Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la langue française 1880-1914

 | 
Gérald Antoine
, 
Robert Martin

Chapitre premier. Tendances nouvelles

Le vocabulaire des savoirs. Deux exemples

Henri Cottez et Eveline Martin

Texte intégral

Le vocabulaire des sciences biologiques

1L’histoire du mot biologie lui-même n’est pas sans rapport avec la genèse et le développement du vocabulaire de la science qui porte ce nom : nous donnerons donc d’abord un aperçu de cette histoire.

2Quant au vocabulaire de la biologie, nous essaierons de le regrouper autour des quatre grandes théories qui ont animé la réflexion et la recherche biologique entre 1880 et 1914, à savoir la théorie de la cellule, la théorie de l’évolution, la théorie microbienne et la théorie de l’hérédité.

Introduction : le mot biologie

3Lexicologues et historiens des sciences s’accordent à dire que ce terme a été créé, dans la même année 1802, en Allemagne par Gotfried Reinhold Treviranus (1776-1837), moins connu que son frère Ludolf Christian le botaniste, et en France par Lamarck qui, comme on le sait, après avoir consacré à la botanique la première partie de sa vie, fut orienté vers l’étude du règne animal par le hasard d’une nomination à l’une des deux chaires de zoologie créées par la Convention en 1793 au Muséum. Mais que représentait ce mot dans l’esprit des deux inventeurs ? Et quel en a été le destin, en France surtout, depuis cette date ? C’est sur quoi il nous faut apporter quelques éclaircissements.

4Treviranus publie donc en 1802, à Göttingen, un ouvrage intitulé Biologie, oder Philosophie der lebenden Natur, für Naturforscher und Aerzte, « Biologie, ou philosophie de la nature vivante, à l’usage des naturalistes et des médecins ». De sa longue Introduction « Sur l’interprétation de la nature vivante », nous retiendrons surtout le premier chapitre « Objet et importance de la biologie. » Cette science nouvelle étudiera « les différentes formes et manifestations de la vie, sous quelles conditions et sous quelles lois elle se situe, quelles causes président à sa mise en action ». Treviranus souligne que, si l’on considère la botanique et la zoologie comme des parties de la biologie, elles apparaissent alors « sous un tout autre jour » : ce ne sont plus de sèches nomenclatures, elles vont au-delà des classifications traditionnelles. La médecine, la physiologie, la pathologie en seront elles-mêmes renouvelées. Et Treviranus cite Stahl (Theoria medica vera, p. 253) : « Ante omnia itaque scire convenit, quid sit illud quod vulgata appellatione vita dicitur » (aussi convient-il avant tout de savoir ce qu’est ce qu’on appelle communément la vie). Du point de vue lexical, précisons que l’auteur emploie l’adjectif biologique (biologisch) et parle des biologues (die Biologen).

5L’usage que Lamarck fait du mot biologie n’a rien d’aussi systématique. Le terme apparaît dans son Hydrogéologie (Paris, an X), où il divise ce qu’il appelle la Physique terrestre en trois parties, la Météorologie, l’Hydrogéologie et la Biologie, ou « théorie des corps vivants » (p. 8). Il précise plus loin (p. 187) : « Les observations que j’ai faites sur les corps vivants et dont j’ai exposé les principaux résultats dans le discours d’ouverture de mon cours de l’an IX au Muséum feront le sujet de ma Biologie... ». Notons en passant que Lamarck n’a pas recueilli dans ses ouvrages postérieurs ce discours d’ouverture de l’an IX, qui semble s’être perdu, et que nous ne pouvons donc savoir si dès 1801 il y parlait de biologie. Quoi qu’il en soit, il reprend le mot dans un ouvrage publié également en 1802, quelques mois après son Hydrogéologie, intitulé Recherches sur l’organisation des corps vivants. Donnant le texte du discours d’ouverture de son cours de l’an X, il explique : « J’ai cru convenable de livrer ce discours à l’impression... Je suis en outre déterminé à l’étendre en y employant des matériaux que je réservais pour ma Biologie » (p. V)). Dans la « Table raisonnée des matières », nous trouvons une véritable définition de cette science dont, finalement, au contraire de Treviranus, il ne nous a pas laissé de traité qui y soit expressément consacré : « Elle comprend tout ce qui a rapport aux corps vivants, et particulièrement à leur organisation, à ses développements, à sa composition croissante avec l’exercice prolongé des mouvements de la vie, à sa tendance à créer des organes spéciaux, à les isoler, à en constater l’action dans un foyer, etc. » (p. 202). Formule étonnante, à laquelle n’apporte pas de complément bien original le texte inédit de Lamarck, publié en 1944 par la Revue Scientifique sous le titre Biologie, ou Considérations sur la nature, les facultés, les développements et l’origine des corps vivants. Notons enfin que dans la grande Introduction de son Histoire des animaux sans vertèbres (1815, t. I) Lamarck reparle de cette « science qui n’est pas encore fondée » et dérive du nom qu’il lui a donné les mots biologique et biologiste (pp. 44 et 60 de la réédition de 1835).

6Alors que les savants allemands adoptent le terme de Treviranus, personne en France, à notre connaissance, n’accorde d’intérêt au néologisme de Lamarck avant 1829. A cette date, Blainville publie son Cours de physiologie générale et comparée. Il y écrit : « Il est de toute évidence, d’après la digression que nous venons de faire sur les principales significations actuelles du mot nature, qui entre dans la composition du terme de physiologie, que celui-ci ne saurait plus convenir en aucune manière pour désigner la science de la vie : les Allemands ont parfaitement senti cela, et lui ont substitué avec raison la dénomination beaucoup meilleure de biologie » (t. I, 1re leçon, p. 18). On aura noté qu’il se réfère aux savants allemands et non à Lamarck. Cependant, dans son Histoire des sciences de l’organisation (1843 ; cours professé de 1839 à 1841), ayant lu plus attentivement les ouvrages de Lamarck, Blainville découvre que celui-ci « s’est beaucoup occupé de biologie, c’est-à-dire de toutes les questions qui ont rapport aux êtres vivants » (, t. III, p. 425), que dès 1797 il avait écrit une Théorie des êtres vivants ; qu’il « nous apprend, p. 6 de la préface de ses Recherches sur l’organisation des corps vivants, qu’il avait entrepris une Biologie  », et qu’il « a été essentiellement biologiste, bien qu’il l’ait nié » (p. 430). Enfin Blainville note, à propos du mot biologie, que Lamarck « dit quelque part que c’est à lui qu’est dû ce nom » (p. 462).

7Blainville rendait ainsi tardivement justice à son illustre prédécesseur. Mais entretemps Auguste Comte avait repris le terme, dont il attribue la paternité à Blainville (avec lequel il était d’ailleurs lié). Car l’auteur du Cours de Philosophie positive, dans sa deuxième Leçon (1830), avait d’abord appelé physiologie la cinquième des six sciences fondamentales de sa célèbre classification. Il abandonne pourtant cette dénomination dans sa trente-sixième Leçon (1836) : un philosophe, dit-il, qui considère les corps vivants, est « naturellement obligé d’employer cette heureuse expression de biologie, si judicieusement construite par M. de Blainville, et dont le nom de physiologie, même purifié, n’offrirait qu’un faible et équivoque équivalent ». C’est du reste de la même façon que Comte, après avoir parlé de physique sociale, créera dans sa quarante-septième Leçon le terme de sociologie, conduit sans doute à former ce néologisme par l’adoption du mot biologie.

8Dès lors, les auteurs qui admettront ou discuteront la classification de Comte, n’emploieront pas, comme l’auteur lui-même, d’autres termes que biologie et sociologie. Pour biologie, il est certain que l’œuvre de Comte a contribué à l’imposer. C’est en tout cas de lui que se réclament sans équivoque les fondateurs de la Société de Biologie, née en mai 1848 de la réunion de « plusieurs médecins et naturalistes » qui se proposaient « d’étudier, avec des vues d’ensemble et par les voies de l’observation et de l’expérience, les phénomènes qui se rattachent à la science de la vie, à la biologie tant normale que pathologique » (Lebert, Séance inaugurale du 6 janvier 1849, in C.R. de la Société de Biologie, t. I, Paris, 1850). Le 7 juin 1849, Ch. Robin, vice-président avec Claude Bernard de la Société, lisait une espèce de manifeste « sur la direction que se sont proposée les membres fondateurs pour répondre au titre qu’ils ont choisi ». Robin y rappelle la classification de Comte et sa conception de la biologie. Il divise cette science en statique (anatomie et biotaxie) et dynamique (étude de l’influence des milieux et physiologie). S’ils ont choisi, pour nommer leur Société, « un titre aussi général », c’est « pour faire sentir que, si l’art médical a été primitivement la source de nos connaissances en physiologie, en pathologie, puis a montré la nécessité de l’anatomie, etc., le temps est venu, par suite du développement de ces sciences, de les considérer d’abord indépendamment de toute idée d’application » (Ibid., pp. I-XI). On voit donc que, pour les fondateurs de la Société, l’objet de la biologie est ce que nous appellerions la recherche fondamentale quant aux phénomènes de la vie. Elle unifiera et fécondera les travaux des divers spécialistes, médecins ou naturalistes.

9Cependant, en parcourant les communications et mémoires présentés à la Société de Biologie, on s’aperçoit qu’ils ne sont pas toujours commandés par cet esprit de généralisation. Les auteurs restent fidèles aux vues d’Auguste Comte qui, après avoir nommé « les trois branches générales de la science biologique : la biotomie, la biotaxie et enfin la bionomie pure ou physiologie proprement dite », concluait que « le nom de biologie est consacré à désigner leur ensemble total ». Il restait à ramener la biologie à un objet plus précis, et plus proche de celui que lui assignait Lamarck. C’est ce qu’a bien compris Charles Létourneau, ferme soutien en France du darwinisme et traducteur de Haeckel. Dans un excellent livre de vulgarisation intitulé La Biologie (1877, 2e édition), il souligne dès la préface qu’Auguste Comte avait pris le mot dans un « sens encyclopédique », alors qu’il lui attache personnellement « une signification beaucoup plus restreinte », s’en tenant à « l’exposition et [à] la coordination de tous les grands faits et des grandes lois de la vie ». Il exposera donc « comment les êtres organisés se nourrissent, grandissent, se reproduisent, se meuvent, sentent et pensent », en s’appuyant sur « une masse énorme de faits empruntés à toutes les sciences naturelles ». Programme encore considérable, on le voit. Plus tard le mot sera pris surtout dans le sens de « biologie générale », science qui sera définie au xxe siècle par Yves Delage comme « la recherche des conditions et des causes des grandes manifestations de la vie dans la cellule, dans l’individu et dans l’espèce ». C’est le vocabulaire de cette « biologie générale », tel qu’il s’est constitué dans les deux derniers tiers du xixe siècle et dans les années précédant la Grande Guerre, que nous allons essayer de décrire, au moins dans ses caractéristiques essentielles.

10Il va de soi que cette description, si elle reste centrée sur l’histoire de la langue française, ne peut ignorer les contributions des autres langues, et notamment l’allemand et l’anglais, à la constitution du vocabulaire de la biologie. Il s’agit en effet d’une production lexicale de caractère international ; plus se développeront les relations entre savants des différents pays, plus les revues scientifiques feront de place aux comptes rendus des travaux étrangers, plus vite circuleront les mots nouveaux, et l’on verra qu’entre la création dans la langue originale et l’admission en français il s’écoulera de moins en moins de temps. De toute évidence, cette internationalisation sera facilitée par le recours quasi systématique aux formants d’origine grecque, qui s’imposent comme le fonds commun du vocabulaire scientifique, compte tenu, naturellement, des variantes morpho-phonologiques commandées par les différents systèmes linguistiques. Cette intégration des structures lexicales du grec au vocabulaire des sciences, qui commence timidement au xviie siècle, puissamment renforcée à la fin du xviiie par la nouvelle nomenclature que se donnent les chimistes, sera définitivement acquise au xixe.

I) La cellule

11Le mot cellule, appliqué à l’anatomie animale et végétale, est attesté en français dès 1503, mais, comme le latin scientifique cellula (dès le xiie siècle dans ce domaine), c’est dans un sens assez vague de « petite cavité ». Avec l’observation, au microscope, de certains tissus, le mot va prendre un sens beaucoup plus précis de « petit compartiment ». C’est ainsi que le savant anglais Robert Hooke emploie dans sa Micrographie (1665) le mot cell (du latin cella, base du diminutif cellula ; cf. de même l’allemand Zelle) pour désigner chacune des petites cavités séparées par des parois qu’il découvre dans une lamelle de liège, semblables aux alvéoles d’un rayon de miel (appelées par Virgile cellae ou cellulae). Le botaniste anglais Grew reprend le mot cell dans son Anatomy of Plants (1682) ; mais non l’italien Malpighi, qui dans son Anatome plantarum (1675) parle des utricules (utriculi, diminutif du latin uter « outre » ou utérus « ventre »). Signalons enfin que Grew emploie aussi le terme de vésicule (latin vesicula, diminutif de vesica « vessie »). Quoi qu’il en soit, depuis les découvertes de ces trois grands fondateurs de l’anatomie végétale, les botanistes du xviiie siècle admettent l’existence d’un tissu cellulaire (contextus cellulosus) des plantes, mais il s’agit d’un tissu particulier que Bulliard (Dictionnaire élémentaire de Botanique, 1783) définit comme « un assemblage de petites outres ou de vésicules jointes bout à bout », le mot s’appliquant spécialement à « la partie de l’écorce qui est entre l’enveloppe cellulaire et le liber ». Nous sommes donc loin d’une théorie de la cellule comme unité élémentaire des organismes végétaux. C’est pourquoi A. Richard, dans ses Nouveaux éléments de botanique (1833), distingue deux « modifications du tissu élémentaire des végétaux », à savoir le tissu cellulaire ou utriculaire, et le tissu vasculaire ou tubulaire, auxquels il ajoutera (Dictionnaire universel d’Histoire Naturelle de D’Orbigny, article Anatomie végétale, 1841) le tissu fibreux ou ligneux.

12Cependant, dès 1800, dans son Traité de Physiologie végétale, le grand botaniste Mirbel reprenait le mot cellule, mais en lui donnant une valeur nouvelle, qu’il précise dans son Traité d’Anatomie et de Physiologie végétale (1802) : tous les tissus végétaux sont formés d’un seul et même tissu membraneux continu, creusé de cavités ou cellules de formes diverses. Et dans sa Théorie de l’organisation végétale (1809), il affirme que « les tubes et les vaisseaux des plantes ne sont que des cellules très allongées ». Étendant à l’organisation animale les vues de Mirbel, le biologiste allemand Gruithuisen, dans son Organozoonomie (1811), soutient que chaque cavité médullaire des os est une cellule élargie. En 1822, Blainville, dans son Organisation des animaux, n’admet plus qu’un seul élément anatomique générateur, qui est le tissu cellulaire. C’est pourquoi Auguste Comte, fortement influencé par Blainville, comme nous l’avons vu, soutiendra dans les leçons du Cours de Philosophie positive consacrées à la biologie, que « l’unité fondamentale du règne organique exige... que tous les tissus élémentaires soient rationnellement ramenés à un seul tissu primitif ». Mais cette « exigence » n’était encore que philosophique ; ce sont les botanistes, à la pointe de la recherche biologique, qui s’emploient à la vérifier. En 1826, dans les Mémoires du Muséum, Turpin publie une Organographie microscopique, élémentaire et comparée des végétaux, ou Observations sur l’origine et la formation primitive du tissu cellulaire, sur chacune des vésicules composantes de ce tissu considérées comme autant d’individualités distinctes ayant leur centre vital particulier de végétation et de propagation... Ce long titre est assez éloquent, mais le signifié du mot cellule n’était pas encore fondamentalement modifié : du sens de « unité d’un tissu végétal particulier dit cellulaire » on n’était pas passé au sens de « unité organique élémentaire ». Mirbel, cependant, n’en était pas loin, quand il publie ses Recherches anatomiques et physiologiques sur le Marchantia Polymorpha (1831-1832), où il arrive, selon A. Richard, « à l’un de ces grands résultats qui marquent une époque nouvelle dans une science » (Op. cit., p. 25) ; les différents organes de la plante commencent par être une simple cellule, et « la forme tubuleuse (des vaisseaux) n’est qu’un caractère accidentel ». C’est cependant Schleiden qui, en dépit d’interprétations reconnues plus tard comme erronées, allait donner la première théorie vraiment moderne de la cellule, dans ses Beiträge zur Phytogenesis (1838), sur lesquels nous reviendrons un peu plus loin.

13Car il faut, auparavant, voir si les travaux sur la cellule animale étaient aussi avancés. Dès 1824, Dutrochet écrivait, dans ses Recherches sur la structure intime des animaux et des végétaux : « Tout dérive évidemment de la cellule dans le tissu organique des végétaux, et l’observation vient de nous prouver qu’il en est de même chez les animaux. » Et en 1837, dans son Mémoire pour servir à l’histoire anatomique des végétaux et des animaux, il affirme que tous les tissus organiques des animaux sont composés de cellules, que « tous les organes des animaux ne sont véritablement qu’un tissu cellulaire diversement modifié ». Mais Dutrochet, moins bon observateur en zoologie qu’en botanique, n’apportait pas vraiment la démonstration de sa thèse. C’est Schwann qui, l’année suivante, établissait la théorie de la cellule animale sur de solides observations, dans ses Mikroscopische Untersuchungen, publiées quelques mois après l’ouvrage de Schleiden sur la cellule végétale. Tous deux étaient donc conjointement les créateurs de ce que Valentin appelait dès 1839 la Zellenlehre, ou en français théorie cellulaire. Restait à expliquer (ce que Schwann faisait de façon inexacte) la Zellenbildung ou formation des cellules, ces découvertes ultérieures entraînant, bien entendu, un nouvel apport lexical.

14Quant à la cellule elle-même, le botaniste anglais R. Brown avait découvert qu’elle contenait un « noyau » qu’il appela nucléus (1833), mot qui en latin classique signifiait « noyau, partie interne ». Sur cette base, les biologistes construiront de nombreux mots : Schwann isole dans le noyau un corpuscule qu’il nomme nucleolus (1838), diminutif de nucléus, en français nucléole (1844). Ce qui est propre au noyau sera dit nucléaire (1857) ; la cellule sera nucléée ou polynucléée (1904) ; les biochimistes nommeront la nucléine (1882 ; allemand 1881, Zacharias), les acides nucléiques (1897 ; allemand 1889, Altmann), et les nucléoprotéides (1904). Parallèlement, Schleiden, ne retenant pas le terme de Brown, appelait en 1838 le noyau cytoblaste, mot qui combinait deux formants qui devaient être particulièrement productifs. En effet, cyt(o)-, en position initiale, et -cyte, en position finale, du grec кύτο kutos « cavité, alvéole », vont être porteurs du signifié « cellule » dans de très nombreux mots comme cytoplasme (1873 ; allemand 1862, Kölliker), cytode (1873 ; allemand 1862, Haeckel), cytologie (1888). Au sujet de ce dernier, notons que sa création relativement tardive est due à l’existence d’un terme dont se contentaient les biologistes, à savoir histologie ; attesté en français en 1826, le mot avait été créé en allemand par Mayer en 1819, du grec ìστóς histos « métier à tisser, tissu » (l’usage métaphorique de ce mot remontant à l’expression contextus cellulosus que nous avons citée plus haut). Quant à la forme -cyte, elle permettra de nommer diverses cellules caractérisées par le formant initial, comme leucocyte (1855), myélocyte (1868, Robin), lymphocyte (1902), etc. Pour ce qui est du formant -blaste, Schleiden lui donnait un sens voisin de son étymon grec βλαστός blastos « germe », le noyau étant comme le germe de la cellule. Mais -blaste sera repris plus tard avec un signifié plus précis de « cellule-mère », dans des mots comme ostéoblaste (1872 ; allemand 1864, Gegenbaur) ou neuroblaste (1897 ; allemand 1889, His).

15La substance constitutive de la cellule vivante, dans le monde animal, fut d’abord désignée du nom que Dujardin (Ann. des Sc. Nat., 1835) avait donnée à la « substance glutineuse » des Infusoires, à savoir le sarcode « indiquant qu’elle forme le passage à la chair proprement dite » (grec σαρκώδης sarkôdês « charnu »). D’ailleurs Dujardin, reprenant aux minéralogistes le terme de vacuole, l’appliquait, à la même date, aux cavités qui se creusent dans le sarcode. Mais sarcode allait être peu à peu abandonné : Mohl créait en allemand le mot protoplasma (1846), sur le modèle du grec πρωτόπλαστος prôtoplastos « façonné le premier », qui désignait le premier homme dans la Bible des Septante. Dès 1846, il expliquait en français, dans un Mémoire « Sur le mouvement du suc à l’intérieur des cellules » (Ann. des Sc. Nat.) que c’est le protoplasma qui « fournit les premiers matériaux pour la formation du nucléus et de l’utricule primordial ». Le succès de ce mot (dont la forme française protoplasme est attestée en 1873) s’explique sans doute par la disponibilité du second formant -plasme, qui va « représenter » protoplasme. En effet le protoplasme cellulaire, en dehors du noyau, sera appelé cytoplasme par Kölliker (V. plus haut). Les constituants cytoplasmiques seront considérés comme baignant dans le hyaloplasme (1885 ; allemand 1877, Pfeffer), et divers granules cellulaires seront rapportés à un ensemble appelé par Garnier ergastoplasme (1897). En position initiale, plasm(o)- donnera plasmode (1869 ; allemand 1863, Cienkowski), plasmolyse (1894 ; allemand 1874, De Vries), etc.

16Les remarquables progrès du microscope, tout au long du xixe siècle, allaient permettre de décrire (et de nommer) les éléments figurés de la cellule. On distinguera les mitochondries (1901 ; allemand 1897, Benda ; du grec μίτος mitos « fil » et χονδρίον khondrion, diminutif de χόνδρος khondros « grain »), de forme variable (chondriosomes et chondriocontes, 1911 ; allemand 1902, Benda), dont l’ensemble constitue le chondriome (1911 ; allemand 1907, Meves) ; les plastides (1882, Schimper) ou plastes (1883, A. Meyer), dont les plus importants sont les chloroplastes (« élaborateurs de chlorophylle ») et les chromoplastes (« élaborateurs de pigments »), l’ensemble constituant le plastidome (1918, Dangeard) ; dans l’appareil de Golgi, des dictyosomes (1910, Perroncito) ; dans les vacuoles (v. plus haut) du système vacuolaire (ou vacuome, 1919, Dangeard), des membranes que De Vries appelle tonoplasmes (1885), plus tard contestées ; dans l’ergastoplasme, divers granules appelés provisoirement microsomes (1880, Hanstein), dont la nature ne sera précisée qu’au xxe siècle (liposomes, ribosomes, etc.). En dehors de ces constituants cytoplasmiques, l’observation du noyau fera découvrir une substance particulièrement sensible aux colorants basiques, appelée de ce fait chromatine (1882, Flemming), et, constitués essentiellement de cette substance, les chromosomes (1891 ; allemand 1888, Waldeyer), dont nous reparlerons dans la quatrième partie.

17Si on ne considère plus la cellule et le noyau au repos, mais en division, on constate l’apparition de divers phénomènes (et de certains organites) que les biologistes vont également nommer. Schleiden et Schwann avaient mal compris le mode de formation des cellules. Les recherches ultérieures de nombreux biologistes conduisirent à reconnaître que toute cellule naît de la division en deux d’une cellule antérieure (omnis cellula e cellula, dira Virchow en 1858). Mais cette division s’opère par des processus extrêmement complexes, qui ne furent vraiment connus que vers 1880 après les travaux de Strasburger en botanique et de Flemming en anatomie animale. On distinguera deux modes de division : indirecte, appelée karyokinèse (1886 ; allemand 1878, Schleicher) « mouvement du noyau » (du grec κάρυον karuon « noix, noyau »), ou encore mitose (1893 ; allemand 1882, Flemming) « formation de filaments » ; ou directe, appelée amitose (idem). La première s’opère en 3 phases, que Strasburger appellera prophase, métaphase et anaphase (1884), auxquelles Heidenhain ajoutera une télophase (1894). Dans la prophase, un rôle dynamique est assuré par un organite que Boveri appellera le centrosome (1888), autour duquel rayonnent un ensemble de filaments constituant l’aster (1883, Fol), et l’on voit souvent les chromosomes se dédoubler en chromatides (1900, Mac Clung). A la métaphase, le chromosome laisse apparaître divers granules, dont nous laisserons de côté la dénomination, souvent fluctuante, puisque par exemple ce que nous appelons aujourd’hui le centromère n’a pas reçu moins de 27 noms différents ! Nous ne dirons rien non plus des noms proposés pour divers types de mitoses (notamment chez les protistes), car ils ont rarement fait l’unanimité des biologistes. Nous signalerons seulement qu’ils sont pour la plupart postérieurs à la période qui nous occupe. Pour l’amitose, elle n’a pas donné lieu à un vocabulaire sensiblement différent de celui que nous avons décrit pour la mitose. Il n’en est pas de même pour le phénomène complexe qui s’oppose à la division simple, indirecte ou directe, puisqu’il est constitué par deux divisions successives. Décrit par Guignard sous le nom de réduction chromatique (1899, d’après une expression allemande de Strasburger), il sera aussi appelé méiose (1913 ; anglais 1905), du grec μείωσις meiôsis « diminution ». Dans la division méiotique la plus complexe (dite hétérotypique, 1909), les biologistes reconnaîtront une prophase dont ils nommeront les divers stades, selon l’aspect présenté par les chromosomes, en utilisant un même formant final -tène (1910 ; allemand 1900, Winiwarter ; du grec ταινία tainia « bandelette »), c’est-à-dire « à filaments », le formant initial adjectival servant à les caractériser : leptotène, zygotène, pachytène, diplotène.

18Nous dirons peu de chose de ce qu’on appelle aujourd’hui l’appareil cinétique de la cellule, parce qu’il s’agit de découvertes et d’un vocabulaire postérieurs à la période ici considérée. Notons cependant que l’élément essentiel de cet appareil, dit cinétosome, semble bien avoir été identifié dès 1906 par Fauré-Frémiet ; il dit en effet (C.R.Ac. des Sc., t. 142, p. 58) que « pendant l’état cinétique, c’est-à-dire au moment de la division du sphéroplaste » (mot créé par lui, mais abandonné), intervient un corpuscule qu’il appelle kinosome, mais, ajoute-, t-il, « l’existence de ce kinosome demande encore une certaine confirmation ». Naturellement, les biologistes de cette période, en parlant des centrosomes (qui sont aussi des cinétosomes), des flagelles, des cils, etc., n’ignoraient pas cet aspect « cinétique », mais sans le rapporter encore à une « cinétide » spécifique de la cellule.

19On reviendra plus loin sur la cellule et les chromosomes, mais vus sous un angle particulier, en étudiant le vocabulaire des recherches sur l’hérédité qui aboutissent à la constitution de la génétique.

II) L’évolution

20Quand en novembre 1859 (1re traduction française, 1862) parut le livre mémorable de Darwin, De l’origine des espèces, « qui, comme un éclair, illumina le camp de la biologie classique plongé dans les ténèbres » (Haeckel), la nouveauté n’était pas dans la notion même d’évolution ou de transformation des espèces et des êtres vivants. Comme le dit encore Haeckel, deux raisons expliquent l’immense retentissement de l’ouvrage : la première, c’est que Darwin « a mis à profit, dans la plus ingénieuse des combinaisons, un trésor inouï de matériaux empiriques, accumulés depuis cinquante ans, qui lui a fourni une démonstration en règle de la théorie de la descendance », et la seconde, « c’est qu’il a complété cette théorie par une autre, à lui propre, la théorie de la sélection naturelle ».

21Nous ne referons pas, après tant d’autres, l’histoire des précurseurs de Darwin. Nous présenterons seulement quelques remarques préliminaires d’ordre lexical, touchant évolution et évoluer.

22Le mot évolution, n’a, du xvie à la fin du xviiie siècle, d’autre acception que spatiale (il est notamment du domaine militaire). En effet les naturalistes qui au xviiie l’emploient, en latin ou en français, comme Haller ou Bonnet, lui conservent une valeur spatiale : leur « théorie de l’évolution », rappelons-le, opposée à celle de l’épigenèse(1651, Harvey), c’est-à-dire de la « formation additionnelle », implique qu’il y a « déroulement » (latin evolvere « dérouler ») ou « déploiement » d’un germe préexistant, épanouissement d’un embryon préformé ; d’ailleurs, en 1831 encore, le Dictionnaire de Botanique de Lecocq et Juillet définit évolution par « épanouissement des fleurs, déroulement des feuilles et de divers organes ». Cette théorie (à laquelle C.F. Wolff devait porter les premiers coups dans sa Theoriagenerationis de 1759) n’a donc de commun que le nom avec ce qu’on appellera après Darwin théorie de l’évolution. Mais bien avant qu’on emploie cette dernière expression, le mot avait pris une acception moderne d’ordre temporel, que l’évolution affecte l’individu ou l’espèce.

23En effet, cette évolution dont parle Haller, même s’il s’agit pour lui d’un développement « de parties déjà existantes sans qu’il s’y mêle aucune nouvelle création » n’en présente pas moins une série de phases successives, qui supposent un déroulement temporel. Comme il l’écrit dans son ouvrage Sur la formation du cœur du poulet... (Lausanne, 1758), « les changements de ce principal organe », s’ils « ne sont que superficiels », néanmoins « naissent de sa structure primordiale par des degrés successifs qui sont une preuve pour l’évolution » (, t. II, p. 172). L’embryologie va donc imposer un nouvel usage du mot. Ainsi Serres, discutant précisément l’ouvrage précité de Haller, dira : « Appliquez au mécanisme de son développement les lois de la formation des autres muscles, et vous verrez le cœur, primitivement si simple, parvenir par une série d’évolutions très remarquables, à la structure compliquée qu’il présente chez les mammifères et les oiseaux » (Anatomie comparée du cerveau... Paris, 1824, Discours préliminaire). De même pour l’encéphale, qui traverse les stades poissons, reptiles, oiseaux, mammifères, Serres nous invite à « parcourir cette grande évolution » (Ibid.). L’acception moderne du mot dérive donc des recherches d’embryogénie. Alors que Lamarck n’emploie jamais le mot, ni dans sa Philosophie Zoologique (sauf une fois, « certaines évolutions de parties », glosé par « épanouissements de certaines portions »), ni dans sa grande Introduction à l’Histoire des animaux sans vertèbres (1815), et ceci tout en exposant clairement des thèses transformistes, le terme va surgir tout naturellement lors du grand débat entre Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire en 1830. Ce dernier, dans ses Principes de Philosophie Zoologique discutés en mars 1830 au sein de l’Académie Royale des Sciences (Paris, Pichon et Didier, 1830), reproduit, comme très fidèle à sa pensée, un résumé donné par le National du 22 mars, où le journaliste écrit notamment : « L’homme, considéré dans son état d’embryon, dans le sein de sa mère, passe successivement par tous les degrés d’évolution des espèces animales inférieures. » C’était en effet parfaitement exprimer la théorie de Serres et de Geoffroy, que liait d’ailleurs une vieille amitié. Ainsi, par un singulier retournement, ce mot même d’évolution, admis par les tenants de l’évolution et de la préexistence des germes (à laquelle, selon Geoffroy, Cuvier a toujours cru), allait être, trente ans avant Darwin, le maître-mot des contestataires des thèses fixistes (ainsi Fr. Gérard, dans ses articles Espèce et Géographie zoologique [1844 et 1845] du Dictionnaire de D’Orbigny).

24Quant au verbe évoluer (dont aujourd’hui nous pourrions pourtant difficilement nous passer...), il est beaucoup plus tardif (Hapax, xvie). Sa première acception est également d’ordre spatial. Le Trévoux de 1771 le définit ainsi : « T. de Mar. Faire exécuter des mouvements à un ou plusieurs vaisseaux, à une armée navale. » Cependant tous les dictionnaires postérieurs le donnent pour intransitif, « faire des évolutions », en parlant d’un vaisseau. Comme terme de biologie, et à valeur temporelle, il semble apparaître pour la première fois sous la forme pronominale. On lit dans l’article de Fr. Gérard que nous venons de mentionner (Géogr. zool., 1845) : « Il y a donc dans la nature organique un développement ascendant des formes dans les types qui s’évoluent dans chaque groupe, du simple au complexe, évolution qui se répète dans chaque petit groupe en particulier, et se retrouve jusque dans l’individu. » Cet emploi s’explique sans doute par l’attraction de formes comme se développer ou se transformer. C’est dans un texte de 1852 de Proudhon (La Révolution Sociale, 6e éd., Paris, Garnier, p. 103) qu’on trouve un des premiers exemples de l’emploi intransitif moderne : « ... certains esprits, plus zélés que prudents, ont essayé de faire évoluer, comme ils disent, le monument désormais achevé du génie chrétien. » Un peu plus tard, les discussions passionnées soulevées par les thèses de Darwin vont contribuer à installer solidement cet emploi. Ainsi Robin utilisera évoluer en exposant la doctrine de l’évolution et de ce qu’il appelle l’éνolutilité. On le trouve en 1874 dans la traduction de l’Histoire de la création de Haeckel, etc. Quant à la théorie elle-même, on la qualifiera de darwinienne (1869), ou on l’appellera darwinisme (1869) ; on parlera du transformisme (1869) et des transformistes (1869), par référence au second titre du livre de Darwin, Des lois de transformation des êtres organisés ; en 1873, on formera évolutionnisme et en 1874 évolutionniste sur évolution.

25Les diverses sciences de la nature et les recherches biologiques, secouées par le transformisme, vont connaître un nouvel essor et enrichir leur vocabulaire. L’embryologie (1753, « traité du fœtus »), avait déjà repris sa marche dans les années 20 ; en Allemagne, avec Meckel et Pander (qui introduit en 1816 le terme de blastoderme, attesté en 1824 en français), en France avec Serres (qui crée en 1824 embryogénie et embryonnaire). Les recherches de Dumas et Prévost, en 1824 et 1825, sur l’œuf des batraciens puis sur les ovaires de la chienne, celles de Purkinje, qui découvre et nomme la vésicule germinative (1825), préparent la découverte de l’œuf des mammifères en 1827 par Von Baer, qui publie les résultats de ses travaux dans sa grande Entwickelungsgeschichte der Thiere (1828-1837). Le point sur toutes ces recherches sera fait dans le grand article intitulé ovologie (1834, Velpeau et Breschet), où Duvernoy résume ses cours de 1841-1844 au Collège de France pour le Dictionnaire de D’Orbigny (1847, t. IX, pp. 280-353). En dehors de l’exοgénie (circonstances extérieures indispensables au développement de l’œuf), il distingue l’ovogénie (changements dans la composition de l’œuf durant l’incubation), l’embryogénie (changements que le germe éprouve de sa première manifestation à l’éclosion), et enfin l’organogénie (qui étudie ces changements considérés cette fois dans les divers organes). Pour l’ovogénie, il consacre les termes de sillonnement du vitellus, de segmentation (dès 1842, Serres) de la sphère vitelline, de feuillets du blastoderme (auxquels on donnera plus tard des noms divers, en particulier ectoderme, mésoderme et endoderme, 1853, Allman) ; pour l’embryogénie, ceux de corde dorsale (qu’Owen appellera notochorde en 1855), de bande primitive (Von Baer) ou ligne primitive (1843, Serres), d’aire germinative (1841, Bischoff), d’aire transparente et aire opaque (Id.) ; pour l’organogénie, celui de blastème (employé d’abord par Mirbel en 1815 à propos de l’embryon végétal). Tout ce vocabulaire sera enrichi dans les années 40 à 60 par les histologistes ; citons en effet Kölliker : « Reichert, Vogt, Remak et moi, avons tenté de rassembler les matériaux de l’histologie embryogénique » (Éléments d’histologie humaine, trad. fr. 1856, p. 5). L’étude de l’embryon éclaire l’histogénie (1839 ; all. 1824, Heusinger) : ainsi, à un moment du développement des tissus embryonnaires, apparaît le tissu qu’on va appeler conjonctif (1856 ; all. Gewebe der Bindesubstanz, Bindegewebe, 1845, Reichert), en remplacement de tissu cellulaire, expression devenue impropre.

26Mais c’est avec le transformisme que le vocabulaire de l’embryologie va particulièrement se renouveler. Ce sera surtout l’œuvre de Haeckel, d’abord dans la deuxième partie (Allgemeine Entwickelungsgeschichte) de sa Generelle Morphologie der Organismen (1866), puis dans son grand mémoire de 1874, Die Gastraea-Theorie (qu’on appellera en France théorie de la gastrula). Utilisant systématiquement la forme féminine du suffixe diminutif latin -ulus, sur le modèle du mot planula formé par Dalyell dès 1847, il désignera les divers stades du développement embryonnaire en ajoutant à ce terme ceux de morula et de gastrula (1872 ; fr. 1874), d’après lesquels sera un peu plus tard formé blastula (1876). De ces mots dériveront des mots comme gastrulaire, gastrulation, planulation et blastulaire (attestés en 1893). C’est également à Haeckel que l’on doit la théorie du coelome (1866 ; fr. 1874), complétée et précisée par les frères Hertwig (Die Coelom-Theorie, 1881), comme celle de la gastrula par Metschnikoff (Embryologische Studien..., 1886). Parmi les auteurs qui ont introduit des termes nouveaux, citons également Foster et Balfour (avec somatopleure et splanchnopleure, 1875 ; fr. 1877), Balfour (avec alécithe et télolécithe, 1875 ; fr. 1880 ; à alécithe, jugé impropre, Prenant substituera oligolécithe, 1888), Huxley (avec blastomère, 1877, d’où macromère et micromère, 1893). Nous ne pouvons tout citer ; sans parler de très nombreux termes qui ont été plus tard abandonnés...

27Une théorie plus générale, et à incidences philosophiques, sortira du darwinisme. On va rapprocher (comme Serres, nous l’avons vu, l’avait tenté, mais sur des bases encore fragiles), développement de l’individu et développement de l’espèce. En 1864, le zoologiste Fritz Müller, dans une brochure intitulée significativement Für Darwin (1864), énonce que « l’histoire de l’évolution individuelle est une répétition courte et abrégée... de l’histoire de l’évolution de l’espèce ». Haeckel s’empare de cette « loi de Müller » dont il fait la « loi biogénétique fondamentale », qu’il explicite ainsi : « L’histoire de l’évolution paléontologique des organismes, que l’on peut appeler histoire des familles organiques ou phylogénie se relie de la façon la plus importante et la plus remarquable avec l’autre branche de l’histoire de l’évolution organique, celle qui s’occupe de l’individu, l’ontogénie... En résumé,... l’ontogénie est... une récapitulation... de la phylogénie, conformément aux lois de l’hérédité et de l’adaptation aux milieux » (Histoire de la création des êtres organisés..., trad. fr. 1874, 1re leçon). C’est ce que développent les leçons 12 à 24 de cet ouvrage, où la géologie, la paléontologie, l’embryologie, la morphologie etc. viennent à l’appui de son « histoire généalogique des organismes ». Haeckel parle de ce qu’il appelle les protistes (1866 en ail. ; fr. dès 1873), parmi lesquels les monères (1868 en ail. ; fr. dès 1873), puis passe de là au règne végétal (il introduit de nouvelles dénominations, notamment dans sa classification des algues, chlorophyceae, phaeophyceae, rhodophyceaé), pour en arriver au règne animal, des « animaux primaires » à l’homme, auquel il découvre des ancêtres invertébrés (prochordata) et vertébrés (les pithecanthropi précédant immédiatement l’homme). De cette répétition de la phylogénie par l’ontogénie, les naturalistes vont passionnément chercher des exemples : Müller avait donné celui de la comatule ou antedon, Haeckel celui de l’amphioxus (1842, Yarrel), qui est célèbre ; des centaines d’autres seront signalés, chez les fissurelles, chez des tuniciers, des amphibiens etc. considérés dans leur état larvaire. A noter d’ailleurs que le mot larve, qui désignait depuis Linné l’état de l’insecte au sortir de l’œuf, prend un nouveau sens, celui d’un embryon qui devient libre avant d’atteindre l’état parfait (sens auquel correspond l’adjectif larvaire, 1859). Comme l’écrit L. Roule, « l’étude de ces variations larvaires est l’une des plus précieuses pour parvenir à la connaissance de l’évolution généalogique des animaux » (L’embryologie générale, 1893, p. 229). L’axolotl, considéré longtemps comme une espèce distincte avant d’être reconnu comme la forme larvaire de l’amblystome, n’en posera pas moins, par son aptitude à se reproduire tel quel, au même titre que l’individu adulte, un sérieux problème ; ce phénomène biologique recevra le nom de néoténie (Kollmann, 1884), du grec νéoν neon « jeunesse » et -τεvεια -teneia, dans εκτένεια ekteneia « persévérance ». Il y avait donc, dans l’ontogénie, des complications (par adaptations aux milieux, notamment) qui perturbaient le parallélisme avec la phylogénie. On pouvait observer, par exemple, de nombreux cas d’accélération, où s’effaçaient les stades évolutifs ancestraux : c’est ce que Perrier et Gravier appelleront la tachygenèse (1902). Ainsi la notion de « récapitulation ontogénétique », si elle était féconde (expliquant notamment la persistance à l’état rudimentaire de certains organes transitoire des embryons), n’en devait pas moins être révisée ou nuancée ; elle s’appliquait aux organes pris en particulier plus qu’à l’ensemble de l’organisme. Aussi, à la fin de la période que nous considérons, Vialleton parlait-il d’isoschémie phylétique (1908), c’est-à-dire d’une simple identité des ébauches (grec σχήμα skhêma) des organes homologues dans un même phylum. Ceci, sans parler de l’éclairage que l’ontogénie comme la phylogénie pouvaient recevoir de l’étude des comportements des êtres vivants ou éthologie (1854, Is. Geoffroy Saint-Hilaire) et de leurs relations avec leur milieu ou écologie (1874, oecologie ; all. 1866, Haeckel).

28Les transformistes trouvèrent d’autre part des arguments dans la paléontologie (1830 ; popularisé par Pictet en 1834). En dépit de « l’insuffisance des documents géologiques » et de « la pauvreté des collections paléontologiques » que déplorait Darwin, les paléontologistes pouvaient avoir, dans certains cas, l’impression d’assister à l’évolution. A des niveaux géologiques successifs se présentaient, pour un groupe d’animaux bien défini, une série de caractères ordonnés dans un sens de complication ou de simplification. C’est ce que mettront en lumière les paléontologistes du dernier tiers du xixe siècle, ainsi en France Gaudry (Les enchaînements du monde animal dans les temps géologiques, 1883-1893), et surtout en Amérique, avec Cope et Marsh. Un des exemples les plus frappants est celui de l’évolution des équidés, à travers le tertiaire jusqu’au quaternaire (en Amérique du Nord), depuis le petit eohippus jusqu’au cheval actuel. On observera beaucoup d’autres de ces séries où la variation semble dirigée : c’est ce que Haacke exprimera par le mot orthogenèse (1893).

29Mais on demandera surtout à la paléontologie de découvrir les témoins de la transition d’une classe à l’autre, ces « variétés intermédiaires » dont parlait Darwin, et dont il reconnaissait la rareté (tout en l’expliquant). D’où l’immense intérêt soulevé par la découverte, dans le calcaire lithographique de Solenhofen, du plus ancien oiseau connu, l’archaeopteryx (1861). Des différentes opinions émises par Von Meyer, A. Wagner, R. Owen, Al. Milne-Edwards, G. Moquin-Tandon conclut prudemment que « l’archaeopteryx paraît être un oiseau dont une partie du plan organique aurait été empruntée au type saurien » (in Traité de Zoologie de Claus, 1877, p. 963). Le pont entre reptiles et oiseaux semblait établi. Gaudry, qui dans diverses publications (1862-1867) sur les fossiles de l’Attique, avait montré l’existence de formes intermédiaires, invoquera de même l’exemple de l’icthyosaurus, de l’iguanodon, du pterodactylus, etc. pour conclure que « les fossiles secondaires, qui ont tant étonné les paléontologistes par leurs singularités, établissent des liens entre les être animés, au lieu de révéler des lacunes » (Essai de paléontologie philosophique, 1896, p. 9).

30Bien entendu, le problème de la filiation de l’homme soulèvera plus de passion encore. On sait que les découvertes de Boucher de Perthes, publiées dans ses Antiquités celtiques et antédiluviennes (1847), longtemps contestées, avaient finalement été reconnues, et en 1863 le célèbre Ch. Lyell publiait The geological evidences of the antiquity of man. En France, la question du « précurseur de l’homme » est carrément posée par G. de Mortillet en 1873 devant l’Association française pour l’avancement des sciences. Appuyé par le linguiste A. Hovelacque, il affirme qu’il a existé, probablement dès le tertiaire, un être intermédiaire entre l’homme et les singes anthropoïdes actuels. Dans la Revue d’Anthropologie (15 janvier 1879), il propose de le nommer anthropopithèque. Mais apprenant que Blainville avait déjà donné ce nom à un singe anthropoïde en 1839, il proposera peu après le terme de homosimien. Il s’efforce, avec de nombreux paléontologistes, d’identifier et de classer les divers singes fossiles, auxquels seront donnés des noms significatifs : Anaptomorphus homunculus (Cope), Homunculus patagonicus et Anthropos perfectus (Ameghino), Anthropodus (G. de Lapouge) ; mais la grande découverte se situe à Java : Eug. Dubois y trouve les ossements d’un vrai « précurseur » qu’il décrit dans un mémoire de 1894, Pithecanthropus erectus, eine menschaehnliche Uebergangsform aus Java. Cette Uebergangsform renvoyait-elle à un être intermédiaire ? Un article de W. Dames dans la Deutsche Rundschau (sept. 1896) recense les opinions contradictoires de 21 auteurs de nationalités différentes ! A un être intermédiaire, 8 d’entre eux attribuent la calotte crânienne, 6 le fémur, 8 la troisième molaire, 5 la deuxième. On voit que le célèbre pithécanthrope était loin de faire l’unanimité. Ce sera en tout cas, dans la période qui nous occupe, le seul « précurseur » (nous dirions aujourd’hui préhominien) qui ait été signalé, mais n’oublions pas les découvertes de certains hominidés (1840) ou hominiens (1878 ; dès 1832, Dugès, dans un sens peu précis), dans la vallée du Neander (Neanderthal) en 1856, à Cro-Magnon en 1868, et autres lieux moins importants, ce qui conduisit De Quatrefages et Hamy (Crania ethnica, 1882) à distinguer deux races d’hommes fossiles, la race de Neanderthal (ou de Canstadt) et celle de Cro-Magnon. Les découvertes de Spy firent parler en 1886 d’une race de Spy, mais elle fut bientôt assimilée à celle de Canstadt (les auteurs de Crania ethnica préféraient cette appellation à celle de Neanderthal). Le squelette trouvé en 1888 à Chancelade amena l’anatomiste Testut à ajouter la race de Chancelade (1889). Deux squelettes trouvés dans les grottes de Grimaldi en 1901 amenèrent R. Verneau à définir une 4e race, dite race négroïde de Grimaldi. Enfin la découverte d’une mâchoire à Mauer, près d’Heidelberg, en 1907, amena le professeur Schoetensack à définir l’Homo Heidelbergensis.

31Ainsi donc la théorie de l’évolution trouvait de sérieux appuis dans les diverses disciplines biologiques. Elle devait cependant traverser une crise sérieuse quand De Vries publia Die Mutationstheorie (1901). Mais nous en parlerons dans la 4e partie de cette étude, consacrée à la théorie de l’hérédité.

III) La théorie microbienne

32Tandis que se développait, dans les différentes sciences de la nature vivante, la révolution darwinienne, une autre révolution allait bouleverser la biologie, la révolution pastorienne (1891) ; non sans interférence, d’ailleurs, entre ces deux puissants mouvements.

33Chimiste de formation, Pasteur s’était signalé à l’attention du monde savant par une série de mémoires de cristallographie publiés de 1848 à 1857 dans les Annales de Chimie et Physique : Recherches sur le dimorphisme (2 Mémoires) ; Recherches sur les relations qui peuvent exister entre la forme cristalline, la composition chimique et le sens de la polarisation rotatoire (3 Mémoires) ; Sur les propriétés spécifiques des deux acides qui composent l’acide racémique ; Sur les acides aspartique et malique ; Sur le mode d’accroissement des cristaux. Ce n’est pas ici le lieu d’en parler, sinon pour signaler que dès 1848 Pasteur avance la notion de dissymétrie moléculaire, qu’il retrouvera, comme il le dira plusieurs fois, dans ses recherches biologiques. C’est ainsi qu’il déclarera en 1874 devant l’Académie des sciences (C.R., t. 78) : « Le rôle de la dissymétrie moléculaire a été introduit également comme facteur des phénomènes de la vie, le jour où il a été constaté qu’un ferment organisé vivant faisait fermenter facilement l’acide tartrique droit et non son inverse l’acide tartrique gauche, et que des êtres vivants empruntaient à l’acide tartrique droit le carbone nécessaire à leur nutrition, de préférence au carbone de l’acide tartrique gauche. » Pasteur a toujours eu le sentiment de l’unité profonde de ses travaux. Quoi qu’il en soit, on le voit après 1854 entraîné vers la biologie par ses études sur la fermentation : appelé cette année à la Faculté des sciences de Lille, il est sollicité par des brasseurs et des distillateurs qui n’arrivent plus à obtenir des produits satisfaisants.

34Sur la fermentation, la chimie de l’époque avait peu de lumières. Le grand chimiste anglais Graham reconnaît qu’il s’agit « d’une action chimique dont on n’a pu jusqu’ici se rendre compte » (Traité de Chimie organique, trad. fr., 1843). Aussi invoque-, t-il les phénomènes de catalyse (1836, Berzélius), et l’intervention d’un agent catalytique (id.) appelé communément ferment. Il s’en rapporte là-dessus à Liebig, qui explique la fermentation par une action purement mécanique dans son Traité de Chimie organique (1839). Plus tard, le problème est repris par un jeune chimiste, Berthelot, qui publie en 1857 un mémoire Sur la fermentation alcoolique : il la considère comme un phénomène strictement chimique, assimilable à l’action de la diastase (1833, Payen et Persoz), et refuse de l’attribuer à l’intervention d’êtres vivants.

35Cette hypothèse avait en effet déjà été avancée par un savant original, Cagniard de La Tour (inventeur notamment d’une « nouvelle machine d’acoustique » qu’il avait appelée sirène en 1819). Dans un Mémoire sur la fermentation appelée vineuse (Ann. de C. et P., 1838), il écrit : « D’après mes recherches, on est conduit à penser que la fermentation vineuse résulte d’un phénomène de végétation » ; elle est « provoquée par des corps doués de vie », par des « corps organisés microscopiques très simples » ; les « globules » qu’on distingue dans la levure sont « capables de germer et de végéter dans le moût de bière pendant sa fermentation ». Nous allons retrouver ce vocabulaire dans les premiers textes de Pasteur. Les travaux qu’il mène à Lille aboutissent à la publication en 1858 d’un Mémoire sur la fermentation appelée lactique (présenté dès 1857 à l’Académie des sciences) : il y exprime son désaccord avec les théories de Berzélius, Liebig, Frémy, etc., et pense que l’agent de la fermentation est « un être vivant » et que « la fermentation lactique est aussi bien que la fermentation alcoolique ordinaire un acte corrélatif de la production d’une matière azotée qui a toutes les allures d’un corps organisé mycodermique probablement très voisin de la levure de bière. » Il souligne d’ailleurs avec prudence que cela n’est pas encore « irréfutablement démontré ».

36Il nous faut maintenant suivre pas à pas la formation du vocabulaire pastorien à travers ses multiples communications à l’Académie des sciences, recueillies dans les Comptes rendus de 1857 à 1888. La lente édification de cette biologie révolutionnaire s’accompagne bien entendu de la création d’une néologie, dont les termes nous sont aujourd’hui familiers et qu’il a toujours proposés avec une extrême circonspection. Il semble d’ailleurs répugner à mettre en circulation de nouveaux signifiants ; il préfère les emplois métaphoriques ou métonymiques de mots déjà existants, qu’il investit d’acceptions originales aisément recevables.

37Dès la fin de 1857 il présente à l’Académie ses premiers travaux Sur la fermentation alcoolique : « le dédoublement du sucre en alcool et en acide organique est un acte conclusif d’un phénomène vital, d’une organisation de globules » (C.R., t. 45). C’est le terme dont se servait Cagniard. On le retrouve, mais accompagné d’une image remarquable qui traduit ses premières expériences, dans une lettre à Dumas (C.R., t. 47, 1858) : « les globules semés dans ces conditions se développent, se multiplient et le sucre fermente ». Revenant à la levure lactique au début de 1859 (C.R., t. 48), il souligne son « aspect microscopique » et annonce une découverte capitale : « Si l’on supprime tout contact avec l’air commun, ou si on porte à l’ébullition... il ne se forme ni levure lactique, ni infusoires, ni fermentation quelconque ». Quelques mois après, nouvelle lettre à Dumas sur la fermentation alcoolique (ibid.) : « La levure formée à peu près exclusivement de globules arrivés à leur développement normal, adulte, si je puis m’exprimer ainsi, est mise en présence du sucre : sa vie recommence, elle donne des bourgeons... La fonction physiologique des globules de levure, véritables cellules vivantes » etc. Il reprend ce mot dans une nouvelle lettre (ibid.), soulignant « l’analogie offerte par les plus jeunes cellules des plantes avec les cellules de levure ». Sur ce problème des fermentations, Pasteur va faire le point dans son grand Mémoire sur la fermentation alcoolique en 1860 (Ann. de C. et P., t. 58). Il rejette les thèses de 1857 de Berthelot et rend hommage, comme à un précurseur, à Cagniard, regettant que les chimistes aient presque tous suivi Liebig.

38Mais au début de cette même année Pasteur communique à l’Académie ses premières Expériences relatives aux générations spontanées (C.R., t. 50) : il en résulte « qu’il y a constamment dans l’air des corpuscules dont la forme et la structure annoncent qu’ils sont organisés » ; sans doute s’agit-il « des germes féconds de productions végétales et d’infusoires », où Pasteur identifie notamment des bacterium (1838, Ehrenberg), des pénicillium (v. 1820, Link), des ascophora (1790, Tode), des aspergillus (1729, Micheli) etc. Un peu plus tard, dans une note De l’origine des ferments (ibid.), il précise que ces corpuscules sont « organisés à la manière des œufs des infusoires ou des spores des mucédinées » ; le ferment « est un être dont le germe vient de l’air ». Le mot germe semble alors s’imposer à Pasteur. Faisant part de ses Nouvelles expériences relatives aux générations dites spontanées (C.R., t. 51, 1860), exécutées en montagne, il montre que à mesure que l’on s’élève « le nombre des germes en suspension dans l’air diminue considérablement ». Il a dès lors le sentiment que ces découvertes vont « préparer la voie à une recherche sérieuse de l’origine de diverses maladies ». Au début de 1861, dans un texte capital, il décrit des Animalcules infusoires vivant sans gaz oxygène libre (C.R., t. 52). Comme il avait, on s’en souvient, « semé » des globules de levure, il précise maintenant que « on peut semer ces infusoires », on les voit vivre et se multiplier, mais « non seulement ces infusoires vivent sans air, mais l’air les tue ». C’est le cas, écrit-il dans ses Expériences et vues nouvelles sur la nature des fermentations (ibid.), du « vibrion de la fermentation butyrique » ; il y aurait donc « une classe d’êtres dont la respiration serait assez active pour qu’ils puissent vivre hors de l’influence de l’air en s’emparant de l’oxygène de certaines combinaisons ». Rassemblant toutes ces communications, Pasteur publie dans les Ann. de C. et P. (t. 64), un long Mémoire sur les corpuscules organisés qui existent dans l’atmosphère (1862) : les faits invoqués en faveur de la génération spontanée (ou spontéparité ou hétérogénie) sont illusoires ; il a « ensemencé dans une eau sucrée albumineuse les poussières » recueillies dans l’atmosphère ; de cet « ensemencement » sont sortis des bacterium, des torulacées, des mucédinées, des vibrions, des monades etc. ; autant d’« expériences in vitro » concluantes, et Pasteur termine en disant que tout se ramène à « la découverte des phénomènes propres à la cellule ».

39Cette même année 1862, il aborde la fermentation acétique dans ses Études sur les mycodermes (C.R., t. 54). C’est là qu’apparaît une métaphore (préparée par les emplois précédents de semer et ensemencer) qu’il propose avec précaution, mais que tous les biologistes vont reprendre : « Des diverses espèces mycodermiques, l’une des plus faciles à cultiver, si l’on me permet cette expression, est le mycoderma vini ou cervisiae » (pour le mot culture, nous verrons qu’il ne l’emploiera que plus tard, en 1876). C’est aussi dans ce texte que se dessinent les premières vues de Pasteur sur la putréfaction : « Après la mort, la vie reparaît sous une autre forme et avec des propriétés nouvelles... Les germes... commencent leur évolution... l’oxygène se fixe en masses énormes sur les substances organiques que ces êtres ont envahies ». Plusieurs communications de 1863 (C.R., t. 56) sont en effet relatives à ce problème. Quel est en particulier le rôle du « gaz oxygène atmosphérique » dans le phénomène de la putréfaction ? Il résume les vues exprimées, dès 1861, par sa célèbre distinction entre êtres aérobies et êtres anaérobies, tout en notant : « Je propose avec toutes sortes de scrupules ces mots nouveaux. » Signalons en anticipant qu’il acceptera en 1878 le dérivé anaérobiose employé par Gunning dans une communication à l’Académie (C.R., t. 87). Les années 1863 à 1865 sont consacrées par Pasteur à l’étude des vins et des procédés de conservation des vins, où il trouve la confirmation de ses théories ; mais les textes relatifs à ces problèmes n’apportent rien de nouveau du point de vue lexical ; il en est de même des communications sur la maladie des vers à soie qui s’échelonnent de 1865 à 1870 (C.R., t. 61 à 71).

40Mais, entre-temps, deux interventions de Pasteur à l’Académie des sciences montrent qu’il va étendre, tout naturellement, sa théorie des germes à l’étude des maladies. La première se situe en 1865 après une communication de Leplat et Gaillard (C.R., t. 61) sur une inoculation de charbon aux lapins réalisée sans bactéridies (1864, Davaine). On voit que Pasteur a suivi de près les recherches de Davaine, qu’il félicite d’ailleurs d’avoir renoncé à l’appellation de bactéries qu’il avait d’abord donnée aux « petits bâtonnets du sang de rate ». En tout cas ces bactéridies n’ont rien à voir avec les « animalcules ferments de la fermentation butyrique et de certaines putréfactions ». La seconde aura lieu en 1868, après deux communications de Chauveau sur la Nature du virus vaccin (C.R., t. 66), c’est-à-dire du virus de la variole vaccine (variole de la vache) ou vaccine. Chauveau introduisait des notions nouvelles ; se demandant quel était « le principe virulent du vaccin » et esquissant une « théorie générale de la virulence », il estimait que « la sérosité vaccinale n’est pas virulente, l’activité du vaccin réside dans ses granulations solides » ; il avait d’autre part constaté « l’atténuation graduelle de l’activité du principe virulent dans les cas de dilution graduellement croissante » (il inoculait du vaccin pur et, pour comparer les effets, des dilutions vaccinales). Pasteur ne pouvait manquer de souligner le « grand intérêt » de ces communications ; il croit reconnaître des « analogies entre la partie active du vaccin et la nature des organismes des fermentations », et suggère qu’on fasse les mêmes expériences sur les tubercules de la phtisie et sur la maladie charbonneuse. Notons en passant que Chauveau n’abordait pas pour la première fois ces problèmes : l’Académie lui avait décerné le prix Montyon de médecine et de chirurgie de 1865 pour ses travaux sur les relations entre la vaccine et la variole. D’autre part Pasteur n’avait pu rester indifférent à une précédente communication de Chauveau (C.R., t. 62, 1866) qui affirmait : « il n’y a pas de maladies virulentes spontanées, celles qui nous paraissent telles sont tout simplement des affections nées d’un germe virulent dont l’origine est restée cachée ».

41De 1871 à 1873 Pasteur affine sa théorie des fermentations, tout en polémiquant avec Frémy et Trécul ; mais il confie à l’Académie dès 1872 qu’il a commencé des travaux sur les organes animaux : « une voie nouvelle est ouverte à la physiologie et à la pathologie médicale » (C.R., t. 75). En 1874, commentant une communication de Gosselin et Robin, il déclare : « Si j’avais l’honneur d’être chirurgien, jamais je n’introduirais dans le corps de l’homme un instrument quelconque sans l’avoir fait passer dans l’eau bouillante et mieux encore dans la flamme » (C.R., t. 78). Et il applaudit à la communication de Guérin Sur le rôle pathogénique des ferments dans les maladies chirurgicales ; éclairé, disait-il, par les travaux de Pasteur, Guérin affirmait carrément : « Les miasmes qui portent l’infectionne sont que des ferments » (C.R., ibid.). En 1875, après un rapport de Gosselin sur la communication de Guérin, Pasteur prend la parole ; ses « observations verbales » ont quelque chose de singulièrement nouveau : « Dans l’état de santé, notre corps oppose naturellement une résistance au développement et à la vie des infiniment petits... La vie arrête la vie qui lui est étrangère. » Ces « infiniment petits », ces « organismes microscopiques », ces « proto-organismes », on ne peut plus nier qu’ils soient des « germes d’infection ». Pasteur considère que c’est « un grand honneur » pour lui que des savants comme Davaine, Guérin, Lister et d’autres aient « puisé leurs premières inspirations » dans ses travaux sur les fermentations (C.R., t. 80).

42En 1876, le vocabulaire du grand expérimentateur s’enrichit et se précise. Après une communication de Boussingault, il expose les conditions d’une « culture » de la fleur du vinaigre, le « champ de culture » approprié, les « produits de la culture », ce que peut être « une certaine culture particulière de vibrions » (C.R., t. 82). En 1877, communication Sur les germes des bactéries en suspension dans l’atmosphère et dans les eaux, où il signale que ces germes sont « d’un si petit diamètre qu’ils traversent tous les filtres » (C.R., t. 84). La même année, première Étude sur la maladie charbonneuse ; après avoir rappelé les travaux déjà anciens de Davaine et ceux plus récents de Koch sur les bactéridies, il s’exprime de manière encore plus nouvelle sur sa technique expérimentale : « Il devient facile d’avoir la bactéridie à l’état de pureté, de la cultiver hors du corps de l’animal, dans des liquides quelconques... et de la conserver indéfiniment, toujours pure, dans des cultures successives et variées, comme on cultive purs les moisissures, les vibrions et en général les divers ferments organisés » (C.R., t. 84). Les bactéridies, retenues par des procédés de filtration nouveaux, restent virulentes de culture en culture ; on observe bien « un virus à granulations microscopiques », mais que sont les virus ? leur nature « est encore obscure et mystérieuse ». Suit une nouvelle communication de 1877, Charbon et septicémie (C.R., t. 85) : les bactéridies sont des êtres aérobies, et les globules du sang « luttent pour la vie » contre les bactéridies qui prennent l’oxygène ; de même, associées à des bactéries communes, les bactéridies ne se développent pas.

43En 1878, dans La théorie des germes et ses applications à la médecine et à la chirurgie, Pasteur adopte la « nouvelle et heureuse expression introduite par M. Sédillot », à savoir le mot microbe, qui exprime en effet les deux notions pastoriennes de « infiniment petit » et de « être vivant ». Notons en passant que les savants étrangers se montreront généralement plus réticents devant un terme jugé par eux plus vulgaire que scientifique. En tout cas, en France, il ne sera guère discuté, et on en dérivera microbien (1888), microbicide (1889), ainsi que le nom d’une science nouvelle, la microbiologie (1883, Duclaux ; officialisé par Pasteur en 1888). Dans cette communication de 1878, Pasteur écrit donc : « Pour affirmer expérimentalement qu’un organisme microscopique est réellement agent de maladie et de contagion, je ne vois d’autre moyen que de soumettre le microbe... à la méthode des cultures successives. » C’est ainsi qu’il a procédé à des cultures du « vibrion septique » prélevé sur un animal mort de septicémie, et constaté que les liquides restaient « stériles » (nouvelle métaphore remarquable). Ce vibrion est anaérobie, à l’état adulte, mais non à l’état de « corpuscule-germe » (C.R., t. 86).

44Après une première communication Sur le charbon des poules (1878, C.R., t. 87), ce sera le mémorable mémoire Sur les maladies virulentes et en particulier sur la maladie appelée vulgairement choléra des poules (1880, C.R., t. 90). Nous en retiendrons surtout, naturellement, ce qui va entrer dans le vocabulaire de la biologie. « Dans la grande majorité des maladies virulentes, le virus n’a pu être isolé » (métaphore empruntée aux chimistes), « encore moins démontré vivant par la méthode des cultures ». Ces maladies s’accompagnent de « circonstances extraordinaires », notamment les faits de « non-récidive », connus depuis l’Antiquité ; et il est devenu courant de préserver de la variole par l’inoculation de la vaccine ; du moins « l’immunité persiste pendant un temps plus ou moins long » (nous reviendrons sur ce mot immunité). Pasteur poursuit : « Un milieu de culture merveilleusement approprié à la vie du microbe du choléra des poules est le bouillon de muscles de poules, neutralisé par la potasse et rendu stérile par une température de 110 à 115°. » Il essaie d’ailleurs divers « bouillons », dont un bouillon de levure de bière, qui se révèle impropre à la culture du parasite du choléra des poules. D’où l’expression bouillon de culture qui vient tout naturellement sous sa plume. L’inoculation du microbe, mortelle pour les poules, peut ne produire sur les cochons d’Inde qu’un simple abcès ; première constatation ; mais il y a mieux : « Par certain changement dans le mode de culture on peut faire que le microbe infectieux soit diminué dans sa virulence » ; inoculées avec le microbe à l’état atténué, puis avec le microbe à l’état très infectieux, les poules ne meurent pas ; il y a donc, comme dans les maladies virulentes (vaccine, variole, morve, etc.), non-récidive, immunité. « Une poule très bien vaccinée par une ou plusieurs inoculations antérieures du virus affaibli », si nous la « réinoculons », ne présentera qu’une lésion locale insignifiante. Pasteur va s’expliquer sur l’emploi nouveau qu’il fait du mot vacciner : « Qu’il me soit permis d’employer le mot vacciner pour exprimer le fait de l’inoculation à une poule du virus atténué. Cette convention étant admise », il pourra parler de même de vaccination et dire que, quand il faisait pénétrer le virus mortel par le sang, « le sang lui-même était vacciné, si l’on peut s’exprimer ainsi ». On voit donc que le sème « préservation », qui était le sème second du mot, passe au rang de sème premier au point d’oblitérer complètement le sème originel « virus ».

45Dans le second semestre de cette même année 1880, Pasteur fait plusieurs communications et sur le choléra des poules et sur le charbon (C.R., t. 91). Sachant que le charbon ne récidive pas chez les vaches et les moutons qui ont guéri, il envisage la vaccination de ces animaux (et on sait que l’année suivante le succès sera complet). Dans une lettre à Dumas, il annonce une expérience extraordinaire : les poules vaccinées pour le choléra sont réfractaires au charbon, c’est « l’immunité charbonneuse créée sur un animal au moyen d’une maladie parasitaire de tout autre nature », ce qui fait « espérer les conséquences thérapeutiques les plus importantes ». Dans l’exposé De l’atténuation du virus du choléra des poules, Pasteur révèle sa méthode de « variation de la virulence » : « dans le seul fait d’éloigner les époques des ensemencements, nous avons une méthode pour obtenir des virulences progressivement décroissantes, et finalement un vrai virus vaccinal qui donne la maladie bénigne et préserve de la maladie mortelle. » « Vrai virus vaccinal », dit Pasteur ; mais en 1881 (De l’atténuation des virus et de leur retour à la virulence, C.R., t. 92), il va dire qu’il s’agit de « préparer avec des virus actifs... des virus-vaccins de développement restreint, capables de prévenir les effets mortels des premiers », et enfin, dans son Compte rendu des expériences... (sur la vaccination charbonneuse), il en vient à employer tout simplement le mot vaccin  : « un vaccin, c’est-à-dire un virus propre à donner une maladie plus bénigne ».

46Au début de cette année 1881, c’est le premier texte sur la rage : Sur une maladie nouvelle provoquée par la salive d’un enfant mort de la rage (C.R., t. 92), où il exprime un espoir, « si la rage pouvait être attribuée à la présence d’un organisme microscopique ». C’est ce « virus rabique » qu’il étudie dans la communication Sur la rage, et, en 1882, dans Nouveaux faits pour servir à la connaissance de la rage (C.R.,, t. 95) ; tout en trouvant une confirmation de la théorie microbienne dans Sur le rouget ou mal rouge des porcs, texte complété par la vaccination du rouget des porcs (C.R., t. 97) en 1883, où il annonce une nouvelle méthode d’atténuation de la virulence, par inoculation du virus à une race puis à une autre race de porcs. Les années 1884 à 1886 sont occupées par les recherches sur la rage. Pasteur découvre que « le passage d’un virus rabique par les diverses espèces animales permet de modifier la virulence de ce virus » (C.R., 1884, t. 98). Il va rendre les chiens réfractaires par l’inoculation d’une moelle de lapin rabique, et ce sera finalement, comme on sait, l’essai du vaccin sur l’homme, la guérison de Joseph Meister. La gloire de Pasteur est à son comble ; l’Institut Pasteur est fondé en 1886, et au début de 1888 Pasteur peut présenter à l’Académie le premier volume des Annales de l’Institut Pasteur. Ce sera l’année des deux dernières communications de Pasteur, consacrées aux découvertes d’autres chercheurs. Lui-même, frappé par la maladie à la fin de 1886, cessera ses travaux et s’éteindra en 1895.

47Si nous avons cru nécessaire de suivre tout au long la carrière de Pasteur afin d’éclairer la constitution du vocabulaire de base de la microbiologie, nous ne devons pas, pour autant, négliger les travaux d’un très grand nombre de savants, suscités précisément par le besoin de contrôler et d’interpréter des découvertes qui ouvraient un champ immense à la recherche. Nous passerons sur les retombées, pourtant considérables, dans le domaine de l’hygiène et de l’asepsie (le mot stérilisation est attesté en 1884, pasteurisation en 1889). Nous retiendrons, comme sources principales de développement du vocabulaire biologique, la théorie de l’immunité et la bactériologie médicale.

48Le mot immunité n’a, du xiiie siècle jusqu’au milieu du xixe, d’autre valeur que juridique. L’emploi métaphorique qu’en ont fait les physiologistes est tardif. Nous ne l’avons pas rencontré dans le grand rapport fait par Serres en 1845 sur le concours que l’Académie des sciences avait ouvert en 1842 sur le problème de la vaccine. Il figure par contre en 1859 dans une communication faite à cette Académie par le médecin C. Faye, Recherches expérimentales sur l’immunité relativement à différents virus (C.R., t. 49), où il affirme que « l’immunité absolue ne résulte que d’une vaccination complète, c’est-à-dire dans laquelle le virus vaccin a été introduit dans l’organisme en quantité suffisante ». Le mot est évidemment courant en médecine quand Pasteur l’emploie ; mais il parle de « conférer l’immunité », de « rendre réfractaire », et non de immuniser. Le verbe apparaît en 1889. Roux l’emploie plusieurs fois dans sa communication De l’immunité au Congrès d’hygiène de Londres de 1891, ainsi que le dérivé immunisation. Quant à immunisant, il est attesté en 1897.

49Stimulés par les découvertes de Pasteur, physiologistes et chimistes vont s’interroger sur le mécanisme de l’immunité, et ceci bien au-delà même de la période qui nous occupe. Pasteur, personnellement, ne s’était pas prononcé. Il avait, dans ses communications de 1880 sur le choléra des poules, émis deux hypothèses : d’une part, il pense que le microbe « dans le corps, est sans cesse en lutte avec les cellules qui elles aussi sont des êtres aérobies toujours prêts à s’emparer de l’oxygène », mais aussi, dit-il, « on peut se rendre compte des faits de non-récidive en admettant que la vie du microbe, au lieu d’enlever ou de détruire certaines matières dans le corps des animaux, en ajoute au contraire qui seraient pour ce microbe un obstacle à son développement ultérieur » (C.R., t. 90). Il semble alors pencher vers la première, écrivant dans De l’extension de la théorie des germes (ibid.) : « Tant que les globules du sang l’emportent, c’est-à-dire s’emparent de tout l’oxygène, la vie et la multiplication du parasite deviennent très difficiles ou impossibles ; il est alors facilement éliminé ou digéré, si l’on peut dire ainsi » (l’expression sera reprise par Metchnikoff).

50Dès 1880 le débat est ouvert. Étant admis d’abord que le microbe ne détermine pas directement l’infection, mais, comme l’écrit Pasteur dans son premier texte sur la rage de 1881 (C.R., t. 92), par « l’intermédiaire d’une sorte de poison formé pendant la vie même de l’être infiniment petit », c’est-à-dire de ce qu’on va appeler des toxines (1889 ; en all. 1887), plusieurs théories de l’immunité s’affrontent. Chauveau et divers chercheurs tiennent qu’il y a « addition » d’une substance soluble « empêchante », et Pasteur avouera en 1888 (C.R., t. 106) que dès 1885 il était persuadé que le virus rabique était « accompagné de la présence de matières chimiques non vivantes pouvant déterminer l’immunité » ; la preuve en est maintenant donnée, pense-, t-il, par la fabrication des premiers « vaccins chimiques », sur la base de ces produits solubles (fin 1887, par Charrin, puis Roux et Chamberland ; début 1888, par Roux puis Gamaleia). Il semble donc qu’il y ait bien « addition » de ces substances solubles ; mais cela est loin de tout expliquer. Metchnikoff propose sa théorie des phagocytes (1883, ainsi que phagocytose), qu’il complétera par la distinction entre microphages et macrophages (1887). Théorie que Pasteur, dans sa lettre à Duclaux de décembre 1886 (Ann. Inst. Pasteur, t. I) qualifie de « très originale et si féconde » ; c’est elle que les disciples et admis de Pasteur vont défendre au Congrès de Londres de 1891. Mais ils trouveront des contradicteurs. En effet, en 1887 Fodor a découvert que le sang peut détruire certaines bactéries ; c’est la thèse du pouvoir bactéricide (1887) des humeurs, humeurs dans lesquelles Buchner décèle la présence de substances protectrices qu’il appelle alexines (1891 ; all. 1889). De leur côté, Massart et Bordet expliquent la phagocytose par des phénomènes de chimiotactisme ou chimiotaxie (1890) observés et ainsi nommés par le botaniste allemand Pfeffer en 1883. Le même Bordet montre en 1895 que l’alexine ne peut agir qu’en combinaison avec une autre substance qu’il nommera en 1899 la sensibilisatrice. Mais il fallait encore expliquer qu’on puisse reproduire la maladie infectieuse par les seules toxines. Le pouvoir antitoxique (1890) sera mis en évidence par des expériences (dès 1887 par Raynaud) de sérothérapie (1888, Richet et Héricourt). On découvre que le sérum antimicrobien contient une stimuline(1903) (qui stimule la phagocytose), et le sérum antitoxique en outre l’antitoxine (1892), rangée plus tard dans les anticorps (1899 ; all. 1898, Pfeiffer). Ehrlich découvre certaines transformations des toxines qu’il appelle toxoïdes (1897-1898), susceptibles de fixer les antitoxines.

51Ces anticorps qui apparaissent dans le sérum à la suite de l’injection d’éléments étrangers dits antigènes (1899, Lad. Deutsch, c’est-à-dire « producteurs d’anticorps » ; mot dont Bordet écrit justement qu’il s’agit d’une désignation commode, sinon très correcte étymologiquement), peuvent agir sur les antigènes par immobilisation en les agglutinant : ce sont alors des agglutinines (1899), et ces phénomènes permettent le diagnostic de certaines maladies (sérodiagnostic, 1896, Widal). Ou bien par dissolution et destruction, si ces antigènes sont des éléments figurés : ce sont alors des cytolysines (1903). Ou bien par neutralisation, en présence des toxines : ce sont alors des antitoxines. Ou enfin en les précipitant, s’il s’agit de substances albuminoïdes : ce sont alors des précipitines (1905, Bordet).

52A la fin de notre période, il apparaît que le problème de l’immunité comporte deux faces : l’immunité naturelle ou acquise contre les microbes, l’immunité naturelle ou acquise contre les toxines. Quant au mécanisme de ces différents types d’immunité, les biologistes se partagent entre la théorie cellulaire de Metchnikoff (qu’il complète par ses études sur la flore intestinale, 1910) et la théorie chimique d’Ehrlich. Mais d’ores et déjà la découverte des phénomènes d’anaphylaxie (1902, Portier et Richet) et d’allergie (1907, Von Pirket) introduit des données et des difficultés nouvelles.

53Terminons par un aperçu sur le vocabulaire de la bactériologie, notamment appliquée à la médecine. Les mots bactériologie, bactériologique et bactériologiste apparaissent dans les années 1886 à 1888. Les bactéries (1841 ; francisation de bacterium, Ehrenberg, nom spécifique en 1828, générique en 1838) ont été d’abord considérées comme des animalcules infusoires, de la famille des « vibrioniens ». Dans les années 1850-60, les botanistes les annexèrent au règne végétal, les considérant comme des champignons (sous le nom de schizomycètes), puis comme des algues (depuis Cohn), de l’ordre des cyanophycées. Pasteur en parle encore comme d’animalcules, mais ce qui compte pour lui, c’est que ce sont des « êtres organisés » ; en tout cas, c’est à la suite de ses découvertes sur leur rôle dans les fermentations, la putréfaction et les maladies infectieuses qu’elles furent l’objet d’une multitude de travaux.

54Des classifications proposées, la plus connue fut en 1872 celle de Cohn, qui distinguait quatre types de forme : le micrococcus, le bacterium, le bacillus et le spirillum. Mais de nombreux botanistes, observant dans ces types une grande variabilité, parlaient du pléomorphisme (1889 : d’abord en all.) des bactéries. Quant à leur action, Cohn les répartissait en chromogènes, zymogènes et pathogènes. Pour ces dernières, on leur attribue la production des toxines, comme nous l’avons vu, ainsi que des alcaloïdes cadavériques nommés par Selmi ptomaïnes (1873 ; en fr. 1881).

55Depuis les travaux de Pasteur jusqu’à la fin de la période que nous considérons, les découvertes de bactéries en relation avec les maladies infectieuses se sont multipliées. Les bactéries identifiées sont du type micrococcus (1867, Hallier ; fr. microcoque, 1887 ; d’où les nombreuses dénominations en -coccus des microbes de forme ronde), et du type bacillus (1872, Cohn, de vibrio Bacillus, 1786, O.F. Müller ; fr. bacille, 1883).

56En 1880, Pasteur avait découvert dans le pus un « petit vibrion pyogénique » (C.R., t. 90). C’est ce qu’on va appeler un staphylococcus (1884, Rose Rosenbach ; fr. staphylocoque, 1889), le plus important de ces staphylocoques pyogènes étant le staphylocoque doré (staphylococcus aureus). Dans ces infections à staphylocoques (staphylococcies, 1896), on observe la production de toxines, dont la leucocidine(1896, Van de Velde). Contre ces agents pathogènes (furoncle, anthrax, ostéomyélite etc.), on essaiera avec un succès inégal diverses vaccinations ou sérothérapies dites antistaphylococciques (1903). Pasteur avait également en 1880 observé un microbe dans les cas de fièvre puerpérale (ibid.). Il s’agissait cette fois du streptococcus (1874, Billroth ; fr. streptocoque, 1890) ; identifié en 1883 par Fehleisen comme spécifique de l’érysipèle, il fut trouvé, associé à d’autres microbes, dans des affections très diverses. Roger et Marmorek mirent au point un sérum antistreptococcique (1895) pour les animaux ; mais il apparut valable pour une seule race de streptocoques. D’où l’idée de le préparer à partir de plusieurs races, c’est-à-dire de faire un sérum polyvalent (1902 ; all. 1898, Denys). C’est encore Pasteur qui, avec Roux et Chamberland, avait découvert dans le mucus buccal d’un enfant mort de la rage (C.R., t. 92) un microbe dont l’inoculation se révéla mortelle pour les lapins ; on le retrouva dans les crachats des pneumoniques. Il s’agissait d’un microcoque à deux éléments (diplocoque), dont Talamon en 1883 et Fraenkel en 1884 montrèrent qu’il était l’agent de la pneumonie ; d’où son nom de pneumocoque (1889). Un autre microcoque, découvert en 1879 par Neisser dans le pus blennorragique, reçut le nom de gonocoque (1890 ; -coccus, 1879). Enfin Weichselbaum découvrit en 1887 un diplocoque responsable de la méningite cérébro-spinale, appelé un peu plus tard méningocoque (1903).

57Le mot tuberculose, qui apparaît en 1854 dans le sens assez vague d’affection à tubercules et à scrofules, prend un sens plus précis dans l’expression tuberculose des poumons (1860), qui va remplacer phtisie tuberculeuse (xviiie). C’est de cette tuberculose pulmonaire que traite Villemin quand pour la première fois, en 1865, il démontre qu’elle est contagieuse et inoculable. Mais c’est en 1884 seulement que Koch identifie et cultive le bacille de la turberculose, qu’on appellera bacille de Koch (1889). Il va appeler en 1890 tuberculine un produit de la culture de ce bacille ; mais il s’avéra plus tard que cette tuberculine, pas plus que la nouvelle qu’il obtint en 1897, n’avaient d’action curative ni préventive ; cependant elles permettaient de déceler la tuberculose : c’est ce qu’on appellera le tuberculinodiagnostic, cuti-réaction (1907, Von Pirket), ophtalmoréaction (1907, Calmette) etc. Quant aux essais de vaccin ou sérum antituberculeux (mot attesté dès 1849, en relation avec le sens ancien d’affection tuberculeuse), ils restent encore inégaux (encore que Calmette et Guérin dès 1906 procèdent à des essais sur les bovins).

58Il n’en était pas de même du sérum antidiphtérique, qui représente le premier grand succès de la sérothérapie. Découvert et isolé en 1883 et 1884 par Klebs et Löffler, le bacille diphtérique (bacille de Klebs-Löffer, 1897) fut par la suite l’objet d’un nombre considérable de recherches. Dès 1890 le sérum était mis au point, et en 1894 Roux pouvait annoncer au Congrès de Budapest de brillants résultats. Quant au bacille typhique, agent de la fièvre typhoïde, il fut découvert en 1880 par Eberth (bacille d’Eberth, 1903) ; en France, dès 1892 Chantemesse et Widal vaccinent avec succès des animaux. Un parasite de l’intestin est découvert en 1885 par Escherich : c’est le bacillus coli commuais, appelé en France colibacille (1896 ; d’où colibacillose, 1897), qui ne devient pathogène que dans certaines conditions, notamment en association avec le bacille typhique.

59En 1884, Koch découvre l’agent du choléra asiatique, qu’il appelle vibrion cholérique, auquel sa forme incurvée vaudra le nom de bacille virgule (1885). Les injections de cultures parurent aux chercheurs peu efficaces, tandis que celles de toxines étaient rapidement mortelles ; le choléra était donc une maladie toxi-infectieuse (1903). Notons que c’est en faisant des injections péritonéales à des cobayes vaccinés que Pfeiffer découvrit en 1894 le phénomène qui porte son nom. Quant au tétanos, plus nettement encore que le choléra, il apparaît dû à une intoxication ; en effet, le bacille tétanique, découvert en 1885 par Nicolaïer (bacille de Nicolaïer), végète au point d’inoculation, et c’est sa toxine qui se diffuse. Le premier sérum antitétanique fut préparé comme le sérum antidiphtérique en 1890 par Behring et Kitasato.

60Signalons, pour terminer cette rapide revue, la découverte du bacille de la peste bubonique (1894, par Yersin et Kitasato) ; du bacille pyocyanique (1891 ; de pyocyanine, 1859, Fordos) ; du bacille du chancre mou, ou bacille de Ducrey, qui l’identifia en 1889 ; du vibrion septique (1875, Pasteur), qui détermine une variété de gangrène gazeuse ; du bacillus botulinus (1895, Van Ermenghem), producteur de la toxine du botulisme (1879).

61Si la plupart des agents pathogènes relevaient de la bactériologie, d’autres furent considérés comme étant plutôt des protozoaires. Une des découvertes les plus importantes en ce domaine fut celle du responsable de la syphylis : le treponema pallidum (1905, Schaudinn), ou tréponème pâle. De même fut mis en évidence le rôle de flagellés parasites du sang, comme les trypanosomes (1843, Gruby), responsables des diverses trypanosomiases (1904, Laveran) ; les leishmanies (1907 ; leishmania, R. Ross, en l’honneur de Leishman qui découvrit en 1903 le parasite du kala-azar), responsables des leishmanioses (1907) ; l’hématozoaire de Laveran (qui le découvrit en 1880), ou plasmodium (1885), responsable du paludisme ; les piroplasmes (1901), responsables des piroplasmoses (1903, Laveran) etc. On voit en effet se développer, concernant d’abord ces hématozoaires, une science qui prend le nom de parasitologie (1886, Danilewski). Et c’est en ce domaine que se manifeste un fait lexicologique nouveau : la dénomination des maladies tend à prendre pour base le nom de l’agent pathogène, alors que traditionnellement, c’était celui de l’organe atteint (pneumonie, entérite etc.) ou d’une manifestation du mal (cirrhose, tuberculose etc.). Signalons ici une remarquable déclaration de Pasteur (Charbon et septicémie, 1877, C.R., t. 85) : « Le charbon doit être appelé aujourd’hui la maladie de la bactéridie, comme la trichinose est la maladie de la trichine » ; trichinose (1872) était en effet dérivé du nom du ver parasite appelé par Owen trichina (1836). Ce mode de dénomination sera étendu, dans les perspectives ouvertes par Pasteur, à diverses maladies infectieuses, comme nous en avons donné des exemples et surtout, bien entendu, quand il s’agira de maladies nouvellement étudiées, en particulier exotiques, imputées à un microbe spécifique.

62Pasteur avait découvert le monde microbien. L’imagination de l’homme, d’abord incrédule, devait peupler l’espace terrestre d’une infinité d’êtres ordinairement invisibles, comme le temps terrestre, depuis Darwin, devait être peuplé de millions et de millions d’années avant toute observation historique. Mais ce monde microbien allait trouver, à la fin de notre période, une frontière imprévisible, celle des virus.

63Le mot virus (« poison » en latin), attesté depuis le xve siècle, désigne d’abord comme un « venin » ou « principe d’infection » (notamment dans les maladies vénériennes). Nous avons vu que les biologistes du xixe l’utilisent dans le syntagme virus vaccin ; il est doué de propriétés virulentes, et on parle d’affaiblissement ou d’atténuation de sa virulence. Ce sont les termes qu’emploie notamment Chauveau, et Pasteur les reprendra, mais en étendant le mot virus aux propriétés pathogènes de ses divers « germes », c’est-à-dire qu’il y a plusieurs sortes de virus, mais « la nature de ces derniers, dit-il en 1877 (C.R., t. 84), est encore obscure et mystérieuse ». Plus tard, étudiant avec son fidèle collaborateur Roux ce qu’il appelle le virus rabique (qui se trouve être en effet un virus au sens moderne du mot), il est « tenté de croire à un microbe d’une petitesse infinie » (Nouvelle communication sur la rage, 1884, C.R., t. 98). Il était impossible de le voir au microscope et de le cultiver. Après la retraite de Pasteur, Roux allait pressentir qu’il s’agissait de germes d’une catégorie à part. Dans les dernières années du siècle, on s’aperçoit en effet que certains germes peuvent se définir par leur aptitude à traverser les parois les plus serrées (qui retenaient pourtant tous les microbes) des filtres de porcelaine ; ainsi ceux de la rage, de la fièvre aphteuse, de la fièvre jaune (laquelle avait été imputée à tort en 1897 à un bacillus icteroeides). D’où leur nom de virus filtrants (ou filtrables), et leur appellation, plus tardive (1921, Levaditi) d’ultravirus. Car ce n’était pas la toxine qui traversait les filtres, mais, comme le montra Beijerinck en 1898, l’agent infectieux lui-même (son expérience portait sur des germes infectieux de végétaux), qu’il qualifia d’« agent contagieux fluide vivant ». On se trouvait en présence d’« infiniment petits » nouveaux, et le Dictionnaire de Médecine de Littré-Gilbert (21e édition, 1908) signale prudemment, au mot virus, qu’on ne l’emploie que quand il s’agit de « maladies dont l’agent pathogène n’est pas connu ». D’ailleurs l’étude de ce qu’on appellera vers le milieu du xxe simplement les virus, la virologie (1953), n’a pas encore fait, comme on le sait, toute la lumière sur ces réalités que les chimistes disputent aux biologistes...

IV) Reproduction et hérédité

64Les êtres vivants se reproduisent. La conjonction des sexes est visible dans le monde animal. La sexualité végétale, pressentie par Théophraste et Pline, n’a été vraiment établie, selon Sachs (Histoire de la Botanique, trad. fr. 1892, pp. 389-403), qu’à la fin du xviie siècle par Camerarius (De sexu plantarum epistola, 1694). Mais quels sont les agents et les mécanismes de la fécondation et de l’hérédité ? C’est ce qui ne va être vraiment éclairé que dans la période qui nous occupe, au terme de laquelle se constituera une science nouvelle, la génétique (1906, Bateson). Encore faut-il souligner que c’est seulement dans la deuxième moitié du xixe siècle que les progrès seront décisifs, notamment grâce au perfectionnement du microscope optique, qui sera parfaitement au point vers 1880 (en attendant le microscope électronique des chercheurs d’aujourd’hui). En effet, vers le milieu du siècle, un des meilleurs connaisseurs des phénomènes de reproduction, Duvernoy (que nous allons retrouver plus loin), n’hésitait pas à écrire, en toute honnêteté : « L’élément mâle d’un germe, le spermatozoïde, se produit et se développe à l’âge de la propagation... Nous ignorons complètement comment cette production et ce développement ont lieu... L’élément femelle du germe, l’ovule ou l’œuf, est produit de même par un organe particulier... La formation de cet élément femelle du germe est de même pour nous un mystère... Le contact plus ou moins intime des deux éléments mâle et femelle du germe est nécessaire pour la fécondation. Que se passe-, t-il dans ce contact... ? Nous n’en savons rien. Nous pouvons seulement juger, par les produits, qu’il y a... une fusion intime entre les deux éléments du germe, pour former... ce tout harmonique... qui reproduit l’espèce de ses parents. » (Article Propagation, in Dictionnaire de D’Orbigny, t. X, 1847, p. 552).

65Nous nous intéresserons avant tout à la reproduction dite sexuée (1869, Claparède). Dès les premières lignes de l’avant-propos de son livre Les problèmes de la sexualité, paru précisément en 1913, le biologiste M. Caullery écrivait : « Point n’est besoin davantage d’insister sur la place considérable que tient, dans le domaine du conscient ou de l’inconscient, la Sexualité. »

66Notons d’abord que le mot même de sexualité est bien antérieur aux dates fantaisistes données par divers dictionnaires. On le rencontre en tout cas plusieurs fois dans la traduction française de la Physiologia Muscorum de Necker (Mannheim, 1774), qui parut en 1775 sous le titre plus général de Physiologie des corps organisés (Bouillon, Société Typographique). En particulier Necker y combat le « système de la sexualité universelle », qu’il appelle sexualisme, et ses partisans les sexualistes, car il estime que la nature, tant dans le monde végétal qu’animal, présente de très nombreux exemples d’une « génération indépendante de l’accouplement des sexes ». Prenant lui aussi position contre le sexualisme, le botaniste L. C. Richard, là où Linné parlait prudemment de cryptogamie, dira qu’il y a agamie (1801).

67Duvernoy, nous l’avons vu, appelait ovule l’élément femelle du germe. C’est un mot qu’on rencontre dans un ouvrage du botaniste allemand Kölreuter, Vorläufige Nachricht... (1761-1766 ; cf. Sachs, op. cit., p. 425) ; le mot ne semble attesté en français qu’en 1798 (d’où l’adj. ovulaire, 1820, Turpin). Dans le premier tiers du siècle, divers botanistes étudient la structure de l’ovule avant la fécondation. Relié au placenta par un funicule (1808), il comporte un micropyle (1806, Turpin) et un sac embryonnaire (1827, Ad. Brongniart). Mirbel en 1828 y distingue un nucelle, en même temps qu’il classe les ovules en orthotropes (déjà 1808, L. C. Richard), anatropes et campulitropes (nous négligeons sa nomenclature des téguments, plus tard abandonnée). Pour ce qui est de l’élément mâle, les botanistes l’avaient depuis longtemps localisé dans la « poussière séminale » (pollen, Linné) des anthères. Les grains de pollen, déjà observés au xviiie par Kölreuter et Gleichen, révèlent de nouvelles particularités. Amici découvre et nomme le boyau (plus tard tube) pollinique en 1830 ; Guillemin et Brongniart s’intéressent à la multitude de granules (1824) contenus dans chaque grain, qu’ils supposent être les agents de la fécondation, et peut-être de nature animale plutôt que végétale (opinion qu’appuie Mirbel en 1833). Les observations sur les phanérogames sont à cette date plus avancées que sur les cryptogames, où les phénomènes sexuels apparaissent encore comme douteux ; cependant on parle déjà de conidies (conidium, v. 1790, Sprengel), d’anthéridies (1841 ; antheridium, 1824, Agardh), etc., pour ne citer que des termes conservés (et précisés par la suite).

68Dans le monde animal, nous avons vu qu’en 1827 Von Baer avait découvert l’œuf des mammifères. Ici se place un fait lexical intéressant : l’extension du terme de botanique ovule. Dès 1824, Geoffroy Saint-Hilaire distinguait trois étapes du développement du fœtus des marsupiaux : l’ovule, l’œuf, l’embryon. Mais c’est plus tard que le terme se précise. Dans la traduction française de l’ouvrage de Von Baer (publié en 1827 à Leipzig sous forme d’une Lettre aux Académiciens de Saint-Pétersbourg, en latin, accompagnée en 1828 d’un Commentaire en allemand), traduction donnée en 1829 par G. Breschet, on peut lire les explications suivantes : « Les mammifères ont donc un œuf dans l’œuf... C’est pour cela qu’en faisant la description de la vésicule de De Graaf, nous nous sommes toujours servi du mot ovule, parce que la vésicule de De Graaf elle-même représente l’œuf par rapport à l’ovaire, et que de l’ovule se développe l’œuf fœtal. » Dans l’ovule donc ainsi nommé par Von Baer se distinguait une cavité intérieure que Dutrochet, dans le rapport qu’il fit à l’Académie des Sciences, identifia à ce que De Baer appelait déjà la vésicule de Purkinje (dite plus tard germinative). Cette vésicule que Purkinje avait trouvée dans l’œuf de l’oiseau fut étudiée par Coste dans l’ovule des mammifères (1834) et R. Wagner y distinguera une tache germinative (1837). Pour l’élément mâle, on sait que Ham et Leeuwenhoek avaient découvert dans le sperme animal ce qu’ils appelaient des animalcules spermatiques, dès 1677. Depuis cette date, les naturalistes, quand ils prenaient cette découverte au sérieux (en 1834, Broussais en parle comme d’un « roman dont l’invention n’est justifiée par aucun fait »), s’interrogeaient sur la nature de ces êtres étranges, et les botanistes, nous l’avons vu, tendaient à en rapprocher les granules du pollen. Cependant les progrès du microscope ne laissaient plus de doute sur leur existence ; appelés tantôt animalcules spermatiques, tantôt zoospermes, tantôt spermatozoaires, ils devaient recevoir leur nom définitif de Duvernoy : ne voulant pas se prononcer sur leur « animalité », il les nomma prudemment spermazoïdes (1840), puis spermatozoïdes (1845).

69On en était donc là vers 1840, quand la théorie cellulaire de Schleiden et Schwann, dans ses développements, vint s’emparer de la sexualité. On allait être amené à considérer ces « éléments mâle et femelle du germe » dont parle Duvernoy comme des cellules. De l’ovule animal, auquel on va rattacher les cellules des feuillets du blastoderme qui en descendent, Kölliker pourra dire en 1856 qu’il « représente une simple cellule », encore qu’il « constitue sous certains rapports un élément tout spécial » (Éléments d’histol. hum., p. 575 de la trad. fr). C’est une cellule au sens où on l’entend alors, avec sa membrane enveloppante (parfois percée d’un micropyle), son corps cellulaire (le vitellus), son noyau (la vésicule de Purkinje) auquel est appliquée généralement une formation découverte par Balbiani, dite vésicule de Balbiani (1867) puis corps vitellin (1893). De même pour le « germe » mâle : « Les cellules séminales, comme je les appelle, ont avec les spermatozoïdes des connexions intimes » (Kölliker, op. cit., p. 557). Mais la cellule-ovule, comme la cellule-spermatozoïde, que l’on appellera l’une et l’autre gamètes (1884, all. 1877, Strasburger), ne participent à la fécondation qu’au terme d’un processus qu’on appellera ovogénèse (1833) d’un côté, et spermatogénèse de l’autre (1878). A l’origine sont les cellules sexuelles primordiales ou gonocytes(1883, Van Beneden), non encore déterminées quant au sexe. Diverses phases de multiplication, d’accroissement et de maturation cellulaires vont aboutir, d’un côté (mâles) aux spermatogonies, puis aux spermatocytes, ensuite aux spermatides (ces trois mots créés par La Valette Saint-George en 1885-1886), ces dernières donnant naissance aux spermatozoïdes ; de l’autre (femelles), aux ovogonies, puis aux ovocytes (1899), lesquels deviennent finalement les ovules, après deux mitoses de maturation où l’ovocyte expulse deux globules polaires (1862, Robin). Les deux gamètes mâle et femelle seront appelés respectivement anthérozoïde et oosphère par les botanistes (1854, Thuret).

70Quant à la fécondation elle-même, si on ne pouvait douter qu’elle résultait de l’« union » des deux gamètes, elle ne commença à être vraiment connue que dans les vingt dernières années du siècle. Nous n’avons pas à en décrire tous les mécanismes, et d’autre part beaucoup de termes alors créés par des biologistes comme Fol, Hertwig, Van Beneden ne se sont pas maintenus. Notons seulement qu’après pénétration de la tête du spermatozoïde dans l’ovule, se constituent les pronucleus (1877, Van Beneden, puis Fol), mâle et femelle, et deux asters (1883, Fol) ; l’union des deux pronucleus est ce qu’on appellera avec Weismann l’amphimixie (1905 en fr.), immédiatement suivie de la première division de segmentation. Mais la segmentation appartient à l’embryologie proprement dite.

71La théorie cellulaire rendait donc bien compte de l’évolution des cellules sexuelles. Mais toute cellule était-elle apte à devenir un gamète ? Dans l’embryon se manifeste très tôt une différenciation cellulaire, et la constitution de tissus spécialisés dont proviendront les divers organes. Or les cellules sexuelles, échappant à cette différenciation fonctionnelle, restent capables de reproduire les propriétés de celles des générations antérieures. C’est à ce problème que Weismann essaie d’apporter une solution avec sa célèbre théorie (1883) des cellules germinales et des cellules somatiques (trad. fr. 1892), précisée en 1885 par la théorie de la continuité du plasma germinatif (Keimplasma) et résumée par l’opposition entre le soma (1888 ; tr. fr. 1892) et le germen.

72Si les caractères acquis par l’individu n’intéressent que le soma, et s’il y a autonomie de la lignée germinale, il faut repenser et l’évolution et l’hérédité. L’influence du milieu sur le soma, ou somation (1913, Plate), laisse inchangé le patrimoine héréditaire. C’est ce que Weismann soutient dans ses divers ouvrages, et les biologistes vont, en cette fin du siècle, s’affronter d’autant plus fortement sur ce problème de l’hérédité qu’au même moment on redécouvre, après trente années d’oubli, les travaux des botanistes Naudin et surtout Mendel qui, à des dates voisines, à l’insu l’un de l’autre, avaient mis en lumière, à partir d’expériences d’hybridation, les premières lois de l’hérédité, d’où la génétique allait sortir.

73Darwin, qui avait écrit dans son grand ouvrage que « les lois de l’hérédité sont complètement inconnues », n’avait pas eu connaissance de leurs travaux quand il publia en 1868 De la variation des animaux et des plantes sous l’action de la domestication, où il propose sa théorie de la pangénèse (sur laquelle nous reviendrons).

74A partir de 1856, et pendant plus de dix ans, Naudin adressa à l’Académie des sciences une série de communications, sur ses travaux relatifs à l’hybridité (qui lui valurent d’ailleurs un Grand Prix de Sciences physiques décerné par cette Académie). Parmi ces communications, une au moins est d’un intérêt capital ; elle date du second semestre de 1859 (C.R., t. 49), et est intitulée Observation d’un cas d’hybridité disjointe entre deux espèces de Datura (le D. levis et le D. stramonium) ; à la suite d’expériences d’hybridation systématique, il n’hésite pas à écrire : « Il me paraît bien démontré que, dans certaines catégories d’hybrides, divers traits du père ou de la mère peuvent apparaître dans toute leur pureté, soit sur un organe, soit sur un autre... Cette forme si remarquable d’hybridité me paraît mériter d’être distinguée de l’hybridité ordinaire générale par une dénomination propre : je la nommerai en conséquence hybridité disjointe. Un fait qui est encore à noter ici, c’est l’énorme prédominance du D. stramonium dans les 40 sujets hybrides issus de son croisement avec le D. levis. »

75Six ans après, en 1865, Mendel publiait le résultat de ses travaux, Versuche über Pflanzenhybriden, dans une petite revue locale, le Bulletin d’Histoire naturelle de Brno. De la constatation des mêmes faits que Naudin, il tirait une conclusion voisine, mais plus explicite et appuyée sur une loi numérique, sur le traitement statistique de grandes populations (« plus le nombre est grand, mieux sont diminués les effets du hasard ») : il y a un caractère dominant (toute la première génération) et un caractère récessif (un quart de la seconde génération). C’est ainsi que De Vries traduit les termes de Mendel dans une note à l’Académie des sciences de 1900 (C.R., t. 130) intitulée Sur la loi de disjonction des hybrides. « Pureté », « disjonction », « prédominance », on a vu que ces mots étaient déjà employés par Naudin. Cuénot reprendra les termes de Naudin et de Mendel dans une note de 1902, La loi de Mendel et l’hérédité de la pigmentation chez les souris (C.R., t. 134), en y ajoutant l’expression de « dimorphismedes descendants d’hybrides ». Enfin, Mendel attribuait à la présence de facteurs cachés l’apparition et la résurgence des caractères visibles.

76Le vocabulaire de la génétique va dès lors se constituer peu à peu. Partant du mot zygote (all. 1891, Klebahn), par lequel les biologistes désignaient le résultat de la fusion des gamètes, les premiers généticiens appelleront homozygote le produit de deux gamètes du même type, hétérozygote de gamètes dissemblables (mots attestés en fr. en 1910).

77Cela supposait qu’il y avait, inclus dans les gamètes, certains facteurs (dits très tôt mendéliens, 1904) des caractères héréditaires. Cette notion de facteurs (Cuénot restera longtemps fidèle à ce mot) était dans l’air depuis une trentaine d’années. Darwin les avait appelés pangènes (et c’est ce mot que préférait De Vries), Weismann déterminants, d’autres gemmules, mnémons, etc., jusqu’à ce que Johannsen leur donnât le nom, assurément le plus élégant, de gènes (1909 ; dès 1910 en fr.). Le même Johannsen en 1909 créera le terme de génotype, par opposition à phénotype ; en fr. dès 1910 Cuénot parle de constitution génotypique. Le phénotype ne nous donne que quelques présomptions sur le génotype d’un individu. Certains gènes en correspondance seront dits allélomorphes (1904, Pearson ; en fr. 1908) ou allèles (all. 1909, Johannsen). La plupart des biologistes considéreront alors que les supports des gènes sont les chromosomes. Dans chaque espèce, le noyau du gamète a un nombre fixe de chromosomes contenant un stock (1906) complet de gènes (noyau haploïde) ; après la fusion des gamètes mâle et femelle, l’œuf fécondé aura deux stocks complets de gènes (noyau diploïde, 1909 ; all. 1905, Strasburger), lesquels, dans l’ovogonie comme dans la spermatogonie, se retrouvent groupés par paire, avant de s’accoler au stade de la synapse (1896, Moore) ; nous avons vu les modifications successives des chromosomes dans la première partie.

78Dans ces conditions, la théorie de H. de Vries des mutations (1901), conçues comme des changements brusques et imprévisibles, semblait s’accorder mieux aux théories génétiques nouvelles qu’à une conception de l’évolution progressive sous l’action de la sélection naturelle, de l’influence du milieu, etc. Et surtout, pouvait-on encore parler d’hérédité des caractères acquis ? La mutation était un phénomène germinal, non somatique ; la variation germinale était seule transmissible. De cette contradiction devait naître un immense débat, qui reste encore ouvert, et qui en tout cas se développe bien au-delà de la période que nous considérons.

79Ouvrons ici une parenthèse pour signaler que, sien ce début du xxe siècle le mécanisme génétique de la différenciation sexuelle est établi pour l’essentiel, on ne connaît pas encore le mécanisme hormonal. Pourtant Claude Bernard a déjà découvert et nommé les sécrétions internes (1855) ; à partir de la glycogénie (1853) du foie, il étend sa conception à d’autres organes, thyroïde, surrénales, rate, etc., mais il considère que ces sécrétions contribuent surtout à maintenir l’équilibre du milieu intérieur. Brown-Sequard ira plus loin en 1889, affirmant qu’il y a sécrétion de « produits solubles » qui, par l’intermédiaire du sang, influencent les diverses cellules de l’organisme ; on sait qu’il s’injecta à lui-même des extraits testiculaires pour en faire la démonstration. Plusieurs expériences furent faites par divers savants qui observèrent l’effet de l’injection d’extraits des diverses glandes que l’on nommera alors endocrines (1897, Laguesse). En 1901 Takamine parvient à isoler une substance qu’il nomme adrénaline. En 1902-1903 Bayliss et Starling découvrent la sécrétine, et en 1905 Starling introduit la notion générale d’hormone ; et c’est aux hormones que Caullery consacre un chapitre de son livre Les problèmes de la sexualité (Paris, Flammarion, 1913), faisant état des récentes expériences de transplantation et de castration. Mais la découverte et l’identification des hormones sexuelles et des hormones gonadotropes est largement postérieure à la période que nous considérons (c’est d’ailleurs du domaine de la biochimie plus que de la biologie générale).

80Le vocabulaire que nous avons jusqu’ici décrit est relatif aux phénomènes de la reproduction et de l’hérédité dans les cas de séparation des sexes ou gonochorisme (1873, Haeckel) ; les biologistes du xixe siècle vont étudier d’autres cas. On sait que l’hermaphrodisme, par exemple, existe dans de nombreuses classes d’animaux inférieurs et généralement dans le monde végétal. Or on constatera qu’il y a des exemples nombreux de maturité successive des glandes sexuelles ou gonades (1905), le plus souvent les glandes mâles se manifestant les premières : c’est l’hermaphrodisme protandrique (1899, Maupas). On s’intéressera, d’autre part, à la parthénogénèse (1849, Owen ; mais le terme sera précisé par Siebold en 1856). On l’appellera, selon le sexe des individus parthénogénétiques, thélytoque (1872, Stedlitz ; 1878 en fr.) ou arrhénotoque (id.). Quand la parthénogenèse se produit à l’état larvaire, on parlera de paedogénèse (1865, Von Baer ; 1878 en fr.) ; les cas de réapparition de la bisexualité dans une parthénogenèse irrégulière seront étudiés par de très nombreux auteurs : Maupas découvrira en 1890 que les femelles de certains rotifères sont virginipares, mais peuvent donner naissance à des femelles fécondables, donc passer à l’état de sexupares. Quand la génération ne produit plus que des femelles, il y a spanandrie (1911, Marchal). Ajoutons que les biologistes ont eu recours à ce qu’on a appelé la parthénogénèse expérimentale (1901, Delage). Enfin le phénomène de la parthénogenèse posait, en cette fin du siècle, un problème difficile aux généticiens : sans l’apport du gamète mâle, que devenait le stock des chromosomes ?

81Terminons par le vocabulaire relatif à la reproduction asexuée (1866, en remplacement de asexuel, 1836). On distinguera la fissiparité (1837, trad. de Burdach, Physiologie) ou scissiparité (1855) ou schizogonie (1893) ; la gemmiparité (1837, trad. Burdach) ou blastogénèse (1913), particulièrement remarquable chez les colonies de zooïdes (1859, Allmann ; fr. 1877), où elle peut se combiner avec la reproduction sexuée. Notons que la gemmiparité sera aussi appelée gemmation (1874, trad. de Haeckel). Enfin on parlera de reproduction par spores, ou sporogonie (Haeckel, op. cit.) ; notons à ce sujet que le mot spore, attesté en 1817 en français (latin scient, fin xviiie, Acharius), et du reste précédé par sa variante sporule (1808 ; latin scient, fin xviiie, Hedwig), aura un sens assez fluctuant, suivant les découvertes faites sur la sexualité (ou la non-sexualité) de telle ou telle classe de cryptogames ou de protozoaires. De la reproduction asexuée seront naturellement rapprochés les phénomènes de régénération, qui depuis les remarquables observations de Tremblay sur les « polypes d’eau douce » (1744) avaient depuis longtemps retenu l’attention des naturalistes.

82Enfin l’alternance entre reproduction sexuée et reproduction asexuée, chez divers animaux et végétaux inférieurs, fut découverte en 1819 par le naturaliste Chamisso (plus tard connu comme poète) ; il l’observa, au cours de son voyage autour du monde, chez certains tuniciers. C’est ce que Steenstrup appela en 1842 la Generationswechsel, mot que Van Beneden traduit en 1847 par génération alternante ; d’autres appellations seront proposées, comme métagénèse, 1851, Owen, ou généagénèse, 1862, Quatrefages. Dans le cas de génération alternante, comme le dit Claus (Traité de zoologie, trad. fr. 1877), « l’espèce n’est plus liée à un seul individu, mais à un ensemble de trois générations successives issues l’une de l’autre (animal sexué, grand-nourrice, nourrice) ». Une note de Moquin-Tandon signale que « en France on n’emploie pas ces noms de nourrice, grand-nourrice, etc., proposés par Steenstrup et adoptés en Allemagne ; on suit plus généralement la nomenclature de M. Van Beneden. Ainsi on se sert des trois termes de scolex, de strobile et de proglottis pour indiquer les trois états de larve agame, d’animal parfait mais composé d’organes multiples, et d’animal reproducteur ». Parallèlement à ces recherches des zoologistes, les botanistes s’intéressaient au cycle évolutif de certains cryptogames, présentant cette alternance régulière de générations. C’est ce que mirent en évidence en particulier Hofmeister et Strasburger, lequel distingua le sporophyte et le gamétophyte (1899 en français). Au premier stade, la reproduction se fait par spores, au second par gamètes. Ainsi la spore de la fougère, en germant, donne un prothalle (1846), sur lequel se forment les organes mâles ou anthéridies (1841 ; antheridium, 1824, Agardh), et femelles, ou archégones (1842 ; archegonium, 1835, Bischoff) ; l’archégone contient l’oosphère que fécondera l’anthérozoïde issu de l’anthéridie. La fougère que nous voyons est un sporophyte ; au contraire ce qui nous apparaît des mousses est le gamétophyte, sur lequel va se développer un sporogone (1884 ; sporogonium, 1876, Stahl), producteur des spores qui germeront au sol.

Note méthodologique et bibliographique

831) Persuadé que lexicologie des sciences et histoire des sciences sont indissociables, nous avons cru bon, plutôt que de donner de fastidieuses listes de mots, de replacer les principales unités du vocabulaire de la biologie dans une suite de faits intéressant l’histoire de cette science. Mais, bien entendu, ce n’est pas l’histoire de la biologie que nous avons prétendu faire.

842) Le lecteur s’étonnera peut-être que nous n’ayons donné que quelques rares indications étymologiques, pour des mots importants ou d’interprétation difficile. Mais, en dehors de notre souci de ne pas surcharger le texte, il nous a paru inutile de répéter ici ce que nous avons déjà dit ailleurs : nous nous permettons de renvoyer à notre Dictionnaire des structures du Vocabulaire savant (1980 ; 3e éd. 1984 ; Éditions Le Robert) où nous avons essayé de faire une description morphosémantique, aussi systématique que possible, de plusieurs milliers de formants.

853) Nous ne dresserons pas un catalogue de tous les ouvrages que nous avons consultés ; on a pu voir que beaucoup d’auteurs sont cités dans le cours de notre exposé, et cela nous semble suffisant. Nous dirons seulement que la plus grande partie de notre information a été puisée dans des publications scientifiques originales, parmi lesquelles :

86Les Annales de Chimie et Physique, 1789 et suiv.

87Les Annales des Sciences Naturelles, 1824 et suiv.

88Les Annales de l’Institut Pasteur, 1887 et suiv.

89Les Comptes rendus de l’Académie des sciences, mine inépuisable, que nous avons consultés pour les années 1840 à 1919, et systématiquement pour les travaux de Pasteur ainsi que pour les 20 dernières années de cette période.

90Les Comptes rendus de la Société de Biologie, 1850 et suiv.

Le vocabulaire de la psychiatrie

  • 1 Leuret, p. 137. On trouvera les références citées dans la bibliographie placée à la fin de cette ét (...)

91En 1880, la psychiatrie, mieux connue sous l’appellation de médecine mentale1 n’a pas cent ans, du moins en tant que branche à part entière de la médecine. Jusqu’à Pinel en effet, les troubles mentaux étaient surtout étudiés comme des manifestations de phénomènes surnaturels, et le comportement habituel des savants à leur égard tenait plus de la chasse aux sorcières que de la recherche systématique d’une thérapeutique appropriée. Premier en France à briser, en 1793, les chaînes des aliénés de Bicêtre, Pinel expose dans sa Nosographie philosophique (1798-1818) les fondements mêmes de la psychiatrie. Dès lors les troubles mentaux sont vus comme les signes d’une maladie que le médecin a le devoir d’analyser et de soigner.

  • 2 J. P., p. 342.
  • 3 Vocabulaire technique et critique de la philosophie, fasc. 15, in : Bulletin de la Société français (...)
  • 4 Ibid., fasc. 16, 1913, pp. 241-242.

92Dérivé de psychiatre, le terme même de psychiatrie est attesté pour la première fois dans le Complément du Dictionnaire de l’Académie de 1842, mais ne pénètre que lentement dans la littérature médicale. Dumas par exemple use encore en 1905 du syntagme de pathologie mentale2. Beaucoup plus tard, la Société française de philosophie enregistre pathopsychologie « partie de la psychologie qui étudie les faits psychiques présentant un caractère morbide », différente de la psychopathologie « partie de la pathologie qui étudie les maladies de l’esprit »3, à côté de psychologie pathologique « étude des fonctions psychiques par l’observation des anomalies qu’elles présentent chez les aliénés, les névropathes, etc. ». Quant à la pathologie mentale (quelquefois appelée aussi psychopathologie), elle a pour objet, selon les mêmes sources, « de constituer des types cliniques, d’en suivre l’étiologie et l’évolution, et d’en préparer la thérapeutique, tandis que le but essentiel de la psychologie pathologique est de déterminer entre les phénomènes des rapports ou des lois élémentaires, qui soient valables, selon le principe de Claude Bernard, aussi bien pour l’état normal que pour l’état morbide » 4.

  • 5 pp. 52, 153, 289, 366.
  • 6 p. 189.
  • 7 D.D.L., t. 8.
  • 8 F. Raymond, Enc., 1907, t. 2, n° 1, p. 14.
  • 9 D.D.L., t. 8.
  • 10 Robert, Supplément (1966, 0.2).
  • 11 Leuret, p. 85.
  • 12 Leuret, pp. 133, 167, 391.
  • 13 A. Antheaume et L. Parrot, Enc., 1906, t. 1, p. 21 ; E. Dupré, R. Charpentier, Ibid., p. 29 et p. 3 (...)
  • 14 Leuret, pp. 148, 182, 184, 275, 307, 395.
  • 15 Leuret, p. 373.

93Pour désigner le spécialiste, il est clair que Leuret et Blondel par exemple préfèrent respectivement médecin d’aliénés5 et psychopathologue6, à psychiatre daté pourtant par Bloch et Wartburg de 1802. Plus souvent encore on continue, au mépris de la terminologie spécifique, à emprunter au domaine de la neurologie, notamment neurologiste attesté en 1896 dans le sens de « psychiatre »7, neuropathologie8 et neuropathologique9 attestés pour la première fois dans le sens de « psychiatrie », « psychiatrique », respectivement en 1890 et en 189610. Quant à la désignation de l’« hôpital psychiatrique » (le terme lui-même ne sera retenu que beaucoup plus tard, en 1937), on le désigne de façon très générale par hospice11, maison de santé12, des termes volontairement équivoques comme établissement ou infirmerie spécial(e)13, ou tout simplement maison d’aliénés14, et même à l’occasion maison destinée au traitement des maladies mentales15.

  • 16 1901.
  • 17 Ribot, p. 5.
  • 18 Janet, t. 1, p. VII.

94Apparemment peu enclins à innover, les auteurs avouent cependant leur difficulté à s’exprimer d’une façon claire avec des termes qui ne le sont pas. Ainsi dans le Nouveau Larousse illustré, le Dr. Ph. Poirrier ne parvient à définir folie que comme un faux synonyme d’aliénation mentale qui le recouvre en fait. Remarquant que « les idiots, les imbéciles, les déments séniles sont considérés comme aliénés sans être à proprement parler des fous » et que « certains délires partiels, comme la folie du doute, la folie religieuse, la dipsomanie sont de véritables folies ne comportant pas nécessairement l’aliénation mentale », il conclut qu’« il est impossible dans l’état actuel de la science16 de donner à ces termes des définitions précises, tant au point de vue psychique qu’au point de vue anatomo-pathologique ». Il en va de même pour états inconscients que Th. Ribot dénonce comme un « terme ambigu et demi-contradictoire, qui s’est vite répandu, qui a son équivalent dans toutes les langues, mais qui, par sa nature même trahit la période de confusion où il est né ». « Que sont ces états inconscients ? ajoute-, t-il. Les plus prudents constatent leur existence, sans essayer d’expliquer. Les téméraires parlent d’idées latentes, de conscience inconsciente : expressions tellement vagues, tellement pleines d’inconséquences que beaucoup d’auteurs en ont fait l’aveu17 ». Plus tard, chez P. Janet, on trouve encore une bonne illustration des problèmes lexicologiques qui se posent aux auteurs du début du siècle : « Les maladies qui font l’objet de cette nouvelle étude, dit-il en préface de sa célèbre étude sur les obsessions et la psychasthénie, sont [...] les impulsions, les manies mentales, la folie du doute, les tics, les agitations, les phobies, les délires du contact, les angoisses, les neurasthénies, les sentiments bizarres d’étrangeté et de dépersonnalisation souvent décrits sous le nom de névropathie cérébro-cardiaque ou de maladie de Krishaber. On voit que ces malades ont été désignés sous des noms très différents : ils sont quelquefois réunis sous le nom de délirants dégénérés, de neurasthéniques, de phrénasthéniques ; je les ai déjà souvent désignés sous le nom de scrupuleux parce que le scrupule constitue un caractère essentiel de leur pensée ou sous le nom plus précis de psychasthéniques qui me paraît résumer assez bien l’affaiblissement de leurs fonctions psychologiques18 ».

95Cette terminologie confuse et encombrée de synonymes va devoir s’accroître considérablement au service de courants nouveaux et déterminants, indépendamment même du mouvement psychanalytique, né il est vrai en 1895, mais introduit seulement en France en 1914 sous l’influence de E. Régis et A.L.M. Hesnard. Si l’on veut suivre son évolution, il faut tenir compte en premier lieu du nouveau regard qui est désormais porté sur la folie, et noter l’effort considérable qui, par voie de conséquence, tend alors à différencier et à classer les troubles. Il faut aussi rappeler les grands thèmes autour desquels se développe la recherche clinique au tournant des deux siècles, notamment les névroses et l’hystérie, l’hypnose et la suggestion, les mécanismes de la mémoire, et les troubles du langage et de la sensibilité. Toute cette effervescence des idées et des travaux s’accompagne tout naturellement, comme on le verra enfin, d’un afflux de termes nouveaux qui vont rendre la terminologie de plus en plus précise et nuancée, et étendre le champ lexicologique de la folie dans la langue littéraire et dans la langue familière de l’époque.

***

I) Un nouveau regard sur la folie...

  • 19 « Nous appelons folie cette maladie des organes du cerveau qui empêche un homme nécessairement de p (...)
  • 20 (1830-1866). D’après R. Semelaigne, t. 2, p. 168.
  • 21 1875, s.v. folie.
  • 22 Cf. Nouvelles considérations sur les rapports du physique et du moral de l’homme, Paris, 1834.
  • 23 1879, s.v. folie.
  • 24 s. v. folie.
  • 25 s. v. folie.
  • 26 Pinel, p. 39 et p. 369.
  • 27 Baruk, p. 19.

96Jusqu’au xviiie siècle, le fou n’était au fond rien d’autre qu’un individu hors de la norme19. Au xixe siècle, il est considéré avec beaucoup plus d’attention, comme quelqu’un qui vit hors de sa norme à lui, c’est-à-dire autrement que sa personnalité devrait l’inciter à le faire, et qui en vient comme dit H. Legrand de Saulle, « à différer de lui-même »20. L’état de fou, précise encore A. Franck, dans son Dictionnaire de philosophie est celui « dans lequel le moi n’est plus compos sui », où « nous devenons étrangers à nous-mêmes », où « nous sommes hors de nous »21. Cette nouvelle conception est d’ailleurs au départ l’œuvre des philosophes du début du siècle, notamment celle de Maine de Biran22. Les dictionnaires médicaux de la fin du xixe siècle soulignent cette évolution. Rappelant que « les hypothèses métaphysiques consistent à faire intervenir une cause indépendante des organes, existant tantôt en dehors de l’homme (action divine ou démoniaque), tantôt dans l’homme lui-même supposé double (corps et âme) ou triple (corps, principe vital et âme pensante) », Dechambre affirme que « la première de ces hypothèses n’appartient plus qu’à l’histoire » et « a disparu avec les derniers bûchers »23. Littré et Robin opposent les causes prédisposantes générales de la folie au nombre desquelles ils comptent « la croyance à la sorcellerie, la démonolâtrie, l’ergotisme » qui ont disparu, et les « causes prédisposantes individuelles (émotions vives, âge, mauvaise éducation) »24. En 1887, P. Labarthe rejette également dans le passé les théories sur la folie selon lesquelles « la base fondamentale, l’organe lésé est complètement perdu de vue » et se loue qu’une nouvelle étape soit désormais franchie25. Le fou n’est donc plus considéré comme un monstre, mais comme un malade qu’il faut traiter dans son corps et dans son esprit, et qu’il faut mettre en mesure de lutter contre son propre organisme. C’est dans cet esprit que Ph. Pinel pratiquait la psychiatrie morale qu’il appelle médecine morale26 et qui consiste essentiellement à parler avec le malade et à s’enquérir avant toute chose des causes psychologiques possibles de ses réactions. Ainsi peut-on dire du xixe siècle, et même si les thérapeutiques violentes ne sont pas encore tout à fait abandonnées, qu’il est le « siècle des lumières de la psychiatrie »27 : le malade mental est désormais l’objet d’une observation souvent bienveillante, en tout cas toujours attentive et minutieuse, hors de toute généralisation hâtive.

  • 28 p. 257.
  • 29 p. 280.
  • 30 Psychiatrie, Paris, Doin, p. 3.
  • 31 Cf. G. Deny, S. M., 1906, p. 441.
  • 32 Cf. G. Deny, S. M., 1906, p. 441.
  • 33 Déjerine, p. 363.
  • 34 J. Grasset, J. P., 1905, p. 112.
  • 35 Masselon, J. P., 1904, p. 525.
  • 36 J. P., 1905, p. 110.
  • 37 Ibid., p. 107.

97Tout naturellement on répugne dans les milieux médicaux à user du terme de folie, sinon en composition. En 1840 déjà, Leuret ne donnait plus guère à ce mot que son sens courant de « bizarrerie », « extravagance », dans des expressions comme débiter des folies28 ou soutenir une folie (prétendre être Napoléon)29. En 1926, Henri Codet dit de ce terme qu’il « n’a aucun sens médical défini et pourrait être supprimé du vocabulaire scientifique et clinique »30. On rejette aussi le terme de mélancolique dont on ne sait d’ailleurs plus au juste ce qu’il recouvre, et qui est presque aussi caduc que celui de maniaque31. Mais dans leur souci d’éviter des désignations devenues dépréciatives ou trop générales, les auteurs, plus ou moins habiles, leur substituent d’abord des mots ou des syntagmes tout aussi généraux, bien que quelquefois d’apparence plus savante. On trouve par exemple pour folie : aberration mentale de l’esprit, anarchie psychique, débilité psychologique générale, déraisonnement, déséquilibration psychique, désordre mental, état affectif / mentalité / pensée / psychologie morbides ; logique pathologique, névropathie, vésanie ou en épithète psycho-névropathique ; fou est remplacé par anormal (du système nerveux), en démence, infirme mental, insensé mental, minus habens, nerveux, névropathe, neuro-psychasthénique, possédé ou psychopathe. Ces termes, s’ils ne sont pas tout à fait synonymes, semblent en tout cas parfaitement interchangeables chez les meilleurs auteurs qui toutefois commencent à s’inquiéter de cette confusion et font progressivement effort pour définir les termes et délimiter leur emploi. On distingue ainsi peu à peu les paranoïaques ou « persécutés-persécuteurs » et les paranoïdes ou « persécutés-hallucinés »32, les préoccupés qui ne sont pas à proprement parler des obsédés33, les maladies psychiques qui n’entraînent l’irresponsabilité que quand elles se compliquent et deviennent mentales34. On délimite le champ de la mélancolie35. On désigne de façon précise les différentes formes observées de « folie » et l’on réserve à chacune d’elles une acception non équivoque. « Il peut y avoir, dit J. Grasset, des termes intermédiaires pour lesquels le diagnostic hésitera entre le tempérament nerveux et la névrose : c’est ce que l’on appelle le nervosisme »36 et il note plus loin : « entre l’individu froid entièrement raisonnable et responsable, et l’hystérique complètement fou et irresponsable, il y a [...] tous les termes de transition »37, qu’il devient indispensable d’identifier et donc de classer. Rappelant celles des Anciens, les classifications d’Esquirol et de Pinel proposaient déjà un cadre fondé pour l’essentiel sur les symptômes dominants : idiotie et imbécillité, lorsque les facultés morales et intellectuelles n’ont pas acquis tout leur développement ; manie, mélancolie, monomanie, lorsque ces facultés primitivement développées ont subi une perturbation plus ou moins profonde ; démence, lorsqu’elles sont affaiblies ou même anéanties par l’effet d’une sénilité réelle ou anticipée... On va désormais plus loin, subdivisant les maladies mentales en espèces ou variétés nouvelles, fondées les unes sur l’étiologie (folie par intoxication alcoolique, folie épileptique, hystérique, puerpérale, héréditaire), les autres sur l’analyse plus approfondie des symptômes (folie impulsive, instinctive, folie des actes, folie circulaire, folie des persécutions, folie avec stupeur...), ou sur la nature des lésions anatomiques (folie congestive, ischémique, pellagreuse, symptomatique...).

  • 38 Cf. Littré-Robin, 1884, et Dictionnaire des dictionnaires, sous la dir. de P. Guérin, 2e éd., 1892, (...)
  • 39 Enc., 1907, t. 1, p. 13.

98Répondant enfin aux besoins de la pratique, on divise les folies en folie commune, qui comprend le délire aigu, la folie maniaque aiguë ou chronique, la folie monomaniaque (avec ses variétés : mélancolique, religieuse, homicide,...) et la folie circulaire ou à double forme ; la folie paralytique ; la folie épileptique ; la folie hystérique ; la folie puerpérale ; la folie alcoolique. Enfin, les médecins légistes divisent avec Tardieu la folie en quatre grandes classes caractérisées, la première par la faiblesse d’esprit (déments, idiots, imbéciles, faibles d’esprit, quelquefois sourds-muets et moribonds), la deuxième par les impulsions instinctives (épileptiques, idiots et imbéciles, dégénérés et excentriques, alcoolisants, hypocondriaques, femmes enceintes), la troisième par différentes formes de délires exerçant sur les actes des influences variées (maniaques, monomanes, lypémaniaques et persécutés, fous paralytiques et somnambules), la quatrième classe comprenant la simulation de la folie38. A partir de ces cadres plus ou moins théoriques, les auteurs font peu à peu éclater les subdivisions elles-mêmes : hypocondrie, par exemple, qui recouvre dans le Littré-Robin l’hypocondrie simple, non vésanique, et l’hypocondrie vésanique, comprend pour F. Raymond « l’hypocondrie symptomatique ou cum materia, qui ne serait que l’exagération de sensations morbides réelles, et l’hypocondrie essentielle ou sine materia, laquelle ne pourrait être rattachée à aucune altération organique véritable »39.

II) Une recherche en plein essor...

  • 40 Cf. S. M., 1890, t. 10, pp. 277-279 et pp. 291-292.
  • 41 Ibid. pp. 465-466.
  • 42 Hypnose ne sera utilisé qu’une trentaine d’années plus tard.
  • 43 De la suggestion et de ses applications à la thérapeutique, 420 p.
  • 44 « L’auteur ayant remarqué une relation constante entre la sensibilité hypnotique et la faculté d’êt (...)
  • 45 Cf. Semelaigne, t. 2, p. 122 sqq.
  • 46 L’hypnose ou état de suggestibilité, Revue de l’hypnotisme, 1903, p. 298.

99Les définitions des troubles mentaux et l’organisation de leur nomenclature en pleine expansion fait donc couler beaucoup d’encre. Mais plus importantes encore pour l’évolution du vocabulaire psychiatrique sont les recherches cliniques centrées sur de grands thèmes qui, à la charnière des deux siècles, suscitent les querelles d’école, enrichissent la littérature spécialisée et animent les rencontres de savants. En 1895, Binet fonde l’Année psychologique. En 1904, G. Dumas, directeur du Laboratoire de psychopathologie à la Faculté de médecine de Paris, et P. Janet créent le Journal de psychologie normale et pathologique. 1906 voit naître l’Encéphale et l’Hygiène mentale. Le 5 août 1889, au Congrès international de médecine mentale organisé par la Société médico-psychologique, qui s’est tenu à Paris à l’occasion de l’Exposition, sous la présidence d’honneur de Calmeil, Delasiauve et Baillarger et la présidence effective de Jules Falret, est décidée la création d’un congrès annuel de médecine mentale auquel « désormais tous les médecins aliénistes des pays de langue française seraient conviés à participer »40. A ce même congrès, Voisin et Haraut rendent compte de leurs recherches sur l’hystérie, concluant notamment que « l’hypnotisme n’est pas un état pathologique » et que c’est un « moyen thérapeutique » dont on peut se servir sans risquer de nuire à la « santé générale » des malades, thèse réfutée par G. de la Tourette et Cathelinau lors de la séance du 13 décembre de la Société de biologie41. L’hypnotisme occupe en fait les esprits depuis 1866. Cette même année en effet, reprenant les études du chirurgien de Manchester J. Braid qui a introduit en 1843 le mot hypnotisme42, un médecin de campagne, A. -A. Liébeault, étudie à Nancy l’aspect psychologique de l’hypnose et la suggestion. En 1882, troublé par ces expériences, H. Bernheim, titulaire de la chaire de clinique médicale de la Faculté nouvelle de Nancy, commence à son tour à expérimenter la méthode suggestive. En 1884, il fonde avec Liébeault l’École de Nancy et expose en 1886 une théorie sur les applications possibles de la suggestion en thérapeutique43. Parallèlement, en 1882, Jean-Martin Charcot, titulaire de la chaire de clinique des maladies nerveuses, créée pour lui à la Salpêtrière où, depuis vingt ans déjà, il était chef de service, commence ses recherches sur l’hypnotisme, et en expose les premiers résultats devant l’Académie des sciences, insistant quant à lui sur l’aspect physiologique de l’hypnose et opposant à l’École de Nancy celle de la Salpêtrière. Contrairement à l’opinion généralement adoptée, il signale en outre la fréquence de l’hystérie mâle et, en 1887, publie avec P. Richer Les Démoniaques dans l’Art où il assimile « la possession à l’hystérie, les crises convulsives des démoniaques n’étant que des attaques hystéro-épileptiques ». Un an auparavant sortait le premier numéro de la Revue de l’hypnotisme expérimental et thérapeutique, où l’on peut lire notamment un compte rendu du Congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences, tenu à Nancy la même année et qui présentait de nombreuses communications et expériences sur l’hypnotisme, un article d’Ochorowicz sur l’hypnoscope44 et surtout un article de Babinsky intitulé Recherches servant à établir que certains phénomènes nerveux peuvent être transmis d’un sujet à un autre sous l’influence de l’aimant. 1889 marque une étape essentielle de la querelle : l’année de l’Exposition universelle de Paris est aussi celle du 1er Congrès international de l’hypnotisme expérimental et thérapeutique, où triomphe Bernheim. On parlera désormais de la suggestion comme d’un phénomène important découvert par Liébeault, et finalement reconnu par la Salpêtrière. Quant à Charcot, quelques mois avant sa mort, en 1893, il expose encore ses idées sur la foi qui guérit lorsque tous les autres remèdes ont échoué. Les hystériques selon lui « sont suggestibles au premier chef, soit que la suggestion s’exerce par des influences extérieures, soit surtout qu’ils puisent en eux-mêmes les éléments si puissants de l’autosuggestion »45. Deux courtes phrases résument l’importance qu’ont prise les débats sur l’hypnose dans l’histoire de la psychiatrie et de sa terminologie. L’une est extraite de la Revue de l’hypnotisme de 1897 : « Le Dr Liébeault est [...] aujourd’hui reconnu comme le créateur d’une méthode thérapeutique nouvelle, la psychothérapie » (p. 289), l’autre est prononcée par le Pr Raymond au discours d’ouverture du 2e Congrès international de l’hypnotisme : « L’hypnotisme est devenu une branche légitime de la neurologie » (p. 113). Encore faut-il s’entendre sur les termes. C’est sur ce terrain que J. Grasset relance le débat en 1903, opposant suggestion et persuasion : « Je ne puis accepter, dit-il, la définition de Bernheim quand il dit que la suggestion est l’acte par lequel une idée est introduite dans le cerveau et acceptée par lui. Alors, l’enseignement, la lecture, la conversation, les spectacles... tout est suggestion : c’est une confusion de langage »46.

  • 47 Leçons cliniques sur les maladies mentales et nerveuses (Salpêtrière, 1887-1894), recueillies et pu (...)
  • 48 « Le délire de négation », Archives de Neurologie, nos 11/12, 1882, et « Perte de la vision mentale (...)
  • 49 « Les cénesthopathies », Enc., 1907, t. 2, pp. 616-631.
  • 50 Les folies raisonnantes. Le délire d’interprétation. Alcan, 1909.
  • 51 La confusion mentale primitive. Stupidité, démence aiguë, stupeur primitive. Paris, Asselin et Houj (...)
  • 52 La Simulation de la folie. Montpellier, Coulet, Paris, Masson, 1908.
  • 53 Bégaiement et autres maladies fonctionnelles de la parole. Paris, Société d’Éditions scientifiques, (...)
  • 54 Loi selon laquelle « les manifestations qui sont les dernières en date dans l’évolution disparaisse (...)
  • 55 Paris, Alcan, 1885.
  • 56 2 vol., Paris, Alcan, 1903 ; voir, t. 1, p. 3.
  • 57 Cf. L’Automatisme psychologique, 1889.
  • 58 S. M., 1906, p. 569.

100D’autres recherches au déroulement moins spectaculaire ont eu cependant un grand retentissement à leur époque. Celles de Seglas47 qui se livre à une étude comparative des délires dans la mélancolie et des délires systématiques, signalant des délires hallucinatoires passagers et curables, au cours de la mélancolie. Celles de Cotard qui, reprenant précisément l’étude de la mélancolie, en a souligné les formes qui peuvent donner l’illusion de la démence, et en a décrit surtout les troubles cénesthésiques fondamentaux, origine des idées de négation et d’immortalité dans la douleur – connus d’ailleurs sous le nom de syndrome de Cotard48. Celles de E. Dupré et P. Camus49 sur les cénesthopathies (troubles psychiques évoluant en dehors de tout délire et lors desquels le malade éprouve des sensations anormales localisées en diverses parties du corps, plus gênantes que douloureuses). Celles de J. Baillarger sur les variétés d’hallucinations, et notamment l’hallucination de la pensée. Celles de P. Sérieux et J. Capgras50 sur les mécanismes psychologiques qui sont à la base des délires. Celles de Ph. Chaslin51 sur la confusion mentale décrite comme un état d’engourdissement psychique, d’inhibition, de pétrification, déterminé surtout par des causes biologiques. Celles de J. Mairet sur la simulation52. Celles de Chervin qui a consacré sa vie à l’étude du bégaiement et a découvert le premier son mécanisme dans une asynergie de la respiration et de la parole53. Il faut aussi faire une place toute particulière à Th. Ribot dont l’œuvre considérable a marqué les fondements de la psychopathologie en France. Auteur en 1896 de la célèbre loi de la dissolution54, il est cité pour son ouvrage sur les maladies de la personnalité55 dans la bibliographie de L.T. Morton parmi les chercheurs qui ont contribué à l’évolution des sciences médicales, avec Pierre Janet qui, dans Les obsessions et la psychasténie, met l’accent sur une notion essentielle selon laquelle « les obsessions et les phobies ne sont que le dernier terme d’une évolution pathologique assez longue qui commence par des troubles très légers de l’activité mentale »56. On doit également à P. Janet des études sur l’action pathogène du souvenir – apparemment oublié – d’événements liés à des émotions, études selon lesquelles le travail du médecin devrait consister à rechercher les souvenirs cachés derrière les rêves, le somnambulisme et les écritures automatiques57. De nombreux travaux sur les troubles du langage tiennent enfin une grande place dans la littérature médicale de la fin du siècle, et aboutissent même curieusement à une véritable querelle de langage, résumée non sans passion dans un article de P. Marie58. Jusqu’en 1863 en effet, les troubles de la parole, jamais encore étudiés scientifiquement, étaient désignés de façon globale par le terme d’alalie proposé par Franck. Le premier à étudier après autopsie les troubles de la parole par lésion localisée du cerveau, Broca, les baptise en 1861 du terme d’aphémie. Trousseau refuse cette création peut-être un peu hâtive et propose de lui substituer aphasie que lui souffle le docteur Crisafis, grec d’origine. Il se prononce d’ailleurs sans ménagement dans un article de la Gazette des hôpitaux intitulé De l’aphasie : maladie décrite récemment sous le nom impropre d’« aphémie ». La réplique de Broca, publiée en 1864 par J. Hecaen et J. Dubois est restée célèbre, mais c’est aphasie qui est devenu usuel, et l’on cite encore l’aphasie de Broca où le malade ne parle pas, comme celle de Wernicke où le malade parle mal. De l’une et de l’autre se distinguera l’anarthrie, terme réservé par P. Marie à la perte ou au trouble du langage articulé avec conservation plus ou moins complète du langage intérieur.

  • 59 Les Maladies de la personnalité, p. 13.
  • 60 J.P., 1904, p. 31.

101A côté de cette recherche, quelque peu polémique, du néologisme approprié, on note chez les auteurs une tendance fréquente à définir, parfois lourdement, les acceptions qu’ils retiennent. « Le terme inconscient, dit Ribot, peut toujours être traduit par cette périphrase : un état physiologique qui étant quelquefois et même le plus souvent accompagné de conscience ou l’ayant été à l’origine ne l’est pas actuellement »59. « La métamorphose, disent F. Raymond et P. Janet, n’est pas une idée qui se développe complètement et automatiquement, comme une suggestion ou un rêve hystérique, c’est une idée que le sujet retrouve perpétuellement en lui-même, qu’il a la manie de méditer, de développer lui-même »60. Il se fait ainsi, au fil des publications, un lent travail de recherche, spontané ou laborieux, vers une véritable terminologie de la psychiatrie.

III) Une terminologie en pleine évolution...

  • 61 F. Raymond, P. Janet, J. P., 1904, p. 35.
  • 62 P. Roy, ibid., 1905, p. 234.
  • 63 Enc., 1906, t. 1, p. 25.
  • 64 Blondel, p. 206.
  • 65 p. 79.
  • 66 p. 221.
  • 67 p. 245.
  • 68 p. 58.
  • 69 Références entre parenthèses.

102Certaines notions nouvellement révélées sont en instance de dénomination précise, certaines dénominations neuves ne semblent pas encore consacrées par l’usage : l’inadaptation sociale est encore désignée par impuissance sociale61, la dysgraphie par difficulté pour écrire62, le morphinomane par adepte de lamorphine63, et physico-moral64 précède psychosomatique. Quelques tours embarrassés dénoncent parfois la relative pauvreté de la terminologie naissante : après Leuret qui évoquait le cas de monomaniaques à demi-raisonnables65, Blondel décrit celui d’un quasi-possédé66, et fait allusion à une anxiété innominée67, Déjerine observe des troubles qui sont, dit-il, « en quelque sorte des épreintes psychiques »68. Mais ce ne sont là que rares exemples d’incurie. Un grand nombre de vocables nouveaux, la plupart comme on pouvait s’y attendre formés à partir d’éléments latins ou grecs, viennent très vite, pour un avenir plus ou moins long, conforter la terminologie de la psychiatrie. On en trouvera ici un échantillonnage relevé chez des lexicologues et lexicographes69, ou chez les auteurs eux-mêmes :

  • 70 On trouve cénesthétique dans le dictionnaire de Dechambre, 1879, (s.v. folie).

abiotrophie

1898

(Moor)

aboulie

1883

(D.D.L. 8)

aboulique

1887

(D.D.L. 8)

agrammatisme

1898

(D.D.L. 8)

alexie

1882

(D.D.L. 8)

alogisme

1913

Blondel, p. 317

anarthrie

1897

(Pt Rob. 77)

amnésique

1898

(Nouv. Lar. III.)

anamnèse

1904

Masse on. p. 527

anancasme

1903

Janet t. 1, p. 77

anorexique

1903

(T.L.F.)

aphalgésie ou haphalgésie

1891

(Marchais)

aphémesthésie

1893

(Garn. -Del. 72)

cénesthésiopathie

1905

(Garn.-Del. 72)

cénesthésique70

1900

(Pt Rob. 77)

cénesthopathie

1907

Dupré (Enc.)

cénesthopathes

1907

Dupré (Enc.)

choréophrasie

1907

(Garn.-Del. 72)

chimiothérapie

1711

(Pt Rob. 77)

cocaïnisme.

1897

(D.D.L. 8)

cyclothymie

1882

(Garn.-Del. 72)

cyclothymique

1909

(T.L.F.)

cyclothymiste

1911

Déjerine. p. 355

démentiel

1883

(T.L.F.)

dépersonnalisation

1898

(T.L.F.)

désobjectivation

1913

Blondel, p. 225

dysboulie

1909

(Garn.-D. 72)

dyslexie

1887

(Garn.-Del. 72)

dyssémie

1884

(Garn.-Del. 72)

écholalie

1890

(Pt Rob. 77)

ecphorie

1904

(Marchais)

hallucinose

1911

(Garn.-Del. 72)

hébéphréno-catatonie

1893

(Garn.-Del. 72)

hypermnésie

1890

(Pt Rob. 77)

hyperphrasie
hypophrasie

}

1907

(Garn.-Del. 72)

hyperprosexie
hypopresexie

}

1898

(D.D.L. 10)

hypnotique

1887

(D.D.L. 8)

hystérisable

1911

Grasset. p. 107

infantilisme

(D.D.L. 8)

infériorisation

1894

(D.D.L. 4)

jargonaphasie

1905

S.M. 1906, t 26 p. 70

logagnosie

1894

Garn.-Del. 72)

masochisme

fin 19es.

(Pt Rob. 77)

mediumnopathie

1904

Marie, Viollet, p. 348

mediumnique

1904

Marie, Viollet. p. 336

monoïdéisme

1887

(D.D.L. 8)

narcissisme

1894

(D.D.L. 4)

neurasthénie

1880

(Garn.-Del. 72

neurasthéniser

1911

Déjerine. p. 426

obsédable

1911

Déjerine. p. 271

obsédabilité

1911

Déjerine p 345

obséder (s’) de

1911

Déjerine. p.. 113

onirique

1904

Marie, Viollet. p. 341

palilalie

1908

(Garn.-Del. 72)

palimphrasie

1907

(Garn.-Del. 72)

paramusie

1071

(Garn.-Del. 72)

paranoïa

1913

Blondel, p. I

paranoïaque

1905

Allonnes, Juquelier, p. 122

paranoïde

1906

Klippel Lefas. p. 46

parapraxie

1077

(Marchais)

pathomimie

1908

(Garn.-Del. 72)

pithiatisme

1901

Garn.- Del. 72)

pramato-agnosie

1894

Garn.-Del. 72)

schizoïde

1912

(Pt Rob. 77)

sinistrose

1908

Garn.-Del. 72)

suggestibilité

1887

(D.D.L. 8)

suicidaire

1901

(Pt Rob. 77)

tonaphasie

1903

(Garn.-Del. 72)

typhlolexie

1906

(Garn.-Del. 72)

vigilambulisme

1892

(D.D.L. 8)

zoopsie

1896

(D.D.L. 8)

103Il est intéressant de noter ici la créativité assez impressionnante d’éléments de composition spécialisés tels que :

  • 71 A Rebours, Paris, Charpentier, 1884, 294 p.
  • 72 Sans doute hapax.
  • 73 Vocabulaire technique et critique de la philosophie, in : Bulletin de la Société française de philo (...)

auto- et hétéro-

auto-accusation

1904

Arnaud. D. 131

auto-accusateur

1906

Dupré Charpentier. p. 28

automasochisme

1905

Dumas. p. 340

auto-mutilateur

1911

Déjerine. p. 151

auto-observation

1911

Déjerine p. 25

auto-suggestible

1911

Déjerine. p. 72

hétéro-suggestible
hétéro-suggestif

}

1911

Déjerine, p. 232

auto-suggestion

1887

(D.D.L. 13)

hétéro-suggestion

1911

Déjerine p. 25

autosuggestionner

1912

(D.D.L. 7)

auto-suggestionner (s’)

1903

(D.D.L. 7)

- man -

cocaïnomane

1897

(D.D.L. 8)

cocaïnomanie

1888

(D.D.L. 8)

éthéromane

1890

(T.L.F.)

éthéromanie

1884

Huysmans p. 24371

héroïnomane

1906

(D.D.L. 9)

héroïnomanie

1906

(D.D.L. 9)

kentomanie

1911

(Garn.-Del. 72)

maniaquerie

v. 1890

(Pt Rob. 77)

médiomanes

1904

Marie, Viollet. p. 339

morphinomane

1888

(D.D.L. 8)

morphiomane

1880

(D.D.L. 8)

mythomane

1905

(Pt Rob. 77)

mythomaniaque72, adj.

1913

Blondel, p. 207

mythomanie

1905

(Garn.-Del. 72)

onomatomanie

1885

(Semelaigne, t. 2, p. 214)

opiomane

1897

(D.D.L. 8)

pyromane

1890

(Pt Rob. 77)

sitiomanie

(Garn.-Del. 72)

toxicomanie

1906

Enc., 1906, t 7 p. 21

trichotillomanie

1889

(Garn.-Del 72)

1912

(D.D.L. 7)

1912

(D.D.L. 7)

verbomaniser

1017

(D.D.L. 7)

- phob -

acrophobie

1899

(Pt Rob. 77)

1880

(Pt Rob. 77)

dysmorphophobie

1886

(Carn. Del. 72)

éreuthophobie

1896

(Carn. Del. 72)

phobie

1880

(Pt Rob. 77)

phobique

1908

(D.D.L. 8)

pathophobie

1898

(D.D.L. 8)

zoophobie

1898

(D.D.L. 8)

- phrén-

hébéphrénie
hébéphrénique

}

fin 19e

(Pt Rob. 77)

paraphrénie

1909

(Marchais)

presbyophrénie

1905

(Marchais)

schizophrénie

1911

(Garn.-Del. 72)

pseudo-

pseudo-démence

1896

(D.D.L. 8)

pseudo-hallucination

1913

(Marchais)

pseudo-œdème (catatonique)

1903

(Marchais)

- psych-

myopsychie

1902

(Marchais)

métapsychique

1905

(Marchais)

psychasthénie

1893

(Marchais)

pshychasténique

1898

(D.D.L. 10)

psychonévrose

1911

Déjerine, p. 310

psychonose

1907

(Marchais)

psychopathologie

1896

(D.D.L. 10)

psychonasticité

1911

(Marchais)

psychosensoriel

1897

(D. D. L. 10)

psychotérapie

1891

(Pt Rob 77)

psychotérapique

1894

(Pt Rob 77)

psychotique

1898

(D.D.L.. 8)

psychanalyse

1913

Lalande 73

104On note aussi quelques syntagmes nouveaux :

  • 74 Synonyme de psychose maniaque dépressive (cf infra).
  • 75 Synonyme de folie intermittente (cf. supra).

agitations forcées

1903

Janet, t. 1. p. X

apoplexie hystérique

1886

Garn.-Del.. 72

automatisme psychologique

1889

(Marchais)

autoreprésentations aperceptives

1911

(Marchais)

bouffée délirante des dégénérés

1896

(Marchais)

cécité physique

1888

(Garn.-Del. 72)

chorée variable des dégénérés

1896

(Garn.-Del. 72)

confusion émotive

1911

Garn.-Del. 72

confusion mentale

1895

(Marchais)

constitution émotive

1911

(Garn.-Del. 72)

dédoublement de la personnalité

1896

(D.D.L. 8)

délire de grossesse

1902

(Marchais)

délire d’interprétation

1909

(Marchais)

délire de(s) négation(s))

1882

(Semelaigne., t. 2. p. 238)

démence organique

1907

(Marchais)

démepce précocissime

1906

(Marchais)

folie discordante

1912

(Garn.-Del. 72)

folie intermittente74

1890

(Garn. - Del. 72)

folie raisonnante

1909

(Garn.-Del. 72)

hallucinations lilliputiennes

1910

(Marchais)

maladie des tics

1885

(Garn.-Del. 72)

méralgie paresthésique

1895

(Marchais)

neurasthénique arrivé

1911

Déjerine. p. 367

psychose hallucinatoire aiguë

1899

(Marchais)

psychose hallucinatoire chronique

1907

(Marchais)

psychose maniaque dépressive75

1899

(Garn.-Del. 72)

105Enfin les auteurs recourent volontiers aux éponymes, désignations faciles, immédiates et flatteuses :

  • 76 Ou automatisme mental.
  • 77 Ou délire de négation.
  • 78 Dans le sens de « maladie héréditaire du tissu conjonctif se manifestant par des malformations mult (...)

Alzheimer (maladie d’)

1906

(Marchais)

Apert (Syndrome de)

1906

(Marchais)

Arnold-Chiari (malformation de)

Arnold
1894
Chiari
1917

(Marchais)

Beard (maladie de)

1880

(Garn.-Del. 72)

Behr-Rorschach (test de. maladie de)

1909

(Marchais)

Bielschowsky (idiotie amaurotique de type)

1914

(Garn.-Del. 72)

Clérambault (délire oniroïde de)

1909

(Marchais)

Clérambault (syndrome de) 76

1909

Marchais

Cotard (syndrome de)77

1882

(Marchais)

Crouzon (maladie de

1912

(Marchais)

Falta (syndrome de)

1912

(Marchais)

Gélineau (syndrome de)

1880

(Marchais)

Gilles de la Tourette (maladie de)

1885

(Marchais)

Heller (démence de)

1909

(Garn.-Del. 72)

Kojewnikoff (syndrome de)

1894

(Marchais)

Korsakoff (psychose polynévritique de)

1887

(Marchais)

Kojewnikoff (syndrome mental de)

1889

(Marchais)

Kraepelin (maladie de)

1911

(Marchais)

Magnan (délire chronique de)

1892

(Marchais)

Marchiafava-Bignami (syndrome de)

1903

(Marchais)

Marfan (syndrome de)78

1896

(Marchais)

Pick (maladie de)

1892

(Marchais)

Raymond (syndrome de)

1906

(Garn.-Del. 72)

Spielmeyer-Vogt (maladie de)

Vogt
1905
Spielmeyer
1908

}

(Garn.-Del. 72)

ou

Batten-Mayou (maladie de)

Batten
1903
Mayou
1904

}

(Garn.-Del. 72)

Steinert (maladie de)

1909

(Marchais)

Tay-Sachs (maladie de)

Tay 1881
Sachs
1887

}

(Marchais)

Unverricht-Lundborg (maladie de)

Unverricht 1891
Lundborg
1903

}

(Marchais)

Wilson (maladie de)

1912

(Marchais)

  • 79 Enc., 1907, t. 2, n° 1, p. 6.
  • 80 D’après Marchais.
  • 81 D.D.L., t. 10.
  • 82 Blondel, p. 201 et p. 196.
  • 83 Cf. Littré-Robin.
  • 84 Cité par Déjerine, p. 162.

106Outre des néologismes de forme, il faut signaler des néologismes de sens, beaucoup plus difficiles à détecter et en tout cas à distinguer des simples divergences de point de vue sans répercussion directe sur le lexique. Un bon exemple en est donné par F. Raymond à propos de l’expression psycho-névrose. Elle « est, dit-il, empruntée aux psychiatres, et principalement aux psychiatres allemands. Krafft-Ebing, par exemple, range dans les psycho-névroses, la manie, la mélancolie, la stupidité et le délire hallucinatoire. Pour Schule, le groupe est infiniment plus étendu, puisqu’il renferme la mélancolie, la manie, les délires systématisés aigus et chroniques, la démence aiguë, les folies hystérique, épileptique et hypocondriaque, les psychoses périodiques, et enfin les troubles mentaux consécutifs aux diverses toxi-infections [...]. Le sens qu’avec de nombreux auteurs nous attribuons ici au mot psycho-névrose, est bien différent du sens qu’y attachent les aliénistes [...]. Nous pensons, quant à nous, que si les psycho-névroses se rapprochent par bien des points des vésanies, elles s’en distinguent par des caractères importants. Les symptômes psychiques y sont [...] moins accentués et moins constants que dans les vésanies ; le délire, notamment, n’y est qu’un épisode accidentel et transitoire, alors qu’il est de règle dans les vésanies »79. A ces termes qui changent de sens à l’intérieur même du vocabulaire de la psychiatrie s’ajoutent quelques mots empruntés au langage courant et auxquels les psychiatres donnent un sens particulier. Ainsi le dégénéré est défini pour la première fois par Magnan en 1895 comme l’« être qui, comparativement à ses générateurs les plus immédiats, est constitutionnellement amoindri dans sa résistance psycho-physique »80. Le substantif déprimé apparaît pour la première fois, pour désigner un malade « qui souffre d’une baisse du tonus psychique », en 189781. L’année suivante, émotif est proposé avec le sens nouveau de « personne chez qui domine l’émotivité », entraînant en 1913 inémotif et inémotivité82. Le cas d’aphorie enfin est assez étonnant : Deschamps, négligeant purement et simplement le sens de « stérilité féminine » qu’a ce mot depuis 186583, le choisit pour désigner « l’impossibilité de l’entraînement » du neurasthénique84.

  • 85 Cf. Marchais.

107En marge de cet afflux spectaculaire de termes et sens nouveaux, on note bien aussi quelques disparitions dues le plus souvent à l’abandon du concept correspondant. C’est le cas notamment d’hystérie de défense, concept isolé vers 1894-95 puis rejeté85. Certaines notions sont rebaptisées en fonction de l’avancement de la science. C’est notamment le sort de la démence précoce de Kraepelin, revue par Bleuler qui montre qu’il s’agit surtout d’un trouble profond de l’affectivité et du contact avec la réalité, mieux désigné par le terme de schizophrénie.

  • 86 Cf. J.P., 1904, p. 163.
  • 87 t. 26, p. 496.
  • 88 D’après Garn.-Del. 72.
  • 89 p. 256.

108On relève aussi inévitablement un certain nombre de créations éphémères que leur formation maladroite a condamnées, telles que : agnoscie formé par R. Lépine86 en 1897 sur γιγνώσκω au lieu de agnosie, terme retenu et normalement formé sur άγνωσία, attesté dans un article de P. Marie de La Semaine médicale de 190687 ; bruxomanie formé incorrectement par Marie et Pietkiewitz fils en 190788 au lieu de brycomanie qui sera retenu ; insomnique attesté chez Déjerine89, qui sera remplacé auxxe siècle par insomniaque et insomnieux.

  • 90 J.P., 1905, p. 107.
  • 91 p. 347 et p. 536.
  • 92 p. 26.
  • 93 p. 35.
  • 94 J. P., 1905, p. 341, et 1904, p. 525.
  • 95 Vocabulaire technique et critique de la philosophie, fasc. 16, in : Bulletin de la Société français (...)

109Certains termes restent un moment en concurrence. On hésite longtemps par exemple sur l’opposition des adjectifs mental, psychique et psychologique, pourtant termes de base du vocabulaire de la psychiatrie. A propos de mentallpsychique, J. Grasset dénonce la confusion de leur emploi : Pierre Janet dit-il, est « conduit à une définition [de l’hystérie] qui commence par ces mots L’hystérie est une maladie mentale. Charcot avait déjà dit L’hystérie est, en grande partie, une maladie mentale. Au même moment, Gilles de la Tourette dit Maladie psychique... Tous ces auteurs emploient donc indifféremment, comme synonymes, les deux expressions psychique et mental »90. Dans le Journal de psychologie de 1904, on trouve deux attestations de désagrégation mentale91 et dans celui de 1905 une attestation de désagrégation psychique92 et une autre de désagrégation psychologique93 sans qu’il soit possible de distinguer les emplois, non plus que dans les syntagmes arrêt mental et arrêt psychique94. A propos de psychique, il faut lire les observations des membres et correspondants de la Société française de philosophie : « Ce terme est barbare et le son en est désagréable. Paul Janet le critiquait très vivement, et faisait remarquer avec raison qu’on désigne très bien les phénomènes par l’adjectif tiré du nom de la science qui s’en occupe : on ne dit pas phénomènes géiques, mais géologiques, ni faits astriques, mais astronomiques, et ainsi de suite [...]. L’école de Cousin a toujours reculé devant psychique, et s’est contentée de psychologique, aussi admissible même dans le sens le plus étendu, que physiologique. Mais psychique a forcé la porte ; il est aujourd’hui consacré par l’usage »95.

  • 96 Garn.-Del. 72.
  • 97 Cf. R. de Gourmont (1899, 1.2).
  • 98 Leuret, p. 37.
  • 99 Cf. Leuret, p. 271.

110D’autres dénominations réussissent mal à se départager : la folie périodique est baptisée en 1899 psychose maniaque dépressive par Kraepelin et l’année suivante folie intermittente par Magnan96 ; l’insomnie est tantôt insomnie, tantôt agrypnie97 ; les idées de grandeur, tantôt des idées de grandeur tantôt des idées ambitieuses98 ; un mélancolique est indifféremment un mélancolique ou un lypémaniaque99 ; la neurasthénie, mot créé par Beard en 1880, est baptisée la même année maladie de Beard.

  • 100 « Comment on doit former les néologismes médicaux dérivant du grec », S. M., 1906, p. 615.
  • 101 R. de Gourmont (1899, 1.2), p. 35.
  • 102 R. de Gourmont (1899, 1.2), p. 37.

111Face à ce vocabulaire dont la fortune est trop récente, les médecins se font volontiers lexicologues. M. Sakorraphos dénonce « la tendance fâcheuse qu’ont certains auteurs de former des termes techniques nouveaux à l’aide d’un composé latin et d’un composé grec », d’où « une mosaïque bizarre que, selon l’illustre Littré, devrait enfin rejeter le langage médical et cela d’autant plus facilement qu’il suffit de recourir à la langue grecque pour former à volonté tous les néologismes » ; ainsi en est-il de scribomanie à quoi il propose de substituer graphomanie100. Sa requête contre phobie n’aura pas autant d’audience : « Le créateur de ce terme, dit-il, était sans doute loin d’être un helléniste. Sachant, en effet, que les mots thalassophobie, agoraphobie : θαλασσοφβία, ἀγοραφοβία, se disaient de l’appréhension de traverser les mers, les places, il a pris le mot phobia pour un substantif synonyme du mot φόβος : phobos. Or, le substantif φοβία n’existe pas plus en grec que le mot ἀλγία qui n’est employé qu’en composition au lieu de ἄλγoς. Il faut donc dire phobus, comme du reste nous disons tophus, tonus, ronchus, typhus... » Ce purisme « helléniste » n’est guère plus sérieux que la diatribe de Remy de Gourmont qui, en 1899, dénonçait le delirium graecum101 : « Les médecins de Molière parlaient latin, déplorait-il, les nôtres parlent grec. C’est une ruse qui augmente plutôt leur prestige que leur science ». Il évoque avec nostalgie les appellations populaires, telles que mal de mère pour hystérie, et s’étonne qu’on ait préféré pour « le nom médical de tête en composition » encéphale à cerveau, cervelle, « trop clairs, de trop bonne langue... »102

  • 103 J.P.., 1905, p. 27 et p. 33.
  • 104 Guillemets de l’auteur.
  • 105 J.P., 1904, p. 336.
  • 106 p. 39.
  • 107 p. 246.
  • 108 p. 262.
  • 109 Enc., 1906, t. 1, p. 23.
  • 110 Déjerine, p. 369.
  • 111 G. Dumas, J. P., 1905, p. 330.
  • 112 t. 1, p. 33 ; guillemets de l’auteur.

112Il est vrai que les termes familiers, les désignations pittoresques ont leur charme et ne manquent pas de force expressive. Dromard parle d’un cerveau misérable, ruiné, d’une conscience et d’une volonté misérables103. Marie et Viollet font remarquer qu’il n’est pas étonnant de voir des névrosés et des dégénérés « dérailler »104 à la suite de pratiques spirites105. Blondel dit d’un malade qu’il a l’esprit embarbouillé, et d’un autre qu’il est mélancolique et rassoté106. A partir d’inanition, Déjerine fabrique sans vergogne inanitié107 et, parlant des conséquences de l’insomnie, dit qu’elle détermine « cette sorte de mal aux cheveux continu qui fait le désespoir de tant de malades »108. Antheaume et Parrot parlent de rêvasseries hallucinoires109. On trouve encore des expressions comme faire beaucoup d’émotion110 ou remâcher des idées noires111, ou des formulations hardies, comme celle-ci rencontrée chez Janet : « Les malades chez qui l’on rencontre ce mécontentement de leur corps sont fort nombreux, ils forment un groupe singulier dont on ne pourrait pas soupçonner l’importance avant de les avoir fréquentés. On pourrait les appeler tous des « honteux de leur corps »112 ».

  • 113 Langage médical moderne (1974, 1.2), p. 8.
  • 114 Cf. aussi la lettre à Mme Alex. Dumas (in : Oeuvres, t. 1, Paris, Gallimard, 1960, pp. 904-905) : « (...)
  • 115 Cf. L. Bopp, Psychologie des « Fleurs du Mal », t. 4, vol. 1, 1969, pp. 144-145.

113Comme on le voit, la frontière est parfois ténue entre la langue du psychiatre et celle de son malade. Ainsi que le souligne J.-Cl. Sournia, « le vocabulaire le plus savant en apparence n’échappe pas aux influences du langage du peuple, au passé culturel, ou sociologique de la nation, à ses mythes passés ou présents [...]. Ainsi jouant l’un sur l’autre, langage savant et langage populaire s’empêchent de rester immobiles, et entraînent leur évolution réciproque »113. A l’inverse, en effet, le langage savant pénètre inévitablement dans la langue courante, véhiculé d’abord par les écrivains qui en usent largement pour décrire leur comportement ou celui de leurs personnages. On sait toute l’importance qu’avait déjà chez Nerval le vocabulaire de la psychiatrie. Aurélia, dont le sujet est la folie de son auteur, fourmille de termes qui ont trait à l’obsession et à l’idée fixe114. Bien que traitant d’autres thèmes, les Fleurs du Mal ne comptent cependant pas moins de seize attestations de folie, follement, fou ou affolé avec lesquels Baudelaire fait alterner démence, fureur, furie, furieux et furibond115.

IV) Un thème à la mode...

  • 116 J. Claretie, Les Amours d’un interne, 8e éd., Paris, E. Dentu, 1881 ; p. 124 ; en fait le thème n’e (...)
  • 117 G. de Maupassant, Un fou ? [1884] in : Contes et Nouvelles, t. 2, Paris, Albin-Michel, 1960 ; p. 97 (...)
  • 118 Cf. R. Dugan, Tra Li Li, t. XVII (1979), fasc. 2, p. 136.
  • 119 E. Zola, La Bête Humaine [1890], in : Les Rougon-Macquart, t. 4, Paris, Gallimard, 1967 (Bibl. de L (...)
  • 120 E. Zola, Le Docteur Pascal [1893], in : Les Rougon-Macquart, t. 5, Paris, Gallimard, 1967 (Bibl. de (...)
  • 121 Cf. M. Cressot, La Phrase et le vocabulaire de J. -K. Huysmans (1938, 3.2), pp. 470-478.
  • 122 L. Daudet, Les Morticoles, Paris, Fasquelle, 1956, p. 341.
  • 123 Paris, B. Grasset, 1968, p. 84 (1re éd. 1925).

114Désormais les écrivains iront plus loin encore, notamment dans la recherche du « vrai ». Alexandre Dumas fils assiste aux démonstrations de Bernheim à l’Hôtel-Dieu. Ami de Gilles de la Tourette, Jules Claretie quant à lui fréquente assidûment la salle de garde de la Salpêtrière, désireux de mieux connaître les hystériques et la suggestion, et d’en rendre compte dans ses romans où il lui arrive de citer Charcot, notamment dans Les Amours d’un interne. Certains chapitres sont de véritables cours publics de psychiatrie comme cette définition grandiloquente : « Le mot d’hystérie comporte, pour le commun des martyrs, une idée de dérèglements sensuels, comme dirait M. Joseph Prudhomme. Pas du tout. C’est plutôt un détraquement général du système nerveux. Ça a toutes les formes. Ça peut être érotique – pour donner raison au vulgaire –, ça peut être sombre, ça peut être mystique, ça peut être religieux, ça peut être tout. C’est, si vous voulez, l’exagération de tout. L’hystérique mange trop ou ne mange rien, dort trop ou ne dort pas assez, semble absorbée comme une idiote ou exaltée comme une folle ; elle aime le tapage, les couleurs violentes, les inventions romanesques, veut qu’on s’occupe d’elle, et qu’on ne s’occupe pas d’elle ; elle est en dehors de la règle commune, et le monde et le demi-monde, le théâtre, les salons, tout Paris est plein d’hystériques, dont la maladie parfaitement caractérisée, aurait besoin des soins du docteur Charcot ou de la science du docteur Fargeas. C’est même la grande maladie moderne, l’hystérie !116 ». Maupassant cite aussi Charcot dans Un fou ?117, mais plus habilement, et Zola, qui a consulté le Maître au moment de la rédaction de La Joie de vivre, en 1883, alors qu’il était lui-même en pleine dépression physique et mentale s’en inspire plus d’une fois. La description du comportement du Jacques Lantier de La Bête humaine annonce d’ailleurs étrangement les observations psychanalytiques118 : « Depuis qu’il avait quitté la chambre, avec ce couteau, ce n’était plus lui qui agissait, mais l’autre, celui qu’il avait senti si fréquemment s’agiter au fond de son être, cet inconnu venu de très loin, brûlé de la soif héréditaire du meurtre. Il avait tué jadis, il voulait tuer encore. Et les choses, autour de Jacques, n’étaient plus qu’un rêve, car il les voyait à travers son idée fixe. Sa vie de chaque jour se trouvait comme abolie, il marchait en somnambule, sans mémoire du passé, sans prévoyance de l’avenir, tout à l’obsession de son besoin. Dans son corps qui allait, sa personnalité était absente119 ». Plus tard, dans Le Docteur Pascal, écrit en 1893 d’après des détails communiqués par le Dr Motet, on relève d’autres « observations » aussi techniques et précises ; celle d’Adélaïde Fouque, par exemple : « Dès sa jeunesse, des troubles hystériques l’avaient déséquilibrée. Ardente, passionnée d’amour, secouée de crises, elle était ainsi arrivée au grand âge de quatre-vingt-trois ans, lorsqu’une affreuse douleur, un choc moral terrible, l’avait jetée à la démence. Depuis lors, depuis vingt et un ans, c’était chez elle un arrêt de l’intelligence, un affaiblissement brusque, rendant toute réparation impossible. Aujourd’hui, à cent quatre ans, elle vivait toujours, ainsi qu’une oubliée, une démente calme, au cerveau ossifié, chez qui la folie pouvait rester indéfiniment stationnaire...120 ». Suivant la voie de Zola que pourtant il accable dans les premières pages de Là-bas, Huysmans propose dans ses romans des études inspirées de documents authentiques, dont le vocabulaire est largement emprunté à la terminologie scientifique, avec une surabondance de termes médicaux, notamment psychiatriques comme autosuggestion, capricant, démonopathe, épimane, érotomanie, éthéromane, hypnose et hypnotiser, hystérie, hystérogène, hystéro-épileptique, morphinomane, nervosisme, névropathe, névrotopique, psychothérapie121. En 1894 paraissent Les Morticoles de Léon Daudet, satire violente de la médecine, où Charcot, convive habituel d’Alphonse Daudet, est représenté par Foutange, Bernheim par Boustibras, et où sont prêtés aux aliénistes des propos comme ceux-ci : « Quant [...] aux graphomanes, aux fous de l’idéal, je les enferme, dans des cadres, d’abord, dans des cages, ensuite. Je les classe, je les groupe et je les douche. Montons aux maniaques raisonnants [...]. Nos pensionnaires, à l’arrivée, sont généralement calmes. Les premières douches les rendent furieux. Ensuite ils s’apaisent peu à peu et tombent dans un gâtisme progressif. D’où trois catégories : Dégénérés, Furieux, Gâteux122... » Plus tard, L. Daudet brossera encore quelques portraits d’aliénistes dans ses Souvenirs littéraires, notamment celui de Féré, qu’il entame ainsi : « Je plains les malheureux déments qui sont depuis tombés sous sa coupe, qu’il a camisolés, gavés, trempés dans l’eau froide ou chaude, nourris de morphine et de bromure, soumis aux exercices fallacieux qui sont d’usage dans les maisons de fous123. »

  • 124 E. et J. de Goncourt, Journal, t. 4, Paris, Fasquelle-Flammarion, 1956 ; Cf. 9 sept. 1895, p. 844.
  • 125 En dépôt à l’Institut national de la langue française (C.N.R.S.), Nancy.

115Romancée ou caricaturée, l’étude des troubles mentaux et de leur médecine est donc un sujet à la mode en cette fin de siècle, notamment dans la jeunesse littéraire vouée, selon E. de Goncourt, à un véritable « culte de la psychiatrie124 ». Le fonds manuscrit Ferdinand Brunot125 en fournit de nombreux exemples relevés dans la littérature de l’entre-deux-guerres. En voici quelques-uns, assez typiques :

Que Du Fou, qui avait eu horreur de madame Cère quand elle était belle..., la recherchât vieille et morphinée, c’était l’effet d’une dépravation qui me surprenait chez mon ami. (A. France, Crainquebille, Calmann-Lévy, p. 203.)

... la hâte qu’elle a de se morphiner. (Goncourt, Journal, VIII, 15 avr. 1891.)

... oui, elle est devenue... Comment dit-on ? morphinomane.
(Daudet, L’Évangéliste, Coll. Guillaume, Flammarion, p. 245.)

... ses hiératiques et sinistres allégories aiguisées par les inquiètes perspicuités d’un nervosisme tout moderne.
(Huysmans, A rebours, p. 79.)

... sous le prétexte commode d’une crise de neurasthénie.
(Bourget, L’Envers du décor, Plon-Nourrit, p. 20.)

... un de ces pauvres névropathes.
(Daudet, L’Immortel, Calmann-Lévy, p. 70.)

Cet organisme trop vibrant était touché de névropathie.
(Bourget, L’Envers du décor, Plon-Nourrit, p. 98.)

C’étaient ces natures névrosées et excessives que Philippe redoutait le plus. (A. Theuriet, Amour d’automne, Lemerre, 1888, p. 22.)

  • 126 Paris, G. Charpentier, 1883, p. 281.

116Maurice Rollinat, qui lui-même mourra d’une névrose, intitule Les Névroses un recueil de poésies à grand succès, d’inspiration dominante morbide, notamment le poème consacré à L’Enterré vif126 qui s’éteint sans douceur « l’asphyxie aux poumons, la névrose aux méninges ».

117La terminologie psychiatrique s’introduit non moins largement dans la littérature populaire, comme en témoignent ces attestations relevées aussi par F. Brunot, où se mêlent même quelques formations plaisantes et insolites :

... cette forme particulière d’amnésie qui rend tant de fumeurs incapables de se rappeler les substantifs usuels.
(L’Exposition de Paris (1889), 1er et 2e vol. réunis, Librairie illustrée, 1889, p. 315.)

... se délectant d’une volupté de haine inassouvissable, comme la passion d’un érotomane.
(Supplément du Petit Journal, 1895, p. 106.)

Après les médications par les parfums, par le spiritisme, par l’hypnose... (Chronique hebdomadaire, Ouvrier, 1897, p. 591, 2e vol.)

Dans tous les coins, des miroirs aux réflexions combinées pour amener l’hypnose.
(Veillées, 1900-01, p. 461, 2e vol.)

... l’œil démesurément agrandi, fixé – comme hypnotisé – sur un nom qui venait de lui apparaître soudain.
(G. le Faure, Mamzelle Mouche, Ouvrier, 1895, p. 243.)

La main allait, allait, sans que M. Follet parût y prendre garde, figé en une attitude d’hypnotisé, les yeux perdus dans le vague, fixes.
(Supplément du Petit Journal, 1895, p. 299.)

Une sorte de fascination hypnotisait les curieux.
(Chronique hebdomadaire, Ouvrier, 1897, p. 640.)

Ceux-là, leur vice les conduit à l’idiotie passive.
(Lectures pour tous, 1898-99, p. 503.)

Jusqu’à ce moment, il est monomane, mais non dangereux.
(R. de Novery, Parasol et Cie, Ouvrier, 1877, p. 68.)

Avec un entêtement de monomane, le major ne voulut entendre à rien.
(G. Ohnet, Lise Fleuron, Ollendorf, 1884, p. 53.)

La tante Isabelle s’exprimait librement sur la monomanie raisonnante de son beau-frère.
(G. Ohnet, La Grande Marnière, Ollendorf, 19e éd., p. 61.)

Demandez-lui donc aussi, à celui-là, s’il s’est morphinisé.
(Supplément du Petit Journal, 1894, p. 122.)

... le morphinomane, dont le vice... n’est ni moins tyrannique ni moins meurtrier. (Lectures pour tous, 1898-99, p. 504.)

un esprit... qui par nervosisme ou toute autre cause est au bord de la folie.
(Veillées, 1900-01, p. 654.)

Enfin, la grande partie des neurasthénies naît sous l’empire de la mélancolie. (Supplément du Petit Journal, 1895, p. 126.)

Un monsieur offre gratuitement de faire connaître à tous ceux qui sont atteints de [...] neurasthénie, un moyen infaillible de se guérir promptement, ainsi qu’il l’a été radicalement lui-même, après avoir souffert et essayé en vain tous les remèdes préconisés. Cette offre dont on appréciera le but humanitaire est la conséquence d’un vœu.
(Lectures pour tous, mars 1910, Réclames.)

Neurasthéniques ! Le néologisme est-il bien juste, pour caractériser des anormaux chez qui au contraire prédomine l’influx nerveux ?
(Supplément du Petit Journal, 1894, p. 274.)

Allez donc proposer cet exemple à nos névropathes et neurasthéniques. (Supplément du Petit Journal, 1894 ; p. 66.)

Les névropathes (titre d’article).
(Supplément du Petit Journal, 1895, p. 158.)

La névropathie n’est pas un état primitif.
(Supplément du Petit Journal, 1895, p. 158).

Toutes nos névrosesviennent de là, même celle du crime.
(Supplément du Petit Journal, 1894, p. 66.)

... l’un est à la tête de soixante-quinze ans avec la cataracte aux yeux, et l’autre, névrosé et infirme, a sa jolie pièce de quatre-vingts ans.
(Supplément du Petit Journal, 1894, p. 42.)

La jeune marquise appartenait à cette génération de névrosées qui s’usent rapidement dans le surmenage de la vie mondaine.
(Supplément du Petit Journal, 1894, p. 60.)

... son imagination de femme impressionnable est un peu névrosée.
(Jeanne de Lias, Le Mariage du Député, Ouvrier, 1896, p. 372.)

Il n’était pas seulement nerveux, mais, pour tout observateur, névrosé.
(Maryan, L’Épreuve de Minnie, Ouvrier, 1900-01, p. 42.)

Les toniques névrosthéniques multiplient la force et créent une résistance vitale. (Supplément du Petit Journal, 1893, p. 142.)

  • 127 La Maison d’un artiste, t. 1, Paris, G. Charpentier, 1881, p. 3.
  • 128 D.D.L., t. 14.
  • 129 D.D.L., t. 9.
  • 130 D.D.L., t. 13.
  • 131 D.D.L., t. 14.
  • 132 D.D.L., t. 13.
  • 133 D.D.L., t. 14.
  • 134 p. 269.
  • 135 Certains même connaîtront une désaffection progressive chez les psychanalystes eux-mêmes. C’est le (...)

118Le grand nombre des composés avec -man- et -phob-, sans aucun rapport avec quelque trouble mental, est enfin un autre signe de cette influence de la psychiatrie sur le langage. A côté du bricabracomanie d’E. de Goncourt127, surgissent toute une série de néologismes à la mode : bicyclomanie (1892) qui prend la relève de vélomanie (1890) 128, collectionomanie (1890) 129, duellomanie (1893) 130, martyromanie (1912) 131, polémomanie (av. 1910) 132, sportmanie (1905-08) 133, autophobe (1900) et autophobie (1907) 134, vélophobe (1897) et vélophobie (1900)135.

119L’évocation de ces emprunts plus ou moins directs au langage « académique » de la psychiatrie ne doit pas faire oublier les expressions du langage parlé toujours en usage dans les campagnes aussi bien dans la bouche du patient que dans celle du médecin praticien. Les dénominations de l’hypocondriaque ou hypocondre en donnent une fort bonne idée. Pour éviter de prononcer ce mot devant le malade, les médecins le remplacent par sous-cartilagineux, traduction inspirée par l’étymologie. Dans le centre de la France, on dit maladie de Saint-Gaudé ou Godé, du nom du saint qui la guérit. Dans le Cher, on dit d’un hypocondriaque qu’il est malade de soi-même. On dit aussi un peu partout qu’il a des papillons noirs. Les désignations populaires de la folie sont naturellement fort nombreuses et toujours pittoresques. E. Brissaud en cite quelques-unes en usage en 1888 : « braque, écervelé, éventé, fantasque (qui voit des fantômes), quinteux (qui a un accès de fièvre quintaine, synonyme de caprice), toqué, burdago [...] dans le Centre 136 ». On trouvera à ce propos en annexe de cette étude l’extrait d’un relevé établi par F. Brunot et couvrant la période de 1878 à 1905. Il demeure qu’en un quart de siècle la psychiatrie, qui s’est fait – on l’a vu – une place non négligeable aux côtés des branches médicales traditionnelles, s’est fait aussi une terminologie accueillie par la langue littéraire et courante avec une complaisance et une légèreté qui contrastent avec le travail lexicologique austère et souvent polémique des savants.

***

120A la veille de la Grande Guerre, au moment où les troubles mentaux ressortissent définitivement à la science médicale, le vocabulaire qui les entoure se trouve augmenté, spécialisé et organisé à la façon d’une taxinomie en voie de constitution, c’est-à-dire par la recherche du terme précis et de son insertion dans un ensemble hiérarchisé. Malgré certains flottements dans l’emploi des vieux termes, dans la formation des néologismes, malgré quelques chevauchements, quelques concurrences, nous trouvons, bien illustré, un langage de la psychiatrie, riche, de plus en plus précis et vivant, vivant même au point qu’il se répand dans toutes les couches de la société.

121Les années qui vont suivre marqueront une autre étape dans l’histoire de la psychiatrie et de son vocabulaire, du fait d’abord de la nécessité d’une psychiatrie de guerre : le même Grasset, qui a étudié notamment l’aphasie et l’hystérie, est placé après 1914 à la tête du Centre neurologique de la 16e région, et y étudie les grands types de psychonévroses de guerre ; Dumas, Baruk et Bessières s’associent à cette recherche. Dide, Camus, Claude, Lhermitte s’inscrivent quant à eux dans le courant anatomo-clinique et développent, à la suite de l’épidémie d’encéphalite qui s’est propagée à la fin de la guerre de 1914-18, la théorie basilaire des troubles mentaux. La schizophrénie est le thème de nombreux travaux et débats contradictoires.

122L’exploration et la thérapeutique gagnent du terrain comme en témoigne notamment l’introduction de psychographie en 1932, psychochirurgie en 1936, électrochoc en 1938. La psychanalyse enfin provoque, dès les premières traductions de Freud, un afflux de termes nouveaux dont il faut bien dire qu’ils « passent » plus ou moins bien de l’allemand à l’anglais et au français, perdant souvent une partie essentielle de leur signification et de leurs nuances associatives vitales. Bref, l’essor prestigieux que connaîtra la psychiatrie au xxe siècle, entraînant la multiplicité des doctrines et la grande vulgarisation des connaissances, étendra sa place dans le vocabulaire médical et son champ d’action dans le vocabulaire général.

Annexe I

  • * D’après Semelaigne.

123Pionniers de la psychiatrie française, dont les écrits se situent entre 1880 et 1914*.

124BOURDIN (Claude-Étienne) 1815-1886.

125LASÈGUE (Ernest-Charles) 1816-1883.

126BILLOD (Ernest) 1818-1886.

127BLANCHE (Émile-Antoine) 1820-1893.

128SEMELAIGNE (Armand-Aimé-Dieudonné) 1820-1898.

129LUNIER (Ludger-Jules-Joseph) 1822-1885.

130AZAM (Étienne-Eugène) 1822-1899.

131DAGONET (Henri) 1823-1902.

132FALRET (Jules-Philippe-Joseph) 1824-1902.

133CHARCOT (Jean-Martin) 1825-1893.

134SAUZE (Jehan-Victor-Alfred) 1828-1884.

135LUYS (Jules-Bernard) 1828-1897.

136BONNET (Henry) 1828-1900.

137VOISIN (Auguste-Félix) 1829-1898.

138LEGRAND DU SAULLE (Henri) 1830-1886.

139FOVILLE (Achille-Louis) 1831-1887.

140FOURNIER (Jean-Alfred) 1832-1914.

141MOTET (Auguste-Alexandre) 1832-1909.

142BALL (Benjamin) 1834-1893.

143MAGNAN (Jacques-Joseph-Valentin) 1835-1916.

144CHRISTIAN (Jules) 1840-1907.

145BERNHEIM (Hippolyte) 1840-1919.

146COTARD (Jules) 1840-1919.

147BOURNEVILLE (Désiré-Magloire) 1840-1909.

148RITTI (François-Antoine-Auguste) 1844-1920.

149DENY (Gaston-Georges) 1847-1923.

150PARANT (Victor) 1848-1924.

151GARNIER (Paul-Émile) 1848-1905.

152GRASSET (Joseph) 1849-1918.

Annexe II

153« Être fou » en langage populaire (extrait du fonds F. Brunot)

154Avoir une araignée dans le plafond

155Aristide Bruant, Dict. fr-argot (1905) : Déraisonner : Avoir une araignée dans le plafond... ou simpl. Avoir une araignée. « Un lauréat de la Société protectrice des animaux reste couvert en parlant à des dames – Savez-vous pourquoi il garde son chapeau sur la tête ? – Parfaitement c’est pour ne pas enrhumer son araignée. » (Hector France).

156Perdre la boule

157Lorédan Larchey, Dict. d’Argot (1878) : « Et six cents gredins prétendent changer tout cela avec une boule dans une urne ! C’est le cas de dire qu’ils perdent la boule  ! » (Félix Pyat, 1871).

158Battre la breloque

159Virmaitre, Argot fin-de-siècle (1894), Supplément : Les tapins, au régiment, battent la breloque pour annoncer l’heure de la soupe. Une pendule détraquée qui marche comme les montres marseillaises, lesquelles abattent l’heure en quarante-cinq minutes, bat la breloque. Avoir le coco fêlé, ne plus savoir ce que l’on fait, avoir des moments d’absence, c’est battre la breloque. On dit également battre la campagne (argot du peuple).

160Déménager

161Littré : sa raison, sa tête déménage.

162Dérailler

163Lorédan Larchey, Dict. d’Argot (1878) : Déraillé  : Déclassé. Mot à mot : homme jeté en dehors de la voie commune. – « Notre dérailléconçut le projet de faire des lectures à l’instar du grand Dumas ».

164Dingo

165Aristide Bruant, Dict. fr-argot (1905) donne : Dingo, pour traduire : fou. « Faut être bridoux, maillet, dingo, focard pour croire à des flambeaux pareils ! »

166Fêlé

167Lorédan Larchey, Dict. d’Argot (1878) : Mot à mot : avoir le cerveau fêlé ! C’est plus que toqué, c’est moins que avoir une fissure.

168Virmaitre, Argot fin-de-siècle (1894) : Il a le coco fêlé. Allusion à une marmite fêlée, elle fuit ; par la fêlure de la tête, la mémoire s’en va (argot du peuple).

169Gaga

170Lorédan Larchey, Dict. d’Argot (1878) « Les gagats : c’étaient primitivement les houilleurs et les forgerons de St-Étienne ; puis le mot s’est étendu à tous les habitants de la localité sans distinction. » (Rathery)

171Lorédan Larchey, Dict. d’Argot, Supplément (1883) : Gaga : gâteux. Redoublement de la première syllabe. Ceci est à retenir pour les arriérés, qui ne connaissent sous ce nom que les habitants de St-Étienne. Sans cela, que deviendraient-ils en lisant ce passage : « Il vaut mieux qu’elle meure au combat que de finir dans un fauteuil de gaga. » (A. Daudet)

172Gâteux

173Lorédan Larchey, Dict. d’Argot (1878) : « Puis, il faut avouer, me dit M. de B., que cet Allemand est un joli gâteux. » (Nord, sept. 72).

174Gâtisme

175Aristide Bruant, Dict. fr.-argot (1905) : « Rentré dans mon cabinet, je m’effondrai sur un divan. J’étais la proie du gâtisme. » (Alphonse Allais).

176Avoir un grain

177Lorédan Larchey, Dict. d’Argot (1878) : Mot à mot : avoir un grain de folie dans le cerveau. Avoir un grain : Être ivre.

178Louf

179Virmaitre, Argot fin-de-siècle (1894) : Louf : abréviation de loufoque (argot du peuple).

180Aristide Bruant, Dict. fr.-argot (1905) : Fou... Louf, Loufoc, Loufoque. « On prétend qu’il ne sait pas ce qu’il fait, qu’il est louf. »

181Loufoque

182Aristide Bruant, Dict. fr.-argot (1905) : « C’est un loufoque, ma vieille ; un loufoque : Il n’a pas l’air méchant. » (Paul Adam).

183Maboul

184Aristide Bruant, Dict. fr.-argot (1905) : « Pour sûr que la France est maboule, / La Chambre aussi... c’t’évident : / L’aut’jour elle a perdu la boule / A l’élection du Président... » (A.B., Les Souloloques d’Honoré Constant).

185Être marteau

186Aristide Bruant, Dict. fr.-argot (1905) : « Quéqu’tu viens fair’ ? T’es pas marteau ? D’où c’est qu’t’es v’nu ? D’en bas, d’en haut ? » (Jehan Rictus).

187Avoir reçu un coup de marteau

188Lorédan Larchey, Dict. d’Argot (1878) : Toqué : A moitié fou. C’est un mot d’ancien français, car on le trouve dans la plupart de nos patois provinciaux. On dit même : il a reçu un coup de marteau. C’est-à-dire : son cerveau est bien près de se fêler.

189Être toqué

190Lorédan Larchey, Dict. d’Argot (1878) : « Ma chère, les hommes, c’est farce ! toujours la même chanson : une femme à soi seul ! Toqués ! Toqués ! » (Gavarni) « Les collectionneurs sont toqués, disent leurs voisins. » (Balzac).

Liste des abréviations utilisées.

191B.M.S.M.H. : Bulletins et mémoires de la Société médicale des hôpitaux de Paris.

192D.D.L. : Matériaux pour l’histoire du vocabulaire français. Datations et documents lexicographiques.

193Enc. : L’Encéphale.

194Garn.-Del. 72 : Garnier (M.), Delamare (V.). – Dictionnaire des termes techniques de médecine.

195J. P. : Journal de psychologie normale et pathologique.

196Moor : Moor (L.). – Glossaire de psychiatrie.

197Pt Rob. 77 : Le Petit Robert (1977, 0.2).

198S.M. : La Semaine médicale.

199T.L.F. : Trésor de la langue française(1971, O.2.).

Bibliographie

200Allonnes (G. R. d’), Juquelier (P.). – « Délire de persécution à trois avec séquestration volontaire », J. P., 1905, t. 2, pp. 115-126.

201Antheaume, (A.), Parrot (L.). – « Le Delirium tremens chloralique et son traitement », Enc., 1906, t. 1, pp. 19-26.

202Arnaud (F.-L.). – « Idées de grandeur précoces et transitoires dans le délire de persécution chronique », J.P., 1904, t. 1, pp. 118-143.

203Barrucand (D.). – « Les Deux Écoles », In : Le regard magnétique, Paris, Tchou-Laffont, 1977 (Les Pouvoirs inconnus de l’homme.), pp. 119-134.

204Baruk (Henri). – La Psychiatrie française de Pinel à nos jours, Paris, P.U.F., 1967, 153 p.

205Blondel (Ch.). – La Conscience morbide, Essai de psychopathologie générale, Paris, F. Alcan, 1913, II-336 p. (Thèse, Lettres, Paris.)

206Brissaud (É.). – Histoire des expressions populaires relatives à l’anatomie, à la physiologie et à la médecine, Paris, G. Chamerot, 1888, X-348 p.

207Dejerine (J.), Gauckler (E.). – Les Manifestations fonctionnelles des psychonévroses. Leur traitement par la psychothérapie, Paris, Masson, 1911, X-561 p.

208Dictionnaire des sciences philosophiques, sous la dir. de A. Franck., Supplément, 2e éd., Paris, Hachette, 1875, XII-1820 p.

209Dictionnaire encyclopédique de sciences médicales [4e série : F.-K], Dir. A. Dechambre, 3, 1re partie, Foi-Fon, Paris, G. Masson – P. Asselin, [1879], 384 p.

210Dromard. – « Psychologie comparée de quelques manifestations motrices communément désignées sous le nom de « tics », J. P., 1905, t. 2, pp. 16-36.

211Dumas (G.). – « Un cas de fétichisme et d’automasochisme associés », J.P., 1905, t. 2, pp. 328-343.

212Dupré (E.), Camus (P.). – « Les Cénesthopathies », Enc., 1907, t. 2, n° 2, pp. 616-631.

213Dupré (E.), Charpentier (R.). – « Les Ivresses délirantes transitoires d’origine alcoolique », Enc., 1906, t. 1, pp. 26-33.

214Féré (Ch.). – « Note sur une forme d’impuissance sexuelle », J.P., 1904, t. 1, pp. 359-361.

215Féré (Ch.). – « Obsessions sexuelles variables », J.P., 1905, t. 2, pp. 239-242.

216Foucault (M.). – Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Plon, 1961, XI-683 p. (Civilisations d’hier et d’aujourd’hui.)

217Garnier (M.), Delamare (V.). – Dictionnaire des termes techniques de médecine, 19e éd., Paris, Maloine, 1972, VIII-1216 p.

218Gourmont (Remy de). – Esthétique de la langue française. (1899, 1.2).

219Grasset (J.). – « La Peur, élément psychique normal de défense », J.P., 1904, t. 1, pp. 265-268.

220Grasset (J.). – « Le Problème physiopathologique de la responsabilité », J.P., 1905, t. 2, pp. 97-114.

221Hartenberg (P.). – « La « Détresse » des psychasthéniques », J.P., 1905, t. 2, pp. 134-136.

222Histoire de la médecine, de la pharmacie, ..., sous la dir. de J. Poulet et J. -Ch. Sournia, t. 6, Paris, Albin-Michel, Laffont, Tchou, 1979, 396 p.

223Histoire de la philosophie, III : du xixe s. à nos jours, Paris, Gallimard, 1974, XVI-1385 p. (Encyclopédie de la Pléiade.)

224Histoire de la science, volume publié sour la dir. de Maurice Daumas, Paris, Gallimard, 1967, XLVIII-1908 p., pp. 1627-1703. (Encyclopédie de la Pléiade.)

225Jacerme (P.). – La « folie » de Sophocle à l’antipsychiatrie, Paris, Bordas, 1974, 224 p. (Univers des lettres. Collection thématique.)

226Janet (P.). – « L’Amnésie et la dissociation des souvenirs par l’émotion », J.P., 1904, t. 1, pp. 417-453.

227Janet (P.), Raymond (F.). – Les Obsessions de la psychasthénie, 1-2, Paris, F. Alcan, 1903, 2 vol., XII-764 p. + XXIV-543 p. (Travaux du Laboratoire de Psychologie de la Clinique à la Salpêtrière, 4e série.)

228Klippel (M.), Antheaume (A.). – « Sur la valeur des lésions anatomiques en pathologie mentale », Enc., 1906, t. 1, pp. 5-18.

229Klippel (M.), Lefas (E.). – « Des Altérations cytologiques du sang dans les maladies mentales », Enc., 1906, t. 1, pp. 34-56.

230Labarthe (P.). – Dictionnaire populaire de médecine usuelle, d’hygiène publique et privée, I-II, Paris, Marpon et Flammarion, 1887.

231Lagache (D.). – La Psychanalyse, 10e éd., Paris, P.U.F., 1971, 128 p. (Que sais-je ? 660.)

232Lépine (R.). – « Sur un cas d’agnoscie », J.P., 1904, t. 1, pp. 163-165.

233Leuret (F.). – Du traitement moral de la folie, Paris, J.-B. Baillière, 1840, X-642 p.

234Littré (É.). – Dictionnaire de médecine, de chirurgie,..., avec la collab. de Ch. Robin, 15e éd., Paris, Baillière, 1884, VIII-1880 p.

235Marchais (P.). – Glossaire de psychiatrie..., Paris, Masson, 1970, XV-239 p. (Comité d’étude des termes médicaux français.)

236Marie (P.). – « Révision de la question de l’aphasie. La Troisième circonvolution frontale gauche ne joue aucun rôle spécial dans la fonction du langage », S.M., 1906, t. 26, 23 mai, pp. 241-247.

237Marie (P.). – « Révision de la question de l’aphasie. Que faut-il penser des aphasies sous-corticales ? (aphasies pures) ? » S.M., 1906, t. 26, 17 oct., pp. 493-500.

238Marie (P.). – « Révision de la question de l’aphasie. L’aphasie de 1861 à 1866. Essai de critique historique sur la genèse de la doctrine de Broca », S.M., 1906, t. 26, 28 nov., pp. 565-571.

239Marie (P.). – « Un cas d’anarthrie transitoire par lésion de la zone lenticulaire », B.M.S.M.H., 1906, t. 23, séance du 14 déc., pp. 1291-1295.

240Marie (P.). – « A propos d’un cas d’aphasie de Wernicke considéré par erreur comme un cas de démence sénile », B.M.S.M.H., 1907, t. 24, séance du 1er févr., pp. 104-107.

241Marie (P.). – « Présentation de malades atteints d’anarthrie par lésion de l’hémisphère gauche du cerveau », B.M.S.M.H., 1907, t. 24, séance du 19 juillet, pp. 864-865.

242Marie, Viollet. – « Spiritisme et folie », J.P., 1904, t. 1, pp. 332-351.

243Marie (P.), Moutier (F.). – « Nouveau cas d’aphasie de Broca sans lésion de la troisième frontale gauche », B.M.S.M.H., 1906, t. 23, séance du 23 nov., pp. 1180-1183.

244Marie (P.), Moutier (F.). – « Nouveau cas de lésion corticale du pied de la 3e frontale gauche chez un droitier sans trouble du langage », B.M.S.M.H., 1906, t. 23, séance du 14 déc., pp. 1295-1298.

245Marie (P.), Moutier (F.). – « Sur un cas de ramollissement du pied de la 3e circonvolution frontale gauche chez un droitier sans aphasie de Broca », B.M.S.M.H., 1906, t. 23, séance du 16 nov., pp. 1152-1155.

246Masselon. – « Le Ralentissement psychique et les troubles de l’évolution des idées chez les mélancoliques », J.P., 1904, t. 1, pp. 524-545.

247Matériaux pour l’histoire du vocabulaire français. Datations et documents lexicographiques, 2e série, Éd. B. Quemada, t. 1-16, Paris, Klincksieck, 1970-1979.

248Moor (L.). – Glossaire de psychiatrie, Paris, Masson, 1966, VIII-196 p.

249Morton (L. T.). – A Medical bibliography (Garrison and Morton). An annotated check-list of texts illustrating the history of medicine. 3e ed., London, A. Deutsch, 1970, XIV-872 p.

250Nouveau Larousse illustré. Dictionnaire universel encyclopédique ; publ. sous la dir. de Cl. Augé, t. 1-8, Paris, Larousse [1897-1907].

251Palmade (G.). – La Psychothérapie, 5e éd., Paris, P.U.F., 1969, 128 p. (Que sais-je ? 480.)

252Raymond (F.). – « Névroses et psycho-névroses », Enc., 1907, t. 2, n° 1, pp. 1-27. (Mémoires originaux.)

253Raymond (F.), Janet (P.). – « Dépersonnalisation et possession chez un psychasthénique », J. P., 1904, t. 1, pp. 28-37.

254Ribot (Th.). – Les Maladies de la personnalité, Paris, F. Alcan, 1885, 174 p.

255Le Petit Robert (1977, O.2.).

256Roy (P.). – « La Préoccupation hypocondriaque de la paralysie générale chez les syphilitiques », J.P., 1905, t. 2, pp. 229-238.

257Roy, Juquelier. – « Aphasie motrice à répétition chez une morphinomane », J.P., 1905, t. 2, pp. 1-15.

258Semelaigne (R.). – Les Pionniers de la psychiatrie française avant et après Pinel, I-II, Paris, J.-B. Baillière, 1930-1932, 2 vol., 357 p. + 287 p.

259Serieux (P.), Mignot (R.). – « Observation clinique d’un cas d’amnésie rétro-antérograde consécutive à la pendaison », J.P., 1905, t. 2, pp. 127-133.

260Trésor de la langue française (1971, O.2).

261Zones (Des) de Head et de leur importance en psychiatrie, J.P., 1904, t. 1, pp. 113-117.

Notes

1 Leuret, p. 137. On trouvera les références citées dans la bibliographie placée à la fin de cette étude.

2 J. P., p. 342.

3 Vocabulaire technique et critique de la philosophie, fasc. 15, in : Bulletin de la Société française de philosophie, 1912, p. 268.

4 Ibid., fasc. 16, 1913, pp. 241-242.

5 pp. 52, 153, 289, 366.

6 p. 189.

7 D.D.L., t. 8.

8 F. Raymond, Enc., 1907, t. 2, n° 1, p. 14.

9 D.D.L., t. 8.

10 Robert, Supplément (1966, 0.2).

11 Leuret, p. 85.

12 Leuret, pp. 133, 167, 391.

13 A. Antheaume et L. Parrot, Enc., 1906, t. 1, p. 21 ; E. Dupré, R. Charpentier, Ibid., p. 29 et p. 32 ; Leuret, p. 164.

14 Leuret, pp. 148, 182, 184, 275, 307, 395.

15 Leuret, p. 373.

16 1901.

17 Ribot, p. 5.

18 Janet, t. 1, p. VII.

19 « Nous appelons folie cette maladie des organes du cerveau qui empêche un homme nécessairement de penser et d’agir comme les autres. » Voltaire, Dictionnaire philosophique portatif, 1764, s.v. folie.

20 (1830-1866). D’après R. Semelaigne, t. 2, p. 168.

21 1875, s.v. folie.

22 Cf. Nouvelles considérations sur les rapports du physique et du moral de l’homme, Paris, 1834.

23 1879, s.v. folie.

24 s. v. folie.

25 s. v. folie.

26 Pinel, p. 39 et p. 369.

27 Baruk, p. 19.

28 p. 257.

29 p. 280.

30 Psychiatrie, Paris, Doin, p. 3.

31 Cf. G. Deny, S. M., 1906, p. 441.

32 Cf. G. Deny, S. M., 1906, p. 441.

33 Déjerine, p. 363.

34 J. Grasset, J. P., 1905, p. 112.

35 Masselon, J. P., 1904, p. 525.

36 J. P., 1905, p. 110.

37 Ibid., p. 107.

38 Cf. Littré-Robin, 1884, et Dictionnaire des dictionnaires, sous la dir. de P. Guérin, 2e éd., 1892, s.v. folie.

39 Enc., 1907, t. 1, p. 13.

40 Cf. S. M., 1890, t. 10, pp. 277-279 et pp. 291-292.

41 Ibid. pp. 465-466.

42 Hypnose ne sera utilisé qu’une trentaine d’années plus tard.

43 De la suggestion et de ses applications à la thérapeutique, 420 p.

44 « L’auteur ayant remarqué une relation constante entre la sensibilité hypnotique et la faculté d’être influencé par l’aimant, a fait construire un aimant spécial qu’on porte deux minutes à son doigt ; si la sensibilité disparaît, le sujet est hypnotisable ; il l’est très fortement si surviennent des mouvements involontaires et de la contracture du doigt. » (D. Barrucand, p. 121).

45 Cf. Semelaigne, t. 2, p. 122 sqq.

46 L’hypnose ou état de suggestibilité, Revue de l’hypnotisme, 1903, p. 298.

47 Leçons cliniques sur les maladies mentales et nerveuses (Salpêtrière, 1887-1894), recueillies et publiées par Henry Meige, Paris, Asselin et Houjeau, 1895.

48 « Le délire de négation », Archives de Neurologie, nos 11/12, 1882, et « Perte de la vision mentale dans la mélancolie anxieuse », ibid., n°21, 1884.

49 « Les cénesthopathies », Enc., 1907, t. 2, pp. 616-631.

50 Les folies raisonnantes. Le délire d’interprétation. Alcan, 1909.

51 La confusion mentale primitive. Stupidité, démence aiguë, stupeur primitive. Paris, Asselin et Houjeau, 1895.

52 La Simulation de la folie. Montpellier, Coulet, Paris, Masson, 1908.

53 Bégaiement et autres maladies fonctionnelles de la parole. Paris, Société d’Éditions scientifiques, 1901.

54 Loi selon laquelle « les manifestations qui sont les dernières en date dans l’évolution disparaissent les premières ».

55 Paris, Alcan, 1885.

56 2 vol., Paris, Alcan, 1903 ; voir, t. 1, p. 3.

57 Cf. L’Automatisme psychologique, 1889.

58 S. M., 1906, p. 569.

59 Les Maladies de la personnalité, p. 13.

60 J.P., 1904, p. 31.

61 F. Raymond, P. Janet, J. P., 1904, p. 35.

62 P. Roy, ibid., 1905, p. 234.

63 Enc., 1906, t. 1, p. 25.

64 Blondel, p. 206.

65 p. 79.

66 p. 221.

67 p. 245.

68 p. 58.

69 Références entre parenthèses.

70 On trouve cénesthétique dans le dictionnaire de Dechambre, 1879, (s.v. folie).

71 A Rebours, Paris, Charpentier, 1884, 294 p.

72 Sans doute hapax.

73 Vocabulaire technique et critique de la philosophie, in : Bulletin de la Société française de philosophie, juin, p. 236.

74 Synonyme de psychose maniaque dépressive (cf infra).

75 Synonyme de folie intermittente (cf. supra).

76 Ou automatisme mental.

77 Ou délire de négation.

78 Dans le sens de « maladie héréditaire du tissu conjonctif se manifestant par des malformations multiples ».

79 Enc., 1907, t. 2, n° 1, p. 6.

80 D’après Marchais.

81 D.D.L., t. 10.

82 Blondel, p. 201 et p. 196.

83 Cf. Littré-Robin.

84 Cité par Déjerine, p. 162.

85 Cf. Marchais.

86 Cf. J.P., 1904, p. 163.

87 t. 26, p. 496.

88 D’après Garn.-Del. 72.

89 p. 256.

90 J.P., 1905, p. 107.

91 p. 347 et p. 536.

92 p. 26.

93 p. 35.

94 J. P., 1905, p. 341, et 1904, p. 525.

95 Vocabulaire technique et critique de la philosophie, fasc. 16, in : Bulletin de la Société française de philosophie, 1913, p. 237.

96 Garn.-Del. 72.

97 Cf. R. de Gourmont (1899, 1.2).

98 Leuret, p. 37.

99 Cf. Leuret, p. 271.

100 « Comment on doit former les néologismes médicaux dérivant du grec », S. M., 1906, p. 615.

101 R. de Gourmont (1899, 1.2), p. 35.

102 R. de Gourmont (1899, 1.2), p. 37.

103 J.P.., 1905, p. 27 et p. 33.

104 Guillemets de l’auteur.

105 J.P., 1904, p. 336.

106 p. 39.

107 p. 246.

108 p. 262.

109 Enc., 1906, t. 1, p. 23.

110 Déjerine, p. 369.

111 G. Dumas, J. P., 1905, p. 330.

112 t. 1, p. 33 ; guillemets de l’auteur.

113 Langage médical moderne (1974, 1.2), p. 8.

114 Cf. aussi la lettre à Mme Alex. Dumas (in : Oeuvres, t. 1, Paris, Gallimard, 1960, pp. 904-905) : « je suis convenu de me laisser classer dans une affection définie par les docteurs et appelée indifféremment Théomanie ou Démonomanie dans le Dictionnaire médical... ».

115 Cf. L. Bopp, Psychologie des « Fleurs du Mal », t. 4, vol. 1, 1969, pp. 144-145.

116 J. Claretie, Les Amours d’un interne, 8e éd., Paris, E. Dentu, 1881 ; p. 124 ; en fait le thème n’est pas tout à fait neuf : il est abordé notamment par Baudelaire et Mallarmé.

117 G. de Maupassant, Un fou ? [1884] in : Contes et Nouvelles, t. 2, Paris, Albin-Michel, 1960 ; p. 972.

118 Cf. R. Dugan, Tra Li Li, t. XVII (1979), fasc. 2, p. 136.

119 E. Zola, La Bête Humaine [1890], in : Les Rougon-Macquart, t. 4, Paris, Gallimard, 1967 (Bibl. de La Pléiade), p. 1209.

120 E. Zola, Le Docteur Pascal [1893], in : Les Rougon-Macquart, t. 5, Paris, Gallimard, 1967 (Bibl. de la Pléiade), p. 973.

121 Cf. M. Cressot, La Phrase et le vocabulaire de J. -K. Huysmans (1938, 3.2), pp. 470-478.

122 L. Daudet, Les Morticoles, Paris, Fasquelle, 1956, p. 341.

123 Paris, B. Grasset, 1968, p. 84 (1re éd. 1925).

124 E. et J. de Goncourt, Journal, t. 4, Paris, Fasquelle-Flammarion, 1956 ; Cf. 9 sept. 1895, p. 844.

125 En dépôt à l’Institut national de la langue française (C.N.R.S.), Nancy.

126 Paris, G. Charpentier, 1883, p. 281.

127 La Maison d’un artiste, t. 1, Paris, G. Charpentier, 1881, p. 3.

128 D.D.L., t. 14.

129 D.D.L., t. 9.

130 D.D.L., t. 13.

131 D.D.L., t. 14.

132 D.D.L., t. 13.

133 D.D.L., t. 14.

134 p. 269.

135 Certains même connaîtront une désaffection progressive chez les psychanalystes eux-mêmes. C’est le cas de complexe, né en 1895 sous sa forme allemande, employé en France pour la première fois en 1927, quasiment désavoué par Freud, mais jouissant de nos jours encore d’une extraordinaire faveur dans le langage de tous les jours qui en fait le synonyme d’inhibition ou idée fixe.

* D’après Semelaigne.

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540