Version classiqueVersion mobile

Paris a besoin d’eau

 | 
Frédéric Graber

Épilogue

Texte intégral

  • 1 Rapport de Champagny à l’empereur, sur les dimensions et les directions à donner au canal de l’Ourc (...)
  • 2 Girard, Mémoires sur le canal de l’Ourcq, Paris, Carilian-Gœury, 1831, p. 56.
  • 3 Lettre de Girard à l’empereur, du 28 pluviôse an 13, AN F14 – 685.
  • 4 Girard, op. cit., p. 55. Le préfet aurait jugé qu’il y avait « déni de justice » et que l’empereur (...)

1Le 13 février 1805, le ministre de l’intérieur, Champagny adresse à l’empereur son rapport sur le canal de l’Ourcq. Il y reprend les conclusions de la commission des jauges, déclare la question réglée et demande à Napoléon d’adopter un décret qui mettra fin à des « débats très nuisibles. »1 Mais l’empereur ne suit pas son ministre et décide de s’informer de la situation par un autre chemin : il demande à Gaspard Monge, académicien, sénateur, ancien de l’expédition d’Égypte, d’aller voir les chantiers du canal, de s’entretenir avec Girard et de lui faire un rapport.2 Girard est informé dès le lendemain que Monge souhaite visiter le canal et les deux hommes font donc ensemble le voyage à partir du 15 février. Au retour de la visite, le 17 février 1804, Girard écrit à l’empereur une lettre par laquelle il demande à être entendu contradictoirement avec les opposants à son projet.3 La coïncidence entre la visite de Monge et cette lettre n’est peut-être pas un hasard, bien que Girard prétendra que c’est le préfet qui l’a poussé à s’adresser à l’empereur.4

  • 5 Girard, op. cit., pp. 56-57.

2Napoléon accède à la demande de Girard et organise, le 8 mars 1805, une conférence aux Tuileries. Participent à cette réunion, outre l’empereur, toute une série d’hommes d’État : Champagny (ministre de l’intérieur), Crétet (conseiller d’État directeur général des Ponts et Chaussées), Regnaud (conseiller d’État), Maret (secrétaire d’État) et Frochot (préfet de la Seine.) Deux savants proches du pouvoir sont également conviés : Laplace qui comme ancien ministre de l’intérieur a brièvement eu affaire au canal, et Monge qui vient d’en faire la visite commandée par l’empereur. Seuls trois ingénieurs sont convoqués : Prony, Becquey et Girard. Une telle composition signale la reprise en main de l’affaire par le pouvoir. Girard est le seul à avoir rapporté cette conférence, si bien qu’on sait fort peu de choses sur son déroulement : Becquey aurait été le seul intervenant à attaquer violemment le projet de Girard ; Prony n’aurait défendu que faiblement le rapport de la commission des jauges, qu’il avait pourtant signé.5

  • 6 L’empereur n’exclut pas « si l’expérience en démontrait la nécessité », c’est-à-dire si les eaux se (...)
  • 7 Girard, op. cit., p. 57.

3Au terme d’une séance assez longue (de six heures du soir jusqu’à deux heures du matin) l’empereur tranche : le canal sera celui conçu par Girard. Les conclusions de l’empereur, telles que rapportées par Girard, reprennent l’un après l’autre les grands arguments de celui-ci : il serait absurde d’aller aussi loin chercher une rivière et de ne pas la dériver toute entière ; il ne peut y avoir trop d’eau pour les usages innombrables de ce canal ; il ne sera pas revêtu6 ; il sera navigable pour l’approvisionnement de Paris, navigation qui sera prolongée vers l’Aisne et la Meuse pour joindre Anvers et Rotterdam ; il permettra des embellissements extraordinaires pour rendre Paris « digne » de son rang de capitale de l’Europe et de son « époque » ; enfin, ses difficultés sont ordinaires et le temps est le seul obstacle sérieux à cette entreprise, mais l’empereur reste confiant que s’il n’arrivait pas à finir ce canal, ses « successeurs » le continueraient.7 Girard semble donc avoir gagné. Reste à savoir dans quelle mesure.

  • 8 Rapport de Cadet Chambine au ministre de l’intérieur, suite à la décision de l’empereur que le cana (...)

4La position de Girard reste très fragile, face au conseil des Ponts et Chaussées (qui remplace l’assemblée depuis la réforme de 1804), face au conseiller d’État et au ministre, toutes personnes dont les décisions ont été désavouées en faveur de son projet. Les administrateurs vont s’empresser de faire rentrer l’affaire dans le cadre des procédures ordinaires : le ministre de l’intérieur fixe un délai à Girard pour rendre son « projet définitif » et décide que celui-ci sera examiné par rapporteur devant le conseil.8 Girard n’a donc pas acquis, le 8 mars 1805, le droit de faire désormais comme bon lui semble. Au contraire, les administrateurs vont veiller à prévenir ses futurs débordements, à obliger Girard à remettre un projet en bonne et due forme et à l’empêcher de le présenter lui-même. Ces mesures de normalisation auront des succès divers : Girard rendra son devis en juin 1806, avec plus d’un an de retard sur le délai fixé, mais il respectera dès lors les procédures.

  • 9 Le canal devient ainsi une alternance de parties larges et étroites, séparées par des gares-ports, (...)
  • 10 Le canal étant à présent en deux parties : l’une entre Paris et Lisy conserve les dimensions et les (...)

5L’examen du devis de 1806 est très révélateur de ce que sont désormais les relations entre les ingénieurs, Girard et le pouvoir, au sujet du canal de l’Ourcq. Dans son devis, Girard fait quelques gestes en direction de ses collègues pour rendre son projet plus acceptable : il place la descente éclusée vers la Marne non pas à Lisy, comme il l’avait d’abord prévu, mais à Congis, précisément là où la commission des jauges avait proposé de le faire ; en certains points, où les ingénieurs avaient jugé importantes les difficultés d’exécution, Girard réduit la dimension du canal.9 Il maintient en revanche le produit moyen dans le canal à 13 500 pouces et conserve 35 centimètres comme vitesse. Il avait déjà accepté de tracer le canal en pente uniforme pendant l’épisode des jauges.10

6Le devis est transmis à l’inspecteur général Lefebvre. Celui-ci en fait, le 15 juillet 1806, un rapport qui est un véritable exercice de diplomatie. Estimant ne pas être en mesure de donner au conseil des Ponts et Chaussées des « renseignements exacts » sur la situations des travaux, il donne pourtant « beaucoup d’éloges au zèle et à l’intelligence que tous les ingénieurs apportent dans leur exécution. » Jugeant les eaux insuffisantes à la navigation, il propose quelques mesures pour les augmenter et conclut d’une manière pour le moins paradoxale :

  • 11 Rapport de Lefebvre, 15 juillet 1806, cité in Lamandé, Ferregeau et Bruyère,ibid.

En s’appuyant sur ce qui précède et dans l’état d’avancement où sont les choses, vu surtout la volonté prononcée du gouvernement, [Lefevbre] est d’avis et il propose au conseil, que s’il ne se croit pas suffisamment éclairé pour approuver purement, simplement et dans toutes ses parties le projet qui lui est présenté, au moins il prononce que, loin de l’improuver, il est dû à l’auteur de ce travail grandement conçu, les éloges qu’on ne peut refuser à son zèle et à son activité, et les encouragements propres à les entretenir ainsi que ceux de ses coopérateurs de manière à ce qu’ils redoublent s’il est possible d’efforts pour porter à perfection un ouvrage,duquel la capitale attend, d’après la promesse formelle du souverain, l’abondance d’eau nécessaire à ses besoins.11

  • 12 Cette commission comprend initialement Lamandé, Ferregeau et Prony, mais ce dernier étant envoyé en (...)

7En somme, on ne peut pas approuver ce projet, mais on félicite les auteurs et on les encourage à accélérer encore la réalisation d’un ouvrage, qui est à présent directement celui de l’empereur, ce qui semble autoriser toutes les contradictions. Les ingénieurs ne veulent pas déclarer que l’ouvrage de Girard est bon, mais ils veulent manifester leur soumission à l’empereur, leurs efforts pour que l’ouvrage avance et soit réalisé conformément à ses volontés désormais explicites. Le conseiller d’État, entendant le rapport de Lefebvre, ne se satisfait pas de cette demi-mesure, qui reviendrait à poursuivre le projet, à l’exécuter entièrement, sans approbation : il nomme donc une commission, dont les conclusions vont être plus positives, mais les résistances tout aussi sensibles.12

8L’épais rapport, que cette commission remet le 1er novembre 1806, est au deux tiers historique et cherche à construire un récit qui, sans disculper Girard, pourrait aplanir la situation et rendre l’adoption de son projet acceptable à plus ou moins long terme. Ne pouvant plus s’opposer tout à fait au projet Girard, à la décision de l’empereur, la commission décide de définir précisément les limites dans lesquelles elle entend poursuivre son activité critique :

  • 13 Lamandé, Ferregeau et Bruyère, ibid. Nous soulignons.

Lorsque des sociétés savantes sont consultées sur des projets ou sur des inventions, elles ont pour principe, en général, de ne pas décourager les inventeurs. L’indulgence qui caractérise ordinairement leurs opinions ne peut en semblable cas avoir de grands inconvénients.
Les ingénieurs des Ponts et Chaussées sont obligés de suivre une marche différente, surtout quand on les consulte sur des objets dont l’exécution peut être prochaine et compromettre les intérêts du gouvernement. Leur devoir alors, quoique souvent pénible, est de dire la vérité toute entière au risque de mécontenter les auteurs.
Ordinairement le gouvernement renvoie un projet à l’examen des ingénieurs avant d’avoir manifesté son opinion ou sa volonté, ils ne peuvent en aucun cas se dispenser d’envisager le projet sous les rapports les plus étendus et de dire avec franchise, sans égard pour tous les genres d’intérêts ce qu’ils croient être la vérité.
Le même projet peut être ensuite présenté à l’examen des mêmes ingénieurs à des époques différentes et après des décisions successives et formelles de l’autorité, alors, la question changeant aussi successivement de nature, ceux que l’on consulte, renfermés entre des limites, ne peuvent plus dire que des vérités relatives.13

  • 14 Lamandé, Ferregeau et Bruyère, ibid.
  • 15 Les commissaires déclarent, en effet, que « les formules employées jusqu’à ce jour pour déterminer (...)
  • 16 Ces barrages ne seraient utilisés que dans les périodes où le canal manquerait d’eau.

9Ce que prépare ce passage, c’est le revirement des ingénieurs sur toute une série de questions qu’ils vont désormais considérer comme réglées. Pour pouvoir opérer ce changement d’attitude sans paraître se contredire, ils réaffirment qu’ils ne s’étaient pas trompés, que leurs relations avec Girard et avec le pouvoir ont bien été ce qu’elles devaient être, mais que la situation ayant changé, ils peuvent adopter des positions nouvelles. Les anciens désaccords avec Girard étaient légitimes : les ingénieurs opposaient bien la vérité à ses erreurs. Certaines de ces erreurs d’hier peuvent aujourd’hui être défendues, mais cela s’explique : tant que le pouvoir respectait les prérogatives des ingénieurs, tant qu’il n’affichait pas une volonté particulière, ceux-ci étaient en mesure d’établir une vérité absolue ; à présent que le gouvernement s’est prononcé clairement, les ingénieurs ne sont plus libres et doivent construire une nouvelle vérité, qui ne peut être que « relative. » En écartant des questions qui ont été très polémiques (la rivière à dériver, la navigation, les difficultés locales, la pureté de l’eau), les commissaires chargés d’examiner le devis de Girard, prouvent leur soumission au pouvoir, leur volonté de « contribuer à donner à cette entreprise importante, dans l’état actuel des choses, la perfection dont elle est susceptible », et de limiter la discussion à ce seul objectif. Mais ils entendent pouvoir continuer à critiquer l’ouvrage dans les limites désormais fixées et à soutenir qu’ils avaient raison et qu’on aurait pu mieux faire, dans l’absolu.14 Leur rapport conjugue donc trois types de position. Tout d’abord, étant donné les ordres du pouvoir, on peut accepter globalement les grandes lignes du projet. Mais la navigation, désormais ordonnée, sera toujours impossible si l’on suit ce projet. Les commissaires reprennent presque toutes les conclusions de la commission des jauges – seules les formules hydrauliques sont abandonnées au profit d’expériences.15 Ils proposent, puisque les jauges sont contestées, d’en faire de nouvelles, mais ne laissent guère de doute sur la quantité qu’il faut espérer. Ils suggèrent donc de corriger le projet Girard en introduisant des écluses.16 Enfin, les commissaires répètent toute une série de reproches sur le motif on aurait pu mieux faire, mais il est trop tard.

  • 17 État des services de Pierre-Simon Girard, Archives de l’Académie des Sciences, Dossier biographique (...)
  • 18 ibid. Le 2 janvier 1810, Girard n’ayant pas été convoqué à un conseil d’administration où le canal (...)

10Si le projet est globalement accepté, les critiques vont se poursuivre au conseil des Ponts et Chaussées. Ces résistances ne sont sans doute pas indifférentes au fait que l’espace de décision va à nouveau changer : à partir de 1807, les choix de construction à faire pour le réseau des canaux de Paris (Ourcq, Saint-Denis, Saint-Martin, et auxiliairement Soissons) seront discutés dans le cadre de conseils d’administration spécifiques, que l’empereur organise désormais pour décider lui-même directement de diverses questions de Travaux Publics. Selon Girard, cette nouvelle procédure aurait été choisie par Napoléon pour remédier au « peu d’empressement » du conseil des Ponts et Chaussées à « accueillir des propositions tendant à accélérer l’achèvement » du canal.17 Girard semble avoir tenu dans ces conseils une position dominante : ses propositions sont généralement acceptées et l’empereur fait de lui son interlocuteur direct sur les questions touchant au canal de l’Ourcq, refusant même d’en discuter en son absence.18 Girard devient donc un ingénieur tout à fait à part, traitant directement avec l’empereur et protégé par lui.

  • 19 On retravaille en particulier la pente. C’est la compagnie Vassal et Saint-Didier qui prend en char (...)

11Mais ce statut exceptionnel ne dure que le temps de l’Empire. À la Restauration, la direction du canal est confiée à un inspecteur divisionnaire et une grande commission est nommée pour examiner le projet, les travaux et ce qu’il convient d’en faire. La construction en sera finalement poursuivie, avec très peu de modifications, mais confiée à une compagnie privée.19

  • 20 Le canal d’Ourcq faisait partie, jusqu’en 1791, de l’apanage de la famille d’Orléans. À la Restaura (...)
  • 21 Isabelle Backouche, La trace du fleuve – La Seine et Paris (1750-1850), Paris, Éditions de l’École (...)
  • 22 Y. Lefresne, « Le réseau fluvial de la ville de Paris », in Le patrimoine maritime et fluvial, Pari (...)

12Le canal de l’Ourcq, achevé en 1822, sera exploité à partir de 1824.20 La circulation sur l’ensemble des canaux de Paris (Ourcq, Saint-Denis et Saint-Martin) ne va cesser de grandir au xixe siècle, pour dépasser celle de la Seine dans la seconde moitié du siècle.21 La navigation sur le canal de l’Ourcq étant handicapée une partie de l’année par le manque d’eau, plusieurs campagnes de travaux tenteront au xixe siècle de l’améliorer : de 1839 à 1841, la compagnie concessionnaire réduira la pente dans le tiers central et introduira des écluses ; sous le second Empire, Napoléon III et son préfet Haussmann autoriseront la ville de Paris à puiser dans la Marne, et à construire des usines élévatrices à Trilbardou et à Villers-lès-Rigault pour augmenter les eaux de l’Ourcq.22

  • 23 Le principe de la distribution est d’ailleurs revu sous la Restauration, puisqu’on ne privilégie pl (...)
  • 24 Backouche, op. cit., p. 351.
  • 25 Philippe Cebron de l’Isle, L’eau à Paris au xixe siècle, Paris, Association générale des hygiéniste (...)

13Les eaux de la Beuvronne, premières arrivées en 1808 au bassin de la Villette, alimentent à partir du 15 août 1809 la fontaine des Innocents, dans le quartier des Halles. Plusieurs autres fontaines seront construites ou alimentées sous l’Empire, mais l’essentiel de la distribution des eaux de l’Ourcq dans Paris ne sera réalisé que sous la Restauration.23 Dès lors, les eaux de l’Ourcq vont détrôner celles de la Seine : dès 1823, l’Ourcq fournit près du double de la consommation en eaux de la Seine, suprématie qui se renforce jusque dans les années 1860, où les grandes entreprises d’adduction d’eau du second Empire vont reléguer l’Ourcq au second rang.24 Ce succès n’empêchera pas le canal et son eau d’être régulièrement mis en cause dans des épidémies et particulièrement pendant le choléra de 1832.25

Notes

1 Rapport de Champagny à l’empereur, sur les dimensions et les directions à donner au canal de l’Ourcq, 24 pluviôse an 13, AN F14 – 7012.

2 Girard, Mémoires sur le canal de l’Ourcq, Paris, Carilian-Gœury, 1831, p. 56.

3 Lettre de Girard à l’empereur, du 28 pluviôse an 13, AN F14 – 685.

4 Girard, op. cit., p. 55. Le préfet aurait jugé qu’il y avait « déni de justice » et que l’empereur y serait sensible.

5 Girard, op. cit., pp. 56-57.

6 L’empereur n’exclut pas « si l’expérience en démontrait la nécessité », c’est-à-dire si les eaux se révélaient impropres à la consommation, de revêtir ultérieurement le canal.

7 Girard, op. cit., p. 57.

8 Rapport de Cadet Chambine au ministre de l’intérieur, suite à la décision de l’empereur que le canal serait de petite navigation, Menpc 1863.

9 Le canal devient ainsi une alternance de parties larges et étroites, séparées par des gares-ports, environ une vingtaine sur l’ensemble du trajet. Lamandé, Ferregeau et Bruyère, Rapport sur le canal de l’Ourcq, 1er novembre 1806, AN F14 – 7013.

10 Le canal étant à présent en deux parties : l’une entre Paris et Lisy conserve les dimensions et les paramètres du premier projet, l’autre de Lisy à Mareuil est construite avec une pente moindre, et une navigation plus large, les deux parties étant séparées par un bassin qui est raccordé à la Marne.

11 Rapport de Lefebvre, 15 juillet 1806, cité in Lamandé, Ferregeau et Bruyère,ibid.

12 Cette commission comprend initialement Lamandé, Ferregeau et Prony, mais ce dernier étant envoyé en Italie est remplacé par Bruyère. Lamandé, Ferregeau et Bruyère, ibid.

13 Lamandé, Ferregeau et Bruyère, ibid. Nous soulignons.

14 Lamandé, Ferregeau et Bruyère, ibid.

15 Les commissaires déclarent, en effet, que « les formules employées jusqu’à ce jour pour déterminer la relation qui existe entre la pente, la section transversale et la vitesse d’un courant reposent sur des expériences encore trop peu nombreuses pour être entièrement concluantes », ils proposent par conséquent d’en faire de nouvelles. On peut noter que ce revirement coïncide avec le départ de Prony. Lamandé, Ferregeau et Bruyère, ibid.

16 Ces barrages ne seraient utilisés que dans les périodes où le canal manquerait d’eau.

17 État des services de Pierre-Simon Girard, Archives de l’Académie des Sciences, Dossier biographique Pierre-Simon Girard.

18 ibid. Le 2 janvier 1810, Girard n’ayant pas été convoqué à un conseil d’administration où le canal devait être discuté, l’empereur remet la discussion sur cet objet, et demande qu’on convoque Girard.

19 On retravaille en particulier la pente. C’est la compagnie Vassal et Saint-Didier qui prend en charge la construction. Laure Beaumont-Maillet, L’eau à Paris, Paris, Hazan, 1991, p. 149.

20 Le canal d’Ourcq faisait partie, jusqu’en 1791, de l’apanage de la famille d’Orléans. À la Restauration cette dernière va engager un procès pour récupérer le nouveau canal de l’Ourcq, d’où le retard pour le début d’exploitation. Le procès sera perdu, mais la famille d’Orléans obtiendra des compensations. Beaumont-Maillet, op. cit., p. 150.

21 Isabelle Backouche, La trace du fleuve – La Seine et Paris (1750-1850), Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2000, pp. 348-349.

22 Y. Lefresne, « Le réseau fluvial de la ville de Paris », in Le patrimoine maritime et fluvial, Paris, Caisse nationale des Monuments historiques et des Sites, Association pour la mise en valeur du Patrimoine, 1993, p. 49.

23 Le principe de la distribution est d’ailleurs revu sous la Restauration, puisqu’on ne privilégie plus les seules fontaines, mais qu’on aménage des arrivées dans les immeubles pour des abonnés.

24 Backouche, op. cit., p. 351.

25 Philippe Cebron de l’Isle, L’eau à Paris au xixe siècle, Paris, Association générale des hygiénistes et techniciens municipaux, 1991.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search