Version classiqueVersion mobile

Paris a besoin d’eau

 | 
Frédéric Graber

Chapitre IV. Une affaire de civilité. Entre indiscipline et injustice

Texte intégral

1Dans l’affaire du canal de l’Ourcq, ce ne sont pas seulement les rapports entre les ingénieurs et le gouvernement qui sont en question, mais aussi et surtout les relations entre un ingénieur particulier, Girard, et le corps auquel il appartient.

2Girard se trouve, à sa nomination, dans une situation très particulière : nommé trois jours avant le début officiel des travaux, poussé par les ordres des administrateurs à agir au plus vite pour que des traces visibles de l’activité puissent être présentées au consul, mais ne disposant pas de plans. Il doit donc concilier différentes contraintes, ou en favoriser certaines : l’exécution visible et rapide des ordres en ouvrant au plus vite des chantiers, la présentation d’un projet à l’assemblée et son approbation par celle-ci. Les choix de Girard vont rapidement rendre conflictuels les rapports avec ses collègues : les tous premiers événements de l’affaire sont ici décisifs pour comprendre l’opposition qui s’installe entre Girard et l’assemblée à propos de la production et du jugement des projets. Cet affrontement va être révélateur d’une certaine économie morale par laquelle les ingénieurs résolvent d’ordinaire les difficultés que posent la production (largement individuelle) et l’examen (théoriquement collectif) des projets.

Une déclaration de guerre

  • 1 Instruction du conseiller d’État du 28 fructidor an 10, reproduite in Girard, Mémoires sur le canal (...)

3Tout n’avait pas si mal commencé. Dans un premier temps, qui suit la nomination de Girard, chacun essaie de respecter, au moins dans les formes, les impératifs des autres. Ainsi le conseiller, dans l’instruction qui nomme Girard, s’efforce de formuler des ordres qui soient compatibles, à la fois avec l’arrêté des consuls et avec les exigences des ingénieurs. Il propose une tâche sur laquelle tous devraient pouvoir s’entendre : sans explicitement différer l’ouverture des travaux, il cherche à régulariser la situation en ordonnant à Girard de commencer par rédiger un projet qu’on pourra soumettre à l’examen de l’assemblée ; mais pour faire vite, il ne demande d’abord qu’un projet partiel sur la partie du canal la plus proche de Paris, où l’on pourra mettre des ouvriers au travail avant l’hiver et ainsi satisfaire les vœux du consul.1 Cette instruction respecte donc l’ordre des tâches préconisé par le corps, qualifié par Prony de « formes consacrées dans les Ponts et Chaussées pour l’examen des projets » :

  • 2 Prony, Observations du directeur de l’école des Ponts et Chaussées sur les discussions relatives au (...)

L’examen doit toujours précéder l’exécution, afin que la délibération de l’assemblée puisse servir à rectifier ou à perfectionner les projets dans les cas où ils ne sont ni rejetés purement et simplement, ni adoptés sans correction.2

  • 3 De tels travaux préparatoires sont en effet fréquents, surtout dans les situations de désaccord à l (...)

4Girard reçoit ensuite, à plusieurs reprises, des ordres du conseiller et du préfet pour accélérer les choses, mettre des hommes au travail, en particulier dans la perspective de la visite prochaine du consul sur les lieux du canal. Girard résout le problème en créant des ateliers d’abord qualifiés « d’expérience ». Il choisit ainsi d’obéir aux ordres pressants des administrateurs, mais en essayant de modérer l’entorse que représente ces travaux par rapport aux règles du corps. La présentation des ateliers comme devant fournir des informations indispensables à une bonne connaissance du terrain et à la définition d’un juste prix pour les travaux, montre une intention de rester dans les formes : on n’aurait pas mis des hommes au travail, mais seulement engagé, comme sur d’autres chantiers, des essais.3 Girard fait donc un geste pour rendre les chantiers sinon évidents, du moins excusables aux yeux de ses collègues. Par ailleurs, il respecte l’instruction du conseiller : conformément à celle-ci, il rédige un projet partiel pour la partie entre Claye et Paris, qu’il vient présenter à l’assemblée les 13 et 15 novembre 1802, soit deux mois après sa nomination. Dans le rapport qu’il lit à cette occasion, Girard tente de justifier ses infractions aux formes consacrées en expliquant la situation délicate dans laquelle il se trouve.

  • 4 Girard n’aurait disposé que du premier rapport de Bruyère (qui propose de dériver la Beuvronne), d’ (...)

5Il montre d’abord qu’il lui était impossible de se conformer à l’arrêté des consuls : celui-ci ordonnait l’exécution des « plans et devis ci-joints » alors qu’on ne lui a rien remis de tel. Girard fait l’inventaire des rares documents qui lui ont été transmis, ce qui lui permet par ailleurs de justifier le temps qu’a pris la rédaction de son projet partiel.4 Il n’y avait pas de plans, mais il lui fallait pourtant exécuter cet autre ordre de l’arrêté : commencer les travaux au 23 septembre 1802. En mettant en place des chantiers, Girard n’aurait fait qu’exécuter des ordres et il essaie de convaincre ses collègues du caractère impératif de ceux-ci. Il évoque ainsi la lettre du conseiller d’État lui signalant la visite du consul et l’invitant

  • 5 Girard, Rapport à l’assemblée des Ponts et Chaussées, les 22 et 24 brumaire an 11, AN F14 – 685.

à prendre les mesures nécessaires pour que les travaux soient exécutés avec la célérité désirée par le ministre. Ces mesures consistaient à tracer le canal de l’Ourcq le plus promptement possible et à y employer sur le champ le plus grand nombre d’ouvriers.5

6Girard aurait donc agi indépendamment de sa volonté. Mais, parallèlement, Girard essaie aussi d’adoucir le caractère problématique de ces travaux, de concilier l’obéissance aux ordres avec le respect des règles dans les Ponts et Chaussées :

  • 6 Girard, ibid.

Cette disposition, outre à l’avantage de remplir les intentions du gouvernement, devait fournir les moyens de recueillir sur les prix des terrassements les données nécessaires pour les régler de la manière la plus convenable au temps et aux lieux et devait conduire à l’évaluation la plus approchée des ouvrages.6

7L’entorse est retournée en avantage et peut être intégrée aux réflexions générales des ingénieurs. Girard pense donc qu’on peut voir le bon côté des choses, que ces ateliers n’auront pas été inutiles puisqu’ils auront permis une meilleure connaissance. En somme, il appelle l’assemblée à faire un effort et à concéder que les chantiers ne sont pas si graves. Girard est bien conscient qu’il y a un problème, puisqu’il consacre une partie non négligeable de son intervention à justifier son attitude et à prévenir la critique, mais il attend manifestement de cette première présentation une approbation qui ferait tout rentrer dans l’ordre.

  • 7 La commission est composée, dans un premier temps, de Besnard, Prony et Le Père.

8Les travaux commencés sans approbation ne soulèvent d’abord aucune indignation à l’assemblée, qui semble entendre les arguments de Girard à ce sujet. La réaction de l’assemblée est tout autre : elle déclare n’avoir eu « jusqu’ici aucune connaissance du projet » et nomme par conséquent des commissaires pour examiner les pièces et les opérations réalisées, sans quoi elle estime ne pas pouvoir se prononcer.7 Les ingénieurs sont tellement convaincus, à ce stade, de l’impérativité des ordres du gouvernement, qu’ils affichent leur respect sur ce point :

  • 8 Séance du 24 brumaire an 11, AN F14* – 10911.

L’assemblée observe d’ailleurs que cette mesure indispensable à son instruction ne doit aucunement suspendre les travaux et les opérations commencés d’après les ordres du gouvernement auxquels le C. Girard doit continuer à se conformer.8

9Dans un premier temps, ce ne sont pas les ordres et les chantiers qui sont problématiques. Il y a une autre entorse aux formes consacrées, qui rend la nomination d’une commission inévitable : Girard a présenté lui-même son projet à l’assemblée.

  • 9 Girard était en effet, avec Gauthey, dans le camp des minoritaires de Saint-Quentin, s’opposant par (...)

10C’est une démarche qui rompt avec le fonctionnement ordinaire de l’assemblée : jamais un ingénieur ne présente lui-même son projet, que s’il est invité à le faire par l’inspecteur général de son arrondissement. La procédure normale est l’examen du projet par ce même inspecteur (ou par une commission si l’assemblée le juge nécessaire), qui fait un rapport à partir duquel l’assemblée peut discuter et se prononcer. Bien que d’ordinaire plutôt respectueux des formes du corps, le conseiller d’État est pour quelque chose dans cette curieuse intervention : lorsqu’il reçoit le rapport de Girard sur la première partie du canal, le conseiller décide de ne pas simplement transmettre les documents à l’assemblée et de la laisser juger, il convoque l’assemblée en séance extraordinaire pour que Girard présente son rapport. Quoi qu’il en soit, Girard porte la responsabilité d’avoir transgressé les règles de fonctionnement de l’assemblée, d’avoir accepté ou décidé de se faire son propre rapporteur. Car il ne pouvait ignorer cet usage. Son expérience récente de l’assemblée, à laquelle il était très assidu depuis son retour d’Égypte, lui avait amplement donné l’occasion de le constater. Mais elle lui avait aussi montré une image tout à fait exceptionnelle de cette institution, avec l’affaire du canal de Saint-Quentin et les désaccords sur le pont de Tours, où il avait pu voir les confusions de rôles, les règles contournées, les décisions renversées. Il est vraisemblable que cette expérience lui ait révélé la possible fragilité de l’ordre dans l’assemblée.9 On peut penser que Girard savait très bien ce qu’il faisait. En venant présenter lui-même son projet à l’assemblée, Girard pose le premier d’une série d’actes d’insoumission.

  • 10 Lettre du conseiller d’État au préfet du 25 brumaire an 11, AN F14 – 685.
  • 11 Séance du 5 ventôse an 11, AN F14* – 10911.

11Les travaux sont pour l’instant hors de cause. Le conseiller, en acceptant la nomination d’une commission comme « nécessaire à l’instruction de l’assemblée », réaffirme d’ailleurs au préfet que cet examen ne doit pas interrompre les travaux ordonnés par le gouvernement.10 C’est ce qui s’est passé à l’assemblée, les 13 et 15 novembre, qui pose problème. Plusieurs ingénieurs ne cacheront pas, par la suite, leur indignation d’avoir été laissés aussi longtemps dans l’ignorance du projet.11 La formation de la commission ne se présente pas comme une réaction aux travaux (qui sont acceptés), ni même à l’étonnante intervention de Girard. L’assemblée déclare la commission nécessaire pour respecter les formes : puisqu’elle n’a eu aucune connaissance du projet, il faut bien procéder à l’examen avant de pouvoir conclure. L’assemblée réaffirme son rôle, elle rappelle les règles du jeu.

  • 12 Lettre de Besnard au chef de division Cadet-Chambine du 29 brumaire an 11, AN F14 – 685.
  • 13 Lettre du conseiller d’État à Girard du 29 brumaire an 11, AN F14 – 685.
  • 14 Il a bien demandé un congé, mais s’est à nouveau écarté des usages en n’informant pas le conseiller (...)

12La nomination de la commission est très mal accueillie par Girard. Pour accomplir leur tâche, les commissaires lui demandent de fournir sa documentation. Il s’y refusera longtemps, arguant qu’occupé à la conception de son projet et à l’exécution de plusieurs parties, il ne pouvait pas se séparer de son matériel. Girard ne transmet rien et reste sourd aux demandes de Besnard, alors rapporteur de la commission, lequel doit se justifier devant les administrateurs de ce que l’examen de la commission n’est toujours pas engagé : « vous voyez que ce n’est pas notre faute si nous n’allons pas de l’avant. »12 Le conseiller d’État intervient même directement pour prier Girard de remettre « sur le champ toutes les pièces » nécessaires aux commissaires.13 Pourtant soumis à une certaine pression, Girard quitte Paris pour Saint-Valéry-sur-Somme où il doit se marier, sans répondre à ces demandes insistantes : deuxième acte d’insoumission.14

13Depuis Saint-Valéry, Girard expose au conseiller sa vision de la situation, dans une lettre qui va complètement la retourner. Il réaffirme la primauté des ordres, la continuation des travaux à tout prix et se présente donc comme un exécutant fidèle :

  • 15 Lettre de Girard au conseiller d’État du 9 frimaire an 11, AN F14 – 685.

J’ai lieu de croire que l’activité avec laquelle [les travaux] ont été poussés, en remplissant les intentions du gouvernement aura justifié la confiance que vous m’avez témoignée et fourni une nouvelle preuve de mon zèle et de celui de mes coopérateurs.15

14Homme de confiance, zélé, obéissant, Girard rappelle au conseiller qu’il a scrupuleusement suivi ses instructions. C’est sur l’assemblée qu’il rejette la responsabilité pour les retards, les obstacles à l’avancement et donc l’opposition aux ordres : l’assemblée aurait adopté une mesure « contradictoire » en nommant une commission tout en acceptant que les travaux se poursuivent. Girard présente, en effet, l’examen et les travaux comme tout à fait incompatibles. Les travaux étaient incontournables puisque ordonnés, l’assemblée devait donc accepter le projet, seule manière pour elle de soutenir une prompte exécution. En nommant une commission, elle disait non aux travaux et s’opposait formellement au gouvernement. Girard présente donc au conseiller son attitude comme une défense des ordres du gouvernement contre les résistances de l’assemblée, les retards qu’un examen ne manquerait pas d’entraîner. Girard crée l’incompatibilité entre les travaux et l’examen (qui n’existait pas, officiellement, pour l’assemblée) pour forcer les uns et les autres à choisir leur camp, entre ceux qui sont pour les travaux, qui privilégient les ordres du consul, et ceux qui veulent un examen, donc une interruption ou un retard dans l’avancement. Girard soutient que l’assemblée se devait d’adopter son projet sans discussion, sans commission, sans rapporteur : troisième acte d’insoumission.

15La réaction de Girard montre qu’il avait vraiment pensé faire adopter son projet sur sa seule présentation, les 13 et 15 novembre. La formation d’une commission contrariant ses attentes, Girard se soustrait à la procédure ordinaire que l’assemblée cherche à mettre en place et essaie d’imposer un fonctionnement extraordinaire. À trois reprises, au début de cette affaire, Girard écarte les formes en usage pour imposer un nouvel ordre. La première fois, à la présence incongrue de Girard, l’assemblée fait mine de ne rien remarquer, se contente de procéder comme à l’ordinaire. La deuxième fois, lorsqu’il refuse pendant plusieurs semaines de remettre ses papiers, les ingénieurs font preuve d’une remarquable patience. Mais cette troisième insoumission est trop explicite pour pouvoir encore être abordée diplomatiquement, pour pouvoir être minimisée et réintégrée dans les formes ordinaires. Girard cherche manifestement à passer en force, il semble dire à ses collègues : vous adopterez mon projet, parce que je suis du bon côté ; vous ne pouvez être qu’avec ou contre moi, c’est-à-dire avec ou contre le consul ; vous n’allez pas respecter les règles habituelles, parce que je ne suis pas dans une situation ordinaire.

16C’est une déclaration de guerre. Girard pense pouvoir se placer au-dessus des règles et ce qu’il invoque pour cela est assez révélateur : il serait le fidèle exécutant du consul. Or, personne ne peut ignorer qu’il lui doit sa promotion. Sans connaître la proximité exacte de Girard avec Bonaparte, peut-être justement grâce à cette incertitude, tous doivent le penser très proche du pouvoir : Girard peut donc parier sur ce « lien » avec le consul, pour forcer l’assemblée à adopter son projet, pour dépasser la hiérarchie ordinaire des pouvoirs et des fonctions dans le corps.

17À partir du moment où l’attitude de Girard est devenue explicitement offensive, l’assemblée va réagir sur le même plan : la plupart des stratégies engagées successivement par les ingénieurs, en assemblée, en commission ou individuellement, viseront clairement à évincer Girard. Après la déclaration, donc, la guerre. À mesure que les ingénieurs vont s’impliquer, commettre eux-mêmes des entorses aux règles, l’affaire va se symétriser : d’une asymétrie initiale (la déclaration de Girard) les torts se répartissent bientôt entre les parties, de sorte qu’il n’y a bientôt plus d’innocents. La radicalité avec laquelle Girard et l’assemblée vont désormais s’opposer – chacun cherchant à éliminer l’autre – s’exerce cependant dans certaines limites argumentatives : ces ingénieurs ne sont pas dans un jeu de « purs » rapports de force, ils doivent justifier, légitimer leurs positions, convaincre qu’ils font la « bonne lecture » d’une situation qui va très rapidement se complexifier.

Ordres et Travaux

  • 16 Séance du 8 nivôse an 11, AN F14* – 10911.
  • 17 L’instruction est ici citée par Besnard, Notice préliminaire pour être lue à la commission, AN F14 (...)
  • 18 Besnard dans la séance du 22 nivôse an 11, AN F14* – 10911.

18Les ingénieurs vont chercher à caractériser la situation comme disciplinaire : Girard doit être sanctionné, parce qu’il a enfreint les règles, parce qu’il ignore les procédures. À l’attitude de Girard, qui prétend se passer d’examen en invoquant les ordres, les ingénieurs répondent en valorisant l’examen par l’effacement des ordres : la commission va chercher à établir qu’il n’y avait pas d’ordres pour commencer les travaux. Si l’examen demeure indispensable, ce sont les travaux qui ne l’étaient pas. « Après avoir attentivement examiné tous les ordres donnés par le gouvernement », diront les commissaires dans leur premier rapport, « ils n’y ont rien vu qui obligeât l’ingénieur en chef à commencer les travaux avant que les projets aient été arrêtés »16, d’autant que l’instruction du conseiller mentionnait que « la direction, conduite et surveillance des travaux » seraient soumises « aux règles générales de l’administration des Ponts et Chaussées. »17 L’affaire prendrait donc une « marche irrégulière. »18

  • 19 Gauthey, Lettre au préfet du département de la Seine, Paris, Perronneau, 1803, p. 5.

19C’est tout un mouvement d’interprétation de l’arrêté des consuls et de l’instruction du conseiller qui s’amorce ici, les ingénieurs cherchant à montrer que Girard n’était pas obligé de mettre des hommes au travail et qu’il aurait pu procéder selon les règles. L’arrêté par exemple n’ordonnerait pas de commencer les travaux le 23 septembre 1802, mais seulement les « travaux RELATIFS à la dérivation de l’Ourcq », c’est-à-dire les opérations préparatoires, les plans, les nivellements, etc.19 Les termes sont vivement discutés – en particulier le sens du mot travaux – avec une prétention à les respecter et les faire respecter. Une fois mis en évidence l’écart entre ce que Girard devait faire et ce qu’il a fait, sa responsabilité est évaluée de diverses manières : du plus clément (il a mal compris) au plus radical (il a voulu faire des travaux de sa propre initiative.)

  • 20 Séance du 22 nivôse an 11, AN F14* – 10911.

20Il est vraisemblable que le conseiller ait sciemment adopté une instruction à la fois vague et contradictoire pour paraître exécuter les ordres sans enfreindre les coutumes du corps. Mais Girard avait reçu d’autres ordres, plus précis : à l’oral ou par courrier, préfet, ministre et conseiller lui enjoignaient d’activer les chantiers et de mettre des hommes à l’ouvrage. Contrairement aux textes officiels, ces ordres plus explicites ne sont pas repris par les ingénieurs. Les commissaires, dans leur premier rapport, mentionnent bien quelques lettres, mais dont Girard n’aurait pas bien compris le sens : avec les ateliers d’expériences, il ne pouvait s’agir d’autre chose que de « faire quelques sondes. »20

21L’effacement des ordres est lié à un manque de réaffirmation : une fois ces ordres mis en doute, personne ne vient les soutenir, les confirmer, et de ce fait ils disparaissent. Le conseiller surtout adopte une telle attitude silencieuse : à aucun moment il ne vient publiquement au secours de l’ingénieur qui exécute ses ordres. Il évite ainsi de se compromettre. La contestation le met, en effet, dans une position délicate, puisqu’elle prouve qu’on pouvait interpréter autrement les ordres du consul. La situation devenue incertaine, le conseiller n’ose plus réaffirmer le sens de ses propres ordres : s’il confirme, il pourrait avoir dépassé l’intention du consul, s’il se rétracte, il court le reproche inverse d’être allé contre ses ordres. Il sait que Bonaparte souhaite que les travaux avancent au plus vite. Mais cela doit-il autoriser quelques irrégularités ? Rien n’est moins sûr.

22Girard est contraint, par cette attitude du conseiller, au même silence : alors qu’il dispose d’ordres explicites, qu’il les a même évoqués dans son premier rapport, il décide de ne plus les citer et tente d’éluder autant que possible cette question. Il cherche à concentrer ses réponses sur les critiques plus techniques que la commission lance en parallèle afin d’éviter de revenir sur les ordres. Girard n’ose sans doute pas réitérer ses preuves de crainte d’être lâché s’il implique trop ses supérieurs, ce qui lui serait fatal dans la logique d’obéissance aux ordres qu’il a choisie. Il préfère donc faire le gros dos, espère même peut-être une reconnaissance de cette fidélité.

  • 21 Séance du 22 nivôse an 11, AN F14* – 10911.
  • 22 Séance du 22 nivôse an 11, AN F14* – 10911.

23C’est la vacance du pouvoir qui permet l’effacement des ordres. Les intentions (peu claires) de Bonaparte planent sur les administrateurs comme sur les ingénieurs. Ceux-ci se permettent d’ignorer des ordres que ceux-là n’osent plus réaffirmer. Pourtant les ingénieurs vont très vite se rendre compte qu’il ne peut être question de fermer les chantiers, d’ignorer les impératifs politiques qui pèsent sur le conseiller et le préfet. Dès la troisième séance consacrée au canal de l’Ourcq, les ingénieurs proposent des mesures pour déplacer les chantiers : après les cris d’indignation sur le fait même d’engager des travaux non adoptés par eux, ils demandent qu’on installe les ouvriers dans des parties non problématiques du tracé.21 Mais contrairement au canal de Saint-Quentin, où l’on avait pu circonscrire la partie controversée du canal afin que les travaux se poursuivent ailleurs, il n’y a bientôt plus une seule partie du canal de l’Ourcq que les ingénieurs approuvent et le déplacement des ouvriers devient donc impossible. Pour certains, le creusement du bassin de la Villette (formellement ordonné par l’arrêté des consuls) semble une bonne alternative, mais très vite le bien-fondé de la construction de ce bassin sera remis en question. Pour d’autres, comme Lefebvre, il faut « réunir les ouvriers dans la partie qui avoisine Paris puisqu’elle peut être ouverte sans inconvénient », mais là encore il se trouve des opposants, comme Becquey pour rétorquer que c’est tout aussi problématique, puisqu’on ne s’entend pas sur la nature du canal à construire, son tracé, ses dimensions, sa pente.22

24La situation est donc assez paradoxale : les ingénieurs, bien qu’ayant accepté que les travaux ne peuvent être arrêtés et donc qu’il y a bien des ordres du gouvernement de mettre des hommes au travail, poursuivent cependant leur mise en cause de Girard, qui reste seul responsable de l’irrégularité. Les travaux ne sont d’ailleurs pas seulement entamés, ils vont se poursuivre pendant toute la durée de l’affaire. De ce fait, le soupçon disciplinaire va se préciser : Girard chercherait à se passer de l’approbation de l’assemblée, en réalisant concrètement son projet dans les chantiers. Le reproche qui est fait à Girard, plus ou moins explicite selon les ingénieurs, c’est de faire traîner pour forcer la main à l’assemblée :

  • 23 Gauthey, op. cit., p. 12.

La tactique du C. Girard n’avait pour but que de prolonger la discussion jusqu’à ce qu’il eût fait tant de besogne que l’on se croirait obligé de la continuer jusqu’à la fin, pour ne pas abandonner des sommes considérables déjà dépensées.23

  • 24 Gauthey était déjà, avec les minoritaires de Saint-Quentin, favorable à l’abandon et n’hésitait pas (...)
  • 25 Séance du 6 pluviôse an 11, AN F14* – 10911.

25Si certains, comme Gauthey, annoncent que cette stratégie échouera, parce qu’on ne se laissera pas impressionner par les travaux réalisés, qu’on les oubliera finalement pour construire un projet approuvé, la question de l’abandon de l’ouvrage entamé est en réalité très polémique dans les Ponts et Chaussées. Elle était déjà au cœur de la dispute de Saint-Quentin, où les ingénieurs avaient hésité sur l’attitude à adopter, soulignant qu’un abandon pourrait porter atteinte à l’image du gouvernement et du corps.24 D’ailleurs, si les ingénieurs sont divisés, le conseiller semble pour sa part ne pas vouloir abandonner l’ouvrage : une de ses rares interventions à l’assemblée, le 26 janvier 1803, accorde à Girard un premier tiers du canal (soit près de 30 kilomètres) comme désormais « trop avancé » pour qu’on puisse encore en discuter.25 Les travaux sur cette partie sont donc validés par les faits : il est trop tard pour discuter, car c’est déjà construit. Mais cette mesure interdit aussi à Girard d’employer des ouvriers dans les deux derniers tiers avant que son projet complet ait été soumis et adopté par l’assemblée. Le conseiller s’assure donc que les travaux vont pouvoir se poursuivre dans un certain périmètre, et ainsi satisfaire les impératifs d’avancement, en même temps qu’il limite la possibilité pour Girard de passer en force et d’imposer son projet sur le chantier.

  • 26 Les ingénieurs ont des estimations divergentes du temps, du travail nécessaire à cette rédaction. A (...)
  • 27 Lecreulx, Canal de l’Ourcq, 2 pluviôse an 12, Mbhvp 1177. Mais aussi Cessart, Canal de l’Ourcq, 7 p (...)

26Girard, bien évidemment, se défend d’une telle stratégie et justifie le temps qui passe : le temps qu’il faut pour faire un projet complet26 et surtout le temps qu’il faut pour répondre aux attaques des ingénieurs. Alors qu’il est attaqué, on lui reproche de perdre son temps en discussions, qualifiées souvent d’inutiles, au lieu de faire un projet qu’on puisse enfin valider, ou plutôt invalider.27Plus le projet définitif, puis la décision à son égard, s’éloignent, plus le soupçon grandit. Les travaux passent ainsi d’une simple entorse aux règles établies, à un moyen de pression pour obtenir gain de cause. L’impératif d’avancement, plus ou moins accepté par les ingénieurs, rend peu plausible une résolution du conflit par une approche exclusivement disciplinaire. La faute disciplinaire va se dissoudre dans des fautes techniques, qui vont occuper l’essentiel des débats. L’affaire se déplace vers une critique du projet pour légitimer l’interruption des travaux et la primauté de l’examen. Le soupçon selon lequel Girard aurait agit sans ordres et chercherait à faire exécuter son projet sans examen ne va cependant jamais s’effacer : il revient tout au long de l’affaire, soutenu par le nombre toujours grandissant de problèmes techniques et gagnant en force avec le temps qui passe.

Le droit à l’initiative

27Après une période d’absence, où il a ignoré la nomination de la commission, Girard se résout à aller à l’assemblée, à accepter l’examen et à débattre. Girard et la commission vont, chacun de leur côté, radicaliser certains aspects du corps, développer des vues contradictoires sur ce que doivent être le jugement de l’assemblée et les rapports entre l’ingénieur et le corps, chacun cherchant ainsi à légitimer la position extrême qu’il a choisie.

  • 28 Séance du 6 pluviôse an 11, AN F14* – 10911.

28Dès les premières séances, la commission, Gauthey en tête, affiche ouvertement son hostilité à l’égard du projet de Girard. Les commissaires ne se contentent pas de proposer quelques corrections au projet, de rectifier quelques erreurs manifestes, ils entendent montrer que le projet est une unique erreur et qu’il faut en changer. En souhaitant qu’on remplace le projet de Girard par un autre, ou qu’on le corrige au point qu’il sera tout autre, la commission outrepasse ses fonctions, ce que Girard va s’empresser de dénoncer en rappelant que l’initiative du projet lui revient : « c’est à l’ingénieur chargé d’un projet de proposer le premier ce qu’il croit convenable. »28 Girard défend un droit à l’initiative. Il retourne le sens de la situation : il n’est pas indiscipliné, il est au contraire victime d’une injustice.

  • 29 Prony, Observations du directeur de l’école des Ponts et Chaussées sur les discussions relatives au (...)

29L’idée d’une répartition des tâches est admise par les ingénieurs. Plusieurs d’entre eux soulignent que le rôle de la commission n’est pas de « proposer et de motiver » telle ou telle construction, mais de « juger celle proposée par l’ingénieur », et que l’assemblée ne peut en fin de compte qu’adopter, corriger ou refuser un projet.29 Le dernier cas n’est d’ailleurs pas si rare, où l’on renvoie sa copie à l’ingénieur en lui demandant de réécrire un projet dans les formes. Dans l’affaire de l’Ourcq, l’attitude des ingénieurs sera toujours ambiguë : tout en prétendant exiger de Girard un projet jugeable, ils n’auront de cesse de rejeter tout ce qu’il présente, et sembleront ainsi ne pas vouloir examiner son projet mais le remplacer par d’autres options ouvertement évoquées.

30Le droit à l’initiative est la clef de voûte de la conception du jugement développée par Girard. L’assemblée se doit d’être impartiale pour juger les projets, ce qui suppose de séparer strictement l’activité de production de l’activité de jugement :

  • 30 Girard, Rapport de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq à l’assemblée des Ponts et Chaussées, 4 (...)

Il n’est aucun ingénieur qui, par les relations établies entre [l’assemblée] et lui, ne soit exposé à lutter avec désavantage contre les mêmes préventions dont je me plains, si les membres de l’assemblée appelés à donner leur avis sur les projets renvoyés à leur examen, prennent l’initiative sur ces projets, et se présentent comme parties, dans des discussions où ils doivent prononcer comme juges.30

31Le modèle de jugement qui se dégage des répliques de Girard, suppose une position de concepteur fort : l’ingénieur a le droit à l’initiative sur le projet, c’est lui qui le conçoit, c’est donc ce projet et lui seul qu’il faut juger. L’assemblée ne peut pas proposer de projet concurrent sans quoi elle serait juge et partie. Dans ce modèle, les juges doivent donc fournir la critique et l’ingénieur y faire face. Son droit à la réponse ne doit pas être limité, surtout si la qualité de sa défense montre qu’il avait raison. Dans l’idée de Girard, une fois que les critiques ont été repoussées, le projet n’a plus aucune raison de ne pas être accepté. Si les juges ont la charge de la critique, le projet ne fait problème que tant qu’ils sont en mesure de l’attaquer. Une fois la critique épuisée, le projet est éprouvé, il est valide. En toute rigueur, il ne devrait donc pas y avoir d’alternatives. Mais pour démontrer l’existence d’une erreur de tracé, comme entendent le faire les commissaires, il faut comparer des cubatures de terrasses selon un ou des tracés alternatifs. Toute comparaison peut alors être considérée comme une initiative, ce qu’elle est d’ailleurs, puisqu’elle prétend imposer un meilleur tracé.

Imposer une marque

32Si les ingénieurs reconnaissent qu’il y a bien un droit à l’initiative, il n’est pas question que ce droit s’exerce sans limites, et ils vont travailler à rendre celles-ci aussi étroites que possible. Les premières accusations disciplinaires apparaissent dans le cadre de cette délimitation. Ce sont d’abord les travaux qui, pour les commissaires, signalent qu’une frontière a été franchie :

  • 31 Séance du 4 ventôse an 11, AN F14* – 10911.

En reconnaissant que l’ingénieur chargé d’un projet doit avoir l’initiative des propositions, ils lui reprochent d’en avoir abusé en étendant cette initiative jusque sur l’exécution.31

33En construisant en même temps qu’il concevait, Girard se faisait son propre juge. La frontière entre juge et concepteur ne tient que si l’ingénieur ne peut introduire un autre juge par ailleurs, les travaux, et ainsi se soustraire au jugement de l’assemblée. C’est le premier abus d’initiative : le concepteur s’est fait exécutant, donc juge, une dérive où l’exécution deviendrait le lieu de la décision. Les commissaires répondent donc à Girard que l’effacement des frontières entre les rôles n’est pas de leur seul fait.

  • 32 Dans l’affaire du canal de l’Ourcq, on trouve un grand nombre de ces récits concurrents, qui visent (...)
  • 33 Besnard, Notice préliminaire pour être lue à la commission, AN F14 – 685.

34Les ingénieurs cherchent aussi à montrer que, dans le cas de l’Ourcq, le rôle de concepteur ne revenait pas ou pas exclusivement à Girard. Pour cela, on évoque différents travaux préparatoires, de Gauthey ou de Bruyère, on compose des récits où l’un ou l’autre de ces ingénieurs devient le premier concepteur d’un canal de l’Ourcq, producteur de plans ou de mémoires, avec par conséquent le droit à l’initiative.32Pour l’inspecteur Besnard, par exemple, il est clair que les directions du canal étaient déjà prêtes, qu’il s’agissait de choisir entre plusieurs tracés existants celui qui était préférable, et non d’en tracer un nouveau.33 L’initiative de Girard n’est donc pas complètement niée, mais elle est réduite à un rôle secondaire. Gauthey, rapporteur de la commission, ira même jusqu’à retirer tout rôle de conception à Girard :

  • 34 Séance du 5 ventôse an 11, AN F14* – 10911.

[Il observe] sur l’initiative du projet réclamé par le C. Girard que ses instructions ne la lui donnent pas, et qu’il doit au contraire se conformer aux projets joints à l’instruction.34

  • 35 En réalité, il n’existe pas de projet pour l’Ourcq assez avancé pour être exécuté. Les travaux de B (...)

35Au nom du même droit à l’initiative, Gauthey réclame que Girard se contente d’exécuter le projet évoqué par l’instruction et qu’il considère être le sien.35

  • 36 Gauthey, op. cit., p. 25.
  • 37 Ce retournement de la charge de la preuve est très manifeste dans un épisode du désaccord sur les c (...)

36La conception du jugement des ingénieurs, telle qu’elle transparaît dans les discussions à l’assemblée, conserve le caractère très disciplinaire de ces premières attaques. On pourrait caractériser cet autre modèle de jugement par la volonté de l’assemblée de conserver la maîtrise de la décision. Pour cela, il ne peut être question d’accepter le rôle que Girard assigne à ses juges, rôle limité à la critique et à l’acceptation du projet faute de critique. Si les ingénieurs s’en tenaient à ce rôle, la décision ultime semblerait revenir à Girard, surtout s’il parvient (comme c’est le cas) à défendre assez bien son projet pour n’avoir aucune concession à faire. Si le projet adopté est celui de l’ingénieur, ses juges apparaissent impuissants, limités à un rôle de pure approbation – une chambre d’enregistrement. D’une manière ou d’une autre, les ingénieurs souhaitent que Girard admette ses erreurs. Le reproche ultime fait à Girard c’est « de ne douter de rien, de n’écouter personne, [et surtout] de ne jamais céder. »36 Ils vont donc retourner la charge de la preuve et exiger de Girard qu’il fournisse un projet conforme à leurs attentes, qu’il modifie le sien jusqu’à ce qu’ils le trouvent acceptable.37

  • 38 Cette pratique semble même avoir été fréquente sous l’Ancien Régime. Voir La Millière, Mémoire sur (...)
  • 39 Organisation du conseil des Ponts et Chaussées, an 4, Article 14, F14 – 11052.
  • 40 Bertrand, Projet de règlement sur le service général des Ponts et Chaussées, 4 février 1791, AN F14 (...)

37Pour préciser le sens de cette attente et comprendre l’étrangeté de la situation, il faut revenir au fonctionnement ordinaire de l’assemblée, tel qu’il apparaît à la lecture des registres de séance. Un projet est normalement pris en charge par l’inspecteur de l’arrondissement dont il dépend (ou par une commission dans les cas importants ou polémiques) pour qu’il en fasse un rapport. Ce rapporteur devient, de fait, l’avocat du projet devant l’assemblée. Dans le cas de l’Ourcq, Girard, en venant lui-même à l’assemblée, s’est fait le défenseur de son propre projet et crée ainsi une situation nouvelle. Certes, il arrive qu’on appelle un ingénieur à assister aux séances où l’on discute de son projet.38Mais il n’en est jamais l’avocat ! Sa présence permet d’obtenir des précisions sur les localités, d’éclairer les passages douteux du projet. L’ingénieur n’a normalement aucune intervention publique à faire ; on lui accorde, et même cela semble en pratique rarement le cas, le droit de répondre une fois.39Dans un projet de règlement datant de la Révolution, l’inspecteur Bertrand acceptait la présence des ingénieurs en chef, « lorsqu’il ne s’agit ni de leur projet ni de leur cause personnelle » ; dans les cas contraires, il préférait qu’ils n’assistent pas aux séances.40La discussion n’appartient pas à l’ingénieur, elle doit se faire sans lui.

  • 41 Gauthey donne à cette situation inhabituelle une forme disciplinaire : les discussions « du C [itoy (...)

38La participation de Girard aux débats est donc un réel problème pour les ingénieurs : si Girard peut continuer à intervenir, il peut justifier toujours davantage son projet et ne jamais laisser les ingénieurs procéder au jugement.41Mais s’il est problématique que Girard puisse participer et répondre, il l’est plus encore qu’il ne cède pas et qu’il prétende défendre son projet contre toutes les attaques. La correction des projets est un autre passage obligé. En effet, si les rapports sont le plus souvent adoptés par l’assemblée sans grande discussion, cela ne signifie pas que les projets ne doivent subir aucune modification. Bien au contraire, le rapport présente presque toujours des corrections. Le rapporteur n’est pas seulement l’avocat du projet, il en est aussi le critique : c’est lui qui identifie les points d’ombre du projet et propose les modifications qu’il juge souhaitables. En tant que spécialiste d’un territoire, il propose à ses collègues un champ de discussion délimité : il a relevé les éléments discutables du projet, que l’assemblée peut reprendre à son compte, modifier ou contester. Mais dans tous les cas, les projets adoptés le sont avec des modifications qui représentent le jugement de l’assemblée.

39L’attitude de l’assemblée consiste donc à adopter globalement des projets dont on a pu, au nom de l’assemblée, modifier divers éléments considérés comme problématiques. Il ne s’agit pas de dire que l’assemblée ne juge pas et qu’elle ne cherche qu’à imposer sa marque sur le projet de l’ingénieur par l’intermédiaire de modifications plus ou moins larges, mais son jugement coïncide toujours avec une telle inscription dans les projets. Dans le cas de l’affaire de l’Ourcq cependant, les commissaires se sont engagés d’emblée dans une critique si vive et globale du projet Girard, que les modifications reviennent à changer de projet. De ce point de vue, ils sortent eux aussi du fonctionnement ordinaire. Leur revendication principale – que Girard corrige ses erreurs – s’inspire donc de ce fonctionnement, mais le radicalise au point de le dénaturer : cela revient à réclamer de Girard qu’il renonce à son projet, donc à son initiative. Dans le modèle de jugement des ingénieurs, l’empreinte, la marque de l’assemblée, prend une importance démesurée.

Collectivisation et personnalisation

40Les deux modèles de jugement, développés par Girard et les commissaires, supposent des conceptions différentes du rapport entre l’individu et le collectif. Si c’est un ingénieur isolé qui produit un projet, il est inimaginable (pour les ingénieurs de l’assemblée, mais pour Girard tout autant) qu’il porte seul la responsabilité de ses propositions : aux yeux du monde, le corps est seul responsable de ses réalisations. Cela légitime ce qu’on peut appeler une collectivisation du projet : il faut que, d’une manière ou d’une autre, le projet isolé de l’ingénieur devienne le projet du corps, de sorte que la responsabilité soit assumée par ceux qu’elle engage vraiment. Une telle collectivisation est à l’œuvre dans les deux modèles, mais là encore selon des modalités absolument différentes.

41Selon Girard, si les juges ont la charge de la critique, c’est que le projet proposé est a priori bon. Il vient d’ailleurs la première fois à l’assemblée pour « faire approuver » son projet. Il n’y a aucune raison pour que le projet de l’ingénieur ait un quelconque défaut : Girard est ingénieur des Ponts et Chaussées, formé à l’école puis sous les ordres d’autres ingénieurs, il a intégré des règles, une culture, qui doivent lui permettre de produire un projet recevable. Dans un tel modèle, la compétence (qu’on doit supposer acquise à chaque ingénieur) est centrale : elle garantit que le projet sera bon, conforme aux principes de l’art. Les juges n’ont alors qu’un rôle de vérificateur : ils doivent s’assurer qu’aucune erreur n’a échappé à l’ingénieur, ils doivent identifier les imperfections et montrer qu’elles requièrent correction. En l’absence d’erreur, le projet doit être validé. Dans ce modèle, l’ingénieur incarne en quelque sorte le corps, il incarne la compétence du corps qui l’a formé et lui a donné les outils qui sont les siens. La collectivisation ne s’opère donc pas par la vérification, mais est déjà acquise par la compétence et le talent de l’ingénieur. La vérification est certes nécessaire, mais elle ne remet pas en question le fait que le projet de l’ingénieur soit d’emblée le projet du corps. Elle ne met pas même en doute la compétence de l’ingénieur : elle ne se justifie que parce que l’erreur est humaine.

42Dans le modèle qu’ils opposent à Girard, ses collègues ne nient pas que l’ingénieur ait une certaine compétence, mais il est inconcevable que son projet puisse être bon indépendamment de l’examen de l’assemblée. L’ingénieur n’incarne donc pas ici des valeurs et des savoirs collectifs qui garantiraient que ses productions peuvent être assumées par le corps tout entier. À l’incarnation s’oppose en quelque sorte la délégation : la conception, les compétences, ne sont que prêtées à l’ingénieur le temps de son travail. Une fois le projet remis à l’assemblée, l’ingénieur doit idéalement disparaître et son projet n’être considéré que comme une sorte d’ébauche, que ses collègues, réunis en assemblée, peuvent retravailler collectivement. Dans ce modèle, le projet ne peut devenir collectif que par une intervention du corps : le projet final est construit et certifié collectivement, le corps peut porter la responsabilité, parce que tous ses membres (au moins symboliquement par l’intermédiaire d’un rapporteur ou d’une commission) ont participé à la constitution du projet.

  • 42 Voir la lettre de Girard au conseiller d’État du 27 nivôse an 11, AN F14 – 685, puis la séance du 7 (...)

43L’échec de la collectivisation, dans le cas de l’Ourcq, est dénoncé dans chaque modèle comme relevant d’une personnalisation abusive. Dans la conception des ingénieurs, la personnalisation consiste à se soustraire à l’examen collectif, à essayer d’imposer un projet qui n’est que celui d’un individu : en repoussant systématiquement l’intervention de ses collègues, Girard les empêche de faire du projet une œuvre produite et donc validée collectivement. Mais Girard leur oppose un autre reproche de personnalisation : si les ingénieurs jugeant son projet refusent d’admettre qu’il est défendable, malgré les diverses critiques que Girard a su repousser, s’ils refusent d’adopter un projet auquel ils ne peuvent rien reprocher de solide, c’est le signe qu’ils ne jugent plus le projet mais l’homme. Leurs critiques n’auraient plus comme but de trouver une erreur dans le projet de l’ingénieur, mais de discréditer ce dernier, de l’écarter.42 Si l’ingénieur incarne le corps, s’il est supposé compétent, l’erreur doit rester rare : il n’est pas plausible qu’un ingénieur si bien formé puisse se tromper tout à fait. Une remise en cause prolongée de son projet, ne peut alors être qu’une contestation de sa compétence, c’est-à-dire, symboliquement, de son appartenance au corps.

  • 43 Roger Hahn, L’anatomie d’une institution scientifique – L’Académie des Sciences de Paris, 1666-1803(...)
  • 44 Le terme est de Claude Perrault. Hahn, op. cit., p. 35.
  • 45 Hahn, op. cit., p. 37

44La tension entre une nécessaire collectivisation et le danger d’une personnalisation rappelle les difficultés des débuts de l’Académie des sciences, au xviie siècle. Celle-ci s’était d’abord prononcée en faveur d’une publication anonyme et collective.43 Il s’agissait pour cette institution de se garantir contre l’utilisation abusive par un de ses membres de son appartenance à la compagnie, qui aurait pu être interprétée par des lecteurs comme une approbation de ses travaux. Les académiciens estimaient que « l’infirmité humaine ne permet point que l’homme seul ne se trompe quelquefois. » La constitution du savoir de manière collective devait précisément en garantir le caractère « irrépréhensible. »44 Pour « préserver la pureté de la réputation de la compagnie », les auteurs ne devaient donc pas publier sous leur propre nom : « c’était comme si l’appellation d’« Académicien » appartenait au groupe constitué plutôt qu’à l’individu. »45 Le travail d’un savant devenait collectif au cours des débats qui l’établissaient en savoir certifié. Ainsi conçue, l’activité de l’Académie s’est heurtée au désir des savants d’être reconnus comme véritables auteurs de leurs travaux, comme ayant la priorité sur une découverte. La tension entre la collectivisation et les intérêts personnels des savants a amené l’Académie à renoncer, à partir de 1688, à son idéal d’activité collective et à autoriser les auteurs à publier sous leur propre nom, à condition que leurs travaux aient été examinés. Une déclaration explicite d’approbation devait figurer dans les ouvrages, garantissant ainsi la réputation de l’Académie. En opérant ce retournement, l’Académie abandonnait l’idée de recherches communes, pour se limiter à un rôle de juge des productions individuelles, qu’elle estimait ou non « digne de publication. »

  • 46 Cette problématique se rapproche de celle de l’auctorialité scientifique (voir par exemple David Po (...)

45La similarité est frappante avec ce qui se passe à l’assemblée des Ponts et Chaussées : même problématique autour de la réputation ou de la responsabilité, même question de séparation (ou non) de la production et du jugement. Ce qui apparaît aussi dans cet exemple de l’Académie, c’est que la certification d’un savoir passant par une collectivisation, par une dépersonnalisation, entraîne une redéfinition de la propriété de ce savoir. La collectivisation des ingénieurs des Ponts et Chaussées va se trouver en tension avec des exigences de propriété de même nature que celles de ces savants du xviie siècle : l’ingénieur voudra lui aussi conserver la gloire, les bénéfices de son projet, de son travail.46

Propriété du travail

46Ces questions de collectivisation et de personnalisation sont liées à la nature ambiguë du travail des ingénieurs : il est le leur et n’est pourtant jamais seulement le leur. C’est une chose collective, en plusieurs sens : d’une part, le corps participe concrètement au travail de l’ingénieur, s’implique dans les projets ; d’autre part, ce travail n’est exécuté qu’au nom du corps et ultimement au nom de l’État. Au-delà de l’ingénieur, c’est le corps et l’État qui construisent. Cette nature collective du travail de l’ingénieur est au cœur d’un conflit permanent pour les ingénieurs et une source de souffrance importante : ils ne peuvent accepter que leur travail se dissolve entièrement dans un anonymat collectif. En défendant son droit à l’initiative, Girard défend donc aussi un lien entre lui et son projet, qui lui permettrait de le qualifier comme sien.

  • 47 Lettre de Girard au ministre de l’intérieur, le 10 juillet 1817, AN F14 – 2152.
  • 48 L’idée de sacrifice revient souvent. Voir, par exemple, la séance du 22 nivôse an 11, AN F14* – 109 (...)
  • 49 Picon, op. cit., pp. 432-33.
  • 50 Lettre de Girard au ministre de l’intérieur, le 10 juillet 1817, AN F14 – 2152. La plupart des ouvr (...)

47Les ingénieurs soulignent volontiers qu’ils « ont consacré leur vie au service de l’État dans des travaux utiles »47, décrivent souvent leur travail comme un dévouement à la cause publique, un « sacrifice », généreusement consenti mais qui réclame reconnaissance.48 Celle-ci se concrétise en partie dans des promotions, des récompenses, des félicitations, auxquelles le régime napoléonien donnera un développement important, mais elle passe surtout par la réputation ou la célébrité.49 Le nom de l’ingénieur est l’objet d’une constante attention : chacun souhaite attacher son nom à quelque chose, comme une preuve (matérielle et définitive) de sa valeur. Les ingénieurs réclament la paternité de leurs projets ou de leurs innovations et l’utilisent pour soutenir leur réputation. Pour Girard, le nom concentre tout le sens de son activité : jusqu’à la fin de sa vie, il ne cessera de lutter pour « laisser [son] nom honorablement attaché au succès d’une grande entreprise », son canal, surtout à partir de la Restauration, où ayant perdu son appui politique, il perd aussi la direction du canal, et voit ses successeurs modifier ses plans, mais surtout tenter de le priver de sa paternité.50

  • 51 Dans le cadre de l’affaire de l’Ourcq, Gauthey essaie ainsi de qualifier comme sien le travail de l (...)
  • 52 Les supérieurs ne laissent guère de place à leurs subordonnés dans leurs projets, rapports et inter (...)

48L’ambition, la volonté d’attacher son nom à son travail est plus ou moins favorisée ou contrariée par les rapports hiérarchiques. Les inspecteurs cherchent souvent à se réapproprier le travail des ingénieurs en chef, à dire leurs des projets avec lesquels ils n’ont qu’un vague lien, mais les ingénieurs en chef l’emportent le plus souvent lorsqu’on en vient à se disputer la paternité, parce que bien qu’inférieurs hiérarchiquement, ils ne travaillent pas directement pour les inspecteurs.51 Toute autre est la situation de ceux qui travaillent sous les ordres des ingénieurs en chef, ingénieurs ordinaires, élèves, conducteurs, personnels de bureau. Ces personnages de l’ombre apparaissent rarement dans les débats, et au-delà des attributions réglementaires, il est souvent difficile de distinguer ce qui est effectivement réalisé par chacun.52 Il est évident que ces subordonnés travaillent au projet de leurs supérieurs et que leur travail ne saurait leur appartenir : seul l’ingénieur en chef a un droit sur son projet. Lui seul conçoit et réalise : il incarne le travail de tous ceux qui travaillent pour (et sous) lui. Faire et faire faire est une seule et même chose.

  • 53 Perronet, Description des projets et de la construction des ponts, Paris, Didot, 1788. Gauthey, Tra (...)

49L’ambition de donner son nom à son ouvrage est commune à tous les ingénieurs. Ce n’est pas seulement l’effort de quelques ingénieurs soucieux qu’on se souvienne d’eux, ou une mise en valeur de réalisations passées pour protester contre une sanction, c’est aussi une pratique ordinaire dans le travail quotidien. On se réfère aux travaux passés (pour faire et discuter les projets) par la mémoire des personnes. Lorsqu’on évoque un projet, même modeste, c’est toujours par le nom de son auteur. Dans les cas plus prestigieux, comme le projet de l’Yvette par Perronet ou le canal du midi par Riquet, il est presque inconcevable de citer le projet sans introduire un qualificatif élogieux des ingénieurs qui y ont travaillé. On révère les grands noms, les grands ingénieurs du passé, dans leurs ouvrages, et pour les plus célèbres, on publie même un catalogue de leurs projets.53

  • 54 C’est un peu le cas de Girard, dont la publication des œuvres, interrompue à sa mort, est prise en (...)

50La propriété du travail de l’ingénieur est donc d’une certaine manière évidente : les concepteurs sont associés à leurs créations et valorisés en fonction de celles-ci. Mais il faut souligner que, le plus souvent, les projets ne deviennent vraiment exemplaires et leurs auteurs des références qu’à la mort de ceux-ci. L’éloge est un genre funèbre ou historique chez les ingénieurs des Ponts et Chaussées, et les œuvres les plus controversées peuvent avoir la chance de se trouver réhabilitées et transparentes à la mort de l’auteur.54 Si la mort arrange bien des choses, c’est qu’elle facilite la réappropriation collective des ouvrages : il est plus facile de louer un auteur pour ses succès lorsqu’il ne risque plus d’en tirer un quelconque profit personnel. Du point de vue du corps, en effet, le succès de l’ouvrage doit retomber sur le groupe, il doit être collectif : l’ingénieur mort peut sans danger être valorisé pour son œuvre, puisque n’étant plus, il ne fait que représenter le corps, il n’est vraiment glorifié que comme membre du corps et non pas pour lui-même.

Intégration

  • 55 L’ingénieur peut recevoir une « indemnité » calculée à l’ouvrage seulement lorsqu’il s’occupe de tr (...)
  • 56 Picon, op. cit., pp. 139-144. Petot, op. cit., pp. 424-435.
  • 57 Gauthey, op. cit., p. 28.

51L’ambition de l’ingénieur d’attacher son nom à une activité, à un ouvrage, est légitime et avouable, mais elle est néanmoins plus ou moins mal tolérée par le corps. La propriété du travail, entendue en ce sens, est en effet en tension avec une dimension intégrative du corps, qui voit un danger dans toute autonomie de l’ingénieur. L’ingénieur ne peut exister comme individu dans le corps que dans une mesure limitée et tout est fait pour l’intégrer constamment, pour que sa personne et son activité soient toujours une partie inséparable d’un tout qui le dépasse, la métaphore la plus fréquente de cette conception holiste étant celle de la famille. Les moyens de ce programme sont bien connus, puisque la plupart des historiens des Ponts et Chaussées et plus généralement des analystes des grands corps, ont concentré leurs études sur cette dimension très intégrative des corps. Les efforts d’intégration sont d’abord concentrés sur l’école, mais ils ne se relâchent pas par la suite. Tout est fait pour limiter l’individualisation excessive de l’ingénieur et lui rappeler la nature collective de son travail. Le salaire en est un bon exemple : contrairement aux architectes, dont la paternité est renforcée par une rémunération proportionnelle à l’ouvrage (paternité reconnue même en l’absence d’exécution matérielle, comme le montre l’existence d’une « indemnité de non-exécution »), l’ingénieur perçoit un salaire selon son grade, il n’est pas rémunéré pour un ouvrage particulier, mais pour sa participation au travail du corps.55 Pour intégrer l’ingénieur, on le place surtout dans un rapport de constante subordination, on le soumet à une stricte discipline, qui doit lui rappeler qu’il n’est qu’un rouage, un instrument, un exécutant : on attend de lui l’obéissance, le respect de la hiérarchie et des formes consacrées, mais on contrôle aussi en permanence son activité, on examine et on corrige ses projets, on surveille ses comptes, etc.56 Comme Gauthey le résume, l’ingénieur doit être « surveillé », « examiné » et « inspecté. »57

52Dans un tel univers, le cas de Girard n’est donc pas conçu comme une petite affaire disciplinaire sans grande conséquence. Nombre de ses collègues le considèrent au contraire comme une véritable menace pour le corps, une menace qu’on peut décliner de trois manières. Tout d’abord, Girard est un mauvais exemple qui met en danger le fonctionnement du corps :

  • 58 Gauthey, op. cit., p. 33.

Cet exemple est certainement des plus dangereux, et le corps entier des Ponts et Chaussées est très intéressé à ce que l’ingénieur qui s’est rendu coupable, soit fortement réprimé.58

53Si l’on est indulgent avec Girard, « qui pourrait empêcher » que d’autres ingénieurs suivent son exemple. Un effritement de l’autorité rendrait tout jugement impossible :

  • 59 Gauthey, op. cit., p. 35.

Si les commissaires chargés d’examiner les projets des ingénieurs sont obligés de soutenir des procès aussi violents, qui est-ce qui voudra accepter de pareilles commissions, et quel est l’inspecteur-général qui pourrait jamais inspecter les projets d’un ingénieur qui se comporterait comme le C. Girard ?59

54L’examinateur ne devrait pas avoir à soutenir la réplique de l’examiné. Les nombreuses remarques d’ingénieurs s’indignant des discussions « inutiles » de l’affaire de l’Ourcq sont assez significatives : toute discussion court le risque de désorganiser le cadre disciplinaire par lequel le corps tient comme unité, de créer une situation scandaleuse où chacun pourrait faire ce qu’il entend.

55Mais le comportement de Girard menace aussi la légitimité du corps comme expert exclusif en matière de Travaux Publics. S’il est impensable pour ces ingénieurs qu’un projet non validé collectivement puisse être un bon projet, un succès, c’est que ce serait reconnaître la possibilité d’autres types d’expertise en dehors du corps. Si un ingénieur isolé peut faire un bon projet, indépendamment d’un contrôle par le corps, c’est que le corps n’a pas lieu d’être : il suffirait de se reposer sur le talent de tel ou tel ingénieur, comme le proposaient d’ailleurs sous la Révolution ceux des constituants qui souhaitaient la suppression du corps. L’autonomisation d’un ingénieur menace le corps plus directement par l’image qu’on donne à l’extérieur de la division : si le corps est divisé, s’il discute, il montre qu’il n’est pas sûr de ses choix, il laisse entendre qu’il y d’autres voix possibles que la sienne et donne donc prise à l’extérieur.

  • 60 Séance du 7 floréal an 11, AN F14* – 10911.

56Les insubordinations de Girard menacent enfin une certaine rhétorique du bien public. Ce qui est ultimement en jeu dans l’intégration, c’est que l’ingénieur travaille pour une cause qui le dépasse, le bien public, l’État, et cela suppose un certain effacement de soi qui seul peut manifester qu’on se dévoue à cette cause. C’est cet aspect que le conseiller d’État va finalement mettre en valeur pour forcer Girard à faire des concessions : à l’insistance de Girard sur son initiative, sur le respect de sa paternité, le conseiller répond ainsi diplomatiquement, « qu’il n’entend prendre sur les droits d’amour-propre de personne, mais qu’il faut s’occuper de la chose. »60 En qualifiant d’amour-propre l’attitude défensive de Girard, le conseiller active une opposition classique chez ces ingénieurs : l’amour-propre de l’ingénieur est toujours suspect, il pourrait lui faire préférer sa gloire personnelle, sa célébrité, au bien public. Si celles-là sont légitimes et si le corps consent à leur accorder une certaine place, c’est l’intérêt général qui doit être favorisé. Il faut sacrifier l’amour-propre d’ingénieur, son droit à l’initiative, parce qu’il en oublie le bien collectif, les impératifs de bien public, desquels le corps tire sa légitimité.

Une économie morale

57L’affrontement entre Girard et ses collègues à l’assemblée permet de dégager une image de ce qu’est l’économie morale du corps dans l’examen des projets. Girard est certainement celui qui entame (au moins ouvertement) les hostilités, en présentant lui-même son projet, en refusant de communiquer sa documentation et en cherchant explicitement à éviter un examen approfondi de son projet. En ce sens, on pourrait avoir tendance à voir dans l’argumentation des ingénieurs le régime ordinaire du corps et considérer celle de Girard comme une excentricité, défendue avec vigueur, mais étrangère aux Ponts et Chaussées. Ce serait ne pas prendre en compte la radicalité avec laquelle les ingénieurs répondent à Girard, la contre-offensive qu’ils lancent contre lui, et qui vise explicitement à faire abandonner le projet, voire à se débarrasser de l’ingénieur. Comportement tout aussi peu diplomatique, qui va donner à Girard la matière pour sa défense. Il reste d’ailleurs incertain si les ingénieurs n’en arrivent à leurs accusations qu’en réaction aux premières provocations de Girard, ou si celui-ci n’adopte son attitude hors norme que convaincu que ses collègues lui sont déjà hostiles et que le respect des civilités ne peut conduire qu’à son éviction. Quoi qu’il en soit, en réagissant aussi fortement, les ingénieurs symétrisent la situation.

58On peut donc proposer une autre lecture de cet affrontement entre Girard et ses collègues. La ligne argumentative que chacun développe est manifestement recevable, puisque les deux partis admettent la pertinence des principes invoqués, même s’ils en contestent le champ d’application. Les ingénieurs, par exemple, reconnaissent le principe de l’initiative, tout en soutenant que Girard en abuse. Cette opposition entre deux logiques argumentatives contraires, mais partiellement partagées, peut être interprétée comme l’éclatement de ce qui, dans une situation ordinaire de jugement, est tenu ensemble : d’une part, une dimension intégrative, autoritaire, d’autre part, une aspiration à la propriété individuelle du travail, à la gloire. On peut alors renouer les deux logiques pour proposer une image de ce qui nous semble être l’économie morale dans laquelle les ingénieurs procèdent à l’examen des projets et à leur validation collective.

59L’ingénieur doit être considéré par ses collègues comme incarnant les valeurs du corps, de sorte que sa compétence ne puisse pas être profondément remise en cause. L’examen se présente donc bien comme une vérification, les erreurs y étant rares et attribuées à l’imperfection générale de l’être humain. Mais, dans un même mouvement, cet examen permet d’imposer une marque : il faut corriger l’ingénieur pour parvenir à une collectivisation effective, pour que le corps tout entier puisse assumer la responsabilité d’un ouvrage dont la conception va rester très largement individuelle, et il faut donc que l’ingénieur se laisse amender, accepte l’empreinte collective. Ceci n’est d’ailleurs pas problématique, en général, puisque les ingénieurs de province sont dans une situation de grande dépendance par rapport à l’assemblée et en particulier à l’inspecteur général de leur arrondissement.

60L’initiative individuelle de l’ingénieur est largement confirmée, lui laissant ainsi la propriété de son travail, mais l’approbation du projet comme bon, raisonnable, dont le corps peut porter la responsabilité, passe par une appropriation collective. Les ingénieurs parviennent ainsi à produire un hybride : un projet, qui appartient d’abord à son concepteur, mais à travers lui, au corps tout entier. La certification collective permet de faire coïncider l’amour-propre de l’ingénieur avec le bien commun, c’est-à-dire essentiellement le bien du corps, et auxiliairement le bien public, le bien de l’État. En faisant que la gloire personnelle devienne une gloire collective, on évite que l’ingénieur porte seul la responsabilité de l’action et les fruits du succès. La collectivisation doit donc permettre à la fois la reconnaissance de la grandeur de l’ingénieur, de ses qualités individuelles, et son intégration dans le corps.

61La procédure d’examen des projets dans les Ponts et Chaussées est donc une forme de civilité : les ingénieurs doivent, de part et d’autre, adopter des comportements, qui rendent seuls possible l’équilibre que l’on vient de décrire. L’ingénieur en particulier doit montrer une certaine soumission à l’assemblée, en échange de laquelle son initiative et son projet seront reconnus, son appartenance et sa valeur dans le corps grandies. Il doit se laisser corriger, céder, pour montrer qu’il accepte le caractère organiquement supérieur du collectif sur l’individu, et à ce prix obtenir en tant qu’individu une certaine autonomie et reconnaissance. C’est à cette civilité que Girard refuse de se plier, entraînant une réaction symétrique de l’assemblée.

Notes

1 Instruction du conseiller d’État du 28 fructidor an 10, reproduite in Girard, Mémoires sur le canal de l’Ourcq, Paris, Carilian-Gœury, 1831, tome 1er, p. 21.

2 Prony, Observations du directeur de l’école des Ponts et Chaussées sur les discussions relatives au Canal de l’Ourcq, qui ont été soumises à l’assemblée des Ponts et Chaussées, 18 messidor an 11, Mbhvp 1177.

3 De tels travaux préparatoires sont en effet fréquents, surtout dans les situations de désaccord à l’assemblée sur la nature des sols, la perméabilité, les jauges. Voir par exemple, les séances des 26 ventôse an 9 (canal de Saint-Quentin) et 1er floréal an 9 (canal d’Arles) sur des essais de sols et de perméabilité, AN F14* – 10910.

4 Girard n’aurait disposé que du premier rapport de Bruyère (qui propose de dériver la Beuvronne), d’un plan du pays (jusqu’à Claye), avec un profil des entrepreneurs. L’instruction du conseiller, en ordonnant d’abord de faire un projet jusqu’à Claye, tient manifestement compte de la documentation disponible.

5 Girard, Rapport à l’assemblée des Ponts et Chaussées, les 22 et 24 brumaire an 11, AN F14 – 685.

6 Girard, ibid.

7 La commission est composée, dans un premier temps, de Besnard, Prony et Le Père.

8 Séance du 24 brumaire an 11, AN F14* – 10911.

9 Girard était en effet, avec Gauthey, dans le camp des minoritaires de Saint-Quentin, s’opposant par tous les moyens à la décision de l’assemblée et parvenant à la faire invalider.

10 Lettre du conseiller d’État au préfet du 25 brumaire an 11, AN F14 – 685.

11 Séance du 5 ventôse an 11, AN F14* – 10911.

12 Lettre de Besnard au chef de division Cadet-Chambine du 29 brumaire an 11, AN F14 – 685.

13 Lettre du conseiller d’État à Girard du 29 brumaire an 11, AN F14 – 685.

14 Il a bien demandé un congé, mais s’est à nouveau écarté des usages en n’informant pas le conseiller de son mariage. La coutume d’Ancien Régime voulait même qu’on demande l’autorisation pour se marier au chef du corps ; elle sera d’ailleurs réintroduite sous l’Empire.

15 Lettre de Girard au conseiller d’État du 9 frimaire an 11, AN F14 – 685.

16 Séance du 8 nivôse an 11, AN F14* – 10911.

17 L’instruction est ici citée par Besnard, Notice préliminaire pour être lue à la commission, AN F14 – 685.

18 Besnard dans la séance du 22 nivôse an 11, AN F14* – 10911.

19 Gauthey, Lettre au préfet du département de la Seine, Paris, Perronneau, 1803, p. 5.

20 Séance du 22 nivôse an 11, AN F14* – 10911.

21 Séance du 22 nivôse an 11, AN F14* – 10911.

22 Séance du 22 nivôse an 11, AN F14* – 10911.

23 Gauthey, op. cit., p. 12.

24 Gauthey était déjà, avec les minoritaires de Saint-Quentin, favorable à l’abandon et n’hésitait pas à évacuer ces considérations d’image « comme d’une futilité extrême. » Opinion des ingénieurs composant la minorité de l’assemblée des Ponts et Chaussées, dans la décision prise par elle, le 15 ventôse an 10, Paris, Perronneau, an 10, p. 21.

25 Séance du 6 pluviôse an 11, AN F14* – 10911.

26 Les ingénieurs ont des estimations divergentes du temps, du travail nécessaire à cette rédaction. Ainsi, dès les premiers jours, Girard réclame plus de personnel pour lever les plans et faire des nivellements, personnel qui lui est d’abord refusé. Ce n’est qu’avec beaucoup d’insistance qu’il obtient le deuxième ingénieur ordinaire qu’il souhaitait. Séance du conseil des Ponts et Chaussées du 21 vendémiaire an 11, AN F14* – 10912.

27 Lecreulx, Canal de l’Ourcq, 2 pluviôse an 12, Mbhvp 1177. Mais aussi Cessart, Canal de l’Ourcq, 7 pluviôse an 12, Mbhvp 1177 : Girard aurait selon Cessart « éludé par des discussions au moins inutiles, l’exposition des moyens par lui conçus. »

28 Séance du 6 pluviôse an 11, AN F14* – 10911.

29 Prony, Observations du directeur de l’école des Ponts et Chaussées sur les discussions relatives au Canal de l’Ourcq, qui ont été soumises à l’assemblée des Ponts et Chaussées, 18 messidor an 11, Mbhvp 1177.

30 Girard, Rapport de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq à l’assemblée des Ponts et Chaussées, 4 prairial an 11, Paris, Imprimerie des Arts et Manufactures, an 11, p. 21.

31 Séance du 4 ventôse an 11, AN F14* – 10911.

32 Dans l’affaire du canal de l’Ourcq, on trouve un grand nombre de ces récits concurrents, qui visent à fixer le rôle de chacun, en particulier la priorité sur le projet, et par conséquent rendre intelligibles les débordements ou infractions dont d’autres ingénieurs se sont rendus coupables. L’importance d’une telle activité « historique », d’une telle mise en récit des événements qui posent problème et de la redéfinition du statut des personnes qu’on y opère, est caractéristique d’un travail d’imputation de responsabilité. Voir Francis Chateauraynaud, La faute professionnelle – une sociologie des conflits de responsabilité, Paris, Métailié, 1991.

33 Besnard, Notice préliminaire pour être lue à la commission, AN F14 – 685.

34 Séance du 5 ventôse an 11, AN F14* – 10911.

35 En réalité, il n’existe pas de projet pour l’Ourcq assez avancé pour être exécuté. Les travaux de Bruyère, régulièrement évoqués, ou leur reprise par Gauthey, sont une étude préparatoire pour un canal de la Beuvronne.

36 Gauthey, op. cit., p. 25.

37 Ce retournement de la charge de la preuve est très manifeste dans un épisode du désaccord sur les calculs de terrasses : les commissaires s’étant trompés dans une de leurs évaluations et donc de leurs critiques du projet Girard, le rapporteur retourne le problème en déclarant que leur erreur n’a aucune importance dans le débat, parce que « l’ingénieur n’a pas justifié son tracé. » Séance du 4 ventôse an 11, AN F14* – 10911.

38 Cette pratique semble même avoir été fréquente sous l’Ancien Régime. Voir La Millière, Mémoire sur le département des Ponts et Chaussées, Paris, Imprimerie Royale, 1790, pp. 82-83.

39 Organisation du conseil des Ponts et Chaussées, an 4, Article 14, F14 – 11052.

40 Bertrand, Projet de règlement sur le service général des Ponts et Chaussées, 4 février 1791, AN F14 – 11052.

41 Gauthey donne à cette situation inhabituelle une forme disciplinaire : les discussions « du C [itoyen] Girard ne tendent qu’à gagner du temps et consolider son système. » Séance du 7 floréal an 1, AN F14* – 10911.

42 Voir la lettre de Girard au conseiller d’État du 27 nivôse an 11, AN F14 – 685, puis la séance du 7 floréal an 11, AN F14* – 10911.

43 Roger Hahn, L’anatomie d’une institution scientifique – L’Académie des Sciences de Paris, 1666-1803, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 1993, pp. 35-41. Christian Licoppe, La formation de la pratique scientifique – Le discours de l’expérience en France et en Angleterre (1630-1820), Paris, La Découverte, 1996, pp. 61-71.

44 Le terme est de Claude Perrault. Hahn, op. cit., p. 35.

45 Hahn, op. cit., p. 37

46 Cette problématique se rapproche de celle de l’auctorialité scientifique (voir par exemple David Pontille, La signature scientifique – Une sociologie pragmatique de l’attribution, CNRS éditions, Paris, 2004) par bien des aspects comme l’articulation entre évaluation, réputation et responsabilité. Elle s’en distingue cependant, parce que le collectif tel qu’il apparaît dans le cas des Ponts et Chaussées autour 1800 comme dans celui de la première Académie des sciences, n’est pas conçu comme composé d’individus entre lesquels il conviendrait de distribuer une auctorialité, mais comme un ensemble anonyme face auquel l’individu cherche à se poser comme membre indifférencié et auteur à la fois.

47 Lettre de Girard au ministre de l’intérieur, le 10 juillet 1817, AN F14 – 2152.

48 L’idée de sacrifice revient souvent. Voir, par exemple, la séance du 22 nivôse an 11, AN F14* – 10911. Il faut prendre la mesure de ce dévouement : l’ingénieur reste en toute circonstance un membre du corps et doit faire honneur à cette appartenance, ce qui suppose de nombreuses contraintes de comportement, de fréquentations, etc. Voir Antoine Picon, L’invention de l’ingénieur moderne – L’école des Ponts et Chaussées, 1747-1851, Presse de l’école nationale des Ponts et Chaussées, Paris, 1992, pp. 141-142.

49 Picon, op. cit., pp. 432-33.

50 Lettre de Girard au ministre de l’intérieur, le 10 juillet 1817, AN F14 – 2152. La plupart des ouvrages sur les canaux parus sous la Restauration ignorent le nom de Girard, et celui-ci répond à cet effacement en développant une importante production littéraire, dont le but est d’abord de réhabiliter ses actes, de revaloriser son projet, l’homme tenant ici tout entier dans son œuvre. Voir en particulier Girard, Mémoires sur le canal de l’Ourcq, Paris, Carilian-Gœury, 1831.

51 Dans le cadre de l’affaire de l’Ourcq, Gauthey essaie ainsi de qualifier comme sien le travail de l’ingénieur en chef Bruyère, sous prétexte qu’il a d’abord été chargé des opérations en question, mais Bruyère parvient à imposer sa paternité.

52 Les supérieurs ne laissent guère de place à leurs subordonnés dans leurs projets, rapports et interventions, ils en font de parfaits « techniciens invisibles » (Steven Shapin, A Social History of Truth, Chicago, University of Chicago Press, 1994.) Lorsqu’au contraire on les évoque, on ne les loue que pour leurs qualités d’exécutants subordonnés, leur efficacité, leur obéissance, leur dévouement.

53 Perronet, Description des projets et de la construction des ponts, Paris, Didot, 1788. Gauthey, Traité de la construction des ponts, Paris, Firmin-Didot, 1809. Gauthey, Mémoires sur les canaux de navigation, et particulièrement sur le canal du centre, autrefois canal du Charolais, Paris, Firmin-Didot, 1816.

54 C’est un peu le cas de Girard, dont la publication des œuvres, interrompue à sa mort, est prise en charge par un membre du conseil des Ponts et Chaussées.

55 L’ingénieur peut recevoir une « indemnité » calculée à l’ouvrage seulement lorsqu’il s’occupe de travaux extérieurs aux Ponts et Chaussées, en particulier comme architecte. Voir Jean Petot, Histoire de l’administration des Ponts et Chaussées, 1599-1815, Paris, Marcel Rivière, 1958, p. 179.

56 Picon, op. cit., pp. 139-144. Petot, op. cit., pp. 424-435.

57 Gauthey, op. cit., p. 28.

58 Gauthey, op. cit., p. 33.

59 Gauthey, op. cit., p. 35.

60 Séance du 7 floréal an 11, AN F14* – 10911.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search