Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Histoire de la langue française 1880-1914

 | 
Gérald Antoine
, 
Robert Martin

Chapitre II. Variétés et diffusion du français

Le français en Suisse Romande

Pierre Knecht

Full text

  • 1 Ce principe, qui n’a jamais été codifié juridiquement, porte depuis le début du xxe siècle le nom d (...)
  • 2 Article 109 : « Les trois langues principales de la Suisse, l’allemand, le français et l’italien, s (...)

1La période qui va de 1880 à 1914 ne correspond guère à un découpage significatif de l’histoire linguistique en Suisse romande. L’important processus de stabilisation démographique et institutionnelle de la langue française en Suisse, qui lui a permis d’échapper au sort habituel des langues minoritaires, s’était situé dans la première partie du xixe siècle. Le statut de la limite linguistique franco-allemande, qui ne s’était plus beaucoup modifiée depuis le xviiie siècle, avait même gagné en légitimité grâce au consensus tacite sur le droit de chaque partie de la Suisse à conserver sa langue et sa culture1. Dans les cantons mixtes, la reconnaissance en droit de l’égalité des langues en présence avait considérablement progressé (les seules lacunes juridiques sérieuses subsistant dans le canton de Fribourg, mais au détriment de la minorité alémanique). Décisive sur cette voie avait été la pratique fédérale, constante depuis la République helvétique (1798-1803), d’admettre l’allemand, le français et l’italien comme langues officielles de fait, bien qu’il eût fallu attendre la Constitution fédérale de 1848 pour voir cette réalité consacrée par un texte2.

2En 1880, le français avait donc déjà fonctionné pendant près d’un siècle comme langue d’État helvétique, ce qui signifie que la version française du lexique institutionnel était à ce moment largement en place. Quant à la lutte pour la diffusion de la norme correcte en Suisse romande, la période s’ouvre également sous le signe de la continuité d’un effort qui remonte au début du siècle.

3Si rien ne justifie apparemment la césure de 1880, il est pourtant permis de situer à cette époque le début d’une discussion qui ira en s’accentuant jusqu’en 1914, mais dont le déroulement se trouvera profondément modifié par les événements européens. Il s’agit de la « question des langues », expression qui recouvre une longue polémique nationale autour de la conservation effective de l’équilibre entre les deux principales communautés linguistiques en Suisse.

4Parallèlement à ce débat, une autre discussion, interne à la Suisse romande, tente d’explorer les vertus et les vices d’un alignement total sur le français de France.

5Ces deux controverses résument bien l’intérêt passionné que l’élite romande portait au sort du français en Suisse entre 1880 et 1914. Le rappel des données réelles qui les ont nourries permettra, croyons-nous, de ne négliger aucun aspect essentiel de l’histoire du français pendant cette période. Sa problématique serait cependant restée exclusivement externe sans un troisième événement contemporain : le début des recherches méthodiquement organisées sur le français régional helvétique.

I) Statistiques linguistiques et limites des langues — Gains et pertes du français

  • 3 Cf. Rioux, Jean-Pierre, La révolution industrielle 1780-1880, Paris, Seuil, 1971, pp. 81, 94, 101.
  • 4 Pour les données qui vont suivre, cf. Müller, Hans-Peter (1977, 2.4), Die schweizerische Sprachenfr (...)

6En 1880, le niveau de développement industriel de la Suisse se situe au quatrième rang après le Royaume-Uni, la Belgique et les États-Unis, mais il est supérieur à celui de l’Allemagne et de la France. Pour certains indices comme le développement des chemins de fer ou la consommation de coton brut par habitant, la Suisse n’est dépassée que par le Royaume-Uni3. Pareille croissance n’aurait pas été possible sans une mobilité élevée de main-d’œuvre impliquant d’importantes migrations internes dans l’ensemble de l’espace économique de la Suisse. Or, si ces mouvements de population ont considérablement bouleversé la géographie confessionnelle, ils n’ont guère modifié l’intégrité territoriale des régions linguistiques. Pourtant, le recensement fédéral de 1880 fait précisément apparaître le pourcentage le plus élevé de population germanophone résidente jamais enregistré en Suisse romande4. Ainsi, dans le canton de Neuchâtel on dénombre 23,6 % et dans le Jura bernois 22,6 % d’habitants de langue maternelle allemande. Ces chiffres extrêmes baisseront par la suite et seront, en 1910, pour Neuchâtel 13 % et pour le Jura bernois 18 %. Le pourcentage total de la population germanophone résidente en Suisse romande passera quant à lui de 13,2 % à 11,5 % en 1910.

  • 5 Sur les écoles allemandes dans le Jura francophone, cf. ci-dessous.
  • 6 En 1903 par ex., il y a en Suisse romande 27 paroisses protestantes de langue allemande, ainsi répa (...)
  • 7 Ce sont surtout des artisans, des petits commerçants et des employés de petites entreprises ou de s (...)

7Cette réduction n’est pas due à un reflux des immigrants germanophones dans leur région d’origine, ni à une différence sensible de natalité, mais à l’assimilation linguistique forcée qui résulte de l’absence, en vertu du principe de territorialité, d’écoles officielles allemandes en Suisse romande. On constate que les principaux intéressés, les immigrants eux-mêmes, n’ont pas tenté de résister au sacrifice de leur langue maternelle en se cotisant par exemple pour financer des écoles privées de langue allemande5. Ceci aurait pu se faire en toute légalité, aucune loi n’interdisant à des associations privées de pratiquer une langue autre que celle de la région linguistique qui les héberge. Ainsi, l’établissement de nombreuses paroisses de langue allemande en Suisse romande6 n’a donné lieu à aucune difficulté. On peut dire que non seulement les immigrants germanophones ne s’opposaient guère à leur francisation et à celle de leurs enfants, mais que beaucoup l’acceptaient même comme fait positif. Il s’agissait en grande majorité d’une population de faible niveau socio-économique7, pour qui l’acquisition d’une langue à prestige culturel supérieur comme le français avait souvent valeur de promotion.

  • 8 Les principaux protagonistes sont Jakob Hunziker et Jakob Zimmerli (cf. surtout Bibl. 68 et 58/71/8 (...)

8Il n’est donc pas si paradoxal que la « question des langues » se développe d’abord en Suisse alémanique et non comme réaction de résistance d’une Suisse romande minoritaire en voie d’être débordée par des vagues germaniques. Ce sont les résultats linguistiques des recensements fédéraux qui provoquent un réflexe de défense dans certains milieux alémaniques8 où l’on ressent la francisation de nombreux compatriotes comme une perte pour la germanité. Les prétextes statistiques invoqués paraissent à vrai dire dérisoires : entre 1880 et 1888 les habitants de langue française en Suisse ont augmenté de 4,37 %, ceux de langue allemande de 2,57 %, ce qui provoque une modification du pourcentage français de 21,36 % à 21,74 %, alors que le pourcentage allemand décroît de 71,35 % à 71,31 %. Le recensement de 1900 a relevé une nouvelle augmentation de la population francophone de 0,3 %, tandis que la population germanophone décroît de 1,63 %.

9En revanche, certaines pertes de l’allemand sur la limite linguistique sont incontestables. Dans les quatre villes mixtes situées dans la zone limitrophe des langues, le français continue son avance, déjà amorcée précédemment. L’immigration romande à Bienne, qui s’était brusquement accrue après 1840 à la suite de la création de l’industrie horlogère, se poursuit et fait passer le pourcentage des francophones entre 1880 et 1910 de 22,1 % à 34,6 %. Sion, où les Alémaniques avaient déjà perdu la majorité vers le milieu du siècle, voit la proportion du français passer de 3/5 en 1880 à 3/4 en 1910. A Sierre, chef-lieu d’un district entièrement francophone, la majorité encore allemande à 2/3 en 1880 bascule avant 1900 au profit du français qui atteint les 2/3 en 1910. Dans la ville de Fribourg, où la discrimination de l’allemand avait considérablement affaibli sa position depuis le début du xixe siècle, les modifications statistiques en faveur du français sont tout à fait mineures entre 1880 et 1910. Plus significatif pour la suprématie du français paraît être le pourcentage des élèves fréquentant les écoles primaires allemandes, qui reste inférieur à celui des germanophones. Un certain nombre d’entre eux préfèrent en effet envoyer leurs enfants dans les écoles de langue française, le monolinguisme allemand ne favorisant guère la promotion socio-économique dans le canton.

  • 9 Cf. H.-P. Müller (1977, 2.4), p. 78.

10Dans la « question des langues », la situation du Jura, rattaché depuis 1815 au canton de Berne, fournit en revanche un sujet de préoccupation à la Suisse romande. Seule région francophone à être minoritaire dans un canton mixte, elle se voit aussi troublée dans son intégrité linguistique par l’existence, sur son territoire, d’anciennes minorités alémaniques non assimilées. Il s’agit pour la plupart de fermiers anabaptistes de l’Emmental immigrés depuis le xvie et surtout depuis le xviiie siècle et qui, devenus majoritaires par endroits, avaient fondé des écoles allemandes. Cet ancien courant migratoire de la partie ancienne du canton de Berne vers le Jura a maintenant repris avec l’industrialisation et multiplié d’importantes minorités alémaniques, surtout dans les districts de Courtelary, de Moutier et de Delémont. Mais le nombre d’écoles allemandes n’augmente pas dans la même proportion. Ainsi, en 1906, il n’y a dans la ville de Delémont que des écoles françaises, en dépit d’une minorité alémanique de 40 %9.

  • 10 Le point de vue romand, qui équivaut à demander le respect du principe de territorialité, a été for (...)

11En matière de droits linguistiques, les autorités bernoises ne peuvent se permettre la même désinvolture que Fribourg, où il existe depuis le moyen âge une identité fribourgeoise qui passe avant les différences linguistiques. Aussi ont-elles dans l’ensemble fait preuve de modération, en résistant aux pressions considérables des nationalistes bernois qui, arguant d’une tradition ancienne de bilinguisme dans le Jura, réclament la protection des écoles allemandes existantes et, si nécessaire, la création de nouvelles écoles pour empêcher la francisation des Bernois émigrés de l’ancien canton. Les Romands qui s’y opposent en invoquant le principe de territorialité sont soutenus par un gouvernement qui voit dans l’assimilation des germanophones le seul moyen d’éviter le danger d’un conflit linguistique sérieux10.

  • 11 Cf. H.-P. Müller (1977, 2.4), p. 71 sq.
  • 12 Cf. H.-P. Müller (1977, 2.4), p. 63 sq.

12Dans ce climat de susceptibilité accrue qui pèse sur les relations entre la Suisse allemande et la Suisse romande, les autorités fédérales sont également prises à partie. Les critiques portent moins sur l’application de l’égalité des langues au niveau des institutions politiques de la Confédération, que sur le non-respect du principe de territorialité par certaines administrations fédérales, dont les Chemins de Fer Fédéraux. Les Jurassiens notamment reprochent à la direction de l’arrondissement de Bâle, dont dépendent les lignes qui les desservent, la présence d’un nombre disproportionné de Suisses alémaniques dans les services de gare et dans les trains11. Cela est incontestable, mais il faut remarquer que l’annexionnisme linguistique de la centrale administrative agit en sens inverse dans le Valais alémanique, où la ligne du Simplon, qui dépend depuis sa nationalisation en 1903 de la direction de l’arrondissement de Lausanne, favorise l’emploi du français comme langue de service12.

  • 13 Les défenseurs de l’allemand à Zurich ou à Berne se plaignent constamment de la passivité des minor (...)

13Bien des interventions dans cette « question des langues » ont mis le doigt sur des injustices réelles. Si néanmoins elle n’a à aucun moment pu mettre en danger la cohésion nationale, c’est parce qu’on la ressentait davantage comme une querelle nourrie par l’idéologie nationaliste que comme conséquence de situations conflictuelles sur le terrain13.

II) La diffusion de la norme — Faut-il conserver une spécificité romande héritée de l’histoire ?

  • 14 En 1874, lorsque la nouvelle Constitution fédérale impose la scolarité obligatoire et gratuite, cel (...)

14La conquête, par le français, du domaine de la conversation familière au détriment du patois se poursuit tout au long du xixe siècle, sans que l’on puisse naturellement dater avec précision ni situer géographiquement son avance14. Entre la position de départ qui voit le français limité au rôle de langue écrite et donc de lecture, et son implantation dans tous les domaines de la communication verbale, on sait seulement que les villes précèdent les campagnes et les régions protestantes précèdent les régions catholiques. Il est donc impossible de fixer pour le début de notre période le niveau de diffusion du français parlé parmi la population résidente de Suisse romande. Il devait être très élevé, en tous cas bien supérieur au taux de perte du patois — la survivance de celui-ci n’impliquant pas nécessairement l’ignorance du français.

15À défaut d’une histoire de l’enseignement du français en Suisse romande au xixe siècle, qui manque encore, on peut suivre l’effort pédagogique entrepris au niveau de la publication des dictionnaires correctifs qui indiquent l’équivalent français des tournures provinciales.

  • 15 Cf. pour toute cette partie, Gauchat, Louis et Jeanjaquet, Jules (1920, 0.1), Bibliographie linguis (...)
  • 16 Cf. Bibl. 1948, 1951, 1952.
  • 17 Né en 1846, professeur de sociologie à l’Université de Genève de 1886 à 1921.
  • 18 Cf. Bibl. 1954.
  • 19 Glossaire vaudois, Lausanne, G. Bridel, 1861, p. 7.
  • 20 11e mille, 1897, p. 4.
  • 21 Cf. Bibl. 1957.

16Après la génération des Develey, Gaudy, Guillebert, Peter15 qui avaient créé la tradition dans le premier quart du siècle, après les riches recueils des années 60 de Callet, Grangier et Bonhôte16, tous inspirés par le très remarquable Glossaire genevois de Jean Humbert, paru en 1852, un personnage va dominer toute la période, non pas par la qualité de ses travaux, mais par l’extrémisme de ses positions : le Genevois Louis-Théodore Wuarin17 qui écrit sous le pseudonyme de W. Plud’hun. Il fait paraître en 1887 la première édition d’une brochure intituléeParlons français  ! qui sera six fois rééditée, revue et progressivement augmentée jusqu’en 1910, passant de 24 à 90 pages18. Ses prédécesseurs avaient appliqué une doctrine réaliste excluant tout académisme excessif, qui avait eu pour résultat un certain compromis entre le souci pédagogique et une description philologique généralement assez soignée (mais seul Humbert avait délibérément écarté toute préoccupation corrective). Callet avait souligné en 1861 qu’« on serait étonné de voir à quel petit nombre se réduisent les locutions réellement vicieuses dans notre pays19 », reconnaissant ainsi le poids de la continuité locale dans la spécificité du français vaudois. Ce respect des nuances disparaît avec Plud’hun dont les conceptions étroitement normatives en matière de langage marquent le début d’un purisme agressif et culpabilisant. Il cite Vinet : « Le respect de la langue est presque de la morale », il parle de « crainte que doit inspirer la contagion du mal » et surtout il avertit que « nombre de personnes qui avaient tout pour réussir n’ont dû leur insuccès qu’à leur ignorance du français de France20 ». Philologiquement, ses matériaux ne représentent aucune contribution originale ; quant à sa classification, introduite au fur et à mesure en une série principale valable pour Genève et des séries supplémentaires énumérant des « fribourgeoisismes », « neuchâteloisismes », « valaisanismes » et « vaudoisismes », elle ne repose sur aucune documentation sérieuse. Moins contestable, mais tout de même assez décevante est la seule autre cacologie qui appartienne à cette période, le Recueil des locutions vicieuses de Dupertuis destiné aux écoles vaudoises, qui marque, par rapport à l’ouvrage de Callet, un recul certain21.

17La baisse du niveau de la vulgarisation lexicologique est certainement liée à sa récupération par la répression scolaire et son discours sommaire. D’autres courants vont prendre en charge la tâche descriptive, avant tout les spécialistes de la linguistique historique et les dialectologues. Il reste regrettable qu’on n’ait pu éviter un divorce désormais constant entre une pédagogie corrective mal informée et une recherche minutieuse, merveilleusement documentée mais d’accès difficile.

  • 22 Pour la bibliographie de cette controverse, cf. Bibl. 1875.
  • 23 Philippe-Ernest Godet, neuchâtelois, né en 1850, est un des personnages les plus influents en Suiss (...)

18L’opuscule de W. Plud’hun a eu au moins le mérite de déclencher, près d’un siècle après la constitution d’une Suisse romande à part entière, une discussion sur l’opportunité de conserver, dans le français helvétique, les traces de son histoire autonome et les marques de son indépendance politique par rapport à la France22. La polémique se développe autour d’une critique très vive publiée par Philippe Godet23 dans le Foyer Romand en 1905 : « Parlons clair ! Causerie à propos du treizième mille de Parlons français par W. Plud’hun ».

  • 24 Cf. Bibl. 1875.

19Plud’hun et ses partisans — A. Bonnard, L. Naville, J. Lecoultre24 — croient à l’intégrité et à la transparence du français, qu’il s’agit de protéger à tout prix. Le sociologue qu’est Plud’hun postule au nom de la nécessité d’une communication totale l’unicité du français, puisque « tout ce qui peut être traduit en paroles humaines est susceptible d’être rendu en bon français ». Les défenseurs du caractère provincial du français en Suisse ne revendiquent aucun séparatisme véritable, mais la survivance, à côté du français de France, d’un répertoire local considéré comme irremplaçable, soit pour dénoter des réalités romandes, soit pour pouvoir mieux exprimer l’enracinement dans le terroir.

  • 25 Cf. Bibl. 1875, 1879, 1880.
  • 26 Cf. Bibl. 1858, 1859, 1869.
  • 27 « Maintenant que notre patrie redevient le séjour favori d’un grand nombre d’étrangers de distincti (...)
  • 28 Cf. Bibl. 1855.
  • 29 « Et quelle idée ces étrangers devront-ils concevoir des connaissances et de l’éducation des maître (...)
  • 30 Cf. Bibl. 1888.

20Le plaidoyer de Ph. Godet, favorablement accueilli par G. Vallette, H. Besançon et S. Cornut25, a eu beaucoup d’impact, mais ne faisait que réaffirmer des positions déjà formulées par E. Ritter, A. Ceresole et Ph. Monnier26 en faveur d’une spécificité romande. L’argumentation de Plud’hun et de ses partisans, somme toute classique dans ce genre de controverse, a parfois été doublée d’un raisonnement économique. L’égard dû à la présence de nombreux étrangers à Genève avait déjà été utilisé en 1820 par Gaudy pour justifier l’opportunité de l’emploi d’un français correct27. En 1832 Pelletier combattait la « mauvaise » prononciation en Suisse romande vu le rôle important de l’enseignement du français aux étrangers28. Et le lexicographe fribourgeois F. Grangier insistait en 1864 sur le rôle économique des précepteurs suisses appelés à enseigner le français29. Un correspondant non identifié a même suggéré dans un journal neuchâtelois en 1913 la création d’une société de « Parleurs corrects » afin de préserver la réputation du français en Suisse romande, source de revenus non négligeables30.

III) Début de la description scientifique du français en Suisse romande — Traits du français parlé en Suisse romande

21En réalité, il n’a jamais existé de variété homogène susceptible d’être décrite sous le nom de « français romand ». Les traditions linguistiques sont trop disparates en Suisse romande pour s’être jamais unifiées autrement que sur le modèle de Paris. Un sentiment unitaire « romand » se manifeste tout au plus vis-à-vis de la Suisse allemande, et sa contrepartie linguistique ne peut alors être que l’affirmation du fait français. Par rapport à la France, les sentiments sont ambigus et souvent divergents. Le cantonalisme ou d’autres affinités historiques reprennent le dessus et avec eux la diversité d’attitudes linguistiques à l’intérieur de la Suisse romande.

  • 31 Il n’est pas étonnant qu’un certain nombre de ces helvétismes soit d’origine alémanique. C’est le c (...)

22Les noms de « français romand », « français suisse », « parler romand », « prononciation suisse », que l’on voit apparaître à mesure que la réalité sociale et culturelle d’une Suisse romande encore très jeune s’affirme, ne doivent pas faire illusion. Ils se réfèrent à des usages linguistiques constatés en Suisse, sans que cela implique nécessairement leur diffusion sur l’ensemble de l’aire romande, ou leur absence dans d’autres français parlés31. Ceci vaut pour la phonétique, la morphologie, la syntaxe, ainsi que pour une partie importante du lexique. Seul le lexique qui reflète les institutions et les usages panhelvétiques peut être considéré comme à la fois panromand et non hexagonal, ce qui le rapproche d’une langue sectorielle plus que d’une koinê.

  • 32 Cf. Patois de la commune de Vionnaz (Bas-Valais), Paris, F. Vieweg (Bibliothèque de l’École des Hau (...)
  • 33 Cf. Koschwitz, E. (1892, 2.4), Zur Aussprache des Französischen in Genfund in Frankreich  ; Passy, (...)
  • 34 Cf. Gauchat, L., Jeanjaquet, J., Tappolet, E. (1924-1933, 2.4), Glossaire des patois de la Suisse r (...)
  • 35 L’ouvrage ne sera publié que plus tard : Pierrehumbert, W. (1926, 2.4), Dictionnaire historique du (...)
  • 36 Dans Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau, Tome III (1907), pp. 1-67.
  • 37 Wissler, G., (1909, 2.4), Thèse de doctorat, Université de Berne.

23Avant la fin du xixe siècle, la phonétique et surtout la dialectologie vont s’emparer du français parlé de Suisse romande comme d’un objet digne d’une étude observationnelle et descriptive. Gilliéron s’exprime dans ce sens dès 188032. E. Koschwitz en 1892 et P. Passy en 1903 réalisent les premières enquêtes phonétiques directes à Genève et dans le Jorat vaudois33. Dans l’entreprise du Glossaire des patois de la Suisse romande, qui débute en 1899, le français régional trouve sa place, même si elle est marginale par rapport à celle des patois34. Vers 1900, W. Pierrehumbert commence à préparer son remarquable Dictionnaire historique du parler neuchâtelois et suisse romand qui dépassera de loin, en méthode et en richesse de documentation, toute la lexicographie régionale du xixe siècle35. De la même époque date une étude très fouillée sur Les Provincialismes suisses-romands et savoyards de Jean-Jacques Rousseau due à Alexis François36. En 1909 enfin, paraît la première étude d’ensemble sur le français populaire de Suisse romande : c’est la thèse de Gustav Wissler qui porte le titre Das schweizerische Volksfranzösisch37.

  • 38 Cf. p. 9, note 1.
  • 39 Cf. pp. 150-152, où il traite de la diffusion des provincialismes dans les divers milieux de la pop (...)
  • 40 Cf. pp. 40, 152-153.

24L’intérêt du travail de Wissler ne réside pas dans l’originalité des matériaux : l’apport de ses enquêtes orales semble minime en comparaison de l’importance des sources écrites qu’il exploite. La synchronie de ses données est donc sujette à caution — une réserve qu’il formule d’ailleurs lui-même explicitement38. Son mérite est d’avoir vu la complexité du problème et d’avoir posé des questions intéressantes. La dimension sociolinguistique du français régional ne lui échappe pas39, même si à cause du manque de données suffisantes, il est difficile de vérifier la justesse de ses conclusions. Il s’efforce de distinguer entre phénomènes dus au substrat patois, archaïsmes et éléments du français parlé de France et souligne à plusieurs reprises le caractère transitoire du français régional40.

25Dans l’ensemble, les observations linguistiques de l’époque ne révèlent aucune tendance innovatrice propre à la Suisse romande.

  • 41 Cf. Michaelis, H., et Passy, P. (1897, 1.1). Les divergences régionales sont signalées en appendice (...)

26Pour le phonétisme41, on remarque d’une part la persistance — sans doute socialement et géographiquement inégale — d’archaïsmes que la Suisse romande partage avec l’Est de la France ou la Belgique, et d’autre part la non-adoption d’innovations parisiennes qui s’écartent de la norme :

27Allongement d’une voyelle finale autrefois suivie de [ə] :

28vie prononcé [vi:] ou [vij] ; idée prononcé [ide:] ou [idei] ; boue prononcé [bu:].

29Fermeture des voyelles en syllabe finale fermée :

30mère, piège, encore, heure prononcés [me:r], [pje:ʒ], [āko:r], [ø:r].

31Distinction entre [ɔ] et [o] en finale :

32seau [so], mais sot [sɔ] ; maux [mo], mais mot [mɔ].

33Persistance du 1 mouillé :

34habiller, fille prononcés [abiλe], [fiλ].

35On ne remarque en revanche pas de prononciation [brε] pour [brœ], ni [brɔʃ] pour [brāʃ].

  • 42 Cf. Wissler (1909, 2.4), p. 39 s.

36En morphologie42, de nombreuses formes analogiques partiellement dues au substrat patois sont signalées (p. ex. les part. p. sentu et repentu), mais aucune ne paraît de diffusion généralisée. Les divergences portent davantage sur la productivité de certains suffixes comme -ée ou -age par ex. secouée pour secousse, craquée pour craquement, mais aussi pour « grande quantité », affranchissage pour affranchissement, etc.).

  • 43 Elle se trouve dispersée dans les recueils lexicographiques. Le Dictionnaire de Pierrehumbert (1926 (...)

37En syntaxe, la datation et la localisation des écarts est rendue pratiquement impossible par l’absence non pas de matériaux43, mais d’études spécifiques (Wissler ne l’inclut pas dans son travail). De toute façon, l’enseignement ne tolère aucune liberté dans ce domaine, considéré plus que tout autre comme critère de correction. Aucune dynamique interne propice à des restructurations significatives ne peut se développer dans ces conditions.

  • 44 Cf. Pierrehumbert (1926, 2.4), p. 761 (Postface).

38Le mouvement du lexique est difficile à évaluer pour une période aussi brève que la nôtre. La statistique chronologique que Pierrehumbert a établie pour son corpus44 permet seulement de dire que sur quelque 9 000 expressions recensées, plus de la moitié ne sont pas attestées avant le xixe siècle, mais apparaissent généralement avant 1880. Seule une étude détaillée du français administratif communal, cantonal et fédéral du xixe siècle permettrait de repérer les néologismes qui datent de la fin du xixe siècle. D’autre part, quelque 700 mots plus anciens commencent à vieillir aux alentours de 1900 ; en voici quelques-uns : banchet, s. m., « petit banc, escabeau » ; grassi, s. m., « genévrier » ; ourle, s. f., « ourlet » ; thème, s. m., « dictée (exercice scolaire) » ; graver, v. tr., « incommoder, gêner ».

39Concluons : entre 1880 et 1914, le français en Suisse romande se stabilise à tous les niveaux. Le pourcentage de ses locuteurs et l’extension de son aire territoriale avancent même légèrement. La diffusion de la norme se poursuit. Même les partisans du maintien d’un certain provincialisme entendent réserver celui-ci à une fonction purement locale. Les traits les plus dialectaux du français parlé en phonétique, morphologie et syntaxe continuent à reculer en faveur de la koinê française. C’est le lexique régional qui résiste le mieux, surtout dans les cas où le français n’a pas d’équivalent, que ce soit dans le domaine référentiel ou expressif.

Notes

1 Ce principe, qui n’a jamais été codifié juridiquement, porte depuis le début du xxe siècle le nom de « principe de territorialité ». Il implique l’assimilation linguistique des immigrants provenant d’une autre région linguistique. Pour pouvoir fonctionner utilement, il présuppose l’existence de limites linguistiques relativement nettes, ainsi que l’absence d’enclaves.

2 Article 109 : « Les trois langues principales de la Suisse, l’allemand, le français et l’italien, sont langues nationales de la Confédération. »

3 Cf. Rioux, Jean-Pierre, La révolution industrielle 1780-1880, Paris, Seuil, 1971, pp. 81, 94, 101.

4 Pour les données qui vont suivre, cf. Müller, Hans-Peter (1977, 2.4), Die schweizerische Sprachenfrage vor 1914. Eine historische Untersuchung über das Verhältnis zwischen Deutsch und Welsch bis zum ersten Weltkrieg. Cet ouvrage remarquablement documenté présente une analyse détaillée de la « question des langues ». — Cf. aussi l’analyse bibliographique, classée chronologiquement dans Gauchat, Louis, et Jeanjaquet, Jules (1912, 0.1), Bibliographie linguistique de la Suisse romande, tome I, chap. I, pp. 1-70 : « Extension du français et question des langues ». Par la suite, on abrégera les renvois à ce répertoire comme suit : « Bibl. », suivi du numéro.

5 Sur les écoles allemandes dans le Jura francophone, cf. ci-dessous.

6 En 1903 par ex., il y a en Suisse romande 27 paroisses protestantes de langue allemande, ainsi réparties par cantons : Vaud 11, Neuchâtel 8, Genève 4, Fribourg 3, Valais 1. Pour les catholiques de langue allemande, des offices réguliers ont lieu en 1904 à Fribourg, Sion, Lausanne, Montreux, Vevey, La Chaux-de-Fonds et Genève. Cf. H.-P. Müller (1977, 2.4), p. 11.

7 Ce sont surtout des artisans, des petits commerçants et des employés de petites entreprises ou de service.

8 Les principaux protagonistes sont Jakob Hunziker et Jakob Zimmerli (cf. surtout Bibl. 68 et 58/71/87).

9 Cf. H.-P. Müller (1977, 2.4), p. 78.

10 Le point de vue romand, qui équivaut à demander le respect du principe de territorialité, a été formulé dans une résolution de la « Société pédagogique jurassienne » lors de son assemblée générale de 1906 à St-Imier (cf. pour le texte, H. -P. Müller (1977, 2.4), p. 77).

11 Cf. H.-P. Müller (1977, 2.4), p. 71 sq.

12 Cf. H.-P. Müller (1977, 2.4), p. 63 sq.

13 Les défenseurs de l’allemand à Zurich ou à Berne se plaignent constamment de la passivité des minorités alémaniques dans le Jura qui acceptent sans difficulté d’envoyer leurs enfants dans des écoles françaises ; cf. H.-P. Müller (1977, 2.4) p. 76 sq.

14 En 1874, lorsque la nouvelle Constitution fédérale impose la scolarité obligatoire et gratuite, celle-ci existe déjà pratiquement dans toute la Suisse romande en vertu de lois cantonales.

15 Cf. pour toute cette partie, Gauchat, Louis et Jeanjaquet, Jules (1920, 0.1), Bibliographie linguistique de la Suisse romande, tome II, chap. V, pp. 225-264 : « Français provincial ». Les ouvrages mentionnés ici sont analysés sous les nos 1927/28, 1931, 1933/37, 1934.

16 Cf. Bibl. 1948, 1951, 1952.

17 Né en 1846, professeur de sociologie à l’Université de Genève de 1886 à 1921.

18 Cf. Bibl. 1954.

19 Glossaire vaudois, Lausanne, G. Bridel, 1861, p. 7.

20 11e mille, 1897, p. 4.

21 Cf. Bibl. 1957.

22 Pour la bibliographie de cette controverse, cf. Bibl. 1875.

23 Philippe-Ernest Godet, neuchâtelois, né en 1850, est un des personnages les plus influents en Suisse romande pendant cette période. Avocat de formation, il est devenu critique, historien, professeur et journaliste. Auteur d’une Histoire littéraire de la Suisse française (1890), il aura en 1922 des funérailles officielles à Neuchâtel.

24 Cf. Bibl. 1875.

25 Cf. Bibl. 1875, 1879, 1880.

26 Cf. Bibl. 1858, 1859, 1869.

27 « Maintenant que notre patrie redevient le séjour favori d’un grand nombre d’étrangers de distinction... n’est-il pas, plus que jamais, essentiel d’insister sur cette pureté qu’on nous recommande ? » (Glossaire genevois, 1820, p. I).

28 Cf. Bibl. 1855.

29 « Et quelle idée ces étrangers devront-ils concevoir des connaissances et de l’éducation des maîtres que nous leur envoyons, si ceux-ci, au lieu de parler le français classique, le français des livres, comme nous l’avons entendu appeler, se mettent à leur débiter tout ce fatras de tournures allemandes, de mots patois, d’expressions triviales de notre cru, expressions dont l’étranger n’a déjà été malheureusement que trop richement doté. » (Glossaire fribourgeois, 1864, p. 7).

30 Cf. Bibl. 1888.

31 Il n’est pas étonnant qu’un certain nombre de ces helvétismes soit d’origine alémanique. C’est le cas par ex. de la terminologie du jeu de cartes alémanique appelé yasse (all. Jass) qui se diffuse avant la fin du xixe siècle partout en Suisse romande.

32 Cf. Patois de la commune de Vionnaz (Bas-Valais), Paris, F. Vieweg (Bibliothèque de l’École des Hautes Études, Sciences philologiques et historiques, 40e fasc.) p. Vs.

33 Cf. Koschwitz, E. (1892, 2.4), Zur Aussprache des Französischen in Genfund in Frankreich  ; Passy, Paul, Le français vaudois (1903, 2.4).

34 Cf. Gauchat, L., Jeanjaquet, J., Tappolet, E. (1924-1933, 2.4), Glossaire des patois de la Suisse romande. Introduction, p. 9.

35 L’ouvrage ne sera publié que plus tard : Pierrehumbert, W. (1926, 2.4), Dictionnaire historique du parler neuchâtelois et suisse romand.

36 Dans Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau, Tome III (1907), pp. 1-67.

37 Wissler, G., (1909, 2.4), Thèse de doctorat, Université de Berne.

38 Cf. p. 9, note 1.

39 Cf. pp. 150-152, où il traite de la diffusion des provincialismes dans les divers milieux de la population.

40 Cf. pp. 40, 152-153.

41 Cf. Michaelis, H., et Passy, P. (1897, 1.1). Les divergences régionales sont signalées en appendice, pp. 316-317 ; G. Wissler (1909, 2.4), p. 25.

42 Cf. Wissler (1909, 2.4), p. 39 s.

43 Elle se trouve dispersée dans les recueils lexicographiques. Le Dictionnaire de Pierrehumbert (1926, 2.4) notamment est très riche en information syntaxique.

44 Cf. Pierrehumbert (1926, 2.4), p. 761 (Postface).

Author

© CNRS Éditions, 1999

Terms of use: http://www.openedition.org/6540