Version classiqueVersion mobile

Les périurbains de Paris

 | 
Martine Berger

Deuxième partie. Périurbanisation et division sociale de l'espace

Chapitre VII. De l'Île-de-France à la France Un quart de siècle de production pavillonnaire

Texte intégral

1À la fin des années 60, après deux décennies de production massive de grands ensembles d’habitat collectif, l’Île-de-France a été à la pointe du mouvement de reprise de la construction pavillonnaire. Trente ans plus tard, plus d’un ménage francilien sur quatre réside dans un pavillon et la moitié du parc de maisons individuelles date d’après 1968. La vague de construction pavillonnaire qui déferle sur l’Île-de-France dans les années 70 et 80 est le reflet d’un renversement des modèles d’habiter qui a affecté l’ensemble du territoire métropolitain. À l’orée du xxie siècle, plus de la moitié des ménages résidant en France métropolitaine habitent une maison individuelle dont plus de quatre sur cinq sont propriétaires.

2Durant deux décennies, de 1976 à 1996, les mises en chantier de maisons individuelles ont toujours dépassé celles des logements en immeubles collectifs. De 1978 à 1987, les pavillons ont représenté près des deux tiers des logements construits en France. La production de maisons individuelles a souffert plus tard, et moins brutalement, du ralentissement de la conjoncture. Alors que le volume des logements neufs diminuait de 20 % entre 1982 et 1989 par rapport à la période allant de 1975 à 1981, le recul a été deux fois moins important pour les pavillons. Largement touché par l’effondrement de la construction au début des années 90, le marché de la maison individuelle a connu une vive reprise avec l’apparition des prêts à taux zéro. Les pavillons construits depuis 1968 représentent désormais, en France, près de la moitié du parc de maisons individuelles offert aux ménages.

3Au cours de cet « âge d’or de la maison individuelle » (Berger, 1993d), quelle a été la place de la région parisienne ? Alors qu’en moyenne près d’un tiers de la population française habitait en 1990 dans des pavillons construits depuis à peine vingt ans, on constate que l’ampleur prise par la production pavillonnaire périurbaine est d’abord le résultat des systèmes socioéconomiques régionaux (Berger, 1986, 1989a et b). Or l’Île-de-France est un lieu de concentration de populations qualifiées et de jeunes ménages au début de leur carrière professionnelle et résidentielle, facteurs favorables à une forte demande d’habitat pavillonnaire. Mais c’est aussi une zone où le niveau très élevé des valeurs foncières, surtout lors de la flambée spéculative de la fin des années 80, risque fort de freiner la réalisation des désirs des ménages, en particulier des classes moyennes, face à la concurrence d’une clientèle de cadres plus nombreuse et plus aisée que dans d’autres régions françaises.

4Ainsi, pour mesurer l’aire d’extension périurbaine autour de Paris, il convient d’inclure un certain nombre de cantons de l’Oise, de l’Eure ou de l’Eure-et-Loir bordant l’Île-de-France. Durant les deux dernières décennies, ils ont accueilli nombre de ménages franciliens en quête de logements plus vastes et moins chers, qui résident désormais hors Île-de-France tout en continuant à y travailler. Après avoir constitué un gisement de main-d’œuvre moins coûteuse pour des établissements parisiens décentralisant leurs fonctions productives, le Bassin parisien joue désormais le rôle d’une annexe résidentielle de la capitale. L’envers de la richesse francilienne, ce n’est pas seulement les poches de pauvreté des ZUP et des quartiers d’habitat social. C’est aussi une couronne de cantons, plus dense et plus continue aux marges de la Picardie, qui accueille de plus en plus souvent des familles qui n’ont pas les moyens de devenir propriétaires en Île-de-France. C’est là aussi que le Front national réalise quelques-uns de ses meilleurs scores, auprès de populations qui se sont lourdement endettées pour réaliser leurs rêves pavillonnaires et se sentent marginalisées et fragilisées, dans la réalisation de leurs projets résidentiels, par les restructurations de plus en plus fréquentes du système productif (Grésillon, 1998).

De l’Île-de-France au Bassin parisien : vers la constitution d’une arrière-cour de la capitale ?

5En 1999, 160 000 actifs résidant dans un des huit départements du Bassin parisien limitrophes de l’Île-de-France relèvent du bassin d’emploi de la capitale. Ils représentent près des deux tiers (61,4 %) des actifs travaillant dans la région parisienne et n’y résidant pas. Deux actifs sur trois sont des hommes, près d’un sur deux réside dans l’Oise (43,6 %), près d’un sur trois dans l’Eure ou l’Eure-et-Loir (31,5 %), un sur cinq dans le Loiret, l’Aisne ou l’Yonne, alors que les flux en provenance de l’Aube ou de la Marne demeurent marginaux. Trois sur dix d’entre eux se dirigent vers Paris, un sur cinq vers le Val-d’Oise, un sur sept vers les Yvelines, un sur dix vers les Hauts-de-Seine. Par contre, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et l’Essonne n’accueillent qu’un petit nombre de navetteurs extrarégionaux. En un quart de siècle, de 1975 à 1999, l’attraction francilienne sur les départements bordiers n’a cessé de se renforcer : au cours de cette période, le flux d’actifs du proche Bassin parisien venant travailler en Île-de-France a plus que triplé. Alors que le nombre d’emplois franciliens diminuait légèrement entre 1990 et 1999 (– 33 000 environ), l’effectif des navetteurs issus de ces huit départements a augmenté de près de 20 % (+ 25 000). Il y a vingt-cinq ans, ce mouvement affectait moins de 4 % des actifs du proche Bassin parisien, il en concerne aujourd’hui environ un sur dix.

L’évolution des navettes vers l’Île-de-France

6Plus encore que la croissance des effectifs concernés, c’est la transformation qualitative de la composition de ces flux au cours des dernières décennies qui retient l’attention. Si, à vrai dire, ce rôle d’arrière-cour de la capitale joué par le Bassin parisien proche n’est pas nouveau, la nature des relations entre l’Île-de-France et les départements voisins a changé. Jadis aire d’émigration vers la capitale, le Bassin parisien a fortement contribué au peuplement de Paris et de ses banlieues avant de devenir le théâtre de migrations quotidiennes vers le marché du travail francilien. Mais, dans un premier temps, dans les années 60 en particulier, ces déplacements concernaient surtout des cadres ou des employé(e)s qui résidaient dans les villes bénéficiant des meilleures dessertes ferroviaires vers la capitale ou des trajets les moins coûteux. Aire principale de redéploiement des fonctions productives de l’industrie francilienne à l’ère des décentralisations, le Bassin parisien retenait alors sur place l’essentiel de ses actifs relevant du secteur secondaire ainsi que ceux qui occupaient des emplois tertiaires faiblement qualifiés.

7Progressivement‚ à un système d’échanges essentiellement interurbains s’est substitué un dispositif plus complexe et plus diffus, où la part des résidents des communes rurales et périurbaines du Bassin parisien dans les migrations vers le bassin d’emploi francilien n’a cessé de croître. Dans un nouveau dispositif spatial plus concentrique que radial, le rôle des infrastructures ferroviaires tend à s’effacer. En effet, plus qu’une solution temporaire aux failles du marché du travail local, les navettes vers l’Île-de-France constituent désormais un élément des stratégies résidentielles des ménages résidant dans le proche Bassin parisien. Avec la flambée des prix fonciers et immobiliers dans les années 80, la part des nouveaux installés dans le Bassin parisien venus d’Île-de-France et continuant à y travailler n’a cessé d’augmenter. Dans les années 80, parmi les actifs ayant quitté la région parisienne pour ses marges, près de la moitié y a conservé son emploi et cela se vérifie aussi, de plus en plus souvent, pour les conjointes. C’est parmi elles que la progression du taux d’emploi en Île-de-France a été la plus spectaculaire, passant de moins d’une sur quatre en 1975 à près d’une sur deux en 1990. On observe une importance croissante, dans ces flux, des actifs appartenant à des ménages modestes et/ou à des familles nombreuses, en relation avec les politiques d’aide à l’accession à la propriété (Berger, 1993b et c). Dans les années 80, employés et ouvriers constituaient plus de la moitié des actifs du Bassin parisien ayant quitté l’Île-de-France et continuant à y travailler. Près de la moitié des ménages d’immigrants et navetteurs franciliens se sont installés dans des pavillons neufs, plus de la moitié d’entre eux résident dans des communes rurales et la proportion de familles comportant trois enfants ou plus a doublé par rapport aux années 70.

8La montée en puissance de ces flux met en évidence à la fois les effets du desserrement des emplois et ses limites. L’émergence de pôles périphériques – tels que, par exemple, les villes nouvelles ou Roissy – a contribué à l’augmentation des navettes du Bassin parisien vers l’Île-de-France. Elle a sans doute incité un certain nombre de ménages franciliens en quête de logements plus spacieux et moins coûteux à s’installer plus loin du centre de l’agglomération. Au fil du temps, la montée en puissance de nouvelles zones d’activité en Grande Couronne a réduit, pour ces navetteurs lointains, la part des emplois situés à Paris. En 1999, moins de 3 actifs sur 10, parmi les migrants quotidiens du proche Bassin parisien vers l’Île-de-France, travaillent à Paris intra muros, contre près d’un sur deux (45 %) en 1975 ; moins d’un quart se dirige vers la Petite Couronne, au lieu d’un tiers en 1975. Mais la proportion de femmes ayant un emploi dans la partie la plus centrale de l’agglomération reste sensiblement supérieure à celle des hommes et décroît plus lentement. En 1982, la moitié des actives migrant vers l’Île-de-France travaillaient à Paris (contre 37 % des hommes) ; en 1999, c’était encore le cas d’un tiers d’entre elles (au lieu de 27 % parmi les hommes actifs).

9L’augmentation des flux (qui ont plus que triplé en vingt-cinq ans) renvoie à la fois à l’évolution de la localisation des activités et à celle des formes d’implantation de la population et traduit l’infléchissement des stratégies résidentielles des ménages. À côté des transformations du système productif – concentration croissante d’emplois tertiaires de type métropolitain en Île-de-France, émergence de pôles secondaires dans la région capitale et déclin des fonctions de fabrication dévolues au Bassin parisien lors des décentralisations industrielles des années 60 –, il faut aussi faire la part de l’évolution des formes d’urbanisation : étalement urbain, succès du modèle pavillonnaire et désir d’accession à la propriété. Le moteur principal de la déconcentration de l’habitat des actifs franciliens en dehors de la région parisienne a été le souhait d’accéder à de meilleures conditions de logement, en particulier de devenir propriétaire d’une maison individuelle. Ainsi, quatre cinquièmes des actifs du proche Bassin parisien travaillant en Île-de-France habitent un pavillon, trois sur quatre sont propriétaires de leur logement. On compte même 89 % de pavillonnaires et 85 % de propriétaires parmi les ménages ayant quitté la région parisienne et continuant à y travailler.

Mobilité résidentielle et navettes

10Le fort renchérissement du coût du logement en Île-de-France a progressivement reporté vers la périphérie la demande des familles les plus modestes et/ou les plus nombreuses (tableau 7-1a). Les marges de l’Île-de-France participent donc de plus en plus à la spécialisation sociale des espaces de résidence au sein d’une grande région métropolitaine. Dans la première couronne de cantons – principalement ruraux – qui jouxtent l’Île-de-France et où près d’un ménage sur cinq vient de la région parisienne, ouvriers, contremaîtres et agents de maîtrise ont représenté, dans les années 80, près d’un tiers des nouveaux installés, les employés presque autant. C’est pour devenir propriétaire d’une maison individuelle qu’on choisit, ou qu’on accepte, de s’éloigner de son lieu de travail. Dans le proche Bassin parisien, en 1990, un quart des nouveaux installés en pavillon avaient quitté la région capitale au cours des huit années précédentes, plus d’un sur cinq venait de l’agglomération parisienne. Les immigrants franciliens représentent désormais plus d’un quart des nouveaux résidents des communes rurales des huit départements. Si, comme en Île-de-France, les cadres et professions intermédiaires ont joué un rôle pionnier dans le desserrement résidentiel, le relais est pris désormais par des catégories plus modestes, qui doivent supporter le handicap de localisations rurales de plus en plus fréquentes, avec une moins bonne desserte en équipements, commerces et services, mais aussi en transports collectifs. Ce handicap pèse sans doute d’autant plus qu’une part croissante des conjointes originaires d’Île-de-France continue à y travailler. Désormais, près de la moitié d’entre elles y conservent leur emploi, et même près de deux sur trois parmi les ménages propriétaires de pavillons neufs en 1990, contre un peu plus d’un tiers en 1975.

11Élargissement de l’aire de recrutement du bassin d’emploi parisien et desserrement résidentiel des Franciliens vont de pair, conduisant à une extension de l’espace métropolisé (cartes 7-1 et 7-2). Cet étalement de la région urbaine parisienne témoigne de l’inadéquation des limites administratives régionales lorsqu’il s’agit de décrire la réalité d’un grand bassin d’emploi. Cependant, le desserrement progressif – et sélectif – des emplois vers la Grande Couronne tend à modifier les comportements de déplacement. Contrairement à ce qu’on peut observer en Ile-de-France, les actifs du Bassin parisien qui travaillent en région parisienne parcourent, en 1999, des distances domicile-travail légèrement inférieures à celles observées en 1982 et 1990 (tableau 7-1b). Mais la légère diminution des distances moyennes parcourues pour aller travailler en Île-de-France ne doit pas faire illusion. D’un recensement à l’autre, la proportion d’actifs se dirigeant vers une commune de l’agglomération parisienne augmente et ce n’est pas seulement le résultat d’un élargissement de ses limites administratives.

7-1 Résider dans le Bassin parisien, travailler en Île-de-France

7-1a Caractéristiques des ménages du proche Bassin parisien dont la personne de référence travaille en Île-de-France, selon l’origine et le type de logement

Caractéristiques des ménagesou des logements

Ensemble des ménages

Ménages habitant des pavillons neufs

venus*d’Île-de-France

non originairesd’Île-de-France

venus*d’Île-de-France

non originairesd’Île-de-France

1982

1990

1982

1990

1982

1990

1982

1990

Catégorie socioprofessionnellede la personne de référence (en %)

Exploitants, ouvriers agricoles

0,3

0,4

0,5

0,5

0,2

0,2

0,1

0,2

Patrons de l’industrie et du commerce

5,0

5,1

3,0

3,7

3,6

2,8

1,8

2,9

Cadres, professions intellectuelles supérieures

20,8

16,6

23,2

24,3

16,2

11,1

24,4

20,2

Professions intermédiaires

29,0

25,6

27,4

27,5

32,5

27,2

33,0

27,2

Employés

15,3

17,0

13,4

12,6

15,0

17,1

10,2

13,4

Ouvriers qualifiés

24,7

28,7

23,9

25,1

28,4

35,1

25,0

30,3

Ouvriers non qualifiés

4,9

6,6

8,6

6,3

4,1

6,5

5,5

5,8

% de ménages

sans enfants

26,5

25,7

32,1

30,4

17,5

11,7

16,2

12,4

ayant 1 ou 2 enfants

56,7

49,0

51,2

53,3

63,4

51,7

62,5

58,5

ayant 3 enfants ou plus

16,8

25,3

16,7

16,4

19,1

36,7

21,3

29,1

% de ménages résidant dans

des communes rurales

57,9

53,0

35,6

36,1

59,3

53,5

46,9

47,0

des unités urbaines de - 5 000 habitants

12,0

12,3

9,9

9,3

14,7

15,0

10,2

10,0

unités urbaines de + 20 000 habitants

16,5

19,9

40,2

36,9

9,9

15,4

27,2

26,2

Sources  : Recensements de la population de 1982 et 1990 (1/4).
Champ : personnes de référence actives occupées.
*Personnes de référence en Île-de-France au recensement précédent.

7-1b Distances domicile-travail parcourues par les résidents du proche Bassin parisien travaillant en Île-de-France en 1990

Lieux de travail en Île-de-France

Actifs stables*

Nouveaux installés**

km

%

km

%

Ensemble

61,2

59,9

Actifs travaillant

dans l’agglomération parisienne

70,0

78,0

66,7

82,0

dont Paris

74,8

36,4

73,2

34,5

dans les communes rurales

4,0

3,0

dans les autres unités urbaines

18,0

15,0

Source  : RGP 1990, sondage au 1/4.
*Résidant dans le même logement en 1982 et 1990.
**Ayant changé de résidence depuis 1982.

12En effet, alors que les villes petites et moyennes d’Île-de-France sont de moins en moins attractives, les déplacements quotidiens s’organisent de plus en plus nettement selon de grandes radiales. Une part croissante des actifs originaires de l’Île-de-France installés dans le Bassin parisien conserve un emploi dans le département de résidence antérieure. Alors que plus de la moitié des navetteurs du Bassin parisien gagnent l’Île-de-France en voiture, le maillage des grands axes routiers conduisant au cœur du système métropolitain n’a cessé d’être renforcé. Mais la persistance d’effets de barrière dans les champs migratoires est peut-être due tout autant à la spécialisation des bassins d’emploi et à l’accroissement du marquage social des territoires qu’au dispositif des infrastructures de circulation.

13Tout comme les navettes, les mobilités résidentielles entre l’Île-de-France et le Bassin parisien augmentent : plus qu’une diffusion des migrants, c’est une polarisation croissante des destinations qu’on observe. Certes, le nombre de cantons du proche Bassin parisien envoyant plus d’un actif sur dix travailler en Île-de-France a plus que doublé entre 1975 et 1990. La part croissante de ceux qui résident dans l’espace rural contribue aussi à donner l’impression d’un étalement de la périurbanisation. Mais cet élargissement apparent du recrutement s’accompagne d’une concentration des apports : plus de la moitié des migrants quotidiens vers l’Île-de-France viennent désormais de cantons envoyant plus d’un cinquième de leurs actifs en région parisienne. Le moteur principal du desserrement résidentiel des Franciliens vers les départements bordiers comme vers la Grande Couronne est bien le souhait d’une maison individuelle, qui n’est réalisable, pour les plus modestes, qu’à l’extérieur de la région capitale. Mais s’il a pris une telle ampleur, c’est parce que, parallèlement, les emplois se sont eux aussi déconcentrés, principalement en direction de l’ouest et du nord-ouest. Ce mouvement a contribué à rendre plus acceptables les distances et les durées des parcours entre domicile et lieu de travail, mais aussi à accentuer les déséquilibres entre l’est et l’ouest au sein du système métropolitain.

14À quelque échelle qu’on se place, le peuplement pavillonnaire périurbain constitue un segment essentiel de la division sociale de l’espace et il apparaît de plus en plus arbitraire de séparer les villes des campagnes lorsqu’on analyse des formes d’implantations résidentielles des groupes sociaux. En région parisienne, la distance au centre de l’agglomération capitale, riche en emplois et en équipements, est un facteur beaucoup plus discriminant du profil social des communes. À une même distance de Paris, villes et campagnes abritent à peu près les mêmes proportions de cadres, de professions intermédiaires et d’ouvriers. Seuls les employés restent plus nettement concentrés en ville, dans le parc collectif locatif, compte tenu de la structure particulière de leurs ménages (plus forte proportion de jeunes adultes et de personnes seules). La situation n’est pas sensiblement différente en province, même si l’accès au parc pavillonnaire et à la propriété y est plus aisé pour des catégories plus modestes.

Pavillonnaires en Île-de-France, pavillonnaires en province : des itinéraires différents d’accession à la propriété

15Si la région parisienne a fait figure de pionnière dans le renversement de modèle d’habitat qui marque le dernier quart du xxe siècle, l’offre de logement a été considérablement modifiée dans l’ensemble des villes et des campagnes françaises. En 1990, les pavillons datant d’après 1968 abritaient 42 % de la population des communes rurales. Celles-ci ont recueilli 41 % des constructions de maisons individuelles réalisées au cours de cette période. L’essor continu des constructions neuves dans les campagnes depuis la fin des années 60 a répondu à plusieurs types de besoins (Berger et Bontron, 1993). D’une part, il a permis d’accueillir une population d’origine urbaine. D’autre part, il a contribué au renouvellement de l’habitat ancien, vétuste ou difficilement adaptable aux nouvelles exigences de confort, qui est progressivement désaffecté. Il s’agit donc pour partie d’un phénomène de rattrapage après une longue période durant laquelle le volume de la construction avait été particulièrement faible dans les campagnes françaises.

16On constate ainsi qu’une part croissante du peuplement des logements ruraux neufs relève de mouvements de redistribution internes à l’espace rural et s’effectuant souvent à très courte distance. Entre 1982 et 1990 par exemple, la moitié des nouveaux installés à la campagne dans des pavillons neufs habitaient déjà dans une commune rurale, et pour la moitié d’entre eux, dans la même commune. Il ne faut donc pas attribuer aux seuls phénomènes d’exurbanisation, de revalorisation de la campagne et du local, la demande de logements neufs dans l’espace rural. L’arrivée de jeunes ménages urbains et la revitalisation des campagnes qui en résulte ont aussi encouragé les ruraux à rester au village et à y faire construire des logements plus confortables.

17Dans l’ensemble de la production pavillonnaire des trente dernières années, les espaces périurbains d’Île-de-France présentent certaines particularités. Parmi les nouveaux acquéreurs de maisons individuelles, les ménages franciliens étaient déjà 1,5 à 2 fois plus souvent propriétaires de leur logement précédent – mais résidaient auparavant 1,5 à 2 fois moins souvent en pavillon – que les provinciaux (tableau 7-2a). Environ un ménage pavillonnaire francilien sur quatre vient du parc locatif à loyer libre, un sur quatre quitte un logement HLM, alors qu’un quart des provinciaux étaient déjà locataires d’une maison individuelle. Les Franciliens financent plus souvent l’acquisition d’un pavillon par la revente (ou la mise en location) d’un appartement, mais aussi, de plus en plus fréquemment, d’un autre pavillon. Ceci est particulièrement net au tournant des années 90 : la flambée des prix immobiliers a réduit considérablement, alors, la part des primo-accédants. Toutefois, en province comme en région parisienne, l’occupation gratuite du logement précédent a pu fonctionner pour une part non négligeable des ménages comme un tremplin à l’acquisition, lors de la phase de constitution de l’épargne.

18Mais la différence essentielle entre pavillonnaires parisiens et provinciaux est leur composition sociale. Les cadres sont proportionnellement deux fois plus nombreux en Île-de-France qu’en province, les ménages de professions intermédiaires, 1,5 fois plus nombreux. Si la part des employés (environ un ménage sur dix) diffère peu, ouvriers, retraités et inactifs sont toujours moins présents en Île-de-France qu’en province parmi les nouveaux acquéreurs d’une maison individuelle. Le calendrier d’accession à la propriété pavillonnaire est aussi sensiblement différent en région parisienne. Le démarrage y est plus tardif pour les catégories plus modestes (ouvriers, couples biactifs ouvrier-employée) et la réalisation de leurs projets immobiliers est beaucoup plus sensible à la conjoncture économique générale. La flambée des prix immobiliers observée au tournant des années 90 se traduit, en Île-de-France, par une forte réduction des entrées d’ouvriers dans le parc pavillonnaire en propriété entre 1988 et 1992. Par contre, entre 1992 et 1996, la stabilisation des prix se traduit par un certain rattrapage et surtout par un regain des départs du parc HLM vers la propriété pavillonnaire (tableau 7-2b).

  • 1 Pour la définition des différents types d’espace (communes urbaines et rurales, ZPIU, zonage en air (...)
  • 2 Selon l’ENL (Enquête nationale sur le logement) de 1996, 45 % des ouvriers et 58 % des cadres sont (...)

19L’analyse de la distribution des groupes sociaux dans le parc pavillonnaire francilien fait apparaître de fortes ressemblances entre communes urbanisées et communes encore rurales, dès lors qu’on introduit comme variable explicative la distance à Paris. S’il n’a pas été possible de mesurer, sur l’ensemble du territoire métropolitain, l’effet de la plus ou moins grande proximité des villes sur le profil social des propriétaires de maisons individuelles, l’appartenance des communes aux aires d’influence urbaine dessinées par les navettes quotidiennes permet de prendre en compte cet effet de distance à la ville1. Si l’accession à la propriété d’un pavillon est progressivement devenue, surtout pour les ménages ayant des enfants, un modèle interclassiste, il n’est toutefois pas étonnant d’observer parmi les propriétaires de pavillons un fort gradient social entre les espaces ruraux et les pôles urbains (tableau 7-3a). Moins coûteux – à la fois parce que le prix du terrain est plus bas à la campagne et parce que les constructions y sont plus souvent réalisées sur des parcelles déjà possédées ou héritées –, les pavillons ruraux attirent en plus grande proportion des catégories moins aisées. Si désormais près de la moitié des ouvriers sont propriétaires de leur logement2, cette acquisition n’a été possible pour eux que dans l’espace rural, où ils étaient souvent propriétaires ou héritiers d’un terrain (tableaux 7-3e et 7-3f).

20Le développement d’un modèle interclassiste de l’habitat pavillonnaire suppose en effet une large gamme de prix fonciers qui découle en partie de la taille des unités urbaines et de l’inégale distance au centre-ville. En règle générale, les plus aisés parviennent à se loger plus près du centre d’un pôle d’emploi, les moins aisés sont contraints de se loger plus loin, s’ils souhaitent accéder à la propriété d’une maison individuelle. Pour eux, l’installation à la campagne est sans doute plus souvent acceptée que réellement souhaitée. En tenant compte de la taille des agglomérations urbaines, de la différence entre villes centres et banlieues, et de l’appartenance des communes rurales aux ZPIU, on peut affiner la description du gradient social au sein du parc pavillonnaire (tableaux 7-3c et 7-3d). La proportion de cadres croît avec la dimension de l’unité urbaine, celle des ouvriers et des ménages retraités et inactifs décroît : plus la ville occupe une position élevée dans la hiérarchie urbaine, plus sa main-d’œuvre est qualifiée. Les communes de banlieue ont toujours une structure plus jeune que les centres-villes. La distance au centre-ville, ou à la grande ville, règle le niveau des coûts fonciers, l’accessibilité aux équipements et aux emplois les plus qualifiés et/ou les moins fragiles.

7-2 La mobilité des ménages vers le parc individuel en propriété

7-2a Les trajectoires vers le parc pavillonnaire en propriété ou en accession

Caractéristiquesdu logement précédentou CSP du ménage*

1979-1984

1984-1988

1988-1992

1992-1996

Île-de-France

dont intraÎle-de-France

horsÎle-de-France

Île-de-France

dont intraÎle-de-France

horsÎle-de-France

Île-de-France

dont intraÎle-de-France

horsÎle-de-France

Île-de-France

dont intraÎle-de-France

horsÎle-de-France

% propriétaires

39,0

40,0

23,6

37,4

37,9

24,9

45,7

45,8

30,6

40,5

37,3

29,6

% maisons individuelles

24,8

24,2

43,9

27,3

23,7

46,5

28,9

27,7

49,5

34,1

32,4

48,9

% logés gratuitement**

5,7

5,6

8,9

7,9

7,0

7,2

7,2

7,6

8,6

4,8

4,5

7,4

Collectif loyer libre

22,3

21,7

17,4

22,4

23,7

18,7

24,0

23,1

19,4

21,9

21,3

17,8

Collectif secteur HLM***

24,2

24,3

25,0

21,6

22,7

21,4

16,3

18,7

15,3

24,7

25,0

17,2

Collectif en propriété

24,7

26,1

7,1

24,3

25,3

6,7

24,5

25,4

8,5

16,9

17,4

8,9

Individuel locatif****

8,6

8,1

23,5

10,6

8,7

25,6

6,7

6,2

23,9

7,6

7,8

26,2

Individuel en propriété

14,0

13,7

15,5

13,2

12,6

16,5

20,3

19,6

20,3

23,7

21,4

19,3

Solde entrées-sorties

91 515

25 265

752 241

72 385

25 263

523 724

26 957

19 637

270 190

31 180

54 442

313 575

Flux du parc collectif HLM versl’individuel en propriété

39 336

37 245

335 608

33 255

32 961

221 572

22 639

22 532

137 022

38 004

37 650

168 111

CSP de la personne de référence

Cadres

24,9

23,5

11,3

27,7

25,8

13,0

25,9

25,3

14,3

24,6

22,0

13,8

Professions intermédiaires

31,0

31,3

21,1

23,4

24,5

17,9

28,1

27,8

19,3

30,1

29,9

22,8

Employés, pers. de services

9,8

9,6

10,5

8,8

9,3

10,9

11,6

11,8

9,8

11,5

10,4

10,2

Ouvriers

19,6

20,0

30,4

24,2

25,6

28,8

11,7

12,3

24,2

17,6

20,1

26,8

Retraités et inactifs

10,6

10,3

17,0

8,1

6,5

19,6

12,0

11,4

22,3

8,2

8,3

17,8

Sources  : ENL 1984, 1988, 1992, 1996.
Champ : ensemble des ménages mobiles ayant déjà un logement personnel.
*Les % se lisent en colonne.
**Par la famille ou par l’employeur.
***Y compris locatif social.
****Y compris HLM.

7-2b Les ménages franciliens quittant un logement HLM

Destinations (%)

1979-1984

1984-1988

1988-1992

1992-1996

Maison individuelle

25,4

33,8

23,5

26,3

Propriété ou accession

31,1

34,1

24,5

26,9

Locatif non HLM

18,5

13,1

17,8

16,5

Locatif HLM

44,1

46,0

49,5

52,0

Même commune

44,0

40,5

42,6

48,6

Sources  : ENL 1984, 1988, 1992, 1996.
Les % se lisent en colonne.

21Le zonage en aires urbaines permet de préciser le rôle des bassins d’emplois dans la structuration sociale du territoire par les valeurs foncières. Les contrastes apparaissent encore plus nets si l’on prend en compte les seuls actifs salariés, relevant d’un marché du travail de plus en plus unifié, de moins en moins marqué par la dichotomie entre villes et campagnes. Alors qu’en 1975, 57 % des actifs travaillaient dans leur commune de résidence, ils n’étaient plus que 42 % en 1990 et la majeure partie des navetteurs ruraux occupaient des emplois urbains (Massot, Orfeuil et Madre, 1995 ; Massot et Orfeuil, 1995 ; Massot, 1998). Alors que l’emploi agricole s’effondre, l’espace rural, traditionnellement déficitaire en emplois, le devient de plus en plus : il offrait potentiellement des emplois à 7 ruraux sur 10 en 1975, à 1 sur 2 à peine en 1990. Les navettes quotidiennes entre les campagnes et les villes concernent une grande partie des actifs ruraux, mais aussi une fraction croissante de ceux qui fréquentent, pour se ravitailler, des commerces des zones d’activité de plus en plus souvent situées à la périphérie des villes.

22Il existe donc des relations évidentes entre la structure socioprofessionnelle des populations résidentes, le coût des logements (en particulier des maisons individuelles, de plus en plus prisées par les familles ayant des enfants) et la zonation du territoire français fondée sur la distance à la ville et la taille des agglomérations urbaines. Le principal facteur de différenciation sociale, parmi les propriétaires de pavillons comme pour l’ensemble des ménages, semble bien être l’inégale accessibilité aux différentes catégories d’emplois. Pour rendre compte de la structure sociale des espaces résidentiels, la distribution interrégionale et interurbaine du travail et des qualifications constitue donc une entrée aussi, sinon plus pertinente que la dichotomie entre villes et campagnes. Cela se vérifie en particulier pour le segment le plus récent du parc de logement, les pavillons apparus depuis la fin des années 60, avec l’industrialisation de la construction.

7-3 Les propriétaires de pavillons en France

7-3a Catégories socioprofessionnelles des propriétaires de pavillons en France selon le type de commune (1990)

23En % de l’ensemble des ménages

CSP de la personne de référence

Communes rurales

Communes urbaines

Espace rural

Espace multi-polarisé

Péri-urbain

Pôles urbains

Agriculteurs

4,1

0,8

4,1

1,9

1,9

0,5

Patrons industrie et commerce

7,5

7,3

7,1

6,5

7,4

7,0

Cadres

5,6

11,5

4,1

6,6

9,9

12,5

Professions intermédiaires

11,0

14,7

8,7

13,6

16,4

14,9

Employés

5,4

6,9

5,4

6,3

7,7

7,8

Ouvriers

23,4

19,5

23,6

28,3

25,8

20,0

Retraités, inactifs

43,0

39,3

39,3

36,8

30,9

37,3

24En % des ménages actifs non agricoles

CSP de la personne de référence

Communes rurales

Unités urbaines

Espace rural

Espace multi-polarisé

Péri-urbain

Pôles urbains

Patrons industrie et commerce

14,4

12,2

16,8

11,1

11,4

11,8

Cadres

10,8

19,2

9,1

11,3

15,2

21,3

Professions intermédiaires

21,3

24,7

18,8

23,5

25,6

25,2

Employés

10,4

11,6

10,3

9,9

11,2

11,8

Ouvriers

43,1

32,2

45,0

44,2

36,8

30,0

Source  : RGP 1990 (1/4).
Champ : France métropolitaine.
Unités urbaines et communes rurales (col. 1-2).
Zonage en aires urbaines (col. 3-6).
Les profils (en %) sont calculés par types de communes ou d’espace. Les sommes en colonne sont égales à 100.

7-3b Coefficients de corrélation des catégories socioprofessionnelles des propriétaires de pavillons entre types de communes (1990)

CSP de la personne de référence

Communes rurales/ unités urbaines

Pôles urbains/ périurbain*

Périurbain*/ espace rural

Pôles urbains/ espace rural

Patrons industrie et commerce

0,72

0,84

0,30

0,30

Cadres

0,89

0,80

0,40

0,29

Professions intermédiaires

0,81

0,63

0,42

0,33

Employés

0,40

0,68

0,41

0,26

Ouvriers

0,80

0,68

0,62

0,53

Retraités, inactifs

0,72

0,34

0,55

0,40

Source  : RGP 1990 (1/4).
Champ : France métropolitaine, par département.
*Selon le zonage en aires urbaines ; l’espace périurbain inclut ici l’espace multipolarisé.
On compare les proportions de propriétaires de pavillons appartenant à chacun des six groupes socioprofessionnels, calculées dans chaque département (sauf Paris et la Petite Couronne) par types d’espaces ou de communes. Le coefficient de corrélation mesure, pour chaque CSP, le degré de ressemblance entre ses distributions dans deux types d’espaces ou de communes, dans l’ensemble des départements.

7-3c Catégories socioprofessionnelles des propriétaires de pavillons en France selon la taille des unités urbaines (1990)

CSP de la personnede référence (en %)

Communesrurales

Villes demoins de5 000 hab.

Villesde 5 000 à9 999 hab.

Villes de10 000 à19 999 hab.

Villes de20 000 à49 999 hab.

Villes de50 000 à99 999 hab.

Villes de100 000 à199 999 hab.

Villes deplus de200 000 hab.

Agglomérationparisienne

Agriculteurs

4,1

1,8

1,5

0,9

0,8

0,6

0,5

0,4

0,1

Patrons industrieet commerce

7,5

7,7

7,4

7,2

7,4

6,9

6,3

7,0

8,2

Cadres

5,6

6,8

7,7

8,3

9,2

9,6

10,2

13,7

22,2

Professions intermédiaires

11,0

12,4

13,0

13,7

13,8

14,9

15,1

16,1

16,9

Employés

5,4

6,1

6,3

6,6

7,1

7,7

7,4

7,4

6,6

Ouvriers

23,4

23,2

22,1

21,6

19,6

19,8

19,5

18,2

13,8

Retraités, inactifs

43,0

42,0

43,0

41,7

42,1

40,5

40,4

37,2

32,2

Source  : RGP 1990 (1/4).
Champ : France métropolitaine.
Les profils sont calculés par classe de taille d’unités urbaines. Les % se lisent en colonne.

7-3d Catégories socioprofessionnelles des propriétaires de pavillons en France selon la taille et le type de commune (1996)

CSP de la personnede référence (en %)

Communesruraleshors ZPIU

Communesruralesen ZPIU

Centrepetites villes

Banlieuepetites villes

Centrevillesmoyennes

Banlieuevillesmoyennes

Centregrandesvilles

Banlieuegrandesvilles

IDFGrandeCouronne*

IDFPetiteCouronne*

Agriculteurs

11,6

3,1

1,0

1,2

1,1

0,7

0,2

0,2

ns

ns

Patrons industrieet commerce

6,3

6,8

5,9

7,4

4,8

5,3

3,4

5,9

6,6

8,9

Cadres

1,4

5,1

8,6

7,1

10,0

7,3

14,7

13,6

21,0

20,1

Professions intermédiaires

5,9

11,9

11,1

14,8

13,7

18,4

15,0

17,0

21,1

14,9

Employés

5,6

6,4

8,1

7,2

8,2

8,2

6,8

8,0

8,0

6,3

Ouvriers

14,4

23,9

19,6

19,7

13,7

18,3

11,7

17,3

10,5

12,3

Retraités, inactifs

54,8

42,7

45,6

42,5

48,5

41,7

48,2

37,9

32,6

37,4

Source  : ENL 1996.
Champ : France métropolitaine.
Les profils sont calculés par type d’espace. Les % se lisent en colonne. ns : données non significatives.
Petite ville : moins de 50 000 habitants ; ville moyenne : 50 000 à moins de 200 000 habitants ; grande ville : 200 000 habitants ou plus.
*Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne, Val-d’Oise.
**Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne.

7-3e Prix des maisons individuelles construites en France et mode d’acquisition des terrains (1992 -1996)

Type de commune

Prix en francs

% de terrains possédés ou hérités

Île-de-France

Province

Île-de-France

Province

Pôles urbains

1 194 938

801 806

4,0

7,0

Espace périurbain et multipolarisé

941 067

730 836

3,0

15,8

Espace rural

ns

677 252

ns

17,1

Communes rurales hors ZPIU

ns

710 454

ns

34,9

Communes rurales en ZPIU

860 842

688 882

ns

17,8

Centre de petite ville

1 026 824

768 955

6,6

9,2

Banlieue de petite ville

881 423

644 320

ns

11,5

Centre de ville moyenne

ns

848 856

ns

10,1

Banlieue de ville moyenne

890 852

598 88

ns

3,0

Centre de grande ville

945 938

15,3

Banlieue de grande ville

848 647

5,1

Petite Couronne*

1 306 245

9,0

Grande Couronne**

1 194 347

1,5

Source  : ENL 1996.
Champ : France métropolitaine.
ns : données non significatives.
Petite ville : moins de 50 000 habitants ; ville moyenne : 50 000 à moins de 200 000 habitants ; grande ville : 200 000 habitants ou plus.
*Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne.
**Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne, Val-d’Oise.

7-3f Filières de production des maisons individuelles construites en France selon le type de commune (1992-1996)

Mode de construction

Communes rurales hors ZPIU hors IDF

Communes rurales en ZPIU hors IDF

Villes de moins de 50 000 habitants hors IDF

Villes de 50 000 à 199 999 habitants hors IDF

Villes de plus de 200 000 habitants hors IDF

Agglomération parisienne

Autoconstruction

13,1

8,7

9,3

5,5

6,1

6,7

Construction par artisan, entreprise BTP

64,9

57,3

54,6

49,4

41,7

23,9

Maison sur catalogue :

– terrain possédé ou hérité

-

5,8

9,6

1,0

1,5

5,0

– terrain acheté personnellement

12,4

21,8

19,3

27,2

25,8

17,6

– terrain acheté à société, isolé

-

0,7

0,8

1,9

-

1,3

– terrain acheté à société, lotissement

-

2,0

2,2

5,3

6,8

9,6

Achat clés en main à promoteur

9,6

3,7

4,2

9,6

18,1

35,9

Source  : ENL 1996.
Champ : France métropolitaine.
Les parts relatives des différentes filières de production sont calculées par type d’espace, les % se lisent en colonne.

Division interrégionale du travail et combinaisons sociales dans le parc pavillonnaire

25Dès lors qu’habiter une maison individuelle est devenu – en particulier grâce aux politiques publiques d’aide à l’accession à la propriété – un modèle auquel aspire une large fraction des ménages ayant des enfants, la diversité des clientèles du parc pavillonnaire s’accentue. Certes, il semble bien que le modèle pavillonnaire périurbain ait été porté au départ par des ménages appartenant aux couches moyennes voire aisées, en particulier par les plus mobiles d’entre elles, celles qui ont pu constituer le plus rapidement le capital de base nécessaire à l’acquisition, disposer d’une aide familiale et bénéficier de la plus grande variété de crédits bancaires. Mais progressivement, ce modèle s’est imposé à des catégories plus modestes comme la seule alternative offerte – compte tenu des politiques publiques – aux ménages souhaitant disposer de plus d’espace pour se loger et désireux de quitter le parc collectif locatif, en particulier les quartiers de grands ensembles, de plus en plus considérés comme des lieux dévalorisés de mélange social.

26Pour beaucoup de ménages des couches moyennes et modestes, l’entrée dans le parc pavillonnaire en propriété est considéré, outre les avantages qu’offre la maison individuelle à la vie des différents membres de la famille (Haumont 1966 ; Haumont et Raymond, 1966 ; Bernard, 1992 et 1995 ; Pinson et Thomann, 2002), comme le moyen d’acquérir un patrimoine et de manifester qu’une étape est franchie dans l’ascension sociale. Cela est particulièrement net pour les contremaîtres et agents de maîtrise, souvent issus de la classe ouvrière. C’est dans ce groupe qu’on rencontre la plus forte proportion de ménages propriétaires d’un pavillon, sans doute parce qu’à défaut d’un réel pouvoir dans la sphère du travail, l’accession à la propriété fait figure de symbole de la promotion acquise. Mais aussi parce qu’elle est plus aisée là où les coûts fonciers sont bas, dans les espaces ruraux ou périurbains où les maisons individuelles constituent 95 % du parc de logements.

27De plus, la généralisation des programmes livrés clés en main par des promoteurs et des achats de maisons sur catalogue, accompagnés de la fourniture par le vendeur d’un terrain dans un lotissement, a rencontré le désir de plus en plus répandu dans tous les groupes sociaux de constituer des communautés de pairs, bénéficiant de revenus assez proches (au moins lors de l’acquisition du bien immobilier) et de modes de vie relativement similaires. Alors même que l’équipement automobile des ménages augmentait leur degré de liberté à l’égard des lieux d’emploi, la recherche d’une plus grande homogénéité sociale des lieux de résidence et de la proximité de certaines qualités d’équipements scolaires, commerciaux ou de loisirs, a conduit à un renforcement de la division sociale des territoires.

28Si, à grande échelle, la déconnexion entre le profil social des lieux de résidence et celui des emplois qui s’y localisent est de plus en plus nette, à moyenne échelle, les contrastes majeurs dans la distribution des couches sociales s’expliquent en grande partie par l’évolution de la division interrégionale du travail. En effet, observés au niveau du département, les profils socioprofessionnels des propriétaires de pavillons sont plus proches entre villes, couronnes périurbaines et espaces ruraux d’un même département qu’entre deux départements. Le degré de ressemblance entre les profils socioprofessionnels des propriétaires de pavillons dans les espaces ruraux, périurbains et urbains d’un même département, mesuré par les coefficients de corrélation linéaire, est très élevé. Ainsi on observe toujours de très fortes corrélations entre la proportion d’ouvriers propriétaires de pavillons dans les communes urbaines, périurbaines, et rurales d’un même département, et il en est de même pour les ménages de cadres (tableau 7-3b, graphique 7-3).

29Cela se comprend aisément : villes et campagnes d’un même département participent d’un même marché du travail, d’un même système d’habitat et d’emploi. L’éventail social des propriétaires est le reflet des types d’emplois et de qualifications qu’offre l’économie locale, et, secondairement, de la fonction d’accueil de retraités que jouent certaines régions : retours au pays, installation dans d’ex-résidences secondaires, migrations vers le Sud… Ainsi la composition sociale des ménages pavillonnaires reflète à la fois la structure du marché du travail régional et le type de commune de résidence (pôle urbain, espace périurbain ou multipolarisé, espace rural). C’est dans les espaces périurbains, au sens large, que la construction pavillonnaire a été la plus vigoureuse depuis la fin des années 60. Sa clientèle est à la fois constituée d’« exurbains » – plus souvent issus des banlieues que des centres-villes – et de ruraux qui ont cessé de quitter la campagne quand ils accèdent à des emplois urbains.

30Ainsi, deux facteurs principaux rendent compte des écarts de profil social dans le parc pavillonnaire. D’une part, l’effet local ou régional : les profils sociaux régionaux sont commandés par les nouvelles formes de division interrégionale du travail et sont plus différents entre eux que ne le sont l’urbain et le rural d’une même région. D’autre part, la distance au centre-ville qui règle le niveau des coûts fonciers. La typologie des profils socioprofessionnels départementaux des pavillonnaires révèle les mêmes clivages spatiaux, la même distribution régionale, qu’il s’agisse des espaces ruraux ou des aires urbaines.

31L’ouest de l’Île-de-France s’individualise nettement par la sur-représentation des cadres et professions intermédiaires, les faibles proportions d’ouvriers et de retraités, dans l’ensemble du parc pavillonnaire comme dans ses segments les plus récents (cartes 7-4 et 7-5). S’en rapprochent l’est francilien, une partie de l’Alsace et une grande région Rhône-Alpes, ainsi que les aires urbaines des grandes métropoles de la France du Sud, avec un peu plus de couches moyennes, peu de retraités et plus d’ouvriers. À ce type se rattachent les segments les plus récents du parc pavillonnaire dans le Nord-Pas-de-Calais. En effet, professions intermédiaires et ouvriers sont souvent associés dans les espaces périurbains des vieilles régions industrielles et urbaines de la France du Nord et de l’Est, où les couches moyennes ont fui le parc collectif issu de la première révolution industrielle et les grands ensembles de la reconstruction ou des années 60.

32Dans les régions méditerranéennes, ainsi qu’en Midi-Pyrénées, les retraités sont beaucoup plus nombreux – qu’ils soient natifs, de retour au pays, ou plus récemment installés –, de même que les employés et les patrons de l’industrie et du commerce, alors que les ouvriers sont nettement sous-représentés dans ces espaces restés largement à l’écart de la révolution industrielle. Au nord de la Loire, les départements du Bassin parisien, marqués par les décentralisations industrielles et l’emploi ouvrier des établissements de fabrication, s’opposent au Grand Ouest, où les agriculteurs restent plus nombreux et ont quitté les vieux bâtiments d’exploitation pour améliorer leurs conditions de logement, souvent à l’occasion de la décohabitation des générations. Dans les campagnes du Grand Ouest, les ouvriers sont également plus nombreux dans le parc pavillonnaire que ne le laisserait penser leur part dans la population régionale. Souvent d’origine rurale – voire agricole – récente, ils ont pu disposer par héritage ou donation d’un terrain à bâtir. Dans la région Rhône-Alpes, au contraire, la classe ouvrière, issue pour partie de l’immigration, est restée plus souvent dans le parc locatif urbain. Le départ des couches moyennes fuyant les vieux quartiers industriels pour des pavillons périurbains y a accru l’offre de logements disponibles dans les quartiers centraux ou péricentraux des villes petites et moyennes ainsi que dans les banlieues des grandes villes, mais il a contribué à renchérir l’accès aux pavillons ruraux.

33C’est donc à la lumière de l’organisation actuelle des marchés régionaux du travail, mais aussi des héritages urbanistiques des siècles passés, qu’on peut interpréter le rôle inégal du parc pavillonnaire récent dans la division sociale de l’espace. Les spécificités socioéconomiques des villes et des trames urbaines régionales ont joué un rôle essentiel dans le volume de la construction de maisons individuelles à la périphérie des villes.

34Les cas de Grenoble, Toulouse ou Montpellier, souvent étudiés du fait de la vigueur de l’essor périurbain, renvoient au dynamisme d’économies urbaines faisant appel à une main-d’œuvre qualifiée, voire très qualifiée, nourrie par des échanges migratoires interrégionaux importants, vecteurs de la diffusion de certains modèles d’habiter et de consommer. Dans la France du Sud mais aussi autour de certaines grandes villes de la France de l’Ouest, l’existence de quartiers péricentraux moins dégradés que dans les régions fortement marquées par la première révolution industrielle a limité l’ampleur de la croissance périurbaine. Comme le souligne M. Wiel (1999 et 2000), le maintien d’une certaine mixité de l’habitat dans ces quartiers a sans doute contribué à freiner le déversement des couches moyennes vers la périphérie.

35La comparaison des formes de la périurbanisation autour des grandes villes françaises met en évidence la variété des rythmes, mais aussi des types des clientèles pavillonnaires, en relation avec les dynamiques actuelles des systèmes socioéconomiques régionaux, les héritages de cycles d’urbanisation plus anciens, mais aussi la diversité des trames foncières et des systèmes agricoles. Dans les agglomérations les moins attractives pour les branches d’activité en croissance, les salaires sont moins élevés et la clientèle solvable moins nombreuse, la pression foncière moins forte. Les ménages les moins favorisés ont plus souvent la possibilité de trouver à l’intérieur du périmètre d’agglomération un logement de la dimension souhaitée. Dans les agglomérations en développement rapide, la concurrence pour l’usage des sols conduit au contraire à rejeter vers l’extérieur tous ceux qui ne sont pas en mesure de surenchérir sur les prix.

36Chaque ville émet des formes de périurbanisation qui lui sont propres, à un rythme reflétant son degré de dynamisme démographique et économique mais aussi les caractéristiques des campagnes environnantes. La périurbanisation correspond tantôt à un processus de diffusion et d’étalement à partir de très grandes agglomérations urbaines bénéficiant d’un apport migratoire extrarégional, tantôt à la concentration à proximité de quelques pôles urbains d’une population rurale en déclin, tantôt à la redistribution d’une croissance rurale locale. Elle renvoie à différentes configurations des rapports entre villes et campagnes et montre bien qu’on ne peut désormais se limiter aux seuls périmètres des agglomérations urbaines pour traiter des processus de ségrégation dans l’habitat et qu’il convient de prendre en compte l’ensemble d’un bassin d’emploi pour analyser les formes de la division sociale des espaces résidentiels. Qui plus est, la forte croissance des navettes entre zones d’emploi, en particulier dans le sens « montant », décrite par M.H. Massot et J.P. Orfeuil (1995), conduit à s’intéresser particulièrement aux espaces frontières situés aux marges des aires d’attraction des pôles urbains. Les chevauchements observés entre leurs zones d’influence ne traduisent-ils pas, autant que leurs spécialisations en termes de branches d’activité, les inégales qualifications des bassins de main-d’œuvre et les formes nouvelles de la division interrégionale et interurbaine du travail ? De ce point de vue, ce qui se passe depuis plus de deux décennies aux limites de l’Île-de-France constitue sans doute un des meilleurs exemples de cette stratification socioéconomique et de la complexité croissante de l’organisation interne des aires urbaines. L’élargissement constant du bassin d’habitat et d’emploi francilien montre bien qu’il est de plus en plus nécessaire de mener de pair l’analyse des mobilités résidentielles et celle des navettes quotidiennes si l’on veut comprendre la dynamique du système urbain régional.

Mobilités résidentielles et navettes : les deux faces du système

37L’explosion des navettes du Bassin parisien vers l’Île-de-France montre bien que desserrement des emplois et étalement résidentiel se nourrissent et s’entretiennent mutuellement, même s’ils s’effectuent à des rythmes différents. Mais les déplacements parallèles de l’habitat et des emplois aboutissent de fait à une augmentation des chassés-croisés que ne peuvent expliquer, à eux seuls, ni le décalage temporel entre les deux mouvements, ni la non-coïncidence, en termes de qualifications, des actifs et des emplois sur les marchés locaux du travail. Toutes les enquêtes révèlent en effet que lorsqu’ils choisissent leur logement, les ménages tiennent de moins en moins compte de la localisation, de plus en plus volatile, des emplois. Le choix de la commune ou du quartier de résidence est de plus en plus souvent le résultat d’un arbitrage entre trois grands types de contraintes : les moyens financiers dont disposent les ménages ; leurs préférences en matière de type de logement et de statut d’occupation, à un moment donné du cycle de vie familial et du cursus professionnel ; l’image qu’ils se font – ou qu’ils souhaitent donner à travers le choix de leur résidence – de leur position sociale.

38À côté de possibilités financières très inégales, le capital culturel joue aussi un rôle important dans les horizons de la mobilité, tant quotidienne que résidentielle, ainsi que dans la sphère des relations sociales. À l’heure où la mobilité reste fortement valorisée – même si les contradictions avec l’objectif de durabilité sont de plus en plus souvent soulignées – tous ne sont pas égaux car les ressources de la ville, emplois ou équipements, ne leur sont pas également accessibles, fût-ce au sein d’un grand système métropolitain bénéficiant d’un puissant système de circulation. En Île-de-France, on a pu observer combien la distance au centre de l’agglomération parisienne constituait une variable discriminante des combinaisons sociales locales. Mais si les progrès de l’équipement automobile des ménages ont largement ouvert, pour beaucoup d’entre eux, l’univers des possibles résidentiels, on constate que les budgets-temps consacrés aux déplacements restent d’autant plus contraints que la majorité des périurbains sont des couples biactifs et des familles comportant des enfants et des adolescents (Le Jeannic, 1990 et 1993).

39Alors que la marge de manœuvre dans l’organisation des déplacements que constituait le passage à la journée continue est désormais pratiquement épuisée, la multiplication des emplois à temps partiel, la fragmentation des horaires et des lieux de travail et l’instabilité croissante des emplois ne remettent-elles pas en cause un modèle largement fondé sur la concentration de la mobilité quotidienne sur un petit nombre de trajets ? Jusqu’à maintenant, l’étalement des espaces résidentiels n’a conduit ni à un accroissement du nombre de déplacements quotidiens ni à une augmentation sensible des durées des trajets. Une meilleure efficacité des réseaux de circulation – résultant de l’amélioration du maillage, de la connectivité et des capacités – ainsi que la baisse des coûts de transport et le regroupement des déplacements (achats groupés dans les grandes surfaces et centres commerciaux, recours croissant à l’automobile permettant de combiner et d’enchaîner différents programmes d’activités) ont rendu acceptable l’augmentation des distances parcourues.

40Les Enquêtes globales transport révèlent en effet que les temps passés quotidiennement en déplacements n’augmentent guère, en moyenne, en Île-de-France, en dépit d’un desserrement de l’habitat plus rapide que celui des emplois. Mais il ne s’agit que de moyennes : on peut se demander si tous les groupes sociaux profitent des avantages de l’étalement urbain (en termes d’amélioration du confort des logements) et si les coûts du desserrement sont équitablement répartis. Il est permis d’en douter, lorsqu’on observe qu’en 1982, plus de quatre ménages ouvriers franciliens sur dix (41,3 %) résidaient à moins de 10 km de Notre-Dame, alors qu’il n’y en a plus qu’un sur trois en 1999. Dans le même temps, la concentration des cadres dans la zone la plus centrale de l’agglomération s’est renforcée : en 1982, 51 % d’entre eux habitaient à moins de 10 km du centre de Paris, ils sont 53 % en 1999.

41Si, en solde, actifs et emplois se desserrent, les rythmes et les destinations ne sont pas les mêmes pour tous les groupes socioprofessionnels. Avec l’extension du bassin d’emploi francilien, la division sociale de l’espace résidentiel a changé d’échelle, les navettes domicile-travail aussi, mais on est loin d’une translation homothétique. Tout comme l’expansion résidentielle périurbaine, la restructuration du système productif régional se traduit par une accentuation des contrastes entre centre et périphéries ainsi qu’entre l’ouest et l’est de l’Île-de-France. La concentration relative des ménages les plus aisés et des emplois les plus qualifiés au centre de l’agglomération s’est accentuée, tandis qu’une nouvelle ceinture ouvrière se constituait aux franges de la Seine-et-Marne et de l’Essonne, ainsi que dans les cantons picards riverains de l’Île-de-France.

42Si la diffusion de l’équipement automobile des ménages leur a ouvert l’univers des possibles résidentiels, la part prise dans leur habitat par les pavillons se traduit par une augmentation des distances des navettes des catégories les plus modestes, qui habitaient traditionnellement le plus près de leurs lieux de travail. Les inégalités sociales se doublent d’inégalités d’accès aux ressources de la ville, en tout premier lieu l’emploi. Car si de nouvelles zones d’activité se constituent aux marges de l’agglomération ou au sein des couronnes périurbaines, les emplois qu’elles offrent sont plus spécialisés en termes de branches ou de qualification – et sans doute aussi plus volatils – que ceux offerts par le foyer central. C’est autour de bassins d’emplois moins cohérents que ne l’étaient, par exemple, les systèmes productifs localisés des banlieues ouvrières, et dans un contexte de plus grande instabilité des entreprises et de leurs établissements, que s’organise une partie des déplacements de travail des périurbains.

43Mais les navettes de ces actifs demeurent aussi largement dépendantes du foyer d’emploi central qui s’étale et se déforme, bien que sa prépondérance ne s’atténue guère, car il offre toujours une plus grande polyvalence des emplois et des services. Loin de constituer des aires cohérentes de solidarité entre habitat et emploi comme on l’avait rêvé en y construisant des villes nouvelles, les périphéries urbaines juxtaposent des espaces où se chevauchent les zones d’influence de pôles dont la portée varie en fonction de leur degré de spécialisation et des niveaux de qualification auxquels ils font appel. Malgré la montée en puissance des zones d’activité périphériques, l’accroissement des mobilités conduit à un éclatement des destinations plus qu’à un renforcement des polarisations. Les pôles périphériques étendent leurs aires d’influence plutôt qu’ils ne les structurent.

44La dépolarisation toute relative qui s’esquisse, et semble s’accentuer au cours de la dernière décennie, augmente sans doute les écarts entre les plus aisés des citadins, qui ont plein accès à une urbanité faite de centralité et de proximité, l’enclavement des plus pauvres dans les espaces les moins riches en emplois et en services, et l’éclatement des horizons de mobilité de nombre de familles contraintes à quitter la zone agglomérée, dès lors qu’elles souhaitent disposer de logements plus vastes. Dans la structuration des espaces de vie des cinq millions de ménages qui résident en Île-de-France ou y travaillent, les navettes quotidiennes jouent un rôle d’autant plus important que la proportion de couples biactifs a fortement augmenté dans les années 70 et 80. Quelle place accordent-ils, dans leurs arbitrages résidentiels, à leurs lieux de travail ? On peut se demander si l’ère des mobilités, choisies ou contraintes, ne signifie pas tout autant un renforcement des rentes de centralité, compte tenu du dispositif du système de transport francilien, qu’une restructuration des aires de déplacements à l’échelle d’un système métropolitain élargi. En rendant possible l’explosion pavillonnaire qui satisfait le désir de vivre entre soi et consacre le refus de la mixité sociale dans l’habitat, l’automobilité ne signifie-t-elle pas la fin d’une certaine forme d’urbanité faite de brassages et de rencontres ? L’analyse des relations entre déplacements de travail et mobilités résidentielles des Franciliens permet d’apporter quelques éléments de réponse à ces questions. Elle met en évidence l’existence de familles de comportements, de types de choix qui révèlent à la fois les marges de liberté des acteurs et les perceptions différentes qu’ils ont de leur position dans le système métropolitain.

Notes

1 Pour la définition des différents types d’espace (communes urbaines et rurales, ZPIU, zonage en aires urbaines), cf. chap. II, tableau 2-1.

2 Selon l’ENL (Enquête nationale sur le logement) de 1996, 45 % des ouvriers et 58 % des cadres sont propriétaires de leur résidence principale ; dans les communes rurales, 7 ménages ouvriers sur 10 sont propriétaires, mais seulement 1 sur 3 en ville.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search