Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la langue française 1880-1914

 | 
Gérald Antoine
, 
Robert Martin

Chapitre IV. Description du français

La lexicographie après littré1

Georges Matoré

Texte intégral

  • 1 La bibliographie du sujet est réduite ; elle se compose essentiellement de trois ouvrages à peu prè (...)

1On peut dire de la lexicographie, telle qu’elle a été pratiquée de 1850 au début du xixe siècle et même un peu plus tard, qu’elle est associée aux conceptions scientifiques et historiques qui ont marqué profondément les sciences humaines de l’époque. Cet apport se manifeste essentiellement :

  • 2 Cours de philosophie positive, 50e leçon, éd. Schleider, IV, p. 316.
  • 3 Le mot, on le sait, a été créé par Michel Bréal en 1883.
  • 4 Le même reproche pourrait être adressé aujourd’hui au behaviorisme, issu de la psychologie du rat, (...)

21) Par l’idée que les sciences naturelles constituent une science dominante qui fournit aux disciplines nouvellement constituées un modèle dont il serait imprudent de s’écarter. D’origine biologique (« la vie est le résultat de l’organisation »), elle a été adoptée par les positivistes et notamment par Auguste Comte qui emploie souvent l’expression organisme social2. Littré, d’abord médecin (on retrouve constamment dans son dictionnaire le souci du diagnostic), s’est, on le sait, écarté des idées de son maître, dont il refusait les conceptions politiques et mystiques, pour devenir le chef incontesté du positivisme auquel il consacra de nombreux ouvrages et notamment en 1870 un article qui fit scandale dans certains milieux sur les Origines organiques de la morale. La même attitude positiviste a présidé à l’élaboration du Dictionnaire de Littré ; elle se retrouve dans l’œuvre de Darmesteter qui a appliqué à la sémantique3, alors dépourvue d’une méthode assurée, des principes issus de la biologie. On a donné le nom d’organicisme à cette doctrine qui assimile la société et ses diverses manifestations à un être vivant. Une telle conception, aujourd’hui dépassée car elle ignore la spécificité du phénomène humain4, a été assouplie, grâce à Hatzfeld qui était un logicien, dans le Dictionnaire Général (H.D.T.), mais elle éclate dans les ouvrages personnels de Darmesteter dont l’un porte un titre caractéristique, La Vie des Mots (1887). Elle est également présente chez Larousse.

3Le positivisme tel qu’il est pratiqué au xixe siècle relève pour une part importante d’Auguste Comte, mais aussi de Condorcet auquel se réfère d’ailleurs Comte lui-même. Il se manifeste par des écoles diverses : à une tendance de « droite » qui retient de Comte ce qu’il doit à Maistre et Bonald, s’oppose une tendance de « gauche » dont Littré a été le théoricien et dont Larousse a été l’adepte. Toutes ces écoles ont en commun un fondement anti-métaphysique : l’esprit doit se borner à observer les phénomènes et à déterminer les lois qui régissent leur organisation, le type de la certitude étant fourni par les sciences expérimentales.

4Dans cette optique la philosophie est l’application d’un système (dont les travaux de Taine par exemple constituent une illustration) qui, appliqué à des disciplines particulières comme la lexicographie, imposera la plus grande cohérence à toute classification. Si nous comparons les dictionnaires, à partir de Littré, aux ouvrages antérieurs, on constate que leur principale caractéristique est l’introduction de l’idée d’un ordre non arbitraire, dont l’établissement peut se manifester difficile (les classements de sens de Littré prêtent à contestation), et qui peut aussi être intelligible de plusieurs façons : si le même souci guide Littré, Larousse et Hatzfeld, leur sentiment de la hiérarchie des faits est différent. Aucun d’eux n’a la même idée de l’ordre, cet ordre que Lachelier comparera à une idée platonicienne. Dans la pratique l’ordre est à la fois en effet un but lointain et une nécessité impérieuse. Chez Littré, par exemple, il est fondé sur l’idée de Comte que les sciences sont séparées d’une manière irréductible et que les classements sont rigides et fixes, alors que dans le Pierre Larousse comme dans le Dictionnaire général une souplesse plus grande s’introduit.

52) Par le recours à l’histoire

6L’ordre, à une époque où aucun linguiste ne pense à la synchronie, est essentiellement l’ordre des successivités (le latin ordo désigne d’abord une file, une rangée, une place temporelle), d’où pour le lexicographe la nécessité de s’appuyer sur l’Histoire. Au xixe siècle la linguistique historique et comparée n’était-elle pas la seule qui fût pratiquée ? N’avait-elle pas permis depuis Bopp et Diez d’établir des parentés insoupçonnées issues d’une « langue-mère » ? N’avait-elle pas permis à deux générations de médiévistes d’inscrire à leur actif une étude scientifique des textes d’ancien français, de créer une science étymologique fondée non plus sur des intuitions, mais sur des données solides ? N’avait-elle pas notamment abouti à l’élaboration de lois phonétiques dont personne, avant Gilliéron, ne contestait l’infaillibilité ?

7Les insuffisances du classement purement logique apparaissent nettement à partir de Littré ; celui-ci s’explique longuement à ce sujet dans la Préface de son dictionnaire. L’Académie, dit-il (p. 8 sq.), a choisi pour le classement de sens un arrangement arbitraire : elle « met toujours au premier rang la signification qui est la principale dans l’usage, c’est-à-dire celle avec laquelle le mot revient le plus souvent soit dans le parler, soit dans les écrits ». Pratique qui peut se justifier dans un dictionnaire qui ignore délibérément l’étymologie et l’histoire des mots, mais qui présente un inconvénient grave : le premier mot inscrit par l’Académie « est souvent, par cela même qu’il est habituel et courant dans le langage moderne, un sens fort éloigné de l’acception vraie et primitive ; il en résulte que ce sens ayant ainsi été posé tout d’abord, il ne reste plus aucun moyen de déduire et de ranger les acceptions subséquentes ». On connaît la solution que Littré a donnée au problème : il divise ses articles en deux parties : dans la première il adopte un ordre logique, les sens étant tirés de l’acception primitive ; dans la seconde il examine le mot chronologiquement en partant des plus anciens textes. « Le principe de succession prévaut sur le principe de l’ordre des significations : ce qui importe, c’est de connaître comment les emplois se succèdent les uns aux autres et s’enchaînent. »

  • 5 Discours sur l’esprit positif, éd. Schleicher, p. 73.

8Cette attitude à l’égard de l’Histoire persistera, sous des formes diverses, chez tous ceux, très nombreux, qui au xixe siècle ont été influencés par le positivisme d’Auguste Comte ; pour celui-ci « la doctrine qui aura suffisamment expliqué l’ensemble du passé obtiendra inévitablement, par suite de cette seule preuve, la présidence mentale de l’avenir5 ».

  • 6 Littérature (Balzac), critique (Sainte-Beuve), histoire (Taine), capitalisme, socialisme, etc. L’ad (...)

9Nous constatons dans les travaux lexicographiques de l’époque comme dans d’autres domaines6 la présence de l’attraction exercée par l’idée d'organisation : organisation logique s’inspirant de la biologie (le terme qui désigne cette nouvelle science a été crée par Lamarck en 1802). Au Romantisme attaché aux traditions et aux particularismes fait suite une école historique fondée à la fois sur l’érudition, la recherche des « petits faits significatifs » chers à Taine, et sur le déterminisme. La linguistique de la fin du xixe siècle telle qu’elle nous apparaît dans les ouvrages lexicographiques se développera donc en fonction de deux coordonnées distinctes mais parallèles : la Biologie et l’Histoire.

10Indépendamment des implications signalées ci-dessus, la lexicographie étudiée ici se signale en général (la principale exception étant le Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse) par son purisme et par le goût assez étroit qu’elle manifeste pour la littérature classique. Il est certes permis, et il n’est pas rare, de s’intéresser à des parlers marginaux comme les patois ou l’argot, mais personne ne semble s’être interrogé alors sur la validité d’une norme dont les milieux instruits et surtout les grands écrivains nous ont donné l’exemple. Les dictionnaires sont presque toujours en retard sur l’usage de leur temps ; ceux que nous examinons ici ne font pas exception, bien que des velléités de modernisme (le mot n’apparaît qu’en 1889) puissent être relevées, notamment chez Pierre Larousse.

* * *

11Après la publication du Littré (4 vol. in-f°, 1863-1874, Supplément, 1877) qui marque la naissance de dictionnaires de langue élaborés scientifiquement, le foisonnement des ouvrages lexicographiques est tel qu’un tri doit être opéré ici dans la présentation des dictionnaires parus de 1877 à 1914.

12Indépendamment de cet aspect quantitatif, il faut marquer pour l’époque qui nous intéresse ici, d’une part le développement d’une catégorie d’ouvrages intermédiaires entre le dictionnaire et l’encyclopédie et, d’autre part, la publication de nombreux lexiques dont l’information se limite à telle ou telle catégorie du savoir (dictionnaires techniques, biographiques, juridiques, etc.), et aussi des dictionnaires bilingues. Il ne sera question ici que de travaux portant, d’une manière ou d’une autre, sur le vocabulaire français.

A) Dictionnaires de langue

13Le plus important à beaucoup près est le Dictionnaire général (désigné souvent par le sigle H.D.T.), commencé en 1871 et paru de 1890 à 1900 qui, malgré les défauts qui vont être signalés, peut être considéré comme le meilleur recueil lexicographique de notre période. Œuvre de deux collaborateurs, le logicien Hatzfeld (1824-1900) et le linguiste Darmesteter (1846-1888), remplacé à sa mort par le romaniste Antoine Thomas (1857-1935), le Dictionnaire général se présente sous l’aspect de deux volumes gr. in 8° représentant en tout 2272 pages. Nous sommes loin là de la masse énorme d’informations fournies par le Littré ; les mérites de l’ouvrage sont ailleurs.

14La collaboration d’un logicien et de linguistes s’est révélée extrêmement fructueuse. L’ouvrage, qui est un « dictionnaire de la langue française depuis le commencement du xviie siècle jusqu’à nos jours » offre les caractères suivants :

  • 7 Lexicologie et lexicographie seront confondus jusqu’en 1953. Cf. Georges Matoré, La Méthode en lexi (...)

151) Il est un dictionnaire historique, comme l’était déjà le Littré, mais il bénéficie des progrès de la linguistique7 (notamment pour la phonétique et l’étymologie) réalisés depuis le milieu du xixe siècle. Ces progrès se manifestent notamment dans le Traité de la langue française précédant le corps du dictionnaire qui y renvoie constamment ; rédigé par Darmesteter et terminé par Sudre, il s’étend sur 300 pages. On peut encore le consulter avec profit, bien que dans certains domaines il soit assurément périmé.

16Les auteurs du Dictionnaire général ont éliminé de leur ouvrage la partie spécifiquement historique, celle qui dans le Littré alignait des exemples d’ancien et de moyen français. La rubrique étymologique mentionne la datation du mot (terme qui ne figure pas dans les adresses du H.D.T.) telle qu’elle était connue alors. Ici l’ouvrage a beaucoup innové ; indépendamment des dépouillements opérés par les auteurs, ceux-ci ont bénéficié des matériaux accumulés par le lexicographe Delboulle.

172) H.D.T., s’adressant en principe aux élèves des classes supérieures de lycée dont les études se limitaient à l’époque à des auteurs classiques, a introduit une nomenclature relativement réduite, inférieure à celle du Littré. Les articles y sont beaucoup plus courts en raison surtout du nombre limité et de la brièveté des exemples.

183) C’est par le classement des sens que H.D. T. manifeste son originalité. Dû surtout à Hatzfeld, ce classement nous offre un exemple encore inégalé, bien que le souci d’une explication rationnelle ait fait négliger aux auteurs certains aspects de la complexité des phénomènes ; alors que Littré échelonne les sens d’une manière linéaire (1, 2, 3, 4, etc.) et sans opérer des regroupements qui nous paraissent évidents (82 sens pour le verbe faire, 50 pour mettre, etc., dispositif qui rend les recherches longues et difficiles), H.D.T. assimilant le développement des acceptions à une organisation biologique, celle d’un arbre par exemple, distingue pour le verbe faire cinq sens fondamentaux : 1) réaliser, 2) réaliser quelque manière d’être, 3) déterminer un être dans sa manière d’être, 4) équivalent d’un verbe d’action sous-entendu, 5) devant un infinitif : « causer, occasionner », chacune de ces rubriques se subdivisant à son tour pour mentionner et définir des sens secondaires. C’est ainsi que la rubrique 1 sera ordonnée ainsi : 1) créer (faire de rien), 2) produire (faire d’un germe), 3) construire, 4) façonner, 5) fabriquer, 6) fournir, chacune de ces subdivisions comportant éventuellement des indications comme « par extension », « figuré », « elliptiquement », etc.

  • 8 Georges Matoré (1968, 4), p. 144 sq.

19Si l’on compare deux articles relatifs à un même mot dans le Littré et dans H.D.T., ce qui a été fait dans un ouvrage antérieur8, on s’aperçoit du progrès considérable qui a été réalisé par H.D. T.

20Le Dictionnaire général, très apprécié des spécialistes, ne bénéficie pas aujourd’hui d’une vaste audience. Fondé sur le vocabulaire classique, il ne correspond plus aux besoins des lecteurs de la fin du xxe siècle. Bien que moins opposé que son prédécesseur aux mots nouveaux, aux termes de formation populaire « produits naturels de la langue vivante » et aux mots étrangers, il n’offre qu’une nomenclature réduite et, il faut le dire, livresque. Il aurait été possible de refondre cet excellent ouvrage, de le « rajeunir », notamment en y introduisant quelques milliers de termes techniques ou scientifiques ; on a préféré le rééditer tel quel, et cela est fâcheux.

21D’autres inconvénients, imputables à l’époque à laquelle il a été composé, accentuent ce caractère de vieillissement : les étymologies et les datations dont l’établissement constituait un progrès très sensible sont devenues à leur tour périmées ; là encore une refonte aurait pu remédier à ce défaut.

22Le Dictionnaire général est, comme le Littré, un « monument » ; mais contrairement à ce dernier, il appartient déjà à notre époque. L’article de H.D.T. n’est pas composé d’informations hétérogènes, il nous offre implicitement mais d’une manière indubitable, un nouveau type d’organisation, celui auquel on donnera prochainement le nom de « structure ».

23Le succès du Littré et du Dictionnaire général ne pouvait manquer de décourager les lexicographes de l’époque. Les seuls ouvrages qui méritent d’être mentionnés sont le Dictionnaire de l’Académie de 1878, assez médiocre et qui se contente d’apporter quelques modifications orthograhiques à l’édition de 1835 et d’y adjoindre environ 2200 mots, et le Dictionnaire des dictionnaires (6 vol. in 4°, 1886), publié sous la direction de Paul Guérin, ouvrage utile aux chercheurs travaillant sur la langue de l’époque, car il offre de très nombreux exemples, malheureusement présentés sans références, du lexique littéraire de la fin du xixe siècle ; il ajoute aussi à Littré un certain nombre de termes techniques. A côté de ces deux recueils signalons l’Abrégé du Littré, dû à Beaujean, publié en 1874, et les rééditions qui se sont poursuivies jusqu’à la fin du xixe siècle du Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française des frères Bescherelle, dont la première publication remonte à 1845 ; l’ouvrage a été très utilisé par les écrivains de l’époque. Le Nouveau dictionnaire universel de La Châtre (4 vol. in 4°, 1865-1870), dont le dernier volume parut en 1870, a atteint un public plus modeste qui l’a apprécié surtout en raison des tendances libérales et anti-cléricales de l’auteur.

24On pourrait estimer également que le prestige des dictionnaires français, et surtout du Littré, auprès du public cultivé a retardé la conception, dans notre pays, d’ouvrages scientifiques de grandes dimensions élaborés grâce à des procédés qui ne soient plus artisanaux mais fondés sur une organisation collective du travail à laquelle le tempérament français a été longtemps rebelle. Dans d’autres pays des travaux lexicographiques considérables ont été réalisés pendant cette période. Le plus important a été dirigé par Sir James Murray (1837-1915) qui, sous l’égide de la Philological Society et de l’Oxford University Press, a publié à partir de 1884 le grand New English Dictionary on Historical Principles, appelé communément Oxford English Dictionary, qui comprend tous les mots de la langue anglaise écrite, ancienne et moderne. L’œuvre, très remarquable, a été achevée avec le tome X en 1928. Quant à l’Allemagne, elle disposait du Deutsches Wörterbuch des frères Grimm dont une partie seulement fut publiée du vivant de ses auteurs, morts respectivement en 1859 et 1863.

* * *

B) Dictionnaires encyclopédiques

  • 9 Cf. Georges Matoré (1968, 4), p. 95.

25Le problème posé par la distinction entre les dictionnaires définissant les mots et ceux qui expliquent les choses prêterait à des commentaires innombrables. Le comte de Saint-Simon écrivait dans son Esquisse d’une nouvelle enyclopédie, ouvrage qui ne fut jamais publié : « Encyclopédie, ce mot/.../signifie enchaînement des connaissances ; il ne devrait pas servir de titre aux dictionnaires généraux. Un dictionnaire général est un magasin de matériaux propres à construire une encyclopédie9. » Cette attitude n’a pas été suivie par de nombreux auteurs de la période étudiée ici. Il est certain que le public, et probablement davantage le grand public, dont la culture de base était médiocre mais qui éprouvait un vif désir de s’instruire, a ressenti le besoin de disposer d’ouvrages où non seulement les mots nouveaux fussent définis, mais où fussent également proposées des indications biographiques, historiques, techniques, etc. Les mutations qui se sont opérées alors dans tous les domaines ont entraîné des bouleversements considérables dans le lexique : Zola dira à la fin du siècle que le Romantisme se caractérise essentiellement par une révolution dans le vocabulaire. Expliquer les mots, expliquer les choses, tel est le double impératif auquel s’efforceront de satisfaire les ouvrages que nous allons citer.

* * *

26Le principal représentant de la lexicographie encyclopédique est Pierre Larousse. Ce n’est pas sans raison que depuis Thomas Corneille et Bayle les encyclopédies ont adopté l’ordre alphabétique qui, refusant un classement rationnel et hiérarchisé, met l’accent sur l’hétérogénéité des phénomènes étudiés et présente des facilités de consultation appréciées par l’usager.

  • 10 Indépendamment du Dictionnaire, ce travailleur acharné a publié une vingtaine de volumes : grammair (...)

27Le Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, qui comprend 17 gros volumes in 4°, est en effet à la fois un dictionnaire et une encyclopédie. Autodidacte, puis directeur d’école qui pendant huit ans emmagasina ensuite dans les bibliothèques parisiennes un savoir encyclopédique, Pierre Larousse (1817-1875) s’inspire de conceptions positivistes assez voisines de celles de Littré ; mais la méthode des deux lexicographes est dissemblable. Larousse est non un savant mais un pédagogue10, et il s’adresse à un public beaucoup plus vaste et moins instruit que celui de Littré ou du Dictionnaire général. Ce sont les conceptions pédagogiques de Larousse (il avait fondé un périodique consacré à l’enseignement, l’École normale) qui l’ont en effet entraîné à étayer en quelque sorte les informations encyclopédiques qu’il fournit par une lexicographie adéquate. Il faut instruire le peuple et lui communiquer d’une manière copieuse certes, mais accessible pourtant, une sorte de résumé des connaissances humaines : le dictionnaire pourvoira à ce besoin fondamental. L’idée de vulgarisation (au sens noble) se répand au xixe siècle ; pour Larousse, héritier de la philosophie des « lumières », elle est un credo.

28On a souvent dit et justement du Pierre Larousse que la partie lexicographique de l’ouvrage était inférieure en qualité aux renseignements de caractère encyclopédique. Cette défaillance relative est due au fait que Larousse, qui n’était pas un linguiste professionnel, a utilisé les services de collaborateurs trop nombreux pour être surveillés, mais elle a aussi pour cause l’attitude ambiguë qu’il a adoptée et sur laquelle il s’explique dans les 66 pages de sa préface : le Dictionnaire de l’Académie est ridiculement pauvre et mal réalisé ; quand au Littré, sa nomenclature, reflet d’un purisme inadmissible, ne correspond pas aux besoins contemporains ; cet ouvrage est d’ailleurs trop savant. Mais ici, attitude curieuse et paradoxale, Larousse critique son prédécesseur de ne pas avoir utilisé les données de la linguistique comparée : il va jusqu’à lui reprocher de négliger des rapprochements qu’il aurait pu effectuer avec le celtique, le sanskrit, les langues slaves, etc. Le programme de Larousse, tel qu’il apparaît notamment dans son article DICTIONNAIRE, et qui est excellent, n’a été suivi qu’en partie ou plutôt il a été déformé par des conceptions étrangères à la lexicographie : il faut réaliser pour le peuple une œuvre d’accès facile (d’où un ordre logique et non historique dans le classement des sens), mais en même temps il faut que cette œuvre soit assez riche, suffisamment savante pour être un instrument efficace au service du laïcisme et de la démocratie.

29Réprouvant le purisme de la plupart des lexicographes de son temps, Larousse non seulement introduit une nomenclature fort riche, mais encore, sans négliger les Classiques, cite des exemples nombreux, malheureusement courts et non accompagnés de références, tirés de la littérature du xixe siècle.

  • 11 Encyclopédie française, Paris, Sté de Gestion de l’Encyclopédie française, 1936, t. XVIII, p. 40.

30L’œuvre de Larousse a été critiquée, souvent injustement, mais elle est appréciée par tous ceux qui l’ont exploitée et qui, sans méconnaître les défauts de l’entreprise, éprouvent un sentiment d’étonnement admiratif devant la somme d’informations recueillies. D’autre part, comme l’a écrit A. de Monzie en 1938, « ce travail d’éditeur-titan a servi de base, de support, de modèle, à une production incessante de dictionnaires/.../ et l’on ne saurait trop reconnaître le mérite d’une initiation qui, par l’ampleur sérieuse de son information, prolongeait, stabilisait, complétait l’enseignement scolaire11. »

* * *

31Les conceptions de Larousse ne sont pas mortes avec lui. Elles ont été poursuivies par ses successeurs réunis dans la maison d’édition que Larousse avait fondée en 1852 avec Augustin Boyer. La principale publication lexicographique de cette maison, après le Grand Dictionnaire universel du xixe siècle est le Nouveau Larousse illustré, dictionnaire encyclopédique en sept volumes publié de 1897 à 1904 sous la direction de Claude Augé ; un supplément a paru en 1906. Des ouvrages de dimensions plus réduites comme le Larousse pour tous (1907-1908) et le Petit Larousse illustré en un volume (1906), également dirigé par Claude Augé, sont à l’origine des « Larousse » de petit format d’aujourd’hui, la tradition encyclopédique comportant de nombreux volumes se poursuivant de manière parallèle. Il faut mentionner aussi la publication, de 1907 à 1957, d’une revue encyclopédique illustrée, le Larousse mensuel.

32Il n’est pas besoin de fournir au lecteur des renseignements sur ces dictionnaires bien connus. Ce qu’il importe peut-être de souligner c’est, dans ces ouvrages, le développement qu’y ont pris les illustrations dont on peut parfois contester l’intérêt pour la partie encyclopédique mais qui, appliquées à des objets, ajoutent à la définition verbale une définition ostensive dont l’utilité est certaine. Le dessin de tel ou tel outil par exemple, mieux d’ailleurs qu’une photographie, permet au lecteur de dépasser le stade livresque.

C) Dictionnaires et lexiques spécialisés

33L’abondance des travaux lexicographiques de l’époque nous interdit de mentionner les ouvrages qui ne sont pas relatifs à tel ou tel aspect de la langue française, à l’exclusion de certains ouvrages appartenant d’ailleurs davantage au genre encyclopédique qu’au dictionnaire : par exemple l’excellent Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration d’Henry Havard (1887-1890) ou le Glossaire archéologique de Victor Gay (1882). Nous distinguerons, sans pouvoir nous étendre sur chacun des types, les dictionnaires spéciaux suivants :

1) Les dictionnaires d’ancien français

34Deux ouvrages ont marqué dans ce domaine la période étudiée ici. Le premier est dû à un lexicographe du xviiie siècle (il mourut en 1781) dont l’œuvre, annoncée par un programme en 1756, ne fut publiée qu’entre 1875 et 1882 : c’est le Dictionnaire historique de l’ancien langage français de Lacurne de Sainte-Palaye (10 vol.). Remarquable pour son temps, notamment par la richesse des exemples ; le recueil de Lacurne a beaucoup vieilli. Il n’en est pas de même de l’ouvrage monumental de Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous les dialectes du ixe au xve siècles (10 vol. dont 3 constituent un Complément consacré en partie au xve siècle). Malgré la date relativement ancienne de sa publication (1880-1902), le Godefroy reste (avec le Tobler-Lommatzsch élaboré depuis) l’élément essentiel de la lexicographie de l’ancien français. L’ouvrage a des défauts (définitions insuffisantes, dates parfois erronées), mais il offre une masse de documents qui suscite l’admiration de tous les médiévistes.

352) Les dictionnaires étymologiques. On sait que la science étymologique s’est vivement développée au xixe siècle grâce surtout, pour les langues romanes, aux travaux de Diez (1853) utilisés par Littré, le Dictionnaire général, et par tous les romanistes de l’époque. Le seul ouvrage marquant en français est le Dictionnaire étymologique de la langue française de Léon Clédat (1912), ouvrage naturellement dépassé depuis les publications de Von Wartburg, mais qui marque une date dans l’étymologie française.

3) Les dictionnaires de langues spéciales

a) L’argot

  • 12 Cf. R. Yve-Plessis, Bibliographie de l’argot et de la langue verte, préface de G. Esnault (1901, 0. (...)

36Le purisme dont font preuve la plupart des lexicographes n’exclut pas l’intérêt que manifestent le public et certains chercheurs pour les parlers marginaux, et notamment pour l’argot12. Après le lexique de Vidocq comprenant environ 1500 termes et intitulé Les Voleurs (1837), principale source de Balzac, Eugène Sue, etc., et les Études de F. Michel (1856), signalons le Dictionnaire historique d’argot (1888) avec Supplément (1889) de Lorédan Larchey, qui témoigne de lectures nombreuses, l’utile mais parfois contestable Dictionnaire de la langue verte (1867) de Delvau, le Dictionnaire d’argot moderne (1881) de Rigaud, et les médiocres travaux de Virmaître (1894) et de Delesalle (1895). Il faudra attendre la publication du Dictionnaire historique des argots français de Gaston Esnault (1965, 0.2) pour que la lexicographie de l’argot atteigne un statut scientifique.

b) Les patois

  • 13 Pour les autres ouvrages on se reportera aux diverses bibliographies, et notamment à celle de Dauza (...)

37Les progrès réalisés depuis la fin du xixe siècle dans le domaine de la dialectologie et de la géographie linguistique se marquent surtout par des enquêtes, des grammaires et des atlas dont le plus connu est celui de Gilliéron et Edmont (1902-1910). On ne mentionnera dans les glossaires publiés au cours de l’époque étudiée ici que Lou Tresor dou felibrige, copieux lexique de langue d’oc de Frédéric Mistral (1878) et, parmi les travaux dus à des linguistes de profession, le Glossaire de la vallée d’Yères (1876-1877) de Delboulle, le Glossaire étymologique du patois de Vinzelles de Dauzat (1915) et le Lexique français des Vosges méridionales d’Oscar Bloch (1917) 13.

4) Les dictionnaires de synonymes

38L’existence des synonymes a intéressé depuis le xviie siècle les observateurs du langage. La première étude systématique était celle de l’abbé Girard, La Justesse de la langue françoise ou les Différentes significations des mots qui passent pour estre synonymes (1718). Au xixe siècle l’ouvrage essentiel est celui de B. Lafaye, Dictionnaire des synonymes de la langue française, publié en 1857 et maintes fois réédité. S’inspirant des travaux de l’abbé Girard et de Guizot, Lafaye a réalisé une œuvre considérable ; comme le dit l’auteur dans sa préface, son ouvrage est le plus complet, le seul qui commence chaque article en marquant l’idée commune à tous les mots dont il est question, le seul qui, à l’époque, ait justifié les distinctions en se référant aux écrivains des xviie et xviiie siècles. Jusqu’à notre époque tous les dictionnaires étymologiques sont des succédanés ou des réductions modernisées de Lafaye.

5) Les dictionnaires analogiques

39Ici encore un ouvrage important, dont les lexicographes postérieurs s’inspireront (on pense notamment au Dictionnaire de la langue française de P. Robert), paraît à l’époque étudiée ici. Il est dû à J. -B. Boissière qui, collaborateur de Pierre Larousse pour le Grand Dictionnaire, a publié son ouvrage en 1862 dans la maison d’édition que Larousse avait créée. Le Dictionnaire analogique de la langue française de Boissière, très apprécié au xixe siècle, s’efforce de déterminer « un moyen commode de trouver les mots quand on a seulement l’idée des choses ». Pour ce faire, Boissière choisit 2000 mots usuels marquant le centre d’une sorte de constellation réunissant de très nombreux termes se rattachant au mot-souche « d’une manière évidente », dit l’auteur dans sa préface, « soit par des relations d’emploi habituel, de cause, de moyen, d’effet, etc., en un mot par une analogie quelconque ». C’est ainsi que bouche est suivi d’une centaine de mots comme aphtes, buccal, chrysostome (bouche d’or), glotte, lippée, etc. Le reproche qu’on peut faire à l’ouvrage est qu’il accumule beaucoup de termes très rares ou archaïques.

Notes

1 La bibliographie du sujet est réduite ; elle se compose essentiellement de trois ouvrages à peu près contemporains : Georges Matoré, Histoire des dictionnaires français (1968, 4) ; Bernard Quemada, Les Dictionnaires du français moderne (1968, 4) ; et Robert-Léon Wagner, Les Vocabulaires français (1967, 4). On se reportera aussi utilement aux préfaces des dictionnaires cités.

2 Cours de philosophie positive, 50e leçon, éd. Schleider, IV, p. 316.

3 Le mot, on le sait, a été créé par Michel Bréal en 1883.

4 Le même reproche pourrait être adressé aujourd’hui au behaviorisme, issu de la psychologie du rat, qui survit encore insidieusement dans certaines conceptions linguistiques.

5 Discours sur l’esprit positif, éd. Schleicher, p. 73.

6 Littérature (Balzac), critique (Sainte-Beuve), histoire (Taine), capitalisme, socialisme, etc. L’administration instaurée par Napoléon est la première manifestation politique de cette organisation.

7 Lexicologie et lexicographie seront confondus jusqu’en 1953. Cf. Georges Matoré, La Méthode en lexicologie, 2e éd. Paris, Nizet, 1972 ; Cf. les définitions des deux mots dans le Dictionnaire général.

8 Georges Matoré (1968, 4), p. 144 sq.

9 Cf. Georges Matoré (1968, 4), p. 95.

10 Indépendamment du Dictionnaire, ce travailleur acharné a publié une vingtaine de volumes : grammaires, méthodes pédagogiques, florilèges, etc.

11 Encyclopédie française, Paris, Sté de Gestion de l’Encyclopédie française, 1936, t. XVIII, p. 40.

12 Cf. R. Yve-Plessis, Bibliographie de l’argot et de la langue verte, préface de G. Esnault (1901, 0.1).

13 Pour les autres ouvrages on se reportera aux diverses bibliographies, et notamment à celle de Dauzat, Les Patois, Paris, Delagrave, 1927, p. 195 sqq.

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540