Version classiqueVersion mobile

Les produits de terroir

 | 
Laurence Bérard
, 
Philippe Marchenay

III. Mettre en valeur la spécificité culturelle

Avant-propos

Texte intégral

III. Mettre en valeur la spécificité culturelle

1De plus en plus, la dimension culturelle des productions alimentaires locales est considérée comme une valeur ajoutée susceptible d’être mise à profit. Comment cela se traduit-il et quels peuvent en être les effets ? Il ne sera pas question ici des retombées économiques qu’elle peut apporter, mais de ce qui en fait la teneur, des difficultés soulevées et des mécanismes qu’elle enclenche dans la société.

2La plus-value culturelle des productions locales dépend étroitement de la dimension patrimoniale qui leur est attribuée. Le patrimoine est aujourd’hui la grande affaire. Au-delà de tout ce qui a pu être dit sur la signification d’un tel engouement, il reste que sa nature soulève des questions intéressantes, car il s’agit d’un patrimoine vivant avec tout ce que cela comporte de singulier dans sa gestion. Ce statut est attribué ou non en fonction de facteurs relevant de la société et de son fonctionnement, car tout ce qui est traditionnel n’est pas obligatoirement « patrimonialisable ». Cette dimension n’est pas toujours aisée à manier, il arrive qu’une image trop évocatrice génère des phénomènes difficiles à maîtriser.

3La protection de l’origine géographique des produits se présente comme une forme de valorisation de la dimension culturelle. Cette prise en compte du lien au lieu peut conduire à penser l’agriculture autrement, en particulier dans le cas des Appellations d’origine contrôlées.

4Mais tout cela ne peut se concevoir sans une approche réfléchie du consommateur. Il ne se réduit pas ici à une entité abstraite, plus petit dénominateur commun en matière de préférence alimentaire dans une stratégie d’élargissement des parts de marché. Il renvoie au contraire à l’amateur connaisseur du produit ou au curieux intéressé par une palette organoleptique large, qui ne subit pas l’offre mais qui pourrait prendre une part active dans le maintien de sa diversité grâce à une implication résolue dans la demande.

5Enfin, deux poids lourds désormais inévitables dans toute analyse : les normes d’hygiène, d’une part, la mondialisation, d’autre part, n’ont pas pour habitude de tenir compte de la dimension culturelle et interfèrent, à des titres différents, avec les productions locales.

Un bel objet de patrimonialisation

Table des illustrations

Légende Un bel objet de patrimonialisation
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 534k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search