Version classiqueVersion mobile

Paris a besoin d’eau

 | 
Frédéric Graber

Chapitre II. Une affaire politique. Promouvoir, éblouir, avancer

Texte intégral

1L’affaire du canal de l’Ourcq est une affaire politique, en plusieurs sens. Elle l’est en ce qu’elle va provoquer une redéfinition des rapports entre les ingénieurs et le pouvoir, des prérogatives et des tâches de chacun, entre technique et politique – ce sera l’objet du chapitre suivant. Mais elle est d’abord politique au sens d’une intervention directe du pouvoir dans les affaires administratives. Nous allons examiner successivement trois dimensions de cette intervention et voir comment chacune d’elles se heurte à des valeurs propres à l’administration : la manière dont Bonaparte promeut ses fidèles, l’usage politique qu’il fait des ouvrages d’ingénieurs, et enfin la temporalité très particulière qu’il impose à ses exécutants.

1. Un homme singularisé

2L’aspect le plus évident de l’intervention du pouvoir dans l’affaire de l’Ourcq est la promotion de Girard au poste de directeur du canal. Cette singularisation par le consul, qui s’inscrit dans le contexte de l’expédition d’Égypte, explique la position relativement paradoxale de Girard, à la fois forte et très isolée.

L’Académie des Sciences et l’Égypte

  • 1 Pour la carrière de Girard, on peut croiser les documents de l’administration (son dossier personne (...)

3Pour comprendre par quels détours Girard est arrivé à cette position singulière et expliquer en particulier la bienveillance de Bonaparte à son égard, il faut reprendre sa carrière. Né à Caen le 4 novembre 1765, Pierre-Simon Girard entre à l’école des Ponts et Chaussées en 1784.1 Après plusieurs campagnes en Picardie et au Havre, il est nommé sous-ingénieur en 1789. En cette qualité, il s’occupe surtout de travaux hydrauliques et maritimes : il travaille au port du Havre, à la navigation de la Somme, il est chargé de plusieurs missions dans le Nord pour examiner des projets de canaux (Sambre-Oise, Sambre-Escaut.)

  • 2 Girard, Recherches géométriques sur la contraction de la veine fluide, Poitiers, 1792, Menpc 1366. (...)
  • 3 Ch. Dupin, Funérailles de M. Girard – Discours de M. le baron Ch. Dupin, 3 décembre 1836, Paris, Fi (...)

4Parallèlement à ses fonctions d’ingénieur, Girard développe très tôt un intérêt pour la théorie de son art, intérêt directement tourné vers l’Académie des Sciences puis vers l’Institut. C’est un aspect de sa carrière qui réclame quelques détails, tant il est déterminant pour la suite. Girard se fait connaître de l’Académie des Sciences en remportant le prix de physique pour 1792 qui portait sur la meilleure manière d’établir les écluses. Il poursuit ses recherches hydrauliques en particulier avec ses Recherches géométriques sur la contraction de la veine fluide, très bien accueillies à l’Académie par Prony et Borda.2 En poste au Havre, à partir de mai 1795, il bénéficie du soutien de Lamblardie, avec lequel il avait déjà développé, comme élève, une relation amicale.3 Cet inspecteur général avait mis au point, lorsqu’il était ingénieur en chef au port du Havre, un appareil pour éprouver la résistance des bois. Mais ne disposant plus, du fait de ses nouvelles fonctions, du temps pour mener à bien ces recherches, il lègue l’appareil à Girard dont il connaît les intérêts savants. Girard transforme l’appareil et se livre à de nombreuses expériences, qu’il complète par un travail théorique. En juillet 1797, son grand ouvrage sur la résistance des solides est enfin terminé et il demande à son administration un congé d’un mois pour aller à Paris le faire imprimer. Ce séjour parisien va bouleverser la carrière de Girard.

  • 4 Girard attend le rapport de l’Académie pour l’insérer au début de l’ouvrage, ce qui est une pratiqu (...)
  • 5 Lettre de Girard au ministre de l’intérieur du 26 pluviôse an 6, AN F14 – 22351.

5Le congé obtenu, Girard entame une période de 8 mois où il abandonne littéralement son service des Ponts et Chaussées : il reste à Paris pour suivre la gravure des planches et l’impression de son ouvrage, toujours retardée par l’examen à l’Académie.4 Après de multiples menaces, l’administration finit par le remplacer dans ses fonctions et lui supprimer son salaire. Girard proteste et demande qu’on prolonge son congé jusqu’à la parution de l’ouvrage, dont il défend l’utilité pour « l’art de l’ingénieur des Ponts et Chaussées. » Il se réclame aussi d’un droit qu’on retrouvera plus tard dans sa bouche : « douze années de travaux et de sacrifices me donnent le droit de faire cette réclamation. »5 Après plusieurs refus, les inspecteurs finissent par autoriser la prolongation du congé et du salaire, à condition d’avoir un droit de regard et de commentaire sur l’ouvrage. Girard cède, les inspecteurs ne feront d’ailleurs pas de remarques.

  • 6 Girard, Traité analytique de la résistance des solides, Paris, Didot et Dupont, 1798.

6L’ouvrage paraît enfin6, après un rapport dithyrambique de Prony et Coulomb à l’Institut, lequel conclut :

  • 7 Procès-verbaux des séances de l’Académie, op. cit., Tome 1, p. 354.

l’opinion avantageuse que le C. Girard a déjà donnée de ses talents par les savants et utiles Mémoires qu’il a présentés à l’Académie des Sciences et à l’Institut National, est confirmée par cette nouvelle production qui, sous le double aspect de l’observation et de la théorie, est ce que nous connaissons de plus complet sur la résistance des solides.7

  • 8 Le recrutement commence autour du 16 mars 1798 et dure environ 3 mois. Yves Laissus, « La commissio (...)

7Si au terme de cette période très agitée, Girard est certainement mal perçu par sa hiérarchie, il a réussi à se faire reconnaître par le milieu savant comme un talent émergent. Cette reconnaissance est déterminante dans le choix de Girard pour l’expédition d’Égypte. Il est peu probable, en effet, que l’administration des Ponts et Chaussées ait recommandé un individu qui venait tout juste de briller par son indiscipline, qui avait abandonné son poste pendant de longs mois, exaspérant ses supérieurs par son indifférence. Girard a sans doute été contacté par les savants organisant l’expédition, Monge ou Berthollet. Le séjour parisien de Girard (sa fréquentation des académiciens et la reconnaissance publique de ses mérites) coïncide avec le choix des participants.8 Girard semble d’ailleurs savoir ce qui l’attend, puisque même après la parution de l’ouvrage, il reste à Paris et semble ne pas s’inquiéter de répondre aux ordres de ses supérieurs. Lorsqu’il y répond enfin, c’est pour aller au Havre recevoir la lettre qui l’informe de son départ pour l’expédition.

  • 9 Services de P.-S. Girard, AN F14 – 22351.

8La première chose que Girard doive à l’expédition d’Égypte est une promotion : il reçoit à son départ le titre d’ingénieur en chef. Cette promotion n’est pas aberrante du point de vue de l’ancienneté : après 9 ans dans le grade d’ingénieur ordinaire, Girard pouvait espérer cet avancement. Mais, outre qu’il n’est pas habituel de promouvoir quelqu’un en réponse à une indiscipline, il est manifeste que cette mesure n’est pas le fait de l’administration. En effet, les Ponts et Chaussées conserveront à Girard son titre d’ingénieur ordinaire et c’est sous cette qualité qu’il sera payé à Paris pendant son absence. À son retour, l’administration ne reconnaîtra pas davantage son nouveau grade et prétendra qu’il lui a été donné en Égypte par le général Menou, qu’il avait donc un sens local dans le cadre d’une campagne militaire.9 Pourtant Girard est bien nommé ingénieur en chef par les lettres qui l’envoient en Égypte et, puisque l’administration l’ignore, il le doit vraisemblablement aux organisateurs de l’expédition. Jacques-Marie Le Père était le seul ingénieur en chef des Ponts et Chaussées retenu pour l’expédition et il est probable qu’on ait promu Girard pour disposer de deux chefs pour mieux encadrer les autres ingénieurs, tous jeunes et pour la plupart élèves.

9Mais c’est surtout l’expédition elle-même qui va se révéler décisive pour Girard. Elle va lui donner l’occasion de montrer une certaine fidélité à laquelle il doit peut-être toute sa carrière.

  • 10 Dossier biographique de l’Académie. Sur l’expédition d’Égypte : Henry Laurens, L’expédition d’Égypt (...)

10En Égypte, Girard participe en premier lieu à ce grand travail de collecte d’informations de toutes natures que les savants vont engager, tâche qu’il décrit lui-même en ces termes : « rassembler sur l’État actuel de l’Égypte les divers documents qu’[on juge] utile de recueillir dans les intérêts de la France. »10 En tant qu’ingénieur il dirige des missions d’étude : levés de plans, reconnaissance des procédés d’irrigation, enquêtes sur l’agriculture et le commerce, expéditions en Haute-Égypte pour reconnaître le cours du Nil et le régime de ses eaux, à Suez pour étudier le commerce de la mer Rouge, etc. Une bonne partie de son activité concerne à nouveau les techniques hydrauliques et le régime des fleuves.

  • 11 Philippe de Meulenaere, Bibliographie raisonnée des témoignages de l’expédition d’Égypte (1798-1801 (...)
  • 12 Pendant une mission en Haute-Égypte, il s’élève entre Girard et ses hommes un différend révélateur  (...)

11Le service des Ponts et Chaussées est reformé en Égypte sous la direction de Le Père, comme le prévoit la hiérarchie traditionnelle (on réserve la direction au plus ancien du même grade.) Girard est donc théoriquement sous les ordres de celui-ci.11 En réalité les deux hommes reçoivent le plus souvent des ordres séparés et conduisent des missions distinctes. Dans l’exercice de ses fonctions d’ingénieur en chef, Girard fait preuve d’un zèle extrême et d’une très grande fermeté à l’égard de ses subordonnés. En maintes circonstances, Girard apparaît ainsi comme un représentant des valeurs du corps, prétendant contrôler et disposer de la vie de ses membres jusque dans leurs affaires privées et ne les autoriser à exercer aucune autre activité que celle qui leur aurait été directement ordonnée.12 Il incarne alors parfaitement les dimensions les plus autoritaires du corps, contre lesquelles il protestera lui-même pendant l’affaire de l’Ourcq.

  • 13 Henry Laurens, op. cit., pp. 158-160. Yves Laissus, op. cit. Marie-Noëlle Bourguet, « Des savants à (...)

12Par ailleurs, dès la création de l’Institut d’Égypte, Girard est nommé, avec Le Père, membre de la classe de mathématiques.13 La plupart de ses travaux égyptiens sont présentés dans cette institution, ce qui lui vaudra à son retour en France de participer à la rédaction de la Description de l’Égypte. Jusqu’à sa nomination à l’Institut de France en 1815, Girard affichera avec fierté son titre de membre de l’Institut d’Égypte. Il est manifeste que dans son esprit la participation à ce petit frère de l’Institut est presque aussi prestigieuse que l’appartenance à l’Institut lui-même.

  • 14 Dossier biographique de l’Académie. Sur la fin de l’expédition, voir Laurens, op. cit., pp. 445 et (...)

13Mais outre ces occupations, qu’il partage avec un certain nombre d’autres savants et ingénieurs, Girard a vers la fin du séjour égyptien l’occasion de montrer à plusieurs reprises une fidélité particulière à l’armée, avec laquelle les savants ont dans l’ensemble des relations plutôt tendues. Girard est chargé de la défense du quartier général français lorsque Le Caire est abandonné pour la campagne contre les Ottomans. Il tient pendant quelques semaines une fonction militaire, qu’il quitte une fois la paix revenue. C’est peut-être cette expérience qui motive sa position dans la grande crise finale. Après la défaite française à la bataille de Canope contre les Anglais, le 21 mars 1801, la confiance des Français est profondément ébranlée.14 L’inquiétude pousse alors les savants à demander à partir pour Alexandrie où ils espèrent pouvoir embarquer pour la France. Dans ce contexte de profondes divisions, Girard se montre fidèle aux militaires : au lieu de chercher à rentrer au plus vite, comme la plupart de ses semblables, il considère de son devoir de rester attaché au corps d’armée du Caire et de partager son sort. Il donne ainsi à l’expédition un sens exclusivement militaire et conçoit la commission des sciences et des arts comme partie intégrante de l’armée. Girard ne se privera pas, par la suite, de rappeler cet acte de fidélité et de souligner son courage.

Sous les yeux du consul

14Le retour est le moment décisif pour Girard.

  • 15 Nicole et Jean Dhombres (Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France, 1793-1824, (...)
  • 16 Chabrol, élève polytechnicien pendant l’expédition, s’occupe à son retour de la Description de l’Ég (...)

15L’expédition d’Égypte a été un atout important pour la carrière des savants et ingénieurs qui y ont participé. Bonaparte n’a jamais caché son affection pour eux, il les a toujours favorisés, promus, parfois spectaculairement. On pourrait croire toutefois que les ingénieurs ont moins profité que les savants de ces faveurs et que leurs avancements ont été plus modestes.15 Certains savants sont, en effet, nommés à des postes très prestigieux : Joseph Fourier ou Louis Costaz deviennent préfets. Mais si l’on tient compte du fait que les deux ingénieurs en chef de l’expédition, Le Père et Girard, demandent à leur retour de rester dans le corps des Ponts et Chaussées, cela limite les possibilités de promotion. On ne peut donc pas les comparer à un Chabrol qui accepte d’occuper d’autres fonctions.16 Mais même en les considérant à l’intérieur du corps, leurs promotions ont bien été exceptionnelles.

  • 17 Services de P.-S. Girard, AN F14 – 22351. Girard a déclaré son retour le 18 oct. 1801.
  • 18 Lettre du conseiller d’État à Girard du 29 frimaire an 10, AN F14 – 22351.
  • 19 Girard est nommé à cette commission en mai 1802. Sur l’histoire de cette entreprise éditoriale, voi (...)
  • 20 Dossier biographique de l’Académie.
  • 21 Avant la réforme de 1804 il n’y a pas de grade intermédiaire entre ingénieur en chef et inspecteur (...)

16Au retour de Girard, les interventions de Bonaparte en sa faveur vont se multiplier. Le premier signe est le règlement de son statut : après avoir protesté contre l’administration qui continuait à le considérer comme ingénieur ordinaire, Girard obtient, avec l’intervention du premier consul, d’être rétabli ingénieur en chef.17 Peu après, le conseil des Ponts et Chaussées le nomme donc ingénieur en chef du Pas-de-Calais.18 Mais Girard refuse le poste qui ne répond pas à son ambition : il est manifestement sûr d’obtenir beaucoup mieux. Il reste donc sans activité à Paris, où il participe aux discussions en cours à l’assemblée des Ponts et Chaussées sur le canal de Saint-Quentin, puis à la commission de publication de la Description de l’Égypte.19 Cinq mois après son retour, en mars 1802, il est reçu par Bonaparte qui le questionne sur les événements de la fin du séjour égyptien et le félicite pour sa conduite.20 À la question du consul sur ce qu’il compte faire en France, Girard déclare vouloir rester dans les Ponts et Chaussées et demande de l’avancement, ce qui revient à demander un poste d’inspecteur général.21

17La « demande spéciale », soutenue par Bonaparte, est transmise aux Ponts et Chaussées. Mais la promotion de Girard ne va pas suivre aussi facilement qu’il aurait pu le souhaiter. Le conseiller d’État, recevant Girard, considère en effet impossible de satisfaire sa demande :

  • 22 Dossier biographique de l’Académie.

Les fonctions d’inspecteur général [ne sont] attribuées qu’à des ingénieurs déjà parvenus à l’âge du repos ; [vous êtes donc] trop jeune pour obtenir ce grade sans provoquer de nombreuses réclamations.22

  • 23 Au détail près que l’inspection divisionnaire constitue un nouveau grade, intermédiaire.

18La faveur est impossible parce qu’elle risquerait de choquer le corps tout entier. Qu’un ingénieur ordinaire puisse, après 9 ans de services, être promu ingénieur en chef était possible, bien que déjà le délai parût de l’ordre du minimum. Mais qu’après 13 ans il puisse prétendre au grade le plus élevé, pour lequel 25 à 30 ans d’ancienneté semblaient requis, on comprend que l’indignation des ingénieurs ait été prévisible et que le conseiller d’État ait cherché à l’éviter. D’ailleurs, une telle nomination à la faveur posait d’autres problèmes : avant la réforme de 1804, tout nouvel inspecteur était désigné au vote, par les seuls inspecteurs ; il aurait fallu une mesure d’exception, ou une forte incitation. La réforme, en retirant aux inspecteurs ce droit, permettra au gouvernement de nommer qui bon lui semble. C’est ainsi que Le Père sera nommé, dès 1804, inspecteur divisionnaire adjoint, ce qui pour son âge est presque aussi problématique que l’aurait été en 1802 la promotion de Girard.23 Le Père aura donc attendu plus de 2 ans pour être promu, mais sa nomination n’en reste pas moins exceptionnelle.

19Girard n’obtient pas en 1802 l’avancement souhaité. En échange, le conseiller d’État qui manifestement doit exécuter la faveur, lui propose de prendre la direction de « quelques-uns des grands travaux » que le gouvernement se propose d’ouvrir et évoque en particulier la perspective prochaine d’un canal de l’Ourcq, ce que Girard traduit en ces termes :

  • 24 Dossier biographique de l’Académie. Girard a aussi pensé un temps se faire nommer à la direction du (...)

M. le directeur général m’assura au surplus que le canal de l’Ourcq serait incessamment entrepris ; que le premier consul y prenait un intérêt au moins aussi vif que celui qu’il prenait au canal de Saint-Quentin ; qu’avantageusement connu de lui, et restant à Paris, sous ses yeux, je n’aurais point à craindre d’en être oublié, si l’exécution de ce canal m’était confiée.24

20Quelques semaines plus tard, le 15 septembre 1802, Girard est désigné par Bonaparte pour s’occuper du canal de l’Ourcq. Si l’on considère que ce canal représente (indépendamment de la dimension que Girard va lui donner) une des plus grandes entreprises de Travaux Publics de l’époque, sinon même la plus grande, la promotion de Girard apparaît considérable.

  • 25 Lettre du conseiller d’État à Girard (sans date), AN F14 – 22351.

21La faveur empiète sur les attributions des inspecteurs qui, sous le Consulat, discutent et proposent la nomination des ingénieurs sur les postes vacants. Jusqu’à la réforme de 1804, les intrusions du pouvoir se font de plus en plus fréquentes et le conseiller d’État brandit régulièrement l’horizon de la réforme pour justifier ces mesures exceptionnelles : elles sont prises « en attendant l’organisation définitive des Ponts et Chaussées. »25 Les éventuelles indignations des ingénieurs sont étouffées par l’argument du provisoire, en attendant le décret de 1804 qui rendra toute protestation illégitime, puisqu’il confiera la gestion du personnel au conseiller d’État.

22Le corps ne cherche pas à empêcher les promotions extraordinaires des ingénieurs revenus d’Égypte. Que peut-il faire d’ailleurs ? Mais l’absence de protestations explicites contre ces faveurs ne signifie pas que les ingénieurs soient restés indifférents. Il est possible que les réactions du corps se soient tournées non pas vers le pouvoir, mais vers ceux qui ont été l’objet de ses faveurs. On peut considérer l’affaire du canal de l’Ourcq comme une telle réaction : Girard ne serait pas légitimé de l’intérieur du corps et ses collègues organiseraient une sorte de boycott contre lui et ses productions. Une telle explication permet de rendre compte de la position très isolée de Girard dans des débats qui l’opposent pratiquement au corps tout entier, mais elle est néanmoins exagérée. S’il est vraisemblable que sa nomination ait valu à Girard une certaine hostilité dans le corps et que celle-ci ne soit pas indifférente au développement d’une dispute de longue durée, les manifestations de cette hostilité resteront, à quelques exceptions près, mesurées. Il était sans doute plus sage de ne pas sembler contester le choix de Bonaparte, en rejetant trop brusquement Girard.

23Si les dénonciations explicites de la faveur sont inconcevables dans le corps, elles ne le sont pas à l’extérieur : Devert, le rédacteur du Recueil polytechnique des Ponts et Chaussées, un éphémère périodique spécialisé, assez hostile à l’égard de Girard pendant l’affaire de l’Ourcq, explicite ce thème du favoritisme :

Le C. Girard, simple élève des Ponts et Chaussées, d’où il a été tiré pour servir en cette qualité dans l’expédition d’Égypte, n’avait eu encore aucune occasion d’exercer et de montrer ses talents dans cette partie, lorsqu’il fut nommé ingénieur en chef du canal de l’Ourcq, à l’ombre du premier Consul, sous lequel il avait eu l’honneur de servir.

  • 26 Un inconnu corrige au cahier suivant le statut et l’expérience antérieure de Girard et le défend. R (...)

24Présenter Girard passant brusquement du statut d’élève à celui d’une prestigieuse direction d’ouvrage, rend la faveur encore plus démesurée.26 Le rédacteur poursuit avec la liste des rares occupations de Girard, qui se résument en somme à « avoir vu battre quelques pieux dans nos ports de mer », pour conclure à son inexpérience :

  • 27 Recueil polytechnique des Ponts et Chaussées, an 12, 2e cahier, p. 119.

Tant de succès et de faveur ont sans doute ébloui son zèle et ont bien pu le tromper lui-même sur l’étendu de ses talents.27

25Le plus intéressant dans cette attaque, c’est que la dénonciation n’est pas dirigée contre le principe de la faveur, mais contre le mauvais usage que Girard en aurait fait : il se serait cru parfait, tout puissant, puisque protégé par la main du consul. La faveur n’est donc pas mauvaise en elle-même, c’est la faveur gâchée, la confiance détournée, qui sont condamnables.

  • 28 Petot, Histoire de l’administration des Ponts et Chaussées, 1599-1815, Paris, Marcel Rivière, 1958, (...)

26L’opinion des ingénieurs ne s’éloigne probablement pas beaucoup de celle-ci : ils désapprouvent la nomination de Girard, mais ils ne s’opposent certainement pas au principe de la faveur. Car ils ne sont pas logés à une autre enseigne : chacun cherche à se faire remarquer du consul et espère secrètement (voire ouvertement) une promotion ou des gratifications. Les ingénieurs acceptent très bien ce système hybride où l’avancement au mérite n’est pas incompatible avec des faveurs qui visent surtout à s’attacher les hommes. C’est, en effet, le signe d’une époque : les possibilités de promotion y sont exceptionnelles, c’est une période d’ascensions sociales, d’abord et essentiellement dans l’armée où la Révolution avait déjà vu des carrières fulgurantes, mais aussi dans l’administration. D’autres ingénieurs seront ainsi promus pour avoir été remarqués, avoir satisfait le consul puis l’empereur : l’ingénieur Gayant, réalisateur du canal de Saint-Quentin, est un symbole de ce rapport individualisé avec le chef d’État. Déjà promu inspecteur divisionnaire en 1804, l’empereur marque en 1808 sa satisfaction de l’exécution du canal en lui allouant une pension de 6 000 francs et en le décorant de la légion d’honneur.28

  • 29 Pour le pont des Arts, voir Journal des Bâtiments et des Arts, an 12, tome 14, pp. 225-231 et 241-2 (...)

27Le souhait plus ou moins partagé par tous de se faire reconnaître, d’être singularisé par un homme qui semble pouvoir rendre possible toutes les carrières et toutes les ascensions, joue certainement dans l’apparition des affaires. La plupart des projets lancés par Bonaparte pendant le Consulat ont donné lieu à des hésitations prolongées, des désordres administratifs et des discussions prolongées, parfois houleuses : les trois ponts de Paris (Jardin des plantes, Cité, Arts), les canaux de Saint-Quentin, de l’Ourcq, Rhin-Rhône, etc.29 Certes, on n’avait peu ou pas construit d’aussi grands ouvrages depuis longtemps et les ingénieurs retrouvant des occasions de s’investir dans des constructions qui peuvent en elles-mêmes leur apporter un certain prestige, il est assez compréhensible que ces entreprises provoquent des tensions, que les ingénieurs se déchirent pour s’approprier ces projets. Mais cet enthousiasme pour les grands travaux tient aussi à l’implication du consul, car les affaires concernent presque exclusivement des projets voulus par lui.

28Sans doute chacun cherche ici à être remarqué du consul, espère une bienveillance. Mais l’intérêt du consul est aussi une forme de garantie. En effet, nombreux sont les projets annoncés, commencés, qui jamais ne se réalisent, ou qui, entamés, sont interrompus en cours de route faute d’argent et de soutien politique. Les grands travaux étant des réalisations de longue haleine sont fragiles, réclament un soutien continu. Sous l’Ancien Régime la construction de canaux était presque synonyme d’échec, le cas le plus spectaculaire étant justement le canal de Saint-Quentin (à l’époque canal de Picardie) interrompu en pleine construction. Le début de la Révolution avait vu fleurir les projets de canaux, adoptés par l’Assemblée nationale, mais que la conjoncture avait empêché de voir le jour. L’intérêt soutenu du consul n’est donc pas seulement utile pour les honneurs personnels qu’on peut en attendre, les promotions et les reconnaissances, c’est aussi une garantie de suivi : puisque ces projets lui tiennent à cœur, il y a fort à parier qu’ils seront menés à bien. Les projets voulus par lui concentrent donc tous les intérêts.

2. Des ouvrages publicitaires

29Le rapport personnalisé entretenu par Bonaparte avec plusieurs artistes, Girard en particulier, est donc lié à la valorisation de quelques ouvrages, présentés toujours comme des volontés du consul. Pourquoi cet intérêt soutenu pour ces grands projets ?

Éblouir

  • 30 Jean Petot, op. cit., p. 474.

30Bonaparte a privilégié dans les Travaux Publics les ouvrages « politiques. » Il entendait par là d’abord les ouvrages d’intérêt miliaire, les routes stratégiques : les grandes routes de Paris en Italie, en Allemagne, en Espagne, etc. Ces préférences servent donc d’abord la guerre presque continuelle et secondairement la centralisation administrative sur Paris, non seulement de la province française, mais bientôt d’une grande partie de l’Europe. La conséquence est une relative indifférence aux petits ouvrages locaux : on n’a pas ou peu construit de routes secondaires sous ce régime, la dégradation du réseau routier est même sensible.30 Si l’on construit en province, le but est souvent directement politique : ainsi des villes nouvelles, en Vendée (la Roche-sur-Yon – Napoléon) et en Bretagne (Pontivy – Napoléonville), doivent améliorer le contrôle de l’État sur des régions agitées ou fraîchement pacifiées. L’argent coule aussi vers quelques grands projets, qui ne sont pas nécessairement politiques dans ce sens d’un contrôle de l’État ou d’une organisation militaire. Les ponts de Paris, les canaux de Saint-Quentin, de l’Ourcq, sont des projets justifiés et discutés d’abord pour leur utilité. Mais quelles que soient ces motivations, elles coexistent avec une dimension qu’il faut qualifier de publicitaire.

  • 31 A. Cabanis, La presse sous le Consulat et l’Empire (1799-1814), Paris, Société des études robespier (...)
  • 32 Robert B. Holtman, Napoleonic Propaganda, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 1950 ; Rob (...)
  • 33 A. Jourdan, L’empire de Napoléon, Paris, Flammarion (Champs), 2000, pp. 59-65 et 69-75. Martyn Lyon (...)

31La propagande a une place considérable dans le système napoléonien. On y attache une extrême importance à « l’esprit public » dont les préfets doivent rendre compte, dont la police enregistre les rumeurs et les mécontentements, et que le régime entreprend de diriger, en particulier par une maîtrise bientôt complète de la presse.31 Comme le souligne Robert Holtman, l’originalité de la propagande napoléonienne est de développer considérablement la dimension « positive » : au lieu de se contenter de stigmatiser des ennemis, ce régime a investi dans sa valorisation, son autopromotion.32 Il cherche toujours à s’assurer d’un effet et n’entreprend rien sans faire savoir aux Français ce qu’il faut en penser. Cette manipulation permanente est centrée sur la personne de Bonaparte, rapportant toute entreprise à sa volonté et mettant en valeur ses qualités en toutes circonstances : activité, énergie, abnégation à la chose publique, etc.33 Cette publicité est très importante, car c’est sur son action, sur la visibilité de cette action, que Bonaparte entend fonder son régime, sa légitimité :

  • 34 Bonaparte à Thibaudeau, cité par Jean Tulard, La France de la Révolution et de l’Empire, Paris, PUF (...)

Un premier consul ne ressemble pas à ces rois par la grâce de Dieu qui regardent leurs États comme un héritage. Un gouvernement comme le nôtre a besoin pour se consolider d’éblouir et d’étonner.34

32Éblouir dans les combats comme dans les réalisations intérieures, pour s’imposer comme le juste souverain. C’est pourquoi aucune action du gouvernement n’échappe à cette dimension publicitaire et surtout pas ce qu’Annie Jourdan réunit sous la qualification de « politique culturelle » :

  • 35 Jourdan, op. cit., p. 72. Voir aussi Annie Jourdan, Napoléon. Héros, imperator, mécène, Paris, Aubi (...)

Monuments, travaux d’utilité générale, embellissements de la capitale (des capitales), peinture, sculpture, histoire, découvertes et inventions. (…) Cette passion de la culture (…) est toute politique.35

33Toute action publique est toujours matière à publicité, pour construire un rêve de nation glorieuse derrière un homme glorieux. Il ne fait aucun doute qu’un canal de l’Ourcq ou de Saint-Quentin jouent dans un tel régime un rôle similaire à celui de la peinture officielle : glorifier le règne, montrer la puissance, impressionner. Les Travaux Publics partagent d’ailleurs avec les beaux-arts une dimension plus directement spectaculaire.

« J’y suis ; c’est ici la main d’un monarque »36

  • 36 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Paris, Mercure de France, 1994, tome 1, Chap CDLIII, p. (...)
  • 37 Norbert Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985, pp. 17-45.

34La dimension visuelle des Travaux Publics est évidente, mais elle peut prendre différents aspects. Le fait qu’un ouvrage soit remarqué ne garantit en rien qu’on y voit la grandeur, la gloire de celui qui l’a ordonné. Ce lien entre l’ouvrage et l’homme est souvent évident dans un contexte privé : les palais, les maisons des particuliers, sont conçus comme des signes du statut de leur propriétaire ; à l’âge classique cette correspondance est même assez systématique, ces signes devenant des contraintes pour les propriétaires comme pour les bâtisseurs.37 Mais dans l’espace public, ce lien est plus difficile à réaliser, justement parce que l’espace perd sa connotation privée : si l’intention est de marquer un lien personnel avec un ouvrage public, il faut des procédés exceptionnels.

  • 38 Antoine Picon et Jean-Paul Robert, Un atlas parisien – Le dessus des cartes, Picard, 1999, pp.126-1 (...)
  • 39 Picon et Robert, op. cit., pp. 110 et 127.

35La géométrie est un tel procédé. L’intervention dans la ville prend, surtout depuis l’époque classique, le plus souvent des formes géométriques : les boulevards, les grandes avenues qui partent de Paris sont, à l’image des villes nouvelles comme Versailles, résolument géométriques.38 Interventions rares en réalité, mais l’envie ne manque pas, comme le montre les divers projets « d’embellissements. » Cette géométrie doit d’abord être comprise comme un idéal : il s’agit, depuis le xviie siècle, de faire « par la science et non par la coutume », idéal qui s’applique à la grammaire comme à la gestion du pays et a motivé, entre autres, la création des Académies royales.39 Mais la géométrie est aussi un signe. Louis-Sébastien Mercier le relève dans sonTableau de Paris  : les embellissements des villes sont des alignements, c’est-à-dire des spectacles.

  • 40 Mercier, op. cit., p. 1244.

Rien de plus magnifique aux environs de Paris, que des chaussées à perte de vue en ligne droite, bordées de chaque côté d’allées d’arbres. (….) Un philosophe étranger et instruit, qui arriverait les yeux bandés pourrait s’écrier : oui, j’y suis ; c’est ici la main d’un monarque ; il a dit : que ce terrain soit coupé en damier ; point de sinuosité.40

  • 41 Sur l’urbanisme napoléonien, voir Jean Tulard, Nouvelle histoire de Paris – Le Consulat et l’Empire (...)

36La géométrie est une manière de manifester la volonté humaine. Impossible de ne pas voir l’intention dans ces grands alignements : il a fallu qu’un homme conçoive cela et il a suffit qu’il l’ordonne pour que l’ouvrage sorte de terre. En ville, l’alignement est désormais le moyen le plus sûr pour produire un effet, surtout tant que la masse des rues restent irrégulières. Napoléon réalisera à Paris de tels alignements, dont le plus célèbre est la rue de Rivoli.41 On verra d’ailleurs dans la suite que l’alignement n’est pas réservé à la ville.

  • 42 Opinion des ingénieurs composant la minorité de l’assemblée des Ponts et Chaussées dans la décision (...)

37Mais il y a un autre moyen pour conquérir les regards et manifester la puissance : c’est le pharaonisme. En construisant des ouvrages gigantesques ou extraordinaires, en produisant du jamais vu, on s’assure un éblouissement certes très différent de la géométrie, mais pas moins efficace. Le monumentalisme des ingénieurs des Ponts et Chaussées à l’époque (mais c’est toujours largement vrai aujourd’hui, pensez au viaduc de Millau), leur gigantisme, vise d’abord à « en imposer. »42On ne peut se contenter de comprendre ces constructions uniquement dans un ordre esthétique : la lourdeur qu’on peut reprocher au style de ces ingénieurs s’explique aisément si on comprend ces ouvrages comme des démonstrations de puissance. Il s’agit d’impressionner, d’écraser. La période napoléonienne excelle d’ailleurs dans ces styles de luxe lourds et imposants.

38L’attitude des ingénieurs par rapport au spectaculaire n’est pas sans ambiguïtés. Le canal de Saint-Quentin, par exemple, dans sa forme commencée au xviiie siècle, était entièrement conçu comme un ouvrage de prestige. Les minoritaires dans le vote de Saint-Quentin n’hésitent pas à s’opposer à cette conception :

  • 43 Opinion des ingénieurs etc., op. cit., p. 21.

On a dit, et on ne cesse de répéter depuis 1769, qu’un canal souterrain est une conception hardie qui doit honorer la France, et exciter l’admiration des étrangers, comme si une nation qui pendant dix ans a résisté à l’Europe entière, avait besoin de percer des montagnes ou d’élever des pyramides pour prouver sa force ou sa richesse.43

39En affirmant que la France nouvelle n’a plus besoin de ces ouvrages spectaculaires, on insinue que l’ère des glorifications personnelles est révolue et que désormais ce n’est plus un ministre ou un monarque qui doit impressionner les sujets, mais bien la France, la République, qui a fait beaucoup mieux, et qui doit donc s’en tenir pour les Travaux Publics à une gestion rationnelle et économe. Les minoritaires refusent encore (mais pas pour longtemps) d’évoquer le consul à chaque phrase : s’ils réunissent, eux aussi, en un même tout les gloires militaires et les ouvrages publics, ils refusent encore de les attribuer à cet homme. Les ingénieurs en appellent donc à un gouvernement qu’ils déclarent « éclairé » pour ne pas choisir un spectacle d’un autre âge, mais au contraire construire prudemment, à moindre coût.

  • 44 Opinion des ingénieurs etc., op. cit., p. 9.

40Le spectaculaire, qu’il soit géométrie ou dimension exceptionnelle, entre en concurrence avec d’autres critères de construction : l’économie, la sécurité, etc. Il faut donc s’en méfier, parce que l’ingénieur pourrait profiter de ce qu’il doit manifester la grandeur d’un maître pour abandonner toute mesure et construire un ouvrage qui révèle son talent, sa propre gloire. Car l’ouvrage spectaculaire manifeste autant l’artiste que le donneur d’ordre : le canal de Saint-Quentin « devait immortaliser, et son auteur, et les Ministres qui en ordonneraient l’exécution. »44 Le désir de spectacle est donc assez ambigu : les ingénieurs condamnent officiellement toute autoglorification (surtout si elle se fait au dépend du budget) mais sont en réalité très intéressés par la dimension spectaculaire des ouvrages.

41Courtin, un administrateur des Ponts et Chaussées écrivant sous l’Empire une histoire des travaux de cette administration, rapporte l’anecdote suivante qui met en valeur la légitimité de l’ingénieur à construire des ouvrages extraordinaires :

  • 45 Courtin, Travaux des Ponts et Chaussées depuis 1800, ou tableau des constructions neuves faites sou (...)

Lorsque l’empereur Joseph II vint en France, il voulut voir les travaux du canal de Picardie ; il en examina toutes les parties avec la plus grande attention, et il rendit un bel hommage à la mémoire de l’auteur, en disant : Je suis fier d’être homme, en voyant un de mes pareils concevoir et exécuter un ouvrage semblable ; je sens que cette idée m’élève l’âme.45

  • 46 Si la raison se manifeste par la domination de la nature, elle ouvre un champ à la démesure du pouv (...)
  • 47 Petot, op. cit., p. 413.

42Ce visiteur n’est que le plus prestigieux des nombreux étrangers qui vinrent admirer la réalisation de cet étonnant canal souterrain. Courtin note que ces quelques mots de monarque avaient fait le tour de tous les périodiques et étaient repris dans toutes les sociétés savantes comme un « reproche » au gouvernement d’avoir interrompu pareille merveille. L’ouvrage manifeste l’artiste, dans lequel on peut révérer l’homme de raison, l’homme de Bacon, grandi par son pouvoir sur la nature. La maîtrise toujours plus spectaculaire de la nature glorifie, au delà du pouvoir et de l’artiste, un homme universel et raisonnable, mais surtout infiniment puissant.46 Un gouvernement peut avoir tort d’empêcher une telle réalisation de la grandeur humaine. La fascination pour la technique tient d’abord à ce premier ressort émotionnel : ce que l’homme est capable de faire ! Il y a donc un intérêt direct à faire coïncider cette puissance humaine, universelle, avec la puissance très personnelle de Bonaparte. Comme le note Jean Petot, le consul semblait, dans son usage des Travaux Publics, « vouloir justifier sa propre maxime : au pouvoir, rien n’est impossible. »47

  • 48 Séance du 8 nivôse an 11, AN F14* – 10911.
  • 49 Girard est marqué par le monumentalisme égyptien, comme par le style égyptien qu’on retrouve dans l (...)

43On retrouve ces problématiques dans l’affaire de l’Ourcq. À bien des égards, le projet de Girard pour ce canal est exceptionnel. Dans ses formes, ses dimensions, sa situation, le canal qu’il propose a une dimension spectaculaire : il doit être « suspendu » (c’est le terme de ses détracteurs) le long de coteaux escarpés, et dirigé, dans la partie la plus proche de Paris, selon de grands alignements. Pour Girard, ces « beaux alignements [sont] bien plus propres à caractériser un monument aussi important. »48 C’est là l’intention que Mercier remarquait déjà dans les boulevards parisiens : la géométrie manifeste la main d’un monarque. Ici la géométrie s’allie d’ailleurs au pharaonisme, puisque les alignements supposent d’entamer le relief : en passant au plus court, Girard coupe des collines, entreprend des tranchées gigantesques.49

44La visibilité est exigée par l’importance du projet, continuellement réaffirmée, et par sa nature explicitement politique. Lorsqu’en 1805 Girard demandera finalement à l’empereur de trancher le différend qui l’oppose à ses collègues, il lui soulignera ce sens de l’ouvrage :

  • 50 Lettre de Girard à l’empereur, le 28 pluviôse an 13, AN F14 – 685.

Je sais bien, Sire, que la gloire de votre majesté, n’a pas besoin de l’exécution du canal de l’Ourcq pour briller d’un éclat plus vif aux yeux de la postérité.
Mais, Sire, vous avez conçu la pensée de cette grande entreprise, son exécution devient votre ouvrage et vous pardonnerez à mon zèle les efforts que je fais pour la rendre digne du règne de votre majesté.50

45La formulation est adroite : la gloire du monarque est tellement évidente, qu’il n’est pas besoin d’un canal de l’Ourcq pour la manifester, et pourtant le canal pourra et même devra le faire. Girard prétend s’effacer et éloigner ainsi l’ambiguïté qui pèse sur une glorification qui pourrait fort bien être la sienne, mais il joue aussi sur cette confusion entre l’ingénieur et son maître : en attribuant l’entreprise au monarque, l’ingénieur se substitue un peu à celui-ci. C’est le devoir du sujet et le métier de l’ingénieur de rendre l’ouvrage digne du règne, mais Girard espère bien que cet hommage aura une retombée concrète et que Napoléon soutiendra ses choix.

46On peut comprendre l’affaire du canal de l’Ourcq comme l’opposition entre un ingénieur qui prétend glorifier le régime par un ouvrage-monument et des ingénieurs qui lui reprocheront la démesure et le manque d’économie. C’est un aspect de l’affaire qui s’impose, tant Girard insiste sur l’importance de son canal, sa nature politique. On verra cependant qu’on ne peut pas réduire Girard dans le rôle de l’ingénieur qui dépense sans compter face à un corps uni dans son respect d’une gestion parcimonieuse.

Donner l’eau

  • 51 Frédéric Graber, « Inventing needs : Expertise and water supply in late eighteenth- and early ninet (...)

47Dans le cas du canal de l’Ourcq, la dimension publicitaire dépasse largement la question du tracé : ce canal va à Paris et il doit pourvoir à l’alimentation en eau de cette ville. En ce début de xixe siècle, la question des besoins de Paris en eau donne lieu, tant pour la qualité que pour la quantité, à des interprétations très diverses, mais toutes s’entendent à dire que l’eau manque. Le constat n’est d’ailleurs pas nouveau : les très nombreux projets hydrauliques proposés pour l’approvisionnement de la capitale dans la seconde moitié du xviiie siècle prétendent tous répondre à un manque d’eau.51 Dans ce contexte, le canal de l’Ourcq devient un geste : Bonaparte donnant de l’eau aux Parisiens.

48Tous les apologistes présenteront la naissance du canal sous cette forme du don éclairé et généreux. Chaptal en donne un bon exemple, en reproduisant dans ses mémoires un entretien qu’il aurait eu avec Bonaparte :

  • 52 Jean-Antoine-Claude Chaptal, Mes souvenirs sur Napoléon, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1893, pp. 357 (...)

[Bonaparte :] Je veux faire quelque chose de grand et d’utile pour Paris. Quelles seraient vos idées à ce sujet ? – [Chaptal :] Donnez-lui de l’eau. – Bah, de l’eau ! Plusieurs fontaines et un grand fleuve coulent dans Paris. – Il est vrai que des fontaines et un grand fleuve coulent dans Paris, mais il n’est pas moins vrai que l’eau s’y vend à la bouteille et que c’est un impôt énorme que paye le peuple (…) – Quels seraient vos moyens pour donner de l’eau à Paris ? – Je vous en proposerai deux : le premier serait de construire trois pompes à feu de la force de quarante chevaux chacune (…) La Ville en ferait les frais, dont elle se couvrirait par une légère rétribution sur les habitants. Le second projet consisterait à amener la rivière de l’Ourcq à Paris : cette rivière, qui est à vingt-deux lieues, verse ses eaux dans la Marne, la Marne se vide dans la Seine, de sorte que l’Ourcq peut être aisément amenée au haut de la Villette, d’où ses eaux se répandraient dans Paris. – J’adopte ce dernier projet ; envoyez chercher M. Gauthey en rentrant chez vous, et dites-lui de placer demain cinq cents hommes pour creuser le canal.52

  • 53 L. Beaumont-Maillet, L’eau à Paris, Paris, Hazan, 1991, p. 126.

49Dans ces récits des origines, Bonaparte apparaît en homme d’action, qui non seulement veut faire des choses « grandes et utiles », mais prend les décisions nécessaires pour mettre en œuvre ses intentions. Si le ministre Chaptal devient ici le seul inspirateur du canal de l’Ourcq, à la sagesse duquel Bonaparte doit finalement se ranger, d’autres revendiqueront une paternité du même ordre, à commencer par le préfet de la Seine, Frochot.53

  • 54 Lettre de Bralle au préfet, le 19 frimaire an 8, AN F14 – 685.
  • 55 Rapport du conseiller d’État au ministre de l’intérieur, ventôse an 9, AN F14 – 685.
  • 56 Cette clause, qui vise à s’assurer que l’entreprise n’est pas une simple escroquerie, est évoquée c (...)
  • 57 Rapport aux Consuls du 18 thermidor an 10, AN F14 – 685.

50Les premiers moments du canal de l’Ourcq sont en réalité beaucoup plus tortueux. En ordonnant la dérivation de l’Ourcq pour l’alimentation de Paris, le consul ne fait que reprendre un des divers projets proposés au xviiie siècle : la compagnie Brullée avait obtenu en 1791 de l’Assemblée nationale le droit de construire un canal de l’Ourcq. Ce droit avait été racheté en 1796 par la compagnie Solages et Bossu. Celle-ci soumet au consul, en décembre 1799, peu après sa prise de pouvoir, une nouvelle version du projet. Bonaparte fait examiner le projet par le conseiller d’État et demande l’avis du préfet de la Seine sur le manque d’eau. Le préfet s’informe auprès de l’ingénieur hydraulique du département.54 Il conclut, à la suite de cet ingénieur, à l’insuffisance des ressources et souhaite alors ardemment que « les eaux de la rivière d’Ourcq suppléent incessamment à cette privation de la plus essentielle des jouissances. »55 Dès que l’intérêt du projet a été constaté, le gouvernement va chercher à l’exécuter lui-même. Les droits acquis par la compagnie sont facilement écartés, en utilisant une clause qui imposait aux entrepreneurs de commencer les travaux dans les trois mois suivant l’arrêté en leur faveur.56 Toute autre « espèce de droit », sur l’idée même du canal, ou toute compensation pour les fonds engagés, sera refusée à la compagnie.57 Son projet sera définitivement disqualifié en invoquant une erreur de nivellement mise en évidence par les opérations de vérification des Ponts et Chaussées. Les conseillers de Bonaparte lui recommandent d’ailleurs d’éviter entièrement cette compagnie, dont ils jugent les capacités techniques et financières trop incertaines. Pour « assurer le succès prompt et facile de l’entreprise », il est donc décidé de recourir aux Ponts et Chaussées. La compagnie protestera en vain pendant de longues années et s’opposera violemment au projet Girard.

51Si le gouvernement récupère le projet et spolie ses premiers concepteurs, c’est que manifestement il tient à conserver la maîtrise de la distribution de l’eau à Paris. Un des arguments des conseillers de Bonaparte est en effet qu’en choisissant la réalisation publique,

  • 58 Rapport aux Consuls du 18 thermidor an 10, AN F14 – 685.

on éviterait les inconvénients résultant de la propriété privée qu’acquérait cette Compagnie sur les eaux destinées à la ville de Paris. Il semble qu’un objet de cette nature ne doit pas cesser d’être une propriété publique, et que c’est le seul moyen d’en assurer l’usage, sans s’exposer aux débats qui pourraient s’élever entre les besoins de la ville de Paris et l’intérêt des propriétaires des eaux.58

  • 59 Dominique Massounie, Les monuments de l’eau : aqueducs, châteaux d’eau et fontaines dans la ville m (...)
  • 60 Sur cette concentration et sur le service des eaux de Paris, voir AN F14 – 597Aet 597B.
  • 61 Lettre de Bonaparte au conseiller d’État (sans date), AN AF-IV – 1055.
  • 62 L’empereur, toujours en quête d’argent, en espérera d’ailleurs des revenus. Lettre de Napoléon au m (...)

52En suivant cet avis, Bonaparte opte pour une prise en charge complète de l’eau par le gouvernement, attitude qui contraste avec celle des monarques d’Ancien Régime. Ceux-ci, en effet, préféraient laisser des entreprises s’occuper de ces matières ; ils encourageaient les initiatives, autorisaient telle ou telle compagnie, mais ne finançaient rien, et ne s’estimaient d’ailleurs aucunement responsable d’un éventuel manque d’eau. Ce n’était pas davantage l’attitude des villes d’Ancien Régime, qui constatant l’absence de volonté royale, entreprenaient certes des ouvrages hydrauliques, mais plutôt pour satisfaire les besoins industriels (au sens large) que ceux des populations.59 Napoléon, au contraire, va à terme réunir toutes les eaux de Paris et programmer une alimentation directement tournée vers la consommation des habitants et la propreté des rues.60 On peut y voir le geste généreux d’un homme d’État soucieux du bien public, posture qu’on retrouve dans la plupart de ses interventions sur les eaux de Paris. Il pense que l’eau doit être gratuite, il trouve « honteux (…) qu’on vende de l’eau aux fontaines de Paris. »61 Avant d’ordonner cette gratuité, toutefois, il en fait évaluer le coût : seules les fontaines (jugées peu coûteuses) seront gratuites, la distribution de l’eau dans les maisons des particuliers sera payante.62

  • 63 Sur les fontaines napoléoniennes à Paris, voir Katia Frey, « L’entreprise napoléonienne », in Paris (...)
  • 64 Dossier biographique de l’Académie.
  • 65 L’inauguration de la fontaine des Innocents, par exemple, a lieu le 15 août 1808.

53Mais s’il s’agit d’assurer cette jouissance publique de l’eau et de garantir la santé des habitants, le but est avant tout démonstratif. Si Bonaparte souhaite conserver la maîtrise de la distribution de l’eau, c’est que celle-ci peut devenir spectaculaire. Avec l’arrivée des eaux de l’Ourcq à Paris, sous l’Empire, le régime pourra exploiter cette dimension. Ces eaux seront une occasion de montrer les « bienfaits de l’empereur » dans des mises en scène élaborées. L’empereur sélectionne les quartiers où l’eau doit arriver et où il convient de construire une ou plusieurs fontaines, en fonction d’un effet espéré.63 Le premier quartier retenu est celui des Halles (et la fontaine des Innocents) explicitement choisi par l’empereur parce qu’il est « un des plus populeux de Paris. »64 Chacune de ces arrivées d’eau à Paris est théâtralisée au plus haut point. C’est une constante du régime napoléonien, non seulement d’organiser pour l’inauguration de chaque ouvrage (bassin de la Villette, fontaines, aqueduc, château d’eau,…) une cérémonie, mais encore de la faire coïncider avec les grandes dates du règne : plusieurs inaugurations les 2 décembre, jour anniversaire d’Austerlitz et du couronnement, ou les 15 août, jour anniversaire de l’empereur.65 La fête fait toujours coïncider le « bienfait » avec le haut fait.

  • 66 Lettre de Bonaparte au conseiller d’État (sans date), AN AF-IV – 1055.

54Cet objectif publicitaire est inscrit dans le projet depuis ses débuts. Ce qui intéresse Bonaparte dans la disposition des eaux à Paris, c’est le spectacle des fontaines, fontaines qu’il privilégie d’emblée sur toute autre forme de distribution. Quand il évoque ces eaux, c’est toujours d’abord pour imaginer le spectacle d’un Paris où l’eau coulerait « nuit et jour du plus de fontaines possibles. »66 Ce rêve d’une multiplicité des fontaines, il le partage avec les grands admirateurs de Rome. Les défenseurs du canal de l’Ourcq, avant même que le projet soit engagé, proclament ce même enthousiasme pour le spectacle de l’eau. Petit-Radel, historien de l’Institut, défend ainsi le projet en 1803 :

  • 67 Louis-Charles-François Petit-Radel, Notice historique comparée sur les aqueducs des anciens et la d (...)

La dérivation de la rivière d’Ourcq, ordonnée par le Gouvernement, promet à notre capitale des avantages multipliés dont on ne peut se faire une juste idée que par l’usage. Les voyageurs qui ont séjourné à Rome ne peuvent oublier, sans doute, le spectacle animé que cette ville présente par la multiplicité de ses fontaines, par l’abondance d’une eau toujours renouvelée, qui se reproduit sans cesse pour les besoins de la vie, et qui porte jusqu’au sommet des sept collines la gaîté, la fraîcheur et la salubrité.67

55Le tableau lyrique d’une Rome rendue vivante et glorieuse par ses aqueducs et ses fontaines, contraste avec la triste mine d’un Paris asséché où « l’eau s’achète à la mesure comme le vin. » L’historien spécule alors sur la prodigieuse transformation que connaîtra Paris grâce au canal de l’Ourcq et glorifie un régime qui se propose d’y amener plus d’eau que Rome n’en vit jamais.

  • 68 Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène, cité par Annie Jourdan, op. cit., p. 185.

56Cette magnificence de Paris, Bonaparte la souhaitera toujours davantage. Les grands travaux visent à rendre Paris digne capitale d’un empire toujours grandissant. Il regrettera après coup n’avoir pu faire davantage et lancera depuis Saint-Hélène que s’il avait tenu vingt ans de plus, « on aurait cherché en vain l’ancien Paris, il n’en fut pas resté de vestiges. »68 Changer la face de Paris, c’était aussi l’objectif des fontaines : une démonstration de puissance, de richesse. Un luxe ou un gaspillage, les ingénieurs en discuteront évidemment. Mais luxe ou gaspillage, les Parisiens devaient y être très sensibles : les fontaines d’alimentation avaient toujours été rares, mais les jets d’eau étaient un symbole de l’élite d’Ancien Régime, un élément central de ses jardins. Donner des fontaines au peuple, c’était aussi confirmer un nouvel ordre social.

3. L’exécution d’une volonté

57L’affaire de l’Ourcq peut être considérée comme politique au sens d’une intervention directe du pouvoir en faveur de son concepteur, et au sens où cet ingénieur recherche, contre certaines valeurs de son corps, une visibilité publicitaire qui ne peut que satisfaire Bonaparte, quand elle n’est pas directement exigée par lui. Mais les interventions du pouvoir en matière de Travaux Publics ne se limitent pas au choix des hommes et à une préférence pour certains ouvrages. Si Bonaparte entend légitimer son régime par son action, c’est l’action elle-même qui doit être manifestée et soulignée : non pas seulement dans la livraison d’ouvrages spectaculaires, mais dans la prompte exécution des volontés du consul. Le récit de Chaptal, tout imaginaire qu’il soit, est révélateur de cette image d’homme d’action que Bonaparte entend donner et du genre de moyens qu’il met en œuvre pour ce faire :

  • 69 Jean-Antoine-Claude Chaptal, op. cit., p. 358.

J’adopte ce dernier projet ; envoyez chercher M. Gauthey en rentrant chez vous, et dites-lui de placer demain cinq cents hommes pour creuser le canal.69

58C’est un régime qui n’attend pas : quand Bonaparte décide, il faut que les faits suivent au plus vite. L’exécution de ses ordres et la mise en chantier vont donner lieu à des interventions d’une nature plus administrative.

De la lenteur

59Le régime napoléonien développe très vite, dès le Consulat, une véritable obsession de la lenteur. La pression d’en haut pour une exécution rapide tombe d’abord sur les collaborateurs les plus directs de Bonaparte, les administrateurs, au premier rang desquels le conseiller d’État, directeur général des Ponts et Chaussées, qui doivent montrer, prouver leur activité, constamment relancés par le consul sur leur impératif de résultats :

  • 70 Lettre de Napoléon au conseiller d’État, le 14 novembre 1807, citée par Petot, op. cit., p. 410.

N’allez pas me demander encore des trois à quatre mois pour obtenir des renseignements (…) Faites courir tout cela, et ne vous endormez pas dans le travail ordinaire des bureaux.70

  • 71 Séance du conseil des Ponts et Chaussées du 21 prairial an 11, AN F14* – 10912.

60Le plus souvent, le conseiller ne garde pas pour lui les pressions et les remontrances et les répercute sur les ingénieurs. Ainsi, le 8 juin 1803, il fait part « aux inspecteurs généraux du mécontentement du premier consul sur l’exécution trop lente par les ingénieurs des ordres qu’on leur donne » et leur demande de réfléchir à un nouveau règlement qui pourrait accélérer la marche des affaires. Les inspecteurs, à leur tour, répercutent le reproche sur les ingénieurs : les mesures qu’ils proposent visent à renforcer les obligations des ingénieurs, le contrôle de leurs activités, sans évoquer, bien entendu, aucune lenteur des inspecteurs, en particulier dans l’examen des grandes affaires à l’assemblée.71

  • 72 Séance (de l’assemblée) du 24 ventôse an 9, AN F14* – 10910.
  • 73 Séance du 25 ventôse an 9, AN F14* – 10910.

61Ce thème de la lenteur, qui traverse toute la hiérarchie politique et administrative, est central tant dans l’affaire de Saint-Quentin que dans celle de l’Ourcq. Reprenons tout d’abord quelques éléments temporels de l’affaire de Saint-Quentin. L’assemblée s’étant prononcée une première fois, le conseiller ramène le projet aux ingénieurs et leur demande de rouvrir le débat : il faut, dit-il, peser « mûrement les différentes questions » et « s’ajourner si la séance ne suffisait pas pour les discuter. »72 C’est le sens même de cette assemblée que d’assurer, de certifier, que les projets sont mûrement réfléchis et qu’on en mesure les conséquences. Le conseiller, pourtant directement soumis à un pouvoir obsédé par la vitesse, incite donc les ingénieurs à bien remplir leur fonction, à prendre le temps nécessaire, voire même à ajourner leurs débats. Il ne pensait certainement pas alors que ces discussions allaient durer plus d’un an. Une fois la discussion engagée et les doutes apparus, plusieurs ingénieurs demandent des « opérations et des expériences authentiques », c’est-à-dire une mission de vérification.73 Mais tous semblent avoir bien conscience qu’il faut aussi « satisfaire à l’urgence que le gouvernement témoigne pour l’exécution de ce travail. » L’assemblée est donc divisée entre ceux qui estiment que cette urgence prime et qu’il faut trancher sur le champ et ceux qui défendent que sans examens complémentaires on ne peut discuter de rien, que cela reviendrait à choisir sans discussion. Les ingénieurs s’en réfèrent alors au conseiller d’État lequel accepte finalement l’idée d’une mission, parce que les ingénieurs l’ont assuré que

  • 74 Séance du 26 ventôse an 9, AN F14* – 10910.

l’ajournement proposé ne contrarierait pas les vues du gouvernement, puisqu’on aurait le moyen de travailler dans les parties communes aux deux projets.74

62Puisque le désaccord ne porte que sur les moyens à employer pour franchir un plateau de quelques kilomètres, on peut poursuivre les discussions et lancer une mission de vérification : le chantier pourra avancer dans toutes les autres parties du canal. Dans cette affaire, les ingénieurs font, au nom de l’avancement du projet, une entorse à un principe généralement considéré comme intouchable : on ne peut mettre en chantier un projet qui n’est pas complètement approuvé. Ici l’entorse est sans importance, puisque la partie problématique du projet peut aisément être détachée de l’ensemble, mais dans le cas de l’Ourcq ce même problème sera beaucoup plus difficile à gérer.

63Les opérations sur le terrain sont censées durer deux à trois mois. Mais après huit mois l’assemblée n’a toujours pas repris la discussion et le pouvoir s’impatiente. Le conseiller réunit donc les inspecteurs généraux et les invite à

  • 75 Séance du 9 brumaire an 10, AN F14* – 10910.

donner un avis qui pût déterminer le premier consul à prendre un parti définitif, sur le choix d’un des deux projets.75

  • 76 Séance du 25 frimaire an 10, AN F14* – 10910.

64L’administration est au service de la décision du consul, lequel presse ses subordonnés, ministre et conseiller, qui à leur tour pressent les ingénieurs. Mais ceux-ci font preuve en cette occasion d’un certain flegme : ils déclarent ne « pouvoir prendre une décision définitive sur l’adoption de l’un ou de l’autre projet » qu’après les résultats de la mission, soulignant, comme le gouvernement l’a reconnu, qu’il n’y a pas d’inconvénient à attendre puisqu’on travaille dans les parties communes aux deux projets. Le conseiller s’occupe donc à activer la remise du rapport de mission et un mois plus tard (soit après neuf mois d’interruption) les débats peuvent reprendre à l’assemblée.76 Malheureusement les nouvelles données, qui devaient confirmer ou infirmer les anciennes et permettre une prompte décision, ne règlent rien et sont bientôt enveloppées dans un même doute.

  • 77 Séance du 21 nivôse an 10, AN F14* – 10910.

65Un mois s’écoule encore en discussions et le conseiller d’État s’inquiète à nouveau du temps qui passe. Il ne se permet aucune réflexion sur la nature des débats, leur bien-fondé, mais décrète que « les travaux du canal de Saint-Quentin exigeant un examen urgent », les ingénieurs se réuniront désormais deux fois par décade (au lieu d’une), afin de « délibérer sur cet objet important. » La pression est renforcée par sa conclusion : « Je ne doute pas, citoyens, de votre empressement à vous conformer à cette décision. »77 À compter de ce moment, l’accélération devient sensible : pas une séance où les ingénieurs n’échangent sur cette question du temps. Pour les uns il faut finir, pour les autres il faut poursuivre les débats. Dans les deux cas, ce qui est en question, c’est la réputation du corps. Il ne faut pas prendre une décision précipitée, parce qu’elle engage la responsabilité du corps. Ainsi Lecreulx souligne

  • 78 Séance du 5 pluviôse an 10, AN F14* – 10910.

l’importance de la question qu’on discute, tant pour l’État que pour la réputation du corps des Ponts et Chaussées, sur laquelle on imprimerait une tache profonde si, après avoir choisi le canal Devic et l’avoir entièrement exécuté, les eaux y étaient insuffisantes, ou s’y perdaient totalement.78

66Ceux qui veulent en finir invoquent également la réputation du corps, à la suite de l’intervention de Cadet Chambine, l’administrateur qui dirige les bureaux du conseiller d’État :

  • 79 Séance du 11 pluviose an 10, AN F14* – 10910.

Le Citoyen Chambine fils, chef de la division des Ponts et Chaussées, s’est rendu à la séance pour faire part à l’assemblée d’une conférence qu’il avait eue avec un des chefs du gouvernement, relativement à l’affaire dont elle s’occupe :
il en résulte que le gouvernement est très impatient de connaître le résultat des discussions, et que l’assemblée pourrait se compromettre en différant trop à le satisfaire ; il a invité l’assemblée à ne rien négliger pour terminer promptement cette discussion.79

67À peine 20 jours après l’intervention du conseiller d’État, doublant le rythme des séances, le gouvernement se fait plus menaçant pour obtenir enfin une décision. En signalant aux ingénieurs qu’ils vont se discréditer s’ils n’arrivent pas à trancher rapidement, Cadet Chambine annonce qu’on pourrait leur retirer la décision. Cette intervention est décisive et l’assemblée la prend très au sérieux : durant cette même séance, les ingénieurs décident d’eux-mêmes de se réunir désormais tous les jours pour en finir au plus vite. Trois jours plus tard, ils passent au vote.

68L’affaire de Saint-Quentin fait donc apparaître une tension entre deux formes de déconsidérations : si on ne discute pas assez, on court le risque d’adopter un projet qui ruinera la réputation du corps s’il vient à échouer ; si on discute trop longtemps, au contraire, on ne décide pas et on court alors le risque de se déconsidérer auprès d’un pouvoir qui veut avancer, qui veut faire au plus vite. C’est une tension entre deux temporalités différentes. Le temps des ingénieurs n’est pas prédéterminé. Non pas qu’ils ne tiennent pas compte du temps, mais il y a un temps nécessaire, qui dépend de la discussion, de son épuisement : elle doit garantir l’ouvrage, doit permettre d’engager la responsabilité du corps, ce qui justifie qu’elle dure jusqu’à ce que des certitudes minimales soient acquises. Ce temps n’est évidemment pas celui du pouvoir et de ses administrateurs, pour lesquels l’essentiel est de passer à la réalisation. Aucune des parties ne peut nier la légitimité de l’autre temporalité, de l’autre impératif, mais c’est la logique du pouvoir qui finalement s’impose. Voilà ce qu’il en est de la lenteur : elle vient d’en haut ; les ingénieurs sont lents d’abord pour le pouvoir.

Montrer l’avancement

69Cette pression d’en haut joue un rôle tout aussi important dans l’affaire du canal de l’Ourcq. C’est un élément essentiel pour comprendre le tout début de l’affaire, les attitudes des administrateurs, de Girard et de ses collègues.

  • 80 Le recours à l’octroi (surtout sur le vin) est une source classique de financement des édifices hyd (...)

70Le canal de l’Ourcq est donc devenu une volonté de Bonaparte. « Les » consuls proposent, le 17 mai 1802, un projet de loi en ce sens, adopté sans modification deux jours plus tard : c’est la loi du 19 mai 1802, qui décrit grossièrement le projet et se réfère à des plans selon lesquels le canal doit être creusé. La loi est suivie, trois mois plus tard, le 13 août 1802, d’un arrêté des consuls ordonnant la dérivation de l’Ourcq. Ce deuxième texte charge officiellement les Ponts et Chaussées de l’exécution des travaux et le préfet de la Seine de leur administration. Il décide des dates de commencement et de fin des travaux et prévoit le financement nécessaire, grâce à une taxe additionnelle perçue sur les vins entrant dans la capitale.80

  • 81 Sur le rôle des préfets dans les Travaux Publics, voir Petot, op. cit., p. 423.

71La répartition des tâches entre les Ponts et Chaussées et la préfecture est conforme aux attributions ordinaires : la loi du 17 février 1800, établissant les préfets, spécifiait pour les Travaux Publics que « le préfet sera chargé seul de l’administration. »81 Cependant cette charge reste assez vague et laisse beaucoup d’incertitudes sur les rapports entre le corps et le préfet. Ce n’est que progressivement que le gouvernement précisera les attributions de chacun : le préfet devra proposer chaque année un programme de travaux, faire rédiger les projets par les ingénieurs et les faire exécuter lorsqu’il aura obtenu les crédits et l’approbation de l’administration des Ponts et Chaussées. Ces deux dernières obligations n’ont pas encore été introduites au moment où commence l’affaire de l’Ourcq, laquelle est peut-être d’ailleurs à l’origine de leur adoption. Dans cette affaire, le préfet gère directement les revenus de l’impôt additionnel, dispose donc des crédits indépendamment de l’administration et il n’est pas (encore) tenu d’attendre l’approbation des projets par l’assemblée des Ponts et Chaussées. Le préfet dispose donc d’une certaine autonomie d’action.

  • 82 Lettre du préfet au conseiller d’État, le 16 fructidor an 10, AN F14 – 685.

72Le préfet de la Seine est directement soumis à la pression de Bonaparte, à son exigence de résultats. On ne peut donc être étonné de le voir s’agiter dès la parution de l’arrêté. Il veut faire avancer les choses. Ses échanges avec le conseiller d’État sont de véritables démonstrations d’intention. Il affiche son impatience à « remplir le vœu » des consuls, son souhait d’aller au plus vite, d’organiser, de préparer, pour mieux montrer combien il est empêché d’agir : certes, l’arrêté l’a nommé administrateur, mais on ne lui a pas transmis les plans et le gouvernement « s’est réservé le soin de nommer l’ingénieur en chef » sans que l’on sache quand cette nomination aura lieu.82 Tant que l’ingénieur n’est pas nommé, le préfet n’a pas trop de mal à se justifier, mais il s’inquiète déjà de l’avenir : à la lenteur où vont les choses, comme on n’a encore rien commencé, comment pourra-t-on exécuter l’arrêté qui prévoit le début des travaux pour le 23 septembre 1802. Le fait que le consul fixe la date du début des travaux, ainsi que leur durée, montre bien dans quelle mesure il entend contrôler l’exécution de ses ordres : il n’est pas question de traîner, l’ordre est conçu avec sa durée d’exécution, son délai raisonnable. La pression sur les subordonnés, l’exigence de résultat, est d’abord temporelle.

73L’inquiétude du préfet tient aussi à son expérience récente des retards avec les Ponts et Chaussées sur le dossier des ponts de Paris dont il était chargé. Ainsi, confiant au conseiller d’État la nécessité de prendre toutes les mesures imaginables pour que le projet puisse avancer au plus vite, il lui rappelle ce mauvais souvenir :

  • 83 Lettre du préfet au conseiller d’État, le 16 fructidor an 10, AN F14 – 685.

L’opération pourra alors marcher sans être exposée aux entraves de toute espèce que vous avez remarquées dans celle des nouveaux ponts sur la Seine, dont la vacillation dans les projets et dans la régularisation administrative a trop longtemps retardé l’exécution.83

74Là encore, le temps du pouvoir et de ses administrateurs n’est pas celui des ingénieurs. Le temps de la conception, le temps de la discussion menacent d’être trop longs, et les administrateurs redoutent le manque de prise sur ces matières techniques, sur les hésitations entre projets et contre-projets, sur des discussions dont on ne peut prévoir l’extension. Leur temps est le temps de l’exécution : tant qu’on ne construit pas, il ne s’est rien passé. La réalisation est le seul moyen dont ils disposent pour montrer qu’ils font avancer les choses. Les administrateurs sont jugés sur l’avancement, sur les progrès visibles, d’où leur impatience de commencer enfin les travaux.

  • 84 Rapport interne, AN F14 – 22351.

75Quinze jours avant la date fatidique, le préfet n’a toujours ni ingénieurs ni plans. Ses protestations visent, au moins en partie, à reporter la responsabilité sur d’autres, en particulier sur le conseiller d’État, directement responsable du personnel et des plans. Ce dernier réagit d’ailleurs et fait presser la nomination de Girard sur le motif de l’urgence, « les travaux relatifs à la dérivation de l’Ourcq devant être incessamment commencés. »84 Le 15 septembre 1802, une semaine avant le début officiel des travaux, Girard est finalement nommé.

  • 85 La question des plans sera un sujet de dispute en soi : la loi évoque en effet des plans dont la pl (...)

76Il y a donc, à présent, un ingénieur. Mais il n’y a toujours pas de plans.85 Le conseiller d’État ne peut donc pas demander à Girard de commencer les travaux une semaine plus tard, sans contrevenir à l’impératif des Ponts et Chaussées d’avoir d’abord des plans approuvés par l’assemblée. Pour respecter ce principe sans contredire le consul, qui a fixé le début des travaux, le conseiller d’État rédige une instruction aussi floue qu’adroite : il demande à Girard de s’occuper de la rédaction de plans détaillés et de se concentrer dans un premier temps sur la partie la plus proche de Paris, pour en faire un rapport au plus vite à l’assemblée et permettre l’ouverture avant l’hiver de travaux dans les bois de Saint-Denis. En donnant une date assez vague pour le début des travaux, le conseiller limite sa responsabilité des deux côtés : il n’a pas positivement ordonné que l’on ne commence pas les travaux à la date fixée, il respecte donc l’ordre des consuls ; mais il a ordonné que l’on constitue d’abord le projet dans les règles, ce qui signifie pour le préfet et pour Girard que les travaux ne pourront pas être commencés tout de suite, et décharge le conseiller de la responsabilité d’avoir entamé des travaux sans plans.

77Dès sa prise de fonction, Girard essaie de répondre aux exigences contradictoires qui pèsent sur lui. Il entreprend des nivellements et trace en quelques jours la ligne du canal entre Paris et Claye. Il demande alors au préfet de pouvoir installer des « ateliers d’expérience », qu’il lui présente comme des essais qui doivent fournir des informations essentielles à la rédaction du projet. Le préfet répercute cette interprétation auprès du conseiller :

  • 86 Lettre du préfet au conseiller d’État, le 19 vendémiaire an 11, AN F14 – 685.

Il devient indispensable d’employer ce moyen pour connaître la nature du terrain à fouiller, les difficultés qu’il présente et assurer un prix de travail tel que les ouvriers ne gagnent ni trop ni trop peu.86

78Le 11 octobre 1802, le conseiller autorise donc ces ateliers, qui sont ouverts à la fin octobre, soit un mois après la date officielle du début des travaux. Dans la présentation de Girard, comme dans celle des administrateurs, il devait s’agir de sondes de terrain, d’expériences sur le coût de la main-d’œuvre. Mais il apparaît clairement que ces « expériences » sont en réalité, d’emblée, des chantiers à part entière. Girard parvient ainsi à mettre des hommes au travail dans un bref délai, partout où c’est possible, et à répondre ainsi aux ordres du gouvernement, sans commencer officiellement l’exécution d’un ouvrage pour lequel le conseiller lui a demandé de rédiger d’abord un projet. Les ingénieurs de l’assemblée ne prendront pas des vessies pour des lanternes :

  • 87 Séance du 22 nivôse an 11, AN F14* – 10911.

Des ateliers d’expériences consistent à faire quelques sondes et non à ouvrir un canal sur plus de 5 000 mètres de longueur.87

79Ils verront bien, dès leurs premières visites, qu’on creuse activement sur la ligne du canal, sans projet : ce geste d’avoir mis des hommes au travail sans que le projet ait été adopté par le corps sera le point de départ de longues disputes.

80Mais avant qu’on en arrive aux accusations des ingénieurs, le préfet et le conseiller d’État continuent de gérer comme ils peuvent leurs responsabilités. De leur point de vue, malgré les ateliers d’expériences, les choses n’avancent pas. Ils ont bien conscience qu’il peut être problématique d’avoir mis des hommes au travail et on les sent ennuyés d’agir sans projet, mais il ne peut manifestement pas être question de ne pas agir : il leur faut prouver qu’ils avancent. Chacun essaie de reporter sur l’autre la responsabilité des travaux et de se prévaloir de la prompte exécution des ordres. Ainsi le préfet ne cesse de « rappeler » au conseiller que toutes les mesures ont été ordonnées par lui au nom des « intentions formelles » du consul :

  • 88 Lettre du préfet au conseiller d’État, le 21 brumaire an 11, AN F14 – 685.

Vous m’avez rappelé par vos lettres des 10, 17 et 27 vendémiaire que l’intention du premier consul était qu’on donnât aux travaux de la dérivation de l’Ourcq la plus grande activité, attendu qu’il se propose de parcourir la ligne de ce canal et de prendre connaissance par lui-même du degré d’impulsion qui aura été donné aux travaux.88

  • 89 Dossier biographique de l’Académie.

81Car la pression d’en haut ne se limite pas à quelques ordres donnés : le consul veut voir ! Parfois, comme ici, il se déplace pour vérifier l’exécution de ses ordres, constater par lui-même l’avancement. La perspective de sa visite inquiète les administrateurs, qui s’empressent d’activer des travaux pourtant problématiques. Mais le plus souvent Bonaparte ne se déplace pas et utilise un autre mode de représentation de l’avancement : il demande des rapports d’activité, souvent chiffrés en hommes. Dans le cas de l’Ourcq, dès le commencement officiel des travaux, le ministre de l’intérieur (et donc le conseiller d’État à travers lui) ainsi que le préfet, sont invités à remettre tous les dix jours un compte du nombre d’ouvriers employés au canal.89 On comprend que, sous cette pression, les ateliers d’expérience soient rapidement devenus de grands chantiers ; on comprend aussi les constants reports de responsabilité entre le préfet et le conseiller, puisque pendant près d’un mois, avant qu’on ouvre ces ateliers, ces administrateurs étaient dans l’incapacité de présenter au consul ces comptes d’hommes.

  • 90 Travaux ordonnés par le gouvernement, F14 – 1252.
  • 91 Sur l’emploi des prisonniers et des soldats, voir AN F14 – 2151, ainsi que Petot, op. cit., pp. 439 (...)

82L’importance donnée au nombre d’ouvriers va être une constante dans tous les grands travaux. L’administration en viendra sous l’Empire à produire des Tables chronologiques des travaux ordonnées par sa majesté ou dont l’accélération a été recommandée par elle, dont les fiches départementales, qui devaient à l’origine porter aussi des sommes, ne tiennent plus compte que du nombre d’ouvriers.90 On peut ainsi lire en novembre 1808 que le canal de l’Ourcq a consommé 21 450 journées, essentiellement fournies par des prisonniers de guerre prussiens. L’avantage de raisonner en hommes pour décrire l’avancement est évident si on a recours à des ouvriers non rétribués, comme le seront les prisonniers et les soldats. Mais il semble que les contributions de ces derniers soient restées ponctuelles.91 C’est donc aussi pour sa visibilité que ce critère est retenu.

83Le nombre d’ouvriers intéresse aussi le gouvernement pour d’autres raisons. Un de ses objectifs avec le canal de l’Ourcq semble avoir été de fournir, dans la proximité immédiate de Paris, des chantiers pour occuper les indigents, des ateliers de charité. L’insistance sur le nombre s’explique par cette intention de donner du travail, particulièrement en automne et en hiver. Girard défendra souvent le fait d’avoir mis des hommes au travail en invoquant cet impératif politique qui aurait motivé la pression du pouvoir. Ces ateliers de charité pourraient donc bien être à l’origine de l’affaire ; c’est l’explication que retiendra 30 ans plus tard l’ingénieur Navier, dans sa recension du grand ouvrage que Girard publie sur la fin de sa vie, les Mémoires sur le canal de l’Ourcq  :

  • 92 Claude-Louis-Marie-Henri Navier, « Mémoires sur le canal de l’Ourcq et la distribution de ses eaux… (...)

De grands terrassements, exécutés dans le voisinage de Paris, étaient regardés comme des ateliers de charité toujours ouverts aux indigents, et où ils pouvaient être employés utilement dans les saisons où les opérations de l’agriculture sont suspendues. La nécessité de se conformer à ces vues, et d’imprimer à la marche du travail l’activité exigée par le chef du gouvernement, ne permit pas toujours de s’assujettir rigoureusement aux délais qu’exige l’accomplissement des formes administratives, et d’attendre que toute les objections fussent détruites, et que toutes les discussions fussent épuisées. C’est sans doute à cette circonstance qu’il faut attribuer en grande partie la vivacité des critiques auxquelles l’auteur a été exposé, et les obstacles qu’il a rencontrés.92

  • 93 Dossier biographique de l’Académie.

84Girard a donc choisi la « ponctualité » : il a favorisé la temporalité du pouvoir sur celle du corps, il a privilégié l’avancement.93 On verra qu’il estimait que ce choix n’était pas absolument incompatible avec le respect des règles du corps, mais on peut supposer que ses collègues y ont vu (après sa promotion rapide) une nouvelle atteinte à leurs prérogatives.

  • 94 Voir typiquement, la lettre de Girard au ministre de l’intérieur, le 30 brumaire an 11, AN F14 – 68 (...)
  • 95 Lettre de Girard au ministre de l’intérieur, le 30 brumaire an 11, AN F14 – 685.
  • 96 Nathalie Montel, Le chantier du canal de Suez (1859-1869) – Une histoire des pratiques techniques, (...)

85Girard ne négligera jamais la visibilité de son activité pour le gouvernement, il continuera à porter une extrême attention à ce que l’avancement des travaux soit visible. Il utilisera pour cela un autre médium entre lui et les administrateurs : les cartes. Dès les premiers mois, Girard adresse régulièrement au ministre de l’intérieur un précis des travaux, où il explique l’état de leur avancement.94 Entre autres choses, il y inclut un plan de situation. Girard a fait graver une carte très sobre qui ne retient que les éléments les plus proches du canal : les bourgs et villages qu’il traverse, les grandes routes avoisinantes, quelques bois et fermes. Sur cette carte, il inscrit en couleurs les différents états des sections du canal : terminé, en chantier, en cours de nivellement, en cours de reconnaissance… Ce principe des plans de situation va se poursuivre au moins jusqu’à la fin de 1805, toujours au moyen de la même carte imprimée. Selon Girard, l’avantage de ce système pour le ministre est que « par la comparaison de ces plans successifs [il pourra] juger d’un coup d’œil de l’avancement des travaux. »95 Girard ne néglige aucune ressource pour démontrer son zèle. Le moyen employé, assez original, semble avoir été adapté pour un public non-technicien, qui cherche à se faire rapidement une idée de l’avancement. L’état des travaux, le ministre doit pouvoir en juger facilement par un plan colorié, comparé avec les précédents, et non par des bilans chiffrés, des dépenses ou des calculs de terrasses. Cet usage de la carte par Girard peut être rapproché de l’utilisation très similaire de schémas simplistes que les ingénieurs du canal de Suez feront à la fin du siècle pour convaincre les actionnaires du bon avancement des travaux : le « plan » visera alors également à faire comprendre à des yeux non techniciens les progrès de l’entreprise.96 Dans les deux cas, le moyen permet de répondre à une pression temporelle d’en haut, mais elle permet aussi aux techniciens de se réserver la maîtrise des choix techniques. Ainsi, si Girard répond à l’attente du ministre, il l’enferme aussi dans cette attente : il lui montre l’avancement, mais il ne lui annonce ni ne lui explique aucune de ses décisions générales, qui peuvent pourtant avoir une importance politique évidente, en particulier son choix de rendre le canal navigable. Le partage des attributions est donc loin d’être évident.

Notes

1 Pour la carrière de Girard, on peut croiser les documents de l’administration (son dossier personnel AN F14 – 22351) avec sa propre description de ses services (Archives de l’Académie des Sciences – Dossier biographique Pierre-Simon Girard, référence notée dans la suite : Dossier biographique de l’Académie.)

2 Girard, Recherches géométriques sur la contraction de la veine fluide, Poitiers, 1792, Menpc 1366. Procès-verbaux des séances de l’Académie tenues depuis la fondation de l’Institut jusqu’au mois d’août 1835, Hendaye, Imprimerie de l’Observatoire d’Abbadia, 1910-1922, Tome 1, p. 306.

3 Ch. Dupin, Funérailles de M. Girard – Discours de M. le baron Ch. Dupin, 3 décembre 1836, Paris, Firmin Didot, 1836.

4 Girard attend le rapport de l’Académie pour l’insérer au début de l’ouvrage, ce qui est une pratique assez courante.

5 Lettre de Girard au ministre de l’intérieur du 26 pluviôse an 6, AN F14 – 22351.

6 Girard, Traité analytique de la résistance des solides, Paris, Didot et Dupont, 1798.

7 Procès-verbaux des séances de l’Académie, op. cit., Tome 1, p. 354.

8 Le recrutement commence autour du 16 mars 1798 et dure environ 3 mois. Yves Laissus, « La commission des sciences et des arts et l’Institut d’Égypte », in Patrice Bret (éd.), L’expédition d’Égypte, une entreprise des lumières, 1798-1801, Paris, Tec et Doc, 1999, pp. 37-41.

9 Services de P.-S. Girard, AN F14 – 22351.

10 Dossier biographique de l’Académie. Sur l’expédition d’Égypte : Henry Laurens, L’expédition d’Égypte, 1798-1801, Paris, Seuil, 1997 ; Patrice Bret (éd.), L’expédition d’Égypte, une entreprise des lumières, 1798-1801, Paris, Tec et Doc, 1999.

11 Philippe de Meulenaere, Bibliographie raisonnée des témoignages de l’expédition d’Égypte (1798-1801), Paris, Chamonal, 1993, pp. 101-103.

12 Pendant une mission en Haute-Égypte, il s’élève entre Girard et ses hommes un différend révélateur : s’intéressant peu aux antiquités, Girard prétend contraindre les ingénieurs à s’occuper exclusivement de leur mission sur l’Égypte moderne, et à ne pas perdre leur temps à dessiner les vestiges de l’ancienne Égypte. L’autorité militaire devra intervenir pour raisonner Girard qui prétend étendre son interdiction jusqu’aux heures de liberté. Edouard Villiers du Terrage, L’expédition d’Égypte : Journal d’un jeune savant engagé dans l’état-major de Bonaparte, 1798-1801, Paris, Cosmopole, 2003. Prosper Jollois, Journal d’un ingénieur attaché à l’expédition d’Égypte, Paris, Leroux, 1904.

13 Henry Laurens, op. cit., pp. 158-160. Yves Laissus, op. cit. Marie-Noëlle Bourguet, « Des savants à la conquête de l’Égypte ? Science, voyage et politique au temps de l’expédition française », in P. Bret, op. cit., pp. 21-36.

14 Dossier biographique de l’Académie. Sur la fin de l’expédition, voir Laurens, op. cit., pp. 445 et suivantes.

15 Nicole et Jean Dhombres (Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France, 1793-1824, Paris, Payot, 1989, pp. 142-147) considèrent ainsi que Le Père et Girard auraient eu des carrières « somme toute normales. »

16 Chabrol, élève polytechnicien pendant l’expédition, s’occupe à son retour de la Description de l’Égypte et poursuit ensuite une carrière de préfet. N. et J. Dhombres, op. cit., p. 147.

17 Services de P.-S. Girard, AN F14 – 22351. Girard a déclaré son retour le 18 oct. 1801.

18 Lettre du conseiller d’État à Girard du 29 frimaire an 10, AN F14 – 22351.

19 Girard est nommé à cette commission en mai 1802. Sur l’histoire de cette entreprise éditoriale, voir Paul-Marie Grinevald, « La Description de l’Égypte, un monument éditorial », in Bret op. cit., pp. 297-305.

20 Dossier biographique de l’Académie.

21 Avant la réforme de 1804 il n’y a pas de grade intermédiaire entre ingénieur en chef et inspecteur général.

22 Dossier biographique de l’Académie.

23 Au détail près que l’inspection divisionnaire constitue un nouveau grade, intermédiaire.

24 Dossier biographique de l’Académie. Girard a aussi pensé un temps se faire nommer à la direction du canal de Saint-Quentin : Lettre de Girard au conseiller d’État du 6 fructidor an 10, AN F14 – 22351.

25 Lettre du conseiller d’État à Girard (sans date), AN F14 – 22351.

26 Un inconnu corrige au cahier suivant le statut et l’expérience antérieure de Girard et le défend. Recueil polytechnique des Ponts et Chaussées, an 12, 3e cahier, pp. 128-129.

27 Recueil polytechnique des Ponts et Chaussées, an 12, 2e cahier, p. 119.

28 Petot, Histoire de l’administration des Ponts et Chaussées, 1599-1815, Paris, Marcel Rivière, 1958, p. 433. La somme, rapportée aux 8 000 francs de salaire annuel, est considérable.

29 Pour le pont des Arts, voir Journal des Bâtiments et des Arts, an 12, tome 14, pp. 225-231 et 241-244 ; ainsi que Recueil polytechnique des Ponts et Chaussées, an 12, 4e cahier. Dans le cas du canal Rhin-Rhône, les Ponts et Chaussées sont en désaccord avec le corps du Génie. Recueil polytechnique des Ponts et Chaussées, an 12, 2e cahier, pp. 120-123 et 3e cahier, pp. 125-128. Journal des Bâtiments et des Arts, an 12, tome 14, pp. 134-135.

30 Jean Petot, op. cit., p. 474.

31 A. Cabanis, La presse sous le Consulat et l’Empire (1799-1814), Paris, Société des études robespierristes, 1975. Jack R. Censer, « Press », in Owen Connelly (éd.) Historical Dictionary of Napoleonic France, 1799-1815, London, Aldwych Press, 1985, p. 403.

32 Robert B. Holtman, Napoleonic Propaganda, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 1950 ; Robert B. Holtman, “Propaganda”, in Owen Connelly, op. cit., p. 404.

33 A. Jourdan, L’empire de Napoléon, Paris, Flammarion (Champs), 2000, pp. 59-65 et 69-75. Martyn Lyons, Napoleon Bonaparte and the Legacy of the French Revolution, London, MacMillan, 1994, pp. 178-194.

34 Bonaparte à Thibaudeau, cité par Jean Tulard, La France de la Révolution et de l’Empire, Paris, PUF, 1995, pp. 138-139.

35 Jourdan, op. cit., p. 72. Voir aussi Annie Jourdan, Napoléon. Héros, imperator, mécène, Paris, Aubier, 1998.

36 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Paris, Mercure de France, 1994, tome 1, Chap CDLIII, p. 1244.

37 Norbert Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985, pp. 17-45.

38 Antoine Picon et Jean-Paul Robert, Un atlas parisien – Le dessus des cartes, Picard, 1999, pp.126-130.

39 Picon et Robert, op. cit., pp. 110 et 127.

40 Mercier, op. cit., p. 1244.

41 Sur l’urbanisme napoléonien, voir Jean Tulard, Nouvelle histoire de Paris – Le Consulat et l’Empire, 1800-1815, Paris, Association pour la diffusion d’une histoire de Paris, 1970, pp. 181-197.

42 Opinion des ingénieurs composant la minorité de l’assemblée des Ponts et Chaussées dans la décision prise par elle le 15 ventôse an 10 sur le canal de jonction de la Somme à l’Escaut, Paris, Perronneau, an 10, p. 21.

43 Opinion des ingénieurs etc., op. cit., p. 21.

44 Opinion des ingénieurs etc., op. cit., p. 9.

45 Courtin, Travaux des Ponts et Chaussées depuis 1800, ou tableau des constructions neuves faites sous le règne de Napoléon Ier, Paris, Gœury, 1812, p 142.

46 Si la raison se manifeste par la domination de la nature, elle ouvre un champ à la démesure du pouvoir humain. C’est l’inquiétude de l’école de Francfort, selon laquelle la domination sur la nature devient une domination sur l’homme : le plaisir (du spectacle) de la technique tiendrait alors moins aux bénéfices que les hommes en retirent, qu’à la jouissance propre à tout acte de domination.

47 Petot, op. cit., p. 413.

48 Séance du 8 nivôse an 11, AN F14* – 10911.

49 Girard est marqué par le monumentalisme égyptien, comme par le style égyptien qu’on retrouve dans la plupart de ses projets et réalisations de fontaines. Gabrielle Joudiou, « La fontaine aux lions », in B. de Andia et S. Texier (éds.) Les canaux de Paris, Paris, Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris, 1994, pp. 139-140.

50 Lettre de Girard à l’empereur, le 28 pluviôse an 13, AN F14 – 685.

51 Frédéric Graber, « Inventing needs : Expertise and water supply in late eighteenth- and early nineteenth-century Paris », in British Journal for the History of Science, 2007, n° 40 (3), pp. 315-332.

52 Jean-Antoine-Claude Chaptal, Mes souvenirs sur Napoléon, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1893, pp. 357-358. Chaptal (1756-1832), chimiste et industriel, fut ministre de l’intérieur de 1800 à 1804.

53 L. Beaumont-Maillet, L’eau à Paris, Paris, Hazan, 1991, p. 126.

54 Lettre de Bralle au préfet, le 19 frimaire an 8, AN F14 – 685.

55 Rapport du conseiller d’État au ministre de l’intérieur, ventôse an 9, AN F14 – 685.

56 Cette clause, qui vise à s’assurer que l’entreprise n’est pas une simple escroquerie, est évoquée couramment sous le Consulat pour régler les réclamations concernant les divers canaux autorisés par les constituants.

57 Rapport aux Consuls du 18 thermidor an 10, AN F14 – 685.

58 Rapport aux Consuls du 18 thermidor an 10, AN F14 – 685.

59 Dominique Massounie, Les monuments de l’eau : aqueducs, châteaux d’eau et fontaines dans la ville moderne (1661-1791), Thèse, Université Paris 1, 2000, pp. 24-43.

60 Sur cette concentration et sur le service des eaux de Paris, voir AN F14 – 597Aet 597B.

61 Lettre de Bonaparte au conseiller d’État (sans date), AN AF-IV – 1055.

62 L’empereur, toujours en quête d’argent, en espérera d’ailleurs des revenus. Lettre de Napoléon au ministre de l’intérieur, 1808, AN F14 – 1246.

63 Sur les fontaines napoléoniennes à Paris, voir Katia Frey, « L’entreprise napoléonienne », in Paris et ses fontaines, de la Renaissance à nos jours, Massounie, Prévost-Marcilhacy et Rabreau (éds.), Paris, délégation à l’action artistique de la ville de Paris, 1995, pp. 104-123.

64 Dossier biographique de l’Académie.

65 L’inauguration de la fontaine des Innocents, par exemple, a lieu le 15 août 1808.

66 Lettre de Bonaparte au conseiller d’État (sans date), AN AF-IV – 1055.

67 Louis-Charles-François Petit-Radel, Notice historique comparée sur les aqueducs des anciens et la dérivation de la rivière d’Ourcq, Paris, Langlois, 1803, p. 1.

68 Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène, cité par Annie Jourdan, op. cit., p. 185.

69 Jean-Antoine-Claude Chaptal, op. cit., p. 358.

70 Lettre de Napoléon au conseiller d’État, le 14 novembre 1807, citée par Petot, op. cit., p. 410.

71 Séance du conseil des Ponts et Chaussées du 21 prairial an 11, AN F14* – 10912.

72 Séance (de l’assemblée) du 24 ventôse an 9, AN F14* – 10910.

73 Séance du 25 ventôse an 9, AN F14* – 10910.

74 Séance du 26 ventôse an 9, AN F14* – 10910.

75 Séance du 9 brumaire an 10, AN F14* – 10910.

76 Séance du 25 frimaire an 10, AN F14* – 10910.

77 Séance du 21 nivôse an 10, AN F14* – 10910.

78 Séance du 5 pluviôse an 10, AN F14* – 10910.

79 Séance du 11 pluviose an 10, AN F14* – 10910.

80 Le recours à l’octroi (surtout sur le vin) est une source classique de financement des édifices hydrauliques au xviiie siècle. Massounie, op. cit., pp. 112-124.

81 Sur le rôle des préfets dans les Travaux Publics, voir Petot, op. cit., p. 423.

82 Lettre du préfet au conseiller d’État, le 16 fructidor an 10, AN F14 – 685.

83 Lettre du préfet au conseiller d’État, le 16 fructidor an 10, AN F14 – 685.

84 Rapport interne, AN F14 – 22351.

85 La question des plans sera un sujet de dispute en soi : la loi évoque en effet des plans dont la plupart des acteurs ignorent l’existence.

86 Lettre du préfet au conseiller d’État, le 19 vendémiaire an 11, AN F14 – 685.

87 Séance du 22 nivôse an 11, AN F14* – 10911.

88 Lettre du préfet au conseiller d’État, le 21 brumaire an 11, AN F14 – 685.

89 Dossier biographique de l’Académie.

90 Travaux ordonnés par le gouvernement, F14 – 1252.

91 Sur l’emploi des prisonniers et des soldats, voir AN F14 – 2151, ainsi que Petot, op. cit., pp. 439-442.

92 Claude-Louis-Marie-Henri Navier, « Mémoires sur le canal de l’Ourcq et la distribution de ses eaux… par M. P.-S. Girard, ingénieur », in Annales des Ponts et Chaussées, 1e série, 1831, 2e semestre, p. 69.

93 Dossier biographique de l’Académie.

94 Voir typiquement, la lettre de Girard au ministre de l’intérieur, le 30 brumaire an 11, AN F14 – 685.

95 Lettre de Girard au ministre de l’intérieur, le 30 brumaire an 11, AN F14 – 685.

96 Nathalie Montel, Le chantier du canal de Suez (1859-1869) – Une histoire des pratiques techniques, Paris, Éditions In Forma et Presses de l’école nationale des Ponts et Chaussées, 1998, p. 140.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search