Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Droits de l’homme et philosophie

 | 
Frédéric Worms

Avant-propos à la réédition de « Droits de l’homme et philosophie »

Frédéric Worms

Texte intégral

1La réalité des « droits de l’homme » ne serait pas celle de principes éternels ou immuables, définitivement édictés ou acquis. Mais elle ne serait pas non plus nulle ou non avenue. Elle tiendrait plutôt, tout entière, dans certains moments bien précis.

2Mais il faut préciser aussitôt ce que signifie une telle thèse, qui nous semble en effet ressortir non pas une seule mais deux fois du livre ici réédité, la seconde de ces deux dimensions n’étant pas moins importante que la première.

3Le « moment » des droits de l’homme est d’abord, en effet, à prendre en un sens historique, que la réédition de cette anthologie, parue en 1993, met de nouveau en évidence. Loin de la commémoration simple, en 1989, du bicentenaire de la déclaration de 1789, il fallait montrer non seulement que les droits de l’homme étaient, pour nous, un problème, mais qu’ils l’étaient déjà, autour de la Révolution française, et dans les « moments » qui ont suivi, que le but de l’anthologie était de baliser, de 1789 à 1914 au moins. Reprendre les controverses philosophiques qui les accompagnent depuis le début, était nécessaire pour rejoindre un « moment » présent où ils semblaient à beaucoup témoigner de la « fin de l’histoire » que ce soit pour s’en réjouir, ou pour la critiquer.

4Il en va aujourd’hui tout autrement, non pas cependant parce que la question des droits de l’homme aurait disparu, ou serait en quelque sens que ce soit « terminée » mais, bien au contraire, parce qu’elle est plus que jamais au centre du présent, et cela de trois façons, qui appellent une triple reprise. C’est d’abord la continuation, voire l’aggravation, des violations même des droits de l’homme, qui impose la tâche continuée de leur défense, de leur institution. Mais c’est aussi la continuation, voire l’accentuation, de certains de leurs usages rhétoriques ou idéologiques, qui appelle la reprise du travail critique indispensable illustré déjà par la présente anthologie, et qui n’a cessé tout au long du xxe siècle. Enfin, voire surtout, c’est d’un élargissement des droits de l’homme aux problèmes du présent qu’il s’agit. Élargissement qui pourrait prendre la forme, non pas tant de « nouveaux » droits, que, bien plutôt de la mise en œuvre des droits, de la justice, indispensables comme tels pour résoudre les problèmes, même les plus concrets, urgents, vitaux, qui sont ceux d’aujourd’hui, du soin interindividuel à celui, entre les hommes aussi, de la planète et des vivants en général.

5Si les droits de l’homme, loin d’être le signe d’une « fin de l’histoire », le sont plutôt d’un « moment » et donc d’un problème ou d’une tension qui ne cessent de revenir depuis les années 80, et de s’accentuer, c’est donc aussi pour une autre raison, plus fondamentale encore. C’est parce que ce moment n’est pas seulement à prendre en un sens historique, mais aussi en un sens existentiel, ou plutôt à la charnière de l’existence et de l’histoire, de la vie et de la politique. Le « moment » des droits de l’homme c’est en effet celui d’une double exclamation : celle qui, devant certaines violations ou certaines délivrances dans la vie concrète des hommes, fait énoncer des principes de justice, qu’il s’agit ensuite de justifier ou de défendre. Cette énonciation ne règle rien, bien au contraire. Elle noue ensemble deux ordres de difficultés, concrètes, sociales, politiques, d’une part, théoriques, éthiques, juridiques, d’autre part. Il se peut même que le langage des « droits de l’homme », comme le notait Simone Weil, entre les besoins vitaux des hommes et les exigences de justice, soit précaire, fragile, instable, intenable.

6Mais ce serait aussi leur force, à condition de ne les prendre ni comme des vérités éternelles, auxquelles la réalité n’aurait qu’à se plier, ni comme des fictions bien pensantes, qu’il suffirait de démasquer. Ils ne tiennent en réalité, en se transformant constamment, que par les actes de la « déclaration », de la « revendication », de la « protection » qui, tout en reliant l’existence et les principes, dans nos vies, scandent aussi, depuis 1789, notre histoire.

7En ce sens, la réédition, inchangée de l’anthologie qui prenait ces trois actes comme autant de jalons, de 1789 à 1914, et qui appelle à être prolongée, se justifierait donc, si elle pouvait conduire, à nouveau, à reprendre le diagnostic de cette histoire, de ce moment, et de cette question, qui sont encore les nôtres.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site