Version classiqueVersion mobile

De l’esclave au président

 | 
Hélène Le Dantec-Lowry

Troisième partie. Familles noires en pauvreté : autour de la protection sociale

2. Mères célibataires, pères absents

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les années 1980, les articles savants et surtout ceux émanant de la grande presse1 relatent à grands renforts de statistiques l’accroissement phénoménal du nombre de grossesses chez des mères célibataires ; on parle aussi beaucoup des très jeunes mères qui deviennent le symbole des déficiences dans le ghetto noir. Le taux élevé de ces mères (certaines n’ont que 12 ou 13 ans) est indéniable et il croissait rapidement en effet depuis les années 1970. Néanmoins, il est parfois difficile de faire la part des choses dans l’avalanche de chiffres publiés. Dans un article en 1992, Murray notait un taux de naissances hors mariage (qualifiées d’illégitimes) chez les Noires de 21,6 % en 1960, 37,6 % en 1970, 55,2 en 1980 et enfin de 65,7 % en 1989, soit une différence par rapport aux Blanches de 19,3 % en 1960, 31,9 % en 1970, 44,2 % en 1980 et 46,5 % en 1989 (Murray, 1992 : 27). On voit donc une augmentation très nette de ces grossesses et des différences importantes entre groupes raciau...

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search