Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la langue française 1880-1914

 | 
Gérald Antoine
, 
Robert Martin

Chapitre II. Variétés et diffusion du français

Le français en belgique

Maurice Piron

Texte intégral

I) L’amalgame

1Pour comprendre la situation du français en Belgique dans la période qui forme charnière entre les xixe et xxe siècles, il est utile de remonter aux années qui ont précédé la création du Royaume de Belgique en 1831.

2Au lendemain des victoires de la France à Jemappes (1792) et à Fleurus (1794), l’incorporation des Pays-Bas autrichiens et de la principauté de Liège à la France (1795) unifia administrativement des territoires et des populations ayant jusqu’alors vécu sous des régimes différents. Cet amalgame, qui est à l’origine de la future Belgique, fut séparé de la France après la défaite de Waterloo pour être rattaché à la Hollande par le congrès de Vienne. Quinze ans plus tard, la révolution de 1830 détachait du royaume des Pays-Bas les provinces belgiques : celles-ci conquéraient leur indépendance pour former un État nouveau.

  • 1 La démonstration en a été faite par Marcel Deneckere, Histoire de la langue française dans les Flan (...)

3Comme les entités politiques dont il représentait à la fois l’aboutissement et la transformation, cet État était bilingue, en ce sens qu’il juxtaposait deux groupes ethniques : les Flamands au nord, les Wallons au sud de la vieille frontière linguistique qui traverse le pays d’est en ouest depuis que s’était fixée, dans le haut moyen âge, une ligne de démarcation entre populations germaniques et romanes. Cette frontière n’avait jamais constitué une barrière pour la pénétration du français dans les provinces flamandes ; durant la seconde moitié du xviiie siècle, le mouvement de francisation avait gagné les couches sociales élevées et même la bourgeoisie des petites villes1.

4Sous le régime hollandais (1815-1830), les mesures du roi Guillaume Ier allaient inaugurer, à partir de 1819, ce qui deviendra la question des langues en Belgique. Le but du gouvernement était d’enlever à la langue française, au moins dans les provinces flamandes, le statut de langue officielle qu’elle occupait en fait depuis le régime français. Les griefs linguistiques des Belges s’exacerbèrent après l’entrée en vigueur, en 1823, des arrêtés qui faisaient du néerlandais, langue nationale, la langue de la vie administrative et judiciaire. Cette politique de néerlandisation se heurta à une résistance tant dans les provinces flamandes que dans les provinces wallonnes. Pour la bourgeoisie flamande, qui n’usait des dialectes flamands que comme d’une langue vernaculaire, le néerlandais présentait le visage d’un idiome presque étranger, à quoi s’ajoutait la méfiance d’une Flandre catholique en face de la Hollande protestante. Quant aux Wallons, dont la langue de culture était depuis des siècles le français, leur opposition fut décisive : c’est elle qui arma le bras des révolutionnaires liégeois lors des journées de Bruxelles, en septembre 1830.

II) Une nation francophone

5Née d’une séparation violente motivée en partie par un différend linguistique, la Belgique, on ne s’en étonnera point, fit de la langue française la langue du nouveau royaume indépendant.

6Dès le 16 novembre 1830, le gouvernement provisoire avait proclamé le français langue officielle du pays. Sans doute, la Constitution belge votée le 7 février 1831 reconnaissait en son article 23 : « L’emploi des langues usitées en Belgique est facultatif ». En fait, les lois et arrêtés n’étaient promulgués qu’en français ; on les traduisait alors en flamand, c’est-à-dire dans une langue dialectalisée, variant selon les grandes régions et passablement différente du néerlandais écrit. Le régime des traductions sera supprimé en 1898 : désormais la promulgation des lois se fera dans les deux langues : français et nederlandsch.

  • 2 Ch.-Fr. Becquet (1972, 2.3), p. 23.

7En 1840, il y a en Belgique vingt-huit journaux quotidiens : tous sont rédigés en français2. Mais quelques brèches vont bientôt entamer ce monopole linguistique.

8Les premières escarmouches du taalstrijd (combat pour la langue) ont débuté aux alentours de 1840 par des libelles et des pétitions. Limitée encore aux milieux intellectuels, cette première phase du mouvement flamand se caractérise à la fois par son esprit antifrançais et son souci de restaurer le parler des Flandres menacé d’abâtardissement par la « gallomanie ». En 1856, avec le rapport de la Commission des griefs flamands, débute l’action qui sera poursuivie sans désemparer pour faire voter au Parlement, et non sans d’âpres résistances du côté francophone, l’appareil législatif qui, progressivement, réalisera l’égalité juridique des deux langues nationales. Une dernière étape sera franchie, au xxe siècle (à partir de 1932), avec l’unilinguisme officiel en Flandre en éliminant le français des actes de la vie publique, y compris l’enseignement.

III) Le régionalisme wallon

9La même année 1856 verra un événement d’un tout autre genre : la fondation, à Liège, de la « Société liégeoise de littérature wallonne » (aujourd’hui « Société de langue et de littérature wallonnes »).

  • 3 Voir, sur la question, Maurice Piron, Les littératures dialectales du domaine d’oïl dans Histoire d (...)

10Quoi qu’on ait dit parfois, il n’y a aucun lien entre l’éclosion du sentiment wallon et les premières manifestations du mouvement flamand. Ce que voulaient les notables liégeois, c’était cultiver par la chanson, la poésie et le théâtre le vieil idiome du terroir, en même temps que montrer ses rapports « avec les autres branches de la langue romane ». Très tôt, la Société liégeoise élargit son action aux parlers dialectaux de la Belgique romane entière que l’on commençait à désigner du néologisme de Wallonie (1844). A aucun moment, il ne fut question d’utiliser le wallon contre le français. Les buts en somme patriotiques que s’assignait la Société l’amenèrent à stigmatiser, vers la fin du siècle, les revendications flamandes, parce qu’à travers leur opposition à la langue française, langue nationale, elles affaiblissaient l’unité du pays. Aussi bien, l’efflorescence néo-dialectale de la Wallonie, s’inscrit-elle dans le mouvement plus général, issu du romantisme, qui réhabilitait partout en France les patois décriés par l’esprit jacobin3.

  • 4 Bulletin de la Société liégeoise de littérature wallone, 2e série, t. 2, 1877, pp. 78-79.

11Parmi les premiers travaux philologiques qu’édita la Société wallonne, l’un des plus méritants fut le recueil de Wallonismes (1877) dû à un professeur de l’enseignement secondaire, Isidore Dory. Fondées sur une connaissance précise des faits lexicaux et grammaticaux relevés dans le pays de Liège, les observations de Dory visent à épurer le français de ses compatriotes ; mais il se garde de proscrire systématiquement les traits régionaux. Il est ainsi le premier à s’élever contre cette forme de purisme où se reconnaît l’insécurité linguistique des aires marginales : « A force d’entendre répéter qu’ils doivent se défier des locutions du terroir, les Wallons en arrivent, comme le chat échaudé qui craint l’eau froide, à regarder comme suspecte toute expression qui ne leur paraît pas bien régulière4 ». Et il donne, à l’appui de cette assertion, de nombreux exemples.

IV) Aux origines du purisme belge

12Si, pour l’esprit et la méthode, Dory est en avance sur son temps, il a, d’autre part, sa place dans la tradition des zélateurs du bon langage qui jalonne le xixe siècle. Sans doute, au xviiie déjà, des auteurs, Flamands pour la plupart, avaient noté, de façon plus ou moins occasionnelle, des expressions vicieuses dues à l’influence des parlers germaniques, des flandricismes comme disait l’un deux, Jean Des Roches, dans une grammaire parue à la fois en flamand et en français.

  • 5 Marcel Paquot (1962, 2.3) ; Un mémoire de licence (inédit) a été élaboré sous ma direction, en 1968 (...)

13Mais c’est sous l’Empire que voit le jour le premier recueil systématique et qui fera date par son importance : Flandricismes, wallonismes et expressions impropres dans le langage français. Le titre continuait comme suit : Ouvrage dans lequel l’on indique les fautes que commettent fréquemment les Belges en parlant la langue française ou en l’écrivant ; avec la désignation du mot ou de l’expression propre, ainsi que celle des règles qui font éviter les fautes contre la syntaxe. Dans la préface du volume, l’éditeur Jean Tarte, de Bruxelles, ne dévoile pas le nom de l’« ancien professeur » qui le signe, se bornant à dire qu’il est Français : il s’agit d’Antoine-Fidèle Poyart, originaire d’Arras, mort à Bruxelles en 1810 après avoir enseigné en pays wallon et à Anvers5. Publié en 1806, l’ouvrage connut, après la mort de l’auteur, trois éditions refondues et augmentées (1811, 1821 et 1830).

  • 6 Dans la 2e édition (1811), art. 369, p. 194 : « Pour sentir le ridicule et l’absurdité de ce belgic (...)
  • 7 Belgicismes, ou les vices de langage et de prononciation les plus connus en Belgique... (1857, p. V (...)

14Les mises en garde de Poyart relevaient, on s’en doute, d’un académisme excessif. Même s’il se déclare pour l’admission de mots tels que brader, drève (avenue plantée d’arbres), dringuelle (pourboire), gloriette (cabinet de verdure), etc..., il sanctionne en général tout belgicisme. C’est même chez lui, jusqu’à plus ample informé, que le terme apparaît pour la première fois6. Il sera repris, notamment par Joseph Benoît dans un volume intitulé Belgicismes (1857) où l’auteur — un Français fixé à Anvers — précise qu’il entend par là « ces barbarismes, ces mots détournés de leur véritable acception, ces tours de phrase incorrects, ces accords vicieux des temps et des modes qui, en Belgique, se sont introduits dans la langue française et s’y sont, pour ainsi dire, installés et naturalisés7 ».

15De telles mises en garde ne sont nullement propres à la Belgique. Le succès en France des Omnibus du langage avait engagé l’avocat liégeois C.N. Hennequin, un fils de Français, à faire paraître, dès 1829, Les Omnibus liégeois, imités, la même année, par Louis Dethier avec Les Omnibus montois. Le recueil de Hennequin deviendra en 1864 Les Omnibus wallons, cependant que, dans l’intervalle, avait paru (outre le volume cité de Benoît), un Dictionnaire du bon langage (1860) de l’abbé Carpentier, qui visait principalement à débarrasser les « provinciaux » Flamands et Wallons des « défauts originels du terroir ».

  • 8 Dictionnaire liégeois (1933, 2.3) : Introduction, p. XIX.
  • 9 Marcel Paquot (1962, 2.3), pp. 100-102.

16On le voit : c’est le substrat dialectal que nos grammairiens amateurs rendent responsable des altérations que subit le français de Belgique. Le cas des lexicographes wallons est significatif à cet égard. De Cambresier (1787) à Forir (1874), les auteurs de dictionnaires patois sont eux-mêmes avant tout « des professeurs de français », comme dit Jean Haust, et « s’appliquent à recueillir les mots et les tours du wallon pour apprendre le français à leurs compatriotes8 ». Ou à tout le moins pour l’épurer. S’il n’est pas question, à l’époque, de décrire le wallon pour lui-même, il s’agit moins encore de considérer les marques qu’il laisse dans le français autrement que pour les rejeter au nom d’un usage justiciable de la seule autorité de l’Académie. Des voix isolées, comme celle d’Hubert-Joseph Evrard qui signe du pseudonyme d’Henriette Grosjean ses souvenirs d’A Liège, il y a quarante ans (1877), auront beau plaider pour le maintien de quelques régionalismes de langue9, pas plus qu’à Dory, il n’y sera fait écho.

  • 10 Une première édition avait paru à Charleroi en 1890 sous le titre Les expressions vicieuses belges (...)

17A la fin du siècle, le purisme atteint son stade le plus répressif avec Les 600 expressions vicieuses belges (1891) de Victor Galand10. L’intransigeance en est systématisée sous le couvert de la formule « Ne dites pas... Dites... » et se montre d’autant moins pertinente qu’il arrive à l’auteur de condamner des faits qui ne sont ni belges, ni incorrects.

  • 11 On en trouvera la liste complète dans le mémoire de licence de mon ancien élève Jean-Pierre Wilmart (...)

18Au demeurant, le principal reproche que l’on peut adresser à ces ouvrages n’est pas de se confiner dans une grammaire purement corrective (ce point de vue n’a rien que de légitime), ni même de s’en tenir à une norme rigide et trop étroite, comme c’est souvent le cas dans les provinces, en général plus conservatrices que le centre parisien. Presque tous les recueils en cause11 pèchent par la base, c’est-à-dire par insuffisance linguistique ou philologique. Aucun n’imagine que l’usage — le « bon usage », s’entend — puisse n’être pas uniforme ou rigide, et varier suivant les circonstances de la parole.

V) Vers une étude des belgicismes

19Le parcours suivi jusqu’ici nous a amenés dans les parages des années quatre-vingt dix. C’est précisément alors que les choses commencent à changer avec l’organisation scientifique des études de philologie française.

20Un jeune savant liégeois, Maurice Wilmotte (1861-1942), à qui avait été confié en 1885 l’enseignement du français à l’École normale des Humanités, inaugure en 1890, à l’université de sa ville natale, une section de langues et de littératures romanes où la langue et la littérature françaises vont longtemps conserver une place privilégiée. D’autres sections de philologie romane seront fondées dans la suite par des disciples de Wilmotte à Louvain en 1893, à Gand en 1911 et à Bruxelles en 1919.

21L’intérêt suscité par la nouvelle discipline, orientée à ses débuts vers le passé de la langue, va développer un esprit de méthode et de rigueur dont profiteront les recherches entreprises sur la nature du français en Belgique.

  • 12 Dans la « Revue de l’Instruction publique en Belgique », t. 38, 1895, pp. 221-230, 378-396 : la sui (...)
  • 13 Dans les « Annales de l’Académie royale d’archéologie de Belgique », t. 63, 1911, pp. 445-485.

22Des Essais philologiques sur les belgicismes de Louis Latour12, on retiendra surtout qu’ils proposent, pour le français des provinces wallonnes et flamandes, un classement d’après leurs principales composantes : archaïsmes, néologismes, sens nouveaux, emprunts et calques. Un certain purisme académique dans les jugements de l’auteur ne diminue en rien le mérite de ses indications méthodologiques. Ce critère normatif disparaîtra des Belgicismes que le Comte de Caix de Saint-Aymour publie à l’abri d’un sous-titre qui fixe les limites de l’enquête : A propos de quelques mots de l’ancien français dans le langage des Belges13.

23En 1905 se tient à Liège, sous l’impulsion de Maurice Wilmotte, le premier « Congrès pour l’extension et la culture de la langue française ». Gustave Cohen, qui fut parmi les élèves de Wilmotte, y présente une communication au titre curieux, non dépourvu d’équivoque de prime abord : Le parler belge. Alors que les traits du français de Belgique ont été jusqu’alors attribués à l’influence des idiomes vernaculaires (wallons ou flamands) et répartis en conséquence, ce que veut montrer Cohen, c’est « l’existence d’un français parlé par des gens qui souvent ignorent totalement l’un et l’autre patois ». C’était là une vérité dont on n’avait guère tenu compte dans le recensement des belgicismes. La notion d’un français régional ou marginal, trop souvent confondu avec un français dialectal, se trouvait ainsi dégagée. Elle sera précisée plus tard, dans des travaux qui excèdent le présent cadre chronologique.

VI) Principales particularités du français de Belgique

24Sur la base des recueils déjà cités et qui se recoupent partiellement l’un l’autre, on peut considérer que l’ensemble des traits qui caractérisent le français de Belgique est constitué, pour l’essentiel, à la fin du xixe siècle.

25On envisagera successivement et succinctement les traits phonétiques, les traits morpho-syntaxiques et le corpus lexical.

26A) C’est au regard de la chaîne parlée que la francophonie belge se fait le mieux connaître et c’est aussi par là que le substrat dialectal agit uniformément. Si, en Wallonie tout au moins, beaucoup de locuteurs ne connaissent plus le dialecte, ils en conservent cependant les habitudes articulatoires. Celles-ci se maintiennent d’autant plus aisément que l’infrastructure dialectale subsiste toujours, même si les dialectes parlés sont affaiblis ou en voie de disparition.

27L’opposition de quantité : voyelles longues voyelles brèves reste très sensible dans le système wallon (notamment à l’Est), alors que cette distinction a cessé d’être pertinente en français par suite d’une neutralisation dans la durée d’émission des voyelles, réduite à une simple virtualité. Or l’allongement vocalique demeure l’un des traits marquants de la prononciation du français de Wallonie ; elle affecte particulièrement les voyelles [i] : pῑgeon, [ẹ] : dētour, [ọ] : dépōser et [œ] : (h)œrœse.

28Certains traits de prononciation sont particuliers à des régions déterminées. Ainsi, dans le Hainaut occidental et une partie du Brabant wallon, les voyelles orales se nasalisent au contact d’une consonne nasale : fontaine [fɔ:tεn], problème [problε͂m], reine [Rε͂̄:n], jaune [ʒɔ:n], jeune [ʒōen]. A l’opposé, dans l’Est de la province de Liège, les voyelles nasales perdent ou atténuent leur nasalité : pantalon [pa:talɔ], chanter [ʃa:te]. Le Nord-Est wallon possède un h aspiré qui, disparu en français actuel, continue à se faire entendre au pays de Liège, par exemple dans haie, dehors, Hubert, etc.

29Certains traits de prononciation sont communs au français-wallon et au français-flamand. La transformation de l’ancien l mouillé au lieu de se réduire à un simple yod (dans le groupe orthographique « ill- ») aboutit en Belgique au groupe l + yod : talyoēr.

30Voici trois autres cas parmi les plus répandus :

  • assourdissement des consonnes sonores en position finale : mariage = mariâche, malade = malâte, robe = rope ;

  • altération du [t] et du [d] dans la prononciation de graphies t + i + voy. et d+ i + voy., le t et le d devenant plus ou moins palatisés et chuintants : la pitié du bon Dieu s’entend à peu près comme la pîtché du bon Djeû ;

  • insertion d’une semi-consonne de liaison entre voyelles : théâtre = téyate, Noël = Nowël, et addition d’une semi-consonne en position finale après voyelle suivie d’e muet : allée = alléye, rue = ruwe.

31Précisons encore que les trois semi-consonnes du français : [y], [w] et [w"] se ramènent à deux dans le français belge : le [w"] se confond avec le [w] ; on entend dans nuit le même son que dans oui. A propos de la semi-consonne [w], rappelons que, partout en Belgique, même dans l’usage châtié, elle remplace le [v] dans les mots orthographiés w : wagon et wallon se prononcent ouagon et ouallon.

32Est méconnue de même la distinction du français parisien entre un a antérieur (palatal) et un a postérieur (vélaire) ; le a de patte et celui de pâte se neutralisent en un a moyen.

33C’est au français propre aux bilingues flamands que nous en arrivons à présent. On lui reconnaît — outre le relâchement de l’articulation qui est général en Belgique — l’intonation qui caractérise la plupart des langues germaniques. Elle consiste à marquer nettement l’accent tonique, peu perceptible en région française, et à placer certains accents secondaires sur des syllabes normalement atones. De l’accentuation ainsi renforcée résultent des oppositions syllabiques qui impriment à la chaîne parlée une allure heurtée, un relief rugueux, en contraste avec la mélodie de phrase du français central.

34Autre conséquence du substrat flamand : la tendance à la diphtongaison, phénomène typique de la prononciation populaire : l’allongement de la voyelle sous l’accent tonique aboutit à une diphtongue.

35Le système consonantique des parlers néerlandais ignore l’explosive vélaire sonore [g]. Il la remplace par la fricative correspondante qui, inconnue du français, se réalise à la manière d’une aspirée : Gand, dans une bouche flamande, ressemble à l’interjection han !

36C’est également à l’absence en néerlandais des fricatives palatales sourde [š] et sonore [ž] qu’une partie des Flamands doit d’altérer ces chuintantes françaises en fricatives dentales : charbon et jambon se prononcent respectivement sarbon et zambon.

37B) A la différence du système phonétique, le système morpho-syntaxique du français commun de Belgique ne porte guère l’empreinte des substrats dialectaux. On notera toutefois le non-emploi de subjonctif dans le français familier des bilingues flamands, ce mode étant pratiquement disparu du néerlandais parlé. En outre, la position des adjectifs fait apparaître l’habitude de placer régulièrement l’épithète avant le nom : « un blanc cheval » « un panier de sale linge » « une propre chemise », etc. C’est là le maintien d’un usage que le français a connu à sa période ancienne et qu’il a perdu en se dégermanisant. A Bruxelles, on ne le rencontre plus que dans le français du peuple et en Wallonie, dans le français des patoisants.

38Beaucoup de particularités concernent le genre des noms, les pronoms personnels, les degrés de comparaison, les adverbes et les prépositions, l’emploi des auxiliaires, les formes périphrastiques, l’accord du verbe, les formes de l’interrogation, etc. Deux remarques générales s’imposent à leur sujet :

  1. Il s’agit souvent de faits individuels, qui n’existent par conséquent qu’au plan de la parole.

  2. Lorsqu’ils débouchent sur le plan de la langue, on les retrouve d’ordinaire dans le français populaire de la région parisienne et/ou du Nord de la France.

39Il convient à présent de mettre à part un petit nombre de tournures syntaxiques qui, généralisées dans le français de Belgique, constituent un des traits marquants de sa physionomie. Nous citons les principales.

  • Avoir + qualificatif dans les expressions : avoir facile, avoir difficile, avoir dur, avoir bon, avoir mauvais. La première de ces expressions a été relevée chez plusieurs auteurs français et la tournure comme telle se retrouve dans le français du Val d’Aoste.

  • — Formule interrogative « qu’est-ce que... pour » : qu'est-ce que c’est pour un homme, quelle sorte d’homme est-ce ? ; qu’est ce pour une fleur, quelle fleur est-ce ? Cette tournure se retrouve dans les parlers germaniques limitrophes.

  • — Insertion d’un que explétif dans la séquence : adverbe de quantité + pour + infinitif : Il est assez puissant que pour agir seul ; il est trop petit que pour ouvrir la fenêtre.

  • — Locution « assez bien » employée dans le sens quantitatif : il y avait assez bien de monde, pas mal de monde.

  • — Infinitif substitut : ces enfants là ne se battent jamais ni même se quereller.

  • — Emploi de savoir pour pouvoir : la clé ne sait pas entrer dans la serrure ; avec l’argent qu’il gagne, il sait acheter tout ce qu’il veut.

  • — Emploi de « leur » suivi d’un numéral cardinal : une maison pour leur deux, eux deux ; ils sont venus leur cinq, à cinq.

40Locutions verbales : tirer son plan : se débrouiller ; avoir le temps long : s’ennuyer d’attendre ; avoir de bon : en droit, en réserve ; tomber faible : s’évanouir ; ne pas se retourner sur (ou après) quelque chose ou quelqu’un : ne pas s’en préoccuper ou y prêter attention ; n’en pouvoir rien : n’y pouvoir rien ; ne pouvoir mal : n’avoir garde, ne pas courir de danger ; se faire mal de : se faire de la peine de ; faire corvée :se déranger pour rien, faire buisson creux ; chercher misère : chercher noise, etc.

41La syntaxe des prépositions concerne surtout l’emploi de à (aller à messe ou au docteur), après (chercher après des allumettes ; regarder après quelqu’un pour voir s’il vient), et sur (jouer sur la rue, loger sur une chambre, être fâché sur quelqu’un).

42De ce que ces faits sont la transposition de syntagmes attestés tant dans les parlers flamands que dans les parlers wallons, on a souvent tendance à les expliquer par des calques germaniques. Il convient de se montrer très prudent. Ici encore, on peut redire à propos des tours syntaxiques du français de Belgique que beaucoup sont le prolongement ou la survivance de faits du français populaire ou du français provincial.

43Il n’en reste pas moins que certaines tournures et expressions appartiennent en propre au français-flamand : soigner pour, veiller à <zorgen voor ; ne savoir de rien, n’être pas informé de <weten van niets ; ne pas savoir de chemin avec quelqu’un, ne pas en venir à bout, en être maître <kunnen met (...) geen weg ; pouvoir [faire] de quelqu’un (exemple : je peux de mon père ou même je peux sortir de mon père, j’ai la permission de mon père, mon père m’autorise à sortir) <iets van (...) moeten doen ;dans ce cas, la tournure négative est cependant la plus fréquente.

44Le franco-bruxellois populaire s’est en outre taillé une réputation de cocasserie avec des locutions plaisantes telles que fréquenter ou se marier contre quelqu’un (= avec), tenir le fou avec, se moquer de, rire une bosse, rire aux éclats.

  • 14 A. Brun (1946, 2.2), p. 138.
  • 15 Voir M. Piron, Les belgicismes lexicaux : essai d’un inventaire, dans « Mélanges Paul Imbs » (Stras (...)

45C) C’est par le vocabulaire que le français de Belgique — comme tout français régional d’ailleurs14 — manifeste le mieux son originalité. Les belgicismes lexicaux n’appartiennent pas tous en propre à la Belgique. Septante et nonante se retrouvent en certains coins de France et sont courants en Suisse romande ; un inventaire des belgicismes ne saurait cependant les omettre, car ils font partie de l’usage « panbelge ». Tout emploi n’est pas un usage. Il ne le devient que par la fréquence qui le généralise. Un belgicisme est donc un trait de langue caractéristique du parler belge, même s’il se rencontre à l’extérieur, en dehors du français central ou français commun15. Bien entendu, la définition s’applique, mutatis mutandis, aux helvétismes, aux canadianismes, etc.

46Le vocabulaire du français de Belgique n’a rien d’homogène et son étendue est relativement faible (moins de 300 unités lexicales).

47Les catégories représentées relèvent en ordre principal des domaines suivants (on ne cite que les emplois courants) :

  • Vie politique et administrative : accisien, préposé au contrôle de la vente réglementée des alcools ; agréation, ratification officielle d’un acte, d’une décision ; bourgmestre, maire d’une ville ou d’une commune ; échevin, adjoint du maire, d’où échevinat, échevinal ; maison communale, mairie ; milicien, soldat du contingent ; prestation, tâche exécutée en vertu d’une règle ou d’un contrat, d’où prester ; rétroactes, antécédents d’une affaire, d’une décision ; subsidier, subventionner.

  • Enseignement : académique, relatif à l’enseignement universitaire ; athénée, lycée ; auditoire, salle de cours ; calepin ou mallette, cartable d’écolier ; émérite, professeur de Faculté ou magistrat en retraite (anc.), d’où éméritat ; farde d’écolier, liasse de copies ; fourche, creux dans l’horaire d’un enseignant ou d’un élève ; graduat, titre d’enseignement sanctionnant certaines études techniques, d’où gradué (substantif) ; minerval, rétribution scolaire ; préfet, -ète, proviseur de lycée ; régent, professeur de l’enseignement secondaire du degré inférieur, d’où régendat ; touche, crayon pour ardoise d’écolier ; valves, tableau d’affichage sous vitrine. A la vie de l’enseignement secondaire et supérieur, se rattache un argot propre : bloquer, étudier avec acharnement en vue de l’examen, d’où bloque et bloqueur ; brosser, « sécher » un cours, d’où brossage et brosseur ; buse, échec à l’examen, d’où buser et buseur ; copion, note clandestine pour copier à l’examen ; doubler, redoubler (une classe), d’où doublant et doubleur ; guindaille, beuverie d’étudiants, d’où guindailler et guindailleur ; kot’, garni d’étudiant, d’où koter, vivre en kot’ ; manchaballe, étudiant qui fait de l’excès de zèle ; mofler, recaler, faire échouer à l’examen, d’où mofleur ; muser, bourdonner pendant un cours.

  • Vie judiciaire : attraire en justice, citer ; colloquer, interner, d’où collocation ; conster, résulter de (impers.) ; indaguer, mener une enquête ; (sans) relevance, (sans) portée, (sans) effet juridique ; vinculer, lier, entraver.

  • Vie domestique (habitation et ménage) : archelle, étagère à crochets ; assiette profonde, assiette creuse ; berce, berceau ; blinquer, reluire ; brise-vue, brise-bise ; chamoisette, chamoisine ; charbonnière, seau ou bac à charbon ; clenche, poignée de porte ; coussin, oreiller ; drap, serviette ; duvet, édredon ; femme à journée, femme qui fait des ménages ; lichette, cordonnet ; loque à reloqueter ou à poussières, chiffon pour épousseter, d’où reloqueter ; place, pièce d’habitation ; posture, statuette ; quartier, petit appartement (ordt. : 2 pièces) ; ramassette, pelle à poussières ; savonnée, eau savonneuse et petite lessive faite à la main ; sous-tasse, soucoupe ; tapisplain, moquette ; tirette, fermoir-éclair ; torchon, serpillière.

  • Alimentation, repas et friandises : bonbon, biscuit sec ; boule, bonbon acidulé ; chicon, chicorée de Bruxelles (légume) ; chique, même sens que boule, mais au pays de Liège ; couque, pain d’épices ; cramique, pain aux raisins de Corinthe ; déjeuner, petit déjeuner ; dîner, déjeuner, repas de midi ; elbot, flétan ; (poisson à l’) escavêche, préparé en marinade ; filet américain, steak tartare ; fricassée, omelette au lard ; galet, petite gaufre sèche ; gosette, sorte de chausson aux fruits ; pain français, baguette ; pâté, petit gâteau à la crème ; pistolet, petit pain rond ; praline, crotte de chocolat ; sirop, sorte de mélasse à base de jus de pommes, d’où siroperie ; souper, dîner, repas du soir ; spéculation, biscuit moulé en formes diverses ; tête pressée, fromage de tête ; vitoulet, boulette de viande hachée.

  • Transports : aubette, abri à l’arrêt des transports publics (ordt. : kiosque à journaux) ; banlieue, train omnibus ; chef-garde, contrôleur de train ; coupon, billet de chemin de fer ; évitement, détournement (sur une route) ; grenailles errantes, gravillons ; guide, indicateur des chemins de fer ; machiniste, conducteur de locomotive ; vicinal, tramway de campagne.

  • Professions et commerce : ardoisier, couvreur ; friture, friterie ; hausser, enchérir (dans une vente publique) ; import, montant d’une facture ; légumier, marchand de légumes ; louageur, loueur de voitures ; mali, déficit ; minque, halle aux poissons ; remettre, céder un commerce ; renon, résiliation d’un bail, d’où renoncer, donner congé (à un locataire) ; vidange, verre consigné.

  • Milieu naturel et environnement : arboré, planté d’arbres ; avant-plan, premier plan ; calcareux, calcaire (adj.) ; chantoir, excavation où s’engouffre un cours d’eau ; cru, froid et humide ; drache, pluie torrentielle, d’où dracher ; drève, allée carrossable bordée d’arbres des deux côtés ; fade, étouffant, en parlant de la température ; fagne, lande marécageuse des hauts plateaux de Belgique, d’où fagnard, connaisseur de la fagne.

48Le domaine de la vie affective et morale permettrait d’aligner un certain nombre de termes — tels que amusette, personne frivole toujours prête à s’amuser ; décauser, dénigrer ; défranchi, privé d’assurance —, dont plusieurs parlent assez d’eux-mêmes : amitieux, déforcer, se méconduire. On classe moins facilement entièreté (qui reprend du service en France) ; exemplatif, à titre d’exemple ; postposer, retarder, repousser ou réciproquer, faire la réciproque. Il est également malaisé, par ailleurs, de faire toujours le départ entre français dialectal et français marginal (= non central). Ainsi crollé, bouclé (de cheveux) et cumulet, culbute, tendraient vers le premier, tandis qu’ajoute, ajout (parfois rallonge) et carrousel, manège de chevaux de bois, appartiennent au second.

49Quant à l’origine de ce lexique, elle est diverse. Les formes qu’il rassemble se répartissent en cinq groupes : 1) les archaïsmes, qui maintiennent l’usage des termes français disparus de la langue centrale ; 2) les néologismes ou mots nouveaux de création lexicale belge (pour une oreille française, ce sont souvent des barbarismes) ; 3) les sens nouveaux dus à une évolution particulière, auxquels s’ajoutent les bisémantismes quand le sens belge coexiste avec le sens français (exemple : posture) ; 4) les dialectismes ou francisations de mots belgo-romans, wallons en général ; 5) les emprunts en provenance des parlers germaniques limitrophes.

50Des interférences sont naturellement possibles. Ainsi aubette, terme du moyen français localisé dans le nord (hobette, haubette) est à la fois un archaïsme, un dialectisme (wallon obète, houbète) et un néologisme par son sens belge de « kiosque à journaux ».

51Une dernière remarque s’impose quant à l’aire et au niveau de diffusion des faits grammaticaux et lexicaux que l’on vient de relever. Alors qu’on les rencontre — avec un indice de fréquence fort variable, il est vrai — dans la conversation courante et dans la presse quotidienne, il est exceptionnel qu’on les trouve dans le discours soutenu : on peut lire des ouvrages entiers d’auteurs belges sans en relever un seul ! Encore qu’il ne soit pas nécessairement guidé par la crainte de la faute ou de l’incorrection, le sujet cultivé tend à s’aligner sur l’usage français de France, en fait sur l’usage parisien.

52S’il y a un « belgicisme » de langue, ce n’est pas dans les belgicismes qu’il faut le chercher, mais dans une certaine lourdeur qui pèse sur l’élocution, qu’elle soit écrite ou parlée.

VII) Français parallèles en situation belge

53La période 1880-1914 a vu se déployer la première grande génération littéraire, celle des aînés flamands, les poètes Rodenbach, Verhaeren, Maeterlinck, Van Lerberghe, Elskamp ; elle a recueilli également l’héritage du goncourtisme sous la forme d’un style artiste dont les retombées allaient ensemencer les terroirs de Camille Lemonnier et de quelques-uns de ses successeurs dans le roman régionaliste. Du côté des petites revues, les poètes « symbolards » s’attiraient les sarcasmes de La Jeune Belgique où Albert Guiraud dénonçait le style « macaque flamboyant ». André Gide, évoquant ses premières armes dans la prose d’art aux maniérismes recherchés, rappellera le temps où il écrivait en belge.

54Il serait excessif et injuste d’étendre ce mal belge à l’ensemble de la production littéraire française du pays. Parmi les écrivains qui en furent préservés, on peut citer quelques romanciers wallons, tels Edmond Glesener, Hubert Krains, Henri Davignon, Jean Tousseul, Charles Plisnier, etc.

55Dans le remue-ménage littéraire qui agite la fin du xixe siècle et le début du suivant, apparaissent les premiers essais de récupération stylistique des particularités belges du français. Malgré le naturalisme, qui serait volontiers de connivence, il reste que c’est avant tout sous l’angle de leur excentricité, de leur cocasserie qu’on les exploite. Peu conformiste de nature, le poète et revuiste Théo Hannon ne s’en prive point à l’occasion, précédant le père de La famille Kaekebroek (1901), Léopold Courouble, spécialiste du français à la sauce bruxelloise (Notre langue, 1898). Ainsi, la voie est préparée à la célèbre comédie de Fonson et Wicheler, Le mariage de Mademoiselle Beulemans (1910). Rapidement adoptée par le théâtre du boulevard à Paris, elle se trouve à l’origine de la désopilante — et désolante — image que la France va se faire du « Belche » et de son accent.

56Vers le même temps, le français régional du pays wallon marque ses premiers avantages avec Marcel Remy qui rassemble, en 1916, sous le titre Les ceux de chez nous, une suite de tableaux et de scènes de la banlieue liégeoise, finement observés par une mentalité enfantine. Le genre connaîtra, aux alentours des deux guerres mondiales, des prolongements remarquables avec les romans d’Aimé Quernol (anagramme de Léon Marique). Chez ce dernier, comme chez Remy, le rendu de la langue parlée — un français wallonisé — revêt, en dépit de l’intention littéraire, une indiscutable valeur de témoignage, qu’on retrouvera, avec des bonheurs divers, dans d’autres récits liégeois de la période contemporaine.

Notes

1 La démonstration en a été faite par Marcel Deneckere, Histoire de la langue française dans les Flandres (1770-1823), « Romanica Gandensia » II-III, Gand, 1954, spécialt. pp. 29-128.

2 Ch.-Fr. Becquet (1972, 2.3), p. 23.

3 Voir, sur la question, Maurice Piron, Les littératures dialectales du domaine d’oïl dans Histoire des littératures III (1958, 3.1), pp. 1479 sqq.

4 Bulletin de la Société liégeoise de littérature wallone, 2e série, t. 2, 1877, pp. 78-79.

5 Marcel Paquot (1962, 2.3) ; Un mémoire de licence (inédit) a été élaboré sous ma direction, en 1968, à l’Université de Liège, par Mlle Michèle Nicolay : Le recueil de « Flandricismes et wallonismes » d’A.-F. Poyart et ses suites.

6 Dans la 2e édition (1811), art. 369, p. 194 : « Pour sentir le ridicule et l’absurdité de ce belgicisme... » [l’emploi de avec pour par].

7 Belgicismes, ou les vices de langage et de prononciation les plus connus en Belgique... (1857, p. VII).

8 Dictionnaire liégeois (1933, 2.3) : Introduction, p. XIX.

9 Marcel Paquot (1962, 2.3), pp. 100-102.

10 Une première édition avait paru à Charleroi en 1890 sous le titre Les expressions vicieuses belges recueillies et corrigées d’après les meilleurs et les plus récents documents en la matière.

11 On en trouvera la liste complète dans le mémoire de licence de mon ancien élève Jean-Pierre Wilmart (1968, 0.1), Bibliographie analytique des travaux consacrés au « français régional » de Belgique.

12 Dans la « Revue de l’Instruction publique en Belgique », t. 38, 1895, pp. 221-230, 378-396 : la suite n’a pas paru.

13 Dans les « Annales de l’Académie royale d’archéologie de Belgique », t. 63, 1911, pp. 445-485.

14 A. Brun (1946, 2.2), p. 138.

15 Voir M. Piron, Les belgicismes lexicaux : essai d’un inventaire, dans « Mélanges Paul Imbs » (Strasbourg, 1973) repris dans Aspects et profil de la culture romane en Belgique, du même (Liège, Sciences et Lettres, 1978).

Auteur

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540