8,1

10,3

974

31

Calgary (Alb.)

951 395

14,4

35,5

1 252

16

Ottawa-Hull (Ont. et Qc)

1 063 664

7,3

3,8

298

89

Vancouver (C.-B.)

1 986 965

6,2

9,4

4 758

522

Montréal (Qc)

3 426 350

2,3

3,3

5 590

627

Toronto (Qc)

4 682 897

4,0

17,2

3 939

418

Total

19 301 126

4,4

7,7

738

134

Source : Statistique Canada et calculs des auteurs.
a. La municipalité régionale de Halifax est née en 1996 de la fusion des municipalités locales et de la métropole existante. En 2001 elle représentait, avec ses 359 111 habitants, 39,5 % de la population de la Nouvelle-Écosse.

23Parallèlement à ce processus de dispersion observé au niveau métropolitain, un autre se déroule au niveau national : la concentration de la population dans les régions métropolitaines. En 2001, celles-ci comptaient plus de 19 millions d’habitants, soit près des deux tiers de la population du pays. Un examen des plus grandes régions en fonction du rang et de la taille révèle cependant des différences notables. Même les 3 premières présentent des écarts relativement importants, et chacune est seule dans sa catégorie. Mais, ensemble, elles représentent plus de la moitié (52 %) de la population des agglomérations majeures canadiennes. Les 10 plus grandes RMR comptent 50 % de la population. De plus, 17 RMR ont une population supérieure à 200 000 habitants, réunissant 60 % de la population du pays. Cinq villes-régions, Toronto, Montréal, Ottawa-Hull, Vancouver-Victoria et le corridor Edmonton-Calgary, ont capté plus de 83 % de la croissance démographique nationale entre 1991 et 2001. Ces données témoignent d’une concentration importante (carte 3).

24Au Québec et en Ontario, le corridor Windsor-Québec, à l’intérieur duquel vivent près de 13 millions d’habitants, est dominé par deux régions métropolitaines qui réunissent le quart de la population, Toronto et Montréal. Dans ce qu’on appelle « le Canada central », la population des RMR de Toronto, Montréal, Ottawa-Hull, Québec et Hamilton se chiffre à quelque 10 millions de personnes, soit un peu plus du tiers de la population du pays. La deuxième grande région où se concentre la population se trouve dans l’ouest : il s’agit de « l’archipel » formé par les RMR de Calgary, Edmonton et Vancouver, qui compte plus de 4 millions d’habitants. Winnipeg, isolée entre deux grandes conurbations, est la seule autre région métropolitaine importante. Dans les Maritimes, les centres urbains principaux sont de taille relativement modeste. Leur population totale n’est que de 844 000 habitants.

25Bref, puisque près de 65 % des Canadiens vivent dans les régions métropolitaines et 80 % dans les régions urbaines, les métropoles deviennent le lieu où se posent des défis économiques et sociaux importants.

26Trois aspects de la répartition de la population sur le territoire canadien ressortent de cette analyse des RMR : 1) la concentration croissante de la population dans les régions métropolitaines ; 2) les écarts entre villes-centres et banlieues en ce qui concerne la distribution de la population et les taux de croissance 3) le lien entre l’ampleur des phénomènes observés dans les diverses régions métropolitaines et le poids démographique de leur ville centrale. Ainsi, à cause des fusions du début des années 70, la ville de Winnipeg compte actuellement 92 % de la population de sa région métropolitaine. Par contre, avant les fusions de 1998, la ville de Toronto ne réunissait que 16 % de la population de la RMR la plus peuplée du Canada.

27De manière générale, la croissance démographique des noyaux centraux a marqué le pas, sinon diminué. Elle est aussi, dans l’ensemble, plus lente que celle des zones périphériques, favorisées par le mouvement de dispersion de la population. Néanmoins, structures métropolitaines et taux de croissance globaux diffèrent d’une région à l’autre, et la pression démographique ne s’exerce pas de façon uniforme, si bien que, par exemple, la croissance de la population de la RMR est tantôt accaparée par la ville centrale (Calgary et Winnipeg), tantôt mieux répartie (Toronto) (Collin et Robertson, 2004).

28Outre la croissance démographique, les mouvements de population ont influencé le processus de concentration-dispersion analysé ici : l’immigration internationale, bien sûr, qui a suscité un regain d’intérêt à compter des années 60 (Marshall, 1994), mais aussi les migrations internes. Comme nous l’avons vu, à l’échelle nationale, la part de la population établie dans les régions métropolitaines eu égard à la population totale est importante et continue d’augmenter ; à l’échelle métropolitaine, à l’intérieur et à l’extérieur des noyaux centraux, les banlieues conservent leur pouvoir d’attraction, drainant la population de leur région aussi bien que des migrants en provenance de régions non métropolitaines et des immigrants étrangers attirés par la proximité des grands centres. Ces mouvements sont évidemment inséparables d’un phénomène plus vaste : la restructuration des systèmes économiques nationaux et leur intégration dans une dynamique continentale et internationale.

Transformations sociales et polarisation spatiale

29La métropolisation a transformé le système urbain canadien en drainant la population des régions périphériques vers des villes plus proches du sommet de la hiérarchie urbaine. Si la pression démographique et économique exercée sur les régions ainsi investies a stimulé l’étalement urbain, elle a aussi permis une diversification de l’ensemble du système, dont la complexité n’a jamais été aussi grande (Bourne, 1993 ; Bourne et Rose, 2001 ; Walks, 2001b). Zones récemment « embourgeoisées », enclaves ethniques, quartiers défavorisés et banlieues nanties partagent l’espace métropolitain. Les inégalités entre la ville-centre et ses banlieues, notamment, soulèvent bien des questions.

  • 3 Les données dont nous nous servirons proviennent de Statistique Canada (commande spéciale).

30Nous nous sommes inspirés de l’analyse comparative des plus importantes régions métropolitaines des États-Unis conçue par Nathan et Adams (1976 ; 1989) pour étudier les 17 régions métropolitaines canadiennes de 200 000 habitants ou plus3. Les 6 « indices de problèmes urbains » (urban hardship measures) établis par ces chercheurs pour mesurer la situation des entités urbaines ont été calculés pour le Canada :

  • chômage : pourcentage de sans-emploi au sein de la main-d’œuvre (à l’exclusion des forces armées) ;

  • dépendance : poids des personnes de moins de 18 ans et des personnes de plus de 64 ans dans la population totale ;

  • revenu : par habitant ;

  • logements surpeuplés : pourcentage des logements occupés comptant plus d’une personne par pièce ;

  • pauvreté : pourcentage de familles ayant un revenu inférieur d’au moins 125 % au seuil de faible revenu ;

  • indice composite : moyenne des valeurs obtenues pour les 6 indices précédents.

31Nous commencerons par ordonner les villes-régions canadiennes en fonction de l’indice composite. Nous nous intéresserons ensuite aux variations intramétropolitaines, plus spécifiquement aux différences entre la ville centrale et la banlieue et aux différences entre municipalités.

32Même si on peut dégager des constantes, tel le fait que dans toutes les métropoles la ville centrale est plus défavorisée que ses banlieues, chaque métropole apparaît comme un cas particulier, dans la mesure où les positions changent suivant les indices. L’importance des écarts varie également d’une région à l’autre (ils sont plus marqués dans les RMR manufacturières). En outre, les écarts centre-périphérie s’accompagnent de différences souvent plus accusées entre municipalités suburbaines. C’est là un autre aspect de la différence entre métropoles canadiennes et métropoles américaines.

Inégalités intermétropolitaines

33La situation socio-économique des régions métropolitaines n’est pas uniforme (tableau 5). L’indice composite des métropoles québécoises (65) dépasse de loin la médiane (47). Les provinces de la Prairie (56), la Colombie-Britannique (47), l’Ontario (43), les Maritimes (38) et l’Alberta (25) font meilleure figure.

Tableau 5. Inégalités intermétropolitaines, 2001a

Population

Chômage

Dépendance

Niveau d’instruction

Revenu

Log. surpeuplés

Pauvreté

Indice composite

Halifax

359 185

89

6

13

81

5

36

38

Québec

682 755

78

39

71

100

0

74

60

Montréal

3 426 350

100

27

80

85

24

100

69

Ottawa-Hull

1 063 665

24

20

10

0

27

35

19

Oshawa

296 300

40

71

71

34

6

0

37

Toronto

4 682 900

38

31

39

11

100

62

47

Hamilton

662 400

30

74

69

49

18

55

49

St. Cath.-Niag.

377 010

41

100

100

91

7

29

61

Kitchener

414 285

22

50

70

48

25

11

37

London

432 450

68

61

53

64

15

34

49

Windsor

307 875

53

60

76

31

20

27

45

Winnipeg

671 275

24

63

60

93

25

74

56

Saskatoon

225 930

71

63

35

99

13

57

56

Edmonton

937 840

20

31

35

71

26

51

39

Calgary

951 395

0

0

1

11

22

36

12

Vancouver

1 986 965

91

11

21

60

65

85

55

Victoria

311 905

67

61

0

72

7

21

38

Médiane

662 400

5,97 %

35,99%

39,36%

31 050$

1,01%

16,88%

47

a. Valeurs normalisées, conformément à la méthode établie par Nathan et Adams. Une valeur de 100 signifie que la RMR (dans son ensemble, centre et banlieue réunis) occupe le 17e (et dernier) rang pour cette variable ; 0 signifie qu’elle se situe au 1er rang.

34L’indice composite masque des différences plus subtiles. Les RMR de l’est du pays (Halifax, Québec et Montréal), dont la situation paraît peu reluisante pour le chômage, le niveau d’instruction, le revenu et la pauvreté, sont en meilleure posture pour les variables « dépendance » et « logements surpeuplés ». Le classement des RMR ontariennes est faible pour la dépendance et le niveau d’instruction, celui des RMR de l’ouest (sauf Calgary) pour le revenu. Ce dernier résultat est probablement attribuable à la mauvaise conjoncture économique dont souffrait la région au moment du recensement de 2001. Dans le cas de la variable « logements surpeuplés », on remarque, sans surprise, sa corrélation avec la population de la RMR : les 3 RMR les plus peuplées (Vancouver, Toronto et Montréal) obtiennent les valeurs les plus élevées pour cet indice la situation paraît particulièrement grave à Vancouver et à Toronto. Ces chiffres concordent avec ceux que présentent Polèse et Shearmur (2004) dans leur comparaison de quelques villes-régions canadiennes et américaines.

Inégalités intramétropolitaines : écarts entre villes centrales et banlieues

35De même que la justesse des parallèles entre métropoles repose sur une définition cohérente de ces dernières, l’exactitude de la comparaison entre ville centrale et banlieues nécessite une définition précise. Pour comparer les RMR entre elles, nous pouvons nous reposer sur la définition de Statistique Canada. Les comparaisons intramétropolitaines sont plus délicates, car la législation varie suivant les provinces. Ainsi, les indices présentés au tableau 6 auraient été différents si les fusions municipales de 2001 avaient été prises en considération.

36Ces indices montrent néanmoins des écarts centre-périphérie plus prononcés dans la RMR de Windsor, et les plus faibles dans la RMR d’Ottawa-Hull. D’après les indices composites normalisés, les villes centrales d’Ottawa-Hull et de Vancouver sont tout aussi prospères que leur banlieue. À l’autre extrémité de la classification, dans des centres manufacturiers comme Montréal, Oshawa, Toronto, Hamilton, Windsor et Winnipeg, les écarts entre ville centrale et banlieue sont marqués.

37Signalons que, lorsqu’on décompose les indices, les villes centrales d’Ottawa et de Hull (jumelées au sein de la région de la capitale nationale) ne se distinguent guère de leur banlieue, sauf pour la variable logements surpeuplés et, à un moindre degré, pour celle de dépendance. La même « égalité » existe dans les RMR de la Colombie-Britannique. En Alberta, les villes centrales sont plus comparables à leurs banlieues pour le chômage, la dépendance et le niveau d’instruction que pour le revenu, les logements surpeuplés et la pauvreté.

38Hormis ces quelques constats généraux, on ne peut guère dégager de grandes tendances des données du tableau 6. Chaque RMR est en somme un cas particulier, qu’on ne peut analyser sans le mettre en contexte. Autrement dit, les rapports entre villes centrales et banlieues diffèrent d’une RMR à l’autre.

Tableau 6. Inégalités entre les villes-centres et les banlieues, 2001a

Population ratio
(%)

Chômage

Dépendance

Niveau d’instruction

Revenu

Log. surpeuplés

Pauvreté

Indice composite

Indice composite normaliséd

Halifax

100,00

Québec

24,76

45

9

59

62

33

31

40

198

Montréal

30,34

71

19

43

75

80

32

53

263

Ottawa-Hull

79,00

11

43

0

0

73

0

21

105

Oshawa

46,93

43

34

85

68

19

53

50

249

Toronto

52,99

46

40

52

45

70

50

51

250

Hamilton

74,01

74

48

100

100

75

62

76

378

St. Cath.-Niag.

55,17

0

39

44

37

29

13

27

134

Kitchener

45,96

14

37

52

59

57

18

40

196

London

77,82

22

28

27

33

65

33

34

170

Windsor

67,56

100

100

59

84

100

78

87

430

Winnipeg

92,29

58

48

43

53

68

100

62

305

Saskatoon

87,11

98

30

22

39

0

57

41

202

Edmonton

71,03

43

30

47

61

71

83

56

276

Calgary

92,38

23

16

46

64

86

100

56

275

Vancouver

27,46

10

0

37

34

36

14

22

108

Victoria

23,77

39

3

30

61

49

37

36

180

Médiane

67,56

1,45

0,95

0,99

1,15

2,25

1,90

a. Valeurs normalisées, représentant le ratio ville centrale-banlieue. La plupart des ratios traduisent la situation plus privilégiée de la banlieue ; une valeur de 0 signifie que la ville centrale et la banlieue sont sur le même pied, 100 renvoie à un écart important
b. Ratio calculé sur les municipalités d’avant les fusions de 2001-2002.
c. La ville centrale inclut St. Catharines et Niagara.
d. Indice composite divisé par le score d’une entité fictive au sein de laquelle la ville centrale et les banlieues présenteraient des valeurs égales. Une valeur supérieure à 100 signifie que la ville centrale est plus défavorisée que ses banlieues.

Inégalités intramétropolitaines : écarts entre municipalités

39Les inégalités entre villes centrales et banlieues ne doivent pas faire oublier les écarts entre banlieues. Celles-ci diffèrent les unes des autres et ne sont pas toutes conformes au stéréotype de la banlieue résidentielle peuplée de jeunes familles avec enfants, occupant des maisons individuelles entourées de verdure. On y trouve aussi des immigrants, des personnes âgées, des pauvres…

40Pour mesurer cette hétérogénéité, nous avons comparé les écarts entre ville centrale et banlieues à ceux intermunicipaux, dans chaque RMR (tableau 7). Si les premiers présentent une valeur plus élevée, il faut conclure que le fossé entre centre et périphérie est le plus marqué. Dans le cas contraire, il y a lieu d’invoquer d’autres facteurs, outre la dichotomie centre-banlieue, pour comprendre le phénomène de la fragmentation municipale.

41Les valeurs présentées au tableau 7 sont des coefficients de variation (CV), résultant de la division de l’écart type par la moyenne. Il s’agit de mesures de dispersion, qui permettent en l’occurrence de vérifier si des différences de valeurs correspondent aux différences entre municipalités. L’utilisation de la moyenne permet d’établir des comparaisons. On observe une concentration spatiale (« municipale ») plus marquée pour certaines variables, en particulier la pauvreté et le chômage (au premier et au deuxième rang). La dépendance et les logements surpeuplés sont les indices les moins concentrés.

Tableau 7. Inégalités entre municipalités, 2001a

Nombre de munic.

Chômage

Dépendance

Niveau d’instruction

Revenu

Logements surpeuplés

Pauvreté

Moyenne

CP

Sub

CP

Sub

CP

Sub

CP

Sub

CP

Sub

CP

Sub

CP

Sub

Halifax

1

Québec

42

0,27

0,41

0,04

0,26

0,07

0,27

0,08

0,21

0,02

0,08

0,45

0,63

0,15

0,31

Montréal

105

0,35

0,32

0,07

0,06

0,03

0,21

0,13

0,18

0,03

0,07

0,44

0,54

0,18

0,23

Ottawa-Hull

13

0,14

0,36

0,01

0,06

0,31

0,23

0,11

0,14

0,01

0,06

0,09

0,50

0,11

0,22

Oshawa

3

0,26

0,01

0,03

0,02

0,18

0,13

0,12

0,05

0,01

0,00

0,58

0,00

0,20

0,04

Toronto

23

0,27

0,19

0,02

0,04

0,03

0,16

0,03

0,15

0,06

0,07

0,53

0,45

0,16

0,18

Hamilton

3

0,36

0,08

0,01

0,03

0,23

0,12

0,18

0,09

0,05

0,01

0,65

0,13

0,25

0,08

St. Cath.-Niag.

10

0,09

0,30

0,01

0,04

0,01

0,15

0,01

0,10

0,00

0,04

0,18

0,55

0,05

0,20

Kitchener

5

0,15

0,33

0,02

0,05

0,04

0,23

0,10

0,09

0,01

0,04

0,53

0,34

0,14

0,18

London

7

0,18

0,43

0,04

0,03

0,12

0,12

0,00

0,10

0,00

0,02

0,40

0,61

0,13

0,22

Windsor

5

0,43

0,09

0,00

0,02

0,07

0,14

0,15

0,06

0,04

0,01

0,66

0,33

0,22

0,11

Winnipeg

10

0,33

0,58

0,01

0,06

0,07

0,30

0,06

0,17

0,00

0,04

0,72

0,49

0,20

0,27

Saskatoon

23

0,41

1,29

0,03

0,10

0,16

0,32

0,02

0,17

0,04

0,09

0,61

0,90

0,21

0,48

Edmonton

26

0,29

0,69

0,04

0,08

0,00

0,26

0,11

0,14

0,03

0,12

0,69

0,40

0,19

0,28

Calgary

8

0,20

0,43

0,08

0,08

0,01

0,27

0,09

1,32

0,01

0,05

0,75

0,56

0,19

0,45

Vancouver

22

0,13

0,28

0,13

0,10

0,07

0,34

0,00

0,29

0,05

0,13

0,22

0,52

0,10

0,28

Victoria

14

0,26

0,20

0,12

0,13

0,08

0,19

0,10

0,12

0,07

0,06

0,46

0,49

0,18

0,20

Médiane

10,00

0,27

0,33

0,03

0,06

0,07

0,22

0,09

0,14

0,03

0,05

0,53

0,49

0,18

0,22

a. Les valeurs présentées sont des coefficients de variation (écart type/moyenne). Elles représentent la dispersion au sein d’une distribution ou, en l’occurrence, les différences entre les municipalités. Plus elles sont élevées, plus les différences sont marquées.
CP : écart entre le centre et la périphérie, c’est-à-dire entre la ville centrale et l’ensemble de ses banlieues (valeur similaire aux indices Nathan-Adams du tableau 6). Nous utilisons des coefficients de variation afin de pouvoir comparer les écarts centre-périphérie avec les écarts entre les banlieues.
Sub : écarts intersuburbains, c’est-à-dire entre toutes les municipalités de la RMR, sauf la ville centrale. Si Sub est plus grand que CP, les écarts entre municipalités de banlieue sont supérieurs aux écarts entre ville centrale et banlieues.

42Ces résultats montrent que des écarts importants n’ont pas été captés par la comparaison entre ville centrale et banlieue. En moyenne, les différences entre banlieues sont plus tranchées que celles entre ville centrale et banlieue. Des 6 variables utilisées, seule la pauvreté échappe à ce constat (écarts centre-banlieue plus marqués) ; les autres, en particulier le niveau d’instruction, diffèrent davantage d’une banlieue à l’autre. Seulement 3 RMR, situées en Ontario, présentent des inégalités centre-banlieue supérieures aux inégalités intersuburbaines : Oshawa, Hamilton et Windsor. Toutes sont manufacturières, et comptent peu de municipalités. Ce n’est pas une surprise : la fusion des municipalités a brouillé leurs différences. En d’autres termes, les différences locales sont plus nettes dans les régions métropolitaines où il y a fragmentation municipale.

43Cela nous amène au fait que les villes centrales canadiennes se caractérisent également par la diversité des quartiers qui les composent (sur le cas de Montréal, voir Collin et Robertson 2005). C’est pourquoi, si l’on veut analyser et comprendre plus complètement les inégalités intramétropolitaines, il convient de tenir compte des recompositions territoriales qui ont accompagné l’évolution des villes-régions.

Recompositions territoriales au sein des régions métropolitaines

44La croissance des métropoles et leur diversité supposent la réorganisation politique de l’espace. Parallèlement, la restructuration économique et l’évolution du rôle des régions métropolitaines accroissent la nécessité d’une mise à jour des outils de gestion des villes. Le Canada se distingue des États-Unis par le fait qu’on y adopte habituellement des solutions institutionnelles susceptibles d’améliorer la fourniture des services publics locaux en diminuant les coûts (Collin 1999 ; Collin et Tomàs, 2004) et que, nous l’avons vu, les gouvernements provinciaux veillent de près sur l’organisation municipale.

45Depuis les années 60, la réorganisation du monde municipal a beaucoup retenu l’attention des autorités provinciales et municipales. La question du nombre très élevé de petites municipalités a été débattue, et des législations ont pris forme, à mesure que les gouvernements provinciaux s’orientaient plus fermement vers les fusions municipales. Des opérations d’envergure ont ainsi remodelé les régions métropolitaines du pays, à l’instar d’autres villes-régions du monde (Vojnovic et Poel, 2000 ; Hamel et Rousseau, 2003 ; Quesnel, 2002). Dans cette foulée sont nées les grandes villes de London (1993), Toronto (1998), Ottawa et Hamilton (2000), en Ontario ; Halifax (1996), en Nouvelle-Écosse ; et Montréal et Québec (2001), au Québec. À l’Île-du-Prince-Édouard, les seize municipalités de la région de la capitale provinciale (Charlottetown) ont été réunies en 3 villes. De même, en 1992, le nombre de municipalités a fondu dans la principale zone urbaine de Terre-Neuve, St. John’s.

46Le modèle de la ville unique en est donc venu à s’imposer dans tout le pays, après avoir été l’apanage des provinces de l’ouest (Winnipeg, Calgary et Edmonton représentaient respectivement 92,2%, 92,3 % et 71 % de la population de leur RMR). Les chiffres confirment cette spécificité du Canada, soit la faible fragmentation relative des régions métropolitaines et des régions entourant les capitales provinciales, aboutissement d’interventions publiques amenées par diverses circonstances.

Restructuration du paysage municipal

47Des années 1870 aux années 1950, la carte municipale du sud du pays prend forme avec l’ouverture de nouveaux territoires à la colonisation et l’apparition de municipalités nouvelles, parfois issues de la division de certaines plus anciennes. Au Québec, on en arrive ainsi, au début des années 60, au chiffre de 1 800 municipalités. Dès les années 50, on commence à s’inquiéter des conséquences de ce morcellement et à réfléchir à l’opportunité de certains regroupements. Des lois cadres seront adoptées pour inciter les municipalités à fusionner, et certaines fusions jugées nécessaires ou inéluctables seront imposées. Depuis lors, le nombre de municipalités a constamment diminué, mais à un rythme différent suivant les provinces. L’Ontario a procédé beaucoup plus tôt et plus vite que le Québec.

48Il existe encore des différences notables entre les provinces. En 2003, le nombre de municipalités par 100 000 habitants ne dépassait pas 3,9 en Ontario et en Colombie-Britannique (le morcellement n’a du reste jamais été important dans cette dernière). Mais 3 provinces assez peu peuplées présentent des ratios très élevés : 55,4 (Île-du-Prince-Édouard), 55,7 (Terre-Neuve) et… 84,6 (Saskatchewan). La Nouvelle-Écosse (8,4), l’Alberta (11,8), le Québec (15,8), le Nouveau-Brunswick (17,8) et le Manitoba (17,7) se situent entre ces extrêmes.

49Depuis le début des années 90, au moins 6 gouvernements provinciaux ont légiféré sur les fusions municipales. Certaines de leurs interventions ont visé des communautés rurales, mais leur effort a surtout porté sur les villes, en particulier les plus grandes, qui ont été soumises à des restructurations majeures. Le morcellement est devenu chose du passé dans les grandes régions métropolitaines du Canada. Il a parfois même cédé la place à la ville unique.

50Devenue un incontournable dans les programmes de réforme provinciaux, la réorganisation municipale a néanmoins revêtu des formes différentes et n’a pas eu partout la même portée. C’est l’Ontario qui est allé le plus loin, ramenant le nombre de municipalités, tant rurales qu’urbaines, de 815 en juillet 1996 à 447 en janvier 2001. Au début de l’an 2000, le Québec a entrepris un vaste réaménagement des frontières municipales dans les régions métropolitaines, décidé à réduire le nombre de municipalités par des fusions. Depuis la création de l’Unicity of Winnipeg, en 1972, par la fusion de 13 municipalités voisines, aucune agglomération des provinces de l’ouest n’a fait l’objet de fusions d’une envergure comparable à celles qui ont engendré de nouveaux grands centres métropolitains au Québec, en Ontario, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard et au Nouveau-Brunswick.

Fragmentation géopolitique des métropoles canadiennes

51Les données présentées au tableau 8 montrent que le nombre de municipalités d’un territoire n’est pas fonction du chiffre de sa population. La RMR de Toronto, la plus grande et la plus peuplée du pays, compte 4 682 624 habitants et s’étend sur 5 888 km2. Ses taux de croissance et de dispersion urbaine sont élevés, et elle a subi des changements politiques importants au niveau municipal. Saskatoon compte autant de municipalités, mais pour 225 927 habitants. Afin de pouvoir établir des comparaisons entre les régions, nous avons normalisé la variable taille (mesurée par la population) en calculant le nombre de municipalités que renferme chaque région métropolitaine par tranche de 100 000 habitants. Cet indicateur nous a également permis de faire un parallèle avec la France et les États-Unis, où l’espace se révèle plus fragmenté : la médiane, de 1,4 pour les métropoles canadiennes, s’élève à 25 dans le cas de la France et à 3,5 pour les plus grandes régions métropolitaines américaines (1 500 000 habitants ou plus, New York, Chicago et Los Angeles exceptées). Deuxièmement, en ce qui concerne la distribution de la population à l’intérieur des régions métropolitaines, on remarque que, dans 13 des 17 RMR canadiennes, la ville centrale compte plus de 50 % de la population de la RMR. En outre, 72 % de la population de ces RMR vit dans les villes centrales, ce qui est très élevé. La proportion est de 37 % en France, de 26,7 % aux États-Unis.

Tableau 8. Fragmentation géopolitique des RMR de plus de 200 000 habitants, 2004

RMR

Population totale 2004

Population de la ville centrale/Population de la RMR (%)

Municipalités

Municipalités par 100 000 hab.

Indice de fragmentation géopolitique (Zeigler-Brunn)a

Saskatoon

225 927

87,1

23

10,2

1,17

Oshawa

296 298

46,9

3

1,0

0,22

Windsor

307 877

67,7

5

1,6

0,24

Victoria

311 902

23,8

14

4,5

1,89

Halifax

359 183

99,9

1

0,3

0,03

St. Cath.-Niag.

377 009

55,2

10

2,7

0,48

Kitchener

414 284

46,0

5

1,2

0,26

London

432 451

77,8

7

1,6

0,21

Hamilton

662 401

74,0

3

0,5

0,06

Winnipeg

671 274

92,3

10

1,5

0,16

Québec

682 757

74,4

22

3,8

0,43

Edmonton

937 845

71,0

32

3,4

0,48

Calgary

951 395

92,4

8

0,8

0,09

Ottawa-Hull

1 063 664

79,0

13

1,2

0,15

Vancouver

1 986 965

27,5

22

1,1

0,40

Montréal

3 426 350

52,9

69

1,8

0,38

Toronto

4 682 897

52,9

23

0,5

0,09

Médiane Canada

662 401

72,5

10

1,4

0,24

Médiane Franceb

363 261

37

104

25

8

Médiane USAc

2 233 288

26,7

94

3,5

1,5

a. Nombre de municipalités par 10 000 habitants, divisé par le pourcentage de la population de la ville centrale en sus de la population de la RMR.
b. Source : Vincent Hoffmann-Martinot, chapitre sur la France dans ce volume.
c. Ces données portent sur les 29 régions métropolitaines américaines les plus populeuses en 1996 (1 500 000 habitants ou plus), à l’exclusion de New York, Chicago et Los Angeles. Source : Eric Champagne, Jean-Pierre Collin, Stéphane Pineault et Claire Poitras, Comparaison du profil institutionnel des régions métropolitaines comparables à Montréal au Canada et aux Etats-Unis, Montréal, INRS-UCS, Groupe de recherche sur l’innovation municipale (GRIM), février 2000.

  • 4 Dans le cas des États-Unis, seules les municipalités locales dites « multifonctionnelles » (multi-p (...)

52Combinés, les 2 indices de fragmentation politique, soit le nombre de municipalités par 100 000 habitants et la part de la ville centrale dans la population de la RMR, composent un indice de fragmentation géopolitique (IFG) qui facilite les comparaisons entre régions et l’établissement de corrélations avec d’autres variables (Zeigler et Brunn, 1980). Nous avons calculé les IFG de toutes les RMR de plus de 200 000 habitants. Du strict point de vue du nombre de municipalités, Montréal est la plus fragmentée, puisqu’elle en compte 69 en 2004. Toutefois, démographiquement, elle paraît moins fragmentée, car plus de la moitié de sa population (52,9 %) demeure concentrée dans la ville centrale. Quoi qu’il en soit, malgré un IFG supérieur à la médiane (0,38), elle est moins fragmentée que Vancouver (0,40), Québec (0,43), Edmonton (0,48), St. Catharines-Niagara (0,48), Saskatoon (1,17) et Victoria (1,89). De son côté, Toronto, la RMR la plus importante, ne présente aucune fragmentation (0,09). Parmi les régions de plus de 900 000 habitants, seules Vancouver, Montréal et Edmonton se situent au-dessus de la médiane. D’après l’IFG, les RMR canadiennes les plus fragmentées sont Saskatoon (1,17) et Victoria (1,89) ; mais leur fragmentation paraît toute relative quand on compare leurs indices à ceux de la France (8) et même des États-Unis (1,5)4. Les RMR les moins fragmentées sont d’abord Halifax (0,03), puis Hamilton (0,06) et Toronto (0,09), produits de fusions qui en ont fait des villes-régions.

53Le concept de ville-région se répand depuis 1990, largement repris par les acteurs publics, privés et civiques, ainsi que par les politologues et autres chercheurs. Avec la ville-région, la gouvernance métropolitaine ne concerne plus seulement des villes centrales encloses dans leur région ; elle est affaire de régions urbaines intégrées sur lesquelles repose l’avenir de tout un pays. C’est pourquoi l’amélioration de la gouvernance métropolitaine apparaît désormais comme une priorité au Canada. Plus d’une région métropolitaine a été visée par des politiques de réorganisation territoriale mises en avant par un gouvernement provincial et soutenues par des politiciens et des décideurs des villes-centres. Dans la plupart des cas, il en est résulté des fusions à grande échelle, réunissant des municipalités et une entité régionale existante. Au début des années 90, seulement 3 des 12 plus grandes régions métropolitaines du Canada n’étaient pas dotées d’une structure supramunicipale (Edmonton, Calgary et Winnipeg). Aujourd’hui, cette structure persiste dans seulement 3 des 12 plus grandes régions métropolitaines du Canada (Vancouver, Montréal et Québec). Dans de nombreux cas, la création des nouvelles grandes villes a aussi entraîné la mise en place de structures décentralisées dans les quartiers ou les arrondissements. Les conseils d’arrondissement (community councils) n’ont aucun pouvoir de taxation ; consultatifs, ils sont parfois chargés de gérer certains services locaux et activités tels que l’entretien de la voie publique, les loisirs et activités culturelles, l’émission de permis de construire etc. (Quesnel et al, 2005). Ce sont des nouveautés, et il en apparaît d’autres en politique municipale : des changements qui vont de pair avec l’adaptation des comportements et des opinions politiques à la métropolisation.

Impact de la métropolisation sur les comportements électoraux et politiques

54La politique urbaine n’a pas toujours retenu l’attention, mais les choses ont changé depuis que les régions métropolitaines ont pris pied dans la concurrence internationale. Au Canada, elles sont devenues le lieu de résidence de la majorité de la population, et gouvernements aussi bien que responsables municipaux voient en elles le moteur de la croissance économique du pays. Les villes estiment cependant ne pas avoir les moyens financiers et politiques de jouer pleinement leur rôle et, de nouveau, elles réclament des changements de structures, ainsi que les ressources propres à assurer leur développement à long terme et leur position dans la concurrence internationale (Haf et al., 2002). Parallèlement, le gouvernement canadien envisage de se doter d’une politique urbaine nationale afin de tenir compte des recompositions territoriales qui ont eu lieu dans les grandes villes-régions du pays depuis le milieu des années 90, ainsi que de l’évolution de l’électorat (Wolfe, 2003 ; Sancton et Young, 2004). On observe donc un regain d’intérêt pour l’étude des relations intergouvernementales, spécialement en ce qui concerne la conjoncture urbaine et métropolitaine. Notamment, un programme quinquennal de recherche intitulé « Politiques publiques dans les municipalités » a été lancé en janvier 2004 (www.ppm-ppm.ca).

55Indéniablement, nous avons intérêt à étudier les processus qui modèlent les espaces métropolitains. Déjà, des chercheurs de Toronto ont posé les jalons d’une nouvelle sociologie politique des décisions gouvernementales relatives aux grandes agglomérations, et commencé à explorer la polarisation des comportements politiques qui semble aller de pair avec la métropolisation. Ce sont des aspects à retenir pour le programme de recherche sur les politiques urbaines et métropolitaines au Canada dont il sera question plus loin.

Les agglomérations comme objet d’une sociologie politique

56La « mégaville » de Toronto, créée le 1er janvier 1998, regroupe l’ex-Metro Toronto et les 6 municipalités qui relevaient de cette entité supramunicipale. Avec ses 2 481 494 habitants au recensement de 2001, c’est maintenant la plus importante agglomération du pays. Le gouvernement ontarien a cependant limité sa réforme municipale à ce territoire et laissé intacte la deuxième couronne suburbaine, ou Greater Toronto Area. La mégaville de Toronto comprend donc le noyau urbain principal et l’essentiel de la première couronne, de sorte qu’un électorat urbain et un électorat « suburbain » y cohabitent et s’y opposent.

57Les comportements électoraux lors de l’élection du premier maire de la future mégaville, à l’automne 1997, ont captivé les analystes (Stanwick, 2000). La campagne revêtait un caractère d’autant plus inhabituel que la fusion, imposée par le gouvernement provincial, avait provoqué un vif débat. Dans les municipalités touchées, une opposition très active avait notamment mené à l’organisation de référendums. De plus, outre quelques candidats peu connus, deux grandes personnalités s’affrontaient : la mairesse sortante de l’ex-Toronto et le maire sortant de l’ex-municipalité de North York (la deuxième plus peuplée de la région). Les deux brillaient par leur style, leurs idées et leur programme. L’opinion associait l’ex-maire de North York aux Conservateurs et à la droite, l’ex-mairesse de Toronto était ouvertement liée au Nouveau Parti démocratique, porte-étendard de la gauche.

58Le taux de participation a été très élevé pour une ville ontarienne de cette taille : 48,4 %, avec des variations de 36,4 à 58,5 % suivant les quartiers. Le contexte y était pour quelque chose, de même que la présence de deux candidats en quête d’un nouveau mandat et la tenue concomitante dans tous les quartiers de référendums propres à attirer les citoyens moins politisés. Stanwick (2000, p. 566) conclut de son analyse de régression sur les résultats que le facteur le plus déterminant a été la présence de candidats sortants (incumbency factor). Mais il note également la corrélation entre les votes obtenus par ces derniers et certaines caractéristiques démographiques ou socio-économiques des citoyens (p. 567), et précise que la candidate « progressiste » a remporté les suffrages dans la plupart des quartiers centraux (ceux de l’ex-ville de Toronto), alors que le candidat conservateur (victorieux) a rallié la majorité dans les banlieues aisées plus périphériques.

59On a parlé aussi d’un « changement de régime » touchant l’ensemble des métropoles canadiennes : la réforme ontarienne s’y inscrirait et en serait une manifestation, la plus importante sans doute parmi d’autres événements récents. Un nouveau système suburbain aurait succédé à l’ancien régime urbain, mélange de boosterism (« volonté de développement à tout prix ») et de principes fondés sur les valeurs sociales, le souci de l’environnement et les vertus de l’aménagement (Kiel, 2000). Dans cet ordre d’idées, ce qui est arrivé à Toronto relèverait d’une opposition, au sein de la classe moyenne, entre citoyens de la ville et de la banlieue, sur la conduite des affaires à l’hôtel de ville et dans la région métropolitaine (Boudreau, 1999 ; 2000). Ainsi certains auteurs, à la suite d’Ibbitson (1997), soutiennent-ils la thèse d’une reconfiguration accélérée de la région torontoise par un gouvernement provincial pressé d’en finir avec les « gauchistes » de l’hôtel de ville de Toronto (Kipfer, 1998 ; Isin, 1998 ; Isin et Wolfson, 1999 ; Stevenson et Gilbert, 1999). Betsy Donald (2002, p. 192) décèle aussi, dans la bataille de la fusion, l’affrontement de deux régimes, l’un urbain, l’autre suburbain, correspondant à deux conceptions de l’organisation municipale à Toronto.

60Comme d’autres auteurs qui, dans leur lecture de la réalité urbaine, allient l’approche de la régulation à celle des régimes urbains, Graham Todd (1998) soutient que l’évolution de ces derniers est influencée par l’action de la classe des leaders économiques du centre-ville (central business district), désireuse de s’affranchir du progressisme qui avait gagné l’hôtel de ville de Toronto et la tête du Metro Toronto : l’idée de la fusion couvait dans leur esprit depuis les années 70, semée par la victoire de la gauche aux élections torontoises de 1969 et de 1972. Autrement dit, le changement de régime urbain à Toronto, symbolisé par la création de la mégaville, résulterait à la fois de l’influence de la banlieue et de tendances à la restructuration plus anciennes, en partie alimentées par les intérêts des milieux d’affaires du centre-ville, intérêts que la conjoncture aurait fait coïncider à la fois avec le programme progressiste du Nouveau Parti démocratique et avec celui néolibéral du Parti conservateur.

61La polarisation des comportements politiques dépasse nécessairement les concours de circonstances. Ces théories sur Toronto doivent être soumises à un examen plus poussé et confrontées à la réalité des autres grandes agglomérations canadiennes. Il n’est pas impossible que l’aventure torontoise des années 1996-2003 relève moins de l’avènement d’un nouveau régime suburbain à tendance néolibérale que de la dynamique politique ontarienne. Certains y ont décelé une influence américaine.

Métropolisation et polarisation des comportements politiques

62Dans Lost in the Suburbs, Stephen Dale assimile la grande région torontoise au sud-ouest de la Californie, en particulier à l’Orange County, à cause de sa structure urbaine et de la mentalité des citoyens. La migration vers les banlieues éloignées exprimerait ainsi un choix pour le privé, contre le public (l’excès de gouvernement). Il observe dans les banlieues une convergence idéologique qui réunit les partis politiques du centre et de droite, tant fédéraux que provinciaux. Dans le même sens, Ibbitson (1997) voit paraître dans la banlieue une droite néoconservatrice d’inspiration thatchérienne et reaganienne. Quoi qu’il en soit, il existe dans les régions métropolitaines de l’Ontario une coupure entre centre et périphérie.

63La situation ontarienne évoque le fossé qui, aux yeux de Gainsborough (2001), se creuse aux États-Unis entre la ville et la banlieue depuis les années 80. Leurs habitants, écrit-elle, « réagissent différemment à un même environnement métropolitain » (p. 137). On assiste donc « dans la banlieue à l’apparition d’une vie politique distincte qui transcende les caractéristiques socio-économiques : tandis que les problèmes urbains s’accroissent, chaque banlieue forme une communauté repliée sur elle-même » (p. 3-4).

64Si cette différenciation des modèles politiques est liée à la naissance d’une nouvelle culture suburbaine, elle est alimentée aussi par d’autres phénomènes, tel le réinvestissement des centres urbains par de nouvelles catégories de professionnels aisés, attirés par le mode de vie propre au central business district. Pour David Ley (1996), les cohortes de « gentrificateurs » qui se pressent dans les quartiers centraux des grandes villes canadiennes veulent sentir battre le cœur de la métropole et en partager la vie et le mouvement.

65Les observations de Dale (1999) et d’Ibbitson (1997) ont un caractère journalistique, mais des travaux de recherche plus poussés commencent à les étayer. Ainsi, lors de sa thèse de doctorat, le géographe R. Alan Walks s’est attelé à une tâche qui est en fait la première tentative systématique à analyser l’influence exercée sur l’évolution des comportements électoraux et des opinions politiques par la suburbanisation et surtout par le glissement de la majorité démographique vers la banlieue, au détriment de la ville centrale.

66L’évolution du comportement électoral à l’occasion des élections fédérales dans 3 métropoles canadiennes (Toronto, Montréal et Vancouver) depuis les années 60, comme les résultats du vote dans la région métropolitaine de Toronto aux élections ontariennes, inspire à Walks ces conclusions : « Il y a eu accroissement de la polarisation politique entre villes centrales et banlieues depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La fracture principale sépare la ville centrale, à gauche, et la banlieue éloignée, à droite ; la proche banlieue se situe entre les deux. La polarisation transparaît dans les votes accordés aux partis politiques et dans les opinions. Le lieu de résidence y joue un rôle de plus en plus important. […]

67Les variations dans la distribution du vote et dans la popularité des partis politiques ne tiennent pas seulement – ni même surtout – à un accroissement de la ségrégation qui préside à la répartition des groupes sociaux entre ville centrale et banlieue éloignée (en fonction de caractéristiques comme le revenu, la profession et l’origine ethnique). Même lorsque les caractéristiques individuelles (sexe, âge, revenu, instruction, statut familial, origine ethnique, citoyenneté, religion, région de résidence) ont été prises en compte, le lieu de résidence exerce un effet propre important sur le vote (Walks, 2003, p. 282-283, notre traduction). »

68Cette polarisation « électorale » est d’autant plus frappante que, sur d’autres aspects, la polarisation centre-banlieue, si elle existe, demeure nettement moins prononcée dans les métropoles canadiennes que dans les agglomérations américaines. De plus, selon Walks, au Canada, la banlieue déjà ancienne, c’est-à-dire proche, tend à ressembler à la ville centrale.

69Il est certain qu’en Ontario, à cause de leur poids démographique, et conformément au modèle américain, les banlieues gagnent en influence sur la politique fédérale et sur la politique ontarienne, leur imprimant une orientation conservatrice (Walks, 2004a ; 2004b). Toutefois, à l’échelle du Canada, le succès des partis « régionaux » (le Bloc québécois au Québec, l’Alliance canadienne dans l’ouest) ébranle le système de partis traditionnel et complique l’analyse.

70On peut retenir que, à Toronto surtout, le fait de vivre au cœur de la région métropolitaine influence le comportement électoral et les opinions politiques et que, dans le contexte métropolitain canadien, au-delà des caractéristiques personnelles (sexe, classe, revenu, statut familial, origine ethnique et autres), « le local » a son importance (Walks, 2004a, p. 1). Le fait d’habiter en banlieue, spécialement dans la banlieue éloignée, ou dans la ville centrale est donc un facteur non négligeable. Au plan idéologique, Walks (2004a) rattache le centre au welfare liberalism et la banlieue au business (neo)liberalism. Il est d’avis que la polarisation des opinions politiques, phénomène relativement récent apparu au milieu des années 80, a été entretenue ensuite par une sorte de processus cumulatif. Les militants de gauche sont en effet portés à élire (ou réélire) domicile dans le centre, lieu d’expression de leurs valeurs. Les tenants de la privatisation et des valeurs de droite se rassemblent quant à eux dans la banlieue périphérique, mais dans leur cas le mouvement de regroupement est moins sensible (Walks, 2004a, p. 288).

  • 5 Pour un examen plus complet, voir J.-P. Collin et M. Robertson, 2003.

71McGirr (2001) et Gainsborough (2001) ont parlé de rupture politique aux États-Unis à propos de l’arrivée au pouvoir de Ronald Reagan. Peut-on faire un constat analogue pour le Canada à partir des conclusions de Dale, d’Ibbitson et de Walks5 ? Leurs analyses portent essentiellement sur le sud-ouest ontarien, plus précisément sur la grande région de Toronto, et la polarisation entre noyau central et couronne périphérique dont ils parlent coïncide avec l’élection de l’équipe néolibérale de Mike Harris à la législature provinciale en 1995. Observe-t-on une évolution similaire des comportements électoraux dans les autres provinces canadiennes depuis une dizaine d’années? Dans les municipalités et au sein des régions métropolitaines du reste du pays, voit-on se dessiner les mêmes lignes de partage entre la gauche et la droite

72En tout cas, en Ontario même, le gouvernement provincial porté au pouvoir en 2003 s’éloigne du credo néconservateur de son prédécesseur, et Toronto vient d’élire un maire de tendance sociale-démocrate. Au Canada, « un puissant courant de divergence culturelle avec les Américains s’amplifie » depuis les années 90, selon Michael Adams (2003) : la culture et les valeurs morales et politiques des Canadiens ainsi que leurs opinions sur les grands problèmes sociaux se rapprocheraient des valeurs postmodernes d’indépendance, d’égalité et d’ouverture, alors que la mentalité américaine pencherait pour l’autorité, la privatisation et le conformisme. Pour ce qui est des municipalités, on ne peut préjuger encore des conséquences des recompositions territoriales récentes sur le jeu politique ou sur les décisions gouvernementales qui orienteront leur devenir. Les chercheurs auront sans nul doute sous les yeux un vaste et captivant « laboratoire » politique (Faure, 2003). D’où l’idée de tracer les axes d’un programme de recherche sur l’évolution des politiques urbaines dans les régions métropolitaines du Canada.

Un programme de recherche sur les régions métropolitaines du Canada

73Il s’agirait d’abord de poursuivre les analyses quantitatives et qualitatives menées sur la région de Toronto depuis le milieu des années 90, pour les étendre aux autres grandes régions métropolitaines (celles de 200 000 habitants et plus).

74Ces travaux devront tenir compte des comportements politiques observés aux 3 niveaux de l’organisation politique canadienne, fédéral, provincial et municipal. La présence des partis régionaux complique l’analyse du vote au niveau fédéral, nous y avons fait allusion. On sait aussi que les partis politiques ne sont pas les mêmes d’une province à l’autre. Ajoutons qu’au sein de la Confédération, ce sont les provinces qui ont juridiction sur les affaires municipales ainsi que sur la santé, les services sociaux et l’éducation, soit les grands services associés à l’État providence. Les provinces estiment en fait être aux commandes de la politique urbaine au Canada (Sancton, 1992).

75L’une des premières difficultés consistera à définir la banlieue. À défaut des données quantitatives et qualitatives nécessaires à l’établissement d’une classification, on en arrive à des critères moins sociologiques que politiques et historiques. La banlieue d’une région métropolitaine correspond généralement au territoire situé à l’extérieur des frontières de la ville centrale, laquelle, sauf exception, donne son nom à la région métropolitaine. Cette définition commode présente des inconvénients. Ainsi, dans la mesure où on ne tient pas compte du morcellement du territoire et où la ville centrale occupe une position dominante, une part importante de la réalité suburbaine est occultée.

76Par ailleurs, ni le Canada ni aucune province n’a de base de données centralisée sur les élections municipales : aucune grande agence de statistique n’a jamais pris soin de recueillir l’information les concernant, mis à part le taux de participation, le nom du maire élu, le nombre de candidats élus par acclamation…

  • 6 Ils peuvent aussi être élus par l’ensemble des citoyens, comme à Vancouver.

77Une autre difficulté tient au fait que les élections municipales n’obéissent pas aux mêmes règles que les élections fédérales et provinciales : elles se tiennent à date fixe (tous les 4 ans au Québec et à Terre-Neuve, tous les 3 ans ailleurs), les conseillers sont élus par quartier6, et le maire est choisi par l’ensemble des citoyens (sa légitimité dépasse, à ce titre, celle des premiers ministres du pays ou des provinces, qui sont choisis par leur parti et ne sont soumis au choix des citoyens que de leur propre circonscription électorale).

  • 7 Et dont ils ne font pas mystère, selon notre étude sur les maires des municipalités québécoises de (...)

78Mais surtout, il n’existe très peu de partis politiques au niveau municipal au Canada. Les partis fédéraux et provinciaux évitent de présenter aux élections municipales des candidats officiellement identifiés à leur formation. L’échec des quelques incursions du Nouveau Parti démocratique en politique municipale (à Toronto, Vancouver et Winnipeg par exemple, à la fin des années 60 et au début des années 70) a pu suffire à les en détourner (Higgins, 1986, p. 335-339). La plupart des candidats aux élections municipales font campagne comme indépendants, même s’ils ont des attaches politiques qui sont parfois portées à la connaissance du public7. La tâche d’établir des corrélations entre les résultats des élections municipales et certaines politiques ou positions idéologiques s’en trouve compliquée. Cette absence de politisation partisane au niveau municipal, qui selon Magnusson (1983) remonte à la fin du xixe siècle, ne permet pas non plus d’attribuer un sens aux comportements électoraux.

79Il est vrai que les citoyens sont parfois invités à élire des « équipes » (dont le chef se présente comme maire), mais il s’agit de coalitions temporaires, qui se font et se défont selon les enjeux, à tout le moins dans les petites localités, car certaines villes plus importantes, en particulier au Québec, ont une courte tradition de « partis civiques ». Il s’agit invariablement de larges coalitions réunissant tous les éléments dynamiques intéressés au développement local, à la qualité de vie, à l’amélioration de la démocratie locale, etc. (Higgins, 1986).

80La banlieue n’est pas un terreau propice au développement de tels « partis civiques ». La vie politique y est dominée par des coalitions d’intérêts, d’ailleurs susceptibles de se former après les élections, en se rangeant sous la bannière de la « saine gestion ».

81Au lieu de chercher ici à distinguer entre gauche et droite, ou tenants et adversaires du développement, il serait profitable d’adopter un point de vue plus sociologique pour éclairer l’impact de la polarisation des électorats sur les choix politiques qui influencent le devenir des villes centrales et des grandes agglomérations canadiennes, d’autant plus que les dichotomies politiques surgissent au cœur même des villes centrales, en raison de leur taille.

82Enfin, nous devrons demeurer attentifs aux politiques urbaines qui prendront forme aux niveaux fédéral, provincial et municipal, à la suite des réformes organisationnelles, fiscales et budgétaires auxquelles nous avons assisté depuis dix à quinze ans.

***

83Comme les autres sociétés industrialisées, la société canadienne a évolué sous le signe de la métropolisation. La hiérarchie urbaine s’y est transformée, et elle est désormais dominée par quelques grandes agglomérations métropolitaines qui sont le moteur du développement économique, social et culturel du pays en même temps que des acteurs de premier plan sur la scène politique nationale. Le premier Forum national des grandes villes, qui a réuni en juin 2004 les 22 plus grandes villes du Canada, témoigne bien de cette évolution.

84Le système urbain canadien et son évolution vers la forme métropolitaine s’insèrent dans une dynamique nord-américaine, tout en gardant des traits spécifiques que nous avons essayé de mettre en lumière, et que nous projetons d’approfondir dans le programme de recherche esquissé ci-dessus. D’abord, la suburbanisation des villes canadiennes s’est écartée du modèle américain. Les villes-régions y sont dans l’ensemble moins polarisées que les villes-régions américaines, et les écarts intramétropolitains qu’on y observe dessinent plutôt un patchwork, lié au caractère hétérogène des quartiers tant du centre que de la périphérie. Deuxièmement, la fragmentation géopolitique des métropoles y est peu marquée, et elles sont nettement dominées par les villes centrales, sur le plan démographique à tout le moins. Dans ce contexte, il faudrait redéfinir les concepts de banlieue et de suburbain, pour tenir compte davantage des écarts socioéconomiques et du paysage urbain, et un peu moins de la fragmentation politique, afin d’aboutir à une typologie des milieux qui composent les villes-régions ou les agglomérations métropolitaines.

85Cette typologie sera d’une grande utilité pour étudier l’écologie politique de ces dernières, par l’analyse quantitative des comportements électoraux jumelée à une sociologie politique des politiques urbaines et de la gouvernance.

Notes

1 Notre traduction.

2 Voir notamment Simmons et Bourne, 1984, 1989 ; Casetti et Krakover, 1990 ; Simmons, 1991 ; Preston, 1991 ; Marshall, 1994 ; Mercer et England, 2000.

3 Les données dont nous nous servirons proviennent de Statistique Canada (commande spéciale).

4 Dans le cas des États-Unis, seules les municipalités locales dites « multifonctionnelles » (multi-purpose) ont été prises en considération. Si on tient également compte des « agences spécialisées unifonctionnelles » (special-purpose authorities), l’IFG passe à plus du double (voir Champagne et al., 2000).

5 Pour un examen plus complet, voir J.-P. Collin et M. Robertson, 2003.

6 Ils peuvent aussi être élus par l’ensemble des citoyens, comme à Vancouver.

7 Et dont ils ne font pas mystère, selon notre étude sur les maires des municipalités québécoises de plus de 5 000 habitants (http://www.vrm.ca/documents/GRIM_Bulletin5.pdf).

Table des illustrations

Titre Carte 1. Poids de la population urbanisée, 2001
Légende Source : Statistique Canada. Cartographie INRS-UCS, 2004
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Carte 2. Poids de la population métropolitaine, 2001
Légende Source : Statistique Canada. Cartographie INRS-UCS, 2004
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9454/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 1. Stades de croissance de la ville-région
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9454/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Carte 3. Population des régions métropolitaines de plus de 200 000 habitants, 2001
Légende Source : Statistique Canada. Cartographie INRS-UCS, 2004.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9454/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540