Version classiqueVersion mobile

Les périurbains de Paris

 | 
Martine Berger

Introduction. De la ville dense à la métropole éclatée ? Un quart de siècle de périurbanisation en Île-de-France

Texte intégral

  • 1 Le terme évoque la fuite des classes moyennes blanches des villes-centres vers les banlieues pavill (...)

1Cette recherche est née d’un choc : celui du contact avec les grandes villes nord-américaines, en l’occurrence la Megalopolis, à la fin des années 60. Alors que la géographie urbaine française – et européenne – ne parlait que de la ville triomphante, la Megalopolis offrait l’image d’un dépérissement des centres, effet de la white flight1, d’une quasi-absence de grands ensembles d’habitat social et d’une marée pavillonnaire à deux pas du quartier d’affaires le plus dense et le plus puissant du monde. Confronté à un autre modèle urbain, celui de la ville dispersée, comment ne pas s’interroger sur le transfert possible de ce modèle dans un pays d’urbanisation ancienne et de tradition centralisatrice, au cœur même du système, en région parisienne, capitale – voire place forte – d’un État jacobin de tradition « saint-simonienne » (Bieber, Massot et Orfeuil, 1993) et fortement interventionniste, à l’heure de l’urbanisme gaullien et pompidolien, souvent décrit comme celui des grands commis et des technocrates triomphants ? Cette recherche sur les couronnes périurbaines parisiennes se propose donc, d’abord, de contribuer à l’analyse du renversement d’un modèle urbain.

2Comment ce modèle alternatif s’est-il introduit, presque subrepticement, alors que le discours de l’urbanisme opérationnel semblait l’emporter, que la construction des villes nouvelles était engagée, que les derniers grands ensembles sortaient de terre, à côté des nouveaux établissements industriels surgis en grande banlieue, fleurons de l’automobile et de l’électronique triomphantes ? De nombreux travaux ont mis en évidence la constitution d’un puissant lobby financier, ses appuis dans l’appareil d’État, la reconversion des promoteurs dans le marché de la maison individuelle (Topalov, 1987 ; Jaillet, 1982 ; Jaillet et Jalabert, 1982a et b). Il reste que l’essor des « nouveaux villages » et autres « hameaux à la française », dans les années 70, n’a été possible que parce qu’il a rencontré le désir des ménages d’accéder à la propriété et à la maison individuelle (Haumont et Raymond, 1966), un moment éclipsé par la production de masse des grands ensembles collectifs.

3Les ménages contre les aménageurs ? Le trait est sans doute forcé, mais il reste qu’à un moment où les contraintes se desserraient, qu’il s’agisse de l’offre de logements devenus moins rares ou de la capitalisation par les ménages des résultats des Trente Glorieuses en termes d’ascension sociale, d’équipement automobile ou de biens de consommation, le souhait de disposer de plus d’espace dans un environnement moins dense a pu être exaucé pour certains d’entre eux. Cette relève des modèles a sans doute aussi coïncidé avec celle des générations : les enfants du baby boom élevés dans des logements exigus ou dans l’anonymat des grands ensembles – certes plus confortables mais symboles d’une mixité subie plutôt que souhaitée (Chamboredon et Lemaire, 1970) – aspiraient à installer les familles qu’ils fondaient alors dans l’entre soi de communautés fantasmées, plus souvent constituées sur la base du niveau d’endettement qui leur était accordé par les banques que sur de réelles convergences de modes de vie. Ce n’était pas encore le cocooning, mais la floraison des associations dans ces « nouveaux villages » ne traduisait-elle pas, autant que le désir d’une sociabilité de voisinage, la volonté de se réunir entre pairs (L’Esprit des lieux, 1986 ; Benoît-Guilbot, 1980, 1982a et b, 1986), le refus de la mixité sociale qui semblait alors le corollaire obligatoire de l’habitat collectif locatif et de la ville dense ?

4Du fait même de la convergence de leurs choix, les ménages franciliens ont été les acteurs essentiels de ce renversement de modèle urbain. Que leurs préférences soient allées « naturellement » (ou culturellement) à l’habitat pavillonnaire et/ou à l’accession à la propriété, ou que le marché du logement francilien ne leur ait pas offert d’autre alternative s’ils souhaitaient disposer de plus d’espace pour se loger à des coûts compatibles avec leurs revenus, les transferts de population qui se sont opérés au cours des trente dernières années ont bouleversé la forme de la métropole parisienne et les flux qui l’animent.

  • 2 Alors qu’elles ont fait l’objet de nombreux travaux aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Suède ou (...)

5Production de nouvelles zones de résidence et d’activités, mais aussi transformations radicales des quartiers d’où sont partis les ménages candidats aux implantations périurbaines : on ne peut ignorer le rôle qu’a joué la périurbanisation d’une partie des couches moyennes voire modestes dans la « ghettoïsation » des grands ensembles d’habitat social ou dans l’accélération de la « gentrification » de la capitale et de certaines communes de banlieue. Leur départ a créé des chaînes de vacance conduisant à la réaffectation de pans entiers du parc de logements dans la zone centrale et, plus encore, dans les banlieues2. Leur installation dans des lotissements surgis aux franges de la ville dense tout comme la réoccupation et la transformation d’un ancien parc de logements ruraux se sont traduites par de nouveaux équilibres socio-politiques dans les communes où ils se sont implantés.

6L’apparition de nouvelles clientèles et de nouveaux besoins, l’installation de nombreux adultes d’âge actif aux portes de la ville, de nouvelles infrastructures de circulation, un nouveau maillage d’équipements collectifs et de zones d’activités ont contribué à l’émergence de nouvelles polarités aux franges de l’agglomération parisienne. L’ampleur du transfert de population, et, dans une moindre mesure, d’activités a remis en cause les équilibres sociodémographiques et socioéconomiques qui prévalaient à l’ère industrielle entre centre-ville et périphéries, entre l’agglomération parisienne et les campagnes environnantes. Les nouveaux périurbains ont introduit de nouvelles exigences d’équipements et de services collectifs dans des campagnes jusqu’alors peuplées surtout d’agriculteurs, de retraités et de résidents secondaires. Leur départ a aussi privé de nombreuses communes de banlieue de leurs éléments les plus jeunes, les plus actifs, les plus porteurs d’ascension sociale intergénérationnelle. Le retentissement de ces mobilités centrifuges sur le tissu social de l’agglomération parisienne devait donc être envisagé : à ce titre, la périurbanisation apparaît comme l’un des processus ayant le plus fortement contribué à l’accroissement des inégalités, voire des ségrégations, en Île-de-France.

7Acteurs principaux de leurs localisations dans la ville, les ménages subissent certes les contraintes des valeurs foncières et de l’évolution du dispositif spatial des emplois. Mais dans un système métropolitain aux fonctions aussi diverses, d’une telle étendue et disposant d’un maillage aussi dense par les transports collectifs, l’univers des choix résidentiels est sans doute plus ouvert qu’ailleurs, même si les inégalités d’accès aux ressources de la ville demeurent très fortes.

8Certes le pilotage de l’usage des sols par un plan d’aménagement prescrit par l’État et, plus récemment, par la Région a introduit d’autres contraintes. Il en est de même pour les plans d’occupation des sols placés, depuis les lois de décentralisation, sous la responsabilité des maires. Mais cette superposition d’acteurs institutionnels a aussi accru les contradictions entre les différentes interventions de la puissance publique, de l’État aux différentes collectivités territoriales en passant par les grandes entreprises nationales très présentes, en particulier par les patrimoines fonciers dont elles disposent dans la région. Au total, les contradictions entre les politiques sectorielles de l’État en matière d’aide au logement et celles qui visaient à contenir, polariser et diriger l’extension spatiale de l’agglomération (Berger et Rhein, 1992 ; Berger, 2000 ; Beaucire, 2000), ont largement permis aux ménages qui le souhaitaient de réaliser leur rêve pavillonnaire s’ils en avaient les moyens financiers.

9Plutôt qu’à l’empilement des systèmes de pouvoirs qui s’exercent, aux différentes échelles, sur l’espace francilien, on s’est donc intéressé aux stratégies résidentielles déployées par ces multiples acteurs que constituent les ménages en quête de logements et d’emplois. En effet, quel que soit le poids des interventions publiques régissant l’usage des sols ou les modes de financement du logement, la diversité des parcours résidentiels des ménages témoigne de l’existence de marges de liberté. En dépit de fortes contraintes résultant des décisions publiques et de la concentration croissante des pouvoirs économiques et financiers, le simple citoyen demeure un acteur au sens plein de ses choix résidentiels, qui ne sont pas socialement déterminés de manière univoque.

10Mais porteurs de l’expansion périurbaine, les ménages franciliens n’ont pu l’être qu’autant qu’ils constituaient, pour les promoteurs, lotisseurs ou constructeurs, une clientèle nombreuse et solvabilisée à la fois par les politiques publiques d’aide à l’accession à la propriété et par le contexte socioéconomique prévalant, en Île-de-France, à la fin des années 60. Cette décennie constitue en effet un moment où les interventions, directes ou indirectes, de la puissance publique dans la répartition des fonctions de commandement sur le territoire national ont été particulièrement significatives et ont largement contribué au renforcement de la métropolisation au profit de la capitale, avec l’élévation des qualifications et des revenus qui en découle. Sans qu’il soit question d’un déterminisme sommaire et paralysant, il s’agissait donc de repérer dans l’évolution des formes urbaines et des modes d’habiter, les effets sur les trajectoires sociales et spatiales de générations de Franciliens, d’un contexte économique où leur ville changeait d’échelle et de fonctions.

11La capitale d’une ex-puissance coloniale qui avait largement recruté dans son empire la main-d’œuvre des Trente Glorieuses expérimentait, du fait de la fermeture de l’immigration de travail, les effets du regroupement familial des étrangers (Guillon et Chauviré, 1991), au moment même où sa position de première région industrielle française, où s’élaboraient les fabrications de pointe, était remise en cause. En moins de deux décennies, entre 1974 et 1992, l’Île-de-France a perdu le tiers de ses emplois salariés de l’industrie ; une proportion croissante de la classe ouvrière est issue de l’immigration ; toute une culture urbaine fondée sur la proximité de l’usine et de l’habitat, sur laquelle s’appuyait un système sociopolitique structurant l’espace des banlieues, a été remise en cause. Tout autant que du renforcement de la part des cadres (Damette, 1994 ; Beckouche, 1999) et du gonflement des couches moyennes salariées, la périurbanisation est, en Île-de-France, contemporaine de l’effondrement numérique et de la crise d’identité d’une classe ouvrière française longtemps très qualifiée (Chauviré, 1986), à la recherche de nouveaux repères dans le logement et de nouvelles pratiques distinctives. Il s’agissait donc de démêler les composantes d’une white flight à la française, ou à la francilienne, et d’analyser les traductions spatiales des recompositions sociales.

12Un des paradoxes – et non le moindre – de cette période de restructuration du système urbain francilien est qu’au moment même où l’emploi devenait plus volatil, où la région la plus riche du pays n’échappait pas au gonflement du taux de chômage et où les entreprises, profitant de la mise sur le marché de locaux d’activité polyvalents, s’orientaient vers une mobilité et une spécialisation croissantes de leurs établissements, des ménages, de plus en plus souvent biactifs, s’engageaient dans l’accession à la propriété, réduisant ainsi leurs possibilités de mobilité résidentielle à court et moyen termes. Cette apparente contradiction sur laquelle repose depuis un quart de siècle le fonctionnement du bassin d’emploi francilien n’a pu se perpétuer qu’au prix d’investissements considérables effectués par la collectivité dans le système de transport régional, mais aussi d’une adaptation constante des ménages recomposant leurs espaces de vie, réorganisant leurs fréquentations quotidiennes au fil des mutations du marché du travail et des implantations d’équipements et de commerces. Si les budgets-temps – et sans doute aussi les coûts – de mobilité sont restés à peu près constants (Bieber et Orfeuil, 1993 ; Gallez et Orfeuil, 1998 ; Polacchini et Orfeuil, 1999), les pratiques de la ville ont subi de profondes transformations, remettant en cause non seulement la division fonctionnelle traditionnelle entre villes et campagnes, mais aussi une approche des ségrégations socio-spatiales fondée uniquement sur l’intra-urbain et l’espace résidentiel.

13Un autre paradoxe de cette évolution des pratiques de la ville est qu’à l’heure de l’explosion des mobilités, de la mise en réseau d’un grand système métropolitain, les cloisonnements sociaux au sein des espaces urbanisés s’accentuent, les identités locales se cristallisent dans une ville plus étendue, moins dense, mais plus divisée, voire « éclatée ». Dans le même temps, l’avenir de la périurbanisation est évalué de manière contradictoire par les auteurs, sans doute en fonction de leur position et de leurs expériences d’un espace qui a cessé d’être un creuset. D’aucuns affirment que le retour au centre est engagé depuis plus d’une décennie (Burgel, 1993 et 1999), d’autres que la ville émergente (Dubois-Taine et Chalas, 1997) n’est pas près de cesser de s’étendre.

14Après un quart de siècle de desserrement urbain, sommes-nous sur le chemin d’un nouveau renversement des modèles ? Les résultats encore partiels publiés à ce jour de la grande photographie du pays à l’orée d’un nouveau millénaire que constitue le recensement de population de 1999 ne permettent pas de conclure. Ils appellent toutefois à la prudence et à garder en mémoire la diversité des territoires. L’Île-de-France est parfois un laboratoire de pratiques innovantes, en avance sur le reste du territoire car sa société est incontestablement plus aisée, mais aussi plus diverse, que la moyenne. Mais la dimension même du système métropolitain, les coûts fonciers élevés supportés tant par les ménages que par les entreprises, constituent aussi des freins aux transformations. Au sein de la région coexistent des espaces appartenant à des cycles variés de production de l’urbain, inégalement engagés dans la voie des recompositions sinon des réutilisations ou des revalorisations. Là encore, la comparaison s’impose avec la ville nord-américaine et le cycle de vie beaucoup plus court de ses quartiers et de ses logements, mis en évidence par l’École de Chicago (étudiée par Grafmeyer et Joseph, 1979) avec la métaphore écologique des successions.

15Mais il est tout aussi nécessaire de comparer les couronnes périurbaines franciliennes à celles des autres grandes villes françaises et de situer la spécificité de l’évolution observée en région parisienne au cours des trois dernières décennies. Elle tient sans doute pour partie à la différence d’échelle, qui favorise ici l’éclatement ; mais elle repose aussi sur les caractéristiques d’un marché du travail plus fortement polarisé : à la fois une exceptionnelle concentration de cadres et d’actifs plus jeunes et plus diplômés, et la porte d’entrée d’une main-d’œuvre étrangère plus nombreuse que partout ailleurs en France. De ces spécificités du système socioéconomique francilien découlent en particulier la complexité de la stratification sociale régionale et l’exceptionnelle vigueur des processus de filtrage résidentiel.

16À travers une entrée partielle et étroitement localisée – la constitution des couronnes pavillonnaires périurbaines –, c’est donc l’évolution du fonctionnement de la métropole parisienne qui est abordée. À la fois du point de vue de sa structuration socio-spatiale, à travers l’extension des processus de division sociale de l’espace, d’agrégation et de ségrégation, qui ne peuvent plus être envisagés dans le seul cadre de l’agglomération urbaine au sens strict, mais doivent tenir compte d’un hinterland rural sous l’emprise croissante du marché du travail urbain. Mais aussi, dans la mesure où l’évolution des qualifications et des localisations des emplois a agi sur les rythmes et les formes de la périurbanisation, en abordant les transformations du système productif francilien sous l’angle de la division sociale du travail plutôt qu’à partir des branches d’activités. L’analyse des profils de mobilité des Franciliens, qu’il s’agisse des navettes ou des trajectoires résidentielles, permet de mettre en relation les espaces de la résidence et ceux du travail. Abordée souvent dans une optique trop exclusivement « ruraliste », en termes de consommation de l’espace aux marges de la ville, la périurbanisation doit être mise en rapport avec les phénomènes de métropolisation et de polarisation sociale dans un système où l’espace devient plus rare pour des sociétés tout à la fois plus denses et plus mobiles.

17S’agissant d’étudier un grand système métropolitain de plus de 10 millions d’habitants, cette recherche s’appuie dans une large mesure sur l’exploitation de données censitaires, dont on ne mesure pas toujours la richesse. Rien de commun, en effet, entre les comptages que nous livrent à foison les tableaux standards, prédéfinis pour des usages courants et répétitifs, et la plongée dans l’univers réel qu’offrent au chercheur les fichiers-détails des recensements de population, version numérisée – et rendue anonyme – des questionnaires individuels. Outil incomparable, puisqu’ils permettent de croiser des variables décrivant tant la situation sociodémographique des individus et des ménages, que le type de logement qu’ils habitent, leurs navettes entre domicile et lieu de travail ou leurs migrations résidentielles et aident aussi à mieux comprendre le jeu des interdépendances entre les différents segments du parc de logements régional. Ils constituent une enquête en grandeur réelle, qui, en dépit des imperfections maintes fois soulignées, ouvre l’accès aux parcours des citadins dans la ville, et permet de valider quantitativement ce que révèlent des enquêtes plus ponctuelles ou simplement l’écoute des conversations des passagers du « Roissy-Express » (selon l’expression de F. Maspero, 1992) ou d’autres trajets « transiliens ».

18Cette recherche a donc eu pour objet l’analyse des comportements de mobilité et des préférences résidentielles d’une génération de ménages, celle qui a porté, sinon suscité, le renouveau de la production pavillonnaire, à un moment où la progression du taux d’équipement automobile (Dupuy, 1995), la baisse tendancielle des coûts de transport et l’inflation monétaire réduisant le prix réel des crédits immobiliers rendaient la maison individuelle accessible à un plus grand nombre de familles. Cet infléchissement du modèle urbain vers une ville moins dense n’a été remis en cause ni par la crise pétrolière – dont l’effet n’a guère été répercuté sur les budgets des ménages – ni par la montée du chômage et de l’insécurité de l’emploi dans les années 80 et 90. Il suffit de rappeler qu’on a construit chaque année plus de maisons individuelles en Île-de-France entre 1982 et 1990 qu’entre 1975 et 1982, et que la création, en 1996, du prêt à taux zéro a relancé la production pavillonnaire.

19Depuis les années 70, d’autres générations de ménages franciliens sont donc venues rejoindre les pionniers du périurbain. Observer un phénomène sur la longue durée peut constituer un avantage lorsqu’il s’agit de biens immobiliers. Vus du côté des marchés, les prix du logement ont été affectés, au cours de cette période, de fluctuations amples, parfois brutales et spectaculaires, qui ont pu infléchir les choix des candidats à la location ou à l’achat d’un logement. Par contre, du point de vue des ménages propriétaires ou accédants qui représentent désormais près de la moitié des Franciliens, les stratégies résidentielles se déploient sur des temps d’autant plus longs qu’une part croissante des nouveaux acquéreurs est issue, dans les années 80, de couches moyennes, voire modestes pour lesquelles la phase de constitution de l’épargne initiale comme la durée moyenne des emprunts sont plus longues.

20Cette recherche a donc suivi l’évolution de la production des couronnes périurbaines franciliennes. Au fur et à mesure qu’elles se constituaient et se peuplaient de ménages venus de plus en plus souvent des banlieues, c’est l’ensemble de la division sociale de l’espace métropolitain qui a été remis en cause. La création de nouvelles zones d’habitat des couches moyennes et modestes a conduit à la fois à la paupérisation de secteurs de l’agglomération perdant souvent la fraction la plus solvable de leurs habitants et à la poursuite de la « gentrification » de quartiers du centre-ville ou des banlieues les mieux desservies ou les mieux cotées. Ceci justifie d’aborder la périurbanisation comme l’un des processus de la division sociale de l’espace urbain, et de la replacer dans l’évolution d’ensemble du système social francilien, tant à travers des clichés successifs au fil des recensements qu’en étudiant les trajectoires résidentielles des ménages dans une ville élargie par un système de communication de plus en plus dense et maillé.

21Quels liens entretiennent les choix résidentiels des ménages avec l’évolution de la localisation des zones d’emplois ? La question ne pouvait manquer d’être posée dans un bassin qui compte près de 5 millions d’emplois qui restent beaucoup plus concentrés que les 4,5 millions d’actifs résidant en Île-de-France, sans compter les ménages installés dans les huit départements du Bassin parisien riverains de l’Île-de-France et qui viennent y travailler. Le poids des migrations résidentielles dans l’évolution des trajets quotidiens des actifs franciliens est flagrant : ceux qui ont déménagé au cours des sept ou huit années précédant un recensement ont des navettes sensiblement plus longues, en moyenne, en durée comme en distance parcourue, que les actifs n’ayant pas changé de commune de résidence. Et ceci est particulièrement clair pour ceux qui ont quitté la zone centrale d’habitat collectif et riche en emplois pour s’installer dans une maison individuelle en périphérie. Il s’agissait de mettre en relation mobilités résidentielles et navettes quotidiennes des périurbains d’Île-de-France.

22C’est donc successivement trois éclairages qui sont portés sur la périurbanisation en région parisienne et sur sa position par rapport au cycle de production pavillonnaire qui a marqué villes et campagnes françaises au cours des trois dernières décennies. Après avoir abordé l’Île-de-France « côté campagne », comme l’un des premiers espaces où s’est manifesté, en France, la « renaissance rurale », il convient de situer les couronnes périurbaines dans le dispositif social de l’ensemble de la région urbaine parisienne. On aborde ensuite, à travers les trajectoires – plutôt centrifuges – des mobilités résidentielles et celles – en majorité centripètes – des déplacements quotidiens, les flux qui animent ce grand système urbain.

23Dans cette exploration d’un grand ensemble de ménages, de logements et d’emplois, à un moment particulier de l’histoire de la production de formes urbaines dans la région capitale, les outils de la statistique descriptive ont permis de discerner des régularités et des exceptions, des corrélations et des résidus. Les cartes et graphiques reproduits dans le cédérom annexé à l’ouvrage mettent bien en évidence ces régularités, mais aussi les particularités locales dans la constitution progressive de couronnes périurbaines. Mais les questions posées sont nées du regard porté par une observatrice – de plus en plus participante – d’une ville qui n’est peut-être pas aussi définitivement éclatée que d’aucuns l’annoncent. L’étude des trajectoires et des flux révèle en particulier des solidarités profondes à d’autres échelles que celles des anciens quartiers sans doute quelque peu mythifiés. L’approche du fonctionnement des villes à travers les multiples mobilités qui les traversent, mais qui s’y nouent aussi, ne constitue-t-elle pas aujourd’hui une méthode particulièrement apte à nous permettre de déchiffrer les nouvelles formes de structuration des grands organismes urbains et d’y reconnaître, au-delà des turbulences, les traces d’un nouvel ordonnancement ?

Notes

1 Le terme évoque la fuite des classes moyennes blanches des villes-centres vers les banlieues pavillonnaires.

2 Alors qu’elles ont fait l’objet de nombreux travaux aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Suède ou aux Pays-Bas (cf. Filippi, 1997 ; Lévy, 1997 et 1998b), les chaînes de vacance ont été peu étudiées en tant que telles en France et en Île-de-France (Soulignac, 1995) alors qu’on dispose de nombreuses analyses portant sur les cursus résidentiels des ménages ou les successions de populations dans les différents types de logements (cf. par exemple les travaux de J.P. Lévy).

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search