Version classiqueVersion mobile

Paris a besoin d’eau

 | 
Frédéric Graber

Introduction

Texte intégral

1Les projets sont des formes emblématiques de notre temps. Ils sont partout : le projet est personnel et professionnel, il est projet de vie, projet de recherche, il est artistique, pédagogique, technique, urbain, il est au cœur de nombreux modes de gestion et de financement, tant dans l’action publique que privée. Bien que cette multiplication du terme projet, dans tous les domaines d’activité, recouvre une grande diversité de situations et de pratiques, on peut relever une tendance générale à privilégier certains aspects du projet et à en minimiser, voire effacer, d’autres dimensions.

  • 1 Jean-Pierre Boutinet (Anthropologie du projet, Paris, PUF, 1990) a cherché à réunir toutes sortes d (...)
  • 2 Luc Boltanski et Eve Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999, p. 142. Ce (...)
  • 3 Foucault, Naissance de la biopolitique – Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Seuil et Gal (...)
  • 4 Voir en particulier la critique de l’acception néolibérale de la notion de responsabilité développé (...)

2L’omniprésence des projets reflète l’essor de certaines valeurs et instruments dans l’ensemble du monde social, au cours des deux ou trois dernières décennies1. Luc Boltanski et Eve Chiapello ont ainsi retenu le projet, tel qu’il émerge dans le discours managérial des années 1990, comme caractéristique d’un « nouvel esprit du capitalisme. » C’est autour du projet que ces auteurs voient se structurer un « nouveau sens ordinaire de la justice », où les personnes sont valorisées pour leur polyvalence, leur flexibilité, leur capacité à créer des connections2. Si l’on considère ces projets contemporains avec un œil foucaldien, on peut y voir les instruments modèles d’un art de gouverner néolibéral, qui entend induire chez les individus des comportements et des logiques d’entreprises3. Au niveau le plus individuel, le projet est un appel à l’autogouvernement, il fait de l’individu une petite entreprise qui doit apprendre à se gérer de manière autonome et rationalisée, à optimiser son « employabilité » dans un monde concurrentiel, et dont les échecs doivent renvoyer l’individu à sa responsabilité, à des déficiences (manque de flexibilité ou d’ouverture) qu’il devra corriger pour être à nouveau en mesure de participer à cette concurrence des individus et des projets. Une telle conception néolibérale du projet efface les relations de dépendance et s’efforce de rendre invisible les conditions qui seules permettent à un individu de s’impliquer dans de tels projets4. C’est là une première tendance des projets contemporains : ils insistent sur le niveau individuel ou se focalisent sur la figure du porteur de projet. Or les projets ne sont jamais individuels, ils reposent sur de nombreuses délégations, participations, tant dans la conception que dans la mise en œuvre, et ils dépendent de manière cruciale des conditions politiques, sociales et matérielles dans lesquels opèrent les participants.

  • 5 Les réflexions sur l’importance excessive de l’administration et de la bureaucratie dans la société (...)
  • 6 Comme le remarque Denis Segrestin (Les chantiers du manager, Armand Collin, 2004), le management pa (...)

3Les projets contemporains semblent aussi se caractériser par un certain idéal de désinstitutionnalisation, qui va de pair avec une nouvelle conception de l’innovation  : l’innovation est devenue une valeur centrale, moteur de l’économie comme des individus, mais il ne s’agirait pas seulement de créer de la nouveauté, il faudrait le faire en dépassant les institutions, ce qui est en place, synonyme d’obstacle et de résistance. Il faudrait « libérer » l’innovation, qui serait comme prisonnière des règlements, des hiérarchies, des métiers, etc. Les formes contemporaines du projet se présentent souvent comme une manière d’avancer et de créer en s’affranchissant des structures institutionnelles, des lourdeurs bureaucratiques, qui n’autoriseraient qu’une reproduction du même5. Ces évolutions récentes sont une sorte de déséquilibrage d’une grande tension classiquement présente dans toutes les formes projets, entre nouveauté et contrôle. Faire un projet, c’est réaliser un nouvel objet, c’est faire un pas vers l’avenir, avec une part d’inconnu, mais en s’assurant que c’est la bonne chose à faire, que ça va marcher. L’extrême valorisation de l’innovation semble avoir généré une tendance à limiter le contrôle, conçu comme un frein, ou à redéfinir les formes du contrôle pour les éloigner des logiques institutionnelles, en recourrant en particulier à des systèmes d’évaluation qui se veulent « objectifs », « indépendants » des participants6. Conçu ainsi les projets sont les formes d’organisation idéales d’un monde plat, sans relations hiérarchiques, sans frontières de cultures et de savoirs professionnels, sans réglementations, s’appuyant sur la seule capacité des individus à mobiliser de nouvelles ressources. Les analyses des projets ont largement relayé cette tendance (intellectuelle et programmatique) en centrant elles aussi leur attention sur les capacités des acteurs à innover et en minimisant le rôle des institutions, des règles partagées dans lesquelles ils agissent. Les projets se prêtent particulièrement bien à des analyses de type acteur-réseau : puisqu’il s’agit de créer un objet qui n’existait pas, on a tendance à insister sur la dimension singulière de ces entreprises, qui semblent alors réaliser à chaque fois un agencement social et technique unique, à travers un processus peu déterminé.

Le projet comme délibération

4Ce livre entend, par l’étude d’un cas historique particulier, déplacer le regard porté aujourd’hui sur les projets et ouvrir à une compréhension moins manichéenne des tensions structurelles des formes projets, entre innovation et contrôle, entre singularité et institution, entre individu et collectif, entre conception et exécution, entre technique et politique. Il donne ainsi à voir ce qui est généralement minimisé ou effacé, la part manquante dans le projet contemporain : la dimension délibérative des projets.

  • 7 Il est assez remarquable que la figure individuelle du faiseur de projet (Projektemacher ou project (...)
  • 8 Hélène Vérin, « Un document technographique : le devis – Marine royale et Fortifications aux 18e et (...)

5Si les formes projet s’institutionnalisent, se formalisent et se standardisent de manière croissante, surtout à partir du 18e siècle dans l’univers des architectes et ingénieurs, c’est d’abord et avant tout pour répondre à des problèmes posés par la nature collective des projets7. Une des premières et des plus importantes de ces formes, le devis, apparaît ainsi pour contrôler les entrepreneurs qui travaillent sur des fonds publics et s’assurer qu’ils n’en profitent pas indûment8. Cette question du rôle et de l’importance tenue par chacun des participants dans le projet est très générale : le projet est le lieu de rencontre d’individus et de groupes aux intérêts, aux objectifs, aux civilités très différentes, qui ne partagent pas une même culture, n’ont pas les mêmes compétences, ni le même langage ; le projet doit donc être constitué d’un ensemble de procédures, d’objets stabilisés, qui permettent à ces groupes de gérer leurs participations à l’action collective, leurs relations souvent asymétriques, la confiance et le contrôle. Ces questions deviennent de plus en plus importantes à mesure que les projets se multiplient : la formalisation croissante des projets techniques à partir du 18e siècle correspond précisément au moment où les projets (de routes, de canaux, etc.) vont se multiplier, ramenant régulièrement les acteurs de ces entreprises à un certain nombre de situations types. L’innovation apparaît ici indissociable de l’émergence de véritables professionnels du projet, de modes de fonctionnement du projet.

  • 9 L’histoire des techniques a souvent réduit le projet technique à un document, typiquement un plan o (...)

6De part sa nature collective, le projet pose un certain nombre de questions qui sont indissolublement sociales, techniques et politiques. Le projet consiste surtout à se mettre d’accord sur ce qui doit être fait, à décider qu’on fait bien la bonne chose, de la bonne manière. Un tel accord est tout sauf évident, il suppose de définir qui participe (ou non), à quel titre et de quelle manière, à l’élaboration du projet ; comment ce projet en vient à être produit, dans quelles instances, par quelles procédures, grâce à quelles manipulations de savoirs et sous quelles formes matérielles ; comment se répartit la décision, le travail et ses conséquences pour chacun. C’est cette dimension délibérative du projet que ce livre entend étudier, tout ce qui précède l’action, la prépare, cherche à l’orienter dans un sens ou un autre, toutes les formes de la discussion et de la décision qui visent la réalisation d’un ouvrage9.

Une affaire, des affaires

7Ce livre envisage ces questions à travers un cas particulier : il examine la délibération technique autour des projets dans les Ponts et Chaussées sous le Consulat, par l’étude de grandes disputes d’ingénieurs de ce corps et particulièrement celle concernant le canal de l’Ourcq.

8Le Consulat apparaît comme une période particulièrement chargée de telles affaires, qui bien qu’assez diverses dans leurs enjeux et dans leurs configurations, révèlent des difficultés similaires des ingénieurs à gérer les discussions et les décisions. Ce premier cadre temporel, celui d’une montée des affaires sous le Consulat, permettra de replacer dans un ensemble de cas apparentés l’affaire qui sera au centre de cet ouvrage, celle du canal de l’Ourcq. Définir des limites temporelles claires pour une telle affaire est un exercice assez délicat, parce qu’elles sont justement un des multiples enjeux de l’affaire : chercher à exclure ou à inclure un événement passé comme pertinent dans le cadre de la dispute est une activité de ses acteurs. Nous avons opté pour une fenêtre temporelle assez restreinte (d’avril 1801, lorsque les Ponts et Chaussées sont chargés pour la première fois d’examiner un projet de dérivation de l’Ourcq, jusqu’en mars 1805, où Napoléon tranche entre les grandes options de construction), afin de pouvoir décrire l’affaire avec un certain niveau de précision. Cela n’exclut pas d’ailleurs qu’une question ou une autre puisse être ponctuellement replacée dans un cadre temporel plus large.

9L’affaire du canal de l’Ourcq sera donc ici un outil pour étudier l’activité de projet dans les Ponts et Chaussées autour de 1800, sa dimension délibérative ; un outil qui permettra de suivre l’institution en acte, de reconsidérer les êtres sociaux, les dispositifs et les savoirs engagés dans l’action, dont l’historiographie des Ponts et Chaussées donne une vision très structurée, et qui peuvent apparaître ici plus complexes, avec des frontières plus souples, frontières qui sont discutées par les acteurs et qui révèlent entre eux des tensions, des enjeux. L’affaire de l’Ourcq sera aussi, parallèlement, l’objet de l’analyse : il s’agit de raconter et d’expliquer l’affaire du canal de l’Ourcq sous ses divers aspects ; un objectif qui est en quelque sorte l’envers du premier, puisque chaque éclaircissement sur les acteurs et les savoirs en discussion élargit la compréhension de l’affaire. La multiplication des explications ne doit pas surprendre : il s’agit chaque fois d’un moment différent, où les acteurs, les enjeux, ne sont pas les mêmes, c’est chaque fois une affaire un peu différente, une affaire qui se déplace et dont les facettes se diversifient. Il est donc vain de chercher une cause principale à l’affaire, ou d’établir un parallélogramme des forces, la somme de toutes les causes qui provoqueraient l’affaire. Il faut au contraire assumer que l’affaire n’est pas une mais plusieurs, qu’elle investit tour à tour des questions et des espaces différents, et qu’on passe souvent de l’une à l’autre par des accidents, des concours de circonstances.

Une descente dans le détail

  • 10 La micro-histoire italienne n’a pas eu à proprement parler de programme unifié et a d’ailleurs donn (...)

10Pour étudier, sur une période assez courte, un cercle restreint d’acteurs concernés par cette affaire, nous avons adopté une approche micro-historique10. Dans cet esprit, nous ne concevons pas notre travail sur le détail comme une manière de nuancer une histoire saisie à une plus grande échelle, mais comme une occasion de découvrir des objets historiques qui, pour la plupart, ne se révèlent qu’à ce niveau. Il ne s’agit pas non plus de détailler le cas du canal de l’Ourcq comme représentatif, exemplaire des délibérations auxquelles les ingénieurs se livrent ordinairement, ni même des affaires dans leur ensemble. Au contraire, cette affaire est, par bien des aspects, radicalement singulière. Il est cependant possible, à partir de ce cas, de répondre à des questions plus générales sur l’activité de projet dans les Ponts et Chaussées : dans un régime de fonctionnement perturbé, les acteurs se trouvant expliciter des attentes, des codes, des savoirs qui ont été enfreints, ignorés, plus ou moins mal manipulés, ils dévoilent des pratiques qui ont un certain niveau de généralité. Ce qui, d’ordinaire, est implicite et n’apparaît pas ou presque se révèle alors problématique, est débattu par les acteurs, et peut devenir visible dans les archives.

  • 11 Jacques Revel, « Présentation », in Jacques Revel (ed.) Jeux d’échelles – La micro-analyse à l’expé (...)
  • 12 On ne souhaite pas ici saisir seulement l’agencement singulier des stratégies et des ressources des (...)
  • 13 C’est là un des points caractéristiques de la sociologie dite de la critique. Luc Boltanski et Laur (...)
  • 14 La sociologie de la critique se conçoit ainsi comme une théorie de l’argumentation augmentée de l’u (...)

11Pour qu’un conflit singulier devienne un lieu où découvrir des pratiques implicites, des non-dits, il faut prendre au sérieux les acteurs. Le fait de « rendre à l’expérience des acteurs sociaux (…) une signification et une importance face au jeu des structures et à l’efficacité des processus sociaux massifs, anonymes, inconscients » a été le point commun de toute une série de travaux dans les sciences sociales depuis les années 1970, à la suite (et en partie contre) la Thick Description de Clifford Geertz11. Le présent ouvrage se situe dans la continuité de ces entreprises : il entend partir des termes, des catégories, des arguments des acteurs, essayer de saisir leurs stratégies, pour construire une intelligibilité tant de leurs désaccords que de leurs pratiques ordinaires, leurs attentes, leurs codes12. Les argumentations auront ici une importance particulière, parce qu’il s’agit d’étudier une délibération très conflictuelle ; ces échanges d’arguments, ces justifications, ne sont pas ici considérés comme des rationalisations sans rapport avec leurs motifs « réels », motifs que l’historien aurait à découvrir, ils sont au contraire compris comme une activité critique des acteurs, activité qui ne se distingue pas (de par sa nature tout au moins) de celle de l’analyste, de l’historien13. Une telle étude des justifications s’inscrit dans le cadre d’un renouveau plus général des études rhétoriques, de la théorie de l’argumentation, une argumentation non pas réduite à un niveau purement linguistique, mais au contraire profondément ancrée dans des dispositifs matériels14. Cette étude des argumentations ne présuppose pas non plus que les acteurs se déplacent dans un univers sans rapports de force où seule la qualité des arguments l’emporterait, mais c’est justement l’un des objectifs de ce travail de montrer dans quelle mesure les situations de délibération dans les Ponts et Chaussées au début du xixe siècle exigent en grande partie la joute argumentaire, sans que celle-ci soit libre de contraintes.

  • 15 Martin J.S. Rudwick, The Great Devonian Controversy – The Shaping of Scientific Knowledge among Gen (...)
  • 16 Rivka Feldhay, Galileo and the Church – Political inquisition or critical dialogue ? Cambridge, Cam (...)

12En centrant ce livre sur une affaire, un conflit, nous nous inscrivons également dans un genre assez voisin de la micro-histoire, qui s’est développé dans l’histoire sociale des sciences des années 1970 et 1980 : les analyses de controverses15. Ces travaux se sont appliqués à décrire des controverses entre savants, en cherchant délibérément à prendre au sérieux chacune des parties, à suivre les acteurs dans leur travail, dans l’élaboration de leurs résultats, sans se positionner sur qui avait raison ou tort a priori, ni présenter l’issue comme une nécessité. Les positions des acteurs peuvent alors apparaître beaucoup plus riches, plus complexes ; surtout, elles ne sont plus figées dans une opposition, mais saisies dans une dynamique. L’histoire des sciences plus généralement est ici une ressource utile, puisqu’elle s’est souvent penchée sur les problèmes que pose l’analyse historique des conflits. Rivka Feldhay a ainsi expliqué la tendance générale des historiens ayant travaillé sur le cas emblématique et quasi-obsessionnel de Galilée, à le traduire dans les termes d’une opposition radicale entre deux mots, deux idées, deux mondes : science vs religion, théologie vs philosophie naturelle, pouvoir vs savoir, éliminant a priori toute possibilité d’interaction entre les deux pôles ainsi créés16. En concevant le conflit comme un antagonisme absolu entre des positions incarnées par des personnes, l’historien construit la victoire nécessaire ou injuste de l’une sur l’autre. C’est surtout l’opposition entre vérité et erreur qui s’est souvent imposée comme grille de lecture naturelle pour les controverses entre savants. L’histoire des sciences récente a cherché de nouvelles manières de présenter les conflits, pour dépasser les récits tautologiques de la victoire de la vérité sur l’erreur, des savants qui ont finalement eu raison sur ceux auxquels on a montré qu’ils avaient tort.

  • 17 Les Archives nationales et la Bibliothèque de l’école nationale des Ponts et Chaussées conservent d (...)

13Ces choix méthodologiques ne sont pas sans lien avec une particularité des archives : une documentation considérable a été produite par les divers acteurs de l’affaire du canal de l’Ourcq, richesse qui, comparée à l’habituelle aridité des archives sur les différents projets des Ponts et Chaussées, suffit à signaler l’existence d’une affaire, au sens exceptionnel du terme17. Ces fonds abondants se prêtent particulièrement bien à l’approche micro-historique, à l’exploitation intensive des sources qui la caractérise. Mais c’est aussi parce que notre objet est une dispute qu’il est intéressant de suivre, jusque dans le très petit détail, les positions et les gestes des divers acteurs. En effet, ceux-ci s’opposant de manière souvent radicale, ils présentent des interprétations et des faits divergents, et l’historien a alors une tentation très forte de donner raison à l’un ou à l’autre des partis qui se dégagent dans cette dispute. La richesse des sources permet d’entrer dans les méandres de l’affaire, pour lui donner plus de complexité, pour que la dispute n’apparaisse plus comme l’opposition entre la raison et la déraison, mais comme un enchevêtrement de préoccupations, de tensions, de stratégies, de savoirs, pris dans des dynamiques et des temporalités diverses.

Une écriture – Des contextes

  • 18 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1996. Le caractère très polémique de cet ouv (...)
  • 19 Paul Veyne, op. cit., p. 59.

14L’approche micro-historique conduit à s’interroger sur les manières d’écrire l’histoire, parce que le changement de focale, la considération d’objets de natures et de niveaux différents, conduisent à un enchevêtrement des analyses que l’historien doit chercher à exposer ensuite d’une manière la plus lisible possible. C’est la mise en relation des faits, leur inscription dans une « intrigue » qui est constitutif du sens en histoire18. Toutes les mises en relations, plus ou moins pertinentes ou intéressantes (certaines sont simplement impossibles), ne peuvent pas être conduites en même temps, parce qu’écrire une intrigue c’est choisir un cadrage, des conditions d’observation, des objets historiques. De ce fait, des objets qui sont saisis dans une intrigue ne peuvent plus l’être avec la même épaisseur dans une autre. Assumer cela, c’est dire qu’on ne peut « décrire une totalité et que toute description est sélective », qu’on « ne lève jamais la carte de l’événementiel » mais qu’on peut « tout au plus multiplier les itinéraires qui le traverse19. » Mais c’est dire aussi que les objets qui apparaissent dans une certaine intrigue peuvent n’être saisissables que là, ou d’une manière particulière qui n’est repliable sur aucun autre récit.

  • 20 Jacques Revel (« Micro-analyse et construction du social », in Jacques Revel (ed.) op. cit., pp. 15 (...)

15C’est là tout à la fois une question de méthode et d’écriture. Mettre en intrigue, c’est choisir un cadrage particulier, un certain espace, un certain type d’acteur, un certain moment, dans lequel une question ou une autre se trouve avoir une pertinence particulière. L’intérêt de varier les intrigues ne se réduit pas à une seule question d’échelle (on voit des choses différentes en regardant à des niveaux différents), c’est la variation des « conditions d’observation » en général qui se révèle productive, parce qu’elle fait apparaître des objets toujours nouveaux20. Que les conditions d’observation soient constitutives de l’objet tel qu’observé, c’est finalement ce que l’histoire sociale des sciences soutient à propos des sciences exactes : on ne voit, on ne découvre, on ne comprend, qu’à la mesure de ses outils. Il n’y a là aucun relativisme, parce qu’on regarde chaque fois un objet un peu différent : chaque outil, cadre, questionnement, découpe un nouvel objet. En multipliant les intrigues, on ne constitue donc pas des points de vue différents sur un même objet, on pose des cadres qui font émerger des êtres qui ne sont pas tout à fait les mêmes.

16Le social n’est plus ici compris comme un tissu continu, et cela a une conséquence en particulier sur la manière dont on considère et utilise le « contexte. » Dans une telle approche on ne considère plus que l’intelligibilité doit être produite nécessairement en replaçant les textes dans un contexte global, un savoir général, qui seul permettrait de donner aux objets, aux propositions, une importance et un sens. Ici, le travail sur l’archive est tout autre, le sens vient bien d’un contexte, mais ce n’est pas d’abord et prioritairement un contexte global. Ce sont des contextes, multiples selon les cadres, selon l’intrigue que l’on poursuit, et ce sont des contextes construits par le bas, c’est-à-dire en recourrant à d’autres textes souvent du même niveau. Dans le cas d’un conflit qui a produit une multitude de documents qui souvent se répondent, se critiquent, l’historien est en mesure de mener une critique des textes à un niveau exceptionnel, par une série de lectures croisées, attentives aux recoupements, aux divergences, aux réponses. Il peut produire pour chaque intrigue, un contexte qui est mise en relation d’éléments de textes, et qui se révèle très éclairant. Cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas faire appel à un contexte global (ce qui arrive parfois dans ce livre), mais qu’il n’y a aucune raison épistémologique pour privilégier celui-ci, et même dans le cas présent toutes les raisons de penser que celui-ci n’est pas le plus productif.

Neufs histoires

17C’est ainsi qu’est né ce livre, qui propose, plutôt qu’un récit linéaire, une série de neuf histoires tournant autour de l’affaire du canal de l’Ourcq et de la délibération technique dans les Ponts et Chaussées au tournant du xixe siècle. Chacune d’elle résulte d’un cadre particulier, d’une certaine focalisation, et donne à voir des objets qu’on retrouve toujours différemment dans une autre. Ces histoires ne sont pas incompatibles, chacune d’elle est vraie et l’une n’efface pas l’autre.

18Ces neuf histoires, qui sont les neuf chapitres de ce livre, sont organisés en trois parties. La première (chapitres 1 à 4) réunit des interrogations autour des formes historiques, politiques et sociales de la délibération dans les Ponts et Chaussées. La seconde (chapitres 5 à 7) se concentre sur les savoirs et les pratiques mobilisés par les ingénieurs dans la délibération. La troisième enfin (chapitres 8 et 9) s’intéresse à la dynamique et à la nature de cette activité délibérative des ingénieurs des Ponts et Chaussées.

19Le chapitre 1 présente le Consulat comme une période d’émergence d’affaires dans les Ponts et Chaussées. Il se concentre sur l’organe d’examen et de décision des projets dans le corps, l’assemblée des Ponts et Chaussées, et met en évidence une crise de cette institution sous le Consulat et particulièrement de ses formes de délibération. Il étudie la manière dont les ingénieurs prennent leurs décisions dans le cercle fermé de cette assemblée, l’épistémologie qu’ils mettent en œuvre dans leurs modes de décision collective, leur rejet du vote et les caractéristiques concrètes du mode qu’ils privilégient, le consensus. Se tournant spécifiquement vers le canal de l’Ourcq, le chapitre 2 s’intéresse aux interventions du pouvoir, et en particulier de Bonaparte, dans cette affaire : la manière dont il singularise un ingénieur, Pierre-Simon Girard, permettant à celui-ci d’émerger comme un acteur central de cette affaire ; une approche très politique des Travaux Publics qui amène Bonaparte à soumettre les ingénieurs à des impératifs, en particulier une temporalité, qui lui sont propres. Le chapitre 3 explore les rapports entre le corps des Ponts et Chaussées et le pouvoir. Il replace d’abord ceux-ci dans une histoire plus large de l’administration et de l’État au xixe siècle, dans la problématique d’un pouvoir divisé entre un besoin d’administration efficace donc renforcée et une volonté de contenir cette administration dans un rôle d’exécutant, d’instrument, de peur de la voir confisquer une partie du pouvoir. Ce chapitre examine ensuite la manière dont, dans l’affaire de l’Ourcq, les ingénieurs des Ponts et Chaussées se positionnent par rapport au gouvernement, à ses attentes, ses décrets, et cherchent à réaffirmer le rôle et l’ordre d’intervention de chacun dans la décision. Le chapitre 4 s’intéresse à l’articulation entre l’activité individuelle de conception et l’activité collective d’examen des projets : il dégage, au-delà des interprétations de l’affrontement entre Girard et ses collègues (indiscipline ou injustice), les formes sociales qui permettent d’ordinaire de résoudre la tension entre les préoccupations (en apparence) contradictoires de l’ingénieur et de l’assemblée, entre la très forte personnalisation de la conception et les dimensions intégratives du corps.

20Le canal de l’Ourcq étant une adduction d’eau potable pour Paris, la qualité de l’eau se trouve être une des questions les plus discutées. Le chapitre 5 dresse d’abord un panorama des méthodes d’analyse de l’eau dans la seconde moitié du xviiie siècle, pour mieux saisir ensuite, par contraste, la spécificité des moyens employés dans le cas de l’Ourcq : les ingénieurs écartent l’essentiel des méthodes existantes, pour privilégier un critère qui leur permet de formuler cette question de la qualité de l’eau dans les termes de la construction. Le chapitre 6 s’interroge ensuite sur l’apparition de la théorie, de la mécanique rationnelle, dans le projet de l’ingénieur Girard, quelque chose de tout à fait inhabituel dans le cadre des Ponts et Chaussées. Il étudie le rôle que Girard entend faire jouer à cette théorie, sa réception très critique par ses collègues ingénieurs et la manière dont elle va néanmoins s’imposer, parce que reliant les différents paramètres du canal d’une manière contraignante, on peut espérer qu’elle permettra de trancher le différend. Ce chapitre distingue plusieurs attitudes des ingénieurs par rapport à l’application des sciences aux arts, leurs conceptions de la nature, de sa possible ou impossible régularité, de son articulation avec l’artifice, et plus généralement de ce que doivent être les savoirs pour l’action. Si les grandeurs caractéristiques du canal sont tenues ensemble par une formule, encore faut-il s’entendre sur la mesure de ces quantités. Le chapitre 7 se penche sur cette question des mesures, qui sont de deux ordres dans l’affaire de l’Ourcq : d’une part, les nivellements, qui doivent permettre de décider si le tracé du canal proposé par Girard est acceptable ou non en termes (plus ou moins) économiques ; d’autre part, les jauges, mesures du volume des eaux, qui doivent établir la possibilité ou l’impossibilité de la navigation, question centrale qui divise les ingénieurs. Ces deux mesures s’avèrent également incapables de régler les questions que les ingénieurs leur posent et, au-delà de différences contextuelles importantes, révèlent une même difficulté à laquelle les ingénieurs sont confrontés : dans le cadre de l’action, la mesure vise-t-elle à fixer la grandeur d’une chose déterminée ou à déterminer cette chose ?

21Le chapitre 8 reprend l’affaire de l’Ourcq à un niveau plus global, pour saisir sa dynamique générale et comprendre comment elle en vient à durer : il étudie les différents espaces dans lesquels l’affaire prend place, qui sont autant de configurations de contraintes et de rapports de force, autant de tentatives pour clore la discussion, faire taire Girard, ou pour celui-ci d’imposer une réplique. Le chapitre 9, enfin, reconsidère l’activité de projet des ingénieurs dans son ensemble : d’une part, comme activité argumentative, comme justification d’un projet, sur lequel il faut être d’accord avant de le donner à l’exécution que c’est bien le bon projet, celui qu’il faut faire, celui qui marchera ; d’autre part, en considérant si les ingénieurs dans leur poursuite d’un projet acceptable visent l’optimisation, il s’agit dans leur examen de choisir le meilleur projet.

Notes

1 Jean-Pierre Boutinet (Anthropologie du projet, Paris, PUF, 1990) a cherché à réunir toutes sortes d’occurrences du projet, afin de dégager un concept de projet essentialisé et anhistorique, les « conduites d’anticipation. » Nous souhaitons au contraire aborder les projets comme des phénomènes socio-historiques variés mais situés.

2 Luc Boltanski et Eve Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999, p. 142. Ces auteurs ont proposé de compléter le modèle des économies de la grandeur avec une « cité par projet ».

3 Foucault, Naissance de la biopolitique – Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Seuil et Gallimard, 2004.

4 Voir en particulier la critique de l’acception néolibérale de la notion de responsabilité développée par Emilie Hache, qui souligne l’importance de l’effacement des dépendances dans le néolibéralisme. Emilie Hache, « La responsabilité, une technique de gouvernementalité néolibérale ? », in Raisons Politiques, n°28, novembre 2007, pp. 49-65.

5 Les réflexions sur l’importance excessive de l’administration et de la bureaucratie dans la société française ont occupé une grande place à partir des années 1970 (voir par exemple Michel Crozier, La société bloquée, Paris, Seuil, 1970).

6 Comme le remarque Denis Segrestin (Les chantiers du manager, Armand Collin, 2004), le management par projet n’est qu’une nouvelle manière de gérer la tension classique entre inventer et produire. Le contrôle ne disparaît pas, il est simplement redéfini, relocalisé.

7 Il est assez remarquable que la figure individuelle du faiseur de projet (Projektemacher ou projector) a été généralement conçue à partir du 18e siècle comme négative, toujours suspectée d’escroquerie. Voir Larry Stewart, The rise of Public Science, Cambridge, Cambridge University Press, 1992 et Markus Krajewski (ed.), Projektemacher, Berlin, Kadmos, 2004.

8 Hélène Vérin, « Un document technographique : le devis – Marine royale et Fortifications aux 18e et 19e siècles », in Techniques et cultures, 1987, n°9, pp. 141-167.

9 L’histoire des techniques a souvent réduit le projet technique à un document, typiquement un plan ou un devis, comme résumant tout ce qu’il y avait à dire sur le projet, comme résultat évident d’une certaine culture institutionnelle, de certains enjeux, censés l’avoir complètement déterminés. On a ainsi ignoré aussi bien l’aval du projet, l’espace du chantier où peuvent encore se produire divers imprévus, que l’amont, ce qui précède l’action. Sur le chantier, voir Nathalie Montel, Le chantier du canal de Suez (1859-1869) – Une histoire des pratiques techniques, Paris, éditions In Forma et Presses de l’école nationale des Ponts et Chaussées, 1998. Sur la quasi-absence d’études en histoire des techniques sur ce qui précède l’action, voir Martin Reuss, « Seeing Like an Engineer – Water Projects and the Mediation of the Incommensurable », in Technology & Culture, vol. 49, July 2009, pp. 531-546.

10 La micro-histoire italienne n’a pas eu à proprement parler de programme unifié et a d’ailleurs donné lieu à des entreprises assez diverses. On se réfère ici et par la suite à Jacques Revel, « L’histoire au ras du sol », Préface à Giovanni Levi, Le pouvoir au village – Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gallimard, 1989, pp. i-xxiii.

11 Jacques Revel, « Présentation », in Jacques Revel (ed.) Jeux d’échelles – La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard et Le Seuil, 1996, p. 10. Clifford Geertz, « Thick Description – Toward an Interpretive Theory of Culture », in The Interpretation of Cultures, New York, Basic Books, 1973, pp. 3-30. À propos de la Thick Description, voir la revue Enquête, 1998, n° 6. Voir aussi Bernard Lepetit, Les formes de l’expérience – Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995.

12 On ne souhaite pas ici saisir seulement l’agencement singulier des stratégies et des ressources des acteurs, mais aussi former en retour un savoir sur les normes et les institutions. En ce sens, si l’expression « suivre les acteurs » peut évoquer la théorie de l’acteur-réseau, le présent ouvrage s’en distancie largement.

13 C’est là un des points caractéristiques de la sociologie dite de la critique. Luc Boltanski et Laurent Thévenot, De la justification – Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

14 La sociologie de la critique se conçoit ainsi comme une théorie de l’argumentation augmentée de l’univers matériel. Francis Chateauraynaud (La faute professionnelle, Paris, Métailé, 1991, p. 440 note 3) considère ainsi qu’on peut « analyser l’argumentation comme une mobilisation d’êtres et d’objets dont l’épreuve physique et matérielle est engagée potentionellement lorsqu’elle n’est pas réalisée, avant, pendant ou à l’issue du discours, et considérer qu’il n’y a pas de discontinuité possible entre une argumentation purement langagière et des épreuves de réalité. »

15 Martin J.S. Rudwick, The Great Devonian Controversy – The Shaping of Scientific Knowledge among Gentlemanly Specialists, Chicago et London, The University of Chicago Press, 1985 ; H.M. Collins, Changing Order : Replication and Induction in Scientific Practice, Chicago et London, The University of Chicago Press, 1992 (1e édition 1985) sont deux exemples majeurs de ces analyses de controverses.

16 Rivka Feldhay, Galileo and the Church – Political inquisition or critical dialogue ? Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

17 Les Archives nationales et la Bibliothèque de l’école nationale des Ponts et Chaussées conservent deux fonds très importants sur le canal de l’Ourcq. La Bibliothèque historique de la ville de Paris possède un fond plus modeste. Les Archives de la Seine conservaient à l’origine le plus grand fond, puisque le département de la Seine était chargé de l’administration des travaux du canal, mais il a été largement détruit dans l’incendie de l’hôtel de ville. Outre les fonds d’archives, l’affaire donne également lieu à de nombreuses publications, officielles ou non.

18 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1996. Le caractère très polémique de cet ouvrage de Paul Veyne dans le contexte de sa première publication en 1971, sa réception mitigée (Raymond Aron, « Comment l’historien écrit l’épistémologie », in Annales ESC, 1971, n° 6, pp. 1319-1354) et même hostile (Michel de Certeau, « Une épistémologie de transition : Paul Veyne », in Annales ESC, 1972, n° 4-5, pp. 1317-1327), a contribué à ce que ce livre reste marginalement influent dans les sciences sociales françaises. Sa réflexion sur l’histoire comme roman vrai, qui a été souvent caricaturée en une collusion histoire-fiction, trouve pourtant aujourd’hui un nouvel écho, précisément parce qu’elle permet de réfléchir à l’écriture de l’histoire en évitant largement les débats post-modernes sur la fictionalité de l’histoire. Voir l’entretien avec Paul Veyne de François Flahaut, Nathalie Heinich et Jean-Marie Schaeffer, in L’Homme, 2005, n° 175-176, pp. 233-250.

19 Paul Veyne, op. cit., p. 59.

20 Jacques Revel (« Micro-analyse et construction du social », in Jacques Revel (ed.) op. cit., pp. 15-36) note qu’un autre intérêt de cette multiplication des conditions d’observation est de manifester la dimension de construction de l’objet historique, de montrer que les outils utilisés dans le travail de l’historien n’épuisent pas son objet, et que d’autres outils peuvent se trouver plus appropriés pour mettre à jour d’autres objets.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search