Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images du corps dans le monde hindou

 | 
Véronique Bouillier
, 
Gilles Tarabout

In fine. Les crémations en Inde et au Népal

Approche ethno-archéologique

Gilles Grévin

Texte intégral

1Les progrès de la recherche archéologique et de nouvelles découvertes ont provoqué un questionnement sur les pratiques funéraires dans l’espace et dans le temps. Parmi celles-ci, la crémation suscite l’intérêt de nombreux chercheurs. Cependant, pour les comprendre, les sources littéraires et iconographiques de l’Antiquité sont pauvres à ce sujet, et le corps destiné à la crémation en est étrangement « absent ». Ces lacunes sont d’autant plus regrettables que les rites de la mort comptent parmi les pratiques les plus conservatrices d’une société.

  • 1 J’exprime mes vifs remerciements à M. Éric André pour l’aide qu’il m’a apportée en Inde et sans laq (...)

2Afin d’éclairer les données archéologiques recueillies, divers types d’expériences ont été pratiqués du xixe siècle à nos jours avec des animaux morts en utilisant différents modes de combustion, et des observations ont été effectuées dans des crématoriums. Dans tous les cas de figure, expériences et observations ont été incomplètes ou défectueuses, car éloignées de la réalité, à savoir la crémation de corps humains sur des bûchers. Nous pensons donc que les connaissances à acquérir ne peuvent passer que par une voie qui relève de l’ethno-archéologie. C’est dans cette perspective que nous avons voulu effectuer des missions en Inde1 et au Népal où le déroulement des crémations n’a jusqu’à présent pas fait l’objet, à notre connaissance, d’observations scientifiques.

3Pour pallier cette lacune, nous avons étudié les phases successives des opérations, depuis la construction du bûcher jusqu’au collectage final des fragments osseux. Dans chaque cas, les observations ont été accompagnées d’une moisson de données précises : mesure de la durée des crémations, mesure de la température du bûcher au cours de la combustion et, cela va de soi, photographies et films vidéo. Toutes ces démarches confèrent un caractère original à nos recherches.

4Notre choix de l’Inde et du Népal comme champs d’étude est justifié non seulement par la diversité des types de bûchers qui se rencontrent dans ces deux pays, mais aussi par l’absence de toute ornementation qui, faisant écran entre le bûcher et l’observateur, rend difficile sinon impossible l’étude de la combustion du corps. Par-dessus tout, les conditions dans lesquelles se déroulent ces crémations paraissent être les plus proches de celles, tout aussi « artisanales » ou « professionnelles », de la Préhistoire, de la Protohistoire et de l’Antiquité, plus proches en tout cas que ne le sont les crémations expérimentales évoquées plus haut.

5Dans chacun des deux pays, un site a été choisi pour mettre en application un programme d’étude des crémations. Ce choix a été déterminé en fonction d’une problématique très précise. Il s’agit de rechercher des éléments de réponse à des questions fondamentales : l’état de conservation et le volume des restes osseux brûlés sont-ils fonction de la durée et de la température de crémation ? L’absence de certains os dans les vases funéraires implique-t-elle leur destruction complète (multifragmentation) par le feu ? Lorsque des pièces osseuses sont quasi complètes, peut-on parler de crémation imparfaite, telle qu’une carbonisation ?

Une méthode de crémation en Inde

6Nos premières observations ont été effectuées dans le sud-est de l’Inde, à Pondichéry où coexistent deux types de bûchers qui sont fonction de la position donnée au corps : décubitus dorsal (pratique propre aux castes en général) ou ventral (pratique d’une sous-caste minoritaire dans cette ville). Non seulement ces bûchers diffèrent entre eux, mais encore le déroulement de la crémation dépend du rôle de son conducteur que nous appellerons « crémateur ».

7Nos observations ont eu pour théâtre le champ de crémation le plus actif situé au nord de la ville. Elles ont porté sur des crémations de corps en décubitus dorsal. Le bûcher est construit de la façon suivante, quelle que soit la fortune du défunt. On creuse une fosse d’une vingtaine de centimètres de profondeur et de dimensions supérieures à celles du corps. La fosse, du fond jusqu’au niveau du sol, est entièrement tapissée, dans le sens de la longueur, de petites bûches de bois d’environ 50 centimètres fendues longitudinalement. Sur le pourtour de la fosse sont posées de champ des galettes de bouse de vache desséchée, combustible peu onéreux. Après une courte cérémonie funéraire au domicile du défunt, le corps, enveloppé dans un linceul, est amené et déposé sur le lit de bûches. Il est entouré d’une sorte de muret formé par des galettes identiques aux précédentes, posées à plat ; celles qui sont fragmentées servent à combler les espaces vides. Le corps est ensuite entièrement recouvert de galettes, toujours posées à plat, sur lesquelles sont étalées des brassées de paille (la moyenne est, d’après les informations recueillies, d’environ 400 galettes de bouse de vache pour une crémation). Enfin, on coule sur cette paille de la terre argileuse liquéfiée qui, sous l’action de la chaleur, durcira et formera une sorte de croûte. Sous l’effet de la combustion – le phénomène est bien connu en médecine légale – les membres supérieurs et inférieurs se rétractent, prenant la position dite « du boxeur ». Ici, pour empêcher cette rétraction, les bras sont attachés ou coincés derrière le dos, et des briques sont posées au-dessus des membres inférieurs (Fig. 1). De la terre est plaquée sur les côtés du bûcher, au niveau de la tête et de l’abdomen.

8Après une deuxième et brève cérémonie funéraire, le « crémateur », un intouchable, verse les trois quarts environ d’une bouteille d’un litre d’essence, répartis sur trois points, toujours dans l’ordre suivant : aux pieds, au niveau de l’épaule droite, puis à celui de l’épaule gauche. Le bûcher est alors allumé. Les températures du bûcher prises par nous à intervalles réguliers au moyen d’un thermomètre à laser durant les sept premières heures de la crémation varient constamment de 425 ˚C à 750 ˚C.

9Les crémations effectuées sur ce type de bûcher commencent habituellement dans le courant de l’après-midi pour s’achever le lendemain matin. Plusieurs traits les caractérisent. Le « crémateur » n’intervient jamais pendant toute la durée de la combustion du corps, à savoir environ une quinzaine d’heures pendant lesquelles le corps du défunt n’est jamais visible. Une fois la crémation achevée, les vestiges du bûcher dont la température varie de 250 ˚C à 350 ˚C ne sont pas éteints, malgré les braises subsistant sous la croûte de terre argileuse. Les éléments du squelette, quoique peu fragmentés sous l’effet de la chaleur, ne sont pas dispersés et demeurent dans l’ensemble en position anatomique. Ce fait s’explique à la fois par l’absence d’intervention du « crémateur » et par la nature du combustible qui influe sur la fragmentation des os. La durée de la crémation n’exerce donc aucune influence sur l’état de conservation des os.

Figure 1. Un type de bûcher à Pondichéry. (Cliché G. Grévin.)

Figure 2. Une crémation à Pashupatinath (Népal) : noter la bûche posée en travers au niveau des chevilles. (Cliché G. Grévin.)

  • 2 L’urne est ensuite portée par le deuilleur principal jusqu’à l’océan, ou jusqu’à une rivière. Elle (...)

10Deux personnes recueillent au moyen de pelles rectangulaires en vannerie, sans manche, les fragments d’os brûlés, les braises, les charbons de bois et les cendres pour les jeter ensemble à l’écart. Ce ramassage s’effectue jusqu’au niveau du sol dans lequel a été creusée la fosse. En même temps, une autre personne enlève des fragments osseux de toutes les régions anatomiques en cassant, si nécessaire, les diaphyses d’os longs bien conservées ; elle en forme un tas près de l’extrémité du bûcher où se trouvait la tête du défunt et, finalement, recouvre ce tas avec des fragments de la voûte crânienne. C’est là même que se déroulera la dernière et la plus longue des trois cérémonies funéraires à la fin de laquelle les os seront pris tantôt par poignées, tantôt un par un, pour être déposés dans une urne en céramique qu’ils remplissent entièrement2 ; le bris préalable des diaphyses d’os longs facilite ce remplissage.

11Grâce à son expérience, le « crémateur » rassemble toujours et dans tous les cas le même volume d’os ; les vases funéraires ont tous en effet une forme et une capacité identiques ou très voisines. Les os rassemblés pour former un tas à une extrémité du bûcher, comme il a été noté plus haut, accusent une température qui s’est abaissée à 70-75 ˚C environ. Ils sont enfin arrosés d’eau lustrale, au titre de purification rituelle.

Une autre méthode de crémation au Népal

12Le deuxième cas de crémation fut observé lors de deux missions à Pashupatinath, lieu saint de l’hindouisme au Népal. D’une manière générale, les bûchers sont construits en vue de crémations en décubitus dorsal. Mais des crémations en position assise sont pratiquées avec une architecture de bûcher différente.

13Pour les crémations en décubitus dorsal, tous les bûchers se ressemblent quant à leur construction, seul le cérémonial change en fonction des castes.

  • 3 Chez les Newar, ethnie majoritaire de la vallée de Kathmandu, des confréries funéraires, si ou sana (...)

14Les crémations sont assurées par les membres d’une association funéraire ; ce ne sont pas exclusivement des intouchables, puisque les brahmanes en font partie3.

15Le bûcher est construit avec grand soin sur une plate-forme en briques située sur les bords aménagés de la rivière Bagmati ; celle-ci étant un affluent du Gange, les crémations pratiquées à ses abords sont donc assimilables à celles de Bénarès. De grosses bûches de 80 centimètres environ de longueur servent à édifier le bûcher. Sur le lit inférieur, elles sont disposées dans le sens de la largeur du bûcher, sur un second lit, dans le sens de la longueur, et ainsi de suite en alternant, jusqu’à 5 à 7 lits ; les bûches du lit supérieur sont mises dans le même sens que celles du lit inférieur. Le bûcher ainsi formé a une hauteur de 0,80 mètre à 1 mètre. Enfin, des bûches sont placées sur les bords du lit supérieur, dans le sens de la longueur, pour caler le corps et, très exceptionnellement, également les pieds.

16Le défunt est déposé sur le bûcher après qu’on lui en a fait faire trois fois le tour dans le sens des aiguilles d’une montre. Pour éviter la rétraction des membres inférieurs sous l’effet de la chaleur, plusieurs moyens sont utilisés : ou bien une bûche est disposée en travers, au niveau des chevilles (figure 2), ou bien les jambes sont attachées à ce même niveau, ou bien les gros orteils sont liés. Sitôt après avoir mis le feu au bûcher, le « crémateur » étale sur le corps des brassées de paille mouillée, et comble les vides entre les bûches avec du petit bois. Puis, armé d’une perche en bambou, il s’assure que les articulations tibio-fémorales (genoux) cèdent. Ce phénomène se produit environ une demi-heure après la mise à feu du bûcher ; la température à l’intérieur de celui-ci est à ce moment-là de 785 ˚C. Le « crémateur » peut alors juxtaposer les cuisses et les jambes (qui ne sont généralement pas encore carbonisées) en rabattant celles-ci vers le haut du corps. À partir de ce moment, au fur et à mesure que la crémation progresse, il s’emploie constamment, au moyen de la même perche, à diminuer jusqu’à l’extrême limite le volume du bûcher. Chaque fois qu’il ringarde le foyer, la température, qui a varié fréquemment de 410 ˚C à 690 ˚C, s’élève jusqu’à 800 ˚C. Lorsque le corps est réduit à l’état de tronc carbonisé d’aspect goudronneux dont la température peut atteindre 850 ˚ C, il le retourne de temps à autre. Ce faisant, il le recouvre d’une ou deux brassées de paille. Au stade ultime de la crémation, il veille à ce qu’il ne subsiste plus rien de tissu organique sur les os et que ces derniers soient extrêmement fragmentés. Les braises du bûcher, auxquelles sont intimement mêlés les fragments d’os et dont la température oscille entre 250 ˚C et 310 ˚C, sont alors éteintes avec de l’eau, puis le tout est jeté à la rivière. L’eau utilisée pour l’extinction contribue à accentuer la fragmentation des os sous l’effet du choc thermique ; elle élimine totalement ou partiellement les cendres et les particules charbonneuses qui adhèrent aux os. Il ne s’agit donc pas d’un véritable lavage intentionnel. C’est pourquoi il est très imprudent d’interpréter l’absence d’adhérences sur des os provenant de crémations antiques comme la conséquence d’un nettoyage volontaire.

17Contrairement à ce qui a été observé à Pondichéry, la fragmentation résulte de la manipulation quasi ininterrompue du corps pendant la crémation, dont la durée varie de deux heures et demie à trois heures.

18En résumé, le fonctionnement de ce type de bûcher permet de suivre les stades successifs de la combustion d’un corps : les parties molles se dessèchent, sont grillées puis carbonisées et finalement détruites jusqu’à la mise à nu des os. Les graisses du corps humain, très facilement fusibles, peuvent, en fondant, constituer localement un combustible d’appoint, d’où l’apparition de flammes plus vives et une élévation passagère de température. Ce phénomène varie en fonction de l’adiposité du sujet. Les os ont été progressivement chauffés au cours de ce processus. Une fois en contact direct avec les flammes du bûcher, ils subissent l’action de celles-ci. Au fur et à mesure que la température s’élève, la couleur des os passe successivement du noir aux diverses nuances du gris, puis au blanc.

** *

19L’étude ethno-archéologique des crémations sur bûcher, qui est à poursuivre, a pour but de fournir des éléments de réponse aux questions de la communauté des archéologues sur les apprêts des crémations, leur déroulement et les actes ultérieurs.

20Les observations effectuées pendant ces missions ont porté sur deux types de bûchers et ne sauraient être généralisées. En effet, les récits d’ethnologues et, plus directement nos observations et des interviews réalisées par nous, démontrent l’existence de variétés de construction de bûchers, à la fois dans l’espace et au sein d’une même culture et d’une même religion. Une telle variété existe ailleurs en Inde et au Népal. Pourquoi n’en aurait-il pas été ainsi de la Préhistoire à l’Antiquité ?

21Le type de bûcher dont nous avons décrit la construction et le fonctionnement en Inde du Sud réalise une combustion en vase clos. L’autre type observé au Népal réalise au contraire une combustion à l’air libre, d’où une faible déperdition de chaleur. Dans ces conditions, les températures d’ustion moyennes diffèrent dans les deux cas. Népal : +/- 410 ˚C à +/- 690 ˚C ; Inde : +/- 425 ˚C à +/- 750 ˚C.

22Il est apparu que, dans les cas observés, des précautions sont prises systématiquement pour éviter la rétraction des membres supérieurs et inférieurs sous l’effet de la chaleur ; ce phénomène avait déjà été noté par Pline l’Ancien (Hist. nat., VII, 86). En outre, des dispositions sont prises pour masquer ou atténuer les effets de l’éclatement, dû à la haute température, de la boîte crânienne et, éventuellement, de l’abdomen d’où peuvent fuser des liquides.

23Nos travaux en Inde et au Népal nous permettent d’avancer qu’aucun rapport n’existe entre les différents stades de la fragmentation des os et deux paramètres : la durée et la température de la crémation. C’est là une réponse à l’une des questions posées par les archéologues. Ceux-ci ont en effet souvent pensé que la taille des fragments osseux trouvés dans les urnes funéraires était liée à ces paramètres. En fait, le taux de fragmentation dépend essentiellement de l’action ou de l’inaction du « crémateur » et, éventuellement, de l’extinction des braises du bûcher à l’eau froide, comme nous l’avons noté plus haut.

24D’autre part, ni la durée ni la température de combustion d’un corps ne peuvent détruire totalement des os, voire une région anatomique. En effet, l’os ne commence à entrer en fusion qu’à partir de 1 600 ˚ C ; or les températures que nous avons enregistrées au cours de nombreuses crémations se situaient toujours très en deçà. L’absence d’os ou même d’une région anatomique ne serait pas liée aux paramètres de temps et de température ; elle dépendrait du collectage des fragments osseux après la crémation.

25De toutes les régions anatomiques, trois seulement demeurent plus longtemps que le reste du corps au stade de la carbonisation : les ceintures scapulaire et pelvienne et le rachis, et ce, probablement en raison de la masse musculaire adjacente. En effet, les tissus carbonisés sont de mauvais conducteurs de chaleur ; aussi, pendant un temps plus ou moins long, préservent-ils les parties sous-jacentes de la destruction par le feu. Notons que le rachis est le dernier élément à ne pas être disloqué, tant que les vertèbres sont maintenues en connexion anatomique.

26Ces premiers résultats d’une approche ethno-archéologique des crémations antiques sur bûcher ont déjà apporté un éclairage dans un domaine encore inexploré. Aussi importe-t-il de poursuivre et d’approfondir cette démarche fondamentale qui devrait servir à parfaire les méthodes de l’anthropologie des crémations et de l’archéologie funéraire.

Notes

1 J’exprime mes vifs remerciements à M. Éric André pour l’aide qu’il m’a apportée en Inde et sans laquelle la publication de cet article n’aurait pas été possible.

2 L’urne est ensuite portée par le deuilleur principal jusqu’à l’océan, ou jusqu’à une rivière. Elle y est immergée, le fond en est cassé avec une pierre, et le tout est laissé sur place – cf. Guy Moréchand, 1975, « Contribution à l’étude des rites funéraires indiens », BEFEO, LXII, p.120.

3 Chez les Newar, ethnie majoritaire de la vallée de Kathmandu, des confréries funéraires, si ou sana guthi, sont chargées d’assurer les funérailles de leurs membres. Ces guthi sont propres à chaque caste. La crémation est donc prise en charge exclusivement par les membres de la caste du défunt, quel que soit le statut de celui-ci.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Un type de bûcher à Pondichéry. (Cliché G. Grévin.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Figure 2. Une crémation à Pashupatinath (Népal) : noter la bûche posée en travers au niveau des chevilles. (Cliché G. Grévin.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9340/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 238k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540