Version classiqueVersion mobile

Paris a besoin d’eau

 | 
Frédéric Graber

Chapitre V. Une affaire d’eau. Potable à 35 centimètres

Texte intégral

1L’affaire de l’Ourcq tient aussi à la nature particulière de l’ouvrage : le canal doit alimenter Paris en eau potable. Or, les canaux, ceux d’adduction en particulier, occupent une place tout à fait à part dans l’activité des ingénieurs des Ponts et Chaussées du début du xixe siècle.

  • 1 Lettre de Lecreulx à La Millière, 1789, AN F14 – 11053.
  • 2 Sur les nouvelles attributions du corps, voir Antoine Picon, L’invention de l’ingénieur moderne – L (...)
  • 3 Dans le cas du canal du centre, par exemple, Gauthey, après avoir été au service d’entrepreneurs et (...)
  • 4 Voir Jean Petot, Histoire de l’administration des Ponts et Chaussées, 1599-1815, Paris, Marcel Rivi (...)
  • 5 Petot, op. cit., pp. 349-353.
  • 6 La fondation de l’Institut, le 5 fructidor an 3 (22 août 1795), en est un signe : les nombreuses ch (...)

2Cela tient d’abord au fait que les ingénieurs sont tout récemment devenus les experts exclusifs en matière de canaux. Jusqu’à la Révolution, canaux et rivières navigables ne comptaient pas parmi les attributions classiques du corps, et les ingénieurs les concevaient eux-mêmes comme des « ouvrages étrangers aux Ponts et Chaussées. »1 Le corps s’est d’abord constitué autour des routes et des ponts et a conquis de nouvelles attributions au cours du xviiie siècle, en particulier les travaux maritimes.2 Mais pour les canaux, si le corps est parfois impliqué dans des projets, c’est souvent à l’initiative d’un de ses ingénieurs et toujours en concurrence serrée avec les militaires et surtout les entrepreneurs.3 Le corps n’a pas, au xviiie siècle, l’exclusivité de l’initiative en la matière, et il n’a pas surtout celle du jugement, qui revient le plus souvent à l’Académie des Sciences. Si la royauté s’intéresse beaucoup aux canaux à partir des années 1770, si elle crée même des « inspecteurs généraux de la navigation intérieure », ce sont des académiciens (d’Alembert, Bossut et Condorcet) et non des ingénieurs des Ponts et Chaussées.4 C’est la loi d’organisation du corps, de janvier 1791, qui inclut les canaux dans ses attributions et lui donne l’exclusivité du jugement en la matière. Mais il n’aura guère l’occasion de l’exercer, car les révolutionnaires vont presque entièrement se passer de ses services, discuter seuls des projets de canaux proposés par des entrepreneurs, et les autoriser en grand nombre sur des critères surtout financiers.5 Si le régime thermidorien et le Directoire montrent déjà plus de confiance à l’égard des ingénieurs6, c’est surtout avec le Consulat, que les Ponts et Chaussées vont devenir effectivement les experts en matière de canaux : avec le redressement économique et un pouvoir qui affiche une politique très volontariste en matière de Travaux Publics, de nombreuses propositions d’entrepreneurs affluent vers le gouvernement, qui les transmet désormais systématiquement à l’assemblée des Ponts et Chaussées.

  • 7 L’exemple de Pitot avec des aqueducs à Montpellier et à Carcassonne fait presque figure d’exception (...)
  • 8 Dominique Massounie, Les monuments de l’eau : aqueducs, châteaux d’eau et fontaines dans la ville m (...)
  • 9 C’est le cas du projet de dérivation de la Beuvronne en 1785 par Brullée. Extrait des registres de (...)
  • 10 À partir du milieu du xviiie siècle, la ville de Paris ne se range plus systématiquement à l’avis d (...)
  • 11 Voir Jean Bouchary, L’eau à Paris à la fin du xviiie siècle – La Compagnie des eaux de Paris et l’e (...)

3Si le corps n’était pas jusqu’alors le seul expert en matière de canaux, il n’en avait pas moins une grande pratique de ces ouvrages. Des canaux de navigation, tout au moins, car il est un genre de canal où ses ingénieurs n’avaient ni l’exclusivité de l’expertise, ni même une véritable pratique : les canaux d’adduction pour l’alimentation des villes. Les Ponts et Chaussées ont rarement été impliqués dans ce type de projet au xviiie siècle.7 Ces ouvrages, le plus souvent à l’initiative des villes, étaient confiés en général à des architectes, parfois à des ingénieurs militaires.8 Pour de grands ouvrages, l’Académie des Sciences pouvait être amenée à se prononcer9, la Faculté de médecine parfois sur la qualité de l’eau, mais le plus souvent ces expertises n’étaient pas décisives et la construction restait subordonnée à l’architecte de la ville ou, à Paris, au contrôleur garde des eaux et fontaines.10 Un grand projet fait ici figure d’exception, la dérivation de l’Yvette : d’abord proposée en 1762 par l’académicien Deparcieux, le projet sera confié aux ingénieurs des Ponts et Chaussées Perronet et Chézy. Ce n’est pas sous cette forme cependant qu’il connaîtra un début d’exécution dans les dernières années de l’Ancien Régime, puisqu’une formulation concurrente par Fer de la Nouerre l’emportera.11 Si le projet de Perronet va s’imposer comme une référence incontournable pour les projets d’adduction des Ponts et Chaussées, et en particulier dans l’affaire de l’Ourcq, c’est certes grâce à la célébrité de Perronet, premier ingénieur et figure centrale du corps, mais surtout parce qu’il n’y a pas d’autres références en la matière dans le corps.

4Le canal de l’Ourcq, en tant qu’il doit être canal d’adduction pour alimenter Paris, est pour les Ponts et Chaussées le premier grand projet de ce type après l’Yvette. Une des caractéristiques de l’affaire de l’Ourcq tient donc à la nature exceptionnelle de l’ouvrage : la réalisation d’une adduction pour laquelle les ingénieurs n’ont que très peu d’expérience. De ce fait, ils n’ont pas de réponses stabilisées à un certain nombre de problèmes propres à ce genre d’ouvrage. L’adduction pose en effet deux questions spécifiques à l’ingénieur : d’une part, la potabilité, la qualité de l’eau qu’on se propose d’apporter aux habitants ; d’autre part, la forme qu’on doit donner à ces canaux, leur pente. Nous allons ici nous concentrer sur la seule question de la qualité de l’eau, et nous reviendrons sur la forme du canal au chapitre suivant.

5Pour saisir la spécificité du discours sur l’eau des ingénieurs des Ponts et Chaussées en 1800, il faut reprendre la question de la qualité de l’eau d’une manière plus générale. Avant d’aborder les discussions des ingénieurs, il nous semble en effet important de préciser ce que pouvaient être leurs connaissances à ce sujet, et ce d’autant plus que le projet du canal de l’Yvette, qui est leur référence centrale en matière d’adduction, a été à l’origine directe ou indirecte de l’essentiel des discours sur la qualité de l’eau dans la deuxième moitié du xviiie siècle. Nous allons donc quitter provisoirement ces ingénieurs pour procéder à un inventaire des divers discours existant sur cette question dans le second xviiie siècle, en reprenant plusieurs travaux qui concernent de près ou de loin le canal de l’Yvette. Ce détour peut sembler paradoxal puisque nous nous proposons d’aborder toutes sortes de méthodes d’évaluation de la qualité de l’eau dont précisément les ingénieurs ne feront pas usage. Mais considérant qu’ils ne pouvaient pas ignorer ces méthodes (du fait en particulier de leur constante référence à l’Yvette), cette présentation permettra de comprendre, dans un deuxième temps et en quelque sorte en négatif, les conceptions très particulières que ces ingénieurs vont mettre en avant.

  • 12 Voir l’ouvrage de référence, Chritopher Hamlin, A Science of Impurity – Water Analysis in Nineteent (...)
  • 13 Hamlin, op. cit., pp. 1-13.

6La question de la qualité de l’eau au xviiie et au début du xixe siècle a été très peu étudiée : les rares travaux existants concernent surtout l’Angleterre et s’intéressent davantage aux eaux minérales qu’aux eaux potables.12 Ces études considèrent que la question de la potabilité devient pertinente surtout à partir du xixe siècle, lorsque l’eau et sa qualité sont progressivement prises en charge par la puissance publique ; les pratiques scientifiques engagées dans l’évaluation de cette qualité se professionnaliseraient à mesure de leur plus grande implication dans les prises de décision publique.13 Le tour d’horizon que nous proposons des différents moyens disponibles pour évaluer la qualité de l’eau dans la seconde moitié du xviiie siècle constitue un premier aperçu de cette question, aperçu nécessairement restreint dans le contexte de cet ouvrage, mais suffisamment large pour faire sentir toute la diversité des discours et des personnes impliquées. Le xviiie siècle a de multiples réponses à la question de la qualité de l’eau, et c’est par rapport à celles-ci qu’il faudra interpréter les préférences des ingénieurs.

L’eau commune : polémique et comparaison

  • 14 Sur les eaux minérales, voir les travaux de Noel G. Coley, ainsi que le Supplément n° 10 de Medical (...)

7Peu d’écrits concernant la qualité de l’eau nous sont parvenus, mis à part pour les eaux minérales, qui présentaient au xviiie siècle des enjeux économiques et savants (au croisement de la médecine et de la chimie) et qui ont généré une grande production discursive.14Nous n’allons pas ici nous étendre sur les eaux minérales, mais il faut souligner leur importance pour l’étude des eaux ordinaires à deux égards. D’une part, les eaux communes sont définies au xviiie siècle par opposition aux eaux minérales : celles-ci sont conçues conjointement comme produisant un effet sensible sur le corps humain et comme contenant des constituants en quantité sensible, cette double définition générant une certaine tension entre les approches médicales et les approches chimiques. D’autre part, la plupart des approches savantes sur la qualité de l’eau ont été développées dans le cadre des études sur les eaux minérales.

8Avant le premier projet de l’Yvette par Deparcieux en 1762, la qualité de l’eau n’est abordée, dans les projets hydrauliques, que d’une manière très générale : on se contente de déclarer que l’eau fournie sera saine, bonne à boire ou pour toutes sortes d’usages, sans préciser la manière dont s’établit cette qualité. Il faut dire que les projets parisiens jusqu’à cette date sont presque tous des pompages dans la Seine : tant que l’eau qu’on se propose de fournir dans ces projets est la même qu’on puise déjà, l’investissement argumentatif dans la qualité est très faible, même pour les quelques entreprises qui proposent des eaux filtrées.

9Le projet de l’Yvette va tout à fait changer la donne. Deparcieux ne s’intéresse pas spontanément à la qualité de l’eau, mais ses concurrents vont s’en saisir (parmi d’autres arguments, en particulier économiques) pour attaquer son projet de dérivation. La question de la qualité apparaît donc d’abord comme une affaire de comparaison entre les partisans de la Seine et ceux de l’Yvette, avant de se généraliser même entre projets de pompage dans la Seine. Dans cette comparaison, la Seine bénéficie d’un avantage de taille : c’est une boisson éprouvée, c’est l’eau normale et usuelle, alors que l’Yvette apporte une eau inconnue, donc facilement suspecte. Toutes les eaux qu’on voudra amener à Paris (Yvette, Beuvronne, Ourcq) seront ainsi comparées à celle de la Seine, qui devient l’eau de référence, d’autant que la plupart des techniques d’analyse ne livrent pas de conclusions simples indépendamment d’un tel point de comparaison.

  • 15 Deparcieux, « Mémoire sur la possibilité d’amener à Paris, à la même hauteur à laquelle y arrivent (...)

10L’opposition entre les eaux de l’Yvette et celles de la Seine se joue à plusieurs niveaux : celui des puissants, dont le soutien politique est nécessaire pour la mise en œuvre des projets15 ; celui d’une opinion publique que les différents concurrents cherchent à impliquer aussi largement que possible, en répandant dans des libelles et des journaux toutes sortes d’attaques contre l’entreprise adverse. Ainsi l’argument de la qualité s’adresse au plus grand nombre pour le convaincre que l’eau de l’Yvette (ou de la Seine) est infecte, et aux petit nombre des investisseurs, des édiles, pour leur faire craindre l’échec du projet. Cette dimension publique prend une très grande ampleur dans les années 1780, lorsque les deux grandes entreprises concurrentes, celle de pompage par les frères Perier et celle de dérivation de l’Yvette par Fer de la Nouerre, s’associent les services d’écrivains, respectivement Beaumarchais et Mirabeau, pour combattre publiquement le projet adverse.

  • 16 Darcet, Majault, Poissonier, Roux et de la Rivière, Analyses comparées des eaux de l’Yvette, de Sei (...)
  • 17 Parmentier, « Dissertation physique, chimique et économique sur la nature et la salubrité de l’eau (...)

11Les arguments qui sont déployés dans ces projets et débats sont le produit d’approches plus ou moins savantes, mais ils font parfois référence à des expertises menées dans le cadre de ces projets. Outre ses propres travaux en la matière, Deparcieux va faire appel en 1762 à des collègues chimistes de l’Académie des sciences, lesquels n’identifient dans l’eau de l’Yvette « qu’un peu de sélénite » et la déclarent comme la Seine, très bonne. Puis après quelques années de polémique enflammée, il suscite en 1766 la formation d’une commission de la faculté de médecine de Paris, qui conduira une comparaison plus générale avec plusieurs eaux en usage dans Paris, et conclura que l’eau de l’Yvette ressemble beaucoup à la celle de la Seine.16Comme les défenses de l’Yvette sont agrémentées chez Deparcieux, et chez ceux qui après lui défendront un projet similaire, d’attaques toujours plus vives contre l’évidente supériorité des eaux de la Seine, une apologie de ces dernières va se révéler nécessaire. Parmi les multiples avocats de ces eaux, Antoine Parmentier occupe une place à part : c’est le savant de l’autre camp. Sa Dissertation sur les eaux de la Seine paraît pour la première fois en 1775 pour s’opposer à une nouvelle version du projet de l’Yvette par Perronet, et pour la seconde fois en 1787 après que Fer de la Nouerre ait obtenu l’autorisation de construire sa version du canal de l’Yvette.17 Ce texte aura, nous le verrons, un retentissement très large.

12Parmi les approches de la qualité de l’eau que nous allons exposer à présent, seules les premières, les analyses de types chimiques, sont exclusivement le fait de savants (chimistes ou médecins), les autres, moins techniques, se retrouvent à des degrés et sous des formes diverses tant dans les analyses savantes que dans les projets et débats.

Analyses chimiques

  • 18 Noel G. Coley, « Physicians, chemists and the analysis of mineral waters : “the most difficult part (...)
  • 19 Suite entre autres aux travaux de Torbern Bergman en Suède et ceux de Fourcroy en France, cette mét (...)

13On trouve au xviiie siècle essentiellement deux grands types d’analyse chimique : l’analyse par les réactifs et celle par évaporation. La première est essentiellement qualitative ; elle vise à déterminer la présence de différentes substances, grâce à des réactifs qui produisent (ou non) des couleurs, des précipités, à des vitesses plus ou moins rapides. Des savants de toute l’Europe ont tenté au xviiie siècle de systématiser une multiplicité de tests qui n’avaient souvent aucun caractère discriminant.18 Les médecins qui analysent l’Yvette en 1766 y sacrifient tout en soulignant leur doutes – les multiples confusions que cette méthode peut induire19 – manifestement pour ne pas encourir le reproche de l’avoir ignorée.

  • 20 Raulin, Traité analytique des eaux minérales, Paris, Vincent, 1772, p. 97.

14La deuxième méthode a clairement leur préférence, comme celle d’ailleurs de la plupart des savants : pour connaître les sels en dissolution dans l’eau, on enlève l’eau par évaporation, par ébullition, pour ne garder qu’un résidu. Bien que cette opération ne soit pas considérée comme triviale par plusieurs chimistes renommés (Lavoisier, Chaptal), qui soulignent une possible transformation ou évaporation des sels, on la considère comme « le moyen le plus simple pour obtenir les substances des eaux. »20 La méthode n’est pas sans difficultés puisqu’elle suppose une grande quantité d’eau (10 à 50 litres) qui doit être transportée sans être altérée. C’est une méthode essentiellement quantitative : on mesure le poids global du résidu, qui n’est pas sans ambiguïté puisqu’il dépend fortement de l’état de dessication – ce qui fera rejeter cette méthode en particulier par Lavoisier. Il n’est toutefois pas exclu d’en faire aussi une méthode qualitative : on cherche parfois à identifier les substances en observant leur cristallisation, en les sentant, les goûtant, ou en étudiant leur solubilité.

  • 21 La sélénite désigne les sulfates de calcium ; le lien est parfois établi entre la présence massive (...)

15Si le poids du résidu devient de fait le principal critère d’évaluation des eaux par les savants, c’est que c’est le moyen le plus clair pour juger de la pureté, entendue comme absence d’éléments étrangers. En effet, les savants n’ont pas d’opinions arrêtées sur le caractère nocif ou bénéfique de la présence de tel ou tel sel en particulier, d’autant que toutes les eaux communes analysées révèlent des constituants à peu près semblables. Les discours classiques sur les eaux minérales, qui établissent des liens forts entre la présence de tel sel et une qualité particulière de l’eau, sont hors sujet pour les eaux communes. Seules les matières végétales et la sélénite font exception, l’une étant responsable d’un goût désagréable, l’autre par sa présence fréquente, importante.21Face à la difficulté d’interpréter la présence des sels, le poids du résidu semble donc un bon critère pour distinguer les eaux. La priorité donnée au quantitatif dans les conclusions se maintiendra d’ailleurs jusque dans le xixe siècle, malgré l’amélioration des techniques d’identification des éléments.

  • 22 B. Bensaude-Vincent, « Eaux et mesures. Eclairage sur l’itinéraire intellectuel du jeune Lavoisier  (...)
  • 23 « Eau (Chimie) », in Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1 (...)
  • 24 Macquart, Manuel sur les propriétés de l’eau, particulièrement dans l’art de guérir, Paris, Nyon, 1 (...)

16Il existe pourtant une troisième méthode d’analyse savante, qui utilise un instrument symbole de l’obsession du xviiie siècle pour la mesure, l’instrumentation et la précision : l’aréomètre, qui permet de distinguer les eaux par leur poids.22 Cette technique d’évaluation de la qualité est déjà évoquée en 1755 dans l’Encyclopédie  : elle permettrait de mesurer la légèreté d’une eau, comparée à celle de l’eau distillée.23Deparcieux lui donne sa préférence dans les analyses qu’il fait de l’eau de l’Yvette en 1762 et cette méthode est reprise souvent après lui. Elle pose pourtant des problèmes, en particulier sur le sens qu’il convient de donner à ce que l’on mesure, la légèreté, qui est conçue tantôt comme quantitative (la pesanteur de l’eau en fonction des sels dissous) tantôt comme qualitative, liée au goût et expliquée par la présence d’air dans l’eau. Quand bien même les savants ne considèrent que la dissolution des sels, la pesanteur de l’eau apparaît comme une fonction très irrégulière de la nature et de la quantité de sels dissous. Enfin, on rencontre un problème que toutes les méthodes savantes ont en commun : il faut établir l’eau distillée comme idéal de pureté, ce qui pose un problème sérieux, parce que cette eau se trouve avoir un goût très désagréable.24Dans les faits, c’est donc toujours la Seine qui revient comme eau de référence, généralement pour arriver à la conclusion que les eaux de l’Yvette (comme plus tard celles de la Beuvronne ou de l’Ourcq) sont très similaires à celles de la Seine.

  • 25 À la même époque apparaissent aussi des sels d’eaux célèbres (à dissoudre) vendues à travers toute (...)

17Les expériences de dissolution de sels pour donner sens aux mesures aréométriques touchent à une limite de l’analyse : les savants voudraient être en mesure de retrouver par l’analyse ce qu’ils ont mis dans l’eau, or cette prétention est illusoire selon les multiples critiques des analyses chimiques. La capacité de la chimie à trouver ce qu’elle a mis dans l’eau devient dans le second xviiie siècle décisive pour la valeur des analyses chimiques et cela explique la grande importance donnée par les chimistes aux eaux artificielles. Depuis la fin du xviie siècle, la préparation d’eaux minérales artificielles se multiplie, imitant généralement des eaux célèbres en reproduisant une qualité dominante (eaux acidules, alcalines, salines, ferrugineuses, sulfureuses.)25 Si les pharmaciens et chimistes ne sont pas toujours à l’origine de ces produits, ils en suivent l’évolution de très près, en particulier Torbern Bergman qui fera de la production des eaux le critère ultime d’une analyse réussie. Mais c’est là plutôt un idéal qu’une réalité, surtout pour les eaux communes. Au début du xixe siècle, les savants de l’Institut qui analyse les eaux artificielles se contentent seulement de garantir qu’elles contiennent bien les principes dominants annoncés.

Les usages font la qualité

18Les analyses chimiques occupent beaucoup de place dans les rapports des savants, mais les conclusions se focalisent en général sur le seul résidu. Les discours savants comme non savants introduisent par ailleurs un certain nombre d’approches concurrentes, plus simples et plus proches des usages, qui en font dans le débat public des outils beaucoup plus performants pour argumenter pour ou contre la qualité.

  • 26 Macquart, op. cit., p. 98.

19Une première méthode s’inspire du raisonnement médical sur les eaux minérales, c’est-à-dire l’observation des effets des eaux sur la santé : l’eau est pure si elle « conserve le teint frais et une bonne santé à ceux qui en font un usage habituel et qu’elle passe facilement par les voies urinaires », ce qui n’est pas acquis pour la Seine puisqu’on lui oppose souvent les diarrhées dont souffrent les voyageurs de passage à Paris.26 Les défenseurs de la Seine répliquent que tous les Parisiens buvant la même eau, ils devraient être tous malades si cette eau n’était pas saine. Une seconde méthode, qui suppose implicitement que les populations sont les meilleurs juges, consiste à interroger celles-ci sur leurs usages : les médecins de 1766 prétendent ainsi que les habitants préfèrent l’Yvette aux nombreuses sources qui les entourent, ce qui parle de soi-même. Mais ce discours rapporté est faible parce qu’on peut aisément, comme Parmentier, affirmer l’inverse : les habitants au contraire préfèreraient les sources.

  • 27 Parmentier, op. cit., p. 161.

20Une troisième méthode consiste à se référer à des utilisations concrètes de l’eau, une méthode jugée « bien suffisante lorsqu’il ne s’agit que de déterminer leurs qualités relativement aux besoins ordinaires de la vie. »27 Il s’agit d’étudier l’eau selon de multiples critères aussi simples que pratiques ; chez Parmentier, par exemple, ils prennent la forme suivante :

  • de faciliter la cuisson des légumes, des herbes et des viandes ;

  • de s’échauffer, de se refroidir et de se geler promptement ;

  • de dissoudre le savon et de laver parfaitement le linge ;

  • d’extraire aisément l’aromate et le goût des végétaux traités à l’instar des boissons théiformes.

  • 28 « Eau (Chimie) », in Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1 (...)
  • 29 Le pain est l’un des aliments les plus concernés par la qualité de l’eau. Les boulangers parisiens (...)

21Ce sont là des critères classiques qu’on retrouve, à quelques variations près, chez la plupart des auteurs.28 Certains détaillent aussi des utilisations plus professionnelles, pour les mortiers, la bière, le pain, bien que dans la plupart des projets, cette référence à l’eau des artisans soit très générale et ne soit étayée par aucune expérience avec l’eau concurrente.29

  • 30 Darcet et al., op. cit., p. 5.
  • 31 Les frères Vachette, entrepreneurs qui défendent un pompage dans la Seine et qui argumentent vers 1 (...)

22Parmi les critères d’usage, le goût reste évidemment le principal. C’est aussi le premier geste des savants. Mais c’est un critère qui reste très difficile à unifier. Certains auteurs demandent que l’eau soit insipide, alors que d’autres souhaitent au contraire une saveur vive, un goût franc. Le goût de l’eau est un goût fin, qui suppose de l’expérience, de la sensibilité : c’est l’affaire d’une élite sociale, qui seule peut juger pour le plus grand nombre. Dans les discours sur le goût, typiquement chez Parmentier, les habitants ne sont pas en mesure de juger : ce sont des miséreux, qui n’ont jamais connu qu’une seule eau, souvent mauvaise ; s’ils la déclarent agréable, c’est par habitude, s’ils la déclarent désagréable, c’est par regret de ne pas disposer des boissons nobles et coûteuses. La plupart des savants adoptent une telle attitude condescendante, souvent parce qu’ils estiment qu’on peut remédier aux mauvaises qualités d’une eau et qu’il est donc absurde de s’arrêter à la question du goût.30 Parfois, au contraire, les projets font appel au goût acquis, à l’eau de la Seine comme l’eau du plus grand nombre, qui ne veut que le goût qu’il connaît déjà.31

Aspect de l’eau et des sols

  • 32 Petit-Radel, Notice historique comparée sur les aqueducs des anciens et la dérivation de la rivière (...)
  • 33 Parmentier, op. cit., p. 34.

23Davantage encore que le goût, l’aspect plus ou moins dégoûtant de l’eau, particulièrement de l’eau de la Seine, est un thème classique du xviiie siècle. Le spectateur voit une rivière réceptacle des égouts, des activités de la ville, des immondices des hommes. Cet aspect visible de l’impureté est sans doute un des plus paradoxal et concerne au premier chef la Seine, fleuve malodorant et boueux, surtout en été où il se réduit à un cinquième de son volume, et dans lequel on « remarque même une quantité de petits animalcules très dégoûtants. »32Parmentier, grand défenseur des eaux de la Seine et là encore corrigeant les erreurs de l’opinion vulgaire, repousse l’argument de la limpidité : l’apparence est trompeuse, il faut se méfier d’une « transparence cristalline qui récrée la vue » mais cache sous ce bel aspect une eau dangereuse. L’état impur de la Seine, dont Parmentier convient d’ailleurs, « quoique désagréable à l’œil », est préférable à une transparence qui cache le vice : il vaut mieux boire directement l’eau de la Seine « trouble et limoneuse » qui ne peut pas faire de mal ; quelques matières terreuses seront tout bonnement déposées dans l’estomac, sans produire d’autre effet, que « d’augmenter le lest des aliments. »33Position qui s’intègre parfaitement dans la théorie de Parmentier sur la pureté des eaux – nous y reviendrons – et qu’on retrouve chez de très nombreux défenseurs de la Seine.

24Dans son Tableau de Paris, Mercier présente, sous le titre « Les eaux de la Seine », un résumé tout à fait reconnaissable de la dissertation de Parmentier, qui se conclut dans un petit passage particulièrement ironique :

  • 34 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Paris, Mercure de France, 1994, pp. 847-849.

Les eaux de la Seine ont été calomniées ; mais pour guérir l’imagination qui, une fois blessée, rejette le raisonnement, il serait à désirer qu’on obligeât les blanchisseuses d’établir leurs bateaux au-dessous de Paris. Il faudrait que les immondices ne se déchargeassent point au centre de la capitale, qu’on ne vît point un ruisseau large et noir comme le Styx, épais et limoneux, couler en face du collège Mazarin. La vue des égouts qui tombent dans la rivière, dispose à la critique ; et tout le monde ne sait pas que l’eau, l’air et le mouvement, régénèrent toutes choses, et que les eaux un peu troubles, je le répète valent mieux que les eaux limpides.34

25Qu’importe donc que les savants sachent que l’eau est bonne si la vue vous persuade du contraire ! Les descriptions de l’eau sont très importantes dans ces débats pour influer sur le public. Ainsi les frères Vachette, concurrents malheureux des frères Perier, n’hésitent pas à s’étendre sur « l’infinité de petits vers rouges et blancs » qui se développent au soleil dans les réservoirs de ces derniers et qui obligent les receveurs des fontaines à placer des sacs de toiles pour retenir ces vers :

  • 35 Vachette, Précis historique sur l’établissement des pompes à feu, Paris, 1791, p. 27.

sacs qu’ils sont encore obligés de changer trois ou quatre fois par jour [parce que] les vers s’y trouvent par boisseaux et y occasionnent un glutin qui tapisse la toile et empêche l’eau de se tamiser ; et lorsqu’on vide les sacs il en sort une odeur repoussante par sa fétidité.35

  • 36 Deparcieux, op. cit., p. 399.

26Ce genre de descriptions suggestives sont légions et ont manifestement pour fonction de dégoûter le public ou d’effrayer les investisseurs. Contre ces images souvent très exagérées, et dans la lutte largement publicitaire pour l’emporter auprès de l’opinion, Deparcieux appelle par exemple « tout le monde » à aller voir l’eau de l’Yvette, à « dire à tout le monde » combien le spectacle contraste avec celui de la Seine, reprenant ainsi le sens commun, la limpidité et la beauté visuelle de l’eau comme un critère de qualité évident.36

  • 37 Bensaude-Vincent, op. cit., p. 52.
  • 38 La perception de l’eau est influencée par le courant néo-hippocratique – particulièrement actif dan (...)
  • 39 Parmentier, op. cit., p. 173.

27Mais l’eau n’est pas la seule chose qu’on regarde pour évaluer la qualité : les sols, le lit, sont aussi très importants. Il y a tout un discours du genre naturaliste sur l’eau : Lavoisier vient à s’intéresser aux eaux minérales à travers l’étude de la minéralogie, ces eaux étant révélatrices des milieux minéraux qu’elles ont traversées.37 On trouve de nombreuses caractérisations de l’eau par les lieux qu’elle traverse : l’eau est localisée, elle n’est pas partout pareille.38 C’est essentiel pour les analystes qui doivent justifier du lieu où ils ont puisé l’eau, mais c’est surtout central pour la définition même des projets : où capte-t-on l’eau ? Si tous les auteurs qui promeuvent un pompage dans la Seine s’accordent sur la qualité de ses eaux, ils s’opposent souvent sur le lieu où il faut puiser, à l’entrée ou à la sortie de Paris, et surtout à quelle distance des berges : comme le dit Parmentier, il ne faut pas puiser dans les bords boueux, mais dans le milieu du fleuve.39Toutes sortes d’installations, de ponts en bois, permettent d’ailleurs aux porteurs d’eau (moyennant rétribution) d’aller puiser plus au centre de la rivière.

  • 40 « Eau (Chimie) », in Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1 (...)
  • 41 Si elles « nourrissent d’excellents poissons » les eaux sont bonnes, affirme ainsi Macquart (op. ci (...)

28Si le lieu est essentiel, c’est aussi par la nature des sols sur lesquels l’eau coule. Ainsi les sables et les graviers sont les garants d’une eau pure ; les lits de craie (comme la Marne) ou les terrains marécageux (comme ceux que traversent l’Ourcq) produisent et donc signalent une eau impure.40 Les sols, de causes, peuvent devenir signes, et générer un discours particulier sur la pureté de l’eau. Non pas comme pour les eaux minérales, qui sont souvent des eaux de sources, un discours sur les sous-sols et les qualités que l’eau peut y acquérir : l’idéal de l’eau commune étant d’être le moins chargé d’éléments étrangers, elle ne peut pas acquérir des qualités (au sens de constituants), elle ne peut que perdre ou gagner en pureté, en se chargeant ou se déchargeant de substances étrangères au contact des lits (et des polluants.) D’où l’importance du regard, de l’examen du lit. Les médecins de la faculté, en 1766, commencent par une telle observation physique : ils se déplacent sur les bords de l’Yvette, trouvent des sols de graviers, qu’ils déclarent excellents, et constatent l’existence d’un peu de limon qui donne à l’eau une saveur « légèrement marécageuse » ; un examen qui est indissociable des formes de vie qu’on trouve dans la rivière, plantes, insectes et poissons, chacune avec sa connotation particulière.41

Épuration : les sols et le mouvement

  • 42 Histoire de l’Académie Royale des Sciences, année 1762, Paris, Imprimerie royale, 1764, p. 153.
  • 43 Sur les filtres voir Bouchary, op. cit., pp. 28-30.
  • 44 Deparcieux, op. cit., pp. 354 et 358.
  • 45 Darcet et al., op. cit., p. 12.

29Cette question des sols et des impuretés est centrale dans toutes les réflexions sur l’épuration des eaux. Si certains sols sont les signes de la qualité de l’eau, c’est parce qu’on pense qu’ils sont responsables de sa bonification : ce sont toujours les sables, les graviers, les cailloux. Deparcieux défend ainsi que le goût marécageux de l’Yvette, que tous les auteurs s’accordent à trouver caractéristique d’une petite rivière, disparaîtra en coulant dans son canal revêtu de pierre.42 Les graviers et les sables sont d’ailleurs à l’époque utilisés comme technique épuratrice dans les filtres. Plusieurs entrepreneurs proposent au xviiie siècle des eaux filtrées par ce procédé.43 Deparcieux proposait d’aménager dans son canal une sorte de filtre de cailloux de tailles décroissants, avec une chute importante pour forcer les eaux à le traverser.44 Mais sans aller jusqu’au filtre, qui ne fait pas l’unanimité, le simple fait pour l’eau de voyager à l’air libre dans un canal maçonné devrait suffire à la purifier. Les médecins de 1766 sont formels sur ce point, les opposants de l’Yvette, sans nier le principe, contestent que ce sera un moyen suffisant.45

30Les sols cependant ne contribuent pas seuls à la bonification : l’autre grand principe épuratoire du xviiie siècle, c’est le mouvement, qui est en particulier au cœur de l’influente théorie développée par Parmentier. Pour celui-ci, en effet, c’est grâce au mouvement que l’eau de la Seine, malgré une pollution considérable, est non seulement potable, mais même la meilleure eau qui soit. La Seine se purifieraitd’elle-même, par un processus de décomposition : les pollutions multiples sont d’abord diluées (d’où l’importance de ne pas puiser l’eau au niveau des berges), puis par le mouvement ces substances sont « décomposées, détruites » par « une sorte de fermentation. » La théorie de Parmentier est particulièrement radicale, puisqu’elle suppose une transformation chimique des éléments les plus abjects en des substances bonifiantes : c’est faire du propre avec du sale. L’eau et l’air sont d’ailleurs fortement couplés dans cette grande transformation des ordures : l’eau se purifie en relâchant dans l’air les substances décomposées en son sein et en se chargeant en retour de celles de l’air.

  • 46 La fontaine est un objet domestique important au xviiie siècle : elle apparaît, par exemple, dans u (...)
  • 47 Outre le sable, on voit apparaître des méthodes de filtrages utilisant des éponges et vers la fin d (...)

31Ce rôle central de l’air explique que la légèreté, entendue comme présence d’air dans l’eau, soit devenue pour Parmentier le principal signe de qualité : elle signale une décomposition réussie. Mais ce critère de légèreté a une conséquence inattendue : puisque l’air est au fondement de la pureté de l’eau, il s’ensuit qu’il ne faut surtout pas filtrer. En effet, si la filtration retire les impuretés, elle enlève aussi l’air et donc toute qualité. D’où l’attitude de Parmentier par rapport à la limpidité : mieux vaut une eau trouble mais aérée, qu’une eau limpide mais filtrée et donc pesante. La seule opération de purification possible, pour Parmentier, est de laisser reposer l’eau dans de grandes réserves domestiques, ce qui n’est que l’approbation de la technique la plus courante à Paris. Dans ces grands récipients de grès ou de cuivre, appelés fontaines, le limon tombe au fond et on peut écarter les bêtes qui surnagent : l’eau est alors bonne à boire.46 La pratique de l’eau à la fin du 18e est donc divisée en deux écoles : ceux qui boivent les eaux filtrées fournies par quelques entreprises et ceux, manifestement majoritaires, qui laissent seulement reposer l’eau.47

  • 48 Parmentier (op. cit., pp. 48-49) renvoie lui-même à Hippocrate et à Pline.
  • 49 « Eau (Chimie) », in Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1 (...)

32L’idée que l’eau se bonifie par le mouvement n’est en rien nouvelle48 et elle est très partagée : la plupart des savants et auteurs de projet s’accordent à considérer la rapidité des rivières comme cause de pureté, la justifiant par une décomposition, ce qui permet d’ailleurs de comprendre la préférence presque unanime pour les eaux de rivières par rapport aux eaux de sources. Les défenseurs de la Seine se prononcent pour les grandes rivières de préférence aux petites, supposées lentes donc mauvaises.49 Même Deparcieux ne voit pas le voyage de l’eau dans son petit canal seulement sous l’angle du contact avec un lit bonificateur, mais aussi comme une respiration d’air prolongée, un brassage dans lequel le mauvais goût de l’Yvette s’évanouira. Toujours soucieux d’en convaincre un public non savant, il propose d’ailleurs à ses lecteurs une expérience simple et lumineuse :

  • 50 Deparcieux, op. cit., p. 392.

Si on veut que ce goût passe encore plus vite, qu’on imite en petit ce qui se fera naturellement en grand dans le trajet de Vaugien à Paris, moins violemment à la vérité, mais bien plus de fois et plus longtemps répété. Qu’on mette de cette eau dans une bouteille bien rincée, qu’on ne l’emplisse qu’à moitié ou environ, qu’on la batte bien en secouant la bouteille pendant quelques minutes, et en lui donnant de l’air de temps en temps, qu’on mette de cette eau ainsi battue dans des verres, qu’on en mette en même temps de la non battue dans d’autres verres, on apercevra le lendemain et les jours suivants plus de diminution de ce goût dans l’eau qui aura été battue que dans l’autre, et il sera plutôt entièrement passé à la battue qu’à la non battue.50

  • 51 André Guillerme, Les temps de l’eau – la cité, l’eau et les techniques, Paris, Champ Vallon, 1983.

33On peut, avec André Guillerme, replacer cette théorie épuratoire dans un courant plus général d’hostilité, de plus en plus manifeste au cours du xviiie siècle, contre les eaux croupissantes et immobiles, accusées de corrompre l’air, d’être, comme les marais, le lieu par excellence du méphitisme, des miasmes.51 Depuis le Moyen-Âge, l’eau immobile était au centre de nombreuses activités économiques (papeterie, teinture, tannerie, …) et était à ce titre désirée jusqu’au centre des villes. À partir du xviiie siècle, en particulier avec l’émergence de courants hygiénistes, l’insalubrité de ces eaux, leur simple présence dans les villes effraie : l’eau courante devient synonyme de pureté et de santé alors que l’eau stagnante, croupissante, est progressivement bannie.

34Les réflexions sur l’épuration de l’eau occupent une place variable dans les discours sur la qualité. Le principe même d’une analyse est de donner un reflet de l’eau telle qu’elle existe, telle qu’elle est prélevée. Mais s’il est possible de purifier l’eau, si l’eau telle qu’elle est analysée n’est pas celle qui parviendra au consommateur, l’analyse peut perdre son intérêt : l’important est alors de discuter des principes d’épuration et non pas de l’eau existante. Dans les discours que nous avons présentés, les réflexions sur l’état actuel de l’eau et sur sa purification sont couramment mêlées. Ainsi, un Deparcieux analyse l’eau, la trouve bonne mais non parfaite, et complète donc par une promesse d’épuration. Chez les ingénieurs des Ponts et Chaussées du début du xixe siècle, auxquels nous allons revenir à présent, les conceptions épuratoires vont dominer, au détriment des analyses.

Les eaux de l’Ourcq

  • 52 Rapport d’une commission composée de MM. Prony, Tarbé, Bruyère, Gayant, et Bérigny, sur la situatio (...)

35Ce qui frappe dans les débats autour du canal de l’Ourcq, c’est en effet l’absence d’analyses : ce n’est qu’en 1815 qu’une commission chargée d’examiner la situation du projet commandera au chimiste Thénard une étude des eaux de l’Ourcq et de ses affluents.52 La question de la qualité de l’eau n’en est pas moins centrale dans l’affaire du canal de l’Ourcq. Si tous les acteurs semblent convaincus que la qualité actuelle des eaux n’a guère d’importance, c’est que toute leur attention va aux transformations que l’eau peut subir dans le canal. Les ingénieurs adoptent sur ce point des conceptions particulières, qui ont des implications sur la construction du canal lui-même, et qui sont structurées autour de deux grands thèmes : la contamination par diverses substances et le mouvement des eaux.

  • 53 Bertrand, Réflexions sur le canal de l’Ourcq, 3 pluviôse an 12, Mbhvp 1177.
  • 54 Le revêtement n’est pas seulement un argument en faveur de la qualité de l’eau, il permet surtout d (...)
  • 55 Liard, Notes relatives à la dérivation de l’Ourcq, 19 germinal an 12, Mbhvp 1177.
  • 56 Bertrand, Résumé sur le canal de l’Ourcq, 30 germinal an 12, Mbhvp 1177.
  • 57 Bruyère, Observations sur la dérivation de l’Ourcq, 22 nivôse an 11, Mbhvp 1177.
  • 58 Lefebvre, Opinion de l’inspecteur général Lefebvre sur le canal de l’Ourcq, 21 pluviôse an 12, Mbhv (...)

36Mis à part Bertrand, qui en défenseur des eaux de la Seine, attribue leurs qualités à une « antique analogie avec les terres et les graviers sur lesquels elle coule », les ingénieurs ne reprennent guère les réflexions du xviiie siècle sur les vertus épuratrices des sols et considèrent toutes les dissolutions comme nuisibles, certaines l’étant davantage que d’autres.53 Cette contamination par les sols, en particulier dans les zones tourbeuses autour de Mareuil, amène de nombreux ingénieurs à préférer un canal maçonné au canal en terre proposé par Girard.54 Mais les sols ne sont ici qu’une contamination parmi d’autres. Les herbes qui poussent dans le lit du canal (et que Girard plante d’ailleurs pour stabiliser les berges) sont de « nouvelles causes d’insalubrité. »55 Les ingénieurs sont surtout sensibles aux pollutions extérieures : les eaux d’écoulement, les feuilles des arbres, les fumiers mis en engrais, les cadavres d’insectes, « les immondices et les décombres que les riverains et autres voudront y jeter, ne fût-ce que par dessus le parapet des ponts »56, les lavoirs, les bêtes qu’on y mène boire, etc. Contre tous ces désagréments certains ingénieurs conçoivent la dérivation comme un lieu fermé. Bruyère propose ainsi de planter des haies pour écarter les hommes57, une solution jugée insuffisante par d’autres, qui appellent de leurs vœux un aqueduc entièrement clos, les Romains étant convoqués comme exemple de sagesse en la matière.58

37Cette insistance sur les contaminations, l’ouvrage clos qu’elles semblent appeler, ne sont pas séparable du désaccord plus profond sur la navigation. Le projet défendu par Girard prévoit un canal mixte, qui ne se contenterait pas d’amener l’eau potable, mais serait aussi une nouvelle voie de navigation. Or, un canal navigable ne peut être qu’un espace ouvert, passant par des lieux habités, dans les villages et les villes où il doit présenter des points d’amarrages ; il doit être facile d’accès, afin qu’on puisse y amener au mieux les productions des campagnes environnantes. Pas question de haies dans un canal navigable, ni d’écarter les hommes. Les multiples discours des ingénieurs sur la contamination doivent donc être replacés dans le cadre de cette opposition : l’adduction d’eau potable est conçue par les ingénieurs comme un type d’ouvrage incompatible avec la navigation.

  • 59 Bruyère, ibid. Certains défendent l’idée d’un réservoir clos, mais d’autres préfèrent qu’il n’y ait (...)
  • 60 Parmentier est le seul auteur cité (Prony, ibid.), mais il ne fait pas l’unanimité : certains ingén (...)
  • 61 Brémontier, Canal de l’Ourcq, 2 ventôse an 12, Mbhvp 1177.

38La contamination, bien que très présente dans les avis de 1804, ne domine pas toutefois les réflexions sur la qualité : c’est le mouvement qui s’impose comme le principal facteur. La possible stagnation de l’eau inquiète les ingénieurs, en particulier dans le futur bassin de la Villette, que plusieurs d’entre eux considèrent comme une aberration : outre les pollutions innombrables d’un tel port, « une grande masse d’eau sans mouvement sensible » finira nécessairement par croupir.59Les ingénieurs partagent donc largement le dogme du mouvement source de qualité.60 Mais leur conception est particulière sur plusieurs points. Leur valorisation de la vitesse est très liée à leur insistance sur les dissolutions et les contaminations : il s’agit de réduire le séjour de l’eau dans le canal pour limiter le contact avec des polluants plus ou moins inévitables. Les ingénieurs adoptent surtout sur le rôle épuratoire du mouvement une position plus critique : ils ne doutent pas, dans l’ensemble, du phénomène lui-même, mais ils sont beaucoup plus divisés sur son intensité. Si Brémontier, par exemple, conteste que l’eau de l’Ourcq, prise sur « un terrain de tourbe et marécageux » et dont l’odeur est « quelque fois nauséabonde », puisse se bonifier dans le canal de Girard, c’est que le projet donne à l’eau une « vitesse trop modérée. »61 Le doute ne porte pas tant sur l’existence d’une épuration que sur la vitesse qui rend ce phénomène sensible. La théorie du mouvement, telle qu’on la trouve typiquement chez Parmentier, telle que le xviiie siècle la partage, reçoit chez les ingénieurs des Ponts et Chaussées une direction nouvelle : l’approche jusqu’ici très qualitative du mouvement va laisser place à une formulation quantitative.

Quantifier l’action de la vitesse

39L’épuration ne se produirait qu’à partir d’une certaine vitesse, mais personne n’a jusqu’alors essayé de déterminer cette limite. Les ingénieurs avouent ne pas savoir comment régler un canal d’adduction afin qu’une vitesse efficace soit assurée. Le canal de l’Ourcq, en tant qu’adduction, pose donc une question nouvelle et va être l’occasion de développer un tel savoir. Trois ingénieurs vont chercher à établir cette vitesse limite : Bruyère, dans son rapport d’avril 1802 sur le projet des entrepreneurs ; Girard, dans son projet de décembre 1803 ; et d’une manière assez différente, Gauthey, en mars 1803. Tous trois vont procéder par comparaison d’exemples, de canaux et de cours d’eau, en cherchant à mettre en relation la vitesse et la qualité de l’eau.

  • 62 Nous reprenons la notation des ingénieurs qui consiste à écrire mètre ou centimètre en omettant par (...)
  • 63 Bruyère, Rapport du 9 floréal au 10 sur les moyens de fournir l’eau nécessaire à la ville de Paris, (...)
  • 64 Nathalie Montel relève cette manière qu’ont les ingénieurs de considérer comme très importants des (...)
  • 65 La question de la vitesse se réduit dans le rapport de Perronet à une ligne où il dit qu’au vu de l (...)
  • 66 Bruyère, op. cit., p. 12.

40Bruyère concentre sa réflexion sur les cours d’eau naturels. La Loire, dont il évalue la vitesse à 1,2 mètre62, et surtout la Seine (entre 60 cm et 1 mètre), sont des références de qualité et leurs vitesses doivent donc garantir la salubrité.63 À la recherche d’une limite inférieure, Bruyère considère les « petites rivières qui environnent Paris » et se livre à des « expériences » sur plusieurs d’entre-elles : leur vitesse moyenne est de 28 cm et leurs eaux ne « sont pas limpides et ont un goût de marais. » Il faut donc considérer cette vitesse comme insuffisante. La limite de salubrité se situe entre ces deux valeurs, 28 et 60 cm, et pour préciser davantage Bruyère reprend l’exemple du canal de l’Yvette. Mais il n’évoque pas n’importe quelle version de ce projet : ce n’est pas le projet de Deparcieux (bien que la question de la qualité y soit centrale), ce n’est pas non plus celui de Fer de la Nouerre, dont l’exécution avait pourtant été entamée puis abandonnée ; c’est sous la forme due aux ingénieurs des Ponts et Chaussées, au prestigieux Perronet assisté de Chézy, que ce projet va devenir une référence dans les débats de l’Ourcq.64 À la suite de Deparcieux, Perronet estimait qu’il fallait donner aux eaux un grand mouvement, mais il ne semble pas s’être soucié de déterminer une valeur limite de la vitesse pour garantir la pureté.65 Les ingénieurs du début du xixe siècle vont pourtant le faire répondre à cette question qu’il ne s’était pas posée : la vitesse de 32,4 cm que Perronet espérait obtenir dans son canal doit avoir été considérée par lui comme assurant la salubrité. Mais Bruyère ne s’arrête pas à cette valeur et introduit une nuance supplémentaire, qui va bientôt devenir un lieu commun : Perronet a retenu une valeur faible de la vitesse parce qu’il a conçu un canal maçonné, et « il l’aurait regardé très insuffisante pour les eaux d’un canal en terre. »66 Bruyère conclut donc que la frontière de salubrité se situe entre 28 et 60 cm, que 32 cm semblent suffire pour un canal en pierre, mais que les canaux en terre exigent davantage, et il laisse entendre qu’une vitesse de l’ordre de 60 cm, comparable à celle de la Seine, serait préférable pour ces canaux similaires aux rivières.

  • 67 Girard, Rapport à l’assemblée des Ponts et Chaussées sur le projet général du canal de l’Ourcq, Par (...)
  • 68 Les premiers exemples de Girard coïncident exactement avec ceux proposés par Bélidor dans son Archi (...)

41Girard, quant à lui, va chercher à établir la vitesse limite sur les ouvrages d’ingénieur, qui ont l’avantage de fournir divers exemples documentés.67 C’est surtout grâce à Bélidor, classique de la littérature d’ingénieur, qu’il parvient à élargir le nombre de tels exemples.68Girard écarte les Romains dont « l’hydraulique n’était point assez avancée » et qui donnaient, selon lui, trop de pente à leurs aqueducs, de sorte que les eaux y coulaient avec des vitesses considérables. Les modernes ont été plus mesurés et Girard interprète leurs gestes comme des intentions de produire telle ou telle vitesse, de répondre à la nouvelle question. Les ouvrages qu’il retient ont en commun d’être importants, tant par leurs dimensions que leurs destinations : le canal de l’Yvette, conçu pour abreuver Paris ; les aqueducs de Maintenon (projet partiellement exécuté d’une dérivation de l’Eure) ou de Trappes, pour alimenter Versailles. L’eau aurait dû couler à 66 cm dans l’aqueduc de Maintenon. Elle coule à 54 cm dans celui de Trappes. Perronet espérait 32,4 cm pour le canal de l’Yvette, mais Girard exhume dans la bibliothèque de l’école des Ponts et Chaussées un mémoire de 1775, où Chézy, après quelques expériences sur les rapports entre pente et vitesse, conclut que cette vitesse aurait été plutôt de 40 cm.

  • 69 Deparcieux (op. cit., p. 357) fait référence à la Lew pour prouver la possibilité de conserver des (...)
  • 70 Gauthey, Projet de dérivation jusqu’à Paris des rivières d’Ourcq, Thérouenne et Beuvronne, d’une pa (...)

42Après l’inventaire des vitesses qui garantissent la salubrité, Girard poursuit ses réflexions, en discutant le cas d’une vitesse trop faible. L’exemple, la Lew, n’est pas choisi au hasard : il est au centre du raisonnement de Gauthey sur la vitesse et la pureté. La « petite rivière de Londres », comme l’appelle les ingénieurs, est le principal exemple de canal mixte, adduction et navigation réunies. Construit pour alimenter Londres, le modèle a presque 200 ans. Après avoir manifestement influencé Deparcieux, la Lew devient la référence absolue pour tous les projets d’adduction de Gauthey.69 En mars 1803, dans un projet pour l’Ourcq, Gauthey affirme ainsi que la dérivation de la Lew étant « faite pour le même objet que celle de l’Ourcq », il suffit d’imiter ce modèle qui pourvoira à une vitesse suffisante, évaluée alors à 24 cm.70 Gauthey ne cherche donc pas de manière systématique une limite de salubrité, il souhaite reproduire un ouvrage qui a marché. En choisissant la Lew, comme exemple de vitesse insalubre, Girard répond à l’imitation par Gauthey de ce canal : les données sur la Lew sont incertaines, entièrement dues à Fer de la Nouerre, dont Girard dresse un portrait noir pour mieux mettre en doute ses chiffres. Mais quand bien même ces données seraient exactes, la Lew ne pourrait pas être prise pour modèle, car les critères de potabilité britannique ne sont pas ceux de Paris :

  • 71 Girard, op. cit., p. 25.

L’eau fournie aux habitants par la petite rivière n’est employée dans les différents usages domestiques, qu’après avoir été bouillie : ce qui peut s’accorder avec les mœurs et les habitants du pays où l’on fait rarement entrer l’eau fraîche dans les boissons ordinaires du peuple ; mais ce qui certainement ne convient point à Paris, où l’eau, telle qu’elle est fournie par les fontaines ou la rivière, forme la base de notre boisson habituelle. Ainsi un goût désagréable provenant d’une sorte de stagnation dans les eaux destinées au peuple de Londres peut n’être pour lui qu’un léger inconvénient, tandis que ce serait pour les habitants de Paris un vice essentiel, qui ferait indubitablement renoncer à l’usage des eaux de l’Ourcq, si la même saveur s’y manifestait.71

43Même Girard peut à l’occasion agiter le spectre du rejet des eaux de l’Ourcq, donc de l’ouvrage inutile. Mais cet apparent souci du public se réduit en réalité à la transposition que les ingénieurs font du goût aux nombres. Le goût désagréable, ici évoqué, n’existe qu’en dessous d’une certaine vitesse : il est, semble-t-il, plus important de déterminer cette limite que de goûter l’eau, et l’adoption d’une vitesse suffisante peut et doit seule garantir l’ouvrage contre le rejet des populations. Le peuple dont on parle ne peut évidemment pas juger de la qualité de l’eau future, puisque celle-ci tient essentiellement à la réalisation d’une bonne vitesse.

44Girard conclut donc qu’on « ne peut donner pour modèle de la dérivation de l’Ourcq ce qui s’est pratiqué dans celle de la rivière de Lew. » Car il s’agit bien de prendre modèle ! Tout en prétendant s’ajuster au plus près d’une valeur limite de la vitesse, les ingénieurs reproduisent un raisonnement imitatif : quel que soit le nombre d’exemples convoqués, Bruyère, Girard et Gauthey, décident finalement de la vitesse en se conformant à un exemple, en imitant un ouvrage antérieur. Gauthey compare à peine et ne retient que la Lew, Bruyère en vient finalement à imiter la Seine, et Girard le projet de l’Yvette par Perronet. Girard conclut en effet ses réflexions en reprenant directement cet exemple, dont il dit « adopter les bases », et déduit sans vraiment le justifier qu’on « ne peut donner moins de 35 cm de vitesse » aux eaux de l’Ourcq, une valeur intermédiaire entre les 32,4 cm de Perronet et les 40 cm de Chézy.

35 centimètres ou ralentir

45La recherche d’une valeur limite de la vitesse avait pu sembler d’abord une question de faible importance : Bruyère voulait plutôt donner un ordre de grandeur. Mais à partir du projet Girard et des 35 cm qu’il propose, la question va prendre une place centrale dans les débats. Cela tient au rôle que Girard donne à cette vitesse : elle tient son projet, elle est au cœur de son argumentation sur la possibilité du canal mixte qu’il propose, sur la compatibilité entre navigation et qualité de l’eau. En effet, la vitesse de l’eau dans un canal n’est pas une grandeur indépendante, elle est liée à d’autres paramètres, le débit, la section, la hauteur d’eau, la pente, etc. Girard et ses collègues remarquent en particulier que plus l’eau coule vite, plus la hauteur d’eau a tendance à baisser. Or celle-ci est crucialement liée à la navigation : pour un type de bateau donné, il faut une profondeur d’eau minimum. Si on augmente la vitesse pour atteindre un objectif de salubrité, il est possible qu’on diminue tellement la hauteur d’eau que la navigation devienne impossible. La vitesse limite de bonification est donc un élément décisif du raisonnement de Girard : en fixant cette limite à 35 cm, il peut en déduire une hauteur d’eau suffisante pour porter de petits bateaux, et ainsi montrer la possibilité de son canal mixte. Attaquer les 35 cm de Girard, ce n’est donc pas seulement, pour les ingénieurs, remettre en cause de nouvelles connaissances sur la qualité de l’eau, c’est viser l’ensemble du projet, et en particulier la navigation à laquelle ils sont majoritairement opposés.

  • 72 Brémontier, ibid.

46Dans leurs avis de 1804, les ingénieurs réagissent à la valeur annoncée par Girard soit avec scepticisme (Brémontier, par exemple, déclare qu’il n’y a « rien de bien déterminé à cet égard »72), soit pour la trouver trop faible : en exigeant des vitesses plus importantes, ils cherchent à obtenir des hauteurs d’eau insuffisantes pour évacuer la possibilité de la navigation. Dans les avis, toutefois, ce raisonnement reste le plus souvent implicite, parce que les ingénieurs n’ont pas encore adopté de formule hydraulique. En effet, l’établissement des formules qui lient les différents paramètres du canal (hauteur d’eau, pente, vitesse, etc.) est un autre objet de polémique sur lequel nous reviendrons au chapitre suivant. Prony va finalement développer, tardivement dans le cadre des avis de 1804, une formule hydraulique sur laquelle ses collègues vont s’entendre. C’est dans le cadre de la commission des jauges que, munis de cette nouvelle formule, les ingénieurs vont se décider à leur tour à chiffrer la vitesse, pour régler définitivement la question de la navigation. Pour justifier l’augmentation de la vitesse préconisée, de 35 à 40 cm, ils vont paradoxalement prétendre ralentir l’eau.

47Après avoir rappelé que la vitesse est « une des causes » de la pureté de l’eau, les commissaires saluent les nouvelles recherches sur ce sujet, particulièrement celles de Bruyère et de Girard. Mais la conclusion qu’ils tirent de ces travaux antérieurs est tout à fait différente de l’esprit dans lequel ils avaient été conçus. En effet, au lieu d’y voir la recherche d’une limite inférieure, en dessous de laquelle la pureté ne serait plus assurée, les commissaires veulent avoir lu comme conclusion de ces travaux, que

  • 73 Rapport des commissaires nommés par monsieur le conseiller d’État, directeur général des Ponts et C (...)

la salubrité de l’eau est favorisée par son augmentation de vitesse jusqu’à une vitesse indéfinie et (…) ainsi, abstraction faite de toute autre considération, la vitesse ne saurait être trop grande.73

48La bonification n’est donc plus un phénomène qui se produit d’une manière relativement égale au-dessus d’une valeur donnée : elle est progressive avec la vitesse, l’eau étant toujours meilleure à mesure qu’elle est accélérée. Ainsi reconfiguré, le problème change radicalement : il ne s’agit plus de trouver une limite inférieure en dessous de laquelle l’eau deviendrait insalubre, il faut chercher au contraire à lui donner la plus grande vitesse possible. Malheureusement, cet objectif a bien une limite, mais c’est cette fois une limite supérieure : car la pureté n’est pas la seule considération qui soit liée à la vitesse, il faut encore tenir compte de la « corrosion » provoquée par cette vitesse. Les commissaires reprennent, sur ce point, une remarque de Liard dans son avis de 1804, lequel avait déjà souligné que la vitesse ne pouvait être considérée seulement sous l’angle de la pureté :

  • 74 Liard, ibid.

Quels que soient les avantages que l’on puisse retirer pour la salubrité des eaux, en donnant à toutes les parties de la dérivation une pente capable d’une grande vitesse, il convient cependant de ne pas excéder certaines limites ; une des conditions à remplir est celle de la permanence des rives, son oubli tirerait à des conséquences dangereuses.74

  • 75 Dubuat, Principes d’hydraulique vérifiés par un grand nombre d’expériences, Paris, Imprimerie de Mo (...)

49Liard n’avait pas cherché à établir les conditions de permanence des berges, à les traduire en vitesse, ce à quoi les commissaires vont s’atteler. Ils vont pour cela reprendre les Principes d’hydrauliques de l’ingénieur militaire Dubuat, dans lesquels ce dernier avait essayé d’évaluer expérimentalement la résistance des rives : dans un canal factice en bois, Dubuat déposait différentes substances, et faisait couler sur elles de l’eau à des vitesses variables ; il cherchait ainsi la vitesse de régime, vitesse limite au-dessus de laquelle les substances déposées étaient emportées.75 Ces expériences permettent aux commissaires de fixer à 40 cm la vitesse moyenne au-dessus de laquelle le lit du canal risque d’être dégradé.

50Le problème ainsi retourné, il ne s’agit plus, comme avec les 35 cm de Girard, de chercher un seuil inférieur et de s’y tenir, mais de concilier une exigence de vitesse avec un impératif de conservation des rives. Girard, qui avait d’abord lancé l’idée et l’usage d’une vitesse discriminante, relativisera, en guise de réponse, l’importance de cette vitesse : dans sa réplique au rapport des commissaires, il ironisera sur leur conclusion, en doutant qu’une diminution de 5 cm, de 40 à 35, puisse réellement transformer des eaux salubres en eaux insalubres. Girard semble donc finalement vouloir se désengager d’une stratégie où la détermination très précise de la vitesse conditionne toute l’exécution du canal.

51Les ingénieurs des Ponts et Chaussées auraient pu faire faire des analyses de l’eau de l’Ourcq. Leur modèle commun du canal de l’Yvette leur donnait l’exemple, avec une certaine diversité de pratiques : conduites par des médecins, des chimistes, ou de simples particuliers, ces analyses pouvaient être savantes (chimiques, aréométriques) ou pragmatiques (usages de l’eau.) On peut comprendre ce refus d’une consultation de savants extérieurs au corps comme une volonté de préserver une exclusivité de jugement récemment acquise, ou d’éviter le sort du projet de l’Yvette constamment attaqué sur la question de la qualité de l’eau, que les analyses s’étaient révélées incapables de défendre. Le fait de ne pas avoir à discuter cette question dans l’espace public a sans doute permis aux ingénieurs d’adopter plus librement les conceptions qu’ils ont privilégiées.

52L’absence d’analyse va de pair avec une insistance sur les dimensions épuratrices et contaminatrices de l’eau : les ingénieurs s’intéressent beaucoup moins à l’état actuel de l’eau qu’à son devenir. On peut y voir le succès d’une théorie, largement répandue à leur époque, des effets épuratoires du mouvement des eaux, dont Parmentier est certainement le meilleur représentant. Mais en cherchant à quantifier ce phénomène, à déterminer la vitesse qui garantira la pureté des eaux, ils formulent cette théorie épuratoire dans le langage des Ponts et Chaussées : la quantification de la pureté par la vitesse permet de l’inclure comme l’un des paramètres géométriques du canal. Le fait que les ingénieurs favorisent le critère du mouvement épuratoire est donc aussi lié à cette possibilité de faire jouer à la pureté un rôle dans l’ordre de la construction.

53Girard en particulier donne à ce paramètre vitesse-pureté un caractère décisif : toute la géométrie du canal est adaptée à cette vitesse pour permettre la navigation, c’est-à-dire une hauteur d’eau suffisante. Les ingénieurs ne se décideront à reprendre ces raisonnements discriminants sur la vitesse qu’à partir du moment où ils seront en mesure de les retourner contre Girard, et de montrer, en élevant la vitesse critique, que le canal ne pourra pas être navigable. Mais pour pouvoir transposer la vitesse comme paramètre de la construction, il faut la relier à la géométrie du canal (à la pente et à la section.) Pour cela il a fallu développer de nouvelles théories hydrauliques.

Notes

1 Lettre de Lecreulx à La Millière, 1789, AN F14 – 11053.

2 Sur les nouvelles attributions du corps, voir Antoine Picon, L’invention de l’ingénieur moderne – L’École des Ponts et Chaussées, 1747-1851, Paris, Presses de l’école nationale des Ponts et Chaussées, 1992, pp. 209-215.

3 Dans le cas du canal du centre, par exemple, Gauthey, après avoir été au service d’entrepreneurs et avant de travailler pour la province de Bourgogne, propose le projet pour son propre compte. Pierre Pinon, Canaux – Rivières des hommes, Paris, Rempart – Desclée de Brouwer, 1995, p. 45.

4 Voir Jean Petot, Histoire de l’administration des Ponts et Chaussées, 1599-1815, Paris, Marcel Rivière, 1958, p. 326.

5 Petot, op. cit., pp. 349-353.

6 La fondation de l’Institut, le 5 fructidor an 3 (22 août 1795), en est un signe : les nombreuses charges d’expertise technique de l’ancienne Académie des sciences sont transférées au ministère de l’intérieur, en particulier l’examen des canaux. Voir Roger Hahn, L’anatomie d’une institution scientifique – l’Académie des sciences de Paris, 1666-1803, Paris, Édition des Archives Contemporaines, 1993, pp. 411 et 435.

7 L’exemple de Pitot avec des aqueducs à Montpellier et à Carcassonne fait presque figure d’exception. Encore que Pitot était ingénieur du Languedoc. Otto Mayr, « Henri Pitot (1695-1771) », in Charles C. Gillispie (ed.), Dictionary of Scientific Biography, New York, Scribner’s sons, 1970-76, volume 11, pp. 4-5.

8 Dominique Massounie, Les monuments de l’eau : aqueducs, châteaux d’eau et fontaines dans la ville moderne (1661-1791), Thèse, Université Paris 1, 2000, p. 62.

9 C’est le cas du projet de dérivation de la Beuvronne en 1785 par Brullée. Extrait des registres de l’Académie royale des Sciences du 24 mai 1786, AN F14 – 685.

10 À partir du milieu du xviiie siècle, la ville de Paris ne se range plus systématiquement à l’avis de l’Académie des Sciences et impose progressivement son intervention comme essentielle. Massounie, op. cit., pp. 83-86.

11 Voir Jean Bouchary, L’eau à Paris à la fin du xviiie siècle – La Compagnie des eaux de Paris et l’entreprise de l’Yvette, Paris, Marcel Rivière, 1946 ; Laure Beaumont-Maillet, L’eau à Paris, Paris, Hazan, 1991, pp. 111-117.

12 Voir l’ouvrage de référence, Chritopher Hamlin, A Science of Impurity – Water Analysis in Nineteenth-Century Britain, Bristol, A. Hilger, 1990.

13 Hamlin, op. cit., pp. 1-13.

14 Sur les eaux minérales, voir les travaux de Noel G. Coley, ainsi que le Supplément n° 10 de Medical History, 1990, The Medical History of Waters and Spas, édité par Roy Porter.

15 Deparcieux, « Mémoire sur la possibilité d’amener à Paris, à la même hauteur à laquelle y arrivent les eaux d’Arcueil, mille à douze cents pouces d’eau, etc. », in Mémoires de l’Académie royale des Sciences, année 1762, Paris, Imprimerie royale, 1764, pp. 397-398.

16 Darcet, Majault, Poissonier, Roux et de la Rivière, Analyses comparées des eaux de l’Yvette, de Seine, d’Arcueil, de Ville-d’Avray, de Sainte-Reine et de Bristol, Paris, Imprimerie royale, 1767.

17 Parmentier, « Dissertation physique, chimique et économique sur la nature et la salubrité de l’eau de la Seine », in Observations sur la physique, sur l’histoire naturelle et sur les arts, 1775, tome 5, pp. 161-194 ; Parmentier, Dissertation sur les eaux de la Seine, avec quelques observations relatives aux propriétés physiques et économiques de l’eau en général, Paris, Buisson, 1787.

18 Noel G. Coley, « Physicians, chemists and the analysis of mineral waters : “the most difficult part of chemistry” », in Medical History, Supplement n° 10, 1990, pp. 56-66.

19 Suite entre autres aux travaux de Torbern Bergman en Suède et ceux de Fourcroy en France, cette méthode sera considérablement affinée (systématisation, réduction du nombre des réactifs) : au début du xixe siècle, les savants s’estimeront en mesure d’identifier les principaux sels de l’eau par la méthode des réactifs.

20 Raulin, Traité analytique des eaux minérales, Paris, Vincent, 1772, p. 97.

21 La sélénite désigne les sulfates de calcium ; le lien est parfois établi entre la présence massive de ce sel et des difficultés pratiques d’utilisation de l’eau.

22 B. Bensaude-Vincent, « Eaux et mesures. Eclairage sur l’itinéraire intellectuel du jeune Lavoisier », in Revue d’Histoire des Sciences, 1995, vol. 48, n° 1-2, pp. 49-69. Sur la mesure au xviiie siècle voir par exemple, T. Frängsmyr, J.-L. Heilbron et R. Rider (eds.), The Quantifying Spirit in the Eighteenth Century, Berkeley, University of California Press, 1990.

23 « Eau (Chimie) », in Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1755, tome 5, p. 191. Voir aussi « Aréomètre », 1751, tome 1er, pp. 632-634.

24 Macquart, Manuel sur les propriétés de l’eau, particulièrement dans l’art de guérir, Paris, Nyon, 1783, p. 76.

25 À la même époque apparaissent aussi des sels d’eaux célèbres (à dissoudre) vendues à travers toute l’Europe. Coley, « The preparation and uses of artificial mineral waters (ca. 1680-1825) », in Ambix, 1984, vol. 31, pp. 32-48.

26 Macquart, op. cit., p. 98.

27 Parmentier, op. cit., p. 161.

28 « Eau (Chimie) », in Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1755, tome 5, p. 191.

29 Le pain est l’un des aliments les plus concernés par la qualité de l’eau. Les boulangers parisiens ont en général recours à l’eau des puits, parfois mis en cause pour leur proximité avec les fosses sceptiques.

30 Darcet et al., op. cit., p. 5.

31 Les frères Vachette, entrepreneurs qui défendent un pompage dans la Seine et qui argumentent vers 1800 contre le canal de l’Ourcq, n’hésitent pas déclarer que toute analyse de l’eau est vaine puisqu’il faudra « affronter l’opinion (…) des habitants de Paris ». Notice sur le canal de l’Ourcq et le projet des frères Vachette, au général Bonaparte, AN F14 – 684A.

32 Petit-Radel, Notice historique comparée sur les aqueducs des anciens et la dérivation de la rivière d’Ourcq, Paris, Langlois, 1803, p. 63.

33 Parmentier, op. cit., p. 34.

34 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Paris, Mercure de France, 1994, pp. 847-849.

35 Vachette, Précis historique sur l’établissement des pompes à feu, Paris, 1791, p. 27.

36 Deparcieux, op. cit., p. 399.

37 Bensaude-Vincent, op. cit., p. 52.

38 La perception de l’eau est influencée par le courant néo-hippocratique – particulièrement actif dans les années 1770-80 – qui établit des relations entre la santé et les lieux. L’air et l’eau sont, dans cette conception, localisés et ont des influences importantes sur la santé. David Cantor (ed.), Reinventing Hippocrates, Aldershot et Burlington, Ashgate, 2002.

39 Parmentier, op. cit., p. 173.

40 « Eau (Chimie) », in Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1755, tome 5, pp. 192-193.

41 Si elles « nourrissent d’excellents poissons » les eaux sont bonnes, affirme ainsi Macquart (op. cit., p. 98.) Les insectes au contraire corrompent en été les rivières et on les suspecte, à la suite des travaux de Jussieu, d’être à l’origine d’épidémies (Jussieu, « Examen des causes qui ont altéré l’eau de la Seine pendant la sécheresse de l’année 1731 », in Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, année 1731, Imprimerie Royale, 1734, pp. 351-360.)

42 Histoire de l’Académie Royale des Sciences, année 1762, Paris, Imprimerie royale, 1764, p. 153.

43 Sur les filtres voir Bouchary, op. cit., pp. 28-30.

44 Deparcieux, op. cit., pp. 354 et 358.

45 Darcet et al., op. cit., p. 12.

46 La fontaine est un objet domestique important au xviiie siècle : elle apparaît, par exemple, dans une toile de Chardin, La fontaine de cuivre (Paris, Musée du Louvre.)

47 Outre le sable, on voit apparaître des méthodes de filtrages utilisant des éponges et vers la fin du siècle le charbon.

48 Parmentier (op. cit., pp. 48-49) renvoie lui-même à Hippocrate et à Pline.

49 « Eau (Chimie) », in Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1755, tome 5, p. 193.

50 Deparcieux, op. cit., p. 392.

51 André Guillerme, Les temps de l’eau – la cité, l’eau et les techniques, Paris, Champ Vallon, 1983.

52 Rapport d’une commission composée de MM. Prony, Tarbé, Bruyère, Gayant, et Bérigny, sur la situation actuelle du canal de l’Ourcq, AN F14 – 7012. Bien que les techniques d’analyse se soient améliorées (on extrait et on pèse désormais au mg près diverses substances chimiques), les difficultés d’interprétation demeurent et les critères de qualité demeurent le résidu, le goût et les usages domestiques. Ces analyses de Thénard, qui concluent que l’eau du canal aura une qualité très semblable à celle de la Seine, deviendront une référence en la matière. Voir Recherches statistiques sur la ville de Paris et le département de la Seine, Paris, Imprimerie Royale, 1823, tableau n° 9.

53 Bertrand, Réflexions sur le canal de l’Ourcq, 3 pluviôse an 12, Mbhvp 1177.

54 Le revêtement n’est pas seulement un argument en faveur de la qualité de l’eau, il permet surtout de s’opposer à la navigation souhaitée par Girard, en soulignant le coût prohibitif du revêtement dans le cas d’un grand canal.

55 Liard, Notes relatives à la dérivation de l’Ourcq, 19 germinal an 12, Mbhvp 1177.

56 Bertrand, Résumé sur le canal de l’Ourcq, 30 germinal an 12, Mbhvp 1177.

57 Bruyère, Observations sur la dérivation de l’Ourcq, 22 nivôse an 11, Mbhvp 1177.

58 Lefebvre, Opinion de l’inspecteur général Lefebvre sur le canal de l’Ourcq, 21 pluviôse an 12, Mbhvp 1177.

59 Bruyère, ibid. Certains défendent l’idée d’un réservoir clos, mais d’autres préfèrent qu’il n’y ait pas de réservoir du tout, pour éviter tout risque de stagnation, quitte à rendre la distribution très problématique.

60 Parmentier est le seul auteur cité (Prony, ibid.), mais il ne fait pas l’unanimité : certains ingénieurs acquis à la navigation (Gauthey, Liard) défendent ainsi l’usage des filtres pour écarter le problème de la qualité de l’eau.

61 Brémontier, Canal de l’Ourcq, 2 ventôse an 12, Mbhvp 1177.

62 Nous reprenons la notation des ingénieurs qui consiste à écrire mètre ou centimètre en omettant par seconde.

63 Bruyère, Rapport du 9 floréal au 10 sur les moyens de fournir l’eau nécessaire à la ville de Paris, et particulièrement sur la dérivation des rivières d’Ourcq, de la Beuvronne, de l’Yvette, de la Bièvre et autres, Paris, Courcier, 1804, p. 11.

64 Nathalie Montel relève cette manière qu’ont les ingénieurs de considérer comme très importants des projets jamais exécutés, et de les donner comme modèles. Nathalie Montel, Le chantier du canal de Suez (1859-1869) – Une histoire des pratiques techniques, Paris, Éditions In Forma et Presses de l’école nationale des Ponts et Chaussées, 1998, pp. 307-308.

65 La question de la vitesse se réduit dans le rapport de Perronet à une ligne où il dit qu’au vu de la pente, on s’attend à une vitesse d’environ 1 pied. Voir G. Mouret, « Antoine Chézy – Histoire d’une formule d’hydraulique », in Annales des Ponts et Chaussées, jan.-fév. 1921, 11e série, tome LX, p. 178.

66 Bruyère, op. cit., p. 12.

67 Girard, Rapport à l’assemblée des Ponts et Chaussées sur le projet général du canal de l’Ourcq, Paris, Imprimerie de la République, 1803.

68 Les premiers exemples de Girard coïncident exactement avec ceux proposés par Bélidor dans son Architecture Hydraulique, Paris, Cellot, 1782-90, 2e partie, tome 1er, pp. 355-356.

69 Deparcieux (op. cit., p. 357) fait référence à la Lew pour prouver la possibilité de conserver des eaux de bonnes qualités dans un canal : l’eau de la Lew « est bonne suivant le dire de tous ceux qui en ont bu », alors même qu’il ne s’agit que d’un canal en terre.

70 Gauthey, Projet de dérivation jusqu’à Paris des rivières d’Ourcq, Thérouenne et Beuvronne, d’une part, et des rivières d’Essone, Juine, Orge, Yvette et Bièvre de l’autre, Paris, Perronneau, 1803, p. 15.

71 Girard, op. cit., p. 25.

72 Brémontier, ibid.

73 Rapport des commissaires nommés par monsieur le conseiller d’État, directeur général des Ponts et Chaussées, pour examiner différentes questions relatives au projet de dérivation de la rivière d’Ourcq, 25 frimaire au 13, AN F14 – 7012.

74 Liard, ibid.

75 Dubuat, Principes d’hydraulique vérifiés par un grand nombre d’expériences, Paris, Imprimerie de Monsieur, 1786.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search