Version classiqueVersion mobile

Les périurbains de Paris

 | 
Martine Berger

Première partie. La périurbanisation, côté campagnes

Chapitre premier. « Nouveaux villages », « hameaux à la française »

De nouveaux modes d’habiter en Île-de-France au début des années 70

Texte intégral

  • 1 Évolution de la population francilienne (1968-1999) : +18 % ; évolution du nombre de résidences pri (...)

1En trois décennies, de 1968 à l’orée du xxie siècle, l’Île-de-France a gagné 1,2 million de logements et 1,7 million d’habitants, soit une croissance de plus d’un tiers du parc de résidences principales, deux fois plus rapide que celle de la population régionale1. Mais il ne s’agit pas seulement d’un saut quantitatif, témoignant à la fois de l’attractivité migratoire de la région capitale et de l’évolution de la taille des ménages et des modes de vie des familles (forte progression de la décohabitation des générations, hausse de la divortialité et du taux de solitude…). C’est à une transformation radicale des modes d’habiter, d’une ampleur jamais observée en Île-de-France, que l’on assiste depuis trois décennies : le passage d’une agglomération dense à une ville plus étalée, où la part des maisons individuelles n’a cessé de croître. Si l’habitat pavillonnaire n’atteint pas en région parisienne le même niveau que dans les grandes villes de province, les écarts se réduisent sensiblement.

2Un nouveau cycle d’urbanisation s’ouvre à la fin des années 60, en rupture avec les tendances observées tant dans la période de l’entre-deux-guerres – marquée par l’ampleur de la crise du logement, en dépit de la production des lotissements pavillonnaires – que dans l’immédiat après-guerre, où les politiques publiques ont privilégié la construction d’immeubles collectifs locatifs en Petite Couronne. À partir de la fin des années 60, l’extension du territoire urbanisé prend en Île-de-France une ampleur sans commune mesure avec ce qu’on observait précédemment. En 1999 le « Francilien moyen » réside à 17,1 km de Notre-Dame, au lieu de 13,5 km en 1968, alors que de 1936 à 1968, le « déplacement » n’avait pas dépassé 2 km (tableau 1-1). Le rôle des progrès de la motorisation des ménages dans ce changement d’échelle des espaces urbanisés n’est plus à démontrer. Au cours des années 50 la diffusion de l’automobile en milieu urbain avait déjà contribué à dissocier l’extension des banlieues du trajet des voies ferrées. Mais les années 70 constituent une véritable rupture dans le rythme de desserrement des logements et de leurs habitants. Ceci est dû pour une large part à l’essor de la construction de maisons individuelles, dont le nombre a été quasiment multiplié par deux entre 1968 et 1999 : la proportion de pavillons dans les logements neufs double presque dans les années 70 pour atteindre près de la moitié du parc construit entre 1982 et 1990.

3Ceci s’accompagne d’une redistribution spectaculaire de la population au sein de la région au profit quasi exclusif des quatre départements de la Grande Couronne : ils regroupent, en 1999, 44 % de la population francilienne, contre 30 % en 1968. Leur parc de logements a plus que doublé au cours de ces trois décennies et ils gagnent près de deux millions d’habitants, alors que Paris en perd près d’un demi million et que la Petite Couronne maintient à peine sa population (graphique 1-1). Les villes nouvelles, dont la construction a démarré à la fin des années 60, ont ainsi accueilli depuis 1968 près d’un tiers des nouveaux habitants de l’Île-de-France. Mais, dans le même temps, les communes rurales – dans leurs limites de 1999 – ont presque doublé leur population (+ 85 %). Elles ont gagné autant d’habitants que la Petite Couronne et capté 11,5 % de la croissance démographique régionale alors qu’elles ne regroupaient, en 1968, que 3,2 % de la population francilienne. Considéré dans ses limites de 1968, l’espace rural a multiplié par 2,5 le nombre de ses habitants au cours de cette période : avec moins de 5 % de la population régionale en 1968, il a recueilli plus du tiers (34,8 %) des nouveaux habitants. C’est donc à de profondes transformations du système de peuplement régional que l’on aassisté dans le dernier tiers du xxe siècle ; c’est un nouveau cycle d’urbanisation qui s’ouvre, caractérisé par de nouveaux modes d’habiter et de nouvelles formes de production du logement.

1-1 Le desserrement résidentiel en Île-de-France

1-1a Distances à Paris* des habitants, des résidences principales et des emplois franciliens**

Années

Distance moyenne

Distance médiane***

Distance nonantième***

Habitants

Logements

Emplois

Habitants

Logements

Emplois

Habitants

Logements

Emplois

1936

11,46

6,26

26,62

1954

11,82

7,31

27,20

1962

12,56

11,33

8,21

7,12

27,20

23,72

1968

13,50

12,14

9,46

8,05

28,39

26,7

1975

15,03

13,46

11,27

10,76

9,13

7,09

32,16

29,50

26,68

1982

15,89

14,26

12,04

11,75

10,06

7,69

34,44

31,20

28,14

1990

16,68

15,13

12,69

12,72

10,59

8,21

35,88

33,07

28,35

1999

17,12

15,69

12,71

13,06

11,26

8,72

36,96

34,47

29,83

Différence

1936-1954

0,37

1,05

0,58

1954-1962

0,74

0,90

0,00

1962-1968

0,94

0,81

1,25

0,93

0,19

2,65

1968-1975

1,52

1,32

1,50

1,08

3,77

3,13

1975-1982

0,85

0,80

0,77

1,01

0,93

0,60

2,28

1,70

1,46

1982-1990

0,79

0,87

0,65

0,97

0,53

0,52

1,44

1,87

0,21

1990-1999

0,44

0,66

0,02

0,34

0,67

0,51

1,08

1,40

1,48

1975-1999

2,08

2,33

1,44

2,32

2,13

1,63

4,80

4,97

3,13

Sources  : RGP 1936 à 1999.
* Distance en km à Notre-Dame.
** Ensemble des emplois localisés en Île-de-France, y compris ceux occupés par des actifs résidant dans d’autres régions.
*** Distance médiane : correspondant à 50 % des habitants, des logements ou des emplois de la zone.
Distance nonantième : correspondant à 90 % des habitants, des logements ou des emplois de la zone.

1-1b Le desserrement de la population dans le parc de logements en Île-de-France (1968-1999)

Années

Nombre moyen

% maisons individuelles

de personnes

de pièces par logement

Ensemble du parc

Parc neuf*

par logement

par pièce

1968

2,74

0,99

2,76

21,9**

16,9

1975

2,61

0,88

2,96

23,2

22,2

1982

2,50

0,81

3,09

24,9

31,3

1990

2,46

0,77

3,21

27,4

46,4

1999

2,38

0,72

3,29

29,7

31,0

France

1999

2,40

0,62

3,86

55,9

58,0

Sources : RGP 1968 à 1999.
Champ : résidences principales.
* Construit depuis le recensement précédent.
** Résidences principales dans des immeubles d’un seul logement.

1-1c Proportion de maisons individuelles dans le parc de logements des grandes unités urbaines françaises

Années

Agglomération parisienne

Unités urbaines de plus de 200 000 habitants

Ensemble

Grande Couronne

Ensemble

Communes périphériques

1984

19,7

40,1

36,3

55,7

1996

21,8

44,9

37,5

58,0

Sources : Enquêtes nationales Logement.
Champ : délimitations 1982 et 1990 des unités urbaines.

Construction pavillonnaire et renouveau démographique de l’espace rural en Île-de-France

  • 2 Entre 1968 et 1999, 140 des 812 communes rurales en 1968 sont devenues urbaines par rattachement à (...)

4Le paysage francilien se caractérise encore par une très large prééminence des espaces naturels, agricoles et forestiers : en 1999, ils représentent près des quatre cinquièmes du territoire d’une région dont 95 % de la population réside dans des communes urbaines. Si l’Île-de-France demeure une grande région agricole, par la valeur et l’intensivité de sa production réalisée dans des structures d’exploitation très concentrées, les campagnes franciliennes sont aujourd’hui qualifiées par nombre d’auteurs de « campagnes urbaines ». Les dynamiques d’évolution y sont désormais largement commandées par les projets portés par la métropole voisine, qu’il s’agisse de la recherche de terrains moins coûteux pour la construction de logements et de zones d’activité ou de l’investissement des espaces boisés comme zones de loisirs. Si la moitié environ du territoire régional est encore consacrée à l’agriculture, les dynamiques démographiques des campagnes y sont sous l’influence directe de la ville. Cela ne se traduit plus seulement par l’annexion à l’agglomération de nouvelles zones urbanisées2 (cartes 1-2 et 1-3) mais également par le regain de croissance observé dans les communes rurales à partir de la fin des années 60 (cartes 1-4 à 1-6, graphique 1-7).

  • 3 Tous les chiffres mentionnés dans ce paragraphe se réfèrent à un espace constant, celui de la délim (...)

5Entre 1954 et 1968 l’agglomération parisienne gagnait chaque année plus de 100 000 habitants, les communes rurales d’Île-de-France3 moins de 2 000. De 1968 à 1975, à espace constant, la population rurale francilienne s’est accrue de près de 20 000 habitants par an, dont 18 000 du fait des migrations. Dans le même temps, l’agglomération parisienne n’en a gagné que 32 000 chaque année et son accroissement naturel a été amputé de moitié par l’émigration (– 32 000). Entre 1975 et 1982, la croissance des communes rurales s’est poursuivie et amplifiée (+ 22 000 habitants par an, dont près des neuf dixièmes sont dus au solde migratoire), alors que l’agglomération parisienne perdait chaque année 12 000 habitants et doublait ses pertes par émigration (– 67 000). De 1982 à 1999, la croissance se ralentit dans l’espace rural : +18 000 habitants par an, dont moins des deux tiers sont imputables aux migrations. L’agglomération parisienne dans ses limites de 1968 regagne alors 20 000 habitants par an grâce à une reprise de la natalité mais continue à perdre près de 50 000 émigrants chaque année. En trois décennies, à espace constant, les communes rurales ont ainsi recueilli plus du tiers de la croissance démographique francilienne, gagné près de 600 000 habitants (dont les quatre cinquièmes du fait des migrations) et presque triplé leur population, alors que l’agglomération centrale en gagnait moins de 500 000 et enregistrait un déficit migratoire cumulé de près de 1,5 million d’habitants.

6En trente ans, le nombre de résidences principales situé dans l’espace rural dans ses limites de 1968 a lui aussi été multiplié par trois. Ce gain est constitué pour l’essentiel de maisons individuelles : près des deux tiers des pavillons ruraux franciliens ont été construits depuis 1968 (cartes 1-8 et 1-9). Les trois dernières décennies duxxe siècle ont donc représenté un tournant majeur dans le rythme d’évolution des campagnes dans la région française où la concentration urbaine était, et reste encore, la plus forte. Alors que la croissance de l’agglomération parisienne, comme celle des autres grandes villes françaises, marquait le pas, l’espace bâti consacré au logement a connu une extension d’autant plus spectaculaire dans les campagnes que la maison individuelle a eu la faveur des ménages. De 1949 à 1967, on construisait en Île-de-France 12 300 maisons individuelles, en moyenne, chaque année ; entre 1968 et 1975, on en a produit près de deux fois plus (24000) et leur construction s’est poursuivie au même rythme jusqu’en 1990. Au cours des trois dernières décennies le parc pavillonnaire francilien a presque doublé : il s’est accru en moyenne chaque année de 20 000 unités et constitue désormais plus d’une résidence principale sur quatre.

  • 4 Cf. Atlas des Franciliens, t. 1, 2000, évaluation d’après les données du MOS.

7Cette explosion pavillonnaire est d’autant plus frappante qu’elle fait suite à l’ère des grands ensembles, deux décennies au cours desquelles la construction d’immeubles collectifs l’emportait largement. Elle s’est manifestée tant sous la forme des « nouveaux villages » – opérations d’habitat individuel groupé vendu clés en main – que de lotissements et, dans une moindre mesure, de pavillons construits au coup par coup. En 1994, l’habitat individuel représente plus de la moitié de l’espace bâti en Île-de-France4.

  • 5 Il s’agit ici du zonage de l’Île-de-France défini par l’IAURIF (révisé en 1994). Cf. carte 1-3.
  • 6 La part des appartements de moins de trois pièces est passée d’un quart (26,4 %) des logements dans (...)

8Le regain de faveur du pavillon n’est pas spécifique de la région parisienne, puisque les maisons individuelles ont constitué, de 1976 à 1996, plus de la moitié des mises en chantier de logements neufs sur le territoire métropolitain. Mais leur progression est d’autant plus spectaculaire en Île-de-France qu’elle se situe presque exclusivement en Grande Couronne : c’est là qu’ont été réalisés quatre cinquièmes des constructions de maisons individuelles au cours des trente dernières années. Alors que près des trois quarts des pavillons datant de l’entre-deux-guerres se situent à moins de 20 km de Notre-Dame, la moitié des maisons individuelles construites depuis la fin des années 60 se concentre dans une zone comprise entre 20 et 40 km du centre de l’agglomération. La banlieue intérieure5 n’a recueilli que 7 % des pavillons construits au cours de cette période, alors que la banlieue extérieure en regroupe 26 %, les franges de l’agglomération et les villes nouvelles 30 %, les communes rurales 12 %. Même si les logements en immeubles collectifs représentent la moitié des résidences principales construites depuis 1968 en Île-de-France, leur visibilité est bien moindre tout comme leurs effets sur l’organisation de l’espace régional : à la fois parce que la ville dense se reconstruit en grande partie sur elle-même et parce que les logements neufs y sont, en moyenne, plus petits6.

9Au contraire, la vague pavillonnaire qui a atteint les campagnes de la Grande Couronne se manifeste largement dans le paysage, même si les quatre cinquièmes du territoire francilien restent consacrés à l’agriculture ou à la forêt. Au cours de ces trois décennies, on a construit en moyenne chaque année près de 7 000 maisons individuelles à moins de 20 km de Paris, plus de 10 000 dans la couronne comprise entre 20 et 39 km, plus de 3000 entre 40 et 59 km et encore plus de 1 000 au-delà. Si une part importante de ces constructions a été réalisée sur le territoire des villes nouvelles, le long des grands axes de circulation et autour des villes moyennes, des communes jusque-là rurales et agricoles ont été, elles aussi, profondément transformées par l’arrivée – ou l’arrêt des départs – de jeunes ménages travaillant en ville.

  • 7 Il s’agit ici de l’espace rural dans sa délimitation en 1975.

10C’est la progression de l’équipement automobile des ménages qui a rendu possible leur desserrement dans l’espace francilien : pour devenir propriétaires d’une maison individuelle, ils se sont éloignés des grands axes routiers et ferroviaires qui avaient guidé l’urbanisation dans l’entre-deux-guerres et l’immédiat après-guerre. Au cours des trente dernières années, près d’un tiers de la croissance de la population en Grande Couronne et plus de la moitié de l’excédent migratoire ont été réalisés dans des communes dont le chef-lieu est situé à plus de 2 km d’une gare. Alors même que le système régional de transports en commun enregistrait des progrès très sensibles, la motorisation individuelle est venue relayer ou compléter les déplacements en modes collectifs. La proportion de ménages franciliens disposant d’au moins deux voitures particulières a plus que doublé entre 1975 et 1999, passant de 8 à 20 %. Dans les communes rurales, la bimotorisation concernait un ménage sur six en 1975, près d’un sur deux en 19997. L’« automobilité » a constitué une des clés de l’explosion des constructions pavillonnaires au cours des trois dernières décennies, conduisant à un changement d’échelle et de nature de l’urbanisation.

11À partir de la fin des années 60, une des composantes essentielles de la croissance francilienne a donc été la diffusion pavillonnaire périurbaine, y compris dans des espaces qui, tels les villes nouvelles, avaient été conçus pour jouer un rôle polarisateur en matière de résidences et de lieux de travail. Même si on en observe les prémices dès 1965 (MEAR, 1971), c’est entre 1968 et 1975 que se situe le démarrage du processus de périurbanisation en Île-de-France comme sur l’ensemble du territoire métropolitain (Bauer et Roux, 1976 ; Taffin, 1985 et 1986). Il correspond à un moment de forte progression du pouvoir d’achat des ménages de salariés et d’accélération de l’inflation, deux conditions favorables à l’accession à la propriété. Au cours de cette période, les politiques publique sont soutenu l’expansion de l’habitat pavillonnaire et, plus largement, de la propriété, par un ensemble de mesures : création du livret, puis du plan d’épargne-logement, concours Chalandon de la maison individuelle (Bonvalet, Brun et Segaud, 1998) …

12C’est à la fin des années 60 que, fortement encouragée par les politiques publiques, la périurbanisation pavillonnaire a relayé la construction de grands ensembles locatifs en proche et moyenne banlieue ou la densification des tissus urbains de l’agglomération par de petits groupes d’immeubles en copropriété qui avaient marqué l’urbanisation de l’après-guerre. Choisi comme point de départ de l’étude, le recensement de 1968 offre donc un repère significatif : émerge alors un nouveau modèle résidentiel, qui a parfois prétendu reproduire l’image dessuburbs nord-américaines, avec leur organisation en communautés de « pairs ». C’est alors aussi que se modifient les techniques de production de la maison individuelle, avec l’entrée sur ce marché des promoteurs-constructeurs, proposant des produits standardisés s’adressant à différentes clientèles, en premier lieu les plus solvables, une fraction des classes aisées et moyennes (Jaillet, 1982). C’est donc principalement – mais non exclusivement – à l’extérieur de l’agglomération parisienne dans ses limites de 1968 que sont décrits les processus de peuplement, par des groupes socialement différenciés, des communes rurales et des franges urbaines.

Ville ou campagne ? Ville et campagne ? Naissance de campagnes périurbaines en Île-de-France à la fin des années 60

13Au début des années 70, on observe l’émergence d’une nouvelle forme de la croissance urbaine en Île-de-France. Les signes d’une remise en cause du modèle de la ville dense, qui avait prévalu de la reconstruction à la période gaullienne, se manifestent en particulier dans un vaste secteur situé au sud-ouest de l’agglomération parisienne, entre les deux grands axes qui avaient jusqu’alors guidé l’urbanisation en doigts de gant, les routes nationales 10 et 20. On y observe à la fois une explosion de la construction pavillonnaire et le développement rapide d’espaces fonctionnant comme des annexes de la grande ville, accueillant en particulier certaines activités commerciales à la recherche de vastes superficies d’exposition. Tant l’éclosion soudaine des « nouveaux villages » et autres « hameaux à la française » adossés aux bourgs et aux villages que les ribbon developments alignant le long des grands axes routiers expositions de caravanes, jardineries et autres commerces destinés à l’équipement du logis, témoignent alors de formes de redistribution de la croissance urbaine vers des périphéries moins denses.

Source : publicité GEFIC - Bâti-Service, 1974.

Source : Le Monde, 6 juin 1970.

14Comment expliquer le développement de ces nouvelles « banlieues à la campagne » dans une région caractérisée jusqu’alors par de fortes densités résidentielles et qui venait de connaître, avec la construction des grands ensembles, quinze années de très forte croissance de son parc de logements ? Le renversement des modèles d’habitat pouvait paraître d’autant plus surprenant que l’expérience pavillonnaire de l’entre-deux-guerres avait souvent laissé, dans la mémoire des Parisiens et des banlieusards, le souvenir des tribulations des « mallotis » (Bastié, 1964 ; Fourcaut, 1986 et 2000). Il intervient après vingt années de planification urbaine, dont témoigne le schéma directeur élaboré par l’équipe de l’IAURP autour de P. Delouvrier, qui prévoyait de concentrer le développement urbain autour de pôles restructurateurs en proche banlieue et de villes nouvelles qui commençaient à peine à sortir de terre.

15La qualification de ces nouveaux espaces, tissu mixte où le rural et l’urbain sont profondément imbriqués, où la frontière entre ville et campagne devient indécise, a d’emblée posé problème. S’agissait-il d’une forme transitoire en attente d’une densification et d’une urbanisation futures ou d’un nouveau type d’espace rural – et destiné à le rester –, bien que profondément transformé par sa position périurbaine ? d’excroissances vouées à être englobées à leur tour dans une agglomération tentaculaire, ou des prémices de nouvelles banlieues de l’ère automobile en ordre lâche et discontinu, dispersées dans la campagne, à l’image de l’immensesuburbia décrite par J. Gottmann (1961) ?

16Indépendamment des interrogations sur l’avenir des communes situées aux marges de l’agglomération, l’étroite imbrication de formes d’occupation de l’espace relevant tant de la campagne que de la ville invitait à questionner la pertinence de la distinction traditionnelle entre le rural et l’urbain pour rendre compte des transformations observées à la périphérie des villes. L’opposition entre villes et campagnes qui structurait alors très fortement les champs disciplinaires en sciences sociales tant en géographie qu’en sociologie ou en économie, n’est guère opératoire pour décrire les couronnes périurbaines. Une approche en termes de bilans migratoires et de croissance différentielle entre villes et campagnes ne suffit pas à rendre compte de la genèse et de l’évolution des couronnes périurbaines. Plus que de véritable « contre-urbanisation », c’est un double processus de croissance et de diffusion, faisant suite à la concentration exclusive au profit des plus grandes villes.

17Certes, en Île-de-France on constate bien un ralentissement de la croissance, voire un dépeuplement, des plus grandes communes, celles qui comptaient, en 1968, plus de 10 000 habitants : après avoir gagné près d’un million d’habitants entre 1954 et 1962 et encore plus d’un demi-million de 1962 à 1968, elles en perdent 200 000 entre 1975 et 1982. Leur taux de croissance se situe autour de 0,5 % sur l’ensemble de la période 1968-1999, alors qu’elles concentraient près des neuf dixièmes de la population régionale en 1968, et encore près de 3 Franciliens sur 4 en 1999. Dans le même temps, les communes ayant plus de 1 000 et moins de 10 000 habitants en 1968 font plus que doubler leur population au cours de ces trente années : elles regroupaient 10 % de la population d’Île-de-France en 1968, près de deux fois plus en 1999. Mais s’il est vrai que les plus grandes communes perdent de la population ou en gagnent moins, de nombreuses communes, petites ou moyennes, changent de catégorie de taille au cours de cette période : le nombre de celles qui comptent plus de 1 000 habitants et moins de 10 000 est multiplié par 1,5 au cours de cette période, alors que l’effectif des « petites » communes de moins de 500 habitants est presque divisé par 2. C’est donc un double processus de diffusion et de concentration du peuplement qu’on observe, si on laisse de côté la césure de plus en plus artificielle entre le rural et l’urbain.

18Observée à petite échelle – celle des États ou des régions – la périurbanisation signifie la poursuite de la concentration et de la polarisation au profit des villes. À grande échelle par contre, il s’agit d’un processus d’étalement, de déconcentration et de démultiplication des polarités, et d’une apparente dilution dans la campagne des marges de la ville. On ne saurait en tout état de cause l’assimiler à la création d’une nouvelle banlieue, car elle suppose le maintien d’enclaves rurales, de cette « campagne inventée » (Avec nos sabots : la campagne rêvée et convoitée, 1978 ; Marié et Viard, 1988) par et pour des citadins enquête d’espaces supposés « naturels » : la dissémination de l’habitat et la perte de netteté des contours de l’urbain sont des composantes essentielles de l’attractivité de ces nouvelles marges de la ville.

19La naissance d’auréoles périurbaines, qui a constitué une nouvelle forme de croissance de la métropole parisienne à partir de la fin des années 60, ne peut être interprétée comme la manifestation de processus de « désurbanisation » ou de « contre-urbanisation » tels que ceux décrits, par exemple, en Grande-Bretagne et en Allemagne à la fin des années 60 et au début des années 70 (Clout, 1986 ; Fielding, 1986 ; Kontuly, Viard et Vogelsang, 1986 ; Champion, 1987 et 1989). Il s’agit bien en Île-de-France d’une réponse aux besoins d’espace d’une très grande agglomération en croissance. La contradiction entre le desserrement des résidences, voire des activités, dans un espace ordinairement qualifié de rural, et la concentration croissante de la population dans un petit nombre de régions urbaines n’est donc qu’apparente. Elle fait référence à deux échelles d’organisation de l’espace différentes et emboîtées, qu’une approche purement « démographique » et prisonnière des délimitations traditionnelles du rural et de l’urbain ne permet pas toujours de distinguer.

20C’est dans deux départements situés au sud-ouest de l’Île-de-France, l’Essonne et les Yvelines, qu’on peut le mieux observer la naissance de ces processus de périurbanisation. La croissance résidentielle périurbaine y démarre en effet dès les années 60 au cours desquelles les communes rurales gagnent 10 000 habitants dont les deux tiers par immigration. Entre 1962 et 1968, les campagnes de ces deux départements ont concentré près des deux tiers de la croissance démographique et près des trois quarts des gains par immigration de l’espace rural francilien. Ceci s’explique à la fois par les caractéristiques sociales des banlieues voisines qui ont alimenté le desserrement de l’habitat et par le déplacement du centre de gravité des emplois, particulièrement les plus qualifiés, vers l’ouest - sud-ouest de la région (Beckouche, 1992 ; Cohen, 1989, 1990a et b). Au total, en trois décennies, à délimitation constante – celle du recensement de 1968 –, les communes rurales de l’Essonne et des Yvelines ont gagné près de 300 000 habitants, soit la moitié des gains de population et près de la moitié du solde des entrées enregistrées dans l’espace rural francilien entre 1968 et 1999.

21S’étendant de l’agglomération parisienne à la Beauce et structuré par les deux grandes coulées d’urbanisation de la RN 10 et de la RN 20, ce secteur offrait, dans un paysage de plateaux plus ou moins disséqués et vallonnés où des résidences secondaires de tous standings et de tous âges se concentraient dans les vallées, un espace où alternaient forêts domaniales et privées et grandes exploitations vouées à la culture céréalière fortement mécanisée. D’un côté, le long de la RN 10, sur le pourtour d’une grande opération d’urbanisme planifié – la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines, où l’acquisition de réserves foncières par la collectivité publique démarrait à peine –, les propriétaires fonciers profitaient de l’aubaine d’être situés hors ZAD pour vendre à bon prix quelques parcelles, valorisées par la proximité des équipements programmés en ville nouvelle. De l’autre côté, à proximité de la RN 20, la construction pavillonnaire était plus dispersée, même si elle comportait quelques grands lotissements situés près des gares, comme l’opération Port-Sud à Breuillet.

22Il est donc intéressant, dans la mesure où la constitution de couronnes périurbaines peut être lue comme une nouvelle étape de l’expansion urbaine venant après celle des faubourgs et des banlieues, d’envisager non les relations entre deux univers radicalement séparés, celui des villes et celui des campagnes mais leur mise en contiguïté, la manière dont l’espace s’organise dans cette zone de contact, souvent décrite comme un monde peu lisible, où la dissolution de la ville dans la campagne ne génèrerait que désordre. On parle souvent de métamorphisme périurbain, comme s’il s’agissait d’une sorte de gangrène intrusive, pouvant conduire a un mitage généralisé des campagnes qu’il s’agirait de canaliser pour sauvegarder la trame verte nécessaire à la respiration des villes (MEAR, 1971, 1976).

23Décrire la morphologie de ce « tissu différencié mais confus », de ces « nébuleuses urbaines », selon les propos de J. Gottmann (1966) ou des « protubérances douteuses » évoquées par H. Lefebvre (1970) ne saurait suffire. Il est plus opératoire de rechercher les logiques (en particulier sociales) à l’origine de cet apparent morcellement. De par sa position – un entre-deux –,de par ses processus de formation, l’espace périurbain ne peut être que discontinu, instable et composite. Cette hétérogénéité fondamentale résulte à la fois de ses fonctions d’annexe – voire de poubelle – de la ville, de sa situation à la marge d’agglomérations en croissance et de ce qui fonde sa valeur d’usage, sa faible densité relative. C’est au départ parce qu’il est moins densément occupé et moins bien desservi qu’il est moins cher et susceptible d’offrir le support de logements plus spacieux. Mais s’il est recherché pour être moins densément construit, toute amélioration de son accessibilité – pourtant généralement souhaitée par ses habitants qui sont en majorité des navetteurs – se traduit par une hausse des valeurs foncières et une intensification de son occupation qui est souvent ressentie, par une partie de ses occupants, comme source de dévalorisation.

24Ce tissu mixte, où l’imbrication très dense de l’urbain et du rural dans un contexte général de très forte urbanisation semble défier toute tentative d’analyse, est donc le support d’un nouveau modèle résidentiel fondé sur la recherche de plus d’espace pour la vie familiale. Mais la périurbanisation implique aussi un partage plus strict des fonctions au sein du tissu urbain, la diffusion de l’automobile permettant l’émergence de nouvelles formes d’implantation du peuplement et des activités. En particulier, elle rend possibles les navettes quotidiennes vers des zones d’emploi moins centrales – et plus spécialisées – et le recours à des espaces commerciaux plus diversifiés. Les grandes surfaces de vente sont conçues dès cette époque pour répondre aux différents niveaux de solvabilité de la clientèle de leur aire de chalandise. La clientèle périurbaine est alors réputée plus aisée, ayant de ce fait une pratique de déplacements d’achats moins fréquents ou plus souvent anticipés, mais surtout plus jeune et réputée plus sensible à un modèle qui se veut porteur de modernité. Mais les grandes surfaces commerciales périphériques jouent aussi sur la proximité des banlieues des années 50 et 60 faiblement équipées. Lorsqu’on cherche à comprendre les dynamiques du développement périurbain, on ne peut donc pas l’autonomiser par rapport au reste du système urbain régional qui l’alimente en population, en emplois, en clientèle. C’est tout un modèle d’implantation du peuplement et des activités qui se transforme alors.

25Les espaces périurbains doivent donc être traités comme un des éléments constitutifs du système urbain. On peut y repérer, dans la symbiose qui s’établit sur les marges de l’agglomération, des formes de spécialisation des espaces – transitoires sans doute pour une partie d’entre elles –, dans un contexte où diverses fonctions s’exurbanisent : la résidence, mais aussi certains établissements de production, de stockage, des surfaces commerciales plus ou moins spécialisées… Dans cette zone d’interpénétration de la ville et de la campagne, où la majeure partie de la population n’est pas agricole et où se diffuse l’habitat individuel de populations d’origine majoritairement citadine, l’assemblage composite de sous-espaces spécialisés aux portes d’une grande agglomération ne peut être déchiffré qu’en dépassant le clivage traditionnel du rural et de l’urbain.

Périurbanisation et système urbain. Pour une approche sociale de la périurbanisation

26Au sein de la région la plus urbanisée de France, présentant de plus un très fort gradient de densité entre les campagnes beauceronnes et le centre de l’agglomération, les formes de la périurbanisation, modalité spatiale de la croissance urbaine, ne peuvent se comprendre que replacées dans le cadre de plusieurs systèmes en interaction : le système socio-économique des pays développés d’économie libérale, où l’évolution de la division du travail aboutit à la constitution d’un éventail de couches solvables suffisant pour susciter l’industrialisation de la production de maisons individuelles ; le système propre à chaque État : sa trame urbaine, son appareil législatif, sa structure socioéconomique ; le système formé par une agglomération ou une région urbaine.

27L’existence d’une demande solvable a constitué la conditionsine qua non du développement périurbain dans les années 70 : contrairement aux lotissements de l’entre-deux-guerres, l’autoconstruction n’a eu qu’un faible rôle dans la production pavillonnaire des trente dernières années en région parisienne et les achats dans des opérations clés en main y ont été aussi nettement plus importants qu’en province. La construction de ces « nouveaux villages », « hameaux à la française », et autres « parcs » ou « cottages » qui ont fleuri un peu partout sur les plateaux aux portes de l’agglomération, mais aussi de ces multiples petits lotissements s’égrenant dans les vallées le long des routes et des chemins vicinaux a modifié radicalement la composition sociale des campagnes.

28Alors que les constructions pavillonnaires déferlaient par vague dans les bourgs et villages situés à quelques kilomètres des grands ensembles de banlieue, peuplés en majorité d’employés, d’ouvriers et de techniciens, qui s’installait dans ces « hameaux » lancés à grand renfort de publicité dans la presse nationale ? L’exemple de deux opérations quasi emblématiques du début des années 70 (Port-Sud, à Breuillet dans l’Essonne ; les Cottages de Cernay, en vallée de Chevreuse) met en évidence l’ampleur des transformations des sociétés locales par l’irruption de cette première vague périurbaine. Bien que les caractéristiques sociodémographiques des nouveaux installés soient sensiblement différentes, la rupture qui s’opère alors dans la composition des sociétés rurales est aussi profonde à Breuillet qu’à Cernay (tableau 1-2).

29À Breuillet, le lotissement de Port-Sud accole à une commune jusqu’alors plutôt ouvrière un fort noyau de cadres et d’employés ayant quitté le cœur de l’agglomération mais continuant à y travailler. À Cernay, un petit village où voisinaient retraités, agriculteurs et commerçants voit arriver en nombre des cadres venus de Paris ou des Yvelines, bien décidés à user de leurs pouvoirs d’électeurs et de leurs relations pour empêcher de moins fortunés devenir partager leurs pelouses : avec le renfort de leurs homologues des villages environnants, ils n’auront de cesse d’obtenir la création du Parc régional de la Haute Vallée de Chevreuse.

30Ces deux exemples mettent en évidence le choc qu’a représenté, pour les sociétés villageoises, l’irruption brutale de nouvelles populations du fait de la construction individuelle groupée qui a représenté en Île-de-France une part nettement plus forte qu’en province du pavillonnaire périurbain. Elles étaient certes habituées aux allées et venues des résidents secondaires et des promeneurs dominicaux, mais elles se trouvent devant la nécessité d’accueillir un nouveau public scolaire. Contraintes d’étendre ou de construire des réseaux d’assainissement, d’organiser la collecte des ordures ménagères, des équipes municipales, rapidement taxées d’immobilisme, sont remises en cause : au moment où s’élaborent des POS censés définir les futures zones constructibles, les nouveaux venus ont hâte de les remplacer. Dès les élections de 1971, l’émergence de revendications nouvelles autour de l’école ou de l’assainissement conduit à de nombreux changements dans les conseils municipaux. Si les composantes démographiques de la périurbanisation (arrivée massive de jeunes adultes, enfants et adolescents à scolariser, importance de la biactivité surtout au sein des couples appartenant aux catégories moyennes et modestes) se ressemblent très largement d’un lieu à un autre, il n’en est pas de même de la composition sociale des nouveaux installés, tout comme de celle des villages qui les accueillent.

  • 8 Not in my backyard.

31Ceci pèse largement sur les modes d’insertion des arrivants, au sein desquels les différences de revenus et de capital culturel interviennent dans la construction de nouveaux repères et de nouveaux ancrages territoriaux. Mais la composition sociale de ces immigrants se traduit aussi, souvent à très court terme, dans les positions adoptées à l’égard de la poursuite de la construction sur le territoire communal : dans les municipalités périurbaines, les cadres nouvellement installés ont bien souvent pratiqué la politique du « NIMBY8 » et donné de la voix pour freiner l’implantation de lotissements… après leur arrivée. Pour comprendre l’évolution des communes périurbaines après la première vague pavillonnaire des années 70, il est donc important de décrire les transformations souvent spectaculaires du profil social des villages.

1-2 Port-Sud et les Cottages de Cernay Deux opérations réalisées au début des années 70
Port-Sud
Commercialisé à partir de l’automne 1970, Port-Sud se voulait, aux dires de ses promoteurs, « le premier village de plaisance pour tous les jours, au bord d’un lac, aux portes de Paris ». Situé en bordure de l’Orge permettant l’aménagement d’un lac, à proximité d’une gare sur la ligne de banlieue de la gare d’Austerlitz et non loin de la Nationale 20, le lotissement proposait une gamme relativement large de pavillons allant du 4 pièces au 8 pièces, dans une fourchette de prix se situant pour la première tranche réalisée, entre 129 000 et 212 000 F.
Située à 35 km de Notre-Dame à vol d’oiseau, la commune de Breuillet était déjà un petit bourg en croissance (2 000 habitants en 1962, 2 639 en 1968), bénéficiant à la fois de la proximité d’un bassin d’emploi (cf. par exemple un établissement du CEA sur la commune voisine de Bruyères-le-Châtel)et d’une bonne desserte ferroviaire (40 trains par jour dans chaque sens en 1974) permettant d’atteindre le centre de Paris en moins d’une heure.
Entre 1968 et 1975, la construction de Port-Sud multiplie par 2,5 la population de la commune qui gagne près de 4 000 habitants en sept ans, dont 3 500 du fait du solde migratoire. La comparaison entre les ménages déjà installés à Breuillet en 1968 et les nouveaux occupants montre bien l’ampleur du bouleversement apporté par la construction du lotissement.
Sur 440 ménages n’ayant pas changé de logement au cours de ces sept années, la moitié ne comporte aucun enfant. Les deux tiers sont des couples dont la moitié seulement comporte 2 actifs. Près des trois quarts de ces actifs travaillent dans l’Essonne, un tiers d’entre eux à Breuillet même. Plus d’un ménage sur trois a pour personne de référence un ouvrier, 3 sur 10 un retraité, 1 sur 5 un employé ou un cadre moyen. Les cadres supérieurs sont pratiquement absents parmi les anciens habitants de la commune.
Parmi les 810 nouveaux installés, on compte près d’un tiers de cadres supérieurs et presque autant de cadres moyens, alors que les ouvriers, essentiellement composés de contre maîtres ou d’ouvriers qualifiés, ne représentent pas plus de 1 ménage sur 6, les employés 1 sur 10. La structure démographique est elle aussi très différente : 4 ménages sur 5 ont des enfants, la moitié en comptent 2 ou plus ; la moitié sont des couples comportant 2 actifs et dans 4 cas sur 10 l’homme seul est actif. 2 chefs de ménage sur 3 ont entre 30 et 49 ans.
Près de la moitié des hommes actifs et 40 % des femmes travaillent à Paris, mais alors qu’un tiers des hommes se dirigent vers le sud de la Petite Couronne, la moitié des femmes travaille dans l’Essonne. Les distances qu’ils parcourent pour se rendre à leur travail (mesurées à vol d’oiseau) sont en moyenne deux fois plus longues que pour les anciens résidents de Breuillet (respectivement 27 km au lieu de 13 pour les hommes, 21 au lieu de 12 pour les femmes). 3 ménages sur 10 sont originaires de la Petite Couronne, 1 sur 4 vient de Paris, ceux qui viennent d’une autre commune de l’Essonne sont presque aussi nombreux.
Les Cottages de Cernay
Situés à la même distance de Paris (34 km de Notre-Dame à vol d’oiseau) et livrés fin 1971, les Cottages de Cernay représentent une opération de moindre envergure dans une commune dont la population dépassait à peine 500 habitants en 1968 et ne cessait de diminuer et de vieillir. Située à 7 km du terminus de la ligne de Sceaux, elle bénéficiait par contre d’un environnement forestier protégé par la grande propriété. En sept ans, elle gagne 450 habitants dont 95 % du fait de l’immigration.
Mais si ces nouveaux arrivants sont, comme à Port-Sud, surtout des familles ayant des enfants (3 ménages sur 4), leur composition sociale est tout autre et s’écarte plus encore de celle des anciens habitants de la commune, ce que reflète bien la gamme des prix des maisons, qui sont largement supérieurs à ceux pratiqués à Breuillet (de 165 000 à 312 500 F, pour des superficies allant de 92 à 169 m2).
Parmi les 115 ménages qui habitaient déjà Cernay en 1968, 4 sur 5 n’ont pas d’enfants, et 2 sur 3 ont un chef de plus de 65 ans ; 4 sur 5 sont des retraités, les autres se partageant entre les artisans et commerçants d’une part, les agriculteurs et leurs salariés d’autre part : les rares actifs travaillent tous dans la commune.
Les 140 nouveaux installés sont presque tous des couples d’actifs (36 % de biactifs, 43 % de ménages où l’homme seul est actif) et plus des deux tiers d’entre eux ont entre 30 et 49 ans. Près de 2 sur 3 sont des cadres supérieurs, près d’un quart des cadres moyens ou des employés. Les ouvriers sont pratiquement absents de ce lotissement, les retraités y représentent 1 ménage sur 10.
Au sein des ménages de cadres supérieurs, 2 conjointes sur 3 sont sans activité professionnelle, alors que plus de la moitié des femmes de cadres moyens et toutes celles des employés sont actives. Les hommes parcourent en moyenne 22 km pour se rendre à leur travail, les femmes 17 km. La moitié d’entre elles travaillent dans le département, moins d’une sur cinq à Paris. 3 hommes sur 10 travaillent à Paris, 2 sur 3 en Grande Couronne, très peu dans les Hauts-de-Seine ou le Val-de-Marne. Les originaires de la Petite Couronne sont nettement plus rares qu’à Port-Sud (1 ménage sur 7), les provinciaux plus nombreux (1 ménage sur 4).
Sources : RGP 1975 et enquêtes personnelles.
En 1968 et 1975, la catégorie des employés n’inclut pas les personnels de service, tandis que les contremaîtres et agents de maîtrise sont rattachés aux ouvriers.

Source : Le Monde, avril 1971.

Source : Le Monde, 2 mai 1970.

32Certes, l’installation de citadins dans les campagnes à la périphérie des villes ne date pas des années 60. Dans l’entre-deux-guerres déjà, G. Simenon, puis J. Renoir ont décrit, dans La Nuit du carrefour, la société bigarrée d’un village près d’Arpajon : mais rares étaient alors ceux qui possédaient une automobile leur permettant de naviguer entre la ville des affaires et la campagne des cachettes. Dans son travail sur l’habitat rural en Seine-et-Oise, O. Tulippe (1934) avait également évoqué des campagnes ouvrières, en particulier près des triages ou des ateliers ferroviaires. Mais c’est la motorisation rapide des ménages et la constitution progressive d’un réseau ferroviaire interconnecté qui conduisent les cols blancs venus de Paris et de la banlieue sud à s’installer dans les villages de l’Essonne et des Yvelines.

  • 9 Quotient de l’écart-type par la moyenne.

33Amorcé dès le début des années 60, le mouvement s’amplifie au début des années 70 (Berger, 1975). En 7 ans, dans les communes qui comptaient moins de 5 000 habitants en 1968, le nombre de cadres supérieurs et moyens augmente deux fois plus que celui des ouvriers et contribue à la moitié de la croissance de l’effectif des ménages. Leur part relative est multipliée par trois dans les plus petites communes (moins de 1 000 habitants), par deux dans les autres. Même si la diminution des coefficients de variation9 des cadres supérieurs et des professions intermédiaires témoigne d’une plus large diffusion de ces catégories, leur répartition dans l’espace demeure très contrastée et contribue à l’accroissement des inégalités entre les différents secteurs et couronnes de ces deux départements. Dans un espace qui tend à devenir polycentrique – en particulier du fait de la création des villes nouvelles – le dispositif social répond-il alors à un modèle simple où la distance au centre de Paris, paramètre principal réglant les valeurs foncières, se substitue aux contrastes entre secteurs, hérités de la croissance des banlieues le long des grands axes de circulation ?

34De fait, dans les années 70, le dispositif social de ces nouvelles couronnes périurbaines et les relations qu’elles entretiennent avec l’agglomération centrale n’intéressent guère les spécialistes de l’urbain. Avant de retenir l’attention des chercheurs qui se penchent sur l’évolution des villes, c’est dans le champ des recherches sur les campagnes que se manifeste alors un intérêt pour les processus de croissance à la périphérie des villes. Rompant avec un siècle d’exode, de déprise et de dépeuplement, la périurbanisation est d’abord interprétée comme une forme de renaissance rurale. Longtemps l’éclairage sera mis sur sa composante démographique, aux dépens d’une approche plus systémique et plus sociale, mettant en relation croissance périphérique et recomposition des tissus urbains centraux.

Notes

1 Évolution de la population francilienne (1968-1999) : +18 % ; évolution du nombre de résidences principales : +37 %.

2 Entre 1968 et 1999, 140 des 812 communes rurales en 1968 sont devenues urbaines par rattachement à l’agglomération parisienne ou à d’autres unités urbaines.

3 Tous les chiffres mentionnés dans ce paragraphe se réfèrent à un espace constant, celui de la délimitation par l’INSEE au recensement de 1968 tant pour les communes rurales que pour l’unité urbaine de Paris.

4 Cf. Atlas des Franciliens, t. 1, 2000, évaluation d’après les données du MOS.

5 Il s’agit ici du zonage de l’Île-de-France défini par l’IAURIF (révisé en 1994). Cf. carte 1-3.

6 La part des appartements de moins de trois pièces est passée d’un quart (26,4 %) des logements dans le parc datant des années 1949-1967 à plus du tiers dans les constructions réalisées après 1968 (32,5 % entre 1968 et 1974,37,5 % de 1975 à 1981, 35,7 % entre 1982 et 1990).

7 Il s’agit ici de l’espace rural dans sa délimitation en 1975.

8 Not in my backyard.

9 Quotient de l’écart-type par la moyenne.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9403/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Source : publicité GEFIC - Bâti-Service, 1974.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9403/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Source : Le Monde, 6 juin 1970.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9403/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Source : Le Monde, avril 1971.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9403/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Source : Le Monde, 2 mai 1970.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9403/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 963k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search