Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Histoire de la langue française 1880-1914

 | 
Gérald Antoine
, 
Robert Martin

Préface

Gérald Antoine

Full text

1Ce vingt-quatrième volume de l’Histoire de la Langue française ouvre une série nouvelle. Son ambition est de prolonger le dessein qu’au début du siècle Ferdinand Brunot conçut, puis mit en œuvre avec le concours de quelques-uns, au prix d’un peu imaginable labeur.

2Dix tomes, en dix-huit volumes, furent édités de son vivant : ils embrassent la période allant des origines de notre langue à 1815, à la seule exclusion de la vie du français hors de France, sous la Révolution, le Consulat et l’Empire. Cependant, cette lacune même s’offrait à être comblée, l’auteur ayant laissé en manuscrit l’essentiel du tome XI. Celui-ci forme deux parties, publiées l’une en 1969, l’autre en 1979.

  • 1 Ch. Bruneau n’eut pas le loisir de rédiger complètement la seconde Partie du Tome XIII. Maurice Pir (...)

3Pour sa part Ch. Bruneau, successeur immédiat du Maître, produisit en 1952-53 deux tomes – XII et XIII – intitulés l’Époque romantique (1815-1852) et l’Époque réaliste (1852-1886)1. Il s’agit là toutefois, on l’a déjà signalé, non d’une véritable suite donnée à l’œuvre de Brunot, mais d’une galerie de portraits consacrés aux figures les plus marquantes de deux grandes Écoles littéraires.

4Devant cette situation que convenait-il de projeter et de faire ? – Essayer de répondre fut l’objet d’une « Table ronde » tenue en mars 1975 et qui, fort opportunément, réunit des grammairiens de toutes tendances, des plus aux moins historicistes, des moins aux plus linguistes.

5Un accord ne tarda pas trop à se dégager sur un certain nombre de points décisifs. D’abord sur l’intérêt – fût-il d’ordre avant tout intellectuel et moral – qu’il y avait à rouvrir un chantier d’une telle importance et de si haute notoriété. Ensuite sur la reconnaissance du caractère spécifique de l’apport dû à Ch. Bruneau : essai suggestif de stylistique appliquée à des œuvres et à des groupes d’écrivains, mais non point inventaire de la langue commune. D’où une première résolution : il nous faudra de toute manière renouer le fil de l’histoire à compter de l’avènement de la Restauration, charnière maîtresse à quantité d’égards.

6Autre constat, désolant mais trop clair : étant donné les distances qu’a prises depuis la dernière guerre (c’est-à-dire, en fait, depuis la disparition de Brunot) la linguistique par rapport à l’histoire, aucune des Écoles de Grammaire actuelles, en France, ne se trouve avoir vocation naturelle à prendre en charge le type de recherches qu’implique la continuation de l’œuvre interrompue.

  • 2 Cf. « L’histoire de la langue : problèmes et méthodes » dans Le Français Moderne d’avril 1981.

7Parallèlement, force est à chacun de l’admettre : les développements spectaculaires des formes multiples revêtues durant les trente dernières années par la linguistique synchronique – même si telles d’entre elles paraissent aujourd’hui remises en question – ont révélé des exigences auxquelles ne répond que très peu ou pas du tout une histoire de la langue conduite selon les principes et les méthodes de F. Brunot. Redisons2 d’un mot le principal : Brunot s’attache à suivre, continûment, le fil de l’histoire de la langue pris dans la trame de l’Histoire tout court – celle des faits, des idées, des sentiments et, de plus en plus à partir du xviiie siècle, celle de la société qui s’exprime au moyen de cette langue, patrimoine recueilli, exploité (bien ou mal), légué de génération en génération sans nulle rupture. Selon cette perspective, ce sont bien entendu, et de plus en plus à mesure qu’on se rapproche de l’époque présente, le vocabulaire et son évolution qui attirent le regard.

8Là-devant les grammairiens d’aujourd’hui, le plus souvent marqués (spécialement en France) par l’aventure structuraliste, exigent au moins et à bon droit d’une part que soient pratiquées des coupes de nature synchronique à l’intérieur de cet immense écoulement d’histoire. Et puisque Brunot fut sensible au phénomène de prise de relais par les générations successives, pourquoi ne pas choisir, de loin en loin, moyennant une analyse poussée de « périodisation », quelques paliers privilégiés voués à une description de type horizontal ?

9En second lieu et de façon corollaire, à la faveur de ces coupes synchroniques apparaîtront des « registres » distinctement marqués au sein des matériaux écrits et parlés, dont la réunion constitue en définitive ce qu’il est convenu d’appeler la langue à un moment donné de son destin.

10Quant aux éléments qui composent la langue en emploi dans chacune de ces situations où sont impliqués autant de types d’usagers, ils se répartissent entre un petit nombre de larges rubriques dès longtemps cataloguées où l’historien tend à privilégier le lexique, parce qu’il est le domaine le plus fourni et le plus mobile, cependant que le linguiste se sent davantage sollicité vers les ensembles phonologiques, morphologiques, syntaxiques, moins instables et par là se prêtant à une analyse systématique dans le cadre d’une synchronie, même pourvue d’une certaine épaisseur, autrement dit s’inscrivant en quelque mesure dans la perspective de l’histoire.

11Ainsi se trouvait dépassée l’opposition qu’on eût pu croire irréductible entre « diachronistes » et « synchronistes », mis en face de ce problème d’ordre à la fois épistémologique et concret : est-il licite, et si oui est-il possible, compte tenu des orientations récentes de la linguistique, de prolonger l’entreprise de F. Brunot, sans trop nuire d’un côté à sa cohérence, mais en faisant droit de l’autre aux impératifs d’une discipline profondément renouvelée ?

12La conclusion qui s’est dégagée du débat en 1975 est, on l’a deviné, positive dans le principe ; mais elle s’assortit de conditions relativement faciles à énoncer dans un préambule doctrinal, moins aisées à remplir lorsqu’il s’agit d’entrer en besogne. Refusant de transformer leur rencontre en une « Journée des dupes », les participants se rallièrent à la formule d’un cheminement en deux étapes. La première, de caractère résolument pragmatique, a pour objectif de conduire l’ouvrage de Brunot jusqu’à l’horizon du troisième Millénaire, ses responsables gardant présente à l’esprit une double règle de fidélité : d’une part à l’inspiration généreuse du premier Maître d’œuvre et, dans toute la mesure possible, à l’entraînante limpidité de son style ; d’autre part aux exigences fondamentales des linguistes actuels – tant il est vrai que Brunot, novateur déterminé en son temps, le serait encore du nôtre.

13Cela posé, chacun admit que, sans transiger sur l’essentiel, les chercheurs appelés à travailler à cette « suite » devraient se préserver d’appétits excessifs et veiller à respecter de convenables délais. L’un de nous risqua même un terme qui ces temps-ci fait fortune : celui de « bricolage » non point tant idéologique, mais pratique. Cela pour un triple motif : trop donner aux sollicitations de la linguistique synchronique, serait risquer de graves distorsions par rapport à l’axe de visée qui doit commander l’œuvre de bout en bout ; briguer l’exhaustivité qu’implique le primat du quantitatif est peu conciliable en matière d’histoire de la langue avec l’ampleur multiforme des champs à explorer dès lors qu’on aborde la période moderne et contemporaine ; enfin (disons-le sans rougir) l’impatience du public cultivé... et de l’éditeur ne permet guère d’étendre cette étape « toute d’exécution » au-delà de limites de temps assez strictes.

14La contrepartie de cet empirisme avoué fut la décision de prévoir, dans l’éventail des missions confiées à l’Institut de la Langue française, la préparation et l’élaboration d’une nouvelle Histoire de la Langue française, reprise à compter de ses origines et fondée entre autres sur les dépouillements des laboratoires de Besançon, Nancy, Saint-Cloud, réorientés en fonction de cette vocation inédite. Ce sera, beaucoup plus que la nôtre, la tâche de nos successeurs.

15Voici, en attendant, le premier dans l’ordre de la publication d’une série de quatre tomes envisagés aux fins de couvrir en gros cent soixante dix ans de l’histoire de notre langue – de 1815 à 1985. Le pragmatisme évoqué à l’instant se manifeste avec une liberté particulière dans la façon dont ce large espace de temps a été divisé. Ainsi ne manquera-t-on pas de s’interroger sur le rôle peut-être excessif dévolu aux deux dernières guerres dans le mode de périodisation adopté : 1815 - 1880 - 1914 - 1940 - 1985. Cela dit, la taille des deux conflits et leurs implications furent telles que, chaque fois, la faille événementielle fut doublée d’ébranlements sociaux, économiques, technologiques... et linguistiques incontestables. La césure de 1880 s’imposait avec moins d’évidence, et plusieurs participants à la rédaction du présent livre se sont appliqués soit à la justifier, soit à indiquer sa valeur relative. Du point de vue de l’histoire de la langue prise globalement, l’annonce des Lois scolaires de J. Ferry est un seuil entre tous décisif ; au regard des grands courants littéraires et artistiques, les années 1880-85 représentent un moment presque aussi crucial ; s’il s’agit en revanche de la langue des sciences et des techniques, le pas est moins net.

16Plus que par ce bornage sujet (autant que d’autres) à caution, le lecteur risque d’être surpris par la priorité accordée à la tranche chronologique 1880-1914. Ce choix est le résultat d’une enquête menée auprès d’un public réputé représentatif, plus désireux (ce fut clair) de lire les chapitres consacrés au dernier siècle écoulé de la vie de notre langue que d’être exactement instruit de ses mutations et de son image antérieures. De là notre calendrier de publication : d’abord la séquence : 1880-1914 ; 1914-1940 ; 1940-1985. Puis le volume qui viendra combler la lacune demeurée béante, au moins en ce qui regarde les aspects non littéraires du français : 1815-1880.

* * *

17Il reste à dire quelques mots sur l’économie générale du présent livre et sur les contenus des quatre grands chapitres entre lesquels il se partage. Sur la manière aussi dont les tâches furent distribuées parmi les trente coéquipiers qui ont bien voulu répondre à l’appel des deux maîtres d’ouvrage, Robert Martin et le signataire de ce préambule.

18Le vœu avait été exprimé, en 1975, de voir chacun des tomes à venir s’ouvrir sur un large panorama des faits et surtout des traits saillants de la vie quotidienne, sociale, politique qui ont exercé une influence sur les destins de la langue au long de la période considérée. Celle qui est ici en cause apparaît à cet égard fortement significative : l’instauration d’une école primaire et d’un service militaire obligatoires est un double facteur d’une extrême portée. Le progrès des sciences, la croissance industrielle, la montée des « nouvelles couches » sociales (Gambetta), l’intensité du débat politique qui en découle, le prodigieux développement de la presse, parisienne et plus encore provinciale, sont autant de manifestations majeures hors desquelles les mouvements de la langue ne sauraient prendre sens. M. J.-M. Mayeur a bien voulu se charger de brosser cette toile de fond : entreprise délicate entre toutes qui requérait sa compétence d’historien attentif au jeu des corrélations entre les événements, les mentalités et leurs multiples révélateurs, faits de langue compris.

  • 3 Choisie comme titre d’un livre par Béseat Kiflé Sélassié (Paris, 1976).

19A l’examiner de près, cette fresque liminaire recèle un certain nombre de « clés » qui commandent les entrées suivantes. La première nous dirige vers les principales « tendances nouvelles » de la langue, à la fois dans l’ordre de la prononciation, du code graphique, du vocabulaire, de la syntaxe. Précisons-le une fois pour toutes (car ceci vaut pour l’ensemble des volumes à paraître) : il ne pouvait être question de tout dire et l’on a dû se résoudre à faire des choix, en particulier dans le champ indéfini des savoirs et des techniques. R.-L. Wagner nous avait prévenus : « voir juste ne veut pas toujours dire voir grand  ». Depuis lors, la sagesse d’une maxime africaine3 est venue corroborer ce conseil : « Plus n’est pas mieux ». Pour ne prendre qu’un exemple, l’étonnante densité des apports lexicaux imputables aux démarches successives de la recherche pastorienne consolera sans peine de la quasi-absence de relevés propres aux sciences mathématiques. On regrettera davantage certains vides relatifs aux discours des sciences humaines et sociales, pour une part dus à une fâcheuse carence interdisciplinaire qu’il serait urgent de combler. Encore ces creux sont-ils relativement compensés d’abord par la présence de deux rubriques stimulantes consacrées l’une à la langue de la spiritualité, l’autre à celle des philosophes, ensuite par l’ensemble du dernier chapitre traitant de quatre aspects d’une science humaine et sociale entre toutes, puisqu’il s’agit de celle du langage.

  • 4 La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, 4e éd., Paris, A. Colin, 1979.

20Certains lecteurs éprouveront un autre regret : celui de ne pas déceler un suffisant effort en vue de faire apparaître entre les multiples facettes de ces « tendances nouvelles » un réseau de corrélations et, pour tout dire, un ensemble de systèmes coordonnés. Nous répondrons, là encore une fois pour toutes, en reprenant une conclusion de F. Braudel : « le « structuralisme » d’un historien n’a rien à voir avec la problématique qui tourmente, sous le même nom, les autres sciences de l’homme. Il ne le dirige pas vers l’abstraction mathématique des rapports qui s’expriment en fonctions. Mais vers les sources mêmes de la vie, dans ce qu’elle a de plus concret, de plus quotidien, de plus indestructible, de plus anonymement humain4 ».

21Cela vaut pour l’historien de la langue au moins autant que pour un autre. Ainsi M. Tournier et son équipe sont-ils conduits à nous faire voir comment l’essor de types nouveaux d’organisation sociale détermine une « recomposition du vocabulaire socio-politique ». Ainsi Eveline Martin montre-t-elle comment au progrès de la médecine mentale se trouve lié « un nouveau regard sur la folie », à la fois parmi le peuple, surtout des villes, et chez les écrivains en quête d’un thème rajeuni. Ainsi encore Cl. Savart nous invite-il à comparer les rythmes différents auxquels obéit l’évolution de la langue, suivant que ses usagers sont élevés dans le courant du siècle ou en sont retranchés par la loi des clercs. Toutes ces observations, que l’on pourrait multiplier, vont dans le sens d’une structuration du donné concret – et cela tranche par rapport aux volumes antérieurs, – mais elles se tiennent à distance d’une systématisation globale dangereusement simplifiante.

22Le chapitre II – « Variétés et diffusion du français » – réunit de propos délibéré deux ordres de recherches que F. Brunot avait choisi d’isoler l’un de l’autre en se fondant sur un principe de distinction, solennellement proclamé lors de sa célèbre leçon inaugurale, entre « l’histoire interne » et « l’histoire externe » de la langue. Par le fait, il ne s’agit pas simplement de distribuer les matières selon un plan différent, mais de mettre mieux en lumière la richesse et la bigarrure croissantes des aspects pris par la langue française, en fonction des lieux, milieux et situations où elle se trouve pratiquée, et cela tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’« Hexagone ».

23Ce choix de méthode étant reçu, on sera peut-être surpris, mais non point heurté de voir se côtoyer des études consacrées à des sujets tels que : le français à l’école ; le parler du peuple de Paris ; ceux des provinces et des terroirs ; le français en Belgique, en Suisse romande, au Canada ; l’usage ou plutôt les usages de notre langue dans ce qui était à l’époque les « colonies » et « territoires français » ; enfin et par extension les modalités d’assimilation du français au sein des divers créoles.

24Seule au bout du compte la dernière branche – non la moindre – de cet éventail progressivement éployé relève de l’histoire externe du français au sens où l’entendait F. Brunot : il s’agit du bilan, puisé aux meilleures sources par A. Salon, de « la diffusion du français hors des pays francophones ».

  • 5 P. Knecht, évoquant le système d’enseignement mis de la même manière en place dans la Suisse romand (...)

25Un préfacier se rendrait suspect, à vouloir trop louer l’ouvrage qu’il a charge d’introduire. Mais on le blâmerait s’il n’usait du droit d’appeler l’attention sur quelques-uns de ses points forts ou caractéristiques. L’un d’eux est la place libéralement faite en cette année de centenaire au « français de l’Etat républicain institué dans l’École primaire en 1881 », à la fois acte de génie social et « coup de force »5 qui va contrarier notre langue dans sa marche naturelle. Le lecteur fera bien, à ce propos, de rapprocher l’étude de Renée Balibar et le passage du chapitre IV où Simone Delesalle évoque l’Esthétique de la langue française de R. de Gourmont.

26Autres pages qui, avec un air de n’y point toucher, dardent des clartés vives et fines sur un objet jusqu’ici laissé dans une pénombre douteuse : les parlers régionaux. A la faveur d’un heureux voisinage, leur analyse, conduite par J. Chaurand, précède immédiatement celle que M. Piron nous offre du français en Belgique. Or cette dernière se présente comme la plus palpable illustration des vues émises sur les relations entre français central ou codifié, parlers locaux et régionaux. Voilà une convergence qui, sans rien devoir aux impératifs « structuralistes », fait pourtant ressortir une homogénéité certaine dans le jeu des tendances, des influences et des interactions. Or n’est-ce pas l’essentiel de ce qui constitue, aux yeux des théoriciens avides de généralisations, un « système » ? – L’historien de la langue, plus attiré par la saveur du fait vrai, goûtera davantage les mises à jour de choses vécues mais jusqu’ici non ou peu relatées. Par exemple le glissement, entre 1880 et 1914, du français régional vers le français parisien sous l’influence du milieu urbain provincial et, en retour, la déformation du français de la capitale « où se déversaient les parlers de tous les milieux et de toutes les provinces » : double effet de la mobilité commençante des populations et des brassages sociaux.

27J. Chaurand ne dédaigne pas à ce propos de recourir aux ressources des œuvres littéraires de type « régionaliste », d’autant plus que souvent leurs auteurs se font les premiers glossateurs de leurs emprunts aux parlers soit rustiques, soit provinciaux, et de leur niveau de singularité ou au contraire de voisinage par rapport à l’idiome commun.

* * *

28Cette incursion dans le domaine des écrivains ménage les voies vers le IIIe chapitre – Aspects de la langue littéraire – celui qui sans doute possède le plus de nouveauté, mais aussi qui a posé aux uns et aux autres le plus de questions. A commencer par celle-ci : existe-t-il une « langue littéraire » et peut-on, à l’intérieur même de cet ensemble aux confins insaisissables, traiter d’une langue de la poésie, ou du roman, ou du théâtre, etc. ?

29Il suffit de lire et de rapprocher les premières lignes des essais consacrés successivement à ces modes d’expression esthétique pour mesurer les difficultés, voire les tourments éprouvés par chacun. Pourquoi le cacher ? La confidence pourra servir aux historiens de l’épistémologie : plusieurs d’entre nous ont connu la tentation de l’abandon. S’ils ont finalement écarté leurs scrupules, c’est avant tout pour trois raisons : d’abord la production littéraire est un donné linguistique dont il n’est pas concevable que l’historien de la langue feigne l’oubli. Cela d’autant moins que toute œuvre, si modeste soit-elle, atteste une élaboration à partir de moyens puisés dans la langue. Qu’ensuite les frontières et donc la nature spécifique de l’expression littéraire soient incertaines ne doit pas inquiéter. C’est le propre de la langue elle-même de ne pouvoir mieux se définir que comme une somme ouverte, impossible à circonscrire, aussi longtemps qu’elle demeure vivante. L’obstacle le plus sévère est ailleurs : il réside dans le fait que plus le caractère et la valeur littéraires d’une œuvre sont irrécusables, plus elle échappe aux normes des modes collectifs d’expression, c’est-à-dire de la langue : entre les moyennes de langue et les moyens d’art un abîme se creuse qu’on nomme le « style ». Le risque est dès lors évident – et Charles Bruneau ne se cache pas d’y avoir cédé : au lieu d’un chapitre d’histoire de la langue, analysant méthodiquement ses modes d’exploitation à des fins esthétiques, on compose une série d’études stylistiques appliquées à des créations littéraires. La marge est à coup sûr étroite et les deux perspectives sont constamment menacées de superposition. Le seul moyen d’y échapper est clair, du moins dans son principe, et par bonheur il rejoint un point de méthode sur lequel on souhaiterait désormais fonder toute recherche historique sur la langue : comme il existe différents « niveaux » et « registres » au sein de la langue dite commune, en fonction des types de situation et d’emploi où elle prend forme, ainsi existe-t-il différents « niveaux » et « registres » au sein de la langue dite littéraire, celle-ci ne représentant pas autre chose, en son ensemble, qu’une gamme ou une somme de variétés d’emplois de la langue générale assujettis à des conditions typologiques spéciales, variables selon l’époque, le genre, la « famille » esthétique, etc.

30Ici comme là, il s’agit d’inventorier, d’analyser, de caractériser des « types de discours », pour employer une locution courante aujourd’hui chez les linguistes. La seule différence, de taille il est vrai, est que dans le second cas la présence du « style », et les connotations plus ou moins magiques dont elle se revêt, complique et brouille tout aux yeux de la plupart. Sans rouvrir si peu que ce soit l’intarissable débat sur les problèmes de style et la légitimité d’une approche calculée de ses ressources, l’historien de la langue, demeurant sur son terrain, a seulement deux choses à dire.

31D’une part il ne voit pas pourquoi les notions de « style d’époque », « style d’école » appliquées à des réalités si nettement perceptibles en matière de musique, ou de peinture, ou d’architecture, ne seraient pas applicables aux réalités de l’ordre littéraire. Or le « style » d’époque, ou d’école, appartient à une collectivité, par opposition à un « style » d’auteur, et nul observateur ne saurait les confondre, sauf dans cette appellation fâcheusement unique. Le style d’époque est une moyenne, et regarde vers la langue ; le style d’auteur est un spécimen singulier, contenant certains éléments irréductibles à cette moyenne (cependant que les autres, en fait la plupart, y rentrent) et par là n’intéresse que ce que dans l’art on nomme talent, ou génie, selon le degré de force et d’unicité justement.

  • 6 Souvent à tort du reste – car si un style d’écrivain peut être fait d’« écarts », selon le mot conn (...)

32La seconde remarque propre à l’historien s’enchaîne tout naturellement à la précédente, et le lecteur du chapitre III en découvrira un ensemble éclatant de confirmations : « la postérité », selon le mot aigu de J. Renard cité par P. Larthomas, « a un faible pour le style » (entendons : la marque du génie individuel) ; de ce fait, elle tend très vite à oublier quantité d’œuvres qui eurent grand succès à leur date, dans l’exacte mesure où elles étaient accordées du mieux possible au goût des lecteurs, c’est-à-dire au « style d’époque ». Le résultat, c’est un « déchet énorme » (P. Larthomas) où l’historien des aspects littéraires de la langue trouvera l’essentiel de son bien – cependant que la stylistique appliquée à la littérature le délaissera6.

33Ce déchet, dont le poids dépasse ce qu’on imagine dans les domaines de la poésie et du roman, apparaît plus considérable encore dans celui du théâtre. Rien à cela de surprenant : l’auteur dramatique est beaucoup plus immédiatement, tyranniquement lié à son public que les autres, et il lui faut une étrange hauteur d’âme et de génie pour aller au devant de l’incompréhension de son époque dans le genre qui est le sien.

34On pardonnera à cette insistance un peu lourde ; mais une conclusion ferme était à ce prix : épreuve faite, nous avons du moins acquis l’assurance qu’une histoire des aspects littéraires de la langue est licite et possible. On devine en revanche la rigueur des conditions à remplir et l’immensité lassante des dépouillements qu’elle suppose. Le chapitre qui lui est consacré dans le présent livre n’est qu’une suite d’esquisses et de suggestions : il eût fallu des équipes, des machines et du temps pour aller plus avant. Tel quel, il représente cependant « une première », avec ses chances et ses risques sur lesquels les rédacteurs seront heureux de recueillir suggestions et critiques. Puis-je, après relecture, devancer l’une : sans doute eût-il été déjà possible de nouer mieux la gerbe, en dénombrant les mots, formes et tours dont l’emploi se retrouve des poètes aux romanciers et aux dramaturges, révélant ainsi, par-delà les marques spécifiques des genres, celles d’une certaine koinê littéraire ayant cours à la fin du xixe et au début du xxe siècles.

35Prévenons encore une autre objection, double mais de portée restreinte : pourquoi avoir situé la langue de la philosophie dans ce chapitre, et pourquoi avoir accordé à Bergson un quasi-monopole ? – Le fait est que ce dernier éclipse, par l’éclat de son œuvre, les autres philosophes français dont on a retenu les noms : A. Fouillée, J. Guyau, G. Séailles etc. ; mais il se trouve en outre qu’il possède un style d’écrivain. Bientôt Alain, autre maître à penser, nous posera le même problème de classement, partagé entre sa chaire de philosophie, son système des beaux-arts et son propre art d’écrire... Mais ne quittons pas Bergson sans mentionner, avec A. Robinet, le colloque « sur la critique et la fixation du vocabulaire philosophique » de 1901 où il adopta l’attitude d’un historien de la langue soucieux d’observer sa constante mobilité, face aux partisans d’une saisie purement synchronique : rien de plus frappant que cette cohérence entre la démarche de l’Évolution créatrice et la réaction du philosophe envers les problèmes du langage.

* * *

36Le quatrième et dernier chapitre dresse le bilan des progrès accomplis dans les disciplines ayant en charge l’étude du français sous ses principaux aspects : historique, géographique, grammatical. A cet égard, nul ne saurait contester l’importance de la période située à la rencontre des deux siècles : le célèbre Cours de F. de Saussure sera professé entre 1906 et 1911 ; M. Bréal fonde la Sémantique en 1897, cependant que l’abbé Rousselot découvre la Phonétique expérimentale ; J. Gilliéron et E. Edmont mènent de 1897 à 1901 les enquêtes dialcectologiques qui préludent à l’Atlas linguistique de la France. Enfin, ne l’oublions pas (à tout seigneur, tout honneur !), c’est en 1901 que F. Brunot inaugure, à la Sorbonne, la première chaire d’histoire de la langue française créée pour lui. La moisson est, décidément, aussi chargée de fruits que de promesses.

37S’il fallait détacher de ce faisceau copieux l’élément le plus caractéristique et en même temps lié à l’histoire de la langue proprement dite, sans doute devrait-on retenir la double sollicitation à laquelle se trouvent soumis, soit successivement, soit conjointement, ceux qui travaillent alors sur les faits de langage.

38L’une est la séduction de la biologie, science-vedette illustrée d’un côté par Lamarck et sa descendance darwinienne, de l’autre par les progrès de la médecine, de Cl. Bernard à Pasteur. S. Delesalle et G. Matoré se rejoignent ici pour souligner cette force d’influence d’abord sur Littré (qui fit un dictionnaire de la langue médicale avant d’entreprendre celui de la langue générale), puis sur Darmesteter et son école. L’autre sollicitation, demeurée puissante, est celle de l’histoire doublée par la sociologie qui peut au reste servir de trait d’union entre l’histoire et les sciences de la vie grâce à la conception de la société comme « organisme social ». Rien de plus passionnant que d’observer comment les chercheurs d’alors, sciemment ou non, balancent entre le primat de la Nature (plus que jamais mot-clé) et celui de l’Homme, l’une offrant ses organismes, l’autre cherchant à imposer son organisation. J. -Cl. Chevalier nous en convainc : il n’est pas interdit de penser que la plus constante aspiration de F. Brunot, modèle du grammairien-citoyen, fut de faire également place et droit à l’une et à l’autre. De ce point de vue, le livre qu’on va lire n’est pas totalement irrespectueux de l’héritage.

39Robert Martin et moi voudrions remercier ici l’ensemble de nos coéquipiers, ainsi que le C.N.R.S. Ce dernier, avec un beau courage, a pris le relais de la Librairie Armand Colin, contrainte par la dureté des temps d’abandonner l’édition d’un ouvrage dont le destin était pourtant lié au sien depuis bientôt un siècle. Quant aux auteurs qui ont bien voulu se joindre à nous, chacun gardant sa pleine part de responsabilité, nous leur devons bien de rendre hommage à leur talent, à leur dévouement, à leur patience : ils ont accepté que nous soyons deux à relire séparément leur travail et à leur suggérer des corrections, fort rarement des additions, beaucoup plus souvent, hélas ! des soustractions imposées par le nombre total de pages imparti et la nécessité de ne pas rompre à l’excès l’équilibre entre les divers chapitres. Puisse le public épris des destinées du français accorder à l’ouvrage que nous lui présentons un accueil favorable : ce sera, pour tous les membres de la cohorte, le meilleur encouragement à hâter le pas vers les périodes suivantes.

* * *

40Voici la liste de celles et ceux qui ont collaboré au présent volume. Elle est dressée suivant l’ordre des chapitres et sections dont ils se composent.

41Panorama historique. J.-M. Mayeur.

42Chapitre I. A. Martinet : Prononciation. – S. Bonnafous (Mme), J.-P. Honoré, M. Tournier : Vocabulaire du pouvoir. – H. Cottez : Vocabulaire des savoirs : sciences biologiques. – E. Martin (Mme) : Id. : la psychiatrie. – A. M. Loffler-Laurian (Mme) : Vocabulaires techniques : aviation et cinéma. –J. Gritti : Sports. – D. Bouverot (Mme) : Mode. – Cl. Savart : Spiritualité. – R. Martin : Faits de syntaxe. – N. Catach (Mme) : Bataille de l’orthographe.

43Chapitre II. R. Balibar (Mme) : français enseigné. – D. François (Mme) : Langage populaire ; argots. – J. Chaurand : français régionaux. – M. Piron : français en Belgique. – P. Knecht : français en Suisse romande. – M. Juneau : français au Canada. – A. Lanly : français dans les « colonies » et « territoires français ». – R. Chaudenson : créoles. – A. Salon : français des pays francophones.

44Chapitre III. G. Antoine : langue poétique. – H. Mitterand : de l’écriture artiste au style décadent. – M. Autrand : langue romanesque. – P. Larthomas : langue du théâtre. – M. Arrivé : langage et « pataphysique ». – R. Fayolle : langue des critiques. – A. Robinet : langue des philosophes.

45Chapitre IV. S. Delesalle (Mme) : débuts de la sémantique. – J. -Cl. Chevalier : histoire de la langue. – J. Chaurand : dialectologie. – G. Matoré : lexicographie.

46Bibliographie. Index. F. Helgorsky (Mme).

* * *

47Remarque importante

48Bien malgré nous, cinq ans et plus se sont écoulés depuis la rédaction de cet ensemble. Certains chapitres souffrent plus que d’autres de ce trop long délai : les auteurs en sont à plaindre, non à blâmer !

Du bon usage de la bibliographie

49Le lecteur trouvera à la fin du volume (p. 610-632) une Bibliographie générale dont les rubriques correspondent aux différents chapitres. Destinée à donner un aperçu global des publications portant sur la langue française et son histoire dans la période 1880-1914, elle accueille les travaux d’une certaine généralité, excluant les études ou les sources trop particulières mentionnées dans chaque contribution.

50Les références des ouvrages cités dans le texte sont toujours données en note, au bas de la page. Elles le sont intégralement pour les titres non repris dans la liste générale. Pour les autres, le renvoi comporte le nom de l’auteur (ou du titre dans le cas des ouvrages collectifs ou anonymes) suivi, entre parenthèses, de la date de publication à laquelle on a ajouté en italique le numéro de la section de la liste générale où l’on trouvera la référence entière. Par exemple : J. Ajalbert (1938, 3.1) renvoie à la Bibliographie en fin de volume où la référence complète figure dans la section 3. 1 : Aspects de la langue littéraire. Etudes générales (p. 627).

Notes

1 Ch. Bruneau n’eut pas le loisir de rédiger complètement la seconde Partie du Tome XIII. Maurice Piron a pu, non sans vaincre beaucoup de scrupules, la mettre au net et la confier à l’éditeur en 1972.

2 Cf. « L’histoire de la langue : problèmes et méthodes » dans Le Français Moderne d’avril 1981.

3 Choisie comme titre d’un livre par Béseat Kiflé Sélassié (Paris, 1976).

4 La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, 4e éd., Paris, A. Colin, 1979.

5 P. Knecht, évoquant le système d’enseignement mis de la même manière en place dans la Suisse romande, va jusqu’à parler de « répression scolaire ».

6 Souvent à tort du reste – car si un style d’écrivain peut être fait d’« écarts », selon le mot connu de Paul Valéry, ceux-ci sont à évaluer par rapport à deux bases de référence : la langue commune certes, mais en outre et davantage encore ce « style d’époque » pris dans un genre donné. Mais l’objectif n’est plus du ressort qui nous occupe ici.

© CNRS Éditions, 1999

Terms of use: http://www.openedition.org/6540