Version classiqueVersion mobile

Les périurbains de Paris

 | 
Martine Berger

Deuxième partie. Périurbanisation et division sociale de l'espace

Chapitre IV. De l'agglomération centrale aux pavillons périurbains

La division sociale de l'espace en Île-de-France

Texte intégral

  • 1 Cf. en particulier les travaux menés, au sein du laboratoire Strates, par J. Brun, Y. Chauviré, M. (...)
  • 2 Cf. en particulier les travaux de M. Pinçon, M. Pinçon-Charlot, E. Préteceille et P. Rendu.
  • 3 Cf. Atlas des Franciliens (1re édition, 1992, t. 2 ; 2e édition, 2002, t. 3), ainsi que les travaux (...)

1La division sociale de l'espace dans l'agglomération parisienne a fait l'objet de nombreuses recherches tant parmi les géographes1 que chez les sociologues2. Par contre l'espace francilien a été plus rarement abordé dans son ensemble3, sans doute parce qu'il peut sembler délicat de comparer les quartiers parisiens aux communes beauceronnes. L'exemple de la croissance périurbaine dans l'Essonne et les Yvelines incite à dépasser l'opposition entre ville et campagne. Elle révèle en effet l'absence de coupure franche et l'existence d'un gradient du plus rural au plus urbain selon la taille des communes et leur distance à Paris. Lorsqu'il s'agit de décrire la division sociale de l'espace, il n'apparaît donc pas justifié de s'arrêter aux portes d'une agglomération dont les limites se déplacent sans cesse. Les communes rurales de frange urbaine sont progressivement densifiées, équipées de réseaux et annexées à l'espace urbain, en particulier celles qui sont situées le long des grands axes routiers, jusqu'à aboutir à une véritable « prise en masse » aux portes de la ville (carte 1-2).

2On ne peut pas non plus exclure du territoire affecté par la périurbanisation le périmètre des villes nouvelles, dont près de la moitié (43 %) du parc de logements était constitué, en 1999, de maisons individuelles. Au plus fort de la vague périurbaine, dans les années 80, la moitié des logements construits en ville nouvelle étaient des pavillons. Entre 1975 et 1990, une maison individuelle sur cinq construite en Grande Couronne l'a été en ville nouvelle. De même, l'offre pavillonnaire été importante autour des villes petites et moyennes hors agglomération parisienne. Dans leurs limites de 1968, elles ont accueilli plus d'un quart des pavillons construits en Grande Couronne au cours des trente dernières années. Aujourd'hui, plus d'un logement sur deux est, dans ces communes, une maison individuelle ; de plus, les agglomérations secondaires de l'Île-de-France ont nourri leurs propres ceintures périurbaines.

3Pour mesurer l'ampleur des redistributions de population au cours des trente dernières années et leurs effets sur l'évolution de la division sociale de l'espace dans la région capitale, il est donc nécessaire de traiter ensemble les espaces urbains, périurbains et ruraux franciliens. Comment les positions respectives des groupes sociaux dans les différentes couronnes ou secteurs de l'agglomération et de la région parisiennes se redistribuent-elles au cours d'un quart de siècle de desserrement urbain et de transformations profondes du système productif et du marché de l'emploi en Île-de-France ? L'expansion pavillonnaire en ordre lâche qui caractérise la périurbanisation suppose l'existence d'une clientèle disposant de revenus suffisants pour accéder à la propriété d'une maison individuelle et assumer les coûts de déplacement dans une zone peu, ou pas, desservie par les transports en commun. La précocité et l'ampleur du desserrement périurbain ne peuvent s'expliquer sans référence aux particularités de la structure sociale parisienne, qui n'ont cessé de s'accentuer tout au long de cette période.

4– Système social et système productif : les spécificités de l'Île-de-France.

5Que Paris soit, ou non, une « ville globale » (Sassen, 1994 ; Beckouche, 1994a ; Veltz, 1994), c'est en tout cas un lieu de forte concentration des richesses et des emplois qualifiés (Berger et Rhein, 1992). Par rapport au reste du territoire national, l'Île-de-France se caractérise par une très nette sur-représentation des cadres, qui n'a cessé de s'accentuer au cours des dernières décennies, pendant lesquelles l'Île-de-France a « engrangé » une large part de la croissance de cette catégorie et enregistré un recul spectaculaire de la classe ouvrière. En un quart de siècle, le nombre de ménages de cadres a presque doublé alors que celui des ouvriers diminuait d'un quart. Dans les années 80, l'agglomération parisienne a capté plus de la moitié de la croissance nationale des cadres. Dans le même temps, l'Île-de-France a connu une forte progression des personnels d'encadrement « moyen », et, en règle générale, des métiers tertiaires : le nombre de ménages relevant des professions intermédiaires a augmenté de 40 % en 25 ans, deux fois plus vite que l'effectif total des ménages franciliens.

6Comme l'a souligné F. Damette (1994), c'est plus la concentration des fonctions abstraites de la sphère productive que celle des fonctions d'autorité qui fonde la spécificité francilienne. Alors que la répartition des services publics favorise plutôt les niveaux moyens de la hiérarchie urbaine, la métropolisation au profit de l'Île-de-France n'a cessé de croître dans les fonctions de conception, de recherche et de gestion des entreprises. Elle s'appuie à la fois sur des économies d'agglomération et sur la position de la capitale à la tête d'un réseau de communication particulièrement concentré et hiérarchisé. La dimension du marché du travail métropolitain offre aux entreprises une assurance de flexibilité et un vivier de compétences qui s'autoentretient.

7L'accentuation de la hiérarchisation fonctionnelle se traduit dans la composition de la société métropolitaine : la spécificité de la structure sociale francilienne par rapport au reste de la France s'accentue, même si l'on observe des phénomènes de rattrapage au profit des grandes villes de province. Ainsi, alors que la part relative des employés continue à augmenter en province au détriment de celle des ouvriers et des agriculteurs, elle a diminué en Île-de-France dans les années 80. En un quart de siècle, les effectifs des ménages d'employés et personnels de service ont augmenté quatre fois moins vite que ceux des professions intermédiaires. L'évolution du marché du travail francilien a donc conduit à un renforcement des groupes sociaux les plus aptes à accéder à la propriété de leur logement, en même temps que le desserrement des emplois favorisait le développement de quartiers pavillonnaires périphériques.

8La forte présence des grandes entreprises et des fonctions de direction, gestion ou recherche, est à l'origine d'emplois relativement stables, moins sensibles aux aléas de la conjoncture économique que ceux relevant des fonctions de production. Cela constitue aussi un facteur plus favorable que dans d'autres grandes villes françaises au développement d'un marché de l'accession à la propriété très actif. Mais d'autres caractéristiques de la société francilienne et de ses modes de vie jouent plutôt en sens contraire. Il existe en effet, dans les catégories les plus aisées, une forte tradition de préférence pour les grands appartements situés au centre-ville, dont elles sont plus souvent locataires que propriétaires. Si plus de la moitié des cadres retraités sont propriétaires, deux ménages de cadres parisiens sur trois sont locataires ou logés gratuitement, y compris dans les beaux quartiers. De plus, la mobilité des cadres et l'importance relative des jeunes adultes célibataires, en relation avec la position de l'Île-de-France dans le système migratoire national, peuvent freiner le développement d'une forme d'espace fortement lié à l'accession à la propriété, génératrice de stabilité et correspondant plus à la demande de familles déjà constituées.

9– Cadres et professions intermédiaires : des clientèles pour les « pavillonneurs ».

10De fait, c'est autant aux couches moyennes, de plus en plus nombreuses et de plus en plus solvables – du fait, en particulier, de la hausse du taux d'activité des conjointes, surtout dans les ménages de professions intermédiaires –, qu'aux catégories les plus aisées, restées plus attachées à la centralité et plus mobiles, que se sont adressés les « pavillonneurs ». Alors que les cadres franciliens propriétaires (un ménage sur deux) possèdent plus souvent un appartement, les ménages appartenant aux professions intermédiaires ont plutôt fait l'acquisition d'un pavillon, plus vaste mais plus périphérique. En 1999, un ménage de cadres franciliens sur quatre, un sur cinq parmi les professions intermédiaires, était propriétaire d'un pavillon. Ces deux groupes représentent plus d'un tiers des possesseurs de maisons individuelles – au lieu d'un quart en 1975 – et près de la moitié, si l'on y ajoute les retraités de ces catégories. Cadres et professions intermédiaires représentaient 4 ménages sur 10 parmi les nouveaux installés dans le parc pavillonnaire en propriété en Grande Couronne entre 1968 et 1974, un sur deux entre 1990 et 1999.

  • 4 Espaces périurbains et espaces multipolarisés au sens du zonage en aires urbaines de l'INSEE.

11En 1999, plus de la moitié des cadres résidant en Grande Couronne sont propriétaires d'un pavillon, contre seulement 4 ménages de professions intermédiaires sur 10, 1 ouvrier qualifié sur 3, 1 employé sur 4. Ils constituent aujourd'hui le groupe socioprofessionnel le plus représenté dans ce segment du parc de logements. Si l'on ajoute qu'en Petite Couronne les cadres, actifs et retraités, possèdent un quart des pavillons, on mesure le poids des catégories les plus aisées sur le marché de la maison individuelle en Île-de-France. Le niveau de leurs revenus a fortement contribué à tirer vers le haut le prix des pavillons. Selon l'Enquête nationale sur le logement de 1996, une maison individuelle neuve en Petite Couronne coûte, en moyenne, 50 % plus cher que dans la banlieue d'une grande ville de province. En Grande Couronne, la différence est de 40 %. Dans les espaces périurbains4, l'écart de prix entre l'Île-de-France et la province se situe encore autour de 30 %.

12La part prise par les catégories aisées dans le desserrement périurbain a largement contribué à remettre en cause la division sociale de l'espace qui prévalait jusqu'alors en région parisienne. Dans les années 60, alors que l'agglomération centrale présentait de très forts contrastes sociaux entre beaux quartiers et belles banlieues d'une part, quartiers populaires et banlieues ouvrières d'autre part, les campagnes franciliennes offraient le plus souvent l'image d'espaces vieillis, où voisinaient retraités, ouvriers et agriculteurs. L'évolution observée dans le quart sud-ouest de l'Île-de-France constitue un exemple, parmi d'autres, de la remise en cause de ce schéma traditionnel et de l'apparition de nouveaux clivages. On y repère l'émergence d'un dispositif à la fois sectoriel, prolongeant les caractéristiques sociales des banlieues voisines, et zonal, en fonction de la distance à Paris.

13Les mêmes principes d'organisation de l'espace social se retrouvent-ils ailleurs en région parisienne ? Des analyses à l'échelle de secteurs regroupant des communes dont les évolutions démographiques, morphologiques et sociales sont comparables, mettent en évidence la généralisation progressive d'un double dispositif, en auréoles et en secteurs, à l'image de ce qui apparaissait dès la fin des années 70 dans le quadrant sud-ouest (Berger, 1990a et b, 1991 ; Berger et Saint-Gérand, 1993b). Les combinaisons sociales observées en périphérie ne peuvent se comprendre sans référence à la ville centre, à ses dynamiques économiques et à son inscription dans un système régional de plus en plus vaste et complexe. L'objectif n'est pas ici de décrire dans le détail les positions respectives des communes ou des quartiers mais de repérer des régularités dans les formes de division sociale de l'espace en région parisienne et d'analyser leur évolution au fur et à mesure du peuplement des espaces périurbains.

Vers une polarisation sociale croissante

14En même temps que la croissance de leurs effectifs, la diffusion plus large des cadres et professions intermédiaires dans l'ensemble de l'espace francilien pourrait laisser croire à une évolution vers une plus grande mixité sociale (tableaux 4-1 et 4-2a). Observée à l'échelle de l'ensemble de l'Île-de-France, la baisse des coefficients de variation des différents groupes socioprofessionnels suggère une répartition moins inégalitaire en fin de période (tableau 4-2b). Mais si l'on considère ce qui se passe à l'intérieur de chacun des grands ensembles qui composent le système urbain régional, l'évolution apparaît beaucoup plus contrastée, ce que confirme l'examen des coefficients de corrélation entre les groupes sociaux. Qu'il s'agisse des 80 quartiers parisiens, de l'ensemble de l'agglomération, des villes petites et moyennes de la couronne parisienne ou des espaces ruraux, si les cadres se distribuent de plus en plus régulièrement dans l'espace francilien, ils constituent toujours une des variables les plus discriminantes entre les communes. Les professions intermédiaires et les employés se diffusent de plus en plus largement dans l'ensemble de la région mais, à Paris et en Petite Couronne, leur concentration dans certains quartiers ou communes se renforce. Alors que leurs effectifs fondent, les ouvriers ont une distribution de plus en plus contrastée, sauf dans l'espace rural.

15L'analyse des coefficients de corrélation mesurant les proximités spatiales ou les stratégies d'évitement entre groupes socioprofessionnels permet de conclure à un renforcement de la polarisation sociale (tableaux 4-2c et d). En effet, à l'intérieur de chacune des grandes zones de la région, les associations entre cadres et professions intermédiaires d'une part, employés et professions intermédiaires d'autre part, s'affaiblissent. Dans le même temps, alors que les employés se rapprochent des ouvriers, les oppositions entre ces derniers et les cadres et professions intermédiaires s'accentuent. Certes, ce qu'on mesure à travers ces coefficients, comme au moyen d'indices de spécialisation ou de ségrégation, c'est la traduction dans l'espace résidentiel de processus d'agrégation ou de mise à distance, non l'existence – ou l'absence – de relations sociales effectives entre les individus appartenant à ces catégories. Mais il est clair qu'en périphérie comme au centre, les processus d'agrégation et de mise à distance se sont renforcés. Au fil du temps, dans une société où la part des ménages propriétaires de leur logement augmente, le marquage social des communes et des quartiers s'accentue.

Accession à la propriété et processus ségrégatifs

  • 5 Dans les quartiers frappés dered lining (identifiés comme ceux où le taux de population noire dépas (...)

16Plus stables que les locataires, les propriétaires occupants visent aussi la valorisation de leur bien, la revente ou la transmission d'un patrimoine. Filtrage social par les coûts d'accès et stratégies volontaristes de propriétaires soucieux de maintenir autant qu'ils le peuvent la valeur de leur bien contribuent ainsi à créer, dans le parc pavillonnaire nouvellement construit, des espaces socialement plus homogènes que ne l'étaient les immeubles locatifs du tissu urbain ancien. Même si elles ne sont en rien comparables au red lining5 en vigueur dans lessuburbs nord-américaines,des pratiques ségrégatives se développent, de fait, pour protéger l'habitabilité sociale et le « bon voisinage » jugé nécessaire à l'éducation des enfants et à l'épanouissement de la famille.

  • 6 Nous reprenons ici, en l'étendant aux professions intermédiaires elles aussi très composites, le te (...)

17La périurbanisation est donc un processus social autant que démographique. Non seulement elle est liée à la montée en puissance d'un archipel6 de couches solvables, mais elle est aussi une des formes de la mise en œuvre de pratiques distinctives. On peut faire l'hypothèse que le refus de la mixité sociale s'exprime d'autant plus fortement dans l'habitat que, dans la sphère du travail, les emplois et les positions professionnelles sont moins assurés et les rapports hiérarchiques s'affichent moins clairement dans une société post-industrielle. Le succès des lotissements clés en main n'est-il pas l'envers d'une perte de repères dans un univers professionnel de plus en plus instable ? À défaut d'une position sociale durablement assurée dans la sphère du travail, on s'achète une « position résidentielle » qui semble d'autant mieux affirmée que les voisins sont supposés être des pairs : ils ont payé, à peu de chose près, le même prix, pour accéder au même mode de vie et disposent de revenus supposés équivalents. D'où le sentiment de déclassement et d'isolement ressenti par ceux dont le projet d'accession se solde ensuite par un échec (Benoît-Guilbot, 1982b).

4-1 Les groupes socioprofessionnels en Île-de-France et leur évolution (1975-1999)

Catégories socioprofessionnelles des personnes de référence des ménages : effectifs et évolution

Groupes socioprofessionnels

Effectifs de la CSP en Île-de-France

Indice d’évolution des effectifs

1975*

1982

1990

1999

1975-1982

1982-1990

1990-1999

1982-1999

1975-1999

Cadres, prof. intell. supérieures (hors artistes en 1975)

428 049

577 192

755 296

826 589

134,8

130,9

109,4

143,2

193,1

Cadres moyens, prof. intermédiaires (hors contremaîtres)

476 299

533 556

595 456

678 675

112,0

111,6

114,0

127,2

142,5

Contremaîtres, agents de maîtrise

90 995

105 836

100 768

92 842

116,3

95,2

92,1

87,7

102,0

Employés et personnels de service

600 065

623 532

584 572

658 390

103,9

93,8

112,6

105,6

109,7

Exploitants agricoles

11 723

10 508

7 556

5 313

89,6

71,9

70,3

50,6

45,3

Ouvriers agricoles

10 371

6 824

5 132

4 547

65,8

75,2

88,6

66,6

43,8

Ouvriers non qualifiés

378 801

243 676

201 212

176 571

64,3

82,6

87,7

72,5

46,6

Ouvriers qualifiés

480 812

581 328

561 676

486 293

120,9

96,6

86,6

83,6

101,1

Ensemble des ouvriers

869 984

831 828

768 020

667 411

95,6

92,3

86,9

80,2

76,7

Ouvriers, contremaîtres et agents de maîtrise

950 608

930 840

863 656

760 253

97,9

92,8

88,0

81,7

80,0

Clergé, armée, police, artistes (1975)

80 262

Patrons de l’industrie et du commerce

226 318

212 856

229 816

214 664

94,1

108,0

93,4

100,8

94,8

Anciens patrons de l’industrie et du commerce

nd

70 560

69 160

84 919

98,0

122,8

120,3

Anciens cadres et professions intermédiaires

nd

186 204

281 888

379 010

151,4

134,4

203,6

Anciens employés et ouvriers

nd

504 580

587 084

587 440

116,4

100,1

116,4

Anciens agriculteurs

14 989

10 252

8 844

7 005

68,4

86,3

79,2

68,3

46,7

Retraités autres qu’agricoles

672 309

761 544

936 132

1 051 369

113,3

123,2

112,5

138,1

156,4

Inactifs de moins de 60 ans**

124 942

176 904

153 192

209 045

141,6

86,6

136,5

118,2

167,3

Inactifs de plus de 60 ans**

102 857

93 204

90 948

98 320

90,6

97,6

108,1

105,5

95,6

Ensemble des retraités et inactifs

915 097

1 041 704

1 191 116

1 365 739

113,8

114,3

114,7

131,1

149,2

Ensemble des ménages

3 698 792

3 937 012

4 232 600

4 509 623

106,4

107,5

106,5

114,5

121,9

Sources : RGP 1975 (1/5), 1982, 1990, 1999 (1/4). * La nomenclature des CSP a changé entre 1975 et 1982. ** 65 ans en 1975.

4-2 Les catégories socioprofessionnelles des personnes de référence des ménages et leur répartition en Île-de-France (1982-1999)

4-2a Évolution de la structure moyenne** par zone

Catégories socioprofessionnelles
(en %)

Île-de-France

Paris

Petite
Couronne

Grande
Couronne

Agglomération
parisienne

Autres unités
urbaines*

Communes
rurales*

1982

1990

1999

1982

1990

1999

1982

1990

1999

1982

1990

1999

1982

1990

1999

1982

1990

1999

1982

1990

1999

Exploitants agricoles

0,3

0,2

0,1

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,7

0,4

0,3

0,1

0,1

0,0

0,8

0,5

0,3

5,1

3,2

2,0

Ouvriers agricoles

0,2

0,1

0,1

0,0

0,0

0,0

0,1

0,0

0,0

0,4

0,3

0,2

0,1

0,1

0,1

0,6

0,4

0,3

2,5

1,4

0,9

Retraités de l’agriculture

0,3

0,2

0,2

0,1

0,0

0,0

0,1

0,1

0,0

0,6

0,5

0,4

0,1

0,1

0,1

0,9

0,7

0,5

3,3

2,4

1,9

Ensemble professions agricoles

0,7

0,5

0,4

0,1

0,1

0,1

0,2

0,1

0,1

1,7

1,2

0,8

0,3

0,2

0,1

2,2

1,7

1,1

10,9

7,1

4,9

Patrons industrie et commerce

5,4

5,4

4,8

5,4

5,5

4,8

5,2

5,2

4,6

5,7

5,6

4,9

5,2

5,3

4,6

6,4

6,0

5,0

8,7

8,7

7,8

Cadres

14,7

17,8

18,3

17,7

23,4

25,9

12,3

15,0

15,6

14,8

16,9

16,1

15,0

18,3

18,9

11,0

13,0

12,7

11,3

14,4

14,7

Professions intermédiaires

13,6

14,1

15,0

12,0

13,0

14,3

13,4

13,7

14,6

15,0

15,2

16,0

13,6

14,1

15,1

13,0

13,6

14,8

11,6

12,8

15,4

Contremaîtres, agents maîtrise

2,7

2,4

2,1

1,1

0,9

0,8

2,9

2,4

1,9

3,8

3,4

3,0

2,5

2,2

1,9

4,3

3,9

3,5

4,0

4,1

3,9

Employés, personnels de service

15,8

13,8

14,6

17,3

13,8

13,5

16,6

14,9

16,3

13,8

12,7

13,7

16,3

14,2

15,0

11,9

11,2

12,6

7,4

7,3

8,9

Ouvriers qualifiés

14,8

13,3

10,8

8,4

7,1

5,2

17,0

14,8

11,7

17,5

16,1

13,5

14,5

12,8

10,3

19,2

18,2

15,7

14,9

15,9

14,4

Ouvriers non qualifiés

6,2

4,8

3,9

4,8

3,4

2,4

7,1

5,5

4,5

6,4

4,9

4,3

6,1

4,7

3,8

8,3

6,5

5,3

5,9

4,0

3,3

Ensemble des ouvriers

21,0

18,0

14,7

13,2

10,5

7,6

24,0

20,3

16,3

23,9

21,0

17,7

20,5

17,5

14,1

27,6

24,7

21,0

20,9

19,9

17,6

Anciens patrons ind. et comm.

1,8

1,6

1,9

2,2

2,0

2,2

1,6

1,5

1,8

1,7

1,5

1,8

1,7

1,6

1,8

2,2

2,1

2,2

2,6

2,4

2,7

Anciens cadres et prof. interm.

4,7

6,7

8,4

6,7

8,2

9,4

4,3

6,4

8,1

3,6

5,8

8,1

4,9

6,8

8,6

3,2

5,1

7,2

3,6

4,9

7,1

Anciens employés et ouvriers

12,8

13,9

13,0

13,4

13,2

10,7

13,6

15,3

14,4

11,4

12,9

13,2

12,7

13,8

12,9

13,3

14,7

15,0

14,7

14,6

13,1

Inactifs de moins de 60 ans

4,5

3,6

4,6

7,5

6,7

8,2

3,9

3,1

4,1

2,8

2,0

2,9

4,7

3,8

4,9

2,7

2,1

2,8

2,0

1,7

2,0

Inactifs de plus de 60 ans

2,4

2,1

2,2

3,4

2,7

2,6

2,1

2,1

2,2

1,8

1,8

2,0

2,4

2,2

2,2

2,2

1,9

2,0

2,4

2,0

1,8

Sources : RGP 1982, 1990, 1999 (1/4).
* Délimitation 1999.
** Proportion des différentes CSP dans l'ensemble des ménages, par zone ; les sommes en colonne sont égales à 100.

4-2b Évolution des coefficients de variation* des différents groupes socioprofessionnels par zone

Catégories socioprofessionnelles

Île-de-France

Paris

Petite
Couronne

Grande
Couronne

Agglomération
parisienne**

Autres unités
urbaines**

Communes
rurales**

1982

1990

1999

1982

1990

1999

1982

1990

1999

1982

1990

1999

1982

1990

1999

1982

1990

1999

1982

1990

1999

Exploitants agricoles

1,7

2,0

1,8

1,3

1,1

1,1

4,2

4,9

5,0

1,6

1,9

1,7

2,2

2,7

2,6

1,2

1,4

1,4

1,2

1,4

1,2

Ouvriers agricoles

2,0

2,7

3,1

0,6

1,3

0,8

2,9

2,8

2,9

1,8

2,5

2,9

4,5

5,6

2,5

1,6

1,5

1,6

1,5

2,1

2,5

Retraités de l’agriculture

2,0

2,1

2,1

0,7

0,9

1,0

2,5

2,0

3,8

1,9

1,9

2,0

2,2

2,1

2,2

1,3

1,4

1,8

1,6

1,6

1,6

Patrons industrie et commerce

0,7

0,6

0,6

0,2

0,3

0,3

0,4

0,3

0,4

0,7

0,6

0,6

0,4

0,4

0,4

0,5

0,5

0,4

0,7

0,7

0,6

Cadres

0,7

0,6

0,6

0,3

0,2

0,2

0,6

0,6

0,5

0,8

0,7

0,6

0,6

0,5

0,5

0,6

0,6

0,5

0,9

0,7

0,6

Professions intermédiaires

0,5

0,4

0,3

0,1

0,2

0,2

0,2

0,2

0,2

0,5

0,5

0,3

0,3

0,2

0,2

0,4

0,3

0,3

0,7

0,6

0,4

Contremaîtres, agents maîtrise

0,9

0,8

0,8

0,4

0,4

0,3

0,4

0,4

0,4

0,9

0,8

0,7

0,5

0,5

0,5

0,6

0,5

0,5

1,1

1,0

0,9

Employés, personnels de service

0,7

0,6

0,5

0,1

0,2

0,2

0,2

0,2

0,2

0,7

0,6

0,5

0,4

0,4

0,4

0,4

0,4

0,3

1,0

0,7

0,6

Ouvriers qualifiés

0,5

0,5

0,5

0,4

0,4

0,4

0,3

0,4

0,4

0,5

0,5

0,5

0,4

0,4

0,4

0,3

0,3

0,3

0,6

0,5

0,5

Ouvriers non qualifiés

0,8

0,9

0,8

0,4

0,5

0,6

0,4

0,5

0,6

0,8

0,9

0,9

0,5

0,6

0,6

0,6

0,7

0,7

1,0

1,1

1,0

Ensemble des ouvriers

0,4

0,5

0,4

0,4

0,4

0,5

0,3

0,4

0,5

0,4

0,5

0,4

0,4

0,4

0,5

0,3

0,3

0,4

0,5

0,5

0,4

Anciens patrons ind. et comm.

1,3

1,2

1,1

0,2

0,3

0,3

0,6

0,5

0,5

1,3

1,2

1,1

0,7

0,7

0,7

0,9

0,8

0,7

1,4

1,4

1,2

Anciens cadres et prof. interm.

1,0

0,7

0,6

0,3

0,3

0,3

0,5

0,4

0,4

1,0

0,8

0,6

0,6

0,5

0,4

0,7

0,5

0,4

1,2

1,0

0,7

Anciens employés et ouvriers

0,6

0,5

0,4

0,2

0,2

0,2

0,3

0,2

0,2

0,6

0,5

0,5

0,4

0,3

0,3

0,4

0,3

0,3

0,6

0,6

0,5

Inactifs de moins de 60 ans

1,0

1,3

0,9

0,2

0,3

0,3

0,3

0,4

0,4

1,1

1,4

0,9

0,6

0,7

0,6

0,6

0,8

0,6

1,5

1,7

1,2

Inactifs de plus de 60 ans

1,3

1,2

1,0

0,3

0,5

0,4

0,4

0,4

0,3

1,3

1,3

1,1

0,7

0,6

0,5

0,8

0,9

0,6

1,5

1,4

1,3

Sources : RGP 1982, 1990, 1999 (1/4).
* Le coefficient de variation est le quotient de l'écart-type d'une distribution par sa moyenne.
** Délimitation 1999.

18Le coefficient de variation des cadres tend à diminuer dans l'ensemble des zones, ce qui traduit une plus grande diffusion de la catégorie, en particulier dans les communes rurales. Celui des ouvriers non qualifiés augmente, surtout à Paris et en Petite Couronne, ce qui témoigne d'une accentuation des processus ségrégatifs.

4-2c Corrélations entre les catégories socioprofessionnelles des personnes de référence des ménages en Île-de-France par zone et type de commune (1975-1999)

Zone

Cadres/
prof. interm.

Cadres/
ouvriers

Cadres/
employés

Employés/
ouvriers

Employés/
prof. interm.

Ouvriers
prof. interm.

Île-de-France

1975

0,61

ns

0,40

0,39

0,67

0,31

1982

0,25

– 0,40

ns

ns

0,16

– 0,17

1990

0,21

– 0,55

– 0,12

ns

0,11

– 0,22

1999

0,16

– 0,69

– 0,17

ns

ns

– 0,25

Paris + Petite Couronne

1975

0,25

– 0,79

– 0,31

ns

0,12

– 0,14

1982

0,23

– 0,86

– 0,61

0,40

ns

– 0,17

1990

ns

– 0,90

– 0,71

0,59

0,22

ns

1999

ns

– 0,94

– 0,78

0,71

ns

– 0,20

Grande Couronne

1975

0,63

ns

0,42

0,43

0,69

0,32

1982

0,25

– 0,42

ns

ns

0,16

– 0,17

1990

0,23

– 0,54

– 0,12

ns

0,11

– 0,23

1999

0,17

– 0,66

– 0,16

ns

ns

– 0,27

Grande Couronne

Pôles urbains

1975

0,54

– 0,75

0,12

ns

0,54

– 0,32

1982

0,22

– 0,78

– 0,28

0,17

0,20

– 0,30

1990

0,12

– 0,83

– 0,40

0,35

0,14

– 0,16

1999

ns

– 0,85

– 0,57

0,56

0,11

ns

Espace périurbain

1975

0,48

ns

0,27

0,38

0,50

0,30

1982

0,14

– 0,33

ns

ns

ns

– 0,16

1990

0,14

– 0,50

– 0,20

ns

ns

– 0,22

1999

0,09

– 0,59

– 0,15

ns

ns

– 0,25

Espace rural

1975

0,53

0,33

0,53

0,55

0,65

0,51

1982

ns

– 0,28

ns

ns

ns

ns

1990

ns

ns

ns

ns

ns

ns

1999

ns

– 0,32

– 0,35

ns

– 0,28

– 0,43

Sources : RGP 1975 (1/5), 1982, 1990, 1999 (1/4).
ns : chiffre non significatif.
Au fil du temps, l'opposition entre les distributions des cadres et celles des ouvriers et employés se renforce dans toutes les zones. Les professions intermédiaires s'éloignent des cadres, les employés habitent de moins en moins souvent dans les mêmes communes que les professions intermédiaires.

4-2d L'autocorrélation temporelle entre les distributions des groupes socioprofessionnels en Île-de-France (1975-1999)

Groupes socioprofessionnels

Coefficient de corrélation

1975-1982

1982-1990

1990-1999

Cadres, professions intellectuelles supérieures

0,77

0,79

0,81

Cadres moyens, professions intermédiaires*

0,51

0,39

0,36

Anciens cadres et professions intermédiaires

nd

0,27

0,33

Contremaîtres, agents de maîtrise

0,28

0,25

0,27

Employés et personnels de service

0,55

0,47

0,51

Ouvriers qualifiés

0,49

0,45

0,53

Ouvriers non qualifiés**

0,42

0,28

0,44

Anciens employés et ouvriers

nd

0,34

0,45

Patrons de l’industrie et du commerce

0,11

0,29

0,35

Anciens patrons de l’industrie et du commerce

nd

0,20

0,19

Sources : RGP 1975 (1/5), 1982, 1990, 1999 (1/4). nd : donnée non disponible.
*Non compris les contremaîtres et agents de maîtrise.
** Non compris les ouvriers agricoles.

19La distribution des cadres reste très stable dans ses grandes lignes : dans un contexte de forte croissance de ses effectifs et de sa part relative, elle conserve les mêmes points forts (et les mêmes points faibles, relativement). Celle des professions intermédiaires connaît une évolution plus importante.

20En dehors même des lotissements dont le peuplement est souvent relativement homogène, la progression du nombre d'accédants à la propriété dans l'ensemble du parc privé et la diminution de la mobilité de ménages enchaînés, de plus en plus souvent, par les emprunts contractés, ont constitué un facteur de radicalisation des contrastes sociaux dans l'espace résidentiel. Mais d'autres éléments interviennent pour rendre compte d'une polarisation sociale croissante. Outre la part grandissante de la propriété qui tend à stabiliser plus durablement ses occupants et à indurer la segmentation socioéconomique du parc de logements, on peut se demander si la croissance des inégalités n'est pas la conséquence directe de l'importance du parc récemment construit, alors que le bâti ancien offrait une plus grande variété de tailles, de statuts d'occupation ou de confort. Ainsi, à Lyon, Y. Grafmeyer (1993) constate que, du fait même de la plus grande homogénéité des immeubles récents ou neufs, l'éventail des statuts socioéconomiques des occupants y est plus réduit. Cela résulte du filtrage par les prix d'achat mais aussi du fait que le niveau des loyers n'y est pas modulé par des rentes de situation, comme par exemple l'ancienneté d'installation ou le droit au maintien dans les lieux en vertu de la loi de 1948 ou de l'âge des occupants. Or c'est désormais, en Île-de-France, 4 logements sur 10, et la moitié des maisons individuelles, qui datent de moins de trente ans.

21De plus, la relative mixité résidentielle des banlieues et des grands ensembles des années 60 correspondait à une situation de grande pénurie de l'offre de logements, y compris pour les couches moyennes. Elle n'a pas résisté à la détente progressive du marché immobilier, d'autant que les politiques publiques en matière de logement ont contribué à une accentuation de la segmentation de l'offre en fonction des revenus. Au cours des années 70, on passe progressivement d'une stratégie quantitative, visant à résorber la crise du logement et à assurer un toit dans le parc locatif aux ménages solvables disposant d'emplois stables, à une stratégie plus qualitative. La production du logement locatif bon marché s'effondre, alors que celle des logements en accession, visant désormais un éventail social plus large, explose. Le clivage entre location et accession se renforce, tandis que le parc social récemment construit se trouve progressivement écrêté par le départ de ses occupants les plus solvables vers les copropriétés ou les quartiers pavillonnaires. Le départ des couches moyennes françaises ouvre alors la voie à l'entrée des familles de travailleurs immigrés dans les HLM des banlieues, au moment où ils répondent enfin aux critères d'attribution pour ce type de logements : ancienneté suffisante de la résidence ou de l'emploi dans la commune ou dans l'entreprise, regroupement familial et transformation des structures des ménages étrangers, taux élevé de familles nombreuses. La réforme de l'aide au logement intervenue en 1977, qui consacre le passage d'une aide à la pierre à une aide personnalisée en fonction des revenus des ménages, va dans le sens d'une segmentation croissante du parc sur des critères sociaux.

Les effets de la métropolisation

22Dans cette évolution vers une accentuation de la polarisation sociale, il est difficile de faire la part de ce qui relève de l'effet des politiques publiques et de ce qui tient aux modifications de la structure sociale de la clientèle solvable, dans un contexte de tertiarisation rapide du système productif francilien et d'internationalisation accélérée de l'économie. Selon Sasskia Sassen (1991), la mondialisation conduit à une bipolarisation croissante des structures d'emploi (de plus en plus d'actifs ou très ou très peu qualifiés, de moins en moins de professions – ou de qualifications – intermédiaires) qui se traduit dans l'évolution des schémas de ségrégation résidentielle dans les plus grandes métropoles mondiales, les « villes globales » telles que New York, Londres ou Tokyo. C. Hamnett (1996) à propos de Londres, E. Préteceille (1996) et P. Beckouche (1994a et b) pour Paris récusent l'idée d'une dualisation sociale croissante des emplois en insistant sur la spécificité des sociétés de l'Europe du Nord-Ouest, issue probablement des politiques sociales de l'État providence.

23En effet, si on observe bien, dans les années 80, à Paris comme à Londres, une polarisation croissante des revenus des ménages, l'hypothèse d'une déqualification des emplois et d'une baisse, relative et absolue, des couches moyennes ne se vérifie pas. Au contraire, la croissance de ces catégories écarte la thèse de S. Sassen d'une dualisation entre emplois très qualifiés et très bien rémunérés d'une part, très peu qualifiés et très mal payés d'autre part. Aux États-Unis, les vagues successives d'immigrés constituent une armée de réserve de main-d'œuvre pesant sur le marché du travail. En Europe de l'Ouest par contre, les pauvres bénéficient du filet protecteur de l'État providence. Les mécanismes de solidarité, de redistribution et de régulation mis en place leur permettent de rester chômeurs quand le marché du travail s'avère trop déprimé, limitant le réservoir de main-d'œuvre peu coûteuse.

24Si l'évolution du système productif ne peut, à elle seule, rendre compte de l'accroissement des processus de ségrégation spatiale, il faut tenir compte des transformations des structures des ménages. Ainsi l'accroissement sensible de l'activité des conjointes et du taux d'homogamie sociale au sein des cadres contribue à renforcer la polarisation sociale au dépens des ouvriers, de plus en plus souvent issus de l'immigration étrangère et pour lesquels la participation des conjointes au marché du travail reste beaucoup plus faible alors que les familles sont plus nombreuses. C'est donc un ensemble de facteurs qui contribuent à une « radicalisation » des positions résidentielles des ménages et des marquages sociaux des territoires.

25Il semble plus exact cependant de parler de spécialisation sociale des communes, plutôt que de ségrégation. Les espaces périurbains du sud-ouest de l'Île-de-France témoignent de la variété des combinaisons sociales locales, en particulier dans les secteurs encore ruraux. Des densités plus faibles et des lotissements de plus petite taille ont constitué des facteurs favorables au maintien d'une relative mixité résidentielle. Il reste que dans l'ensemble des espaces périurbains et ruraux de la Grande Couronne parisienne comme dans le quadrant sud-ouest, on est passé, en un quart de siècle, d'une division « professionnelle » à une division « sociale » de l'espace. Dans les années 70, les communes d'agriculteurs, de retraités et d'ouvriers s'opposaient aux espaces nouvellement conquis par les cadres, professions intermédiaires et employés. Vingt ans plus tard, les lieux de résidence des cadres et ceux des professions intermédiaires se séparent, ceux des employés et des ouvriers se rapprochent. Les positions des uns et des autres sont de moins en moins liées au dispositif des emplois, de plus en plus dépendantes des valeurs foncières et des images de marque des communes.

26La place très importante qu'occupent dans la région les catégories les plus aisées confère à la division sociale de l'espace francilien des caractères particuliers. Au contraire de ce qu'on observe dans les grandes villes de province (Tabard, 1990 et 1993 ; Lajoie, 1998), les professions intermédiaires y sont beaucoup plus distantes des cadres : plus on s'élève dans la hiérarchie urbaine, plus les écarts entre leurs positions s'affichent. Cela constitue aussi un renversement par rapport à la situation qui prévalait en banlieue dans les années 60 (Rhein, 1986 et 1987), mais prolonge le mouvement déjà observé à Paris durant cette période (Freyssenet, Regazzola et Retel, 1971 ; Brun et Chauviré, 1983). On peut donc conclure que si les cadres et les professions intermédiaires ont occupé, au cours du dernier quart de siècle, une place régulièrement croissante dans l'espace social francilien, l'augmentation de leurs effectifs et leur diffusion périurbaine n'ont pas eu pour effet de réduire les écarts de profils socioprofessionnels entre les communes. Leur desserrement résidentiel s'est traduit par l'extension vers les périphéries des oppositions qui existaient au sein des banlieues. Conjuguant des auréoles successives, reflet des valeurs foncières décroissantes au fur et à mesure qu'on s'éloigne de Paris, et un dispositif sectoriel plus ou moins calqué sur celui de l'agglomération centrale, la division sociale de l'espace francilien a enregistré, au cours du dernier quart de siècle, à la fois une forte stabilité des grands clivages spatiaux et une évolution rapide des combinaisons sociales dans les communes.

27Tout autant que le cœur de l'agglomération, les périphéries participent du processus général d'embourgeoisement de la région capitale. Les espaces de résidence des couches les plus aisées s'étendent au détriment des anciennes zones de résidence des classes moyennes, qui gagnent elles-mêmes sur les lieux d'implantation des ouvriers, tandis que ces derniers se déplacent vers les périphéries de la région, au milieu des retraités et des agriculteurs (cartes 4-1 et 4-2). Dans un contexte de forte croissance des cadres et de déclin rapide des ouvriers, les forts taux d'autocorrélation temporelle observés pour ces deux catégories mettent en évidence la stabilité des grands contrastes spatiaux qui structurent la région et renvoient en particulier à la double opposition entre l'est et l'ouest, le nord et le sud (tableau 4-2d). Ceux, plus modestes, des professions intermédiaires et des employés, suggèrent des processus plus complexes de recomposition des sociétés locales, en particulier dans les espaces ruraux et périurbains. Il y a donc lieu de s'interroger sur ce double processus de concentration et de diffusion : d'un côté, un renforcement des spécialisations ; de l'autre, un élargissement des zones d'implantation de certaines catégories aux dépens d'autres groupes.

De la ville centre aux espaces ruraux : l'évolution des principes de division sociale de l'espace

28La croissance des catégories les plus qualifiées se répartit très inégalement sur le territoire francilien. Entre 1975 et 1999, Paris et les Hauts-de-Seine ont retenu plus de la moitié de la croissance des cadres et enregistré plus des deux tiers des pertes de ménages ouvriers. Les écarts entre les espaces les plus bourgeois et les plus ouvriers s'accentuent, à quelque échelle qu'on se place : dans Paris intra muros, où les écarts de revenus fiscaux ne cessent d'augmenter entre arrondissements et où le filtre migratoire joue à plein ; entre les départements de la Petite Couronne, où les cadres se concentrent dans le sud des Hauts-de-Seine tandis que le quart nord-est vieillit et se prolétarise ; mais aussi à l'échelle de l'ensemble de l'aire métropolitaine parisienne, où les contrastes entre l'est et l'ouest, le nord et le sud s'accentuent.

L'embourgeoisement de Paris

29C'est dans Paris intra muros que la concentration des catégories les plus aisées est, depuis longtemps, la plus forte et cette concentration s'accentue. Pour mesurer l'ampleur de l'embourgeoisement parisien il faut évidemment tenir compte du vieillissement général de la population et de l'accentuation de la « ségrégation démographique » entre la ville centre, le reste de l'agglomération et les périphéries. Les retraités et les inactifs de plus de 60 ans sont de plus en plus nombreux dans la ville centre (mais pas obligatoirement dans les quartiers les plus centraux, en cours de gentrification et de reconquête par les « bobos »). Parmi ces ménages de retraités, la proportion d'anciens cadres et professions intermédiaires s'accroît : ils constituaient en 1982 un quart des retraités et inactifs de plus de 60 ans, en 1999, 4 sur 10.

  • 7 Il faut interpréter les profils socioprofessionnels de certains quartiers du centre rive droite à l (...)

30L'embourgeoisement de Paris, déjà étudié pour les années 60 et 70 par J. Brun et Y. Chauviré (1983), s'accélère entre 1982 et 1990, comme le montrent les cartes figurant les types de quartiers aux trois dates (tableau 4-3a, carte 4-3). C'est, sans surprise, l'opposition entre l'est et l'ouest parisiens qui s'impose d'emblée7 mais on peut y lire aussi le processus de vieillissement des beaux quartiers, alors que la population des quartiers bourgeois du centre rive gauche se renouvelle et comporte une plus forte proportion de ménages d'actifs ou de jeunes inactifs. Dans plus de la moitié des quartiers parisiens, les cadres, actifs ou retraités, représentent désormais plus de 4 ménages sur 10, alors qu'en 1982 cinq quartiers seulement étaient dans ce cas. Inversement, le nombre de secteurs où les ouvriers et les employés, actifs ou retraités, atteignent cette proportion, chute drastiquement : un quartier sur dix en 1999, au lieu d'un sur deux en 1982. Aucun secteur de la capitale n'enregistre de mouvement dans le sens d'une prolétarisation, alors que trois quartiers parisiens sur quatre sont affectés, à des degrés divers, de processus de gentrification (tableau 4-4a). Nulle part les ménages appartenant aux professions intermédiaires n'atteignent des proportions comparables à celles des cadres : dans les quartiers que nous avons qualifiés d'« intermédiaires », qui représentent souvent des situations de transition préludant à un embourgeoisement plus prononcé, ils sont deux fois moins nombreux, en moyenne, que les cadres.

31Le cœur de la métropole est donc affecté de processus de polarisation sociale de plus en plus puissants. Mais il s'agit moins d'expulsion, au sens propre, des catégories modestes que d'un non-renouvellement des groupes sociaux qui constituaient la base du peuplement des quartiers populaires. Rien de comparable à ce qui se passait dans les années 60 et 70, au plus fort des rénovations urbaines. Certes, dans les deux cas, on observe bien le vieillissement et le non-remplacement des ménages d'ouvriers, en relation avec l'évolution du système productif francilien. Mais une différence essentielle par rapport aux années 60 est le ralentissement de la croissance des ménages appartenant aux professions intermédiaires, dont les effectifs n'augmentent que de 30 % en 25 ans, alors que ceux des cadres doublent. Alors que la distribution des cadres à Paris est de plus en plus régulière – croissance des effectifs et déconcentration vont de pair –, celle des couches moyennes l'est de moins en moins.

4-3 Typologie des quartiers parisiens et des communes franciliennes (1982-1999)

4-3a Types de quartiers de Paris

4-3a Types de quartiers de Paris

Sources : RGP 1982, 1990, 1999 (1/4).
Légende de la carte 4-3.
* Les types sont le résultat d'une classification ascendante hiérarchique sur 80 quartiers, à 3 dates.
** Les sommes en colonne sont égales à 100. Les italiques correspondent aux sur-représentations par rapport au profil moyen de la CSP.

4-3b Types de combinaisons socioprofessionnelles à Paris et en Petite Couronne

4-3b Types de combinaisons socioprofessionnelles à Paris et en Petite Couronne

Sources : RGP 1982, 1990, 1999 (1/4).
Légende de la carte 4-4.
* Les types sont le résultat d'une classification ascendante hiérarchique sur 20 arrondissements et 123 communes, à 3 dates.
** Les sommes en colonne sont égales à 100. Les italiques correspondent aux sur-représentations par rapport au profil moyen de la CSP.

4-3c Types de combinaisons socioprofessionnelles dans l'agglomération parisienne

4-3c Types de combinaisons socioprofessionnelles dans l'agglomération parisienne

Sources : RGP 1982, 1990, 1999 (1/4).
Légende de la carte 4-5.
* Les types sont le résultat d'une classification ascendante hiérarchique sur 20 arrondissements et 395 communes, à 3 dates.
** Les sommes en colonne sont égales à 100. Les italiques correspondent aux sur-représentations par rapport au profil moyen de la CSP.

4-4 Évolution des combinaisons socioprofessionnelles entre 1982 et 1999 Paris, Petite Couronne, agglomération parisienne

4-4a Paris (80 quartiers)

4-4a Paris (80 quartiers)

Cf. tableau 4-3a (profils des types) et carte 4-3 ; les types en 1982 se lisent en ligne, ceux de 1999 en colonne ; sur 14 quartiers du type « interm. 1 » en 1982, 3 n'ont pas changé de classe en 1999, 3 sont devenus de type « cadres 1 », 8 de type « cadres 2 ». Dans les cases en grisé (diagonale du tableau) figurent les effectifs des quartiers qui n'ont pas changé de type entre les deux dates.

4-4b Paris (arrondissements) et Petite Couronne

4-4b Paris (arrondissements) et Petite Couronne

Cf. tableau 4-3b (profils des types) et carte 4-4

4-4c Agglomération parisienne*

4-4c Agglomération parisienne*

* Dans les limites de 1999.
Cf. tableau 4-3c (profils des types) et carte 4-5.

32Quelle part revient, dans l'évolution du paysage social parisien, aux départs vers les banlieues et les communes périurbaines ? Si l'on raisonne en solde des migrations, et non en flux, les ouvriers constituent le tiers des sortants à destination des départements de Petite ou Grande Couronne au cours du dernier quart de siècle, alors qu'ils ne représentaient que 16 % des ménages parisiens en 1975. Leur solde migratoire avec la province est resté constamment négatif et les entrées en provenance de l'étranger ou des DOM-TOM n'ont pu compenser ces pertes. Par contre, les employés ont été deux fois moins nombreux à quitter la capitale pour le reste de l'Île-de-France et les entrants venus de province ou de l'étranger ont fait plus que compenser ces départs. Mais ceci n'a pas empêché la forte baisse de leur part relative dans la population de Paris intra muros compte tenu de leur démographie. Pour les cadres, le taux de départ – ils constituent 16 % des sortants vers le reste de l'Île-de-France – est supérieur à leur proportion dans la population de la capitale (14 % des ménages parisiens en 1975). Mais ils ont largement bénéficié des apports extérieurs, provinciaux ou extra-métropolitains, et considérablement accru à la fois leurs effectifs – qui ont doublé en vingt-cinq ans – et leur part relative dans la population parisienne. Quant aux professions intermédiaires, en dépit d'un bilan des échanges avec le reste de la région plutôt favorable, leur progression a été nettement moins spectaculaire, car les apports de ménages venus de province ou de l'étranger ont été plus modestes, de même que leur reproduction in situ.

33Parmi les ménages quittant Paris, combien se sont dirigés vers la proche banlieue, combien ont alimenté le peuplement périurbain ? Au cours du dernier quart de siècle, les proportions sont restées stables et les écarts entre groupes sociaux, faibles : un ménage sur trois se dirige vers la Grande Couronne, deux sur trois s'installent en proche banlieue. La proportion de sortants vers la Petite Couronne est un peu plus élevée dans les catégories les plus modestes – elle atteint 70 % pour les ouvriers et les employés –, un peu plus faible pour les ménages de retraités, qui se partagent presque à égalité, jusqu'aux années 80, entre banlieue proche et couronnes plus lointaines. Pour les cadres et professions intermédiaires, la préférence pour les communes de Petite Couronne s'accentue au cours du temps : jusqu'en 1982, 4 ménages sur 10 se dirigeaient vers la grande banlieue et le périurbain ; depuis cette date, deux ménages sur trois choisissent la proche banlieue (tableau 4-5). Alors qu'à ses débuts, dans les années 60, la périurbanisation était fortement alimentée par les ménages quittant Paris, leur part dans le peuplement pavillonnaire périphérique n'a cessé de se réduire au cours du temps.

4-5 Destinations principales des ménages ayant quitté Paris pour une autre zone en Île-de-France

4-5a Entre 1968 et 1975 (en %)

Groupes socioprofessionnels

Grande Couronne

Petite Couronne

Collectif
locatif

Collectif
en propriété

Individuel
en propriété

Collectif
locatif

Collectif
en propriété

Individuel
en propriété

Cadres, professions
intellectuelles supérieures

9,5

11,3

15,1

25,4

21,3

5,2

Cadres moyens, professions
intermédiaires

13,3

9,4

12,5

33,9

16,3

3,7

Contremaîtres,
agents de maîtrise

12,3

8,4

16,9

30,0

14,9

6,9

Employés
et personnels de service

4,6

6,3

7,5

41,2

13,1

3,2

Ouvriers qualifiés

16,7

5,0

9,2

39,3

11,4

5,2

Ouvriers non qualifiés

17,5

2,5

6,0

44,7

8,5

3,7

Patrons de l'industrie
et du commerce

8,0

3,9

15,9

27,5

13,8

10,4

Retraités autres
qu'agricoles

10,6

7,4

24,8

22,0

13,5

5,9

Source  : RGP 1975 (1/5).

34Les % se lisent en ligne, par rapport au total des sortants d'une CSP ; les ménages installés dans le parc individuel en location et ceux qui occupent un logement dans un immeuble autre que d'habitation ne figurent pas dans les tableaux.

4-5b Entre 1975 et 1982 (en %)

Groupes
socioprofessionnels

Grande Couronne

Petite Couronne

Collectif
locatif
HLM

Collectif
loyer
libre

Collectif
en
propriété

Individuel
en
propriété

Collectif
locatif
HLM

Collectif
loyer
libre

Collectif
en
propriété

Individuel
en
propriété

Cadres, profession
intellectuelles supérieures

2,1

6,7

8,9

17,3

4,5

20,6

20,8

7,8

Cadres moyens,
professions intermédiaires

4,7

7,3

8,0

11,7

10,5

25,4

16,9

5,3

Contremaîtres,
agents de maîtrise

5,7

4,9

5,8

17,4

11,7

21,4

14,9

7,2

Employés
et personnels de service

8,4

6,0

5,3

5,9

18,4

28,0

12,2

3,3

Ouvriers qualifiés

10,6

5,6

4,0

7,2

19,7

27,9

8,7

5,3

Ouvriers non qualifiés

12,4

6,2

2,3

3,1

23,0

29,1

5,9

2,8

Patrons de l’industrie et du commerce

2,0

4,5

4,3

17,7

6,0

20,7

16,5

12,2

Anciens patrons de l’industrie et du commerce

3,6

5,8

9,4

24,8

2,4

15,2

21,8

7,3

Anciens cadres

1,9

4,1

12,1

23,4

3,0

16,7

25,1

4,3

Retraités des professions
intermédiaires

5,4

8,1

13,1

20,5

5,0

14,6

19,7

5,0

Anciens employés

8,4

8,0

7,4

17,3

9,9

19,7

14,4

3,9

Anciens ouvriers

7,9

6,8

5,5

18,1

12,0

18,8

12,8

6,5

Source  : RGP 1982 (1/4).
Les % se lisent en ligne, par rapport au total des sortants d'une CSP ; les ménages installés dans le parc individuel en location et ceux qui occupent un logement dans un immeuble autre que d'habitation ne figurent pas dans les tableaux.

4-5c Entre 1982 et 1990 (en %)

Groupes socioprofessionnels

Grande Couronne

Petite Couronne

Collectif
locatif
HLM

Collectif
loyer
libre

Collectif
en
propriété

Individuel
en
propriété

Collectif
locatif
HLM

Collectif
loyer
libre

Collectif
en
propriété

Individuel
en
propriété

Cadres, professions
intellectuelles supérieures

1,7

5,9

7,6

16,0

4,3

21,4

23,5

10,4

Cadres moyens,
professions intermédiaires

4,7

6,2

8,0

11,3

12,6

24,0

18,2

6,3

Contremaîtres,
agents de maîtrise

6,7

5,2

7,2

16,4

13,4

19,4

13,4

9,5

Employés
et personnels de service

9,3

5,2

5,4

6,8

20,3

26,2

13,9

3,4

Ouvriers qualifiés

9,5

5,4

4,9

9,8

20,2

22,9

12,6

5,8

Ouvriers non qualifiés

12,3

5,9

4,3

5,2

22,1

27,4

9,8

3,6

Patrons de l’industrie
et du commerce

2,5

4,7

3,9

15,7

6,8

23,9

16,3

13,1

Anciens patrons de
l’industrie et du commerce

1,8

3,3

9,7

25,1

3,1

11,8

22,8

11,5

Anciens cadres

1,1

5,7

11,7

23,3

3,2

15,2

29,5

4,4

Retraités des professions
intermédiaires

2,6

6,1

8,8

21,1

8,3

15,2

24,8

5,7

Anciens employés

7,2

9,0

7,8

12,5

12,1

15,9

21,8

4,6

Anciens ouvriers

8,1

7,0

6,8

14,6

15,8

16,5

16,9

5,4

Source  : RGP 1990 (1/4).

35Les % se lisent en ligne, par rapport au total des sortants d'une CSP ; les ménages installés dans le parc individuel en location et ceux qui occupent un logement dans un immeuble autre que d'habitation ne figurent pas dans les tableaux.

36Mais, parmi les ménages quittant Paris pour la Grande Couronne, la proportion de ceux qui optent pour un pavillon n'a cessé de croître, passant de 38 % entre 1968 et 1975 à 43 % de 1982 à 1990. Ce choix est majoritaire parmi les cadres et les patrons de l'industrie et du commerce, actifs ou retraités, ainsi que pour les contremaîtres et agents de maîtrise et les retraités des professions intermédiaires. Mais il ne concerne que 1 ouvrier qualifié sur 3, 1 employé sur 4, 1 OS sur 5 : pour les catégories modestes, la migration vers la Grande Couronne s'effectue principalement vers le parc collectif locatif, le plus souvent HLM. Au total, entre 1968 et 1990, 1 ménage sur 7 quittant Paris pour une autre zone d'Île-de-France s'est dirigé vers le parc pavillonnaire de la Grande Couronne, 1 sur 8 y a acquis un pavillon. Mais ces 60 000 ménages représentent bien peu par rapport aux 300 000 familles qui, en vingt ans, ont quitté la proche banlieue pour acquérir un pavillon en Grande Couronne.

37Bien plus que de départs de Paris intra muros, le peuplement des espaces pavillonnaires périurbains résulte donc d'un mouvement de ménages résidant en proche banlieue vers des banlieues plus lointaines, moins denses, offrant des logements plus vastes à des prix plus accessibles, dans un environnement social jugé meilleur. Mais qu'ils viennent de Paris ou de la Petite Couronne, ces nouveaux pavillonnaires sont des familles ayant des enfants (2 ménages sur 3 parmi ceux quittant Paris, 3 sur 4 pour les originaires de la Petite Couronne) et des couples biactifs – c'est le cas de 1 Parisien sur 2 et de 2 banlieusards sur 3 dans les années 80.

38Par contre, la composition sociale des flux en provenance de la ville centre et de la Petite Couronne est sensiblement différente, à l'image de leur population. Parmi les Parisiens acquéreurs de pavillons en Grande Couronne, 4 ménages sur 10 entre 1968 et 1982, 1 sur 2 dans les années 80 sont des cadres ou des professions intermédiaires, 1 sur 4 appartient à des catégories modestes d'ouvriers ou d'employés, dont la part décline au cours du temps, 1 sur 5 est retraité. Parmi les banlieusards qui achètent une maison individuelle en Grande Couronne, 1 sur 3 est ouvrier ou employé, 1 sur 10 retraité, alors que la part des cadres et professions intermédiaires ne dépasse pas 40 %. Compte tenu des effectifs concernés par ces mouvements, la composition sociale des communes de banlieue est donc elle aussi sensiblement modifiée par les départs vers la périphérie.

La polarisation sociale croissante des banlieues

39Qu'il s'agisse de la Petite Couronne ou de l'agglomération parisienne dans son ensemble, la cartographie des combinaisons sociales communales entre 1982 et 1999 (tableaux 4-3b et c, cartes 4-4 et 4-5) met en évidence à la fois la stabilité d'ensemble du dispositif spatial (la double opposition ouest-est et nord-sud) et l'accentuation des contrastes entre les zones. La progression des cadres s'oppose au repli des ouvriers sur quelques bastions de la banlieue rouge au nord-est de Paris ainsi que dans la vallée de la Seine, tant en amont qu'en aval de Paris. En Petite Couronne, le recul des couches ouvrières touche d'abord les moins qualifiés, puis, à partir des années 80, les ouvriers qualifiés ainsi que les contremaîtres et agents de maîtrise. En un quart de siècle, alors que l'effectif de l'ensemble des ménages augmente de 15 % en Petite Couronne, le nombre de ménages ouvriers recule de 30 %, leur part relative de plus d'un tiers (de 26 % en 1975 à 16 % en 1999). Dans le même temps, le coefficient de variation passe de 0,3 à 0,5, témoignant d'une concentration progressive de leur distribution et d'une accentuation des écarts entre les communes. Dans ce recul de la classe ouvrière en proche banlieue, une part revient aux migrations centrifuges vers la Grande Couronne, mais aussi au fait que ces départs cessent d'être compensés par les entrées d'ouvriers venus de province et de l'étranger. Il faut également tenir compte du non-remplacement des départs en retraite, vu l'évolution du marché de l'emploi francilien.

40Parallèlement, la proche banlieue gagne en vingt-cinq ans 100 000 ménages de cadres, moitié moins de professions intermédiaires, mais aussi 80 000 employés et personnels de service. Cette croissance se diffuse largement dans l'ensemble de la zone : contrairement à ceux des ouvriers, les coefficients de variation de ces catégories diminuent. Cela ne se traduit pas pour autant par une plus grande mixité sociale : l'évolution des coefficients de corrélation entre les groupes socioprofessionnels montre que les associations entre cadres et professions intermédiaires s'affaiblissent, alors que les oppositions entre ces deux catégories, d'une part, les ouvriers et employés, d'autre part, se renforcent. La classe ouvrière elle-même évolue : elle compte de moins en moins d'ouvriers d'industrie travaillant dans de grandes entreprises, de plus en plus d'actifs dans le secteur des services ou de la manutention.

41Au total, de 2 communes sur 3 à dominante ouvrière en Petite Couronne en 1982, on passe à moins d'une sur deux en 1999 (tableau 4-4b). Alors qu'en 1982 la moitié seulement se situaient en Seine-Saint-Denis, ce département concentre, en 1999, les deux tiers des communes ouvrières de proche banlieue. Dans le même temps, le profil social de ces espaces se modifie : ils comptent de plus en plus de retraités et de moins en moins d'actifs parmi les ouvriers. Inversement, le nombre de communes à dominante de cadres triple, passant de 12 – soit une commune de Petite Couronne sur dix – en 1982, à 38 – près d'une sur trois – en 1999. Alors que la quasi-totalité d'entre elles se situaient dans les Hauts-de-Seine en 1982, le Val-de-Marne en abrite désormais une sur trois. Dans le même temps, le nombre de communes « intermédiaires » reste stable, mais leurs localisations se modifient : la moitié des communes du Val-de-Marne relèvent désormais de ce type.

42Les processus de valorisation observés dans certains quartiers populaires mixtes de Paris (situés dans les 10e, 11e, mais aussi 3e et 4e arrondissements) gagnent les communes de la Petite Couronne jouxtant le boulevard périphérique. Ceci ne concerne plus seulement des communes traditionnellement bourgeoises telles que Vincennes, Saint-Mandé ou Issy-les-Moulineaux : l'évolution est particulièrement spectaculaire dans le sud des Hauts-de-Seine et dans le Val-de-Marne. Ce qu'on observe à propos de la distribution des catégories socioprofessionnelles concerne aussi l'évolution des revenus : leur taux moyen de croissance a été plus élevé là où ils étaient déjà les plus hauts (Beckouche, 1992). C'est donc d'une part à une extension des zones à dominante de cadres – même si des processus de vieillissement affectent les beaux quartiers et les belles banlieues –, d'autre part au maintien du cœur de la banlieue rouge et à l'effritement de ses marges, que l'on a assisté au cours des deux dernières décennies. Le renforcement de la présence des cadres et professions intermédiaires en proche banlieue doit peu aux migrations, qu'il s'agisse des entrées de provinciaux ou des mouvements internes à l'Île-de-France : ils compensent à peine les départs vers la Grande Couronne. Plus encore qu'à Paris, l'embourgeoisement résulte donc pour l'essentiel d'un processus de gentrification in situ, par ascension sociale des ménages résidant déjà en banlieue, y compris les jeunes décohabitants quittant leur famille pour s'installer dans un logement personnel.

43Dans le même temps, les grands ensembles d'habitat social des communes ouvrières perdent la fraction la plus solvable de leur population. Ouvriers qualifiés, employés de la fonction publique et professions intermédiaires quittent la Seine-Saint-Denis pour s'installer dans des quartiers moins stigmatisés du Val-de-Marne ou des Hauts-de-Seine, dans le pavillonnaire périurbain du Val-d'Oise et de la Seine-et-Marne, voire de l'Oise ou de l'Aisne. Ils y sont d'autant plus incités que leurs emplois se déplacent des vieilles banlieues ouvrières vers de nouvelles zones d'activité périphériques.

44Observés par J.C. Boyer (1986) pour le personnel municipal de la ville de Saint-Denis, ces déplacements prennent au fil du temps une importance croissante. Entre 1968 et 1975, 1 ménage sur 5 quittant la Seine-Saint-Denis devenait propriétaire d'un pavillon en Grande Couronne ; dans les années 80, c'est le cas de 1 ménage sur 4 (tableau 4-6). La part des installations dans le parc collectif locatif à Paris ou en Petite Couronne n'a cessé de diminuer, celle des propriétaires de pavillons en Grande Couronne ou dans le Bassin parisien proche d'augmenter. Entre 1982 et 1990, parmi les sortants de Seine-Saint-Denis, ce mouvement a concerné plus d'un ouvrier qualifié sur 3, un contremaître sur 2, trois ménages de professions intermédiaires sur 10. Par contre les cadres restaient plus attirés par des localisations plus centrales en location, tout comme les employés, plus souvent célibataires, jeunes, en début de carrière professionnelle et familiale. Les départs affectent davantage les catégories les plus aisées – qui sont aussi les plus mobiles – et ont contribué au maintien des positions des ouvriers là où ils étaient déjà les plus nombreux. Ils sont à l'origine de chaînes de vacance aboutissant en particulier à l'installation des familles immigrées dans le parc social délaissé par les couches moyennes.

45Si l'on étend l'analyse à l'ensemble de l'agglomération parisienne dans ses limites de 1999, la réduction des espaces ouvriers et leur concentration dans quelques bastions sont encore plus nettes (tableau 4-3c, carte 4-5). Par contre, les professions intermédiaires se diffusent largement et contribuent au rajeunissement de la population dans d'anciennes communes à dominante ouvrière à l'est et au sud-est de Paris. Dans le même temps, l'embourgeoisement progresse dans un vaste quadrant sud-ouest, établissant une continuité des beaux quartiers parisiens aux belles banlieues et aux nouvelles zones pavillonnaires périurbaines s'adressant aux cadres, qui s'installent de plus en plus souvent aux environs des zones technopolitaines en pleine croissance. En moins de vingt ans, le nombre de communes à dominante de cadres double aux dépens des types intermédiaires.

4-6 Destinations principales des ménages ayant quitté la Seine-Saint-Denis

4-6a Entre 1968 et 1975 (en %)

Groupes
socioprofessionnels

Grande Couronne

Petite Couronne**

Paris

Bassin
parisien*

Collectif
locatif

Collectif
en
propriété

Individuel
en
propriété

Collectif
locatif

Collectif
en
propriété

Individuel
en
propriété

Collectif
locatif

Collectif
en
propriété

Individuel
en
propriété

Cadres,
professions intellectuelles
supérieures

10,1

9,9

24,1

11,4

9,0

3,7

17,5

7,3

2,1

Cadres moyens,
professions intermédiaires

16,9

9,6

21,2

15,3

6,2

1,6

18,0

4,9

2,0

Contremaîtres, agents de maîtrise

17,0

8,8

36,5

12,6

3,3

3,0

7,2

1,8

4,9

Employés et personnels de service

16,6

5,3

11,9

21,1

4,4

1,5

29,2

4,9

1,0

Ouvriers qualifiés

22,0

6,0

20,5

18,2

4,0

2,0

18,1

2,7

1,5

Ouvriers non qualifiés

21,0

2,5

13,4

23,1

3,0

1,2

23,9

2,6

1,0

Patrons de l’industrie
et du commerce

7,8

4,5

22,0

13,6

4,4

3,8

20,6

5,1

1,7

Retraités autres qu’agricoles

15,3

6,5

25,7

12,1

6,9

2,4

14,1

8,5

Ensemble des ménages

16,8

6,6

19,0

17,3

5,2

2,1

21,0

4,6

1,6

Source  : RGP 1975 (1/5).
* Personnes de référence travaillant en Île-de-France et résidant dans les 8 départements bordant l'Île-de-France.
** Hauts-de-Seine et Val-de-Marne.
Les % se lisent en ligne, par rapport au total des sortants d'une CSP ; les ménages installés dans le parc individuel en location et ceux qui occupent un logement dans un immeuble autre que d'habitation ne figurent pas dans les tableaux.

4-6b Entre 1975 et 1982 (en %)

Groupes
socioprofessionnels

Grande Couronne

Petite Couronne**

Paris

Bassin
parisien*

Collectif
locatif

Collectif
en
propriété

Individuel
en
propriété

Collectif
locatif

Collectif
en
propriété

Individuel
en
propriété

Collectif
locatif

Collectif
en
propriété

Individuel
en
propriété

Cadres,
professions intellectuelles
supérieures

9,5

8,6

27,1

10,9

5,8

2,4

19,7

5,5

4,4

Cadres moyens,
professions intermédiaires

14,0

8,3

23,8

14,8

3,9

2,0

20,1

3,5

5,0

Contremaîtres, agents de maîtrise

14,6

9,5

36,5

11,0

2,7

2,3

7,8

1,7

9,1

Employés et personnels de service

17,7

6,1

13,1

19,8

3,2

0,8

28,2

3,3

3,7

Ouvriers qualifiés

21,0

5,8

20,2

18,6

2,3

1,5

17,4

1,1

6,1

Ouvriers non qualifiés

21,2

2,2

11,4

23,9

2,3

1,4

26,9

1,7

3,2

Patrons de l’industrie
et du commerce

9,2

4,3

27,6

11,0

3,7

4,0

19,7

3,9

3,2

Anciens patrons de l’industrie
et du commerce

13,8

8,3

30,3

10,1

6,4

6,4

10,1

11,0

Anciens cadres

7,1

11,2

22,4

7,1

9,2

1,0

18,4

19,4

Retraités des professions
intermédiaires

12,9

11,2

28,8

10,0

7,6

2,9

17,1

6,5

Anciens employés

19,8

9,8

20,9

13,3

7,4

0,9

18,4

4,2

Anciens ouvriers

23,7

4,7

26,6

13,0

4,4

2,4

12,7

4,4

Ensemble des ménages

16,0

6,7

20,8

16,0

3,7

1,8

21,6

3,3

4,3

Source  : RGP 1982 (1/4).
* Personnes de référence travaillant en Île-de-France et résidant dans les 8 départements bordant l'Île-de-France.
** Hauts-de-Seine et Val-de-Marne.
Les % se lisent en ligne, par rapport au total des sortants d'une CSP ; les ménages installés dans le parc individuel en location et ceux qui occupent un logement dans un immeuble autre que d'habitation ne figurent pas dans les tableaux.

4-6c Entre 1982 et 1990 (en %)

Groupes
socioprofessionnels

Grande Couronne

Petite Couronne**

Paris

Bassin
parisien*

Collectif
locatif

Collectif
en
propriété

Individuel
en
propriété

Collectif
locatif

Collectif
en
propriété

Individuel
en
propriété

Collectif
locatif

Collectif
en
propriété

Individuel
en
propriété

Cadres,
professions intellectuelles
supérieures

9,8

7,3

25,8

11,6

7,6

3,7

18,7

7,2

3,6

Cadres moyens,
professions intermédiaires

14,5

7,7

26,3

15,4

4,1

2,1

16,4

3,8

4,6

Contremaîtres, agents de maîtrise

12,1

7,7

41,8

8,4

1,0

3,6

7,0

1,0

10,6

Employés et personnels de service

19,4

6,6

16,8

18,1

3,1

0,8

22,2

2,6

5,3

Ouvriers qualifiés

19,9

4,7

28,3

14,9

2,1

1,8

11,7

1,0

8,6

Ouvriers non qualifiés

23,8

4,4

19,7

16,7

1,4

1,3

19,0

1,3

5,8

Patrons de l’industrie
et du commerce

8,8

5,1

30,0

12,3

4,0

4,3

15,6

4,1

3,9

Anciens patrons de l’industrie
et du commerce

8,4

11,4

32,1

8,4

9,9

1,5

10,7

13,0

Anciens cadres

4,2

7,2

25,8

5,4

16,8

6,0

11,4

18,6

Retraités des professions
intermédiaires

11,9

10,4

33,2

9,4

9,4

3,5

8,4

9,4

Anciens employés

23,1

12,4

18,4

12,8

10,3

1,6

12,1

5,3

Anciens ouvriers

20,3

9,6

28,3

9,1

6,9

2,7

10,4

4,0

Ensemble des ménages

16,5

6,5

24,7

14,5

4,2

2,2

16,8

3,6

5,2

Source  : RGP 1990 (1/4).
* Personnes de référence travaillant en Île-de-France et résidant dans les 8 départements bordant l'Île-de-France.
** Hauts-de-Seine et Val-de-Marne.
Les % se lisent en ligne, par rapport au total des sortants d'une CSP ; les ménages installés dans le parc individuel en location et ceux qui occupent un logement dans un immeuble autre que d'habitation ne figurent pas dans les tableaux.

46Mais on observe aussi des transformations plus radicales : un tiers des communes qui comptent, en 1999, plus d'un ménage de cadre, actif ou retraité, sur trois, étaient encore, au début des années 80, à dominante ouvrière (tableau 4-4c). Au fil du temps, le dispositif sectoriel, opposant les espaces où progressent les cadres et ceux où les ouvriers et employés se maintiennent, se renforce. Il en est de même au-delà des limites de l'agglomération parisienne : auréoles concentriques et secteurs se conjuguent pour constituer le canevas de la division sociale de l'espace francilien.

Des espaces périurbains aux communes rurales

47Plus on s'éloigne du centre de l'agglomération, plus la part des catégories modestes augmente : le schéma en auréoles concentriques selon la distance à Paris renvoie tout autant, en Île-de-France, aux caractéristiques sociales de l'espace qu'à la structure démographique des ménages (tableau 4-7a, carte 4-6, graphique 4-7). Il se conjugue avec un dispositif sectoriel en quadrants qui englobe les villes petites et moyennes comme les communes rurales (graphique 4-9). À une même distance de Paris, il n'existe plus guère désormais de différence entre espaces urbains et périurbains, en ce qui concerne la composition sociale des populations résidentes, exception faite des ménages d'employés qui restent plus nombreux en ville où l'offre locative est plus abondante (graphique 4-8).

48Au cours des deux dernières décennies, trois modèles de distribution des couches sociales se sont succédé dans les espaces ruraux et périurbains d'Île-de-France. Au début des années 80, les agriculteurs, actifs ou retraités, dominent encore les sociétés rurales aux confins de la région parisienne, associés aux artisans et petits commerçants ainsi qu'à des ménages d'ouvriers. Dans les années 90, l'expansion généralisée des couches moyennes transforme profondément les communes périurbaines dans l'ensemble de la région (tableau 4-7b). Mais certains secteurs, situés principalement à l'ouest, se valorisent fortement et accueillent de plus en plus de ménages de cadres, tandis qu'une nouvelle ceinture ouvrière se constitue à l'est de l'Île-de-France. Dix ans plus tard, les ouvriers s'effacent devant l'expansion des couches moyennes dans l'est francilien.

49Dans le même temps, les clivages démographiques s'estompent entre les différentes auréoles périurbaines : les soldes migratoires positifs gagnent la quasi-totalité des périphéries franciliennes, le rajeunissement est général. Au contraire, les marquages sociaux se renforcent : les différentes catégories d'actifs tertiaires se séparent de plus en plus souvent en fonction de leurs revenus. À partir d'un certain seuil de distance au centre, l'accessibilité aux ressources de la ville, en premier lieu desquelles figurent les emplois, règle les coûts fonciers et devient le principal discriminant social. La séparation entre couches aisées et couches modestes se renforce, la ségrégation démographique se réduit : on rencontre de plus en plus souvent dans les mêmes communes actifs et retraités d'une même catégorie. On peut imaginer qu'au cours du temps, avec le remplacement des générations, les séparations démographiques vont s'atténuer, voire se renverser. Il n'en est pas de même du marquage social qui induit des processus de valorisation-dévalorisation beaucoup plus durables dans une société où la part des propriétaires augmente et la mobilité se réduit.

50Dans cette évolution vers de nouvelles formes de division sociale des espaces périurbains, le quadrant sud-ouest de l'Île-de-France a une longueur d'avance : l'expansion pavillonnaire y a été plus précoce, les cadres y ont affirmé plus tôt leurs territoires au-delà des traditionnels beaux quartiers. L'unification, au moins potentielle, du marché du travail métropolitain avec l'achèvement du tronçon central du RER a changé la donne : dans l'ensemble de la région, nombre de communes y ont gagné un renforcement de l'accessibilité aux emplois dans une durée de déplacement acceptable. Mais les écarts se sont creusés en fonction de la qualité et des fréquences des liaisons routières et ferroviaires : les concurrences s'exacerbent entre les lieux les mieux desservis. Cependant, on ne peut mettre sur le même plan les secteurs d'habitat collectif, où existe le plus souvent une offre de transports en commun, et les quartiers pavillonnaires, où la dépendance automobile des ménages est beaucoup plus forte. Il convient donc de s'interroger sur les formes particulières de distribution des groupes sociaux dans le parc pavillonnaire et sur le rôle spécifique de ses différents segments.

4-7 Les combinaisons socioprofessionnelles en Île-de-France

4-7a Types de combinaisons socioprofessionnelles en Île-de-France (1982-1999)

4-7a Types de combinaisons socioprofessionnelles en Île-de-France (1982-1999)

Sources : RGP 1982, 1990, 1999 (1/4).
Les sommes en colonne sont égales à 100. Les italiques correspondent aux sur-représentations par rapport au profil moyen de la CSP.
Légende de la carte 4-6.
Les types sont le résultat d'une classification ascendante hiérarchique sur 1300 communes, à 3 dates.

4-7b Évolution des combinaisons socioprofessionnelles en Île-de-France (1982-1999)

4-7b Évolution des combinaisons socioprofessionnelles en Île-de-France (1982-1999)

Cf. carte 4-6. Les types en 1982 se lisent en ligne, ceux de 1999 en colonne. Dans les cases en grisé figurent les effectifs des quartiers qui n'ont pas changé de type entre les deux dates.

Notes

1 Cf. en particulier les travaux menés, au sein du laboratoire Strates, par J. Brun, Y. Chauviré, M. Guillon et C. Rhein.

2 Cf. en particulier les travaux de M. Pinçon, M. Pinçon-Charlot, E. Préteceille et P. Rendu.

3 Cf. Atlas des Franciliens (1re édition, 1992, t. 2 ; 2e édition, 2002, t. 3), ainsi que les travaux de N. Tabard.

4 Espaces périurbains et espaces multipolarisés au sens du zonage en aires urbaines de l'INSEE.

5 Dans les quartiers frappés dered lining (identifiés comme ceux où le taux de population noire dépasse un seuil jugé dangereux pour l'évolution de la valeur des biens immobiliers), les banques refusent d'accorder des prêts hypothécaires pour l'achat ou l'entretien de logements.

6 Nous reprenons ici, en l'étendant aux professions intermédiaires elles aussi très composites, le terme employé par A. Chenu (1990) à propos des employés.

7 Il faut interpréter les profils socioprofessionnels de certains quartiers du centre rive droite à la lumière de leurs effectifs de population résidente, souvent très faibles. La catégorie des employés et personnels de service y est gonflée par les gardiens et gardiennes d'immeubles de bureaux dont ils constituent parfois les seuls occupants permanents.

Table des illustrations

Titre 4-3a Types de quartiers de Paris
Légende Sources : RGP 1982, 1990, 1999 (1/4).Légende de la carte 4-3.* Les types sont le résultat d'une classification ascendante hiérarchique sur 80 quartiers, à 3 dates.** Les sommes en colonne sont égales à 100. Les italiques correspondent aux sur-représentations par rapport au profil moyen de la CSP.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre 4-3b Types de combinaisons socioprofessionnelles à Paris et en Petite Couronne
Légende Sources : RGP 1982, 1990, 1999 (1/4).Légende de la carte 4-4.* Les types sont le résultat d'une classification ascendante hiérarchique sur 20 arrondissements et 123 communes, à 3 dates.** Les sommes en colonne sont égales à 100. Les italiques correspondent aux sur-représentations par rapport au profil moyen de la CSP.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9407/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre 4-3c Types de combinaisons socioprofessionnelles dans l'agglomération parisienne
Légende Sources : RGP 1982, 1990, 1999 (1/4).Légende de la carte 4-5.* Les types sont le résultat d'une classification ascendante hiérarchique sur 20 arrondissements et 395 communes, à 3 dates.** Les sommes en colonne sont égales à 100. Les italiques correspondent aux sur-représentations par rapport au profil moyen de la CSP.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9407/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre 4-4a Paris (80 quartiers)
Légende Cf. tableau 4-3a (profils des types) et carte 4-3 ; les types en 1982 se lisent en ligne, ceux de 1999 en colonne ; sur 14 quartiers du type « interm. 1 » en 1982, 3 n'ont pas changé de classe en 1999, 3 sont devenus de type « cadres 1 », 8 de type « cadres 2 ». Dans les cases en grisé (diagonale du tableau) figurent les effectifs des quartiers qui n'ont pas changé de type entre les deux dates.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9407/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre 4-4b Paris (arrondissements) et Petite Couronne
Légende Cf. tableau 4-3b (profils des types) et carte 4-4
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9407/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre 4-4c Agglomération parisienne*
Légende * Dans les limites de 1999.Cf. tableau 4-3c (profils des types) et carte 4-5.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9407/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre 4-7a Types de combinaisons socioprofessionnelles en Île-de-France (1982-1999)
Légende Sources : RGP 1982, 1990, 1999 (1/4).Les sommes en colonne sont égales à 100. Les italiques correspondent aux sur-représentations par rapport au profil moyen de la CSP.Légende de la carte 4-6.Les types sont le résultat d'une classification ascendante hiérarchique sur 1300 communes, à 3 dates.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9407/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre 4-7b Évolution des combinaisons socioprofessionnelles en Île-de-France (1982-1999)
Légende Cf. carte 4-6. Les types en 1982 se lisent en ligne, ceux de 1999 en colonne. Dans les cases en grisé figurent les effectifs des quartiers qui n'ont pas changé de type entre les deux dates.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9407/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search