Version classiqueVersion mobile

Les périurbains de Paris

 | 
Martine Berger

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’un mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches, soutenue en 2002 devant l’université de Paris I. Mes remerciements vont à Jacqueline Bonnamour, qui la première a accepté de m’accompagner dans cette recherche, lorsque la périurbanisation n’était encore qu’un objet mal identifié sur le chemin des géographes ruralistes ; à Jean-Claude Boyer, Gabriel Dupuy et Jacques Brun qui m’ont encouragée à la mener à terme.

2Je sais aussi tout ce que je dois à l’environnement scientifique dans lequel ces travaux se sont déroulés, en tout premier lieu au Laboratoire Strates, devenu le Ladyss. Toute ma gratitude va à ses directeurs successifs, Michel Rochefort, Nicole Mathieu et Yves Luginbühl, pour l’esprit d’ouverture et de pluralisme et pour les échanges entre chercheurs de terrains et de disciplines différents qu’ils ont toujours encouragés. Je leur sais gré de m’avoir permis de naviguer entre ville et campagne, de même que je remercie Jean-Claude Bontron de m’avoir associée à de nombreux chantiers ruralistes dont les villes n’étaient jamais absentes.

3Travaillant sur une région abritant plus de 10 millions d’habitants, j’ai découvert la nécessité des approches quantitatives et les enrichissements qu’elles apportent. Sur ce chemin, j’ai rencontré la patience et la compétence de Thierry Saint-Gérand et d’Alexandre Kych, le compagnonnage devant des écrans d’Yvan Chauviré, Catherine Rhein et bien d’autres. J’ai une dette toute particulière envers Yvonne et Bernard Girard, qui ont mis à ma disposition l’outil efficace du Centre de calcul de l’université de Paris I, mais aussi leurs talents de mathématiciens et d’enseignants toujours curieux d’explorer de nouveaux champs disciplinaires. De cette longue fréquentation, il m’est resté un goût peut-être immodéré des chiffres et des tableaux. J’espère néanmoins que le lecteur y trouvera de quoi nourrir sa curiosité et rebondir vers de nouveaux questionnements.

4Quel que soit l’intérêt des traitements statistiques, je n’oublie pas que bien des questions auxquelles ils ont apporté des réponses sont nées du contact avec les périurbains d’Île-de-France, ceux que j’ai côtoyés dans leurs trajets quotidiens comme ceux dont j’ai pu suivre les trajectoires résidentielles à travers l’enquête sur le choix du logement dont la réalisation n’aurait pas été possible sans la collaboration de Jacques Brun et de Jeanne Fagnani, le soutien de Guy Desplanques au service des études de l’INSEE Île-de-France et celui d’Anne-Marie Fribourg au Plan construction et architecture.

5Je tiens à remercier aussi très vivement tous ceux qui m’ont permis d’élaborer ce travail tant à l’INSEE, où Alain Godinot et Jean-Jacques Ronsac m’ont accueillie en délégation, donné accès aux sources riches que constituent les recensements et les enquêtes logement et permis d’élargir mon champ d’investigation au-delà de l’Île-de-France ; qu’au ministère de l’Équipement qui, du Plan urbain au PUCA et à la DREIF, a commandé et financé certains de ces travaux ; mais aussi dans les laboratoires de services du CNRS, au sein desquels j’ai bénéficié d’équipements, de conseils, de formations, de collaborations et d’échanges scientifiques.

6Toute ma gratitude va à tous ceux, famille et amis, qui m’ont accompagnée au long de ces années. Cet ouvrage est dédié à Anne-Charlotte et Marion, nées périurbaines et heureuses de l’être.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search