Version classiqueVersion mobile

Paris a besoin d’eau

 | 
Frédéric Graber

Chapitre VIII. Une affaire de réplique. Les espaces et les réponses

Texte intégral

1Il y a une affaire de l’Ourcq parce que la discussion ne s’arrête plus, parce que les ingénieurs ne parviennent plus à s’entendre et à décider. La multiplication des prises de position, des attaques et des défenses, pourraient être interprétée de plusieurs manières. On pourrait en déduire que l’assemblée, malgré le caractère ordinairement limité des discussions autour des projets, est un espace où prime l’argumentation, où les ingénieurs peuvent facilement intervenir, se défendre ou critiquer, sans autre contrainte que de devoir convaincre. On pourrait au contraire considérer que cette prolongation des débats ne tient qu’à un rapport de force. Girard serait dans une position qui lui permettrait de se moquer de tout, de poursuivre indéfiniment des discussions qui ne sont pas décisives : les arguments échangés ne seraient alors que des façades cachant plus ou moins bien des jeux de pouvoir.

  • 1 Le meilleur signe en est que lorsque Napoléon se décidera à intervenir, les ingénieurs se soumettro (...)

2Ces deux interprétations sont toutes deux irréalistes et caricaturales. L’assemblée n’est manifestement pas un espace où l’argumentation jouerait de manière autonome : la justification y est au contraire difficile, voire même impossible, puisque tout est fait pour écarter l’ingénieur en charge d’un projet (qui d’ordinaire n’assiste pas même aux débats) et pour décider sans lui. La possibilité pour un ingénieur de venir se justifier n’est donc pas évidente. D’un autre côté, il ne faut pas surestimer la position de force de Girard. S’il a bénéficié d’une faveur du consul, s’il a parié sur ce lien pour essayer de passer en force au début de l’affaire, cet appui semble en réalité fragile et lointain. À partir du moment où Girard accepte de transmettre sa documentation et d’être examiné par l’assemblée, il se retrouve dans une position de relative faiblesse : ses collègues n’ont aucune raison d’épargner un projet et des comportements qu’ils trouvent inacceptables, puisqu’ils ne sont manifestement soumis à aucune menace directe.1

  • 2 Les sources ne nous permettent d’acquérir qu’une connaissance relativement limitée de ces contraint (...)

3Dans ce contexte, comment l’affaire en vient-elle à durer ? Qu’est-ce qui permet ou contraint l’argumentation ? Il s’agit de reprendre l’affaire de l’Ourcq à un niveau plus global, pour saisir sa dynamique générale, pour comprendre pourquoi les ingénieurs n’arrivent pas à faire taire Girard et comment celui-ci parvient toujours à nouveau à imposer une réplique. Pour suivre la dynamique de l’affaire, nous allons ici explorer les différents espaces qu’elle vient à occuper (assemblée, imprimés, avis de 1804, commission des jauges), qui sont autant de tentatives pour clore la discussion et autant de configurations différentes de contraintes et de rapports de force qui transforment la discussion.2

1. La justification difficile

4Dans la position de relative faiblesse qui est la sienne, Girard arrive à se maintenir, à poursuivre sa justification, sans être écarté de manière autoritaire par une assemblée qui d’ordinaire fait tout pour limiter la discussion. Pour comprendre ce phénomène, nous allons ici reprendre les grandes lignes du déroulement de l’affaire à l’assemblée : on pourra ainsi identifier les résistances que Girard doit vaincre et les soutiens grâce auxquels il parvient à poser des arguments qui ne peuvent être simplement ignorés, et finalement à imposer une véritable joute argumentative.

Le conseiller lance l’affaire

  • 3 Séance du 8 nivôse an 11, AN F14* – 10911.

5Le 29 décembre 1802, les commissaires présentent leur premier rapport à l’assemblée. Ils lancent à cette occasion plusieurs critiques contre le projet Girard, dont la plus détaillée est leur calcul comparatif des terrassements dans la butte de la Folie. Girard répond oralement à ces reproches et en particulier déclare le résultat du calcul exagéré. Après cette réponse de Girard, on devrait s’attendre à ce que l’assemblée se prononce, comme à son habitude, en suivant la commission et en demandant à l’ingénieur la rectification du tracé.3

6Deux personnes vont intervenir et s’opposer à ce que l’assemblée décide immédiatement. Tout d’abord Prony, dont l’intervention n’est pas décisive, mais néanmoins remarquable. Il est difficile (faute d’archives) de préciser la nature exacte des liens entre Prony et Girard, mais depuis l’affaire de Saint-Quentin, dans laquelle ils se sont retrouvés avec Gauthey dans le camp des minoritaires, ces deux ingénieurs entretiennent une relation manifestement amicale. Prony conservera à l’égard de Girard une attitude respectueuse, et restera toujours modéré dans ses critiques, jusqu’à son implication dans la commission des jauges, qui marque aussi un tournant dans leurs relations. Ce n’est évidemment pas au nom de l’amitié que Prony prend la parole, mais son intervention vise clairement à empêcher l’assemblée de trancher sur le coup. Il demande, en effet, à pouvoir « conférer » avec Girard sur les critiques qui lui ont été faites. En tant que membre de la commission, son intervention n’est pas sans importance, puisqu’elle insinue que les commissaires pourraient n’avoir pas bien compris les raisons d’agir de Girard : l’affaire pourrait être plus incertaine que le rapport ne le laissait entendre. Par ailleurs, Prony laisse miroiter à l’assemblée la possibilité d’aboutir par son entremise à un tracé acceptable par tous. Il propose donc une issue pacifique et calme à une situation de désaccord profond.

7Mais sans laisser l’occasion aux ingénieurs d’examiner cette demande, le conseiller d’État prend la parole et donne à la situation une toute autre orientation. Le conseiller intervient d’ordinaire assez peu dans les discussions des ingénieurs et ses motivations pour éviter le rejet immédiat du projet Girard doivent donc être sérieuses. Il craint sans doute qu’en reconsidérant le tracé, on crée des complications pour les travaux en cours, dont il doit (comme le préfet) rendre compte à Bonaparte toutes les deux semaines. S’il n’est pas impossible qu’il soutienne Girard pour ses liens avec le consul, cette hypothèse semble cependant assez faible, parce qu’il n’hésitera pas par la suite à ignorer Girard et à se prononcer contre lui. Quoi qu’il en soit, son geste montre qu’il croit encore que les ingénieurs peuvent arriver à s’entendre en discutant et même que Girard peut convaincre ses collègues.

8Le conseiller déclare à l’assemblée qu’elle n’est pas en mesure de décider et cela pour deux raisons. La première est que les commissaires n’ont « déduit aucune conclusion de leur rapport » et qu’il n’y aurait donc pas de mesures à adopter. Les conclusions sont en fait implicites et ne semblent d’ailleurs pas plus détaillées dans d’autres rapports : il suffirait de renvoyer le projet à Girard afin qu’il réponde aux critiques des commissaires. Le conseiller s’appuie sur une sorte de vice de forme pour empêcher la décision. Les commissaires vont donc être amenés dès la séance suivante à expliciter leurs conclusions et c’est précisément un des gestes qui fera dégénérer l’affaire : au lieu de demander à l’ingénieur de revenir sur son tracé, ils demanderont à l’assemblée de déclarer que Girard ne s’est conformé ni aux règles ni aux formes.

9Le conseiller invoque aussi un autre motif pour suspendre la décision : les calculs des commissaires « ne peuvent être détruits par quelques observations verbales. » Il relève la nature de l’épreuve engagée par les commissaires, le calcul, et souligne que les moyens purement discursifs ne peuvent ici suffire : il ne serait pas juste que Girard ne puisse pas répondre dans l’ordre du calcul. Le conseiller annonce qu’il faudra au contraire donner à celui-ci le temps et les moyens d’une réponse de même nature que l’accusation des commissaires : il demande donc à ce que leur rapport soit transmis à Girard pour qu’il puisse y répondre par écrit. En autorisant une telle réponse écrite, le conseiller introduit une nouvelle procédure : toute critique faite par le calcul doit laisser place à une réponse par le calcul. Il ouvre ainsi la voie à un enchaînement de répliques où chacun produit un nouveau calcul pour répondre et disqualifier le précédent, sans que ce cycle puisse être interrompu par un acte d’autorité, comme l’aurait été une décision de l’assemblée prise sur la seule considération du rapport des commissaires. Il faut désormais vider la querelle par le calcul.

  • 4 C’est bien le désespoir de Gauthey, pour lequel en gagnant du temps, Girard « consolide son système (...)

10Cette remarque du conseiller à propos des calculs est révélatrice plus généralement du caractère inégalitaire de l’argumentation, dans laquelle les participants disposent de moyens plus ou moins étendus. Il y a une différence de qualité spectaculaire, que l’on retrouve tout au long des affaires, entre les répliques orales et immédiates à l’assemblée et les répliques réfléchies, produites à l’écrit, quelques temps plus tard. Le temps est un facteur essentiel de l’argumentation : la capacité à répondre, à tirer le meilleur parti des moyens dont on dispose, peut s’améliorer avec le temps4, temps de réflexion pour trouver de nouveaux arguments et parfaire les anciens, mais aussi temps de la préparation et de la mobilisation de nouveaux moyens matériels, de nouveaux faits. Lorsque les commissaires présentent la première fois des calculs de terrasses, Girard repère à l’oral la différence d’inclinaison des talus entre son projet et celui qu’on lui oppose. Cette différence de configuration se révèlera n’introduire qu’une très faible correction, mais Girard peut avec le temps faire des mesures et montrer que les données des commissaires sont inexactes, critique beaucoup plus forte. Il y a donc une première inégalité qui tient à l’organisation même des discussions : l’adversaire a-t-il les moyens temporels et matériels pour construire une réplique comparable à la critique, en nature et en force ?

  • 5 Ces remarques sur le caractère inégalitaire de l’argumentation doivent nuancer des conceptions comm (...)

11Mais il y a une autre inégalité qui apparaît dans ce même exemple. Girard a la vivacité d’esprit pour repérer sur le coup la différence d’inclinaison des talus et en tirer parti : si cet argument se révélera faible, il ne lui permet pas moins de différer sa réponse et finalement d’amener un argument plus fort. Indépendamment des moyens matériels et temporels dont on dispose, les capacités argumentatives ne sont pas les mêmes pour tous. Tous les ingénieurs n’ont manifestement pas la même répartie. Les interventions à l’assemblée sont de véritables performances publiques, qui supposent un investissement psychique particulier, une prise de risque : on peut toujours se ridiculiser ou se révéler incapable de trouver un bon argument. Certains ingénieurs sont plus à l’aise, osent plus facilement intervenir à l’oral, craignent moins d’affronter les autres. On peut remarquer à cet égard que les affaires sont des moments de prises de parole intenses, comme si lorsque les intervenants se multipliaient, il devenait plus facile de se lancer, de s’impliquer. Quelqu’un comme Bruyère ne prend la parole que très progressivement : il est d’abord introduit par le secrétaire de l’assemblée, Becquey, qui lui fait lire son deuxième rapport en séance ; après quelques réponses discrètes aux questions des ingénieurs, Bruyère prend de l’assurance et devient au fur et à mesure des séances un des plus virulents opposants de Girard.5

12Que ce soit pour sauver les travaux, ou pour quelque autre motif, le conseiller intervient donc en faveur de Girard et rend possible sa justification. Sans cette intervention, l’affaire se serait peut-être terminée là. Dans ce cas, Girard aurait été amené à modifier son projet conformément aux critiques des commissaires, c’est-à-dire à mettre son canal aux dimensions de la grande navigation souhaitée par Gauthey et à suivre le tracé proposé par celui-ci. On aurait ainsi peut-être évité divers aspects de la discussion qui n’apparaissent que dans les séances suivantes : la navigation prônée par Gauthey n’aurait peut-être pas réuni suffisamment d’opposition pour devenir un sujet de désaccord ; Bruyère n’aurait pas été mobilisé pour justifier et progressivement convaincre chacun de l’impossibilité de cette navigation. Ce n’est qu’en arrivant à un certain point du débat, qu’émergent les personnes qui sont capables de rendre la navigation réellement problématique pour tous. En ne contenant pas le débat dès le départ, on laisse apparaître une multitude de critiques et de personnes capables de les soutenir, qui rendent difficile une décision par des procédures ordinaires. De ce point de vue, on peut considérer que le conseiller, probablement en cherchant à limiter l’affaire, est directement à l’origine de son extension.

Attendre pour répondre

  • 6 Il n’est pas rare de voir les ingénieurs passer outre les interventions du conseiller. Voir par exe (...)

13Toute argumentation est limitée par le temps, les ressources et surtout par la possibilité de répondre. D’un espace où les réponses des ingénieurs sont très limitées, l’assemblée va progressivement offrir à Girard de nouvelles possibilités. La première ouverture a été offerte par le conseiller, au nom d’un droit à la réponse. Girard semble avoir intégré ce nouveau droit, puisqu’à la séance suivante, le 12 janvier 1803, il se permet de ne pas apparaître. Cette absence manque de se retourner contre lui, car les commissaires présentent un nouveau rapport qui appelle l’assemblée à se prononcer contre Girard, à déclarer qu’il n’a pas suivi les règles de l’art. Le conseiller, lui aussi absent, ne peut réitérer sa demande, et l’assemblée aurait très bien pu suivre ses commissaires.6 C’est l’ami dans la place, Prony, qui va à nouveau s’opposer à la prise de décision.

  • 7 Séance du 22 nivôse an 11, AN F14* – 10911.

14Se montrant très respectueux du rôle de l’assemblée, qui ne peut « déroger aux principes de l’art », Prony appelle les ingénieurs à « apprécier la grandeur du sacrifice que nécessitent les opérations du C. Girard. »7 Il pose donc une véritable exigence de justice : les défaillances de l’ingénieur, son irrespect des règles, ne peuvent être évaluées qu’après avoir entendu les « motifs » de Girard. Il faut donner à celui-ci la possibilité de se justifier sur tous les points, tracé et indiscipline, pour pouvoir décider s’il s’est bien comporté dans le contexte de la situation, ou s’il peut au moins bénéficier de circonstances atténuantes. Mais c’est surtout « l’absence du C. Girard » qui motive l’intervention de Prony et son appel à ce qu’on « ne le juge pas sans l’entendre. »

15Girard a probablement tout intérêt à ne pas apparaître. S’il était venu, l’assemblée se serait sans doute prononcée contre lui, sans qu’il puisse mener à terme la vérification approfondie des calculs de terrasses. Tant qu’il n’a pas de preuve décisive, c’est-à-dire tant que les nouveaux nivellements dans la butte de la Folie ne sont pas terminés, les calculs faits et les conclusions disponibles, Girard ne peut pas répondre d’une manière convaincante et il ne peut s’attendre qu’à être mis en échec. L’absence de Girard peut s’expliquer ainsi, qu’il a sans doute un peu plus de chance de ne pas être condamné s’il n’apparaît pas du tout, que s’il apparaît sans preuves.

16Pourtant cette absence n’est pas sans risque. Elle peut être interprétée comme une tentative pour gagner du temps, c’est-à-dire surtout pour s’imposer dans le chantier. On peut aussi y voir une incapacité à répondre. La demande de Prony pourrait fort bien tomber à plat : l’assemblée n’a-t-elle pas déjà accordé à Girard, à la séance précédente, l’occasion de se justifier ? À quoi bon attendre puisqu’on voit que l’ingénieur ne se donne aucun mal pour répondre aux accusations qui sont portées contre lui ? Pour soutenir Girard, Prony ne peut donc se contenter de réaffirmer un droit de réponse dont Girard ne semble pas pressé de faire usage. Il retourne donc le droit de réponse, créé à la séance précédente, en devoir d’entendre. Mais cette requalification n’écarte pas le soupçon que Girard pourrait être en train de faire traîner la discussion pour se soustraire au jugement de l’assemblée. Prony suggère donc une mesure supplémentaire, qui peut rendre sa demande acceptable : fixer à Girard un délai, passé lequel l’assemblée se prononcera sans l’entendre sur ses opérations et ses travaux. Pour que la réponse reste maîtrisable et ne dérive pas, il faut en limiter l’extension, la possibilité. Aucun accord n’est possible sans la fixation de ce genre de frontières qui permettent d’écarter définitivement ceux qui n’acceptent pas de se plier à certaines règles.

17L’assemblée finit par adopter cette idée, en fixant le délai à 12 jours, non sans oppositions. Gauthey estime ainsi qu’un tel délai est inutile : Girard a eu connaissance du rapport des commissaires depuis 10 jours, ce qui lui laissait amplement le temps de répondre. En interprétant le temps passé comme un délai raisonnable, Gauthey conclut qu’en ne venant pas à la séance Girard a montré qu’il n’avait rien à répondre. D’ailleurs « il ne faut pas aussi longtemps pour vérifier les calculs que contient [le rapport]. » Les limites du droit à la réponse, le délai, sont évidemment à fixer en fonction de la manière dont on conçoit l’objet en discussion : puisque, pour Gauthey, les données de nivellement sont certaines et n’ont pas besoin d’être vérifiées, la réponse de Girard ne peut concerner qu’une erreur de calcul. Ainsi définie l’épreuve est simple et Girard aurait établi une telle erreur en peu de jours si elle avait existé. L’accusation des commissaires est d’ailleurs soutenue par l’évidence visuelle de la tranchée que Girard est en train de creuser dans la butte de la Folie. Qu’attend-on pour enfin décider de condamner le projet et l’ingénieur ?

18Mais Girard n’a pas tout à fait abandonné l’arène. S’il ne vient pas à l’assemblée, il lui faut savoir précisément ce qui s’y passe, pour pouvoir répondre avec précision. Girard a donc envoyé un ingénieur qui travaille sous ses ordres, Dutens, qui se révèle un avocat admirable. Lorsque Gauthey réduit le temps nécessaire à celui du calcul, Dutens prend la parole et après avoir minimisé l’importance des tranchées, annonce qu’on est en train de niveler la « ligne indiquée par la commission » et qu’il « y a lieu de croire » que les terrassements seront « aussi considérables » selon cette ligne que selon celle de Girard. Dutens justifie donc et l’absence de Girard et la pertinence du délai en soulignant que les vérifications portent sur les nivellements et non sur le calcul. Tout porte à croire qu’il était même explicitement envoyé à cet effet.

  • 8 Voir Lettre de Girard à Becquey, secrétaire de l’assemblée, le 21 nivôse an 11, AN F14 – 685. Un ex (...)
  • 9 Cette importance de l’inscription dans les débats entre ingénieurs, explique aussi l’existence de m (...)

19L’émissaire n’est d’ailleurs pas le seul moyen que Girard utilise pour s’informer des séances auxquelles il n’assiste pas : il envoie aussi de temps à autre un copiste chez le secrétaire de l’assemblée pour recopier les registres.8 Les procès-verbaux sont en effet les seules pièces qui aient valeur de fait, et les ingénieurs insistent pour qu’y figurent les remarques qui leur semblent importantes. Même quand il envoie quelqu’un assister à la séance, même quand il y assiste lui-même, Girard fait systématiquement copier les registres, qui lui fournissent la base sur laquelle il est tenu de répondre.9

  • 10 Séance du 4 ventôse an 11, AN F14* – 10911.
  • 11 Séance du 5 ventôse an 11, AN F14* – 10911.

20L’affaire aurait donc pu s’arrêter à la deuxième séance, comme à la première, par une décision autoritaire de l’assemblée. Il aura fallu deux engagements pour que l’absence de Girard ne lui soit pas fatale : celle de Dutens et surtout celle de Prony. Les interventions de ce dernier vont d’ailleurs se poursuivre. À deux reprises, Prony se désolidarise des rapports de Gauthey, lorsque ce dernier cherche à obtenir une condamnation de Girard. Le 23 février 1803, il déclare après la lecture par Gauthey d’un rapport de la commission, qu’il ne s’agit que de « simples notes [qui] ne sont pas même entièrement avouées par lui, et qu’il ne les a pas signées. »10 Il évite ainsi que l’assemblée adopte la conclusion du rapport, portant que Girard n’a pas respecté les règles de l’art. Le même événement se reproduit le lendemain : après lecture de ce qui est cette fois un « rapport signé par tous les commissaires », Prony se déclare opposé à la dernière conclusion (sur l’irrespect des règles de l’art) et signale « qu’il n’a point été d’avis d’insérer cette troisième conclusion et qu’il ne l’a point signée. »11Il évite ainsi à nouveau à Girard une condamnation officielle, puisque l’assemblée ne suivra pas la commission désunie sur ce point. L’extension que prend l’affaire n’est possible que parce que Girard dispose d’un tel soutien.

L’accusé devient l’accusateur

  • 12 Le retard de quelques jours par rapport au délai fixé n’est pas le fait de Girard : c’est le consei (...)
  • 13 Séance du 6 pluviôse an 11, AN F14* – 10911.

21Girard vient finalement présenter sa réponse le 26 janvier 1803.12 Il apporte en particulier la preuve que les calculs des commissaires reposaient sur de mauvaises données. Après avoir repoussé quelques autres critiques, Girard demande à l’assemblée qu’elle reconnaisse l’erreur des commissaires et qu’elle approuve le tracé de la partie du canal en examen. Girard conçoit donc sa réponse comme une double clôture des discussions : approuver son projet et proclamer l’erreur des commissaires est une seule et même chose. Une telle conclusion de l’affaire n’est plus guère possible, parce que les critiques se sont diversifiées : la remise en question de la navigation en particulier a fait son apparition par l’entremise de Bruyère. Une relance de la critique paraît donc plus probable qu’une approbation du projet. L’assemblée n’accède à aucune des demandes de Girard et accorde en revanche un droit de réponse à la commission, son rapporteur Gauthey ne laissant d’ailleurs aucun doute sur le fait qu’il saura « répondre aux différentes objections. »13 Cette réponse est présentée à la séance suivante, le 23 février, et explicitement qualifiée par le secrétaire de « réplique » au mémoire de Girard. Les commissaires y relèvent leur situation de faiblesse, le manque de données (manque imputé à Girard qui aurait refusé de les leur communiquer), pour limiter le sens de leur échec dans la butte de la Folie : il s’agit d’un échec contingent qui ne remet pas en cause le principe de la critique, lequel s’appliquera d’une manière encore plus visuelle et plus décisive dans les bois de Saint-Denis. Les commissaires reprennent donc la plupart de leurs critiques et relancent l’épreuve des déblais dans une autre partie.

22Jusqu’ici l’affaire de l’Ourcq était une pure affaire d’accusation : Girard se défendait des accusations portées contre lui. Mais sa victoire dans la butte de la Folie et surtout le choix des commissaires de ne pas abandonner l’épreuve des déblais après leur échec, va donner à Girard la possibilité de lancer l’affaire dans une direction tout à fait nouvelle, de retourner l’accusation contre les commissaires :

  • 14 Séance du 6 pluviôse an 11, AN F14* – 10911.

L’ingénieur Girard a dit que l’assemblée perd son temps à entendre de nouvelles discussions qui seraient fort longues et qui n’amèneraient à aucune conclusion. Il a demandé qu’on mit fin à cette lutte, et que l’assemblée ordonnât l’impression du mémoire de la commission et des siens.14

23Girard requalifie l’affaire : il ne s’agit plus d’un examen de projet, d’une saine discussion pour l’adopter ou l’arranger, il s’agit d’une « lutte. » Il insinue ainsi que les commissaires ont perverti le débat en refusant de se rendre à un argument pourtant très fort. La relance de la critique sur le thème des déblais est le signe qu’ils ne reconnaîtront jamais la valeur des arguments de Girard. Dans ces conditions, la discussion est devenue inutile, non pas au sens de Gauthey pour lequel les défauts du tracé de Girard sont si évidents que l’on peut se passer de preuves, mais parce qu’on ne parviendra pas à conclure. Girard sous-entend ainsi, non seulement que les commissaires ne cèderont jamais, mais aussi qu’il sera en mesure de repousser toute nouvelle critique de leur part : il annonce qu’il ne se laissera pas faire et que, si l’assemblée ne met pas un terme à la relance de ses commissaires, l’examen engagé deviendra nécessairement très long. Girard se montre ainsi pressé de conclure, repoussant implicitement sur ses juges le reproche de perdre du temps, d’éloigner la décision.

  • 15 C’est cette explication de l’affaire que Girard développera dans ses Mémoires sur le canal de l’Our (...)

24La « lutte » ne fait pas seulement référence à une discussion pervertie, elle signale aussi un virage vers la personnalisation, qui se confirmera dans les séances suivantes : les ingénieurs ne seraient plus en train d’examiner un projet mais de chercher à éliminer Girard. En poursuivant la critique malgré leur échec, les commissaires montrent qu’ils ne jugent pas le tracé mais la personne. Avec cette insinuation, Girard lance une nouvelle dimension de l’affaire : il n’est plus seulement accusé, il devient aussi accusateur, dénonçant un déni de justice, un jugement partial. À partir de ce moment, on a une symétrisation de l’affaire : les dénonciations se croisent, une certaine confusion s’installe et on ne sait bientôt plus qui est la victime et qui le persécuteur. Si Girard était assez clairement à l’origine des désordres (que ce soit de son propre chef ou pour répondre à des ordres), il devient une victime à partir du moment où il sait se saisir de cette qualité, et rend ainsi la situation très confuse : il lui devient possible de faire une lecture rétrospective de l’affaire, où l’opposition à sa personne existait dès l’origine.15

  • 16 Dans l’affaire de Saint-Quentin on a vainement essayé de contenir l’expansion de la discussion par (...)

25Mais Girard ne fait qu’annoncer les désordres à venir, pour mieux faire sentir qu’ils peuvent être évités en prenant une décision. Le moyen proposé est classique : il s’agit d’imprimer les mémoires contradictoires à l’intention de l’assemblée. Le but de telles impressions est de limiter les possibilités de réponses et de critiques : dans les cas polémiques, on cherche ainsi à recentrer la discussion sur les deux ou trois textes qui sont à l’origine du désaccord (en général un rapport et un contre-rapport), et sur lesquels les ingénieurs doivent se prononcer à l’exclusion de toute autre question.16 En limitant l’impression au premier rapport des commissaires, Girard cherche à redonner toute son importance à la première épreuve des déblais : si l’on s’en tient à ce rapport et à la réponse de Girard, les commissaires apparaîtront fautifs, ayant critiqué à tort et sans preuves sérieuses. Tant que Girard était seulement accusé, il ne cherchait qu’un droit de réponse. À présent qu’il s’est fait accusateur, il exige qu’on empêche la réponse de ses adversaires et qu’on mette un terme aux débats. Il reprend ainsi la manière de faire des commissaires, qui posent leurs accusations comme assez puissantes pour ne pas pouvoir être repoussées : chaque accusation se veut donc définitive et élimine d’avance la réponse de l’accusé comme un dysfonctionnement, comme inutile.

On n’a jamais acquis le droit de répondre

26L’assemblée ne reprend ni ne discute la proposition de Girard. Elle considère qu’il doit répondre aux nouvelles critiques de la commission, dont la réplique ne peut être simplement évacuée comme nuisant à l’obtention d’une décision rapide. Le lendemain, 24 février 1803, elle le met donc en demeure de répondre.

  • 17 Séance du 5 ventôse an 11, AN F14* – 10911. Le projet présenté par Girard en novembre 1802 ne va qu (...)
  • 18 Les commissaires ont eu connaissance du tracé dans les bois de Saint-Denis, bien que Girard n’ait j (...)

27Girard est manifestement fragilisé et cherche dans un premier temps à éviter de répondre : il déclare, en effet, que la critique des commissaires est irrecevable parce qu’elle concerne un point du tracé extérieur au projet partiel, tel que défini par le conseiller d’État. Il reproche aux commissaires de « donner plus d’extension au projet qu’il n’en donne lui-même » et exige de n’être jugé que sur les parties soumises au jugement.17 Girard invoque donc les limites de l’examen, qui pour être juste, suppose de laisser d’abord l’ingénieur proposer son projet.18 L’argument ne manquait sans doute pas de force en lui-même, mais Girard le prolonge outre mesure et commet un impair. Il déclare, en effet, que la partie incriminée est encore à l’étude et doit être « considér[ée] comme un essai. » Girard a peut-être raison sur le principe, mais il s’emmêle dans la qualification des bois de Saint-Denis, car les ingénieurs se dressent en nombre pour protester contre le terme d’« essai. » Gauthey remarque ainsi que les bois sont coupés dans cette partie sur une largeur de 100 m, ce qui signale un tracé définitif, et que d’ailleurs on y trouve des ouvriers à l’œuvre : il ne peut donc être question d’un tracé « provisoire. » D’autres membres s’empressent de confirmer ces faits en eux-mêmes scandaleux et concluent que sur cette partie, on ne peut « avoir aucun doute sur [les] véritables intentions » de Girard.

28Girard échoue dans sa tentative d’éviter l’épreuve, parce qu’il ne peut soutenir sa qualification maladroite de la tranchée des bois de Saint-Denis. Ce deuxième échec le ramène donc à sa situation initiale, très inconfortable : accusé par la commission, on lui donne la possibilité de répondre sur le coup, à l’oral, mais non pas à l’écrit avec le temps nécessaire pour réunir des preuves plus solides. Il est évident que Girard n’a pas acquis un droit de réponse systématique et qu’on cherche à limiter ses possibilités de justification. Il ne peut remporter la nouvelle épreuve qu’en établissant de nouvelles erreurs : jouant sur les premières exagérations des commissaires, il cherche donc à rendre vraisemblables de nouveaux fourvoiements et nie « la vérité du profil » qu’on lui oppose. Mais pour le vérifier, il faut en avoir connaissance. Or, on ne se montre pas pressé cette fois de le lui communiquer, et ni le conseiller (absent), ni Prony n’interviennent pour exiger, qu’au nom d’une certaine justice, Girard puisse répondre avec plus de moyens. On sait à présent ce que l’on risque en donnant à Girard ces moyens temporels et techniques : il pourrait fort bien trouver de nouvelles erreurs, ce qui discréditerait inutilement la commission et rendrait toute critique ultérieure délicate, sans compter que ces nouvelles mesures prendraient du temps, pendant lequel les travaux progresseraient et l’affaire piétinerait. L’assemblée a donc tout intérêt à ne pas donner à Girard les moyens de se justifier : elle se contente de l’affirmation de Bruyère, qui assure l’exactitude des nivellements selon la ligne concurrente, et rejette donc la demande de Girard, qu’on lui montre le tracé des commissaires afin qu’il puisse faire lui-même les vérifications qui s’imposent.

29La possibilité de se justifier n’est donc jamais acquise pour l’ingénieur, malgré les quelques soutiens dont il dispose. Pour finalement arriver à ses fins et imposer le principe de la vérification, Girard devra s’engager lui-même. À la séance suivante, le 2 mars 1803, il réintroduit sa demande. Requalifiant les données de Bruyère comme préparatoires, Girard dramatise le rôle de la vérification et propose une épreuve qu’on ne peut lui refuser sans faire apparaître une injustice. D’une part, Girard renonce à faire la vérification lui-même et demande à l’assemblée qu’elle fasse faire ces mesures. Il les détache ainsi de sa personne, les faisant apparaître non plus comme sa réponse, mais comme une mesure nécessaire à l’instruction de l’assemblée : La vérification est « extrêmement essentielle, puisqu’elle seule peut faire juger avec précision (…) l’importance des erreurs. » En ne vérifiant pas, l’assemblée prendrait une décision en aveugle, renoncerait à l’objectivité, prouverait sa partialité. D’autre part, Girard explicite les conséquences de l’épreuve :

  • 19 Séance du 11 ventôse an 11, AN F14* – 10911.

S’il en résultait une différence aussi énorme que celle annoncée, [je] serai[s] le premier à demander qu’on rectifie [mon] tracé et qu’on recomble les parties exécutées qui ne pourraient se raccorder avec le nouveau projet.19

30En engageant sa personne sur le résultat d’une épreuve confiée entièrement à ses juges, Girard garantit qu’il ne poursuivra pas la lutte et que, s’il se révélait vaincu sur ce point, il céderait. Il écarte ainsi la menace, qu’il avait un temps agitée, d’une affaire qui ne se terminerait jamais, si l’on poursuivait dans la voie des épreuves de terrasses. Ce n’est qu’en réduisant lui-même ses possibilités de relance, de réponse, qu’il peut amener les ingénieurs à accepter l’épreuve comme définitive et décisive.

2. Implication personnelle

  • 20 Séance du 7 floréal an 11, AN F14* – 10911.

31Après avoir occupé une dizaine de séances, réparties sur 6 mois, l’affaire va quitter l’assemblée. Pour comprendre pourquoi elle se développe dans d’autres espaces que celui prévu institutionnellement pour l’examen des projets, il faut détailler la dernière séance à l’assemblée et le nouveau régime d’implication des personnes qui s’y développe et qui rend désormais à peu près impossible toute décision dans ce cadre. Officiellement le conseiller motive la fin des débats à l’assemblée par l’incomplétude du projet : il déclare, le 27 avril 1803, que les discussions sur le canal de l’Ourcq sont « prématurées » et « qu’elles ne seront susceptibles d’être utilement jugées que lorsque l’on procédera à l’examen du plan général. »20 Les ingénieurs seraient tellement divisés, en particulier sur la question de la pente, qu’ils ne seraient plus en mesure de se mettre d’accord sur le tracé. En réalité, dans cette dernière séance, l’affaire a pris un tour nouveau : elle a viré à l’affrontement d’homme à homme, entre Girard et Gauthey.

Catilinaire interrompue

  • 21 Girard mettra en avant cette interprétation dans son Rapport de l’ingénieur en chef du canal de l’O (...)

32À la séance précédente, le 2 mars 1803, Girard avait obtenu qu’on procède à la vérification des calculs de terrasses dans les bois de Saint-Denis, en concédant qu’on conserve à chaque projet son système de pente. Qu’il n’ait pas compris sur le coup le caractère désavantageux de cette mesure ou qu’il ne l’ait accepté que pour lancer la vérification21, toujours est-il que, le 27 avril, Girard entame la séance en cherchant à revenir sur cet accord. En s’appuyant sur l’ambiguïté de la décision de l’assemblée, qui prévoyait que les vérifications seraient faites « sans préjuger sur la détermination des pentes », Girard demande qu’on fasse les calculs avec le même système de pente pour les deux tracés.

33Gauthey intervient alors pour s’indigner du manque de parole de Girard. Après avoir donné tout le poids dramatique possible à ce revirement, Gauthey se lance dans la lecture d’un mémoire, mais il est bientôt interrompu par le conseiller. Le secrétaire de l’assemblée donne une version relativement pacifiée de cet épisode :

  • 22 Séance du 7 floréal an 11, AN F14* – 10911.

Après quelques observations, le conseiller d’État a dit que cette discussion avait pris un tour qui l’éloignait du but.22

  • 23 Guillon, « Un ingénieur orléanais – Lecreulx (1728-1812) » in Mémoires de la société archéologique (...)

34Le même épisode est rapporté d’une manière plus détaillée dans les mémoires de Lecreulx : Gauthey aurait entamé son discours en reprenant la première Catilinaire, « Usquequo abutere patientia nostra, citoyen Girard… » (jusqu’où abuseras-tu de notre patience ?) se posant ainsi en Cicéron et plaçant Girard dans le rôle du traître Catilina fomentant un coup d’État. À ces mots, le conseiller se serait immédiatement levé et aurait défendu à Gauthey de continuer sa lecture en déclarant que l’assemblée n’était pas réunie pour « entendre des libelles scandaleux. »23

35Si l’on en croit cette version, la transcription des séances dans les registres serait relativement adoucie, les traces d’incivilité ou d’agression personnelle effacées. Or, ainsi expurgé, le procès-verbal limite la portée de la réaction de Girard immédiatement après l’interruption de Gauthey par le conseiller :

  • 24 Séance du 7 floréal an 11, AN F14* – 10911.

[Girard] dit qu’il est extrêmement important pour lui que l’assemblée prononce avant tout sur les difficultés qui se sont élevées entre le C. Gauthey et lui pour que l’assemblée sache quel degré de confiance il mérite, et qu’elle prononce sur le reproche qu’on lui a fait, d’avoir voulu se soustraire à l’autorité de l’assemblée. Il dit qu’il ne pense absolument rien offrir sans avoir obtenu préalablement cette satisfaction.24

36Girard relève l’insulte de Gauthey et lui donne tout son sens : elle prouve de manière évidente que l’affaire n’est plus celle du canal de l’Ourcq, mais une affaire personnelle.

  • 25 Dans le cas présent toutefois, Gauthey a déjà créé une certaine confusion, en désignant à plusieurs (...)

37Jusqu’ici Girard dénonçait une personnalisation dans le mode de jugement choisi par les commissaires, qui chercheraient à le priver de son initiative, à le juger à la place de son projet. S’il avait déjà crié à l’injustice et dénoncé des tentatives pour le discréditer, il n’était pas encore allé jusqu’à mettre en cause personnellement Gauthey. Une telle critique était plus difficile, parce qu’en tant que rapporteur de la commission, les interventions de Gauthey étaient, au moins formellement, l’expression de la commission. C’est d’ailleurs un des avantages qu’on recherche en formant une commission : outre qu’en impliquant d’emblée plusieurs inspecteurs on facilite l’obtention d’un consensus, l’apparence d’unité et d’accord produit un effet de dépersonnalisation des prises de parole du rapporteur, qui peuvent moins facilement être suspectées d’être partiales et fondées sur des motifs personnels.25 Girard modifie donc le sens de la personnalisation, qui n’est plus seulement celle de l’ingénieur dont on examine le projet, mais aussi celle de la personne du juge : Gauthey en aurait personnellement contre lui. En donnant toute son importance à cet épisode de l’insulte, Girard peut réinterpréter l’ensemble des échanges précédents comme des tentatives de Gauthey pour le discréditer devant l’assemblée : le rôle disproportionné que Gauthey prend dans la commission, son acharnement contre Girard, malgré ses échecs successifs, ses erreurs manifestes, soutiennent alors cette interprétation.

38Pour le conseiller, celle-ci n’est d’ailleurs pas nouvelle. Dès le 17 janvier 1803, Girard avait demandé au conseiller de venir présider la séance où il présenterait sa première réplique aux rapports de la commission, ce qu’il motivait ainsi :

  • 26 Lettre de Girard au conseiller d’État, le 27 nivôse an 11, AN F14 – 685.

Il est probable que je ne ferai pas revenir son rapporteur sur le parti qu’il a pris, quelques raisons que je fisse valoir (…) Afin de conserver pendant la discussion qui s’ouvrira l’ordre et le calme nécessaires pour des examens impartiaux, je vous prie, citoyen, de bien vouloir la présider vous-même.26

39Devant le conseiller, Girard avait donc déjà développé l’argument de l’implication personnelle, preuve qu’il distingue très finement ses arguments en fonction des publics : l’accusation n’apparaît à l’assemblée que lorsqu’elle est crédibilisée par l’attaque de Gauthey. Avant même d’intervenir à l’assemblée, Girard prévoit la réaction de Gauthey. Il prépare ainsi l’interprétation qu’il faudra donner à la prévisible résistance du rapporteur : celui qui n’entend pas les arguments prouve qu’il a préjugé de l’affaire et qu’il souhaite imposer ses idées au mépris de son adversaire.

  • 27 Séance du 7 floréal an 11, AN F14* – 10911.

40On va voir que le conseiller avait bien d’autres raisons de soupçonner Gauthey d’être responsable de la dégradation de la situation. Mais il ne peut donner satisfaction à Girard sans condamner sévèrement Gauthey, ni défendre Gauthey (qui déclare n’avoir voulu que le bien commun) sans condamner Girard, son projet et les travaux en cours. Il va donc s’employer à calmer le jeu. Il s’oppose mollement aux réclamations de Girard et affirme « ne pas vouloir s’opposer à [sa] justification. » Il reconnaît ainsi que l’affaire a bien pris une tournure personnelle, mais il souhaite minimiser l’importance de l’événement : il rappelle à Girard que « la chose publique ne doit pas souffrir de ces difficultés personnelles » et il lui demande donc de soumettre au plus vite son projet définitif à l’assemblée.27 Pour le conseiller, l’essentiel est d’éviter de nouvelles complications et d’arriver au plus vite à une conclusion. Il cherche donc à revenir à un examen normal et semble désormais convaincu que la principale condition est de disposer du projet complet.

Gauthey comme agitateur

41Une condamnation de Gauthey est tout à fait inconcevable. L’implication personnelle ne saurait donc s’imposer comme version officielle. Pourtant il est vraisemblable qu’une partie au moins de l’assemblée partageait cette interprétation de l’affaire, car ce n’était pas la première fois que Gauthey prenait un rôle exceptionnel dans les débats.

42Lecreulx donne, dans ses mémoires, une vision très personnalisée non seulement de l’affaire de l’Ourcq mais aussi de celle de Saint-Quentin. Gauthey y apparaît comme le principal responsable des désordres à l’assemblée, ne s’embarrassant pas des règles de fonctionnement ou des civilités. Lecreulx note en particulier qu’après le vote de Saint-Quentin :

  • 28 Guillon, op. cit., p. 450.

Gauthey s’exhala vivement en plaintes, puis, ayant demandé communication du procès-verbal de la délibération déjà signée de la majorité, ajouta de sa main avec sa protestation un torrent d’injures contre les membres de la majorité.28

  • 29 Si un ingénieur a le droit de faire figurer son désaccord au procès-verbal, il ne saurait le faire (...)
  • 30 Guillon, op. cit., p. 450.

43Lecreulx est indigné que Gauthey se permette de fragiliser le résultat du vote et qu’il ose ajouter quelque chose de sa main au procès-verbal.29 Ce geste a d’ailleurs choqué plus d’un ingénieur et Lecreulx rapporte que des membres de l’assemblée sont ensuite allés se plaindre au conseiller d’État « des sottises indécentes que M. Gauthey s’était permis d’écrire au bas de la délibération. »30

  • 31 Dans ses Mémoires, Girard développera une image de Gauthey assez similaire : ses succès, sa grande (...)

44Lecreulx dresse un portrait assez sombre de Gauthey : irascible et colérique, il s’emporte dès qu’on prétend lui résister. Ceux qui contestent ses calculs dans l’affaire de Saint-Quentin provoquent de véritables fureurs. Mais surtout, dit Lecreulx, Gauthey chercher toujours à détruire l’opposition en discréditant ses adversaires : il anéantit ceux qui lui résistent. Gauthey inspire donc plutôt la crainte que l’amitié et les ingénieurs cherchent à éviter la confrontation avec lui, synonyme d’une réelle mise en danger. L’affaire de l’Ourcq confirme, pour Lecreulx, cette tendance de Gauthey à dominer le débat et à imposer ses conclusions. Alors même qu’il est opposé au projet Girard, Lecreulx ne centre pas ses souvenirs de l’affaire de l’Ourcq autour des éventuelles indisciplines ou erreurs de Girard, mais autour des insultes et scandales provoqués par Gauthey.31

  • 32 S’il semble exister à l’assemblée, dès les premières séances, un parti opposé à la navigation (Besn (...)

45Indépendamment des opinions particulières des ingénieurs, il faut remarquer que Gauthey est au centre de toutes les affaires du Consulat. Dans celle de Saint-Quentin, il conduit les minoritaires, il est à l’origine de la contestation du vote, il rédige une brochure et recourt à des arguments insultants pour ses adversaires, auxquels il cherche (entre autres) à attacher un soupçon de corruption. Une semaine après le vote de Saint-Quentin, il est à nouveau aux premières lignes pour contester l’avis du rapporteur sur le projet de réparation au pont de Tours. Enfin dans l’affaire de l’Ourcq, il prend l’attitude que l’on sait : une place centrale à l’assemblée où, principal orateur, il est à l’origine de presque toutes les déclarations qu’elle adopte et lui impose largement ses vues sur le canal, en particulier sur la navigation.32

46L’intervention de Gauthey dans ces quelques cas, son implication personnelle dans les débats, serait donc un facteur de trouble. Mais plutôt que de déplacer entièrement la responsabilité sur Gauthey, on peut remarquer la grande similarité entre les comportements de Gauthey et de Girard et suggérer une explication des affaires un peu différente. À la suite du vote de Saint-Quentin, Gauthey annonçait que l’affaire ne s’arrêterait pas là : il affirmait qu’il ne se tairait pas et que tant qu’il parlerait la (mauvaise) décision ne s’imposerait pas. Il promettait donc qu’il parviendrait à faire adopter l’autre solution, au besoin seul contre tous ou en allant plaider ailleurs. Ce qui rapproche Girard et Gauthey, c’est un certain engagement radical des personnes, une même volonté affichée de ne pas se taire, de ne pas céder, qui dans l’univers consensuel de l’assemblée compromet toute décision. Une telle implication des personnes peut faire dégénérer un simple examen en affaire.

  • 33 C’est en ces termes que Girard décrit Gauthey. Girard, op. cit., p. 27
  • 34 Séance du 7 floréal an 11, AN F14* – 10911.

47En posant qu’il ne cèdera pas, l’ingénieur appelle l’assemblée à se prononcer en faveur d’un point de vue qu’il fait coïncider avec la grandeur de sa personne. Girard et Gauthey engagent leur confiance en quelque sorte. Derrière l’argument officiel du conseiller (l’incomplétude du projet), la décision de sortir l’affaire de l’assemblée résulte donc sans doute de la reconnaissance de cette situation bouchée : du fait de l’implication exceptionnelle de deux ingénieurs au caractère « entier », « indépendant » et « ardent »33 , qui ont lié leurs sorts à celui du canal, toute décision sur celui-ci doit passer par une condamnation de l’un ou l’autre. Si celle de Gauthey est absolument exclue, celle de Girard n’est pas plus plausible. Arrivé à un certain stade de l’affaire, les accusations échangées de part et d’autre s’accumulant, le sens de l’affaire devient trouble. Girard a gagné des forces à mesure que l’affaire s’est obscurcie. Il devient de plus en plus délicat de s’opposer à ses demandes de justification. Dans la dernière séance à l’assemblée, Girard déclare « qu’il ne réclame aucune indulgence, et qu’il veut obtenir sa justification, de la seule force de sa cause, de ses moyens. »34Il n’acceptera pas un compromis, où l’on déciderait d’oublier seulement ses fautes, il veut obtenir la justice. Il maintiendra cette exigence, après la clôture des débats à l’assemblée, en laissant entendre qu’il saura se chercher d’autres juges, si ses collègues ne lui rendaient pas cette justice. Les inspecteurs réunis en conseil prendront d’ailleurs au sérieux cette menace, lorsqu’ils examineront, le 24 juin 1803, la demande de Girard qu’on finisse la vérification des calculs de terrasses pour les bois de Saint-Denis :

  • 35 Conseil des Ponts et Chaussées, séances du 5 messidor an 11, AN F14* – 10912. Il faut relever toute (...)

On doit d’autant moins refuser cette satisfaction au C. Girard, qu’il a manifesté l’intention de demander trois autres juges pris hors le service et l’assemblée, ce qui pourra devenir désagréable au corps ; […] ce refus ferait un véritable déni de justice dont cet ingénieur aurait sujet de se plaindre d’autant plus qu’on ne voit pas un motif apparent.35

48Désormais, Girard et Gauthey semblent en être au même point : chacun annonce qu’il ne se taira pas, qu’il est dans le vrai et qu’il obtiendra la justice demandée, alors qu’il devient presque impossible de la refuser à l’un comme à l’autre.

3. Publicité

49La fin des débats à l’assemblée peut donc être regardée comme une manière d’échapper à une situation sans issue. On suspend la procédure dans laquelle l’affrontement entre Girard et Gauthey s’est développé et où il ne peut guère espérer trouver de solution. On évite ainsi de devoir trancher et on espère certainement faire taire ces deux ingénieurs. La mesure du conseiller prononçant la fin des débats à l’assemblée, demandant que « toutes les questions » soient reportées à la remise du projet, ne va pas conduire pourtant à une suspension complète de l’affaire. Au contraire, l’affaire se déplace : elle quitte l’assemblée et se transporte vers l’extérieur du corps, où elle va donner lieu à plusieurs épisodes, certainement les plus violents. Ce nouvel espace, c’est celui de la « publicité », des publications.

Publications

  • 36 L’intendant Trudaine cité par Jean Petot, Histoire de l’administration des Ponts et Chaussées, 1599 (...)
  • 37 Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France – La statistique départementale à l’époque napoléonienn (...)
  • 38 Bourguet, op. cit., p. 93.
  • 39 En 1811, l’inspecteur Lecreulx se voit refuser l’imprimatur pour son ouvrage Essai historique sur l (...)

50Le corps entretient avec la publication des rapports assez particuliers. Il réclame de ses membres une absolue discrétion sur toutes les questions touchant au service. Les ingénieurs doivent théoriquement demander l’autorisation au conseiller d’État pour toute publication. Cette exigence de réserve et cette limitation des publications sont constamment réaffirmées sous l’Ancien Régime (l’ingénieur doit « faire le bien de l’État et se taire »36) et s’inscrivent alors dans le cadre plus général du « secret d’État » qui entoure toutes les études administratives.37 Si l’on entend sous la Révolution et le Consulat « faire de la statistique une chose publique, dûment présentée à la nation », une telle ouverture reste relative.38 Les publications d’ingénieur sont très nombreuses sous la Révolution et plus encore sous le Consulat, signe d’un certain relâchement, mais le devoir de réserve est néanmoins régulièrement rappelé : si les ingénieurs publient beaucoup, il est clair qu’ils ne prennent pas la question à la légère. C’est surtout sous l’Empire que cet impératif de discrétion va s’imposer, d’une manière d’autant plus efficace qu’il est renforcé par une censure pointilleuse, finissant par ressembler à une véritable interdiction.39 Tous les auteurs qui parviennent à publier sur Ponts et Chaussées sous l’Empire sont rappelés à l’ordre, avec des remontrances comme :

  • 40 Lettre du conseiller d’État (Montalivet) à Laborde, maître des requêtes chargé des Ponts et Chaussé (...)

Un administrateur ne doit pas soumettre ses idées au public, il les soumet à son chef immédiat. Elles arrivent par la hiérarchie jusqu’à sa majesté l’empereur qui les adopte. Alors la pensée et le bienfait qui en résulte appartiennent à sa majesté.
Si vous n’étiez (…) qu’un simple particulier, je n’aurais qu’à donner des éloges de votre travail. C’est à regret que je suis obligé de blâmer la publicité que vous avez eu l’intention de lui donner.40

51Une telle exigence de discrétion est cohérente avec l’idéal d’un fonctionnaire transparent, pur exécutant. Publier, c’est associer une œuvre à un nom, et dans l’administration idéale, cette paternité des ouvrages revient entièrement à l’empereur. Sous le Consulat, l’exigence de réserve n’a pas encore cette intensité, mais l’idée qui la sous-tend est très similaire : le corps souhaite conserver une exclusivité en matière de Travaux Publics et rester maître de son espace de décision comme de son image, en excluant la possibilité de discussions extérieures sur ses projets et ses travaux. Les ouvrages sur une question technique particulière (les écluses, la résistance des matériaux) ne sont pas concernés et leur impression se poursuivra d’ailleurs même sous l’Empire. Les publications problématiques concernent le fonctionnement de l’administration, les travaux et les discussions en cours : celles sur le canal de l’Ourcq sont évidemment de cet ordre.

52En publiant, on cherche à élargir la communication à un lectorat plus ou moins large, l’informer, le prendre à témoin, éventuellement en appeler à lui. Or, les ingénieurs des Ponts et Chaussées ont une définition assez restrictive des participants à leurs débats techniques : les interventions du pouvoir ou des entrepreneurs doivent être limitées et permettre une réappropriation des projets par le corps ; les particuliers n’ont théoriquement aucun rôle, toute considération de leurs intérêts ne pouvant passer que par les ingénieurs. Il est donc paradoxal de vouloir s’adresser à un public qui n’a pas à intervenir dans ces débats. C’est même assez dangereux pour un corps obsédé par son image : le public, qui n’entend rien aux questions techniques ni même au bien commun, verra dans les discussions, les désaccords, un signe de l’incompétence du corps et y puisera des arguments pour remettre en cause sa légitimité.

  • 41 Lettre de l’assemblée des Ponts et Chaussées au ministre de l’intérieur (Laplace), le 8 frimaire an (...)

53La méfiance du corps à l’égard des publications se manifeste en particulier dans la question du journal. Contrairement, par exemple, au corps du génie qui dispose du Mémorial du génie, les Ponts et Chaussées ne se dotent pas d’un périodique propre avant 1830. L’assemblée a plusieurs fois demandé au gouvernement que soit créée une publication des Ponts et Chaussées, sur le modèle des périodiques édités aux frais de l’État, le Journal des mines, le Journal de l’école polytechnique. Mais ce qui intéresse les ingénieurs des Ponts et Chaussées, ce n’est pas un journal pouvant être acquis et lu par tous, mais une collection de mémoires exclusivement destinés à la formation des ingénieurs. L’intérêt d’une publication est, selon eux, de remédier à la faible communication entre les ingénieurs sur les questions de l’art : dans un corps très éclaté sur le territoire, les rapports, les recherches, les procédés éprouvés ou rejetés à l’assemblée « ne sont entendus que par le petit nombre des ingénieurs résidents à Paris [alors que] la presque totalité des ingénieurs n’en connaît pas même le titre. »41 Si l’absence  de périodique protège le corps contre toute diffusion dans l’espace public, elle limite aussi le progrès et la diffusion des méthodes, puisque la plupart des ingénieurs ne se perfectionnent que dans les limites de leur propre pratique.

  • 42 Recueil polytechnique des Ponts et Chaussées, Paris, Gœury, an 11-12 (1er volume) et 1807 (2e volum (...)
  • 43 Séance du conseil des Ponts et Chaussées du 24 messidor an 11, AN F14* – 10912. Voir aussi la Séanc (...)
  • 44 Séance du conseil des Ponts et Chaussées du 24 messidor an 11, AN F14* – 10912.

54En 1803, l’architecte Bernard-André Houard-Devert lance une souscription pour fonder un Recueil polytechnique des Ponts et Chaussées, canaux de navigation, ports maritimes, etc., ouvrage qui bien qu’il s’adresse à un public très large, souhaite devenir le périodique officiel des Ponts et Chaussées.42 Cette entreprise est très révélatrice de l’attitude du corps par rapport aux publications et aura une certaine importante dans l’affaire de l’Ourcq. Houard cherche d’abord à obtenir l’approbation des ingénieurs, mais le conseil des Ponts et Chaussées s’y refuse à plusieurs reprises, considérant « qu’il n’appartient qu’aux ingénieurs eux-mêmes de traiter convenablement des choix de leur art », qu’il n’est donc pas possible qu’un architecte extérieur au corps puisse prendre la parole au nom des Ponts et Chaussées.43 Les ingénieurs préfèrent minimiser leur problème de publication et concluent d’ailleurs que le Journal des bâtiments civils remplit parfaitement la fonction proposée par Houard, que tous les ingénieurs peuvent y publier leurs découvertes ou réflexions, à condition toutefois qu’elles ne « puissent en rien compromettre le crédit et l’autorité de leur corps. »44

  • 45 Mensuel pour les années 11 (6 cahiers) et 12 (12 cahiers), le Recueil paraît aussi en 24 cahiers fo (...)
  • 46 Séance du conseil des Ponts et Chaussées du 24 messidor an 11, AN F14* – 10912.
  • 47 Recueil polytechnique des Ponts et Chaussées, « Avertissement » au 1er tome, an 11.

55Houard met néanmoins son projet à exécution et fait paraître, en 1803, son Recueil polytechnique, auquel il conserve la qualification des Ponts et Chaussées.45 Les ingénieurs verront dans les premiers cahiers une confirmation de leurs craintes.46 Le périodique se donne l’image d’un organe plus ou moins officiel, consacrant même son premier numéro à l’histoire du corps. Il aborde les Travaux Publics d’une manière que le corps ne peut que trouver inquiétante. Dès son premier numéro, le rédacteur affirme ainsi qu’il ne souhaite pas se limiter à une description des projets, mais qu’il souhaite surtout discuter leur caractère d’utilité publique. Il prétend « faire connaître les auteurs » de ces entreprises, en « signaler les talents », afin que le « mérite, quelque part qu’il s’annonce, ne [craigne] plus de rester sans récompense. »47 Houard prétend juger des projets, distribuer les louanges et condamner au besoin, toutes activités de jugement dont le corps estime avoir l’exclusivité. On n’est donc pas surpris de voir le corps repousser ce périodique, qui est en quelque sorte l’incarnation de son problème de publication : ce n’est pas aux auteurs de se faire connaître par la publication, de s’imposer en recourant à un public nécessairement incompétent ; la distinction des projets et des personnes n’a de sens que dans le fonctionnement ordinaire du corps. On verra pourtant que tous les ingénieurs n’ont pas un avis aussi tranché quant aux dangers de ce périodique.

Affirmer au public

  • 48 Gauthey, Projet de dérivation jusqu’à Paris des rivières d’Ourcq, Thérouenne et Beuvronne, d’une pa (...)

56Dans le cas du canal de l’Ourcq, c’est clairement Gauthey qui a commencé à publier, en faisant paraître, en mars 1803, alors que le projet de Girard est en discussion à l’assemblée, un Projet de dérivation jusqu’à Paris des rivières d’Ourcq, Thérouenne et Beuvronne, etc.48 Bien que cet imprimé soit consacré à l’exposé d’un projet concurrent et prétende ignorer le projet de Girard, Gauthey inclut dans un post-scriptum quelques arguments disciplinaires et techniques contre Girard, et chiffre en particulier la dépense du tracé rectiligne qu’il juge excessive. Dès le début de l’affaire, Gauthey répand donc des accusations publiques contre Girard, qui n’émergeront à l’assemblée que très progressivement.

  • 49 Girard, Rapport de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq au préfet du département de la Seine, su (...)
  • 50 Le public visé semble être d’abord le conseil municipal devant lequel le préfet doit se justifier. (...)
  • 51 Girard, Rapport de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq au préfet, op. cit., p. 4.

57Girard publie, un mois plus tard en avril 1803, son Rapport de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq au préfet du département de la Seine, etc.49 C’est le préfet qui a souhaité cette publication pour faire connaître l’avancement des travaux et ne pas laisser s’installer l’idée d’un dysfonctionnement ou d’un retard.50L’imprimé rend un compte précis des travaux engagés, du nombre d’hommes à l’ouvrage, des difficultés avec les adjudicataires, des visites (en particulier celle du consul.) Mais le texte n’en est pas moins polémique, car Girard consacre les deux dernières pages à régler son désaccord avec Gauthey : celui-ci chercherait à prendre sa place comme directeur du canal de l’Ourcq en l’attaquant personnellement. Gauthey serait « accoutumé à donner comme principe de l’art ses opinions particulières » et « entraîné par les mouvements d’un amour-propre extraordinaire ment irascible » refuserait de reconnaître ses erreurs de calculs. Mais Girard laisse entendre qu’il le fera plier : les « obstacles » qu’opposent à son projet « ceux dont [la] rapidité d’exécution semble contrarier les vues particulières » ont seulement « failli » retarder l’avancement des travaux et la satisfaction du consul.51 Ce qui s’annonçait comme un simple rapport factuel sur l’état des travaux, ne manque donc pas de répondre fermement aux attaques de Gauthey.

  • 52 Girard, Rapport de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq à l’assemblée, op. cit., Gauthey, Lettre (...)

58Quelques jours seulement après cette publication, le conseiller met fin aux débats à l’assemblée. Cette interruption va donner une dimension nouvelle aux deux autres imprimés qui vont paraître après cette date : le Rapport du 4 prairial de Girard, puis la Lettre au préfet de Gauthey.52 En effet, en ajournant les débats, le conseiller n’a pas permis aux ingénieurs de conclure sur le désaccord entre Girard et Gauthey. Si jusqu’ici les imprimés n’étaient que marginalement des lieux d’affrontement, ils vont le devenir pleinement, les ingénieurs utilisant ce moyen pour prolonger une discussion qui a perdu son lieu naturel.

  • 53 Girard, ibid.

59Le Rapport du 4 prairial est officiellement destiné à l’assemblée des Ponts et Chaussées, à laquelle Girard adresse une demande de réparation. L’assemblée doit, dit-il, se prononcer sur le désaccord qui l’oppose à Gauthey, sans attendre le projet complet : sa réputation étant entamée par les accusations portées contre lui, les ingénieurs amenés à juger son projet pourraient avoir des « préventions qu’il importe de détruire. »53 La publication se justifierait donc par le fait qu’après l’ajournement, Girard ne peut plus formuler cette demande en séance. Mais dans une lettre au conseiller d’État, Girard développe une toute autre justification, en donnant toute son importance au premier imprimé de Gauthey :

  • 54 Lettre de Girard au conseiller d’État, le 4 prairial an 11, reproduit in Girard, op. cit., pp. 3-4.

La publicité que le C. Gauthey a donnée à son opinion sur les opérations que j’ai dirigées, rend nécessaire le parti que je prends d’en publier la justification.54

60Puisqu’il est très mal vu de communiquer publiquement sur les projets, et bien davantage de transporter dans l’espace public des discussions qui ne devraient pas sortir du corps, le premier à avoir franchi le pas est le plus coupable. Girard reproche donc à Gauthey de s’être le premier déplacé dans cet espace interdit et de l’obliger à répondre dans cet espace. Car Girard déclare ne recourir à la publication qu’à contrecœur, forcé par l’adversaire :

  • 55 Lettre de Girard au président de l’assemblée des Ponts et Chaussées (Cessart), le 4 prairial an 11, (...)

Il n’était ni conforme à mes vues, ni d’accord avec mes principes, ni convenable aux relations qui existaient entre le C. Gauthey et moi, de rendre publique la discussion qui s’est élevée entre nous à l’occasion du canal de l’Ourcq.55

  • 56 Gauthey, op. cit., p. 14.

61Mais une fois que Girard est passé à la publication, Gauthey peut reprendre l’argument. Dans sa Lettre au préfet, Gauthey soulignera qu’il n’a répondu à aucun des deux imprimés de Girard, bien que celui-ci y ait dit des « injures. »56 Toute la faute des publications revient donc à Girard :

  • 57 Gauthey, op. cit., p. 17. Gauthey compte comme second mémoire l’impression par Girard d’une feuille (...)

Je regrette de m’être arrêté trop longtemps sur des misères que je n’aurais pas pris la peine de relever sans la publicité indiscrète que leur a donné le C. Girard. Je ne voulais même pas répondre à ses imprimés, croyant avoir assez averti le gouvernement de ses erreurs (…) ; mais le troisième mémoire imprimé du C. Girard ayant pour but de détruire mon assertion, il a bien fallu que je fisse voir que le C. Girard n’employait qu’une supercherie pour tâcher de se disculper.57.

62Gauthey ne semble pas s’embarrasser de sa première publication, qui ne compte pas comme agression : il était légitime d’informer le gouvernement. Gauthey oublie d’ailleurs entièrement ce premier mémoire (et son post-scriptum) à la fin de sa Lettre au préfet, où il s’estime le premier attaqué et donc obligé de répondre :

  • 58 Gauthey, op. cit., pp. 29-30.

Il est fâcheux sans doute que cette affaire devienne publique par l’impression ; mais c’est le C. Girard qui a commencé l’attaque par trois mémoires imprimés. J’ai été forcé de répondre par la même voie, parce que tout autre moyen eût été infructueux. Celui-ci peut même encore ne pas réussir ; mais du moins j’aurai fait tout ce qui était en mon pouvoir et de mon devoir58

63Au-delà de la nécessité de poursuivre l’échange, qu’ils justifient par la légitimité de leurs causes, chacun proclame sa répugnance pour l’impression et ne s’autorise à utiliser ce moyen honteux, que parce qu’il s’estime attaqué le premier.

Le sens du silence

64Chaque ingénieur semble surtout se soucier que les faits par lui établis ne soient pas évincés par l’imprimé adverse, comme si dans ce nouvel espace il suffisait qu’une chose soit affirmée pour qu’elle soit avérée. Gauthey estime ainsi qu’il doit publier sa réponse parce que Girard pourrait avoir réussi à « détruire [son] assertion. » Si toute réponse cherche à rétablir les faits, l’importance ou le sens qu’on leur donne, ce qui change dans l’espace de la publication, c’est qu’on n’a plus de moyens directs (comme à l’assemblée) d’évaluer le succès d’une argumentation et donc de s’ajuster, de répliquer au plus près. On a bien un public, mais on n’a guère l’occasion de le sonder. Le principe de la discussion en est transformé.

65Girard et Gauthey conçoivent chaque nouvel imprimé comme tranchant définitivement le désaccord, chacun en sa faveur. Tout est fait pour permettre au lecteur de fixer enfin son opinion. Le récit est chaque fois augmenté (ce qui fait grossir les imprimés d’une manière spectaculaire), en intégrant l’imprimé adverse comme une nouvelle faute de l’adversaire : pour Girard les erreurs de Gauthey, pour Gauthey la contestation de l’évidence. Au terme du nouvel imprimé, le texte précédent a été littéralement effacé et une vérité nouvelle est venue remplacer l’ancienne. Pour permettre une telle conversion des lecteurs, les deux auteurs produisent un impressionnant catalogue de pièces justificatives (rapports, avis, lettres, etc.), toujours plus étendu, qui doit permettre à chaque lecteur de se constituer juge d’une affaire dont il aurait toutes les pièces en main. S’adressant à un public plus ou moins mal défini, l’imprimé ne peut se contenter d’être une réponse à quelques arguments isolés : il doit donner au lecteur les moyens de se faire une idée globale de l’affaire, et tous les détails doivent s’articuler pour délivrer un sens clair et simple.

  • 59 Gauthey, op. cit., pp. 7, 8 et 18. Girard, Rapport de l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées à (...)
  • 60 Girard décrit le terrain de manière très visuelle pour expliquer qu’on ne peut éviter de faire une (...)

66Le choix et le traitement des pièces justificatives est donc chaque fois caricaturalement favorable à la position de l’auteur : ainsi Gauthey omet simplement de parler de ses premières erreurs dans la butte de la Folie et finit même par affirmer qu’il ne s’était pas trompé dans cette partie ; Girard, de son côté, présente sa théorie de distribution de la pente comme « universellement reconnue des géomètres » et le refus de Gauthey comme tout à fait irrationnel, ce qui est pour le moins optimiste.59 On s’adresse clairement à un public qui n’a pas une connaissance précise des débats antérieurs et qui ne jugera pas selon les mêmes critères que les ingénieurs informés. L’effacement de l’adversaire passe d’abord par cet élargissement du public, auquel on donne les moyens de comprendre ce qu’il doit comprendre : si l’on s’adresse théoriquement à l’assemblée (ou aux administrateurs), on n’en adopte pas moins une présentation exceptionnellement pédagogique.60

  • 61 Girard, Rapport de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq au préfet du département de la Seine, et (...)

67L’espace de la publication a une autre caractéristique : la réponse immédiate est y impossible, la justification ne peut plus être co-présente avec l’accusation. Dans une telle dispute par imprimés, chaque nouveau texte venant anéantir le précédent et rétablir la vérité, l’ingénieur doit répondre, car son silence serait lourd de sens. Girard déclare ainsi à la fin de son premier imprimé, que les vérifications des nivellements sont terminées, et que si Gauthey ne se résout pas à les communiquer, c’est qu’il a « quelqu’intérêt de les tenir cachés », c’est qu’elles lui sont certainement défavorables.61 Lorsque enfin il reçoit ces résultats, le silence de Gauthey peut prendre un sens plus défavorable encore :

  • 62 Girard, Rapport de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq à l’assemblée des Ponts et Chaussées, 4 (...)

Convaincu apparemment que leur publication ne justifierait pas ses assertions, il s’est tu jusqu’à présent sur le résultat des vérifications entreprises.
Sans m’arrêter ici à approfondir les motifs de cette réserve, je vais suppléer au silence dans lequel le C. Gauthey paraît avoir pris, un peu tard à la vérité, le parti de se renfermer.62

68La parole de Girard remplace celle de Gauthey, qui s’est tu, incapable de répondre : le silence est un aveu d’impuissance. En se taisant, Gauthey reconnaîtrait que les faits parlent contre lui. Pour donner à ce silence encore plus de force, Girard incite d’ailleurs Gauthey à répondre, le provoque, pour mieux montrer combien il est certain que Gauthey cette fois a son compte et qu’il ne s’en relèvera plus. Mais Girard sait que cet argument peut aussi s’appliquer à lui-même : au conseiller il déclare que « si l’on interprétait [son] silence comme l’aveu tacite des erreurs qu’on [lui] a reprochées », sa réputation ne s’en remettrait pas. Il ne faut donc pas se taire, car le silence signale que l’adversaire a touché juste, qu’on n’est plus capable de répondre. C’est sur ce même motif du silence qui en dit long que Girard réclame que l’assemblée se prononce sur les accusations portées contre lui : ne pas rendre la justice, c’est laisser entendre que les accusations sont fondées.

69La dispute par imprimé est donc assez différente de celle à l’assemblée. Il ne s’agit pas d’une discussion réglée où les arguments doivent être subtilement choisis pour emporter l’adhésion d’auditeurs bien particuliers, qui peuvent toujours s’opposer, dénoncer l’incongruité de certains procédés. L’usage des imprimés s’apparente plutôt à un duel, où tous les moyens sont permis, et où il s’agit surtout de faire taire l’adversaire. La logique de l’impression est celle du dernier mot.

Violence et efficacité de la publicité

70Comme il s’agit d’effacer l’adversaire, les échanges par imprimés ne peuvent manquer de radicaliser la dispute : la violence des accusations augmente à chaque nouveau texte. Des deux ingénieurs, Girard reste le plus mesuré. Après avoir, dans son premier mémoire, accusé Gauthey de chercher à imposer ses vues particulières et d’avoir des prétentions à diriger le projet de l’Ourcq, Girard renforce ces attaques dans son Rapport du 4 prairial : Gauthey chercherait à « provoquer l’improbation » des opérations, à en « rendre le succès incertain dans l’opinion publique », il mésuserait de son grade et de son expérience pour déconsidérer Girard, il l’obligerait à se justifier et ainsi à perdre son temps, pour pouvoir lui reprocher de ne pas fournir un projet général. Les attaques contre Gauthey dans les imprimés de Girard ne sont qu’une version un peu amplifiée des accusations qu’il a proféré à l’assemblée (implication personnelle, persistance dans l’erreur, etc.)

  • 63 Gauthey, op. cit., p. 25.

71Dans sa Lettre au préfet de la Seine, Gauthey va beaucoup plus loin : il attaque Girard avec une violence inégalée dans l’ensemble de l’affaire de l’Ourcq. Tous les soupçons y sont explicités : Girard y devient un débutant, ignorant, incapable – « l’esprit insinuant (…) lui tient lieu de connaissance »63 – obsédé par sa grandeur ; malheureusement influent, Girard ne chercherait que sa gloire au mépris de tous, refuserait toute critique, et son but serait d’imposer par le chantier un objet conçu par lui seul. Girard va contre la loi, contre les intentions du gouvernement. Il est surtout indiscipliné et il faut à son égard faire preuve de fermeté afin que ce mauvais exemple n’ait pas d’avenir. Dans la logique d’anéantissement des imprimés, la Lettre au préfet étend les attaques à tous les registres et tous les niveaux : Girard y est dépouillé de toute grandeur, compétence, moralité.

72Cette violence inhabituelle va avoir des conséquences pour Gauthey. Si la Lettre au préfet est de loin la plus crue, la plus visible et la plus spectaculaire des réactions d’ingénieurs aux initiatives de Girard, elle précipite aussi dans une certaine mesure la chute de Gauthey. Après cette Lettre, Gauthey ne retrouvera jamais la place et l’influence qui étaient les siennes à l’assemblée. Gauthey subit une sorte de disgrâce : il est progressivement écarté de la discussion et de la décision sur le projet de l’Ourcq. Si le conseiller l’inclut dans la consultation de 1804 – l’exclure aurait été un signe de discrédit trop fort contre lequel celui-ci aurait pu s’élever – il ne le nomme plus dans aucune des commissions de l’Ourcq. L’influence de Gauthey s’évanouit d’ailleurs très vite : presque tous les ingénieurs consultés en 1804 se déclarent hostiles à la navigation qu’il leur avait d’abord imposée.

73La montée de la violence n’est pas la seule conséquence de cette activité éditoriale : les publications de Girard et de Gauthey font aussi le bonheur du rédacteur du Recueil polytechnique. Houard cherche des informations originales qui sont assez difficiles à trouver, puisque les ingénieurs sont censés faire preuve de discrétion. Étant donné ce manque, les imprimés de Girard et de Gauthey constituent une aubaine : Houard s’empresse de reprendre ces textes polémiques, qui remplissent des cahiers entiers de son Recueil.

  • 64 Recueil polytechnique, an 11, 2e cahier, pp. 27-28 et 3e cahier, p. 29.
  • 65 Recueil polytechnique, an 11, 5e cahier, pp. 71-72.
  • 66 Recueil polytechnique, an 11, 6e cahier, p. 83.

74Dans l’affaire de l’Ourcq, telle qu’il la retranscrit dans son Recueil, Houard est clairement acquis à Gauthey, qui est d’ailleurs un de ses principaux souscripteurs. Il reproduit les grandes lignes du premier imprimé de Gauthey et l’intégralité du post-scriptum qui accuse Girard64 Il ignore le rapport de Girard au préfet (qui n’a sans doute eu qu’une diffusion limitée) mais dès qu’il apprend la publication du Rapport du 4 prairial, Houard en communique le contenu à ses lecteurs. Dans ce « mémoire apologétique », dira Houard, Girard « prétend disculper son plan » grâce à quelques « raisonnements défensifs. »65 C’est tout à fait inutile et la situation est très claire : Girard est l’agresseur, son attaque de Gauthey est « aussi indécente qu’injuste et déplacée », son indiscipline ne cherche qu’à museler l’assemblée en dénonçant toute intervention comme une initiative : « le C. Girard s’oublie. »66

  • 67 Houard ignore le désaccord sur la butte de la Folie et accuse donc à tort Girard de variation dans (...)
  • 68 Recueil polytechnique, an 12, 2e cahier, p. 109.

75Bien qu’il prétende ne pas vouloir interférer et laisser la décision « entre les mains des maîtres de l’art », Houard intervient personnellement pour régler la situation : il visite les chantiers et ce qu’il découvre est si abominable qu’il se croit obligé de donner à Girard un cours sur les premières notions de l’ingénierie. Pourtant sur le fond Houard connaît mal la situation ; ses critiques sont souvent irrecevables pour qui a suivi les débats, mais probablement pas sans force pour des lecteurs extérieurs.67 Il se contente le plus souvent de reprendre les accusations de Gauthey, dont la publication de la Lettre au préfet va fournir la matière de plusieurs cahiers et l’occasion de rétablir l’ordre dans les Ponts et Chaussées. Révélant, selon Houard, quelques « faits inconnus », cette lettre « met l’affaire dans tout son jour et ne laisse plus rien à désirer. »68Le silence est ici encore le meilleur signe de la victoire :

  • 69 Recueil polytechnique, an 12, 2e cahier, p. 118.

Depuis la publication du dernier mémoire du C. Gauthey, le C. Girard garde un profond silence : l’artillerie de l’inspecteur général a fait taire absolument celle de l’ingénieur.69

  • 70 Le nom de Girard n’est pas cité dans la plupart des ouvrages évoquant le canal de l’Ourcq pendant c (...)
  • 71 Tarbé de Saint-Hardouin, F. P. H. Notices biographiques, Paris, Baudry, 1884, pp. 89-93.

76Les publications de Girard et de Gauthey ne sont donc pas sans effet. La publicité marche et elle marche d’autant mieux pour Gauthey que Houard prend son parti et défend ses thèses. Le succès de la Lettre au préfet, des reprises et commentaires d’Houard, sont sensibles à long terme. Girard luttera toute sa vie pour rétablir ce qu’il estime être la « vérité » sur l’affaire, particulièrement à partir de la Restauration où l’on cherche à effacer son emprise sur l’ouvrage.70 Par la grande entreprise éditoriale de la fin de sa vie, les Mémoires sur le canal de l’Ourcq, Girard entend corriger les mauvaises interprétations de l’affaire, restaurer sa grandeur d’ingénieur et la paternité sur son canal. Il n’y parviendra pas et une mauvaise réputation restera attachée à son nom pendant tout le xixe siècle. Ainsi l’inspecteur général Tarbé, pour décrire sommairement l’affaire dans ses Notices biographiques sur les Ponts et Chaussées en 1884, reprend explicitement la Lettre au préfet  : les reproches de Gauthey y sont des vérités incontestables et l’insubordination de Girard, son « caractère difficile » permettent d’expliquer l’affaire.71 De tous les textes produits pendant cette affaire, la Lettre au préfet aura donc eu un effet particulièrement durable : le texte le plus violent aura été le plus efficace et le plus crédible pour tous ceux qui n’ont pas été des acteurs directs de l’affaire. C’est certainement parce que ce texte donne une vision globale de l’affaire (jusqu’au moment de sa publication), une vision cohérente qui permet de comprendre tous les épisodes de manière convaincante, qu’il aura eu ce succès, sans compter que Gauthey est un ingénieur renommé, haut gradé, et que Girard n’aura jamais répondu directement à la Lettre.

4. Obtenir une décision

77Lorsqu’en décembre 1803 Girard remet son projet complet au conseiller d’État, celui-ci décide de ne pas réintroduire l’affaire à l’assemblée. Les désaccords sur le mode de jugement, l’implication personnelle des ingénieurs et les dérives violentes de Gauthey, lui font sans doute craindre que les discussions ne s’égarent à nouveau et que les ingénieurs ne tardent à parvenir à une conclusion. Il propose donc une procédure différente.

Les avis

  • 72 La Millière, op. cit., p. 83.

78La procédure des avis n’est pas nouvelle. La Millière l’évoquait déjà dans le fonctionnement d’Ancien Régime : « Lorsque quelque projet présente des difficultés d’un certain genre, chacun (…) donne séparément son avis par écrit. »72 Il s’agit clairement d’une procédure de décision : elle permet au conseiller ( comme à l’intendant d’Ancien Régime ) de trancher lorsque les ingénieurs ne parviennent pas d’eux-mêmes à une synthèse satisfaisante. Avec les avis, on évite tout ce qui dans la discussion devient incontrôlable, mais aussi tous les problèmes liés au vote (qui a été si problématique dans le cas de Saint-Quentin) : l’ordre de discussion, les options à soumettre au vote, le choix du moment du vote, et surtout les votants.

  • 73 Instruction du 26 vendémiaire an 12, voir Girard, Mémoires sur le canal de l’Ourcq, op. cit., p. 40
  • 74 Bruyère, Observations sur la dérivation de l’Ourcq par Louis Bruyère, ingénieur en chef, 22 nivôse (...)
  • 75 Bruyère, Rapport du 9 floréal an 10 sur les moyens de fournir l’eau nécessaire à la Ville de Paris,(...)
  • 76 C’est lors d’une visite du canal, en avril 1804, que Liard est remarqué par le conseiller, qui lui (...)

79Comme dans toute consultation, la question des participants est évidemment centrale : le conseiller va définir ceux-ci d’une manière très restrictive, en se limitant aux inspecteurs généraux. S’il évoque dans un premier temps « chacun des membres appelés à délibérer dans l’assemblée », seuls deux ingénieurs en chef seront finalement consultés : Bruyère et Liard.73 Ces deux ingénieurs sont d’ailleurs inclus de manière assez indirecte. Bruyère n’est pas appelé à se prononcer, mais il a pris une importance considérable dans les débats, qui explique certainement son accession au prestigieux poste de secrétaire de l’assemblée, en janvier 1804, juste avant la consultation. Le conseiller se décide donc à inclure le second rapport de Bruyère (du 12 janvier 1803) dans la liste des avis.74 Par ailleurs, Bruyère s’empresse de faire imprimer son premier rapport (du 29 avril 1802) au début de la consultation.75 Ces deux textes ont une influence considérable sur les inspecteurs : de nombreuses données et arguments des avis de 1804 sont en effet repris à Bruyère. Pour Liard, c’est manifestement sa capacité à produire une alternative, une sorte de nouvelle synthèse, qui a conduit le conseiller à inclure cet ingénieur en chef dans la consultation, alors qu’il n’avait joué aucun rôle dans les débats à l’assemblée.76

80La procédure choisie par le conseiller visait certainement à éviter les débats, les relances : les ingénieurs devaient juste donner leur opinion, le conseiller trancherait. Pourtant, il devient assez vite manifeste que la consultation va s’inscrire dans le temps : d’abord parce que le conseiller n’a pas fixé de date limite, mais aussi parce que certains ingénieurs ne rendent pas leurs rapports et qu’il n’est pas concevable de conclure sans eux. C’est surtout le cas de Prony qui retarde de plusieurs mois le processus en se lançant dans ses Recherches physico-mathématiques. Les inspecteurs ne répondent donc pas tous simultanément, mais successivement au cours des mois de janvier et février 1804.

  • 77 Lecreulx, Mémoire et avis sur un canal destiné à amener les eaux à Paris, 15 pluviôse an 11, Mbhvp (...)
  • 78 Gauthey est le seul qui reste acquis à la grande navigation. Prony est le seul à estimer que la plu (...)

81Cet étalement dans le temps a plusieurs conséquences. Il permet d’abord aux inspecteurs de revenir sur leur opinion, de produire plusieurs avis. Ainsi Lecreulx, dans son avis du 23 janvier, refuse de juger le projet lui-même, insistant sur l’irrégularité de la situation, l’indiscipline de Girard et la forme du projet (incomplet, hors sujet, illégal.) Mais voyant ses collègues choisir une autre voie, examiner le projet lui-même et constituer un impressionnant catalogue d’objections, Lecreulx manifeste bientôt un regret de ne pas s’être exprimé davantage et rajoute, le 5 février, un second avis où il prétend « donner son opinion sur le parti qu’il croit le plus convenable aux intérêts du gouvernement et de la ville de Paris. »77 L’étalement temporel a donc aussi comme conséquence de permettre des échanges entre les ingénieurs. Certains arguments sont ainsi repris et amplifiés au fur et à mesure que le temps passe. C’est particulièrement le cas pour la navigation (son inutilité, le manque d’eau pour l’établir), ou pour les difficultés de construction dans la partie supérieure du canal projeté par Girard, où le tracé passe dans des coteaux escarpés et sur des carrières, ce que la plupart des inspecteurs jugent impossible à réaliser.78 La consultation, telle qu’elle est organisée, sans limite temporelle claire et avec la possibilité pour les ingénieurs d’échanger dans la durée, conduit donc à un certain resserrement des arguments utilisés. Mais il ne faut pas en déduire pour autant que les ingénieurs consultés sont d’accord sur tout : s’ils s’opposent tous à Girard (mis à part Prony), leurs avis dévoilent une très grande diversité d’opinions sur des questions aussi diverses que le rapport à la loi, au gouvernement, la place de l’ingénieur dans le corps, l’usage des règles de l’art, le rapport à la théorie et à l’expérience. S’ils sont presque tous opposés à la navigation, ils ne s’accordent pas sur la ou les rivières à dériver et sur la quantité à prélever.

Répondre en aveugle

82La consultation revient donc surtout à exclure Girard d’une discussion qui se poursuit sans lui : le conseiller conçoit les avis comme définitifs et prétend prendre sa décision sans que Girard ne puisse plus intervenir, sans qu’il puisse se justifier. Mais Girard n’entend pas être ainsi écarté et réclame, à plusieurs reprises, la communication des mémoires des ingénieurs, afin dit-il,

  • 79 Girard, Mémoire sur une modification proposée au projet général du canal de l’Ourcq, 27 germinal an (...)

qu’après avoir médité sur chacun d’eux, je puisse répondre aux objections qui pourraient m’être faites, ou fournir de nouveaux renseignements sur des objets qui auraient pu n’avoir point été assez éclairés.79

83Girard continue donc de prétendre à un droit de réponse et à soutenir sa conception du jugement : l’initiative du projet lui revient, les ingénieurs ne peuvent que soulever des objections, qui doivent rester rares sans quoi elles tourneraient à l’attaque personnelle, et dont il ne laisse aucun doute qu’il saura y répondre. L’opposition des juges est liée à leur ignorance du projet, du terrain, des détails, dont seul le concepteur a la pleine maîtrise. La solution est donc pédagogique : Girard doit et saura éclairer les ingénieurs sur les derniers points obscurs qui pourraient subsister.

  • 80 Girard, ibid.

84Débouté une première fois, Girard réitère sa demande au conseiller, qui lui répond alors qu’il juge « inutile de [lui] communiquer les avis », mais accepte d’en faire un résumé dont il lui donnerait connaissance.80 Le conseiller n’a manifestement pas l’intention de consulter Girard avant de prendre sa décision. Pourtant, une fois qu’il a réuni la plupart des avis, en avril 1804, le conseiller semble hésiter sur la marche à suivre. La navigation semble être son principal souci. Il pourrait suivre sur ce point l’écrasante majorité des avis, hostile à la navigation. Mais peut-être le conseiller se souvient-il de l’affaire de Saint-Quentin, où la minorité était emportée par les quelques ingénieurs maintenant favorables à la navigation, tous de fortes personnalités : Prony, Girard, Gauthey. Peut-être songe-t-il aussi à Bonaparte que les rumeurs (lancées par Girard et Gauthey) disent favorable à la navigation. Après avoir annoncé qu’il se prononcerait, le conseiller décide finalement d’organiser une visite du canal, autour de trois ingénieurs acquis à la navigation, Prony, Liard et Girard, comme s’il voulait se concilier les éventuels opposants à sa décision.

  • 81 Girard, ibid.
  • 82 Girard, ibid.

85Cette visite, organisée les 7, 8 et 9 avril, va permettre à Girard de renouveler sa demande de vive voix. Cette fois le conseiller ne se dérobe pas et déclare que, bien que la question n’ait « pas été également approfondie par les ingénieurs qui l’ont traitée », on peut résumer les avis à deux positions principales : les uns seraient favorables à une navigation, les autres souhaiteraient ne faire qu’une simple rigole.81 En réduisant la complexité des différents avis à la seule question de la navigation, le conseiller laisse Girard dans un certain flou : Girard ne saura rien des autres critiques qui lui sont faites, mais surtout il ne connaîtra pas les « motifs suffisamment développés » qui ont pu amener les ingénieurs à se prononcer pour ou contre la navigation.82

86Cette limitation de l’information va permettre de resserrer les débats. Girard va engager toutes ses ressources d’argumentation sur la navigation, qui va bientôt devenir de ce fait la seule question débattue. En réalité, tout le monde a intérêt à ce resserrement. Si Girard parvient à obtenir une décision en faveur du canal mixte, il peut s’attendre à ce que le projet retenu ne diffère pas significativement du sien. Si les opposants parviennent à imposer l’idée d’une rigole, tout le projet de Girard tombera : comme la question de la navigation recoupe la plupart des autres problèmes en discussion (la qualité de l’eau, la pente, etc.), une décision sur ce point permettra aussi de trancher sur le reste.

87Mais cette limitation n’est pas entièrement à l’avantage de Girard. L’intention du conseiller est manifestement de lui en dire le moins possible pour éviter de l’impliquer, pour l’empêcher de répondre. Par contraste avec les espaces précédents (assemblée et publications), la capacité de réponse de Girard apparaît très affaiblie dans cet épisode des avis, pour la simple raison qu’il lui manque la matière sur laquelle réagir : ne connaissant pas précisément ses critiques, il ne peut plus aussi bien se justifier. De ce point de vue, la stratégie du conseiller apparaît comme une manière de faire taire : il n’est pas seulement « inutile » de communiquer les avis à Girard, c’est même dangereux, il pourrait s’en saisir pour dénoncer des erreurs et accuser ses juges.

  • 83 Girard, ibid.
  • 84 Gauthey, Lettre au Préfet du département de la Seine,op. cit.  ; Bruyère, Observations sur la dériv (...)
  • 85 Girard, ibid.

88Dans ces conditions d’argumentation très défavorables, Girard ne reste pourtant pas inactif. Face au risque, de plus en plus sensible, d’une condamnation de son projet, il réunit toute l’information disponible : il fréquente l’assemblée, et si rares sont les membres qui lui communiquent leurs avis manuscrits, il collecte les « objections échappées verbalement à leurs auteurs. »83De cette manière, Girard donne des visages à l’opposition grossière suggérée par le conseiller : Gauthey serait le seul à se déclarer en faveur de la navigation, tous les autres ingénieurs se rattacheraient à l’opinion de Bruyère de ne réaliser qu’une simple rigole. Avec une telle simplification des positions Girard perd tout le bénéfice qu’il aurait pu tirer des divergences entres les différents ingénieurs, s’il avait eu connaissance des avis. Mais compte tenu de son manque d’information, cette simplification est intéressante : elle lui permet de réduire les positions à deux auteurs dont il connaît les thèses avec le plus de précision : la Lettre au préfet pour Gauthey et le second mémoire de Bruyère qui circule sous forme manuscrite à l’assemblée.84Le 17 avril 1804, Girard adresse donc au conseiller un mémoire dans lequel il combat en détail ces deux positions et engage une nouvelle stratégie.85

Une concession

89Le cas de Gauthey n’occupe pas Girard bien longtemps. Il fait valoir l’impossibilité de la grande navigation, déclarée incompatible avec la pureté de l’eau. Les difficultés qu’il faudrait vaincre dans les coteaux escarpés seraient multipliées dans le cas d’un canal de grande largeur, sans compter l’augmentation de dépense auquel il conduirait. La position marginale de Gauthey sur cette question ne rend d’ailleurs pas nécessaire, selon lui, une plus longue discussion.

  • 86 L’argument rationaliste, déjà utilisé dans le cas de Saint-Quentin, permet d’expliquer comment une (...)

90C’est l’opinion de Bruyère que Girard va longuement combattre, une opinion dont l’influence jugée excessive sur les ingénieurs montrerait à elle seule que ceux-ci n’ont pas réfléchi et se contentent de répéter les arguments d’un seul.86 Bruyère développait deux types d’arguments contre la navigation. Considérant le volume de la rivière, Bruyère annonçait qu’il n’y aurait pas assez d’eau pour permettre la navigation ; Girard va répliquer en faisant de nouvelles mesures, dont l’insuccès va lancer l’épisode des jauges. Mais Bruyère contestait aussi les avantages d’une nouvelle navigation, en défendant ceux de la navigation existante sur l’Ourcq.

  • 87 Bruyère, ibid.
  • 88 Girard, ibid. Girard juge d’ailleurs l’état présent, la navigation actuelle, tout ce qu’il y a de m (...)

91Le geste le plus caractéristique de Bruyère consiste à privilégier ce qui existe par rapport à ce qui pourrait exister, à souligner tout ce que la nouvelle navigation détruira et à n’évaluer ses avantages qu’en fonction de la situation actuelle. Lorsqu’il compare, par exemple, les débouchés des deux navigations à Paris, Bruyère souligne que l’ancienne navigation arrive au centre de la capitale et que les marchandises peuvent être déchargées sur toute la longueur de la Seine, ce qui favorise ensuite la distribution, alors que le futur canal n’arriverait qu’en « un seul point de la circonférence de Paris », loin des consommateurs.87 Girard rappelle que le canal se poursuivra dans Paris jusqu’au bastion de l’Arsenal et que les bateaux pourront rejoindre la Seine. Mais au-delà de cette simple question de communication, il reproche à Bruyère (et à ceux qui le suivent) de ne pas se projeter dans l’avenir : « il ne faut point juger de notre état futur par notre état présent. »88 Il faut au contraire juger le canal par les possibilités qu’il va ouvrir. Contre l’idée que le canal ne ferait que doubler une navigation déjà existante sans amener « aucune augmentation dans les arrivages », Girard défend que les terres entre l’Ourcq et Paris sont riches et que leurs productions, qui sont acheminées vers Paris par la route à grands frais, profiteront d’une petite navigation adaptée au transport de ces petites productions locales. La navigation ne se limitera plus au transport des bois de la forêt de Villers-Cotterêts, mais elle pourra s’augmenter de divers produits agricoles. Il faut donc, selon Girard, prendre en compte les développements futurs induits par le canal.

92On pourrait voir dans cet argument un héritage physiocratique. En réalité, les transports dans la région concernée sont essentiellement destinés à l’approvisionnement de Paris en produits du sol (agriculture, bois, charbons), à une époque où cet approvisionnement est une préoccupation politique et administrative importante. D’ailleurs l’insistance sur les produits du sol n’exclut pas un intérêt pour les usines. En effet, dans sa conception globale des développements induits par le canal, Girard inclut une expansion industrielle de l’est parisien. À Paris, le canal descendra vers la Seine, depuis la Villette jusqu’à l’Arsenal, ce qui représente une chute d’environ 25 mètres. Girard envisage donc, non seulement de rendre cette portion navigable par des écluses, mais encore de profiter de l’eau pour établir des usines. L’évaluation des avantages à venir permet d’être beaucoup plus généreux qu’avec les avantages existants : les usines justifient à elles seules, selon Girard, tous les efforts consentis pour amener à Paris les eaux nécessaires. Il en attend un revenu considérable pour les entrepreneurs, mais aussi pour la ville de Paris, qui peut espérer retrouver en peu d’années les frais engagés pour la construction du canal. Il ne s’agit donc plus que d’établir

  • 89 Girard, ibid.

si les avantages que retirerait la capitale de cette disposition doivent l’emporter sur ceux que perdrait une portion du territoire de la République à laquelle on enlèvera les eaux dont elle jouit maintenant.89

93Car il faut répondre au principal argument de Bruyère qui concerne les destructions à opérer par rapport à l’état actuel : la nouvelle navigation suppose de supprimer de nombreuses activités, en particulier les moulins de l’Ourcq et la communication de l’Ourcq avec la Marne.

94C’est sur ces deux points que Girard va faire le geste le plus caractéristique de la faiblesse de sa position : il va, pour la première fois depuis le début de l’affaire, faire une véritable concession et proposer une modification à son projet.

  • 90 Girard évoque ainsi, pour la première fois, l’idée du canal de Soissons, qui sera, semble-t-il, déc (...)

95Pour Girard, les quelques moulins détruits ne sauraient être comparés à tout ce que son canal va créer dans Paris, mais ils n’en restent pas moins importants au niveau local. Quant à la communication avec la Marne, Girard rappelle que Paris reste la principale destination des marchandises transportées sur l’Ourcq et en conclut que la circulation vers Château-Thierry et Chalons (c’est-à-dire en remontant la Marne) est plus théorique que réelle. Mais, appliquant sa formule selon laquelle il ne faut pas juger le futur par le présent, Girard concède qu’il n’est pas impossible d’envisager qu’à l’avenir cette communication devienne intéressante, surtout si l’on considère un prolongement du canal de l’Ourcq vers le département de l’Aisne et les canaux du nord.90 Il pourrait donc y avoir un intérêt à intégrer ces deux considérations de Bruyère. Girard propose, en conséquence, deux modifications majeures à son projet. Il suggère, d’une part, de laisser un peu d’eau dans le lit de l’Ourcq pour le fonctionnement des moulins, ceux-ci devant impérativement s’adapter pour consommer le moins possible. Il propose, d’autre part, de faire descendre son canal dans la Marne. Cette deuxième modification est la plus importante : elle suppose de construire un canal presque de niveau de Mareuil à Congis et d’établir en ce lieu un réservoir qui alimenterait le canal vers Paris tel que conçu par Girard jusqu’alors (fond funiculaire, écoulement à 35 cm, petite navigation) et une descente éclusée vers la Marne.

  • 91 Girard, Mémoires sur le canal de l’Ourcq, op. cit., p. 42. Tous les ingénieurs présents détailleron (...)
  • 92 Instruction du conseiller d’État directeur général des Ponts et Chaussées, sur la vérification des (...)
  • 93 Parallèlement, Girard s’est adressé à la chambre de commerce de Paris, par l’entremise du préfet qu (...)

96Une telle concession est en rupture complète avec l’attitude de Girard, qui jusqu’alors cherchait à défendre son projet dans sa totalité en rejetant toutes les remarques de ses juges. Elle n’arrive pas au hasard. On peut y voir un gage de bonne volonté à l’adresse du conseiller d’État, qui pourrait fort bien ne pas s’embarrasser de ces nouvelles justifications. Mais on peut surtout la lire dans le contexte de la faiblesse de Girard, son manque de prise sur la situation, son ignorance du contenu exact des critiques qu’il cherche à désamorcer. L’importance de la communication avec la Marne n’est pas une idée marginale agitée par le seul Bruyère : le conseiller d’État s’est montré intéressé par cette communication pendant sa visite du canal, début avril 1804.91 Girard donne donc, très stratégiquement, une importance centrale à cette modification de son projet, parce qu’il sait qu’elle intéressera le conseiller. Et en effet, la commission des jauges que celui-ci nomme peu après pour établir le volume de la rivière d’Ourcq, recevra comme mission secondaire d’étudier les possibilités de communication avec la Marne. Dans l’instruction qui nomme cette commission, le conseiller affirme même que le projet modifié de Girard offre des « avantages sensibles. »92 De ce point de vue, les tentatives de Girard pour défendre sa cause, pour continuer à être entendu, malgré le silence dans lequel le conseiller cherche désormais à l’enfermer, n’auront pas été vaines.93

Conclure

97Avec la procédure des avis, le conseiller avait repris la décision en main. En centrant la question sur la navigation, il resserrait le débat sur la possibilité et les avantages de celle-ci. Au terme de cette consultation, il semble que le conseiller ait été convaincu de l’intérêt de la navigation sur le nouveau canal. Sa visite du canal en avril y est pour quelque chose, l’avis de Liard qu’il sollicite à cette occasion va dans ce sens, les interventions de Girard peuvent avoir joué ; mais c’est manifestement l’avis de Prony qui a été décisif en annonçant que la navigation serait encore possible même en supposant des jauges très faibles et en soutenant l’intérêt d’une petite navigation. Le conseiller va alors reformuler le problème et donner toute son importance à la possibilité de la navigation : en nommant la commission des jauges, le 20 juillet 1804, il resserre encore le débat et suspend sa décision à une épreuve quantitative, les jauges.

98Le conseiller reste donc dans l’esprit de la procédure des avis : l’affaire n’est pas réintroduite à l’assemblée et il se réserve toujours la décision. Si on suit l’avis de Prony, les jauges de l’Ourcq ne doivent servir qu’à fixer la pente et les dimensions du canal, mais non pas à trancher sur la navigation, puisque celle-ci semble plausible même pour des quantités faibles. Le conseiller doit donc s’attendre à ce que la commission fixe enfin les jauges et qu’elle annonce, grâce aux formules de Prony, les dimensions à donner au canal pour le rendre navigable. Selon ces dimensions, le conseiller pourrait alors décider de la pertinence économique d’une telle navigation. Il ne demande d’ailleurs pas à la commission de se prononcer sur celle-ci, mais uniquement d’établir un chiffre non polémique pour les jauges. Il conçoit à cette fin une commission très consensuelle. Prony est choisi pour ses connaissances particulières sur les écoulements et les jauges, mais sachant qu’il est ( avant les opérations ) ouvertement favorable à la navigation, le conseiller lui adjoint deux ingénieurs qui ont une autre conviction : Bruyère, très opposé à la navigation, et Becquey, modéré mais plutôt hostile. En réunissant des ingénieurs de toutes les tendances, le conseiller pense sans doute pouvoir plus facilement imposer les mesures.

  • 94 Rapport de Champagny à l’empereur, sur les dimensions et les directions à donner au canal de l’Ourc (...)
  • 95 ibid.

99La commission des jauges va effectivement produire un consensus : Prony, d’abord acquis à la navigation, se range avec ses collègues et, ensemble, ils établissent une valeur de jauge très faible. Ils font d’ailleurs bien davantage : augmentant la vitesse limite de salubrité à 40 centimètres par seconde, ils peuvent déclarer la navigation impossible (ce qui n’aurait pas été le cas avec les 35 centimètres de Girard.) Les ingénieurs ont donc élargi leurs compétences et se sont réappropriés la décision en la formulant comme une question entièrement technique. Cette décision a le mérite d’être consensuelle – à part Girard personne ne s’y opposera – et de mettre un terme à une affaire qui n’a que trop duré : ni le conseiller, ni le ministre n’ont donc intérêt à s’opposer à cette décision, qui est transmise à l’empereur dans un rapport qui reprend mot pour mot les conclusions des commissaires.94 Le nouveau ministre de l’intérieur, Champagny, semble beaucoup moins embarrassé à critiquer la marche suivie et à rejeter le projet en cours. Il n’hésite pas à régler l’affaire tout à fait contre Girard : il a écarté l’assemblée, il a entrepris des tranchées considérables, il a utilisé une théorie fantaisiste, ses jauges étaient excessives, etc. Le ministre annonce donc à l’empereur qu’il « faudra (…) remplacer le projet du canal de navigation par une simple rigole », dont les proportions ont d’ailleurs été fixées par la commission. « L’art a épuisé toutes ses conjectures », déclare le ministre, appelant l’empereur à « terminer par une décision impériale des débats très nuisibles et dont les suites continueraient à être dispendieuses. »95 Si le rapport de la commission est repris avec tant de conviction, appuyé, soutenu, alors qu’il va manifestement bien au-delà des attributions des commissaires, c’est qu’il offre une excellente conclusion à l’affaire, pour un ministre qui n’a pas à s’inquiéter de son implication dans les débuts de l’affaire.

  • 96 Lettre de Girard à Prony, le 29 frimaire an 13, Menpc 1620 (2).

100Mais pour obtenir cette conclusion, la commission a dû réduire Girard au silence : alors qu’elle devait être plus ou moins contradictoire, la commission a en fait ignoré Girard, ne tenant aucun compte de ses mesures concurrentes, de ses remarques sur la montée des eaux, qui remettent en question les résultats des commissaires. Girard a en vain essayé d’obtenir communication de leurs conclusions, de s’accorder avec eux sur un résultat. Il ne s’attend pas à ce que la décision soit prise en s’appuyant sur un tel rapport, qu’il considère pour sa part comme le prélude factuel à une discussion plus générale qui doit encore avoir lieu.96

  • 97 Girard, Réponses de l’ingénieur en chef de la dérivation de l’Ourcq aux conclusions du rapport des (...)
  • 98 Lettre de Girard à l’empereur, du 28 pluviôse an 13, AN F14 – 685.

101Après la remise du rapport du ministre à l’empereur, il semble que Girard n’ait plus d’interlocuteurs, que personne ne soit plus disposé à entendre les réclamations qu’il continue d’adresser au conseiller, au ministre, aux commissaires.97 L’affaire se serait arrêtée là, faute d’auditoire prêt à entendre les justifications de Girard, si celui-ci n’avait cherché une ultime voie de recours. Le seul moyen pour Girard de faire valoir l’injustice qui lui est faite, est d’en appeler à une instance plus élevée, en l’occurrence l’empereur : en février 1805, Girard adresse à celui-ci une lettre et un rapport complet sur les opérations de la commission et sur ses conclusions ; il y montre l’« erreur de fait » des commissaires, erreur de mesure et exagération des pertes, et il dénonce l’augmentation de la vitesse de 35 à 40 centimètres qu’il juge absolument injustifiée. La principale conclusion des commissaires ne tient pas et la navigation est donc bien possible.98

  • 99 « Vous pardonnerez à mon zèle les efforts que je fais pour rendre [le canal] digne du règne de votr (...)

102Pour soutenir cet appel au chef de l’État, Girard présente son action comme explicitement dirigée vers la grandeur du règne99, mais surtout il développe le thème du silence dans lequel ses adversaires l’enferment, le manque d’attention porté à ses interventions, l’ignorance par laquelle on cherche à l’exclure :

  • 100 ibid.

Autant les adversaires de ce projet paraissent craindre d’entrer en discussion avec moi sur les faits qui servent de base à leur rapport, et les conclusions qu’ils en tirent, autant je voudrais que cette discussion eût d’éclat et de solennité.100

  • 101 Girard, Observations de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq sur le rapport des commissaires cha (...)
  • 102 Lettre de Girard à l’empereur, du 28 pluviôse an 13, AN F14 – 685.

103Le retournement est brillant : ce n’est pas Girard qui est forcé au silence parce que plus personne ne veut l’entendre, ce sont ses opposants qui se défilent devant la critique, qui refusent une discussion qui devrait avoir autant de panache que l’ouvrage lui-même. Girard relève les innombrables signes d’un dysfonctionnement, d’une discussion à laquelle il n’aurait plus part : il n’a eu de cesse de réclamer le rapport, on l’empêche de répondre en lui cachant les données, les commissaires ont passé sous silence ses mesures concurrentes qui montrent leur erreur. S’il avait obtenu d’être « entendu par eux dans une conférence » ou s’il avait « eu communication de leur rapport avant la remise de celui-ci (…) à sa majesté », donc si on l’avait laissé répondre, se justifier, il n’aurait pas eu besoin de protester et de s’adresser à l’empereur.101Girard ne demande donc pas à celui-ci de se prononcer directement, il sollicite « comme une faveur infiniment précieuse, d’être entendu contradictoirement » avec la commission. Il sous-entend que les commissaires ne peuvent avoir que de mauvaises raisons pour ainsi éviter le débat : pourquoi craindraient-ils d’entrer en discussion si leurs motifs étaient justes ? Girard promet à l’empereur que le « résultat » d’une audition contradictoire « justifiera la liberté [qu’il] prend de lui en adresser la demande » : pour peu qu’on l’entende, il saura convaincre, lui qui ne craint pas de discuter.102

104C’est donc le sens de la discussion que Girard réaffirme. Pour les ingénieurs et les administrateurs, la discussion est devenue mauvaise, elle éloigne du but, elle suspend toute décision à l’épuisement de joutes argumentatives toujours renouvelées, épreuves dans lesquelles Girard arrive toujours à nouveau à mettre en valeur des problèmes qui jouent en sa faveur. Il y a donc un moment où la discussion doit cesser, parce qu’elle devient inutile, parce qu’elle ne permet plus de décider, que par l’abandon des uns ou des autres. Si Girard n’abandonne pas, il devient nécessaire de le faire taire, et c’est ce à quoi se sont employés, le conseiller d’abord, la commission des jauges ensuite. Mais faire taire est problématique, parce que c’est introduire une injustice manifeste sur laquelle Girard peut s’appuyer : tout refus de discuter peut être interprété comme une tentative de faire passer une décision en force, avec de mauvaises raisons. Alors que tout le monde s’entend pour ne plus lui laisser la parole, Girard s’appuie sur cette exclusion pour lancer encore une demande de justice, c’est-à-dire de discussion, devant l’empereur, dernière instance qui puisse encore l’accueillir, l’entendre.

Notes

1 Le meilleur signe en est que lorsque Napoléon se décidera à intervenir, les ingénieurs se soumettront aussitôt.

2 Les sources ne nous permettent d’acquérir qu’une connaissance relativement limitée de ces contraintes et rapports de force : on ignore en particulier souvent les motivations, positions et alliances des ingénieurs.

3 Séance du 8 nivôse an 11, AN F14* – 10911.

4 C’est bien le désespoir de Gauthey, pour lequel en gagnant du temps, Girard « consolide son système. »

5 Ces remarques sur le caractère inégalitaire de l’argumentation doivent nuancer des conceptions comme celles de Boltanski et Thévenot (De la justification – Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991, pp. 181-185.) Ces auteurs considèrent, en effet, que la capacité des individus à s’ajuster à une situation et à en tirer le meilleur profit est une capacité cognitive très générale et commune à tous les hommes.

6 Il n’est pas rare de voir les ingénieurs passer outre les interventions du conseiller. Voir par exemple le cas du pont de Tours, Séance du 30 germinal an 11, AN F14* – 10911.

7 Séance du 22 nivôse an 11, AN F14* – 10911.

8 Voir Lettre de Girard à Becquey, secrétaire de l’assemblée, le 21 nivôse an 11, AN F14 – 685. Un expéditionnaire copie les procès-verbaux, ainsi que certaines notes lues par les membres.

9 Cette importance de l’inscription dans les débats entre ingénieurs, explique aussi l’existence de multiples copies des procès-verbaux des séances concernant le canal de l’Ourcq dans plusieurs fonds d’archives.

10 Séance du 4 ventôse an 11, AN F14* – 10911.

11 Séance du 5 ventôse an 11, AN F14* – 10911.

12 Le retard de quelques jours par rapport au délai fixé n’est pas le fait de Girard : c’est le conseiller qui a fixé la date. Lettre de Girard au conseiller du 27 nivôse an 11, AN F14 – 685.

13 Séance du 6 pluviôse an 11, AN F14* – 10911.

14 Séance du 6 pluviôse an 11, AN F14* – 10911.

15 C’est cette explication de l’affaire que Girard développera dans ses Mémoires sur le canal de l’Ourcq, Paris, Carilian-Gœury, 1831.

16 Dans l’affaire de Saint-Quentin on a vainement essayé de contenir l’expansion de la discussion par ce moyen. Séance du 26 ventôse an 9, AN F14* – 10910.

17 Séance du 5 ventôse an 11, AN F14* – 10911. Le projet présenté par Girard en novembre 1802 ne va que jusqu’à la forêt de Bondy.

18 Les commissaires ont eu connaissance du tracé dans les bois de Saint-Denis, bien que Girard n’ait jamais présenté cette partie à l’examen : pendant l’affrontement à propos de la butte de la Folie, ils avaient exigé et obtenu du conseiller que Girard leur transmette ses plans, où figuraient le tracé des bois de Saint-Denis.

19 Séance du 11 ventôse an 11, AN F14* – 10911.

20 Séance du 7 floréal an 11, AN F14* – 10911.

21 Girard mettra en avant cette interprétation dans son Rapport de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq à l’assemblée des Ponts et Chaussées, 4 prairial an 11, Paris, Imprimerie des Annales des Arts et Manufactures, an 11, p. 14.

22 Séance du 7 floréal an 11, AN F14* – 10911.

23 Guillon, « Un ingénieur orléanais – Lecreulx (1728-1812) » in Mémoires de la société archéologique et historique de l’Orléanais, 1905, tome 29, p. 451.

24 Séance du 7 floréal an 11, AN F14* – 10911.

25 Dans le cas présent toutefois, Gauthey a déjà créé une certaine confusion, en désignant à plusieurs reprises le tracé de la commission comme sien et en présentant comme collectifs des propos non avoués par ses collègues commissaires.

26 Lettre de Girard au conseiller d’État, le 27 nivôse an 11, AN F14 – 685.

27 Séance du 7 floréal an 11, AN F14* – 10911.

28 Guillon, op. cit., p. 450.

29 Si un ingénieur a le droit de faire figurer son désaccord au procès-verbal, il ne saurait le faire lui-même : la transcription du secrétaire permet de transformer une opposition qui menace la décision, en une réserve qui n’engage que son auteur. Voir le cas du pont de Tours, où la violence de Gauthey est prise en charge par le secrétaire et finalement neutralisée. Séance du 3 ventôse an 10, AN F14* – 10910.

30 Guillon, op. cit., p. 450.

31 Dans ses Mémoires, Girard développera une image de Gauthey assez similaire : ses succès, sa grande expérience, lui auraient acquis une place particulière à l’assemblée, un « droit de parler avec une sorte d’autorité […] et, bien que ses collègues eussent quelquefois à lui reprocher l’âpreté de ses formes, et fussent généralement peu disposés à être de son avis, ils y étaient presque toujours ramenés, soit qu’il fût parvenu à les convaincre, soit qu’ils désespérassent de lutter avec avantage contre un adversaire que la crainte du travail et de l’application n’avait jamais fait reculer. » Girard, Mémoires sur le canal de l’Ourcq, Paris, Carilian-Gœury, 1831, tome 1er, p. 27.

32 S’il semble exister à l’assemblée, dès les premières séances, un parti opposé à la navigation (Besnard et Bruyère), le rapporteur ne laisse guère l’occasion à cette opinion d’émerger.

33 C’est en ces termes que Girard décrit Gauthey. Girard, op. cit., p. 27

34 Séance du 7 floréal an 11, AN F14* – 10911.

35 Conseil des Ponts et Chaussées, séances du 5 messidor an 11, AN F14* – 10912. Il faut relever toutefois que le rapporteur n’est autre que Gauthey, qui pense avoir tout intérêt à ce que les vérifications se fassent.

36 L’intendant Trudaine cité par Jean Petot, Histoire de l’administration des Ponts et Chaussées, 1599-1815, Paris, Marcel Rivière, 1958, p. 172.

37 Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France – La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1989, pp. 32-34. Certains ingénieurs critiquent les effets pernicieux de cette discrétion administrative. Voir Lecreulx, Mémoire sur la construction des chemins publics et les moyens de les exécuter, 1782, s.l., p. 4.

38 Bourguet, op. cit., p. 93.

39 En 1811, l’inspecteur Lecreulx se voit refuser l’imprimatur pour son ouvrage Essai historique sur le corps des Ponts et Chaussées (reproduit par extraits dans Guillon, op. cit.) La vision agitée que Lecreulx y donne du corps n’est pas nécessairement déterminante, car même des ouvrages caricaturalement apologiques du régime sont condamnés, par exemple celui du secrétaire général des Ponts et Chaussées Courtin, Travaux des Ponts et Chaussées depuis 1800, ou tableau des constructions neuves faites sous le règne de Napoléon Ier (Paris, Gœury, 1812), qui donne une présentation pacifiée des affaires et dont l’exposé est entièrement organisé autour de la paternité de l’empereur dans les travaux publics.

40 Lettre du conseiller d’État (Montalivet) à Laborde, maître des requêtes chargé des Ponts et Chaussées dans le département de la Seine, le 24 mars 1812, AN F14 – 2147. L’affaire Laborde est particulièrement violente : les quelques exemplaires d’un rapport un peu critique qu’il a fait imprimer sont saisis chez lui comme chez l’imprimeur avec les cuivres des planches.

41 Lettre de l’assemblée des Ponts et Chaussées au ministre de l’intérieur (Laplace), le 8 frimaire an 8, Menpc 2489.

42 Recueil polytechnique des Ponts et Chaussées, Paris, Gœury, an 11-12 (1er volume) et 1807 (2e volume.)

43 Séance du conseil des Ponts et Chaussées du 24 messidor an 11, AN F14* – 10912. Voir aussi la Séances du 5 messidor an 11. Après avoir échoué auprès des ingénieurs, Houard cherchera à convaincre le ministre de l’intérieur.

44 Séance du conseil des Ponts et Chaussées du 24 messidor an 11, AN F14* – 10912.

45 Mensuel pour les années 11 (6 cahiers) et 12 (12 cahiers), le Recueil paraît aussi en 24 cahiers formant un deuxième volume en 1807, dont il n’est pas évident qu’il ait existé sous forme de cahiers séparés.

46 Séance du conseil des Ponts et Chaussées du 24 messidor an 11, AN F14* – 10912.

47 Recueil polytechnique des Ponts et Chaussées, « Avertissement » au 1er tome, an 11.

48 Gauthey, Projet de dérivation jusqu’à Paris des rivières d’Ourcq, Thérouenne et Beuvronne, d’une part, et des rivières d’Essone, Juine, Orge, Yvette et Bièvre de l’autre, Paris, Perronneau, 1803. Il s’agit de la reprise imprimée d’un mémoire lu au conseil des Ponts et Chaussées en frimaire an 11. Pour la date de cette publication, voir Girard, op. cit., p. 32.

49 Girard, Rapport de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq au préfet du département de la Seine, sur les travaux exécutés pendant le premier semestre de l’an 11, Paris, Imprimerie des Arts et Manufactures, an 11.

50 Le public visé semble être d’abord le conseil municipal devant lequel le préfet doit se justifier. Girard, Mémoires sur le canal de l’Ourcq, op. cit., p. 32.

51 Girard, Rapport de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq au préfet, op. cit., p. 4.

52 Girard, Rapport de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq à l’assemblée, op. cit., Gauthey, Lettre au Préfet du département de la Seine au sujet des travaux de la dérivation du canal de l’Ourcq, Paris, Perronneau, 1803.

53 Girard, ibid.

54 Lettre de Girard au conseiller d’État, le 4 prairial an 11, reproduit in Girard, op. cit., pp. 3-4.

55 Lettre de Girard au président de l’assemblée des Ponts et Chaussées (Cessart), le 4 prairial an 11, AN F14 – 685.

56 Gauthey, op. cit., p. 14.

57 Gauthey, op. cit., p. 17. Gauthey compte comme second mémoire l’impression par Girard d’une feuille de calculs distribuée à l’assemblée sur la comparaison des terrasses dans la butte de la Folie. Girard, Résultat de la vérification des calculs sur lesquels sont appuyés les conclusions du rapport lu à l’assemblée des Ponts et Chaussées le 22 nivôse dernier, le 4 ventôse an 11, s.l. Menpc 1620 (1).

58 Gauthey, op. cit., pp. 29-30.

59 Gauthey, op. cit., pp. 7, 8 et 18. Girard, Rapport de l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées à l’assemblée des Ponts et Chaussées, 4 prairial an 11, op. cit., p. 11.

60 Girard décrit le terrain de manière très visuelle pour expliquer qu’on ne peut éviter de faire une tranchée dans les bois de Saint-Denis, et lorsqu’il aborde des questions plus techniques, il détaille le sens de son propos, les enjeux sous-jacents, de manière à se rendre intelligible d’un vaste public. Voir, par exemple, Girard, op. cit., p. 13.

61 Girard, Rapport de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq au préfet du département de la Seine, etc., op. cit., p. 5.

62 Girard, Rapport de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq à l’assemblée des Ponts et Chaussées, 4 prairial an 11, op. cit., p. 14.

63 Gauthey, op. cit., p. 25.

64 Recueil polytechnique, an 11, 2e cahier, pp. 27-28 et 3e cahier, p. 29.

65 Recueil polytechnique, an 11, 5e cahier, pp. 71-72.

66 Recueil polytechnique, an 11, 6e cahier, p. 83.

67 Houard ignore le désaccord sur la butte de la Folie et accuse donc à tort Girard de variation dans les chiffres. Il affirme aussi que Girard n’était qu’un simple élève avant d’être nommé directeur du canal.

68 Recueil polytechnique, an 12, 2e cahier, p. 109.

69 Recueil polytechnique, an 12, 2e cahier, p. 118.

70 Le nom de Girard n’est pas cité dans la plupart des ouvrages évoquant le canal de l’Ourcq pendant cette période.

71 Tarbé de Saint-Hardouin, F. P. H. Notices biographiques, Paris, Baudry, 1884, pp. 89-93.

72 La Millière, op. cit., p. 83.

73 Instruction du 26 vendémiaire an 12, voir Girard, Mémoires sur le canal de l’Ourcq, op. cit., p. 40.

74 Bruyère, Observations sur la dérivation de l’Ourcq par Louis Bruyère, ingénieur en chef, 22 nivôse an 11. On le trouve dans toutes les séries d’avis conservées : Mbhvp 1177, Menpc 1863, AN F14 – 7012.

75 Bruyère, Rapport du 9 floréal an 10 sur les moyens de fournir l’eau nécessaire à la Ville de Paris, Paris Courcier, 1804.

76 C’est lors d’une visite du canal, en avril 1804, que Liard est remarqué par le conseiller, qui lui demande de rédiger son avis. Voir Girard, Mémoires sur le canal de l’Ourcq, op. cit., p. 42.

77 Lecreulx, Mémoire et avis sur un canal destiné à amener les eaux à Paris, 15 pluviôse an 11, Mbhvp 1177.

78 Gauthey est le seul qui reste acquis à la grande navigation. Prony est le seul à estimer que la plupart des difficultés invoquées par ses collègues n’ont rien d’exceptionnelles et que la petite navigation est avantageuse et réalisable.

79 Girard, Mémoire sur une modification proposée au projet général du canal de l’Ourcq, 27 germinal an 12, Mbhvp 1177.

80 Girard, ibid.

81 Girard, ibid.

82 Girard, ibid.

83 Girard, ibid.

84 Gauthey, Lettre au Préfet du département de la Seine,op. cit.  ; Bruyère, Observations sur la dérivation de l’Ourcq, 22 nivôse an 11, Mbhvp 1177.

85 Girard, ibid.

86 L’argument rationaliste, déjà utilisé dans le cas de Saint-Quentin, permet d’expliquer comment une majorité peut se tromper.

87 Bruyère, ibid.

88 Girard, ibid. Girard juge d’ailleurs l’état présent, la navigation actuelle, tout ce qu’il y a de moins satisfaisant : il rappelle qu’elle a été très endommagée sous la Révolution, de sorte qu’il faudra investir de toute façon.

89 Girard, ibid.

90 Girard évoque ainsi, pour la première fois, l’idée du canal de Soissons, qui sera, semble-t-il, décisive dans la décision finale de Napoléon.

91 Girard, Mémoires sur le canal de l’Ourcq, op. cit., p. 42. Tous les ingénieurs présents détailleront la possibilité d’une telle descente dans la Marne. Liard, Notes relatives à la dérivation de l’Ourcq, 19 germinal an 12, Mbhvp 1177 ; Prony, Rapport du directeur de l’école des Ponts et Chaussées sur le projet du canal de l’Ourcq, 25 floréal an 12, AN F14 – 7012.

92 Instruction du conseiller d’État directeur général des Ponts et Chaussées, sur la vérification des jauges de la rivière d’Ourcq et de ses affluents, 1er thermidor an 12, AN F14 – 7012.

93 Parallèlement, Girard s’est adressé à la chambre de commerce de Paris, par l’entremise du préfet qui semble soucieux que les travaux soient poursuivis et non désapprouvés. Celle-ci accueille très favorablement les projets de Girard (reprenant même mot pour mot ses raisonnements) et se montre particulièrement sensible aux perspectives de développement de l’est parisien et à la rentabilité de la petite navigation. Elle conseille au ministre de l’intérieur de poursuivre la construction du canal tel que proposé par Girard dans son projet modifié et il n’est pas à exclure que cette recommandation ait eu un effet sur le conseiller d’État. Girard, Note sur la question de savoir s’il est avantageux de rendre le canal de l’Ourcq navigable depuis Mareuil jusqu’à Paris, 15 floréal an 12, AN F14 – 7012. Préfecture du département de la Seine, Chambre de commerce de Paris – Rapport sur le canal de l’Ourcq, 27 prairial an 12, Menpc 1863. Sur la chambre de commerce de Paris, voir Claire Lemercier, Un si discret pouvoir – Aux origines de la chambre de commerce de Paris, 1803-1853, Paris, La Découverte, 2003.

94 Rapport de Champagny à l’empereur, sur les dimensions et les directions à donner au canal de l’Ourcq, 24 pluviôse an 13, AN F14 – 7012.

95 ibid.

96 Lettre de Girard à Prony, le 29 frimaire an 13, Menpc 1620 (2).

97 Girard, Réponses de l’ingénieur en chef de la dérivation de l’Ourcq aux conclusions du rapport des commissaires chargés de vérifier les jauges de l’Ourcq, 4 ventôse an 13, AN F14 – 7012. Lettre de Girard au conseiller d’État du 26 pluviôse an 13, AN F14 – 685.

98 Lettre de Girard à l’empereur, du 28 pluviôse an 13, AN F14 – 685.

99 « Vous pardonnerez à mon zèle les efforts que je fais pour rendre [le canal] digne du règne de votre majesté. » ibid.

100 ibid.

101 Girard, Observations de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq sur le rapport des commissaires chargés de vérifier les jauges de cette rivière et de ses affluents, AN F14 – 7012.

102 Lettre de Girard à l’empereur, du 28 pluviôse an 13, AN F14 – 685.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search