Version classiqueVersion mobile

Paris a besoin d’eau

 | 
Frédéric Graber

Pause chronologique

Texte intégral

1Avant d’entrer dans l’affaire de l’Ourcq à proprement parler, une pause est nécessaire pour prendre le temps d’un bref survol. Comme l’affaire ne va pas être exposée de manière chronologique, il peut être utile de donner d’abord un aperçu très général de son déroulement, pour permettre au lecteur de s’orienter dans la suite. Il ne s’agit pas ici d’un récit qui résumerait ou problématiserait les diverses dimensions de l’affaire, mais d’une brève chronologie pour découper plusieurs grands moments et espaces à des fins de repérage.

2Dès 1785, la Cie Brullée propose un projet de dérivation de l’Ourcq et obtient en 1791 de l’Assemblée constituante des droits pour le réaliser. En 1796, Brullée vend ses droits à la Cie Solages et Bossu, qui propose à partir de 1798 une série de projets similaires pour dériver l’Ourcq. En 1800, ces entrepreneurs pressent le gouvernement de faire examiner leur projet et une mission de vérification est lancée par les Ponts et Chaussées en avril 1801. Les opérations sont d’abord confiées à des élèves-ingénieurs puis, en juin 1801, à l’ingénieur Bruyère. Tous concluent à une erreur de nivellement des entrepreneurs. Bruyère livre, le 29 avril 1802, un rapport dans lequel il préconise de dériver la Beuvronne et non plus l’Ourcq.

3Sur proposition de Bonaparte, le Corps législatif adopte, le 19 mai 1802, une loi ordonnant la réalisation d’un canal de dérivation de l’Ourcq, dont le texte reprend presque mot à mot la proposition de la Cie Solages. Celle-ci demande alors au gouvernement d’être chargée de l’exécution, mais la loi est suivie, le 13 août 1802, d’un arrêté des consuls qui confie les travaux aux Ponts et Chaussées. Le 15 septembre 1802, l’ingénieur en chef Girard est nommé directeur du canal. Une instruction du conseiller d’État, directeur général des Ponts et Chaussées, lui enjoint de préparer d’abord un projet partiel pour la première partie du canal de Claye à Paris. Dès le mois d’octobre 1802, Girard ouvre sur cette partie les premiers chantiers.

4Les 13 et 15 novembre 1802, Girard présente à l’assemblée des Ponts et Chaussées un premier rapport sur la partie du canal jusqu’à Claye. Cette assemblée nomme alors une commission pour examiner le projet. Du 29 décembre 1802 au 27 avril 1803, Girard et la commission s’opposent à l’assemblée, essentiellement sur la question du tracé.

5Le 27 avril 1803, le conseiller d’État décide d’interrompre ces débats et d’attendre que Girard remette un projet complet. Les discussions très polémiques engagées à l’assemblée se poursuivent entre Girard et l’inspecteur Gauthey sous la forme de publications. En juillet 1803, Gauthey publie en particulier sa très virulente Lettre au préfet du département de la Seine.

6Girard rédige son projet, qu’il remet au conseiller d’État début octobre 1803, sous la forme de deux textes : un Rapport à l’assemblée des Ponts et Chaussées sur le projet général du canal de l’Ourcq, où il expose des justifications historiques, théoriques et générales de son projet et un Essai sur le mouvement des eaux courantes, exclusivement théorique. Le conseiller d’État en ordonne l’impression et les fait distribuer en janvier 1804 à quelques ingénieurs, qu’il charge de rédiger leurs avis par écrit – un ensemble de textes qu’on désignera dans la suite avis de 1804. Ces opinions sont remises au conseiller d’État pour la plupart en février 1804, et en mai 1804 pour Prony, directeur de l’école des Ponts et Chaussées, qui rédige à cette occasion ses Recherches physico-mathématiques sur la théorie des eaux courantes.

7En juillet 1804, une fois tous les avis collectés, le conseiller d’État nomme une commission chargée essentiellement de vérifier les jauges de l’Ourcq et de ses affluents – qu’on désignera désormais commission des jauges. Le rapport de cette commission, du 16 décembre 1804, conclut à l’insuffisance des eaux pour établir la navigation souhaitée par Girard sur le canal de l’Ourcq. Les grandes lignes de ce rapport sont reprises par le ministre de l’intérieur dans un rapport à l’empereur. Sur la demande de Girard, l’empereur organise une conférence, le 8 mars 1805, dans laquelle il entend contradictoirement Girard et ses opposants.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search