Version classiqueVersion mobile

Le régent

 | 
Denis Reynaud
, 
Chantal Thomas

Deuxième partie. Les mises en fiction

Chapitre IV. Après 1800

Anne-Marie Mercier Faivre, Élisabeth Janer et Chantal Thomas

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Régent bossu

Le plus célèbre des romans de Paul Féval, Le Bossu (1858), évoque le temps de la Régence. Féval se voit en Balzac, ou en Walter Scott ; des ruines du passé (comme de celles qu’il évoque dans les premières pages du roman) il fait surgir des fastes anciens et imaginés qui conduisent le lecteur de 1699 à 1717, des Pyrénées à Paris, de la fin du règne de Louis XIV à la Régence : telle que Féval se la représente, avec les désordres financiers de la période Law, les mouvements de la rue Quincampoix, les fêtes du Palais-Royal, les soupers des petites maisons et enfin le Régent, Philippe d’Orléans.

Ce roman pose la question du statut du personnage historique bien au-delà de celle de la simple vérité des faits. Il apparaît de façon évidente que ce type de personnage n’est pas une simple copie langagière d’un modèle réel mais le résultat d’un travail sur des textes antérieurs : l’Histoire ici est déjà un discours. Le personnage historique de roman est le résultat de la rencontre...

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search