Version classiqueVersion mobile

Le régent

 | 
Denis Reynaud
, 
Chantal Thomas

Deuxième partie. Les mises en fiction

Chapitre III. Au xviiie siècle

Charlotte Burel, Régine Jomand-Baudry et Annie Rivara

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Relosan le magnifique » : le Régent chez l’abbé Prévost ou Les Aventures de Pomponius (1722)

La figure du Régent dans l’œuvre romanesque de l’abbé Prévost offre un triple intérêt. Tout d’abord elle apparaît dans une œuvre contemporaine de la Régence, Les Aventures de Pomponius, et sur un ton élogieux, ce qui est tout à fait singulier. En effet, des chansons, des libelles, des parodies offrent une image contemporaine satirique du Régent1. Le tout jeune abbé Prévost (il a 18 ans à la mort de Louis XIV et donc au moment où Philippe d’Orléans accède à la Régence) fait d’emblée du Régent à la réputation sulfureuse un personnage fascinant, une figure héroïque et libertine dans le sens le plus positif du terme : c’est un homme libre. Il s’agit là, indique Jean Sgard, d’un « attachement rare et paradoxal à la politique du Régent », de la part d’un contemporain qui persiste à manifester cet attachement lors d’une réédition de 1728 dans une épître2. Le premier intérêt de la présence du Régen...

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search