Version classiqueVersion mobile

Espace et sacré au Sahara

 | 
Abderrahmane Moussaoui

Seconde partie. Les logiques du sacré : mémoire et histoire

Conclusion

Texte intégral

1Tout le long de ce travail nous avons essayé de montrer qu’il existe plusieurs logiques d’organisation de l’espace. Les plus déterminantes, en dernière instance, demeurent celles qui relèvent de ce que nous avons appelé « le sacré ». Les logiques technologiques et écosytémiques nous paraissaient, pour le moins, secondaires, souvent nourries par des a priori ou simplement relevant de la rationalisation a posteriori.

2Nous avons également voulu montrer que les problématiques généralement appliquées à ce type d’espace ont collé, à la lettre, à la conception qui voudrait voir partout dans l’espace la cristallisation du social. Pour notre part, nous estimons qu’il est plus heuristique de lire l’espace là où ses contours sont le moins visibles. La fête, de ce point de vue, nous a paru un des moyens les plus appropriés. Nous espérons être parvenus à le montrer.

3Au terme de ce parcours, il est nécessaire de justifier en quoi notre propre approche serait plus pertinente que celles jusque-là utilisées et qui, dès le départ, ne nous paraissaient pas convaincantes. Toutes découlaient de la même mise en perspective qui commandait la même démarche méthodologique. Toutes partaient du même présupposé qui fait de l’espace un reflet mécanique du social ; et toutes espéraient lire, dans l’acte de bâtir, les secrets du social. De telles démarches oublient que l’approche par l’élément matériel biaise le débat. Chaque fois que le patrimoine bâti a été pris comme objet exclusif d’analyse, le raisonnement est devenu circulaire et la démonstration tautologique. On ne démontre plus, on confirme l’hypothèse de départ, largement tributaire des modes de pensée conjoncturels.

4Aucune des trois thèses qui ont été défendues selon cette mise en perspective méthodologique n’a échappé à cet écueil.

5La première approche est fonctionnaliste. Elle considère le bâti, dans toutes ses composantes, comme une réponse fonctionnelle à des données objectivables. Deux thèses ont été défendues au nom d’une telle approche : la thèse écosystémique et celle de l’atavisme belliqueux des habitants.

  • 1 Il s’agit du Centre de recherches en anthropologie, préhistoire et ethnologie.

6La seconde approche, quant à elle, est d’inspiration culturaliste. Au Gourara, son principal objectif était de démontrer l’antériorité de la culture berbère sur la culture dite « arabo-musulmane ». L’a priori scientifique était d’abord un a priori idéologico-politique. Ce n’est pas un hasard si ce type de recherches fut mené sous la houlette d’un homme-symbole de la revendication culturelle berbère. Il s’agit de Mouloud Mammeri qui dirigeait alors le CRAPE1.

7Il existe une troisième approche que nous avons qualifiée d’évolutionniste. Elle est représentée essentiellement par A. Adam et considère que le ksar est une sorte de médina en échec parce qu’il aurait manqué des possibilités d’accumulation matérielle qui lui auraient permis d’atteindre une taille appréciable.

8Reprenons ces thèses.

L’APPROCHE FONCTIONNALISTE

9Celle-ci considère que tout élément qui existe est nécessaire au fonctionnement du tout. Seulement, elle est inapte à expliquer pourquoi certains éléments disparaissent alors que d’autres subsistent longtemps après la disparition de la nécessité de la tâche qu’ils accomplissaient. Ces critiques générales sont encore plus pertinentes quand elles s’appliquent à un objet comme celui qui nous occupe. Les deux thèses soutenues dans le sillage de cette approche l’illustrent parfaitement.

10– Le fonctionnalisme écosystémique

11Les partisans de cette thèse sont « fascinés » par le génie que la société oasienne manifeste dans la production et l’organisation de son espace. Le choix des sites, la hauteur du bâti, la largeur des rues, les matériaux employés, tout dans cette société oasienne, au regard de nos auteurs, relève du même ingénieux élan de riposte aux contraintes de l’écosystème.

12L’histoire est absente chez ces hommes qui n’obéissent qu’aux lois de la nature qui les entoure, des sortes de damnés qui, pour expier, doivent ruser toute une vie avec une nature inclémente. Le meilleur démenti à cette thèse lui est apporté par ceux qui, dans le même esprit fonctionnaliste, privilégient celle de l’histoire de manière si caricaturale qu’elle finit par ressembler à une sorte de maléfice atavique.

13– L’atavisme belliqueux

  • 2 C. Rames, « Béni Abbés. Étude historique, géographique et médicale », AIPA, t. XIX, n° 1, mars 194 (...)

14Voici une sorte de prototype de cette littérature « belliphobe ». C. Rames, parlant de Béni Abbés et de ses quatre ksour (le ksar principal, Ouarourout, le ksar des nègres et le ksar dit Ksiba), et après nous avoir montré que son ksar principal possédait des ruelles tortueuses, obscures et une porte d’accès nord-est, le justifie en ces termes : « A l’obscurité s’ajoutent les traquenards : plafonds qui subitement s’abaissent et où la tête vient buter, bancs de pierre s’allongeant traîtreusement le long des murs, ruelles qui subitement se coudent en baïonnettes. Cette disposition n’est, on le voit, qu’un moyen de défense2. »

  • 3 P. Devors, « Le Touat. Étude géographique et médicale », AIPA, t. XXV, n° 3 & 4, sept- déc. 1947, (...)

15Dans la même veine et dans la même série, un autre « explorateur-civilisateur » écrivait à propos du Touat : « L’ensemble des maisons est entourée d’une enceinte quadrangulaire, percée de meurtrières. A chacun des angles s’élève en pyramide tronquée, une tour de guet. Un fossé profond de un mètre environ, et large de trois mètres, renforce le système défensif du ksar. Ces constructions avaient pour but de faciliter la lutte contre les Béraber qui venaient fréquemment piller les palmeraies, avant que les Français n’eussent apporté la sécurité dans le pays3. »

16Obnubilés par la lutte, les géographes coloniaux n’ont vu que la guerre dans ces aménagements, délaissant leurs fonctionnalités diverses et leurs symboliques multiples. Comme si ces peuplades n’étaient nées que pour assumer des fonctions guerrières ou les rechercher.

17Cependant, à la décharge de ces géographes de fortune, il est tout à fait concevable que des nouveaux venus voulant conquérir un espace s’intéressent, d’abord et essentiellement, à son aspect défensif. Toute la littérature des explorateurs et des géographes militaires est centrée sur cette problématique : la capacité d’un établissement à se défendre. On étudie une agglomération sur le plan de ses moyens militaires : hommes capables de porter un fusil, situation des puits, hauteur des tours et des donjons, etc.

  • 4 Voir J. Bisson, « Le Gourara. Étude de géographie humaine », université d’Alger, Institut de reche (...)

18Plus tard, la littérature des premiers universitaires qui se sont intéressés à ces espaces va donner à ce discours des semblants de justificatifs historiques. Ainsi, J. Bisson, qui reconnaît lui-même que la dispersion et l’agglomération sont fonction de la présence de l’eau, ne résiste pas à la tentation de coller au discours colonialiste de l’époque. C’est la sécurité qui favorise la dispersion, écrira-t-il4.

19Ces premières systématisations qui vont être utilisées par bon nombre de chercheurs (le plus souvent, d’ailleurs, sans que les sources soient clairement citées) vont déterminer une forme et un sens des discours.

  • 5 J.-C. Echallier, Essai sur l’habitat sédentaire traditionnel au Sahara algérien, Paris, IUP, 1968.

20C’est ainsi qu’à propos de Kenadsa, J.-C. Echallier écrit : « Ce centre religieux n’ayant rien à craindre, ne possède ni enceinte, ni porte bastionnée, tout au plus les maisons périphériques n’ont aucune ouverture sur l’extérieur. Sa seule défense résidait dans le prestige de la baraka des marabouts5. »

21Cette affirmation n’est vraie qu’en partie. Les remparts ne sont pas totalement absents. En témoignent les portes qui sont nombreuses. Par ailleurs, si cette théorie s’applique à Kenadsa, elle ne s’applique pas à tous les ksour-zâwiya. Zaouiet Sid El Hadj Belqacem, au Gourara, est bel et bien fortifié.

22Toute cette littérature sur le ksar, qui justifie l’architecture de fortification exclusivement du point de vue de son aspect défensif, développe des arguments, dans l’ensemble, irrecevables. En considérant cette région comme un espace de guerre et de luttes perpétuelles, cette littérature est incapable d’expliquer les différents peuplements exogènes qui sont venus y trouver refuge très tôt déjà et sans discontinuer.

  • 6 Voir P. Sebag, Histoire des juifs de Tunisie des origines à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1991.

23Pourtant les premiers juifs du Sahara, dont l’arrivée daterait de 115-117 apr. J.-C, sont venus dans la région en fugitifs, à la suite d’une persécution, celle perpétrée par l’empereur Trajan au vie siècle. Une autre vague de juifs, persécutés par les Byzantins cette fois, vient chercher refuge dans ces zones reculées des marches sahariennes6.

24Les princes déchus des dynasties musulmanes et les religieux insurgés, comme le faqîh et prosélyte al-Maghilî, sont venus également y trouver refuge. Nous avons là une période de seize siècles où cette zone n’a pas changé de fonction : elle a servi de refuge. Cette période englobe très certainement l’époque où l’architecture s’est cristallisée sous cette forme.

25Par ailleurs, et dans ce même esprit, l’approche anthropologique permet de nuancer ces affirmations. Tout d’abord elle nous apprend que la menace n’est pas toujours de type militaire. Si la notion de danger provoque partout l’agrégation, elle ne renvoie pas toujours au même objet. Le sentiment de menace, et partant de danger, est non seulement une conséquence mais aussi un résultat de la disposition mentale. On peut se protéger contre des menaces d’un autre ordre.

26Ce que l’approche anthropologique nous épargne aussi, c’est de nous égarer au point de parler comme certains auteurs, dans le même temps, d’espace belliqueux et de zone refuge, ne voyant aucune contradiction dans cela.

LA THESE CULTURALISTE

27Aujourd’hui, un autre tropisme, également puisé dans l’actualité des chercheurs, vient déterminer leur façon de penser de tels espaces.

28La crise culturelle et la lutte pour l’émergence de cultures minoritaires exagèrent souvent des faits et des données. L’équipe du CRAPE avait clairement choisi d’approcher ce terrain par le biais de la problématique berbériste. Ce qui ressortait en premier, c’était les éléments berbères de cette région.

29Consciemment ou inconsciemment, voulant donner l’antériorité à la culture berbère, les auteurs essayaient de démontrer celle de l’aghram sur les autres formes du ksar. Or tous les aghram datent à peu près du xve siècle, c’est-à-dire de l’époque de la venue des arabes. L’appellation berbère aghram fut considérée comme suffisante pour attribuer la production de ce type de bâti aux populations berbères. On s’évertuera ensuite à démontrer qu’il s’agit du noyau originel du ksar pour établir l’antériorité de la culture berbère. Confondant signe, signifiant et signifié, les tenants de cette thèse font comme si production et appropriation étaient une seule et même chose. Un groupe (ici les Berbères) peut très bien s’approprier des éléments venus d’une autre civilisation en les intégrant dans son système de communication.

30Mieux, pour démontrer l’antériorité des Berbères, qui pour nous est certaine, il est plus pertinent justement de la retrouver dans les traces les plus immatérielles et qui sont les plus anciennes, plutôt que dans des ksour qui datent de quelques siècles.

LA THESE EVOLUTIONNISTE

  • 7 Agadir (pluriel igidar) signifie étymologiquement « murs ». Ce sont des greniers fortifiés.

31A. Adam considère le ksar comme « une ville avortée ». Cet auteur s’appuie sur les agadirs7 qu’il estime être nés dans des régions pauvres à climat sec et relief abrupt ne permettant pas l’accumulation de richesse comme dans les régions fertiles (Nil, Euphrate, Indus).

32Cette séduisante thèse ne résiste pas à un examen sérieux. M. Sahlins, dans Âge de pierre, âge d’abondance, a déjà montré avec brio comment l’« impérialisme » de l’économie formaliste considère le modèle historique du développement occidental comme la principale référence. Il nous met en garde, surtout, contre un travers devenu monnaie courante : oublier que des peuples peuvent ne pas avoir pour principal objectif l’accumulation des richesses. À Kenadsa et surtout au Gourara, où de larges strates de la société vivent dans un total dénuement, il est frappant de constater, les jours de fête – nombreux –, la consommation démesurée des biens. Un formaliste, pétri de logique économique, parlerait de gâchis ; la population, elle, estime que la dépense et le don sont, ces jours-là, plus bénéfiques que l’accumulation. Seule la dimension anthropologique permet de déceler que, dans pareille société, la richesse ne se mesure pas à l’avoir, mais à l’être. Être riche suppose non pas un pouvoir de capitalisation, mais un pouvoir de prodigalité.

33Pour terminer, de manière générale, la démarche anthropologique interpelle l’histoire avec tout ce qu’elle charrie de rétif. L’histoire doit s’entendre ici dans son acception la plus large. Plus que de la mémoire, elle est l’éther où se diluent tous les modèles.

34Voilà une dimension qui ne peut être mise en relief que si l’on part de l’histoire et non de la mémoire. Le commerce caravanier a certainement permis la diffusion de modèles architecturaux ; cependant, la colonisation française a accéléré le mouvement. Le village colonial de Timimoun est une sorte de pastiche des villes africaines. N’en déplaise à la mémoire qui fait de la période coloniale, toujours et partout, un facteur de suppression des traces, ici elle a été un facteur, sinon de production, du moins de renforcement des signes, parfois jusqu’au grotesque.

35Aux ksour du Sud correspond une architecture au cachet soudanais, et à ceux du Nord correspond une architecture de type médinois. Elles peuvent à elles seules déterminer les sens des trajectoires et de ceux qui les fréquentent. Manifestement, les caravaniers avaient des centres relais au-delà desquels ils n’avançaient plus. Ceux du Sud, par exemple, s’arrêtaient au niveau de Timimoun et Adrar et ceux du nord, à Kenadsa. Les populations du nord du Sahara assuraient souvent la liaison.

Notes

1 Il s’agit du Centre de recherches en anthropologie, préhistoire et ethnologie.

2 C. Rames, « Béni Abbés. Étude historique, géographique et médicale », AIPA, t. XIX, n° 1, mars 1941, p. 99

3 P. Devors, « Le Touat. Étude géographique et médicale », AIPA, t. XXV, n° 3 & 4, sept- déc. 1947, p. 233.

4 Voir J. Bisson, « Le Gourara. Étude de géographie humaine », université d’Alger, Institut de recherches sahariennes, mémoire n° 3, p. 170

5 J.-C. Echallier, Essai sur l’habitat sédentaire traditionnel au Sahara algérien, Paris, IUP, 1968.

6 Voir P. Sebag, Histoire des juifs de Tunisie des origines à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1991.

7 Agadir (pluriel igidar) signifie étymologiquement « murs ». Ce sont des greniers fortifiés.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search