Version classiqueVersion mobile

De l’esclave au président

 | 
Hélène Le Dantec-Lowry

Deuxième partie. Familles noires en mouvement : urbanisation et ghettoïsation

5. Des années 1970 aux années 1980 : force et diversité des familles noires

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le rapport Moynihan continua d’engendrer des études qui s’inquiétaient de son impact sur la vision des Noirs et de leurs familles. Par exemple, les psychologues Nathan et Julia Hare insistaient fort à propos sur l’oppression dont les Noirs faisaient l’objet et notaient les limites d’une approche qui valoriserait à tout prix les conduites familiales afro-américaines. En même temps, ils remarquaient comme bien d’autres « la déshumanisation des opprimés » qui influence les schémas familiaux et les rapports entre hommes et femmes. Toutefois, ils abordaient différemment l’interprétation des conclusions de Moynihan selon lesquelles un « matriarcat » noir dominait dans la culture noire. Pour eux, l’« émasculation » des hommes noirs doit être perçue en parallèle avec ce qu’ils appellent la « déféminisation » des femmes noires. Ces caractéristiques existent car les hommes comme les femmes sont sous la même domination dans la société américaine, une domination qui empêche les hommes noirs de ...

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search