Version classiqueVersion mobile

Les périurbains de Paris

 | 
Martine Berger

Première partie. La périurbanisation, côté campagnes

Chapitre II. Les espaces périurbains sous le double regard des « ruralistes » et des « urbanistes »

Texte intégral

1Alors que la périurbanisation démarre en France au milieu des années 60, il faut plus de deux décennies avant la mise au point, par l’INSEE, du « zonage en aires urbaines » (Le Jeannic, 1996, 1997a et b) qui officialise l’existence d’une catégorie d’« espace périurbain » (tableau 2-1). Signe de la difficulté à prendre en compte l’existence d’une nouvelle réalité longtemps considérée comme une parenthèse transitoire ou enjeux de pouvoir dans un pays marqué par sa tradition agrarienne, où subsiste une sur-représentation politique des campagnes ? Ce sont finalement des institutions en charge du logement et de son financement (Mayoux, 1979) d’une part, de la réflexion sur l’aménagement du territoire d’autre part, qui ont reconnu les premières la réalité de ce tiers espace.

Les ruralistes à la découverte de la périurbanisation

En quête d’une définition des espaces périurbains

2Avec quelque retard par rapport aux recherches déjà nombreuses menées dans les pays anglo-saxons sur les rurban belts (Pahl, 1965 et 1966), les géographes ruralistes français ont adopté dans les années 70 les termes souvent ambigus de périurbanisation et de rurbanisation. Ils découvrent, à l’occasion du recensement de 1975, l’inversion du mouvement séculaire de dépeuplement de l’espace rural qui sonne comme une divine surprise, un réconfort aussi, sans doute, pour l’avenir de leur discipline. Les premières évaluations statistiques proposées tendent alors à montrer qu’environ la moitié de la reprise démographique observée dans les communes rurales s’est localisée dans des zones périurbaines (Chapuis et Brossard, 1986 ; Bontron, Brun et Stéphan, 1989 ; Kayser, 1990). Entre 1968 et 1975, les communes rurales en ZPIU enregistrent un solde migratoire annuel moyen proche de 1 %, qui double presque (1,8 %) entre 1975 et 1982.

2-1 Urbain, périurbain, rural : une approche statistique
L’INSEE distingue les communes rurales et lesunités urbaines  ; ces dernières incluent toutes les communes comportant plus de 2 000 habitants agglomérés dans une zone bâtie continue (où la distance entre constructions avoisinantes n’excède pas 200 m), ainsi que les zones bâties contiguës s’étendant sur plusieurs communes. On définit ainsi des villes isolées (composées d’une seule commune) et des agglomérations multicommunales comportant une ville centre et des banlieues.
Dès 1962, afin de tenir compte de l’évolution du semis de peuplement et de l’apparition de formes intermédiaires entre la ville et la campagne, l’INSEE introduit la notion de ZPIU, zone de peuplement industriel et urbain. Les ZPIU comportent des unités urbaines, des communes rurales industrielles (localisant sur leur territoire un ou plusieurs établissements industriels, commerciaux ou administratifs de 20 salariés au moins), et des communes dortoirs (communes rurales ayant un faible taux d’agriculteurs et/ou une forte proportion de migrants alternants).
En 1996 est défini le zonage en aires urbaines (ZAU) qui distingue quatre types de communes. Les pôles urbains sont des unités urbaines comportant au moins 5 000 emplois, sous réserve qu’elles ne soient pas sous la dépendance directe d’un pôle urbain plus important. Les couronnes périurbaines sont constituées des communes rurales ou urbaines dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle urbain ou sa couronne. Les communes multipolarisées envoient 40 % au moins de leur population active travailler dans plusieurs pôles urbains. L’espace à dominante rurale comprend des communes rurales, mais aussi de petites unités urbaines. Les pôles urbains regroupaient en 1999 61 % de la population de la France métropolitaine, les couronnes périurbaines 16 %, les communes multipolarisées 5 %, l’espace à dominante rurale 18 %.
Références bibliographiques  : Le Jeannic (1996, 1997a et b), Bessy-Piétri (2000), Julien (2000).

3Certes, l’assimilation couramment pratiquée alors entre communes périurbaines et ZPIU ne constitue pas une évaluation réellement satisfaisante de l’ampleur du tiers espace qui se constitue alors entre villes et campagnes (SEGESA, 1969 ; Mathieu, 1982 et 1990 ; Bontron, 1992). De nombreux auteurs ont eu tendance à confondre espace périurbain et ZPIU en croissance. G. Bauer et J.M. Roux (1976) ont ainsi tenté de mesurer le degré de périurbanisation des régions françaises à partir du taux de croissance des communes rurales en ZPIU. Ils en ont conclu que les régions les plus « rurbanisées » se situaient dans la France du Sud, tandis que le Nord, la Lorraine, l’Alsace apparaissaient peu touchées. Ce résultat, contredit en partie par des observations ultérieures (Berger, 1989b ; Wiel, 1999 et 2000), tient au fait que les ZPIU de la France du Nord et de l’Est incluent non seulement des zones effectivement périurbaines mais aussi de larges zones d’industries diffuses en milieu rural, d’anciennes campagnes ouvrières dont le taux de croissance est alors plutôt médiocre. Le dynamisme des zones réellement « rurbaines » au sens de G. Bauer et J.M. Roux – c’est-à-dire bénéficiant de l’arrivée d’une nouvelle population en majorité d’origine citadine – y est ainsi masqué par la stagnation des secteurs d’anciennes industries rurales.

4La délimitation des zones périurbaines proposée par J.C. Bontron (1992), considérant le périurbain au sens littéral (espaces situés autour des villes, donc potentiellement soumis à leur influence directe), paraît plus pertinente et plus opératoire. En retenant un agrégat de cantons situés à la périphérie de noyaux urbains denses et comportant au moins une commune rurale, en faisant varier le rayon d’influence pris en compte selon la taille de la ville, on se donne les moyens d’observer à espace constant – contrairement aux ZPIU, dont les délimitations sont révisées à chaque recensement – l’intensité inégale et la diversité des formes et des processus périurbains. C’est cette définition qui a été retenue pour cartographier la périurbanisation autour des villes françaises de plus de 50 000 habitants (Berger, 1989b). Elle présente l’intérêt de ne pas exclure a priori du champ d’étude un certain nombre de petites communes urbaines peu denses, assimilables à l’espace rural dans la mesure où les espaces encore constructibles n’y manquent pas. Elle permet de traiter dans sa continuité un espace mixte, rural et urbain, de densité moyenne relativement élevée, en forte croissance (+ 26 % entre 1975 et 1982 par exemple). Les cantons périurbains ainsi définis regroupaient en 1982 environ un Français sur cinq, sur un territoire encore consacré pour moitié à l’agriculture.

Périurbanisation et renaissance rurale

  • 1 Pour une bibliographie des principaux travaux publiés au cours des années 70 et 80, cf. Berger, Fru (...)

5Quelle qu’ait été la fragilité de certaines évaluations statistiques pratiquées alors, on ne peut nier la réalité d’une reprise de la croissance de la population dans nombre de communes ou cantons ruraux situés à la périphérie des villes, prélude pour certains auteurs à une véritable « renaissance rurale » dont ils ont proposé une lecture démographique et, plus rarement, sociale. Dans les années 70, D. Noin, Y. Guermond et J.P. Fruit en Haute-Normandie, P. Duboscq en Aquitaine, B. Kayser et le groupe REMICA dans le Sud-Ouest ou encore J. David et J.P. Guérin dans les Alpes du Nord mettent en évidence une rupture dans le temps long du déclin des campagnes1. Elles ont cessé de se dépeupler ou d’être systématiquement englobées dans le tissu bâti de la ville la plus proche.

  • 2 Cf. par exemple les nombreuses communications sur les communes périurbaines au colloque de l’ARF (M (...)

6Au-delà de la spécificité de leurs structures démographiques (sur-représentation des ménages d’adultes jeunes) les communes périurbaines se caractérisent tout à la fois par une forte représentation des ouvriers et par une proportion non négligeable de ménages relativement aisés, souvent plus nombreux que dans les villes centres ou les banlieues. Très vite apparaît la diversité des communes périurbaines, qui regroupent un large éventail de positions sociales, comme cela avait été le cas dans certains grands ensembles de banlieue au tout début de leur peuplement. Les candidats à l’acquisition d’un pavillon dans l’espace périurbain se recrutent dans toutes les couches de la société, sauf les retraités et inactifs. À l’« agricolisation » des campagnes (Berger, Gillette et Robic, 1975), qui a caractérisé le temps long de l’exode rural – comme l’a montré par exemple P. Pinchemel (1957) à propos de la Picardie –, succède alors une diversification sociale qui se traduit, en particulier, par la conquête des conseils municipaux par les nouveaux arrivants2.

7Largement étudiée, l’évolution démographique fait figure dans bien des cas de révélateur de la périurbanisation, mais les communes situées à la périphérie des villes enregistrent des mouvements plus complexes qu’il n’y paraît au premier coup d’œil. Lorsque l’existence de soldes migratoires nettement positifs est repérée, ils sont attribués en général à l’arrivée d’une population principalement d’origine citadine. Mais d’autres mouvements contribuent à la croissance démographique périurbaine : ainsi en Île-de-France, dès les années 70, une partie de l’immigration est d’origine rurale locale (Berger, 1990a et b, 1991a). Les ménages déjà installés dans des communes rurales ou périurbaines ont tendance à se déplacer de la location (souvent dans le parc ancien) vers l’accession (le plus souvent dans le neuf).

8La croissance périurbaine est donc aussi le résultat du non-départ de ruraux vers l’agglomération : sans l’arrivée d’« exurbains » contribuant à la renaissance des communes rurales – permettant le maintien, voire le développement, d’équipements communaux –, un certain nombre d’entre eux auraient sans doute quitté la campagne pour aller habiter en ville, plus près de leurs lieux de travail. Les ruraux ont eux aussi profité de la création de nouveaux lotissements et des mécanismes d’accession à la propriété pour s’installer dans des logements neufs plus confortables. Le peuplement périurbain résulte donc de la convergence de l’arrivée de nouvelles populations, de l’arrêt de l’exode des jeunes ménages ruraux et d’une mobilité d’ajustement, souvent à très courte distance, dans un parc de logements très segmenté, où, à côté d’une offre dans le neuf, relativement homogène à l’échelle locale, subsiste un marché très actif, à la location comme à la vente, dans de l’ancien très inégalement valorisé. Cette mobilité de proximité interne au périurbain concerne surtout les catégories les plus modestes d’employés et d’ouvriers et s’accroît avec le rajeunissement de la population.

  • 3 Cf. par exemple, sur l’Île-de-France : Belliard et Boyer, 1983 ; Boyer, 1992 ; sur la France : Calm (...)

9Cependant, l’installation d’adultes de 25 à 44 ans n’entraîne pas immédiatement un rajeunissement sensible des communes périurbaines : elles continuent en effet à perdre les moins de 25 ans qui partent s’installer en ville pour leurs études ou leur entrée sur le marché du travail3, mais aussi en raison de la rareté de l’offre de logements locatifs confortables dans les villages. De plus elles héritent, comme l’ensemble de l’espace rural français, d’un profond vieillissement lié à l’hémorragie de forces vives provoquée par plus d’un siècle d’exode rural. Le maintien d’un taux de mortalité relativement élevé, qui s’explique par la structure d’âge des communes lors du démarrage de la périurbanisation, mais aussi des taux de natalité relativement modestes – en dépit d’une forte proportion de jeunes adultes parmi les immigrants – concourent à réduire l’excédent naturel. Il s’agit en effet souvent de familles déjà constituées, comportant un ou plusieurs enfants lors de l’installation : les naissances interviennent pour l’essentiel avant la migration, qui permet alors d’offrir plus d’espace aux enfants. Enfin, un gradient en fonction de la distance aux villes et aux grands axes de communications apparaît rapidement : on constate un tassement progressif des soldes migratoires dans la première couronne périurbaine ainsi que le déplacement de la vague de constructions neuves et de l’onde de croissance vers des communes situées toujours plus loin des villes.

  • 4 Cf. les travaux de l’ATP « Observation du changement social et culturel » : L’Esprit des lieux. Loc (...)
  • 5 Outre les communications (citées supra) au Colloque de l’ARF sur les pouvoirs municipaux et à celui (...)

10C’est souvent à travers l’analyse des systèmes de pouvoirs locaux que les transformations sociales dans les communes périurbaines sont décrites. Le renouveau d’intérêt porté alors aux analyses de localités4 conduit de nombreux auteurs à mettre l’accent sur l’arrivée, dans les campagnes périurbaines, de classes moyennes d’origine urbaine investissant les associations voire les municipalités et porteurs de projets déclenchant des conflits entre anciens habitants et nouveaux arrivants5, même si, dans les villages affectés par la croissance périurbaine, une partie des nouveaux installés venus de la ville est née, ou a habité antérieurement, dans la commune.

11Ainsi en Plaine de France au nord de Paris, les ruraux de retour au pays sont souvent nombreux dans les conseils municipaux. Les constructions neuves, situées non loin des zones de bruit de l’aéroport de Roissy et des concentrations de lignes électriques à haute tension ravitaillant l’agglomération parisienne, ont surtout attiré des catégories modestes d’employés et d’ouvriers, plus rarement des cadres moyens. Les natifs de la commune de retour au village sont sollicités à la fois par les « anciens » et les « nouveaux » pour jouer un rôle de médiateurs, même si la réalité du pouvoir municipal reste entre les mains des maires exploitants agricoles, plus présents au village et très attachés à la défense de leurs intérêts fonciers, qu’ils soient eux-mêmes propriétaires ou fermiers.

12De même, le maintien, voire le développement, de petites entreprises dans le secteur du BTP ou des activités annexes est souvent le fait d’artisans locaux, qui jouent à la fois sur le développement du marché local, la possibilité d’étendre à des coûts encore acceptables ateliers et entrepôts, et la proximité de la ville qui leur fournit un complément de clientèle. Ainsi au sud-ouest de Paris, dans les Yvelines ou dans l’Essonne, la périurbanisation ne se traduit pas par un déclin de l’artisanat local, mais par un grand nombre d’extensions, de successions le plus souvent familiales, voire de créations. À l’ère des résidences secondaires, qui justifiaient le maintien d’effectifs d’artisans sans rapport avec ceux de la population permanente, succède celle des chantiers périurbains offrant du travail à de nombreux sous-traitants des sociétés constructrices de pavillons. Une partie de la diversification des sociétés rurales à la périphérie des villes peut donc être qualifiée d’endogène : les relations sociales ne se déclinent pas uniquement sous le mode du conflit ou du rejet, mais laissent la place à des formes de médiation et d’alliance occasionnelle.

13Les transformations sociales des bourgs et villages périurbains ont aussi été appréhendées à l’aide de typologies communales, réalisées à l’échelle de régions (Chapuis, 1973 et 1982 ; Limouzin, 1978 et 1980), ou portant sur des auréoles ou des transects de communes situées à proximité de grandes villes, comme Grenoble ou Montpellier (Auriac et Bernard, 1974 ; Auriac, Bernard et Lochard, 1975 ; Groupe Dupont, 1975). Elles ont contribué à évaluer l’importance du bouleversement de l’éventail social des campagnes après une longue phase d’« agricolisation », à mettre en évidence l’existence de types d’espaces ruraux qui diffèrent entre eux selon l’encadrement par le semis urbain régional et la distance aux équipements (Mathieu et Bontron, 1973), et à faire émerger l’idée qu’il était de moins en moins opportun d’opposer villes et campagnes en termes de diversité sociale.

Mutations foncières et changements d’usage des sols

14S’il apparaît de plus en plus naturel de comparer les sociétés rurales à celles des villes voisines, les franges périurbaines, à la différence des banlieues classiques où l’espace bâti est continu, se caractérisent par le maintien d’un domaine agricole et forestier majoritaire en superficie. C’est souvent à travers les changements de la propriété et de l’usage des sols et l’analyse de l’activité du marché foncier et de l’importance des achats forains que s’effectue le repérage des espaces ruraux affectés par la périurbanisation.

15Les trames et les systèmes fonciers influent largement sur les rythmes et les formes de la périurbanisation, en termes de probabilités de mutations et d’offre de terrains constructibles compte tenu de l’âge et la profession des propriétaires ou des exploitants (agriculteurs âgés, doubles actifs) mais aussi des structures d’exploitation et des systèmes de production. À travers l’analyse des mutations foncières, c’est la nature fondamentalement « volante », non cumulative, du processus de périurbanisation qui est mise en évidence, comme l’a montré J.P. Fruit (1973 et 1976) par exemple, étudiant la liquidation des « plants » en pays de Caux ou le marché foncier dans les communes du Parc de Brotonne. Les lotissements ont tendance à migrer, à se diffuser d’une commune à l’autre. D’une part, les acquéreurs sont à la recherche d’espaces restés « naturels », et des constructions trop nombreuses feraient perdre aux lieux leur caractère de campagnes. D’autre part, des achats répétés dans les mêmes lieux tirent les prix fonciers à la hausse, alors que la clientèle des pavillons périurbains a souvent des revenus moyens ou modestes. Après la construction d’un ou deux lotissements, le mouvement se déplace donc vers des communes voisines.

16L’analyse des mutations foncières permet ainsi de mettre en évidence la dynamique du processus de périurbanisation, son caractère reproductible et la logique de sa diffusion. Le système est fondé sur la disponibilité de terrains à bas coûts fonciers dans le contexte d’une décharge de population agricole très rapide dans les années 70, qui s’accompagne d’un engouement pour des espaces de plus faibles densités et de la nostalgie d’un environnement rural réputé plus naturel au moment même où l’amélioration des services publics le rend plus confortable et plus habitable aux yeux des citadins.

17L’observation des marchés fonciers permet aussi de saisir les conflits d’usage qui se jouent aux franges de la ville. Tout au long des années 70, la presse nationale s’est fait l’écho d’un certain nombre de projets, suscitant des polémiques dépassant largement le cadre local, par leurs enjeux tant symboliques que financiers. Dès le début des années 60, avant l’élaboration du premier Schéma directeur de la région parisienne – et, à plus forte raison, des POS –, quelques promoteurs (F. Bouygues, R. de Balkany entre autres) ou investisseurs avaient préparé le terrain par des achats discrets de grands domaines agricoles ou de chasse qui n’étaient pas alors déclarés inconstructibles. Après le remplacement de P. Delouvrier par M. Doublet à la préfecture de Région en 1969, ils n’auront de cesse d’obtenir des dérogations aussi bien dans le sud-est parisien aux limites du Val-de-Marne (Bois de la Grange, Domaine de Grosbois, Bois Notre-Dame), qu’au sud-ouest de l’agglomération (ZAC de Chevry 2). L’application de l’article 19 de la loi d’orientation foncière autorisant les propriétaires à construire sur 10 % de la surface boisée des domaines, à condition de céder gratuitement les 90 % restants à la collectivité, a permis de trouver parfois des issues aux conflits mais abouti au mitage de certains massifs forestiers.

18Le règlement de l’héritage du duc de Luynes, qui souhaitait vendre à la banque Lazard plus de 1 300 ha dans les Yvelines, à Cernay, Dampierre et Senlisse, a suscité à partir de 1973 une intense mobilisation des riverains sous la houlette de P. Saint-Marc. Ceci a conduit au rachat par la SAFER d’Île-de-France de terres agricoles déjà classées en ZAD en 1969 dans le cadre de la construction de l’autoroute A10, mobilisant des sommes considérables, puis, après de longues péripéties, à la création du Parc régional de la Haute Vallée de Chevreuse, afin de protéger les parties boisées de cet immense domaine. Compte tenu de l’importance des sommes mises en jeu dans ces montages, on comprend bien que l’administration n’ait pas souhaité rendre certaines transactions plus limpides.

19Mais si elle révèle l’ampleur des intérêts en jeu, l’approche foncière n’est-elle pas pour partie une fausse question, aux portes d’une agglomération d’une telle dimension et qui enregistre alors de tels gains, sinon de population, au moins en termes de concentration des pouvoirs et des fonctions stratégiques ? Quel propriétaire, à moins d’y être contraint par des documents de planification (et les oppositions furent vives, parfois violentes, mais elles émanaient plutôt des petits et moyens exploitants maraîchers, très liés à la proximité du marché urbain), est prêt à renoncer à la très confortable plus-value que lui confère la vente d’une ou plusieurs parcelles à des lotisseurs ou des promoteurs, alors qu’existent des possibilités non négligeables de réinstallation sur des surfaces plus vastes situées plus loin, dans le Bassin parisien, moins exposées aux nuisances urbaines ? Là où ont été réalisées de grandes infrastructures (autoroutes et aéroports en particulier), les agriculteurs expropriés ont obtenu des dédommagements substantiels (Bryant, 1973a, b et c). On a pu montrer que ces indemnités avaient contribué à renchérir les prix du foncier agricole des meilleures terres dans le Loiret, l’Eure-et-Loir ou l’Oise où certains d’entre eux se sont réinstallés, assurés de bénéficier d’un réseau de services aux agriculteurs plus dense, en quittant les franges périurbaines où, de plus en plus minoritaires et isolés, ils pâtissaient d’une dégradation de leur environnement.

20Mais la périurbanisation ne se traduit pas toujours par un changement physique d’affectation des sols : elle se manifeste aussi par de nouveaux usages sociaux et de nouvelles formes de valorisation ou de dévalorisation, y compris une évolution vers des systèmes de production agricole adaptés à la proximité des marchés urbains. Certes, il s’agit là d’une caractéristique ancienne de l’agriculture francilienne, décrite par M. Phlipponneau (1956), J. Tricart (1951) à propos des exploitations de banlieue ou P. Brunet (1960), pour les plaines et plateaux de grande culture au nord et à l’est de Paris. Mais face à l’expansion considérable de la demande de terres à bâtir et à l’internationalisation croissante des marchés de produits agricoles, elle prend des formes nouvelles à partir des années 70.

Les espaces agricoles franciliens face à la croissance périurbaine

  • 6 Cf. par exemple : L’Agriculture spécialisée de la Région parisienne face à la croissance de l’agglo (...)

21Dans les années 70, à l’heure où la périurbanisation explose, les études menées au sein de l’IAURIF ou du ministère de l’Agriculture dans le cadre des plans d’aménagement rural, dans les secteurs qui semblaient les plus menacés par l’expansion des lotissements périurbains6 concluent toutes, comme l’avait déjà fait M. Phlipponneau, à l’inéluctable recul des systèmes d’agriculture spécialisée de banlieue, compte tenu de la concurrence grandissante de régions bénéficiant de coûts du foncier et de la main-d’œuvre nettement plus avantageux. Au delà même de la ceinture maraîchère de Paris, elles démontrent qu’« aucun mode d’occupation rurale du territoire, aucun système de production agricole ou forestière même très intensifiée ne peut, en économie libérale, rivaliser durablement avec l’urbanisation » (MEAR, 1971). Certains auteurs, tel M. Falque (1973), prônent même l’inversion du modèle de von Thünen : bien loin de présenter des formes de mise en valeur agricole de plus en plus intensive au fur et à mesure qu’on se rapproche des villes, l’ombre portée par les grandes agglomérations sur les campagnes environnantes se traduit par des formes de déprise et d’extensification.

22La plus grande agglomération urbaine française, située au milieu de terres parmi les plus riches du Bassin parisien, semble alors se déployer de plus en plus loin, avec des rythmes de consommation des terres agricoles jusqu’alors inédits. Rien de comparable à ce qu’on observe outre-Atlantique, où la suburbia s’est construite sur des espaces qui n’étaient pas – ou peu intensivement – occupés par les usages agricoles, l’agriculture ayant souvent laissé la place à la forêt sur les terrains les moins fertiles, au fur et à mesure de la mise en valeur des plaines centrales. Rien non plus d’analogue à la situation britannique, où depuis les corn-laws, l’agriculture a été sacrifiée à l’urbanisation, et où l’établissement, dès l’après-guerre, d’une ceinture verte autour de l’agglomération londonienne a repoussé la demande de terrain à bâtir dans l’espace rural au-delà de la zone protégée.

23De plus, le démarrage de la périurbanisation a coïncidé en Île-de-France avec une conjoncture particulièrement favorable à l’essor de la grande culture mécanisée. Bénéficiant de prix céréaliers maintenus à un niveau élevé dans le cadre de la CEE, les exploitants partent en quête de nouvelles parcelles pour atteindre les dimensions optimales par rapport aux contraintes d’amortissement du parc de machines (Charvet, 1985). Dans une situation de forte concurrence pour la terre, quelles ont été les stratégies foncières des exploitants ou des propriétaires de terres agricoles, comment ont-ils infléchi leurs systèmes de production en situation périurbaine, en particulier en termes d’apports en capital et en travail ?

La diversité des systèmes de production agricole franciliens

24L’hétérogénéité des comportements des agriculteurs et des agricultures de front urbain résulte pour une part des systèmes fonciers, selon qu’il s’agit de faire-valoir direct ou de fermage (y compris sur des terres en propriété familiale, avec l’obligation de dédommager des cohéritiers à des niveaux de prix de plus en plus en plus élevés si les terres se situent en zone NA des POS), ou, de plus en plus fréquemment, de modes mixtes adoptés par des exploitants en quête d’espace et de sécurité à moyen terme de leurs investissements. Elle reflète aussi la diversité des systèmes de production aux portes de l’agglomération parisienne, où coexistent les exploitations spécialisées de la Ceinture de Paris, la grande culture céréalière des plateaux et les systèmes de polyculture-élevage plus fréquents dans les vallées, en particulier dans l’est de la Seine-et-Marne.

25En matière de stratégies foncières, on observe une grande diversité de comportements parmi les exploitants. Certains d’entre eux cèdent des parcelles en faire-valoir direct près des villages, correspondant au noyau ancien de propriétés familiales devenues constructibles, pour louer plus loin et plus grand. Leurs fortes positions dans les conseils municipaux leur permettent d’envisager la valorisation de ces terrains sous forme de lotissements, y compris communaux. Dans la ceinture maraîchère de Paris, certains agriculteurs pratiquent la rétention pour faire grimper les prix ; d’autres, plus âgés, sur des exploitations non viables et sans successeur, sont plus pressés de vendre car cela représente une aubaine et un bon capital-retraite.

  • 7 OTEX : orientation technico-économique des exploitations.

26C’est dans la zone du maraîchage et des cultures spéciales, très exigeants en investissements, que les terres étaient le plus souvent en faire-valoir direct. Située au contact même du front urbain, cette région agricole a perdu, en moins de vingt ans, de 1970 à 1988, la moitié de ses exploitations et de sa main-d’œuvre, tant familiale que salariée, et tout indique que le mouvement s’est poursuivi au cours de la dernière décennie, voire accéléré en ce qui concerne la production légumière (Charvet et Rouyrès, 1993 ; Poulot et Rouyrès, 2000a et b). En trois décennies, près des deux tiers des surfaces consacrées aux OTEX horticulture, fruits ou légumes7 ont ainsi disparu : l’agriculture spécialisée a cessé de se déplacer et de se reconstituer toujours plus loin au fur et à mesure de la progression urbaine selon le mouvement séculaire décrit jadis par M. Phlipponneau.

  • 8 UTA : unité travailleur année.

27En effet, ce n’est pas seulement sa base foncière qui est désormais atteinte : très exigeante en main-d’œuvre – elle occupait encore, en 1988, un tiers des UTA8 agricoles de la région –, elle subit de plus en plus la concurrence du marché du travail urbain, au fur et à mesure de l’amélioration des systèmes de transport. Il en est de même des exploitations familiales de polyculture-élevage, dont le taux de disparition est également très rapide. Situées surtout dans les vallées, donc le long des principaux axes d’urbanisation, elles ont d’abord cédé les parcelles les plus faciles à équiper, proches des noyaux villageois, pour la construction de résidences secondaires ou de retraite. Exploitées majoritairement en faire-valoir direct, elles ont ensuite livré aux lotissements de nombreuses parcelles déjà desservies par les réseaux. Les exploitants étaient d’autant plus prêts à profiter des nouvelles opportunités foncières offertes par la périurbanisation qu’ils perdaient la main-d’œuvre d’aides familiaux de plus en plus attirés par les salaires urbains. Les plus grandes parcelles ont souvent été reprises en fermage par des exploitations céréalières toujours en quête de possibilités d’agrandissement. Les exploitations de cultures spéciales et les systèmes de polyculture-élevage ont donc été particulièrement affectés par la croissance périurbaine. Le plus souvent en faire-valoir direct, leurs chefs n’ont pas été remplacés à l’occasion des départs en retraite et ont bénéficié de gains fonciers bienvenus lors de la cessation d’activité.

28Sur les plateaux de grande culture aux abords de l’agglomération parisienne, les effets de la pression urbaine sur le devenir des exploitations agricoles sont sensiblement différents, à la fois parce que la majorité des terres sont en fermage, parce que les systèmes céréaliers sont nettement moins intensifs et parce que les combinaisons de cultures annuelles permettent le maintien en production jusqu’au début des opérations de lotissement. On n’observe donc pas d’extension des friches en attente d’urbanisation. La souplesse du système de location des terres, en même temps que l’assurance d’une stabilité relative, à moyen terme, qu’offre le statut du fermage, ont permis aux exploitants des grandes fermes céréalières de se maintenir dans de bien meilleures conditions.

29L’agriculture de la région parisienne, en particulier celle des plateaux, a aussi bénéficié d’une concentration précoce de ses structures et de la plasticité d’une société de fermiers habituée depuis longtemps à se déplacer en quête de terres disponibles. C’est souvent à l’occasion d’une succession que s’effectue la migration, parfois hors Île-de-France, au sein du vaste espace des plaines et plateaux céréaliers du Bassin parisien. Ceux qui ont choisi de rester ont-ils été conduits à infléchir leurs systèmes d’exploitation du fait de la proximité urbaine ? La question se pose à deux points de vue : celui de l’évolution des structures – la pression urbaine, en renchérissant les coûts et en accentuant l’insécurité a-t-elle freiné l’agrandissement des exploitations ? ; celui des systèmes de production – les valeurs foncières élevées ont-elles conduit à une intensification des systèmes, compte tenu des faibles possibilités d’extension des superficies, ou bien la précarité des perspectives d’avenir et le surcoût du travail vont-ils dans le sens d’une extensification des pratiques ? Ces deux questions ne sont bien sûr pas indépendantes.

Les effets de la proximité urbaine

30L’agriculture francilienne se situe toujours, par les résultats obtenus (revenu brut et production finale à l’hectare et par UTA), au tout premier rang des régions françaises. Elle le doit d’abord à l’efficacité des systèmes de grande culture qui occupent en 1997 près de trois exploitations sur quatre, alors qu’ils n’en concernaient en 1988 que moins de deux sur trois. Au cours de cette période, la taille moyenne de ces exploitations a plus que doublé, passant de 53 ha en 1988 à 118 en 1997. Comparées à celles des régions voisines, les exploitations franciliennes ne semblent donc pas particulièrement handicapées dans leur agrandissement par le niveau des prix fonciers et le prélèvement de terres par l’urbanisation. Elles ont depuis longtemps adopté des stratégies d’extension partielle vers des régions voisines moins coûteuses et ce mouvement s’est accentué avec l’obligation de mise en jachère. Les seuils observés dans le mouvement de concentration semblent correspondre à des seuils techniques et économiques, au-delà desquels les économies d’échelle n’augmentent plus, en particulier en termes de parc de machines et de force de travail, plutôt qu’à la difficulté de trouver des terres libres à un coût acceptable.

31Quant à l’évaluation des effets de la proximité urbaine sur le degré d’intensification des systèmes de grande culture, elle est plus délicate. Si l’on compare par exemple Valois et Plaine de France, Beauce d’Ablis et Beauce de Chartres, on n’observe pas de différence significative dans les combinaisons culturales dominantes. Au delà de la Ceinture de Paris, aucun dispositif en auréoles autour de la capitale ne se dessine à l’échelle des petites régions agricoles du centre du Bassin parisien, suggérant l’existence d’un effet de distance à la ville. Beaucoup plus significative est l’opposition, au sein des systèmes de grande culture, entre les pôles céréaliers au sud de Paris et les combinaisons faisant une plus large place aux cultures industrielles au nord de la Seine. Ce clivage majeur, qui traverse l’agriculture des plaines et plateaux du centre du Bassin parisien, reproduit à la fois des différences de conditions agronomiques (pédologiques, climatiques...) et les effets des implantations des systèmes de commercialisation et des firmes transformatrices. Dans l’explication des évolutions des exploitations de grande culture franciliennes au cours de ces deux décennies, il est donc difficile de faire la part de ce qui relève de la conjoncture agricole générale, des politiques de collecte des firmes, en particulier sucrières, et de l’effet de la proximité urbaine sur les coûts de production, qu’il s’agisse de la terre ou du travail.

32L’évolution des prix respectifs des céréales, oléagineux et protéagineux a conduit les exploitants à modifier têtes d’assolement et rotations et fait reculer la « mono-céréaliculture » au profit de combinaisons plus complexes. Beaucoup plus que de la proximité de la ville, la grande culture est, en Île-de-France, sous l’influence du système des prix sur les marchés européen et international. Au vu des choix de combinaisons culturales effectués par les exploitants, il est donc difficile d’apporter une réponse univoque concernant les effets de la croissance périurbaine sur l’agriculture régionale. Dans certains cas, le coût élevé de la terre et de la main-d’œuvre a conduit à intégrer au sein des grandes exploitations des productions dégageant des marges brutes plus élevées (plantes médicinales ou production légumière ou semencière sous contrat) ou susceptibles de trouver un débouché immédiat sur les marchés urbains. Dans d’autres cas, l’insécurité foncière ou l’âge des exploitants et l’absence de successeur déclaré peuvent conduire à renoncer à des travaux de drainage trop coûteux, à réduire les investissements et à adopter des systèmes simplifiés et peu intensifs dans l’attente d’une probable transformation en terre à bâtir.

33Si le rythme modéré de disparition des exploitations au-delà de la Ceinture de Paris témoigne d’une relative solidité de l’agriculture francilienne face aux empiètements urbains, la proximité de la ville a par contre un effet très net sur le volume de la main-d’œuvre agricole. L’analyse de la structure de l’emploi, en particulier des diverses formes de mobilisation des actifs familiaux, met en évidence les effets de l’attractivité du marché du travail urbain (Berger, 1992a ; Berger et Saint-Gérand, 1993a). Mais contrairement à ce qui se passe autour d’autres grandes villes françaises, cela ne se traduit pas par un développement de la pluriactivité (Brun et Bernard, 1989) mais par une mobilisation à la fois plus intensive et plus sélective du travail familial. Moins souvent actifs sur l’exploitation – mais plus fréquemment à temps complet –, les conjoints et les autres membres de la famille vivant sur l’exploitation sont inégalement engagés dans des professions non agricoles. Si la diminution des effectifs agricoles est spectaculaire, elle s’explique d’abord par un effondrement du salariat, traditionnellement important dans la région à la fois en grande culture et dans les exploitations spécialisées. Si la main-d’œuvre familiale est de moins en moins nombreuse, elle est de plus en plus professionnelle : deux chefs d’exploitation sur trois travaillent à temps complet, un sur cinq seulement est double actif, et si la proximité du marché du travail urbain a considérablement réduit la participation des conjointes et des aides familiaux au travail sur les exploitations, eux aussi ont, le plus souvent, une activité à temps complet.

34Beaucoup plus que les combinaisons culturales adoptées, c’est donc la composition de la main-d’œuvre agricole qui différencie les campagnes franciliennes au sein des espaces de grande culture du Bassin parisien. En ce qui concerne le travail familial, on remarque partout un recul de l’activité à temps partiel et une évolution vers des formes de plus en plus professionnelles. La simplification du dispositif spatial à la fin des années 80 est significative d’une concurrence des emplois urbains qui s’étend de plus en plus largement. Le long des principaux axes d’urbanisation, on observe un renforcement de l’activité à temps complet des membres de la famille, principalement de celle des actifs masculins. Dans les secteurs les mieux desservis et dans ceux où l’implantation des zones d’activité périphériques a été la plus spectaculaire, la très faible participation des conjointes et des aides familiaux au travail agricole témoigne de l’attractivité croissante du marché du travail urbain.

35La distance à Paris ne joue cependant qu’un rôle mineur dans les formes de mobilisation de la main-d’œuvre agricole au sein de la région. Les déplacements quotidiens de travail sont de plus en plus amples en Île-de-France, le marché de l’emploi de plus en plus unifié et le desserrement des zones d’activité vers la périphérie s’est accéléré. Le désengagement de la main-d’œuvre familiale est un mouvement engagé de longue date mais la périurbanisation a rendu les emplois urbains plus accessibles et permis aux membres de la famille de demeurer sur place tout en travaillant ailleurs. Ils ont profité à la fois de l’amélioration des systèmes de transport et du desserrement des emplois.

36Cela n’est pas contradictoire avec les observations effectuées dans d’autres régions. À la périphérie des villes ou dans l’espace sous forte influence urbaine, le délestage agricole s’est avéré moins rapide qu’on ne pouvait s’y attendre, d’autant que la proximité de la ville et de ses équipements a ralenti l’exode agricole. La densité du maillage urbain a donc été ici facteur de maintien. Dans les campagnes fortement imprégnées depuis de longues années par l’influence urbaine, ne faut-il pas raisonner sur une période de temps nettement plus longue et prendre en compte la situation des marchés régionaux du travail autant que celle des systèmes de production agricole ? L’une comme l’autre contribuent à créer tantôt les conditions d’une extension des friches en attente d’urbanisation, tantôt le développement de la pluriactivité au sein des familles agricoles, tantôt une professionnalisation accrue de la main-d’œuvre travaillant sur les exploitations. C’est l’inégal dynamisme économique des villes qui règle le rythme de la progression des lotissements : si la campagne est matrice, c’est la ville qui est motrice.

Les « urbanistes » face au regain de la production pavillonnaire

37Contrairement aux ruralistes, très tôt sensibles au renversement démographique affectant les campagnes proches des villes, c’est avec quelque retard que géographes et sociologues travaillant sur la ville ont pris conscience de l’évolution – voire de la révolution – qui était en train de s’opérer. On ne saurait oublier qu’au moment où la périurbanisation s’amorce, à la fin des années 60, la construction des ZUP périphériques bat son plein, les mises en chantier de HLM locatifs atteignent leur niveau maximum tandis que dans le secteur de la promotion privée, trois quarts des ventes entre 1967 et 1970, deux tiers entre 1975 et 1978 concernent des appartements (Topalov, 1987). Les grands ensembles, dont la construction culmine alors, sont encore assez largement des espaces de mixité sociale. Ils ont signifié, dans les années 50 et 60, la conquête du confort par les ménages de classes moyennes et d’employés (Clerc, 1967), en forte expansion numérique, mais aussi un transfert massif de main-d’œuvre des campagnes vers les villes. C’est seulement au cours de la décennie 70 que la construction du logement locatif social s’effondre, en particulier en Île-de-France.

38Le ralentissement de la croissance des villes – dont le solde migratoire devient négatif entre 1975 et 1982 –, voire le coup d’arrêt observé pour les plus grandes d’entre elles, sont alors mis sur le compte du renversement de conjoncture économique, tandis que le dépeuplement de leurs centres s’inscrit dans un mouvement long. En même temps que l’explosion d’une construction pavillonnaire disséminée hors des villes, le ralentissement de la croissance des niveaux supérieurs de la hiérarchie urbaine constitue un infléchissement sensible d’une tendance de longue durée. Un peu partout dans les pays industrialisés, on constate dans les années 70 un renversement démographique en faveur des campagnes et un déclin de la population des villes centres et des plus grandes agglomérations.

39Mais, contrairement à d’autres pays de l’Europe du Nord-Ouest, on n’observe pas, en France, un véritable mouvement de contre-urbanisation : le parc de logements des communes urbaines continue à croître sensiblement. La perte de population des plus grandes unités urbaines à délimitation constante apparaît plus comme le résultat du desserrement de ménages dont la taille diminue sensiblement. On sort progressivement de la crise du logement, l’offre répond mieux, ou plus rapidement, à leurs besoins. Amorcé dans l’agglomération parisienne dont le solde migratoire se dégrade dès 1962, le dépeuplement s’accélère entre 1968 et 1975 et gagne alors les villes moyennes qui enregistrent aussi une diminution de leur migration nette. Urbanisée plus tardivement que d’autres pays de l’Europe du Nord-Ouest, la France connaît plutôt un desserrement et un étalement qu’un véritable redéploiement du peuplement, et l’avenir a montré que la « contre-métropolisation », terme préféré par certains auteurs anglo-saxons à celui de « contre-urbanisation » (Stillwell, Boden et Rees, 1994), et le regain apparent d’attractivité des villes petites et moyennes n’avaient rien de durable.

40C’est à la fin des années 60 que les promoteurs immobiliers et les grands groupes bancaires commencent à s’intéresser au secteur de la maison individuelle et obtiennent de l’État un certain nombre de signes de soutien (loi d’orientation foncière en 1967, concours Chalandon de la maison individuelle en 1969, mise en place des plans d’épargne-logement à long terme et bancarisation progressive du financement du logement…). Alors que l’épargne potentielle des ménages s’élève, on cherche à faire porter sur eux l’essentiel du financement des logements afin d’en réduire le coût pour le budget de l’État, en favorisant le développement du crédit à long terme du secteur privé. À la suite du rapport Barre, l’objectif d’accession à la propriété est nettement affirmé et conduit à la réforme de l’aide au logement de 1977 qui accélère le transfert du financement vers l’épargne privée. Elle détermine des secteurs inégalement aidés selon le coût des logements acquis, les ressources et les charges des ménages (PAP ou prêts conventionnés, APL). En solvabilisant des ménages plus modestes, elle relance l’accession à la propriété de logements neufs.

  • 9 Cf. l’enquête réalisée en 1945 par A. Girard et J. Stoetzel sur les désirs des Français en matière (...)

41Dès le début des années 70, l’accès à la propriété pour les couches moyennes et les ouvriers qualifiés repose sur une offre quasi exclusive d’habitat individuel périphérique. Alors que le désir de maison individuelle et d’accession à la propriété est depuis longtemps largement partagé par une majorité de Français9, il s’agit d’assurer un consensus social durable et la stabilisation de ménages astreints au paiement de traites mensuelles. L’endettement de longue durée des accédants apparaît alors, parmi les décideurs comme dans les milieux patronaux, comme le garant de l’ordre social. Dès lors que les progrès de la motorisation des actifs rendent les emplois de plus en plus aisément accessibles, il n’est plus nécessaire de fixer la main-d’œuvre près d’usines dont la durée d’activité est de moins en moins prévisible à l’heure du « redéploiement » des établissements industriels.

42Entre 1968 et 1982, près de la moitié de la construction pavillonnaire a été réalisée dans des communes rurales (Berger, 1993d ; Berger et Bontron, 1993). Si une partie répond au nécessaire renouvellement du parc rural, l’offre s’adresse principalement à des ménages d’origine urbaine. L’habitat individuel, très minoritaire dans les constructions réalisées entre 1960 et 1970 (d’un logement sur cinq à un sur trois selon les années) devient prépondérant à partir de 1976 et le reste au moins jusqu’en 1996 : en 1980, les pavillons ont représenté les deux tiers des mises en chantier. L’augmentation spectaculaire des mises sur le marché de maisons individuelles (multipliées par deux entre 1968 et le début des années 80) masque la chute de la production globale de logements, qu’il s’agisse de l’habitat social aidé ou de la promotion privée. Selon les délimitations adoptées pour l’espace périurbain (ZPIU en croissance ou ensemble des communes rurales en ZPIU) c’est environ 2,5 millions de ménages, 10 à 12 millions d’habitants soit un cinquième de la population française qui résident désormais dans ces périphéries urbaines, où 95 % des logements neufs livrés sont des résidences principales en accession à la propriété.

43Le déplacement spectaculaire de la production de logements, concentrée jusqu’alors dans les villes et leurs banlieues, est porté par de nouvelles stratégies des promoteurs et constructeurs avec l’intervention massive du secteur bancaire dans la filière de production des maisons individuelles (Jaillet, 1982). Plus qu’aux stratégies résidentielles des ménages, la recherche urbaine s’intéresse alors aux mutations de l’appareil de production du logement, dans la lignée des travaux déjà réalisés sur les grands ensembles et dans un contexte scientifique fortement marqué par le marxisme.

44En 1976, G. Bauer et J.M. Roux vulgarisent pour le grand public le terme de rurbanisation et l’idée de la « ville éparpillée » et contribuent largement à amorcer un débat dans le monde scientifique. On peut contester l’association trop générale qu’ils font de la rurbanisation et de la recherche d’un cadre agreste par des ménages des couches moyennes urbaines. Bien des « rurbains », contraints d’aller chercher à la campagne des terrains à bâtir moins coûteux, ne demandent qu’à voir leur environnement se densifier et à bénéficier de services et d’une vie sociale de type urbain. G. Bauer et J.M. Roux sous-estiment sans doute les risques d’évolution de certaines communes périurbaines vers des formes proches de celles des banlieues. De même on ne peut opposer la rurbanisation, caractérisée par l’arrivée de citadins, au développement rural. Au sein des villages « rurbanisés », on observe souvent à la fois le maintien d’une population rurale locale – agriculteurs, artisans et commerçants – et l’arrivée de ménages originaires de campagnes plus ou moins lointaines se rapprochant des villes où ils travaillent. De plus, une approche exclusivement résidentielle de la périurbanisation ne tient pas compte des processus de déplacements des zones d’emplois et d’activités au sein des régions urbaines.

45Comme l’ont souligné J.C. Boyer et J.P. Damais (1978), la rurbanisation s’inscrit dans le cadre plus large de la suburbanisation, dont elle est un aspect, en relation avec l’augmentation du taux de motorisation qui permet les migrations de travail et d’achats vers la « ville mère ». On ne peut pas non plus négliger les facteurs politiques et économiques de la rurbanisation, en particulier le report des promoteurs vers ce nouveau marché, l’intense travail de lobbying qu’ont mené les constructeurs de maisons individuelles auprès des pouvoirs publics. Dans l’infléchissement des politiques publiques en faveur de l’habitat pavillonnaire, il faut en particulier souligner le rôle prépondérant de l’entourage d’Albin Chalandon – qui donne le coup d’envoi symbolique avec le concours international de la maison individuelle en 1969 –, et celui d’Olivier Guichard limitant les constructions des tours et des barres en ville moyenne ou la taille des ZAC et décidant l’arrêt de la construction des grands ensembles en Île-de-France. L’État qui cherche à se désengager du financement du logement rencontre les nouvelles stratégies des employeurs qui souhaitent désormais une dispersion de l’habitat des ouvriers plutôt que leur concentration dans des grands ensembles à proximité des usines.

  • 10 Cf. L’Esprit des lieux. Localités et changement social en France, 1986 ; Sociologie du « local » et (...)

46Dans les années 70, l’engouement des Français pour la maison individuelle et/ou l’accession à la propriété devient évident. Il n’est pas remis en cause par le premier choc pétrolier malgré de nombreuses prédictions invoquant son coût énergétique élevé. Surtout, il bénéficie d’un soutien constant des politiques publiques et d’un mouvement d’opinion favorable à un retour au local, à des sociabilités de proximité10, à l’opposé du brassage urbain autrefois valorisé (par Max Weber et les sociologues de l’École de Chicago entre autres). Ce besoin de retour à des sources « ruralisantes » a sans doute été d’autant plus fort que la France venait de connaître, entre 1954 et 1975, une accélération du rythme de l’exode rural.

47C’est dans ce contexte qu’à travers des recherches portant souvent sur des découpages ou des typologies d’espaces, les spécialistes des villes et ceux des campagnes se rencontrent, et s’associent parfois. On ne peut nier, en particulier, le rôle qu’a joué, dans ce rapprochement des thématiques et ce dépassement des clivages, la diffusion de techniques quantitatives, conduisant à une réflexion sur les effets de contiguïté ou de discontinuités spatiales (Berger, Pumain et Robic, 1976). À la recherche de régularités dans les configurations spatiales, nombreux sont ceux qui choisissent alors de travailler sur des couronnes ou des transects et font fi de la distinction entre communes rurales et urbaines (Groupe Dupont, 1975 ; Auriac, Bernard et Lochard, 1975). En même temps qu’ils contribuaient à la popularisation des techniques quantitatives déjà largement utilisées par les chercheurs anglo-saxons, des géographes travaillant en Amérique du Nord, en particulier au Québec comme J.B. Racine, ont fait connaître les réflexions sur les modèles urbains fondées sur l’observation des grandes villes des États-Unis et des recherches sur les espaces métropolitains remettant en cause l’existence d’une coupure nette et franche entre le rural et l’urbain dans la suburbia.

48À la fin des années 70 et dans les années 80, c’est donc autour de trois grands thèmes que se regroupent les travaux traitant des espaces périurbains. Les uns s’interrogent sur l’existence de discontinuités entre les types de communes principalement à l’aide de techniques de description statistique plurivariée. D’autres récusent cette approche, analysent les types d’espace comme l’expression des modes de production et cherchent à transposer à l’espace le concept de formation sociale. Ils s’intéressent aux « formations spatiales », combinaisons de types d’espaces qui ne sont pas autonomes, ainsi qu’aux logiques socioéconomiques qui président à la division du territoire national (Mathieu, 1982, 1990 et 1998 ; REMICA 04, 1978 ; REMICA 11). D’autres enfin mettent l’accent sur les enjeux, en termes de positionnement social, du changement de modèle d’habitat : porté principalement par les classes moyennes, il exprimerait le besoin de distinction de la part de couches sociales brimées au travail (Jaillet, 1979 ; Jaillet et Jalabert, 1982a et b). Ils mettent aussi en évidence les processus de filtrage social des clientèles pavillonnaires opérés par les promoteurs, les constructeurs de lotissements clés en main ou les vendeurs de maisons individuelles sur catalogue. Mais ruralistes ou spécialistes de l’urbain, ceux qui s’affirment quantitativistes comme ceux qui se veulent plutôt épistémologues se rencontrent dans les analyses des systèmes de pouvoirs et des conflits autour des usages des sols et du financement des équipements communaux.

49En effet, pour comprendre comment se forment les espaces périurbains et quelle place ils occupent dans la division sociale de l’espace de grandes régions urbaines, il est nécessaire de traiter dans sa continuité l’espace qui s’étend des banlieues denses aux faibles densités des campagnes les plus agricoles, tels les confins briards ou beaucerons. Plutôt que d’assigner des limites fixes et précises à une forme d’occupation de l’espace en périphérie des villes, discontinue par nature, et sans doute transitoire, car vouée souvent à être englobée, à terme, dans l’agglomération, ne vaut-il pas mieux s’interroger sur les types de combinaisons sociales qui s’y réalisent, à un moment donné ?

50La zone périurbaine ne peut en effet avoir que des limites instables, traduisant un équilibre momentané entre deux tendances contradictoires. D’une part, une majorité de rurbains souhaite une amélioration des équipements publics en particulier de transport, ce qui ne peut conduire qu’à une densification progressive. D’autre part, ceux d’entre eux qui ont fait le choix de vivre réellement à la campagne cherchent à utiliser les procédures à leur disposition pour verrouiller une croissance menaçant un cadre de vie dont ils veulent maintenir le caractère agreste. Ce débat entre deux projets pour les espaces périurbains ne traduit-il pas des positions sociales différentes ? On ne peut s’en tenir à l’image d’un périurbain de classes moyennes : même s’il s’agit, par rapport aux groupes sociaux les plus aisés résidant en centre ville, d’une société « écrêtée », l’unité de la société périurbaine est un mythe. Au delà d’une position commune dans le cycle de vie, on observe une grande hétérogénéité des positions sociales des nouveaux installés, et, partant, des combinaisons sociales locales dans les espaces les plus affectés par la croissance périurbaine.

Notes

1 Pour une bibliographie des principaux travaux publiés au cours des années 70 et 80, cf. Berger, Fruit, Plet et Robic, 1980 ; Berger, 1984a, 1986, 1989a.

2 Cf. par exemple les nombreuses communications sur les communes périurbaines au colloque de l’ARF (Montpellier, 1984) sur les pouvoirs municipaux, ainsi que les exemples situés aussi bien dans la France de l’Ouest qu’en Languedoc développés au colloque d’Angers sur les périphéries urbaines : Berger, 1985a ; Bernard, 1985 ; Cretin, 1985.

3 Cf. par exemple, sur l’Île-de-France : Belliard et Boyer, 1983 ; Boyer, 1992 ; sur la France : Calmès, Delamarre, Durand-Dastès et Peyon, 1978 ; Boudoul et Faur, 1982 et 1984 ; Chapuis et Brossard, 1986.

4 Cf. les travaux de l’ATP « Observation du changement social et culturel » : L’Esprit des lieux. Localités et changement social en France, 1986 ; Sociologie du « local » et « relocalisation » du social, Sociologie du travail, 1983.

5 Outre les communications (citées supra) au Colloque de l’ARF sur les pouvoirs municipaux et à celui d’Angers sur les périphéries urbaines, cf. par exemple les travaux de P. Cadène, 1990.

6 Cf. par exemple : L’Agriculture spécialisée de la Région parisienne face à la croissance de l’agglomération, 1973 ; L’Agriculture spécialisée dans l’aménagement des villes nouvelles, 1976 ; L’Agriculture spécialisée en Île-de-France, 1976.

7 OTEX : orientation technico-économique des exploitations.

8 UTA : unité travailleur année.

9 Cf. l’enquête réalisée en 1945 par A. Girard et J. Stoetzel sur les désirs des Français en matière d’habitat.

10 Cf. L’Esprit des lieux. Localités et changement social en France, 1986 ; Sociologie du « local » et « relocalisation » du social, Sociologie du travail, 1983 ; Avec nos sabots, la campagne rêvée et convoitée, Autrement, 1978.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search