Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Histoire de la langue française 1880-1914

 | 
Gérald Antoine
, 
Robert Martin

Chapitre premier. Tendances nouvelles

Le vocabulaire de la mode

Danièle Bouverot

Full text

  • 1 H.L.F., t. X, 2e partie, pp. 898-899.

« Nos infatigables lexicographes devraient bien nous donner un dictionnaire des modes imprimé en caractères effaçables pour la commodité des changements » (Mercure de France, Février 1811, cité par F. Brunot1).

  • 2 Boucher François, Histoire du costume en Occident de l’antiquité à nos jours, Paris, Flammarion, 19 (...)
  • 3 Brunot Ferdinand, H.L.F., t. VI, Le xviiie siècle, 2e partie, fasc. premier, pp. 1099-1108, et t. X (...)

1Les historiens2 et les usagers du costume se préoccupent de noter et de suivre les modes. Les historiens3 et les usagers de la langue peuvent, eux, se demander si les changements dans les modes et dans les mots coïncident.

  • 4 Les citations sont empruntées à diverses revues ; elles sont aussitôt suivies du nom de la revue en (...)
  • 5 V. Zola Émile, Au bonheur des Dames, en abrégé BD, Paris, Gallimard, 1970, pp. 387-803 ; v. pp. 166 (...)
  • 6 Le Grand Larousse de la Langue Française, en abrégé GLLF, Paris 1971-1978, sert de base pour les ét (...)

2Le vocabulaire de la mode s’observe dans trois principaux types de corpus : les textes spécialisés, comme les revues féminines4 ou les catalogues, la littérature, le plus souvent romanesque5 et les dictionnaires6. Ces trois corpus donnent des informations différentes. Les mots foisonnent dans les revues. Mais certains, comme créations superflues et éphémères, ne seront jamais lexicalisés (au sens d’ « admis dans un dictionnaire »), d’autres le seront tardivement, d’autres le sont par l’intermédiaire des textes littéraires dépouillés par les lexicographes, d’autres encore le sont immédiatement, comme s’ils étaient indispensables. Quels sont alors les mots à retenir pour l’histoire de la langue ?

3Les mots des écrivains résultent parfois de choix individuels ou de hasards thématiques. Pourquoi Colette emploie-t-elle dès 1910 shantung, qui n’est lexicalisé qu’en 1964 (Rob et Lar) ? Chez Zola, parmi les tissus énumérés (BD, notamment pp. 391, 485 sq., 768 sq.), la plupart portent des noms anciens, à part la tartanelle (Lar 1876), la vigogne et, avec un effet stylistique probable, la série « une cheviotte, des diagonales, des grisailles » (cheviotte remonte au Jour. Off. 1872, grisaille à HDT1893 et diagonale n’est pas lexicalisé comme nom de tissu). De ces cas particuliers ne se dégage aucune conclusion. Parfois aussi la première attestation signalée appartient à des écrivains, alors que les emplois dans les revues sont nettement antérieurs ; le nom de tissu vigogne est attribué à Proust (avant 1922), alors que le terme est dans les revues au moins dès 1875 ; le substantif tailleur désignant un vêtement féminin serait dû à Martin du Gard (1928), alors que le costume a été lancé par le couturier Redfern en 1885 ; de même encore surah aurait été introduit par Zola en 1883 (GLLF), alors que le mot est attesté dès 1875. Mallarmé a, lui, la particularité d’être à la fois « Tel qu’en lui-même enfin... » et la chroniqueuse de mode Marguerite de Ponty ou Miss Satin : s’il emploie dès 1874 comme substantif lamé (Havard 1890) et diagonale, c’est en qualité d’ « historiographe des Toilettes et du caprice qui les varie » (DM p. 780).

4Quant aux dictionnaires, ils ont souvent prêté attention tardivement aux termes vestimentaires, considérés comme trop frivoles. L’écart entre l’usage dans les revues et l’entrée dans les dictionnaires est parfois important, et peut d’ailleurs augmenter si une autre lecture fait remonter les datations. C’est ainsi que HDT accepte en 1900 gilet pour le vêtement féminin, alors que le mot et la chose existent déjà en 1851 (MF p. 674). D’autres mots sont empruntés aux Larousse et classés selon l’année du dictionnaire, la revue étant indiquée ensuite : 1902 jaquette pour femme (MI 1879 p. 285) ; matinée (MI 1883 p. 121) – 1903 pongée (MI 1889 p. 107) – 1904 costume tailleur (PE 1893 p. 69) – 1907 épinglé (MF oct. 1852 p. 38) ; ottoman (MI 1883 p. 102) ; pékiné (MI) 1879 p. 102) – 1922 imberline (MI 1882 p. 57) – 1923 macramé (MP 1913 p. 3) – 1928 charmeuse (MI 1910 p. 4) – 1929 chevron (MI 1889 p. 86) ; duvetine (MP 1913 p. 837) – 1930 fil-à-fil (MI 1889 p. 86) – 1933 tussor (MI 1882 p. 106) ; zenanah (MI 1910 p. 776) ; zéphir (PE 1893 p. 181) et drap zéphyr (MI 1875 p. 145) – 1949 similisé (MP 1913 p. 194) – 1963 perlé (DM 1874 p. 793) – 1964 trois-quarts (JOD 1910 p. 385). Le recours aux revues est donc indispensable.

5Une fois défini le corpus privilégié, deux choix demeurent. D’une part est-il bien utile de retenir des termes parfois plus fugitifs que l’objet qu’ils ont un jour dénommé ? Par exemple, l’Exposition de 1889 ayant « stimulé toutes les imaginations », la liste des tissus nouveaux comporte notamment le voile ajouré, le japara, le naïja broché, la broderie-guipure, le pékin empire, la louisine annelée, le tussale, la popeline, le pongees (sic) (MI 1889 p. 107) ; de ces tissus, combien sont intéressants ? Parmi les mots, certains jouent d’ailleurs le rôle de génériques par rapport aux appellations particulières proches des noms de marques, recourant au prestige de l’Orient et touchant à la publicité. Zola offre un exemple de ce type en parlant des « deux soies dont la maison avait la propriété exclusive, le Paris-Bonheur et le Cuir d’Or, des articles exceptionnels, qui allaient révolutionner le commerce des nouveautés » (BD p. 391). De plus, quelle est la durée minimale pour qu’un mot de la mode s’impose ? Ne doit-il pas échapper partiellement au changement ? Il faut un certain recul que n’ont pas les chroniqueuses de mode, les courriéristes (JOD 1907 p. 381), chargées de prévoir l’avenir :

Une jolie petite nouveauté simple surgira aux premiers jours de température douce : c’est un vêtement qui n’est pas une visite, ni un camail, ni un mantelet, et qui se nommera cardinal ; il est légèrement cintré à la taille, très court, serre les bras et il est plus court derrière que devant (Ml 1882 p. 78).

6Le mot cardinal, pourtant bien défini par le contexte, ne mérite l’attention que comme exemple à oublier.

7En second lieu, en admettant qu’on puisse justifier que la survie d’un mot a été suffisante pour son étude, serait-il encore possible et utile de passer en revue tout le vocabulaire ? La mode a de nombreuses composantes, avec les vêtements, chaussures, bas, gants, chapeaux, mais aussi avec les tissus et les couleurs ; c’est ce que Mallarmé appelle « Toilettes », « tissus, nuances de ces tissus » (MD 1874 p. 780) ; c’est aussi ce que Madame Alexandrine Zola a préparé : des « listes de vêtements, de tissus et de couleurs » (BD, p. 1669). Plutôt que de constituer un lexique des termes aussi bien nécessaires que superflus, aussi bien durables que fugaces, mieux vaut déceler certains procédés de formation courants, communs d’ailleurs aux mots d’usage et aux mots de luxe. Ce sera l’objet d’une démarche sémasiologique, qui va de la connaissance des mots vers celle de la mode.

8Mais dans un premier temps, en partant de la mode comme réalité historique et sociale, selon une démarche onomasiologique, il est utile de classer par thèmes quelques données sur le costume pour la période 1880-1914, et de rechercher à quels mots elles correspondent.

De la mode vers les mots

9La fin du xixe siècle et les années qui précèdent la guerre de 1914-1918 ont un intérêt particulier pour l’histoire du costume. Après des périodes contrastées, l’expansion de la bourgeoisie sous la Restauration et le Second Empire crée des conditions favorables aux préoccupations vestimentaires. Les principales influences qui s’exercent sur la mode sont celles de la technique, de l’esthétique des arts décoratifs, du passé et du genre de vie des femmes.

  • 7 L’Histoire de ces revues est même faite dès 1852 (MF, pp. 232-235).

10La production et la transformation des textiles, déjà industrialisées, s’améliorent grâce aux nouveaux procédés de filature, de tissage, de brochage, d’impression, à l’invention des colorants de synthèse, à la découverte puis au perfectionnement de la machine à coudre. La diffusion des vêtements est favorisée par les magasins de nouveautés et par les grands magasins, vendant des confections, largement ouverts à une clientèle surtout féminine, par les expositions, par l’essor des revues spécialisées7, de la publicité et des ventes réclames. A un autre niveau se développe la Haute-Couture, avec l’Anglais Worth, qui, à partir de 1857, instaure le système des collections saisonnières présentées sur des mannequins d’abord appelés sosies (HC p. 384), avec son compatriote Redfern, puis avec Jacques Doucct, Madeleine Vionnet, Paul Poiret, Madame Paquin, Jeanne Lanvin etc. Selon l’historien du costume François Boucher, la France joue un rôle mondial dans le domaine de la mode pendant les années 1868-1914, et la date de 1914 « reste le seuil où des modifications des formes de l’existence ont entraîné celles du costume, et les années qui l’éloignent de nous en font chaque jour davantage le signal muet d’une époque révolue » (HC p. 408). Les grandes dates de l’histoire du costume et de l’Histoire de la Langue coïncident donc.

11Aux nouvelles conditions de production et de vente des vêtements correspond un vocabulaire nouveau, par exemple couturier (DM 1874 p. 797 et Lit Sup 1877) au sens de « tailleur pour dames ». Mais des expressions plus anciennes comme bon faiseur, grand faiseur subsistent en 1915 (MP p. 447). Mallarmé parle de grande faiseuse (p. 833) ; une tentative pour grandes couturières (JOD 1909 p. 22) a été infructueuse. Pour désigner les employées de la couture, le mot trottin est accepté dès 1856 ; seconde main et première (main) sont attribués à A. Daudet en 1874, alors que petite main attend le Larousse de 1907.

12Certains facteurs techniques s’associent à des préoccupations esthétiques. La main-d’œuvre, libérée par la machine à coudre de certains travaux lents, se consacre à l’ornementation du vêtement et aux accessoires (MI 1875 p. 390) :

Il y a plus de fantaisie que jamais parmi les accessoires de toilette, tels que les fichus de toute dimension et de tout genre, les cravates, les nœuds de coiffure, les nœuds de corsage, les poches-aumônières... que sais-je ? (MI 1875 p. 326).

13La liste serait longue avec les basques, bavettes, bavolets, berthes, écharpes, flots, fraises, franges, jabots, jokeys, pompons, quilles, relevages, straps (JOD 1907 p. 381 et 1909 p. 141), tabliers, etc. La balayeuse, datée de 1866, existe en fait dès 1851. Les nœuds sont variés : nœuds-choux, nœuds-cocardes, nœuds-flots, nœuds papillons, ainsi que les plis : plis accordéon, éventail, godets, tuyaux d’orgue, Watteau. Le pouf est un des accessoires les plus significatifs. Le mot, daté du 1-3-1872, semble avoir la même étymologie que dans ses autres emplois, à savoir l’onomatopée d’un bruit de chute ; mais, surtout avec l’orthographe pouff, chez Mallarmé (DM 1874 p. 798) et constante en 1875 (MI), on peut penser aussi à l’anglais puff qui s’emploie pour une jupe, une manche, un ruban bouffants. Le mot se maintient au moins jusqu’en 1883, date à laquelle il est défini ainsi :

Disons d’abord que ce mot représente non pas un objet déterminé, mais une variété infinie de draperies et d’ornements ; souvent un gros nœud tient lieu de pouf. Il en est de même des paniers tendus sur les hanches, tirés en arrière et réunis pour former une proéminence (...) Même le dos d’un corsage peut se prolonger pour former un pouf avec des basques longues derrière, disposées en gros tuyaux, en ailes de papillon etc. (...) Le pouf que nous allons expliquer est fait d’étoffe drapée sur le lé de derrière du fond de jupe ou de la jupe de dessous (MI p. 246).

14Les ornements résultent le plus souvent du travail du tissu, ce qui correspond à un riche vocabulaire de substantifs souvent métaphoriques comme coque, coquille, voire coquille Saint-Jacques, chou, chichi, chicorée, dents, étoiles de mer, écailles, follettes, fouillis, ruche, ruchon. Des participes, employés d’abord comme adjectifs, deviennent aussi des substantifs : le tissu peut être bouchonné, bouillonné, capitonné, chenillé, chiffonné, coquillé, coulissé, crénelé, dentelé, drapé, effilé, festonné, frangé, froncé, gaufré, liseré, ouaté (sans doute pour ouatiné), papillonné, pendeloqué, plissé, ruché, treillagé, tuyauté ; le résultat obtenu est un bouillonné, un coquillé, un coulissé, un drapé, un effilé, un liseré, un plissé, etc. Dans l’ensemble, ces garnitures font penser au style tapissier en pratique pour la décoration des intérieurs ; la description d’une robe de réception est explicite :

L’encadrement et la bande de la jupe sont brodés à gros relief et finement soutachés. L’encadrement lui-même se termine dans le bas par des grelots, tandis que les angles sont ornés de rosaces de ruban de satin dont les extrémités s’allongent en larmes coquettement nouées. Au bas de l’étole de la jupe, mêmes rosaces de ruban alourdies de glands (JOD 1909 p. 14).

15Le vocabulaire rejoint celui de l’ameublement.

16Les variations du goût dans les arts décoratifs ont aussi leur retentissement sur la silhouette féminine. Entre 1850 et 1914, deux styles s’opposent : ce qu’on appellera la ligne (1959 Rob) évasée avec large jupe donne à la femme une forme imposante comme l’architecture monumentale de la fin du siècle ; et une ligne plus stricte et droite avec la robe fourreau (fourreau est attribué à Th. Gautier en 1858) et avec le tailleur. Les principales conséquences portent sur les vêtements de dessous, dont les revues, par une sorte de pudeur, parlent peu et dont le vocabulaire ne s’enrichit que lentement. Les dessous (1889 Larchey) deviendront les sous-vêtements (1927 G. Duhamel) et la lingerie (1931 Lar). Pardessous, formé sur le modèle de pardessus et utilisé par Mallarmé (DM p. 798), n’a pas vécu. Les revues citent la fondation et le fond de jupe ; le jupon ne devient vêtement de dessous qu’après 1890. Ce qui fait l’objet des commentaires, ce sont les artifices qui déterminent la silhouette. Pour gagner du volume, la tournure s’est maintenue de 1828 à la fin du siècle. L’article de Jean Robiquet « Les dessous de nos grand’mères » (JOD 1908 pp. 230-235) fait l’historique des ampleurs factices : « A des intervalles réguliers, le goût féminin est passé par les mêmes crises de folie. Les paniers expliquent la crinoline comme le Dix-Huit Brumaire explique le Deux Décembre » (pp. 230-231). Et même, « les couturières à la mode, Mlle Palmyre, Mme Vignon, croient fermement ressusciter les paniers du xviiie siècle, lorsqu’elles inventent la crinoline » (p. 233). L’auteur fait aussi le lien entre la mode et les conditions économiques et sociales :

Reste à jouir des fortunes acquises, et ce besoin se manifeste jusque dans la forme des robes de femmes. Comme au temps de la Renaissance, on les veut larges, cossues, étoffées... Vive donc la crinoline qui favorise les engoncements, permet d’employer quinze mètres de gros de Navarre ou de moire antique à la façon d’une simple jupe et transforme la Parisienne en un mouvant ballot de soieries (p. 234).

17La crinoline, qui est depuis 1829, selon l’étymologie, un tissu de crin et de laine, puis un jupon bouffant (Th. Gautier 1856), a une histoire résumée ainsi : « l’âge de crin et l’âge d’acier » (p. 235) ; avec une armature de métal, elle devient la cage. Elle a surtout fait l’objet de controverses tantôt sérieuses, tantôt humoristiques. Worth la trouve gênante et prétendra plus tard qu’il en a favorisé le déclin, mais il l’utilise. Plusieurs fois on s’attaque à la crinolinomanie (pp. 233-234) ; on annonce même la nouvelle fantaisiste d’un congrès de femmes décidé à « renverser l’altière, la despote, l’envahissante crinoline » :

Nos jupons d’acier (...) font ressembler les femmes à des sonnettes de boudoir de grand format (...). La princesse P*** a ouvert l’avis qui a prévalu. Elle a proposé d’exagérer la mode afin de la perdre. Donc nous allons voir paraître des jupons d’acier de quinze mètres de circonférence, il faudra trente mètres d’étoffe pour une robe sans volants ; une femme seule remplira une loge au théâtre, quatre rempliront un salon. Les femmes qui ne voudront ou ne pourront plus suivre cette mode n’auront qu’un moyen de s’en tirer. Ce sera de revenir aux fourreaux de l’empire (MDD 1860 p. 121).

18En fait, vers 1866, « le ballon se dégonfle rapidement : réduit à un coussinet de crin, il prend le nom de demi-terme, sorte de crinoline honoraire » (JOD 1908 p. 235). En 1879 cependant, on annonce la restauration de la crinoline (MI p. 6). La crinoline est bien le symbole d’une certaine époque, comme le fait dire Jean Robiquet à une « vieille commère » :

19« C’est pour ces madames-là qu’on élargit les rues de Paris ! »

20– et il ajoute : « Et en effet, sans s’être donné le mot, Worth et Haussmann collaborent, (...) obéissent au même besoin de faire vaste, large, opulent » (JOD 1908 p. 235). Par contraste, la ligne droite entraîne quelques changements, la disparition des sous-vêtements volumineux comme le pantalon-zouave, et surtout l’apparition d’une lingerie faite dans un tissu souple, avec, par exemple, la combinaison (1895 Bonnaffé), définie ainsi tardivement : C’est « tout simplement une robe de dessous d’un seul morceau et presque ajustée » (JOD 1909 p. 106). Le même contraste existe pour les chapeaux : « le petit toquet est fort répandu, mais on voit encore d’énormes gainsborougs à l’aspect lourd et à l’ornementation exagérée » (JOD 1909 p. 232).

21Dans ce domaine changeant de la mode, il ne faut pas oublier l’influence du passé. Les revues consacrent d’ailleurs des articles à l’histoire du costume (JOD 1909 pp. 29-34). Voici quelques exemples échelonnés dans le temps. En 1879, la Mode Illustrée précise :

Si l’on veut absolument connaître dès à présent la note dominante de la mode future, on peut consulter les portraits et les gravures du règne de Louis XVI. (...) Les tissus que l’on prépare sont déjà copiés sur ceux de cette époque, et nous allons revoir les petites rayures pékinées, les petites fleurs et à la fois les grands ramages (p. 31).

22En 1893, le Petit Écho de la Mode parle de la faveur des modes de 1830 (p. 10). Mais plus le temps passe, plus la conscience du passé est nette. En 1909, Fulano, auteur d’un article sur le costume au xixe siècle (JOD pp. 112-117), généralise ses observations :

Nous sommes arrivés à une période de la mode où l’inspiration originale semble épuisée. On a tout fait, tout essayé, costumes amples pareils à des cloches, costumes collants étroits comme des fourreaux, costumes flottants. On a torturé le corps de toutes les manières possibles, on l’a serré, allongé, surchargé de mille accessoires aussi inutiles que disgracieux. Mais, comme la coquetterie féminine exige toujours du changement et de la nouveauté, on fait du neuf avec l’ancien. L’érudition s’en mêle. On fouille les cartons d’estampes, les musées, les collections particulières ; on rajeunit le passé et on l’adapte aux exigences de la vie moderne. Le goût actuel pour les sports et l’automobilisme, les exercices violents nous interdisent certaines combinaisons trop encombrantes et nous avons peu de chance de voir renaître de sitôt la mode des paniers. En attendant, nous avons les chapeaux Louis XVI et nos couturières archéologues cherchent à nous doter des robes Directoire. Ainsi la mode, véritable roue qui tourne, nous ramène périodiquement, éternelle manifestation du désir de plaire, les mômes grâces et les mêmes excentricités (p. 117).

23Cette réflexion sur la mode conviendrait aussi aux arts du temps, marqués par les pastiches et les adaptations du passé. Mais, à quelques détails près, ce texte pourrait porter bien d’autres dates que 1909.

24Une autre influence majeure est celle de la condition féminine, qui évoluera surtout à partir de la guerre de 1914, mais qui change déjà et sur laquelle se porte l’attention. La mode masculine, en effet, n’est l’objet que de rares et brefs articles, et c’est la toilette féminine qui doit illustrer la réussite du mari. L’idéal d’élégance se traduit par un mot récent comme chic (Lit 1863), à la fois adjectif et substantif : on parle d’un tailleur chic (JOD 1909 p. 229), ou du grand chic qui « conseille le velours noir garni de skungs » (JOD 1910 p. 24). Mais si on peut parler d’élégance pour un tailleur, qui n’est pas une toilette de cérémonie, c’est que, sous la Troisième République précisément, l’élégance devient multiforme ; les vêtements se diversifient selon les circonstances, qui, elles-mêmes, se diversifient : la pratique des sports, du tourisme, invite à une plus grande spécificité. Pour les hommes apparaît vers 1867 le complet veston, appelé aussi complet, d’abord exclu de la vie mondaine et même citadine. Les vêtements sont souvent désignés par un substantif générique qui indique leur destination. La diversification se fait selon le lieu (avec les toilettes de campagne, de casino, de château, d’intérieur, de plage, de rue, de théâtre, de ville, de ville d’eaux), selon le temps aussi, d’après les saisons, d’après les moments de la journée (matinée, après-midi, afternoon, five o’clock, soirée), mais surtout selon les activités (bal, chasse, concert, cheval, dîner, excursion, footing, garden party, lawn tennis, matinée dansante, patinage, petite réception, première communion, promenade, tourisme, réception, réunion, villégiature, visite, yacht ou yachting). Quelquefois la toilette tire son nom de la personne qui la porte, amazone, demoiselle d’honneur, grande fillette, jeune fille, mariée, dame d’un certain âge, et aussi jeune femme souffrante (MI 1910 p. 169), euphémisme qui désigne la femme enceinte, presque totalement absente des revues féminines. Le complément du nom toilette indique donc où, quand, pour quelle activité on porte le vêtement, ou encore qui le porte. Le substantif générique varie aussi. Le mot mise disparaît peu à peu au profit de toilette, de costume et parfois de robe. Dans l’ensemble les vêtements se répartissent en deux grandes catégories, qui relèvent chacune de l’élégance, comme l’explique un article de 1879 :

L’élégance proverbiale des Parisiennes est duc surtout au rôle important qu’elles attribuent aux petites robes. C’est le terme par lequel on désigne ici les robes du matin, les robes de promenade et, par extension, les robes d’intérieur. A fortune égale, une provinciale aura, en certains cas déterminés, des robes plus coûteuses que celles d’une Parisienne ; en revanche, à fortune égale, la Parisienne sera plus élégante, parce qu’elle fera dans son budget de dépenses une part plus considérable à la petite robe, qu’elle porte tous les jours. (...) Moins de dépense pour les robes très parées que l’on met rarement, plus de dépense pour les petites robes quotidiennes, et l’on sera aussi élégante loin de Paris qu’à Paris même (MI 1879 p. 118).

25Aux vêtements parés ou habillés, à la « toilette de grande parure » (MI 1882 p. 342), ou grande toilette s’opposent le « négligé » (MI 1879 p. 126), les « costumes sans façon » (MI 1882 p. 326), le « tailleur de toujours aller » ( 1907 p. 125) ou encore la « robe dite de fatigue, à usage quotidien » (MI 1883 p. 151).

26Les chapeaux et les accessoires suivent ce mouvement de diversification. Pour les mains par exemple, on distingue les « gants de parure » et les « gants destinés aux toilettes de négligé » (MI 1879 p. 126) ; quant aux chaussures, elles font l’objet de nombreux commentaires ; chaque modèle est accompagné de sa description et des circonstances d’utilisation :

On portera beaucoup de souliers russes cet été, même dans la rue ; ces souliers qui, par le fait, sont des demi-bottines, sont faits en même étoffe que la robe (ou bien tout noirs) et claqués en cuir verni. On fait aussi des souliers de maison en même cuir verni (lequel est tout à fait à la mode), brodés de soie blanche, très découverts, doublés de soie, avec de hauts talons Louis XV. Pour les dîners et soirées, on porte des souliers vénitiens en peau de chevreau glacée, à quatre barrettes, se boutonnant sur le côté.

Pour les toilettes parées que l’on porte le jour, la chaussure se compose de bottes à barrettes, faites en étoffe pareille à celle de la robe ou de même couleur, claquées en cuir verni (MI 1979 p. 126).

27La situation est à peu près celle que Mallarmé résume en une phrase : « On marche en bottines, on danse en souliers » (DM 20-9-1874).

28La diversification touche aussi les âges de la vie. On parle de bonnets pour dames âgées (Ml 1875 p. 326), de costumes pour dames d’âge moyen etc. La toilette des enfants fait l’objet d’articles.

29Ce ne sont plus de petits messieurs grotesques, de petites dames ridicules :

ce sont bel et bien des enfants dont l’habillement est calculé de façon à ne leur imposer aucune contrainte, à leur laisser la liberté de se mouvoir, de jouer, de se livrer aux courses comme aux sauts, indispensables à leur développement physique (MI 1882 p. 103).

30Avec du recul, ces déclarations semblent un peu utopiques, mais « la robe anglaise, dite blouse bébé », le « costume de matelot » et, à partir de dix ans pour les garçons, le « petit-complet » (MI 1882 p. 103) constituent déjà un progrès.

31La mode de la Troisième République reflète ainsi notamment les progrès techniques, l’expansion économique, l’esthétique du Second Empire prolongée dans sa somptuosité et son goût du passé, la vie sociale plus diversifiée des femmes.

Des mots vers la mode

32La mode comporte des nouveautés, mais aussi d’éternels retours et des constantes. Les mêmes observations se font sur le vocabulaire, selon la démarche sémasiologique :

  • – si les mots changent et que la mode change, il y a néologie ;

  • – si les mots demeurent et que la mode change, il y a polysémie ;

  • – si les mots changent et que la mode demeure, il y a synonymie.

33En plus de ces trois faits de langue, néologie, polysémie, synonymie, l’historien cherche les relations entre l’apparition des mots et leurs principes de formation : l’emprunt, la dérivation propre ou impropre, la composition, ainsi que les tropes comme la synecdoque, la métaphore, la métonymie, l’antonomase. Ces divers points sont examinés sous les titres commodes de sémantique, de morphologie et de rhétorique.

34Là encore, une étude exhaustive n’est ni possible, ni souhaitable. Quelques exemples types sont sélectionnés. L’arbitraire des choix est évité en partie grâce au métalangage ou langage sur les mots : l’attention des journalistes est parfois tournée vers les mots de la mode autant et plus que vers la mode elle-même. Il est prudent aussi d’éviter les termes trop particuliers et ceux dont la définition serait impossible. Ce goût des mots semble une constante du vocabulaire de la mode, à en juger par la rétrospective que donne Fulano pour le xviiie siècle :

Le style dans lequel les journalistes du temps décrivaient ces toilettes était le plus extraordinaire qu’on pût imaginer. « Mlle Duthé, écrit l’un d’eux, était dernièrement à l’Opéra avec une robe de « soupirs étouffés » (sorte de satin broché), ornée de « regrets superflus » (...), un chat sur le col couleur de « gueux nouvellement arrivé » et sur les épaules « une médicis » montée en « bienséance » et son manchon « d’agitation momentanée ». Vocabulaire amusant qui demandait sans doute pour être compris une initiation spéciale et s’enrichissait chaque jour de nouveaux termes (JOD 1909 pp. 30-31).

35L’auteur de cet article pratique le métalangage de plusieurs manières, par son commentaire direct, mais aussi par les italiques, cumulés même avec les guillemets. La tradition continue pour la mode du temps, par exemple :

Pour toilettes de dîner et de soirées, on portera beaucoup de fayes-cardinal. Ce nom s’explique tout seul. Le cardinal est, en effet, un beau pourpre. (...) Le bleu sombre, le Pétrarque, le Volnay, sont des couleurs foncées, superbes, dont je n’ai pas encore vu l’équivalent. La nuance vendange, les teintes Cordoue, Beizébuth, Bacchus, sont les couleurs les plus nouvelles pour robes de nuance moyenne (MI 1875 p. 390).

36Cette liste de couleurs est même précédée d’une réflexion linguistique sur des mots de l’année :

Les couleurs à la mode (et non pas la couleur à la mode) n’ont point de nom dans aucun langage. Vous dirai-je que la teinte gisèle est fine et distinguée ? Cette désignation serait insuffisante, car, à moins de l’avoir sous les yeux, on est fort embarrassée de la définir. C’est peut-être brun, mais un brun mélangé de chocolat. Appelons-la gisèle et n’en parlons plus. Le choca... une clarté m’illumine... semble un dérivé de gisèle... j’y suis tout à fait. Chacune de ces nuances est un mélange de chocolat et de café... d’où le nom de cho-ca Voilà ces désignations rattachées à une étymologie acceptable (MI 1875 p. 390).

37L’auteur de ces lignes, la comtesse de Beausacq, qui a écrit de nombreuses années dans La Mode Illustrée sous le pseudonyme d’Emmeline Raymond, est souvent soucieuse de la langue. Elle remarque encore :

On ne sort plus en taille, et, soit dit entre parenthèses, cette façon de parler est plus expressive que grammaticale. Car, enfin, qu’est-ce que la taille ?  Une partie de la personne qu’elle ne peut pas plus laisser à la maison, quand elle sort, qu’elle n’y laisserait l’un de ses bras (Ml 1875 p. 182).

38Le commentaire peut porter aussi sur la technicité du vocabulaire : « Déjà les jupes s’étalent au lieu d’être bridées étroitement, suivant le terme consacré » (MI1879 p. 6), ou encore la remarque « style professionnel » suit des noms de tissus « le mélange de l’uni avec le quadrillé ou le rayé » (MI 1875 p. 254) ; ou encore l’emploi de nouvelles créations est suivi de l’explication entre parenthèses style de commerce (MI 1889 p. 84). Dans la plupart des revues, le métalangage, limité à l’italique, est très fréquent ; les guillemets font le même usage, surtout après 1900.

39Le métalangage aide aussi à repérer les particularités SÉMANTIQUES du langage, lorsque, à un objet à désigner ne correspond pas un mot et un seul, ou lorsqu’un mot renvoie à plusieurs objets dénommés. La synonymie et la polysémie existent soit entre deux époques (en diachronie), soit à l’intérieur d’une période donnée (ou synchronie).

40La POLYSÉMIE est fréquente dans le vocabulaire de la mode. Pardessus est un terme générique désignant divers vêtements de dessus pour femmes ; en 1875, une liste comporte mantelets, dolmans, paletots, petites pèlerines (MI p. 118) ; en 1879, « ce que l’on porte le plus volontiers en guise de pardessus de demi-saison, c’est... le châle de cachemire de l’Inde, carré ou long » (MI p. 110) ; les contextes indiquent ainsi différentes espèces de pardessus, ce qui, de surcroît, ne correspond pas à l’emploi actuel ; il y a donc polysémie en diachronie et en synchronie ; cet autre exemple le confirme :

Les pardessus ne semblent pas destinés à se transformer. On fera des visites qui inclineront davantage que par le passé vers la forme des mantelets, de même que celles de l’hiver se rapprochaient des grands manteaux. On fera encore des paletots à gilets à plastrons et pas trop courts. Enfin on fera des rotondes (Ml 1879 p. 46).

41Ailleurs, c’est manteau qui est le générique ; en 1852, sous le titre d’ensemble de « manteaux de printemps » sont énumérés les mots pardessus, mante, mantelet (MF p. 264) ; plus tard on lit aussi : « Parlons un peu des manteaux. Nous avons la cape, espèce de vaste rotonde, (...) le kimono, (...) l’éternelle jaquette, (...) la redingote » (JOD 1909 p. 141). La polysémie de pardessus et de manteau correspond à une démarche synecdochique : on passe du genre aux espèces. Il en est de même pour le nom de tissu « ottoman » :

On désigne par le terme générique d’ottoman un tissu à côtes plus ou moins prononcées (...). Il y a du satin ottoman, des failles, des siciliennes comprises dans la désignation d’ottoman ; il y a des brochés sur fond ottoman, couleur sur couleur, comme aussi des ottomans à dessins imprimés (Ml 1883 p. 102).

42Le même nom peut désigner aussi plusieurs tissus, Littré enregistrant la polysémie en diachronie. La lustrine était au xviiie siècle une étoffe de soie ; elle devient à la fin du xixe deux tissus de coton différents ; le molleton, d’abord en laine, se fait ensuite en gros coton, et la popeline, d’abord en laine et soie, devient une cotonnade ; piqué s’éloigne de son sens étymologique pour désigner un épais tissu de coton à décor géométrique. C’est notamment l’essor des importations de coton qui entraîne le changement des matières premières : les noms restent, les tissus changent, si bien que les noms changent de sens.

43La SYNONYMIE existe aussi pour la mode. Le passé se dissimule sous la nouveauté du nom ; ainsi :

Les grands prêtres de la mode recherchent dans leurs archives des étoffes tombées dans l’oubli. Ils ont l’habileté de ne pas nous les resservir telles quelles ; comme il faut à tout prix leur faire subir un changement, ce changement consiste tout simplement en une appellation nouvelle, et les belles dames, qui, pour rien au monde n’auraient acheté du piqué pour leurs costumes d’été, se précipitent sur l’ottoman de coton, « dernière création de la saison » (JOD 1909 p. 346).

44De même, lorsque la parisienne est présentée comme une nouveauté en 1879 (MI), le mot est à plusieurs reprises défini par une périphrase entre parenthèses : « (tissu de soie à grosses côtes) » (p. 70) ; « (sorte de popeline à très gros grain) » (p. 81), « (ce tissu est une sorte de sicilienne) » (p. 102). Les journalistes de mode, conscients de ces faits, les commentent parfois ; il est ainsi question du « satin de Chine qui me fait tout à fait l’effet d’être du satin turc, autrement dit satin à la reine : autres mots et mêmes choses » (MI 1879 p. 38). Les couleurs se prêtent aussi à la synonymie :

En fait de teintes foncées, celle que l’on appelait le printemps dernier bleu soldat se représentera sous le nom de bleu gendarme. Celles de nos abonnées qui l’ont acquise sous son premier nom pourront se borner à changer son état civil et la porter en lui donnant son nom nouveau (Ml 1879 p. 46).

45Mallarmé en était déjà conscient quelques années auparavant :

La nuance la plus en vogue (...) sera le havane teinté appelé hier cachou et ce matin gyzèle : nous aurons ainsi (mêlant des teintes connues à quelques autres tout à fait neuves) les vert paon, bleu grenat, lie de vin, suresne, régina, loutre, gris de fer, gris ardoise, gris mode, écru et d’autres désignant les mêmes tons sous de vaines appellations (DM p. 781).

46Ces problèmes de sémantique ne se résoudraient que par de longues et peu utiles investigations dans les revues.

47La MORPHOLOGIE mérite à son tour des observations d’ensemble.

48L’EMPRUNT est particulièrement adapté au sujet : la mode s’inspire de l’étranger, son vocabulaire aussi. L’étude pourrait être faite dans les deux sens : de la mode étrangère vers les mots étrangers, ou bien des mots étrangers vers les tendances de la mode. Les deux principales influences sont celle de l’Angleterre et celle de l’Orient. L’Angleterre donne le ton pour la vie mondaine ou le sport ; on parle ainsi de toilettes d’afternoon, de five o’clock, de garden-party, de lawn tennis, de vêtements comme spencer (1845), waterproof (1852), macfarlane (1859), tea gown (1893) ; des noms de tissus aussi sont anglais : cheviot (1856) devient cheviotte(1872) ; peu à peu sont empruntés shirting (1856), whipcord (1893), cover-coat(1898), liberty (1902), pongee (1903), corscrew (1913). Pour l’Orient, les noms évocateurs seraient à citer par listes : par exemple en 1889 hedjaz, jansi, japara, konnang, nagaoka, nagasaki, naija, nassuk etc. (MI). D’autres emprunts sont lexicalisés, tels madapolam (1823 Boiste), nansouk (1829), zenanah (1876), surah (1883), tussor (1933). Selon l’époque d’introduction et l’orthographe, des doublets se forment, comme casimir (1791) et cachemire (début xixe), moire (1650) et mohair (1874).

49Le vocabulaire s’enrichit aussi par la DÉRIVATION, notamment pour les noms de tissus et surtout par suffixation, avec -ette : cretonnette, popelinette, satinette, vigognette ; avec -ine : castorine, côteline, crêpeline, épingline, foulardine, louisine, moirine, onduline. Damassé existe à côté de damas, pékiné (1907) à côté de pékin (1564), repsé et sergé à côté de reps, serge. La DÉRIVATION IMPROPRE augmente le nombre de substantifs, tirés de participes-adjectifs : le chiné, le lamé, le piqué.

50La COMPOSITION multiplie aussi les mots nouveaux. Des groupes substantif adjectif deviennent des unités lexicales, comme faille merveilleuse, satin merveilleux ; deux substantifs juxtaposés donnent, avec ou sans tiret, un nom composé, mantelet-étole, paletot vareuse. Dans des groupes qui devraient être prépositionnels, la juxtaposition économise des mots outils et des syllabes, ainsi pour robe fillette, manteau fillette, et même robe soie glacée, toque velours vert.

51D’autres formations sont à relier plus directement à la RHÉTORIQUE.

52La SYNECDOQUE D’ABSTRACTION désigne un objet par un de ses prédicats ; ainsi le substantif uni, qui s’explique aussi par la dérivation impropre, est une dénomination par la qualité distinctive du tissu uni. La même suppression du terme générique au profit du prédicat se produit pour indienne (toile indienne) complet (costume complet), blonde et beige (à partir des adjectifs donnant la couleur de la dentelle) ; lorsque l’étymologie est oubliée, on aboutit à de la blonde noire (MI 1879 p. 37). Ces derniers exemples, lexicalisés, n’ont pas été éphémères, mais la formation est la même pour certains tissus de la saison 1879 : la Rieuse, l’Élégante, l’Africaine, la Vénitienne, la Mignonne, la Sémillante, la Flatteuse (MI pp. 86, 87).

53La MÉTAPHORE permet, de son côté, d’adapter à la mode d’autres vocabulaires. Il peut s’agir d’une sorte d’emprunt à une langue technique, par exemple lorsque l’étole, la dalmatique, la soutane, qui sont des vêtements liturgiques, deviennent des nouveautés pour les femmes. Il s’agit au contraire du passage du vocabulaire courant à une langue technique, lorsque des termes imagés désignent ensuite sans image des ornements du vêtement : avec chicorée, chou, coque, coquille, dents, étoile de mer, écailles, ruche, les règnes végétal et animal sont mis à contribution. Ces termes sont plus ou moins stables. C’est le cas aussi pour le vocabulaire de la couleur, qui, si l’on s’en tient aux adjectifs de base, est trop pauvre pour satisfaire les besoins de renouveau et d’originalité. Le monde animal est représenté par canard, condor, crevette, loutre, saumon, souris, tourterelle, vautour ; le monde minéral par acier, amadou, ambre, ardoise, cuivre, grenat, sable, saphir ; on trouve aussi divers objets fabriqués tels que bitume, chaudron, feutre, ficelle, laque, mastic, moutarde, tabac, terre cuite foncée ; mais les végétaux dominent avec, entre autres, abricot, acajou, aigue-marine, aubergine, bois, bouton d’or, capucine, caroubier, chanvre, fuchsia, géranium, gland de chêne, gloxinia, héliotrope, hortensia, magnolia, maïs, mousse, noisette, noyer, olive, pervenche, prune, prunelle, réséda, tilleul, varech. Et encore, seuls ont été retenus les termes employés en contexte avec le substantif nuance ; le recours à ce mot met en évidence la métaphore, tout en la faisant plus facilement admettre : on lit par exemple « jupe en velours nuance terre cuite foncée » et quelques lignes plus loin « corsage en velours terre cuite foncée » (MI 1883 p. 46). Le mot nuance, beaucoup plus employé que teinte, et parfois remplacé par couleur, ne sert pas seulement à signaler l’image, il se rencontre avec de classiques adjectifs de couleur, doubles, nuance gris bleu (MI 1883 p. 166) et même simples, nuancerouge (MI 1883 p. 37) : ce mot est alors devenu un simple outil signalant le vocabulaire de la couleur.

54La métaphore de ces derniers cas n’est pas toujours vivante ; elle l’est au contraire dans le style satirique, qui n’est pas exclu des revues de mode :

Les chapeaux n’ont pas sensiblement varié depuis le mois dernier. Ce sont toujours des terrines, des pots, des sébiles et des bassines. L’année 1909 pourra se vanter d’avoir pris ses modèles parmi les ustensiles les plus usuels et les plus vulgaires (JOD 1909, p. 231).

55Le style poétique donne vie aussi à une métaphore filée comme celle du bord de l’eau :

Le bord de l’eau est frais comme un doux chant de barcarolle, alors que la vague inconstante berce mollement la gondole enrubannée.
C’est un petit vêtement pimpant, léger et commode, arrivant aux proportions de l’élégance, en raison de son laisser aller, et de sa simplicité de bon goût (MF 1851 p. 792).

56La fantaisie d’un jour et les créations les plus sérieuses se rejoignent.

57La MÉTONYMIE assure à elle seule des formations variées et nombreuses. La métonymie du lieu est très ancienne, avec par exemple damas (xive siècle), calicot(de Calicut, fin xviie), madras (fin xviiie) ; elle reste très vivante, avec, entre autres, madapolam (1823), barège (de Barèges dans les Pyrénées, 1829), escot (d’Ascot en Brabant, 1829), orléans (1835), jaconas (de Jagganath, 1860), surah (1883), shantung (1910) ; l’orthographe est le plus souvent francisée. Le nom d’un tissu devient aussi le nom d’un vêtement, ainsi pour foulard (1661 et 1832), covercoat (1898 et 1910), crinoline (1829 et 1856). La circonstance dans laquelle le vêtement se porte donne lieu à une métonymie particulière : la visite se porte en visite, et la matinée pendant la matinée ; cette formation, tentée pour casino, ne s’est pas maintenue. Ces créations rhétoriques aboutissent à une polysémie facilement levée dans le contexte.

58Quant à l’ANTONOMASE, elle transforme des noms propres en noms communs, et se superpose souvent à la métonymie, ainsi pour un nom de tissu comme liberty, tiré du nom du fabricant, ou pour les noms de tissus reprenant ceux des villes d’origine. Des personnages célèbres donnent leur nom à des vêtements mis à la portée de tous. Mallarmé y voit une innovation s’il s’agit de contemporaines :

Un joli usage datant de quelques jours, veut qu’une robe se nomme de la femme qui, par son port, charme et distinction, lui a, dans le monde, acquis la célébrité et le prestige (DM p. 782).

59C’est en fait une habitude illustrée en particulier par le spencer (1797) et concernant plutôt les personnages historiques d’un passé plus ou moins lointain. Alors que Mlle de La Vallière vivait au xviie siècle, lavallière n’est pas reconnu avant Littré (Sup 1877). Avec le goût pour le xviiie siècle apparaît la robe Marie-Antoinette : dans ce cas, le nom propre est encore juxtaposé au nom commun « robe » ; mais au stade qui touche à la rhétorique, le nom commun disparaît. Il en est ainsi pour une série de chapeaux « de formes nouvelles » : le Charlemagne, le Condé (MI 1882 p. 318). Ces dénominations tournent au jeu, avec le commentaire suivant :

Le paletot est remplacé par des confections de style Louis XIII (...) Rien n’est élégant comme un Gondy en velours noir. – Mais qu’est-ce qu’un Gondy, me demanderez-vous ?... – Un manteau, ou plutôt une confection quelconque, chères lectrices. Ne vous étonnez pas de tous les noms historiques, que toutes les confections à l’ordre du jour portent plus ou moins bien ; car je vais faire apparaître devant vous un sire de Coucy, un Sully, un Borghèse, un François 1er (MF 1852 p. 35).

60Même si ces termes n’ont pas subsisté, ils illustrent une figure productive, qui a rendu célèbres aussi certains contemporains, tels Gibus, l’inventeur du chapeau en 1834 (HDT 1877). Quant aux noms de personnages historiques, ils rejoignent l’engouement pour les choses du passé.

61Avec ou sans métalangage, les commentateurs des modes portent donc au langage une attention qui se perpétue de siècle en siècle. L’amour des mots va de pair avec l’attrait de la nouveauté et du luxe. La rhétorique varie à l’infini les mots superflus, mais elle en crée aussi d’utiles : qui pourrait distinguer le fondamental de l’ornemental ?

62Dans l’ensemble, la mode est un domaine où apparaît bien le rôle du langage. Les dernières créations entraînent des néologismes : la mode lance les mots ; les mots lancent aussi la mode lorsqu’ils font acheter sous d’autres dénominations ce qui n’est pas neuf. L’historien est le témoin de ces changements. Mais il constate aussi que, dans la langue, tout ne change pas : les procédés de production demeurent. Les mots d’aujourd’hui et de demain sont prévisibles. L’emprunt de jean (1967), la dérivation impropre avec synecdoque de coordonnés (vers 1970), la composition de tailleur-pantalon (1975), l’antonomase métonymique de bikini (1947) ne sont pas surprenants. Sans que le passé se répète, le temps est aboli, et la création langagière reste stable dans le « mouvement perpétuel qui a nom la mode » (MI 1875 p. 314).

Liste alphabétique des abréviations

63BD : Zola, Au Bonheur des Dames, 1883.

64DM : La dernière Mode, 1874 (articles de Mallarmé).

65Fé : Fémina.

66GLLF : Grand Larousse de la Langue Française, 1971-1978.

67HC : Boucher François, Histoire du Costume [...], 1965.

68HDT : Hatzfeld Adolphe, Darmesteter Arsène et Thomas Antoine, Dictionnaire Général de la Langue Française, 1890-1900.

69JOD : Journal des Ouvrages de Dames.

70Lar : différentes éditions des Dictionnaires Larousse.

71Lit : Littré, Dictionnaire de la Langue Française.

72Lit Sup : Supplément à ce dictionnaire, 1877.

73MDD : Moniteur des Dames et des Demoiselles.

74MF : Le Magasin des Familles.

75MI : La Mode Illustrée.

76MP : La Mode Pratique.

77PE : Le Petit Écho de la Mode.

78RI : La Ruche Illustrée.

79Rob : Robert Paul, Dictionnaire de la Langue Française, 1964.

Notes

1 H.L.F., t. X, 2e partie, pp. 898-899.

2 Boucher François, Histoire du costume en Occident de l’antiquité à nos jours, Paris, Flammarion, 1965, en abrégé HC.

3 Brunot Ferdinand, H.L.F., t. VI, Le xviiie siècle, 2e partie, fasc. premier, pp. 1099-1108, et t. X, 2e partie, pp. 894-899, Paris, Armand Colin, 1966 et 1968.
Greimas Algirdas-Julien, La mode en 1830, Thèse dactylographiée, Paris-Sorbonne, 1948.

4 Les citations sont empruntées à diverses revues ; elles sont aussitôt suivies du nom de la revue en abrégé, de la date et de la page.
Pour un retour en arrière :
Le Magasin des Familles, 1851, 1852, en abrégé MF.
Moniteur des Dames et des Demoiselles, 1860, 1861, en abrégé MDD. La Dernière Mode, 1874 ; les articles écrits par Mallarmé sont rassemblés dans les Oeuvres Complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, pp. 705-847, en abrégé DM.
La Mode Illustrée, 1875, en abrégé MI. Pour les années 1879-1915 :
La Mode Illustrée, 1879, 1882, 1883, 1889, 1910, en abrégé Ml.
Le Petit Écho de la Mode, 1892, 1893, en abrégé PE.
Fémina, 1901, 1902, 1903, 1907, en abrégé Fé.
La Ruche Illustrée, 1904, 1905, en abrégé RI.
Journal des Ouvrages de Dames, 1907, 1908, 1909, 1910, 1913, en abrégé JOD.
La Mode Pratique, 1913, 1915, en abrégé MP.

5 V. Zola Émile, Au bonheur des Dames, en abrégé BD, Paris, Gallimard, 1970, pp. 387-803 ; v. pp. 1667-1670 les notes sur le dossier préparatoire ; le roman a été écrit en 1882 et au début de 1883.

6 Le Grand Larousse de la Langue Française, en abrégé GLLF, Paris 1971-1978, sert de base pour les étymologies et les datations ; il a, entre autres avantages, celui de préciser ces dernières pour chacun des sens et pour toutes les lettres de l’alphabet. Divers dictionnaires Larousse, en abrégé Lar, sont cités pour les datations, ainsi que :
Hatzfeld Adolphe, Darmesteter Arsène et Thomas Antoine, Dictionnaire Général de la Langue Française, en abrégé HDT, Paris, Delagrave, 1890-1900.
Littré Émile, Dictionnaire de la langue Française, Paris, Hachette, 1875, en abrégé Lit. Le Supplément, en abrégé Lit Sup, est de 1877.
Robert Paul, Dictionnaire de la Langue Française, Paris, 1964, en abrégé Rob.

7 L’Histoire de ces revues est même faite dès 1852 (MF, pp. 232-235).

© CNRS Éditions, 1999

Terms of use: http://www.openedition.org/6540