Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la langue française 1880-1914

 | 
Gérald Antoine
, 
Robert Martin

Chapitre II. Variétés et diffusion du français

Le Français au Québec

Marcel Juneau

Texte intégral

1Le moment n’est sans doute pas encore venu d’élaborer une histoire de la langue française au Québec. Certes dans la dernière décennie la recherche linguistique québécoise a déployé de sérieux efforts pour rattraper le temps perdu, mais trop de chantiers restent encore à ouvrir avant que l’on puisse présenter une vue d’ensemble de l’évolution de l’idiome laurentien. D’où la difficulté d’esquisser une description articulée de la situation linguistique d’une période donnée ; pour l’heure le chercheur en est réduit à ne poser que des jalons. Cela dit, la période qui se situe à la charnière des xixe et xxe siècles paraît une étape importante et, à maints égards, difficile de l’histoire du français au pays.

  • 1 Pour plus de détails sur ces questions d’ordre historique, voir J. Hamelin (1974, 2.5), La Dimensio (...)

2Sur le plan institutionnel, la langue française a acquis péniblement depuis le milieu du xixe siècle le statut de langue officielle. Mais, par une ironie du sort, les choses vont dès lors en se détériorant à plusieurs points de vue. Entre 1850 et 1930 près d’un million de Québécois émigrent vers les petites villes de la Nouvelle-Angleterre, séduits par la prospérité de leurs voisins du Sud. Les saignées sont terribles durant la période qui nous intéresse. C’est vers ces années également que le territoire québécois devient un véritable réservoir de matières premières convoité et spolié par les intérêts anglo-saxons. « A la fin du xixe siècle, constate l’historien Jean Hamelin, le Québec est déjà économiquement une colonie américaine ». D’autre part, l’industrialisation de la province se développe, notamment dans le domaine du textile, de la chaussure et de l’alimentation (là encore en étant soumise avant tout aux capitaux extérieurs). L’industrialisation a comme conséquence évidente l’urbanisation, mais une urbanisation malsaine, qui engendre une détérioration de la qualité de vie des couches modestes de la société québécoise ; celles-ci ont à œuvrer dans un milieu qui leur est étranger et même hostile. A la jonction des xixe et xxe siècles, le pourcentage des citadins ne cesse d’augmenter : ils forment 40 % de la population en 1901, 50 % en 1915 (75 % en 1961). Quant à l’autre part de la population, celle des campagnes, elle continue de vivre refermée sur elle-même une vie à peu près sans histoire1. Les événements de ce temps ont laissé des empreintes profondes sur la langue elle-même. Avec l’historien Hamelin, on peut affirmer que c’est à cette époque que naît cet hybride de français et d’anglais caractéristique de certains secteurs des parlers urbains (plus spécialement montréalais), hybride que plus tard, au seuil de la Révolution Tranquille, André Laurendeau et le Frère Untel baptiseront du nom assez peu heureux de « joual ».

  • 2 Bulletin du parler français au Canada, publié par la Société du Parler français au Canada, Québec, (...)
  • 3 Potier (Père Pierre-Philippe), Façons de parler proverbiales, triviales, figurées, etc. des Canadie (...)

3C’est pourtant au cours de cette période d’adversité – et peut-être, dans une large part, à cause même de cette adversité – que s’amorce de manière sérieuse la prospection de nos parlers. En fait, ce n’est qu’à compter de la fin du xixe siècle que commence à prendre forme le corpus métalinguistique québécois, plus spécialement en ce qui concerne le lexique. En 1880 paraît le glossaire d’O. Dunn (1976, 2.5), en 1894 celui de S. Clapin (1974, 2.5), et en 1909 celui de N.-E. Dionne (1974, 2.5) ; même s’ils sont caractérisés par de l’amateurisme et pour l’essentiel par des préoccupations d’ordre différentiel et surtout prescriptif, ces répertoires successifs de régionalismes rendent toujours de précieux services au chercheur ; ils sont du niveau des dictionnaires patois que produisait alors la France. D’autre part, à l’aube du xxe siècle, naît sous les auspices de l’Université Laval la Société du Parler français au Canada dont le Bulletin paraît de 1902 à 19182. C’est dans le Bulletin que sont publiées les deux premières pièces du corpus lexicographique québécois, soit les Façons de parler... du Père P.-Ph. Potier (1743-58) et la Néologie canadienne de J. Viger (vers 1810)3 ; c’est également dans le Bulletin que paraît d’abord une partie substantielle des matériaux qui seront réunis en 1930 dans le Glossaire du parler français au Canada (1968, 2.5). Pendant la même période, quelques chercheurs américains (A.M. Elliott, J. Squair, A.F. Chamberlain, J. Geddes...), rompus aux exigences de la dialectologie et de la philologie romanes, tentent eux aussi de mettre en relief la spécificité de l’idiome québécois ; leurs travaux, toujours utiles à la recherche, n’ont cependant guère eu d’influence à l’époque.

4Cette accumulation de données – si l’on excepte celles recueillies par les spécialistes américains – et la situation sociale difficile décrite plus haut sont à coup sûr les facteurs qui ont le plus contribué à susciter chez les élites d’alors un certain nombre d’interrogations sur leur parler : sur les dangers qui le menacent, sur ses points forts et sur l’attitude que devraient adopter les francophones pour assurer leur épanouissement, sinon leur survie linguistique.

  • 4 Tardivel (Jules-Paul), L’anglicisme voilà l’ennemi, Québec, Imprimerie du « Canadien », 1880, 29 pp (...)

5L’ennemi le plus redoutable et le plus redouté du parler québécois est alors sans contredit l’anglicisme ; il est dénoncé avec virulence. Il se manifeste avant tout dans les milieux urbains, y compris chez les classes dites instruites. En effet, à Montréal, à Québec, etc., l’anglicisme s’insinue non seulement dans la langue des gens d’affaires et de métier ainsi que des ouvriers, mais aussi dans celle des avocats, des parlementaires, des journalistes, etc. ; la traduction a une influence désastreuse sur la langue de la presse. On pourchasse en particulier l’anglicisme sémantique. Individuelle au xixe siècle, la résistance s’organise au début du xxe. Le premier congrès de la langue française au Canada en 1912 est une affirmation du « fait français » au sein d’une Amérique anglophone. Dans cette lutte contre les assauts répétés de la langue voisine, deux noms émergent : celui de J.-P. Tardivel qui fait paraître en 1880 un opuscule intitulé L’anglicisme voilà l’ennemi (l’auteur revient à la charge en 1901 dans La Langue française au Canada), et celui du pamphlétaire A. Buies qui publie en 1888 Anglicismes et Canadianismes4. L’un et l’autre apportent maints exemples de l’anglicisation massive, pendant cette période, des milieux ci-dessus décrits ; les dépouillements systématiques actuellement en cours au Trésor de la Langue française du Québec (T.L.F.Q.) confirment la justesse de leur diagnostic. Voici, tiré de l’opuscule de Tardivel (pp. 8-9), un exemple – qui ne paraît pas donner vraiment dans la caricature – d’une intervention d’un élu du peuple au « Salon de la race » :

M. L’Orateur, quoi qu’en dise l’honorable membre pour ***, j’ai le plancher de la Chambre. Je ne veux pas donner un vote silencieux sur la mesure que le gouvernement vient d’introduire en chambre. Je ne puis pas supporter cette mesure, je l’opposerai de toutes mes forces et je suis satisfait que je pourrai démontrer à la satisfaction de cette honorable chambre que cette mesure ne doit pas passer. En étudiant les statistiques on se convaincra que cette mesure a été introduite pour promouvoir des intérêts sectionnels et que les intérêts généraux y sont ignorés. J’objecte à ce qu’on législate en faveur du petit nombre et que l’on adopte des lois qu’il faut rappeler au bout d’un an. Je vois sur les ordres du jour d’autres mesures non moins mauvaises que la partisannerie [sic] seule a pu dicter. Nous sommes responsables à nos constituants, et il ne faut pas se mettre en contravention avec les grandes lois de la moralité publique.

6L’analyse de ce texte par Tardivel n’a rien perdu de sa pertinence et nous y renvoyons le lecteur (pp. 9-13).

7Un autre danger non moins grand menace la langue québécoise, qui est le manque de culture d’une portion non négligeable de l’ « élite ». On ne lit pas, chez nombre de personnes dites instruites, les maîtres de la pensée et de la langue ; on se cantonne dans l’à peu près quand ce n’est dans le médiocre et le futile. Au niveau de la langue écrite, notamment celle de la presse, les impropriétés de termes et les fautes contre la syntaxe (et la logique) sont monnaie courante :

On dirait que nous ne sommes pas faits, raille A. Buies, pour parler le langage exact, pour employer les expressions propres. Aussi il faut voir jusqu’où va l’impropriété des termes de nos publications quotidiennes ! Les trois quarts du temps on est obligé de deviner ce que l’écrivain veut dire, et quand on l’a deviné, reste encore la douleur de voir infliger de pareilles tortures à notre bonne... langue française... (Anglicismes et canadianismes, p. 75).

8Si la langue des classes supérieures de la société québécoise laisse beaucoup à désirer, en revanche celle des milieux populaires ruraux est demeurée saine, l’anglais n’ayant guère eu de prise sur elle. Certains francs-tireurs de l’époque, tel J.-P. Tardivel, en avaient pris conscience et faisaient nettement la distinction entre les deux niveaux. C’est à partir de la fin du xixe siècle que l’on amorce véritablement la recherche consacrée aux origines des traits spécifiques du québécois. Très rapidement, bien qu’avec des données plus que fragmentaires et avec les ressources de l’amateur, on en vient à la conclusion, toujours vraie, que les caractéristiques du québécois des campagnes sont essentiellement de souche gallo-romane ; seul le lexique présente une part importante d’innovations autochtones. Ce sera la thèse que défendra toujours la Société du Parler français. D’autre part, on note déjà que le québécois, qui n’est pas un patois mais un français régional fortement marqué, offre une relative uniformité.

9Il y a quelques années l’auteur de ces lignes a publié une édition, accompagnée d’une étude de la langue, d’un récit folklorique de quelque treize minutes recueilli en 1954 par le folkloriste Luc Lacourcière (du Centre d’Études sur la Langue, les Arts et les Traditions populaires, Université Laval). Il a pour titre : La Jument qui crotte de l’argent. Conte populaire recueilli aux Grandes-Bergeronnes (Québec) (1976, 2.5). Le témoin était une vieille femme analphabète née en 1876 et n’ayant pour ainsi dire jamais quitté son village. Il est donc permis de penser que, pour l’essentiel, elle parlait la langue québécoise rurale de la fin du xixe siècle. Voici les principales conclusions de cette étude (qui ne sont pas sans rappeler certaines déjà entrevues au tournant des xixe et xxe siècles) : 1) Les particularismes phonétiques sont, de tous les particularismes du français québécois rural, sans nul doute les plus nombreux et les plus importants ; ils concourent le plus à déconcerter l’interlocuteur francophone qui n’est pas du pays ; mais les divergences syntaxiques contribuent, elles aussi, à côté d’évidentes divergences lexicales, à éloigner sensiblement le québécois du français dit général. 2) Dans le récit du témoin, on a pu observer un va-et-vient constant et apparemment arbitraire entre le québécois et le français général. 3) Sauf dans le domaine du lexique où les innovations québécoises sont assez fréquentes, pratiquement toutes les caractéristiques de la langue du conte sont d’origine gallo-romane ; il s’agit avant tout d’archaïsmes, mais on note aussi un bon nombre de dialectalismes du Nord-Ouest, de l’Ouest et du Centre ; l’anglicisme est pour ainsi dire inexistant : trois mots en tout !... On trouvera en annexe un court extrait de l’ethnotexte en question.

10A la majorité de ceux qui s’interrogeaient sur la situation linguistique du Québec entre la fin du xixe siècle et la première grande guerre, quelques conclusions s’imposaient d’emblée.

111) Les Québécois doivent apprendre de leur mieux, notamment au niveau scolaire, le français dit général, celui que dicte la norme. Mais parallèlement ils ont à conserver leur langue populaire rurale qui est en soi une richesse et dont l’existence est tout ce qu’il y a de plus naturel. On revendique déjà le droit de créer des mots et celui de recourir à la langue populaire dans les œuvres littéraires ; certains écrivains ne s’étaient d’ailleurs pas privés d’utiliser celle-ci, tel L. Fréchette dont voici un passage extrait d’une nouvelle intitulée Tom Caribou :

On a beau pas invictimer les saints, et pi escandaliser le bon Dieu à cœur de jour, comme Tom Caribou, on passe pas six mois dans le bois et pi six mois sus les cages [trains de bois flottants] par année sans être un petit brin slack sus la religion.

Mais y a toujours des imites [limites] pour être des pas grand’chose, pas vrais ! Malgré qu’on n’attrape pas des crampes aux mâchoires à ronger les balustres, et qu’on fasse pas la partie de brisque tous les soirs avec le bedeau, on aime toujours à se rappeler, c’pas, qu’un Canayen a d’autre chose que l’âme d’un chien dans le moule de sa bougrine [manteau], su vot’respèque. (L. Fréchette, Contes I., La Noël au Canada, Montréal, Nénuphar, 1974, p. 149 [1re éd. 1900]).

122) Il faut se garder, dans le travail d’épuration de la langue, d’en arriver à la mépriser, ce qui serait à n’en pas douter une plus grande calamité que l’anglicisme et l’impropriété de termes.

  • 5 La prospection des parlers français hors Québec est à peine commencée, si l’on excepte l’utile ouvr (...)

133) La langue doit être la clef de voûte de la société québécoise. Les termes langue, religion, foi, tradition, patrie et nation relèvent à l’époque d’un même champ lexical5.

Exemple de récit folklorique

– Belle jument, crotte-moi de l’argent ! Belle jument, crotte-moi de l’argent ! Elle arrive, bang, une grosse bouse qui arrive dans... dans le plat. Ah, bien croire, hein c’était...
c’était pas un... Ils lui avaient... ils lui avaient changé son... sa jument... ils lui avaient ôté sa belle
jument qui crotte de l’argent, puis ils lui avaient mis une vieille jument qui... Mais à peine qu’elle
marchait ! Ah, il pleurait, ah, le jeune homme pleurait. Puis ça fait que sa mère... sa...
La plus vieille le poigne, puis elle lui sacre une volée, puis elle le jette dehors.
– Tiens, elle dit, va-t-en dehors, elle dit.
Toujours il part, puis il s’en va. Il monte la côte, puis il prend le chemin, puis il s’en va retrouver son habitant. Il arrive sus l’habitant tout en pleurant :
– Mais dis-moi donc, il dit, mon petit garçon, ce que tu as fait là ?
– Bien, il dit... il dit... ce que vous voulez ? Il dit... j’ai couché, il dit, dans mon voyage.
– Tiens, et où est-ce que tu as couché ?
– Il dit, j’ai couché sus [= chez]... un vieux bonhomme, puis une vieille bonne femme, puis, il dit, j’ai
couché là. Puis, il dit, il y avait une vieille jument, il dit, elle ressemblait à la mienne.
Il dit, sais
pas s’ils m’ont changé ma jument, il dit... j’ai arrivé, il dit, elle crottait plus d’argent ... elle
crottait plus rien que de la merde.
– Bien, il dit, c’est épouvantable, t’es fait jouer un tour. Il dit, c’est lui qui l’a gardée ta jument. Il dit, espère un peu. Il dit, tiens, il dit, tu vas encore passer le... une année avec moi, puis, il dit, je te paierai comme il faut.
– Bien, il dit, c’est bien.
Toujours qu’il passe l’année avec lui encore. Ah, bien croire, le petit garçon était content.

14* Extrait de M. Juneau, La jument qui crotte de l’argent. Conte populaire recueilli aux Grandes-Bergeronnes (Québec). Edition et étude linguistique, pp. 26-27.

Annexe

La jument qui crotte de l’argent*

La jument qui crotte de l’argent*

Notes

1 Pour plus de détails sur ces questions d’ordre historique, voir J. Hamelin (1974, 2.5), La Dimension historique du problème linguistique, pp. 1-29.

2 Bulletin du parler français au Canada, publié par la Société du Parler français au Canada, Québec, Edouard Marcotte puis l’Action sociale limitée, 1902-1918.

3 Potier (Père Pierre-Philippe), Façons de parler proverbiales, triviales, figurées, etc. des Canadiens au xviiie siècle, dans Bulletin du parler français au Canada, 1904-05, t. III, pp. 213-220, 252-255, 291-293 ; 1905-06, t. IV, pp. 29-30, 63-65, 103-104, 146-149, 224-226, 264-267. Viger (Jacques), Néologie canadienne [vers 1810], dans Bulletin du parler français au Canada, 1909-10, t. VIII, pp. 101-103, 141-144, 183-186, 234-236, 259-263, 295-298, 339-342.

4 Tardivel (Jules-Paul), L’anglicisme voilà l’ennemi, Québec, Imprimerie du « Canadien », 1880, 29 pp. Tardivel (Jules-Paul), La Langue française au Canada, Montréal, Compagnie de publication de La Revue canadienne, 1901, XVII, 76 pp. Buies (Arthur), Anglicismes et Canadianismes, Québec, C. Darveau, 1888, 107 pp.

5 La prospection des parlers français hors Québec est à peine commencée, si l’on excepte l’utile ouvrage de G. Massignon, Les Parlers français d’Acadie, Paris, Klincksieck, 1962. D’autre part, tous ces parlers sont menacés. Pendant la période qui nous intéresse, le Canada anglais déclare véritablement la guerre aux minorités francophones du pays. Cette hostilité aboutira notamment à l’abolition par le Parlement du Manitoba, en 1890, de la loi qui faisait du français une langue officielle dans cette province.

Table des illustrations

Titre La jument qui crotte de l’argent*
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

Auteur

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540