Version classiqueVersion mobile

Les périurbains de Paris

 | 
Martine Berger

Préface

Jean-Pierre Orfeuil

Texte intégral

1L’étalement urbain est une de ces questions, dites de société, qui suscite de vifs débats en France comme à l’étranger. Annoncé puis analysé de longue date aux États-Unis, notamment par Melvin Webber et ses collaborateurs au début des années 60, le phénomène a été reconnu en France en 1976 grâce à l’ouvrage de Gérard Bauer et Jean-Michel Roux, La Rurbanisation ou la ville éparpillée. Il a donné lieu depuis à une intense production sémantique (de la suburbanisation à l’exurbanisation, de la ville émergente à l’archipel urbain, pour ne citer que quelques qualificatifs), mais aussi à une abondante production d’ouvrages dont beaucoup reflètent les clivages entre les « pro » et les « anti ». Cette vigueur des débats sur les modes d’occupation du territoire ne saurait étonner. En effet, dans un contexte de plus en plus mondialisé, le territoire reste « ce qui dépend de nous », selon l’heureuse, mais sans doute bien optimiste, expression de Jean-Louis Guigou. Par ailleurs, des mobilités résidentielles d’actifs les conduisant à un éloignement de leur emploi, le peuplement croissant d’espaces ne bénéficiant que d’une accessibilité moyenne au bassin d’emploi central et aux aménités traditionnelles de la ville ne peut que nous renvoyer quelques interrogations gênantes, mais peut-être salutaires, sur la ville, son fonctionnement, son attrait, comme sur l’ambition de maîtriser les trafics automobiles.

2Les débats sont (et seront, car il ne fait aucun doute qu’ils continueront) d’autant plus riches qu’ils peuvent prendre appui sur un référentiel cognitif rigoureux et partagé. C’est tout l’intérêt de l’ouvrage de Martine Berger que de constituer ce référentiel.

3Référentiel cognitif sur la dynamique spatiale de l’Île-de-France et de ses franges au cours du dernier quart de siècle, grâce à des exploitations très fines, et de première main, des masses immenses d’informations que représentent les fichiers à l’individu du recensement, mais aussi d’enquêtes nationales comme l’Enquête logement ou d’enquêtes plus ciblées sur des territoires qui ont connu des mutations rapides. L’analyse par périodes, depuis l’apparition des « hameaux à la française » jusqu’aux formes d’occupation plus diversifiées d’aujourd’hui, la cartographie systématique des principaux phénomènes, la confrontation de terrains particuliers analysés en profondeur aux dynamiques d’ensemble, suggèrent qu’il n’y a pas une périurbanisation, mais des périurbanisations dont les caractéristiques, notamment sociales, et les déterminants peuvent être très différents. De même, il n’y a pas un espace périurbain, mais des agencements variables d’espaces aux fonctions différenciées, dont les caractéristiques communes, une densité relativement faible et un certain éloignement du centre, ne doivent pas masquer l’hétérogénéité.

4Référentiel méthodologique, utilisable sur les terrains d’autres grandes agglomérations, par la richesse des questions posées, la rigueur des méthodes mises en œuvre pour y répondre, l’articulation réussie, dans la production du sens, de domaines trop souvent séparés, comme les conditions de production du logement, la relation habitat-habitant, la mobilité résidentielle, la mobilité quotidienne, les processus de spécialisation sociale de l’espace.

5Référentiel problématique enfin : l’étude de la périurbanisation est d’abord une clé d’entrée pour la compréhension de la « remise en ordre » de l’espace métropolitain dans son ensemble (centre « gentrifié », « ghettoïsation » de certaines parties de la banlieue) et de ses systèmes d’habitat. Ce qu’on a voulu autonomiser sous le terme de « ville émergente » reste non seulement en situation de dépendance forte à l’emploi de la ville constituée, mais participe aussi activement à la recomposition d’un espace qui dépasse même aujourd’hui la frontière administrative de l’Île-de-France. Dans l’analyse de cette dynamique, là où d’autres auteurs mettent surtout l’accent sur la contrainte économique liée à l’accès au logement ou sur les aspirations en termes de modes de vie, Martine Berger accorde un rôle important au jeu des différentes catégories sociales, à leurs capacités stratégiques et à leurs contraintes très différenciées, susceptibles de conduire à un renforcement de la division sociale de l’espace. Les résultats suggèrent que ce parti pris est fondé : la mobilité facilitée par la performance des réseaux de transport (route ou transport public) permet à des citadins de plus en plus mobiles d’exprimer un attachement croissant à l’homogénéité sociale de leur lieu de résidence, renforçant ainsi l’identité sociale des lieux d’habitat.

6C’est dire que les professionnels de l’aménagement et des transports comme les universitaires et les chercheurs, les Franciliens comme les provinciaux, les géographes comme les sociologues trouveront un grand intérêt à la lecture de cet ouvrage, et que cet ouvrage contribuera à poser les débats sur le sujet en des termes renouvelés.

Auteur

professeur à l’université Paris XII, directeur du Centre de recherche sur l’espace, les transports, l’environnement et les institutions locales

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search