Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique et métropole

 | 
Vincent Hoffmann-Martinot
, 
Jefferey Sellers

Introduction

Jefferey Sellers et Vincent Hoffmann-Martinot

Texte intégral

1Au cours de ce xxie siècle, les régions urbaines vont devenir le cadre de vie politique, économique et sociale d’une majorité croissante de citoyens dans le monde (United Nations Commission on Human Settlement, 1996). Cette transformation se répercutera sur la culture, la vie publique et la politique de nombreux pays. Les villes sont aussi anciennes que la civilisation, et la division entre le rural et l’urbain est depuis longtemps un thème central des études consacrées à la modernisation politique. Pourtant, les sciences sociales commencent à peine à s’intéresser aux effets de la concentration de la plupart, voire de la quasi-totalité de la population à l’intérieur ou à la périphérie des centres urbains.

2La forme actuelle des régions urbaines les différencie de plus en plus des centres urbains des époques précédentes. Les démographes attachent désormais beaucoup plus d’importance aux régions métropolitaines comme forme prédominante de peuplement qu’à la simple opposition entre le rural et l’urbain. Toutes les concentrations urbaines importantes sont entourées de centres urbains liés entre eux et de zones partiellement urbanisées qui leur sont rattachées. En Europe, en Amérique du Nord et au-delà, ces zones suburbaines ou périurbaines sont souvent davantage peuplées que les villes-centres (cf. Bryant, Coppack et Mitchell, 2000 ; FOBP 2001 ; Gonen, 1995 ; Julien, 2000 ; Katz et Lang, 2003).

3De nombreuses évolutions ont contribué à transformer les villes en régions urbaines. Les concentrations urbanisées ont grandi. Les nouvelles technologies dans les moyens de transport et la communication ont augmenté la mobilité. De plus en plus d’habitants et d’entreprises ont trouvé plus économique de profiter des avantages liés aux villes-centres depuis leur périphérie. Grâce à l’amélioration constante de leurs conditions matérielles, les habitants de la classe moyenne ont réalisé qu’ils pouvaient bénéficier des aménités des petites communes rurales, sans pour autant sacrifier les avantages de la grande ville. Les résidents des classes moyenne et supérieure qui s’installent dans des zones suburbaines échappent à un contact trop étroit avec les pauvres, ruraux ou urbains. Les majorités ethniques et raciales se sont séparées des minorités et des populations immigrantes des zones urbaines plus centrales.

4Les aires métropolitaines et leurs communes apparaissent ainsi comme des contextes influençant de plus en plus la gouvernance et la politique, largement sous-estimés dans les recherches comparatives internationales existantes qui reposent généralement sur des études nationales ou des analyses de données individuelles telles que des sondages. Plusieurs publications récentes portant sur les États-Unis, ont été consacrées aux conséquences de la résidence suburbaine sur le comportement politique, qui ne peuvent pas être simplement réduites à la variation de la composition économique ou sociale des villes et des banlieues américaines (Gains-borough, 2001 ; Oliver, 2001 ; Orfield, 2002). Il apparaît que des effets liés au lieu d’habitation et aux contextes métropolitains peuvent aussi expliquer certains aspects des changements culturels enregistrés dans l’ensemble du monde développé au cours des dernières décennies (Inglehart, 1997 Clark et Hoffmann-Martinot, 2003). Cependant, ces effets ont rarement été ne serait-ce que testés en dehors des États-Unis (cf. cependant Walks, 2004a).

5De même, les recherches sur la gouvernance et la politique aux États-Unis ont porté sur les effets de la fragmentation gouvernementale et de la polarisation politique dans ce pays (voir Stephens et Wikstrom, 2000 ; Orfield, 2002 ; Feiock, 2004). Bien que les travaux sur la gouvernance métropolitaine tendent à se développer dans d’autres pays que les États-Unis (Jouve et Lefèvre, 2002 ; Baraize et Négrier, 2001), les comparaisons internationales demeurent dans ce domaine tout à fait exceptionnelles.

6Le projet de l’Observatoire international des métropoles (OIM) est né au cours de l’été 2002, alors que Jefferey Sellers effectuait un séjour en tant que chercheur étranger invité par le CNRS au CERVL-Pouvoir, Action publique, Territoire à Sciences Po Bordeaux. Il nous est alors apparu que, malgré un nombre croissant de publications sur les régions métropolitaines en Europe, les enjeux politiques de la métropolisation n’avaient donné lieu à aucun programme de recherche conséquent. Grâce à notre coopération étroite avec l’Institut de sciences sociales de l’Université de Stuttgart – qui s’est concrétisée en 2005 avec la création du Laboratoire européen associé du CNRS Comparer les démocraties en Europe (CODE) associant les politologues de Bordeaux et de Stuttgart – une première rencontre internationale de chercheurs déterminés à explorer cette problématique s’est tenue à Stuttgart le 28 septembre 2002. Au cours des mois suivants, le GRALE (Groupe de recherches sur l’administration locale en Europe) et le comité de recherche Études comparatives sur les gouvernements locaux de l’Association internationale de science politique (IPSA) ont décidé d’apporter leur soutien à la création de l’OIM sous la forme de séminaires comparatifs organisés entre 2004 et 2006. Ce projet poursuit un double objectif. Il s’agit d’une part de constituer une base de données sur l’évolution des aires métropolitaines de plus de 200 000 habitants dans 15 pays d’Amérique du Nord et d’Europe, mais aussi en Israël et en Afrique du Sud. Cette base doit également permettre d’examiner et de tester un certain nombre d’hypothèses concernant la politique dans les métropoles dans une perspective comparative internationale.

7Le premier défi que le projet OIM a dû relever a été de définir avec suffisamment de précision et de cohérence notre objet de recherche. Un inventaire des méthodes de délimitation des aires métropolitaines a vite révélé une multitude de définitions métropolitaines. Les variations de définition statistique résultaient souvent de types distinctifs d’activité métropolitaine dans des sociétés différentes (voir les tentatives initiales de méthodologie comparative déjà menées par Gibbs et Schnore en 1960, et Weiler en 1971). Plutôt que de nous priver de l’apport des précédents efforts de formulation de définitions nationales, nous avons décidé de travailler à partir de définitions officielles à peu près comparables au Canada, en France, en Suède et aux États-Unis, fondées principalement sur les échanges économiques et les migrations alternantes entre communes. Pour les autres pays, où n’existait pas de définition officielle des aires métropolitaines, les représentants de l’OIM ont eu recours à des procédures aussi proches que possible de la nomenclature canadienne.

8Cet ouvrage a été conçu comme une étude globale et comparative de l’évolution métropolitaine récente, et des changements politiques qui lui sont associés. À l’origine, en nous situant par rapport à une littérature centrée sur la réalité observée aux États-Unis, nous avons défini une problématique axée sur la correspondance entre chaque pays étudié et ce modèle. Mais il est rapidement apparu que nos résultats ne reflétaient pas une simple diffusion de schémas spatiaux caractéristiques des États-Unis. La métropolisation et nombre de ses conséquences sur la politique et la gouvernance tendent à converger dans la plupart des sociétés industrielles avancées, mais aussi dans des pays en développement. En reformulant nos objectifs analytiques, nous avons élaboré 5 hypothèses, ou séries d’hypothèses, bien distinctes, que nous avons testées à l’échelle de chaque nation considérée :

  • les aires métropolitaines, composées de villes-centres et de banlieues ou de villes proches, tendent à dominer de plus en plus les sociétés industrielles avancées (les dynamiques métropolitaines sont également de plus en plus présentes dans les pays en développement) ;

  • l’étalement urbain dans les banlieues et les communes périurbaines tend à s’accroître en termes spatiaux et démographiques ;

  • l’extension croissante au-delà des limites de la ville-centre conduit à une fragmentation de plus en plus élevée des aires urbaines ;

  • la dynamique de métropolisation s’accompagne d’une polarisation sociale et économique intramétropolitaine, en particulier entre villes-centres et périphéries ;

  • dans les banlieues, les orientations politiques sont soumises à des facteurs spécifiques de changement qui influencent la politique locale :

    • la montée des classes moyennes et moyennes-supérieures en dehors des villes-centres a créé de nouvelles bases pour les partis conservateurs ;

    • On enregistre davantage de soutien pour les indépendants et plus de volatilité électorale dans les nouvelles banlieues

    • les nouvelles banlieues se caractérisent par un déclin des niveaux de participation et d’engagement politiques.

9Dans les chapitres qui suivent, les chercheurs de l’OIM de plusieurs pays d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Israël ont essayé de vérifier l’applicabilité de ces hypothèses. Plutôt qu’une enquête exhaustive sur les mécanismes de causalité qui relient les transformations métropolitaines aux changements politiques, les résultats de ces recherches doivent être lus et interprétés comme étant de nature encore exploratoire. Nous avons en tout cas veillé à assurer un maximum de comparabilité entre ces différentes contributions en utilisant des mesures et des variables communes. Dans le chapitre de conclusion, en rassemblant une partie de ces données, nous synthétisons les structures récurrentes qui sont apparues, et traçons un certain nombre de pistes de recherche prometteuses pour l’avenir.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540