Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la langue française 1880-1914

 | 
Gérald Antoine
, 
Robert Martin

Chapitre premier. Tendances nouvelles

La bataille de l’orthographe aux alentours de 1900

Nina Catach

Texte intégral

1Les discussions autour d’une nécessaire réforme de l’orthographe n’ont certes pas manqué tout au long du xixe siècle.

2Cependant, le terrain sur lequel elles se situent se transforme profondément vers la fin du siècle : de débats entre grammariens, elles prennent l’allure de véritables luttes sociales.

3Une campagne de presse d’une ampleur sans précédent se développe en faveur de la réforme. L’Université descend dans la rue. Les hommes politiques, et non des moindres, les enseignants, les Syndicats, montent en ligne et prennent fait et cause pour ou contre elle. Durant plus de vingt ans, elle sera considérée en France par toutes les catégories sociales intéressées, y compris l’Académie, comme une affaire d’ampleur nationale, au même titre que la séparation de l’Église et de l’État ou la loi sur les Congrégations.

  • 1 Nous reprenons ici, pour l’essentiel, le contenu d’une série d’articles parus sur le même sujet dan (...)

4Cette campagne a failli réussir, mais ce fut l’échec1.

I) La renaissance du mouvement orthographique

5Après l’aventure malheureuse de Marle et de son « Appel aux Français » (1830), l’opinion française semble durant plus de trente ans se désintéresser de la question.

1) En Suisse :

6C’est de Suisse que repart le mouvement : aux alentours de 1860, sur la base de comités déjà existants, se constitue une Société dite « phonographique », puis « néographique » qui organise des débats et multiplie les conférences sur l’orthographe.

  • 2 E. Raoux, Programme d’orthographe rationnelle, mars 1866 ; Les cerveaux noirs et l’orthographe, Par (...)
  • 3 1867.B.N. : X24196.
  • 4 Voir F. Brunot (1899, 0.2), p. 856, qui cite les procès-verbaux du Congrès, imprimés à la Chaux-de- (...)

7En 1865, E. Raoux, professeur de l’Académie de Lausanne, élabore un projet hardi, remanié ensuite à plusieurs reprises2. Une correspondance s’engage avec A. Firmin-Didot, imprimeur de l’Académie française, auteur des célèbres Observations sur l’orthographe ou ortografie française3, dont les travaux n’ont pas peu contribué à la renaissance du mouvement. Sous l’influence de ce dernier, les projets suisses sont restreints et précisés (ils sont ramenés de vingt-cinq à vingt-deux, puis vingt, puis dix-neuf propositions). Un événement, dès cette date, donne idée de la direction nouvelle que vont prendre les luttes : le Congrès international des travailleurs, réuni à Lausanne en septembre 1867, considère la réforme comme une des questions sociales à l’ordre du jour et lui consacre une séance4.

2) En France :

  • 5 Sur les prises de position répétées de Littré concernant l’orthographe dans son Dictionnaire, voir (...)

8L’un des premiers en France, le grand Littré s’engage aux côtés de Firmin-Didot, et son avis fait autorité : « L’orthographe ancienne, dit-il, fournira de bonnes indications pour la réformation de notre orthographe moderne, qui offre tant de surcharges, d’inconséquences et de pratiques vicieuses »5).

9Sainte-Beuve, convaincu peu de temps avant sa mort, soutient à son tour les réformistes : « Ne nous le dissimulons pas : il s’est fait depuis quelques années, et pour bien des causes, une sorte d’intimidation générale de l’esprit humain sur toute la ligne. La réforme de l’orthographe elle-même y est comprise et s’en ressent ; on est tenté de s’en effrayer, de reculer à cette idée, comme devant une périlleuse audace. Tout le terrain gagné en théorie depuis Port-Royal jusqu’à Daunou semble perdu. Nous avons à prendre sur nous, pour redevenir aussi osés en matière de mots et de syllabes que l’était l’abbé D’Olivet » (dans Le Moniteur, 2 mars 1868).

10Survient la guerre de 1870. Après un temps d’arrêt, une première Société de réforme se crée en France (1872, fondateur P. Malvezin), avec un programme relativement modéré. Firmin-Didot meurt en 1876. La parution de la 7e édition du Dictionnaire de l’Académie (1878), loin de calmer les esprits, les échauffe plus encore par les quelques concessions déjà faites.

3) La pétition de 1889 :

  • 6 G. Paris, Mélanges linguistiques (recueil d’articles écrits en orthographe réformée) : « Il est vra (...)

11Mais c’est véritablement en 1887, à la suite d’une brillante conférence du phonéticien Paul Passy, que les événements vont prendre un tour nouveau : il forme une nouvelle Société, élabore un projet hardi, après entente avec l’Association phonétique des professeurs de langues vivantes et la Société française de sténographie. La Société lance un bulletin mensuel, La nouvelle orthographe, et reçoit d’emblée une adhésion de choix, celle de L. Havet, professeur au Collège de France (La simplification de l’orthographe, 1890). A sa suite, de nombreux savants de renom, dont Gaston Paris, A. Darmesteter, donnent les premiers de leur personne, font des conférences, écrivent des livres et des articles6. Dans la plupart des pays d’Europe, des mouvements de réforme prennent de même leur élan et l’Université s’engage partout aux côtés des libéraux.

12C’est que les brillants travaux de grammaire comparée et d’histoire de la langue, les premiers essais de phonétique expérimentale, apportent sans cesse de nouvelles preuves du fondement essentiellement oral du langage et de son évolution réelle, indépendante de celle de la graphie en usage à telle ou telle époque.

  • 7 1898.B.N. : 8° R6879.

13« La question de la simplification de l’orthographe est à l’ordre du jour », pouvait dire A. Darmesteter au début de sa brochure, La question de la réforme orthographique7. « En France, en Belgique, en Allemagne, ainsi que dans les pays de langue flamande, des réformes notables, d’une grande portée littéraire et même politique, ont été accomplies... »

14On a peine, aujourd’hui, à saisir la violence et l’impact du débat auprès de l’opinion publique. La grande presse (Le Moniteur, Le Figaro, L’Aurore, Le Temps) prend parti et publie au fil des années de multiples prises de position, qu’il faudrait étudier de plus près.

  • 8 Voir les réformes demandées dans F.M., N. Catach (1967, 1.4), pp. 298-299. Le ton est respectueux, (...)

15En 1889, L. Havet porte à l’Académie française une pétition de plus de 7000 signatures, ainsi que d’autres pétitions recueillies en France, en Suisse, en Belgique : « Les soussignés font appel aux traditions réformatrices de l’Académie pour solliciter d’elle un nouveau perfectionnement. Elle seule peut en formuler la règle et la mesure...8 »

4) La revue de philologie française :

16Dans le même temps, L. Clédat, doyen de l’Université de Lyon, prend la tête du mouvement en créant la Revue de philologie française, qui paraîtra en orthographe réformée, puis sera remplacée en 1933 par Le Français Moderne sous la direction d’A. Dauzat.

17Se groupent autour d’elle avec combativité les plus grands noms de la philologie contemporaine : non seulement P. Passy, L. Clédat, A. Darmesteter, G. Paris, L. Havet, mais A. Thomas (de l’Institut), P. Meyer (de l’Institut et du Collège de France, directeur de la Revue Romania), A. Renard, professeur à l’Université d’Alger, O. Gréard (membre, comme G. Paris, de l’Académie française), F. Brunot, E. Hervé, C. Chabaneau, Ch. Lebaigue, E. Monseur, professeur à l’Université de Bruxelles, etc. Ont également donné leur accord l’abbé Rousselot, M. Bréal (malgré de multiples réticences), F. de Saussure, Petit de Julleville, Gilliéron, A. Meillet, S. Lévi, P. Boyer, E. Vendryès... Nombre d’entre eux prendront une décision qui comptera : ils publient en orthographe réformée, en particulier dans de nombreuses revues savantes des pays francophones qui, fait tout aussi remarquable, acceptent leurs articles.

  • 9 Revue bourguignonne de l’Enseignement supérieur (1903-1904), Revue scientifique, Scientia, Femme no (...)
  • 10 M. Grammont écrit il i a, sistème, sillabe (suppression de l’y) ; omme, métatèse, maleureuse, ésite (...)

18Maurice Grammont, l’un des plus conséquents d’entre eux, pratique une orthographe réformée dès 1896 dans la Revue des Langues romanes, dont il est le directeur. Il publie ainsi des articles dans de nombreux ouvrages collectifs9, rédige en orthographe réformée Le vers français, ses moyens d’expression, son armonie (Paris, 1904), et reste fidèle à cette orthographe durant toute sa vie10.

19Une mention particulière doit également être faite de L. Clédat, qui s’est dépensé sans compter pour faire aboutir les idées de réforme, tant dans ses écrits que par sa parole, ou dans les différentes Commissions officielles dont il fera partie.

  • 11 La Revue de philologie française appliquait le système suivant : 1) Remplacer par s l’x final valan (...)

20Auteur de la Grammaire raisonnée (1894), du Précis d’orthographe française, du Manuel d’orthographe, des Notions d’Histoire de l’orthographe, etc., il applique une orthographe sans lettres grecques, sans consonnes doubles, sans x final, dans la plupart de ses articles et causeries (Causerie sur l’orthographe, 1903). Ce n’était pas là le programme très restreint adopté par sa Revue11.

21« Pour ma part, dit-il, j’ai voulu appliquer le sistème de ma Revue dans plusieurs livres destinés au grand public : les éditeurs ont presque toujours refusé catégoriquement... »

5) Les écrivains :

  • 12 Chose curieuse, les positions prises sur le plan de l’orthographe vont souvent correspondre, plus t (...)

22Les écrivains et gens de lettres, fortement attachés à la tradition graphique, ne sont pas, loin de là, tous d’accord avec leurs collègues linguistes. On trouve cependant aux côtés des réformateurs de grands noms, soit dès le début de la campagne, soit plus tard : F. Sarcey, comme Sainte-Beuve, publie une série d’articles de fort retentissement. R. de Gourmont intervient avec humour et efficacité dans Problèmes de Style (1907). Autour d’A. France, qui dès le début avait pris parti vigoureusement en faveur des réformistes, se regroupent Ch. Morice, Ch. Limousin, E. Hervé, J. Pischari, et bien d’autres. En 1893, lors du pittoresque épisode de la « note Gréard » dont nous aurons à reparler, le Figaro ouvre ses colonnes durant l’été à de nombreux hommes de lettres, dont P. Loti, H. de Bornier, S. Prudhomme, A. Renard, É. Zola, A. Daudet, C. Mendès, E. Renan, G. Boissier, J. Simon, M. Ducamps, Cherbuliez, etc. Les uns sont pour, les autres contre — A. Daudet, F. Coppée et Leconte de Lisle sont parmi les plus hostiles, ces deux derniers, académiciens, ayant voté contre la note Gréard12.

  • 13 Maurice Barrès, qui lui consacre une chronique en 1905 dans La Revue des Deux-Mondes (vol. 6, p. 24 (...)

23Louis Ménard, chimiste (il est inventeur du collodion), révolutionnaire en 1848, qui a connu la prison et l’exil après les fusillades de juin, poète délicat, grand helléniste, peintre de la nature à Barbizon, historien, ami de Blanqui et de K. Marx, publie en 1895 ses Poèmes et rêveries d’un païen mistiqe (sic) en orthographe réformée, ainsi que divers ouvrages de traduction, de polémique ou de poésie, et surtout son Cours d’istoire universèle professé à l’otel de ville de Paris (1898)13.

II) Principaux épisodes

  • 14 Les revendications de réforme sont en général liées à d’autres plus générales et plus politiques. A (...)

24Reprenons les principales étapes du mouvement. Elles se jouent certes dans l’opinion, mais aussi parmi les enseignants et au Ministère de l’Instruction publique, dans les plus hautes instances gouvernementales et à l’Académie ; elles sont mêlées intimement aux luttes pour le raffermissement de la IIIe République et de l’école laïque, l’instauration de nouvelles institutions, la montée du mouvement libéral14.

1) L’école :

25Sur le plan pédagogique, c’est la grande idée de tolérance, idée qui devait constituer le fondement même des arrêtés de 1900 et 1901, qui apparaît dans la circulaire ministérielle de L. Bourgeois (27 avril 1891), lancée sur proposition de F. Buisson, Directeur de l’Enseignement primaire. Cette circulaire, qui fit l’effet d’une bombe parmi les instituteurs, mais aussi parmi les réformistes, tentait de briser le terrible étau orthographique qui ne cessait de se resserrer autour de l’école, sous l’effet, entre autres, d’un enthousiasme quasi religieux pour la culture laïque.

26Cette circulaire, essayant de modérer « l’inhumaine furie dogmatique » du corps enseignant, sollicitait son indulgence dans trois cas :

  • là où le doute était général, même parmi les spécialistes ;
  • là ou l’analogie poussait l’enfant, raisonnablement et logiquement, à écrire de façon semblable des mots semblables ;
  • là où des règles « récentes et compliquées » étaient venues se surajouter aux difficultés traditionnelles de la langue15.
  • 16 Cette nouvelle pétition, présentée par L. Clédat, P. Passy, E. Monseur et A. Renard, au nom des tro (...)

27Cette opinion était partagée par les trois Directeurs de l’enseignement L. Liard (enseignement supérieur), Rabier (enseignement secondaire) et F. Buisson (enseignement primaire), ainsi que par nombre d’inspecteurs généraux de l’Université, qui n’hésitaient pas à signer les pétitions des réformistes. Celle de 1889 avait été approuvée par « quarante membres de l’Institut, deux cents professeurs de l’enseignement supérieur et des Grandes écoles de l’État (Sorbonne, Collège de France, École normale supérieure, etc.), la plupart des doyens des Facultés des lettres, plus d’un millier de professeurs de l’enseignement secondaire, quatre-vingts supérieurs ou professeurs de petits séminaires, plusieurs milliers d’instituteurs et d’institutrices... » (texte de la Pétition à M. le Ministre de l’Instruction publique du 11 mars 1896, paru dans La Revue des revues, 1er avril 189616).

28Au fil des années, ce sont pratiquement toutes les organisations laïques qui prennent parti : Ligue de l’Enseignement, Ligue des Droits de l’homme, Alliance française, Mission laïque française, Association de la presse pédagogique, Association des Inspecteurs primaires, Union des Directeurs et Directrices des Écoles de la Seine, Association des « Professeurs élémentaires », des Anciens Élèves de l’École normale de la Seine, et chose plus importante encore, l’Union des Instituteurs, dans de nombreux congrès nationaux et internationaux, le Congrès mixte des enseignements primaire et secondaire, etc. En 1906, par exemple, ce sera la Fédération internationale des Instituteurs, regroupant 300. 000 membres, qui va prendre position, en souhaitant un aboutissement rapide des travaux de la Commission Brunot. Les Conseils généraux, diverses organisations démocratiques, plus de cent députés et législateurs (dont A. Briand) appuient les délégations des enseignants.

2) L’académie :

29Les échos des revendications orthographiques ne se sont pas seulement fait entendre auprès des dirigeants de l’école. A l’Académie, en 1893, c’est O. Gréard, qui avait lui-même occupé les plus hautes fonctions dans l’Enseignement, membre de l’Académie des Sciences morales et de l’Académie française, qui, fortement impressionné par les arguments de Firmin-Didot et de Littré, présente en tant que rapporteur un projet sérieux et documenté, qui servira par la suite d’arme et de référence incontestée aux réformistes.

30Ce projet a une histoire, qui vaut la peine d’être contée, ne serait-ce que pour servir d’indice de la violence de la lutte et du terrain sur lequel elle se jouait véritablement.

31Il a été présenté à l’Académie au cours d’une séance du mois de Juillet 1893, alors que la plupart des Académiciens membres de la Commission étaient absents. Ce qui explique qu’à une voix de majorité, il ait alors été adopté, à la surprise générale et des premiers intéressés eux-mêmes. Deux jours après, éclate dans la presse une violente campagne, menée par le duc d’Aumale, qui n’était pas présent à la séance.

  • 17 Les extraits de presse et procès-verbaux des séances concernant cette affaire se trouvent dans un d (...)

32« Il se fai gran brui dans la Press », lit-on dans le Figaro du 29 juillet 1893, « dé réform ortografic don M. Gréar sé fai le champion é ke lacadémi fransèse a voté dans un de sé dernière séance... Son Altès (le duc d’Aumale) vient de protesté par letr contr ce vot, estiman kune décision de cet inportance noré pa du ètr pris par un ossi petit nonbr de manbr... »17.

33Qu’y avait-il donc de si choquant dans la fameuse Note présentée à la Commission du Dictionnaire de l’Académie française (parue dans la Revue Universitaire, 15 févr. 1893) ?

34En réalité, la discussion des différents chapitres proposés par Gréard à l’attention de l’Académie avait duré plusieurs mois, les procès-verbaux des séances l’attestent. Ils sont au nombre de dix, qui ont fait l’objet d’un débat point par point. On peut les résumer ainsi :

351) Usage des lettres majuscules ; 2. du trait d’union ; 3. des accents et signes auxiliaires ; 4. des mots d’emprunt ; 5. des noms des deux genres (amour, délice, orgue, etc.) ; des adjectifs-adverbes (demi-, feu-) ; des « juxtaposés » (habits d’homme ou d’hommes) ; 6. des « voyelles doubles ou composées » (y, œ, œ) ; 7. des « doubles ou triples consonnes » (polytechnique, alphabet) ; 8. des « mots de la même famille à formes contradictoires » (il appelle, il ensorcèle ; sonner, détoner ; bonhomme, bonhomie) ; 9. des finales en ent et ant, ence et ance ; 10. des pluriels des noms en x (bijoux, genoux).

  • 18 22 juin 1893 : « Dans les mots portant le th, l’h peut être supprimée où il existe plusieurs conson (...)

36Certaines de ces propositions de normalisation seront reprises sous forme de tolérances par les deux Arrêtés de 1900 et 1901. D’autres, par l’Académie elle-même, qui les confirmera par la bouche d’É. Faguet en 1905, mais ne sera pas davantage écoutée18.

37Le 20 juillet 1893, décision est prise de la publication de la note Gréard, et le vote est confirmé le 27 juillet. C’est ce vote qui a dû déclencher la campagne de presse dont nous avons parlé, et qui va durer tout l’été.

  • 19 26 octobre 1893 :... « Après quelques observations l’Académie décide qu’en autorisant l’impression (...)

38Sous l’effet des pressions extérieures, lancées par ce que l’on appelait alors le « parti des ducs », les décisions de juillet sont remises en question en octobre19. Rien n’en restera dans le présent ni dans l’avenir.

3) L’ère des commissions (1900-1901) :

39La deuxième pétition des réformistes, celle de 1896, emporte enfin la décision : sur requête d’É. Combes, une première Commission ministérielle est nommée. C’est le deuxième volet du phénomène dont nous venons de constater l’apparition dans l’histoire de l’Académie. Dorénavant, les responsabilités orthographiques seront ouvertement partagées entre deux Pouvoirs : l’État et l’Académie, ce qui leur permettra d’ailleurs par la suite avec habileté de se renvoyer la balle pour ne prendre aucune décision. Cependant, à l’époque, le gouvernement paraît manifestement décidé à agir.

40Cette Commission, renouvelée, remet son rapport en juillet 1900.

41Sans plus tarder, le ministre G. Leygues publie un premier décret dont le contenu s’avère important (31 juillet 1900). Un des points les plus controversés de ce texte, qui ne fut jamais appliqué, concernait l’accord avec l’auxiliaire avoir : on tolérait dans tous les cas l’absence d’accord. Un autre point, non moins important, touchait à la question des mots composés, traitée pour la première fois dans toute son ampleur, selon les vues d’A. Firmin-Didot et d’A. Darmesteter, lesquels leur avaient consacré d’importantes études : « Il est inutile, mentionnait le texte, de fatiguer les enfants à apprendre des contradictions que rien ne justifie. L’absence de trait d’union dans l’expression pomme de terre n’empêche pas cette expression de former un véritable mot composé aussi bien que chef-d’œuvre par exemple ». Les mots composés étaient donc, avec tolérance dans tous les cas, soit soudés, soit écrits séparément, sans que l’on exige jamais le trait d’union.

  • 20 F.M., avril 1968, pp. 115-116.

42Il y eut, au sujet de ce premier Arrêté, consultation de l’Académie, sur rapport de G. Hanotaux20.

43Ici encore, un point d’histoire, qui ne manque pas d’intérêt : contrairement à ce qui est soutenu de nos jours encore par la plupart des manuels et des spécialistes, l’Académie ne fait alors référence à aucun texte ou décret récent, daté, comme on le dit, des alentours de 1835. Elle n’invoque, pour établir ses droits « à épurer et fixer la langue », que deux textes fondamentaux : 1) L’article 24 des Statuts de création de l’Académie française (22 février 1635), joints aux Lettres patentes de Louix XIII (janvier 1635) ; 2) L’article 6 des Statuts du 10 juillet 1816 signés par Louis XVIII, la restaurant dans tous ses droits anciens et prérogatives.

44Or, il n’est dans ces textes nulle part explicitement question d’orthographe, mais, en matière de langue, d’en « éclairer les difficultés, et en maintenir le caractère et les principes ». C’est tout, et ce sont par conséquent, selon toute vraisemblance, les deux seuls documents officiels dont l’Académie puisse se réclamer pour justifier son intervention en matière d’orthographe. Il n’en existe pas d’autres encore aujourd’hui.

  • 21 L’expression est, semble-t-il, d’É. Faguet : « Puisqu’elle est avant tout greffier de l’usage », el (...)

45Au contraire, et ici l’évolution est tout aussi importante, l’Académie ne se reconnaît plus le droit, comme au xviiie siècle, de légiférer en la matière : l’Académie doit suivre l’usage, non le précéder. Elle s’intitule, selon une formule souvent reprise, le « greffier de l’usage »21. Or l’usage apparaît comme fermement tenu, dans une norme si stricte qu’il n’y a plus aucun moyen d’y échapper. C’est ce qui amènera les réformistes à se tourner résolument vers l’État : « Lorsqu’il s’agit, argumentait Clédat, de modifier les programes (texte en orthographe simplifiée) d’histoire et de géografie ou de filosofie, on ne s’adresse pas à l’Académie française. Elle est encore moins compétente en grammaire... c’est comme si on disait : Nous réduirons le service militaire quand l’usage en aura pris l’initiative : il n’y a pas d’usage quand il y a loi... » (Causerie sur l’Orthographe, 1903).

46Mais les réformistes ne s’arrêtent pas là, et donnent, comme nous l’avons vu, l’exemple en publiant eux-mêmes en orthographe nouvelle. Si ce mouvement courageux avait continué et s’était étendu, l’Académie, pensaient-ils, n’aurait pu que s’incliner, comme elle l’a fait en 1740 lorsqu’un usage résolument modernisé a réussi à s’imposer.

4) L’arrêté de 1901 :

  • 22 Les décisions concernaient, comme dans l’Arrêté de 1900, un certain nombre de difficultés grammatic (...)

47Quoi qu’il en soit, l’Arrêté de 1901, qui traite d’ailleurs tout autant de faits de syntaxe que d’orthographe, constituait bel et bien un texte officiel, plus important encore par le tournant décisif qu’il représentait dans l’histoire des luttes orthographiques que par son contenu même. Il s’agit, notons-le, d’un Arrêté de tolérances : il ne serait pas compté de fautes aux examens sur les points mentionnés22.

48Malgré sa modération, cet Arrêté, maigre et unique résultat de tant d’années de combat, ne fut lui-même jamais appliqué et resta même proprement ignoré durant 76 ans. Il a été repris en partie récemment, en février 1977, par un nouveau décret ministériel.

5) Deuxième et troisième commissions (1903-1905) :

  • 23 J.S. Barès, « La simplification orthographique » dans Le Réformiste, 1907.

49La reprise accrue du mouvement en 1900 s’explique entre autres par un événement qui apparut aux réformistes comme venu du ciel : un richissime philanthrope revenu d’Amérique, J. -S. Barès, met sa fortune et son temps à la disposition de la Cause. Il crée un journal, Le Réformiste, distribué gratuitement à 35 000 exemplaires aux enseignants, écrivains et journalistes. Il établit un pri ? annuel de l’ordre de 70 000 frs de l’époque. C’est en grande partie grâce au Réformiste (qui paraîtra jusqu’en 1907), et à la Revue de philologie française que le mouvement dut de se poursuivre et même d’amplifier ses succès dans l’opinion dans les années qui suivirent23.

50En 1903, le Ministre Chaumié nomme de guerre lasse une nouvelle Commission présidée par P. Meyer, directeur de l’École des Chartes et membre de l’Institut. En 1905, autre Commission, présidée cette fois par F. Brunot (Ministre : Bienvenu Martin).

51La première eut l’honneur d’une réponse de l’Académie, par un Rapport circonstancié présenté en avril 1905 par É. Faguet. Quant au projet présenté par la seconde, malgré toute l’autorité du rapporteur, et l’action toujours vive des réformateurs, il ne fut même pas discuté. Briand, devenu Ministre, oubliait qu’il avait été un des signataires de la grande pétition lancée par J.S. Barès en 1903 et négligeait de soumettre le projet au Conseil supérieur, répondant qu’il n’avait « pas encore eu le temps de se rendre compte de l’utilité de la simplification ». C’était une fin de non-recevoir, qui devait se révéler définitive.

III) Résultats et suites du mouvement

1) Les concessions de l’académie :

52Cependant, notons-le, l’Académie avait fait quelques concessions, qui auraient pu, si l’État l’avait voulu, faire effectivement l’objet d’un décret. G. Hanotaux, rapporteur de l’Académie en 1900, tout en se déclarant opposé à la notion même de tolérance (se réclamant en cela des écrivains, des typographes, des correcteurs, des hommes d’affaires, qui « sont les premiers à demander une règle pour éviter l’incertitude, les discussions et le désordre »), admettait par exemple « que certains mots composés, dont les diverses parties, séparées originairement, sont maintenant agglutinées, comme grandmère, grandmesse, grandroute, soient considérés comme des mots unifiés ». Quant à É. Faguet (qui avait proposé par ailleurs, dans son livre Simplification simple de l’orthographe, paru en 1905, l’adoption de deux réformes importantes, celle des consonnes doubles et des lettres grecques), il se contente de présenter en tant que rapporteur les opinions de ses collègues : « L’Académie, dit le Rapport, reconnaît qu’il y a des simplifications désirables, et qui sont possibles, à apporter à l’orthographe française. »

53L’Académie acceptait, au moins dans certains cas, les modifications suivantes :

  1. Suppression d’accents (croute, flute, ile, maitre, traître, voute...) ; écrire dévoument, crucifiment, assidument...

  2. Suppression des pluriels en -oux (bijous, chous...) ;

  3. Alignement des familles de mots (charriot, comme charrette) ;

  4. Finales en -ciel, -tiel (pestilenciel, confidenciel, substanciel...) ;

  5. Lettres historiques, étymologiques, distinctives, etc. (pié, ognon, fond, appas, différent, pour le substantif différend...) ;

  6. Préfixe en pour em : enmener, enmailloter, enmitoufler... ;

  7. Lettres doubles : échèle, paysane... ;

  8. Remplacement de x par z : sizain, dizième, sizième... ;

  9. Remplacement de rh par r : rapsodie, réteur, rinocéros, rume... ;

  10. Remplacement de y par i : analise, stile...

54On voit que certaines de ces réformes ne manquaient pas d’intérêt et auraient mérité, soit que l’État, soit que l’Académie, dans la future édition de son Dictionnaire, les reprît. On sait qu’il n’en arien été.

2) Les réformes en europe :

55On ne peut séparer la puissance enfin exprimée (mais toujours présente en France depuis le xvie siècle) de ce mouvement exceptionnel en faveur d’un changement orthographique, de l’importante poussée économique, technique, scientifique et démocratique qui a accompagné le raffermissement de la IIIe République.

  • 24 Sur l’histoire des divers mouvements et réformes, en Europe et aux États Unis, voir « Orthographe e (...)

56Cependant, il s’agit bien d’un mouvement européen, et même mondial, si l’on pense à l’Amérique, où Th. Roosevelt prend la tête des réformistes, semble à deux doigts de réussir, mais reçoit ensuite un désaveu cuisant de la Chambre des Représentants24.

57Période d’essor économique, cette époque est également celle où s’est posé avec force le problème de l’alphabétisation totale des nations développées ; c’est celle aussi, sans doute, de l’apogée du règne de l’imprimerie, donc de l’importance de l’écrit ; enfin c’est celle qui a vu grandir les progrès les plus remarquables des nouvelles sciences humaines, et en particulier de la linguistique.

  • 25 D’autres réformes suivront, à l’initiative du Brésil, pendant et après la seconde guerre mondiale ( (...)
  • 26 Voir La nouvelle orthographe allemande d’après les prescriptions officielles du Ministère de l’Inst (...)

58C’est ce qui explique l’intérêt, de caractère social, politique, patriotique, que l’on constate partout pour les problèmes d’écriture nationale : au Portugal, une première simplification d’une orthographe à l’origine aussi compliquée que la nôtre prend effet en 1904, suivie d’autres en 1911, 1920 et 1921, 1931, etc.25 ; en Norvège, en Allemagne, des réformes importantes sont adoptées à plusieurs reprises26 ; en Hollande, où la graphie avait été établie en 1863 sur les bases conservatrices, de longues discussions finissent par aboutir, d’abord chez les Boers en 1920, seulement en 1936 dans la métropole. En Russie tsariste, l’Académie des Sciences met au point, au fil des années, une réforme parfaitement bien étudiée, qui pourra sans modifications importantes prendre effet dès après la Révolution de 1917.

3) L’état et l’académie :

59Mais revenons à la France. En 1908 encore, le Conseil supérieur de l’Instruction publique, dans lequel siégeaient de nombreux partisans de la réforme, accordait plusieurs séances au problème de l’orthographe et formulait des vœux et des propositions à l’intention du Ministre.

60Deux points, en particulier (points qui étaient en fait les deux principales leçons des vingt années précédentes), lui paraissaient importants : permettre à nouveau à l’usage de s’exprimer, et asseoir, face à une Académie défaillante, les prérogatives légales de l’État en la matière :

« Considérant, disait le Conseil, que l’orthographe ne saurait être soustraite plus longtemps, par un dogmatisme intransigeant, aux lois de l’évolution ; que l’application obligatoire dans les écoles des formes dites académiques est un obstacle absolu aux changements nécessaires de l’usage... », les Conseillers se déclaraient favorables à l’établissement d’une série de doubles formes, non pour établir un nouvel usage, mais afin de le rendre possible à l’avenir : « Ce serait là, ajoutait-on, le meilleur moyen de rendre à notre orthographe — ankylosée... — un peu de souplesse... »

61Quant à la rivalité de pouvoirs avec l’Académie, les membres du Conseil estimaient :

« Le Ministre ale droit absolu, d’accord avec les savants compétents et avec le Conseil supérieur, de décider comment la grammaire et l’orthographe seront enseignées et quelles sanctions cet enseignement recevra dans les examens. Recommander simplement l’indulgence ne suffit pas, et peut même devenir dangereux... les générations élevées dans les conditions de liberté tempérée que nous souhaitons ne seront plus rebelles à toute idée de changement et... l’Académie n’aura plus qu’à enregistrer le nouvel usage... »

4) Pédagogues et imprimeurs :

62Les discussions qui se déroulèrent alors ont le mérite de bien faire apparaître comment, dans le monde moderne, se situait le vrai débat.

63Aux universitaires et aux savants qui, au nom de l’évolution et de la pédagogie, prêchaient l’ouverture et la tolérance, répondirent avec vivacité les gens du Livre, éditeurs, imprimeurs, typographes, au cours d’un Congrès historique qui a sans doute joué pour beaucoup dans l’immobilisme du gouvernement à partir de cette date.

64En 1907, en effet, de nombreuses interventions, et non des moindres, se multipliaient encore dans la presse en faveur d’un changement. Marcelin Berthelot lui-même, Secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences, écrivait dans la très sérieuse Revue des Deux-Mondes, le 15 février 1907, tout en soulignant les dangers d’une réforme : « La langue ne saurait répondre à un système unique, déduit d’un principe simple... ». Il faut, disait-il, « supprimer la tyrannie de l’orthographe scolaire... déclarer qu’il n’existe pas d’orthographe administrative obligatoire... et que l’orthographe d’usage est susceptible de variétés... » Aulard, du Siècle, disait aussi : « Un peu d’anarchie, en matière d’orthographe, ne serait pas inutile. Le peuple ferait lui-même, peu à peu, la réforme... » (11 janv. 1907).

65Cette même année, à Bordeaux, au cours du xiie Congrès des Maîtres-Imprimeurs, un large débat s’instaure sur le sujet. Prunière, chargé du rapport, envisage très sérieusement la perspective d’une réforme. Mais, dit-il avec force, elle ne peut se faire sans les gens du Livre :

« Si l’on doit opérer une réforme, ce ne pourrait être que dans la mesure où... on se sera assuré leur consentement et leur collaboration, en même temps que le suffrage de l’opinion publique... » Et Gauthier-Villars, Président du Cercle de la Librairie, ajoutait : « Nous demandons que, si l’on nomme une commission, elle veuille bien nous entendre. Nous ne demandons pas que l’Académie décide, ex cathedra : nous demandons seulement qu’on n’impose pas aux éditeurs de livres classiques des modifications d’orthographe sans qu’elles aient été enregistrées par l’Académie ».

66Certains des arguments des Maîtres-Imprimeurs ne manquaient pas de force : « Aurons-nous, dit Protat, à chaque ministère une orthographe ministérielle ? » Les désaccords entre réformateurs, les revirements sous la poussée de l’opinion, l’instabilité ministérielle, surtout, laissent présager une instabilité de l’orthographe qui est tout à fait impraticable pour l’édition : « Il nous faut des certitudes, des garanties... » A cet argument de poids, qui leur fait réclamer avant toute application dans l’édition la caution de l’Académie, les gens du Livre en ajoutent d’autres, d’ordre économique : les stocks invendus, le bénéfice perdu des tirages ou clichés, les pertes des libraires, des auteurs et des veuves d’auteurs, etc.

67Cependant, la réclamation de garanties n’empêchait pas Gauthier-Villars, par exemple, d’accepter, au terme d’une procédure assez longue, certains processus de réforme.

68Comme M. Berthelot et le Conseil supérieur de l’Instruction Publique, Gauthier-Villars reconnaît que l’introduction de certaines tolérances dans l’enseignement entre dans les prérogatives non de l’Académie, mais du Ministre. Par la suite, « L’Académie les enregistrera... dans son dictionnaire. Les imprimeurs les adopteront : ce qui leur permettra d’être mises en usage dans toutes les publications ... »

  • 27 Voir aussi la préface de la 8e édition : « L’Académie, qui ne cesse de rappeler qu’elle ne prétend (...)

69En fait, les thèses s’étaient rapprochées. Instruits par l’expérience, les universitaires étaient devenus plus modérés. Les responsables de la pédagogie, pour leur part, comme ceux de l’édition, estimaient à l’époque qu’il était possible de réaliser un certain assouplissement des exigences orthographiques, sur des points bien précisés. Libérer ainsi progressivement un usage devenu indûment bloqué, afin de permettre ensuite à l’Académie (qui, comme le disait É. Faguet, « se doit d’être respectueuse de l’usage établi »27) d’enregistrer d’abord pour certains mots deux formes jugées toutes deux correctes, puis de suivre l’usage qui prévalait. Était-ce en définitive la solution ? Les protagonistes n’étaient pas loin de le penser. Le débat en est resté là, et il en est encore là aujourd’hui.

5) Les leçons d’un échec :

70« La bataille de 1900 », et qui n’a pris fin qu’avec la guerre, véritable celle-là, de 1914-1918, a-t-elle été entièrement négative ? Certes, ici, comme le dit M. Cohen « la bourgeoisie collet-monté a vaincu ». Mais un débat et une réflexion véritables s’étaient instaurés pour la première fois dans la France entière.

71Les réformateurs, durement échaudés, avaient pu mesurer une force de résistance aux changements, et une force d’inertie de l’opinion, due en grande partie à l’ignorance, dont ils ne soupçonnaient pas l’ampleur. Ils avaient été obligés d’argumenter, d’expliquer, et s’étaient aperçus qu’à eux-mêmes beaucoup de connaissances de tous ordres manquaient. D’un phonétisme confus et sans limites, dont la complexité des solutions, la diversité des projets, les contradictions rendaient parfois, comme ne manquaient pas de le remarquer leurs détracteurs, les remèdes pires que le mal, ils étaient rapidement passés à des projets argumentés et de plus en plus restreints. Pas assez cependant, comme le prouvent les cinquante pages des projets Meyer et Brunot.

72Se mettre d’accord entre eux, montrer l’exemple, secouer l’ignorance et le silence de la presse, se tourner vers l’État, intéresser les grandes masses à leurs projets, tels avaient été leurs principaux efforts. Mais les résistances étaient trop fortes, et les esprits n’étaient pas mûrs. Les véritables leçons de cet échec courageux sont encore à tirer.

Bibliographie complémentaire

73En dehors des ouvrages mentionnés dans le texte ci-dessus on en note, signalons, entre autres :

74M. Bréal, « La réforme orthographique », Extrait de la Revue politique et littéraire (Revue bleue), 18 février 1905 — BN 8° X pièce 1723.

75F. Brunot, La réforme de l’orthographe, Lettre ouverte à M. le Ministre de l’Instruction Publique, A. Colin, 1905 — BN 8° X 12896.

76L. Clédat, Le Rapport de l’Académie française sur la réforme de l’orthographe, Paris, 1905 — BN 8° X pièce 1748.

77M. Grammont, La simplification de l’ortografe française, Montpellier, 1904.

78G. Hanotaux, Rapport présenté en 1901 à l’Académie — BN 8° X pièce 1441.

79L. Havet, « Pétition à MM. les membres de l’Académie française en vue d’une simplification de l’Orthographe », in Revue Pédagogique, t. XIV, 1er semestre, 1889.

80L. Havet, « Pétition à M. le Ministre de l’Instruction Publique », in La revue des revues, 1er avril 1896 — BN 4° Z 600.

81Ch. Lebaigue, La réforme orthographique et l’Académie française, Paris, Vve E. Belin et fils, 1889, in 8°, 82 pp — BN X 4667.

82P. Meyer, Pour la simplification de notre orthographe, mémoire suivi du Rapport sur les travaux de la Commission chargée de préparer la simplification de l’orthographe française, Delagrave, 1905.

83E. Monseur, La réforme de l’orthographe française, Bruxelles, Weissenbruck, 1894, Gd in 8° — 84 pp. — BN 4° X 690.

84E. Rodhe, La nouvelle réforme de l’orthographe et de la syntaxe française, 1900, BN 8° X 12212.

Notes

1 Nous reprenons ici, pour l’essentiel, le contenu d’une série d’articles parus sur le même sujet dans F.M. Cf. N. Catach (1963-1971, 1.4). On pourra y trouver certains compléments d’information, comme le texte de la Pétition de 1889, l’analyse du rapport de G. Hanotaux (1901), les prises de position des principaux réformistes : É. Littré, A. Firmin-Didot, O. Gréard, L. Havet, G. Paris, A. Thomas, L. Clédat, A. Darmesteter, M. Grammont, É. Faguet, F. Brunot, etc.

2 E. Raoux, Programme d’orthographe rationnelle, mars 1866 ; Les cerveaux noirs et l’orthographe, Paris, Lausanne, 1878. Sur les débuts et le déroulement de la réforme en Suisse et en France, on consultera avec intérêt L. Mogeon, L’orthographe française en voie de simplification, 1902, BN 8° X 12370 (écrit en orthographe réformée), qui donne le détail du projet adopté à Lausanne.

3 1867.B.N. : X24196.

4 Voir F. Brunot (1899, 0.2), p. 856, qui cite les procès-verbaux du Congrès, imprimés à la Chaux-de-Fonds, en 1857. Nous empruntons à F. Brunot beaucoup des références qui suivent.

5 Sur les prises de position répétées de Littré concernant l’orthographe dans son Dictionnaire, voir les articles de R. Denux dans l’École libératrice, n° 20, 22, 24, 26, 31, 35, 36, 38, ainsi que N. Catach, J. Golfand, R. Denux, Orthographe et lexicographie, (1971, 1980, 1.4).

6 G. Paris, Mélanges linguistiques (recueil d’articles écrits en orthographe réformée) : « Il est vraiment stupéfiant que dans un temps qui se dit et se croit démocratique, on s’obstine à maintenir ce vieus donjon entouré de fossés, de chausse-trapes et de herses... qui n’a d’autre motif d’exister que d’abriter la plus injustifiable des aristocraties, celle qui repose sur une initiation à des mystères sans autre valeur que le respect superstitieux dont on les entoure... (« La grammaire et l’orthographe », 1894, BN 8° X pièce 1581).

7 1898.B.N. : 8° R6879.

8 Voir les réformes demandées dans F.M., N. Catach (1967, 1.4), pp. 298-299. Le ton est respectueux, et le texte contraste fortement, par son argumentation, avec la pétition de 1896, adressée, fait significatif, au Ministre et non plus à l’Académie. Elle porte des noms prestigieux comme ceux de Fustel de Coulanges, Maspéro, Saint-Saëns, A. Mouchez, M. Baudrillart, Lavisse, Ragon, Funck-Brentano, etc.

9 Revue bourguignonne de l’Enseignement supérieur (1903-1904), Revue scientifique, Scientia, Femme nouvelle (1904), Indogermanische Forschungen, Mélanges L. Havet, F. de Saussure, A. de Jubainville, A. Meillet, C. Chabaneau, S. Lévi, A. Thomas, P. Boyer, E. Vendryes...

10 M. Grammont écrit il i a, sistème, sillabe (suppression de l’y) ; omme, métatèse, maleureuse, ésiter, abitude, ormis, aute, asards (h muet). Son ami J. Ronjat adopte la même orthographe, en particulier dans sa Grammaire istorique des parlers provencaux modernes. Parmi les revues qui ont accepté de publier en orthographe réformée, citons La Phalange, La Revue des revues, le Bulletin de l’Institut catholique de Paris (texte de l’abbé Rousselot), le Bulletin des Somaires (sic), Le Journal des Instituteurs, L’École nouvelle, Le Progrès pédagogique, etc. ; en Suisse, La Suisse universitaire, Le Signal sténographique, l’Éducateur, etc. En revanche, les journaux quotidiens, semble-t-il, n’ont pas suivi.

11 La Revue de philologie française appliquait le système suivant : 1) Remplacer par s l’x final valant s ; 2) Ecrire toujours par un z les adjectifs et les substantifs numéraux en-zième, -zaine  ; 3) A l’indicatif présent des verbes en -re, -oir,et -ir, terminer toujours par un t la troisième personne du singulier et supprimer toute consonne qui ne se prononce pas devant l’s des deux premières personnes et devant le t de la troisième ; 4) Ne jamais redoubler le l et le t dans les verbes en -eler, -eter ; 5) Laisser toujours invariables les participes de coûter et valoir, ne jamais faire l’accord quand le complément est en, ou quand le participe est suivi d’un infinitif sans préposition. (voir t. VI, fasc. 3.).

12 Chose curieuse, les positions prises sur le plan de l’orthographe vont souvent correspondre, plus tard, aux positions prises sur le plan politique. Parmi les vingt-quatre Académiciens inscrits à la Patrie française, et réclamant, dans l’affaire Dreyfus, la condamnation de celui-ci, on retrouve F. Coppée, J. Lemaître, P. Bourget, de Broglie, É. Faguet, d’Haussonville, J. M. de Heredia, H. Houssaye, de Mun, A. Theuriet, Vogüé, et aussi G. Boissier, Secrétaire perpétuel, et Brunetière, dont le rôle fut si important dans le rejet par l’Académie des tentatives de réforme. En revanche, on ne trouve alors aux côtés du capitaine Dreyfus que cinq noms d’Académiciens : A. France, M. Berthelot, J. Claretie, L. Halévy, P. Hervieu.

13 Maurice Barrès, qui lui consacre une chronique en 1905 dans La Revue des Deux-Mondes (vol. 6, p. 241, texte repris dans Un voyage à Sparte), se scandalise, en souhaitant aux réformistes d’échouer dans leur « apostolat » : « Ne s’avisa-t-il pas de se passionner pour la réforme de l’orthographe ! » Voici un échantillon de l’orthographe de Ménard : « Cète sublime épopée des guères médiqes a été et restera la plus bèle page de l’histoire ». Comme d’autres écrivains, L. Ménard eut toutes les peines du monde, comme le raconte M. Barrès, à se faire imprimer dans l’orthographe qu’il souhaitait.

14 Les revendications de réforme sont en général liées à d’autres plus générales et plus politiques. Ainsi, C. Henricy soutient, à la Société de Linguistique, lors du Premier rapport du Comité de la langue universelle, la formation de cinq comités : 1) de la philosophie des langues ; 2) de la réforme orthographique ; 3) de l’alphabet universel ; 4) de la langue universelle ; 5) des voies et moyens de vulgarisation. Et A. Hétrel, dans sa Dédicace à E. de Girardin (suivie de la réponse enthousiaste de celui-ci) écrit : « Un temps viendra où l’Europe ayant sa langue commune... parler français, parler italien, parler espagnol... ce sera parler patois » (Code Orthographique, monographique et grammatical, 2e éd., 1867).

15 « Nombre de mots usuels, disait le Ministre, ont... une orthographe sur laquelle, à moins de pédantisme, nul ne peut prétendre à l’infaillibilité... dans ces cas et dans tous les cas semblables, quelle que soit l’opinion personnelle du correcteur, il ne peut pas demander à l’élève d’être plus sûr de lui que les maîtres eux-mêmes »... « Au lieu d’inculquer, en pareil cas, dans l’esprit de l’élève l’idée d’une règle absolue et inviolable, ne vaut-il pas mieux lui laisser voir que c’est là au contraire une matière en voie de transformation ? N’y a-t-il pas toute vraisemblance que d’ici à une génération ou deux la plupart de ces bizarreries auront disparu pour faire place à des simplifications analogues à celles qu’ont opérées sous nos yeux, depuis moins d’un siècle, les éditions successives du Dictionnaire de l’Académie ? ».

16 Cette nouvelle pétition, présentée par L. Clédat, P. Passy, E. Monseur et A. Renard, au nom des trois sections française, algérienne et belge, et de la Société de réforme orthographique, est beaucoup plus argumentée que la précédente. « La langue française, y est-il dit, demande à être écrite dans une orthographe française et non dans une orthographe grecque, latine, anglaise ou allemande ». Cette réforme « serait une oeuvre de progrès social », elle « servirait les intérêts de la France et des pays de langue française », où le français « a perdu le tiers du terrain qu’il occupait ». Enfin et surtout, « l’initiative d’une réforme importante n’appartient qu’à l’Université » : « L’Académie, disent les pétitionnaires, n’entre dans la voie des réformes que lorsque le public l’y a précédée, c’est donc à celui-ci à prendre les devants. Mais pour cela, il faut que l’Université cesse d’entraver sa marche et lui rende sa liberté d’autrefois... ». En effet, « au début du xixe s., l’évolution de l’orthographe a été brusquement interrompue par la faute de l’Université... ce qui a retardé de près de cent ans » notre système d’écriture. « Il est réservé... à un Ministre de la IIIe République de rendre ce grand service à la France et aux nations qui parlent le français ».

17 Les extraits de presse et procès-verbaux des séances concernant cette affaire se trouvent dans un dossier des Archives de l’Académie française, où nous avons pu les consulter. Dorénavant, forte de l’effet immédiat et brutal causé sur ses lecteurs par une caricature d’orthographe phonétique, la presse renouvellera sans mal le même type de campagne de dénigrement à chaque nouvelle tentative des réformistes.

18 22 juin 1893 : « Dans les mots portant le th, l’h peut être supprimée où il existe plusieurs consonnes consécutives pour lesquelles la prononciation ne la fait pas sentir : autoctone, astme, etc.,... on doit ramener à une même orthographe les mots de même racine (rose, rododendron, etc)... ; rien ne s’oppose... à ce qu’on écrive psycologie, comme on écrit métempsycose... l’h peut sans inconvénient disparaître de baccanale, catécumène, crysantème, etc... »
29 Juin 1893 : « ... Repousse la tranformation du ph en f dans les mots qui se rattachent à la science... admet la transformation dans les mots d’usage courant, tel que blasfème... ; accepte le principe de la suppression des lettres doubles dans les mots de même famille ou de famille analogue (apercevoir, apparaître, chariot, charrette, dénommer, innomé) sauf examen particulier... adopte à titre facultatif les deux formes il appelle et il ensorcèle, en manifestant sa préférence pour la seconde qui devra prévaloir... accepte la neuvième proposition (régularisation des terminaisons en ent et ant)... » La régularisation des sept pluriels en oux est adoptée le six juillet ; celle des finales verbales (je peus, je vaus) le 13 juillet, ainsi que l’alignement de deuzième sur seizième.
On voit qu’il ne s’agissait pas de petits détails, et que l’Académie était prête alors à suivre son nouvel Abbé d’Olivet.

19 26 octobre 1893 :... « Après quelques observations l’Académie décide qu’en autorisant l’impression de la note qui lui a été soumise relativement à certaines réformes orthographiques à introduire dans la prochaine édition du Dictionnaire de l’usage, elle n’a considéré comme définitives aucune des modifications proposées par cette note ; elle maintient son droit de statuer sur chacune d’elles comme elle le jugera convenable au fur et à mesure que l’occasion s’en présentera... » Ce texte confirme, d’une part, que l’Académie discutait bien en juillet des modifications à introduire dans le Dictionnaire, d’autre part, qu’une page de son histoire, celle de sa toute-puissance et de son indépendance, avait été tournée : dorénavant, ses décisions, si elles sont encore nécessaires, ne sont plus suffisantes. Il en sera de même, nous le verrons, lors des rapports de G. Hanotaux en 1901 et d’É. Faguet en 1905 : leurs propositions resteront lettre morte, faute d’être reprises par les instances gouvernementales.

20 F.M., avril 1968, pp. 115-116.

21 L’expression est, semble-t-il, d’É. Faguet : « Puisqu’elle est avant tout greffier de l’usage », elle se doit « d’être respectueuse de l’usage établi et ne le guider, ce qui est aussi son rôle, que très doucement et discrètement » (Rapport du 29 décembre 1904, publié dans les Discours faits en Séances publiques, année 1905, B.N. 4° Z1617). À Brunetière, qui s’insurgeait contre les prétentions gouvernementales, et revendiquait le « droit » de l’Académie en la matière, le Secrétaire perpétuel G. Boissier rétorque (Procès-verbal du 11 janvier 1900) : « Le Secrétaire perpétuel se permet de trouver un peu d’exagération dans ce mot de droit, dont se sert M. Brunetière. L’Académie, quand elle a été fondée, avait l’intention de publier un Dictionnaire, une grammaire et une rhétorique. Elle amis soixante ans à terminer son Dictionnaire ; jamais elle ne s’est occupée de la grammaire et de la rhétorique qu’elle avait promise. Mais elle n’a pas empêché les autres de faire ce qu’elle ne faisait pas elle-même. Elle n’a jamais songé à se plaindre lorsque quelques-uns des siens composaient pour son compte des grammaires qu’ils n’avaient pas soumises à son approbation... »

22 Les décisions concernaient, comme dans l’Arrêté de 1900, un certain nombre de difficultés grammaticales dont l’école faisait grand état : usage du pluriel ou du singulier dans les locutions composées (confiture de groseille ou de groseilles) ; substantifs de deux genres ; pluriel des noms propres et d’origine étrangère ; noms composés ; usage de certains articles ; accord de l’adjectif (se faire fort, forte, forts, fortes de...) ; verbes composés et accord du verbe ; concordance des temps, etc. Pour le participe passé avec avoir, les libéralités du décret de 1900 ne subsistaient plus que sur quelques points : « Lorsque le participe passé est suivi, soit d’un infinitif, soit d’un participe présent ou passé, on tolérera qu’il reste invariable » (les fruits que je me suis laissé ou laissés prendre - les sauvages que l’on a trouvé ou trouvés errant dans les bois). La tolérance s’étendait aussi au cas où le complément est un nom collectif (la foule d’hommes que fai vue ou vus). On trouvera le texte du décret en appendice, en particulier dans Le bon usage de M. Grevisse, dernière édition. Sur la reprise du décret, voir N. Catach, « Tolérances grammaticales et orthographiques : le nouvel Arrêté (J.O. du 8 février 1977) », dans Nouvelle revue pédagogique, juin 1977.

23 J.S. Barès, « La simplification orthographique » dans Le Réformiste, 1907.

24 Sur l’histoire des divers mouvements et réformes, en Europe et aux États Unis, voir « Orthographe et Systèmes d’écriture », Études de Linguistique appliquée, n° 8, 1972 (sous la direction de N. Catach).

25 D’autres réformes suivront, à l’initiative du Brésil, pendant et après la seconde guerre mondiale (1940, 1943, 1953, 1970, etc.)

26 Voir La nouvelle orthographe allemande d’après les prescriptions officielles du Ministère de l’Instruction publique de Prusse, 1905, BN 8°X 13413.

27 Voir aussi la préface de la 8e édition : « L’Académie, qui ne cesse de rappeler qu’elle ne prétend ni régenter le vocabulaire, ni légiférer en matière de syntaxe, ne se reconnaît pas davantage le droit de réformer l’orthographe... »

Auteur

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540