Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Histoire de la langue française 1880-1914

 | 
Gérald Antoine
, 
Robert Martin

Chapitre IV. Description du français

Les débuts de la sémantique norme et esthétique à la fin du xixe siècle

Simone Delesalle

Texto completo

  • 1 A. Darmesteter La vie des mots étudiée dans leur signification Paris, Delagrave 1887.
  • 2 M. Bréal Essai de Sémantique (science des significations) Paris, Hachette 1897.
  • 3 R. de Gourmont L’Esthétique de la langue française Paris, Mercure de France 1899.

1Sous ce titre, on voudrait ici confronter l’analyse que font de l’évolution de la langue qui leur est contemporaine deux ouvrages de sémanticiens : La Vie des mots d’Arsène Darmesteter1 et l’Essai de sémantique de Michel Bréal2, et un livre de puriste : l’Esthétique de la langue française, de Rémy de Gourmont3. Dans ces trois textes, mais avec des pesées différentes, le français est à la fois décrit et jugé. R. de Gourmont, dont le pamphlet passionné est centré sur la langue de son temps, utilise dans son argumentation les acquis récents de la linguistique, et tout particulièrement dans le domaine du sens ; et les livres de Darmesteter et de Bréal soutiennent, dès qu’il s’agit des transformations contemporaines, des considérations d’ordre normatif ou esthétique, qui ne s’accordent pas toujours avec les principes qu’ils posent. Ces rencontres – dont les modes sont complexes – entre des ouvrages d’inspirations différentes sont rendues possibles tant par l’évolution de ce qui est alors en train de devenir la linguistique que par les bouleversements sociopolitiques et scolaires de la fin du siècle.

  • 4 Exception faite, bien entendu, des analyses de Condillac, d’ailleurs reprises, comme on le verra, d (...)

2Bréal, comme Darmesteter, ont comme objet d’étude le changement, ce qui vient de la perspective comparatiste des travaux des écoles allemandes, et s’oppose à la description intemporelle qui était celle des grammairiens-philosophes français du xviie siècle4. Mais la naissance de la sémantique s’inscrit dans une double transformation de cette perspective : renversement tout d’abord du processus étudié : au lieu d’analyser les formes dans une remontée vers leur origine, on suit le processus de leur évolution. Ce qui conduit certains chercheurs à donner aux langues un modèle biologique, la linguistique devenant une science naturelle ; et permet également aux néo-grammairiens de poser des lois phonétiques à caractère radical et mécaniste.

3C’est sur cette première évolution, que nous ne pouvons développer ici, que se greffe celle qui nous concerne, en tant qu’elle est commandée par l’intrusion de la signification dans une étude scientifique des langues. Le travail sur le sens, qui commence avec La vie des Mots au plan lexical et se poursuit sur un plan plus général avec l’Essai de Sémantique, implique en effet des mutations importantes dans les domaines et les méthodes. Etudier la transformation du sens dans la langue entraîne la restriction du champ d’analyse : au lieu d’une comparaison entre des langues, on s’attachera à la destinée d’une seule. La biologie sera supplantée par l’histoire et l’élaboration des lois sémantiques concurrencera celle des lois phonétiques.

4Or il n’est pas indifférent que cette préoccupation du domaine sémantique soit le fait de chercheurs français : c’est que par là vont se nouer, – ce qui n’ira pas sans problèmes – les méthodes héritées de la philologie et la tradition française issue de la Grammaire Générale, liée à la rhétorique et à la philosophie. Cette rencontre de méthodes s’accompagne d’un glissement d’objet non moins problématique : travailler sur la langue dans son évolution implique en effet la reconnaissance du peuple comme moteur des changements linguistiques ; en même temps que l’étude du sens confère à la littérature d’une langue le statut d’objet d’analyse linguistique. Les sémanticiens sont donc appelés à considérer l’évolution de la langue, du latin à l’époque classique, et du xviie au xixe siècle, en tenant compte de l’usage, des institutions, des relations du pouvoir central et des dialectes, et des rapports entre écrivains, grammairiens et peuple.

  • 5 A. de Chevallet, Origine et formation de la langue française Paris, JB Dumoulin 1853-1856.
  • 6 A. Brachet, Grammaire historique de la langue française Paris, Hetzel, 1868.

5Déjà au milieu du siècle, les historiens de la langue française, tels Chevallet5 ou un peu plus tard, A. Brachet6 s’étaient heurtés à des problèmes de norme et d’esthétique lorsqu’ils décrivaient le passage du latin au français du Moyen Age et du français du Moyen Age à la langue classique, empêtrés qu’ils étaient, à travers leur souci d’objectivité philologique, dans une problématique de décadence et de progrès : comment de la corruption du latin avait pu sortir la perfection de la langue classique ? A tout le moins pouvaient-ils, comme le fait Brachet, invoquer une stricte séparation de points de vues entre le linguiste qui constate la perte des régularités formelles de la langue populaire, et l’esthète contemplant la construction du trésor littéraire. Mais les sémanticiens n’ont plus ce recours, puisque leur objet est la constitution du sens et ses fluctuations, à travers l’ensemble du corps social.

6De même, ces historiens de la langue ne connaissaient pas, au milieu du xixe siècle, l’acuité des problèmes de norme et d’usage auxquels sont affrontés les sémanticiens qui écrivent après 1870, c’est-à-dire après la guerre et la Commune, au moment où la grammatisation accélérée du peuple et le système parlementaire amènent des bouleversements rapides et profonds dans les frontières qui séparaient auparavant langue populaire et langue de l’élite, illettrés et savants, masses et artistes. Bouleversements qui sont à l’origine du livre de Gourmont, et qui se retrouvent dans les analyses de Darmesteter et de Bréal lorsqu’ils traitent de la langue de leur temps, et deviennent, de ce fait, juges en même temps qu’observateurs.

7Les débuts de la Sémantique marquent à la fois une assimilation des théories linguistiques du temps et une réaction par rapport à celles-ci : Darmesteter et Bréal ont en commun le souci d’appliquer au sens les méthodes scientifiques élaborées pour la transformation des formes, et de chercher à poser des lois qui aient sur ce plan la valeur reconnue sur un autre aux lois phonétiques. Et tous deux ont une même exigence : faire reconnaître les langues littéraires comme des objets à part entière pour les linguistes, ce qui entraîne une prise en compte de l’esprit humain et du corps social.

  • 7 in Schleicher : La théorie de Darwin et la science du langage Weimar, 1863, p. 7.

8Dans La Vie des mots, il y a ainsi continuité parce que le modèle utilisé est celui de la biologie, mais rupture parce qu’il s’agit des mots. A. Darmesteter a beau comparer les mots à des plantes qui « naissent, vivent et meurent », il n’en reste pas moins que l’objet considéré n’est plus le son, la syllabe ou le suffixe, dans leur évolution isolée, mais le mot par rapport à son sens, et le système que forment les mots à l’intérieur d’une langue, comme le montre à travers son exotisme biologique ce titre d’un des chapitres : « Comment les mots vivent entre eux ». Dans le « entre eux » se montre un souci de la structuration des termes à l’intérieur d’une langue qui s’oppose à l’utilisation du modèle biologique qui est par exemple celle de Schleicher : lorsque ce dernier écrit que « les rapports de classification sont à la vérité essentiellement les mêmes dans le domaine des langues et dans celui des êtres naturels7 », il s’agit d’une comparaison entre langues, en vue d’établissement d’espèces et de filiations.

9A ce recentrement de l’analyse sur une seule langue s’ajoute une autre implication du travail sur le sens : la liaison nécessaire de l’évolution des mots et de l’esprit humain, dans une tentative explicite de constituer un champ nouveau de recherche : « la science de la signification, écrit Darmesteter, fait partie de l’histoire de la psychologie ». Cela signifie que cette science n’est pas pensable en dehors de l’histoire : toujours la perspective évolutionnaire ; mais aussi que la « psychologie », au sens où il l’entend, c’est-à-dire la prise en compte de l’esprit humain à travers une collectivité est un paramètre nécessaire. Rupture également sur ce plan par rapport à Schleicher, qui affirme, rappelons-le :

  • 8 Ibid, p. 4.

« Les langues sont des organismes naturels, qui, en dehors de la volonté humaine, et suivant des lois déterminées, naissent, croissent, se développent, vieillissent et meurent8. »

10Pour Darmesteter, l’évolution d’une langue est un processus auquel l’homme est soumis, en tant qu’être de la nature, mais qui comprend également une spécificité irréductible et dont la psychologie doit rendre compte, en tant qu’elle représente une sorte de logique de l’inconscient collectif, domaine exploratoire entre le rationnel et l’organique. C’est par le recours à cette dimension que pourra se faire la rencontre entre les acquis de l’école allemande, et la tradition descriptive d’une grammaire appuyée sur la logique et la rhétorique.

11La psychologie, dans cette perspective, sert donc à distinguer l’évolution de la langue d’un pur processus biologique ; elle permet également de ne plus concevoir le langage, dans la tradition des grammairiens-philosophes, comme une construction de l’esprit. Ainsi trouve-t-on des refus de l’étymologie qui se fondent sur la séparation du monde des mots et de celui des idées : le langage n’est plus ici reflet de la pensée. Voici comment Darmesteter analyse la séparation du sens des termes meurtre et meurtrir, ou encore garnement et garnir :

« Malgré les liens de famille que le développement de la langue peut établir entre les mots, le plus souvent ils vivent chacun leur vie propre... parce que les hommes en parlant ne font point d’étymologie. Les mots servent pour des idées qu’ils expriment ; celles-ci sont indépendantes. La parenté qui peut unir entre eux des groupes de mots n’a rien à voir avec les groupes d’idées qu’ils sont chargés d’exprimer » (p. 133)

12Et il insiste sur le caractère non pas rationnel mais naturel du langage, œuvre de la collectivité :

« Le suffrage universel n’a pas toujours existé en politique : il a existé de tout temps en matière de langue ; là, le peuple est tout-puissant, et il est infaillible, parce que ses erreurs, tôt ou tard, font loi. Le langage en effet est une création naturelle et non une construction rationnelle et logique... Les erreurs de logique, les anomalies, du moment qu’elles sont acceptées de tous, cessent d’être anomalies et deviennent formes légitimes de la pensée » (p. 117)

13Darmesteter se situe entre la Biologie et la Logique. En effet, son refus de l’étymologie correspond à un refus de la recherche systématique d’une origine commune à des éléments formellement apparentés, autant qu’à celui d’une correspondance entre mots et idées, ceux-ci étant le reflet de celles-là. Il y a, semble-t-il, dans cette sorte de formation de compromis entre les acquis récents de la philologie et de la grammaire comparée, et la tradition philosophique de la grammaire, la condition de possibilité d’une linguistique à partir de ce point précis de la transformation liée au sens.

  • 9 Max Müller, La Science du langage, Paris, Durand et Lauviel 1867 (traduction d’un cours donné à Lon (...)
  • 10 Cette direction est déjà celle de Littré. Cf. Histoire de la langue française Paris, Didier, 1863. (...)

14En même temps, l’intervention de la psychologie, et de l’analyse des productions du travail souterrain et collectif d’un peuple a comme conséquence immédiate un glissement de domaine : les langues littéraires deviennent pour le linguiste un objet d’étude privilégié. Contrairement aux comparatistes et à leurs disciples, tel Max Müller9, qui ont un prédilection pour le changement rapide des langues sans écriture, la langue étant saisie « dans le libre jeu des forces auxquelles elle s’abandonne » (p. 14), Darmesteter veut analyser le jeu des facteurs mis en œuvre dans les langues littéraires, si complexe qu’il soit : « Depuis quand, demande-t-il, la complexité des faits est-elle une raison pour déprécier la science qui les étudie10 ? »

  • 11 Du Marsais, article Construction de l’Encyclopédie, Œuvres complètes de Du Marsais T.V., p. 38. La (...)

15Or cette complexité même entraîne le linguistique vers l’idéologique. Si l’on passe de l’élaboration des lois mécanistes rendant compte des processus qui affectent des êtres vivants à l’étude du lexique lentement façonné par l’esprit humain, on rencontre l’épaisseur des sujets parlants et écrivants. A partir du moment où le linguiste ne travaille pas sur l’évolution des « idiomes » mais sur celle des langues littéraires, il lui faut se préoccuper de la responsabilité des innovations qui les affectent : dynamique populaire et/ou travail de lettrés. Et de même que la distinction de la « construction usuelle » amène Du Marsais, loin de l’abstraction Port-Royaliste, à la délimitation d’une classe qui est celle des « honnêtes gens »11, de même le passage, au xixe siècle, du domaine phonétique au domaine sémantique bute-t-il sur les usages et les groupes sociaux. Si l’on ne passe pas à travers les mots, on ne peut passer à travers les gens.

16Dans La Vie des mots, l’infiltration du linguistique par l’idéologique s’observe tant dans les méthodes du chercheur que dans la définition de son rôle. Il suffit pour ce faire d’examiner le principe posé comme central par l’auteur : celui de la tension entre « forces révolutionnaires » et « forces conservatrices » dans l’évolution d’une langue. En effet, derrière la connotation politique de leur dénomination, que sont ces forces ? Darmesteter définit les principes conservateurs comme des éléments de l’échafaudage culturel d’une civilisation : du plus individuel, comme la surveillance de la prononciation d’un jeune enfant, au plus général : les livres sacrés, comme la Bible ou le Coran, en passant par l’ensemble des productions littéraires. Tandis que les « forces révolutionnaires » sont constituées par l’action des altérations phonétiques, celle des changements analogiques (qui, à ses yeux, relèvent de la grammaire) et des néologismes, le tout étant d’ordre essentiellement oral et populaire. Le linguiste a donc une double tâche : l’étude des forces révolutionnaires, qui lui appartient en propre, et celle de la tension, dans l’évolution de la langue, entre les deux types de forces. Tâche problématique, qui oscille sans cesse entre analyses traditionnelles et novatrices, observations scientifiques et réactions puristes.

17Les lois qu’élabore Darmesteter dans le domaine du lexique constituent une codification de l’évolution des rapports de sens entre les mots et à l’intérieur des mots, dans laquelle on relève à la fois des avancées sur le plan de la technique linguistique : les lois d’enchaînement et de rayonnement renouvellent ainsi l’étude des changements de sens dans un domaine balisé jusque-là par l’étude des tropes ; et des contradictions entre ces avancées et la tradition des analyses classiques, liée à des préoccupations normatives : marche au frein et à l’accélérateur dont le traitement de la synonymie est un exemple particulièrement net.

18Darmesteter voit dans la synonymie un cas particulier de la « concurrence vitale » (p. 135). Cette métaphore biologique lui permet de couper avec l’analyse traditionnelle, fondée sur l’étymologie, dans laquelle le terme de synonymie recouvre des phénomènes hétérogènes, qu’il distingue soigneusement : les deux premiers cas, c’est-à-dire les formes phonétiques différentes, ou les emplois syntaxiques différents que connaît un même mot sont rejetés au profit de ce qu’il appelle véritablement synonymie, – et qui est devenu l’acception moderne du terme –, c’est-à-dire le processus qui fait que des mots « d’origine et de signification différente... arrivent, dans le corps de la langue, à s’entrecroiser » (p. 139). Cette rupture par rapport à l’étymologie classique est confirmée par les notations qui ont trait aux deux premiers groupes de termes : pour des différenciations telles que cerveau/cervelle, cours/course, etc... (p. 145), l’étymologie est récusée au profit de « l’usage de la langue », qui a fixé « à chaque mot sa valeur propre » et « c’est lui qu’il faut consulter pour en rendre compte ».

19En revanche, les analyses que fait l’auteur des différences de sens entre les synonymes du troisième groupe font problème : elles se fondent en effet soit sur l’usage, et les contextes situationnels et linguistiques, soit – ce qui est contradictoire avec ce type d’analyse – sur l’étymologie. Il en est ainsi pour demeurer, rester, loger : après avoir écarté rester comme étant un néologisme populaire (p. 146), il distingue loger de demeurer en raison de leur sens d’origine, loger venant de loge, et demeurer d’un sens primitif qui est : « tarder en chemin » ; il attribue en conséquence à demeurer une idée de durée qu’il refuse à loger.

20Cette distorsion entre innovation et tradition s’appuie sur des éléments idéologiques précis ; l’analyse se veut une description de faits de langue mais le linguiste ici n’est pas seulement observateur regardant objectivement des phénomènes : il est également juge. La dimension normative manifestée dans le rejet de rester se confirme dans la conclusion du chapitre, puisqu’y est évoqué le « bon usage » de la langue, ce qui est bien différent de l’ « usage » utilisé comme principe linguistique et que, dans un recours explicite à l’étymologie, il y invoque le « vrai sens » qu’est le sens premier. Il affirme (p. 148), d’une manière contradictoire avec l’ensemble de son étude de la synonymie, que son but essentiel est de « rétablir le sens primitif » des mots et que si l’on doit admirer la logique inconsciente qui dirige la langue dans ses extensions et développements, c’est en tant qu’elle correspond à un « instinct » normatif, si l’on peut associer ainsi ces deux termes ; instinct « qui vous dit que tel emploi seul est juste ou conforme au génie de la langue » et qu’ « il faut chercher à rendre sûr par la lecture des écrivains, par la fréquentation des honnêtes gens et surtout par la réflexion et l’observation personnelles » (p. 148). Darmesteter est ici exactement sur la trajectoire de Du Marsais, alors que la situation sociale et que les institutions politiques et scolaires ont, elles, totalement changé.

21Ces contradictions de l’auteur, dans ses tâtonnements pour dégager un système d’analyse novateur, se retrouvent si l’on passe de son travail sur le lexique à ce que sont ses conceptions linguistiques d’ensemble : dans le rapport du langage aux différentes langues se marque une lutte entre principes d’ordre scientifique et considérations d’ordre idéologique. Ainsi voit-on affirmé d’un côté le caractère de processus naturel et inconscient que revêt l’évolution du langage, contemplé de Sirius par le linguiste qui y voit aux prises « l’esprit et la matière... deux faces d’une même force à jamais reconnaissable, l’Être » (p. 176), et de l’autre proclamée l’inégalité entre les langues et l’exaltation du français, en tant que langue d’une nation. D’abord en tant que langue aryenne et pouvant de ce fait accéder à l’abstraction, ce qui est impossible aux langues sémitiques car l’esprit y garde (p. 100) « l’image et l’empreinte de la sensation matérielle » et la métaphore y reste toujours métaphore. Puis, à l’intérieur des langues aryennes : il oppose la fixité des rapports que marque l’anglais dans son utilisation des prépositions à la capacité qu’a « l’esprit français, plus mobile que l’esprit saxon » (à se laisser) « entraîner par des rapprochements délicats » (et à suivre) « complaisamment les détours de subtiles analogies ».

22Même glorification du français à propos de l’évolution de la langue au cours des siècles et de l’esprit d’analyse qui lentement a désorganisé sa vieille construction à demi-synthétique pour lui substituer « une construction logique et toute raisonnée ». (p. 118) Conception qui, on le voit, est plus proche de celle que l’on trouve dans le Discours sur l’Universalité de la langue française que d’une observation scientifique et dans laquelle se mêlent étroitement langue, esprit et race.

23Il y a bien là contradiction entre une vision du français allant toujours vers plus de clarté et de logique dans sa supériorité sur les autres langues et le processus de la lutte entre forces révolutionnaires et forces conservatrices décrit ailleurs par l’auteur : là, le mouvement, œuvre du peuple, n’est qu’une suite de corruptions comme le montre d’ailleurs le passage (p. 117) cité plus haut à propos de l’intemporalité du suffrage universel en matière de langue et qui se conclut ainsi : « les erreurs de logique, les anomalies, du moment qu’elles sont acceptées de tous, cessent d’être anomalies et deviennent formes légitimes de la Pensée ». Comment concilier l’entérinement des fautes avec les progrès d’une langue fondée sur la raison ?

24L’évolution contemporaine de la langue fait s’exaspérer les contradictions : l’observateur de résultats s’efface souvent devant le puriste, dans un discours ouvertement normatif, qui appelle à la résistance en face de la dynamique populaire :

« Puisqu’une langue ne peut se fixer, il faut au moins qu’elle change le plus lentement possible. C’est à la langue littéraire qu’est réservé le rôle de conservatrice. Elle doit s’opposer aux néologismes populaires et ne les accepter que quand ils deviennent un fait universel. On disait autrefois « il me souvient ». Le peuple a dit « je me souviens » et la langue littéraire l’a répété après lui. Aujourd’hui la langue littéraire « se rappelle » le passé. La langue populaire « se rappelle du » passé. La langue littéraire doit-elle l’imiter ? Non, jusqu’au jour où l’Académicien lui-même, dans l’abandon de la conversation familière, aura dit : « je m’en rappelle » (p. 119)

25Étonnante perspective du changement linguistique, dans laquelle l’innovation, lorsqu’elle est populaire, doit pour atteindre le domaine de l’écrit littéraire, passer par l’oral familier du grammairien. Le jeu se joue donc obligatoirement à trois : d’un côté, la foule qui se trompe, de l’autre, l’auteur, et entre les deux le grammairien, acteur essentiel, puisqu’il accorde au changement une existence dans l’écrit.

26C’est le même purisme qui fait réagir passionnément Darmesteter en face des innovations littéraires de son temps. Oubliant la liaison établie entre forces révolutionnaires et peuple, forces conservatrices et littérature, il condamne avec frayeur ce qu’il appelle « le triomphe effréné du néologisme » (p. 119) qui « entraîne le français dans des directions inconnues », dans un renversement notable de positions : la force révolutionnaire est ici du côté de la littérature et elle est déplorée en tant qu’elle « chasse violemment nombre de mots de bonne marque » (c’est-à-dire de vieux mots essentiellement populaires) « qui méritent d’être conservés ». Plus précisément, il regrette qu’elle ne fasse pas revivre des mots « conservés seulement dans quelques dialectes provinciaux » : le peuple, cette fois, recèle donc la force conservatrice. Ce que traduit en fait ce renversement, comme la dénonciation de l’avant-garde littéraire, c’est le refus d’un monde où personne ne tiendrait plus son rôle. Il y a là une interprétation corroborée par une autre dénonciation : celle du mélange entre langue savante et langue du peuple. S’attachant à des exemples contemporains, Darmesteter définit un double danger : du côté de la dégradation de « ces mots mal compris » « et déformés par une sorte d’ironie grossière », et du côté des pertes subies par contrecoup par la langue populaire, lorsqu’elle prétend s’approprier des mots savants, « pensant gagner par là noblesse et élégance » (p. 107). Et à propos de la concurrence vitale et des actions destructrices qu’elle entraîne, il stigmatise « la tendance populaire à préférer aux mots français indigènes les mots de formation savante, comme plus nobles et de meilleur style : stranguler au lieu d’étrangler, perturber au lieu de troubler, etc... ».

27Á cette peur de l’interpénétration contemporaine du peuple et des lettres correspond, sur un plan externe la crainte qu’exprime l’auteur en face du péril qui menace une langue lorsqu’elle est trop exposée au plurilinguisme. Réflexe ici de défense nationale :

« Est-il possible de savoir à fond une ou plusieurs langues étrangères de manière à en faire autant de langues maternelles ? N’y a-t-il pas là péril pour l’intelligence ? » (p. 88)

28La peur des mélanges entre langues, que nous retrouverons chez R. de Gourmont, est liée bien entendu au désir de préservation de la pureté d’une langue privilégiée.

29Toutes ces démarches contraires du livre s’expliquent si l’on saisit l’ambiguïté des rôles assumés par Darmesteter, qui doit étudier la dynamique du changement tout en étant en accord profond avec ce qui freine ce changement. D’où les affrontements de ton incessants au fil des chapitres dès qu’il s’agit de la langue de son temps : il y a là chez Darmesteter un déchirement entre science et purisme, celui-ci l’emportant parfois totalement sur celle-là, lorsqu’il affirme par exemple que « la vie, la santé d’un langage consiste à suivre le plus lentement possible la force révolutionnaire qui l’entraîne toujours assez vite, en se retenant fortement aux principes conservateurs », mais celle-ci triomphant à son tour à d’autres moments de l’ouvrage : dans la conclusion de la première partie, après quelques pages de déploration au sujet de l’évolution de la langue dans le xixe siècle finissant, le dernier mot reste à l’observateur contemplant un phénomène naturel (p. 120) : « C’est là, dit-il, vain regret. La langue suit son cours, indifférente aux plaintes du grammairien et aux doléances des puristes ». C’est entre ces deux positions, biologisme serein et polémique normative, que l’auteur oscille tout au long de son texte.

  • 12 D’après les travaux de J. Austin, repris en France par O. Ducrot.

30L’Essai de Sémantique de M. Bréal marque une autre étape vers l’autonomisation du linguistique, par l’élaboration d’une science : la Sémantique, qui est l’objet même du livre (alors que chez Darmesteter, le terme de « sémantique » n’apparaît qu’une fois, comme équivalant à changement dans la signification des mots). La « Science des significations » (c’est le sous-titre du livre) dépasse le domaine du lexique pour s’étendre à toute la langue, comme le montre la diversité des chapitres, qui traitent aussi bien de l’organisation des termes entre eux sur tous les plans que des phénomènes de troncation, de l’origine de la conjugaison, des pronoms personnels, ou de ce que nous nommerions à l’heure actuelle des « Actes de langage »12. Pour Bréal, le sens est central dans la langue, et commande la forme.

31Par rapport aux théories immédiatement précédentes, Bréal a double souci : les utiliser et s’en affranchir, de manière à les réinterpréter dans le champ qu’il veut instaurer. Pour ce faire, il lutte sur trois fronts : biologique, phonétique et mystique (problématique de la perfection de l’origine).

32Du côté du biologique, Bréal diffère de Darmesteter en ce qu’il refuse de considérer la langue comme un organisme. La référence chez lui n’est plus l’Être mais l’Homme. Dans tous les textes est affirmée la présence de la « volonté humaine » à travers le langage (p. 6). Volonté obscure, persévérante et inconsciente, dont on méconnaît le rôle à cause d’une confusion entre intelligence et réflexion. Le modèle biologique n’est donc plus ici le cadre dans lequel s’inscrivait – tout en s’en affranchissant – le travail de Darmesteter. La position de Bréal est nette : si tout est dans la nature, alors la linguistique fait partie des sciences naturelles. Mais si l’on oppose les sciences naturelles aux sciences historiques, alors la science du langage fait partie des sciences historiques.

33Ces deux éléments, maîtrise du langage par la volonté humaine et perspective historique, sont saisis dans une dimension de progrès :

« Sous ces phénomènes où tout nous parle de ruine (cette mystérieuse transformation qui a fait sortir le français du latin), nous sentons l’action d’une pensée qui se dégage de la forme à laquelle elle est enchaînée »,

34écrit-il, (p. 309). L’affirmation du progrès général de l’intelligence humaine, jointe à celle de la primauté du sens sur la forme, sont les thèses qui le séparent des néogrammairiens, avec lesquels il est par ailleurs en accord en ce qui concerne tant le sens du processus à étudier, c’est-à-dire le sens de l’histoire, que le caractère dudit processus : le langage pris comme donnée institutionnelle et non naturelle.

35Du point de vue des méthodes, il rejette l’alignement sur le domaine phonétique, ce qui signifie liberté dans l’élaboration des lois de la « science des significations » ; ces dernières relèveront donc d’une logique du langage, fondée sur des éléments qui sont des signes, dans un renversement qui concerne aussi bien l’étymologie classique que les lois phonétiques, en deux points fondamentaux et interdépendants ; les mots ne sont pas reliés aux choses d’une manière propre à justifier ce qu’ils sont, mais à l’esprit de l’homme ; les mots n’évoluent pas un à un, mais en liaison/opposition les uns par rapport aux autres. Cette logique propre du langage repose donc sur une prise en compte de la structure d’une langue dans son rapport à l’histoire et à la psychologie.

36Dans cette saisie du mot comme signe, Bréal reprend explicitement la position de Condillac, qui avait été systématiquement méconnue depuis le début du siècle. Le langage est (p. 329) « non pas le miroir de la réalité, mais la transposition de la réalité au moyen de signes » ; lieu et moyen d’élaboration de la pensée, dans la perfectibilité continue de l’histoire humaine. En même temps qu’est annoncée la perspective saussurienne : le principe le plus général du langage, c’est (p. 301) qu’

« une fois qu’un signe a été trouvé et adopté pour un objet, il devient adéquat à l’objet. Vous pouvez le tronquer... il gardera toujours sa valeur. A une condition toutefois, savoir, que l’usage qui attache le signe à l’objet signifié reste ininterrompu ».

37Cette prise en compte de la valeur et de l’usage lui permet d’opérer des avancées linguistiques de deux ordres : extension du domaine proprement linguistique à la communication et à ce qui rentrerait actuellement dans le cadre de la pragmatique, et développement de lois sémantiques précises.

38Le premier point s’appuie sur le caractère spécifique de la « logique du langage », logique qui « permet de dire qu’un cercle est carré », alors qu’ « on ne peut mettre un verbe au pluriel après un sujet au singulier ». « Ce sont là, écrit Bréal, des règles de métier n’ayant qu’un rapport assez lâche avec l’art de penser » (p. 225). Et il s’efforce de définir les différents buts du langage à partir du fait qu’il n’est pas utilisé avant tout pour formuler des jugements, mais pour exprimer « des désirs, intimer des ordres, marquer sa possession sur des personnes ou sur des choses » ; « pour beaucoup d’hommes, ajoute-t-il, ces emplois sont les seuls ». Le langage sert donc aux relations entre les hommes, et – ce qui est là encore un point de vue très condillacien – son développement va de pair avec celui de la vie en société et des échanges, dans un continuel progrès : un des chapitres de l’Essai de sémantique s’intitule même : « Le langage éducateur du genre humain ». Affirmation donc ici du caractère perfectif et perfectible du langage, dans un travail qui est l’œuvre de l’intelligence humaine, mais sans qu’elle soit au service de la réflexion ni orientée par elle.

39Quant aux lois du sens, elles ne sont pas élaborées sur le modèle des lois phonétiques, ni sur celui des lois logiques. Elles jalonnent un parcours qui va de l’évolution à la synchronie et à la structure, avec la présence avant la lettre des notions de syntagme et de paradigme et sont fondées sur le refus de l’étymologie, et la primauté de l’analogie.

40Ces lois font appel à l’histoire, mais il ne s’agit pas de l’histoire du mot isolé, forme et sens, que fournirait l’étymologie ; Bréal refuse l’autonomisation des mots dans leur devenir et veut qu’on analyse tant leurs sens anciens que leurs sens contemporains par rapport aux systèmes dans lesquels ils sont successivement pris. Ce qui implique que l’histoire pour lui est davantage une pluralité de coupes synchroniques qu’un trajet d’évolution, et que dans l’évolution des mots, la forme est séparée du sens. L’oubli du sens primitif, ou de sens antérieurs, est dans cette perspective une condition de progrès de l’esprit humain et une marque de sa liberté. L’étymologie est donc ici rejetée sans ambiguïté, ce qui n’est pas le cas, on l’a vu, dans La Vie des mots ; les synonymes sont analysés en fonction du système qu’ils forment : ainsi, estime, respect, vénération, sont-ils considérés dans leurs emplois respectifs sans aucun renvoi à leur sens originel.

41C’est dans cette même perspective qu’il faut considérer le poids que Bréal donne à l’analogie, définie comme processus positif et central alors qu’elle est pour Darmesteter une gêne incontournable ou rentre, pour Littré, dans le cadre d’une « pathologie du langage ». Les phénomènes d’interaction entre les mots deviennent des phénomènes normaux et constitutifs du langage, et l’analogie « remplit un office nécessaire sans lequel il n’y aurait qu’obscurité et désordre » (p. 73). Lorsque Bréal souligne la force de l’analogie dans la néologie, et note que :

« Les novateurs les plus hardis en fait de langage n’ont pas eu l’idée de recourir à des infixes... ils se conforment sans y penser au procédé en usage dans notre famille de langues depuis quatre mille ans... » (p. 327),

  • 13 Cf. la grammaire générative transformationnelle, élaborée à partir des travaux de N. Chomsky.

42il donne là un exemple de ce qui, dans les théories actuelles13, serait la « grammaticalité » d’une langue, de même qu’il donne une admirable définition de la « compétence » dans le lien qu’il établit entre psychologie et linguistique, par le truchement de l’analogie : « le besoin de se conformer à une règle non formulée, que l’homme s’efforce de deviner, que nous voyons les enfants tâcher de découvrir. En la supposant, le peuple la crée » (p. 73).

  • 14 On voit par là que l’opposition entre Homonymie et Polysémie est différente dans l’Essai de Sémanti (...)

43Les lois sémantiques (lois d’irradiation, de réaction, de contagion, etc...) que Bréal élabore à la suite de Darmesteter portent sur la forme et le sens aussi bien que sur le sens seul, et sur des enchaînements d’éléments autant que sur des systèmes d’oppositions. Dans cet effort de structuration de la langue, nous ne considérerons que le principe de « polysémie », en tant qu’il s’agit du « processus d’enrichissement et de renouvellement de nos langues », et de la condition de possibilité de toutes les autres lois. Bréal invente ce terme et le met en œuvre à travers son livre pour signifier le phénomène même de la multiplication des sens d’un mot, quelle qu’en soit précisément la cause. C’est donc en quelque sorte la loi linguistique par excellence, puisque la linguistique s’organise à partir du sens. L’avancée, ici, par rapport au texte de Darmesteter, se marque par rapport au modèle et par rapport au domaine : ce principe n’a rien de commun avec celui qui sous-tend les lois phonétiques et il dépasse le domaine lexical. La polysémie est à la fois dynamique et résultat du fonctionnement de notre esprit alors que l’homonymie n’est qu’accident, dû à des évolutions de forme, sans lien avec le sens14.

44L’élaboration des lois sémantiques s’inscrit dans une dynamique globale d’unification : unification de tous les domaines linguistiques en face de la phonétique :

« Quand on prétend qu’il y a des lois absolues, naturelles..., on ne s’appuie pas sur l’évolution des sens, ni sur la syntaxe ni sur le mécanisme grammatical ; seulement sur la phonétique », (p. 316)

45unification des hommes dans une perspective de progrès qui les mêle tous dans un nous sans exclusion : « chacun de nous, écrit-il, collabore pour sa part à l’évolution de la parole humaine ». Progrès et unification : principes qui s’opposent à la conception de Darmesteter de la lutte entre forces révolutionnaires et forces conservatrices, et que Bréal développe à plusieurs niveaux : à l’intérieur d’une langue et entre les langues.

46Conception unitaire du peuple parlant une langue :

« Nous travaillons tous... au vocabulaire de l’avenir, ignorants ou savants, écrivains ou artistes, gens du monde ou homme du peuple... » (p. 270)

47Le peuple est à la fois « dépositaire et fabricant du langage » (p. 27). Tout particulièrement dans les deux trajets : de la distinction abstraite au concret, ou de la métaphore à l’abstraction que décrivent les lois sémantiques, il y a « montée d’intelligence » (p. 258) et d’intelligence plurielle et collective. La création des néologismes de sens est un résultat de ce travail incessant : les mots se chargeant d’acceptions diverses au fur et à mesure que la civilisation se développe, que de nouvelles images sont forgées et acceptées, et que joue à travers la collectivité la polysémie, loi fondamentale du langage.

48Vision unitaire également des relations qu’entretiennent dans une langue la langue officielle, qui est le plus souvent langue littéraire, et les divers patois ou dialectes. Pour Bréal, qui va là contre l’opinion de la plupart de ses contemporains –, la langue littéraire n’est jamais « pure », mais s’enrichit d’emprunts ; si elle est devenue la langue littéraire, ce n’est pas grâce à un mérite intrinsèque mais à la suite de circonstances politiques déterminées. C’est à l’origine un dialecte comme les autres, et c’est la puissance matérielle des sujets qui la parlent qui en fait une langue répandue en dehors et travaillée par les savants, les chroniqueurs, etc... Il n’y a donc pas à parler de la pureté d’une langue, pas plus d’ailleurs de celle d’un patois, « toujours infiltré de dialectes voisins et de la langue officielle ». Aucune supériorité d’ordre linguistique ne peut être accordée à un dialecte, pas plus qu’à une langue, et ils ne peuvent que s’enrichir dans les contacts qu’ils ont entre eux.

49Bréal considère enfin – s’opposant là aussi à l’opinion commune et en particulier à Darmesteter, que la confrontation des langues et leur mélange sont un facteur de progrès. Aucun nationalisme protectionniste dans son ouvrage ; le souci de la « pureté de la langue » dont font preuve ses contemporains repose à ses yeux sur des préjugés et il est parfois, écrit-il (p. 264), « un prétexte derrière lequel se cachent des répulsions dues à des événements d’ordre historique ». Pour lui, les emprunts d’une langue à l’autre sont nécessaires, étant donné en particulier le développement des sciences et des techniques. II critique ceux qui considèrent l’importation de mots étrangers comme une « tache » ou une « contamination », y voyant au contraire précision et désir de se comprendre entre peuples : il reproche ainsi aux Allemands de préférer forger fernsprechen plutôt que d’importer télégraphe (ce qui représente en même temps une attaque implicite du souci de l’étymologie). Dans les langues de l’Europe, affirme-t-il, (p. 330), il y a continuellement échange ; « le progrès sur un point devient le bien commun de tous ».

50Or, dans sa description du progrès général de l’esprit humain, le texte donne en même temps à lire des oppositions entre tel groupe de peuple et tel autre, entre tels hommes et tels autres. Comme si le progrès offrait dans sa marche des différenciations insurmontables, ce qui trouble à maintes reprises le cours de l’argumentation progressiste de l’auteur. Bréal n’échappe aux contradictions de Darmesteter qu’en butant sur d’autres contradictions plus profondes, et non évidentes, car elles se situent à l’intérieur d’un discours uni, et ne se décèlent que dans la liaison d’éléments épars à travers le texte qui en forment des points problématiques.

51L’esprit humain n’est pas, semble-t-il, également représenté dans toutes les langues du monde, le partage ne se faisant pas entre une langue et une autre, mais entre les langues indo-européennes et les autres. On a vu en effet que Bréal considérait comme souhaitable le mélange entre les langues de l’Europe. C’est que ce sont, comme le précise le texte, « nos langues ». Et nombre de ses arguments concernant les langues ne s’appliquent en fait qu’à celles-là. Bréal affirme en effet – en contradiction avec sa saisie globale du langage éducateur du genre humain – qu’il y a une « différence de degré dans la puissance éducative des langues répandues à la surface du globe ». Ce qu’il développe ainsi :

« S’approprier une langue formée à l’abstraction depuis des siècles, apprendre à manier avec sûreté une riche et délicate synonymie..., à enchaîner et subordonner ses pensées selon les règles d’une syntaxe rigoureuse... a un autre effet sur l’esprit que d’aligner des mots vagues et mal définis d’un idiome resté à l’état d’enfance » (p. 330)

52Face au groupe des langues européennes contemporaines, toutes les autres langues sont décriées à cause de leur complication et/ou de leur pauvreté. Ainsi le japonais ou le basque sont-ils rejetés dans les ténèbres des langues qui, contrairement aux nôtres, marquent de vaines distinctions, tandis que le chinois est considéré comme trop vague à cause des différentes possibilités d’interprétation qu’offre son système de phrases.

53Cet exemple, avec bien d’autres évocations des « idiomes peu avancés » et des « peuples non cultivés », montre que la culture européenne s’inscrit dans la dynamique du progrès humain comme la locomotive d’un train dont plusieurs wagons auraient déraillé ou ne seraient jamais partis. La sérénité dont Bréal fait preuve lorsqu’il traite du mélange entre langues européennes disparaît au profit d’un ethnocentrisme remarquable dès qu’il s’agit de confronter l’européen au japonais ou au pahouin. Le progrès général se fait donc ici support de l’affirmation de la supériorité de quelques-uns : il est assez extraordinaire de voir comment la substitution de l’évolution dans le progrès à l’intemporalité du langage calquée sur la logique amène entre autres conséquences le remplacement de l’affirmation de l’excellence de la langue française par un élargissement de cette excellence à toutes les langues de l’Europe, après qu’une première étape évolutionniste les eut considérées comme décadentes par rapport à leur origine.

54Le traitement de l’évolution du français contient également des points contradictoires : ainsi le passage du latin au français. Le glissement d’une langue à flexions à une langue analytique peut certes être considéré d’une manière cohérente comme une étape dans un processus général de progrès, le « crépuscule des désinences » constituant un « soulagement pour l’esprit » (p. 204) et la pensée se libérant de plus en plus de la forme. Mais l’auteur ne peut ranger le latin au nombre des langues restées à l’état d’enfance ni l’opposer aux langues de peuples cultivés. Il se contente donc de noter qu’on ne peut s’étonner de ce que les langues anciennes aient pu être populaires, à cause de leur « difficulté » (p. 247), et interprète le passage du latin aux langues romanes dans le cadre des lois qu’il a définies :

« L’intelligence populaire... fait disparaître la difficulté par voie d’analogie, d’unification, de suppression. Comme le peuple... est à la fois l’élève et le maître..., ce qu’il unifie, ce qu’il abroge, devient la règle de l’avenir » (p. 247).

55Ce qui s’accorde avec la saisie unitaire du peuple notée plus haut mais remet sans cesse en question le principe du progrès, dans le détail des analyses du passage d’une langue à l’autre : il est difficile pour Bréal de faire aller de pair, dans son argumentation, la tendance du peuple à la facilité et le mouvement de l’esprit humain s’élevant sans cesse vers plus de rigueur abstraite, et ce en partant non d’une langue primitive mais d’une langue de culture.

56Mais c’est dans les passages qui traitent de l’évolution du français entre le xviie et le xixe siècle que se rencontre un type de discours irréductible aux principes affirmés dans l’ouvrage et qui en constitue même une négation par affleurements. Bréal se montre en effet nostalgique de la langue classique, lorsqu’il considère le mouvement de la langue qui lui est contemporain comme une régression, un risque de décadence pour cette dernière. Or, contrairement à Darmesteter et à son opposition entre « révolutionnaire » et « conservateur », Bréal ne fait aucune place au purisme à l’intérieur de son système linguistique puisque ce dernier intègre la notion de progrès. Le purisme y intervient donc par la mise à jour de critères esthétiques et/ou normatifs, étrangers à ce système, voire en contradiction avec lui ; ainsi, le risque de voir disparaître la « pureté de la langue » est-il relié à la dégradation déplorée de valeurs telles que « clarté », « décence », « probité », mélange de beau et de bien sur lequel repose le trésor que constitue la littérature classique.

  • 15 Voir sur ce point S. Delesalle, M. N. Gary-Prieur, A, Nicolas, « La Règle et le Monstre », in Théor (...)

57C’est pourquoi, si Bréal rejoint Darmesteter dans le rejet des innovations de l’écriture littéraire de son temps, il s’exprime sur un autre mode : Darmesteter déplore que la force révolutionnaire qu’il a définie comme populaire ait dorénavant gagné la littérature. Alors que Bréal, dans sa critique, doit sortir de son système : dans la production écrite de son temps, les règles sémantiques qu’il a élaborées sont parfaitement appliquées, trop parfaitement peut-être, sans souci de la dimension étrangère mais puissante, qui est celle de l’ordre et de la beauté de la langue. Même si les innovations auxquelles il s’attaque sont des néologismes de forme, et non des néologismes de sens, base pour lui de la dynamique de la langue, ce n’est pas pour des raisons linguistiques qu’il condamne des inventions telles que « les ferraillements de verroterie », « les célestes attentivités », etc... Elles ne rompent pas en effet avec les règles de la langue : elles obéissent au contraire à la loi fondamentale de l’analogie ; mais elles sont contraires à ce qu’il appelle le « génie de la langue » (p. 264). Cette « prose bizarre du dix-neuvième siècle », qui « déguise sous des substantifs abstraits les choses les plus ordinaires de la vie » doit être rejetée, parce qu’elle ne respecte pas la tradition littéraire d’une nation et la nécessité (p. 271) de « garder le contact avec les ancêtres ». Ce rejet signifie plus largement que toutes les potentialités dues à l’action de l’analogie n’ont pas à être réalisées, et que toutes les réalisations ne sont pas admises. Complexe de règle et de norme qui se séparera dans les théorisations du vingtième siècle en grammaticalité et acceptabilité15.

58Le principe de progrès est donc miné par le purisme. Cette atteinte en implique une autre : celle de la conception du langage comme « éducateur du genre humain », et qui repose sur la saisie unitaire d’une collectivité dans laquelle s’implique l’auteur le peuple étant « élève et maître ». L’affirmation d’une évolution à partir de la langue classique qui serait progression sur un plan et régression sur un autre s’accompagne d’une remise en question de cette unité ; une partition se dessine, entre le peuple, masse indistincte dont l’auteur se coupe, et les « maîtres » que constituent les écrivains et les grammairiens.

59Lorsque Bréal écrit en effet (p. 272) que le patrimoine de la langue française s’est constitué « après des siècles de recherches et d’efforts », il s’agit des recherches et des efforts non pas de l’intelligence inconsciente et collective du peuple, « élève et maître », mais au contraire des écrivains et grammairiens travaillant à la « pureté de la langue ». Ce n’est donc pas « la langue française in abstracto » qui est à louer, mais :

« l’effort des écrivains depuis trois siècles pour proportionner la liberté de notre syntaxe aux ressources d’expression dont la langue dispose » (p. 221).

60Les grammairiens, « conscients de la durée de leur œuvre », étaient épris d’ordre et de règle « sans être logiciens à outrance ; le « génie de la langue » les guidait, et il est heureux pour la langue française qu’il y ait eu des esprits de cette trempe » (p. 276). Or, au xixe siècle, déplore Bréal, les maîtres ont disparu. Fini l’effort des « écrivains et grammairiens français, de Ménage à d’Olivet, dont la linguistique moderne est trop disposée à nier ou condamner l’influence » (p. 272). Les écrivains ne remplissent plus leur mission vis-à-vis de la langue, puisque non contents de suivre les règles sémantiques comme tout un chacun, ils en abusent, se livrant sans frein à des innovations qui dégradent la langue en accélérant son évolution. Bréal regrette explicitement que les écrivains du xixe siècle ne jouent pas le rôle qui devait être le leur, c’est-à-dire celui de guides éclairés :

« Ceux qui sous prétexte de progrès, ou par imitation des littératures étrangères, veulent aujourd’hui s’affranchir de ces anciennes règles (celles de la langue classique) devraient d’abord donner à notre langue les moyens de s’en passer » (p. 221).

61Citation particulièrement éclairante par rapport aux contradictions que recèle le livre : y sont mentionnés, pour être condamnés, le progrès et l’imitation de l’étranger, alors que dans d’autres passages ces éléments sont précisément considérés comme nécessaires et positifs.

62Quant aux grammairiens, ils ont été remplacés par les linguistes, qui n’ont par définition aucun souci de norme ou d’esthétique et sont dénoncés justement en tant qu’ils ne « repoussent rien » plus intéressés qu’ils sont souvent par des patois, des langues sans écriture, que par les langues littéraires. Et dans cette perspective, le peuple n’est plus « l’inventeur du langage » : L’ « inventeur », écrit Bréal (en citant Noreen pour l’approuver), c’est :

« l’écrivain, le philosophe, le poète... Nous sommes la foule, qui habillons notre pensée du vêtement créé par eux... Il nous faut nous résigner à n’être que des écoliers, et ce n’est pas aux écoliers à commander » (p. 277).

63Le langage n’est plus « l’éducateur du genre humain » : une poignée d’hommes, de « têtes bien faites », doit au contraire régler son évolution en éduquant les autres hommes.

64Le discours du livre a donc deux faces, qui ne se situent pas au même plan ; une affirmation générale, celle de la construction par tous de la langue en devenir, dans une dynamique ouverte, irrépressible et souhaitable, y est contredite par des notations qui soulignent la nécessité de la soumission du peuple à ses guides éclairés, et marquent de surcroît la peur de l’auteur en face de toute aliénation du patrimoine national, ou son souci d’éléments tels que :

« Maintien de la prononciation,... correction grammaticale,... propriété des termes (qui) font partie du respect que nous devons à nos aïeux et de la dette que nous contractons envers nos enfants » (p. 325).

65Pour comprendre cette tension perpétuelle à l’intérieur du livre, on doit y considérer le rapport qu’il explicite entre l’objet-langue et l’évolution de la société.

66Bréal voit dans la société du xviie siècle une société « éprise de ses rangs » et « policée » sous-tendant l’organisation du langage de ce temps ; les lois sémantiques peuvent donc jouer sans abus à l’intérieur de ce réseau formé de maîtres et d’élèves du même monde : écrivains-grammairiens-public. Monde fermé où chacun joue son rôle, application particulière du principe de l’élaboration collective du langage à ce microsystème où les innovations ne peuvent être dangereuses. « Nous avons peine, écrit-il, à nous figurer aujourd’hui un public allant au devant des interdictions » (p. 213). Si la mise en œuvre des lois sémantiques peut être néfaste à la fin du xixe siècle, c’est précisément parce que le « public », qui représente une part infime des Français du xviie siècle est désormais remplacé par le « peuple », dont l’intrusion fait que « l’œuvre de collaboration » qu’est le langage devient une dérive générale : Bréal attribue clairement la modification trop rapide de la langue (p. 105) « au mélange des classes, aux luttes d’intérêts, d’opinions, à la fureur des partis, à la diversité des aspirations et des goûts ». Personne n’étant plus à sa place, le langage n’est plus gardé ni guidé.

67Exemples des liens qu’il établit sans cesse entre langage et évolution sociale : sa déploration de la tendance contemporaine à salir ou discréditer des « mots jadis nobles » ; il regrette ainsi la modification – due selon lui au développement de l’industrie –, du sens du mot « bourgeois », qui après avoir été un terme respecté est employé « avec une nuance de dédain ». Ou encore l’affirmation que si l’anglais est devenu une langue beaucoup plus analytique que le français, c’est que les classes supérieures ont délaissé leur propre langue au profit du français : l’évolution accélérée qu’a connue l’anglais vient donc selon lui de ce qu’on l’a « abandonné aux classes populaires ». Enfin, sa condamnation de la turbulence et du désordre du système de société que la France connaît à la fin du xixe siècle. L’abus des néologismes de formes invoqué plus haut est clairement relié (p. 269) « aux luttes haineuses de la tribune et du journalisme, aux exagérations du drame et du feuilleton » ; l’auteur s’en prend ici au système de la démocratie parlementaire et à l’extension de la littérature, dans un nivellement par le bas, à toutes les classes de la société.

68Il y a donc chez Bréal un rejet de l’évolution sociale de son temps ; mais ce rejet ne peut être ouvert comme il l’est chez Darmesteter, puisque l’Essai de Sémantique affirme globalement le progrès. C’est pourquoi on trouve dans ce livre soit une juxtaposition de chapitres étrangers les uns aux autres, ou bien au contraire des points d’ambiguïtés à l’intérieur d’un même chapitre, qui rendent le texte opaque derrière son apparente clarté. En particulier, les emplois polysémiques de termes récurrents tels peuple ou nous, constituent une sorte de sable mouvant sur lequel s’édifie l’argumentation.

69On a noté plus haut des exemples dans lesquels un nous englobe l’auteur dans le peuple entier. Mais d’autres passages sont plus équivoques, tel celui-ci (p. 233) :

« Le langage étant l’œuvre du peuple, il faut, pour le comprendre, dépouiller le logicien et se faire peuple avec lui »,

70qui joue sur les deux extensions de peuple : « ensemble des français non professionnels de la logique » – « classes populaires ». Ou encore ces lignes, déjà citées en partie et qui traitent de l’analogie :

« règle non formulée que l’homme s’efforce de deviner, que nous voyons les enfants tâcher de découvrir ; en la supposant le peuple la crée. L’idée que le langage obéit à des lois fixes est profondément imprimée dans l’esprit du peuple... chez l’homme du peuple, tout manquement à ce qu’il suppose la règle provoque soit le rire soit le mépris » (p. 73).

71Il semble que soient là résumées toutes les ambiguïtés de la référence de Bréal à des sujets parlants : on y trouve à la fois, en effet, peuple dans son sens le plus général, en même temps qu’un glissement vers peuple dans son sens restreint, d’abord subtil par esprit du peuple, puis plus net par homme du peuple. Et un « nous » qui au lieu d’être intégré dans le peuple le regarde et signale l’appartenance du locuteur au groupe des observateurs du langage.

72Appartenance qui peut être questionnée de deux côtés : tout d’abord, la compréhension de la classe de ceux qui regardent le peuple. Elle semble en effet englober non seulement les professionnels du langage mais toute l’élite intellectuelle et sociale du pays, en tant que spectateurs. A travers le livre, spectacle et spectateurs sont employés fréquemment et renvoient toujours à la jouissance de la contemplation du peuple ; ainsi, p. 279 :

« Les changements survenus dans le sens des mots sont l’ouvrage du peuple, et comme partout où l’intelligence populaire est en jeu, il ne faut pas s’attendre à une grande profondeur de réflexion, mais à des intuitions, des associations d’idées, quelquefois imprévues et bizarres, mais toujours aisées à suivre. C’est donc à un spectacle curieux et attachant que nous convie cette histoire ».

73Ou encore, p. 248, cette interrogation, à propos de l’intelligence humaine passée à l’état d’instinct : « à qui n’est-il pas arrivé d’admirer les tours imprévus de la langue populaire ? »

74Seconde interrogation : le rôle des observateurs du langage s’il s’agit de professionnels, à savoir le partage en eux du normatif et du scientifique : une fois posées les règles du langage, jusqu’où faut-il constater leur application ? A partir de quel moment faut-il freiner leur action ? Faut-il observer le processus qui conduit les « erreurs » du peuple à devenir des « vérités », ou faut-il l’empêcher ?

75Bréal a là-dessus des opinions qui varient selon les passages du livre ou sont ambiguës : si le peuple invente des formes nouvelles, elles sont fautives ; il faut donc (rôle de l’école) lui apprendre à utiliser les formes en usage jusque-là. Et si le peuple a produit ce faisant une régularisation ? Il est donc, dans son action, en accord avec les règles linguistiques. Mais, écrit Bréal, (p. 73), le linguiste est « conservateur par métier » (en fait, par idéologie). Il n’est donc pas favorable à la régularisation (il devrait l’être, justement, par métier), dans la mesure où les écrivains ayant constitué un trésor littéraire, ce dernier doit être conservé vivant, et donc rester en usage. La boucle est donc bouclée : il faut à la fois observer les règles avec bonheur, tout en luttant contre leurs effets, avec goût et efficacité. Ce qui suppose l’appartenance à une classe précise : l’élite d’une nation, seule capable d’éviter la transformation trop accélérée des formes qu’entraînerait une parfaite obéissance aux lois sémantiques. Et ce qui suppose également que le linguiste ne cesse d’être grammairien et ne perde pas de vue le cadre à l’intérieur duquel doivent opérer les lois qu’il pose. Mais ces deux points sont souvent effacés dans les formulations de l’auteur. Lorsqu’il écrit par exemple, à propos de formes telles que prendu : « la facilité avec laquelle nous limitons et suspendons l’action de l’analogie montre bien qu’ici encore tout soupçon de contrainte serait chimérique », le nous englobe prétendûment le peuple entier.

76Bref, l’analyse que fait Bréal de la situation socio-linguistique de son temps, avec, en contrepoint, sa nostalgie de l’époque classique, est un révélateur des problèmes que recouvrent ses principes progressistes : au lieu du « public » du xviie siècle, il y a le peuple, constitué en masse d’acteurs, que les écrivains suivent dans ses excès, devant des linguistes-spectateurs sont sans réactions. Comment concilier cette peur en face de l’évolution de la société avec l’affirmation d’un progrès général de l’esprit humain, et ce repli élitiste avec celle du travail d’une intelligence inconsciente et collective ?

  • 16 En particulier dans un ouvrage fondamental : Quelques mots sur l’instruction publique en France, 18 (...)

77C’est impossible, sauf par une projection sur l’avenir qu’opère Bréal d’une manière générale dans l’Essai de Sémantique et précise dans ses ouvrages de pédagogie16 : grâce à l’instruction de tous, le jeu qui se joue trop vite et d’une manière trop complexe au xixe siècle, entre des linguistes laxistes, un peuple qu’on entend et qui lit de plus en plus et des écrivains sans scrupules peut devenir à nouveau un jeu réglé entre écrivains, grammairiens et public, les trois étant en accord : dans un système d’échange où les acteurs du spectacle soient en même temps les spectateurs.

78Bréal rêve donc d’un monde qui dépasserait celui dont il a peur tout en l’approuvant : celui du suffrage universel et de l’ouverture des frontières. Avec, comme moyen d’action, son espoir et son désir de pédagogue. En face du déferlement populaire, la scolarisation, c’est-à-dire l’acquisition de la norme et du goût en même temps que du savoir, peut amener le peuple entier à l’état d’élite, constituer une population unie de maîtres-élèves et permettre d’éviter aussi bien les luttes parlementaires, – le problème de représentation se réglant par l’extension à tous de la maîtrise de l’expression, – que « les exagérations du drame et du feuilleton », car la bonne littérature serait à la portée de tous.

79Ce livre marque une étape importante dans l’avènement de la linguistique moderne : il reprend la notion de signe dans un trajet où se dessine déjà la structure, et élabore un traitement scientifique du sens qui annonce les analyses saussuriennes. Mais celles-ci seront libérées, par l’abstraction nécessaire de la langue à partir de la parole, des conflits idéologiques que connaît Bréal dans son souci de prendre en compte le discours et le progrès de son devenir. Conflits qu’avive sa saisie de la langue contemporaine, et que sa vision unificatrice l’empêche de régler, comme le fait Darmesteter, par un recours aux grammairiens pour faire régner l’ordre entre des forces conservatrices et des forces révolutionnaires. Leur solution ne saurait être que future ; elle passe par la sensibilisation du peuple à la norme et l’esthétique, sous la conduite d’écrivains et linguistes, dans une harmonie scientifique qu’une confrontation avec les analyses de R. de Gourmont permet de mieux apprécier et questionner.

80Avec l’Esthétique de la langue française, tout s’inverse : il ne s’agit plus en effet d’un travail d’ordre scientifique mais d’une œuvre de puriste, proclamée comme telle, et inspirée par ce que l’auteur nomme « un sentiment esthétique assez violent ». Mais ces études, comme le note Gourmont dans sa préface, « s’appuient constamment sur la philologie romane et sur la linguistique générale » (p. 8) ; et on y trouve de nombreuses références aux travaux de Darmesteter et de Bréal.

81Ce recours aux acquis de la linguistique s’inscrit dans un accord global au sujet du terrain à explorer : l’évolution de la langue ; mais il s’accompagne d’un renversement d’objet : la linguistique est ici au service de la description et de la défense de la beauté du français dans sa pureté. Ce renversement d’objet implique une unification de regard et un décentrement de domaine ; en effet, les linguistes ont des préoccupations d’ordre esthétique adjacentes à leur travail, qu’elles lui soient plus ou moins parallèles ou contraires, et qui portent sur la langue littéraire, opposée à la langue populaire. Alors que Gourmont fait de la langue du peuple le domaine central de ses analyses esthétiques. Souci de la pureté du français dans son évolution, affirmation de la beauté de la langue populaire : la liaison de ces deux points a une originalité dont nous verrons le coût, après les avoir rapportés l’un et l’autre aux positions des sémanticiens lorsqu’ils rencontrent Gourmont sur son terrain d’élection : la langue de son temps.

82Sur ce terrain, Gourmont se bat : ses analyses ne se font descriptions que pour ajouter à l’efficacité de la lutte. Son étude de la relation du français aux autres langues se fonde sur un nationalisme farouche : il s’agit de défendre la langue en face des facteurs externes qui pourraient la troubler ; car une « langue reste belle tant qu’elle reste pure » (p. 147). Seul le latin trouve grâce aux yeux de l’auteur, parce que le français en est issu. Il doit être le « chien de garde » (p. 85) de la langue, qu’il faut nourrir et caresser parce qu’il la protège contre l’invasion de mots venus de langues étrangères. Mais il ne faut pas pour autant être esclave de l’origine latine du français. Gourmont affirme même que si notre langue s’était affranchie davantage du latin, elle serait devenue beaucoup plus monosyllabique et analytique, et aurait de ce fait, « un caractère très original, très pur », montrant par là son assimilation, dans une réutilisation centrée sur l’esthétique, des principes récents de la linguistique. Il faut donc avoir recours uniquement au latin lorsqu’on veut inventer des mots ; mais :

« Il ne faut demander au latin, grenier légitime de la langue française, que des mots réellement utiles et que nos propres ressources linguistiques ont été impuissantes à imaginer » (p. 141).

83Toutes les relations aux autres langues sont considérées comme source de méfaits. Refus des emprunts, sauf s’il s’agit de termes déjà assimilés par la langue populaire au point d’en devenir des mots français. Le grec ancien est plus particulièrement visé, en tant que langue à laquelle le français a recours pour former la plupart de ses mots scientifiques. Refus des importations de racines grecques, qu’il considère comme des avatars du pédantisme ; avec une fureur particulière contre le vocabulaire de l’histoire naturelle et la nomenclature de Linné, remplie de termes qui « affichent un mépris complet pour la langue populaire et raisonnable, tels choeropotamos, ou hyperdolichocéphale » (p. 46).

« Quelques-uns de ces mots, écrit-il, sont d’une laideur neutre et bête, les autres sont hideux, à dégoûter de la science, et de toute science » (p. 54).

  • 17 Emile Deschanel Les déformations de la langue française Paris, C. Lévy 1898.

84Gourmont, en accord avec la conception du signe qui est celle de Darmesteter ou de Bréal, affirme (p. 25), que « le nom n’a pas pour fonction de définir la chose, mais d’en éveiller seulement l’image », et il en conclut que « le souci des fabricateurs de tant d’inutiles mots gréco-français apparaît infiniment ridicule ». Ridicule dans la mesure où le mot inventé prétend porter dans sa forme sa propre définition alors que les mots prennent souvent par l’usage un sens contraire à leur étymologie17.

85Quant aux mots grecs déjà passés dans le vocabulaire français, il propose qu’on les francise le plus possible, à la manière du parler populaire qui avait transformé, par exemple, phtisie en tisie, et asthme en asme avant que les étymologistes ne les « redressent ». Ainsi le vocabulaire scientifique gréco-français aurait-il pu devenir français « si l’on avait laissé au peuple le soin de l’amollir et de le vaincre » (p. 66). En fait, derrière la condamnation d’un vocabulaire scientifique spécifique et le souci d’améliorer la beauté de la langue en changeant kilo en quilot et style en stile, on voit poindre un refus de l’intrusion du vocabulaire scientifique en tant que tel dans le langage courant. Le souci de la préservation de la pureté de ce dernier étant peut-être bien mêlé d’un refus de l’extension de la science auprès de l’ensemble des Français ; refus qui correspond au risque d’un « dégoût de la science » et à la liaison entre « populaire » et « raisonnable » que l’on trouvait dans le passage cité plus haut, et que corrobore l’insistance avec laquelle le texte souligne l’utilité d’apprendre aux enfants des termes de métier plutôt que des racines grecques.

  • 18 Voir sur ce point la pénétrante étude de R. L. Wagner dans l’édition de 1955 (Mercure de France) de (...)

86Pas d’emprunts non plus aux langues vivantes étrangères sauf aux langues romanes en tant qu’elles sont d’origine latine ; à condition toutefois que les mots empruntés à ces langues soient « naturalisés ». Tous les emprunts à l’anglais sont condamnés, comme l’est le fait que « l’allemand vulgaire (soit) devenu un patois franco-allemand » (p. 103) à cause de l’abondance des mots français qu’il renferme18. Une langue doit « digérer » tous les mots étrangers dont elle a éventuellement besoin : et Gourmont s’émerveille devant la création de mots français nés dans le peuple à partir de la déformation spontanée et inconsciente de termes anglais. « Grâce à l’heureuse ignorance d’un jardinier, écrit-il (p. 104), j’ai vu naître un mot : c’est voir naître une fleur ». Il s’agit de lirlie qu’il transcrit à partir de sa seule existence orale dans la locution lirlie rose, déformation de early rose, qui désigne une race de pomme de terre. Tous les mots d’emprunt doivent donc être écrits comme le ferait « un paysan ou un ouvrier » (p. 105). Le langage populaire fait en effet « d’instinct » ce que le snobisme lié à ce qu’il nomme la « niaiserie internationale » se refuse à faire. D’une manière prémonitoire, l’auteur s’insurge contre la menace de la suprématie de l’anglais et l’avènement du « patois européen » qui en découlerait.

87A ces raisons d’ordre esthétique, il ajoute des arguments politiques. Il faut refuser le mélange des langues parce que « les peuples bilingues sont presque toujours des peuples inférieurs », (p. 90) ; si un peuple apprend la langue des autres pays, plus personne n’apprend la sienne. Faisant écho aux notations apeurées de Darmesteter sur le « péril pour l’intelligence » que constituerait une interpénétration des langues de l’Europe, Gourmont considère le caractère polyglotte d’une nation comme une forme de suicide linguistique, bientôt suivi d’un suicide intellectuel. Avec, derrière cette attitude défensive, la nostalgie du règne sans partage de la langue française :

« Il suffira sans doute que l’on proscrive à l’avenir tout mot grec, tout mot anglais, toute syllabe étrangère à l’idiome pour que, convaincu par la nécessité, le français retrouve sa virilité, son orgueil, et même son insolence » (p. 120).

88Pour ce faire, il faut agir dès l’école. Gourmont, s’opposant en cela à Bréal, refuse toute extension de l’enseignement des langues vivantes ; il veut au contraire le voir réserver à une élite, dans la mesure où la connaissance des langues étrangères lui paraît souhaitable uniquement pour un « homme intelligent et averti » qui, seul,

« peut savoir plusieurs langues sans avoir la tentation d’entremêler leurs vocabulaires. C’est au contraire la joie du vulgaire de se vautrer dans une demi-science, et le penchant des inattentifs d’exprimer leurs idées avec le premier mot qui surgit à leurs lèvres » (p. 89).

89Cette distinction d’une élite par rapport à la masse s’opère ici sur un plan intellectuel ; en fait, il y a naturellement coïncidence entre classe sociale et qualité intellectuelle, comme on peut le voir à propos de l’enseignement du latin dont Gourmont souhaite au contraire le renforcement dans un sens qui correspond aux acquis récents de la philologie :

« Ou bien l’enseignement du latin sera maintenu et même fortifié par l’étude des textes de la seconde et de la troisième latinité, ou bien notre langue deviendra un sabir formé en proportions inégales de français, de grec, d’allemand, d’anglais, et de toutes sortes d’autres langues selon leur importance, leur utilité ou leur popularité » (p. 86).

90Cet approfondissement ne signifie en effet en aucun cas une extension à d’autres couches de la population, comme le montre ce passage :

« Les commerçants connaissent le goût du peuple pour les mots savants, en prononçant des bribes de patois grec ou latin, la commère se rengorge et la femme du monde sourit, pleine de satisfaction... Tel industriel trafique orgueilleusement d’huiles qu’il dénomme « engines-autos » et « moto-naphta ». Voilà les résultats de l’instruction vulgarisée sans goût » (p. 37).

91Passage significatif selon lequel le peuple ne doit jouir que du latin d’église et qu’en complète un autre, dans lequel se manifeste un véritable délire obsidional en face des bouleversements menaçants de l’enseignement secondaire :

« Si à dix ans de latin, on substituait dans les collèges dix ans d’anglais et d’allemand ; si ces deux langues devenaient familières et aux lettrés de ce temps-là, et aux fonctionnaires et aux commerçants ; si par l’utilité retirée d’abord de ces études, nous étions parvenus à l’état de peuple bilingue ou trilingue ; si encore nous faisions participer les femmes, et – pourquoi pas ? – les paysans et les ouvriers à ces bienfaits linguistiques, la France s’apercevrait un jour que ce qu’il y a de plus inutile en France c’est le français. Cependant chacune des quatre régions frontières ayant choisi de penser dans la langue du peuple voisin, peut-être resterait-il vers le Centre aux environs de Guéret ou de Châteauroux, quelques familles farouches où se conserveraient à l’état de patois les mots les plus usuels de Victor Hugo » (p. 87).

92Réprobation du règne de l’utilité, réunion dans un même rejet des commerçants, industriels, paysans et ouvriers, ironie contre les femmes qui transcende les classes sociales, référence du « nous » non au peuple dans son entier mais précisément à ceux qui détiennent savoir et pouvoir et décident ou non de l’octroyer à d’autres, tout cela révèle le désir de protéger la langue française par une citadelle d’ignorance, et signifie, sur le plan des institutions, une prise de position de l’auteur dans le débat provoqué autour des années 90 par la création des sections modernes dans les lycées. Même si l’enseignement secondaire ne concerne à cette époque qu’une quantité infime d’enfants et de jeunes gens, Gourmont refuse de voir accéder à cet enseignement, par le biais des sections modernes, des élèves issus de catégories sociales nouvelles : celles des industriels, commerçants, fonctionnaires, et il affirme la nécessité de garder intacte une caste savante unie par le latin.

  • 19 Les relations de ces différents projets se révèlent dans le livre fondamental de J. C. Milner : L’A (...)

93Sur l’évolution interne du français, de la « langue maternelle » –, on verra à quel point cette expression fait sens pour lui –, Gourmont a une position claire : exaltation de la langue populaire et rejet de tout ce qui peut entraver la pureté de son évolution. Il fait par là écho aux regrets de Darmesteter au sujet de la perte des mots populaires « de bonne marque », mais, alors que chez ce dernier il ne s’agissait que de notations éparses et en contradiction avec sa peur des forces révolutionnaires, il en fait un système. Quant à son rapport à Bréal, il doit être considéré d’un peu près, car le texte offre à la fois une radicalisation des positions théoriques de ce dernier et une opposition complète à son point de vue sur les problèmes d’enseignement. Ce qui permet de cerner mieux les attitudes respectives des deux auteurs face à la science et au purisme19.

94Gourmont donne une pleine cohérence aux règles sémantiques en acceptant toutes leurs implications, alors que Bréal, on s’en souvient, regrette, devant l’évolution de la langue de son temps, que le peuple n’ait plus de guides. Toutes les évolutions, si accélérées soient-elles, sont acceptées, pourvu qu’elles viennent du peuple. Ce purisme populiste s’inspire constamment des principes de Bréal ; ainsi les glissements de sens d’un mot à l’autre (par exemple, le glissement de émérite « retraité », à « habile, compétent », lorsque retraité eut remplacé émérite dans son premier sens) sont justifiés par des considérations qui viennent directement de l’Essai de sémantique :

« Les mots ne sont en eux-mêmes que des sons indifférents, rudes ou amènes ; ils n’ont qu’une valeur esthétique ; ils sont aptes à se charger de toutes les significations qu’on voudra bien leur imposer. Nous sommes habitués à lier certains sons à certains sens et à croire qu’il y a entre eux un rapport nécessaire... » (p. 135).

95Le refus de l’étymologie et la reconnaissance du travail du sens, que l’on retrouve ici s’applique donc, en une adhésion sans réserves, aux transformations contemporaines.

96Or, en suivant les positions linguistiques de Bréal, l’auteur s’oppose par là même à ses considérations d’ordre normatif ou esthétique. Le texte les critique d’ailleurs, mais indirectement, comme si Gourmont ne voulait retenir dans l’Essai de Sémantique que la cohérence de ses principes. Il concentre son attaque sur un livre d’Emile Deschanel, Les déformations de la langue française, qui consiste en une série de remarques déploratrices au sujet du laxisme linguistique de la fin du siècle, remarques qui s’appuient sur des passages de l’ouvrage de Bréal dans lesquels ce dernier contredit les lois qu’il a lui-même posées. A ces remarques, Gourmont oppose une attitude de permissivité qui rejoint celle de Bréal lorsqu’il énonce ses lois, affirmant que « le peuple a toujours raison », que le rêve de Deschanel, c’est l’immobilité et qu’il décide du bien et du mal selon son bon plaisir. Acceptant les néologismes de forme, et s’opposant à la condamnation par l’auteur de la création de termes tels que gosse, ensoleillé ou désuet (p. 117), il voit dans ces innovations des exemples d’obéissance aux « lois qui ont guidé la création du français ». Affirmant qu’il préfère écoper à télescoper, il résume ainsi son point de vue :

« J’ai voulu montrer que la déformation n’est pas du tout chaotique, que le mauvais français du peuple est toujours du français, et parfois du meilleur français que celui des grammairiens » (p. 184).

97Phrase importante car elle contient, en même temps qu’une affirmation que ne désavouerait pas Bréal (celle du caractère systématique de l’innovation populaire) une autre qu’il rejetterait à cause de sa prise en compte de la norme et du rôle de guides du bon français qu’il attribue aux grammairiens.

98Autrement dit, là où Bréal relie norme à esthétique, en face d’une dynamique populaire qu’il faut contrôler, Gourmont fait disparaître la norme : ne reste plus que l’esthétique, qui appartient à la langue du peuple. Mais quel peuple ? Le mot « peuple » présente dans son livre une ambiguïté très forte. Dans certains passages, il réfère en effet à une attitude et non à un groupe particulier. C’est même la définition qu’en donne l’auteur dans une note :

« Par peuple en linguistique, il faut entendre sans distinction de classe ou de caste... l’ensemble du public tel que livré à lui-même et usant de la parole sans réflexion analytique » (p. 30).

99Mais, le plus souvent, ce terme renvoie à un groupe, défini selon deux partitions différentes. Exemple de la première : après avoir ramené la déformation à un acte créateur, Gourmont affirme que

« L’homme spontané, peuple ou poète, a d’autres goûts que les grammairiens, et (qu’) en fait de langage il use de tous les moyens pour atteindre à l’indispensable, à l’inconnu, à l’expression non encore proférée, au mot vierge... celui qui ne peut créer, partage à demi, en imitant le créateur, les joies de la création » (p. 131).

100Dans cette opposition des créateurs-imitateurs aux grammairiens se signale la coupure entre norme et esthétique. Alors que pour Bréal les écrivains doivent s’allier aux grammairiens, Gourmont isole ces derniers.

101Le seconde partition est celle qui sous-tend les emplois les plus fréquents du livre. Peuple renvoie à « classes populaires » ; c’est en ce sens que Gourmont écrit : « le peuple a raison lorsqu’il dit Mairerie et non Mairie ». Les grammairiens ne sont qu’un reste indéterminé mais distingué, que Gourmont nomme souvent « aristocratie », constitué d’une élite non pas pédante mais cultivée. D’un côté, donc, une masse « ingénieuse » parce qu’ « ignorante » (p. 17), faite d’hommes du peuple dont le « cerveau impressionnable » est comparé à celui d’un enfant, et qui transforme la langue ; de l’autre, une élite qui sait, par nature et par culture, et non par science, apprécier les productions populaires ; et d’où l’auteur voudrait que se dégage (p. 116) une « Académie de la Beauté verbale », qui serait « indulgente pour les déformations spontanées, œuvre de l’ignorance sans doute, mais d’une ignorance heureuse et instinctive », et qui « admettrait avec joie les innovations du parler populaire ». Ne restent ici face à face que les classes populaires et les esthètes.

102Le peuple est donc défini par l’absence de réflexion analytique, ou par la mise à l’écart du normatif, ou encore son effacement. Gourmont lui-même se glisse dans le jeu de ces trois acceptions, par une utilisation hétéroclite du nous : on a vu plus haut en effet un nous renvoyer aux détenteurs du savoir. En voici un autre qui englobe au contraire fallacieusement l’auteur dans la classe populaire :

« Nous disons statue par politesse et par peur ; pour ne pas contrarier nos maîtres et pour ne pas déchoir dans l’estime de nos contemporains. Mais dès que la politesse ou la peur n’ont plus de prise sur nous, nous disons estatue avec délices... » (p.50).

103Place équivoque d’un homme qui veut parler au nom du peuple mais parle du peuple au nom d’une élite.

104Ces glissements des acceptions de peuple marquent une obsession : celle du rejet de la norme, derrière lequel on peut voir la peur de la science : si les grammairiens sont mis à l’écart ou disparaissent, ce n’est peut-être pas parce qu’ils jugent mal, mais parce qu’ils en savent trop et veulent répandre leur savoir. Peur que corrobore l’attitude de l’auteur face à l’évolution de la société et singulièrement des institutions scolaires. Contrairement à Bréal qui, dans sa foi en la science et son désir d’esthétique a une nostalgie de la langue classique dans la mesure même où il admet la transformation du peuple, Gourmont, dans sa foi en l’esthétique et sa méfiance vis-à-vis de la science, applaudit à la transformation de la langue à condition qu’elle soit faite par un peuple immuable, c’est-à-dire ignorant. Ce serait là le prix de la pureté de l’évolution linguistique.

105On se souvient que Bréal voit dans la science un moyen d’intégrer le peuple, grâce à l’instruction, dans une alliance qui l’unirait aux écrivains et aux linguistes. Gourmont, au contraire, souhaite la confrontation de deux catégories opposées : peuple et aristocratie, ce qui renvoie à son désir d’un retour à la société classique telle qu’il la voit : le peuple comme force inventive dont l’aristocratie apprécie et trie les productions, sans intermédiaires gênants et avant que l’industrie et le suffrage universel n’aient abîmé le peuple par l’instruction.

106La beauté de la langue est en effet fonction de la pureté du peuple, c’est-à-dire de son ignorance :

« Un peuple qui ne connaît que sa propre langue (nous retrouvons ici le refus de l’apprentissage des langues étrangères) et qui l’apprend de sa mère et non des tristes pédagogues, ne peut pas la déformer, si on donne à ce mot un sens péjoratif. Il est porté constamment à la rendre différente ; il ne peut la rendre mauvaise » (p. 132).

107Entre l’époque classique et la fin du dix-neuvième siècle, l’école a fait sortir la science du cercle où elle aurait dû rester enfermée : le peuple perd, dès lors, avec sa pureté, son pouvoir d’invention langagière :

« En même temps que les enfants apprennent dans les prisons scolaires ce que la vie seule leur enseignait autrefois et mieux, ils perdent sous la peur de la grammaire cette liberté d’esprit qui faisait une part si agréable à la fantaisie de l’évolution verbale » (p. 133).

108Si le terme « agréable » fait écho au « spectateur » de Bréal, admirateur des trouvailles populaires, les deux auteurs réservent au peuple un traitement opposé : ici, le peuple doit être isolé afin de rester inventif. S’il est contaminé par l’école, il devient ce que l’auteur nomme « le vulgaire ». La division de l’époque classique : peuple/aristocratie, qui ne comporte pas chez Gourmont de jugement de valeur, se transpose alors au plan intellectuel, et devient l’opposition : vulgaire/aristocratie (de l’esprit), avec cette fois une dépréciation de la foule. La vulgarisation scientifique mène donc à la vulgarisation du peuple, dans un renversement de la position de Du Marsais, pour qui le vulgaire représentait au contraire l’ensemble de ceux qui ne pouvaient avoir aucun accès au savoir. Reprenant le concept de « demi-science » que l’on trouve à travers les textes de la fin du xixe siècle, Gourmont affirme qu’ « une langue est toujours pauvre pour les demi-savants » (p. 47). C’est pourquoi il lutte contre l’accès de tous à la science, et avant tout contre l’instruction obligatoire, qui entraîne chez le peuple la maîtrise de l’écrit, lui faisant perdre son originalité orale.

109L’apprentissage de la lecture et de l’écriture représente donc pour lui un grave danger et il dénonce sans cesse l’abrutissement du peuple par l’école. Il se gausse de la « science des instituteurs primaires » (p. 132) et – toujours dans une perspective antiscientifique –, s’insurge contre « le rôle, vraiment odieux, du maître hâtivement fabriqué par les méthodes artificielles de l’Université ». Les conséquences de l’instruction obligatoire sur la langue sont pour lui des corruptions, car les innovations populaires en matière de sens et de forme ne peuvent être approuvées (par une autorité mystérieusement investie du droit de juger avec goût), que si elles viennent de l’inconscience et de l’instinct. Gourmont déplore ainsi des détériorations dans la prononciation du français, qui sont dues au travail des « tristes pédagogues », l’accès à l’écrit entraînant une uniformisation de la langue à travers le pays.

N’est-elle pas très curieuse, cette civilisation qui fait enseigner le français à un enfant de l’Ile-de-France par un paysan auvergnat ou provençal bardé de diplômes ? On entend à Paris des gens ornés de gants et peut-être de rubans violets dire sette sous, cinque francs : le malheureux sait l’orthographe hélas ! et il le prouve » (p. 137).

110En fait, Gourmont refuse ici les mélanges, quels qu’ils soient, entre provinces comme entre classes sociales. C’est bien d’ailleurs ce qu’exprime la formule : « paysan auvergnat bardé de diplômes » ; la science ne doit pas servir de laisser-passer. Le paradoxe est qu’il en arrive par là à faire cela même qu’il reprochait à Deschanel : un catalogue d’interdictions. La prononciation qu’il rejette est en effet celle qui était en train de s’imposer et qui a prévalu par la suite : très peu de gens prononcent actuellement Sɛ sous, Sε͂̃ francs, ce qui était la prononciation courante dans la région parisienne au xixe siècle. Mais là encore, cette position fixiste rentre dans le cadre général de son refus de toute innovation populaire entachée d’un lien quelconque avec l’écrit. Ce même refus sous-tend également les jugements qu’il porte dans les deux domaines qu’il veut voir évoluer séparément : la langue parlée par le peuple, d’un côté, et de l’autre, les productions littéraires.

111Le peuple et la langue parlée : à partir du moment où intervient l’école, le peuple apeuré et brimé ne peut plus modifier son langage sans se sentir fautif :

« L’homme du peuple... se réfugie dans l’argot et c’est là qu’il donne libre cours à son besoin de mots nouveaux, de sens pittoresques, d’innovations syntaxiques. L’instruction obligatoire a fait du français, dans les bas-fonds de Paris, une langue morte, une langue de parade que le peuple ne parle jamais et qu’il finira par ne plus comprendre ; il aime l’argot qu’il a appris tout seul, en liberté ; il hait le français qui n’est plus pour lui que la langue de ses maîtres et de ses oppresseurs » (p. 133).

112Il précise plus loin qu’il ne faut pas « mépriser absolument » l’argot, dans la mesure où il représente la forme que prend la dynamique de la transformation populaire lorsqu’elle est empêchée par l’école de s’exprimer librement. Le raisonnement de Gourmont est spécieux, puisqu’il présente le peuple comme étant, jusqu’à l’instauration de l’instruction obligatoire, libre et responsable de l’évolution du français ; comme si l’aristocratie n’avait pas eu à sa manière un rôle de maître et d’oppresseur et comme si elle ne considérait pas, par le truchement des écrivains et grammairiens, que l’évolution de la langue était son affaire. Ceci dit, la question soulevée ici, c’est-à-dire le rapport entre la norme enseignée à l’école et le langage ordinaire est une véritable question, et qui n’est pas résolue. Mais on ne peut la résoudre, comme le fait l’auteur, en se référant à un prétendu âge d’or.

113Son analyse du repli dans l’argot amène Gourmont, en corollaire, à une attitude positive, opposée à celle de Bréal, en face des trouvailles de l’écriture littéraire de son temps. Les néologismes de forme de cette écriture trouvent grâce à ses yeux, bien qu’ils n’aient rien de populaire, parce que le peuple ne sait plus transformer la langue. Les facultés inventives du peuple ayant disparu en même temps que son inconscience, il n’y a plus lieu de modérer ou de canaliser ses innovations (ce qui était le rôle de l’aristocratie (sociale)) ; en revanche, l’aristocratie (intellectuelle) doit prendre le relais du peuple et devenir elle-même le moteur d’une nouvelle dynamique de la langue. Comme l’écrit clairement l’auteur :

« La tendance à l’immobilité ou les ondulations rétrogrades d’un langage rendent parfois nécessaire une intervention directrice dans un sens opposé, et l’aristocratie intellectuelle au lieu de restreindre la part du nouveau dans la langue, doit au contraire souffler au peuple abruti par les écoles primaires les innovations verbales qu’il est désormais inapte à imaginer » (p. 132).

114Les attitudes respectives de Bréal et de Gourmont en face des néologismes de forme de la langue contemporaine sont donc apparemment paradoxales : Bréal condamnant le mouvement alors qu’il se situe dans une perspective générale de progrès et Gourmont approuvant des inventions qui ne sont pas populaires. Mais ces deux attitudes s’expliquent à un autre niveau, comme des réactions opposées en face des bouleversements sociaux et institutionnels du temps qui provoquent chez eux un malaise commun. Malaise qui se décèle par leur identité de vue à propos d’un seul point : le phénomène d’extension de la lecture à toutes les classes de la société. On se souvient, en effet, des jugements dépréciatifs de Bréal sur les feuilletons, la basse littérature et les excès du parlementarisme. Même réaction chez Gourmont, qui évoque « les écorcheurs du journalisme et de la basse littérature », et relie médiocrité des livres et forme de société : « Dans certains tomes modernes offerts aux loisirs démocratiques, écrit-il (p. 304), rien qui émerge au-dessus de la platitude ». Il raille les feuilletons, « issus d’un cerveau anonyme », et remplis des clichés qu’il dénonce dans les journaux et le langage des députés, qualifiés par lui de « malheureux, dévorés par le verbalisme ».

115Les réactions de Bréal et Gourmont diffèrent cependant sur un point : Bréal, on l’a vu, relie l’extension de la basse littérature au laxisme de la littérature d’avant-garde et veut redresser le tout au moyen de l’enseignement, à tous les niveaux ; Gourmont, au contraire, approuve les innovations avant-gardistes en tant qu’elles lui paraissent une réaction aristocratique, et les coupe du reste des productions écrites contre lesquelles il s’insurge ; en relevant des exemples de clichés qui ne sont pas indifférents : Quel jour se passe, s’indigne-t-il, sans qu’on flétrisse ces patrons inhumains « qui s’engraissent de la sueur du peuple » (p. 333) Comme n’est pas indifférente l’extension de sa fureur au domaine scolaire, lorsqu’il s’en prend aux livres de lecture pour enfants, et à « la basse littérature morale et utilitaire dont on souille leurs cerveaux tendres et impressionnables ».

116Ce refus commun de la « basse littérature » révèle chez les deux auteurs un malaise qui les rapproche mais prend dans chaque livre des poids différents. Des positions qui sont secondaires chez Bréal : nostalgie passéiste et effroi devant l’indistinction croissante des classes, se retrouvent chez Gourmont avec le statut de principe central. Bréal rêve d’une unification du pays par la science et ne regrette le passé que pour faire évoluer le présent dans un sens qui soit meilleur à ses yeux, c’est-à-dire au sens propre plus démocratique. Alors que Gourmont souligne les différences de classe, refusant à la science tout rôle conciliateur. Il y a là de sa part une certaine lucidité sociolinguistique, qui s’accompagne, comme on l’a noté, d’une juste prévision de la suprématie de l’anglais sur les autres langues, mais qui n’entraîne dans son livre que des solutions désespérées de type protectionniste : fermeture des frontières, refus de l’instruction, parcage du peuple dans un lieu aseptisé où il pourrait continuer sa dynamique inconsciente sous les yeux de mentors bienveillants et éclairés... Solutions qui tendent : à l’intérieur du pays, vers la démagogie, le peuple étant flatté s’il reste dans son rôle afin qu’on puisse jouir de la contemplation de sa pureté, et vers une revendication de supériorité raciale, lorsque sont évoquées à propos de la confrontation entre les langues : « les langues viriles, maniées par de solides intelligences ».

117Le lien entre linguistique et purisme prend donc des formes différentes dans chaque livre : pour Darmesteter, il y a lutte ouverte entre norme et science, d’une manière intemporelle et sans intervention de paramètres strictement esthétiques. Chez Bréal, norme et esthétique s’allient en direction du passé, face à la vision progressiste qui est celle de la recherche. Dans l’ouvrage de Gourmont, la norme est rejetée au profit de la seule dimension esthétique ; c’est là cependant qu’elle est la plus forte, cachée derrière la beauté. Au nom d’une abstraction aimée : la langue française, il refuse l’évolution des hommes qui la font, rejoint Darmesteter sur la menace des dangers extérieurs, et utilise les vues de Bréal sur la dynamique incessante du progrès pour isoler – au lieu d’unir – et recréer une nouvelle norme fondée sur l’esthétique.

  • 20 Ceci peut s’interpréter comme un exemple précis et complexe des systèmes de rapports de forces qu’a (...)
  • 21 Jules Lemaître : « Opinions à répandre : contre l’enseignement classique » in Le Figaro 25. 2. 1898 (...)

118Ces trois ouvrages sont importants, par leur propre prise en compte de la littérature, de l’oral, du sens et des rapports de la langue et de la société. La linguistique et l’enseignement du français retrouvent sans cesse les problèmes qu’ils posent. Mais par l’entrecroisement de leurs discours sur l’évolution de la langue de leur temps, leurs auteurs révèlent dans cette fin du xixe siècle l’impact de l’extension de la scolarisation sur la langue et la littérature, en apportant des réponses parallèles ou opposées au même problème : celui de l’avènement, troublant pour ces intellectuels, et quelles que soient leurs positions théoriques, du peuple sachant lire et écrire ; avènement qu’ils vivent comme une menace pour la distinction de leur propre statut20. Pour éviter le péril de la demi-science, on peut choisir de former au mieux les maîtres, ou de les supprimer ; on peut parier sur l’extension du monde des savants ou sur le dégagement d’une aristocratie rénovée. Mais un même recul se marque face à la montée du « règne définitif de l’industrie, du commerce et de l’argent » (p. 89)21 chez ces auteurs en qui se joue un conflit dont une partie seulement des données est patente ; ils étudient chacun à leur manière les transformations de leur langue sans en pouvoir saisir tous les enjeux, impliqués qu’ils sont dans les transformations qu’ils ont eux-mêmes à subir.

Notas

1 A. Darmesteter La vie des mots étudiée dans leur signification Paris, Delagrave 1887.

2 M. Bréal Essai de Sémantique (science des significations) Paris, Hachette 1897.

3 R. de Gourmont L’Esthétique de la langue française Paris, Mercure de France 1899.

4 Exception faite, bien entendu, des analyses de Condillac, d’ailleurs reprises, comme on le verra, dans les travaux des sémanticiens. Cf. Condillac, Grammaire, I, L’Analyse du discours, in Corpus général des philosophes français, T. XXXII, vol. I, P.U.F, Paris.

5 A. de Chevallet, Origine et formation de la langue française Paris, JB Dumoulin 1853-1856.

6 A. Brachet, Grammaire historique de la langue française Paris, Hetzel, 1868.

7 in Schleicher : La théorie de Darwin et la science du langage Weimar, 1863, p. 7.

8 Ibid, p. 4.

9 Max Müller, La Science du langage, Paris, Durand et Lauviel 1867 (traduction d’un cours donné à Londres en 1861).

10 Cette direction est déjà celle de Littré. Cf. Histoire de la langue française Paris, Didier, 1863. Introd, p. IX :
« Les langues ont des événements, ces événements en font l’histoire, et ils se lient de toutes les façons au développement social, politique, littéraire, des peuples ».

11 Du Marsais, article Construction de l’Encyclopédie, Œuvres complètes de Du Marsais T.V., p. 38. La construction usuelle est celle
« où l’on suit la manière ordinaire de parler des honnêtes gens dont on parle la langue... j’entends les personnes que la condition, la fortune ou le mérite élèvent au-dessus du vulgaire, et qui ont l’esprit cultivé par la lecture, la réflexion, et par le commerce avec d’autres personnes qui ont ces mêmes avantages ».

12 D’après les travaux de J. Austin, repris en France par O. Ducrot.

13 Cf. la grammaire générative transformationnelle, élaborée à partir des travaux de N. Chomsky.

14 On voit par là que l’opposition entre Homonymie et Polysémie est différente dans l’Essai de Sémantique de celle que nous connaissons actuellement : ce n’est pas la force du lien entre les sens d’un mot (ou de deux mots identiques) qui entre en ligne de compte, mais le type de processus en jeu.

15 Voir sur ce point S. Delesalle, M. N. Gary-Prieur, A, Nicolas, « La Règle et le Monstre », in Théories linguistiques et traditions grammaticales, P.U.L. 1980.

16 En particulier dans un ouvrage fondamental : Quelques mots sur l’instruction publique en France, 1872. Pour une étude des positions pédagogiques de Bréal, cf. S. Delesalle : Bréal : philologie, instruction et pouvoir, in Langages Larousse n° 45.

17 Emile Deschanel Les déformations de la langue française Paris, C. Lévy 1898.

18 Voir sur ce point la pénétrante étude de R. L. Wagner dans l’édition de 1955 (Mercure de France) de l’Esthétique de la langue française.

19 Les relations de ces différents projets se révèlent dans le livre fondamental de J. C. Milner : L’Amour de la langue, qui analyse l’intrication de la recherche linguistique, de l’école et du purisme. (Le Seuil) 1978.

20 Ceci peut s’interpréter comme un exemple précis et complexe des systèmes de rapports de forces qu’analyse P. Bourdieu avec des conflits dans les représentations idéologiques de la langue et la répartition des rôles et stratégies entre les différentes autorités : écrivains, grammairiens, professeurs, Cf. tout particulièrement, Le fétichisme de la langue et l’illusion du communisme linguistique, in Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Juillet 1975

21 Jules Lemaître : « Opinions à répandre : contre l’enseignement classique » in Le Figaro 25. 2. 1898. Cité par Gourmont, o.c. p. 89.

© CNRS Éditions, 1999

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540