Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Histoire de la langue française 1880-1914

 | 
Gérald Antoine
, 
Robert Martin

Chapitre premier. Tendances nouvelles

L'évolution des lexiques. Le vocabulaire du pouvoir

La désignation politique en France de 1879 à 1914

Simone Bonnafous, Jean-Paul Honoré y Maurice Tournier

Texto completo

1La période qui s’écoule de la mise en place définitive du régime républicain en France à la veille de la Grande Guerre a vu se constituer deux types nouveaux d’organisation sociale, que l’on a cru mêlés au début mais que l’histoire a départagés, voire rendus rivaux : les partis et les syndicats.

2Parmi les marques qui situent les partis sur l’échiquier, il faut placer en tout premier lieu les dénominations. Comment les groupements choisissent-ils de s’appeler ? Comment nomment-ils, à tous les niveaux de langue, les gens auxquels ils s’affrontent ? Pour répondre à ces questions, essayons de nous y retrouver dans le champ des désignations de cette époque, aux deux carrefours où elles ont été à l’œuvre de la façon la plus évidente : celui de la foire aux dénominations politiques dans ce vaste mouvement des congrès de fondation, de scission ou d’unification qui voit le jour ; celui des conflits idéologiques ou politiques que révèle, au centre de la période, le heurt exemplaire de l’affaire Dreyfus.

I) La dénomination des groupes

3Remarquable est à cette époque l’intérêt porté aux « étiquettes ». Chez les socialistes, par exemple : « Il est apparu ces temps derniers, écrit E. Wailly, une nouvelle variété de socialistes. Nous avions déjà les socialistes blanquistes, guesdistes, allemanistes, possibilistes, révisionnistes et autres istes... Nous avons maintenant les socialistes nationalistes » (P.O., 26 octobre 1894). Une certaine confusion règne dans les appellations. Efforçons-nous de clarifier ce problème.

  • 1 Cf. M. Tournier : « Vers une grammaire des dénominations socio-politiques (1879-1905) » in Mots, n°(...)

4La dénomination d’un groupe politique, tel « Parti ouvrier français » (1882) réunit en général deux ou trois éléments à fonction différente. Se présente d’abord un substantif collectif regroupeur, auquel s’agrègent les déterminations : « Parti », par exemple. Vient ensuite un qualifiant (souvent plusieurs, et leur ordre n’est pas aléatoire), indicateur des regroupés, agissant comme déterminant fondamental : « ouvrier », par exemple. Un troisième terme peut clore la séquence en situant la désignation, le plus souvent pour la localiser : « français » se rajoute à « Parti ouvrier » officiellement en 18931.

  • 2 Exemples : « Action française » (monarchistes, H. Vaugeois, 1899), « Action libérale populaire » (c (...)

5Quelques dénominations n’obéissent pas à ce modèle. Celles-ci débutent par un mot-thème mobilisateur comme « Action », « Défense », « Ordre », « Concentration », ou une image politisée2. Porté en tête de séquence, le mot-thème tient lieu à la fois de collectif et de signe de reconnaissance. A l’exception de cette série et de celle, habituelle depuis la Restauration, des désignants de type spatial (« droite », « gauche », « centre », « extrême »), de leurs combinaisons (« centre-gauche ») et de leurs expansions du type « gauche républicaine » (1880), ou « droite constitutionnelle » (1890), la plupart des dénominations suivent le même schéma que « Parti ouvrier français ». Si bien qu’en évoquant collectifs puis déterminants, on peut faire le tour des forces politiques en présence.

A) Les collectifs

61) On a pu faire l’hypothèse que « parti » avait pris son sens moderne sous l’influence d’exemples anglais, américains ou allemands. La réalité est plus complexe. C’est en fait le substrat historique qui a partout bougé. Tout en gardant le flou de ses anciennes acceptions (on disait en 1848 le « parti Barbès », le « parti social », le « parti des honnêtes gens »...), le mot évolue avec le jeu parlementaire et les embryons d’organisation qui s’ébauchent ; cette évolution conduit certains jusqu’à la conception du groupe homogène discipliné et, par là, « parti » se trouve tout naturellement pris dans la querelle inter-socialiste des centralisateurs et des décentralisateurs. Un simple nom collectif devient ainsi, entre 1880 et 1905, le lieu même de conflits d’idées.

7« Le terme n’a pas encore le sens strictement partisan qui est aujourd’hui le sien... On emploie ce terme dans un sens large : regroupement de l’ensemble d’une tendance, une famille spirituelle en quelque sorte » (V.P.E., p. 33). Cette impression d’un emploi général est celle-là même que colportent les dictionnaires du temps. Mais n’est-ce pas un héritage, parfois déjà en voie d’archaïsation ? Héritage d’importance. On nommait « parti » toutes sortes de regroupements d’intérêts comme de doctrines, aux frontières socio-politiques non définies, tels le « parti colonial », le « parti Dreyfus » ou « parti de Dreyfus », le « parti militaire », le « parti nationaliste », le « parti noir » ou « parti clérical », le « parti de l’étranger », le « parti révolutionnaire », le « parti opportuniste », le « parti régnant », le « parti de l’ordre », le « parti de la ploutocratie », le « parti de la démocratie et de l’anarchie », etc... C’est dans ce sens qu’il faut encore prendre l’expression « être homme de parti » : être dévoué à certains intérêts de clan, au mépris de l’intérêt de tous.

8A examiner ces lexies dans leur contexte, on pourrait croire que « parti » est utilisé avec une valeur péjorative, comme il était de mise un siècle plus tôt. Il n’en est rien, sauf au pluriel, dans le discours de l’Action française (« Le régime des partis », A. F., 21 février 1914). Le rejet d’un clan, l’horreur des « fractions » sont bien plus le fait du déterminant que du collectif. En effet, avec des déterminants pris en bonne part, « parti » ne porte aucune péjoration. C’est le cas avec « socialiste » : Jaurès célèbre « ce grand parti socialiste qui combat en ce moment d’un bout à l’autre du monde » (octobre 1898).

9Cette utilisation large et floue de « parti », pour désigner un ensemble de partisans ou carrément un groupe de pression, peut se restreindre au plan parlementaire jusqu’à s’attacher aux regroupements tactiques auxquels les députés acceptent d’appartenir. Mais, dans ce rôle, particulier, les collectifs les plus utilisés, outre le générique officiel de « groupe », sont « alliance », « entente » (radicale et républicaine), « union », « bloc », etc... Lorsque « parti » arrive sous la plume, la confusion se fait entre le groupe parlementaire désigné et la famille politique dont il est plus ou moins bien l’expression, jeu de recouvrements qui affecte toutes les tendances : « parti national », « parti radical », et, bien sûr, « parti républicain » et « parti socialiste ».

10Ces derniers exemples font saisir la montée organisatrice, liant en bas et en haut comités et parlementaires, qui anime à la fin du siècle différents courants politiques. Cette notion plus moderne, qui apparaît avec la volonté de resserrer les rangs, autour du scrutin de liste et d’un projet non utopique, manifestée dès 1871 par Gambetta, se théorisera en 1901, avec l’ouvrage pionnier d’Ostrogorski : La Démocratie et l’organisation des partis politiques, qui analyse les modèles anglais et américains.

  • 3 Barrès ironise sur cet emploi : « « Je ne connais que mon parti ». Lisez : ma réélection » (Dans le (...)

11« Parti » est le terme qui a paru, aux hommes politiques, le mieux répondre à la promotion irréversible du suffrage universel et à la nécessité d’organisations nationales appuyées sur un réseau de comités locaux. « Parti » devient synonyme de machine électorale et, au-delà, moyen d’accès au pouvoir d’État3. C’est ainsi que le « Comité républicain du Commerce, de l’Industrie et de l’Agriculture » (1897-99), noyau des « ententes », pousse à la constitution d’un « Parti républicain-radical », d’où sortira en juin 1901 le « Parti républicain radical et radical-socialiste ».

  • 4 C. Willard, Socialisme et Communisme Français, Paris A. Colin, 1967, p. 51.

12A la motivation électoraliste, qui préside à l’unification des radicaux en « parti », s’est ajoutée, chez certains socialistes de tendance marxiste, l’influence de la social-démocratie allemande soumise, elle, à la pression bismarckienne. Aussi le « Parti ouvrier » de Guesde et Lafargue se fonde-t-il, dès 1882, sur une discipline centralisatrice, « premier parti français de type moderne, avec des organisations locales et régionales, une direction nationale, un programme national »4. Mais cet usage, que ses adversaires qualifient de « caporaliste », reste une exception à l’époque. Les tribulations de « Parti ouvrier » et « Parti socialiste », de 1876 à 1905, montrent que l’optique fédéraliste tant combattue par Guesde restait majoritaire chez les socialistes. Ce qui explique la fortune des termes « fédération » et « confédération » jusqu’au plan politique. La dénomination donnée en 1879 à la première organisation socialiste n’est-elle pas très exactement « Fédération du Parti des Travailleurs socialistes de France » ? Le collectif dédoublé pose un problème : pourquoi « Fédération du Parti » ?

  • 5 Le vieil autonomisme ouvrier antipolitique et cette valeur sociale de « parti » s’exprimeront encor (...)

13« Parti » semble bien désigner ici la classe volontariste s’organisant pour sa promotion politique et sa défense sociale5. Cet apport très spécial de sens est théorisé par B. Malon dans son Nouveau parti (1881) : « On a protesté contre la dénomination de « quatrième état » appliquée au prolétariat, et nous-mêmes nous l’abandonnons, comme pouvant prêter à une confusion, et nous préférons la simple appellation de parti ouvrier socialiste » (N.P., p. 18). Ce parti-prolétariat imposant une scission sociale pourrait correspondre aux thèmes de Lafargue, dont Malon s’inspire, et de Guesde. En fait, sur le plan de l’organisation politique elle-même il n’en n’est rien. Le vieux débat de la 1re Internationale est plus que jamais présent : « La question qui divise l’Internationale, écrivait la Société Jurassienne en 1873, se résume dans ces deux termes : fédéralisme ou centralisme. Deux programmes de rénovation sociale sont en présence : l’un conçoit la Société future sous la forme de l’État populaire centralisé (Volksstaat) ; l’autre la définit, au contraire, la libre fédération des libres associations industrielles et agricoles » (H.M.O., tome I, p. 360). Marx contre Proudhon. Lieu du débat sur le plan de l’organisation politique, le mot « parti » se situe au cœur de cette lutte d’influences. Au Congrès de Reims (1881), « Jules Guesde devenait, contre le fédéralisme théorique et pratique de Malon et de Brousse, le représentant de la centralisation et de l’unité » (C.O.S.F., p. 424). Contre lui, au congrès Japy (1899), Marpaux défendra encore « un projet d’union socialiste sur les bases du fédéralisme ». Nous comprenons mieux pourquoi, face à un P.O.F. centralisé, Brousse et Allemane reprennent le terme de « fédération » dans le titre principal de leur organisation de 1883, la « Fédération des travailleurs socialistes », dont le sous-titre devient « Parti ouvrier socialiste ».

14Cette séparation entre un titre et un sous-titre, quelle que soit la hiérarchie adoptée pour les dénominations, est bien le signe que, vers 1882, en milieu socialiste, « parti » fonctionne comme « fédération ». Il a donc imperceptiblement glissé de l’acception « classe s’organisant » à celle « d’organisation de classe ». Octobre 1890, juillet 1898 : « parti » remplace désormais « fédération » pour les allemanistes fédérateurs séparés des broussistes, comme pour les vaillantistes centralisateurs, disciples de Blanqui, dans les deux formations qui voient le jour : le « Parti ouvrier socialiste révolutionnaire » (qui reprend l’ancien sous-titre de la FTS) et le « Parti socialiste révolutionnaire », transformation légalisée du « Comité révolutionnaire central » blanquiste de 1881. 1902 enfin : on n’utilise plus, nationalement, que « parti », aussi bien pour baptiser le « Parti socialiste de France » (septembre 1902), issu de l’« Unité socialiste-révolutionnaire » réalisée à Ivry entre les guesdistes, les vaillantistes et quelques transfuges allemanistes, que pour baptiser le « Parti socialiste français » (mars 1902), réunissant autour de Jaurès à la fois la FTS de Brousse, la « Confédération des socialistes indépendants » et certaines fédérations régionales. Le premier est dirigé par un « Conseil central » ou « Comité central » et une « Commission exécutive » très puissante ; le second animé par un « Comité interfédéral » aux pouvoirs assez lâches.

  • 6 Une exception confirme la règle : les anarchistes, opposés à la construction d’un parti, forment en (...)

15« Parti », totalement circonvenu par le politique, a donc chassé par étapes des titres nationaux les collectifs « fédération »6, et « confédération » — titres définitivement régionalisés, comme « union fédérative », ou qui triompheront, sur le plan social, en accompagnant « bourse » et « syndicat » —, assumant à lui seul la double tradition organisatrice des socialistes, en même temps que les usages parlementaires et électoraux qui se sont installés. « Parti » est devenu un terme-clé de la 3e République. L’unification complète des socialistes en 1905 se fera sous son égide.

162) Des collectifs secondaires accompagnent « parti » et « fédération ». Alors que plusieurs portent une couleur idéologique certaine : « mouvement », « courant », « école », « tendance », « fraction », d’autres sont d’abord des outils circonstanciels de regroupement : « comité », « groupe », « cercle », « section ». Dans ce domaine de la micro-organisation, le vocabulaire puise dans d’anciennes traditions, révolutionnaire, maçonnique, internationaliste ou tout simplement républicaine. La néologie formelle et l’emprunt sont rarissimes dans ce domaine.

  • 7 Most ne faisait d’ailleurs que reprendre une image de Netchaiev qui, en automne 1869, mit sur pied (...)

17Si « mouvement » et « courant » restent politiquement peu utilisés (« les deux courants qui caractérisent le mouvement », lit-on dans P.O. du 29 janvier 1898), « tendance », « école », et plus encore le vieux terme « fraction » servent à opposer les clans d’idées. A l’exception de « tendance », officialisé à la SFIO en 1907, aucun de ces mots trop flous n’est pourtant utilisé dans le vocabulaire structurel des partis. La micro-organisation partisane n’a pas non plus saisi au vol l’image proposée par Most au congrès de fondation de l’« Association internationale des ouvriers socialistes révolutionnaires » tenu à Londres en juillet 1881 : Most recommandait la constitution de petits groupes qui devaient se souder entre eux « comme les cellules d’un nid de guêpes »7. Les Français restent tributaires de l’héritage révolutionnaire et l’on parle de « sections », voire de « sectionnaires » jusque dans les statuts. Outre son emploi parlementaire spécifique, « groupe » est plutôt réservé à gauche à la dénomination d’organismes divers : « corporatifs », « de jeunesse », « d’études sociales » etc... Une réunion de « groupes » socialistes pourra former une « section ». L’Action française, la Ligue des Patriotes voudront, elles aussi, reposer sur une organisation en « sections ». Mais les deux termes d’emploi majeur, tant à gauche qu’à droite, sont « comité » et « cercle ».

18« Comité » répond à deux types d’emploi différents, au sommet des organisations et à leur périphérie. Au sommet, on peut parler de « comité central », de « comité général » ou de « comité national ». Les partis s’entendent entre eux à l’aide de « comités », tels le « comité Cadet » antiboulangiste, qui lie socialistes et radicaux, ou le « comité de vigilance » (1898), lequel se transforme en « Comité d’entente socialiste », sous l’impulsion d’Allemane, en janvier 1899. D’autres « comités » fonctionnent à la base, « électoral », « républicain », « socialiste », « de propagande », « d’action », « d’études » etc... La fortune de « cercle » s’apparente à celle de « comité » mais le terme, non électoraliste, vise à des hauteurs plus intellectuelles. On se le dispute à droite comme à gauche : au congrès de juillet 1880, à l’Alhambra, Jean Grave représente les « cercles » anarchistes ; des « cercles d’études collectivistes » ont été fondés depuis 1878 sous l’impulsion des guesdistes. Quand Allemane arrive à Saint-Claude, on lui fait visiter le « Cercle du Parti », il est reçu au « Cercle du Travail », et inaugure à Oyonnax le « Cercle des Travailleurs » (P.O., 9 novembre 1894). Waldeck-Rousseau attend beaucoup du « Grand Cercle républicain » qu’il fonde en mars 1898. Des universités populaires se dénomment « cercles laïques ». A droite, ce sont des « cercles catholiques » qui se créent, plus ou moins sous l’inspiration d’A. de Mun. Le « cercle Tradition et Progrès » est fondé par La Tour du Pin en 1897. Il n’est pas jusqu’au « Cercle Proudhon » que se partagent soréliens et activistes. Il n’est donc pas acquis, malgré l’usage ultérieur orienté de « comitards » et de « cercleux », que « comité » soit de gauche et « cercle » de droite.

193) De même pendant longtemps « ligue », à l’instar de « parti », a été d’emploi politiquement non spécifique. Les historiens parlent cependant du « temps des ligues » pour caractériser la montée nationaliste puis monarchiste. A droite on assiste en effet, entre 1880 et 1905, à un phénomène progressif de captation lexicale (équilibrant la captation républicaine de « parti »). « Ligue » était pourtant un terme plein de souvenirs de gauche. La 1re Internationale est née de la « Ligue des Communistes » (1846), elle-même héritière de la « Ligue des justes » ; la « ligue de l’Enseignement » date du Second Empire (Jean Macé, 1866) : en 1867, L. Blanc, Hugo, Garibaldi et J. Stuart Mill fondent à Genève la « Ligue de la Paix et de la Liberté », à laquelle Bakounine propose une collaboration refusée. Mentionnons encore la « Ligue du Midi » gambettiste (1870), une « Ligue d’action républicaine » radicalisante (née vers 1900) et surtout la « Ligue pour la défense des Droits de l’Homme » ou « Ligue des Droits de l’Homme » conçue par L. Trarieux en plein procès Zola et fondée le 4 juin 1898. Le Parti Ouvrier félicite en 1898 les verriers d’Albi et de Carmaux d’avoir créé une « ligue de résistance » « contre les ennemis coalisés de l’usine prolétarienne » (P. O., 1er janvier 1898). Le Comité Central jette en 1892 « les bases d’une ligue qui comprendra toutes les fractions du parti socialiste » (C. du P., 31 décembre 1892). Le Congrès radical-socialiste de Marseille ne souhaite-t-il pas encore en 1903 la fédération des « comités » et des « ligues » ?

20Cependant, bénie par Hugo, la « Ligue des Patriotes », gambettiste en 1882 et reconstituée en 1893 sous le nom de « Ligue patriotique des Français », se voit réactivée par Déroulède avec sa première appellation, en septembre 1898, contre le « régime des mandarins et des mandrins ». Lemaitre et Coppée renchérissent sur l’appel de Déroulède aux « saintes baïonnettes de France » en créant en janvier 1899 la « Ligue de la patrie française ». Dès 1890 Drumont avait mis sur pied la « Ligue anti-sémite », que Guérin fait dériver vers la violence à partir de 1896. Enfin l’Action française fonde en janvier 1905 la « Ligue d’Action française », qui tient son premier congrès en 1907. Des « groupes » et une « fédération » d’étudiants l’avaient précédée. Mais on le voit, c’est le mot « ligue » qui essaime. Des boulangistes aux royalistes, voire aux bonapartistes, il devient un signe de reconnaissance nationaliste et anti-républicain. D’où sa péjoration progressive dans les milieux républicains qui évolue parallèlement à celle de « partis » dans les milieux monarchistes... ou anarcho-syndicalistes. Le Cri du Peuple met dans le même panier les « ligueulards et les nationalistes » (10 novembre 1898) ; Combes partira en guerre contre les « moines ligueurs » (1904). « Ligue » et ses dérivés portent désormais des connotations réactionnaires puis monarchistes, xénophobes aussi depuis l’affaire Dreyfus et antimaçonniques, qui réapparaîtront en 1934. Les ligues au pluriel sont de droite.

  • 8 Guérin parle du « Syndicat des Pétroleurs » qui pratique « l’accaparement du pétrole » (L.P., 18 No (...)
  • 9 P. Miquel, Histoire de la France, Verviers, Marabout, t. II, 1979, pp. 108-109.

214) Au-delà de « partis » et de « ligues », qui ont choisi leur camp, tout un ensemble de collectifs péjoratifs répond aux besoins de la polémique politique. Le plus surprenant est, à la fin du siècle, un emploi très spécifique de « syndicat », preuve que le terme n’a pas encore conquis sa place prépondérante dans l’organisation ouvrière. Cet emploi de « syndicat » est surtout un outil de droite. Outil de dénonciation à multiples usages : contre les raffineurs de pétrole8, contre les panamistes et chéquards du Parlement, contre les banquiers pro-républicains (vers 1880) : « On appelait le « syndicat » dans les milieux d’affaires de la droite catholique un petit groupe de protestants et d’israélites qu’on accusait le régime républicain de favoriser, en échange du financement de ses campagnes électorales9. » Enfin, l’éloquence et la presse nationalistes fourmillent, au moment de l’Affaire, de « syndicat Dreyfus » ou de « syndicat » tout court et de « syndicataires » (L.P., 11 janvier 1898). Amalgame dans l’esprit de ces polémistes des valeurs de « vénal », « républicain », « protestant », « juif » et « antimilitariste »...

22A « syndicat » semble bien répondre « bande » et « clique » dans le lexique polémique de la gauche. Qu’on en juge : « La bande Drumont, Guérin et consorts faisait apposer sur les murs un chaleureux appel « aux français »... : « Condamnez Zola... ou nous vous dénonçons au syndicat juif » » (P. O., 19 février 1898). Certes Casimir-Périer est accusé par Drumont de « livrer la France à la bande judéo-allemande », mais ce sont les socialistes surtout qui dénoncent « les bandes interlopes qui vivent du patriotisme », « les projets d’accaparement de la « bande noire » » (lire : le clergé), « la bande militaro-jésuistique », et, au-delà, « tout le haut banditisme international ».

  • 10 « Pour qu’il y ait des partis politiques, il faut que la liberté donne aux populations les moyens d (...)

23D’usage politiquement moins marqué, les collectifs « clan », « chapelle », « faction », « secte », « horde », connaissent des fortunes diverses. On dénonce le « clan radical », les « chapelles » socialistes, la « horde » républicaine, la « secte guesdiste » bien sûr, et la « secte abominable » (les anarchistes), mais c’est plutôt le vieux mot révolutionnaire « faction » qui ressort, pour caractériser par exemple « la faction guesdiste » accusée d’« obstructionnisme ». « Faction » double « fraction » mais en sous-entendant la plupart du temps une possible violence10.

  • 11 Sauf à l’extrême-droite. C’est la doctrine du « faisceau » prônée par le Marquis de Mores dès 1894 (...)

24Dans tout cela, rien d’original. Rarissimes sont les collectifs, même polémiques, qui soient empruntés ou néologiques. Le « Fascio Operaio » italien (1871), malgré les modèles antiques qu’affectionnent certaines éloquences de tribune et que révèle encore l’emploi héroïque de « phalange » tant à droite qu’à gauche, ne fait guère d’émule immédiat11. Seul fonctionnement emprunté : l’utilisation de « section française » dans les Internationales. Seul calque évident : celui de la « Chevalerie du Travail française » (le « Noble order of the Knights of Labour » américain) dont un précédent existe déjà en Belgique, alliance semi-secrète scellée en novembre 1893 entre des anarcho-syndicalistes et des socialistes. Seules inventions verbales, outre les « sillons » : les « chantiers » de la Chevalerie du Travail après ceux de la Maçonnerie, et les noms de baptême des nouvelles « loges » du Grand Orient, toujours aussi poétiques (« L’Aurore » à Uzès), ou inspirés par l’humanisme positiviste (« Le Progrès-Humanité » à Saint-Ambroix). Se prolonge ainsi le courant nominateur des sociétés secrètes, républicaines, maçonniques et compagnonniques du xixe siècle. Mystiques aussi : des « Rose-Croix » fleurissent. Mais tout cela reste minoritaire, voire marginal.

  • 12 M. Leclerq, E. Girod de Fléaux, Ces messieurs de la C.G.T., Paris, Ollendorf, 1908.
  • 13 La bataille syndicaliste, 21 juillet 1914. — Il y a eu concurrence entre « cégétiste » et « cégétéi (...)

255) Il est pourtant une habitude toute nouvelle qui se répand comme une épidémie, malgré le refus opposé par les orateurs de style classique, tel Jaurès : c’est la siglaison des dénominations politiques. Dès sa création à Limoges en 1895, la Confédération Générale du Travail s’est appelée la « C.G.T. » et la Charte d’Amiens en 1906 assume définitivement le sigle. Alors que les orateurs préfèrent diminuer la longueur des titres en ne gardant que le collectif et/ou certains déterminants, les raccourcis nominaux s’opposant à la siglaison (on a préféré « l’Internationale » à l’« A.I.T. »), journalistes et publicistes cèdent plus aisément à une mode qui permet d’allier précision et rapidité dans la désignation d’un groupe. Le Catalogue analytique des Cahiers de la Quinzaine de 1904 commence par évoquer le nom des partis en toutes lettres, puis il se lasse, et « P.O.F. » puis « P.O.S. R. » viennent faire écho aux interventions du Congrès de la Salle Wagram (1900), dont certaines photos nous montrent des pancartes ornées de sigles socialistes. En 1908, « C.G.T. » apparaît en titre de livre12, et le dérivé « cégétiste » voit le jour ; ce dernier sera courant en 1914 où plus d’un député prend coutume de se plaindre des « abominables cégétistes13 ». Dans l’énonciation, les sigles resteront longtemps de type analytique, chaque initiale étant épelée. Signe des temps : Jaurès, qui parlait encore en 1905 de la « Confédération du Travail », par raccourci nominal, accepte le sigle C.G.T. dans son discours de 1908.

B) Les désignants et leurs sens

26Passant maintenant des déterminants usités dans les titres à tous les adjectifs-substantifs qui servent à la dénomination, nous étudierons les « désignants » politiques dans leurs valeurs de sens puis dans leur morphologie.

27Pour l’approche sémantique des plus marquants d’entre eux, vu leur sensibilité aux entourages et au temps, deux précautions de méthode s’imposent : accepter d’emblée que les vocables n’aient pas un contenu immuable (référents et emplois sont mouvants), examiner les rapports qu’ils entretiennent entre eux, en particulier leur fonctionnement par couples. T. Zeldin remarque avec justesse : « Des étiquettes suggérant jadis des tendances révolutionnaires extrêmes ont fini par signifier exactement le contraire. Les radicaux qui étaient nettement à gauche à l’origine et qui défendaient en 1869 un programme extrémiste, siégeaient à la Chambre au centre à la fin du siècle et se rangeaient de plus en plus à droite. Certains groupes, comme la Gauche républicaine qui siégeait à droite, étaient en tous points conservateurs. En 1885, « progressiste » signifiait avancé, mais, en 1898, le terme désignait les modérés et, en 1906, l’aile droite et même cléricale. Dans le Midi, on trouvait des « socialistes anticollectivistes » qui étaient en fait des conservateurs. (H.P. F., IV, pp. 35-36). T. Zeldin souligne ici deux phénomènes difficiles à départager : l’évolution, affadissement en général, des désignants, leur glissement historique, avec leurs porteurs, de gauche à droite d’une part, et d’autre part l’inadéquation de certaines étiquettes et des comportements révélés dans l’action.

  • 14 Radical « supposait un souci démocratique parfaitement compatible avec la monarchie et les institut (...)
  • 15 Blanqui faisait partie des « radicaux exclusifs » sous la Monarchie de Juillet, adversaires absolus (...)

281) « Radical » est donné comme l’exemple classique d’un désignant évolutif. Mais il serait simpliste de croire à un passage linéaire, irréversible de l’extrême-gauche au centre. Certes le mot vient de l’anglais, avec le sens de « qui saisit les choses à leur racine » (Marx, 1843). Cet absolutisme inspire encore Littré, lequel définit « radical » par la périphrase : « qui travaille à la réforme complète, absolue de l’ordre politique dans le sens démocratique ». Radical, c’est-à-dire démocrate intégral. A cette valeur d’origine s’est associé, en anglais, un légalisme non moins absolu14. Et ce légalisme est demeuré une constante de ses emplois en France au xixe siècle, à l’exception de l’usage blanquiste15. « Radical » n’a jamais signifié « révolutionnaire », dans son utilisation partisane et parlementaire. C’est qu’en fait la fortune politique de cet adjectif-substantif a d’abord dépendu en France de la suppléance de « républicain », qui lui a échu lors de l’interdiction de ce mot dans la loi sur la presse de 1835. Il a été la face légale du républicanisme mis au ban.

  • 16 « Voilà qui divise profondément l’école libérale de l’école radicale, c’est la théorie du nombre, c (...)
  • 17 Voici deux définitions polémiques qui caractérisent bien les clans en présence dans les années 80. (...)
  • 18 « Les opportuno-orléanistes » (Le Prolétariat, 21 juin 1890) ; « La sacrosainte république opportun (...)

29La tendance légaliste, voire conciliatrice, des républicains (de Carnot à Ledru-Rollin) a seule assumé l’étiquette après 1848, « radical exclusif » s’effaçant très tôt, chez les blanquistes, devant « révolutionnaire » puis « socialiste révolutionnaire » (Vaillant), exception faite du clan Rochefort. Pourtant, dans les années 60, le terme demeure très fort, dans la bouche de Ferry, par exemple, qui le glose par « néo-jacobins ». Il s’oppose à « libéral » : c’est tout au moins l’orléaniste Audifred-Pasquier qui l’affirme à Gambetta16. Dans les années 70, glisse-t-il vers le centre, avec ses porte-parole gambettistes ? Ses co-occurrents sont désormais « loyal », « patient », « prudent », « légal » surtout et de nombreux couplages le prendront sur le fait : c’est le flirt opportuniste de Gambetta. Le mot va-t-il céder à l’attraction du centre ? Des « intransigeants », « antiopportunistes » et même, à partir de 1881, des « radicaux-socialistes » à trait d’union sollicitent le mot « radical » en sens inverse. Le voilà pris entre deux postulations contradictoires : « opportunisme » ou « intransigeance17 » ? C’est Gambetta qui cède. Relevant le défi des mots, il revendique l’étiquette infamante, il se veut délibérément « opportuniste », malgré les alliances lexicales dans lesquelles le terme se verra compromis18. « Radical », aidé par « socialiste », tente alors de s’opposer à « opportuniste » : Tony-Revillon est présenté aux élections de 1881 par le « Comité radical-socialiste anti-opportuniste » du 20e arrondissement.

30Avec Ferry, qui n’apprécie nullement la nouvelle étiquette, on ne revient pas au mot « radical » ; le centre se rebaptise « républicain de gouvernement », aboutissement du gambettisme sans Gambetta.

31« Radical », libéré ainsi de la tentation sémantique de l’opportunisme... sinon de sa pression politique, s’efforce alors de coller à la gauche. C’est la fin du siècle. On parle des « vrais radicaux » ou de « néo-radicalisme » (1893) : une centaine de députés ajoutent maintenant au nom l’épithète de « socialiste », signe de leur rupture. Pour une traversée du désert purifiante ? Il est trop tard. L’étiquette est devenue polyvalente. Elle sert aussi bien aux « radicaux-socialistes » purs et durs, qu’à la « Gauche démocratique », qui refuse l’adjonction du second terme tout en acceptant la Délégation des Gauches, qu’au « Solidarisme » fort modéré de L. Bourgeois. Un Congrès d’unification est dans l’air ; il joindra curieusement à « parti » les deux étiquettes « radical » et « radical-socialiste », titres de deux groupes parlementaires différents qui entendent former un même mouvement national ancré à gauche. « C’est la fin de l’ère des ajournements », déclare le Congrès de Paris en 1901. Avec le xxe siècle commençant et le « combisme » de 1902, « radical » se situe au cœur de la Délégation des Gauches et de l’anticléricalisme le plus militant.

  • 19 R.R. ?, p. 115. — A l’extrême-gauche, le rejet de « radical-socialiste » va de pair avec celui de « (...)
  • 20 Curieux sens donné à « radicalisé » et combien symptomatique, dans Mermeix : « Si M. Jules Guesde a (...)

32Dernière image de l’époque : avec la rupture du « Bloc des gauches », en 1905, un mouvement inverse du pendule s’est amorcé. C’est la troisième tentation, celle de Clemenceau, l’ex-intransigeant devenu conciliant avec la droite et briseur de vignerons et de grévistes. Au nom du combat contre les « propagandistes de l’antipatriotisme », « radical », même accolé à « socialiste » qui ne le garantit plus19, dérivant pour de bon au centre, devient, sous la houlette du Comité républicain du Commerce et de l’Industrie et malgré le pas de Caillaux vers l’impôt sur le revenu, synonyme de républicain modéré voire de conservateur20. En réalité, pour nombre de politiciens, « radical » s’est mué en pure étiquette électorale, comme aux élections de 1910 où même des royalistes l’ont empruntée. Les « vrais radicaux » se sont faits rares avec le temps, ou bien ils sont devenus les « muets du sérail » (H.P. F., IV, p. 410). On peut, avec Isvolski, définir le radical de 1914 comme un « doctrinaire rendu raisonnable par l’exercice du pouvoir ». Disons pour conclure qu’il existe en fait deux mots « radical », les deux usages (parlementaire usuel et extrémiste marginal) ayant accepté entre eux, au xixe siècle, une solution de continuité totale.

332) On pourrait pour chaque désignant retracer des évolutions semblables. Mais comme ils se marquent les uns par les autres — et se démarquent les uns des autres —, c’est très vite la même histoire qui est racontée. Ainsi, « radical » évolue, comme d’autres appellations, dans l’orbite de « républicain ». Un des rapporteurs au congrès des U.P. de 1904 remarque que « radicaux », « radicaux-socialistes » ou « socialistes » ne sont que des « prénoms : le nom de famille est républicain » (R.R. ?, p. 48). Il faut donc faire un sort à ce dernier : toute la grappe vient avec.

34Préparées par certains philosophes du siècle des Lumières, modelées par les 21 et 25 septembre 1792 et les 24 février et 4 novembre 1848, les valeurs de « république » et « républicain » ont été resserrées au xixe siècle sur l’emploi restrictif qui les fait s’opposer aux désignants monarchistes et césariens (ou « impérialistes »). Symboles du rejet des dynasties héréditaires, un passé d’interdictions pèse sur ces mots (d’où la substitution de l’étiquette « radical » sous Louis-Philippe mais aussi des étiquettes « démocrate » et « démocratie » sous le Second Empire). La devise trinitaire de la Révolution constitue l’arrière-fond du sémantisme. A elle se sont agrégés l’un après l’autre les principes de centralisme national, de suffrage universel, puis de laïcité scolaire : « Vous êtes tous les fils de 89, dit Ferry aux instituteurs le 19 avril 1881... Comment n’aimeriez-vous pas et ne feriez-vous pas aimer dans votre enseignement et la Révolution et la République ? ». Derrière « République » et « républicain » : la lourde épaisseur des conflits passés. Quant à la « Gueuse » des monarchistes, ce n’est pas la république en soi, mais bien plutôt sa réalité plébéienne montée au pouvoir : la démocratie. Témoin, Maurras qui, à l’instar de Proudhon, sauvera parfois « république » pour mieux perdre « démocratie » : « c’est la démocratie qui est l’élément anarchique de la République » (Gazette de France, 4 mai 1899).

35En général, cependant, les deux termes forment un bloc indissociable, comme cette réflexion symptomatique de Renan, à la naissance du régime, transmise ainsi par Maurras : « Renan se montrait inquiet de ces vocables : République, républicain. Pourquoi ? C’est, disait-il, que ces mots font redouter « un certain développement démocratique malsain ». Ce développement a eu lieu » (A.F., 7 mai 1933).

36En fait, les discours détracteurs d’extrême-droite comme d’extrême-gauche se croisent autour de la même cible, les « républicains de gouvernement » installés aux commandes. Il faudra toute la pesée de Jaurès et des socialistes « républicains » pour que la « Défense Républicaine » devienne plus que l’affaire du centre et des radicaux. D’où l’importance du mythe verbal, déjà chanté par Péguy au passé, cet éloge de la « tradition républicaine » que l’on trouve à l’état pur dans le fameux Discours à la Jeunesse prononcé par Jaurès à Albi (1903). « République » y est enserré dans un réseau qui commence par « France » et finit sur « travailleurs », après être passé par « suffrage universel ».

37Car, au fond, dans la saisie d’un vocable aussi sollicité par son rôle historique, tout n’est plus qu’une question d’entourage. Appuyée sur des pré-requis glorifiés ou condamnés (mythes à l’endroit et à l’envers), la famille de « républicain » n’existe pas en soi. Elle nécessite à tous moments dans les textes la présence de supports valorisants ou dévalorisants, renforçants ou spécifiants. Plus que ses formes, ce sont ses accompagnateurs qu’il convient d’examiner.

383) Toute une série d’adjectifs qualificatifs accompagne les désignants politiques. On a déjà cité les « radicaux avancés » ; arrivent également à l’époque les « socialistes avancés » (P. O., 12 février 1898), les « républicains avancés » (L.P., 13 novembre 1897), les « fractions dites avancées des partis bourgeois » (Le Socialisme, 17 novembre 1897)... Ce renforcement est si usuel (il existait déjà en 1848) que le qualificatif a pu prendre la place du désignant, et « les avancés » se dire pour certains socialistes comme Jaurès ou pour certains radicaux. Il en est exactement de même pour « purs », qui accompagne aussi bien « réactionnaires » que « démocrates », « communistes » ou « marxistes ». Pris seul, chez Laffitte par exemple, le terme désigne les socialistes révolutionnaires ou, dans P. O. du 18 juin 1898, les Rochefortistes, reconnaissables à leur « tonnerre en zinc ». On pourrait citer des exemples pour « vrais » (les « vrais radicaux »), pour « entiers » (« les farouches révolutionnaires entiers »), pour « extrême » (« l’extrême radicalisme anticollectiviste » de Clemenceau), mais le cas le plus original semble bien être l’utilisation intensive et très politique d’« intégral ».

  • 21 in Le Socialisme devant le vieux monde, Paris, Librairie Phalanstérienne, 1849, p. 131.
  • 22 in Le Socialisme intégral, Paris, 1890, t. I, p. 17.
  • 23 Cf. Léon Blum et le parti socialiste, Paris, Presses de la F.N.S.P., 1967, p. 53.

39Des attestations que nous avons réunies, deux types d’emploi différents paraissent ressortir. « Intégral » a d’abord la valeur courante de entier, complet, sans diminution. C’est ainsi sans doute qu’il faut interpréter la résolution de l’Internationale sur « l’enseignement intégral » (1869), la « révision intégrale » réclamée par Boulanger en 1888, le « travail intégral » des socialistes, la « liberté intégrale » de Pelloutier, « l’union intégrale » de Péguy (1900), « L’émancipation intégrale » réclamée par la Charte d’Amiens (1906) ou encore le « libéralisme intégral » du journal monarchiste Soyons libres. Un second type d’emploi conduit à l’idée de synthèse. Peut-être ne s’agissait-il que d’une totalisation chez V. Considérant : « Le Saint-Simonisme, le Phalanstérianisme, les diverses Écoles communistes et le Parti-Proudhon ne sont que des formules... Le Socialisme intégral, c’est tout cela réuni21. » Mais cette volonté de rassemblement se double d’une exigence « synthétique » dans la définition que donne B. Malon : « Nous entendons par socialisme intégral, le socialisme envisagé sous tous ses aspects, dans tous ses éléments de formation, avec toutes ses manifestations possibles. Ainsi compris, le socialisme est l’aboutissement synthétique de toutes les activités progressives de l’humanité militante22. » G. Ziebura commente ainsi cette « opposition idéologique au marxisme guesdiste » : « Il s’agissait (pour Malon)... de recomposer en une synthèse générale tout ce qu’il pensait trouver de vérités partielles dans les diverses théories socialistes23. »

40A l’autre extrême, une tentation semblable va s’affirmer. H. Vaugeois écrit : « Le nationalisme sera antisémite, donc antirévolutionnaire, ou ne sera pas entier, intégral » (A.F., 15 mai 1902). Dépassement : l’Action Française se voudra l’« organe du nationalisme intégral ». De son côté, Jules Lemaitre prononcera, le 12 novembre 1902, son discours sur « La République intégrale » (lire nationaliste). Synthèse de gauche ou synthèse de droite, « intégral » devient un désignant disputé, aux connotations curieuses : on voit surgir à gauche toute une famille, « intégraliser », « intégralité », « école intégraliste », « intégralisme socialiste », etc.

  • 24 « Nos républicains tout court » (Le Prolétaire, 24 septembre 1892), des « élus bon teint » (La Bata (...)
  • 25 « Socialistes au jus de betterave » (L’Égalité, 16 avril 1882), « socialistes de carton » (Le Prolé (...)

41D’autres qualificatifs ont une présence aussi forte : « haut », « grand », « bon » — mais ils ne jouent qu’un rôle social. Dans « avancé », « pur », « vrai », « intégral » ou dans des expressions comme « tout court » ou « bon teint » 24, l’ajout sert au substantif de gardien d’authenticité idéologique (même dans le cas d’ironie). Ce qui recèle un présupposé logique : s’il y a des purs, c’est qu’il y a des impurs ; des vrais, donc des faux. Et il serait aisé de cueillir dans le lexique polémique de l’époque toute une gerbe d’ajouts péjoratifs : « faux », « pseudo », « semi », « partiel », « soi-disant » ou d’autres beaucoup plus imagés25 qui feraient l’exact pendant des valorisations évoquées.

42Le passage d’une qualification à l’acte de désignation autonome qu’on vient d’observer pour « les purs » ou « les intégralistes » peut de la même façon affecter les collectifs. Au départ rien de bien caractérisant chez eux (ils servent à tous), puis, certaines habitudes de référenciation étant prises, dans la lignée des « clubistes de 48 » et de « communeux », « communards » ou « fédérés », on a pu dire, en visant des groupes de militants très spécifiques : « les alliancistes », « les unionnistes », « les comitards » ou « les cercleux », « les ligueurs », « les sillonnistes », « les syndicaux », « les blocards ». Le mouvement inverse s’est lui aussi produit, à savoir le passage d’une détermination adjectivale à un substantif prenant, comme pour « la Sociale » dès 1848, valeur de collectif. Les exemples les plus clairs en sont « l’Internationale » bien sûr, mais aussi « la Syndicale » et « les Syndicales » (Pouget, 1894), « la Laïque » (Jaurès, 1910).

43Mais ces phénomènes de transfert de fonctions dans les deux sens entre collectifs et déterminants restent limités et souvent polémiques, puisqu’on ne retient d’une lexie que ce qui la caractérise le moins. La plupart du temps, le discours politique joue sur des co-occurrences répétitives, modalisant l’appellation au lieu de la raccourcir, en vue de renforcer un terme dans la direction qu’il a prise ou d’en particulariser l’emploi.

  • 26 Règle du Congrès « ouvrier socialiste » de Marseille (1879) : « Tout délégué devra être ouvrier, él (...)

444) Sur ce plan, le premier rôle à la fin du xixe siècle semble revenir à « ouvrier » et « travailleurs ». En 1848 déjà, la mode était à l’adjonction de ces termes aux lexies politiques : populisme de février, dans la fièvre du suffrage universel et de la démagogie. C’est un mouvement en apparence semblable qui affecte, à la fin du siècle, bon nombre de dénominations de gauche, et cela dans toute l’Europe. La promotion convergente sur la scène politique de « Labour », « Arbeiter », « Obrero », « Operaio » est remarquable. Mais il n’est plus exactement question d’électoralisme. Le mouvement est inverse : on sélectionne par cet ajout26 (et déjà L’Atelier opérait ainsi avec les mots en 48) ; c’est le « parti de classe » dont les socialistes proclament la pure constitution. Pour illustrer cela en France, il suffit de rappeler quelques dénominations évoquées plus haut : « Parti ouvrier », « Fédération des travailleurs », forment la base des premiers noms de partis (P.O., P.O. F., P.O.S.R., F.T.S.). Plus que « socialiste », « ouvrier » est un label d’appartenance à l’extrême-gauche. Rochefort puis Barrès peuvent lancer l’étiquette « socialistes nationalistes » mais non pas celle d’ouvriers ou de travailleurs nationalistes. Pas encore, tout au moins. Il est plus facile de récupérer lexicalement une idée qu’une classe.

45« Ouvrier » agit donc comme un renforçant de « socialiste », ancré par lui dans un prolétariat senti porteur de la révolution. Mais, une fois affirmée l’option « parti de classe », le besoin de ce témoin d’authenticité sera moins ressenti, et la seconde vague des appellations socialistes en fera l’économie (U.S.R., P.S.R., P.S. de F., P.S.U. mais S.F.I.O.).

  • 27 « Millerand (...) a toujours été évolutionnaire » (Jaurès, La Petite République, cité par G. Lefran (...)
  • 28 Le terme, selon Blum, daterait de 1881 et dériverait d’un article du Prolétaire où Brousse conseill (...)
  • 29 Le couplage « socialiste-révolutionnaire » vient de Blanqui : « Vous êtes socialiste-révolutionnair (...)
  • 30 « Libertaire » semble dû à Proudhon qui parle en 1858 de « l’utopie des libertaires » (in De la Jus (...)
  • 31 D’abord hapax sous la forme « collectisme » chez Considérant à la fin de 1848, « collectivisme » vi (...)

46Les autres modalisateurs sont là pour spécifier. A travers eux passent, par exemple, toutes les nuances des « écoles » du Socialisme qui vont des « évolutionnaires »27 et « ministérialistes » atteints de « modérantisme », et des « possibilistes » qui ne réclament que le « possible » 28 aux « socialistes-révolutionnaires »29, aux « anarchistes » ou « libertaires »30 et aux « collectivistes »31 et/ou « communistes », tendances d’extrême-gauche.

475) A ces désignants de tradition française viennent se joindre à l’époque plusieurs termes d’origine étrangère, dont les significations (et les formes) doivent plus ou moins se recomposer pour être assimilées.

48Les emprunts aux usages étrangers ne paraissent guère plus nombreux qu’à d’autres époques, à l’exception des anglicismes et des germanismes socio-politiques et du domaine industriel, où l’« américanisation » (1898) commence à pénétrer.

  • 32 Un « puff » est un canard, au sens de fausse nouvelle colportée partout (première attestation dans (...)
  • 33 La préfixation en « self- » semble commencer avec ce terme vers 1835. Puis on trouve « self-control (...)
  • 34 D’Estournelles de Constant, Les États-Unis, p. 328 (1913). Mais « boss » désigne aussi le patron d’ (...)

49L’anglicisme est en politique une tendance permanente non démentie du français. Enfilons une question au hasard des fiches : les « blackboulés du dernier scrutin » sont-ils prêts au « flirtage avec l’ennemi », à prendre le pape pour « leader » ou, lors d’un « meeting de protestation », à exposer « leur platform » sans être aussitôt traités de « puffistes »32 ? On peut citer bien d’autres anglicismes, soit anciens comme « self-government » 33, soit nouveaux tels « khakisme » hérité de la guerre des Boers ou la série « interview », « interviewer » 1883 et « intervieweur » 1897. Mais le fait le plus original est celui de la vague d’anglo-américanismes qui vient doubler l’apport traditionnel. Outre un certain lexique social (les « cow-boys »), politique (les « boss », comités électoraux)34, ou économique, c’est surtout dans le domaine de l’organisation... ou de la désorganisation industrielles que cette influence se fait sentir. Citons « boom » (explosion, progrès brusque) en 1885 et « doom », son inverse, la crise, « pool » en 1901, « label » et « labellisme », étiquetage des produits sous contrôle syndical, « lobby » et « lobbyists », « lock-out » et « lock-outés », « turn-over » ou mobilité professionnelle, et bien sûr « holding » 1909 et « trust » ou « truste ». G. Le Bon loue le « type supérieur du business-man » en 1898.

  • 35 Mais rares sont les désignants néologiques issus d’emprunts à des langues latines : « pronunciament (...)
  • 36 « Vient d’arriver à Berlin un groupe de victimes des derniers pogromes russes », raconte L’Exploité (...)

50Une autre vague d’emprunts importants est duc à l’allemand35. C’est le cas de « cartel », défini comme « charte, contrat... syndicat de producteurs ou entente commerciale », selon les formules de Martin Saint-Léon (Cartels et Trusts) puis de Ch. Gide ; c’est aussi le cas de « Krach » emprunté à l’Autriche en 1882, et dans un autre registre de « junker » (1882) et « heimatlos ». De Russie sont venus « moujik », 1898 (1830), « ukase » (1798) puis « oukase » (1826), « tzarisme », 1892 (1860), « mir » 1890, « pogrome »36, et « nihilisme ».

51Avec ce dernier terme, nous rencontrons cette catégorie particulière d’emprunts qu’est le calque approximatif. C’est ainsi que la notion négatrice exprimée en français par « rieniste » (Maistre, 1810) et incarnée dans un mot de Tourgueniev caractérisant le scepticisme de Bazarov a repris aux philosophes et aux néologues (Mercier, 1801) le terme de « nihilisme » pour l’appliquer à la négation politique totale telle que la pratiquent les narodniks russes à partir de 1879. Certains calques paraissent s’imposer du premier coup : ainsi en est-il de la « loi d’airain » en 1878 (« ehernes Gesetz » de Lassalle), de « classe dominante » (« herrschende Klasse »), d’« ouvrier parcellaire » (« Teilarbeiter ») et de « piquet » de grève (anglais « picketing »). Mais il arrive que l’approximation n’opère que par degrés, à travers plusieurs mots ou lexies d’essai, jusqu’à ce que l’usage se stabilise sur une solution acceptée.

  • 37 « Sozial-democrats » apparaît chez Pelloutier (L’Avenir Social, août 1893) au lendemain du Congrès (...)
  • 38 Chez Jaurès, en particulier, qui parle des « socialistes démocrates » (Discours de Lille, 1900) et (...)

52Pour « Sozialdemokrat » et « Lumpenproletariat », la pénétration fut complexe. Comment le premier a-t-il pu se faire une place alors que tant d’appellations préexistaient ? De la reproduction quasi brute au sein d’un texte français37à la francisation complète à l’aide de mots déjà bien usités, voire usés : « démocratie socialiste » dès « socialistes-démocrates »38, la translation a erré quelque peu avant de se fixer sur le calque transparent « social-démocratie » et « social-démocrate » (avec base initiale le plus souvent invariante), qui a triomphé des hésitations et des confusions. Le Congrès international socialiste de septembre 1900 lui apporte une caution officielle, transmise par le compte rendu de Péguy. Aussi, au début de 1909, Lénine n’aura-t-il aucune hésitation à intituler son journal parisien : Le Social-Démocrate. Organe central du Parti Social-Démocrate Ouvrier en Russie. Mais, ce faisant, il trace parmi les emplois français un autre sillage ; et le terme couvre désormais à la fois le modèle allemand (Lassalle, Bebel, mais aussi Bernstein), le modèle russe (Plekhanov puis Lénine) et leurs correspondants marxistes en France, sans oublier certaines connotations antérieures de type modéré.

  • 39 Traduction Andler du Manifeste Communiste (1901). En 1934, Molitor se sert encore de « prolétariat (...)
  • 40 « C’était le prolétariat en haillons (Lumpenproletariat), le prolétariat inconscient, prêt à tout » (...)
  • 41 Traduction Laura Lafargue du Manifeste Communiste, revue par Engels (1886). Flaubert semble avoir i (...)
  • 42 Guesde, réponse au Comte de Mun (1900).
  • 43 « Le bas prolétariat », « la gueuserie », « l’élément gueux prolétarien », « engueusement », « la g (...)

53La translation de « Lumpenproletariat » a balancé, elle aussi, mais entre l’appel à un vieux terme de la langue, la « canaille »39, la traduction mot à mot40, la promotion d’un néologisme qui eut son heure littéraire, « voyoucratie »41, des gloses comme la « sur-misère » qui « ne fait que des mendiants ou des anarchistes »42, et l’éventail de ces essais d’adaptation que l’on retrouve regroupés en 1922 sous la plume de Bracke43 aboutira tardivement aux deux solutions acceptées de nos jours : « sous-prolétariat » (1938) et « lumpenprolétariat » emprunté tel quel. L’apprivoisement est achevé.

C) Les désignants et leurs formes

541) Ce qui étonne dès l’abord, dans les textes politiques des années 1879-1914, c’est l’ample moisson que l’on peut récolter de dérivés sur patronymes, pseudonymes et toponymes, points d’accrochage immédiat de la langue à l’histoire. Innombrables néologismes éphémères, le temps d’une escarmouche ou d’une mode, mais aussi formation à grande constance et haute fréquence d’emploi. G. Ziebura remarque : « La polémique idéologique restait en France le domaine quasi exclusif des dirigeants... Ce n’est pas un hasard si la plupart des groupes se désignaient généralement d’après le nom de leur chef : on disait les « guesdistes », les « jauressistes », etc...

  • 44 Nous ne mentionnerons dans les listes qui suivent que les désignants. La plupart vivent en famille (...)
  • 45 Une part des attestations de première date provient des Matériaux pour l’histoire du vocabulaire fr (...)

55Mais les désignants ne se greffent pas seulement sur les noms des chefs de parti. Dans les listes suivantes44, nous donnerons des exemples d’appellations très diverses45.

a) Leaders politiques ou nationaux, vivant entre 1879 et 191446 :

  • 46 La date qui suit le mot indique une attestation du fichier ; une date entre parenthèses mentionne, (...)

56« allemaniste » 1985, de l’anarcho-socialiste Jean Allemane ; « baslicot » 1908, du mineur syndicaliste Étienne Basly ; « barberétiste » 1882 ou « barberettiste » 1886, du socialiste-syndicaliste modéré J. Barberet ; « bebelien » 1903, du social-démocrate Isaac Bebel ; « bernsteinien » 1901, du révisionniste Ed. Bernstein ; « bertagniste » 1896, de Bertagna, maire de Bône opposé aux antisémites ; « bismarckien » 1889 ; « blanquiste » 1889 (1871), « blanquo » 1897, « guesdo-blanquiste » 1904, « pseudo-blanquiste » 1898 ; « brissonniste » 1885, du radical Fernand Brisson ; « broussiste » 1895, du possibiliste Paul Brousse ; « brouchouxtiste » 1906 ou « broutchoutiste » 1908, du syndicaliste anarchiste Benoît Broutchoux ; « casimirien » 1894 ou « anticasimirien » 1895, du président Jean Casimir-Périer ; « caillautiste » 1914, du radical Joseph Caillaux ; « clementiste » 1885, de Georges Clemenceau ; « combiste » 1899, d’Émile Combes ; « culiniste » 1891, d’Hippolyte Culine, leader gréviste de Fourmies ; « les dérοulèdes » 1887, « déroulédiste » et « déroulédard » 1899, de Paul Déroulède ; « drumontiste » 1900, de l’antisémite Éd. Drumont ; « fauresque » 1898, du président Félix Faure ; « ferryste » 1885, « ferryque » 1884, « ferrychon » et « ferrychonesque » 1883, de Jules Ferry ; « gambettiste » 1883, de Léon Gambetta ; « gréviste » 1906, de Jules Grévy ; « guériniste » 1900, de l’agitateur Jules Guérin ; « guesdiste » 1885 ; « jauressiste » 1904 ; « hervéiste » 1909, de l’anarchiste Gustave Hervé ; « joffriniste » 1888, du socialiste modéré Joffrin ; « lassallien » 1892, « néo-lassallien » 1912, de Ferdinand Lassalle ; « mahdiste » 1911, d’El Mahdi, chef de la révolte du Soudan ; « marxiste » 1881, « pré-marxiste » 1912, « néo-marxiste » 1913 ; « méliniste » 1898, « mélinesque » 1898, de Jules Méline ; « millerandiste » 1903, « milleranesque » 1912, d’A. Millerand ; « reilliste » 1902, du baron Reille ; « rooseveltiste » 1913, de Theodor Roosevelt ; « rochefortiste » 1894, d’Henri de Rochefort ; « vaillantiste » 1892, d’Éd. Vaillant ; « victorien » 1888, partisan d’une monarchie constitutionnelle, d’après le modèle anglais (reine Victoria) ; « waldeckiste » 1904, de René Waldeck-Rousseau.

b) Morts célèbres et modèles historiques-idéologiques :

57« bakouniniste » 1892, « bakouninien » 1909, de l’anarchiste Michel Bakounine ; « babouviste » 1884 (1796), de Gracchus Babeuf ; « bérangiste » 1900, de Béranger ; « bonapartiste » 1889 (1816), « bonaparto » 1888, « bonaparto-capitaliste » 1892, « bonapartisan » 1892, « bonaparteux » 1899 ; « les césars » (xviiie siècle), « césarien » 1898 (1863), « césarion » 1890 (1849), « césariste » 1885 (1851), « néo-césarien » 1888, moqueries pour Napoléon III ou Boulanger ; « colinsien » (1868) ou « collinsien », 1879 du socialiste belge Colins ; « darwiniste » 1881, « darwinien » 1927, de Ch. Darwin ; « comtien » 1909, d’A. Comte ; « fils de Condé » 1899, appellation des royalistes ; « fabien » 1899, calqué sur la Fabian Society 1883, qui s’était placée sous l’égide de Fabius Cunctator ; « fouriériste » 1912 (1841) ou « fourriériste » 1890, de Ch. Fourier ; « girondin » 1894 (1792), socialiste proche du pouvoir ; « jacobin » 1889 (1790), « néo-jacobin » (1866), intransigeant ou centralisateur ; « goethien » 1892 ; « hégélien » 1909 (1848), « néo-hégélien » 1892, de F. Hegel ; « malthusien » 1907 (1848), « néo-malthusien » 1907, de T.-R. Malthus ; « mazzinien » 1909, « anti-mazzinien » 1909, de G. Mazzini ; « oweniste » 1890 (1841) de Robert Owen ; « proudhonien » 1912 (1868), « proudhonnien » 1879, « proudhonniste » (1848) ; « robespierrot » 1892 ; « stirnérien » 1910, de l’individualiste Max Stirner.

c) Occasions ou symboles de regroupements momentanés :

  • 47 D’un capitaine Boycott, régisseur terrien irlandais mis à l’index par ses ouvriers agricoles et rui (...)
  • 48 Chagot, devenu synonyme d’exploiteur après le procès de Montceau-les-mines en 1882.

58« boycotteur » 189747 ; les « chagots » 188548 ; « dreyfusard », « dreyfusien » et « dreyfusiste » 1898, « antidreyfusien » 1899, « antidreyfusard » 1900, « dreyfuzolard » 1898, « dreyfuso-esterhazien » 1898 ; « esterhazien » et « esterhaziste » 1898 ; « les watrins » 1886, « watrineur » 1886, de Watrin, le défenestré de la grève des mines de Decazeville ; « wilsonien » 1894, de D. Wilson, gendre de Grévy, impliqué dans le scandale des décorations ; « zoliste » et « zolatique » 1898, « izolâtre » (mot-valise du Drapeau, formé sur Zola et idolâtre) ; « zurlindentiste » 1898, autre mot-valise issu du nom du général Zurlinden et de la métaphore du dentiste, synonyme de menteur.

d) Prénoms et surnoms politiques d’époque :

  • 49 Mais ce surnom de Napoléon III est d’usage courant dès 1848-1849 sur les Boulevards. Badinguet est (...)
  • 50 On entend aussi par le collectif-désignant « La Boulange » soit les partisans de Boulanger pris ens (...)
  • 51 Les « trublions » sont les légitimistes bagarreurs (dont le baron Christiani cogneur d’E. Loubet à (...)

59« badingueusard » 1892, « badinguoin » 1898, de Badinguet, qui aurait été le nom du maçon dont Louis-Napoléon a emprunté les vêtements pour s’enfuir de Ham en 184649 ; « boulangiste » 1887, « La Boulange » 1889, « boulangeard » 1892, « boulangeo- socialo- puanto- révolutionnaire » 1892, « anti-boulangiste » 1889, « ex-boulangiste » 1895, « monarchico-boulangiste » 1888, de Boulange 1887, surnom donné au général Boulanger50 ; « carliste » 1900, de Charles de Bourbon ; « casserole », surnom de la franc-maçonnerie (les « Casseroles » désignent les francs-maçons) ; « cavagnard » ou « la Cavagne » 1898, de Cavagne ou « Cave à sang », fils de Cavaignac, le répresseur de Juin 1848 ; « jérômiste » 1885, de Jérôme Bonaparte, prétendant impérial ; « philippiste » (1831), « philippotard » 1896, « Louis-philippiste » 1898, orléanistes partisans du duc Philippe d’Orléans et s’inscrivant dans la tradition « Louis-philipparde » ; « plomponien » 1888, de Plomplon, surnom du fils de Jérôme Bonaparte ; « rochefoireux » 1898 de Roche, apocope famillière de Rochefort (à ne pas confondre avec Ernest ou Jules Roche) ; « trublion », néologisme d’A. France 1899, du latin « trublium » (la gamelle), car Gamelle était le surnom du prétendant légitimiste, le comte de Chambord51.

e) Personnages et mythes d’origine populaire, littéraire ou religieuse :

  • 52 Alors que « figariste » fait référence au personnage débrouillard, « figaresque » fait allusion au (...)
  • 53 A l’époque, c’est souvent l’épargnant naïf, le « gogo qui espérait des dividendes de 20 % » (Malon, (...)
  • 54 Désigne, par exemple, ceux qui ont voté pour un boulangiste contre un socialiste.
  • 55 Les plus célèbres sont celles de Pottier (1872-1884), de Montéhus (1906-1914) – cf. Brecy. F.C.R., (...)
  • 56 Un jobard est aussi celui à qui on « monte le job » (le cou). Cf. le rapprochement des deux mots da (...)
  • 57 Mythologie grecque : Pandore, gardienne de la jarre du malheur, en a levé le couvercle. Cf. Chanson (...)
  • 58 Caricature du bourgeois qui se croit avancé en restant conformiste. Le « Monsieur Prudhomme » des P (...)
  • 59 « Bande des turcarets » a désigné les députés opportunistes.
  • 60 « Vautour » désigne, par extension, les capitalistes et les patrons. La métaphore a peut-être dans (...)

60« alphonse » 1892, souteneur, de Monsieur Alphonse, personnage d’A. Dumas fils ; « baptiste » 1898, « baptisse » 1893, personnage de niais du théâtre de foire ; « basile » 1899, « bazile » 1886, du fourbe de Beaumarchais (1775, 1784) ; « bondieuserie » 1898, « bondieusard » 1898 (1861), les catholiques pratiquants ; « chauvin » 1884 (1850), « chauvinique » 1886 (1860), « ultra-chauvin » 1930, de Nicolas Chauvin, grenadier de l’Empire devenu le type du patriote naïf, transmis par les lithographies de Charlet et les chansons de Nadaud ; « chourineur » 1888, du personnage des Mystères de Paris d’E. Sue, l’homme au couteau ; « Monsieur Coffrefort », figure du capitalisme industriel (cf. chansons de Pottier) ; « donquichotte » 1892 (1834), du héros de Cervantès ; « escobar » 1879 (1656), d’un casuiste du xviie siècle ; « figariste » 1880, « figaresque » 1892, du héros de Beaumarchais, devenu titre d’un hebdomadaire parisien fondé en 182652 ; « flamidien » 1899, de Flamidien, prêtre assassin condamné à la fin du siècle pour affaire de mœurs ; « gavroche » 1887 (1862), « gavrochant » 1890, gamin de Paris depuis Les Misérables de Hugo ; « géronte » 1881 (1849), le bourgeois réactionnaire, d’après le personnage du vieillard riche et bête de la comédie classique ; « gogo » 1883 (1834), duplication de la syllabe initiale du verbe gober, de Gogo, le dupé perpétuel de la comédie de Robert Macaire, de Saint-Amant53 ; « gribouille » 1890 (1548), le sot qui parle (et vote) à tort et à travers, personnage réactivé par la Comtesse de Ségur54 ; « Jacques Bonhomme » 1885 (1358), « les jacques » 1884, « Jacques le rouge » 1898, « Jacques Populus » 1895 (1848), ancien surnom du paysan étendu à tout le peuple travailleur et exploité (cf. chansons de Clément, Richepin, Père Lapurge) ; « jean-foutre » 1888 (1661), « jean-jean » 1893, « jean-fesses » 1892, « j’menfoutiste » 1886, « j’menfichiste » 1892, être méprisable, d’un personnage fictif (déformation de j’ (m’) en foutre, expression usuelle dans le Père Peinard reprise du Père Duchesne) ; « Jean Misère » 1885 (1872), « Jean Guenille » 1906, « Jean Berlue » 1897, « Gros-Jean l’ouvrier » 1898, « Jean La Plèbe » 1902, autres appellations du peuple pauvre, héros de chansons populaires55 ; « jésuiterie » 1880, « jésuitique » 1899 (xvie siècle), « jésuitière » 1892 (1858) et « général de jésuitière », « jésuitard » 1898 ; « jobard 1897 (1848) de Job le grand résigné biblique56 ; « John Bull » 1896 (1873), l’Anglais ; « judas » 1879 (1220), le traître, tradition nominative politique reprise des « judas liberticides » de la « Marseillaise du Peuple » chantée en 1848 et de la « Bande à Judas » des capitulards de 1871 ; « nicodème » 1898, le mouton, du nom d’un disciple du Christ ; « pandore » 1881 (1853), le mauvais gardien, le gendarme57 ; « Monsieur Prudhomme » 1876, « prudhommesque » 1892, de Joseph Prudhomme 1830, personnage d’Henri Monnier58 ; « ratapoil » 1899 (1869), type de l’aventurier bonapartiste sans scrupule lancé par une sculpture de Daumier ; « tartufe » 1883 (1708), ou « tartuffe » 1879 (1669), du bigot de Molière ; « turcaret » 1890 (1708), du parvenu de Lesage59 ; « Uncle Sam » 1896 (1873), l’Américain ; « Monsieur Vautour » 1882, un « vautour » 1890 (1852), « les vautours » 1908, « capitalisme-vautour » 1896, de Monsieur Vautour, personnage de chanson populaire qui désigne à l’origine le propriétaire réclamant son loyer (cf. Pottier)60 ; « les Robert-Macaire » 1900, « macaire » 1881 (1823), le dupeur, complément du « gogo ».

f) Villes, régions ou pays :

  • 61 Rendu célèbre par le roman de Darien, Biribi 1888-1890, et les chansons de Bruant 1891, Clément 189 (...)
  • 62 « Fenianisme » 1896 désigne un mouvement politico-religieux anti-anglais ; « fenianiste » peut être (...)

61« biribi » 1899 (1861), la compagnie disciplinaire, du nom d’un jeu italien (1719) devenu surnom des bagnes militaires du Sud tunisien61 ; « chicagotesque » 1892 ; « bostonneur » 1900, danseur de boston ; « revenants de Coblence » 1892, « fils de Coblentz » 1899, les royalistes de la ville où les émigrés formèrent en 1793 l’armée de Condé ; « fenian » 1896 et « fenianiste » 1898 de « fene », ancien nom des irlandais62 ; « flamingant » 1911 (1740), séparatiste flamand ; « pangermaniste » 1895, « antigermanique » 1892, « germanophile » 1913 ; « jurassien » 1880, anarchiste ou partisan de la Fédération allemaniste jurassienne ; « manchestérien » 1894, libre-échangiste, du nom de ville donné à l’école de Cobden ; « new-yorkais » (1875) ; « panaméen » 1892, « panamaphile » 1892, « panamesque » 1892, « panamiste » 1894, « panamitards » 1898, « les panamas » 1898, du scandale des « chéquards » ; « sioniste » 1897 ; « russophile » 1894, « slavophile » 1892, « panslaviste » 1892 ; « versaillais » 1888 (1871), « versailleux » 1880, du surnom des répresseurs de la Commune.

622) Un second aspect relativement original, du moins par son aisance à circuler en dépit de l’allongement des mots, est pour une partie repérable à l’usage intensif du trait d’union.

63La composition qui permet d’unir deux bases possédant chacune une existence indépendante dans le lexique est un procédé propice aux créations occasionnelles, mais il a aussi donné naissance à quelques termes à la vie dure, tel « radical-socialiste ».

64Certains procédés reposent sur la juxtaposition pure et simple des deux éléments. Parmi ceux-ci les termes à base verbale sont les plus originaux. Polémiques et souvent d’origine populaire, comme le prouve leur utilisation massive par Le Père Peinard, ils fournissent des éléments de vocabulaire à toutes les batailles de l’époque.

65Pour les polémistes, les députés deviennent ainsi des « bouffe-galette » et des « fouille-à-la-caisse », les curés des « porte-soutane » et les militaires des « porte-épaulettes », « porte-galons », « porte-panache », « porte-plume ». Tous ces « torche-culs » et ces « foutre-à-cul » exploitent les « crève-la-faim », les « meurt-de-faim », les « las-de-vivre » et les « devenant prolétaires ». Alors que ces composés reposent sur une relation de subordination, les composés formés de deux adjectifs-substantifs reposent sur la coordination. Ils permettent tous les nuancements. Parfois figés — c’est le cas de « social-démocrate » — mais généralement de création libre (« radical-capitaliste »), ils sont, selon les cas, polémiques ou au contraire reconnus par les groupes ainsi désignés (ex. : « révolutionnaires-socialistes » 1885). Parmi les composés à double base nominale (« discours-ministre » 1898), beaucoup restent sans lendemain, tels « dieu-capital », « classe-anomalie » ou « capitalisme-vautour ». Parmi les composés formés d’un adjectif et d’un nom, reviennent usuellement « trois-points », pour désigner les franc-maçons, et « quart-État », le prolétariat ; « franc-fileur », nom déjà donné en 1870 à ceux qui avaient prudemment fui, sera repris par G. Hervé dans La Guerre sociale et appliqué à ceux qui s’opposent à la guerre par la grève. Les composés à première base adverbiale fournissent enfin un vocable bien daté, les « non-lieux » pour désigner ceux qui ont bénéficié d’un non-lieu dans l’affaire de Panama.

66Certains composés comme « boulangeomanie » 1890 ou « russo-philisme » 1894 sont des formations calquées sur des composés de forme savante où le premier élément est un thème grec à finale -o. La plupart comprennent deux adjectifs qui servent par ailleurs de désignants politiques (« clérico-nationaliste » 1901, « anarcho-socialiste » 1900, « anarchisto-royaliste » 1883, etc...). La liste en est infinie et comprend des termes aussi variés qu’éphémères. On y trouve des substantifs (Cf. « machinofacture » 1912) et des enfilades plaisantes du type « radico-fumisto-nationaliste » 1898.

  • 63 Cf. J. Chaurand « Des croisements aux mots-valises », in F.M., n° 1, 1977. A distinguer des syncopé (...)
  • 64 Origine : Rimbaud (1870) qui synthétise, dans « patrouillotisme », patrouille, patriotisme et troui (...)
  • 65 Termes inventés par Balzac en 1844 et relancés à l’époque.
  • 66 Rochefort est appelé « Le Grand Chef des Vascagats » (P. O., 23 juillet 1898), la presse est « vasc (...)

67Tourner en dérision est aussi le but premier des « mots-valises » fondés sur des jeux de syllabes et dont le sémantisme résultant n’est compris qu’à partir du sens des éléments conjoints63 : « badingueusard » 1892 (partisan de Badingue et pourfendeur de la « Gueuse »), « patriotocard » et « pitriote » désignant des rochefortistes, « décembraillard » (les braillards du 2 décembre), « dégueuloir » (de dégueuler et gueuloir), « ligueulard » 1898 (de ligue et gueulard), « monarchiennerie » 1914, (de monarchie et chiennerie), « dreyfusolard » (à partir de Dreyfus et de Zola), « muffcadin » (de muffe ou mufle et muscadin), « patrouillotique » 188564 et « foultitude » sont les plus réussis. Signalons aussi « radigaleux » (de radical et galeux) 1898, « humaniaque » (de humain et maniaque), et la série « cléricathareux » 1885, « cléricochon » et « cléricafard » 1892, « cléricacafouilleux » et « clérigueusard » 1885, « cléricouillard » 1893, et le très fréquent « dépoté » 1892 où s’entremêlent sans doute député, dépotoir, dépoter... et empoté. « Patriotâne » relèverait plutôt d’une formation suffixée plaisante, tandis que « médiocrate » et « médiocratie » reposent sur un jeu de mots entre le composé (médium + crate) et le mot-valise (médiocre + crate)65. Quant à « vascagâteux », vu l’accent circonflexe, il est à la fois un dérivé du provençal vascagat (merdeux) et un mot-valise formé sur gâteux66.

  • 67 Définis dans deux dictionnaires de Block, Dictionnaire général de la politique, 1873, et Petit dict (...)

68Des composés traditionnels à racine latine ou grecque nous ne citerons que quelques néologismes : « ochlocratie », « idéocratie » et « timocratie » 67, « déocratie » (1912, Maurras), « sergocratie » et « sergocratique » (1898, P.P.), « chameaucratie » (1879, Pottier), « misonéiste », dont 1892 est sans doute une des premières datations, ainsi que « sociologue », dont le sens, beaucoup moins restrictif que de nos jours, fait référence à tous ceux qui étudient la société (historiens, politologues, économistes).

693) Il serait fastidieux d’énumérer ici tous les préfixes rencontrés dans notre corpus. Nous ne citerons donc que les plus caractéristiques ou les termes qui appellent une remarque.

  • 68 Chez Péguy on trouve à la fois la dénonciation des « catéchismes contre-catholiques », les « contre (...)

70A presque tous les désignants politiques correspondent des désignants parallèles en « anti- » beaucoup plus fréquents que ceux en « contre- »68. « Anti-français » 1896, dont « non-français » 1899 est une variante rare, est employé par la droite nationaliste contre les juifs et les socialistes. « Anti-grève-généraliste » 1907 est formé sur la séquence suffixée « grève générale ». « Anti-libertaire » 1892 équivaut à « liberticide » 1892 et non à « antianarchiste » ou « antianarchisant » 1907. « Anti-majoritaire » est un doublet du traditionnel « antivotard » (ou « antiparlementaire ») ; « antisocial » 1895 est le lieu d’une polémique acharnée, caractérisant selon les uns la bourgeoisie, selon les autres les marxistes matérialistes.

  • 69 « Un néo-rond-de-cuirisme va assagir le prolétariat » (Lafont, Le Mouvement socialiste, 15 mars 190 (...)

71Le préfixe « néo- » (on parle de préfixation et non de composition dans la mesure où un terme néo n’est jamais attesté librement en français) est également très courant, avec les deux sens d’inaugural ou de cyclique. Avec le sens cyclique, ce préfixe exprime la résurgence d’une théorie ou d’une pratique : « néo-socialisme »1881, « néo-républicanisme » 1883 et « néo-républicain » 1895, « néocésarien » 1889, « néo-hégélien » 1892, « néo-radicalisme » 1893, « néo-coopératisme » 1897, « néo-collectivisme » 1909, « néolassallien » 1912, « néo-chartisme » 1912, « néo-versaillais » 1914. Avec le sens inaugural, on trouve surtout le « néo-méthodisme » terme dérivé par Vaillant de la « nouvelle méthode » que prônait Jaurès. Nous signalerons enfin l’original « néo-rond-de-cuirisme »69 qui combine la suffixation et la préfixation de toute une lexie.

72Le préfixe « en- » ou « em- » fait preuve d’une plus grande vigueur que de nos jours. Beaucoup de mots formés à partir de lui datent de cette époque, tel « embusqué » 1912, ou ont maintenant en partie disparu. Citons : « emmillioner » 1880, « enjuponné » 1892 pour les magistrats, « ensoutané » 1892, « emprisonneur » 1901, « empontoné » 1880, « enjuivé » 1891, « emmarécager » 1892, « engloutonnés » et « endoctoriser » 1880, « enchinoisé » 1896, « enfariné » 1892, « empaillé » 1892, « enrôlé » 1899, « embobiner » 1892, « empapaouté » 1893 et, bien sûr, « embourgeoiser » 1881 et « embrigadement » 1880.

  • 70 Citons aussi le mot-valise « automaniaquisme », ou manie de l’autonomie, qui fait le titre d’un art (...)

73« Auto- » prend de l’importance grâce à la famille d’autonomie, dont on citera les néologismes : « autonomique » 1882, « autonomiser » 1882, « autonomiste » 1890 (1877), et à celle d’autocratie, utilisée fréquemment soit à propos du tsar, soit à propos des guesdistes, traités d’« autocrates » en 1890 par les autres fractions du socialisme70.

744) Les formations suffixées sont, elles aussi, si nombreuses et diverses qu’on doit se borner à citer ici celles qui fournissent les désignants les plus caractéristiques, avant d’examiner en détail les plus populaires.

  • 71 « Notre docteur Thiers veut bien ne pas condamner les ouvriers au prolétariat perpétuel. Il signale (...)
  • 72 Guesde, Le Citoyen, 27 juin 1882.
  • 73 Cf. G. Barnich, Essai de politique positive basée sur l’énergétique sociale de Solvay, Bruxelles, L (...)

75Avec les terminaisons en « -at » et « -ariat », se fait jour une tentative pour susciter des couples linguistiques, tels « salariat »/« capitalat », « prolétariat »/« capitalat »71. « Propriétariat » suggère, lui aussi, une microstructure oppositive avec « prolétariat »72. Le sociologue belge Solvay invente « capacitariat », entendant par ce terme l’utilisation systématique du chômage au bénéfice de l’éducation ouvrière73.

76Le suffixe « -ier » est à la source d’une série de mots très populaires. C’est lui qu’on trouve dans « pot-de-vinier », qui désigne le fonctionnaire ou le parlementaire acceptant des subsides illégaux pour service rendu, dans « lanternier » 1898, le Rochefort de La Lanterne, dans « figarotier », journaliste (Vallès, 1885), dans « blousier », substitut métaphorique d’ouvrier, semi-invention des Goncourt reprise par Vallès 1881 et par Huysmans 1884, dans « arrondissementier » 1912, formé pour désigner les partisans du scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans le cadre de l’arrondissement, dans « maroquinier » pris pour ministre, « épauletier » 1885, pour officier, dans « boursicotier » (1860) qui, avec « boursicot », a pris le relais de « boursicoteur » (1848), dans « pétrolier », lexicalisé dès 1906 (Larousse), dans « betteravier » enfin qui stigmatise les députés opposés en juin 1907 au vote de la loi sur la répression de la fraude des vins.

77Le suffixe « -erie » a permis plusieurs créations, au nombre desquelles nous relevons « jésuiterie » 1880, « juiverie » 1890, termes récents dans le sens collectif, et « voterie » 1892. A noter aussi, mais dans un registre vulgaire : « bondieuserie » 1898, « braillarderie » 1897, « cafarderie » 1898, « chrétiennerie » 1898, « cléricaillerie » et « cléricouillarderie » 1893, « crapulerie » 1890, « dindonnerie » 1881, « flibusterie » 1894, « gredinerie » 1897, « jobarderie » 1889, « moucharderie » 1889, « municipaillerie » 1885, « pleurnichaillerie » 1900, « politicaillerie » 1892, « quincaillerie » (militaire) 1912, « roublarderie » 1889, « trouducuterie » 1897, « votaillerie » 1893, « youtrerie » 1889...

  • 74 « L’intérêt des salariés s’affirme avec la brutalité d’un coup de canon contre l’intérêt des salari (...)
  • 75 « D’après la doctrine socialiste, l’humanité... est divisée en deux groupes, les possédants qui ne (...)

78Les formes participiales s’avèrent, elles, très productives. Parmi le grand nombre de termes attestés, on remarque les désignants d’époque « cotisants » 1900, « militants » 1892 et « co-militants » 1898, « complaisants » 1888 (pour distinguer des « complices » les blanquistes boulangistes). « Salariant » a aujourd’hui disparu, malgré son couplage avec « salarié »74, alors que « possédant » résiste bien75. Néologies plus éphémères encore : « non-travaillants » 1882, mimétisme de « non-possédants », ou « co-partageants » 1897. Des adjectifs-substantifs politiques ont rejoint la liste de ces formes : « intransigeants » vise, on l’a vu, certains radicaux mais aussi, à la même époque, les catholiques non ralliables à la République, ceux qu’on nommera « réfractaires » en 1893 ; quant à « indépendant », son emploi accouplé à « socialiste » daterait du discours de Saint-Mandé (Millerand, 1896). Un terme séculaire, « préopinant », qui signifie l’orateur précédent, est d’un usage courant dans les assemblées de la IIIe République. Sans couleur et sans valorisation, il fait partie du jargon officiel, au même titre que « dirigeant », « gouvernant » ou « représentant », participes présents substantivés depuis des années.

  • 76 Vallès parle dans L’Insurgé de la « révolte des meurtris » (éd. de 1885). Le mot désigne les victim (...)
  • 77 Ce vocable, emprunté à un pluriel italien, vers 1863 semble-t-il, est d’un emploi très partagé La L (...)
  • 78 Néologisme de 1883 (Leroy-Beaulieu). « Jeunes désœuvrés » qui assaillent les ouvriers italiens (d’a (...)

79Des participes passés substantivés fonctionnent en couples oppositifs avec certains mots en « -ant » (« exploitant »/« exploité » par exemple). On relèvera aussi l’usage banal de « arrivé » 1906 qui complète « arriviste », « maroquiné » 1898, tiré de « maroquin », désignation populaire du portefeuille ministériel, et « tous les protégés, tous les obligés, les aveuglés et les casés » qu’évoque le Parti ouvrier du 4 juin 1898. L’étiquette « rallié » sert à désigner les cléricaux et les royalistes jouant le jeu républicain, à la suite des pressions du pape Léon XIII. Succédant aux « crevés », les « ratissés » forment la jeunesse réaliste de l’époque, débarrassée des querelles classiques-romantiques auxquelles ils préfèrent, dit-on, le jeu et le French-Cancan. Une série — aussi péjorativement politisée que celle des désignants en « -u » que nous examinerons plus loin — est constituée par des participes substantivés (vrais mais tout aussi bien faux) en « -i ». Citons les « endormis » 1883, « pourris » (1848), « ramollis » 1892, « aplatis », autre nom des « gavés », « abrutis »1898, « meurtris » 76, auxquels viennent s’ajouter ces corps étrangers que sont « mercantis » 77 ou « nervis »78.

80Plus encore que les finales participiales, les suffixes les plus novateurs sont de loin « -isme » et « -iste », mais aussi « -eux ». « Libertairisme » 1907, « réactionnarisme » 1882, « sionisme » 1897, « terrianisme » 1896, « électionniste » 1885, « divisionniste » et « manuelliste » (P. O., 13-14 décembre 1895), « phasiste » 1889, « populiste » 1899, « troisanniste » 1913, « obstructionniste » 1894, « charitiste » 1880 ne sont pas donnés par les grands dictionnaires. « Zutisme » et « zutiste » apparaissent dans L’Illustration du 10 octobre 1885. « Communalisme », attesté par Larousse en 1907. est présent dans notre fichier dès 1881. Saussure invente « ethnisme » vers 1910. « Solutionnisme » (et iste) 1900 est diffusé par Maurras. « Suffragiste » apparaît en 1908... Que d’« écoles en iste », pour Le Journal amusant du 22 octobre 1892. Ainsi celle de Solvay applique au social « comptabilisme » 1894, « proportionnalisme » (et iste) 1894, « productivisme » (et iste) 1898, « énergétisme » 1898 et « énergéto-productiviste » 1913.

  • 79 « Les femmes socialistes ne sauraient rester indifférentes aux insultes faites à la République et a (...)

81Le suffixe « -eux », qui fonctionne parallèlement à « -eur » et possède le même féminin, permet de créer des désignants péjoratifs à volonté. É. Pouget s’en donne à cœur joie, et il n’est pas seul : on note « royaleux » 1899 à côté de royaliste. « journaleux » de journaliste, « gouverneux » de gouvernant, « pétroleux » de pétroleur, « cafardeux », dérivé du cafard de sacristie, « ministreux » 1897, « ramasseux » 1911 et, bien entendu, « partageux » et « communeux », « cercleux » et « gommeux »79. Fleurant l’archaïsme, ces mots rencontrent la forte concurrence des dérivés en « -ard », dont nous verrons la vigueur et qui occupent le devant de la polémique : « communard » l’emporte définitivement sur « communeux », une fois perdue la distinction entre les exilés de Genève et ceux de Londres.

82Dans la série des suffixes propres aux désignants, un nouveau venu, « -er ». progresse à petits pas. Il arrive d’Angleterre avec « speaker », adopté par l’Académie en 1866, et « leader », présent dans le Dictionnaire politique de Block dès 1863. Ces greffes ont pris : Janson est reconnu comme le « leader des radicaux » belges : « manager », emprunté en 1868, fait carrière dans l’économie, mais on peut dire à l’époque le « manager » d’une grève ; « book-maker » (1875) règne sur les champs de course, suivi de ses féminins « book-makeuse » 1881 et « book-makeress » 1890. etc... Les tentatives de francisation en « -eur » tournent court, en dépit des efforts des chansonniers tenus par la rime : « reporteur » (au sens de journaliste chez Paul Avenel en 1870) a failli s’imposer (Gil Blas, 1882) ; la guerre des Boxers s’est un temps appelée par analogie guerre des « boxeurs ». Mais, malgré cette pente naturelle à l’assimilation, le suffixe « -er » se perpétuera avec l’arrivée de nouveaux emprunts, comme « racer » 1906, « bootleger », « supporter » ou « speakerine »sans jamais toutefois conquérir la vie créative qui caractérise un suffixe natif ou naturalisé.

83En se bornant à un bilan des novations, on signalera encore l’utilisation fréquente, dans le domaine politique, du suffixe factitif « -isation », pour forger des substantifs de poids : « américanisation » 1902, « anarchisation » 1899, « automatisation » (1878), « collectivisation » 1894, « cléricalisation » 1892, « dénationalisation » 1912, « désindividualisation » 1882, « étatisation » 1905 (mais « étatisé » apparaît chez Guesde dès 1880), « parlementarisation du syndicalisme » (M.S., avril 1910), « germanisation » (1876), « prolétarisation des masses » 1892, « terrorisation » 1892.

84Ce survol des faits les plus marquants permet d’apercevoir les évolutions et les glissements de suffixes qui se sont produits au cours de l’histoire du vocabulaire. Alors que certains d’entre eux sont manifestement en fin de production (« -eux »), d’autres bénéficient de la vague montante des besoins de dénomination politique (« -iste », « -isme », « -isation »).

  • 80 Les plus connues sont « cipaux » (conseillers municipaux, in P.P., 3 avril 1892 ; ou gardes municip (...)

855) Mais l’aspect le plus commun et le plus original à la fois des formations de désignants réside dans certaines terminaisons populaires, suffixes traditionnellement ironiques, voire argotiques, et certaines finales et/ou apocopes senties comme amusantes. Il existe aussi des cas d’aphérèses typiques80. La palme revient sans contredit au Père Peinard. On a trop insisté sur la néologie d’Émile Pouget. En fait, le Père Peinard recueille un vrai langage, précis, moins artificiel qu’on ne l’a dit, parfaitement compris et incarné.

  • 81 Exemples : « camerluche » (camarade) 1892, « campluche » (campagne) 1893, « cambuche » (cambuse) 18 (...)
  • 82 Métaphores et métonymies végétales, suite du lexique culinaire aperçu plus haut : « les grosses lég (...)
  • 83 Les apocopes brutes les plus courantes sont : « aristo », « camara » 1893, « bénef » 1897, « démoc- (...)

86Dans la tradition des Père Duchesne de la Révolution, de Quarante-huit et de la Commune, il pousse à bout, jusqu’à la caricature, donc au comique, certaines tendances du parler populaire : changements terminaux à effet spécial, non lexicalisés81, métaphores et métonymies végétales et animales82, apocopes brutes83 ou remplacées par un o final, haplologie syllabique et création de mots-valises, allitérations et terminaisons plaisantes.

87Pour s’en tenir au seul examen des finales de désignants les plus fréquentes dans le discours populaire, outre les suffixes déjà évoqués, on peut regrouper les attestations autour de trois sons à résonance vulgaire (par rapport au goût dominant, qui se trouve pris ainsi comme référence et comme cible). Ce sont : O, A et U.

    • 84 C’est ainsi qu’« anarcho » prend pour féminin « anarchote » 1893, « socialo » a « socialote » 1898, (...)

    Finales en O : Deux séries de termes finissent par s’entremêler, celle des troncations en « -o » et celle des diminutifs en « -ot » (ou des suffixations en « - op/aud »84. Citons, en les accompagnant chaque fois d’une date d’attestation et, le cas échéant, de la première datation recensée : « anarcho » 1889, « aristo » 1891 (1848), « avaro » 1889, « blanquo » 1897, « bonaparto » 1888, « camaro » 1891 (1867), « capitalo » 1893, « collabo » 1898 (1867), « catholo » 1898, « collecto » 1893, « chromo » 1887, « démago » 1896 (1851), « expo » 1900, « gigolo » 1893 (1850), « locato » 1892, « négro » 1914, « opportuno » 1888, « populo » 1888 (1867), « picolo » 1893, « possibilo » 1892, « prolo » 1888, « proprio » 1888, « rigolo » 1892 (1848), « sergo » 1883, « socialo » 1889, « topo » 1893, « turco » 1886 (1867), « typo » (1861), à quoi viennent s’ajouter les réduplications du type « gogo », « jojo » (jobard), « zozo » 1900 et « coco » 1887 (1790).

    • 85 Le camelot, c’est le crieur de journaux, après avoir été plus largement le colporteur (en 1821), mo (...)

    De même prononciation, les suffixés en -ot, -op, -au, -aud : « bigot » 1899 (1155), « boulot » 1900 (de « boulot », le petit pain), « cabot » 1893 (1865), « cagot » 1897 (xve siècle), « camelot » 189985, « cheminot » 1908, « ciboulot » 1898, « flingot » 1882 (1858), « chagot » 1885, « chicot » 1892, « faraud » 1897 (1628), « galvaud », « garnot » 1889 (1848), « goguenot » 1897 (« gogueneau » 1823), « gourdiflot » 1890, « loupiot » 1892 (1878), « marmot » 1891 (xvie), « mendigot » 1893, « moricaud » 1900, « parigot » 1900 (1866), « pelot » 1893, « penaud » 1897 (1544), « pruscot » 1900, « salaud » 1890 (xiiie), « salop » (1837), « salopiot » 1889 et « salopiaud » 1892 (« salopiau » 1879), « salopise » 1892, « saligot » et « saligaud » 1898 (xviie), « sabot » (saboteur du travail) 1893 (1843), « sergot » 1879, « traminot » 1890.

    • 86 « Bleu » et « bleusaille » sont déjà connus en 1840. On trouve aussi pour caractériser le simple so (...)
    • 87 « Un « galonnard » n’est pas un individu très galonné mais très méprisé à cause de ses galons » (P. (...)

    Finales en A : Outre les réduplications en « -a » qu’on observe dans des termes comme « baba » 1899 (1808), « dada » 1888 (1776), « cacade » 1882 ou « gaga » 1879, les finales substantives les plus expressives d’un usage politique populaire sont -asse, -ade, -aille et surtout -ard. Nous n’évoquerons que les deux dernières, créatrices de désignants collectifs et individuels. Pour les formes en -aille à valeur collective, citons : « bédaille » (police) 1897, « bleusaille »86, « canaille » 1882, « chamaillerie » 1893 (1850), « cléricaille » 1898, « députaille » et « députaillon » 1898, « ducaille » 1887, « flicaille » 1898 (de « flic » 1880 après « fligue » 1837), « frocaille » (les moines) 1898, « galonaille » 1900, « godailleur » 1898, « gouvernaille » (l’État) 1898, « gradaille » (les officiers) 1900, « jésuitaille » 1899, « juivaille » et « juivaillon » 1894, « marmaille » 1888 (1560), « moinaille » 1898 (xvie), « mouscaille » 1898, « négraille » 1900, « politicaille » 1890, « prêtraille »1892, « racaille » 1893 (1138), « radicaille » 1897 (1877), « radicaillerie » 1881 et « radicaillon » 1892, « valetaille » 1889 (xvie), « volaille » 1897, « votailleur » et « votaillerie » 1893. Terminons sur l’imposante série des désignants en -ard, renforçante du mépris87 :

    • 88 La chanson boulangiste « En revenant de la revue », rendue célèbre par Paulus à l’Alcazar en 1886, (...)
    • 89 Synonyme de socialiste. A. Louis chansonne les « églantinards de ministère » (dans « Le chasseur de (...)
    • 90 « La France, elle est poignarde. Il voulait dire ainsi que la France veut un régime fort ». (Maurra (...)

    « andouillard » 1892, « babillard » 1889 (xve), « bandingueusard », « bagnard » 1880, « banlieusard » 1889, « bâtard » 1899 (1190), « bavard » 1899 (xve), « bidard » 1890, « boulangeard », « blocard », « braillard » 188188, « cafard » 1887 (1512) et « cafardeux » 1898, « briscard » 1892 (1861), « camisard » 1885, « catholicard », « capitulard » 1906 (1871), « campluchard » 1889, « cavagnard », « chambard(eur) » 1897, « charognard » 1893, « chéquard » 1893, « cléricafard » 1892, « cléricouillard » 1893, « clérigueusard » 1885, « citrouillard » 1893, « coloniard » 1897, « comestiblard » 1889, « comitard » 1908, « communard », « cossard » 1895, « crapulard » 1892, « cumulard » 1894 (1821), « débrouillard » (1872), « dèchard » (miséreux) 1889, « déveinard » 1885 (1874), « dynamitard » 1885, « églantinard » 190589, « dreyfusard » et « antidreyfusard », « fêtard » 1893 (1265), « fichard » 1913, « fin-de-sièclard » 1890, « flicard » 1890, « finançard » 1882, « fiveoclockard » 1889, « fripouillard » 1882, « frocard » 1892, « gaillard » 1892 (1080), « galochard » 1882, « galonnard » 1898, « ganachard » 1893, « grenouillard » 1892, « gueulard » 1881 (xvie), « guenillard » (1875), « gauchard » 1883 et « centre-gauchard » 1896, « guignard » 1888, « lignard » 1887 (1863), « jésuitard » 1898, « justiciard » 1899, « jobard » 1897 (1832), « majoritard » 1894, « momignard » 1893, « mouchard » 1912 (1580), « opportunard » 1890, « panamitard » 1898, « pantouflard » 1898, « patriotard » 1898, « patriotocard » 1899, « patrouillotard » 1893, « peinard », « philosophard » 1896, « philippotard » 1896, « poignard » (à poigne) 189990, « politiquard » 1881 ou « politicard » 1890, « antipoliticard » 1897, « pontifiard » 1885, « possibilard » 1893, « poulard » 1898, « reculard » 1887, « revanchard » 1901, « richard » 1892 (1466), « rigouillard » 1893, « rossard » 1890, « roublard » 1890, « scribouillard » 1914, « socialard » 1892, « soudard » 1898 (1654), « suifard » et « chouetto-suifard » 1893, « traînard » 1898, « trimard » 1900 et « trimardeur » 1897 (1800), « troufignard » 1893, « truffard » 1897, « unitard » 1900, « votard » 1892 et « antivotard » 1907.

    • 91 in O.G., tome 1, p. 148.
    • 92 Cf. Drumont, Barrès, Delorme, Della Torre. « Gavés », lui, a une prédilection pour la chanson de ga (...)

    Finales en U : Peu nombreuses, elles ont échappé aux historiens de la langue et pourtant, dans le domaine socio-politique, leur emploi polémique est important. Les pointus, les centrus, les corrompus, les ventrus datent de la Monarchie de Juillet ; la série se prolonge sous la IIIe République. Les « ventrus » sont toujours là. Lafargue les voue aux mauvaises places (Le Socialiste, 25 septembre 1892) ; Clément les désigne : ce sont les « banqueuteux gouvernementeux » qui font fi de la « Famine en Algérie » (30 décembre 1897) ; pour les journalistes « à la solde de la bourgeoisie », c’est une injure facile que de qualifier le parti socialiste de « Parti du ventre » (Le socialisme, 19 juin 1912). Selon Michèle Perrot, « ventripotent » et « ventripoteur » sont des « termes très fréquemment employés pour désigner les patrons » 91. Trois substituts de « ventru » fonctionnent encore exactement comme en Quarante-huit : ce sont « pansu », « goulu » et « repu ». J. Yscle, par exemple, traite Drumont de « bourgeois pansu » (P. O., 19 février 1898) ; Clément rappelle le « temps des goulus couronnés » qui « s’la coulaient douce » (29 septembre 1897) tandis qu’Allemane applique le terme aux capitalistes, « la classe fainéante, goulue et dorée » (P. O., 17 mars 1898) ; quant à « repus », qualifiant de cette série le plus usuel à l’époque, on le trouve aussi bien à gauche (en concurrence avec « gavés ») qu’à droite pour dénoncer les bourgeois au pouvoir92. Avec les scandales du jour, « corrompu » continue sa carrière (cf. la chanson anonyme sur « les corrompus du Sénat » intitulée « Le dernier soupir de Panama ») ; mais c’est surtout « vendu » qui triomphe dans l’insulte : « La gouvernaille et son équipe de plumitifs vendus » s’écrie Charnay (P.O., 18 janvier 1898), et Drumont dénonce « le froid cynisme avec lequel des repus et des vendus nient imperturbablement l’évidence (de la corruption) » (L.P., 1er novembre 1894). Au tout début du siècle G. Couté se moque de « Môssieu Imbu », et n’est-ce pas en 1896 que Jarry met en scène son « Père Ubu » ?

    L’importance de la parodie (pastiche + moquerie) contribue aussi à l’enracinement en langue ; cette parodie est plus particulièrement évidente dans la productivité et la péjoration de séries à finales usuellement nobles, mises en rapport inédit avec des bases fantaisistes (chameau + cratie, trouducu(t) + erie) : effet de burlesque ou d’héroïcomique, obtenu au niveau des mots par cet écartèlement entre l’origine savante et l’emploi populacier qui sert à tourner en dérision prétentions et préciosités. Tels sont les désignants en -âtre : « libérâtre », « religiosâtre », « républicâtre », en -ance bien sûr : « administrance », « bruyance », « doutance », « engeance », « gouvernance », « manifestance », « préfectance », « répétance », « rouspétance », en -esque surtout : « cafardesque », « charlatanesque(ment) », « fauresque », « figaresque », « mélinesque », « panamesque », « prudhommesque », « ratichonnesque », « tour-eiffelesque », qui s’ajoutent aux « clownesque », « hoffmanesque et « garçonnesque » du style artiste.

    Si on a l’impression, malgré ces enracinements directs ou parodiques, d’avoir affaire à un langage marginal, cela vient non seulement de nos propres habitudes mais aussi du fait que ces listes (à l’instar du Père Peinard ou de certaines chansons) présentent, ramassés et multipliés, des phénomènes linguistiques beaucoup plus dilués et en cela moins créateurs de surprise. Cet effet de densité apporte aussi une musique : celle des chansons par exemple où les allitérations internes et les rimes constituent des outils politiques de grande efficacité. De Pottier et Clément à Montéhus ou Couté, une étude reste à faire de l’alliance scellée entre ces désignants (dénonciateurs), les sons qui les incarnent et les rythmes qui les animent.

II) Les conflits et les thèmes

88Les groupes mis en place avec leurs étiquettes, nous pouvons maintenant les regarder s’affronter, mots en avant. Pour étudier l’incidence de la désignation dansles conflits d’idées rien n’est plus révélateur que l’Affaire Dreyfus, au cœur de la période. Les mots-thèmes essentiels des clans antagonistes s’y sont donné libre cours.

A) L’Affaire Dreyfus et les valeurs idéologiques

89Nous examinerons successivement les divers enjeux dont l’Affaire a pu dresser le bilan : valeurs nationales, honneurs et déshonneurs militaires, antisémitisme, valeurs dreyfusardes ; dans quelles paroles se drapent les attitudes et que font-elles des mots qui les servent ?

1) Les valeurs nationales

  • 93 « La Patrie, c’est la terre des aïeux, la terre des pères » (L.P., 26 décembre 1894) ; « la Patrie (...)

90Patrie et patriotes : la trahison imputée à Dreyfus fut d’abord ressentie comme une atteinte à la « Patrie », et l’extrême-gauche, contrainte à s’engager sur ce terrain lexical, dut renoncer provisoirement à certaines définitions dépréciatives. Le discours nationaliste se caractérise par l’emploi fréquent de ce terme, étroitement enserré dans un lexique familial93. Pour les antisémites, en particulier, la « patrie » se crée par une filiation séculaire sur un même sol, et il convient donc de « répudier tout compatriotisme avec le Juif Dreyfus » (L.P., 24 décembre 1894).

  • 94 « Pendant vingt ans, il a été ridicule ce mot de « patrie » et vous ne le trouverez dans aucune déc (...)
  • 95 Discours de Saint-Mandé, 30 mai 1896.

91Bien que Le Drapeau signale le recul du terme dans le lexique politique non-nationaliste94, on trouve chez les socialistes et les radicaux de vibrantes apologies de la patrie : conséquence de 1870, tentative de pondération d’un discours internationaliste qui leur attire le désignant péjoratif de « sans-patrie », mais aussi héritage lexical de 1789 ; la « Patrie », avec Millerand, est un outil de combat socialiste, un « incomparable instrument de progrès matériel et moral »95. Les anarcho-syndicalistes ont plus de peine à concilier les discours du nationalisme et de l’internationalisme. Si les circonstances politiques les obligent à valoriser le terme, ils en modifient la signification : la patrie devient alors une métaphore paradoxale de l’Internationale des travailleurs, la « patrie des sans-patrie » (P. O., 3 janvier 1895). Autre échappatoire : l’opposition systématique de la patrie présente, imparfaite ou pervertie, à la « patrie future », idéal aboutissement du processus révolutionnaire (P.O., 22 janvier 1898).

  • 96 Le Socialiste, juillet 1898 ; P.O., 30 juillet et 24 septembre 1898.

92Le renforcement du dreyfusisme, l’annexion par la droite du terme « patrie » permettront à l’extrême-gauche d’abandonner progressivement ces précautions formelles pour revenir aux définitions critiques inspirées par le courant anarchiste. « Patrie » devient alors « un mot vide de sens », « un poncif », une « arme » dont le capitalisme « se sert avec habileté pour défendre ses odieux privilèges »96.

  • 97 « On frappe ce traître comme, après 1871, on frappait les patriotes exaspérés par les malheurs de l (...)
  • 98 « Le Parti Ouvrier Français est le seul parti vraiment patriote parce que seul, de la France avilie (...)

93Le désignant « patriote » est lui aussi délaissé par la gauche à partir de 1898, tandis que sa fréquence en fait un élément caractérisant du discours nationaliste. Au début de l’affaire Dreyfus, « patriote » était pourtant bien implanté chez les socialistes97. L’héritage révolutionnaire permettait, par allusion à 1793 et à la « guerre aux tyrans », de concilier discours patriotique et discours internationaliste98.

  • 99 « Quand on est patriote, monsieur, on imite l’écriture de celui-ci, on vole du papier à celui-là, e (...)

94Pour les partisans de Rochefort, « patriote » recouvre un double sémantisme : fidélité à la démocratie et dévouement aux valeurs nationales. Mais en 1898, ce courant qui revendique au sein de la Gauche l’étiquette de « patriote » est rejeté par la majorité des socialistes. Et le désignant subit les effets de ce reniement99.

  • 100 « On ne s’improvise pas patriote. On l’est dans le sang, dans les moelles. » (E. Drumont, La France (...)

95« Patriote » ne prend jamais de valeur péjorative dans le discours de la Droite, où il exprime l’appartenance à une collectivité militante ; c’est une identité, et l’on se déclare parfois « patriote » comme d’autres se déclarent « Français », « Alsacien » ou « soldat ». A partir de 1898, ce désignant prend un sens plus spécifique en intégrant l’antidreyfusisme et son racisme100. Utilisé au pluriel, le terme désignera durablement une force politique nationaliste, antisocialiste et raciste, dont la vigueur militante s’est en grande partie forgée au sein des ligues de Déroulède et de Guérin.

96France et Français : France est une valeur placée au-dessus de toute polémique ; cette unanimité est fondée sur le sémantisme géographique d’un mot perçu comme plus objectif que « patrie ».

  • 101 Plusieurs options de la Droite s’y expriment : conservatisme religieux (croire), apologie du labeur (...)
  • 102 E. Drumont, L.P., 4 et 6 novembre 1894.

97Mais, comme dans le cas de « patrie », les nationalistes marquent leurs discours par l’emploi surabondant et valorisé des termes « France » et « Français » (ainsi d’ailleurs que « Gaule » et « Gaulois »). Ne reculant pas devant l’évidence d’une opinion divisée, ils leur associent des déterminants qui dessinent en creux une collectivité désavouée, exclue de la communauté nationale. Lorsque Cassagnac affirme que « c’est la France entière » qui a applaudi au verdict de Versailles, c’est pour ajouter qu’elle représente « la Vraie France, celle des patriotes, la France qui croit, qui travaille, qui se bat » (L’Autorité, 25 février 1898) : autant de prédicats idéologiques et restrictifs101 qui font que la « France des Français » (Cassagnac) n’est pas une valeur plus objective que la « patrie ». Ainsi intégrés dans l’expression du culte voué à l’armée, « France » et « Français » peuvent prendre une signification raciste ; en témoigne, malgré Déroulède, la fréquente association des formules « Vive la France ! A bas les Juifs ! » qui caractérisera progressivement, pendant l’Affaire, les discours de la Droite. Il en est de même pour l’évocation des « descendants des vieilles familles plébéiennes qui sont sur le sol gaulois depuis des temps immémoriaux102 ».

  • 103 L.P., 17 juillet 1897.

98Terre et parti agraire : Autre terme de substitution à « patrie », « terre » apparaît fréquemment dans les discours nationalistes. Ce qui est ainsi valorisé, c’est l’appropriation séculaire du sol, la filiation sédentaire des « vrais Français », des « vieux Français », « incorporés à la terre de France », le « racinement » cher à Barrès. Dans cette perspective, le « Parti agraire national » (ou « Parti agraire », 1897) « aura des tendances nettement antisémites (...), se recrutera parmi les seuls Français d’origine catholique (...). N’y seront pas admis les Juifs, Protestants, ainsi que les naturalisés ou les nationaux dont les branches de famille n’auront pas au moins deux filiations françaises103 ». Apologie aussi du prolétariat paysan, valorisé par rapport au prolétariat ouvrier, comme dans le « terrianisme » de l’abbé Lemire.

99Nation et Nationalistes : Pendant l’Affaire, quelles que soient les appartenances politiques des locuteurs, le mot « nation » est employé pour désigner en premier lieu l’ensemble des Français.

  • 104 in Revue Socialiste, décembre 1898.

100Cependant, selon une tradition lexicale héritée de la Révolution et de Quarant-huit, l’extrême-gauche circonscrit parfois le sens de ce terme par synonymie avec « peuple » ; la « nation » représente alors le peuple envisagé sous son aspect dynamique, et tel qu’il affirme ses choix politiques. Jaurès peut ainsi opposer « la nation républicaine, soumise à la seule loi de la raison », à la force réactionnaire constituée par l’armée104.

  • 105 On voit ainsi Drumont, Millevoye et Cassagnac « d’accord avec les anciens boulangistes » adhérer «  (...)
  • 106 Cf. Z. Sternhell, D.R., pp. 34-35.

101Cette tradition explique que ce terme ne soit pas déprécié à gauche. La polémique est déplacée sur les dérivés « nationalisme » et « nationaliste », qui tous deux recouvrent une interprétation politique plus caractérisante. Revendiqué en 1898 par divers courants de droite105, le désignant « nationaliste » devient invective à gauche. On l’applique en particulier aux héritiers du « Parti républicain national » de Boulanger. Désignation reprise par les monarchistes eux-mêmes, lorsque, inquiétés par les excès des ligues, ils se débarrassent de cette étiquette pour la rejeter sur la Droite révolutionnaire. Ainsi accaparé par le néo-boulangisme, « nationaliste » en composition avec « socialiste » remplace le terme « révisionniste » devenu ambigu : les « socialistes-nationalistes » sont les héritiers directs des « socialistes-révisionnistes » du boulangisme de gauche106.

  • 107 Les Lois psychologiques de l’évolution des peuples, Paris, Alcan, 1894.

102De la nation à la race : Selon les nationalistes, la nation se forge dans un passé historique commun à l’ensemble d’un peuple et ne se conçoit pas sans une certaine cohérence ethnique : « On entend par nation, écrit Barrès, un groupe d’hommes réunis par des légendes communes, une tradition, des habitudes prises dans un même milieu durant une suite plus ou moins longue d’ancêtres. La Naturalisation est une fiction légale qui fait participer aux avantages d’une nation, mais ne peut en donner les caractères. » Constituée sous l’influence d’un « milieu » et définie par des « caractères », cette « nation » représente l’aboutissement d’un déterminisme biologique, analysé à la lumière du darwinisme social et des théories du psychologue Gustave Le Bon, selon qui « un peuple est un organisme créé par le passé107 ».

103Il en résulte que les désignants « nation » et « race » sont fréquemment confondus, dans l’expression d’une solidarité d’ordre organique. A la veille de l’Affaire, on voit même certains théoriciens se réclamant de la Gauche tenter une synthèse du marxisme et du darwinisme et faire de la nation une réalité biologique et raciale. C’est cette analyse qui deviendra, à partir de 1898, caractérisante de l’antidreyfusisme. Elle sera en particulier exploitée par Drumont pour qui « patrie », « nation », « France » et « race » peuvent être synonymes. L’étude du registre national pendant l’Affaire confirme donc le glissement vers la Droite qui le caractérisait déjà sous la période boulangiste. « Vrai Français », « patriote », « nationaliste » : autant de désignants dont se démarque par contre la Gauche authentique, qui refuse d’autre part l’association-identification des termes « Patrie »/« nation »/« armée » proposée par les nationalistes. Ainsi incluse dans le registre des valeurs-mots de la Droite, l’armée devient prétexte à une polémique dont les manifestations lexicales sont considérables.

2) Honneurs et déshonneurs militaires

  • 108 La famille du substantif déjà ancien « militarisme » (1790) s’est enrichie à la fin du 19e siècle. (...)

104L’attitude de l’État-Major pendant l’Affaire a suscité ou réactivé un abondant lexique dépréciatif auquel a naturellement répondu le discours antidreyfusard. Le vocabulaire « antimilitariste »108 des anarchistes, déjà traditionnel, est alors largement repris par la gauche socialiste pour accabler l’État-Major et, dans le milieu civil, les « vivelarmés », surnom des ligueurs. Fréquents à gauche, les déverbaux « gueulards », « ligueulards », « hurleurs », « aboyeurs », « braillards » désignent les militants des ligues néo-boulangistes dont la violence verbale — et physique — s’impose dans la rue. La mission qu’ils assignent à l’armée leur vaut également l’étiquette péjorative de « revanchards » (1894). Mais, du contingent aux chefs factieux, quelle est donc cette armée qu’ils vénèrent, et quels désignants nous l’évoquent dans sa structure, ses tentations et son rôle ?

  • 109 in R.R. ?, p. 15.
  • 110 « Il n’y a qu’une épithète qui les qualifie : ce sont des militaires, des galonnés ! » (P.P.,21 avr (...)

105Pioupious et gradaille : Il faut se garder de confondre dreyfusisme et antimilitarisme : les dreyfusards, en effet, prennent soin de distinguer le contingent, masse prolétaire, de son encadrement souvent issu de vieilles familles aristocratiques. Madeleine Rebérioux109 remarque qu’en cette fin de xixe siècle « le contingent, cette piétaille toujours renouvelée, ne fait pas l’armée. Celle-ci n’existe que par ses cadres, officiers et sous-officiers, très nombreux ». Aussi le terme de « militaire », chez les anarchistes, peut-il être utilisé comme synonyme de « gradé »110.

106L’antimilitarisme qui se développe dans l’ensemble de la Gauche est donc sélectif : il vise la « gradaille », la « haute armée », au sein de laquelle se recrute l’État-Major et que l’on accuse de participer à une vaste entreprise de répression.

107La « vaste gendarmerie » : L’armée, affirme-t-on à droite, a le devoir de défendre l’ordre établi contre la mobilisation des forces révolutionnaires, désignées comme « l’ennemi intérieur » depuis 1871. Le dévouement inconditionnel à cette mission suscite à gauche l’emploi fréquent du terme péjoratif « prétorien ». L’expression « armée prétorienne » est courante.

  • 111 « Les malandrins embauchés par l’état-major policier de la Sociale sont surtout recrutés parmi les (...)

108Bien que le discours dreyfusard signale l’aspect policier de l’armée, la Gauche ne confond pas plus que la Droite « armée » et « police ». De part et d’autre on identifie le « policier » à l’« agitateur », au « malandrin » ou au « voyou » embrigadé et payé par le parti adverse pour faire le coup de poing, au « mouchard » appointé par la Sûreté générale. La péjoration qui affecte le mot « policier » explique qu’il puisse désigner les plus actifs des militants socialistes, et compromettre finalement des mots comme « Sociale » ou « République »111.

  • 112 « Drumont, ex-collabo du policier Marchal de Bussy » (P.P., n° 65, janvier 1898). Le terme se renco (...)

109La « police » n’utilise pas seulement les services de personnages aussi douteux que e « policier » et son « collabo »112. D’innombrables désignants, surtout dans la presse anarchiste, évoquent des forces de l’ordre bien sollicitées en ces temps d’émeute : « flique », « flicard », « flicaille », « roussin », « poulard », « sergot », sans oublier les « cipaux », les « pandores » des chansons. Mais c’est l’armée, dans sa fonction de répression, que désignent les lexies « vaste gendarmerie » ou « grande gendarmerie », héritées de Gallifet.

  • 113 « Les termes varient, mais c’est bien, comme je le disais, la même pensée, la même crainte : le sab (...)

110Une panoplie métonymique : Ces « soldats devenus gendarmes » (P. O., 29 octobre 1898) sont évoqués par de nombreux désignants à caractère métonymique. Selon les locuteurs, ils sont ou non péjoratifs : on ne s’étonnera pas que les « pantalons rouges » célébrés par l’Autorité deviennent des « culs rouges » dans le Parti Ouvrier. C’est d’ailleurs à gauche que ces désignants imagés, empruntant leur verve à la tradition anarchiste, se révèlent les plus nombreux. L’officier y est désigné par allusion à quelques attributs symboliques : c’est une « culotte de peau », un « dolman », un « épaulettier », un « galonné », un « galonnard » ; ce « porte-galon » est aussi un « porte-plume », un « plumard », un « emplumé », une « plume-blanche » ou « plume d’autruche », par allusion à l’aigrette qui orne képis ou bicornes, ou encore un « empanaché », un « porte-panache ». Quant au sabre, outil symbolique du dictateur militaire, il permet de désigner le dictateur lui-même et, plus généralement, la dictature113. Ses dérivés « sabreur », « traîneur de sabre » ne sont remarquables que par leur fréquence. Plus caractéristique de la période est cette « Sainte Alliance du sabre et du goupillon », formule attribuée à Clemenceau qui, débordant le cadre de l’armée et du clergé, évoque la coalition ralliant monarchistes, conservateurs, « républicains modérés, nationalistes » de Rochefort, « républicains plébiscitaires » de Déroulède, vaste regroupement « des sabreurs et des goupillonneurs » qui compose les forces du renouveau boulangiste.

  • 114 Passant du mythe au désignant, les locuteurs de gauche rappellent leur lutte contre ce « nouveau Cé (...)
  • 115 « Des flancs robustes de l’Armée sortira, nous le pressentons tous, le dictateur attendu par les Ma (...)

111Le renouveau boulangiste : En 1898 et 1899, on s’attend à gauche à ce que l’engagement politique de l’armée permette le surgissement d’un « César »114, figure traditionnellement antonymique du « Brutus » républicain. En réponse à la péjoration qui affecte « César », la Droite révolutionnaire ne craint pas de majorer « dictateur »115. Une filiation morphologique reflète la filiation politique qui aboutit à cette nouvelle génération de « napoléoniens » : de même que l’on avait formé « Badingue » sur Badinguet et « Boulange » sur Boulanger, on forma « Cavagne » sur Cavaignac après que celui-ci eut été salué par Rochefort dans l’Intransigeant comme « le nouveau Boulanger ». Plus trivialement, de fréquentes allusions au fameux cheval noir du 14 juillet 1886 permettent à la Gauche de brocarder les « ramasseurs de crottin », pieux continuateurs du boulangisme (P.O., 4 juin 1898).

  • 116 « Cet « honneur de l’armée » qui s’appelait Bazaine » (P.O., 26 février 1898).
  • 117 En novembre 1897, un compagnon d’armes d’Esterhazy le qualifie publiquement de « rastaquouère dans (...)

112L’honneur des rastaquouères : Dans un tel contexte, que devient « l’honneur de l’armée », acte de foi, jusqu’en 1898, d’une grande partie de la Gauche elle-même ? Devenue caractérisante du discours dreyfusard, cette lexie est chez les socialistes un désignant ironique que l’on applique aux chefs militaires puis aux partisans de l’État-Major116. Le débat gagne le terme « honneur » lui-même, élément lexical essentiel de la polémique dreyfusienne : on évoque alors « les Déroulèdes et autres honneurs du même acabit » (P.O., 31 décembre 1898). Ceux que, jusque chez les radicaux, l’on appelait couramment les « braves officiers », sont ainsi devenus des « rastaquouèes »117.

113Dans l’ensemble, le vocabulaire consacré à l’armée et aux valeurs nationales se dit d’autant plus polémique, péjoratif et pittoresque que les locuteurs se situent plus gauche au sein des forces dreyfusistes. Invention verbale, suffixation populaire ou argotique, symbolique plaisante, autant de procédés empruntés à la tradition anarchiste et qui répondent à la constellation idéologique très serrée des termes patrie », « famille », « honneur », « prestige », « France », « nation », confiance », « force morale », « gloire », « sécurité », « noble », « sainte », suprême », etc., si caractéristique des discours de la Droite. D’autre part, un système d’associations-oppositions réunit et confronte les termes « armée », « socialisme », « Juif ». Cri de ralliement des antisémites à partir de 1897, une formule comme « vive l’armée ! » invite à examiner plus en détail les valeurs-mots de la phraséologie anti-juive.

3) Le réseau « antisémite » 118

  • 118 Cf. J. -P. Honoré, « Le vocabulaire de l’antisémitisme en France pendant l’Affaire Dreyfus », Mots (...)
  • 119 Cf. M. R. Marrus, Les Juifs de France à l’époque de l’affaire Dreyfus (J.D.F.), Calmann-Lévy, 1972.

114C’est d’Allemagne, semble-t-il, que nous vient en 1873 le néologisme « antisémite », vulgarisé en France par Drumont en 1891. « Antisémitique » et « antisémitisme » sont attestés dès 1882 et 1883. L’existence d’un courant antisémite qui ne cesse de s’affirmer à partir de 1880 installera solidement dans la langue une abondante série morphologique. Aux deux adjectifs entre lesquels on hésite encore pendant l’Affaire — la ligue dirigée par Guérin est indifféremment dénommée « Ligue antisémitique » ou « Ligue antisémite » — s’ajoutent bientôt d’autres formes : Drumont soupçonne François Coppée de « philosémitisme » et B. Lazare affirme en 1894 qu’il n’est « ni antisémite, ni philosémite ». Dans le même sens Déroulède — en un emploi peut-être exceptionnel — se défend d’être « antisémite ou sémite ». L’adjectif « antisémite » a naturellement été substantivé et désigne les adversaires résolus de la « bande sémitique » qui exploite, affirme-t-on, les Français. D’emblée, aucune ambiguïté ne pèse sur la notion de « sémitisme » : traduisant l’idée déjà émise par Renan et selon laquelle les Juifs représentaient le peuple sémite par excellence, ce lexique ne se rapporte qu’à ce qu’il était convenu d’appeler la « question juive », évoquée par Marx en 1844 et qui se pose avec brutalité à partir de 1897119.

115Pourtant, les désignants péjoratifs ordinairement appliqués aux Juifs (avec des maximas de fréquence chez les anarchistes et les néo-boulangistes) auraient pu à eux seuls attester la réalité de cette « question ». Sans empiéter sur l’analyse de leurs contenus politiques, signalons l’abondance des formes dérivées de l’allemand Jude (famille morphologique de « youtre »), et de l’arabe Yahudi, dont provient « youdi » (ou youddi, ou youdhi), qui donne à son tour, par altération argotique, « youpin » et ses dérivés. « Juif », « Hébreu », « Sémite », « Israélite » sont en contexte antisémite parfaitement synonymes : ce sont des « Hébreux croisés d’Allemand » qui « tripotent » à la Bourse ; c’est « un juif du nom de Dreyfus » qui travaillait au Deuxième Bureau sous les ordres d’un colonel qui « entrait en fureur dès qu’il était question des sémites » ; c’est la « Banque juive » ou la « Banque israélite » qui ruine les petits épargnants. Le terme le plus usité reste cependant « Juif », parfois sur-péjoré en « juivaillon », auquel il est de bon goût, dans des milieux plus tolérants, de préférer « Israélite ». Le socialiste anarchisant Bernard Lazare présente le « juif » comme « un homme dominé par l’unique préoccupation de faire une fortune rapide », tandis que l’« israélite » reste « borné dans ses désirs ». Le désignant d’« israélite », ajoute Marrus, s’appliquait avec prédilection aux juifs français, « tandis que les juifs allemands ou originaires d’Europe de l’Est étaient des Juifs » (J.D.F., p. 199).

116Expressions d’un rassemblement, « antisémite », « antisémitique », « antijuif » apparaissent souvent dans des séquences désignantes. Ce sont des étiquettes commodes, proposant un cadre sémantique assez large pour convenir à des forces politiques variées, assez précis pour suggérer l’existence d’un programme politique. Face à « l’ennemi commun », l’antisémitisme provoque l’apparition de « députés antijuifs », comme Drumont, élu en Algérie aux législatives de 1898. On constate que les organisations qui choisissent de reprendre les étiquettes « antisémite » ou « antijuif » y ajoutent rarement un deuxième déterminant. La puissance d’intégration qui caractérise l’antisémitisme favorise plutôt la tendance inverse : on a ainsi des séquences courtes, illustrées par ce « Parti antijuif » ou « Groupe antijuif » qui déclare recevoir des affiliations « de tous les coins de l’horizon politique ». Ainsi encore de la « Ligue Antisémitique de France », couramment abrégée en « Ligue Antisémitique », qui est « composée de gens de toute opinion : royalistes, bonapartistes, républicains, socialistes ». Rien d’étonnant, donc, à ce que les étiquettes « antisémite » ou « antijuif » servent aussi de lieu lexical de ralliement à des catégories socio-professionnelles plus ou moins homogènes : il existe un « Groupe des Étudiants Antisémites » et un « Groupe de la jeunesse antisémite » (ou « Groupe de la jeunesse antisémite et nationaliste ») ; Drumont félicite les « comités antisémitiques, qui s’organisent (...) à Paris, à Lyon, à Montpellier » pour leur dynamisme. Une organisation de « Dames Françaises Antisémites » est signalée à Paris. En 1896 se crée une « Ligue antisémitique du commerce poitevin », tandis qu’une « Fédération antisémite des lycées » apparaît en 1900.

117Pour tous ces oppositionnels de la « République Juive », les bases « judéo », « judaïco » servent de formants usuels. On attaque le « régime judaïco-opportuniste », les « grandes escroqueries judaïco-financières », la « bande judéo-allemande » ou « judéo-protestante », les « mœurs judéo-maçonniques », etc. Postposé, le déterminant « judaïque » remplit la même fonction, comme pour la « maçonnerie judaïque ». L’utilisation de ce lexique en qualité d’indice de péjoration peut produire, chez certains émetteurs se réclamant de la Gauche, un discours à rencontres insolites dénonçant « l’alliance jésuitico-judaïque » ou « la juiverie des jésuites » (D.R., pp. 181-194).

118Formule de rassemblement de forces hétérogènes, l’antisémitisme n’a pas, d’autre part, développé pendant l’Affaire un thème unique : il a repris avec vigueur chacune des quatre tendances qui ont successivement fait leur apparition dans son histoire.

119L’antisémitisme religieux : C’est par des organes d’émanation catholique que les néologismes « antisémitique » et « antisémitisme » ont été diffusés. Dans la presse laïque, l’antisémitisme religieux est de peu de poids ; linguistiquement parlant, on lui doit surtout la vulgarisation d’un système d’oppositions confrontant « chrétien », « catholique », « baptisé » à « israélite », « Juif », « circoncis ». On relève aussi les désignants « moïsard » et « synagogard » (« synagoguement » signifie de façon déloyale). Mais les chefs de file du courant antisémite ne situent pas le clivage conservé entre « juif » et « chrétien » sur le plan religieux mais sur le plan social.

  • 120 « Plus on est loin des juifs, plus on est près du peuple » (Guérin, L’Antijuif, 7 mai 1899).

120L’antisémitisme social : Une longue tradition, étayée par Marx et Proudhon, a fixé dans le discours socialiste ou socialisant un système de désignation du Juif en tant qu’exploiteur : association selon Malon de « l’esprit anticapitaliste » et de l’esprit « antijéhoviste » ; définition par Regnard (1887) du capitalisme comme « le produit immédiat du sémitisme » et du Juif comme « le parasite », ou encore opposition entre « le peuple » et « les Juifs »120. Il n’est pas jusqu’à la classique image du « Moloch » capitaliste qui ne trouve sa version antisémite dans le « molochisme juif » que G. Trindon évoque en 1884.

121Rien d’étonnant à ce qu’un néologisme de sens fasse du mot « youtre » le désignant de « l’exploiteur par excellence », qu’il soit juif ou non-juif : ainsi Le Père Peinard du 20 avril 1890, constatant que « les mots changent bougrement de signification avec les époques », oppose la signification ancienne selon laquelle « un youtre était un pauvre bougre baptisé au sécateur, bouffant du pain sans levain, allant à la messe à la synagogue », à une nouvelle signification, essentiellement sociale : « quand un bon bougre fout à la gueule d’un type... ce mot « tu es un youtre » il se moque de la religion comme de l’an quarante. Ce qu’il veut dire, c’est que le type en question est un rapia féroce... un chameau qui s’y entend à faire trimer les ouvriers ». Le « youtre », ajoute Le Père Peinard, c’est donc le « patron », le « proprio », le « richard » ; et de conclure : « on peut être youtre tout en étant chrétien ou protestant », subtilités sémantiques dont l’antisémitisme social ne s’embarrassera pas.

  • 121 L’Intransigeant, 31 octobre 1897 ; Le Courrier de l’Est, 5 septembre 1891.

122De la phraséologie évoquant la puissance financière juive, nous retiendrons « bancocratie » (1852), version bancaire de l’aristocratie, terme qui introduit à un nouveau lexique : celui des juifs considérés comme les « maîtres » de la France, les « Rois de la République », la « première aristocratie du monde ». Aux « barons » figurant, dans Scènes et Doctrines du Nationalisme de Barrès, les juifs riches en général répond le « Tout-Israël » honni par Drumont. Trois adjectifs particulièrement sollicités et investis d’une signification sociale et d’une valeur péjorative, composent les lexies « gros juifs », « grosse juiverie », « grands juifs », « haute juiverie ». Dans le registre politique, le terme « juiverie » désigne une organisation dotée de la même influence, voire des mêmes attributs, qu’un grand mouvement ou parti occulte, mais aussi institutionnalisée. L’antisémitisme social qui, sur ce terrain politique et lexical, rencontre une Droite mobilisée contre la bourgeoisie triomphante, peut ainsi définir « l’opportunisme » comme « le parti des juifs » et souligner les injustices du « régime judaïco-opportuniste » ou de « la Bourgeoisie opportuniste et judaïsanste » (L.P., 1894). Substantifs ou adjectifs, « judaïsant », « judophile », « youtrophile » sont appliqués aux personnes ou courants politiques suspectés d’accointances avec la « Juiverie ». Mais, au-delà de l’opportunisme, c’est le mot « République » lui-même — ou ses succédanés — qui se trouve compromis par ces contextes antisémites : un certain boulangisme reprend vigueur dans la dénonciation de « la puissance de la juiverie, sous notre ploutocratie républicaine » ou du « mariage religieux de Marianne et du juif errant »121.

123La redistribution des forces politiques provoquée par l’Affaire purge progressivement le discours de gauche de ce lexique antisémite, dont l’emploi devient quasiment nul à partir de septembre 1898. Les énoncés définitoires, par lesquels socialistes et radicaux glosent le mot « antisémitisme » à mesure que l’Affaire évolue, illustrent ce revirement : en 1895, les guesdistes se gardent de faire de l’antisémitisme un « concurrent » du mouvement socialiste ; ils parlent plutôt d’un « dérivatif ». Le Parti Ouvrier du 12 mars 1898 le désigne comme « le socialisme des imbéciles ». En trois années, la longue tradition de l’antisémitisme social a ainsi basculé, avec son lexique, dans le camp des nationalistes de Droite.

  • 122 Barrès, en parfait écho sonore, écrit dans son « Programme de Nancy » (1898) : « Le système opportu (...)

124L’antisémitisme nationaliste : A l’aube de l’Affaire, forces de droite et de gauche se retrouvent occasionnellement sur un terrain lexical commun : la dénonciation de l’« Étranger » et du « cosmopolite » (ou du « cosmopolyte »). Mais si l’emploi de termes identiques peut donner l’illusion, d’abord, d’une convergence politique sur la base d’un consensus nationaliste, l’ambiguïté sera dissipée lorsqu’il s’agira d’investir ces désignants de significations antisémites. l’« Étranger » représente, certes, les puissances rivales de la France — en particulier l’Angleterre et l’Allemagne — et c’est par l’adjectif « cosmopolite » que la gauche fustige grands financiers et trusts internationaux. Mais pendant l’Affaire, l’identification de l’« Étranger » et du « juif » devient caractérisante de la droite et de ses alliés, de même que la fréquente synonymie des mots « juif » et « cosmopolite »122. L’engagement dans le dreyfusisme de la majorité de la gauche lui vaut d’être affublée des mêmes désignants : ce sont les dreyfusards qui sont décrits par Drumont comme « une poignée de cosmopolites », tandis que L’Action Française en fait « les étrangers de l’intérieur ». Dans cette convergence des lexiques antisémite et antisocialiste, le désignant « sans-patrie » trouve une double acception : c’est le « sémite », ou le socialiste internationaliste, son allié ; de même, il arrive que les termes « Internationale », « internationalisme », « internationaliste » soient l’objet de curieux rapprochements entre « l’internationale financière » et l’autre ; et les théories de Jaurès sont qualifiées d’« antinationalistes », comme est « antinationale », pour Drumont, la propagande de tel publiciste juif.

125Au-delà de ce confusionnisme entretenu par des désignations à double référence, d’autres noms s’appliquent plus spécialement aux israélites : à la métaphore du « nomade » ou du « bédouin » s’ajoutent les vocables « métèque » (Maurras, 1894) et surtout « heimatlos », d’importation récente, cristallisant l’accusation double et paradoxale portée contre les Juifs : le « sans-patrie » est accusé... d’avoir pour patrie l’Allemagne. D’où la très fréquente utilisation du désignant « Juif allemand » et de sa forme adjectivale « judéo-allemand » (1894).

  • 123 « Raciste » apparaît vers 1892 (cf. J.D.F., p. 29). « Il est vraiment temps, écrit Drumont, que des (...)

126L’antisémitisme racial : Dans le contexte de l’Affaire, le terme « race » recouvre des significations diverses. Chez les dreyfusards comme chez leurs adversaires, ce mot évoque des liens de nature biologique, historique, nationale et/ou culturelle. Aussi n’est-il pas étonnant que Clemenceau oppose le « Juif » au « Celte », comme la presse de droite oppose le « fils de Sem » ou « fils de Juda » au « Franc » ou au « Gaulois » dont la « race française » représente la postérité spirituelle et biologique. Mais, alors que radicaux et socialistes délaissent l’exploitation politique de ce thème, leurs adversaires en tirent une phraséologie authentiquement « raciste »123. Contre les « nez crochus », Drumont, Barrès, Guérin mobilisent leurs troupes sur l’idée darwinienne de la lutte des espèces : « sémites » et « aryens » se livrent une guerre implacable, le cadre national est dépassé et l’« Occident » entre dans le lexique du conflit « aryano-sémitique ». En 1898, lorsque la Ligue Antisémitique de France devient le « Grand Occident de France », il ne s’agit pas seulement pour Guérin de réaffirmer les positions antimaçonniques de son organisation : en soulignant le combat du « Grand Occident de France contre le Grand Orient juif », il investit le vocable « Occident » d’une signification raciale déjà présente dans la campagne menée en 1883 par L’Antisémitique contre les « juifs orientaux ou allemands ». La thèse de l’« envahissement » s’exprime par une abondante terminologie dont se détachent les groupes « péril juif » et « parasite juif ». L’adjectif « enjuivé », le substantif « judaïsation » dénoncent eux aussi la « gangrène » insidieuse du corps social par « l’envahisseur de Judée ».

  • 124 « . :.. On exterminera les Juifs, en prenant le mot exterminer dans le sens où le prenait Racine ; (...)

127Perspectives : Ce déferlement de haine, qui peut s’exprimer par des formules aussi simples que l’expression « sales juifs » érigée en slogan, détermine chez les socialistes l’apparition du désignant « bouffe-youpins ». « La France aux Français », devise de La Libre Parole depuis 1892, reste donc une formule revendicative spécifique d’un nationalisme antisémite qui a glissé à droite, et au nom duquel surgissent également en Algérie les formules « l’Algérie aux Français » ou « Algérie française » (L.P., 7 juin 1898). Mais par quel moyen un Guérin ou un Drumont envisagent-ils de rendre la « France aux Français » ? S’agit-il seulement de mettre « à la porte » les Juifs, ou faut-il assigner au cri de ralliement « mort aux Juifs » une signification plus littérale ? La Libre Parole développe la première interprétation, mais l’ambiguïté du verbe « exterminer », par lequel Drumont évoque ce programme, est parlante124. Et c’est sans précaution métalinguistique que ses épigones proposent « d’éliminer l’élément sémite ». L’amphibologie, dans ce contexte, n’est d’ailleurs pas nouvelle ; on rencontrait, chez Proudhon, la même équivoque sémantique sur le verbe « disparaître » (D.R., p. 187).

128La réponse que proposent certains Juifs aux perspectives ouvertes par ce nationalisme antisémite est elle-même d’ordre nationaliste, et l’on relève dans des publications sionistes un lexique que ne renierait nullement Barrès : outre la définition, commentée plus bas, du terme « nation », signalons l’emploi du désignant « déracinés » appliqué à certains intellectuels juifs, tandis que la notion de « race juive » devient un argument volontiers évoqué face aux partisans de l’« assimilation », désignés par les termes péjoratifs « assimilateurs » et « assimilés ». Désignant de la communauté juive, le vieux terme biblique « Israël », largement utilisé tant par les Juifs que par les non-Juifs, est relayé par la lexie « peuple juif », qui suggère un phénomène de particularisation ou de non-intégration. Mais le désignant « peuple » est lui-même en concurrence avec l’ancienne lexie « nation juive », dont les dérivés « nationalité juive » et « nationalisme juif » connaissent pendant l’Affaire un regain d’emploi. Conséquence d’une réflexion hâtée par la conjoncture politique française, le projet d’un « État juif » (Herzl, 1896) offre enfin à la « nation juive » une perspective territoriale. Ainsi le thème ancestral du retour à Sion a-t-il quitté le domaine purement religieux pour prendre forme dans le discours politique, où le néologisme « sionisme » se trouve, dans certains contextes, associé à l’héritage lexical de l’utopie socialisante. L’apparition des vocables « sioniste » et « antisioniste » (1897) semble concomitante, et cette famille morphologique est rapidement intégrée au discours de l’adversaire : Drumont parle du « mouvement sioniste » dans La Libre Parole du 9 janvier 1898.

129Face au clan des antisémites, le clan adverse, comment le nomme-t-on et comment se présente-t-il ? Sous les étiquettes de « dreyfusards » ou de « zolistes », bien entendu, mais aussi sous celles, privilégiées ou ironiques, d’« intellectuels » ou de « justiciards ». Ils se veulent défenseurs des « Droits de l’Homme », chercheurs de la « Vérité », de la « Justice », de la « Lumière ». L’individu se dresse contre la « raison d’État » : « Je », tout seul, « accuse » les corps constitués et affirme, contre la « Force », les prérogatives du « Droit ». Pour clore cette étude des vocabulaires de l’Affaire Dreyfus, quelques remarques sur les valeurs-mots du dreyfusisme semblent maintenant nécessaires.

4) Valeurs dreyfusardes

  • 125 Cf. Geneviève Idt, « Les Intellectuels avant l’affaire Dreyfus », in Cahiers de Lexicologie, 1968, (...)
  • 126 M.-P. Fabreguettes, De la complicité intellectuelle et des délits d’opinion. De la provocation et d (...)

130Lorsque paraît dans L’Aurore du 14 janvier 1898 le « Manifeste des Intellectuels », ce dernier mot a déjà une signification politique. Il a servi à désigner « une classe constituée d’avocats, de médecins, d’universitaires et d’hommes de lettres auxquels la IIIe République donne des postes de commande »125. Cette classe menace les conservateurs tout en décevant l’extrême-gauche anarchiste. D’où la péjoration du terme par les deux groupes, y compris pendant l’Affaire elle-même : pour la Droite, « l’intellectualisme » ou « l’intellectualité », alliance d’individualisme et d’esprit critique, menacent l’ordre établi. D’autre part, coupée des forces vives de la nation, « l’élite intellectuelle (...) du fond de son cabinet de travail, ne voit pas où elle marche ». (Méline, 1898). On la soupçonne non seulement de républicanisme mais encore de sympathies anarchistes, au point que le vocable « intellectuel » peut désigner ceux « qui sont en quelque sorte la tête, le cerveau de l’anarchie »126.

  • 127 Cf. P. Lafargue, « Le socialisme et les intellectuels », in Cahiers de la Quinzaine, 5 mai 1900.

131Les anarchistes pourtant ne reprennent pas ce désignant à leur compte. Très tôt associé au bourgeois, l’intellectuel est taxé de « fonctionnarisme » (1894). L’extrême-gauche reproche aux « imbéciles d’intellectuels » d’être des « flatteurs, des serviteurs de la classe capitaliste », toujours prêts à « servir » des gouvernements « plus ou moins réactionnaires »127.

  • 128 « M. Barrès, l’intellectuel fin de globe » (P.O., 22 avril 1898).

132On ne s’étonnera donc pas que le désignant « intellectuel » ait souvent un caractère infamant et soit appliqué de tout côté — avant ou pendant l’Affaire — à l’adversaire politique128. Mais il ne faudrait pas en conclure que ce vocable était exclusivement péjoratif : s’il entre une part de provocation — dirigée contre la droite, mais aussi contre une gauche non-interventionniste — dans l’attitude des auteurs du « Manifeste », un sémantisme positif préexistant, allié à de nouvelles connotations politiques, va occasionner à l’extrême-gauche comme chez les conservateurs quelques emplois contradictoires.

  • 129 F. Coppée, cité par L’Autorité, 4 janvier 1899.
  • 130 A. Vandal, ibid.

133Dans de nombreux contextes, en effet, le désignant « intellectuel » est associé à des termes comme « savant », « professeur », « écrivain », « talent », « culture », « intelligence », « élite », etc. qui le majorent fortement. C’est l’intervention d’universitaires et d’hommes de lettres en faveur de Dreyfus qui va généraliser à gauche cet emploi valorisant. La Droite tente alors de réagir à l’appropriation du terme par ses adversaires : aux intellectuels du « Manifeste » sont opposés les « vrais intellectuels » qui, selon Drumont, mesurent la portée du « Fléau Juif ». La fondation de la Ligue de la Patrie Française sous le parrainage de l’Académie paraît l’occasion de « grouper les intellectuels qui sont restés fidèles à l’idée de patrie et ont gardé intact en leur cœur le respect de l’armée »129. En dépit de ces tentatives, le désignant, dans son acception positive, échappe aux conservateurs dès 1898 et Drumont se voit contraint de lui opposer le substantif « intelligent » pour évoquer l’intellectuel de droite. N’est-il pas révélateur que tel académicien de la Ligue déclare finalement : « quoique intellectuel, je suis pour l’armée »130 ?

  • 131 L’Autorité, 25 février 1898 ; L.P., 22 février 1898.
  • 132 « Les bourgeois qui composent le jury sont volontiers frondeurs, et il ne leur déplaît pas d’embête (...)
  • 133 Cf. « Le socialisme et les intellectuels » in Cahiers de la Quinzaine, 5 mai 1900.

134Après le « Manifeste », en effet, l’emploi du mot « intellectuel » dans une acception spécifiquement culturelle régresse en regard de l’utilisation qui en est faite pour désigner des hommes de gauche et plus particulièrement des dreyfusards. C’est « dans les bras des « intellectuels », pour employer l’expression du Syndicat » que Zola se retrouve à l’issue de son premier procès, tandis qu’à l’entrée du palais de justice le « clan des intellectuels » attend le verdict131. Sont associés et identifiés par Le Petit Caporal « les intellectuels de toute marque, les Dreyfusards de tout acabit », cependant que la Libre Parole prête ironiquement à la presse de gauche l’opposition du mot « intellectuel » aux vocables « Jésuites » et « cléricaux » (23 janvier 1898). Chez les radicaux, le désignant, ainsi chargé d’une signification politique précise, paraît ancré suffisamment à gauche pour que l’on finisse par opposer l’« intellectuel » au « bourgeois »132. En fait, dès 1899, le double héritage positif — aptitude culturelle et engagement dreyfusiste — va l’emporter : sont en conséquence désignés et célébrés comme « intellectuels » des hommes tels que France, Seignobos, Mirbeau, Psichari et, dans le discours même où Lafargue fait le procès des « intellectuels », Marx, Engels et Vaillant133. Volonté polémique ? Non : conséquence d’un héritage sémantique contradictoire.

  • 134 C’est bien ainsi que l’entend Zola, qui écrit : « dans cette cour d’assises... se sont heurtés des (...)
  • 135 Barrès, Scènes et Doctrines du Nationalisme, cité dans D.R., p. 170. Barrès développera cet argumen (...)

135Il en résulte que, dans l’acception positive du terme, l’« intellectuel » se voit investi par la gauche, pendant l’Affaire, d’une mission particulière : face à l’armée, à l’ordre établi, il est le défenseur de la « Vérité »134. Il est vrai que cette valeur-mot est alors fort discutée par les antidreyfusards, qui lui assignent un contenu nationaliste, donc relatif : Méline, à la Chambre, évoque une « vérité légale » — la formule ne manquera pas d’être reprise — tandis que Barrès distingue la « vérité judiciaire » de la « vérité absolue »135. Il en va de même pour le co-occurrent le plus fréquent, semble-t-il, de « Vérité » dans le discours dreyfusard, à savoir « Justice ». De même qu’il existe deux vérités, il existe deux justices, la militaire et la civile, ainsi que le déclare au procès Dreyfus le commandant Ravary, à moins que la justice ne soit relative, comme pour Barrès, à la nation et à la race. Tandis que la droite interprète à sa façon le mot de Goethe « une injustice vaut mieux qu’un désordre », l’extrême-gauche anarchiste hésite à se mobiliser sur ce thème et les guesdistes, dont l’engagement sera également tardif, appliquent le désignant de « justiciards » aux jauressiens partisans de Dreyfus. Néanmoins, la formule « Vive la justice » deviendra pendant l’Affaire un cri de ralliement des dreyfusards qui répondront par là aux « Vive l’armée » et « mort aux Juifs » de leurs adversaires.

  • 136 « Depuis l’avènement des dreyfusards au pouvoir, [le dreyfusisme] s’effondrait dans la boue et le s (...)

136Autour de la paire « vérité-justice » se crée une constellation de mots-thèmes en lesquels l’humanitarisme s’associe à la tradition humaniste et socialisante : en effet, des termes comme « lumière » ou « humanité », si fréquents chez les ténors du dreyfusisme, dépassent le cadre de la métaphore pour s’intégrer à une thématique philosophico-politique. « Faire la lumière » sur l’Affaire, c’est aussi, en cette période de crise politique, permettre à la « lumière », à la « clarté », à « l’aube », à « l’aurore » républicaine ou révolutionnaire, de triompher des « ténèbres » ou de l’« obscurantisme ». D’où des désignants imagés dénonçant les « étouffeurs de lumière », la « ligue des hiboux », les « oiseaux de nuit »... Discours manichéen. Au couple « vérité-justice » que rejoignent, dans les leçons de morale républicaine, les termes d’« humanité » et de « fraternité », s’associe tout un lexique récurrent : « Droit », « droits de l’homme », « civilisation », « progrès », « avenir », « raison », « conscience » (souvent accompagné de déterminants à signification collective : « nationale », « publique », « universelle »), « idée » (fréquemment associé à « républicaine » ou « révolutionnaire »), « Idéal », « république », « révolution »... Un terme fait synthèse en 1900 : c’est le « dreyfusisme », mot-thème qui ne tardera pas à être mis en cause au nom même des principes qui l’ont inspiré136.

B) Les disputes autour du Pouvoir

  • 137 M. Danech, M. Demonet, L. Girard, R. et S. Gossez, R. Mouriaux, A. Prost, D. Segrestin, Vocabulaire (...)

137Les mots-clés des joutes électorales ont été examinés par Antoine Prost et une équipe d’historiens à la lumière de leurs indices quantitatifs137. On peut, en utilisant les tableaux de leur ouvrage pour les élections de 1881, 1885 et 1889, auxquels nous joindrons quelques sondages pratiqués au Laboratoire de Saint-Cloud dans la propagande des élections de 1889, 1902 et 1910, dresser un bilan des emplois les plus importants, de leur constance ou de leur évolution tout au long de la conjoncture. Quelques grands thèmes d’affrontement politique viendront ensuite illustrer ces appréciations chiffrées : lutte anticléricale, parlementarisme et ministérialisme, discussions sur la « méthode » socialiste, compléments aux débats idéologiques évoqués plus haut.

1) Vocabulaire électoral et fréquence des mots

138Pour mener à bien l’examen des professions de foi publiées à l’instigation du député Barodet, A. Prost utilise deux méthodes concordantes : des inventaires statistiques sur des échantillons de 5 000 mots, des projections d’analyses factorielles des correspondances.

  • 138 A. Prost remarque toutefois que certains termes d’usage politique commun, qui sont, vus dans le dét (...)

139Se signalent en premier les constantes communes à la gauche et à la droite. Il s’agi pour l’essentiel de mots-outils et de verbes fondamentaux, mais aussi d’un lexique électoral de base : « mandat », « suffrages », « vote », « député », « candidat » « scrutin », « représentant », « parlement », « représenter », « solliciter », « électeur » , « arrondissement », « département », « élection », « circonscription », et d’un lexique financier : « impôts », « dégrèvement », « diminution », « réduction » « charges », « dette », « foncier », « financier »... Mais les constantes spécifiques sont les plus nombreuses. Ainsi, écrit A. Prost, « le vocabulaire politique c juridique est à gauche » et cela dans toutes les élections138.

140Un tableau rassemblant ces données montre avec clarté cette opposition gauche/droite.

141Les constantes de gauche :

*Curiosité vocative : le candidat appelle de préférence ses mandants « citoyens » à gauche et « messieurs » à droite, terme souvent suivi ou remplacé par « chers concitoyens ».

142(« Assemblée » et « parlement » paraissent d’emploi équilibré, tandis que les répétitions de « France », « régime » et « patrie » tendraient à glisser de gauche à droite).

143Les conservateurs se singularisent, eux, par une utilisation insistante du registre de la défense et de la peur. Très affirmé en 1881, entraîné dans la polémique de 1885 puis plus discret en 1889, ce lexique joue en particulier sur « danger », « péril », « désastreux », « ruine » et sa série, « désordre », « anarchie ». En positif s’inscrit un thème religieux et moral (familial), omniprésent lui aussi. Les termes les plus remarquables en sont mentionnés dans le tableau ci-dessous.

144Les constantes de droite :

145(« Culte », « église » et « clergé » sont relativement partagés ; mais la série de « clérical » se marque nettement à gauche).

  • 139 Dans le tableau qui suit, la lettre B signale un sondage opéré dans le barodet des déclarations d’é (...)

146Au-delà de ces pondérations différentes selon les émetteurs, une question mérite d’être posée : quel est le vocabulaire le plus stable dans le temps, tous émetteurs confondus ? Pour tenter de répondre, nous avons choisi la cinquantaine des substantifs et adjectifs les plus fréquents dans les échantillons dépouillés par l’équipe d’A. Prost à partir des barodets de 1881, 85 et 89, que nous avons comparés à la cinquantaine des substantifs et adjectifs les plus employés par les candidats au cours des campagnes de 1889, 1902 et 1910. Vingt-cinq termes communs aux six moments de comparaison restent sur le tamis, les plus fréquemment fréquents. Les voici, accompagnés de leurs rangs respectifs et dans l’ordre du rang moyen139.

147Les permanences dans le temps :

148Ce tableau prouve ce qu’A. Prost a montré par d’autres moyens au début de son livre, l’homogénéité très forte du vocabulaire électoral ; la moitié des substantifs et adjectifs de haut rang sont en effet communs à toutes les élections, de 1881 à 1910, qu’on interroge les élus ou des candidats représentatifs. Inversement, sur ces 25 mots à forte présence, 10 seulement se retrouvent dans le discours socialiste de 1900. Celui-ci possède donc ses spécificités : celles qui ressortent avec le plus d’évidence de la confrontation des listes sont dans l’ordre : « socialiste », « classe », « propriété », « bourgeois », « société », « prolétariat », « ouvrier », « action », « social », « force », « révolution » et « vie ». Mais il ne faut pas en conclure que le discours électoral stagnerait. Bien d’autres termes sont employés, qui révèlent des évolutions caractéristiques dans les discours de la droite et de la gauche.

149A droite, c’est par exemple le registre nationaliste qui se met en bonne place. De 1881 à 1889, les termes qui désignent la collectivité s’incorporent progressivement à son vocabulaire. On peut construire l’échelle lexicale de cette progressivité :

150C’est sur les deux termes du vieux lexique révolutionnaire, « nation » et « peuple », que l’impact du boulangisme est le plus sensible. Mais il n’y a pas accaparement par la droite du vocabulaire national, comme le prouve le faible contraste des fréquences. Il n’y a pas non plus rupture radicale, au niveau du vocabulaire patriotique. C’est une lente évolution.

151L’évolution de la droite vis-à-vis du nationalisme explique sans doute qu’à l’inverse elle mette en sourdine ses attaques contre la politique coloniale du gouvernement et que son discours fasse moins de place, à partir de 1889, au lexique des colonies et de la guerre qu’en 1881 ou en 1885.

  • 140 A l’extérieur du parlement, des oppositions socialistes et anarchistes s’expriment à voix plus haut (...)

152La relative faiblesse de l’échantillon de 1902, le caractère provincial et le fait qu’il s’agisse de candidats et non d’élus en 1902 et 1910 ne suffisent pas à expliquer la baisse générale du lexique colonial dans les proclamations. Consensus autour d’un silence140. Progressivement aussi la droite se rallie aux institutions républicaines, ou, pour être plus exact, déplace ses critiques de la République elle-même à la pratique des républicains. D’où l’importance en 1889 du lexique qui a trait aux scandales financiers et à la faillite économique du gouvernement. C’est là peut-être la caractéristique la plus marquée en 1889, avec argent (1/4), augmentation (0/5), augmenter (2/6), avide (0/3), budget (6/9), budgétaire (0/3), concussion (0/3), contribuable (0/4), déficit (0/5), dépenses (3/5), déplorable (0/2), discréditer (0/2), économies (4/17), emprunt (1/6), faillite (1/3), finance (5/10), gaspillage (0/6), Grévy (0/2), mépris (0/3), méprisable (0/2), milliards (0/11), millions (1/11), places (0/11), politiciens (0/2), profit (1/6), ruine (4/7), ruiner (0/7), ruineux (0/2), scandales (1/9), trafic (0/2), trafiquer (0/3), tripotages (0/2), Wilson (0/2).

153A gauche apparaissent des désignants politiques précis. En 1881, l’absence d’étiquettes politiques spécifiques à droite comme à gauche est curieuse : on ne trouve ni « socialiste », ni « collectiviste », ni « communiste », ni « bonapartiste », ni « impérialisme », ni « légitimiste »... « Monarchiste » (1/0), « royaliste » (0/1), « progressiste » (1/0) sont rares. On se dit seulement « républicain » (33/8), « libéral » (5/2) ou « conservateur » (0/9). C’est en 1885 que la gauche introduit en masse des désignations politiques plus fines pour les clans en présence : coalition (5/0), réaction (6/0), monarchique (8/1), monarchiste (7/0), monarchie (6/0), orléaniste (2/0), royaliste (4/0), prétendants (6/0), légitimiste (1/0), bonapartiste (2/0) ; démocrate (2/0), progressiste (3/0), radical (3/1), (mais opportuniste 0/6), socialiste (1/0), centre-gauche (2/0), gauche (1/0) (mais droite 0/3), extrême-gauche (1/0).

154Un vocabulaire social émerge aussi au fil des élections :

*Comme dans le tableau précédent, la séparation gauche droite n’est pas faite pour 1902 et 1910 et les tailles d’échantillons sont disparates .

155Cependant, les mots-thèmes ruraux l’emportent encore sur ceux que nous venons de citer, et cela jusqu’en 1910. Si l’on additionne les occurrences d’« agriculture » et d’« agricole » et celles d’« industrie » et d’« industriel », on obtient l’état suivant des fréquences :

  • 141 Pour l’explication mathématique des procédures, cf. J. -P. Benzécri, L’analyse des données, t. II, (...)

156Les chiffres donnés par le sondage opéré dans les barodets ont fait l’objet d’analyses factorielles des correspondances141. Cette méthode permet des regroupements et/ou des oppositions entre les vocabulaires, sur différents axes de classement, par le biais de leurs fréquences.

157L’intérêt immédiat de ce travail est de montrer que dans tous les cas la première information fournie par l’analyse factorielle est celle d’une opposition fondamentale droite-gauche, justifiant par là les interprétations précédentes.

  • L’analyse factorielle de 1881 donne par exemple un premier facteur très signifiant qui isole nettement les termes et les députés de droite des termes et des députés de gauche. On trouve à l’extrémité droite : « sacré », « famille », « menacer », « enfant », « paix », « ordre », « conscience », « nom », « autorité », « tradition », à l’extrémité gauche : « poursuivre », « égalité », « social », « suffrage universel », « républicain », « état », « marche », « constitution », « progressiste », « démocrate », « réforme », « programme », « radical ».

  • L’analyse factorielle de 1889 permet de dégager trois axes hiérarchisés.

158Le premier est à nouveau interprétable en termes de « droite/gauche », avec le même vocabulaire qu’en 1881. Apparaissent à droite « scandales », « millions », « milliards », « place(s) », « ruine », « finance(s) », etc., ainsi que du lexique des luttes scolaires (« enseignement », « école », « enfant »). A gauche, c’est « travailleur » et « ouvrier », « comité » et « radical » qui se marquent le plus en fréquences.

159Le second axe semble distinguer les candidats proches du gouvernement (républicains de gouvernement), et peu soucieux de se lier les mains, des extrêmes plus précis et plus critiques, qu’il s’agisse de la droite antirépublicaine et révisionniste ou de la gauche radicale et socialiste. On trouve donc d’un côté un vocabulaire précis : « école », « enseignement », « instruction », « impôts », « charges financières », « budget », « finances », « économie », « commerce », « industrie », « agriculture », « travail », « produit », « travailleurs », « ouvriers », « villes », « campagnes », etc., de l’autre un vocabulaire plus vague et abstrait : « drapeau », « congrès », « républicain », « République », « candidature », « adversaire », « représentant », « gouvernement », « régime », « stabilité », « point », « vue », « question », etc.

160Le troisième axe enfin semble opposer non pas les partisans de la révision à ses adversaires, mais ceux qui en parlent à ceux qui n’en soufflent mot et développent un programme d’affaires (ce sont aussi bien des républicains que des conservateurs). Ce facteur oppose donc « révision », « constitution », « constituant », « Sénat », « peuple », « universel », « suppression », « République », « républicain », etc. à « politique », « affaire », « protection », « produit », « agriculture », « concurrence », « crise », « traité », « commerce », « travail », « ouvrier », « impôt », etc.

  • L’analyse factorielle menée sur l’ensemble des proclamations de 1881, 1885 et 1889 permet de dégager deux facteurs, dont le premier est encore un facteur d’opposition droite/gauche qui va de « radical », « progressif », « réforme » et « démocratie » à « famille », « sacré », « autorité » et « tradition ».

161Ce n’est qu’en troisième facteur qu’apparaît une opposition diachronique entre 1881/1885 d’une part et 1889 de l’autre. On trouve comme spécifiques de 1881, « famille », « moderne », « liberté », « société », « enfant » et comme spécifiques de 1889 « suffrage universel » « affaires », « nation », « ordre », « autorité », « constitution », « peuple », « patrie ». Mais ce troisième facteur apporte peu d’information statistique. Le clivage chronologique est donc loin d’être prépondérant.

162L’étude d’A. Prost démontre ainsi, grâce aux analyses factorielles, que l’opposition prioritaire, au niveau du vocabulaire, ne se situe pas entre modérés et extrémistes mais entre les deux pôles droite-gauche, et que les questions de conjoncture influent moins sur le vocabulaire électoral que les orientations idéologiques de base : les traditions l’emportent sur les situations. Examinons certains aspects lexicaux de cette opposition de fond, tout particulièrement la lutte anticléricale, le parlementarisme et son contraire, puis les problèmes de « méthode » que se pose, vis-à-vis du pouvoir, le clan socialiste.

2) La lutte anticléricale

1631905 : séparation de l’Église et de l’État. Cette date marque l’aboutissement d’une œuvre de longue haleine, qui unit tous les républicains, ou presque, de 1871 à 1905 : la laïcisation de l’État et de l’École. La république « radicale » (1900-1914) poursuit et achève le travail entrepris par la république « opportuniste » (1879-1900). Le conflit qui en résulte est à la source de désignations nouvelles et originales, dont la moindre n’est pas l’adjectif « anticlérical », apparu en 1877 dans le Littré.

164Les républicains font preuve de beaucoup de vigueur dans la désignation de leurs adversaires. C’est l’époque du « sabre et du goupillon » dont l’alliance se manifeste ouvertement dès la tentative de Boulanger et encore plus dans l’affaire Dreyfus. D’où la dénonciation de la clique ou de l’oligarchie « clérico-militaire » (1898) ou de la coalition « clériconationaliste » (1901). Gambetta (discours du 4 mai 1877), Jaurès (discours du Congrès d’Amsterdam, 1904), les allemanistes du Parti Ouvrier accablent le « cléricalisme », les « cléricaux » et les « calotins » pour leur « obscurantisme » et leurs complots contre la république. Les prêtres, traités d’« ensoutanés » 1892, de « flamidiens » ou de « sacs à charbon » sont accusés de former avec l’État-Major une « secte noire » aux desseins factieux.

  • 142 Déclaration du Comité Révolutionnaire Central de février 1892, publiée dans La Revue Socialiste de (...)

165Mais l’anticléricalisme revêt des formes diverses. Les républicains ne se désignent pas tous de la même façon. Les uns se présentent seulement comme « anticléricaux », c’est-à-dire qu’ils acceptent les religions si elles ne cherchent pas à influencer la vie politique. D’autres, au contraire, se présentent comme « athéologiens » 1892, « athées » 1888, « matérialistes » et « transformistes »142.

166De l’autre côté, et en particulier dans des journaux comme L’Autorité, on dénonce la « prêtrophobie » 1906, les « anticatholiques » (1896) et bien sûr les « sans-dieu ».

167Le gouvernement n’est pas seul dans sa lutte contre les milieux catholiques. Il est soutenu et relayé par tout un réseau de sociétés de pensée comme la franc-maçonnerie, la Ligue des Droits de l’homme, la Libre Pensée, les organisations laïques et les universités populaires dont, sur ce point, le vocabulaire est identique. Tous proclament l’« émancipation morale et intellectuelle » des individus, contre le « fanatisme », terme qui se généralise en 1906.

168Les francs-maçons constituent la cible favorite des journaux royalistes et bien-pensants qui tournent en dérision les « sectaires des loges » et les « frères trois-points ». Les « libres penseurs » et les maçons suscitent aussi la critique des guesdistes pour qui l’anticléricalisme n’est qu’un moyen inventé par la bourgeoisie pour détourner la classe ouvrière des vrais problèmes. L’hebdomadaire guesdiste Le Socialisme dénonce « la métaphysique radicale et maçonnique » (1912) de ces loges où se coudoient des hommes de toute classe. Après l’affaire Dreyfus enfin, la droite amalgame juifs et francs-maçons et les réunit dans l’adjectif « judéo-maçonnique ».

169Pour vive qu’elle fût pendant toute la troisième République, la polémique anticléricale connaît des recrudescences, en particulier au moment du vote des lois scolaires, dans les années 1880-1881, et au début du xxe siècle avec la séparation de l’Église et de l’État. Le « prolétariat laïcisateur » (Proust, 1909) et les « séparateurs » (Jaurès, 1905) revendiquent la « laïcisation », la « séparation », la « sécularisation » et la « neutralité confessionnelle » de l’école. Le terme de « déchristianisation » apparaît en cette fin de xixe siècle et traduit bien le degré de violence qu’atteint en France le conflit des laïcs et des cléricaux.

  • 143 Mgr. Rouard, La Semaine religieuse du Diocèse de Nantes, 24 avril 1905 ; cité par L.-M. Pellerin, B (...)

170La crise des « inventaires », à partir de 1906, relance ces antagonismes jusqu’à l’affrontement physique. La hiérarchie catholique entre en lice. Son discours, en particulier dans la France de l’Ouest, allie à des arguments juridiques et politiques (le « contrat bilatéral » que les députés n’ont pas mandat de rompre, un « référendum » souhaité, le « Socialisme » qui « menace toute propriété ») une moralisation nationaliste (« La France est catholique dans ses origines et sa longue histoire.... Quand elle a rompu son pacte séculaire, elle s’est abîmée dans la honte et le sang »)143. Toute une rhétorique de la chaire prend en charge la résistance : « sacrilège », « devoir impérieux » (termes repris au pape), « Foi vraiment bretonne », « cœur vaillant », « population profondément chrétienne », etc. Les manifestants chantent :

  • 144 Ibid., p. 92, in L’Espérance du Peuple, 3 février 1906.

« Oui pour sa cause, Dieu chez nous a des hommes !
C’est notre honneur, Vendéens et Bretons.
Fils de chrétiens, chrétien nous sommes.
Chrétien toujours, nous resterons »144

171Réactivation de la chouannerie ? On évoque « les braves de 1793 » et le « souvenir Vendéen » : « Nous sommes les survivants de ces martyrs ». En face, les journaux républicains nantais dénoncent les « fanatisés », les « Chouans », les « hobereaux ». les « jeunes apaches pieux » et les « femmes hystériques ». Le mot « fanatisme » devient la clé des récits de manifestations.

  • 145 Au Congrès des « démocrates chrétiens » de Lyon en 1896, Drumont est acclamé président d’honneur et (...)
  • 146 M. Sangnier, La vie démocratique (Réunion publique de l’Alcazar, 26 novembre 1903), Au Sillon (1903 (...)

172Une évolution s’était fait jour cependant dans les années 1890 au sein du monde catholique français. Devant les risques effectifs de « déchristianisation » et les progrès du socialisme et du mouvement ouvrier, plusieurs formes de catholicisme social se développent. Les socialistes dénoncent sans cesse celui d’Albert de Mun et des « Cercles catholiques ouvriers », étiquette évidente d’un catholicisme social contre-révolutionnaire, antilibéral, corporatif et paternaliste. Mais d’autres catholiques vont plus loin dans le sens de la démocratie ; c’est alors l’apparition des lexies « chrétien-social » 1895, « christiano-démocratique » 1900 et, avec un sens nettement péjoré, « socialo-clérical » 1892. C’est aussi la naissance sur fond d’antisémitisme d’une nouvelle dénomination dans l’ordre politique avec le terme de » démocratie chrétienne »145, qui recouvre ensuite des conceptions très différentes mais suppose toujours la recherche d’une voie intermédiaire entre le libéralisme et le socialisme. Certes à la fin du siècle, on parle surtout du « ralliement » à la République prôné par Léon XIII et de la scission qu’il provoque à l’intérieur de l’Église française entre les « réfractaires » et les « ralliés ». Mais allant beaucoup plus loin, Marc Sangnier fait l’éloge de la « sublime Révolution » et de la « République démocratique et sociale », prêchant l’unité du « parti des gens qui discutent », loin du « parti des gens qui hurlent », à la fois contre les « néo-monarchistes » et les « socialistes-étatistes ». Si l’exhortation silloniste a des antécédents (Lamennais, Lacordaire), l’apostrophe en est nouvelle dans le milieu où elle s’exprime : « Camarades, luttez contre les indifférents ! »146

3) Autour du parlement

173La IIIe République est une période contradictoire, où les institutions républicaines se consolident définitivement, tout en ne cessant d’être l’objet d’attaques virulentes de la part de la droite comme de la gauche.

174En 1900, on peut dire que les principales oppositions au système républicain et en particulier au suffrage universel sont éteintes ou étouffées. Cette évolution se traduit par l’importance que prend progressivement le vocabulaire de la compétition électorale. Les « partis » (aux sens de l’époque) sont classés en « parlementaires » ou « extraparlementaires », selon qu’ils sont représentés ou non à l’assemblée. Les candidats, dont certains en 1904 sont appelés « officiels » ou « ministériels », c’est-à-dire soutenus par le pouvoir, sont les « mandataires » de leurs élus, ou encore des « compétiteurs » (1900). Guesde utilise à leur propos une métaphore commerciale et parle de « fondés de pouvoir » 1900. On emprunte à l’anglais l’image de la boule noire comme signe de vote négatif pour désigner les perdants sous le terme de « blackboulés » 1898. Les questions de technique électorale apparaissent dans les textes politiques, avec des lexies comme « bulletin panaché » 1910 ou « discipline républicaine » 1885. La fin de la période est marquée par la querelle entre la droite « arrondissementière » 1912, c’est-à-dire favorable au scrutin uninominal à deux tours, et les socialistes « proportionnalistes » 1912 qui réclament la « proportionnelle » ou plus brièvement la « R.P. ».

  • 147 Ce sont les fonctionnaires que Derοulède, aux Assises de la Seine, appelle les « sinécuriens (cf. L (...)

175Malgré cette accoutumance du corps politique à la pratique électorale, « l’antiparlementarisme » traditionnel à droite, mais aussi dans l’extrême-gauche socialiste, est ravivé par le scandale de Panama en 1892, l’affaire des décorations en 1887 et l’instabilité des ministères. Le vocabulaire de l’époque présente donc une série d’expressions originales ou typiques, qui toutes mettent en cause parlement et parlementaires. A droite comme à gauche, on dénonce la « phraséologie » 1894 des députés et surtout les « chèques » et les « pots de vin » que ces « honorables » reçoivent. La députation est une « sinécure »147 pour « légiféreurs à jet continu » 1898. Tous les termes du théâtre sont mis à contribution pour démasquer la « comédie parlementaire » 1888, la « trompeuse machine » 1881, la « fiction » 1899 à laquelle participent les « farceurs » du Palais Bourbon. Le composé plaisant de « budgétivore », qu’on trouve déjà en 1853, est fréquemment appliqué aux députés, à qui la droite comme la gauche reprochent de profiter de leur charge pour s’enrichir. Les termes de « scandales » 1898, de « boues » 1888, et d’« éclaboussés » 1897 reviennent comme des leit-motive ; puisant dans le registre commercial, les guesdistes vont jusqu’à évoquer la « boutique parlementaire » 1888. Fréquent aussi le reproche d’« arrivisme » 1906 qui vaut aux membres de la Chambre d’être fustigés sous les traits des « hypnotisés de la Chambre » 1881 ou des « politiciens de profession » 1892.

  • 148 Comparer : « A ces « révisionnistes », à ces socialistes nationalistes et fumistes (= les boulangis (...)

176L’affaire Boulanger cristallise ce mécontentement autour d’un mot : « révisionnisme ». Toute la classe politique peut être cataloguée en « révisionniste » 1888 ou « antirévisionniste ». Mais, outre que ces désignants peuvent aussi être employés vers 1898 à propos du procès Dreyfus et de sa révision éventuelle, ou encore vers 1900 chez les socialistes à propos de la « nouvelle méthode » de Jaurès, le terme de « révision » peut couvrir des options bien différentes. Les opportunistes envisagent une révision « républicaine », tandis que la plupart des socialistes ne voient dans la révision « constitutionnelle » et « démocratique » qu’une étape vers la « révision sociale » 1888. Dans la « dissolution » et « le coup de balai » prônés par les boulangistes, c’est au contraire une « révision plébiscitaire » 1888 qui se dessine préfigurant le « solutionnisme » dont parlera Maurras quelques années plus tard Existerait-il, entre tous ces types d’emploi, une filiation retorse, avec reprise de termes au bond, comme par un jeu d’inversions successives du vecteur politique entre, par exemple, les boulangistes « révisionnistes » (de la constitution) de 1888 et les dreyfusards » révisionnistes » (du procès) de 1898 ? Ou bien dix ans auraient-ils suffi pour désamorcer le thème revendicatif, très exploité électoralement, et le rendre re-disponible pour l’adversaire ? On constate en fait que les deux emplois ont pu cohabiter, sans générer d’ambiguïté, dans les discours contemporains148. « Révision » et sa famille morphologique : mots-protées. Les clans les plus antagonistes s’en sont d’abord servi pour exprimer leurs souhaits conjoncturels ; puis les courants socialistes se sont progressivement clivés par rapport à eux, sans tenir compte des emplois antérieurs.

4) Les « méthodes » socialistes

177De 1870 à 1914 l’histoire du mouvement socialiste est à la fois celle de la conquête progressive des pouvoirs (municipaux et législatifs) et celle d’une marche vers l’unité.

178Le Congrès de Marseille prône dès 1879 la formation d’un Parti ouvrier unique, mais très vite les tendances représentées à Marseille reprennent leur liberté. On a vu qu’en 1890, les « partis » essentiels sont formés. Les socialistes « indépendants » se regroupent à leur tour autour de Millerand et surtout de Jaurès. Ce dernier tente de recréer l’unité, mais n’y parvient qu’en 1905, lorsqu’est fondée la « Section Française de l’Internationale Ouvrière ». Avant, et même après, les socialistes sont très divisés sur l’attitude à adopter. D’où dans leur vocabulaire aussi une grande diversité et de complexes oppositions.

179Concernant la tactique socialiste, le fonds commun de lexique repose d’abord sur des termes devenus marxistes comme « avant-garde » 1892, « dictature du prolétariat » 1891, dictature dite « impersonnelle » 1892, ou « appropriation collective » 1879. Sur cette dernière expression, nous notons plusieurs variations : les broussistes qui jugent cette mesure trop autoritaire parlent d’« expropriation » 1884, et les indépendants de « société collective » 1892 (dans cette expression tirée de C. de Paepe, « société » est à comprendre avec le sens du « societas » latin, la mise en commun). Courants aussi, les désignants de la propagande « militants » et « propagandistes » 1895, associés à « propager » 1888, « travail » 1895 ou « agitation » 1900.

180Des anarchistes qui dénoncent tout État et toute autorité au socialiste indépendant Millerand qui participe en 1899 à un mouvement bourgeois, la différence est grande dans l’appréciation des valeurs de la République et du socialisme. D’où l’intérêt de procéder à l’étude rapide de certains termes que presque tous les socialistes emploient, mais dont la valeur contextuelle varie beaucoup, ce qu’on pourrait appeler les « mots-litiges ».

181« République » est peu employé par les socialistes. Les indépendants disent volontiers « La République » mais ils distinguent aussi, comme on le faisait en 1848, la « République sociale » et la « République politique » 1901, la seconde étant à leurs yeux la condition de la première. Restés plus longtemps dans une attitude d’opposition au pouvoir, les autres tendances s’appliquent à différencier la « République sociale » (ils préfèrent parler de « La Sociale ») ou « intégrale » 1902, de la « République rudimentaire » 1888, qualifiée de « menteuse » 1888, « bourgeoise » 1882, « formaliste » 1892, « aimable » et « féroce » 1894. Quant aux républicains opportunistes ou radicaux, Brousse les qualifie de « républicains tout-court » 1892 et de « républicains de carton » 1892. Ces nuances d’emploi sont importantes : elles expliquent la réticence de certains socialistes à défendre la République contre Boulanger puis contre les anti-dreyfusards.

182Plus nettement encore que « République », « démocratie » et « démocrate » distinguent les indépendants des autres socialistes, qui, les rares fois où ils emploient ces termes, prennent bien soin d’opposer « démocratie sociale » à « démocratie bourgeoise » 1904.

183Pour « révolution », la ligne de partage passe plutôt entre les anarchistes et les autres socialistes. Chez les guesdistes et les jauressiens, au moins après 1892, « révolution » devient synonyme de « changement de société » et d’accès du prolétariat à la propriété collective. Les anarchistes, au contraire, insistent sur l’instant de rupture et préfèrent généralement « révolte » à « révolution ». Et quand, après les premiers succès socialistes aux élections, Guesde et Jaurès présentent tous deux le suffrage universel comme une « légalité révolutionnaire » 1898, on est très loin assurément du « grand soir » (1889) anarchiste, même si Guesde a parlé en 1884 de la « révolution » comme de la « grande restitution finale ».

  • 149 P.O. du 11 et du 23 novembre 1894.

184En ce qui concerne « collectivisme » et « communisme », il est difficile de saisir ce qui distingue ces deux mots. Certaines déclarations n’y aident pas : ainsi celle qui est à la base du Comité d’Entente des socialistes de 1898 et qui prévoit « la transformation de la société capitaliste en une société collectiviste ou communiste ». Au voisinage de « services » et de « solidarité », peuvent même se former des lexies du type « collectivisme libéral » ou « collectivisme capitaliste » à côté de « collectivisme d’État »149.

185En fait, l’épithète de « collectiviste » est surtout revendiquée par les guesdistes, tandis que blanquistes, allemanistes et anarchistes, et même occasionnellement broussistes, se disent « communistes » — les « indépendants » se veulent seulement « socialistes ». Les proudhoniens opposent de façon absolue « collectivisme » à « anarchisme », ce qui n’empêche d’ailleurs pas La Révolte de se vouloir « organe communiste-anarchiste » (1887-1891) ni Bakounine de se proclamer en 1869 « collectiviste révolutionnaire ». Pour Brousse, « le mouvement communiste se résout en un phénomène scientifiquement observable : la formation du service public ». Pour Guesde au contraire, devenir « copropriétaires de tout l’outillage de la France c’est cela être « socialistes collectivistes ». Quoique confondant sciemment les termes par raccourci simplificateur, Guesde prend aussi soin de distinguer le « communisme de Babeuf » et la « solution collectiviste ». Pour lui, les deux mots sont synonymes étymologiques mais la notion de « collectivisme », à laquelle les allemanistes soupçonnent les guesdistes de vouloir s’arrêter, n’envisage que la propriété des moyens de production, et non pas, comme le « communisme », la distribution « à chacun selon ses besoins », ainsi que le rappelle Allemane au Congrès de Saint-Étienne en 1882.

  • 150 « [La résolution de Dresde] définit, sous le nom de révisionnisme, pour les repousser toutes, les t (...)
  • 151 « Par la conquête de l’État et par la conquête des majorités on pourra faire des réformes, des « ré (...)
  • 152 H. Galiment, Le Prolétariat, 11 octobre 1890.
  • 153 Le Prolétaire, 7 octobre 1882.

186Ces variations d’interprétation ou ces prédilections pour tel ou tel mot sont à relier à l’un des grands débats de l’époque, parmi les socialistes : celui du « réformisme » et de son pendant, le « sectarisme ». On fait grief aux guesdistes (et parfois aux allemanistes) d’être « doctrinaires » et « scolastiques » 1905, de faire preuve de « fanatisme » et de professer une « orthodoxie intransigeante » 1905 ; on leur reproche aussi leur « sectarisme » et leur « exclusivisme » 1882, et leur comportement « autoritaire » 1881, « aristocratique » et même « autocratique » 1890. Inversement, guesdistes mais aussi blanquistes et anarchistes soupçonnent les autres d’être des « déviateurs » 1906, coupables de « greffage » 1881, de « déviation » 1900 de « révisionnisme »150, de « collaboration de classe » 1912 ou de « trahison » 1907. Ce qui est visé derrière ces mots, ce sont d’abord les réformes que prônent les possibilistes et les indépendants qui se disent aussi « réformistes » que « révolutionnaires » ; guesdistes et anarchistes accusent ces « réformateurs » 1899 de détourner la classe ouvrière de son but par leurs « réformettes »151. La nouvelle « méthode » prônée par Jaurès (on parle de « méthode » et de « tactique » de 1899 à 1904, mais jamais de « stratégie ») qui vise à adapter la tactique socialiste aux conditions politiques de l’époque, est figée par les guesdistes en un « néo-méthodisme » 1904, taxée de « modérantisme » 1900 et confondue volontairement avec le « ministérialisme » 1900 de Millerand. Quand aux possibilistes, ils se disent eux-mêmes « expérimentalistes » 1890 et « pénétrés de l’esprit relatif ou possibiliste »152. Cette croyance dans la possibilité de réalisations immédiates est interprétée par les anarchistes et les guesdistes comme de la « temporisation » 1881 et de l’« immobilisme » 1881. A l’ironie sur leur « faux socialisme » 1881, les possibilistes répondent par des plaisanteries sur le socialisme « vieux jeu » 1881 de ceux qu’ils appellent les « impossibilistes »153. La polémique est souvent très vive entre les socialistes qui se targuent d’être des « purs » 1898, des « avancés » 1900 ou des « révolutionnaires entiers » 1882, et ceux qu’on qualifie de « nouvelles recrues » ou de « sociologues universitaires » 1899, de « convertis » 1900 (ce sont alors les « indépendants »), ou plus généralement de « pseudo-révolutionnaires » 1876, de « phasistes » 1889 ou d’« empiriques » 1882.

187Un des points qui divisent le plus les socialistes entre 1880 et 1905 est celui de la participation aux élections. Les plus irréductibles sont bien sûr les anarchistes qui se déclarent « antivotards » 1912 et « antiparlementaires » 1889 et dénoncent les « voteries » 1892 et le « parlementarisme » 1889. Blanquistes et allemanistes partagent leur scepticisme, et opposent « parlementaires » et « révolutionnaires » ; ils craignent encore en 1882 de « parlementariser le Parti Ouvrier », mais après le tournant des années 92-93, ils suivent la voie tracée par les indépendants et définissent le socialisme comme « légaliste » et « électoraliste » 1907.

  • 154 Lois anti-anarchistes de 1893-94 (cf. Blum, « Comment ont été faites les lois scélérates », in Revu (...)
  • 155 « On devra s’attacher... à imprégner à l’action directe sa véritable expression... On ne saurait co (...)
  • 156 « A propos des attentats anarchistes : Distinction entre propagandistes par le fait et par la parol (...)

188Isolés sur la question des élections, les anarchistes le sont encore plus après les attentats de 93-94, dont la droite tire prétexte pour voter les « lois scélérates »154. « L’action directe »155 et l’« anarchisme par le fait » 1895 sont violemment critiqués par les socialistes, qui cherchent à se démarquer des « propagandistes par le fait »156en se déclarant « aussi anarchisants qu’antiministérialisants » (Guesde, 1907).

189L’entrée de Millerand dans le gouvernement, et son rôle comme ministre du Commerce, de l’Industrie et des P.T.T. de 1899 à 1902, provoquent la rupture au sein du Comité d’Entente, que Jaurès avait mis sur pied en 1888, et se soldent en 1904 par la condamnation du « ministérialisme » par le 6e congrès de la IIe Internationale. Linguistiquement parlant, cette affaire justifie l’apparition des termes de « ministérialisme », « ministériel », « antiministériel » et « antiministérialisant ». Face aux « républicains de gouvernement », guesdistes et blanquistes soulignent la spécificité du parti socialiste, parti non « gouvernemental », c’est-à-dire opposé à la « participation » 1900 au pouvoir. Cet incident est surtout l’occasion de voir fleurir les expressions, parfois imagées, dont se sert à cette époque la gauche socialiste pour dénoncer le pouvoir. Tous accablent « gouvernants » 1886 et « gouvernementaux » 1892, mais les anarchistes utilisent des termes moins classiques comme « gouvernance » et « gouverneux » 1892. Guesde insiste sur l’imposture du « gouvernementalisme bourgeois » (L’Égalité, 5 mars 1882). Les socialistes s’en prennent aussi aux proches du gouvernement, à ceux qui hantent les « paillassons » 1888 et les « antichambres » 1898 (ministériels), dénoncés comme « flibustiers de la presse », « arrivistes », « sans-scrupules », « concussionnaires » etc... Les anarchistes sont les plus violents contre cette « canaille gouvernementale » 1892 incriminée par Allemane : ils accusent les « jean-foutre » et les « empaillés » 1892 de la gouvernance d’être des « pratiques » 1889, c’est-à-dire des hommes désireux d’exploiter la situation politique dans le sens de leurs intérêts particuliers. L’administration est enfin une cible fréquente, à travers le « fonctionnarisme », terme repris à Proudhon, « la bureaucratie », « l’armée administrative » 1881 ou les « maltôtiers du ministère » 1892, c’est-à-dire les responsables des finances et des impôts.

  • 157 « Ce sont ces idées ennemies qui sous leur ancien nom de « fédéralisme » ou sous les noms nouveaux (...)

190A l’intérieur même des « socialistes révolutionnaires », un autre désaccord est patent dès les premières années de la Ie Internationale, c’est celui qui oppose les tenants du « fédéralisme », on dit aussi « communalisme » et « autonomie »157, à ceux du centralisme. Cette fois la frontière passe entre blanquistes et guesdistes d’un côté, allemanistes et anarchistes de l’autre. Pour les deux niveaux où se pose le problème, celui de l’organisation hic et nunc du parti ouvrier et celui de la société socialiste future, les seconds se disent « anti-centralisateurs » 1900, « antijacobins » 1900, « communalistes » 1890 et « autonomistes » 1890 (dont « autonomiques » 1882 est une variante ironique). Plus généralement, la question de l’unité et de ses conditions se repose sans cesse de 1879 à 1905. Le vocabulaire témoigne des difficultés que rencontrent les socialistes : « chapelles » 1892, « fraction » 1900, et « fractionnement » 1898 reviennent régulièrement ainsi que « brisure » ou « classement » 1882, termes disparus aujourd’hui, mais qu’il faut comprendre comme des synonymes de l’actuel « scission ». Les accusations d’« obstructionniste » 1894 et de « divisionniste » 1895 sont monnaie courante, ainsi que celles, équivalentes pour le sens, de « dérivateur » 1888 et de « divisionnaire » 1890. Même si tous se disent « unitaires » 1881, anarchistes y compris, et favorables à « l’association de tous les travailleurs » (Briand, 1900), la peur n’en est pas moins grande pour chaque tendance que l’unité se fasse à son détriment. On joue sur les mots. Ainsi « concentration » se voit écartelé entre deux usages, à dix ans d’intervalle : la « concentration ouvrière », que Guesde identifie à la « centralisation » (cf. L’Égalité, 11 décembre 1881), et la « concentration socialiste » de Brousse mise pour « fédération » (cf. Le Prolétaire, 30 avril et 7 mai 1892). C’est la conscience d’une confusion possible qui explique les subtilités des broussistes lorsqu’ils opposent en 1892 la « concentration faisable » à l’« unification impossible ».

  • 158 Termes de l’intervention de synthèse faite au congrès de Toulouse, en octobre 1908. (Cf. Jaurès, l’ (...)
  • 159 Ibid. Admirons les balancements déterminatifs : « irrésistible » mais « autonome », « révolution so (...)

191L’effort de Jaurès consistera, une fois cette unification obtenue, à surmonter « dissentiments », « malentendus », « équivoque », « contradiction mortelle », qui produisent à la S.F.I.O. un « malaise momentané d’incertitude »158, pour affirmer « la puissance autonome et irrésistible de la révolution sociale marchant graduellement à la conquête et à la régénération du monde »159. « Unité » devient le slogan magique à usage interne qu’il était déjà pour le Lagardelle de 1900, cette unité qui est « faite de la dignité antérieure de chacun de nous » (Jaurès, 1908).

Conclusion

  • 160 Il faudrait ajouter à cette étude celle des désignants propres aux conflits du travail et à l’organ (...)

192Les débuts de IIIe République constituent à l’évidence la période de formation d’une bonne part de notre système actuel de désignation politique. Les partis y génèrent leurs fixations lexicales. Des systèmes d’organisation de co-occurrences et de valeurs-mots s’y mettent en place. Certes bien des heurts de classes et des clivages d’idées avaient antérieurement marqué leur territoire dans l’usage social du lexique. Mais on dirait que l’ensemble de ces marques a glissé. L’Affaire Dreyfus, le suffrage universel, les conflits de pouvoir160 et, bien sûr la constitution des groupes politiques ont comme réapproprié, catalysé, ré-équilibré les vocabulaires. Depuis 1848 et même depuis la Commune, des aires d’emploi se sont déplacées puis figées. Tout en ne cessant de faire appel — hors quelques emprunts de type souvent économique et les nombreuses innovations polémiques — au fonds révélé pendant la Monarchie de Juillet, la IIIe République, dès ses débuts, a donc opéré une réorganisation lexicale, fonction des mutations sociales et industrielles, soit en instaurant un usage majeur du terme (« parti », « ligue », « fédération »...), soit en précisant des valeurs au sein de systèmes idéolinguistiques (cf. les familles de « radical », « nationaliste », « capitaliste », « socialiste », « collectiviste », « antisémite »...), plus que par le passé en relation étroite avec les mondes politiques anglo-saxons et germaniques : triple réalité de l’héritage, de l’évolution-adaptation et de l’emprunt.

193Quant aux structures mêmes du lexique, elles manifestent une constance remarquable dans le cadre des combinatoires permises. La langue est stable, si les usages varient. Seuls les pourcentages d’utilisation fluctuent fortement d’une situation à l’autre, d’une tradition à l’autre. Mais, pour les évaluer, il faudrait élargir et systématiser les enquêtes quantitatives et systématiques dont nous possédons seulement les prémisses.

Liste des sigles utilisés

194A. F. : Action Française,

195C. du P. : Le Cri du Peuple.

196C.O.S.F. : Blum (L.), Les congrès ouvriers et socialistes français (1901), in L’Œuvre de Léon Blum, Paris, A. Michel, 1954, t. 1.

197D.R. : Sternhell (Z.), La Droite révolutionnaire, les origines françaises du fascisme, Paris, Ed. du Seuil, 1978.

198F.C.R. : Brecy (R.), Florilège de la chanson révolutionnaire, Paris, Éd. Hier et Demain, 1978.

199F.M. : Le Français Moderne.

200F.3.R. : Barrai (P.), Les Fondateurs de la Troisième République, Paris, A. Colin, 1968.

201H.F.P.C. : Barbier (P.), Vernillat (F.), Histoire de France par les chansons, t. 8, Paris, Gallimard, 1956.

202H.M.O. : Dolléans (E.), Histoire du Mouvement ouvrier, Paris, A. Colin, 1957, 2 vol.

203H.P.F. : Zeldin (T.), Histoire des passions françaises, Oxford, Recherches, 1979, 5 vol.

204J.D.F. : Marrus (M. R.), Les Juifs de France à l’époque de l’affaire Dreyfus, Paris, Calmann-Levy, 1972.

205L.P. : La Libre Parole.

206M.S. : Le Mouvement Socialiste.

207N.P. : Malon (B.), Œuvres complètes, le Nouveau Parti, Paris, Derveaux, t. 1, s.d.

208O.G. : Perrot (M.), Les ouvriers en grève, Paris, la Haye, Mouton, 1974, 2 vol.

209P.O. : Le Parti Ouvrier.

210P.P. : Le Père Peinard.

211R.R. ? : Rebérioux (M.),La République radicale ? (1898-1914), Paris, Seuil, 1975.

212V.P.E. : Prost (A.), Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885 et 1889, Paris, P.U.F., 1974 (1974,1.2).

Notas

1 Cf. M. Tournier : « Vers une grammaire des dénominations socio-politiques (1879-1905) » in Mots, n° 2, mars 1981, pp. 51-72.

2 Exemples : « Action française » (monarchistes, H. Vaugeois, 1899), « Action libérale populaire » (catholiques « ralliés », J. Piou et baron Reille, 1901) ; « Action populaire » (catholiques sociaux, intéressés par les syndicats, Père Desbuquois) ; « Action catholique de la Jeunesse française » (A. de Mun, 1886). Une création moderniste : le « Sillon » (M. Sangnier), revue devenue mouvement entre 1894 et 1899, organisant des « sillons » régionaux, une « Jeune Garde », puis la « Jeune République » (1912). L’image agricole initiale se retrouve dans la dénomination de certaines Universités populaires : « La Semaille », « Germinal »...

3 Barrès ironise sur cet emploi : « « Je ne connais que mon parti ». Lisez : ma réélection » (Dans le cloaque, Paris, 3e éd., Emile-Paul, 1914, p. 91).

4 C. Willard, Socialisme et Communisme Français, Paris A. Colin, 1967, p. 51.

5 Le vieil autonomisme ouvrier antipolitique et cette valeur sociale de « parti » s’exprimeront encore, la veille de la guerre, dans cette intervention de tribune en mai 1913 : « (Dumoulin)... déclare qu’en fait de politique il ne voit pas de parti et qu’il n’en connaît qu’un, c’est le parti ouvrier organisé dans la C.G.T. et que les patrons, à quelques partis qu’ils appartiennent, sont toujours et avant tout des patrons et qu’on ne peut pas marcher avec eux sur les listes électorales. » (Cité par R. Cazals, Avec les ouvriers de Mazamet, P. Maspéro, 1978,, p. 297). Remarquons le singulier opposé au pluriel, marquant les deux jeux de mots.

6 Une exception confirme la règle : les anarchistes, opposés à la construction d’un parti, forment enfin en 1914, la « Fédération communiste révolutionnaire anarchiste ». Le parti anti-parti s’appelle « fédération ».

7 Most ne faisait d’ailleurs que reprendre une image de Netchaiev qui, en automne 1869, mit sur pied plusieurs « cellules » à Moscou et Saint-Petersbourg.

8 Guérin parle du « Syndicat des Pétroleurs » qui pratique « l’accaparement du pétrole » (L.P., 18 Novembre 1896).

9 P. Miquel, Histoire de la France, Verviers, Marabout, t. II, 1979, pp. 108-109.

10 « Pour qu’il y ait des partis politiques, il faut que la liberté donne aux populations les moyens d’arriver à leur fin sans employer la violence... Lorsque la fraction [de population] qui désire le changement veut l’obtenir à tout prix et que le but lui semble sanctifier les moyens, elle cesse d’être un parti pour devenir une faction  » (M. Block, Dictionnaire Général de la Politique, 1874, t. II, p. 507). — Gambetta dénonçait le cléricalisme comme une « faction politique » (1875).

11 Sauf à l’extrême-droite. C’est la doctrine du « faisceau » prônée par le Marquis de Mores dès 1894 dans Le Secret des changes (Intégration nationale sur base d’antisémitisme). Cf. Monniot : « Cette misérable aventure (la mise en cause d’Esterhazy) eut tout au moins pour effet de grouper en faisceau les forces essentiellement françaises » (L.P., 13 Janvier 1898). En février 1902, dans son discours du banquet des « Jaunes », Lanoir proclame sa détermination d’unir en « faisceau » les travailleurs autour du slogan « Patrie, Famille, Travail » (Cf. D.R., p. 402). C’est en 1925 que la métaphore se muera en collectif politique avec le « Faisceau » du monarchiste Valois.

12 M. Leclerq, E. Girod de Fléaux, Ces messieurs de la C.G.T., Paris, Ollendorf, 1908.

13 La bataille syndicaliste, 21 juillet 1914. — Il y a eu concurrence entre « cégétiste » et « cégétéiste ». A l’époque existaient d’autres dérivés sur sigles comme « técéfiste » (Touring Club de France) et « uvéfiste » (Union Vélocipédiste de France), qui date de 1901 (cf. K.E.M. George, « La siglaison et les dérivés de sigles en français contemporain », in F.M., 1978, pp. 33-42).

14 Radical « supposait un souci démocratique parfaitement compatible avec la monarchie et les institutions parlementaires de l’Angleterre ». (T. Zeldin, H.P. F., IV, p. 158).

15 Blanqui faisait partie des « radicaux exclusifs » sous la Monarchie de Juillet, adversaires absolus de Louis-Philippe, et le « Comité des Clubs démocratiques radicaux » regroupait les blanquistes en 1848.

16 « Voilà qui divise profondément l’école libérale de l’école radicale, c’est la théorie du nombre, cette théorie la plus dangereuse et la plus révolutionnaire qui soit au monde. » (14 décembre 1872, in P. Barrai, F.3.R., p. 77).

17 Voici deux définitions polémiques qui caractérisent bien les clans en présence dans les années 80. Clemenceau : « C’est ce nouveau dogme (une pratique républicaine d’institutions monarchiques) qui reçut le nom barbare d’opportunisme, parce que ses révélateurs s’érigeaient en juges de l’opportunité des réformes, non point pour les classer, pour les exécuter, mais pour les ajourner ». (Marseille, 28 octobre 1880). — Ferry : « Pour l’intransigeance, la stabilité, voilà l’ennemi ! Pour elle, la République, c’est l’agitation perpétuelle, c’est la mutation incessante... Le principe de l’intransigeance consiste à déclarer qu’il n’en faut pas avoir... » (Le Havre, 14 octobre 1883). Textes dans F.3.R., p. 128 et pp. 139-140.

18 « Les opportuno-orléanistes » (Le Prolétariat, 21 juin 1890) ; « La sacrosainte république opportuno-monarchique » (C. du P., 16 décembre 1894) ; « La coalition opportuno-réactionnaire » (P.O., 9 janvier 1898), etc.

19 R.R. ?, p. 115. — A l’extrême-gauche, le rejet de « radical-socialiste » va de pair avec celui de « radical », et cela dès 1904 chez Péguy : « Je n’inclinerai pas mon idéal socialiste devant les substitutions, les altérations, les abâtardissements du radicalisme politique, devant les adultérations du radical-socialisme, devant les limitations de l’opportunisme. » (Cahiers de la Quinzaine, mars 1904, p. 165).

20 Curieux sens donné à « radicalisé » et combien symptomatique, dans Mermeix : « Si M. Jules Guesde avait été d’abord plus facile, s’il avait été un homme plus souple, s’il avait été disposé aux transactions, tout le socialisme se serait sans doute radicalisé... » (in Mermeix, LeSocialisme. Le Pour et le Contre, Paris, Ollendorf, 1906, p. 45).

21 in Le Socialisme devant le vieux monde, Paris, Librairie Phalanstérienne, 1849, p. 131.

22 in Le Socialisme intégral, Paris, 1890, t. I, p. 17.

23 Cf. Léon Blum et le parti socialiste, Paris, Presses de la F.N.S.P., 1967, p. 53.

24 « Nos républicains tout court » (Le Prolétaire, 24 septembre 1892), des « élus bon teint » (La Bataille syndicaliste, 21 juillet 1914), des « français bon teint » (1899, in H.F.P.C., 8, p. 144), « un radical à tous crins » (chanson du « Bon peuple », Maididier, 1888), « un collecto pur jus de chique » (P. P., 3 avril 1898), etc.

25 « Socialistes au jus de betterave » (L’Égalité, 16 avril 1882), « socialistes de carton » (Le Prolétariat, 6 décembre 1890), « républicains de pacotille » (P. P., 12 janvier 1890), « républicains de carton » (Le Prolétaire, 16 juillet 1892), « socialisme vieux jeu » (Le Prolétariat, 11 octobre 1890), « socialos à la manque » (PP., 20 août 1893), etc.

26 Règle du Congrès « ouvrier socialiste » de Marseille (1879) : « Tout délégué devra être ouvrier, élu par des ouvriers... » (Blum, C.O.S.F., p. 406), sentence reprise de L’Atelier.

27 « Millerand (...) a toujours été évolutionnaire » (Jaurès, La Petite République, cité par G. Lefranc, Le Mouvement socialiste sous la IIIe République , Paris, rééd. Payot, 1977, I p. 117). — On trouve aussi « évolutionniste », dans le même sens, par exemple chez César de Paepe en 1874 (qui oppose la « méthode évolutionniste » et la « méthode révolutionnaire »). Cf. A. Liesse, La Question Sociale, Paris, Flammarion 1894, p. 69 et p. 71.

28 Le terme, selon Blum, daterait de 1881 et dériverait d’un article du Prolétaire où Brousse conseillait de « fractionner le but idéal en plusieurs étapes sérieuses, immédiatiser quelques-unes de nos revendications pour les rendre enfin possibles ». (C.O.S.F., p. 426, et C. Willard, J. Guesde, Textes choisis, Paris, Éd. Sociales, 1970, p. 31, note 4).

29 Le couplage « socialiste-révolutionnaire » vient de Blanqui : « Vous êtes socialiste-révolutionnaire ; on ne peut pas être révolutionnaire sans être socialiste, et réciproquement. » (6 juin 1852, in Blanqui. Textes choisis, Paris, Éd. Sociales, 1955, p. 139). Avant la fondation du P.S.R. et du P.O.S.R., la lexie servait à caractériser les anti-réformistes absolus : « Nous pouvons appeler socialiste-révolutionnaire celui qui prétend qu’aucune réforme, même partielle, ne saurait être effective ».(Le Prolétaire, 8 janvier 1881).

30 « Libertaire » semble dû à Proudhon qui parle en 1858 de « l’utopie des libertaires » (in De la Justice dans la Révolution et dans l’Église) en l’opposant à « l’utopie communiste ». Le terme a pris racine au début de la IIIe République, dans l’opposition au guesdisme : « Cette autonomie communale que réclament les libertaires sans savoir que ce qu’ils demandent est la base du despotisme le plus absolu... » — ironise Lafargue (L’Égalité, 25 décembre 1881). Ce sont les anarcho-syndicalistes des Bourses et de la C.G.T. qui, malgré les socialistes-révolutionnaires (« Le P.S.R. est libertaire lui aussi », affirme Le Cri du Peuple du 2 avril 1892), accapareront le terme, opposant l’« organisation libertaire » à la « geôle collectiviste » (Pelloutier, Les Temps nouveaux, 2 novembre 1895), et chantant « l’éclosion de la Sociale libertaire » (Pouget, P.P., 18 juillet 1897). — Mais il existe un second sens de « libertaire », complètement disparu à la fin du siècle : libre-échangiste. (Cf. « la liberté absolue (...) n’a jamais existé, même sous le régime libertaire ou manchestérien » : A. Bechaux, Les Revendications ouvrières en France, Paris, Guillaumin-Rousseau, 1894, p. 191).

31 D’abord hapax sous la forme « collectisme » chez Considérant à la fin de 1848, « collectivisme » viendrait de Pecqueur et n’a pas de rapports étroits avec le marxisme jusqu’au début de la IIIe République. C’est C. de Paepe, au Congrès de Bâle en 1869, qui développe les « voies et moyens de la transformation collectiviste de la propriété » (= sens de Pecqueur).

32 Un « puff » est un canard, au sens de fausse nouvelle colportée partout (première attestation dans Balzac, Monographie de la presse parisienne, Paris, Pauvert, 1965, p. 66). La famille lexicale se développe sous la IIIe République : pour Drumont « le juif » excelle dans le « puffisme » (L.P., 7 novembre 1894). Pour E. Joindy comme pour J. Renard, au contraire, Rochefort est le jouet du « puffisme » qui condamne Zola (P. O., 19 février 1898 ; Journal, 1898). Les « puffistes » sont donc ceux qui « exploitent sans vergogne leurs bénévoles lecteurs » (Javelot, P. O., 23 juin 1899).

33 La préfixation en « self- » semble commencer avec ce terme vers 1835. Puis on trouve « self-control » en 1883, « self-organisation » en 1906, « self-défense » en 1924, etc... On note p. ex. que Drumont emploie « self-government » au sens de démocratie politique (L.P., 23 novembre 1897), Ferry au sens de libéralisme industriel (texte de 1863 cité dans F.3.R., p. 260), Blanqui avec une valeur d’utopie (« Pour l’instant, le self-government est une pasquinade », août 1867) et Pelloutier avec une volonté réaliste (le syndicat et la coopérative : « écoles (...) de self-government » ; L’ouvrier des deux mondes, 1898). Le « self-help », c’est l’autofinancement ouvrier (d’après J. Bourdeau, Le Socialisme allemand et le nihilisme russe, Paris, Alcan, 1892, p. 21), c’est « l’énergie qui compte d’abord sur soi » (Ch. Gide).

34 D’Estournelles de Constant, Les États-Unis, p. 328 (1913). Mais « boss » désigne aussi le patron d’entreprise. Cf. Pottier :
« Expose-nous le Boss, le patron qui patronne
De par le droit divin que le capital donne » (1876)

— in Œuvres complètes, Paris, Maspéro, 1966, p. 114. Est-ce un ré-emprunt ? Il existe un vieux terme compagnonnique « bosse » qui signifie « patron ou singe en argot chapelier » (d’après Barret, Gurgand, Ils voyageaient la France, Paris, Hachette, 1980, p. 454).

35 Mais rares sont les désignants néologiques issus d’emprunts à des langues latines : « pronunciamentistes » (D’Estournelle de Constant, 1913), « commandos » (guerre des Boers, Annales, 25 novembre 1900, p. 338), « guerilleros », « porions » (1872 ; Cf. M. Perrot, O. G., II, p. 505, note 7) vulgarisé par Zola, « rastaquouère » (le parvenu), « rastaquouérisme » 1882, « rastaquouérisant » 1885, ou, par apocope, « rasta » 1899.

36 « Vient d’arriver à Berlin un groupe de victimes des derniers pogromes russes », raconte L’Exploitée, n° 56, septembre-octobre 1908. On trouve aussi « pogrom » (1907).

37 « Sozial-democrats » apparaît chez Pelloutier (L’Avenir Social, août 1893) au lendemain du Congrès ouvrier socialiste de Zurich (cf. Rapport du délégué de la Bourse du Travail de Nantes, 1893, publié par le Centre de Recherche politique de l’Université de Nantes, vol. 4, 1975-76, où l’on trouve les graphies « Sozialdemokraten », « Sozialdemocratie » et « Lupenproletariat ».)

38 Chez Jaurès, en particulier, qui parle des « socialistes démocrates » (Discours de Lille, 1900) et du « parti socialiste-démocrate » (La Petite République, 18 avril 1901). Purisme linguistique.

39 Traduction Andler du Manifeste Communiste (1901). En 1934, Molitor se sert encore de « prolétariat de la canaille ».

40 « C’était le prolétariat en haillons (Lumpenproletariat), le prolétariat inconscient, prêt à tout » (Compère Morel, Encyclopédie Socialiste, t. I, 1912, p. 395).

41 Traduction Laura Lafargue du Manifeste Communiste, revue par Engels (1886). Flaubert semble avoir inventé le mot en 1865.

42 Guesde, réponse au Comte de Mun (1900).

43 « Le bas prolétariat », « la gueuserie », « l’élément gueux prolétarien », « engueusement », « la gueusaille prolétarienne », « le prolétariat de la fripouille » (In R. Luxembourg, La Révolution Russe, Paris, Éd. de la Liberté, 1946). On disait aussi, et dès 1833, « classes dangereuses » (Cf. J. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses, Paris, Plon, 1958).

44 Nous ne mentionnerons dans les listes qui suivent que les désignants. La plupart vivent en famille (allemanisme, blanquisme, broussisme, combisme, ferryisme, gambettisme, guesdisme, jaurésisme, hervéisme, lassallisme, marxisme et engelsisme, mélinisme, millerandisme, etc... sont, eux aussi, attestés dans notre fichier).

45 Une part des attestations de première date provient des Matériaux pour l’histoire du vocabulaire français publiés par l’Institut de la langue française et en particulier du tome 17 dû à G. Salmon.

46 La date qui suit le mot indique une attestation du fichier ; une date entre parenthèses mentionne, le cas échéant, la première attestation connue.

47 D’un capitaine Boycott, régisseur terrien irlandais mis à l’index par ses ouvriers agricoles et ruiné (Cf. Rapport de la « Commission du boycottage » au Congrès de Toulouse, 1897). On dit « boycot » ou « boycott » depuis 1886.

48 Chagot, devenu synonyme d’exploiteur après le procès de Montceau-les-mines en 1882.

49 Mais ce surnom de Napoléon III est d’usage courant dès 1848-1849 sur les Boulevards. Badinguet est en particulier le héros de l’île utopiste des Tohus-Bohus, succès de l’Opéra de Paris à la fin de 1848. « La Badinguette » de Rochefort se chante en 1853. L’expression « Le Badinguet de 1888 » désigne Boulanger.

50 On entend aussi par le collectif-désignant « La Boulange » soit les partisans de Boulanger pris ensemble, soit, sans péjoration, le comité boulangiste créé après les législatives de 1889 (cf. D.R., p. 59).

51 Les « trublions » sont les légitimistes bagarreurs (dont le baron Christiani cogneur d’E. Loubet à Auteuil, le 4 juin 1899). Sans doute, avec « Gamelle », s’agit-il d’une réplique sur le même registre aux « casseroles » franc-maçonnes, aux « suifards » de l’« assiette au beurre » (P.P., 20 août 1893) ou de l’« écuelle du pouvoir » (Ni Dieu ni Maître, 30 janvier 1881), et aux « bouffe-galette de l’Aquarium » (Assemblée Nationale). « Gamelle » fait militaire et portion congrue.

— On observera que tout un ensemble de termes métaphoriques institue en politique une cohérence et des oppositions culinaires : Carnot est accusé de « popoter avec la réaction » (P. O., 1er mars 1892), Maruejols d’en « pincer pour la pâtée capitaliste » (P. O., 1er mai 1898), alors que les vrais socialistes proclament qu’« aucune cuisine commune (...) n’est admissible avec les partis bourgeois » (Guesde, Le Socialisme, 17 novembre 1907). L’expression « cuisine parlementaire » se trouve déjà dans Le Triboulet du 28 octobre 1883.

52 Alors que « figariste » fait référence au personnage débrouillard, « figaresque » fait allusion au journal et à son caractère satirique. Dans les deux cas, la marque est péjorative : journalisme peu scrupuleux ?

53 A l’époque, c’est souvent l’épargnant naïf, le « gogo qui espérait des dividendes de 20 % » (Malon, Revue socialiste, décembre 1892).

54 Désigne, par exemple, ceux qui ont voté pour un boulangiste contre un socialiste.

55 Les plus célèbres sont celles de Pottier (1872-1884), de Montéhus (1906-1914) – cf. Brecy. F.C.R., pp. 183 et 218 —, et de Clément — cf. Cent chansons nouvelles, 1896-1899.

56 Un jobard est aussi celui à qui on « monte le job » (le cou). Cf. le rapprochement des deux mots dans le Père Peinard, 1897-1898.

57 Mythologie grecque : Pandore, gardienne de la jarre du malheur, en a levé le couvercle. Cf. Chansons de Nadaud, Pottier, Le Roy et Clément.

58 Caricature du bourgeois qui se croit avancé en restant conformiste. Le « Monsieur Prudhomme » des Poèmes saturniens (1863) est un « juste milieu » « pansu ».

59 « Bande des turcarets » a désigné les députés opportunistes.

60 « Vautour » désigne, par extension, les capitalistes et les patrons. La métaphore a peut-être dans l’usage précédé le personnage.

61 Rendu célèbre par le roman de Darien, Biribi 1888-1890, et les chansons de Bruant 1891, Clément 1898 et Couté 1910 (cf. R. Brécy, F.C.R., p. 162, 171, 194). Mais biribi faisait déjà partie des timbres de Capelle et des ritournelles anti-bonapartistes dès 1848.

62 « Fenianisme » 1896 désigne un mouvement politico-religieux anti-anglais ; « fenianiste » peut être employé pour anarchiste.

63 Cf. J. Chaurand « Des croisements aux mots-valises », in F.M., n° 1, 1977. A distinguer des syncopés comme « margis » 1884 (maréchal des logis).

64 Origine : Rimbaud (1870) qui synthétise, dans « patrouillotisme », patrouille, patriotisme et trouille.

65 Termes inventés par Balzac en 1844 et relancés à l’époque.

66 Rochefort est appelé « Le Grand Chef des Vascagats » (P. O., 23 juillet 1898), la presse est « vascagateuse » et le militarisme « une valeur vascagâteuse » (P. O., 17 septembre 1898). Curieuse utilisation polémique du provençal, par la gauche contre la droite ! (Autre exemple : « cacade »). Mais le félibrige n’est-il pas ressenti d’essence réactionnaire ?

67 Définis dans deux dictionnaires de Block, Dictionnaire général de la politique, 1873, et Petit dictionnaire politique et social, 1896. Les familles de « bancocrate » et « ploutocrate », dont les formes sont très usitées à la fin du siècle, prennent naissance vers 1848 (On en rencontre plusieurs occurrences chez Proudhon).

68 Chez Péguy on trouve à la fois la dénonciation des « catéchismes contre-catholiques », les « contre-catéchismes », et celle du parti constitué comme « Anti-Église » et du radicalisme de gouvernement qui prépare une « antireligion » (Cahiers de la Quinzaine, mars 1904, pp. 92, 99 et 327). Les « anti-syndicalistes » jaunes forment en 1906 des « contre-syndicats » (cf. intervention de Guesde au Congrès de Limoges).

69 « Un néo-rond-de-cuirisme va assagir le prolétariat » (Lafont, Le Mouvement socialiste, 15 mars 1905).

70 Citons aussi le mot-valise « automaniaquisme », ou manie de l’autonomie, qui fait le titre d’un article de Guesde dans L’Égalité du 28 mai 1882.

71 « Notre docteur Thiers veut bien ne pas condamner les ouvriers au prolétariat perpétuel. Il signale la route qui peut les conduire au capitalat ». (Blanqui, Critique sociale, éd. Alcan, 1885). « Ici travailleurs sans propriété — ou prolétariat. Là propriété sans travail — ou capitalat » (Guesde, « Le problème et sa solution », 1879, in Collectivisme et Révolution, Spartacus, juin 1949, p. 85).

72 Guesde, Le Citoyen, 27 juin 1882.

73 Cf. G. Barnich, Essai de politique positive basée sur l’énergétique sociale de Solvay, Bruxelles, Lebègue, 1919, pp. 380-382.

74 « L’intérêt des salariés s’affirme avec la brutalité d’un coup de canon contre l’intérêt des salariants » (J. Guesde, « Le salut », L’Égalité, 8 janvier 1882. L’opposition « salariés »/« salariants » se trouvait déjà chez Babeuf en 1796. Reprise par Buonarotti en 1828.

75 « D’après la doctrine socialiste, l’humanité... est divisée en deux groupes, les possédants qui ne travaillent pas, les non-possédants qui travaillent » (Mermeix, Le Socialisme, 1906, p. 92). — Jaurès attaque « l’égoïsme des grands possédants » (La Voix du Peuple, 22-29 septembre 1901).

76 Vallès parle dans L’Insurgé de la « révolte des meurtris » (éd. de 1885). Le mot désigne les victimes de la justice civile ou militaire pour P. O., 5 février 1898.

77 Ce vocable, emprunté à un pluriel italien, vers 1863 semble-t-il, est d’un emploi très partagé La Libre Parole ne cesse d’incendier les « mercantis cosmopolites » (lire juifs) et le Parti Ouvrier les « mercantis de la Chambre » (lire opportunistes). Le « mercantilisme », dans son emploi péjoratif, et non dans son emploi doctrinal et économiste, était déjà l’une des têtes de turc de Proudhon (De la justice dans la révolution et dans l’Église, 1858).

78 Néologisme de 1883 (Leroy-Beaulieu). « Jeunes désœuvrés » qui assaillent les ouvriers italiens (d’après M. Perrot, O. G., I, pp. 165, 173).

79 « Les femmes socialistes ne sauraient rester indifférentes aux insultes faites à la République et aux tentatives réactionnaires des petits gommeux [d’une élégance affectée. C’est la mode des cheveux lissés à la gomme] et cercleux soutenus par les jésuites et l’État-major » (Le Radical,12 juin 1899). Une « gommeuse » était une chanteuse de café-concert.

80 Les plus connues sont « cipaux » (conseillers municipaux, in P.P., 3 avril 1892 ; ou gardes municipaux, cf. J. -B. Clément, 26 janvier 1898, in Cent chansons nouvelles, Paris, à « La petite République », s.d., p. 183), « chandail » et « chan’de vins » (marchand d’ail, de vin) 1908, « troquet » 1897 (1877).

81 Exemples : « camerluche » (camarade) 1892, « campluche » (campagne) 1893, « cambuche » (cambuse) 1899, « adjuyache » 1899, « bonniche » 1880, « angliche » 1889, « aminche » (ami) 1890, « aristoche » 1893, « citoyoche » 1885, « fantoche » 1898, « alboche » et « boche » 1889, « rigolboche » 1889, etc... Finales très parisiennes : « Ménilmuche », « La Bastoche » (cf. Bruant).

82 Métaphores et métonymies végétales, suite du lexique culinaire aperçu plus haut : « les grosses légumes » (Père Peinard, 21 avril 1889, 1er janvier 1893, 15 avril 1900, etc...), « ces épluchures humaines » (Léon Bloy, Le Pal, 1885), la « carotte » électorale, déjà usuelle en 1848, etc... Le thème que recouvrent « pourris » (Drumont, L.P., 8 et 11 novembre 1894), « pourrissoir » (L. Tailhade, Le triomphe de la domesticité, 15 septembre 1901), « pourriture » (Barrès, Dans le cloaque, chapitre « La pourriture des assemblées », E. Paul, 1914) répond, dans les dénonciations de droite, au thème de « ventre » usuel dans celles de gauche (voir plus loin les désignants en « -u »). Il s’agit dans les deux cas de dénoncer les « bourgeois entripaillés » (Pottier, 1885), les « avale-tout-cru du capitalisme » (Pottier, discours à Haterson, 1878, in Œuvres Complètes, Maspéro, 1966, p. 213), les « cannibales de l’État-Major » et surtout les profiteurs qui « mangent à tous les rateliers » (P. Avenel, « La vache à Gambon », in Chants et chansons, éd. Quantin, 1895, p. 98).

83 Les apocopes brutes les plus courantes sont : « aristo », « camara » 1893, « bénef » 1897, « démoc-soc » 1898 (1849), « rasta » 1899, « réac » 1892 (1848), « réflecs » (réflexions) 1886, tous susceptibles d’une marque de pluriel mais non de féminin.

84 C’est ainsi qu’« anarcho » prend pour féminin « anarchote » 1893, « socialo » a « socialote » 1898, « rigolo » trouvera « rigolote », etc... On relève aussi bien « prusco » que « pruscot » et « sergo » que « sergot ».

85 Le camelot, c’est le crieur de journaux, après avoir été plus largement le colporteur (en 1821), mot issu de « coesmelot », le mercier ambulant (1596). Les « sociaux-camelotistes » de 1888 (cf. Le Grelot du 28 octobre) désignent les rochefortistes vendeurs de vent (« camelote » 1751). L’expression « Camelots du Roi » date de 1908 (cf. Maurras, Discours sur l’édition de 1909 de L’Enquête sur la Monarchie) et sert aux crieurs de la presse monarchiste (cf. La chanson des Camelots du Roi, 1908-1910, de Laurencie, in H.F.P.C., 8, p. 197).

86 « Bleu » et « bleusaille » sont déjà connus en 1840. On trouve aussi pour caractériser le simple soldat : « troubade » 1889, « troufion » 1894, « truffard » 1898, « tourlourou » 1898, « pioupiou » 1890 (1838), « pousse-cailloux » 1890, puis « poilu » 1914, tous désignants à connotation quasi affectueuse.

87 « Un « galonnard » n’est pas un individu très galonné mais très méprisé à cause de ses galons » (P. Guiraud, Le français populaire, P.U. F., 1973, p. 84).

88 La chanson boulangiste « En revenant de la revue », rendue célèbre par Paulus à l’Alcazar en 1886, a été surnommée « l’hymne des braillards » (A. France). Même visée dans « braillarderie » 1897. Mais, chez Merrheim, « braillards » désigne les mystiques du Grand Soir.

89 Synonyme de socialiste. A. Louis chansonne les « églantinards de ministère » (dans « Le chasseur de nonnes » vers 1905, in H.F.P.C., 8, p. 179). L’églantine rouge était arborée par les socialistes dans les manifestations et s’opposait ainsi à l’œillet blanc des monarchistes. Métonymie : « Les « œillets blancs »... ont rallié à mon cri. Ils ont chargé les « églantines rouges » sous une pluie de chaises de fer » (A. France, Mr. Bergeret à Paris, 1901).

90 « La France, elle est poignarde. Il voulait dire ainsi que la France veut un régime fort ». (Maurras, Petit Manuel d’enquête sur la monarchie, éd. 1909).

91 in O.G., tome 1, p. 148.

92 Cf. Drumont, Barrès, Delorme, Della Torre. « Gavés », lui, a une prédilection pour la chanson de gauche (Roulot, Roland, Montéhus...).

93 « La Patrie, c’est la terre des aïeux, la terre des pères » (L.P., 26 décembre 1894) ; « la Patrie ne fut jamais que l’extension de la famille » ; « Ne l’appelle-t-on pas elle aussi, la Mère-Patrie ? » (L’Autorité, 6 janvier 1895 et 6 octobre 1896).

94 « Pendant vingt ans, il a été ridicule ce mot de « patrie » et vous ne le trouverez dans aucune déclaration ministérielle, dans aucune profession de foi de candidat un peu éclairé ; on n’aurait pu le prononcer au parlement sans se faire traiter d’Auvergnat. C’est « le pays » qu’il fallait dire quand on connaissait les finesses de la langue ; « le pays », cela n’a rien de compromettant. A la rigueur, cela éveille l’idée de plaines ou de montagnes, de carrés de choux ou de betteraves, rien de séditieux par conséquent » (Le Drapeau, 19 février 1899).

95 Discours de Saint-Mandé, 30 mai 1896.

96 Le Socialiste, juillet 1898 ; P.O., 30 juillet et 24 septembre 1898.

97 « On frappe ce traître comme, après 1871, on frappait les patriotes exaspérés par les malheurs de la patrie. » (Le Radical, 25 décembre 1894).

98 « Le Parti Ouvrier Français est le seul parti vraiment patriote parce que seul, de la France avilie (...) il refera la grande France, la France émancipatrice, qui, pour faire trembler les tyrans et imposer la paix au monde, n’aura qu’à prendre la tête du mouvement socialiste international. » (Le Socialiste, 17 juin 1893).

99 « Quand on est patriote, monsieur, on imite l’écriture de celui-ci, on vole du papier à celui-là, et on fabrique un document... pour Dieu et pour le tsar ! comme on dit dans Michel Strogoff. » (Le Radical, 4 septembre 1898).

100 « On ne s’improvise pas patriote. On l’est dans le sang, dans les moelles. » (E. Drumont, La France Juive, Paris, 1885, 13e éd.).

101 Plusieurs options de la Droite s’y expriment : conservatisme religieux (croire), apologie du labeur populaire (travailler), nationalisme revanchard (se battre).

102 E. Drumont, L.P., 4 et 6 novembre 1894.

103 L.P., 17 juillet 1897.

104 in Revue Socialiste, décembre 1898.

105 On voit ainsi Drumont, Millevoye et Cassagnac « d’accord avec les anciens boulangistes » adhérer « à la formation d’un groupe ouvert, qui prendra le nom de « groupe républicain nationaliste » » (L.P., 4 juin 1898). Barrès revendique, sinon l’invention du terme, du moins son acception patriotique, apparue pour la première fois dans son article « La querelle des nationalistes et des cosmopolites » (Le Figaro, 4 juillet 1892).

106 Cf. Z. Sternhell, D.R., pp. 34-35.

107 Les Lois psychologiques de l’évolution des peuples, Paris, Alcan, 1894.

108 La famille du substantif déjà ancien « militarisme » (1790) s’est enrichie à la fin du 19e siècle. Après « militariste » (1892), on relève pendant l’Affaire « antimilitaire » (proclamation de la ligue des Patriotes, 25 septembre 1898) et surtout le désignant « antimilitariste » (L.P., 22 décembre 1894).

109 in R.R. ?, p. 15.

110 « Il n’y a qu’une épithète qui les qualifie : ce sont des militaires, des galonnés ! » (P.P.,21 avril 1900).

111 « Les malandrins embauchés par l’état-major policier de la Sociale sont surtout recrutés parmi les déchets des conseils de révision. » (l’Autorité, 13 juin 1899).

112 « Drumont, ex-collabo du policier Marchal de Bussy » (P.P., n° 65, janvier 1898). Le terme se rencontre déjà chez Vallès, en 1867.

113 « Les termes varient, mais c’est bien, comme je le disais, la même pensée, la même crainte : le sabre, la dictature, les généraux, même danger signalé sous des noms différents » (Le Radical, 16 janvier 1898).

114 Passant du mythe au désignant, les locuteurs de gauche rappellent leur lutte contre ce « nouveau César botté » qui s’appelait Boulanger et affirment que « le peuple Français, en possession de sa souveraineté, ne se la laissera pas confisquer, même par des Césars. » (P.O., 5 novembre 1895 ; Le Radical, 4 juin 1899). Les « Césariens », eux, en appellent au « chef » ou au « chef populaire » (Drumont).

115 « Des flancs robustes de l’Armée sortira, nous le pressentons tous, le dictateur attendu par les Mages. Dictateur ! Il ne faut pas que ce mot, honni par les tartufes de la démocratie, effraie les gens de cœur » (L.P., 23 janvier 1898).

116 « Cet « honneur de l’armée » qui s’appelait Bazaine » (P.O., 26 février 1898).

117 En novembre 1897, un compagnon d’armes d’Esterhazy le qualifie publiquement de « rastaquouère dans l’armée française ». Le mot fait fortune : déjà bien utilisé dans le lexique de l’insulte politique (on parlait aussi du « rastaquouèrisme »), le terme va connaître un emploi privilégié dans la désignation antimilitariste et s’appliquer aux officiers factieux ainsi qu’à leurs partisans.

118 Cf. J. -P. Honoré, « Le vocabulaire de l’antisémitisme en France pendant l’Affaire Dreyfus », Mots n°2, mars 1981, p. 73-92.

119 Cf. M. R. Marrus, Les Juifs de France à l’époque de l’affaire Dreyfus (J.D.F.), Calmann-Lévy, 1972.

120 « Plus on est loin des juifs, plus on est près du peuple » (Guérin, L’Antijuif, 7 mai 1899).

121 L’Intransigeant, 31 octobre 1897 ; Le Courrier de l’Est, 5 septembre 1891.

122 Barrès, en parfait écho sonore, écrit dans son « Programme de Nancy » (1898) : « Le système opportuniste depuis vingt ans a favorisé le juif, l’étranger, le cosmopolite ».

123 « Raciste » apparaît vers 1892 (cf. J.D.F., p. 29). « Il est vraiment temps, écrit Drumont, que des voix vraiment françaises, vraiment racistes, opposent leur éloquence à la rhétorique des hâbleries internationalistes » (L.P., 18 novembre 1897).

124 « . :.. On exterminera les Juifs, en prenant le mot exterminer dans le sens où le prenait Racine ; on les met hors des frontières » (L.P., 2 novembre 1897).

125 Cf. Geneviève Idt, « Les Intellectuels avant l’affaire Dreyfus », in Cahiers de Lexicologie, 1968, II. Le substantif « intellectuel » aurait fait son apparition aux alentours de 1880. Le pluriel semble courant dès 1893 (IDT, pp. 35-46). « Intellectualiste » se disait en 1876.

126 M.-P. Fabreguettes, De la complicité intellectuelle et des délits d’opinion. De la provocation et de l’apologie criminelle de la propagande anarchique (1894-1895) ; citée par G. Idt, p. 43.

127 Cf. P. Lafargue, « Le socialisme et les intellectuels », in Cahiers de la Quinzaine, 5 mai 1900.

128 « M. Barrès, l’intellectuel fin de globe » (P.O., 22 avril 1898).

129 F. Coppée, cité par L’Autorité, 4 janvier 1899.

130 A. Vandal, ibid.

131 L’Autorité, 25 février 1898 ; L.P., 22 février 1898.

132 « Les bourgeois qui composent le jury sont volontiers frondeurs, et il ne leur déplaît pas d’embêter les intellectuels — adversaires naturels de leur esprit étroit et terre à terre » (Le Radical, 4 juin 1899).

133 Cf. « Le socialisme et les intellectuels » in Cahiers de la Quinzaine, 5 mai 1900.

134 C’est bien ainsi que l’entend Zola, qui écrit : « dans cette cour d’assises... se sont heurtés des soldats et des savants... Les savants, n’était-ce pas, demain, l’espoir de plus de vérité et de plus de justice ? » (E. Zola, Impressions d’audience, 1898, Garnier-Flammarion, 1969, p. 246). Témoin, également, Léautaud, qui verse ironiquement son obole à la souscription Henry avec la mention « Pour l’ordre, contre la justice et la vérité » (L.P., 20 décembre 1898).

135 Barrès, Scènes et Doctrines du Nationalisme, cité dans D.R., p. 170. Barrès développera cet argument dans Mes Cahiers en s’insurgeant contre « les misérables qui veulent enseigner aux enfants la vérité absolue » alors qu’« il faut enseigner la vérité française, c’est-à-dire celle qui est la plus utile à la nation ».

136 « Depuis l’avènement des dreyfusards au pouvoir, [le dreyfusisme] s’effondrait dans la boue et le sang : il finit dans le grotesque... Le dreyfusisme se reniant lui-même et dans la cour d’assises où fut condamné Zola, le président Delelorgue ressuscitant pour bâillonner les témoins et étrangler la défense : jamais les nationalistes n’auraient rêvé une pareille revanche » (La Guerre Sociale, n° 40, 16-22 septembre 1908).

137 M. Danech, M. Demonet, L. Girard, R. et S. Gossez, R. Mouriaux, A. Prost, D. Segrestin, Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885 et 1889, Paris, Publications de la Sorbonne, P.U.F., 1974 (V.P.E.) : A. Prost (1974, 1.2). Il faut joindre à cette étude collective : A. Prost et C. Rosensveig, « La chambre des députés de 1881 à 1885. Analyse factorielle des scrutins », in Revue française de science politique, XXI, 1, février 1971, pp. 5-50 et A. Prost, « Vocabulaire et typologie des familles politiques », Colloque de Saint-Cloud, in C. Lex., 14, 1969-1, pp. 115-126, repris dans J. Charlot, Les partis politiques, A. Colin, 1971, pp. 80-91.

138 A. Prost remarque toutefois que certains termes d’usage politique commun, qui sont, vus dans le détail des fréquences, discriminatifs de la gauche assurée de 1881, le deviennent de la droite reconquérante de 1885. Il s’agit de : « gouvernement », « majorité », « ministre », « parti », « pouvoir », « promettre »...

139 Dans le tableau qui suit, la lettre B signale un sondage opéré dans le barodet des déclarations d’élus, la lettre C un échantillonnage de candidats — on voit que l’année 1889 bénéficie des deux approches —, la lettre S un échantillonnage de textes socialistes de l’année 1900 comprenant Jaurès, Guesde et Péguy.

140 A l’extérieur du parlement, des oppositions socialistes et anarchistes s’expriment à voix plus haute : Allemane, Pouget, Hervé s’en prennent aux « coloniards » (Cf. P.O., 24 déc. 1897), Guesde aux « finançards » de la « galère tunisienne » (Le Citoyen, 11 avril 1882) et le Congrès du P.O.F. de Romilly « condamne » la politique coloniale de 1895.

141 Pour l’explication mathématique des procédures, cf. J. -P. Benzécri, L’analyse des données, t. II, Paris, Dunod, 1973, pp. 3-318.

142 Déclaration du Comité Révolutionnaire Central de février 1892, publiée dans La Revue Socialiste de mars 1892, p. 356 ; « Le comité révolutionnaire central et tout socialiste digne de ce nom (...) est athée (matérialiste et transformiste), républicain, communiste, révolutionnaire et internationaliste ».

143 Mgr. Rouard, La Semaine religieuse du Diocèse de Nantes, 24 avril 1905 ; cité par L.-M. Pellerin, Bloc agraire et comportement paysan. Les réactions aux Inventaires en Loire Inférieure (février-mars 1906), Centre de Recherche Politique, Université de Nantes, vol. 5, 1976, p. 17. Une pétition dans ce département recueillera 126 000 signatures de paysans.

144 Ibid., p. 92, in L’Espérance du Peuple, 3 février 1906.

145 Au Congrès des « démocrates chrétiens » de Lyon en 1896, Drumont est acclamé président d’honneur et Gayraud demande l’expulsion de « l’excrément juif » (Cf. G. Weill, Histoire du catholicisme libéral en France, Paris, Alcan, 1909, p. 230).

146 M. Sangnier, La vie démocratique (Réunion publique de l’Alcazar, 26 novembre 1903), Au Sillon (1903).

147 Ce sont les fonctionnaires que Derοulède, aux Assises de la Seine, appelle les « sinécuriens (cf. Le Drapeau, 4-11 juin 1899).

148 Comparer : « A ces « révisionnistes », à ces socialistes nationalistes et fumistes (= les boulangistes de gauche, 1er sens), sont venus se joindre ceux qui ont pour le sabre la plus saine vénération » (P.O., 13 mars 1898) et « L’Éclair savait à merveille que c’est précisément l’enquête que demandaient les révisionnistes (= les dreyfusards, 2e sens) » (Jaurès, Revue Socialiste, novembre 1898).

149 P.O. du 11 et du 23 novembre 1894.

150 « [La résolution de Dresde] définit, sous le nom de révisionnisme, pour les repousser toutes, les tentatives de déviation et confusion et de mélange qui, sous prétexte pratique, mêleraient par des compromissions le parti socialiste aux partis bourgeois ». (Vaillant, Discours d’Amsterdam, 1904).

151 « Par la conquête de l’État et par la conquête des majorités on pourra faire des réformes, des « réformettes » comme aujourd’hui ; on ne pourra pas procéder au grand et profond bouleversement de la révolution ». (Mermeix, Le Syndicalisme contre le Socialisme, Paris, Ollendorf, 1907, p. 22).

152 H. Galiment, Le Prolétariat, 11 octobre 1890.

153 Le Prolétaire, 7 octobre 1882.

154 Lois anti-anarchistes de 1893-94 (cf. Blum, « Comment ont été faites les lois scélérates », in Revue Blanche, 15 juin 1898, article anonyme).

155 « On devra s’attacher... à imprégner à l’action directe sa véritable expression... On ne saurait contester, en effet, la valeur à la fois pratique et éducative d’une méthode tendant à associer intimement l’effort personnel de l’individu à l’action d’ensemble de la collectivité ». (Millon, La Bataille syndicaliste, 21 juillet 1914). — La lexie « action directe » semble remonter à 1907 ; elle s’identifie alors à « sabotage » (cf. Le Socialisme, 17 décembre 1907).

156 « A propos des attentats anarchistes : Distinction entre propagandistes par le fait et par la parole. Inefficacité des lois scélérates ». (Pelloutier, L’Avenir Social de Dijon, 24 décembre 1893).

157 « Ce sont ces idées ennemies qui sous leur ancien nom de « fédéralisme » ou sous les noms nouveaux de « communalisme » et d’« autonomie » hantent encore un certain nombre de cerveaux ouvriers ». (Guesde, L’Égalité, 11 décembre 1881).

158 Termes de l’intervention de synthèse faite au congrès de Toulouse, en octobre 1908. (Cf. Jaurès, l’esprit du socialisme, Coll. Médiations, Gonthier P.U.F., 1964, pp. 68-125).

159 Ibid. Admirons les balancements déterminatifs : « irrésistible » mais « autonome », « révolution sociale » mais « marchant graduellement », « conquête » mais « régénération », savants alliages de lexiques.

160 Il faudrait ajouter à cette étude celle des désignants propres aux conflits du travail et à l’organisation officielle des syndicats, contemporaine de celle des partis. On peut en trouver une première approche dans : M. Tournier, « L’envers de 1900. Le lexique des luttes ouvrières », in Mots, n°5, octobre 1982, pp. 103-126, et « Les Gaunes : mot-fantasme à la fin du 19e siècle », in Mots n°8, mars 1984, pp. 125-146.

Índice de ilustraciones

Leyenda *Curiosité vocative : le candidat appelle de préférence ses mandants « citoyens » à gauche et « messieurs » à droite, terme souvent suivi ou remplacé par « chers concitoyens ».
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9261/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9261/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 69k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9261/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 126k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9261/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9261/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 68k
Leyenda *Comme dans le tableau précédent, la séparation gauche droite n’est pas faite pour 1902 et 1910 et les tailles d’échantillons sont disparates .
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9261/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/9261/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 30k

© CNRS Éditions, 1999

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540