Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la langue française 1880-1914

 | 
Gérald Antoine
, 
Robert Martin

Chapitre II. Variétés et diffusion du français

Le langage populaire

Denise François

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à remercier chaleureusement tous ceux qui nous ont aidée à rassembler la documentation. (...)

1Au cours de l’élaboration de ce texte, il est apparu que, pour la période considérée, définir l’extension de « langage populaire », cerner ses aires d’emploi et leurs déplacements, était primordial : on ne saurait se contenter de présenter des listes de traits linguistiques considérés traditionnellement comme populaires, qu’il s’agisse de phonétique, de grammaire ou de lexique. C’est pourquoi l’on s’attachera d’abord à la définition de « populaire », puis à l’examen des documents disponibles1– qui fourniront de nombreuses illustrations – avant de récapituler les grandes caractéristiques linguistiques de la langue populaire.

I) Populaire ?

2Que signifie « populaire » lorsqu’on parle de langage ?

3Écartons, d’emblée, deux confusions courantes.

  • 2 Par ex. les Pieds-Nickelés de Louis Forton, v. infra, note 22.

4La langue (ou le langage) populaire (L. P. désormais) ne peut être limitée à des faits de vocabulaire et, plus précisément, ne saurait être identifiée à l’argot, aux argots plutôt, qui se bornent à des faits de lexique marginaux, différentiels, qu’ils soient cryptiques ou ludiques (Cf., ici même, notre contribution à l’étude des argots). Ce qui ne signifie pas, bien entendu, que les termes argotiques ne soient pas un indice de L.P.2. Mais ce n’est pas là un critère décisif, pas plus que l’insertion de « gros mots », de jurons ou de locutions populaires (sur ces points, cf. infra, IV, l’étude lexicale).

5Par ailleurs, la L. P. ne peut être assimilée à des régionalismes, terme sous lequel on a souvent mêlé, au reste, les français régionaux, les patois et les dialectes. On sait quels facteurs ont pu favoriser la confusion entre populaire et régional : le recrutement provincial, rural de quantité d’ouvriers, de domestiques... a permis de repérer des « parlures » régionales (et de s’en gausser) – en les référant, volontiers, à des personnes occupant de « bas emplois » – en tant qu’elles s’écartaient de celles que les creusets urbains commençaient à niveler en gommant les particularismes, phonétiques et lexicaux notamment. Le personnage de Bécassine est un exemple presque caricatural de ce glissement qui se fait au détriment de l’analyse objective des parlers régionaux qui n’étaient pas, à cette époque surtout, l’apanage des classes populaires. On se reportera, pour l’étude des français régionaux, ici même, à la contribution de J. Chaurand. En ce qui concerne la L. P., cela ne signifie pas que nous postulions que seul le parler de Paris représente une L. P. « standard » – notion à laquelle nous n’accordons pas une rigueur scientifique avérée – mais que nous refusons d’étiqueter, ipso facto, comme populaires des régionalismes que toutes les classes sociales peuvent pratiquer délibérément dans les régions d’origine.

6Qu’il s’agisse des argots ou des régionalismes, il convient en fait d’éviter de considérer comme des traits de L. P. tous les écarts par rapport à un parler parisien supposé « neutre ». Il ne faut pas arguer du recours à diverses ressources (argots, régionalismes...) pratiqué dans la L. P. pour le confiner dans des aires d’emplois restrictives : nous refusons d’établir des équations simplistes telles que populaire = argotique, populaire = provincial.

7Ces réserves faites, la L. P. apparaîtra dans un premier temps comme le langage du « peuple », du « petit peuple », voire du « bas peuple », celui des « bas quartiers » du Paris de 1900. On peut alors partir, avec des états d’âme nostalgiques éventuellement, à la recherche des cartes postales, des livres de comptes de cuisinières, des livraisons à grande diffusion... ; on se référera aux ouvrages sur les parlers des voyous, des bagnards. A la limite, on assimile « populaire » à « populacier », « vulgaire », « bas »... Pourtant, établir des listes de vulgarismes ne semble pas permettre une approche satisfaisante de la L. P. Nous préférons retenir l’acception large de « populaire », plus proche de celle de « peuple » dans toute son extension (cf. Littré), qui amène à accepter l’ensemble des productions, des refrains de Caf’Conc’aux citations romanesques, qui ne sont pas propres au petit peuple — qui les crée rarement, même s’il contribue à leur succès — qui sont largement diffusées dans l’ensemble de la communauté. Ceci afin d’éviter une définition de la L. P. qui oppose, de façon trop grossière, le langage des classes dominantes — bourgeoise et même, encore, aristocratique — à celui d’une autre population qui contraste avec la précédente, marquée, typée comme telle, et qui est trop souvent assimilée à des couches sociales marginales — et afin de ne pas masquer toutes les osmoses langagières possibles entre les différents locuteurs francophones. On aboutit ainsi, en dernière analyse, à poser le problème des liens qui unissent langue populaire et langue commune, ce qui implique deux remarques.

8La première est que les couches les plus populaires du peuple — ce qu’on pourrait appeler « le peuple populaire » (P. P.) — ne sont pas seulement un émetteur mais aussi un récepteur (plus ou moins passif), comme tout groupe, plus que tout groupe sans doute en raison de ses rapports à l’activité langagière. En ce sens, d’une part — en qualité d’émetteur — le P. P. est source de phénomènes linguistiques qui peuvent se répandre chez les locuteurs cultivés, éventuellement même par le relais de ceux-ci (Alphonse Allais, par exemple). Par le biais du pastiche, cela peut aller jusqu’à créer de pseudo-émetteurs d’un langage à coloration populaire (tel Gide dans son Thésée, 1936, qui nous paraît un aboutissement en la matière), langage qui, en règle générale, ne puise pas authentiquement ni ne trouve audience dans les classes privées de culture. Mais d’autre part — en qualité de récepteur – le P. P. reçoit divers messages émis par les « gens cultivés » à son intention et cela représente une masse importante de productions linguistiques qui dans leur diversité s’adressent au peuple (littérature populaire, didactique populaire, sermons, discours, etc.), sans possibilités de rétroaction, sauf exceptions ; à notre sens, on ne saurait écarter d’une étude du L. P. les productions dont la vocation « populaire » est, plus ou moins explicitement, affirmée par leurs auteurs et auquel le P. P. semble accorder une certaine audience (cf. infra). Ces considérations entraînent, évidemment, des investigations plus larges que celles qui se limiteraient aux formes populacières d’une langue et elles incitent à considérer d’un regard neuf le problème de la norme ou, plutôt, des normes, comme dans tous les cas où s’observent faits de contacts sociaux et évolution. Elles posent, en outre, le problème des relations entre les sociolectes, invitent donc à se demander ce que se prêtent et s’empruntent les différents groupes sociaux en coexistence dans le circuit émission-réception : si Bruant puise dans la L.P., lui donne-t-il quelque chose, en retour ? et Gide ?

  • 3 Cf. J.-M. Mayeur, Les débuts de la iiie République, 1871-1898, coll. « Nouvelle histoire de la Fran (...)
  • 4 Cf. J.-M. Mayeur, op. cit. supra, note 31, et A. Prost (1968, 2.1).

9La seconde remarque concerne l’affinement nécessaire pour l’étude linguistique de l’analyse de ces groupes sociaux – au-delà des types contrastés – et cet affinement est particulièrement important pour la période que nous examinons où l’évolution des rapports sociaux est très accentuée en fonction du développement de l’industrie, de l’urbanisation, des encadrements politiques et syndicaux, etc.3. Or il apparaît que l’on parle souvent de retombées idéologiques, par exemple, de la politique de la IIIe République sans pouvoir fournir une information sociologique et sociolinguistique sérieuse. En ce qui concerne l’analyse linguistique, deux points principaux nous paraissent devoir être notés dans ce mouvement. Le premier est la mobilité géographique et sociale accrue qui favorise les brassages linguistiques dans les centres urbains (jusqu’aux risques d’encanaillement souvent dénoncés). On peut ainsi dégager deux schémas de transgression de l’ordre établi qui traversent les productions de cette époque (cf. Germinie Lacerteux, les romans de Zola, de Vallès...) : celui de la déchéance (par les vices tels que l’alcoolisme) et celui de l’ascension ; de telles représentations supposent bien des contacts entre les usages du français et sont sans doute symptômes de certains décloisonnements, tout en favorisant l’image simpliste de modèles sociaux contrastés. Le second point – qui nous paraît capital – est le développement de l’instruction publique et, notamment de l’instruction primaire4. Ce développement, tel qu’il a été suscité par Jules Ferry, en relation avec l’évolution des techniques, avec le suffrage universel, avec le vote de lois sociales, avec l’expansion de la presse implique, lui aussi, qu’on étende le champ d’enquête à la pratique populaire du langage puisque celle-ci ne se limite plus à l’oral mais utilise peu à peu (passivement sinon activement) les canaux de l’écrit (cf. infra, III). Ajoutons enfin que, dans la période d’avant-guerre, surtout à partir de 1910 environ, on observe un bouleversement de ces transformations qui tantôt les freine, tantôt les accélère.

10Bref, si l’on se refuse à réduire l’analyse du français populaire à quelques usages faubouriens, le L.P. se révèle objet d’une étude complexe qui doit considérer ses productions propres, ses emprunts aux autres parlures, ses reflets dans les autres parlures, ses possibilités d’échanges linguistiques dans une société en évolution. C’est dans cette perspective que seront examinés les problèmes documentaires.

II) Présentation des problèmes de documentation

  • 5 Cf. par ex., J. -P. Crespelle, La Vie à Montmartre au temps de Picasso, 1900-1901, Paris, Hachette, (...)

11Fin de Siècle, Belle Époque, style nouille, Caf’ Conc’, boulevards, Montmartre, impressionnistes au Moulin de la Galette...5, toute cette imagerie laisserait penser qu’à travers la croissance incontestable de telles formes d’ « expression populaire », sans parler du développement de la presse, de l’expression politique et syndicale..., il n’est pas malaisé de se documenter sur le L.P. entre 1880 et 1914.

  • 6 Cf. F. Blaise-Helgorsky (1979, 0.1).

12En fait, et les quelques ouvrages qui ont traité de cette époque le soulignent6, la documentation est souvent d’accès malaisé et ceci a fortiori lorsqu’il s’agit du langage populaire qui, faute de jouir d’une réelle audience, n’est pas archivé, répertorié.

  • 7 Par ex. A. Darmesteter, Cours de grammaire historique de la langue française, 2e éd., Paris, Delagr (...)
  • 8 Phonothèque nationale, Archives de la parole, Université de Paris-Pathé : Conversation en parler pa (...)
  • 9 H. Bauche (1920, 2.2) ; H. Frei (1929, 2.2) ; P. Guiraud, Le Français populaire, coll. « Que sais-j (...)
  • 10 Brunot-Bruneau (1933, 0.2 ) ; M. Cohen (1973, 0.2), notamment p. 263 sqq., indications bibliographi (...)

13Les études théoriques ou empiriques du L.P. produites pendant cette période sont rarissimes, décevantes souvent, dans la mesure où elles procèdent de préjugés, visent à condamner et non à constater. La plupart des auteurs ignorent purement et simplement le problème du L.P. Bref, si l’on excepte certains articles du Dictionnaire de Littré (1863, 0.2) ou du Dictionnaire général de Darmesteter, Hatzfeld et Thomas (1889, 0.2), quelques paragraphes dans des ouvrages consacrés à la linguistique7 et quelques textes didactiques qui, à travers leurs interdictions normatives, nous éclairent sur les usages réels, ce ne sont pas les spécialistes du langage – ils ont d’autres préoccupations à cette époque – qui nous documentent le mieux sur la L.P. vers 1900. Les ouvrages sur la prononciation, tels ceux de Paul Passy8 offrent, en revanche, de nombreux renseignements. Ce sont en fait des études ultérieures (notamment celles de Bauche, Frei et Guiraud9) qui nous livrent quelques vues d’ensemble et/ou clés pour l’analyse, cependant que l’on recueille quelques rares et rapides indications chez les historiens de la langue (cf. Brunot-Bruneau, Marcel Cohen, remarques « historiques » chez Grevisse...10)

14Où donc trouver les documents et comment les apprécier par rapport au langage le plus authentiquement populaire (celui du P.P.) et par rapport au langage populaire commun ?

  • 11 Cf. D. François et alii, Questionnaire sur l’utilisation de l’écrit (en préparation).
  • 12 Cf. D. François, « Français parlé ou français populaire », Revue d’ethnologie française, t. III (19 (...)

15Ici encore, comme souvent en linguistique, le clivage fondamental est celui de l’oral et de l’écrit. La forme orale du langage demeure, quel qu’ait été le recul de l’analphabétisme dans la période considérée, la forme privilégiée du L.P. Ce qui est encore largement vrai à notre époque11 est prédominant pour la période considérée : le P.P. se sert peu de l’écrit. Mais encore faut-il bien rappeler12 que les traits spécifiques d’oralité ne se confondent pas avec les traits du L.P., ce qui nous conduirait à qualifier abusivement de « populaires » tous les procédés propres à l’oral, pratiqués par les différents groupes sociaux comme, par exemple, l’abondance de topicalisations du type c’est lui qui... On peut donc établir un rapport privilégié entre L.P. et oral, mais ce rapport n’est pas bi-univoque. Il est clair qu’en ce domaine de l’oral – le plus spontané, certes – la documentation est ardue. En outre, les faits d’oralité sont difficilement appréhendés dans leur histoire, en relation à l’histoire, tendent à être vécus au présent, de telle sorte que les problèmes de datation des changements et de leur diffusion est difficile pour le chercheur : certains phénomènes très anciens comme la prononciation quat’ pour quatre peuvent être revendiqués par les usagers de la fin du xixe s. En un sens, nous pouvons donc dire que les sources les plus sûres d’information sur le L.P. sont les plus rares et les moins accessibles.

16Les sources écrites sont, à l’inverse, plus abondantes mais, souvent, peu fiables. S’il nous faut, donc, recourir aux documents écrits, il est indispensable de classer ces matériaux en fonction de leurs affinités avec un L.P. le moins falsifié possible, le plus proche possible de celui des couches populaires. Cette tentative de reconstitution, à travers des documents écrits, d’un mode d’expression oral dans sa véracité est, évidemment, périlleuse mais elle nous offre une masse de documents telle que nous pouvons l’estimer fructueuse et justifiée. Même pour l’écrit, l’investigation est difficile en raison de la diversité et de la dispersion des documents (correspondances, archives familiales, pamphlets, chansons, théâtre, romans...). Nous tenterons de relever, en les présentant par ordre de proximité décroissante avec les émetteurs les plus populaires (P.P.), des témoignages écrits qui peuvent nous permettre de reconstituer le L.P. à la charnière des xixe et xxe siècles. On ne pouvait tenter, dans le cadre de ce chapitre, de recenser exhaustivement les données disponibles (sans doute en aurons-nous omis d’importantes) ; il n’est pas même possible de citer ici les extraits les plus intéressants des textes consultés. Nous ne pouvons davantage proposer, item par item, un commentaire linguistique de ces documents. Nous avons relevé plusieurs milliers d’items et ne pouvons, dans chaque rubrique concernant la documentation (cf. infra, III), qu’illustrer ce que sont les productions par le peuple (émetteur), pour le peuple (récepteur) ou encore ignorant le peuple, avant d’essayer de dégager (infra, IV) les traits linguistiques saillants du L.P.

III) Les sources de documentation

17On trouvera donc, ci-dessous, quelques documents qui permettent d’étudier le L.P. entre 1880 et 1914. Deux grandes rubriques : les productions orales et écrites du P.P. (III A) et les textes publiés (III B) dont une classification vaut d’être tentée.

A) Lorsque le peuple parle (a) ou écrit (b)

18a) Comme nous venons de le souligner, le L.P., surtout dans la période considérée, se manifestait surtout sous une forme orale. Il est clair que, pour des raisons techniques, on ne dispose pas d’un grand nombre de documents sonores. Cela est particulièrement vrai pour le L.P. tel que nous l’avons défini, les archives étant plus riches sur les français régionaux, les dialectes ou les patois grâce aux missions effectuées par F. Brunot. Dans le fichier de la Phonothèque Nationale figurent deux enregistrements fort intéressants qui nous permettent d’entendre quelques traits de parler parisien populaire recueillis en 1912 et 1913 tels que :

[Ʒavɛ mɔ pɔʁnε͂ (parrain) ketε etabli ʁy...]
ou [εsk vu nave pa kʁy ksetε la komyn ki ʁvәnε].

19On dispose également de quelques transcriptions de « français parlé » (sans précisions sociolinguistiques) en alphabet A.P.I. faites par Paul Passy.

20Toutefois, aucune généralisation n’est possible à partir de ces témoignages, et les enregistrements ne renseignent pas sur les apports gestuels, situationnels... caractéristiques de tout message oral.

  • 13 Cf. D. François, Français parlé, Analyse des unités phoniques et significatives d’un corpus recueil (...)
  • 14 Cf. Massin, Les cris de la ville, Paris, Gallimard, 1978, 254 p. ; Argenteuil, images d’histoire, o (...)

21On peut, sans tricherie, corroborer les données des archives grâce à l’analyse de corpus plus récemment enregistrés par des locuteurs nés vers 190013, notamment dans le domaine du système phonologique dont l’acquisition semble bien être fixée, pour l’essentiel, dès l’adolescence (alors que le lexique, voire certaines tournures grammaticales semblent plus évolutives chez l’individu). Cela vaut pour notre propos, même si nous nous défions en règle générale des descriptions qui, pour le recueil de données de langue commune, de dialectologie, de contes... ne se réfèrent qu’aux ancêtres de la communauté. C’est ainsi que dans notre étude sur le français parlé, nous avons relevé auprès d’informateurs âgés les mêmes formes [pɔʁε͂], [ksetε la (SN) ki...], etc. que celles citées ci-dessus. On peut, certes, grappiller dans des documents hétéroclites quelques indications supplémentaires telles celles que nous fournissent les cris de la rue (cf. Massin, Argenteuil, images d’histoire, Supplément illustré du Petit Journal, le Crainquebille d’Anatole France ou les notations de Jules Vallès14).

Ex. : « V’là les huîtres fraîches et bonnes !... On les vend six sous la douzaine !... » (Argenteuil,... illustr. n° 96)

ou : « La vie, la vie à un sou le petit verre ! A la bonne eau-de-vie pour réjouir le cœur ! — A mon petit cabaret, à mon petit bouchon » (Suppl, ill. du Petit Journal, n° 414, 23.X.98).

22Reste la rareté des documents oraux — et le fait que cela n’affecte pas seulement l’analyse du matériau phonique (phonétique, phonématique, prosodie) comme on tend parfois à le croire, mais aussi celle des faits grammaticaux (morphologie, syntaxe), lexicaux, axiologiques (analyse des « valeurs »), et, au-delà, celle de l’élaboration du sens des énoncés et suites d’énoncés (énonciatique). En effet, dans le domaine des faits significatifs aussi, le passage de l’oral à l’écrit est une transmutation impliquant des restructurations qui peuvent masquer la forme première (orale) de production et l’on ne peut fonder une grammaire ou une sémantique de l’oral sur la foi des documents écrits.

23b) Ceci étant dit, en la quasi-absence de documents oraux du L.P.P., on recourrait volontiers aux documents écrits. Mais le P. P. écrit peu ; même lorsqu’il sait lire et écrire, il a peu d’occasions de pratiquer, surtout activement, les formes écrites (il serait intéressant d’étudier quand et pourquoi le P.P. écrit, cf. enquête Denise François citée supra, note 11). Il faut donc explorer les greniers pour rassembler quelques documents du type : documents juridiques olographes (testaments, notamment), livres de courses et de comptes ménagers, correspondances (lettres et cartes), journaux intimes, carnets de bord... (cf. note 1 qui permet d’identifier nos sources).

24On notera que, ici tout particulièrement, les emplois familiers et le L.P. ne se distinguent pas toujours aisément : si on ignore les coordonnées socio-culturelles de l’émetteur, la rédaction d’une carte postale-souvenir, par exemple, ne révèle pas nécessairement des traits de L.P., comme nous l’a montré la comparaison de diverses correspondances familiales.

25En règle générale, la moisson n’est pas très abondante, à raison du genre même de ces textes, dans les livres de courses et de comptes des ménagères (domestiques ou patronnes) ou les documents juridiques olographes, si l’on excepte les fautes d’orthographe et les graphismes — faits que l’on retrouve dans tous les matériaux de ce type —, quelques curiosités lexicales (ex. « pâte à rasoir », « façon d’une douzaine mouchoirs », « une petite chauffrette cuivre rose », « un balaie de crins », « doublure de jupon »), quelques rares faits de syntaxe (ex. « Chapeau à Edmond », « appartenant à » ; « voyage de Vaucresson », « vers ») (Cf. carnets L.B.).

26Les correspondances sont plus instructives. Il faut ici distinguer entre les cartes postales et les lettres.

27Les cartes postales sont généralement courtes (il a existé un tarif spécial pour les textes de moins de cinq mots) lorsqu’il s’agit d’envoyer simplement une marque d’affection ou de politesse. Ces documents sont intéressants en ce qu’ils témoignent de l’installation des stéréotypes dès que le contenu informatif précis diminue. C’est ainsi que, dans nos voyages dans les greniers les plus divers, nous avons relevé d’innombrables récurrences de textes (suivis d’une ou plusieurs signatures) comme :

Amitiés et souvenir d’Ambérieu.
Souvenir de voyage et amitiés.
Affectueuses pensées de Vernon.
Bon souvenir. Amitiés.

  • 15 Cf. A. Kyrou, L’Age d’or de la carte postale, Paris, Éd. Balland, 1966, 141 p. + répertoire des tex (...)

28Ces textes ne sont pas sans rappeler ceux imprimés au recto de la carte postale15. D’autres cartes postales présentent un texte plus long et peuvent être rapprochées des lettres.

29Les correspondances plus développées (lettres, notamment) frappent surtout par la densité d’informations (souvent utilitaires) qui s’y trouvent rassemblées dans un discours suivi, une sorte de continuum discursif sans respiration, pourrait-on dire, ce qui se traduit généralement par une graphie serrée, utilisant tout l’espace disponible, et par l’absence de ponctuation.

Ex. : Envoie nous quelques morceaux de soie pour nous faire des cravates n’importe la grandeur et la couleur ça nous ferait bien plaisir Bons baisers de ta sœur (carte postale H.M., 1911).

— pences à mois à dimanches Bonne à niversèr (1908, Ado Kyrou)
— Mon Cher Cousin,

j’ai été surpris de recevoir une lettre de faire part de Monsieur Noél S. mais voyant ton nom sur la lettre je me demande si c’est de la famille de ta dame car son nom ni etant pas je ne sais pas si tu as eu le malheur de la perde je ne savais non plus que tu etais (ou était ?) change de résidence et au jour de l’an je t’avais envoyer ma carte comme tous les ans et je m’étonnais beaucoup de n’avoir pas eu la tenne mais je vois que... (lettre L.B., 1890)

30Il n’est pas rare que les lettres s’efforcent de reconstituer une situation de communication directe.

Ex. : Bonjour mes chers petits enfants Je suis heureux d’interrompre un instant mes travaux pour causer avec vous que j’aime tant.
Allons Marguerite ma grande, viens t’assoir la, sur mon genou gauche tandis que toi mon petit brave Henri tu prendras mon genou droit, de cette façon nous serons tous trois plus près pour nous causer... (Lettre G.R., 1893).

31Les textes suivis (journaux intimes, carnets de bord...) sont rares. C’est avec d’autant plus de gratitude que nous avons dépouillé le cahier H.M. 1878, mine de renseignements dont le caractère homogène permettrait même de mener, au-delà de l’analyse linguistique stricto sensu, une analyse de l’organisation du discours et du contenu.

Ex. : Le lendemain qui était dimanche le 13 il faut vous dire que Bourail a beaucoup de consessionaire condamné. Ver huits heures environ je vois arriver à l’usine un troupe de condamné, ou dumoin tous abillet en tenue de condamné, arriver sur la place de l’usine sur deux rand une apelle fut faite par un surveillant pénitencier, l’appelle faite leur donne des ordres de resté à l’usine que le soir à six heures il repartiraie à leur poste et rempé les rangs, tous chacun se trote vont reconaître leur femme, c’était pour ainsi dire toute des femmes marié que je croyai honnête mais presque toute sorti du bagne.

32On notera que ce type de textes nous informe sur tous les plans de l’analyse linguistique, de la prononciation au lexique.

B) Les textes publiés

33La seconde source de documentation est constituée, nous l’avons dit, par l’ensemble des textes publiés, diffusés – qu’ils soient imprimés ou non –, étant entendu qu’on ne saurait se limiter ici aux œuvres proprement littéraires mais qu’il faut élargir l’enquête à la masse (croissante) des productions qui peuvent renseigner sur le L.P., qu’elles s’adressent directement ou non au peuple récepteur.

34Classer ces documents publiés en fonction de leur apport à l’étude du L.P. n’est pas facile dans la mesure où divers facteurs peuvent intervenir, positivement ou négativement. Nous allons examiner ceux qui paraissent les plus importants.

1) Les « niveaux » littéraires.

  • 16 Cf. par ex. A. Lagarde et L. Michard, xixe siècle, xxe siècle, Les grands auteurs français du progr (...)

35Certes, de même qu’on distingue aisément l’opéra de la chansonnette, on peut aisément distinguer, de façon polaire, la littérature, la « grande » littérature — celle des manuels d’histoire littéraire, classiques ou non16 — des productions sans visée artistique, de moindre prestige, qui sont souvent d’ordre conjoncturel comme les affiches ou les textes publicitaires. Mais, entre les deux pôles, on n’est pas assuré d’éviter tout arbitraire dans la classification. Qu’on pense, par ex., aux livraisons (cf. catalogues Calmann-Lévy, Flammarion, Plon) censées répandre à bon marché une littérature sans prétention, dite « de kiosque », dont nombre de titres sont ensuite réimprimés sous forme de livres et prennent place dans les histoires littéraires (ex. œuvres de Colette). Qu’on pense aux contes ou nouvelles d’Alphonse Allais, d’Anatole France, etc., publiés ici et là dans les almanachs, dans la presse, parfois sous des pseudonymes, et qui trouvent leur notoriété lorsqu’ils sont réédités en recueils. Faut-il exclure, en raison du « genre » qu’elles représentent, les œuvres de Jarry, voire celles de Christophe de notre histoire culturelle ? certaines formes de production mineures qui acquièrent alors des lettres de noblesse comme les affiches de Toulouse-Lautrec ? Le fief de la littérature reconnue est assez facile à cerner, ne serait-ce qu’à travers l’importance des rubriques des dictionnaires ou les listes d’auteurs cités en référence par les grammairiens (cf. Nouveau petit Larousse, partie historique, éd. 1970, qui ne cite ni Gyp, ni Delly, ni l’Almanach Vermot, par ex., ou la liste des références du Bon usage de Maurice Grevisse), mais il reste qu’il est impossible d’établir des frontières étanches entre différents types de textes publiés.

36En ce qui concerne notre propos, nous pouvons, de façon empirique, distinguer, d’une part, les textes de « para-littérature » (III B1) — terme regroupant la presse, les caricaturistes, les bandes dessinées, la publicité, les almanachs, la chanson, les textes didactiques — qui recourent souvent au support de l’image (une étude de l’iconographie serait très importante) ou du spectacle et, d’autre part, les textes proprement littéraires (III B2) que, par commodité, nous classerons par « genres » (romans, théâtre, contes, poésie) en essayant, dans chaque rubrique, de déterminer à la fois le public-cible et les caractéristiques intrinsèques de l’œuvre.

37La probabilité est que les textes les plus « nobles » fournissent peu d’illustrations de L.P. mais ce n’est là qu’une probabilité qui ne renseigne pas ipso facto sur les apports que chaque texte peut fournir en matière de connaissance du langage populaire.

2) Catalyseurs de L.P. (genres, personnages...)

38D’autres facteurs, en effet, interviennent qui peuvent bouleverser ce simple classement des œuvres sur l’échelle des valeurs littéraires, favorisant ou défavorisant l’occurrence de traits populaires : tel texte littéraire peut alors fournir des indications précieuses (cf. les servantes chez Molière) cependant que telle « livraison » populaire — ce qui n’est pas sans intérêt, au reste — n’offre qu’une langue banalisée.

39Au fil de nos explorations, il nous a semblé pouvoir retenir quelques paramètres comme les suivants, qui permettraient de trier, au moins dans une étude approfondie, les documents utiles pour notre propos (notamment lorsqu’il s’agit de productions littéraires) : genres, types de personnages, types de contenus, types d’auteurs et types d’intentions de l’auteur (explicites ou implicites).

40Les genres sont encore très importants dans la période considérée mais on peut, par exemple, se demander si le roman ou le théâtre sont plus catalyseurs de L.P. que la poésie, ou s’il faut introduire des différenciations plus subtiles.

41L’apparition de tel personnage, un domestique ou un ouvrier, par ex. (mais en est-il de même avec une ouvrière ou une domestique ?), ou, sur le plan des contenus, des thèmes récurrents d’un certain « populisme » (nationalisme, anticléricalisme ou cléricalisme, misérabilisme...) vont-ils faire foisonner les traits du L.P. ?

42L’origine sociale, populaire ou non populaire, de l’auteur joue-t-elle un rôle ? (cf. textes écrits par des domestiques). Son langage est-il toujours en accord avec ses déclarations d’intention, ses affirmations idéologiques telles qu’elles peuvent apparaître dans l’« avant-propos » de ses œuvres ?, etc.

43Encore ne faut-il pas simplifier : aucun de ces paramètres ne constitue, en lui-même, surtout dans la période d’évolution rapide dont il s’agit, un critère automatique et décisif, comme nous tenterons de le montrer. Un auteur d’origine populaire peut n’utiliser aucun trait de L.P. alors qu’un auteur non populaire peut le faire avec délectation ; il n’y a pas de lien mécanique entre un dialogue romanesque à teneur triviale et l’utilisation de traits populaires ou, tout au moins, familiers ; désigner le « peuple » comme son récepteur privilégié n’implique nullement qu’on emploie le langage du peuple ; quelques aristocrates de Gyp se permettent de parler d’une façon plus populaire que leurs domestiques, etc.

44Ces catalyseurs sont en tout cas des indices à prendre en compte dans l’appréciation des documents disponibles et dont il serait intéressant d’étudier, statistiquement, la hiérarchie et la conjonction ou indépendance.

3) La densité en L.P. : données quantitatives / données qualitatives.

45Un autre facteur de classement des documents, plus strictement linguistique, consiste dans l’évaluation quantitative et qualitative des données de langue recueillies.

46D’un point de vue quantitatif, se laissent distinguer divers types de textes tels que :

  • les reconstitutions plus ou moins globales, plus ou moins fidèles de L.P. ;

  • des injections de L.P. (généralement phonétiques – comme l’apocope marquée par l’apostrophe – ou lexicales) ;

  • les textes émaillés de sapristi / nom d’un chien / Ah ! ouiche ! / Fichtre qui se bornent à l’utilisation sporadique de quelques « jurons » populaires euphémiques, aseptisés ;

  • les textes à teneur zéro en L.P. qui s’adressent au peuple-récepteur, langue censée être pour le peuple et qu’on peut supposer n’être pas sienne dans la mesure même où on la lui offre comme modèle, voire essaye de la lui imposer.

47Il serait fallacieux de limiter l’analyse au point de vue quantitatif même si ces données mettent en évidence des niveaux linguistiques d’analyse (phonétique... vocabulaire) qui sont, plus ou moins, des garanties d’authenticité (il est plus facile de pratiquer une injection lexicale sporadique que de reproduire des schémas syntaxiques du L.P.).

  • 17 D. François (1968, 2.2).
  • 18 H. Barbusse, Le Feu (Journal d’une escouade), Paris, Flammarion, 1917, 349 p.

48Dans cette perspective, un fait central permettra de dégager l’essentiel : celui de la distanciation que l’auteur publié établit à l’égard du L.P. qu’il insère dans son ouvrage. Nous n’avons trouvé aucun exemple de texte où, d’une façon ou d’une autre, cette distanciation ne se manifeste pas. Nous avions déjà signalé17 que Barbusse, dans le Feu18, fait coexister le langage des poilus avec une description de paysages au passé simple et autres signes de langage soutenu (tels quelques archaïsmes lexicaux).

Ex. : « Le grand ciel pâle se peuple de coups de tonnerre : chaque explosion montre à la fois, tombant d’un éclair roux, une colonne de feu dans le reste de nuit et une colonne de nuée dans ce qu’il y a déjà de jour ». (début du chapitre II, p. 5)

49C’est là façon, bien sûr (qu’on retrouverait aisément chez Céline ou chez Queneau, par ex.), de signaler qu’on pratique, qu’on illustre (qu’on exploite parfois) le L.P. mais qu’on le fait « en connaissance de cause », en détenteur d’un autre langage. Il en va de même lorsque Vallès utilise l’italique pour des mots comme jugeote, cafard, calicot, chipé ou lorsque les Goncourt, Alphonse Allais... usent, aux mêmes fins, des guillemets. Les auteurs les plus populaires, quelles que soient leur origine sociale et leurs déclarations d’intentions, n’échappent pas à cette règle qui leur paraît, sans doute, légitimer leur utilisation du L.P. Seuls sans doute, quelques chansonniers ont donné une audience à part entière au L.P., dans des textes courts et qui, généralement, n’étaient pas, à l’origine, destinés à être lus. Partout ailleurs, une certaine distanciation se manifeste qui se surimpose de façon éclairante au souci déclaré de véracité linguistique, de témoignage, de couleur locale...

50Tous ces facteurs, du « niveau » littéraire à la densité en traits de L.P. en passant par l’importance des genres, des personnages, se combinant, jouant en coopération ou en compétition, il serait dangereux de se contenter d’une présentation simplifiée des données. La présentation adoptée ci-dessous, largement tributaire du classement traditionnel en « niveau » de production, n’est qu’un cadre dans lequel nous tenterons de restituer la complexité des faits.

C) La paralittérature

51On pourrait s’attendre à ce que ces documents, souvent très largement diffusés, offrent une riche moisson pour la connaissance du L.P. En réalité, qu’il y ait ou non support par l’image, ce type de documentation est, sauf exceptions, assez décevant.

  • 19 Supplément illustré du Petit Journal. Nous avons dépouillé les numéros 200, 201 (1894, 5e année), 4 (...)

521) La presse, quotidienne ou hebdomadaire, a ses schémas types de mise en page qui constituent un sommaire manifestement populaire (rubriques cuisine, chasse, contes, histoires drôles, anecdotes politiques de la semaine, hygiène, romance, publicité, la première et la dernière page étant souvent, comme dans le Supplément illustré du Petit Journal19, consacrées à des gravures). Elle est très sage sur le plan du langage. Quelques contes ou nouvelles mettant en scène des personnages populaires (généralement provinciaux) nous livrent, non sans précautions oratoires, quelques exemples tels que :

« Chien que tu es, réplique maître Bourry, si ce n est pas vrai, alors pourquoi que lorsque je suis tombé dans l’eau, après avoir plané dans les airs ni plus ni moins qu’un goëland, je me suis trouvé à cent brasses du navire..
- Ah ! mon oncle, parce que... parce que... »
(Suppl, ill. du Petit Journal, n° 413, 1898)

53– et l’on peut, ici et là, glaner quelques informations sur le mouvement du lexique :

« Ces diables a américains nous dament le pion, comme on dit » ; « journaliste roublard » (ibid., n° 200, 1894) ; « pioupious » (ibid., n° 419, 1898).

54Ailleurs, on nous alerte discrètement et plaisamment, sur des faits de langage.

Ex. : « je n’ai jamais entendu une femme bien élevée d’ici s’écrier qu’elle voudrait « fiche des gifles ». Dans un mouvement de colère « justifié », elle dirait, peut-être : « j’aurais voulu pouvoir le souffleter » (ibid., n° 414, 1898).

55Ces informations apparaissent souvent dans des jeux de mots tel celui-ci (qui utilise l’ambiguïté du point d’incidence de provisoire) :

« Fermé pour cause de décès provisoire » (sur la porte d’un magasin ; ibid., n° 415, 1898, « mots pour rire »)

56– ce qui conduit à souligner un double phénomène qui se manifeste à maintes reprises, à savoir combien le L. P. a d’affinités avec l’usage ludique du langage et combien celui-ci peut nous renseigner sur la dynamique d’une langue.

57Deux précisions doivent être apportées au sujet de la presse.

58La première est que les journaux politiques de l’opposition, tel le Cri du peuple de Jules Vallès – qui paraît pendant la Commune et que nous tenons à mentionner comme précurseur ici – ou l’Humanité dont le premier numéro paraît le 18 avril 1904, bien qu’ils s’adressent en priorité au P.P., ont un style très soutenu dans lequel la passion militante se traduit volontiers en lyrisme. Seuls quelques titres (ex. « Le blanc-seing est devenu rouge », Hum., 22 juin 1907) ou quelques « mots de la fin » (ex. « Décidément... ces grands ducs ne sont pas chouettes », ibid., 18 avril 1904) présentent certains écarts et recourent parfois à des termes ou tournures populaires. Nous reviendrons sur ce point en examinant les textes politiques et syndicaux.

  • 20 L’Assiette au beurre. Nous avons consulté : n° espécial (sic), oct. 1901 ; n° 117, juin 1903 ; Le G (...)

59La seconde, qui peut sembler plus surprenante, est que les journaux humoristiques, tels le Grelot ou l’Assiette au Beurre20, ne font guère appel aux ressources populaires, si ce n’est de façon résolument parodique :

Ex. : L’Assiette au Beurre, n° espécial (sic) d’oct. 1901 :
— « Sa majesté pipelet ».
— « Bon appétit, m’sieur et dames... n’oubliez pas un pauv’ ouverrier infirme... »

Le Grelot n° 295, déc. 1876 :
« Les artilleurs qui prennent... un nombre incalculable de canons non sur l’ennemi mais sur le zinc » (canons est imprimé en italique).

ibid., pseudo-lettre d’une lectrice (page « Le Petit Caporal ») :
« Mossieu le raidacteur,
Alfonse qui ne sai pas aicrire me charge de vous praisanter se compliman au sujet de votre nouvo journal et de vous envoyer notre photographie où il est représenté avec sa plus belle casquette (...) »

  • 21 Caran d’Ache, Bric à Brac, Album, Paris, Plon, s.d., 52 p. ; Cham, Les Folies parisiennes, Paris, C (...)

602) Les caricaturistes, tels Forain, Caran d’Ache, Cham, Poulbot21 nous livrent, eux aussi, dans les légendes de leurs dessins, moins que l’on ne pouvait espérer et leur apport se limite souvent à quelques données phonétiques ou lexicales banales.

Ex. : « ma rosse » = concierge (Forain, 1896)
« faire une crasse à Madame » (ibid., domestique)
« c’est au cintième, madame » (ibid., concierge)
« ils ont tout boulotté » (ibid., domestique)

On trouve toutefois quelques exemples plus informatifs, tels :
« J’vas sentir mon veau, si y pue, on va l’donner à un pauvre » (ibid., domestique) « Faudra y mett’une muselière à vot’cabot » (Caran d’Ache)

  • 22 L’Album des belles images, Éd. du Petit Écho de la Mode. Nous avons consulté les numéros de l’année (...)

613) Les bandes dessinées en textes suivis (ou à suivre au numéro), qu’elles soient destinées aux enfants ou aux adultes, sont sans doute plus riches. On pense par exemple à L’Album des belles images, mais surtout à Christophe, continuateur de Topffer (1799-1846), aux Pieds-Nickelés, ou encore à la série des Bécassine22.

62L’Album des belles images illustre dans un sommaire assez constant d’un numéro à l’autre (bandes dessinées, comédie, vulgarisation scientifique, jeux de mots, publicité...) une certaine image de la culture populaire. On y trouve surtout abondance de termes ou tournures lexicales : ex. (n° 15, fév. 1906) « un infâme chenapan », « se hâter de pincer notre filou », « petit drôle » (fils de paysan âgé de sept ans), « ça va être tordant »...

63Christophe, dans Les Facéties du Sapeur Camember, par ex., propose un ensemble assez complet de faits de langue (prononciation, syntaxe, vocabulaire). On relève, ainsi, au fil des pages : « pour lorsse », « c’te lettre », « no nostant », « reflécichons » ; « ce serait comme si j’aurais des guernouilles dans le ventre », « comment que tu t’appelles, conscrit ? » ; « loustic », « carotter le service », « j’le gobe, vot’ système », « vieille baderne ». L’argot commun est représenté (ex. : « à perpète »), les « cuirs » abondent tel « animalite » pour « amygdalite » cependant que Mademoiselle Victoire illustre le parler régional alsacien, ex. : « Foui, mossieu Gamempre, teux ou troa foas ; on drempe ses pieds tans l’eau ». Mais, surtout, le texte illustre un certain style « gourmé, ampoulé » qui est une caricature féroce du langage administratif.

Ex. : « Que voilà, conscrit, une raison itérative, mais qu’elle n’est pas subséquente de la chose et que p’sitivement elle me stupéfactionne de renversement ! »

64Les textes des Pieds-Nickelés sont surtout fournis en lexique et essentiellement en argot (cf. ici même notre contribution sur ce sujet) mais, comme ceux de Christophe, ils nous donnent des indications syntaxiques.

Ex : « Mince qu’ils vont ribouler des calots et faire une margoulette en tirelire, les aminches, quand je sortirai de ma profonde les trois mille balles que le roi vient de m’abouler ». (les P.-N. s’en vont en guerre)

65Ici encore, l’emploi du passé-simple et/ou de termes pseudo-savants crée des phénomènes de contraste :

Ex. : « Ils furent superlativement surpris de ne pas entendre le moindre bruit dans le camp ennemi et le sommeil profond de tous ces Bulgares les egastrouilla d’une façon phénoménale ».

66Bécassine n’offre pas beaucoup d’informations phonétiques mais est assez nourrie en faits de syntaxe et de vocabulaire, très largement teintés de régionalismes.

Ex. : « c’te gamine, tout de même, c’est haut comme deux pommes et ça fait sauver un grand gars ! ».
« Ben voyons, Bécassine, quoi que t’as ? C’est-y que tu deviens folle ».
« Mais je le faisions mon devoir, répond B. en montrant ses baguettes : j’apprêtions des bâtons bien droits comme la maîtresse nous l’avions commandé ».

67Une certaine dérision apparaît notamment à travers le procédé qui consiste à faire prendre les mots « au pied de la lettre » par l’héroïne (ainsi, plus haut, pour les « bâtons » de l’exercice d’écriture) mais aussi dans la reproduction de ses fautes d’orthographe :

Ex. : « toute les bette, tous le’oisos, fau vou ensauver l’Oncle Corentin chasse demîn ».

68Cela n’est pas sans relation avec l’enchâssement dans un style plaisamment soutenu, celui du narrateur :

« Annaïk Labornez, destinée à la célébrité sous le nom de Bécassine, eut pour première demeure la métairie que ses parents cultivaient à Clocher-les-Bécasses, non loin de Quimper ».

  • 23 Cf. La Publicité de A à Z, sous la dir. de Cl. Vielfaure, Les Encyclopédies du savoir moderne, Pari (...)

694) La publicité, souvent accompagnée d’un support-image dont les techniques se perfectionnent, commence à se développer à cette époque23 et se répand peu à peu sous forme d’affiches, de calicots et dans la presse, notamment, mais elle ne prend, en raison des conceptions commerciales de l’époque, aucun risque linguistique alors que son contenu est parfois audacieux. Il en va de même des tracts et affiches politiques (cf. infra à propos des textes didactiques).

Ex. : « Cordonnerie à l’Exactitude »
Chaussures confectionnées de luxe et de fatigue pour dames, fillettes et enfants Ressemelages »
(cité in Argenteuil, images d’Histoire, cf. note 14, p. 40).

Ex. : « Il reste à l’usine quelques renégats, mais nous engageons tous les Travailleurs argenteuillais et autres, à s’abstenir de venir s’embaucher à la Distillerie. Travailler à la place des Camarades soutenant leurs droits serait faire preuve d’une incommensurable lâcheté » (Ibid., p. 202, affiche syndicale, 1910).

  • 24 Almanach Hachette, Petite encyclopédie populaire de la vie pratique : nous avons consulté les année (...)

705) Les almanachs24, tels l’Almanach Vermot ou l’Almanach Hachette — dont la diffusion populaire est bien connue — résument assez bien le type de langage en usage dans la presse, les bandes dessinées, la publicité... : ils démontrent que même dans les usages les plus populaires da la langue, même dans le domaine des « gaudrioles », par ex. — pour reprendre un mot cher à Labiche —, le L.P. n’acquiert pas droit de cité. Encore faut-il distinguer entre l’Almanach Hachette, très didactique (cf. infra) et l’Almanach Vermot plus humoristique. L’ensemble des rubriques, de la blague illustrée aux nouvelles en passant par les proverbes, les conseils ménagers, les recettes de cuisine, la graphologie, la clé des songes, etc., ne nous renseigne que sur quelques points de la L.P. vivante et sur les régionalismes ; il confirme, par ailleurs, les affinités du L.P. avec les usages ludiques du langage. Le témoignage des almanachs est fort important à une époque où ils jouent un large rôle d’information multiforme, plus tard dévolu aux mass-media. En étudiant ces almanachs, on peut aisément recenser les catalyseurs de L.P., que ce soient tel type de personnage (domestique, clochard...), tel thème (l’armée, le théâtre), tel genre (la saynette)...

Ex. : « théorie »
« Dis-moi, Laricot, une supposition, t’es sur un trottoir, lorsque tu vois arriver le colonel, qu’est-ce que tu fais ?
— C’que je fais, caporal, je me cavale, pardi, pour qu’il me choppe pas » (Vermot, 1902).

Ex. : « balivernes »
« C’est nous qu’on est les cambrioleurs qui viennent chercher leurs étrennes » (Vermot, 1913).

Ex. : « Au village »
« C’en a d’s idées, les médecins !... pour prendre c’t’iau... ».

  • 25 A. Bruant, Dans la rue, chansons et monologues, dessins de Steinlen, Paris, A. Bruant auteur, édite (...)
  • 26 Cf. Ch. Brunschwig, L.-J. Calvet, J.-Cl. Klein, 100 ans de chanson française, Paris, Seuil, 1972, 2 (...)

716) C’est peut-être la chanson et les chansonniers qui, à travers les formes traditionnelles et les formes plus modernes, nous apportent une des images les plus fidèles du L.P. Avec le développement du Caf’ Cone’ (Gaîté-Rochechouart, Gaîté-Montparnasse...) et des cabarets (Lapin à Gill, Chat noir...), se répandent, dans une forme de spectacle nouvelle, les chansons de Bruant25, de Mayol, d’Yvette Guilbert... pour n’en citer que quelques-uns26. Parallèlement se perpétuent la romance (« Reviens, veux-tu ? ton absence a brisé ma vie... », par Fragson, 1900), les succès d’opérette ou d’opéra-comique, comme le :

« cours mon aiguille dans la laine,
ne te casse pas dans ma main,
avec deux bons baisers demain,
on nous paiera de notre peine,
cours... »

  • 27 Déroulède, Marches et sonneries, Paris, Calmann-Lévy, 1897, 123 p. (dans le même vol. : Refrains mi (...)

72des Noces de Jeannette, de Victor Massé, ainsi que les couplets patriotiques de Déroulède27 :

Ex. : Pour ravager comme une trombe,
A gauche, à droite, en large, en long,
Sans qu’on puisse voir d’où ça tombe
Pour tout bousculer, nom de nom
Vive la bombe ! » (bis)

  • 28 G. Duprez, Joyeusetés (d’un auteur dramatique par G.D., membre honoraire du caveau), Paris, Éd. Tre (...)

73La diffusion de ces textes est importante, qu’il s’agisse de livrets calligraphiés (ex. des Joyeusetés de Duprez28), de partitions bon marché ou encore du recueil manuel dans les cahiers de chansons de nos grand-mères. Qu’on les fredonne ou qu’on les crie, qu’il s’agisse de chants révolutionnaires, de couplets pour les guinguettes, de poèmes chantés (traditions qui sont encore très vivaces), ces textes, à travers la fonction libératrice du chant, expriment souvent au mieux les aspirations, en apparence contradictoires, au vague-à-l’âme, au flonflon, à la gouaille qu’on prête volontiers au peuple. Avec l’appui de la partition musicale — qu’il s’agisse de cuivres ou d’un piano au son aigrelet — ils donnent souvent l’impression d’un engagement plus intense des auteurs.

74Sur le plan de l’information linguistique, cet ensemble de textes, des plus sirupeux aux plus subversifs, représente assez bien la gamme des réalisations en direction du peuple mais, bien entendu, ce sont des textes comme ceux de Bruant qui nous renseignent le mieux sur les traits de L.P. On aurait envie de les citer tous. Contentons-nous du début de « A Montmartre » où l’on peut noter la densité des indications concernant la prononciation, la morphologie, la syntaxe, le lexique (dont l’argot) :

« Malgré que j’soye un roturier,
Le dernier des fils d’un Poirier
D’la ru’Berthe,
Depuis les temps les plus anciens
Nous habitons, moi-z-et les miens
à Montmerte.
L’an mil-huit-cent-soixante et dix,
Mon papa qu’adorait l’trois six
et la verte... »

757) Les textes sages (didactiques)

76On vient déjà de le constater : bon nombre de textes para-littéraires à destination populaire, qu’il s’agisse de journaux, d’almanachs, de chansons... n’utilisaient pas pour autant le L.P., ou l’utilisaient peu. Pour clore ce chapitre, il convient d’examiner des textes écrits pour la masse populaire dans un français résolument dépourvu de tout trait populaire.

77Ces textes, dans leur diversité, peuvent être regroupés sous l’étiquette de didactiques (cf. ici même la contribution de Renée Balibar) — qu’il s’agisse de manuels scolaires à l’usage des enfants ou de manuels pour la formation permanente des adultes, assez active dans la période considérée, de catéchismes, de textes de vulgarisation comme les ouvrages traitant de médecine, d’enseignement ménager ou de cuisine, d’almanachs (cf. supra), ou encore de documents destinés à la formation syndicale (cf. législation de 1884) ou à la formation politique. Ils sont sages, propres, banalisés ; ils préconisent une sorte d’hygiène linguistique comparable aux conseils d’hygiène corporelle des « manuels de la parfaite ménagère », et ceci en dépit du public - cible auquel ils s’adressent, mais aussi en fonction de la demande réelle ou supposée de ce public. Il ne faut pas oublier le contexte historique dans lequel se situe cette didactique (instruction publique obligatoire, unification linguistique...). C’est parfois avec la meilleure foi du monde, puisque d’aucuns estiment ainsi défendre la promotion sociale des paysans et des ouvriers, que l’on tente d’imposer une langue insipide à force d’être normée, normalisée. On peut se demander si ce n’est pas à cette époque que se sont instaurés les modèles du rapport didactique contemporain qui a peine à se dégager (y compris, par exemple, dans la formation des adultes) d’un gangue d’orthodoxie et si l’on n’a pas alors favorisé, dans le discours syndical ou politique, un langage aseptisé qui risque, entre autres facteurs, de favoriser l’usage d’une « langue de bois »...

78L’ensemble des documents est attristant en ce sens que, s’adressant au peuple, ils ne reflètent presque jamais le L.P., voire incitent à penser que l’usage du L.P. impliquerait nécessairement la présence de traits de langage « fautifs ». C’est ainsi que l’on peut lire, dans tel manuel scolaire d’apprentissage du français :

  • 29 Grammaire française, L’École Mutuelle, cours complet d’éducation populaire, d’après les meilleurs a (...)

« C’est à l’aide de sa connaissance (de la grammaire) qu’on parvient, par la parole ou l’écriture, à s’exprimer correctement comme on le fait entre personnes bien élevées, et en suivant les exemples donnés par les bons auteurs ». (Grammaire française de l’École Mutuelle29)

79Dans le même ouvrage, sous la rubrique « locutions vicieuses », p. 182 sq., le rejet de « allumez la lumière », « ce vin m’a fait bien du bien », « il brouillasse », « comme de juste », « conséquente » (affaire), côtoie des condamnations plus justifiées comme celle de « célébrale », « caneçon » ou « donnez moi-z-en », « quelle heure qu’il est ? »

  • 30 A. Seignette, L’École moderne, Cours complet d’enseignement primaire concentrique, livrets mensuels (...)
  • 31 G. Bruno, auteur de Francinet Le Tour de France par deux enfants, Paris, Belin, rééd. 1976, 322 p.
  • 32 On consultera, par exemple :

80La même prudence s’observe dans la série des livrets de Seignette30 ou dans le fameux Tour de France par deux enfants de Bruno31, par exemple, ainsi que dans les divers traités de morale, d’arithmétique, dans les manuels paroissiaux, les recueils de cantiques... 32. L’examen du contenu de ces manuels, laïcs ou non, fournirait, lui aussi, une image très normative, qu’il s’agisse de préceptes de conduite ou de modèles de style épistolaire. Dans tous les cas, thématique et langage ne se réfèrent qu’à un récepteur populaire passif dont on estime avoir défini les besoins : la liste des textes littéraires cités dans les manuels du premier degré est très éclairante de ces desseins didactiques sous la IIIe République, ainsi que la liste des livres distribués comme prix dans les écoles.

  • 33 F. Vidalein, Cuisinière des familles ou traité de la cuisine domestique enseigné par des préceptes (...)

81Les textes s’adressant aux adultes, ce qui est sûrement plus significatif encore, présentent les mêmes caractéristiques, qu’ils traitent de cuisine (tel celui de Vidalein33 « à la portée de toutes les intelligences »), de jardinage, de savoir-vivre... : ils offrent un modèle de langage « sage », sentencieux, assorti à des conseils d’économie ménagère, d’épargne, de modestie sociale (cf. « une place pour chaque chose et chaque chose à sa place », etc.) :

  • 34 J. Sevrette (par Madame), La Jeune Ménagère, 4e éd., Paris, Larousse, s.d., 264 p.

Ex. :... « Cette sauce très prompte à faire et excellente avec les côtelettes de mouton, le rosbif, les biftecks, doit être faite avec précaution. Elle n’a qu’un défaut, c’est de coûter environ soixante centimes, ce qui est peut-être exagéré pour un petit ménage ». (J. Sevrette, La Jeune Ménagère34, pp. 247-248).

Ex. : « On ne dit pas :
— Quand j’étais demoiselle—, j’ai trois demoiselles

  • 35 Comtesse Dash, Comment on fait son chemin dans le monde, code du savoir-vivre,Paris, éd. Michel Lév (...)

Il faut dire :
— Quand j’étais fille —, j’ai trois filles.
Les demoiselles sont une locution commune ; le mot jeune personne est celui qu’on emploie dans le monde distingué »... (Comtesse Dash35, pp. 94-95).

  • 36 Cf. M. Chaulanges, A.G. Manry, R. Sève, Textes historiques, 1871-1914, Paris, Delagrave, 1977, 2 vo (...)
  • 37 J. Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, publiée de 1901 à 1904, rééd. Paris, Éd. (...)

82Les textes syndicaux et politiques participent, sauf cas très particuliers, à cette banalisation du langage, lors même qu’ils sont rédigés par des auteurs progressistes, tels Jaurès, Lafargue, Guesde, Brousse... et même au moment de l’affaire Dreyfus. Cela confirme ce que nous a appris l’examen des journaux et de la propagande politique. Cela confirme également une tradition antérieure à l’époque considérée : les archives des compagnonnages (cf. Agricol Perdiguier) et même les textes des Communards – s’ils attestent une réelle ardeur et, souvent, une vocation militante – n’usent guère du L.P. et recourent volontiers à des procédés de rhétorique. Pour une vue d’ensemble, il est intéressant de recourir aux recueils de textes historiques à l’usage des classes36. Nous nous bornerons, ici, à citer un texte, au demeurant remarquable, de Jaurès37 pour illustrer ce propos :

« L’histoire ne fournit pas de similitudes complètes et elle ne dispense pas les vivants d’une perpétuelle invention dans le combat. Mais elle suggère d’intéressantes analyses, et surtout elle constate quelques résultats, elle met en évidence quelques grandes forces que le politicien à la journée pourrait méconnaître ou sous-évaluer, dans la nuée de poussière que soulèvent les pieds des passants. Parmi ces forces, il faut ranger le prolétariat, qu’il n’est au pouvoir de personne d’éliminer de la vie nationale ou internationale ».
(Revue de l’Enseignement primaire, 4. 1. 1914, Histoire..., p. 51).

83Rappelons que, les choses étant ce qu’elles sont, la plupart des tribuns du peuple vers 1900 sont d’origine non populaire. Rappelons aussi que, pour l’ensemble du peuple, la promotion sociale passe par l’acquisition des formes culturelles, et notamment linguistiques, reçues.

D) La littérature et le L.P.

  • 38 O. Mirbeau, Journal d’une femme de chambre, Paris, Fasquelle, 1900, 519 p.
  • 39 R. de Gourmont, La Destinée des langues, in La Culture des Idées, Paris, 1900, 309 p.

84Entre le Gavroche de Hugo et les poilus de Barbusse, quels sont les manifestations, les reflets du L.P. dans la littérature ? Quelle est leur diversité, des poncifs, des euphémismes (cf. chez Mirbeau38 : « Sapristi Célestine, écoutez-moi une seconde »... « Fichtre, s’exclama-t-il ») aux outrances ou fausses outrances ? Quelle est leur authenticité, du réalisme à la parodie sophistiquée ? Quelle distanciation l’auteur prend-il par rapport au L.P. ? Cf. Rémy de Gourmont39 :

« En linguistique, il faut admettre que c’est le peuple qui crée et recrée sans cesse l’instrument ; mais les hommes aptes à manier cet instrument délicat et terrible sont en très petit nombre »...

85C’est dans ce domaine littéraire, surtout, on l’a déjà dit, que jouent au mieux les variations selon les genres, les types de personnages, les situations-types, les contenus... notamment en ce qu’ils favorisent ou non les dialogues ou encore cet usage poético-ludique du langage dont sont connues les affinités avec le L.P.

86C’est dans ce cadre complexe que nous aborderons quelques romans, pièces de théâtre, contes, poèmes et examinerons de plus près quelques textes « sages ».

1) Romans

  • 40 Ch. Mérouvel, La Passerelle, Paris, Tallandier, 1900, 288 p. Cf. aussi Chaste et flétrie (1889).
  • 41 Manuel d’histoire littéraire de la France, collection dirigée par P. Abraham et R. Desné, t. V, 184 (...)

87Nos premières recherches se sont, bien entendu, orientées vers les romanciers dont l’objectif déclaré était une large diffusion populaire et vers les romanciers qui, se réclamant éventuellement des écoles réaliste, naturaliste..., affirmaient des orientations littéraires plus ambitieuses mais mettaient occasionnellement en œuvre, en présentant une « tranche de vie », des personnages susceptibles de favoriser l’apparition de traits de L.P. La différence entre les uns et les autres, si l’on fait abstraction de la consécration obtenue ou non à notre époque, est souvent difficile à établir : nombre de feuilletons sont devenus livres, nombre de livres sont tombés dans l’oubli (cf. supra). Deux pôles apparaissent : d’une part, les « livraisons » et les collections populaires, souvent identifiables à leur fabrication sur papier bon marché, leur brochage..., cf. Bruant et Mérouvel40, qui se caractérisent par leur mode de diffusion et leur tirage élevé41, et, d’autre part, les œuvres romanesques à vocation littéraire affirmée dont le tirage est souvent plus restreint. Même entre ces deux pôles on relève des intersections, comme le montrent les catalogues des livraisons où se côtoient les noms d’Alphonse Daudet, de Colette, de Pierre Loti, de Jules Renard, de Marcel Prévost, d’André Theuriet, de Gyp, de Léon Frapié, etc.

88La vraie question nous paraît être celle-ci : entre les très grands (Zola, Anatole France, Maupassant, Jules Vallès...) et les moins grands — ceux qui ne sont pas cités ou sont cités à la sauvette dans les manuels d’histoire littéraire — observe-t-on une ligne de clivage nette en ce qui regarde les rapports de l’auteur et de l’œuvre au L.P. ? Force est de répondre : non. Il n’y a pas de lien direct entre la qualité du papier, la brochure ou reliure, les déclarations de l’avant-propos... et la densité en L.P. Présentons quelques exemples.

89Un critère déterminant est, pour le genre romanesque, le type de personnages, même si l’apparition d’un héros populaire n’engendre pas nécessairement l’usage du L.P.

  • 42 Cf. P. Guiral et G. Thuillier, La Vie quotidienne des domestiques en France au xixe siècle, Paris, (...)
  • 43 E. et J. de Goncourt, Germinie Lacerteux, Paris, Edizioni Scientifiche Italiane et Librairie Nizet, (...)

90Les domestiques — qui représentent un fort pourcentage des salariés42, — généralement d’origine rurale (d’où des interférences constantes avec les parlers régionaux) permettent, lorsqu’ils jouent un rôle important dans l’œuvre, l’utilisation de nombreux traits de L.P. Le prototype en est le Germinie Lacerteux (1864) des Goncourt43, mais on retrouve d’autres exemples, notamment avec Le journal d’une femme de chambre d’Octave Mirbeau38, et, plus sporadiquement, chez Zola, Flaubert, Proust... et chez presque tous les auteurs de livraisons. Ils sont souvent l’objet d’un jugement distanciateur qui peut être féroce (par exemple, chez Flaubert). Il serait intéressant de comparer de façon systématique la représentation du L.P. dans ces textes avec celle que fournissent les rares textes écrits par des domestiques (cf. Yvonne Cretté-Breton, Mémoires d’une bonne (1910-1919), publiés en 1966, cités par Guiral/Thuillier), encore qu’on puisse supposer qu’ils ont subi maints remaniements avant publication.

91Exemples :

  • 44 Paris, Éd. Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 3 vol.

« Dame ! on vous a ses petits quarante-neuf ans... pas plus de cheveux que sur une bille de billard, une barbe de chiendent qu’on en ferait de la tisane, des fondations pas trop tassées, des pieds longs comme la Villette... avec ça maigre à prendre un bain dans un canon de fusil... Voilà le déballage ! Passez le prospectus ! »
(Gautruche, « fréquentation » de Germinie, in Germinie Lacerteux, p. 123).
« Les embêtements, c’est le plus clair de notre bénéfice. Pour une qui réussit, c’est-à-dire pour une qui épouse un brave garçon ou qui se colle avec un vieux, combien ... » (Journal d’une femme de chambre, p. 7).
« ... et puis ils ne valent plus la corde pour les pendre, ce n’est pas des hommes, c’est des lions. (Pour Françoise, la comparaison d’un homme à un lion, qu’elle prononçait li-on n’avait rien de flatteur).
(...) — Pardi, pour pas qu’on se sauve, disait Françoise ». (Proust, A la recherche du temps perdu44, t. I, p. 89)

  • 45 É. Zola, Les Rougon-Macquart, Lausanne, Éd. Rencontre, 1961, 20 vol. Cf. notamment L’Assommoir, Nan (...)
  • 46 G. Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Paris, Fasquelle, 1923, 400 p.

92On trouverait d’autres indications du même type dans Pot-Bouille45 [Adèle], dans Bouvard et Pécuchet46 [Victorine], etc.

93Quant aux paysans, ils sont généralement caricaturés à travers leur parler local. Quelques auteurs pourtant, comme Eugène Le Roy, Erckmann-Chatrian, Alphonse Daudet, Pierre Loti... tentent de réhabiliter leur langage, en accord avec des mouvements tel celui du félibrige qui se développent à cette époque. Toutefois, l’on ne fait ici qu’évoquer ces textes « régionaux », pour mémoire.

94Les ouvriers et artisans sont plus rarement représentés, notamment avant 1900, en raison de l’état du développement industriel. Zola est sans nul doute celui qui leur a accordé le plus de place mais, comme le laissent bien voir ses déclarations — cf. préface del’Assommoir  :

« Mon crime est d’avoir eu la curiosité littéraire de ramasser et de couler dans un moule très travaillé la langue du peuple »

95(p. 35) —, il ne fait pas souvent preuve d’une grande audace linguistique. Citons, pourtant, par exemple :

« Que fait-il donc, cette rosse de Chaval ? Encore quelque fille culbutée sur un tas de pierres ! » (Maheu in Germinal, p. 64)

96ou

« Ah ! ouitche ! bien... une jolie farceuse, une belle saloperie !... Quand je pense qu’on tapait sur l’autre, la vieille, qui était si docile !... Cette gourgandine-ci, ça ne vaut pas un coup de pied au cul » (La bête humaine, le chauffeur, p. 458).

97Partout, ces notations de L.P. sont réservées aux paroles citées des personnages, présentées « entre guillemets », et s’enchâssent dans le « beau » langage de l’auteur, tel celui qu’utilise Zola à la fin de Nana :

« Et, sur ce masque horrible et grotesque du néant, les cheveux, les beaux cheveux, gardant leur flambée de soleil, coulaient en un ruissellement d’or. Vénus se décomposait » (p. 468).

98Quelques textes mettent en scène des réprouvés de la société : bagnards, voleurs, prostituées... Hugo et Eugène Sue avaient ouvert la voie ; Nana de Zola en fournit un exemple classique. Georges Darien représente bien cette littérature qui tend à se limiter à l’utilisation des argots mais qui, chez certains auteurs, se veut plus véridique :

  • 47 G. Darien, Biribi, Paris, U.G.E., 10/18, 1966, 380 p. Cf. aussi : Le Voleur, Les Pharisiens.

« Bougre de fainéant ! Vous avez de la veine que ce soit la première journée ! Si vous travaillez comme ça demain, gare à votre peau ! Et puis, qu’est-ce que c’est que cette manière de se coiffer à la d’Artagnan, avec un air de se fiche du peuple ? » (Biribi47, p. 126)

  • 48 J. de Grandpré, Mandrin, Paris, Fayard, 1971, 445 p. (1re éd. 1885).

99Notons toutefois que, comme le Mandrin de Jules de Grandpré48, les premiers romans policiers, ceux de Gaston Leroux ou de Maurice Leblanc par exemple, n’entraînent pas automatiquement l’emploi du L.P. et que leurs extrêmes audaces sont du type : « Je vous dis de me ficher la paix ».

100Il conviendrait enfin de consacrer une étude particulière au langage des personnages enfantins, souvent révélateur du L.P. ou de l’image qu’on s’en fait :

  • 49 Gyp, Le Mariage de Chiffon, Paris, Calmann-Lévy, s.d., 110 p. (en « livraison ») ; Petit Bob, Paris (...)

Ex. : « C’est-y bientôt, dis, qu’nous allons trouver l’portrait de maman » (Gyp, Petit Bob49, p. 7).

101— ce qui n’implique pas qu’il en soit de même dans la littérature pour enfants (cf. infra).

  • 50 J. Vallès, Œuvres complètes, Paris, Éd. Livre-Club Diderot, 1970, 4 vol.
  • 51 Paris, N.R.F., 1935, 861 p.
  • 52 J. Lorrain, Lettres à ma mère, 1864-1906, Paris, Éd. Excelsior, 1926, 185 p.
  • 53 A. Allais, Œuvres anthumes (3 vol.), Œuvres posthumes (8 vol.), Paris, Éd. de la Table Ronde, 1965.
  • 54 Saint Pol-Roux, coll. « Poètes d’aujourd’hui », Paris, Seghers, 1952, 222 p.

102On peut dire que l’œuvre de Jules Vallès50, avec la variété de ses personnages, représente de façon typique l’ensemble de ces supports du L.P. (et des parlers régionaux) surtout si, outre ses romans, on examine ses articles, sa correspondance... qui, comme le Journal de Jules Renard51 ou les lettres de Jean Lorrain52, d’Allais53, de Saint Pol-Roux54 illustrent bien un usage familier, voire très familier du langage qui assimile nombre de traits populaires. Mais cette œuvre représente bien aussi, et chez un auteur-militant, l’extrême prudence en matière d’authenticité linguistique déjà relevée chez bon nombre de ses contemporains.

  • 55 A. France, Crainquebille et autres textes, Paris, Calmann-Lévy, s.d., 249 p. On consultera aussi : (...)

103Finalement, les romans d’Anatole France55, fin lettré, membre de l’Académie française, manifestent plus de diversité, plus d’attention à la véracité linguistique.

  • 56 G. Ohnet, Au fond du gouffre, Paris, A. Michel, 1898, 192 p.
  • 57 P. Bourget, L’Échéance et autres textes (1898-1911), Paris, Plon, s.d., 193 p.
  • 58 J. H. Rosny, La Fauve, Paris, Calmann-Lévy, s.d. [1912], 126 p.
  • 59 M. Prévost, Cousine Larra, mœurs de théâtre, Paris, Lemerre, 1903, 286 p. (1re éd. 1890).

104En miroir, pourrait-on dire, certains romanciers mettent en scène des émetteurs paradoxaux de L.P., à savoir des notables, et il est important de souligner qu’on les rencontre souvent chez des auteurs considérés comme mineurs mais largement diffusés (souvent en livraisons), tels Georges Ohnet56, Paul Bourget57, J.H. Rosny58, Marcel Prévost59 ou Gyp... Chez ces auteurs, des vicomtes et des jeunes filles de bonne famille, avec une désinvolture de bon ton, usent d’un langage trivial (que fustigent, pour la bonne règle, les commentaires d’un aïeul). Y abondent les chic, farce, quelle nature, je suis pincé, le gratin, potins, etc.

Ex. : « Ce que je me suis embêtée pendant ce dîner-là
— Chiffon, dit Madame de Launay, d’un ton de reproche, un gros mot, encore !...
— Elle s’étonna : un gros mot !... où donc ça ?... Oh !... c’est ’ embêtant ’que vous appelez un gros mot »
(Gyp, Le mariage de Chiffon, p. 20, où Chiffon use de « j’en suis baba », « c’est pas de veine », etc.).
« Tu nous assommes !... Il file comme un macaroni, cet animal-là » (industriel, in G. Ohnet, Au fond du gouffre, p. 5).

  • 60 J. K. Huysmans, Là-bas, Paris, Plon, 1968, 283 p.

105Dans ces mêmes textes, si quelques notations de L.P. sont recueillies auprès de jardiniers, d’ouvriers..., les domestiques, au salon, usent d’une langue soutenue et, tutoyés, s’adressent à leurs patrons à la troisième personne. Notons que l’on attribue souvent une semblable désinvolture langagière aux écrivains, aux rapins (ex. Là-bas de Huysmans60).

106Ce toupet langagier, avec l’inversion qu’il implique par rapport aux contraintes linguistiques observées par les domestiques, n’est certes que pseudo-populaire, mais il mérite bien une réflexion.

107Les quelques citations de romanciers qui précèdent permettent de déceler l’extrême variabilité des faits linguistiques relevés. Certains auteurs, soucieux de véracité, s’efforcent de donner quelques indications phonétiques (souvent régionales) :

« Victorine et lui (Zephyrin) employaient un affreux langage, disant mé itou pour « moi aussi », bère pour « boire », al pour « elle »... » (Bouvard et Pécuchet, p. 360).

108La plupart se contentent d’injections lexicales, d’infiltrations argotiques modérées. Rares sont ceux qui osent, avec plus ou moins de bonheur, aller à la recherche (à l’écoute, dirions-nous) des faits de syntaxe.

2) Théâtre

109Un second genre ne saurait manquer de fournir une documentation intéressante, c’est celui du théâtre — d’un certain théâtre — avec ses personnages populaires traditionnels (les servantes, les rustauds...), avec son style direct tant dans les dialogues que les monologues. Le théâtre de boulevard, notamment, les vaudevilles mais aussi, avec leur accompagnement musical, vocal, gestuel, leur spectacle, les opérettes et même le répertoire de l’Opéra-comique nous paraissaient devoir être riches d’enseignement. Mais il apparaît que nos Labiche, Feydeau, Flers et Caillavet, Meilhac-Halévy, Offenbach... se contentent volontiers de quelques audaces langagières qui ne représentent pas le L.P. et qui ne sont, au reste, nullement liées à des personnages-types ; ce sont plutôt des indices codifiés d’oralité qui fonctionnent dans le cadre de la convention théâtrale. S’y imposent les sapristi, parbleu, les tiens donc ! bien intonés qui servent de tremplins aux acteurs. On relève dans ce théâtre le même type d’usage du langage (comme signum social) que chez Gyp, par exemple, ce qui se traduit par un lexique « affranchi » avec modération (ex. fouiner, détaler, décavé...) que les auteurs utilisent surtout pour le bon agrément du public.

  • 61 Paris, Éd. du Bélier, 1949, 381 p. ; Voir aussi La Duchesse des Folies-Bergère et autres textes, Pa (...)

Ex. : — Finache (médecin) « J’ai un malade à voir et je vais l’expédier »
 : — Etienne (se méprenant, scandalisé) « Oh ! »
(Feydeau, La puce à l’oreille61, p. 15).

  • 62 Paris, Julliard, 1964, 381 p.
  • 63 E. Labiche, Théâtre, Paris, Gallimard et Librairie générale de France, 1964, 510 p.

ou : — Suzette « Oh ! vous êtes une chic petite belle-mère, vous !... Du reste, pour ce que vous le paraissez !... »
— Marthe « Dame ! On est de la même récolte ! »
(Flers et Caillavet, Le Roi62, p. 29).
ou : « Mais qu’est-ce qu’il fait, cet animal-là ? à dix heures ! Un jour, il faudra que je m’amuse à le dégourdir »
(Labiche, Le plus heureux des hommes63, p. 129).

110Ainsi donc, dans les salles les plus fréquentées, le théâtre n’use guère du L.P. et se limite à quelques « traits » ludico-comiques. Finalement, on trouve plus de hardiesse chez Jarry (cf., ici même, la contribution de Michel Arrivé), ou encore chez Péguy et, plus tardivement, chez Gide, par exemple, lorsque ceux-ci, loin des boulevardiers, brouillent les genres et font parler Dieu ou Thésée en langue quotidienne, familière.

  • 64 Paris, N.R.F., 1929, 226 p.

Ex. : « Je comprends très bien, dit Dieu, qu’on fasse son examen de conscience.
C’est un excellent exercice. Il ne faut pas en abuser.
C’est même recommandé. C’est très bien.
Tout ce qui est recommandé est très bien... »
(Péguy, Mystère des Saints-Innocents64, p. 29).

3) Contes

111Il faudrait situer ici l’examen de contes tels ceux d’Allais ou de Courteline, également auteurs de pièces de théâtre, dans la mesure où ces contes ou saynètes favorisent le discours direct et sont, à certains égards, plus proches de l’écriture théâtrale que de celle du roman. Mais aussi parce que il n’y a souvent qu’un pas entre l’usage ludique qu’il font du langage et les usages poétiques que nous examinerons ensuite.

  • 65 G. Courteline, Boubouroche et autres textes, Paris, Flammarion, 1929, 287 p. ; Les Linottes, Paris, (...)

112Plus que Courteline65, peut-être, qui se distancie constamment de ce qu’il emprunte au L.P., A. Allais nous livre une exploitation très littéraire, il est vrai, mais constamment revivifiée des trouvailles de la rue.

Ex. : « On a déjà bien assez de mal à gagner sa pauvre galette sans la refiler encore à des mectons qui se f... de vous » (Serveuse, Allais, Captain Cap, t. II, p. 510)

« Ce soir-là, étant veuf de toute clientèle, le petit café où Boubouroche venait quotidiennement s’enfiler des « demis » en jouant la manille aux enchères de compagnie avec les sieurs Roth et Fouettard, défiait le fâcheux coulage, ennemi né des limonadiers » (Courteline, première phrase de Boubouroche, p. 5)

4) Poésie

113La place manque pour affiner autant qu’il le faudrait les rapports de la poésie avec le L.P., avec la « créativité » du L.P. Les problèmes sont, en effet, plus complexes que ceux observés dans les textes prosaïques : l’emploi de L.P. y va souvent de pair avec des intentions poétiques et ludiques, ce qui n’est pas étranger aux chansonniers, aux humoristes, aux conteurs ; il se plie donc à des usages qu’on pourrait dire infléchis du langage.

  • 66 Anthologie de la poésie française Marcel Arland, Paris, Stock, 1943, 670 p.
    Anthologie Paul Eluard « (...)
  • 67 S. Mallarmé, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 1954, 1659 p.

114Dans la période considérée, on constate une évolution, une diversification des genres poétiques traditionnels (cf. Anthologies Lemerre, Arland, Eluard66...). Se perpétue, bien sûr, la Poésie qui use d’un style châtié, voire sophistiqué et celle-ci ignore le L.P. même lorsqu’elle traite de thèmes populaires. Le « Guignon » ou les « chansons bas » de Mallarmé67 pourraient en fournir une illustration extrême :

« Toujours avec l’espoir de rencontrer la mer,
Ils voyageaient sans pain, sans bâtons et sans urnes,
Mordant au citron d’or de l’idéal amer »
(Poésies, « Le Guignon », p. 29).

115Cette poésie-là, répertoriée en divers -ismes, est mieux connue, sans doute, que d’autres courants qui concernent davantage notre étude. Nous nous bornerons à en distinguer trois.

116Le premier est celui des poètes qui, s’inscrivant certes dans un courant ancien, tels Rimbaud, déjà, puis Laforgue, Apollinaire, Schwob, Péguy, etc., jouant avec les mots, jouant des mélanges de registres, rapprochant le poétique du ludique, en viennent à solliciter les ressources du L.P. avec une intensité nouvelle. Sans aucun doute, en se saisissant de ce L.P., ils opèrent des transmutations ; mais celles-ci, en tant que telles, ne sont pas sans intérêt. Citons, pour mémoire :

  • 68 A. Rimbaud, Poésies, Paris, Mercure de France, 1950, 169 p.

« On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans.
Un beau soir, foin des bocks et de la limonade »...
(Rimbaud68, « Roman », 1870)

  • 69 J. Laforgue, Œuvres complètes, I, Poésies, Paris, Mercure de France, 1951, 283 p.

« C’est le printemps qui s’amène »
(Laforgue69, « Complainte des printemps », p. 104)

  • 70 G. Apollinaire, Poèmes, Paris, Gallimard, 1956, 279 p.

« Elle se mettait sur la paille
Pour un maquereau roux et rose
C’était un juif il sentait l’ail
Et l’avait venant de Formose
Tirée d’un bordel de Changaï »
(Apollinaire70, « Marizibill »)

  • 71 Paris, Stock, 1922, 143 p.

117Le second courant est celui de poètes dont nos aïeules ont si souvent recopié les vers dans leurs « cahiers de poésie ». Nous évoquons ici certaines œuvres de Coppée, Richepin, Lucie Delarue-Mardrus, Géraldy, etc., dont l’Anthologie Lemerre donne une bonne image. Poètes souvent considérés comme « mineurs », ils savent allier la simplicité de la thématique à une certaine simplicité/banalité de langue qui peut ou veut passer pour populaire, surtout lorsqu’elle s’allie à des évocations bucoliques (chez les poètes « régionaux », notamment) ou à un intimisme fleur-bleue. Qu’on se souvienne du Toi et moi (1913) de Paul Géraldy, dont nous avons consulté la 148e édition71, parue en 1922 ! :

« On est bête ! On veut trop comprendre... Tu comprends ?
On s’observe. On se scrute. On doute. On n’a jamais
confiance en l’amour. Il faut le laisser faire.
C’est tout simple »...
(« Apaisement », p. 61)

  • 72 Cf. E. Thomas, Voix d’en bas, la poésie ouvrière au xixe siècle, Paris, Maspéro, Actes et Mémoires (...)

118On relève enfin un troisième courant : celui des poètes que l’on dit ouvriers, populistes, prolétariens — souvent proches soit des chansonniers (cf. Bruant), soit des compagnons ou des militants politiques, syndicaux... Il va de soi que, ici encore, l’origine sociale des auteurs et la thématique ne déterminent pas l’usage d’une langue populaire72, mais certains auteurs, comme Jehan Rictus ou le Richepin de La Chanson des gueux, vont assez loin dans leur reconstitution du L.P., et nous livrent de précieuses observations phonétiques (borgeois, ceuss, empoyés...), grammaticales (Et gn’y a pas qu’lui), lexicales (argot, notamment : poireauter, r’luque), même s’il faut en soupeser l’authenticité.

  • 73 Paris, Éd. Seghers, 1971, 284 p., dessins de Steinlen.

119Rappelons l’exergue de Jehan Rictus à son recueil Les soliloques du pauvre73, 1897 :

« Faire enfin dire quelque chose
à Quelqu’Un qui serait le
Pauvre, ce bon pauvre
dont tout le monde
parle et qui se tait toujours
Voilà ce que j’ai tenté »

120— et citons la première strophe du poème « l’Hiver » :

« Merd’ ! V’là l’Hiver et ses dur’tés,
V’là l’moment de n’pus s’mettre à poils ;
V’là qu’ceuss’qui tienn’nt la queue de la poêle
Dans l’Midi vont s’carapater ! »

  • 74 G. Couté, La Chanson d’un gas qu’a mal tourné, Paris, Eugène Rey, nouv. éd. 1931, 228 p.

121Nombre de ces poésies populaires viennent, il n’est pas sans intérêt de le souligner, d’auteurs provinciaux — ce qui se conçoit bien —, tel Gaston Couté74, dont nous citerons, pour information, quelques vers :

« Dans les temps qu’j’allais à l’école,
— Oùsqu’on m’vouéyait jamés bieaucoup, —
Je n’voulais pâs en fout’e un coup ;
J’m’en sauvais fér’des caberioles »...
(« Le gas qu’a mal tourné », p. 10)

5) Les textes sages

122Pour donner une image fidèle des publications de cette période, il convient d’ouvrir une rubrique négative par rapport à l’emploi du L.P., celle des textes que nous qualifions de « sages » : nous en avons déjà signalé quelques-uns qui, quels que soient les genres, les personnages, les thèmes... usent d’un langage qu’on pourrait dire « neutre » et dont tout trait du L.P. — considéré comme « marqué » voire « incorrect » — est exclu.

123Ce phénomène est bien repérable au niveau littéraire. On trouve, d’un côté, des écrivains-esthètes (ex. Rémy de Gourmont, Barrés...) qui font appel à d’autres ressources, aux ressources « stylisées » de la langue (vocabulaire précieux, suranné, tropes...) et, de l’autre, des écrivains-pour-le-peuple qui manient une langue soit incolore, sans écarts, soit teintée de mièvreries fleur-bleue ou de flonflons rhétoriques (ex. Delly ou Déroulède).

124Au niveau paralittéraire et surtout en didactique (cf. III B), rappelons que ce type de texte est florissant, qu’il s’agisse d’almanachs, du livret d’Hérodiade ou des Noces de Jeannette, de manuels scolaires ou de tracts syndicaux...

  • 75 P. Arène, Jean des Figues, Paris, Nelson, 1938, 286 p. (1re éd. 1868).
  • 76 L. Delarue-Mardrus, Le Roman des six petites filles, Paris, Flammarion, s.d., 62 p. ; Graine au ven (...)
  • 77 H. Malot, Sans famille, Paris, Hachette, 1933, 440 p.
  • 78 L. Pergaud, Le Roman de Miraut, Paris, Nelson, 1947, 372 p.
  • 79 J. Verne, Mathias Sandorf Paris, Hachette, 1944, 209 p. ; Les 500 millions de la Begum, Paris, Hach (...)

125A elle seule, la production des livres pour enfants ou dits pour enfants illustre bien cette sagesse. Cf., parmi d’autres, Arène75, Lucie Delarue-Mardrus76, Malot77, Pergaud78, Verne79, ainsi que les livres de prix scolaires.

Ex. : « Mère Barberin, votre homme va bien ; il m’a chargé de vous dire que l’ouvrage marche fort, et de vous remettre l’argent que voilà ; voulez-vous compter ? »
(Hector Malot, Sans Famille, 1878, p. 8)

126Au total, l’importance de ces productions « sages » est telle qu’elle oblige à s’interroger sur ce qu’on estime être la demande populaire, sur l’image qu’on s’en fait, ainsi que sur ce que le peuple lui-même demande, peut demander, ose demander.

127En dernière analyse, il semble bien que le peuple considéré avant tout comme un récepteur, se soit vu imposer un langage-pour-le-peuple qui n’est pas le sien dans la mesure même où on le lui propose comme modèle (cf. supra en III B). Ce langage normalisé, selon les desseins de Jules Ferry, aboutit à des stéréotypes, tels ceux du discours politique ou de la bluette. Cela crée une sorte d’ « aliénation linguistique » en ce sens que le peuple est privé de sa parole propre (par-le-peuple). Corrélativement, on peut se demander si, dans les conditions historiques en question, le peuple peut oser, ose revendiquer sa parole propre ou bien si, pris dans ce jeu, il ne réagit pas, parfois tout au moins, par des visées d’appropriation de ce langage normé qu’on lui propose/impose, en se laissant séduire par un certain endimanchement du langage, qui est tout à l’opposé d’une recherche de la simplicité. La question est de taille, à tel point que, selon certains, on observerait, au-delà de la passivité, une complicité du populaire dans l’acceptation d’une langue qui n’est pas sienne alors que, selon d’autres, de nombreuses productions, souvent négligées, témoigneraient de la résistance linguistique du peuple... Nous ne pouvons trancher ici mais tenons à souligner, pour conclure sur ce point, que ces problèmes de langue s’insèrent dans des problèmes culturels plus vastes (qu’est-ce que « la culture populaire » ?), qu’à un contenu populaire ne correspond pas nécessairement un L.P. et qu’en ce qui touche la langue, on sait bien que si c’est la masse parlante qui « fait » la langue dans ses forces vives de fonctionnement et d’évolution, cela ne signifie pas ipso facto qu’elle les assume.

IV) Traits linguistiques saillants du L.P.

128Une description du L.P. comme celle de Bauche n’a pas sa place ici, ni une analyse de ses mécanismes comme celle de Frei dont on connaît les principales clés : assimilation, différenciation, brièveté, invariabilité, expressivité, ni non plus un corps de données quantifiées. Il nous revient de préciser néanmoins que les traits saillants du L.P. sont souvent mais non obligatoirement des traits récurrents.

129Seules certaines données directes (enregistrements, livres de bord...) permettraient de tenter une reconstitution, sur tous les plans (phonétique, grammatical...) du L.P., encore que les données directes écrites présentent, déjà, un filtre. Nous avons recouru à des matériaux hétérogènes dont l’apport est très inégal : notre objectif n’est donc pas de procéder à une telle reconstitution ; il est de dégager des indices linguistiques de L.P. dans les différents domaines du langage, mais en évitant une attitude prescriptive, en ayant conscience que se pose constamment le problème d’une norme sous-jacente.

130Il est difficile d’affirmer que tel trait linguistique saillant est spécifique du L.P. entre 1880 et 1914. A ce sujet, on peut faire deux remarques. La première est que certaines notations comme l’absence de ne dans ne... pas est gage d’authenticité alors que d’autres, comme l’utilisation de sapristi, ne le sont pas. La seconde est qu’il faut distinguer ce qui est attesté entre 1880 et 1914 et ce qui est spécifique de cette période. Sur ce point, il faut reconnaître que bien des faits relevés dans la période antérieure (Hugo, Sue, Mirbeau...) ou dans la période postérieure (Barbusse, nombreux volumes de Delly, des Pieds-Nickelés...) sont du même billon que ceux relevés dans notre période. Cela est confirmé par la large conjonction du résultat des études sur le L.P. de Bauche (1920), Frei (1929), Guiraud (1965) et même François (1974). Le L.P. évolue relativement vite, mais il ne présente pas pour autant des traits spécifiques, décennie par décennie. Aussi bien, il ne nous est pas apparu possible de dégager, ici, des stades d’évolution entre 1880 et 1914 dans la mesure où seuls quelques faits, notamment de néologie lexicale, paraissent pouvoir être retenus sans pour autant que nous puissions examiner les causes (« internes » ou « externes ») de ces changements. Le seul point clair est que le rythme d’évolution est variable en chaque temps selon les domaines. Nous traiterons donc de la période 1880-1914 comme d’une grosse tranche synchronique.

1) Prononciation

131Les quelques documents oraux dont nous disposons, ainsi que les textes transcrits par des phonéticiens (cf. III A) fournissent des matériaux sûrs. Ailleurs, les notations sur les réalisations phoniques sont rares, qu’elles soient involontaires comme dans les carnets de bord dont les graphies trahissent certaines prononciations, ou volontaires comme chez les auteurs qui écrivent meillon pour million (Rictus), meillieur pour meilleur (Mirbeau), miglionnaire pour millionnaire (Gide), etc. Certains jeux de mots complètent ces sources d’information.

  • 80 A. Martinet, Économie des changements phonétiques, Berne, Francke, 1955, 397 p. ; Le Français sans (...)

132Il convient de tenter, au-delà du relevé des données phonétiques, une interprétation phonologique des faits dans leur dynamique : on se référera sur ce point aux travaux d’André Martinet80.

133En phonématique, les problèmes les plus patents concernent certaines oppositions vocaliques. Les deux voyelles de grande aperture [a] et [a] risquent des évasions l’une vers [ɛ] (Montmerte), l’autre vers [ɔ] ([pɔʁnε͂]). On note des flottements dans l’exploitation oppositive des séries moyennes (/o-ɔ/, /Ø-œ/ et surtout /e-ε/) ainsi que dans celle de /u/~/o/ devant [r] ou [I] (borgeois). Le statut menacé de /œ/ (~/ε͂/) apparaît mal dans les textes.

134Sur le plan phonétique, l’application de la règle des trois consonnes pour l’apparition ou la suppression du « e muet » donne lieu à des notations très variables (j’le dis, je l’dis, etc.).

135En ce qui concerne les consonnes, on est surtout frappé par la fréquence d’altération des groupes consonantiques (nonostant pour « nonobstant », lusque pour « luxe ») ainsi que par celle de la chute des consonnes finales, notamment dans les groupes Cs + [r] ou [I] (+ Cs) : [sy] pour sur, [ɛ] pour [εl], [kat] pour quatre, [pœp] (ou [pœplә]) pour peuple. A part ces faits syntagmatiques, on peut dégager quelques points fragiles du système : l’opposition /l/-/lj/-/j/ (ex. million ou bouteille.Cf. Littré), l’opposition /ṅ/-/nj/, l’opposition /k/-/t/ (cintième, piquié « pitié », quiens « tiens »), l’opposition /l/-/r/ (cérébral) et /l/-/n/ (caneçon). Les diverses réalisations de /R/, « roulé » ou non, sont parfois indiquées par des redoublements graphiques : « rr », voire « rrr ». On note les prononciations ceuss ou alorss. On relève, encore, quantité d’indications éparses sur les accidents phonétiques du type métathèses, assimilations, dissimilations... : ouverrier (« ouvrier »), reflecichons, guernouilles... qui affectent des unités isolées. La prononciation des emprunts aux lexiques étrangers ne semble pas, à cette époque, avoir cristallisé l’attention des auteurs qui usent volontiers, surtout après 1900, de cocktail, de flirt... sans préciser leur mode de réalisation orale.

136Notons, enfin, la fréquence des relevés de cuirs (en -z-) et velours (en -t-) qui, contrairement aux liaisons proprement dites (ex. les⁀amis), lesquelles ressortissent à la morphologie, sont à considérer comme des déviations phoniques (ex. moi-z-et les miens, donnez-moi-z-en).

137La prosodie (accent et intonation), on ne saurait s’en étonner, est mal notée et l’on ne peut guère la reconstituer sommairement qu’à travers des indications indirectes : longueurs vocaliques, maintien ou chute du [ə], ponctuations théâtrales comme !... ou ?...

138Enfin les documents nous livrent certaines informations sur ce que Passy (p. 34) appelle les « accessoires du langage », à savoir les modalités de réalisation orale du L.P. : on parle volontiers à forte voix, avec beaucoup de gestes, de jeux de physionomie ; tout ce qui participe au registre exclamatif et à l’usage phatique du langage est abondamment représenté, comme le reflètent les effets de ponctuation, les phatèmes du type euh, les interruptions. L’intensité semble l’emporter sur la netteté (cf. Passy, pp. 29 et 32), d’où la fréquence des écrasements du type v’là pour « voilà ».

2) Orthographe

139On se limitera à quelques remarques sur le maniement de l’orthographe en L.P. Pour ce faire, nous nous référons aux documents directs (cf. III A) car la mode n’est pas, alors, dans les textes publiés, de respecter l’orthographe originale et les rares exemples qu’on en trouve, souvent à des fins humoristiques, sont certainement adultérés, surchargés (cf. Le Grelot, Bécassine...).

140Les documents abondent, en dépit du développement de l’instruction primaire, en « fautes » tant d’usage (y compris pour les termes les plus courants) que de grammaire ; fait caractéristique, ces fautes affectent souvent la segmentation en unités significatives (ex. : bonne à niversèr). On note des phénomènes de séries, à savoir que, dans une rédaction relativement correcte, certains passages (qui ne se situent pas nécessairement en fin de texte, à un moment de lassitude) présentent une forte densité de « fautes ». Ce phénomène est difficile à expliquer si ce n’est par l’hypothèse que l’attention aux faits formels se relâcherait en certains points au bénéfice d’une réflexion plus serrée sur le contenu. Le trait le plus frappant est qu’on trouve chez un même scripteur plusieurs formes du même mot : cette inconstance paraît révéler l’inconsistance, chez ces scripteurs, de la notion même de norme dans un domaine normatif par excellence (ex. infanterie/infenterie, condamnés/condannés, cahier H.M.). Un autre fait frappant est l’absence ou l’incohérence de la ponctuation, notamment dans les correspondances (cf. ex. supra en III A). En ce qui concerne cette ponctuation, on peut, à l’inverse, noter l’extrême abondance des ponctuations expressives dans les dialogues des romans et des pièces de théâtre dits populaires ( !..., ?...) ; encore faut-il bien souligner leur valeur significative.

3) Grammaire et conduite du discours

141En grammaire, on peut distinguer les faits de morphologie (variations non pertinentes de signifiants) et les faits de syntaxe (cf. ici même, la contribution de R. Martin).

142Contrairement à une opinion assez répandue, la morphologie du L.P. n’est pas très fautive. On ne relève que quelques processus analogiques qui tendent à régulariser tel pluriel de nom ou d’adjectif (journals, normals), telle forme verbale sur le modèle de la première conjugaison (il faut rempé pour rompre [les rangs]) ou encore à généraliser des indices-types comme celui de -z- au pluriel dans quatz (quatre) ou d’un y « subjonctival » dans soye, aye...

143Les faits de syntaxe ont, sans doute, plus d’importance pour la caractérisation des textes.

144Dans les « propositions indépendantes » sont à relever quelques traits saillants du langage oral/populaire qui s’infiltrent dans les écrits populaires :

    • 81 Cf. D. François, « Les auxiliaires de prédication », La Linguistique, 1976, 1, pp. 31-40.

    nombreux noyaux prédicatifs non verbaux, constitués par un auxiliaire de prédication81 tel que c’est, il y a, voilà, voire mince de... + élément prédiqué. Le J’accuse de Zola en abonde. Cf. C’est des lions (Proust) ;

  • abondance de sujets (et d’objets) pronominaux, fréquemment repris par des nominaux extraposés (ma fille, du piano, elle en fait tous les jours) ;

  • rareté des expansions nominales objets au profit, souvent, d’expansions circonstancielles autonomes (ex. demain) ou autonomisées (dans le jardin) ;

  • absence de ne dans la modalité négative : mais il s’agit là d’une audace que seuls certains auteurs pratiquent, tel Anatole France ;

  • utilisation à-tout-va de on, pour nous notamment, encore qu’elle nous ait paru moins fréquente qu’à notre époque ;

  • tendance à la limitation du paradigme des monèmes fonctionnels prépositionnels : à et de jouissent d’une sorte de monopole (Chapeau à Edmond, Voyage de Vaucresson), cependant que certaines prépositions comme après étendent leur aire d’emploi (demander après quelqu’un) ;

  • difficultés dans l’expression des degrés de comparaison (très, trop, beaucoup, pire...).

145Les phrases « complexes », qu’elles comportent des propositions coordonnées ou subordonnées, contrairement à une autre idée reçue, sont loin d’êtres rares, mais il est vrai qu’elles témoignent de nombreux achoppements dans l’emploi des temps et modes verbaux (concordances) et surtout dans celui des monèmes fonctionnels propositionnels, relatifs ou conjonctifs. Rappelons deux exemples cités supra  :

« C’est nous qu’on est les cambrioleurs qui viennent... » (Vermot)
« Pour pas qu’on se sauve » (Proust).

146Les difficultés s’accumulent lorsqu’il s’agit d’énoncés interrogatifs ou exclamatifs. Rappelons :

« Pourquoi que lorsque je suis tombé dans l’eau... » (suppl. ill. du Petit Journal)
« Quoi que t’as ?... C’est-y que tu deviennes folle ? » (Bécassine)
« Quelle heure qu’il est ? » (Manuel, recueil de fautes à éviter)
« Qu’est-ce que c’est que cette manière... » (Biribi)
« Ce que je me suis embêtée !... » (Gyp)

147C’est sans doute à ce niveau de mise en relation dans l’énoncé, avec la polyvalence de que, la création de monèmes fonctionnels (malgré que, pour pas que), les décumuls, les développements (qu’est-ce que c’est que), que la syntaxe du L.P. se différencie le plus nettement de celle du langage normalisé.

  • 82 D. François, « Expressivité et syntaxe », Journal de Psychologie, n° 3-4, juil.-déc. 1976, pp. 325- (...)

148La conduite du discours, ou énonciatique, présente également, en L.P., des traits spécifiques largement tributaires des latitudes et contraintes de l’oralité. Le trait le plus véridique est sans doute une certaine désarticulation du discours, avec des ruptures de constructions, des phrases inachevées, des pseudo-achèvements de phrases par phatèmes (comme hein) ; seuls les auteurs très attentifs parviennent à en rendre compte. L’utilisation de connecteurs flous (comme [epi], et puis) ou de connecteurs discursifs, pourrait-on dire, comme sapristi est plus facile à apprivoiser. En revanche, les textes fluides, non ponctués, sans squelette discursif, de même que, à l’inverse, les textes-phrases d’une extrême brièveté, ne se rencontrent guère que dans les documents authentiques. Si l’on ajoute certains traits comme la répétitivité du message — à laquelle Anatole France a été très sensible —, le plaisir de l’expressivité82, l’abondance des références discursives in situ aux données spatio-temporelles (d’où l’emploi d’anaphoriques, de hier... au lieu de la veille, etc.), l’utilisation de clichés, de stéréotypes qui véhiculent souvent de l’implicite et supposent donc une certaine connivence (ex. : ’fait chaud signifiant « on fait la pause »), etc., on peut dégager une rhétorique du L.P. dont la vigueur n’est pas niable.

4) Lexique et phraséologie

149Le lexique a la réputation d’être un domaine particulièrement ouvert et, donc, mouvant de la langue. Il est vrai que la comparaison de différentes éditions d’un même dictionnaire d’usage (comme le Petit Larousse) confirme cette mobilité, dans une certaine mesure. A y regarder de plus près, on peut se demander si quelques phénomènes sporadiques d’évolution accélérée ne masquent pas la permanence d’une grande part du lexique et, en ce qui concerne notre propos, si l’on n’attribue pas au L.P. une capacité d’invention excessive.

150Pour faire populaire, bien sûr, l’injection de quelques termes lexicaux, de préférence savoureux, est le plus simple, mais il est aisé de démontrer que le stock de ces termes auxquels les écrivains recourent volontiers, est très limité (bigre, rosse, chic...) et largement répandu dans l’ensemble de la population. Au-delà, donc, de ces pseudo-signaux de L.P., que dire du lexique populaire observé dans la période considérée ?

151Le fait le plus frappant, dans les documents étudiés, est l’invasion massive par des termes d’argot commun — ce qui n’autorise pas, pour autant, à analyser celui-ci comme un indice de langue populaire, dans la mesure où ses créations correspondent à des usages particuliers du langage, crypto-ludiques, notamment. Reste que, marginal dans ses origines, l’argot s’infiltre de longue date (ex. : cambrioleur) dans le L.P. qui en recueille, avec une intégration plus ou moins profonde, diverses trouvailles. Il n’est guère de textes visant à « faire populaire » qui n’usent pas de termes argotiques, mais ils diffèrent dans l’emploi d’un argot plus ou moins généralisé — Les Pieds-nickelés illustrent bien un ensemble de termes d’argot adoptés par le L.P. cependant que Darien par exemple, utilise des lexèmes plus spécialisés, plus rares — et aussi dans la plus ou moins forte teneur en argot : certains textes littéraires en font un usage intensif, presque abusif. Dans ces conditions d’absorption de l’argot par le L.P., on conçoit qu’il est souvent difficile de décréter, à un moment déterminé, que tel terme est populaire ou argotique. Il faut, cependant, se garder de trop prêter au L.P. et considérer avec circonspection certaines listes présentées sous le titre de « dictionnaire de langage populaire parisien » comme celles de Bauche (1920, 2. 2, pp. 193-256) qui, non sans précautions préliminaires, il est vrai, cite à la lettre Z : zanzi, zeb, zébie, zèbre, zigoteau, zigouiller, zigue, zinc, zizi, zouave, zozoter, zut !, zyeuter. Notons, toutefois, que la lettre Z et l’argot ont de nettes affinités...

152A part cela, quelques phénomènes lexicaux valent d’être relevés, mais ils sont, relativement, mineurs :

  • certains termes désormais désuets, dans le domaine de la mode ou de l’alimentation, par exemple, comme effets (« habits ») ;

  • quelques néologismes, mais ils sont assez rares en L.P., même dans la presse, en dépit de l’essor technologique ; ils sont glosés dans le texte même ; notons, chez Jules Verne, aluminium (De la terre à la lune) et rails (Keraban le têtu) ;

  • quelques emprunts, notamment à l’anglais, comme brandy ;

  • quelques régionalismes ;

  • quelques mots « écorchés » (ex. animalite pour amygdalite), souvent par dérision ;

  • une certaine abondance, parmi les anthroponymes, de diminutifs et de sobriquets ;

    • 83 Cf. Cl. Duneton, La Puce à l’oreille, Anthologie des expressions populaires avec leur origine, Pari (...)

    un penchant pour les tournures phraséologiques, qu’il s’agisse de clichés traditionnels comme « ... poil au nez » ou de locutions rénovées comme chez Feydeau « j’en aurais pris pour mon rhume »83 ;

    • 84 Cf. R. Édouard, Dictionnaire des injures, Paris, Tchou, 1973, 614 p. ; P. Guiraud, Les Gros mots, P (...)

    un certain penchant — auquel il ne faudrait pas donner trop d’importance —pour les injures, jurons, gros mots... des plus édulcorés (fichtre) aux plus tabous84.

153Ce ne sont là qu’épiphénomènes qui ne permettent nullement de caractériser le L.P., dont au total les traits importants nous paraissent être :

  • de ne pas prendre, sous ses formes les plus « spontanées », de distance à l’égard du lexique trivial — alors que nombre d’écrivains usent de l’italique, des guillemets... ;

  • de ne pas effectuer un tri parmi les ressources disponibles, ce qui est le fait de ceux qui visent à préserver un langage de « bonne compagnie », lors même qu’ils font appel aux ressources du L.P. ;

  • bref, de faire feu de tout bois.

1545) Pour conclure, les traits linguistiques saillants du L.P. relevés ci-dessus montrent combien les caractères populaire/oral/évolutif ou, mieux, dynamique sont en étroite liaison et mettent constamment en question la ou les norme(s) établie(s) : certains traits passent du populaire à l’oralité, voire, ensuite, dans la langue écrite. Mais tout cela ne va pas d’un seul train et c’est sans doute dans les domaines les plus structurés, comme ceux de la phonologie et de la syntaxe, que l’on observe des faits plus spécifiquement, plus coriacement populaires, cependant que le lexique, par exemple, permettrait plus de perméabilités entre les variétés des usages. Ce n’est là, au demeurant, qu’une hypothèse qu’il faudrait mettre à l’épreuve en se demandant, en outre, quels sont les domaines où les variations socio-linguistiques sont les plus importantes.

V) Conclusion

155Nous avons tenté une approche du L.P. au sens large du terme, sans nous limiter à quelques traits truculents ou fautifs relevés chez des zonards bon teint. Par là même, nous avons reposé certains problèmes.

156Celui de l’authenticité des documents — des dossiers familiaux aux reconstitutions littéraires, aux pastiches, voire parodies. Celui de la fonction du L.P. ou plutôt de ses fonctions, qui vont de l’efficacité, au premier degré, dans l’établissement de la communication banale à des formes dérivées d’archivage du patrimoine linguistique, poétique (pseudo-) réaliste, régionaliste, etc. Celui, enfin, de la relation du L.P. à des classes ou couches sociales, problème particulièrement ardu qui, en un certain sens, coiffe ceux de l’authenticité et des fonctions du L.P., puisqu’on découvre non une relation mécaniste entre classe ou couche sociale et langage, mais bien des contradictions entre des locuteurs « populaires » qui aspirent à un certain conformisme langagier, cependant que des lettrés s’efforcent de récupérer, à divers usages, les richesses du L.P.

157A travers tout ce mouvement complexe, comment concevoir lucidement le problème de la norme ou même des normes ? Cela paraît une gageure, tant de forces sociales étant en jeu.

158Au terme de l’analyse, ce qui paraît caractéristique du L.P. dans les années 1880-1914, ce sont, plus que des traits linguistiques qui ne sont guère spécifiques de cette époque, les changements d’aires d’emploi, d’extension sociale du L.P. qui se situe aux marges de la réprobation et de l’adoption.

Notes

1 Nous tenons à remercier chaleureusement tous ceux qui nous ont aidée à rassembler la documentation. Nous exprimons une particulière gratitude à Mmes Laurence Bon, Hélène Mervant, Germaine Revuz qui nous ont confié des documents familiaux (carnets de comptes, correspondances, livres de bord... identifiés dans le texte par les initiales L.B., H.M., G.R.). Nous tenons également à remercier ceux qui nous ont facilité l’accès à des documents rares : Almanach Hachette, Almanach Vermot, Phonothèque nationale.

2 Par ex. les Pieds-Nickelés de Louis Forton, v. infra, note 22.

3 Cf. J.-M. Mayeur, Les débuts de la iiie République, 1871-1898, coll. « Nouvelle histoire de la France contemporaine », Paris, Seuil, 1973, 256 p. ; et M. Rebérioux, La République radicale ? 1898-1914, coll. « Nouvelle histoire de la France contemporaine », Paris, Seuil, 1975, 255 p.

4 Cf. J.-M. Mayeur, op. cit. supra, note 31, et A. Prost (1968, 2.1).

5 Cf. par ex., J. -P. Crespelle, La Vie à Montmartre au temps de Picasso, 1900-1901, Paris, Hachette, 1978, 286 p.

6 Cf. F. Blaise-Helgorsky (1979, 0.1).

7 Par ex. A. Darmesteter, Cours de grammaire historique de la langue française, 2e éd., Paris, Delagrave, 1895-1897 (4 parties).

8 Phonothèque nationale, Archives de la parole, Université de Paris-Pathé : Conversation en parler parisien, M. Ligabue, D. 5001, disque à saphir, 35 cm, 1912, cote phonothèque nationale : AP201 ; Conversation en parler parisien, MM. Gallerey et Avide, D. 5004, disque à saphir, 35 cm, 1913, cote phonothèque nationale : AP127. P. Passy, Les sons du français (1906, 1.1) et Le Français parlé (1886, 1.1). Dans ces deux ouvrages, on trouve des transcriptions en I.P.A. de textes assez difficiles à situer socialement.

9 H. Bauche (1920, 2.2) ; H. Frei (1929, 2.2) ; P. Guiraud, Le Français populaire, coll. « Que sais-je ? », Paris, P.U.F., 1965.

10 Brunot-Bruneau (1933, 0.2 ) ; M. Cohen (1973, 0.2), notamment p. 263 sqq., indications bibliographiques et textes ; et Pour une sociologie du langage, Paris, A. Michel, 1956, 376 p. ; M. Grevisse (1975, 0.2).

11 Cf. D. François et alii, Questionnaire sur l’utilisation de l’écrit (en préparation).

12 Cf. D. François, « Français parlé ou français populaire », Revue d’ethnologie française, t. III (1973) n° 3-4, pp. 265-270.

13 Cf. D. François, Français parlé, Analyse des unités phoniques et significatives d’un corpus recueilli dans la région parisienne, Paris, S.E.L.A.F., 1974, 842 p.

14 Cf. Massin, Les cris de la ville, Paris, Gallimard, 1978, 254 p. ; Argenteuil, images d’histoire, ouvrage collectif édité par la Commission municipale d’histoire locale, impr. Maury, 1977, non paginé, nombreuses illustrations ; Supplément illustré du Petit Journal, cf. infra, note 19 ; A. France, cf. infra, note 55 et J. Vallès, cf. infra, note 50.

15 Cf. A. Kyrou, L’Age d’or de la carte postale, Paris, Éd. Balland, 1966, 141 p. + répertoire des textes des correspondances.

16 Cf. par ex. A. Lagarde et L. Michard, xixe siècle, xxe siècle, Les grands auteurs français du programme, Paris, Bordas ; ou Littératures françaises connexes ou marginales (1958, 3.1).

17 D. François (1968, 2.2).

18 H. Barbusse, Le Feu (Journal d’une escouade), Paris, Flammarion, 1917, 349 p.

19 Supplément illustré du Petit Journal. Nous avons dépouillé les numéros 200, 201 (1894, 5e année), 413, 414, 415, 419 (1898).

20 L’Assiette au beurre. Nous avons consulté : n° espécial (sic), oct. 1901 ; n° 117, juin 1903 ; Le Grelot. N° consulté : 295, déc. 1876 (6e année).

21 Caran d’Ache, Bric à Brac, Album, Paris, Plon, s.d., 52 p. ; Cham, Les Folies parisiennes, Paris, Calmann-Lévy, 1883, 343 p. ; Forain, Album, Paris, Plon, 1896, 55 p. ; cf. J. Lethève, La caricature et la presse sous la iiie République, coll. « Kiosque », Paris, A. Colin, 1961, 272 p.

22 L’Album des belles images, Éd. du Petit Écho de la Mode. Nous avons consulté les numéros de l’année 1906 (3e année) ; Bécassine : voir, par ex., L’enfance de Bécassine, Éd. de La Semaine de Suzette, Paris, H. Gautier, 1913, 62 p. ; Christophe, Le Sapeur Camember, Paris, A. Colin, 1956, 283 p. ; voir dans la même collection : L’idée fixe du savant Cosinus, La Famille Fenouillard, Les Malices de Plick et Plock  ; L. Forton, Les Pieds-Nickelés s’en vont en guerre, paru dans L’Épatant (1913-1915), Paris, rééd. Claude Offenstadt, Azur, 1978, 144 p.

23 Cf. La Publicité de A à Z, sous la dir. de Cl. Vielfaure, Les Encyclopédies du savoir moderne, Paris, C.E.P.L., 1975, 510 p.

24 Almanach Hachette, Petite encyclopédie populaire de la vie pratique : nous avons consulté les années 1895 et 1911 ; Almanach Vermot : nous avons consulté tout particulièrement les années 1902, 1913, 1914 ; Anthologie de l’Humour Vermot (depuis sa fondation), Paris, Guides Vermot, 1977, 254 p.

25 A. Bruant, Dans la rue, chansons et monologues, dessins de Steinlen, Paris, A. Bruant auteur, éditeur, éd. définitive, 24e mille, s.d., 208 p.

26 Cf. Ch. Brunschwig, L.-J. Calvet, J.-Cl. Klein, 100 ans de chanson française, Paris, Seuil, 1972, 280 p. ; P. Brochon, La Chanson sociale de Béranger à Brassens, Paris, Éd. Ouvrières, 1961 (épuisé) ; E. Chautard, Goualantes de la Villette et d’ailleurs, Paris, Éd. M. Seheur, 1929, 281 p.

27 Déroulède, Marches et sonneries, Paris, Calmann-Lévy, 1897, 123 p. (dans le même vol. : Refrains militaires, 1889).

28 G. Duprez, Joyeusetés (d’un auteur dramatique par G.D., membre honoraire du caveau), Paris, Éd. Tresse, calligraphié, s.d., 285 p.

29 Grammaire française, L’École Mutuelle, cours complet d’éducation populaire, d’après les meilleurs auteurs, Paris, Librairie de la Bibliothèque Nationale, 1877, 191 p.

30 A. Seignette, L’École moderne, Cours complet d’enseignement primaire concentrique, livrets mensuels, Paris, Dupont, s.d.

31 G. Bruno, auteur de Francinet Le Tour de France par deux enfants, Paris, Belin, rééd. 1976, 322 p.

32 On consultera, par exemple :

Les manuels consacrés à la lecture des manuscrits (autographes) très nombreux encore vers 1880, ce qui révèle les modalités de circulation de l’information écrite. Ex. :

Lectures instructives et amusantes sur diverses inventions, découvertes, etc... par F.P. B., Mame-Poussielgue, 1874, 120 p.

Les manuels de lecture :

Premier livre de lecture faisant suite au syllabaire des frères des écoles chrétiennes par F.O.P., éd. Mame-Poussielgue, 1877, 108 p.

Premier livre de lecture et d’instruction pour l’enfant par G. Bruno, 281e éd., Paris, Belin, 1913, 144 p.

Les traités divers comme :

Nouveau traité d’arithmétique décimale par F.P.B., 48e éd., Mame-Poussielgue, 1860, 384 p., X planches + 24 pages.

La première communion, Règles de vie pour la persévérance par Madame la comtesse de Flavigny, 10e éd., Tours, Mame, 1891, 415 p.

33 F. Vidalein, Cuisinière des familles ou traité de la cuisine domestique enseigné par des préceptes à la portée de toutes les intelligences, 3e éd., Paris, Dentu, s.d., 545 p.

34 J. Sevrette (par Madame), La Jeune Ménagère, 4e éd., Paris, Larousse, s.d., 264 p.

35 Comtesse Dash, Comment on fait son chemin dans le monde, code du savoir-vivre,Paris, éd. Michel Lévy frères, 1868, 290 p.

36 Cf. M. Chaulanges, A.G. Manry, R. Sève, Textes historiques, 1871-1914, Paris, Delagrave, 1977, 2 vol., 159 et 176 p.

37 J. Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, publiée de 1901 à 1904, rééd. Paris, Éd. Sociales, 1969, 6 vol.

38 O. Mirbeau, Journal d’une femme de chambre, Paris, Fasquelle, 1900, 519 p.

39 R. de Gourmont, La Destinée des langues, in La Culture des Idées, Paris, 1900, 309 p.

40 Ch. Mérouvel, La Passerelle, Paris, Tallandier, 1900, 288 p. Cf. aussi Chaste et flétrie (1889).

41 Manuel d’histoire littéraire de la France, collection dirigée par P. Abraham et R. Desné, t. V, 1848-1917 (1977, 3.1). Voir notamment les chapitres consacrés à « l’autre littérature » et aux « littératures parallèles ».

42 Cf. P. Guiral et G. Thuillier, La Vie quotidienne des domestiques en France au xixe siècle, Paris, Hachette, 287 p. ; A. Martin-Fugier, La Place des bonnes, la domesticité féminine à Paris en 1900, Paris, Grasset, 1979, 382 p.

43 E. et J. de Goncourt, Germinie Lacerteux, Paris, Edizioni Scientifiche Italiane et Librairie Nizet, 1968, 167-XLIV p.

44 Paris, Éd. Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 3 vol.

45 É. Zola, Les Rougon-Macquart, Lausanne, Éd. Rencontre, 1961, 20 vol. Cf. notamment L’Assommoir, Nana, Pot-Bouille, Germinal, La Bête humaine.

46 G. Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Paris, Fasquelle, 1923, 400 p.

47 G. Darien, Biribi, Paris, U.G.E., 10/18, 1966, 380 p. Cf. aussi : Le Voleur, Les Pharisiens.

48 J. de Grandpré, Mandrin, Paris, Fayard, 1971, 445 p. (1re éd. 1885).

49 Gyp, Le Mariage de Chiffon, Paris, Calmann-Lévy, s.d., 110 p. (en « livraison ») ; Petit Bob, Paris, Calmann-Lévy, 1947, 255 p.

50 J. Vallès, Œuvres complètes, Paris, Éd. Livre-Club Diderot, 1970, 4 vol.

51 Paris, N.R.F., 1935, 861 p.

52 J. Lorrain, Lettres à ma mère, 1864-1906, Paris, Éd. Excelsior, 1926, 185 p.

53 A. Allais, Œuvres anthumes (3 vol.), Œuvres posthumes (8 vol.), Paris, Éd. de la Table Ronde, 1965.

54 Saint Pol-Roux, coll. « Poètes d’aujourd’hui », Paris, Seghers, 1952, 222 p.

55 A. France, Crainquebille et autres textes, Paris, Calmann-Lévy, s.d., 249 p. On consultera aussi : Pierre Nozière, Le Petit Pierre, L’anneau d’améthyste, Histoire comique (même éd.).

56 G. Ohnet, Au fond du gouffre, Paris, A. Michel, 1898, 192 p.

57 P. Bourget, L’Échéance et autres textes (1898-1911), Paris, Plon, s.d., 193 p.

58 J. H. Rosny, La Fauve, Paris, Calmann-Lévy, s.d. [1912], 126 p.

59 M. Prévost, Cousine Larra, mœurs de théâtre, Paris, Lemerre, 1903, 286 p. (1re éd. 1890).

60 J. K. Huysmans, Là-bas, Paris, Plon, 1968, 283 p.

61 Paris, Éd. du Bélier, 1949, 381 p. ; Voir aussi La Duchesse des Folies-Bergère et autres textes, Paris, Éd. Universitaires, 1949, 409 p.

62 Paris, Julliard, 1964, 381 p.

63 E. Labiche, Théâtre, Paris, Gallimard et Librairie générale de France, 1964, 510 p.

64 Paris, N.R.F., 1929, 226 p.

65 G. Courteline, Boubouroche et autres textes, Paris, Flammarion, 1929, 287 p. ; Les Linottes, Paris, Flammarion, 1966, 192 p. ; Messieurs les ronds-de-cuir, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, 185 p.

66 Anthologie de la poésie française Marcel Arland, Paris, Stock, 1943, 670 p.
Anthologie Paul Eluard « Le meilleur choix de poèmes est celui que l’on fait pour soi », Paris, Sagittaire, 1947, 383 p.
Anthologie des poètes contemporains (1866-1926), Paris, Delagrave, 1926.
Anthologie des poètes français, xixe s., Paris, Lemerre, s.d., 442 p.

67 S. Mallarmé, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 1954, 1659 p.

68 A. Rimbaud, Poésies, Paris, Mercure de France, 1950, 169 p.

69 J. Laforgue, Œuvres complètes, I, Poésies, Paris, Mercure de France, 1951, 283 p.

70 G. Apollinaire, Poèmes, Paris, Gallimard, 1956, 279 p.

71 Paris, Stock, 1922, 143 p.

72 Cf. E. Thomas, Voix d’en bas, la poésie ouvrière au xixe siècle, Paris, Maspéro, Actes et Mémoires du peuple, 1979, 463 p. (bibliographie, textes).

73 Paris, Éd. Seghers, 1971, 284 p., dessins de Steinlen.

74 G. Couté, La Chanson d’un gas qu’a mal tourné, Paris, Eugène Rey, nouv. éd. 1931, 228 p.

75 P. Arène, Jean des Figues, Paris, Nelson, 1938, 286 p. (1re éd. 1868).

76 L. Delarue-Mardrus, Le Roman des six petites filles, Paris, Flammarion, s.d., 62 p. ; Graine au vent, Paris, Ferenczi, 1926, 227 p.

77 H. Malot, Sans famille, Paris, Hachette, 1933, 440 p.

78 L. Pergaud, Le Roman de Miraut, Paris, Nelson, 1947, 372 p.

79 J. Verne, Mathias Sandorf Paris, Hachette, 1944, 209 p. ; Les 500 millions de la Begum, Paris, Hachette, 1966, 241 p. De la terre à la lune, Paris, Hachette, 1944, 191 p. ; etc.

80 A. Martinet, Économie des changements phonétiques, Berne, Francke, 1955, 397 p. ; Le Français sans fard, Paris, P.U.F., 1969, 221 p.

81 Cf. D. François, « Les auxiliaires de prédication », La Linguistique, 1976, 1, pp. 31-40.

82 D. François, « Expressivité et syntaxe », Journal de Psychologie, n° 3-4, juil.-déc. 1976, pp. 325-343.

83 Cf. Cl. Duneton, La Puce à l’oreille, Anthologie des expressions populaires avec leur origine, Paris, Stock, 1978, 390 p. ; P. Guiraud, Les Locutions françaises, Paris, P.U. F., coll. « Que sais-je ? », 1962, 125 p.

84 Cf. R. Édouard, Dictionnaire des injures, Paris, Tchou, 1973, 614 p. ; P. Guiraud, Les Gros mots, Paris, P.U. F., coll. « Que sais-je ? », 1975, 125 p.

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540