Version classiqueVersion mobile

De l’esclave au président

 | 
Hélène Le Dantec-Lowry

Première partie. Familles noires en esclavage

3. La question des racines africaines

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Frazier dénonçait l’argument selon lequel les pratiques divergentes des familles noires et blanches trouvaient leur justification dans la culture africaine importée par les esclaves. Cette question des racines africaines des schémas familiaux noirs est récurrente dans la recherche aux États-Unis et perdure aujourd’hui encore. Alors que Frazier niait la survivance de pratiques africaines puisque l’esclavage les avait annihilées, Du Bois avait observé des similitudes entre certaines coutumes africaines et, par exemple, des funérailles sur une plantation en Jamaïque ou un mariage d’esclaves en Alabama en 1892. Des caractéristiques importées d’Afrique auraient donc survécu à l’esclavage. Mais Du Bois ajoutait prudemment qu’elles « ne seraient que des traces car l’efficacité du système esclavagiste signifiait l’éradication quasi complète de la vie familiale et clanique africaine » (Du Bois, 1908 : 21). Malgré tout, il ne réfutait pas entièrement la survie de certains traits culturels afr...

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search