Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la langue française 1880-1914

 | 
Gérald Antoine
, 
Robert Martin

Chapitre IV. Description du français

L’essor de la dialectologie

Jacques Chaurand

Texte intégral

  • 1 L’une des manifestations de l’activité dialectologique était le glossaire régional ou local mêlant (...)
  • 2 Ainsi l’abbé Rousselot (1981, 2. 2) a pu dater certaines modifications qui s’étaient produites dans (...)

1Mario Roques écrivait dans un article du Journal des Débats, le 5 février 1903 : « Quelques savants se sont courageusement consacrés à la dialectologie gallo-romane où, malheureusement, presque tout était encore, il y a un quart de siècle, à faire ou à refaire ». La part d’exagération est infime dans ce jugement, tant ce qui s’est passé depuis les environs de 1880 jusqu’aux premières années du xxe siècle a été important et déterminant. Pour comprendre les qualités et le prestige qu’acquiert alors la dialectologie, il faut se représenter comment, devenue science d’observation, elle s’insère d’une façon privilégiée dans la perspective historique des linguistes de l’époque. Un renversement des valeurs tend à s’opérer. Jusqu’alors l’analyse des documents écrits avait été prédominante1. Or voici que des langages, qui n’étaient dans bien que des cas que parlés, devenaient susceptibles de fournir des documents tout aussi dignes de foi. A la langue dite littéraire, caractérisée négativement par sa généralité artificiellement créée et maintenue, on opposait le parler local dont l’usage apparaissait comme plus libre et plus vivant. L’évolution, si difficile à saisir, semblait parfois se faire presque sous les yeux du chercheur2.

2Les succès de la dialectologie sont liés à une croissante exigence de méthode. L’un des aspects est le recours à l’enquête, et, par excellence, à l’enquête sur le terrain. Il y a lieu de mentionner l’exemple célèbre donné par Mistral : l’auteur de Miréio ne doit pas faire oublier le lexicographe qui a rassemblé les matériaux du Trésor dou felibrige (1878). Gaston Paris le rencontra un jour, alors qu’il complétait ce qu’il connaissait du langage de son pays natal grâce à des enquêtes auprès des pêcheurs du Golfe du Lion : « Il était là, assis dans le bateau, maniant en connaisseur des agrès, touchant chacune des parties du petit bâtiment, et disait : « Nous autres, chez moi, nous appelons cela ainsi, et vous ? » Et les pêcheurs, riants et émerveillés, lui disaient tout leur vocabulaire et il inscrivait ce qui lui était nouveau. Partout avec les artisans, avec les laboureurs, avec les pâtres il faisait la même enquête familière et méthodique » (Penseurs et poètes).

  • 3 Une première enquête dialectologique eut lieu en Lorraine en 1873 ; voir J. Lanher, « La première e (...)

3Mistral voulait avant tout restaurer une langue littéraire, le provençal ; mais pour lui les langues littéraires avaient pour base un parler populaire fixé et enrichi d’emprunts aux parlers apparentés, et d’instinct il avait découvert les témoins les mieux placés pour lui révéler les traditions linguistiques qu’il avait entrepris d’illustrer3. Des enquêtes sur place, diversifiées selon leur objet, se multipliaient à la même époque. En 1877, une mission philologique est confiée à Antoine Thomas. Le chercheur doit délimiter les trois variétés principales qui se partagent les patois méridionaux de la Creuse. Il élève au rang de critères certains faits phonétiques qu’il note au cours de ses enquêtes et en fait la base de sa répartition. Le résultat est récapitulé par une carte sillonnée de lignes en couleur qui ont généralement chacune un tracé distinct : la ligne verte est la limite méridionale du sous-dialecte marchois ; la ligne rouge sépare le patois de l’Est de celui de l’Ouest, et elle est obtenue essentiellement d’après le traitement de certaines consonnes devant les voyelles i et u, mouillées à l’Est, mais non à l’Ouest (ex. portyi à l’Est, porti à l’Ouest ; en français « partir ») ; la ligne jaune est la limite du patois de l’Est et du patois du Sud ou bas-limousin, et le trait retenu est l’aboutissement ts ou dz (ex. tsopé, « chapeau », au lieu de chopé au Nord).

4La mission d’Antoine Thomas ne dépasse pas le cadre d’un projet très limité. Les traits phonétiques sont, à cette époque, les critères décisifs de la répartition dialectale. Au passage, l’enquêteur note que le maintien d’usages linguistiques particuliers se remarque surtout dans la conversation familière, et se déclare très frappé par l’idée d’infériorité qui s’attache au patois même par ceux qui le parlent.

  • 4 Paris, Toulouse, E. Privat, 1910.

5Quel que soit l’objectif qu’il s’est fixé, l’enquêteur écoute. Mais comment va-t-il enregistrer dans sa diversité ce qu’il perçoit ? Et comment fera-t-il connaître des formes déroutantes, des sons dont certains n’ont jamais encore reçu de transcription par écrit ? Un progrès décisif devait être fait avec l’alphabet mis au point par l’inventeur de la phonétique expérimentale, l’abbé Rousselot qui fonda, avec Gilliéron, la Revue des patois gallo-romans (1887-1892). Bien adapté aux études descriptives en matière de langues romanes, l’alphabet Rousselot avait en outre l’avantage d’être d’une lecture aisée, qui ne demandait pas une longue accoutumance. Lorsque Gilliéron guida de ses conseils son enquêteur E. Edmont qui avait entrepris d’écrire son Lexique Saint-Polois (1887, 2.2), le premier qu’il lui donna fut de transcrire le patois phonétiquement, c’est-à-dire selon l’alphabet phonétique de l’abbé Rousselot. Les formes de parlers considérés généralement comme inférieurs, n’ont plus rien à envier à celles des langues écrites : les unes et les autres sont à égalité sur le plan de la transcription phonétique. A une transcription précise peuvent s’ajouter les vérifications que permet la phonétique expérimentale : dans son Étude de Dialectologie landaise4, G. Millardet fournit au lecteur, outre une série de cartes, les schémas résultant d’expérimentations au moyen du palais artificiel, et de l’inscripteur de la parole.

  • 5 Paris, F. Vieweg, 1874, p. 234.

6Le dialectologue sait de mieux en mieux comment il doit faire. Mais il ne peut éviter une autre question fondamentale : que doit-il faire, et en vue de quel résultat ? Un schéma routinier avait été souvent reproduit précédemment : au Moyen Age, des cours provinciales avaient diffusé autour d’elles des idiomes régionaux, et il devait y avoir en gros coïncidence entre les limites des juridictions, et le territoire où étaient parlés les idiomes auxquels au xvie siècle, et en référence à la littérature de la Grèce antique dont quelques-uns des échantillons les plus célèbres n’étaient pas en pur attique, on avait donné le nom de dialectes. En 1874, Ch. Joret avait pu dire dans son traité Du C dans les langues romanes5 : « Je donne le nom de normand à l’idiome parlé dans l’ancienne province de Normandie ». Mais lorsqu’il voulut étudier la répartition des traits susceptibles d’être considérés comme caractéristiques, il fut mis dans l’impossibilité de fonder sur des critères précis ce qu’il avait avancé précédemment. Le maintien de k + a étymologique en position initiale ou appuyée (ex. carbon, français « charbon ») qu’il avait connu dans son Bessin natal, et dont il avait tendance à faire une caractéristique du langage régional, ne s’observait en fait que dans la partie septentrionale de la province ; au Sud, ce k avait donné naissance à une chuintante, comme en français. Au contraire, en Picardie ce k avait été maintenu comme dans le Nord de la Normandie. Un seul traitement était, en fin de compte, commun à toute la province : l’ancienne diphtongue ei provenant de é latin tonique avait abouti à é ou è au lieu de passer à oi, comme en français, devenu par la suite, ou wa, ex. en face de mwa, « moi ». Mais ce traitement ne permettait pas de distinguer la Normandie des provinces du Sud, Anjou ou Bretagne romane. Fallait-il morceler la région autant que semblait l’exiger la série des traitements phonétiques retenus comme critères ? Joret n’y a jamais réellement consenti.

  • 6 In Romania, 1876, t. 5, p. 104.

7Dénoncer comme illusoires des frontières d’origine non linguistique est une opération qui n’est pas inutile : si les frontières sont données d’avance, une géographie proprement linguistique n’a pas de raison d’être. Mais cette opération reste avant tout négative. Un pas de plus est fait aux alentours de 1875 : l’existence même des dialectes est mise en cause. Paul Meyer saisit l’occasion que lui fournissait son compte rendu du texte des Schizzi franco-provenzali où Ascoli avait lancé le terme même de franco-provençal. Il avait alors formulé avec rigueur la façon dont les linguistes pouvaient procéder pour « constituer un dialecte ». L’opération commençait par le choix, dans le langage d’un pays, d’un certain nombre de phénomènes qui devenaient par là les caractères du langage de ce pays. « Cette opération, ajoutait-il, aboutirait bien réellement à déterminer une espèce naturelle s’il n’y avait forcément dans le choix des critères une bonne part d’arbitraire ». En fait, P. Meyer n’a cessé d’engager les chercheurs à se consacrer à la géographie des « traits dialectaux » plutôt qu’à celle des dialectes6.

  • 7 Ibid., 1887, t. 16, pp. 263-277.
  • 8 Ibid., 1911, t. 40, pp. 1-16.
  • 9 Voir G. Tuaillon, « Le franco-provençal : progrès d’une définition » Tra Li Li, 1972, t. X. fasc. I (...)

8Le franco-provençal était un groupement de parlers plutôt qu’un dialecte, et ne puisait sa raison d’être que dans des considérations linguistiques. Il eut cependant du mal à se faire admettre. Philipon a contribué de façon décisive à ce résultat en faisant coïncider le nouveau venu avec la zone où a tonique latin subit un traitement particulier selon qu’il est précédé ou non d’une palatale7. Une autre répartition, celle de la non-palatalisation de u long latin allait compléter la précédente8. La suite de l’histoire de la notion de franco-provençal, dont les romanistes ne sauraient plus se passer et qui ne correspond pas seulement à une commode construction de l’esprit, montre à la fois ce qu’avait d’efficace, mais aussi d’excessif, la conception de P. Meyer9.

  • 10 Paris, Imprimerie nationale, 1876. Les frontières linguistiques ont fait l’objet de nombreux travau (...)

9Dans son célèbre discours aux Sociétés savantes sur les Parlers de France (1888), repris dans le second numéro de la Revue des Patois gallo-romans, Gaston Paris allait dans le même sens que Paul Meyer. Il affirmait avec autant de force qu’il n’y a pas de dialectes, que les limites des traits linguistiques ne coïncident pas avec les limites politiques anciennes ou modernes. Il en donnait pour justification la commune origine des parlers gallo-romans (« Nous parlons latin ») et l’évolution qui avait abouti à leur fragmentation, qu’il représentait comme « une fusion graduelle des idiomes vulgaires les uns dans les autres ». Il n’est possible, selon lui, de saisir que des traits linguistiques qui entrent respectivement dans des combinaisons diverses. Tout est fait, dans sa représentation, de nuances et de dégradés comme dans une tapisserie. Les coupures brutales étaient plutôt mises au compte des langues littéraires. G. Paris allait jusqu’à mettre en doute « la division fondamentale qu’on a cru dès le Moyen Age reconnaître entre le français et le provençal ». Ces propositions ne manquèrent pas de soulever des protestations, et notamment de la part de Ch. de Tourtoulon, qui, en collaboration avec Bringuier, s’était livré en 1876 à une Étude sur la limite géographique de la langue d’oc et de la langue d’oïl10. Elles étaient en désaccord avec un sentiment linguistique dont G. Paris n’avait pas tenu compte. Mais on ne peut manquer de remarquer la correspondance profonde entre ces conceptions et le projet de l’Atlas Linguistique de la France, réalisé de 1897 à 1901. Son auteur, Gilliéron, n’aurait pas été fondé à envoyer son enquêteur Edmont poser les mêmes questions sur 639 points d’enquête aussi divers et aussi éloignés, si le domaine gallo-roman n’avait offert une homogénéité suffisante.

  • 11 A.-L. Terracher (1912-1914, 2.2).
  • 12 J. Ronjat, Essai de syntaxe des parlers provençaux, Mâcon, Impr. de Protat, 1913.

10Un élargissement devait se faire enfin sur un autre plan. Vers 1880, la suprématie des considérations phonétiques était incontestée, et la part qui revenait aux autres aspects était minime, au moins pour les linguistes ; elles étaient jugées capables par excellence de fournir des critères de distinction entre groupes dialectaux. En représentant les parlers populaires comme une forme prise localement par le latin, G. Paris accréditait l’idée d’une évolution sur place qui ressortissait essentiellement à la phonétique historique. Mais lorsque Gilliéron orienta résolument sa recherche vers les mots, il fit découvrir d’autres types de recherches. Il reconnaissait en particulier l’importance du phénomène de l’emprunt sur lequel Meillet avait à plusieurs reprises attiré l’attention. Les aires lexicales étaient peu propres à fonder de nouvelles circonscriptions territoriales puisque par principe, chaque mot avait son histoire et sa répartition. C’est donc l’histoire des mots que les œuvres de Gilliéron, et son atlas linguistique en particulier, éclairaient d’un jour nouveau. L’aspect morphologique était appelé à son tour à jouer son rôle. A.-L. Terracher choisit la morphologie de préférence à la phonétique, et s’en explique, pour établir, dans la partie de l’Angoumois qu’il explore, des aires linguistiques qu’il met en relation avec les aires matrimoniales11. La syntaxe est très peu étudiée pour elle-même. J. Ronjat dégage néanmoins les caractères syntaxiques propres à la langue d’oc, et fait même une place à quelques particularités dialectales12 : elles peuvent être liées à un sentiment dont l’auteur de l’Essai de syntaxe des parlers provençaux nous dit qu’il est partagé par tous les écrivains dont il a dépouillé les œuvres, celui « d’employer un dialecte ».

11Le chemin parcouru à cette époque par la dialectologie est la meilleure preuve de la fécondité de certains choix, négatifs en apparence, mais dont l’avantage est d’avoir évité des efforts inutiles, et garanti aux recherches une indéniable cohésion.

Notes

1 L’une des manifestations de l’activité dialectologique était le glossaire régional ou local mêlant généralement des données d’origines et de valeurs très différentes.

2 Ainsi l’abbé Rousselot (1981, 2. 2) a pu dater certaines modifications qui s’étaient produites dans le langage de sa famille.

3 Une première enquête dialectologique eut lieu en Lorraine en 1873 ; voir J. Lanher, « La première enquête dialectologique en Lorraine », Annales de l’Est, Nancy, 1973, pp. 221-252.

4 Paris, Toulouse, E. Privat, 1910.

5 Paris, F. Vieweg, 1874, p. 234.

6 In Romania, 1876, t. 5, p. 104.

7 Ibid., 1887, t. 16, pp. 263-277.

8 Ibid., 1911, t. 40, pp. 1-16.

9 Voir G. Tuaillon, « Le franco-provençal : progrès d’une définition » Tra Li Li, 1972, t. X. fasc. I, pp. 293-339.

10 Paris, Imprimerie nationale, 1876. Les frontières linguistiques ont fait l’objet de nombreux travaux à cette époque. Voir notamment les études de G. Kurth, de Mgr Deshaines et J. Dewachter (1908, 2.2) pour le Nord de la France, de Ch. Pfister et de S. Simon pour l’Alsace et la Lorraine, de P. Sébillot (1886, 2.2) pour la Bretagne.

11 A.-L. Terracher (1912-1914, 2.2).

12 J. Ronjat, Essai de syntaxe des parlers provençaux, Mâcon, Impr. de Protat, 1913.

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540